Un journal qui a du piquant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un journal qui a du piquant"

Transcription

1 JUILLET 2014 NUMERO 219 Un journal qui a du piquant CFDT Tata Steel France Rail S.A.S Téléphone : Courriel : 1

2 REUNION DES DELEGUES DU PERSONNEL COMPTE-RENDU DE JUILLET PERSONNEL = Avez-vous choisi le nouveau contremaître au Laminoir? (CFDT) EFFECTIFS = Situation des effectifs au 30 juin Point sur les effectifs, CDI, CDD, intérimaires et embauchés. (CFDT) Nombre d heures d intérim. Au 30 juin 2014 l effectif d Hayange est de 418 inscrits et de 397,30 ETP et passe à 467,80 avec le personnel intérimaire. Nous avons enregistré : 1 départ à LVP (rupture CDI en période d essai). 6 embauches (1 CDI à LVP, 4 CDI au Parachèvement et 1 contrat de professionnalisation à I.T) L effectif de la Direction commerciale est de 18 agents inscrits et de ETP. L effectif global de Tata Steel France Rail S.A.S. est de 436 inscrits et passe à 485,30 ETP avec le personnel intérimaire. Le processus de recrutement est en cours. La clôture des candidatures a eu lieu le 27/06/2014. Nous allons recevoir, en collaboration avec le Laminoir, les candidats. SALAIRES = Point sur l avenant CET. (CFDT) L avenant CET est à la signature depuis le 02/07/2014 et sera signé par 3 des 4 organisations syndicales. Quelles sont les dates des prochains comités de carrière pour les différents services? (CFDT) Parachèvements : 08/09/2014 OF : à définir sur Décembre 2014 Laminoir : 07/07/2014, le prochain à définir sur Septembre ou Octobre 2014 Maintenance : 09/09/2014 Service Qualité : A définir sur Décembre 2014 ou Janvier Nous avons : 7 agents à temps partiel (1 Service Qualité 1 au Parachèvement 2 au Service Métallurgie 2 au RH 1 à la Direction établissement). Le nombre d heures d intérim s élève globalement à heures. 2

3 La CFDT vous demande de remédier à certains dysfonctionnements impliquant la plupart des intérimaires avec leur employeur (refus systématique d avancer le paiement des CP, date de versement de la paye retardée, mauvais accueil de leur responsable à la limite de l inconvenance). La CFDT rappelle que le Personnel intérimaire de par leurs compétences et polyvalence participe pleinement aux bons résultats industriels et financiers d Hayange. Suite à quelques retours en direct que nous avons eu, nous en avons averti la société d intérim. Le responsable de la société a été informé que nous sommes interpellés officiellement par les délégués du personnel sur les dysfonctionnements de leur part vis-à-vis de leur personnel. Par ailleurs nous allons les rencontrer dans les prochains jours pour reprendre les points sur lesquels ils se doivent de réagir. Quant au fait que : «le Personnel intérimaire de par leurs compétences et polyvalence participe pleinement aux bons résultats industriels et financiers d Hayange», la Direction n en doute pas. L embauche d un bon nombre d entre eux sur les dernières années et encore aujourd hui quand il y a des opportunités, est suffisamment significative de l intérêt que nous portons au personnel intérimaire. DIVERS = Point sur les commandes T.TH 108m. (CFDT) Le potentiel en commandes supérieur à 36m n est pas à ce jour suffisant pour faire fonctionner à plein régime l atelier grande longueur. Il n en demeure pas moins que nous cherchons à nous positionner sur des marchés pour des commandes supérieurs à 36m. C est le cas par exemple pour l Afrique du Sud, avec Transnet, pour lesquels nous avons eu commande pour une livraison de tonnes et des discussions sont en cours pour un contrat de deux années avec environ tonnes par an. REUNION DU COMITE D ENTREPRISE COMPTE-RENDU DE JUIN Pour ce chardon nous vous proposons un extrait du PV du CE tenu en Juin, afin de vous familiariser avec les compétences des différentes instances représentatives dont nous vous exposerons le fonctionnement et leurs compétences. Le 1 er volet portera donc sur le Comité d Entreprise. Par la suite si l intérêt se présente nous continuerons à vous diffuser des extraits des PV du CE. MARCHE DES INSTALLATIONS = Quel est l impact de la grève SNCF sur la marche des ateliers et sur les expéditions? (CFDT) La grève a impacté les ateliers en terme d activité avec au minimum quatre postes fermés au Laminoir et le laminage du 33C1 non prévu initialement. 3

4 Sur l APS, on notera près de cinq postes de fermetures également. L impact sur les temps de montage et la disponibilité du Laminoir est moins facile à démontrer car nous n avons pas pu optimiser les tailles des montages d une valeur égale au moins précédent. Situation des stocks, incidence sur la gestion des halles? (CFDT) La grève a eu des conséquences sur la gestion des stocks dans les halles. Le planning de laminage et de parachèvement a été bouleversé afin d adapter la marche à l arrivée de blooms, la disponibilité des wagons vides et aux départs de trains de rails chargés. Globalement la situation et le niveau des stocks dans les halles sont élevés mais respectent les règles de stockage. PERSONNEL ET SALAIRES = La CFDT vous demande la réunion de la commission égalité H/F. (CFDT) Nous vous proposons de la prévoir à l issue de l arrêt technique, soit le mercredi 10 septembre. La CFDT vous demande de neutraliser l impact des problèmes à l aciérie ainsi que de la grève SNCF pour le calcul de l intéressement. Les impacts liés aux problèmes de l aciérie ont été pris en compte. Il en sera de même pour les répercussions liées à la grève SNCF et sur le DOTIF en particulier. Considérez-vous «l observation écrite sur un tableau blanc» comme un avertissement simple ne nécessitant pas d entretien préalable avant sanction? (CFDT) L officialisation d un avertissement inscrit au dossier, conformément à l article 3.1 de notre règlement intérieur ne peut se faire qu après un entretien préalable. Donc, l observation dont il est fait part dans la question n a aucune valeur et aucune raison d être. ECONOMIE = Rien de nouveau concernant une éventuelle cession d actifs du groupe? Quelle est la stratégie du groupe sur les produits longs et sur le rail en particulier? Des synergies entre les unités de production sont-elles à prévoir afin de réaliser des économies? (CFDT) La sidérurgie européenne continue à faire face à des conditions commerciales difficiles et TSE est donc soumis aux pressions que cela génère. En Inde le projet de construction est en retard par rapport au calendrier à KTO et par conséquent il représente un enjeu financier actuel au niveau du groupe. Les opérations européennes se focaliseront sur le fait d être financièrement bénéficiaire dans cette situation, en besoin en fonds de roulement. 4

5 INTERESSEMENT AUX PERFORMANCES AVRIL/MAI/JUIN MARCHE DES INSTALLATIONS AOUT 2014 Suite à la réunion sur l intéressement du jeudi 15 juillet, les résultats pour le 1 er trimestre TATA sont les suivants : DISPONIBILITE = Laminoir : 52.9 % ABC : 78.9 % APS : 69.2 % TTH : 73.8 % MISE AU MILLE = 1133 (totale) Laminoir : 1042 Parachèvement : 1087 DOTIF-R = 80.4 % Ce qui nous donne une prime trimestrielle de 292. Au cours de cette réunion, la CFDT a demandé à ce que le versement de cette prime soit anticipé ; afin que ceux qui le souhaitaient puisse placer tout ou partie du montant en épargne salariale. Bien que la CFDT ne fût pas satisfaite du nombre de points liés aux résultats, elle avait cependant annoncé qu elle signerait l accord «intéressement» afin de ne pas s exclure des réunions. Et voilà que dès la 1 ère réunion, on peut se rendre compte du bien fondé de sa position. Le montant de l intéressement ayant ainsi été versé le 21 juillet. A NOTER QUE LE LAMINOIR AINSI QUE L ABC REPRENNENT LE POSTE 2 DU LUNDI 18 AOUT (CONTRAIREMENT A CE QUI ETE REGULIEREMENT ANNONCE PRECEDEMMENT). 5

6 SUPPLEMENT D INTERESSEMENT DE 300 EUROS Lors de la dernière négociation NAO, il a été décidé de verser un complément d intéressement aux performances de 300. C est donc une prime versée fin Août, jusque-là rien de compliqué : une mesure négociée, puis écrite dans un accord. Mais, la CFDT a aussi pensé aux cas particuliers et a demandé des précisions pour l application de ce versement. Ainsi la Direction a défini trois catégories de personnel pour lesquelles le versement de la prime fera l objet d une application différente : Les salariés qui ont été sous contrat Tata pendant tout l exercice 2013/14. Pour eux, aucun problème, ils percevront 300 brut, diminués de la CGS/CRDS, avec un prorata pour celui qui a quitté l entreprise en cours d exercice et quel qu en soit le motif (retraite, amiante, démission ) reprise d ancienneté, aura 9/12èmes de la prime. Les salariés embauchés après la fin de l exercice 2013/14. Pour ces salariés il serait impossible de leur verser la prime sous forme d intéressement car ils n étaient pas présents à l effectif au cours de l exercice de référence. Pour la CFDT, il n était pas envisageable que ces salariés ne reçoivent rien, car cette prime est négociée lors de la NAO pour l ensemble du personnel, et le fait de la verser sous forme de complément d intéressement est un simple prétexte pour ne pas payer l ensemble des charges, tant pour l entreprise que pour le salarié. Il a donc été décidé de verser aux agents embauchés entre Avril et Juillet 2014 une prime d environ 360 brute, proratisée au nombre de mois travaillés pendant l exercice de référence et plafonnée à huit mois de reprise d ancienneté. Cependant, cette prime, ne bénéficiera pas de l abondement liée au placement de l intéressement en épargne salariale. Les salariés embauchés en cours d exercice 2013/2014. Ces salariés toucheront au prorata des mois qu ils ont travaillé dans l exercice de référence avec éventuellement l addition du temps de la reprise d ancienneté, s il y a eu reprise. Par exemple un salarié embauché le 1 er mars, sans reprise d ancienneté, aura 1/12ème de la prime, celui embauché également le 1 er mars avec huit mois de Une fois de plus chacun peut remarquer que la CFDT est la seule organisation syndicale qui va aussi loin dans les cas particuliers 6

7 CONGES D ETALEMENT La période estivale arrivant à grands pas et suite à la demande de nombreux salariés, La CFDT a décidé de faire une piqûre de rappel sur la règle de prise des congés payés pendant la période dite chaude (allant du 1 er mai au 31 octobre). Ainsi suivant la nature des jours pointés pendant l absence du salarié, celui-ci pourra éventuellement bénéficier de congés d étalements. La règle impose des seuils quant au maximum de jours à pointer en CP pendant cette période afin de bénéficier d un ou de deux jours de CP d étalement. Ces seuils sont fonction du cycle de travail (puisqu à chaque cycle de travail correspond un total différent de CP acquis en cours d année) : CYCLE DE TRAVAIL MAX DE CP A POSER POUR 2 ETALEMENTS MAX DE CP A POSER POUR 1 ETALEMENT PERSONNEL DE JOUR S3/S S7/S La CFDT espère avoir répondu à vos questions sur ce sujet et vous souhaite de bons «congés payés»! LES INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL I = LE COMITE D ENTREPRISE «LE VRAI POUVOIR, C EST LA CONNAISSANCE» Afin de parfaire le savoir de la plupart d entre vous et de faire connaître au plus novices (notamment aux jeunes embauchés au début de leur carrière), nous souhaitons vous présenter les diverses institutions de notre établissement qui existent dans le but de vous représenter et défendre vos droits. Nous y consacrerons différents volets, le 1er porte sur le Comité d Entreprise. Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un Comité d Entreprise CE - composé de représentants élus du personnel et éventuellement des représentants syndicaux désignés par les organisations syndicales. Ce comité assume d une part des attributions économiques, d autre part des attributions sociales et culturelles. Le chef d entreprise ou son représentant assure ainsi la fonction de président du CE. Instituée en 1945 les CE ont cherché à associer le personnel à la marche de l entreprise et d établir une coopération entre l employeur et les salariés sans entamer pour autant l autorité du chef d entreprise, ni concurrencer l autorité du syndicat. 7

8 Les CE ont néanmoins progressivement évolué vers un rôle plus critique pour devenir un organe de contrôle des décisions économiques de l employeur. LA COMPOSITION DU CE Le CE est composé : Du chef d entreprise, éventuellement assisté de collaborateurs ; D une délégation élue, comprenant autant de titulaires que de suppléants ; soit huit titulaires et huit suppléants à Hayange. De représentants syndicaux. Les représentants élus sont les membres à part entière du comité. Ils votent quel que soit le sujet. Les suppléants peuvent assister aux séances, mais ils ne votent pas. Tout comme les représentants syndicaux et le collaborateur du chef d entreprise. Quant au chef d entreprise, il vote ou il ne vote pas : tout dépend du type de décision à prendre. Le secrétaire est le véritable patron du comité. Elu parmi les représentants élus du comité, son rôle est central, il est chargé notamment de la fixation de l ordre du jour, en accord avec le chef d entreprise. LES COMPETENCES DU CE Dans le domaine économique et professionnel le CE est informé et consulté avant toute décision économique et financière de l employeur. Dans le domaine social et culturel le CE gère, contrôle, et participe aux activités proposées aux salariés de l entreprise et de leur famille. LA CONSULTATION ET L INFORMATION L obligation de consulter le CE signifie que le chef d entreprise, avant de prendre sa décision, réunit les membres du CE afin de recueillir leur avis sur le contenu du projet. Afin que le CE puisse se prononcer, il doit disposer des informations précises et écrites, ainsi que d un certain délai pour pouvoir les examiner. La consultation doit donner lieu à de véritables discussions et aboutir à un vote et à un avis favorable ou défavorable du comité. Ceci dit, l avis du comité ne lie pas l employeur, sauf cas exceptionnel (donc c est un avis simple). Néanmoins, le chef d entreprise est tenu de rendre compte de la suite donnée à l avis du comité (c est à dire de justifier sa décision). LA CONSULTATION PORTE SUR : L ORGANISATION, LA GESTION ET LA MARCHE GENERALE DE L ENTREPRISE : Le CE est obligatoirement informé et consulté sur les questions intéressant l organisation, la gestion et la marche générale de l entreprise, et notamment sur les mesures de nature à affecter le 8

9 volume ou la structure des effectifs, la durée du travail, les conditions d emploi et de travail, et de formation professionnelle des salariés. En d autres termes, le CE dispose d un véritable droit de regard sur la gestion de l entreprise. Ce droit de regard a tout de même des limites puisque le CE ne peut qu influer sur les décisions qui concernent directement les salariés alors que la gestion de l entreprise demeure du seul ressort du chef d entreprise et sous son entière responsabilité. généralement, le CE est informé et consulté avant toute déclaration de cessation des paiements, et lorsque l entreprise fait l objet d une procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire, avant toute décision relative à la poursuite de l activité ainsi que lors de l élaboration du projet du plan de sauvegarde de redressement ou de liquidation de l entreprise. La consultation doit impérativement précéder toute prise de décision par l employeur. L ORGANISATION ECONOMIQUE ET JURIDIQUE DE L ENTREPRISE : Le comité est consulté et informé sur les modifications de l organisation juridique de l entreprise notamment en cas de fusion, de cession, ainsi que lors de l acquisition ou de la cession de filiales. LA RECHERCHE ET LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE : Le CE est consulté chaque année sur la politique de recherche et de développement technologique de l entreprise. Il est également consulté ponctuellement chaque fois que l employeur envisage d introduire des nouvelles technologies susceptibles d avoir des conséquences sur l emploi, la qualification, la rémunération, ou les conditions de travail. La réunion du comité pour donner cet avis constitue l occasion pour les membres du CE, de formuler des propositions et d obtenir des réponses à leurs interrogations. Il y a deux types de réunions : LES REUNIONS REGULIERES : sont organisées tous les mois dans les entreprises de 150 salariés et plus. A savoir notre CE se réunit les derniers jeudi de chaque mois. LES REUNIONS PONCTUELLES : des réunions extraordinaires peuvent être éventuellement organisées entre deux réunions ordinaires. LES PROJETS DE RESTRUCTURATION ET DE COMPRESSION DES EFFECTIFS : Le CE est saisi en temps utile des projets de restructuration et de compression des effectifs. Plus 9

10 L INFORMATION : Préalablement, il faut une information écrite et suffisante du comité dont tous les membres du comité sont destinataires. Afin d exercer ses missions, le CE dispose de nombreux moyens d informations. Il a donc accès aux documents détenus par les organismes économiques et peut d ailleurs entreprendre ses propres recherches, effectuer des enquêtes, ou consulter les salariés. Par ailleurs, le chef d entreprise doit fournir périodiquement certaines informations économiques, financières et sociales au CE. Ainsi, après toute élection (c est à dire au début de son mandat) il reçoit une information économique et financière. Il reçoit également tous les ans deux rapports et un bilan social. A l occasion des assemblées générales, il recevra les documents comptables de la société. Trimestriellement, il reçoit des infos relevant de la situation économique de l entreprise. Ponctuellement, il reçoit des infos lorsque par exemple l entreprise fait l objet d une offre publique ou d une opération de concentration. L employeur informe le CE des éléments qui l ont conduit à faire appel, au titre de l année écoulée, à des CDD, à des contrats de mission conclus avec des entreprises de travail temporaire ou à des contrats conclus avec une entreprise de portage salarial. Le CE a un droit de regard sur la qualité des emplois. 10 Afin d analyser les informations et les documents transmis obligatoirement par l employeur et avant toute consultation, le CE peut recourir à un expertcomptable rémunéré par l entreprise. Dans l hypothèse où l objet de la consultation sera l introduction de nouvelles technologies, il peut se faire assister par un expert en technologie également rémunéré par l entreprise. Le recours à ce type d expert en technologie n est possible que dans les entreprises de plus de 300 salariés. Le CE peut également recourir à un expert qu on peut appeler libre et qui peut être spécialisé dans un domaine pour lequel le CE souhaite une assistance. En cas de situation économique préoccupante, le CE peut exercer un droit d alerte qui lui permet de demander des explications à l employeur qui est tenu d y répondre. Il peut également demander une expertise auprès des tribunaux, et la récusation du commissaire aux comptes. Autre domaine d exercice du droit d alerte : recours abusif aux CDD et aux contrats de travail temporaire. Lorsque le CE constate un tel recours ou un accroissement important des salariés titulaires de tels contrats, le CE peut saisir l inspecteur du travail.

11 LES ACTIVITES SOCIALES ET CULTURELLES SPECTACLES A LA PASSERELLE Ces activités sont financées sur un budget spécifique attribué par l entreprise. Ces activités sociales et culturelles sont organisées et développées par le CE en faveur des salariés et de leur famille. Il s agit de prestations non obligatoires fournies aux personnes concernées pour leur bien-être et pour l amélioration de leurs conditions de vie. Ces activités touchent aux loisirs, vacances, sport et culture. Le comité a un droit exclusif à la gestion des activités sociales, de telle sorte que le chef d entreprise qui lui refuse cette gestion commet le délit d entrave au fonctionnement du CE. PROCHAIN VOLET : LES DELEGUES DU PERSONNEL ACTIVITES SOCIALES ET CULTURELLES Quatre spectacles ont été choisis, à savoir : ARNAUD TSAMERE LE 18/11/2014 BERNARD LAVILLIERS LE 13/12/2014 CABARET BURLESQUE LE 27/01/2015 POINT VIRGULE LE 26/06/2015 THEATRE A SEREMANGE Quatre représentations ont été choisies, à savoir : MA SŒUR EST UN BOULET LE 17/10/2014 JULIEN COURBET LE 19/12/2014 A VOS SOUHAITS LE 06/02/2015 HOMMAGE A JOE DASSIN LE 10/04/2015 FC METZ LOCATIONS D HIVER Il nous reste des billets pour certains matchs à savoir : Le 16/08/14 2ème journée METZ - NANTES au tarif de 11 Le 20/09/14 8ème journée METZ - BASTIA au tarif de 11 Le 27/09/14 12ème journée METZ - REIMS au tarif de Comme les années précédentes, des options pour des locations hiver seront disponibles jusqu à mi-octobre avec Odalys et Pierre et Vacances : un 3P 4/5 à EGUISHEIM, un 2P4 à l ALPE D HUEZ, un Studio cabine 6 à MEGEVE un 2P 4/5 à BELLE PLAGNE

12 LA CFDT SOUHAITE DE TRES BONNES VACANCES A TOUT LE PERSONNEL DE TATA STEEL FRANCE RAIL ET BON COURAGE A CEUX QUI PENDANT L ARRET VONT VEILLER A LA BONNE CONTINUATION DE NOTRE ENTREPRISE ET A CEUX QUI VONT SE CHARGER DE SA PERENNISATION 12

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Le Comité d Entreprise. ment : documentation, papeterie, communication téléphonique, frais d abonnement.

Le Comité d Entreprise. ment : documentation, papeterie, communication téléphonique, frais d abonnement. ment : documentation, papeterie, communication téléphonique, frais d abonnement. La subvention destinée aux activités sociales et culturelles La subvention légalement prévue par par l article L.432-9 n

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION SECAFI Diagnostic Stratégie Emploi Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile de France Direction Régionale Ile de

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 de seuil d effectifs de personnel En bref Une opération de restructuration s accompagne en général d une modification des effectifs des entités concernées

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear Table des matières Avant-propos 7 Hervé Deckers et Laurent Dear étendue et limites de la protection 11 Jacques Clesse et Sabine Cornélis Introduction 11 Section 1. L évolution de la protection de 1948

Plus en détail

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial Dois-je organiser des élections? Quelles entreprises Délégué du personnel - Les employeurs de droit privé Comité d entreprise Délégation unique du personnel - Les établissements publics à caractère industriel

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL EXÉCUTIF DES RÉCEPTIFS ARTICLE 1 TITRE I Définition

Plus en détail

Transparence des comptes du Comité D Entreprise

Transparence des comptes du Comité D Entreprise 77 Avenue Cyrille Besset 06800 Cagnes Sur Mer Tél : 04.92.13.33.00 Fax : 04.92.13.33.01 www.vision-expertises.fr contact@vision-expertises.fr Transparence des comptes du Comité D Entreprise Spécificités

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Les étapes des élections des délégués du personnel

Les étapes des élections des délégués du personnel C est à l employeur qu il appartient, lorsque le seuil d effectif est dépassé puis une fois tous les 4 ans, d organiser les élections des délégués du personnel. Il doit alors préparer les élections en

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon

Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon 35 rue du plateau, 75019 PARIS Tél/Fax : 01 53 72 33 99 Email : ce.fondation@croix-saint-simon.org

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

Fiche de Fonction. Assistant(e) Ressources Humaines. Finalité de la fonction

Fiche de Fonction. Assistant(e) Ressources Humaines. Finalité de la fonction Fiche de Fonction Assistant(e) Ressources Humaines Version : 1 Service : R.H. Date : 2014 Pages : 4 Service Ressources Humaines Fonction du responsable Responsable Ressources Humaines hiérarchique Lieu

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES ARTICLE 1 : STATUTS CONSTITUTION Il est crée sous la dénomination sociale : SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Editorial Les élections professionnelles

Editorial Les élections professionnelles Editorial Les élections Les élections sont une étape importante dans la vie d une entreprise. Elles permettent en effet la mise en place des organes en charge de représenter le personnel de l entreprise.

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

GUIDE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

GUIDE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE GUIDE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE GUIDE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE Les FCPE sont dotés d un Conseil de surveillance dont les rôles et pouvoirs sont définis par le Code monétaire et financier et par les

Plus en détail

III. Le temps de travail :

III. Le temps de travail : III. Le temps de travail : III.1. L Organisation, l Aménagement et la Réduction du Temps de Travail (OARTT). Un accord national (l OARTT «national») est négocié entre la Direction Générale et les Organisations

Plus en détail

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Réunion d informations du 12 novembre 2014 La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Rappel Les différents taux de cotisation : - Taux légal

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 CNEA 88 rue Marcel Bourdarias CS 70014 94146 Alfortville cedex Tél. 01 41 79 59 59 courriel : cnea@cnea-syn.org adresse internet

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines.

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines. Emploi Salarié Retraité Document réalisé par Albert CREPALDI, septembre 2008 Présentation : Albert CREPALDI a passé toute sa carrière depuis 1970 dans le monde du service paie et RH, au sein d une grande

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

GUIDE PROFESSIONNEL DU MAÎTRE DELEGUE EN SECOND DEGRE

GUIDE PROFESSIONNEL DU MAÎTRE DELEGUE EN SECOND DEGRE Syndicat Départemental de la Formation et de l'enseignement Privés 8, rue de la Garrigole Boîte postale 146 66001 Perpignan Cedex 04 68 50 77 50 pyrenees.orientales@fep.cfdt.fr GUIDE PROFESSIONNEL DU MAÎTRE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ;

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ; DES MEMBRES DU CONSEIL EXÉCUTIF DU SECS Adopté au Conseil d administration 13 avril 4 1.0 Principes directeurs Ce protocole s inspire de la volonté du SECS-CSQ : a) d assurer le meilleur fonctionnement

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail