UNE ÉVALUATION DES COÛTS ET DES BÉNÉFICES SOCIO-ÉCONOMIQUES DE LA GESTION INTÉGRÉE DES ZONES COTIÈRES (INTEGRATED COASTAL ZONE MANAGEMENT: ICZM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE ÉVALUATION DES COÛTS ET DES BÉNÉFICES SOCIO-ÉCONOMIQUES DE LA GESTION INTÉGRÉE DES ZONES COTIÈRES (INTEGRATED COASTAL ZONE MANAGEMENT: ICZM)"

Transcription

1 UNE ÉVALUATION DES COÛTS ET DES BÉNÉFICES SOCIO-ÉCONOMIQUES DE LA GESTION INTÉGRÉE DES ZONES COTIÈRES (INTEGRATED COASTAL ZONE MANAGEMENT: ICZM) CONTRAT NO : B4-3040/99/134414/MAR/D2 RAPPORT FINAL À L'ATTENTION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE NOVEMBRE 2000 PROGRAMME DE DÉMONSTRATION UE GESTION INTÉGRÉE DES ZONES CÔTIÈRES/ INTEGRATED COASTAL ZONE MANAGEMENT (ICZM) FIRN CRICHTON ROBERTS LTD ET GRADUATE SCHOOL OF ENVIRONMENTAL STUDIES UNIVERSITY OF STRATHCLYDE

2 81(e9$/8$7,21 '(6&2Ó76(7'(6%e1e),&(662&,2e&2120,48(6 '(/$*(67,21,17e*5e('(6=21(6&{7,Ê5(6,17(*5$7('&2$67$/=21(0$1$*(0(17,&=0 5$33257),1$/ /$77(17,21'( /$&200,66,21(8523e(11( 7$%/( Résumé Exécutif 1: Introduction et Contexte du Rapport : ICZM: Définitions, Typologies, Évaluation : Caractéristiques Clefs des Zones Côtières Européennes : Caractéristiques ICZM des Initiatives de Démonstration de l'ue. 21 5: Pour mesurer les Coûts et Bénéfices du ICZM : Coûts et Bénéfices Socio-Economiques au Niveau Européen : Implications Stratégiques pour l'union Européenne $11(;(6 A: Bibliographie ICZM B: Initiatives ICZM Participantes C: Questionnaire et Documentation de l'enquête ICZM D: L'Équipe d'évaluation ICZM Venture Court 35 High Street Pittenweem Fife KY10 2PG Scotland, UK *UDGXDWH6FKRRORI(QYLURQPHQWDO6WXGLHV University of Strathclyde Wolfson Building 106 Rottenrow East Glasgow G4 0NW Scotland, UK Tel : Fax : (0%5( Tel : Fax :

3 e9$/8$7,21ã'(6ã&2ó76ã(7ã'(6ã%e1e),&(6ã62&,2efrqrpltxhvgx,&=0 5pVXPp([pFXWLI 81(e9$/8$7,21 '(6&2Ó76(7'(6%e1e),&(662&,2e&2120,48(6 '(/$*(67,21,17e*5e('(6=21(6&27,Ê5(6,17(*5$7('&2$67$/=21(0$1$*(0(17,&=0 5$33257),1$/ /$77(17,21'( /$&200,66,21(8523e(11( 5e680e(;e&87,) 1. En janvier 2000 la Commission Européenne a octroyé un contrat à une équipe formée par Firn Roberts Ltd (FCR) et le Graduate School of Environmental Studies de l'université de Strathclyde, Glasgow (GSES) en vue d'évaluer les coûts et bénéfices socio-économiques du Integrated Coastal Zone Management (ICZM). Un défi essentiel qui se présentait à l'équipe était de développer un cadre méthodologique logique et efficace pour évaluer les bénéfices socio-économiques générés en Europe, surtout par les Projets de Démonstration ICZM ayant le soutien de la Commission Européenne. 2. Le programme de travail a commencé par une revue documentaire majeure des impacts des projets ICZM en Europe et dans le monde entier, suivie du développement de typologies et d évaluation s'appliquant aux structures des zones côtières ainsi qu'aux impacts économiques, sociaux et environnementaux du ICZM. Au cœur de l'évaluation se trouvait notre utilisation des valeurs capitales annuelles des services des écosystèmes dans seize biotopes, selon l'identification faite en 1997 par Costanza HW DO (1). Un questionnaire d'enquête a été circulé à tous les Projets de Démonstration UE et à d'autres initiatives ICZM européennes et internationales, et les résultats fournis par les réponses à ce questionnaire ont été intégrés aux recherches documentaires et en ligne afin de produire un modèle des bénéfices socioéconomiques. Les résultats générés par ce modèle ont été ensuite mis à l'échelle pour produire notre évaluation des bénéfices socio-économiques au niveau européen. 3. Au cours de l'évaluation il nous a fallu tenir compte de l'absence actuelle de définitions reconnues des zones côtières, du ICZM et des impacts socio-économiques, ainsi que des difficultés à se procurer des données constantes et comparables pour les zones côtières. Il nous a fallu également identifier la composition des biotopes des côtes de l'europe. En tout, 39 initiatives ICZM ont participé à l'évaluation, et 21 Projets de Démonstration ont fourni des données et des informations complètes : c'est à partir de celles-ci que nous avons pu mettre à l'échelle les bénéfices au niveau européen. L'équipe reconnaît la contribution importante des directeurs ICZM concernés. 4. Il y a, dans les États membres, kilomètres de littoral, s'ouvrant directement sur la mer, et présentant une grande diversité de longueurs de littoral, de types de biotopes, et de structures socioéconomiques. En ce qui concerne les 21 projets ICZM desquels nous avons reçu des données sur leurs biotopes, plus de 61% des espaces de leurs zones côtières (espaces en direction de la terre et de la mer) sont composes d océans ouverts, de plateaux continentaux, et d'estuaires. Ces eaux côtières génèrent presque 75% des bénéfices annuels des services des écosystèmes dans les zones côtières, selon les valeurs Costanza. La valeur annuelle totale des bénéfices générés dans ces zones dépasse 18 milliards d'euros par an, ce qui identifie les zones côtières comme les espaces les plus rentables à l'intérieur de l'union Européenne. 5. L'équipe a cherché à identifier les caractéristiques gestionnaires et opérationnelles des initiatives ICZM pouvant représenter la "meilleure pratique". La majorité de ces initiatives n'ont pas encore complété la transition de la phase initiale de stratégie et de planification à celle des programmes et projets opérationnels. Les secteurs économiques clefs des zones ont été identifiés et évalués, et il s'est avéré que les secteurs les plus fréquents étaient : le tourisme et les loisirs, l'agro-alimentaire, la pêche marine, les ports et les transports maritimes, les résidences particulières. Les impacts les plus positifs du ICZM sur les secteurs économiques des zones côtières se rapportent aux tourisme et loisirs, aux résidences particulières et aux activités forestières. Les pressions environnementales majeures dans les zones, selon les informations

4 5pVXPp([pFXWLI eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 données, provenaient du tourisme, de la pollution des eaux, de la perte des habitats, de l'érosion côtière et de l'expansion urbaine. 6. Notre évaluation a identifié des bénéfices socio-économiques qualitatifs et quantitatifs des initiatives ICZM. Les bénéfices qualitatifs les plus importants étaient : une meilleure compréhension des zones côtières chez les élèves dans les écoles, une meilleure compréhension mutuelle entre les partenaires aux projets ICZM, la création d'un sentiment communautaire amélioré, un tourisme plus viable, une amélioration au niveau des prises de décisions, et une planification spatiale plus cohérente. Ces bénéfices qualitatifs paraissent être de longue durée. Ils semblent fournir la base d'autres activités ICZM à l'avenir. Les dépenses encourues par les projets ICZM européens qui ont répondu au questionnaire étaient d'un peu plus de 22 millions d'euros pendant la période Les dépenses totales, associées au ICZM en Europe pendant la même période, dépassaient probablement 60 millions d'euros. Il faudrait faire des études additionnelles des dépenses ICZM européennes. 7. Notre enquête suggère qu'il existe des initiatives ICZM de Niveau Bas, encourant des dépenses moyennes de 0,5 millions d'euros plus 50 euros pour chaque kilomètre de littoral, et des initiatives ICZM de Haut Niveau dont les dépenses totales moyennes sont de 5 millions d'euros plus 250 euros par kilomètre de littoral. Nous nous sommes référés à ces deux catégories larges de côtes en produisant nos modèles des coûts et des bénéfices socio-économiques. Les bénéfices bruts du ICZM, tant des zones ICZM que des treize États membres de l'union Européenne possédant des côtes, ont été évalués en termes de la protection des habitats, des infrastructures et des commerces locaux, et du tourisme. Au niveau national, la valeur annuelle des bénéfices ICZM variait entre 65 millions d'euros pour l'irlande et 883 millions d'euros pour le Royaume-Uni. Nos modèles suggèrent de plus que 78% de ces bénéfices, au niveau de l'union Européenne, proviennent des bénéfices industriels, alors que 13% sont dus au tourisme, le reste provient de l'amélioration des habitats. 8. En termes de la valeur annuelle des bénéfices nets générés par les initiatives ICZM, nos modèles indiquent des sommes de 127,1 millions d'euros dans le cas des initiatives de Niveau Bas (une proportion de bénéfices à coûts de 13,6:1) et de 659,8 millions pour les initiatives de Niveau Haut (8,6:1). Ces calculs reposent sur une approche très prudente de l'évaluation des bénéfices. Ils excluent les bénéfices qualitatifs importants des initiatives ICZM qui ne peuvent pas être évalués sans faire une étude additionnelle des projets ICZM individuels - par exemple, des bénéfices provenant des économies de l'organisation et de la planification, d'une meilleure utilisation des ressources, et d'une plus grande viabilité économique et environnementale des communautés côtières. 9. Notre équipe suggère que, en dépit du Programme de Démonstration, il y a eu une situation de "VWUDWpJLH VXVSHQGXH " relative à l'installation du ICZM en Europe totale. La Stratégie ICZM Européenne poursuivie, et actuellement en train d'être promue, par la Commission Européenne, cherche à encourager la "VWUDWpJLH DFWLYH ". Nos modèles d'évaluation suggèrent qu'une telle stratégie active et positive peut produire des bénéfices socio-économiques quatre fois plus importants que ceux que nous avons identifiés. Étant donné la valeur des bénéfices des écosystèmes générés par les zones côtières européennes, l'investissement dans des stratégies d'initiative ICZM a un taux de rendement haut en comparaison des projets non-côtiers dans d autres régions d l Union Européenne. 10. Notre évaluation conclut que le soutien du Projet de Démonstration, de la part de la Commission Européenne, a contribué à améliorer la compréhension de l'importance et de la valeur des zones côtières du point de vue de l'union Européenne. Les bénéfices socio-économiques nets sont substantiellement supérieurs aux dépenses ICZM encourues, ce qui argumente fortement en faveur du soutien financier des projets ICZM, de la part des gouvernements nationaux et de la Commission Européenne. Le rapport termine sur une série de recommandations et de propositions quant à la définition, la réalisation, la gestion et l'évaluation des initiatives ICZM futures, et nous suggérons, finalement, que l'enquête entreprise par notre équipe soit renouvelée en 2005 afin d'évaluer les bénéfices et les impacts dont la période de gestation est plus longue. (1) Costanza, R., d Arge, R., de Groot, R., Farber., S., Grasso, M., Hannon, B., Limburg, K., Naeem, S., O Neill, R.V., Paruelo, J., Raskin, R.G., Sutton, P., et van den Belt, M. (1997): "La valeur des services des écosystèmes mondiaux et du capital naturel", 1DWXUH, Mots Clefs: Zones Côtières, Gestion Intégrée des Zones Côtières (Integrated Coastal Zone Management, ICZM), Services d'écosystèmes, Coûts et Bénéfices Socio-Économiques, Programmes de Démonstration UE.

5 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO,1752'8&7,21(7&217(;7('85$ ,1 En janvier 2000 la Commission Européenne a octroyé un contrat à une équipe formée par Firn Roberts Ltd (FCR) et le Graduate School of Environmental Studies de l'université de Strathclyde, Glasgow (GSES) en vue d'évaluer les coûts et bénéfices socio-économiques du Integrated Coastal Zone Management (ICZM). La méthode d'évaluation choisie a été d'identifier et de mesurer les bénéfices socio-économiques générés dans 35 Projets de Démonstration soutenus par la Commission Européenne ainsi que dans d'autres initiatives ICZM pertinentes. Nous présentons à la Commission Européenne, dans ce rapport final, les résultats de ce contrat d'évaluation intéressant et stimulant. 1,2 Cette première partie du rapport entreprend en premier lieu une revue des objectifs stratégiques et opérationnels approuvés pour le contrat, ainsi qu'un commentaire sur ces objectifs à la lumière du programme d'évaluation dès lors entrepris. Nous expliquons ensuite l'approche méthodologique de l'équipe et le programme de travail suivi au cours de l'an 2000; suit un résumé des difficultés spécifiques à l'évaluation que nous avons rencontrées pendant cette période. Ensuite nous définissons la structure et le contenu du rapport, et en dernier lieu nous remercions tous ceux qui ont bien voulu donner généreusement de leur temps en participant à l'enquête qui se trouve au cœur de la méthodologie d'évaluation élaborée par notre équipe. Dans les annexes du rapport se trouvent : la bibliographie des principaux rapports et publications consultés au cours de notre revue documentaire, les papiers pilotes fournis à nos partenaires dans l'enquête, le questionnaire d'enquête ICZM, et aussi une description de la base de données pour le projet, créée par l'équipe selon les réponses à l'enquête. La base des données complète sur CD a été présentée séparément à la Commission Européenne. %876(72%-(&7,)6'(/e9$/8$7,21 1,3 La proposition collaboratrice de l'équipe FCR-GSES au DG Environnement identifiait quatre objectifs stratégiques et sept objectifs opérationnels de l'évaluation des coûts des bénéfices s socioéconomiques des initiatives ICZM, qui sont décrits comme suit. /(62%-(&7,)6675$7e*,48(6'8352-(7 1,4 Le programme d'évaluation, approuvé par le DG Environnement, avait quatre objectifs stratégiques interconnectés. A savoir: Évaluer le rôle et l'importance économiques et sociaux stratégiques de la Zone Côtière Européenne telle qu'elle est actuellement définie, à l'égard de la contribution présente et future de la Zone au développement économique et social de l'union Européenne et des États associés. Développer et fournir, d'une façon cohérente et systématique, des informations concrètes et solides sur les bénéfices économiques et sociaux globaux qui peuvent être générés au profit des économies locales et européennes par la réalisation de stratégies plus intégrées et constantes pour le développement et pour la gestion des zones côtières. Élaborer une méthodologie efficace, constante et logiquement cohérente afin d'identifier, évaluer et mesurer quantitativement les coûts et bénéfices économiques et sociaux qui ont été promus et générés dans la zone côtière européenne par les projets de démonstration ICZM récents soutenus par la Commission. Produire un rapport écrit et compréhensif de notre tâche, qui présentera les résultats, les conclusions et les recommandations de l'évaluation faite par notre équipe des coûts et des bénéfices du ICZM tels qu'ils ont été élaborés par les projets de démonstration, et de faire des recommandations à la Commission Européenne quant à l'évaluation future des coûts et des bénéfices envisageables à long terme. Ce rapport présente les résultats produits par l'équipe d'évaluation en considération de ces quatre objectifs

6 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 d'évaluation stratégiques. /(62%-(&7,)623e5$7,211(/6'8352-(7 1,5 En plus des objectifs principaux de l'évaluation, ci-dessus mentionnés, la Commission et l'équipe FCR-GSES ont convenu de sept objectifs opérationnels interconnectés, à poursuivre par l'équipe d'évaluation. À savoir: Entreprendre une revue structurée et succincte des études et de la documentation existantes concernant les coûts et bénéfices économiques et sociaux dérivant du ICZM, afin d'élaborer une taxonomie claire et cohérente des coûts et des bénéfices du ICZM aux niveaux locaux et régionaux. Établir: une méthode efficace et réalisable pour évaluer le niveau, la nature et la durée des principaux types de coûts et de bénéfices économiques et sociaux du ICZM, la distribution et les différences territoriales de tels coûts et bénéfices, ainsi qu'une quantification pratique de ces derniers capable de contribuer au développement stratégique futur. Démontrer, d'une façon cohérente et systématique, des exemples pratiques de chacun des principaux bénéfices et coûts générés par le ICZM (tirés d'expériences européennes et autres), en identifiant dans la mesure du possible les contributions spécifiques faites par les initiatives ICZM, ainsi que les manifestations clefs, tant quantitatives que qualitatives, de celles-ci. Appliquer les mesures quantitatives des coûts et des bénéfices du ICZM européen, générées par les résultats des divers projets de démonstration, afin de produire des estimations des coûts et des bénéfices auxquels l'on pourrait s'attendre à l'échelle européenne si les résultats et recommandations des six études thématiques du Programme de Démonstration étaient promues par un futur programme européen de stratégie et d'action ICZM. Faire un rapport de la distribution des coûts et des bénéfices socio-économiques dans chacun des États membres individuels de l'union Européenne en extrapolant les résultats quantifiés des programmes ICZM existants et, peut-être, les évaluer au moyen d'une comparaison des scénarios de "stratégie active" et "stratégie suspendue". Recueillir, rassembler et présenter les conclusions des rapports socio-économiques, ainsi que les preuves, calculs et documents justificatifs, dans un format soigné et bien conçu qui permettra aux chercheurs futurs de développer cette enquête en vue d'évaluer les coûts et bénéfices socioéconomiques à plus long terme. Faire des recommandations à la Commission Européenne sur les priorités futures, dans le domaine de la recherche et du développement, pour la stratégie et les programmes ICZM, à partir des résultats et des conclusions de cette évaluation initiale, et visant aussi les questions thématiques éventuelles concernant la recherche. Les parties suivantes de ce rapport aborderont tous ces objectifs d'évaluation opérationnels. La partie finale présentera les conclusions de l'équipe sur le bien-fondé de ces objectifs opérationnels initiaux, ainsi que sur les implications pour les bénéfices futurs et pour les recherches d'impact. 0e7+2'2/2*,('e9$/87,21(7352*5$00('(75$9$,/ 1,6 En cherchant à établir les coûts et bénéfices socio-économiques des initiatives ICZM dans l'union Européenne ainsi que dans le monde entier, la méthodologie d'évaluation adoptée par l'équipe a été basée sur un programme de travail soigneusement échelonné capable de générer six composantes d'évaluation essentielles à l'identification des bénéfices. Ces six composantes, dont chacune est décrite sommairement ci-dessous, sont : Une typologie des régions côtières environnementales et économiques. Une typologie des impacts économiques, sociaux et environnementaux. Une base de données analytique des projets ICZM.

7 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO Un modèle de comput tableur capable de fournir des valeurs comparatives des coûts et des bénéfices Un questionnaire adressé à des projets ICZM particuliers pour l'obtention de données essentielles. L'utilisation des évaluations de l'écosystème et des valeurs des courants globaux. Chacune de ces composantes méthodologiques est expliquée en section 2 de ce rapport, et un document détaillé expliquant la méthodologie peut être obtenu séparément de l'équipe d'évaluation sur demande. /(352*5$00('e9$/8$7,21 1,7 L'équipe d'évaluation a poursuivi les objectifs stratégiques et opérationnels de cette évaluation par les moyens suivants : une combinaison bien étudiée de recherche sur documents et en ligne, une enquête à base de questionnaire des initiatives ICZM en Europe et dans le monde entier, une revue des rapports publiés des projets de démonstration à l'intérieur de l'ue, des modèles de comput tableur, des discussions du progrès au sein de l'équipe, des rencontres à Bruxelles avec la Commission Européenne. Ce programme de travail a été conçu en raison de 13 tâches d'évaluation, poursuivies selon une séquence ordonnée entre février et octobre À savoir : 1 : Recherche initiale sur la portée du projet et de ses composantes 2 : Élaboration de typologies et de mesures 3 : Format du questionnaire 4 : Rencontre préliminaire avec la Commission Européenne 5 : Circulation du questionnaire 6 : Suivi des communications électroniques et téléphoniques 7 : Génération de données sur les bénéfices du ICZM 8 : Rapport intérimaire sur le projet 9 : Mise à l'échelle des bénéfices 10 : Deuxième rencontre avec la Commission Européenne 11 : Révision du rapport final 12 : Version en deuxième langue 13 : Livraison du rapport final 1,8 Une description complète de ce programme se trouve dans les rapports que l'équipe a envoyés séparément à la Commission Européenne. Les changements, par rapport à la proposition initiale, qui ont été faits afin de résoudre les problèmes que l'équipe a rencontrés, sont relativement mineurs. La difficulté la plus importante provenait d'une prolongation de la période prévue pour l'enquête sur questionnaire, rendue nécessaire par les réponses retardées de la part de nombreux projets de démonstration ICZM communautaires en dépit des contacts ultérieurs de la part de l'équipe et de la Commission Européenne. Cet aspect particulier du travail a des implications importantes du point de vue de la Commission Européenne, qui seront explicitées en section 7 de ce rapport. 352%/Ê0(6(762/87,216e9$/8$7,)6 1,9 En évaluant les coûts et les bénéfices des initiatives ICZM en Europe et ailleurs, l'équipe a rencontré une série de problèmes concernant la définition, la méthodologie, l'organisation, la recherche à base de données et le développement. Nous décrivons plus loin dans le rapport certains de ces problèmes, mais il est important de mentionner ceux-ci dès maintenant puisqu'ils ont tous affecté le programme de travail et les tâches individuelles. Les six difficultés principales que nous avons rencontrées au cours de ce contrat sont: La définition de ICZM Données UE et globales sur les zones côtières et sur les biotopes Données provenant des projets de démonstration Recherches d'impact socio-économiques Interprétation des questionnaires et stratégie de réponse La phase de développement des initiatives ICZM Chacune de ces difficultés est expliquée ci-dessous.

8 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 /$'e),1,7,21'(,&=0 1,10 Un problème majeur rencontré par l'équipe était l'absence persistante d'une acception universelle du terme Integrated Coastal Zone Management. ICZM a des sens différents pour les individus différents, et par conséquent nous nous sommes trouvés devant des initiatives dans lesquelles ni l'lqwpjudwlrq ni le PDQDJHPHQW n'étaient très présents. Ceci a amené l'équipe à des tentatives d'évaluation d'une grande gamme d'activités qui avaient peu en commun en dehors de leur situation dans une zone côtière ou à proximité. Ce problème potentiel avait été signalé dans notre soumission d'offre originale à la Commission Européenne. Nous avons tenté de le résoudre au moyen de notre définition des caractéristiques essentielles du ICZM, qui sont expliquées en section 2. '211e(6 &20081$87$,5(6 (7 */2%$/(6 685 /(6 =21(6 &Ð7,Ê5(6 (7 685 /(6 %,2723(6 1,11 Un deuxième obstacle provenait d'un manque actuel de comparabilité par rapport aux définitions de ]RQHVF{WLqUHV et de F{WHV et, par conséquent, à cause de la qualité variable des données et des informations, relatives à celles-ci, dans les réponses au questionnaire et dans d'autres documents de recherche étudiés par l'équipe. Qui plus est, peu d'informations ont été jusqu'à présent recueillies, rassemblées et publiées, sur les plans national ou régional, concernant les biotopes et les biotypes étudiés par Costanza, et ceci malgré la compréhension stratégique de l'importance de ces facteurs dans la nouvelle classification du patrimoine et des services environnementaux. L'équipe a cherché à résoudre cette difficulté en se concentrant sur les définitions les plus fréquemment utilisées, et par l'usage des rapports et d'informations en ligne afin de produire des estimations. Nous revenons sur cet aspect de l'évaluation en section 3 de ce rapport. '211e(63529(1$17'(6352-(76'('e021675$7,21 1,12 De nombreux directeurs de projets de démonstration ICZM, dans leurs réponses à notre questionnaire ou bien par nos contacts directs avec eux, n'ont pu fournir des données et des statistiques quantitatives par rapport à leurs zones côtières, leurs biotopes et industries locaux, ou leurs dépenses sur les initiatives. Ceci se comprend étant donné que les contrats originaux accordés par la Commission n'obligeaient pas le rassemblement et la description de ce genre d'informations. Dans quelques cas, les données fondamentales sur, par exemple, les régions maritimes et terrestres à l'intérieur d'une zone restaient indéfinies ou bien n'étaient pas disponibles. En de tels cas, l'équipe a accepté la définition internationale des zones côtières telle qu'elle est utilisée par le United Nations Environment Programme (UNEP). Nous avons donc présumé qu'une région terrestre s'étend sur 10 kilomètres en direction de la terre. Mais cette définition repose sur une estimation plutôt prudente, étant donné que l'influence des zones côtières est souvent sensible dans des endroits considérablement plus éloignés que de 10 kilomètres de la côte. L'équipe d'évaluation accepte que la définition de ]RQHF{WLqUH doive être souple, mais pour ce type d'évaluation d'impact des définitions spatiales plus spécifiques étaient nécessaires. 5(&+(5&+(6',03$&762&,2e&2120,48(6 1,13 La recherche et les consultations entreprises par l'équipe, à partir de documents aussi bien que d'après des informations en ligne ou téléphoniques, ont produit une masse progressivement plus importante de recherches récentes et courantes sur l'impact des initiatives ICZM (ou des programmes de développements côtiers) sur les structures et valeurs socio-économiques de leurs communautés respectives. Les publications de recherches les plus récentes à ce propos sont incorporées à la bibliographie qui accompagne ce rapport (Annexe A). Nous avons passé en revue les résultats de ces études du point de vue des bénéfices et des impacts, et notre identification de la meilleure pratique, telle qu'elle est révélée dans ces études, a influencé le format de notre questionnaire. Cependant, la diversité grande et complexe des évaluations d'avantages et d'impacts n'a pas été le sujet d'une étude d'ensemble afin de déterminer la valeur des bénéfices au niveau européen, puisque ceci serait un projet de recherche en lui-même et aussi parce que nous ne croyons pas que de tels résultats spécifiques puissent être transférables à des calculs européens des bénéfices. Nous reviendrons sur cette question dans la section finale de ce rapport.

9 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO,17(535e7$7,21'(648(67,211$,5(6(7675$7e*,('(5e3216( 1,14 Tous les projets de démonstration ICZM financés par la Commission Européenne n'ont pas participé à notre enquête sur questionnaire, dont on trouvera un exemplaire à l'annexe C de ce rapport. La qualité générale des réponses à l'enquête que nous avons reçue est très bonne : des réponses complètes ont été reçues de 21 initiatives faisant partie du Programme de Démonstration ICZM communautaire, auxquelles viennent s'ajouter d'autres réponses relativement complètes (il y manquait les données sur les biotopes). Les analyses contenues dans notre rapport sont basées sur le nombre de réponses reçues à chaque question posée dans notre enquête : puisque ce nombre varie, le nombre des réponses est indiqué au bas de chaque tableau correspondant. Nous sommes sûrs que les réponses reçues de la part des projets ICZM européens, ainsi que celles provenant d'en dehors du Programme de Démonstration, constituent une représentation solide des bénéfices produits jusqu'à ce jour durant cette première phase de planification des initiatives. Les implications de ceci pour la Commission, en ce qui concerne l'évaluation de l'impact du ICZM, seront exposées en section 7. /$3+$6('('e9(/233(0(17'(6,1,7,$7,9(6,&=0 1,15 La majorité des Projets de Démonstration ICZM au sein de l'union Européenne viennent tout juste de compléter leur phase initiale de planification stratégique et gestionnaire; ceci est vrai aussi de la plupart des autres projets ICZM répertoriés par notre équipe. Par conséquent, ils viennent de commencer à s'occuper des projets ou des programmes opérationnels qui sont nécessaires afin de rehausser de manière viable la qualité environnementale et économique de leurs zones côtières. Les bénéfices et impacts socio-économiques réalisés depuis sont donc, principalement, les différents bénéfices qualitatifs, à la faveur des parties qui possèdent un intérêt financier dans les projets ICZM, et qui dérivent de l'amélioration des partenariats, des processus et des priorités dans la gestion des côtes. Les principaux bénéfices socio-économiques seront donc générés à l'avenir. La nature même des retards des systèmes économiques régionaux suggère que les impacts des programmes ICZM ne seront quantifiables qu'aux dernières années de la décennie actuelle. Nous reviendrons sur cette question en sections 3 et 7 de ce rapport. /$6758&785('85$ ,16 Suite à cette introduction, notre rapport établit le cadre essentiel à l'évaluation en définissant du point de vue opérationnel le concept du Integrated Coastal Zone Management. Il explique ensuite la structure et la définition des autres typologies analytiques développées par l'équipe que nous estimons essentielles à l'évaluation des coûts et des bénéfices socio-économiques du ICZM. Cette définition s'inspire de l'enquête documentaire, et reflète aussi le travail de développement original entrepris par l'équipe. Nous établirons en section 3 de ce rapport le contexte de notre évaluation, basé sur une vue d'ensemble des caractéristiques clefs des zones côtières des États membres de l'ue et des États associés qui repose à son tour sur les renseignements et statistiques actuellement accessibles. Cet aspect de la stratégie et de la gestion du ICZM fera l'objet de recommandations faites plus loin dans notre rapport. 1,17 Les éléments clefs des initiatives courantes ICZM, aussi bien en Europe qu'ailleurs, sont présentés et commentés en section 4. Il faut souligner le fait que, surtout dans le cas des initiatives ICZM européennes, la plupart des projets sortent tout juste de leurs phases d'élaboration et de planification, et ne laissent voir, au milieu de l'an 2000, que peu de signes d'activité opérationnelle ou budgétaire. Ceci affecte l'évaluation des coûts et des bénéfices socio-économiques, et montre bien l'importance stratégique des évaluations des impacts à long terme. La section 5 commence en expliquant la méthodologie économique servant à mesurer les coûts et bénéfices bruts et nets générés par les initiatives ICZM, ainsi que les résultats de la recherche sur le plan national. La mise à l'échelle des études des projets ICZM afin de produire des estimations nationales et communautaires des coûts et des bénéfices est le sujet de la section 6, dans laquelle notre conclusion principale est que les dimensions des bénéfices socio-économiques nets du ICZM sont d'une telle importance qu'elles justifient une concentration stratégique majeure sur la politique des zones côtières, et sur les programmes, de la part de la Commission Européenne et des gouvernements des États membres.

10 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 1,18 Nous réunissons les résultats et les conclusions de notre évaluation en section 7, qui étudie en plus les implications stratégiques et opérationnelles pour l'ue et pour les zones et communautés côtières européennes. Les recommandations et propositions faites par notre équipe à la Commission Européenne ont pour but de promouvoir une amélioration à ce propos. Le rapport termine sur une série de documents annexes, y compris: la bibliographie que nous avons établie lors de notre revue documentaire, des exemplaires du document du projet et des questionnaires d'enquête envoyés aux directeurs des projets ICZM, un résumé de la base de données ICZM créée par l'équipe, et une liste des membres de l'équipe d'évaluation. 5(0(5&,(0(176 1,19 L'équipe d'évaluation souhaite remercier, pour leurs contributions au programme d'évaluation, les individus et les organismes associés aux initiatives ICZM, ainsi que ceux, en Europe et dans le monde entier, qui nous ont procuré des informations économiques et statistiques sur les zones côtières. Un remerciement tout spécial est adressé aux membres des programmes et projets ICZM, aussi bien dans l'ue qu'ailleurs, qui ont bien voulu considérer, remplir et renvoyer le questionnaire d'enquête créé par notre équipe. Aux remerciements individuels que nous avons déjà exprimés, nous ajoutons ce témoignage de gratitude aux personnes nommées dans l'annexe B de ce rapport, dont la contribution a permis la réalisation de cette évaluation. 1,20 Nous remercions également les nombreux scientifiques et équipes ICZM du monde entier qui ont bien voulu répondre à nos demandes de renseignements sur les initiatives ICZM ainsi que sur les recherches récentes ou courantes sur les aspects socio-économiques du ICZM et des zones côtières. Un remerciement tout particulier est adressé à Bob Costanza et à ses collègues, qui par leur créativité ont su établir en tant qu'une composante de la politique environnementale globale l'évaluation des valeurs économiques des biotopes. Nous remercions de surcroît tous ceux qui ont fourni des statistiques et des données, en mentionnant en particulier Stefan Kleeschute (GIM SA, Bruxelles et Eurostat), Sayeed Ahmed (section de géographie, Université de Strathclyde) qui a produit des statistiques nationales à partir de la base de données GIM. Surtout, nous remercions chaleureusement Anne Burrill (Commission Européenne) pour ses commentaires, sa contribution, son soutien et ses conseils précieux.

11 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO 'e),1,7,216'8,&=0 2,1 Un aspect intégral et important du programme de travail entrepris par l'équipe était de développer des définitions souples et pratiques des concepts clefs nécessaires pour l'évaluation des bénéfices socioéconomiques générés par les initiatives ICZM. Dans la pratique, il se peut qu'il n'y ait jamais de définition spécifique et universellement acceptée de "ICZM", car celui-ci représente une boîte à outils d'un processus interactif, en évolution constante, et capable de s'adapter à une variété d'instruments stratégiques et gestionnaires. Les "Zones Côtières" constituent aussi un problème de définition, surtout à l'égard des démarcations spatiales autour de l'ensemble des biotopes qui déterminent pour la plupart la nature et l'importance des bénéfices socio-économiques. Dans cette section, nous abordons ces questions centrales de définition, et nous expliquons les typologies et méthodologies d'évaluation que nous avons utilisées pour générer les estimations initiales des bénéfices socio-économiques. Nous expliquons les aspects économiques de cette méthodologie dans plus de détails en section 5. 'e),1,7,216'(6=21(6&ð7,ê5(6(7'8,&=0 2,2 L'équipe a passé en revue la diversité des définitions conceptuelles des zones côtières et du ICZM telles que celles-ci ont été élaborées par les organismes internationaux, les gouvernements nationaux et les chercheurs universitaires. Nous avons trouvé difficile d'identifier des concepts ayant une application pratique et opérationnelle au soutien des stratégies et de la politique du ICZM. Un but de notre enquête sur les initiatives ICZM a été donc d'explorer les points de vue des directeurs de projets quant à ces deux définitions fondamentales ainsi qu'aux paramètres opérationnels. /$&Ð7((7/(6=21(6&Ð7,Ê5(6 2,3 La toute première question d'évaluation était : qu'est-ce que "la côte"? La côte est de toute évidence l'endroit où la terre rencontre la mer. Cet endroit devrait pourtant s'appeler, plus exactement, le littoral, alors que la côte, elle, s'étend sur une région bien plus large. Hansom (1998) définit la côte en tant que "OD]RQHGHFRQYHUJHQFHGHODLUGHODWHUUHHWGHODPHUTXLHQWRXUHOHVFRQWLQHQWVHWOHVvOHV ", tout en ajoutant qu'à l'intérieur de la terre elle s'étend jusqu'à la limite maximale des embruns, alors que, en direction de la mer, elle arrive "au bord extérieur du plateau continental". Cette définition de Hansom est une définition géomorphique, alors que celle proposée par Beatley HW DO (1994) est écologique : "XQH ]RQH GH WUDQVLWLRQ RX XQ pfrwrqh TXL VH VLWXH HQWUH GHV HQYLURQQHPHQWV RFpDQLTXHVRXGHVODFVHWGHVV\VWqPHVWHUUHVWUHV ". Du point de vue de la pollution, il pourrait s'agir d'un bassin hydrographique entier, car une pollution des hautes terres s'étendra tôt ou tard jusqu'à la mer. Mais dans une perspective économique la zone côtière peut être très diverse: les consommateurs de poissons, les industries qui dépendent des ports pour la transportation, ainsi que de nombreux grands aéroports, se trouvent sur les plaines côtières. Une grand part du problème, c'est qu'il n'existe pas de définition universelle de la limite de "la côte" en direction de la terre, car chaque usager spécialiste y imposera sa propre interprétation, et, en plus, chaque côte présentera des particularités différentes. Pour les raisons expliquées en section 1, ainsi que du fait que chacun des projets de démonstration a utilisé des définitions spatiales différentes (tant en direction de la terre qu'en direction de la mer), l'équipe a décidé d'adopter une approche souple. 2,4 Le deuxième problème côtier rencontré par l'équipe, ce fut celui d'obtenir et de rassembler des informations et des statistiques cohérentes et constantes quant aux principales caractéristiques physiques, économiques et environnementales des côtes et des zones côtières. Un des buts essentiels de l'équipe a été d'obtenir des directeurs de projets ICZM des données de base concernant les biotopes, l'économie et l'environnement de leurs zones côtières, mais ceci s'est avéré difficile étant donné que toutes les équipes ICZM ne semblaient pas avoir rassemblé de telles données. Les informations obtenues par notre équipe, afin de fournir les données sur les zones côtières nécessaires pour la mise à l'échelle des résultats de l'enquête, sont présentées en section 3, où se trouve notre revue des caractéristiques clefs des zones côtières européennes. Il s'agit là d'un sujet d'études auquel un plus grand degré de standardisation pourrait apporter de grands bénéfices du point de vue des comparaisons futures entre les différents projets.

12 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0,17(*5$7(' &2$67$/ =21( 0$1$*(0(17*(67,21,17e*5e( '(6 =21(6 &Ð7,Ê5(6,&=0 2,5 Une quantité substantielle de documents a été recueillie (communications scolaires, livres, brouillons de travail, circulaires ainsi que d'autres genres de texte, identifiés par l'usage de l'internet). Ce matériel, une fois rassemblé, a été circulé à l'usage des membres appropriés de l'équipe. Une des questions les plus importantes posées dès le début était : qu'est-ce que la gestion intégrée des zones côtières? Question à laquelle certains chercheurs universitaires avaient déjà essayé de répondre, à des degrés de succès variés. Kay et Alder (1999) ont raison de supposer qu'il s'agit de la dernière incarnation d'un système de la gestion des côtes, qui doit ses origines au colloque de Rio et au document Agenda 21 (UNCED, 1992), ce dernier ayant introduit le paradigme tout nouveau de la "viabilité soutenue". C'est à partir de là que le concept de "l'intégration" a commencé à paraître dans les titres des initiatives côtières. O'Riordan et Vellinga (1993) ont catégorisé cette évolution de la gestion des côtes en quatre phases, dont nous serions actuellement, d'après eux, dans la troisième. Cette troisième phase implique une concentration sur la participation du public, sur la restauration, sur la gestion environnementale et sur le développement viable. Cependant, afin d'évaluer le ICZM, ainsi que ses coûts et ses bénéfices, il faut d'abord établir et évaluer la différence entre un projet "intégré" et un projet qui ne l'est pas. Un programme intégré serait un programme "complet ou unifié" (Kenchington et Crawford, 1993), quoiqu'il puisse contenir des éléments séparés ou individuels. Cicin-Sain (1993) propose un continuum de la gestion côtière en cinq stades, en passant, de la "fragmentation", par la "communication", la "coordination" et "l'harmonisation" avant d'atteindre "l'intégration". Ceci suggère - argument donc à retenir et à considérer - que les initiatives de gestion côtière doivent évoluer en projets IZCM. 2,6 Ceci dit, il existe de nombreuses formes d'intégration. McGlashan (2000) propose quatre dimensions intégratives : spatiale, temporelle, verticale, horizontale.,qwpjudwlrq VSDWLDOH - celle-ci inclut les problèmes d'intersection relatifs aux limites spatiales, la distance en direction de la terre ou de la mer prise en compte par un projet particulier, l'importance d'accorder un poids égal aux facteurs maritimes et terrestres, le décalage entre les phénomènes naturels et les démarcations administratives.,qwpjudwlrq WHPSRUHOOH celle-ci tient compte des laps de temps, d'où découle la nécessité de s'assurer que chaque décision se fait en considération des impacts à très long terme, afin de garantir la viabilité continue. Elle souligne l'importance de décisions prudentes.,qwpjudwlrqyhuwlfdoh - celle-ci considère l'interconnexion, la coopération et l'intégration entre tous les niveaux. Par exemple, la planification "sur le tas" doit s'accorder à la planification locale, qui doit à son tour s'accorder aux plans côtiers de base et aux stratégies nationales et internationales. Ces éléments peuvent bien avoir un rôle différant mais doivent aussi se compléter. Ce genre d'intégration comprend aussi l'application des stratégies à l'intérieur des organismes : les informations doivent être communiquées entre tous les rangs de l'organisme, et aussi entre celui-ci et les organismes hiérarchiques (bureau de planification, conseils locaux, gouvernements nationaux).,qwpjudwlrq KRUL]RQWDOH - celle-ci vise le rassemblement des facettes variées du processus de décision dans tout le domaine côtier (par exemple : la protection de la côte, le développement économique, la conservation de l'environnement, etc.). Les différents départements et organismes doivent travailler ensemble plutôt que séparément, car une vue d'ensemble des facteurs côtiers est essentielle. Nous soulignons ces types différents d'intégration parce qu'ils montrent bien que très peu d'initiatives ICZM manifestent toutes les dimensions d'intégration que nous avons identifiées, loin s'en faut. Ils laissent voir la nature embryonnaire de beaucoup de ces initiatives, et indiquent la direction et les étapes de leur évolution nécessaire. Il est également important de tenir compte de tout ceci lorsque notre rapport se réfère aux niveaux "haut" et "bas" du ICZM au stade des calculs des coûts et des bénéfices. Plus le ICZM est "haut", plus il manifestera ces types d'intégration.

13 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO 2,7 Encore un aspect majeur du ICZM est celui d une large implication humaine. Celle-ci fait partie du paradigme de viabilité soutenue. Que les gens, surtout les autochtones, soient consultés, est important, car il est bien établi que les initiatives les plus réussies, dans beaucoup de pays, sont celles auxquelles les communautés locales participent avec enthousiasme (Kelleher et Kenchington, 1991). D'autres renseignements sur la participation dans le processus ICZM peuvent être lus dans King (1999). Il est bon de noter, à ce point, les remarques importantes de Dobbin (1976), qui constate que "les sciences se divisent en disciplines spécialisées. La nature ne s'organise pas de cette façon, à la différence de la connaissance que nous avons d'elle." Il souligne ensuite les différences entre les approches multi- et inter-disciplinaires : les problèmes multi-disciplinaires sont ceux qui se divisent en sections distinctes et qui sont résolus indépendamment, alors que les problèmes inter-disciplinaires ne sont pas "démembrés", devant plutôt être considérés dans leur ensemble, nécessitant le travail coopératif de nombreux spécialistes qui résoudront collectivement le problème. Ce processus est créateur de plus de connaissances et permet "des solutions plus complètes et opérables". 2,8 La discussion précédente montre clairement qu'il y a une divergence de vues sur ce qui constitue le ICZM. Il est clair cependant qu'il s'agit d'un programme de gestion des côtes caractérisé par une forme quelconque de coopération entre des agences ou des groupes différents qui s'évertuent à résoudre des questions de conflit potentiel. Il faut aussi se rappeler que différents états ont abordé la gestion côtière de façons différentes. Il n'y a pas une solution pour tous les cas, car les différents types côtiers et les degrés variés de dynamisme que l'on trouve dans le système indiquent que chaque région appelle son approche particulière : il n'existe pas de moule universel. Nous reviendrons à ces questions en section 4, lorsque les principales priorités d'organisation, de financement et d'opération des initiatives identifiées par notre enquête seront présentées. /(67<32/2*,(6'(/e9$/8$7,21'8,&=0 2,9 Un premier pas pour entreprendre l'évaluation des bénéfices socio-économiques des initiatives ICZM a été d'établir les typologies fondamentales d'enquête et d'évaluation que l'équipe se proposait d'utiliser pour arriver à une identification et une mise à l'échelle des impacts ICZM. Ce qui nous a surpris, c'est que la revue documentaire du ICZM n'identifiait que peu de typologies structurées relatives aux différents aspects et composantes du ICZM. Par conséquent l'équipe a établi son propre groupe de typologies, de classifications et de critères d'évaluation à l'usage des directeurs d'initiatives. Ces facteurs se rapportent aux biotopes présents dans les zones côtières, aux secteurs économiques principaux ainsi qu'aux problèmes environnementaux de chaque zone, aux caractéristiques organisationnelles ou autres trouvées dans chaque initiative ICZM, et aux impacts générés par les activités ICZM. Chacun de ces aspects du ICZM a été incorporé au questionnaire de l'enquête (voir Annexe A); une explication brève est donnée ci-dessous. /(6%,2723(6&Ð7,(56 2,10 La classification des biotopes environnementaux établie par Costanza HW DO. est la seule typologie adoptée dans sa totalité, sans le moindre changement, par l'équipe. Elle a joué un rôle majeur dans l'établissement des niveaux généraux du capital et des revenus des services environnementaux associés à chaque initiative ICZM. Les 16 classes de biome (ou biotopes) se trouvent dans notre tableau 2,1. Nous avons invité les directeurs des initiatives à identifier quelle proportion de leur zone côtière était contenue dans chacune de ces catégories. Il faut noter que trois de ces catégories de biotope ont peu de chances de se trouver dans les zones côtières européennes, mais nous les avons incluses puisque notre enquête a été envoyée à des projets ICZM situés en zones tropicales. Le seul type de biotope manquant est celui des plages sableuses, pour 7DEOHDX7\SRORJLHVGHV%LRWRSHV&{WLHUV Océan ouvert Estuaires Plantes marines/algues Récifs de corail Plateau continental Étangs de marée Marécages/Plaines inondables Forêt tropicale Forêt tempérée Prés/prairies Déserts Toundra Glace/roche Terres cultivables Lacs/Fleuves Zones urbaines lesquelles l'équipe Costanza n'a pas estimé les valeurs de services environnementaux : dans ces cas, nous avons inclu une valeur nominale.

14 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 2,11 Seuls 21 des projets de démonstration de l'ue ont été capables de nous procurer des estimations approximatives des pourcentages des types de biotope dans leurs zones côtières, et même certaines des approximations données avaient été basées sur des définitions inorthodoxes des zones côtières. Nous reviendrons sur cette difficulté en section 7 de ce rapport. Les valeurs de biotopes rapportées en section 3 sont donc tirées des 21 projets de démonstration, puisque leurs résultats ont semblé intuitivement acceptables aux yeux de notre équipe. Il serait utile que pour de futurs programmes et projets ICZM européens la distribution des biotopes dans les régions concernées soit établie en tant qu'élément intégral des audits H[DQWH. /$6758&785(e&2120,48('(6=21(6&Ð7,Ê5(6 2,12 Tout en constatant la possibilité future, au moyen de l'eurostat et des agences nationales de statistique, de mesurer la composition des différents secteurs ainsi que la performance des zones côtières européennes et des régions ICZM individuelles, l'équipe a reconnu que cette possibilité dépassait les capacités d'évaluation actuelles, étant donné que la plupart des directeurs ICZM n'ont ni défini ni détaillé, dans leur documentation, leurs limites territoriales. Le fait que nombre de directeurs ICZM répondant à l'enquête ne possédaient que très peu de connaissances économiques suggérait en plus que nous devions viser à une approche simple et solide pour l'identification des principaux secteurs économiques existant dans chaque zone. La typologie utilisée est montrée au tableau 2,2, et formait la base des questions 8 et 9 de l'enquête. 2,13 Les catégories de secteurs économiques indiquées ont été conçues afin d'être facilement reconnaissables aux directeurs de projets ICZM. Elles n'ont pas été formulées selon les classifications statistiques ISIC standard, et ne sont 7DEOHDX6HFWHXUVeFRQRPLTXHV*pQpUDX[3UpVHQWV pas mutuellement exclusives. GDQVOHV=RQHV&{WLqUHV Cependant les résultats de l'enquête Pêcheries maritimes Ports et trafic maritime qui sont rapportés montrent vraiment Élevages de poissons Ferries à passagers les composantes principales des Agro-alimentaire Marinas de loisirs économies des zones côtières. Comme Forêts et produits forestiers Aéroports/Transports aériens nous le suggérons en section 7 du Extraction des minerais Tourisme/Loisirs rapport, une évaluation statistique Chantiers navals Services financiers plus détaillée demanderait un Pétrochimie/Raffinerie Résidences particulières étiquetage par Eurostat des zones Secteurs manufacturiers Activités gouvernementales côtières. Ce qui est important est de Production énergétique Usages militaires/défense comprendre les facteurs économiques principaux ayant un impact sur les zones côtières. /(6352%/Ê0(6(19,5211(0(17$8;'(6=21(6&Ð7,Ê5(6 2,14 La troisième typologie développée par l'équipe suivant notre revue documentaire concerne les principaux problèmes environnementaux rencontrés dans les zones côtières et par les directeurs ICZM. Nonobstant les typologies existantes des risques variés ainsi qu'un corpus grandissant de résultats de recherches relatives aux types, aux niveaux et aux dimensions des dégâts et de la dégradation de l'environnement, il semblerait ne pas exister de simple typologie des pressions environnementales. Par conséquent l'équipe a développé, en tant que partie intégrale de la méthodologie d'évaluation, la typologie indiquée au tableau 2,3. 2,15 Ces 14 problèmes, différants mais interconnectés, identifiés par l'équipe en tant que des menaces à l'environnement des zones côtières en Europe et ailleurs, constituent un groupe complexe de pressions environnementales qui varient selon les zones côtières différentes. Quelques-uns de ces problèmes se trouvaient identifiés dans les documents des programmes ICZM, mais en général il existe peu d'informations fiables sur ces facettes des changements de 7DEOHDX3UREOqPHV(QYLURQQHPHQWDX[ GHV=RQHV&{WLqUHV Érosion côtière Mouvement des sédiments Pollution des eaux Pollution de l'air Manques d'eau Croissance démographique Tourisme et loisirs Extraction des minerais Surpêche Congestion des transports Espèces en voie de disparition Oiseaux migrateurs menacés Perte d'habitat Expansion urbaine

15 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO l'environnement qu'on remarque partout en Europe. Quelques recherches détaillées ont eu lieu sur certains aspects des pressions environnementales dans les régions de démonstration ICZM, et certaines données statistiques ont été réunies dans le rapport thématique sur les 3ULQFLSHVJpQpUDX[HW 2SWLRQV6WUDWpJLTXHV, préparé par un groupe d'experts, à la demande de la Commission Européenne, afin d'inaugurer la phase consultative du Programme de Démonstration en &$5$&7e5,67,48(6&/()6'8,&=0 2,16 Il est probable que les bénéfices et les impacts des initiatives ICZM sont déterminés pour la plupart par la qualité de l'organisation et des ressources des activités opérationnelles de la part des organismes de direction concernés. Trop peu de recherches ont été consacrées aux aspects organisationnels du ICZM pour définir la meilleure pratique méthodologique, ou même ce que serait une initiative ICZM idéale du point de vue de son opération. L'équipe a donc établi 16 caractéristiques clefs que l'on pourrait trouver dans une initiative ICZM fondée sur la meilleure pratique, et a demandé aux directeurs de confirmer lesquelles d'entre elles existent dans leur initiative. Ces caractéristiques sont indiquées au tableau 2,4. 2,17 Ces caractéristiques ICZM constituaient la base de la question 14 du questionnaire d'enquête, et fournissaient un outil analytique central pour l'établissement des bénéfices. Il a été présumé que plus nombreuses étaient les caractéristiques présentes dans une initiative ICZM particulière, plus hauts et plus viables seraient les bénéfices socio-économiques. Dans la pratique, de nombreuses initiatives ICZM participant à 7DEOHDX&DUDFWpULVWLTXHVGH3ODQLILFDWLRQG2UJDQLVDWLRQHWGH*HVWLRQ l'enquête ne GHV3URMHWV,&=0,GHQWLILpHV6HORQOH&ULWqUHGHOD0HLOOHXUH3UDWLTXH possèdent que peu de ces caractéristiques. Les résultats et les implications de cet aspect de l'évaluation faite par l'équipe sont présentés en section 4 du rapport. Consultations/engagement des intéressés Audit financier compréhensif Audit environnemental compréhensif Études de processus physiques et d'habitat Stratégie de gestion dez zones Plan d'opération annuel Personnel permanent de direction Buts et objectifs de performance Financement moyen terme (2/5 ans) Financement long terme (6/10 ans) Statut et pouvoirs réglementaires Revues régulières de performance Mesure de bénéfices et d'impact Programme de recherche associé Activités de publicité/informations Viabilté financière $9$17$*(6(7,03$&76'8,&=0 2,18 La typologie d'évaluation finale établie par l'équipe était celle qui identifiait le genre et le niveau de l'impact, sur l'économie, la communauté et l'environnement locaux, produit par les initiatives ICZM individuelles. Les directeurs concernés ont été invités à identifier subjectivement les impacts principaux de leurs initiatives jusqu'à présent, et à juger si ces impacts avaient été positifs et bénéfiques, ou bien négatifs (c'est-à-dire, entraînant des frais publics et privés). Les 16 bénéfices proposés sont indiqués au tableau 2,5, et ont déterminé le fond de la question 18 du questionnaire. 2,19 Les bénéfices qualitatifs des initiatives ICZM visent à identifier des améliorations dans toute une gamme de facteurs économiques, environnementaux et communautaires, leur but étant de refléter les bénéfices tels que ceux-ci sont perçus par les directeurs des programmes ICZM. Ils ne prétendent pas refléter les bénéfices quantitatifs, car ceci demanderait des investigations détaillées basées sur des enquêtes spécifiques au niveau des projets ICZM individuels, étude qui dépasse les capacités de ce contrat d'évaluation, mais qui devrait pourtant constituer une composante de l'initiative de développement ICZM future de la Commission Européenne. Il est important de noter qu'une telle recherche des impacts reste relativement absente dans les zones côtières, surtout une recherche qui viserait à évaluer les bénéfices et les impacts dans les domaines d'impact concernés. Les bénéfices et impacts rapportés par les 39 initiatives étudiées sont présentés et commentés en section 5 de ce rapport.

16 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 2,20 Les typologies d'évaluation créées par l'équipe représentent une tentative initiale de création d'un cadre de revue et d'évaluation des initiatives ICZM. Il est reconnu qu'elles peuvent (et doivent) être développées et sophistiquées à l'avenir. Les réponses à notre enquête provenant des projets ICZM européens et internationaux représentent une importante base de données fondatrice dont on pourra se servir pour revoir, mesurer et évaluer à long terme les bénéfices qualitatifs et quantitatifs. Ceci est important étant donné que la plupart des projets de démonstration ICZM communautaires viennent tout juste 7DEOHDX,PSDFWVGX,&=06XUOeFRQRPLHOD&RPPXQDXWpHW O(QYLURQQHPHQW/RFDX[ Planification spatiale cohérente Prise de décisions améliorée Meilleurs rapports avec partenaires Accord sur les priorités Sentiment communautaire renforcé Réduction des coûts de transports Amélioration de qualité de vie Réduction de la pollution d'entrer dans leurs phases de mise en vigueur et que des impacts socio-économiques quantifiables vont commencer à émerger. /(148Ç7(,&=068548(67,211$,5( Plus grande viabilité des pêcheries Plus grande viabilité touristique Restauration de l'habitat Réduction d'inondations et d'érosion Risques environnementaux réduits Sensibilité publique renforcée Initiatives scolaires/éducatives Amélioration du paysage 2,21 Nous avons compris dès le début que quantifier et évaluer les coûts et bénéfices des initiatives ICZM serait un défi, d'autant plus que peu de travail n'avait été fait, avant que notre contrat ne soit octroyé, sur les résultats, les fruits et les impacts de cette nouvelle approche de gestion côtière. Nous avons décidé que la meilleure façon de procéder était d'utiliser les projets de démonstration ICZM communautaires en tant qu'une source de données des coûts et profits, et ensuite de s'en servir pour mettre à l'échelle les chiffres bruts. Cette procédure nous a évité de créer de simples modèles spéculatifs, et nous a permis de rendre accessibles les résultats à toutes les parties intéressées (ceci faisant partie intégrale du concept de l'iczm) ainsi que de maximiser l'apport et la compréhension de la phase de dissémination qui allait suivre cette entreprise. Cependant cette méthode de quantification des coûts et des bénéfices, qui réduisait l'élément spéculatif, encourait le risque, bien reconnu, que tous les projets n'aient pas gardé des comptes à jour ni des relevés de surveillance des impacts. Nous dépendions aussi de la bonne volonté des responsables des projets qui allaient devoir récupérer les renseignements et juger les impacts réels, positifs ou négatifs, de leurs projets de démonstration. Il a été décidé que la meilleure démarche pour entreprendre ce genre d'évaluation serait par l'usage d'un questionnaire structuré (voir la section suivante pour plus de détails). Dans le but d'obtenir une plus grande quantité de données, l'équipe a décidé d'envoyer des questionnaires à d'autres projets intéressés partout dans le monde, en ciblant spécifiquement ceux qui semblaient représenter des activités ICZM importantes. Ces derniers ont été identifiés par une recherche documentaire et en ligne, et s'y ajoutaient aussi des volontaires qui se sont proposés au moyen d'échanges de courrier électronique. %$6(0e7+2'2/2*,48('(/(148Ç7( 2,22 La décision a été donc prise d'entreprendre cette évaluation par le biais d'un questionnaire guidé bien structuré. Plus longs sont les questionnaires, plus le taux de réponse diminue; pour cette raison chaque question a été soigneusement formulée, utilisant des casiers-réponses si possible. Le casier-réponse permet aux personnes adressées de remplir le formulaire plus rapidement, ce qui se traduit en un taux de réponse plus élevé, et permet aussi l'analyse des entrecoupements des réponses enregistrées dans la base des données. Il a été décidé que la longueur optimale du questionnaire serait de quatre pages A4, car notre expérience nous avait montré que les questionnaires de plus de quatre pages sont ignorés, ou remplis de façon partielle. Il a fallu donc donner priorité à toutes les questions, afin de n'inclure que les plus importantes, avec le moins possible de questions invitant à des réponses discursives. Les questionnaires ont fait partie d'un dossier, contenant aussi une lettre de l'équipe, un prospectus donnant les renseignements essentiels sur le projet, une lettre de Bruno Julien (Commission Européenne) et un questionnaire exemplaire, complété pour servir d'échantillon. Les questionnaires et les renseignements d'accompagnement ont été rédigés en français ou en anglais, ou bien dans les deux langues.

17 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO /(648(67,216'(/(148Ç7( 2,23 Le questionnaire (Annexe 3) avait cinq sections. La première s'intitulait 9RWUH =RQH &{WLqUH et invitait les directeurs d'initiatives de fournir des renseignements sur leur définition de la zone côtière, sur l'étendue spatiale de leur initiative, la longueur du littoral, la largeur en direction de la mer, le pourcentage des structures artificielles, les grands fleuves qui traversent la zone, le pourcentage de l'étendue couverte par l'initiative correspondant aux biotopes tels qu'ils sont décrits par Costanza HWDO (1997). Leurs réponses étaient importantes parce qu'elles nous permettaient de comprendre le cadre de l'initiative, ses frontières et ses limites. La deuxième section, intitulée 9RWUH efrqrplh &{WLqUH posait des questions sur l'économie locale, y compris le produit intérieur brut (PIB), le tourisme, les volumes de la pêche, etc. Obtenir ce genre de données allait évidemment être difficile, mais l'équipe pensait que ces questions étaient indispensables, ne serait-ce que pour mettre en lumière le fait que de tels renseignements ne sont pas régulièrement réunis en dépit du fait que, sans eux, il est impossible d'évaluer avec précision l'impact de l'initiative sur l'économie. D'autres questions concernaient les secteurs industriels et leur importance relative, et l'impact sur eux de l'initiative. La troisième section 4XHVWLRQV (QYLURQQHPHQWDOHV 0DMHXUHV GDQV 9RWUH =RQH, qui s'explique par son titre, permettait aux directeurs des initiatives de cocher les questions qu'ils estimaient importantes dans leurs zones particulières. 2,24 La quatrième section explorait les &DUDFWpULVWLTXHV&OHIVGH9RWUH,QLWLDWLYH,&=0. Elle comprenait des questions sur la durée de l'initiative, sur son statut légal, et, ce qui est très important, sur les particularités de l'initiative (par exemple, études de l'habitat, stratégies gestionnaires, personnel permanent etc.). Cette section était particulièrement importante parce qu'elle a permis à l'équipe de dénombrer les caractéristiques de l'initiative sur un nombre total possible de 16. Les 16 caractéristiques avaient été choisies selon des enquêtes documentaires, l'expérience du personnel et des consultations avec la Commission ainsi qu'avec de nombreux directeurs d'initiative et d'autres personnes d'importance nationale en matière de gestion côtière. La liste des caractéristiques est loin d'être exhaustive, car elle ne représente que quelques-unes des caractéristiques totales identifiables dans les initiatives ICZM au niveau mondial. Elle a pourtant permis à l'équipe de se faire une idée de l'ampleur de l'initiative en question. Si on devait poursuivre cette enquête d'une façon plus exhaustive, des indicateurs devraient être idéalement fournis pour correspondre aux différentes formes d'initiative : par exemple l'étude des partenariats aurait pu être basée sur les travaux de Fry et Jones (2000). Cependant ces indicateurs se devaient d'être généraux afin de couvrir les différentes approches des programmes de démonstration. Les questions 15, 16 et 17 portaient sur des aspects financiers : il s'agissait de l'apport financier total, de la source du financement ICZM, et sur la façon de laquelle cet argent était dépensé. Ces données sur les dépenses étaient très importantes à l'équipe, puisqu'elles nous permettaient d'entrevoir la portée du contrat accordé à l'initiative particulière, et fournissaient aussi les coûts de base des projets ICZM que nous avons inclus dans nos modèles de bénéfices nets en sections 4 et 5. 2,25 La cinquième et dernière section était particulièrement importante, puisqu'elle prenait en considération les impacts de l'initiative. La section intitulée /HV,PSDFWVGH9RWUH,QLWLDWLYH,&=0 demandait un classement par priorité de l'importance d'un nombre d'impacts potentiels en comparaison de leur poids relatif les uns avec les autres. Les questions suivantes concernaient spécifiquement les impacts négatifs, et demandaient si l'initiative avait entrepris des études des valeurs monétaires ou des coûts et des bénéfices de l'initiative. La dernière question invitait des suggestions quant à des caractéristiques qui pourraient intéresser l'équipe dans son identification de la "meilleure pratique". &203,/$7,21(7$1$/<6('(/$%$6('(6'211e(6 2,26 Toutes les données qualitatives et quantitatives obtenues par les réponses au questionnaire ont été incorporées dans une base de données MS, accessible à tous les membres de l'équipe. Une explication de la structure, du contenu et de la portée de cette base de données ICZM se trouve dans l'annexe 4 de notre rapport. Certaines réponses, par exemple sur les dépenses des initiatives ICZM, ont été données confidentiellement et ne seront pas rapportées en dehors de la Commission Européenne. Nous recommandons aussi que la base de données ICZM soit élargie et mise à jour afin de permettre

18 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 l'évaluation continue et longitudinale des bénéfices, et que les données centrales soient plus largement accessibles. Plusieurs dénombrements de champs d'étude, et des tabulations interconnectées, ont été produits par l'équipe par la suite, et ont formé la base de notre évaluation des bénéfices socioéconomiques des initiatives ICZM. &5e$7,21(7$1$/<6('(/$%$6('(6'211e(6 2,27 Le questionnaire d'enquête a été posté et envoyé électroniquement aux directeurs de toutes les 35 initiatives de démonstration soutenues par la Commission Européenne, ainsi qu'à 30 autres projets ICZM identifiés par l'équipe comme pertinents à son enquête. De plus, le Forum Côtier d'écosse a autorisé la participation dans notre évaluation de son portefeuille de projets ICZM. Pendant la période mars-juillet 2000, le questionnaire d'enquête a été complété et rendu par un total de 40 directeurs de projet ICZM, y compris ceux de 27 initiatives de Démonstration soutenues par la Commission. Une liste des projets qui ont participé est fournie en Annexe B de notre rapport. 2,28 La qualité des renseignements fournis dans les questionnaires reçus était en général très bonne, et la plupart des directeurs ont pu juger, dans leurs réponses, les mesures d'évaluation concernées. Un aspect pour lequel la réponse était moins élevée était celui des renseignements statistiques sur l'étendue spatiale et la composition des biotopes des zones côtières correspondant aux initiatives, et ceci est un champ de recherche à poursuivre dans le futur. Puisque l'approche évaluative adoptée par notre équipe dépendait de données sur les biotopes Costanza de chacune des zones, il a été décidé (après des contacts ultérieurs avec des directeurs ICZM) de désigner, en tant que noyau sur lequel baser nos modèles et nos rapports, les 21 initiatives de démonstration qui avaient fourni des renseignements utilisables sur les biotopes ainsi que d'autres informations statistiques. Ces initiatives sont dénommées "OHVLQLWLDWLYHV,&=0FHQWUDOHV " dans les analyses présentées dans ce rapport. 2,29 Le programme intensif de correspondance téléphonique et électronique entrepris par l'équipe en mai et juillet 2000 était essentiel pour assurer une réponse compréhensive. Les problèmes de l'enquête ont fait le sujet de notre "Rapport Intérimaire" envoyé à la Commission en août Les directeurs ICZM variaient dans leur capacité de compléter le questionnaire en répondant à toutes les questions, et ainsi entre les tableaux donnés dans notre rapport y a-t-il des nombres différents de réponses. Trois des questionnaires d'enquête reçus (tous d'europe) ne répondaient qu'à moins de 50% des questions. Les chiffres de réponse sont indiqués au bas des tableaux appropriés.

19 eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 5DSSRUW)LQDO &$5$&7e5,67,48(6&/()6'(6=21(6&Ð7,Ê5(6(8523e(11(6 3,1 Une découverte intéressante faite par l'équipe, c'est que jusqu'à maintenant il n'existe, généralement, que très peu de statistiques disponibles sur les initiatives ICZM individuelles ou même sur les zones côtières européennes. Certaines données existent, ou en format topographique GIS (système d'informations graphique) ou bien éparpillées entre une série de sources différentes. Une compréhension des échelles, natures et structures des zones côtières européennes est importante puisqu'elle est nécessaire pour faire une mise à l'échelle des coûts, des bénéfices et des impacts. Cette section du rapport fournit des données statistiques de base sur les zones côtières et littoraux européens, basées à la fois sur les réponses à l'enquête ICZM et sur d'autres renseignements actuellement disponibles. Elle inclut aussi les estimations initiales de notre équipe à l'égard de la valeur annuelle des services environnementaux produits par la nature physique de régions européennes ICZM sélectionnées, en utilisant les valeurs générées par les recherches de Costanza. Ces deux groupes de caractéristiques ICZM sont importants puisqu'ils fournissent le contexte des estimations des valeurs des bénéfices socio-économiques générées par l'évaluation présente, tels qu'ils sont décrits en section 6 de ce rapport. /(6&Ð7(6(7=21(6&Ð7,Ê5(6(8523e(1(6 3,2 Comme il a été noté en section 2, il y a actuellement une absence de données publiées facilement accessibles à propos des littoraux, des zones côtières et des biotopes côtiers européens. L'équipe d'évaluation a cherché à rassembler ces renseignements, les jugeant essentiels à la mise en échelle des résultats des bénéfices ICZM afin de fournir des estimations des valeurs des impacts socioéconomiques du ICZM potentiellement réalisables au niveau de l'union Européenne par la poursuite d'une stratégie ICZM européenne efficace ainsi que par un programme d'investissements. /$&Ð7((7/(/,7725$/(8523e(16 3,3 La côte européenne est variée et, par endroits, d'une forme fortement dynamique. Ceci fait partie du problème de la gestion côtière, chaque zone étant différente. Chaque mensuration de la longueur de la côte diffère aussi, puisqu'il y a différentes façons de la calculer. Certains calculs incluent l'étendue des marées fluviales, alors que d'autres ignorent complètement les fleuves et les estuaires. L'échelle à laquelle la mesure est faite déterminera également à quel point le profil en dents de scie de certaines côtes sera pris en compte. Un exemple de ceci est le Royaume-Uni (R-U), pour lequel l'équipe a utilisé des données provenant de l'institut des Ressources Mondiales (World Resource Institute ou WRI). Le WRI estime que la côte du R-U mesure kilomètres de long, alors que le Scottish Natural Heritage (Patrimoine Naturel Écossais) (Lees, 1999) avait déclaré que la côte écossaise dépassait en fait km (ceci étant presque égal au chiffre cité pour le R-U entier!). L'équipe a donc décidé d'utiliser les données du WRI afin d'assurer que la mensuration des côtes sera constante. Cependant, la base de données de l'érosion côtière CORINE (Quelennec, 1998) présente des longueurs de côte différentes pour l'ue. Les données utilisées par l'équipe d'évaluation couvrent tous les États membres de l'ue aussi bien que d'autres nations européennes, et par conséquent les données WRI ont été privilégiées. 3,4 Les meilleurs renseignements disponibles sur la longueur des côtes européennes, pour les États membres aussi bien qu'associés, sont présentés au tableau 3,1 ci-dessous, qui est basé sur des données réunies par le WRI. Ils suggèrent que les 13 états membres possédant des côtes en ont plus de km, dont la Grèce et le R-U comptent entre eux 49%. La grande diversité des longueurs des littoraux nationaux suggère aussi qu'il y a des différences majeures entre les stratégies et les valeurs des bénéfices socio-économiques du ICZM d'un pays européen et un autre, ce qui est confirmé par les résultats décrits en section 6. Cette divergence a des implications importantes pour la stratégie et les opérations des démarches ICZM futures au sein de l'union Européenne. 3,5 L'importance des États voisins de l'ue est clairement indiquée au tableau 3,1, qui montre km de côtes de plus, quoique ce chiffre soit grossi par l'inclusion des zones côtières extra-européennes de

20 5DSSRUW)LQDO eydoxdwlrqghv&r WVHWGHV%pQpILFHV6RFLReFRQRPLTXHVGX,&=0 la Fédération Russe. Puisque les bénéfices ICZM économiques et environnementaux débordent les frontières nationales, il sera évidemment important d'encourager et de soutenir les initiatives ICZM associant l'ue et d'autres États européens. Ceci argumente en faveur d'une continuation du soutien ICZM par les fonds de développement de l'ue des nations émergeantes en Europe Centrale et Orientale ainsi que de celles du bassin méditerranéen. 7DEOHDX/RQJXHXUGHV&{WHVHW=RQHV0DULWLPHVGHV(WDWV0HPEUHV GHO8QLRQ(XURSpHQQHHWG$XWUHV1DWLRQV(XURSpHQQHV 3D\V /RQJXHXUGHV&{WHV =RQHV0DULWLPHV 3RSXODWLRQ 3,%.P 3ODWHDX0.P 0 86% Belgique ,0 Danemark ,4 Finlande ,3 France ,2 Allemagne ,7 Grèce ,9 Irlande ,5 Italie ,2 Pays-Bas ,7 Portugal ,4 Espagne ,7 Suède ,9 Royaume-Uni ,8 8QLRQ(XURSpHQQHeWDWV0HPEUHV Albanie ,7 Bosnie-Herzégovine 20 na na na Bulgarie ,1 Croatie na 5 20,7 Estonie na 1 4,9 Islande ,5 na Lettonie 531 na 2 5,9 Lituanie 108 na 4 9,0 Norvège ,1 Pologne ,8 Roumanie ,3 Fédération Russe na ,9 Slovénie 32 na 2 19,4 Ukraine na 50 42,7 Yougoslavie 199 na na na $XWUHV(WDWV(XURSpHQV (XURSH8($XWUHV (XURSHjO([FOXVLRQGHOD)pGpUDWLRQ5XVVH Sources : WRI HWÃDO. Ressources MondialesÃ$Ã*XLGHÃWRÃWKHÃ*OREDOÃ(QYLURQPHQWÃ (New York, Oxford University Press, 1996), data table 11,4; World Bank, (QWHULQJÃWKHÃVWÃ&HQWXU\ÃÃ:RUOGÃ'HYHORSPHQWÃ5HSRUWÃ. (Washington, Oxford University Press, 1999), table 1, p230. * = Avec l éxception des nations na. =21(6&Ð7,Ê5(6(8523e(11(6 3,6 L'absence d'une seule définition, communément acceptée et internationalement reconnue, des zones côtières, définition qui engloberait les espaces marins, les littoraux et les espaces terrestres, explique l'existence d'une série diverse de définitions et de démarcations. Le WRI a aussi réuni des données sur les espaces des états côtiers qui se trouvent entre le littoral et l'endroit où l'eau atteint une profondeur de 200 mètres. Ces données sont incluses au tableau 3,1 afin de créer un contexte plus large aux données ICZM générées par notre enquête d'évaluation. Il est intéressant de remarquer les changements d'importance relative des états membres, selon qu'on les étudie d'après la taille de leur zone côtière, ou bien du point de vue de la longueur de leurs côtes. Alors que le Royaume-Uni maintient son importance relative, la Grèce a une zone maritime bien plus petite, tandis que la France, l'italie et l'espagne sont des nations côtières importantes qui illustrent bien cette définition. Cette question de définition est importante pour la mise à l'échelle des résultats de l'enquête, et nous y revenons en section 5. /$1$785(3+<6,48('(6&Ð7(6(8523e(11(6 3,7 L'Europe a une superficie approximative de 10 millions de kilomètres carrés, ce qui est

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement Prise de position et réflexions sur le 6e programme d'action de l'ue pour l'environnement 1. Importance générale de l'environnement dans les régions frontalières et transfrontalières 2. Nécessité d'un

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Indorama Ventures Public Company Limited

Indorama Ventures Public Company Limited Indorama Ventures Public Company Limited Politique d administration d'entreprise (Approuvé par le Conseil d'administration du No.1/2009 en date du 29 septembre 2009) MESSAGE DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 8 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin 2011

Plus en détail

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional.

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional. C. Une nécessaire clarification des règles relatives aux mesures compensatoires Dans le cadre du principe «Eviter Réduire - Compenser», les conseillers rappellent la nécessité de clarifier les règles inhérentes

Plus en détail

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de Cette note a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE pour apporter des conseils aux pays mettant en œuvre l ITIE sur la manière de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Les lecteurs

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Principes régissant la mise en place de meilleurs mécanismes de contrôle des institutions internationales

Principes régissant la mise en place de meilleurs mécanismes de contrôle des institutions internationales ISSAI 5000 Les Normes internationales des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISSAI) sont publiées par l Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

1. Objectif Général du Projet.

1. Objectif Général du Projet. 1. Objectif Général du Projet. Conception, Elaboration et Développement d un Plan Intégral de dynamisation socio économique des secteurs du tourisme, des loisirs et du commerce du litorial de Souss- Massa-Drâa.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 Ce fichier PDF a été archivé dans le Web. Contenu archivé

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu Opinion 06/2008 Description: Language: [FR]-Opinion 06/2008 - Explanatory Note French Opinion number: 06/2008 Related regulation(s): Commission Regulation (EC) No 1194/2009; Commission Regulation (EU)

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 27 mai 2016 (OR. en) 9526/16 RECH 208 TELECOM 100 RÉSULTATS DES TRAVAUX Origine: Secrétariat général du Conseil Destinataire: délégations Nº doc. préc.: 8791/16

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail