Préparée par Gilles Bergeron (Économiste, Professeur à l UQAC) et Ibrahima Diallo (Économiste, Doctorant en Développement régional) Rapport final

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparée par Gilles Bergeron (Économiste, Professeur à l UQAC) et Ibrahima Diallo (Économiste, Doctorant en Développement régional) Rapport final"

Transcription

1 Étude sur les avantages socio-économiques du projet de recherche sur les eaux souterraines faisant l objet de l Entente spécifique sur le développement des connaissances sur les aquifères au Saguenay Lac-Saint-Jean Préparée par Gilles Bergeron (Économiste, Professeur à l UQAC) et Ibrahima Diallo (Économiste, Doctorant en Développement régional) Rapport final Mai 2012

2 Cette étude a été réalisée à la demande du comité régional sur les eaux souterraines dans le cadre de l entente spécifique sur le développement des connaissances sur les aquifères du Saguenay Lac-Saint-Jean Le financement de la réalisation de l étude socio-économique a été assuré par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) et la Conférence régionale des élus du Saguenay Lac-Saint-Jean (CRÉ). 2

3 Table des matières Table des matières... 3 Résumé exécutif du rapport final du projet eau souterraine... 8 Les objectifs de l étude... 8 Les activités réalisées pour l étude... 8 Les résultats de l étude Les résultats de la rencontre avec les chercheurs Les résultats de la rencontre avec les représentants des MRC Les municipalités face aux avantages du transfert des connaissances Les résultats du questionnaire aux municipalités face à la disponibilité et la qualité de l eau Les résultats de l étude des impacts économiques du transfert sur les risques de santé Les résultats du calcul de la valeur économique du transfert des connaissances Partie 1- Les chercheurs sur les eaux souterraines au Saguenay Lac-Saint- Jean face au transfert des connaissances La base intégrée de données et le transfert de connaissances générales Les connaissances à propos des produits cartographiques Les cartes sur la vulnérabilité des eaux souterraines Les cartes sur les activités potentiellement polluantes Les cartes sur la qualité de l eau Les cartes sur l épaisseur et les limites des aquifères et les connaissances sur la disponibilités de la ressource Partie 2- Les MRC du Saguenay Lac-Saint-Jean face au transfert de connaissances La disponibilité de la base de données Les avantages économiques de la base de données Les avantages sociaux de la base de données Les avantages environnementaux de la base de données Les connaissances à partir des cartes Les avantages économiques des cartes Les avantages sociaux des cartes Les avantages environnementaux des cartes

4 2.3 Les connaissances sur l épaisseur et les limites des aquifères Les avantages économiques des connaissances sur les aquifères Les avantages sociaux des connaissances sur les aquifères Partie 3 - Les municipalités du Saguenay Lac-Saint-Jean face aux avantages du transfert de connaissances Les résultats des réponses Partie 4 - Les municipalités face à la disponibilité et la qualité de l eau L approvisionnement en eau dans les municipalités Potentiels présents et futurs des sources La disponibilité de l eau dans le moyen et le long terme L approvisionnement en eaux du réseau public des municipalités Le niveau d information sur l eau dans les municipalités La qualité de l eau dans votre municipalité La disponibilité de l information Les craintes de détérioration de la qualité des eaux Opportunités et menaces du système d approvisionnement en eau Les avantages perçus d un transfert de connaissance Les priorités du suivi des transferts de connaissances Partie 5 - Impacts économiques du transfert de connaissances du P.A.C.E.S. sur le risque santé Types d informations désirés Arbitrages entre le court et le long terme ou entre les différentes sources d approvisionnement La méconnaissance du risque santé et ses effets Eléments de mesures de l avantage économique du transfert pour la santé Partie 6 - La valeur économique du transfert de connaissances La valeur économique des économies de fonctionnement à court terme Valeur économique du transfert évaluée à partir des coûts des procédés d information Valeur économique du transfert évaluée à partir des coûts des coûts de la recherche en eau Sous-total de la valeur économique annuelle du transfert des connaissances La valeur économique de la diminution des risques d un changement dans la source d approvisionnement en eau Le coût global du changement de source des municipalités de la région de l eau souterraine à l eau de surface

5 Les coûts unitaires de changement liés à l investissement initial Les coûts unitaires de changements liés au fonctionnement Les coûts pour les municipalités et les coûts globaux de changement de source Les coûts de changement de source pour l ensemble des municipalités à risque de la région Les économies liées au changement de source La valeur totale annuelle des économies du changement des connaissances du P.A.C.E.S Conclusion ANNEXE 1 - Bibliographie ANNEXE 2 : POPULATIONS DESSERVIES EN EAU SOUTERRAINE DANS LES MUNICIPALITÉS ANNEXE 3 : OFFRE DE SERVICE ANNEXE 3 :QUESTIONNAIRE:

6 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: La synthèse de la rencontre avec les chercheurs Tableau 2 : La synthèse de la rencontre avec les représentants des MRC Tableau 3 : Les réponses des municipalités aux questionnaires envoyés Tableau 4 : La synthèse des résultats des questionnaires Tableau 5 : Synthèse des appréciations des MRC Tableau 6 : Les réponses aux questionnaires Tableau 7 : La synthèse des questionnaires des municipalités Tableau 8 : Les municipalités de Lac-Saint-Jean-Est Tableau 9 : Les municipalités de Maria-Chapdelaine Tableau 10 : Les municipalités du Domaine-du-Roy Tableau 11 : Les municipalités du Fjord-du-Saguenay Tableau 12 : Synthèse de l entrevue avec Mashteuiatsh Tableau 13 : Synthèse des commentaires sur la disponibilité de l eau Tableau 14 : Synthèse des commentaires sur les sources d information qualité Tableau 15 : Synthèse des commentaires concernant les craintes sur la qualité de l eau souterraine Tableau 16 : Synthèse des commentaires concernant les craintes sur la qualité de l eau de surface Tableau 17 : Synthèse des commentaires sur les opportunités et menaces des municipalités Tableau 18 : Fréquence de la recherche en eau Tableau 19 : Montants investis dans la recherche d informations sur la qualité de l eau durant les cinq dernières années Tableau 20 : Valeurs du transfert calculé avec les montants investis dans la recherche d informations durant les cinq dernières années Tableau 21 : Coûts totaux de la recherche en eau depuis Tableau 22 : Valeurs économiques annuelles du transfert évaluées à partir des coûts de la recherche en eau depuis Tableau 23 : Coûts relatifs du choix entre le traitement de l eau souterraine et de l eau de surface Tableau 24 : Coûts d opportunité de l approvisionnement et du traitement (CATEP) Tableau 25 : Coûts d opportunité moyens de l approvisionnement et du traitement évaluées pour différentes tailles de population Tableau 26 : Niveaux moyens d approvisionnement en eau potable pour différentes tailles de population Tableau 27 : Les coûts de changement de source au Lac-Saint-Jean-Est Tableau 28 : Les coûts de changement de source au Domaine-du-Roy Tableau 29 : Les coûts de changement de source à la MRC du Fjord-du-Saguenay Tableau 30 : Les coûts de changement de source à la MRC de Maria-Chapdelaine

7 Tableau 31 : Les coûts de changement de source à la MRC de la Ville de Saguenay Tableau 32 : Les coûts globaux de changement (tableau de synthèse) Tableau 33 : Les coûts de changement de source concernant les municipalités à risque (qui se sont plaintes du risque de contamination) Tableau 34 : Valeur économique par an du transfert des connaissances LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 1: Évolution de la consommation en eau souterraine durant les cinq dernières années Graphique 2 : La perception au niveau des municipalités de la pertinence du suivi de transfert de connaissances Graphique 3 : Niveaux d affectation des populations

8 Résumé exécutif du rapport final du projet eau souterraine Les objectifs de l étude Dans la perspective de faciliter le transfert de connaissances en eau souterraine dans la région, cette étude vise ainsi à évaluer de manière empirique le coût et la valeur économique du projet. Elle vise par ricochet à identifier les activités prioritaires qui seront pertinentes à mener dans le cadre de ce transfert. Les avantages seront mesurés pour chacune des MRC et pour l ensemble de la région. Les objectifs complémentaires sont d évaluer à court terme les économies de fonctionnement qui pourront être réalisées pour l approvisionnement en eau et à moyen terme les coûts économisés par la diminution du risque d avoir recours à une nouvelle source d approvisionnement en eau, par une meilleure combinaison des différentes sources d approvisionnement disponibles ou encore par une diminution des risques sur la santé d une mauvaise qualité de l eau. Nous chercherons également à prendre en compte la valeur du potentiel de développement futur que permettrait la disponibilité de la ressource. Les activités réalisées pour l étude Dans le cadre du mandat (annexe 1) qui nous a été confié, nous avons d abord préparé un plan de discussion et rencontré les membres de l équipe du projet pour identifier les principales connaissances qui pourraient faire l objet du transfert aux MRC et aux municipalités et également pour identifier les avantages que ces transferts pourraient leur procurer. 8

9 Nous avons préparé un compte rendu détaillé de cette rencontre qui a par la suite été validé par l équipe des chercheurs. Ce compte rendu est présenté dans la première partie de ce rapport préliminaire. Les connaissances à transférer ont été regroupées en trois catégories et nous avons identifié 20 avantages à caractères économique, social et environnemental reliés à ces connaissances. Nous avons par la suite préparé une grille d entrevue et nous avons organisé des rencontres individuelles avec les responsables des MRC au Programme national d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (P.A.C.E.S.). Le résumé de la rencontre avec les chercheurs leur avait été envoyé avant la rencontre. Une rencontre avec le responsable du secteur de la santé au projet P.A.C.E.S a également été organisée pour nous permettre de mieux comprendre les questions reliées à cet enjeu et une conversation téléphonique avec le responsable de Mashteuiatsh a également été tenue. À la suite de ces rencontres avec les responsables des MRC, un compte rendu a été rédigé. Il permet de faire l analyse de leur évaluation des avantages du transfert des connaissances pour leur MRC. Ce compte rendu se retrouve dans la deuxième partie de ce rapport préliminaire. Les rencontres avec les responsables des MRC nous ont également permis de valider notre projet de questionnaire à l intention des municipalités et de convenir d une stratégie pour faire parvenir le questionnaire aux municipalités et solliciter leur contribution pour y répondre. Tous les responsables des MRC ont accepté de faire parvenir le questionnaire aux municipalités de leur MRC et de faire le suivi pour les réponses. Cette collaboration a été très précieuse compte tenu des délais très courts dont nous disposions. 9

10 Nous avons par la suite complété la rédaction du questionnaire aux municipalités (annexe 2), expédié ce questionnaire aux responsables des MRC, préparé le masque de saisie des données et traité l information des questionnaires reçus. L analyse des réponses a été faite, de même que la rédaction du texte. Par la suite, les données provenant des indicateurs obligatoires de gestion des municipalités nous ont permis d évaluer la valeur économique du transfert des connaissances sur le long terme. De plus, nous avons fait l étude des impacts économiques du transfert des connaissances sur le risque santé et l analyse de la valeur économique du transfert de connaissance en tenant compte des économies de fonctionnement pour la gestion de l eau dans les municipalités et de la diminution des risques de passer d une source d approvisionnement moins coûteuse telle que l eau souterraine à une source plus coûteuse telle que l eau de surface. Les résultats de l étude 1. Les résultats de la rencontre avec les chercheurs La rencontre avec les chercheurs nous a permis de regrouper les résultats prévus du projet de recherche en trois groupes : 1) la base intégrée de données et le transfert de connaissances générales; 2) les produits cartographiques et le transfert des connaissances sur la préservation de la qualité de l eau; et 3) les cartes sur l épaisseur et les limites des aquifères et le transfert des connaissances sur la disponibilité de la ressource. Nous avons également identifié, en lien avec ces connaissances, 20 avantages économiques, sociaux et environnementaux dont pourraient profiter les MRC et les municipalités de la région à la suite du transfert des connaissances produites par la recherche. 10

11 Tableau 1: La synthèse de la rencontre avec les chercheurs 1- Des connaissances intégrées, diversifiées, mises à jour, faciles à actualiser par le transfert de la base de données sur les eaux souterraines. Avantages économiques; - diminuer le coût des études et travaux de consultation; - optimiser le rendement de nouvelles études. Avantages sociaux - faciliter l accès à toutes les informations disponibles pour la planification et l aménagement; - faciliter la mise à jour de l information. Avantages écologiques - permettre une gestion intégrée des ressources en tenant compte des dimensions économique, sociale et environnementale; - diminuer les risques et faciliter la gestion des crises. 2- Les connaissances à propos des cartes : sur la vulnérabilité des eaux souterraines, sur les activités potentiellement polluantes et sur la qualité de l eau Avantages économiques - un évitement d une partie des coûts à moyen et long terme des territoires, - l économie du recours à une nouvelle source d approvisionnement en eau, - perte probable de l aquifère en cas de contamination. Avantages sociaux - la diminution des risques sur la santé due à une mauvaise qualité de l eau. 11

12 Avantages environnementaux : - les connaissances permettront de préciser les contraintes du développement, - la mise en place d un plan de gestion des risques environnementaux, - une meilleure identification des risques en provenance des puits privés. 3- Les cartes sur l épaisseur et les limites des aquifères et les connaissances sur la disponibilité de la ressource. Avantages économiques - une meilleure appréhension du potentiel de développement de la municipalité, - une diminution des coûts d une future démarche d évaluation du potentiel d approvisionnement, - la facilitation d une recherche à moindre coût de nouvelles sources d approvisionnement à des fins privées ou publiques, - la facilitation d une meilleure combinaison des différentes sources d approvisionnement en eau. Avantages sociaux - outil pédagogique pour faciliter la compréhension des liens entre les divers utilisateurs privés et publics et les divers intervenants municipaux sur un même territoire régional. - l économie des litiges et des conflits d usage coûteux. Autre avantage - La proximité des chercheurs de l UQAC avec la facilitation de l identification de nouveaux besoins de connaissances des milieux locaux. 12

13 2. Les résultats de la rencontre avec les représentants des MRC Même si les MRC sont différentes à plusieurs égards, des réponses des personnes rencontrées se dégagent un très large consensus relativement aux avantages d un transfert des connaissances identifiées par les chercheurs. Les 20 avantages identifiés s appliquent à toutes les MRC à l exception de 5 dans une même MRC qui considère qu ils s appliquent d abord au niveau des municipalités. 53 réponses accordent la cote très important, 35 la cote important et 6 la cote moyenne, pour une cote moyenne de 4.5. Chaque MRC 1 donne une couleur particulière à ces avantages compte tenu de son expérience et de sa situation. Le rapport permet d en apprécier les nuances, ce qui sera très utile pour développer une stratégie de transfert qui s adapte aux priorités locales. 1 Les informations primaires traitées pour l essentiel dans la première partie du document concernent plus précisément des représentants de MRC et de municipalités. Elles ont été livrées en grande partie par des directeurs généraux, des secrétaires trésoriers et autres personnes-ressources jugées détenir les informations pertinentes pour l étude. Ainsi, en ce qui concerne les appréciations qualitatives livrées les réponses collectées ne sont pas des réponses officielles des organisations concernées. 13

14 Tableau 2 : La synthèse de la rencontre avec les représentants des MRC Connaissances Avantages Avantages SLSJ DDR MC VSG FJORD Moyennes Baisse coût étude ,2 Économiques Nouvelle études ,4 Facile accès information ,6 Sociaux Facile mise à jour information ,8 Base de données Environnementaux Économiques Gestion intégrée des ressources ,8 Diminuer les risques en crise ,8 Éviter une partie coût territoires ,4 Économie recours nouvelle source ,5 Contamination aquifère ,5 Sociaux Diminution risque sur santé ,6 Préciser contraintes de développement Cartes Tailles et limites Environnementaux Économiques Sociaux Plan de gestion risques environnementaux ,5 Identification des risques en provenance des puits privés ,6 Meilleur appréhension du potentiel de développement ,5 Diminution future du coût d évaluation du potentiel d approvisionnement ,25 Recherche à moindre coût Meilleure combinaison des sources Outil pédagogique ,2 Économie des litiges ,4 Environnementaux Proximité des chercheurs ,8 Moyennes 4,33 4,7 4,42 4,6 4,4

15 3. Les municipalités face aux avantages du transfert des connaissances Les deux tableaux suivants font le point sur les réponses obtenues et sur la synthèse des résultats. Les avantages du transfert des connaissances sont partagés par les répondants des municipalités, mais à un degré moindre que ceux des MRC. Tableau 3 : Les réponses des municipalités aux questionnaires envoyés Libellés Nombre total - Questionnaires envoyés 50 - Questionnaires reçus 24 - Questionnaires traités 24 MRC de Lac-Saint-Jean-Est Libellés Nombres - Questionnaires envoyés 14 - Questionnaires reçus 8 - Questionnaires traités 8 MRC du Domaine-du-Roy Libellés Nombres - Questionnaires envoyés 9 - Questionnaires reçus 5 - Questionnaires traités 5 MRC du Fjord-du-Saguenay Libellés Nombres - Questionnaires envoyés 13 - Questionnaires reçus 5 - Questionnaires traités 5 15

16 MRC de Maria-Chapdelaine Libellés Nombres - Questionnaires envoyés 12 - Questionnaires reçus 5 - Questionnaires traités 5 MRC de Ville de Saguenay Libellés Nombres - Questionnaires envoyés 1 - Questionnaires reçus 1 - Questionnaires traités 1 Le taux de réponse des municipalités est assez significatif et représente 48,9 % de l ensemble des municipalités de la région. Ce même taux, évalué à partir des populations concernées ou impliquées donne un pourcentage encore plus important qui s élève à 55,14 %. En outre, toujours dans la rubrique de la significativité, les municipalités qui n ont pas livré une appréciation qualitative de l importance qu elles accordent aux avantages que pourraient leur conférer les connaissances du P.A.C.E.S. représentent 16 % contre 84 % de répondants. Il convient enfin de souligner que ces données concernent les informations secondaires qui sont traitées pour l essentiel dans la première partie du rapport. 16

17 Tableau 4 : La synthèse des résultats des questionnaires Connaissances Avantages Avantages LSJE MC DDR FJORD V-SAGU Moyennes Base de données Économiques Baisse coût étude 3,2 2,5 4,5 3,7 4 3,6 Nouvelles études 3,4 3,3 4,0 4,0 4 3,8 Sociaux Facile accès information 3,9 3,5 4,3 4,7 4 4,1 Facile mise à jour information 3,6 4,0 4,3 4,7 5 4,3 Environnementaux Gestion intégrée des ressources 4,3 4,0 4,7 4,3 4 4,3 diminuer les risques environnementaux 4,5 4,0 4,7 4,3 0 4,4 Diminuer les risques en crise 4,3 4,0 4,7 3,7 5 4,3 Cartes Économiques Éviter une partie coût territoires 4,0 4,0 4,3 3,0 5 4,1 Économie recours nouvelle source en cas de contamination 4,3 3,0 4,3 4,3 5 4,2 Sociaux Diminution risque sur santé 4,4 4,0 4,7 4,3 5 4,5 Environnementaux Préciser contraintes de développement 4,1 4,0 4,7 4,3 5 4,4 Plan de gestion risques environnementaux 4,0 3,3 4,7 3,8 5 4,1 Identification des risques en provenance des puits privés 3,3 2,8 4,7 4,0 4 3,7 Tailles et limites Économiques Meilleure appréhension du potentiel de développement 4,3 3,5 4,7 4,7 5 4,4 opportunités d'affaires 3,8 3,0 4,5 4,7 0 4,0 Diminution future du coût d évaluation du potentiel d approvisionnement 3,2 3,8 4,7 4,0 4 3,9 Recherche à moindre coût 4,0 3,6 4,3 4,0 4 4,0 Meilleure combinaison des sources 3,5 3,0 4,3 4,0 5 4,0 Sociaux Outil pédagogique 4,2 3,5 4,3 4,0 4 4,0 Économie des litiges 4,0 4,0 4,7 4,0 5 4,3 Environnementaux Proximité des chercheurs 3,8 3,8 4,3 4,5 5 4,3 Moyennes Moyennes 3,9 3,5 4,5 4,0 4,4 4,1 17

18 4. Les résultats du questionnaire aux municipalités face à la disponibilité et la qualité de l eau Même si dans l ensemble (18/24) les municipalités ne disposent pas d informations sur les quantités d eau disponible dans leur municipalité, la majorité des répondants n ont pas de crainte pour leur approvisionnement en eau dans les 20 prochaines années. Cela s explique en partie par un niveau de consommation relativement stable. Par contre, le souci de contamination des eaux lié à la présence de facteurs à risque est très présent dans un nombre relativement important de municipalités. Il y a également des craintes que la situation se détériore à l avenir. Enfin, les répondants estiment qu un service de suivi du transfert est important. 5. Les résultats de l étude des impacts économiques du transfert sur les risques de santé L apport pour la santé publique des connaissances est capital et fait l unanimité auprès de l ensemble des intervenants du secteur de l eau dans la région. Ces connaissances permettent d apporter des informations nécessaires à l évaluation des coûts, d aider à des arbitrages entre le court et le long terme ou entre les différentes sources d approvisionnement et d apporter des éléments de mesure de l avantage économique du transfert. Toutefois, les modèles d évaluation des risques de santé liés à la contamination des eaux dans la région sont relativement faibles et il n est pas possible de faire une évaluation quantitative de la valeur économique du transfert. Une étude plus approfondie de cette question devra être menée. 18

19 6. Les résultats du calcul de la valeur économique du transfert des connaissances Le tableau suivant présente sur une base annuelle la valeur totale des économies du transfert des connaissances du P.A.C.E.S. Tableau 2 : Valeur économique par an du transfert des connaissances Hypothèse Faible Forte Médiane Valeur des économies de fonctionnement par an Valeur des économies de risque de changement de source d approvisionnement par an $ $ $ $ $ $ TOTAL par an $ $ $ Les résultats de notre étude 3 indiquent que les municipalités de la région pourraient épargner sur une base annuelle entre $ et $ à la suite du transfert des connaissances du P.A.C.E.S. Le montant des épargnes avec une hypothèse médiane serait de $ par an pour les 20 prochaines années. Ce montant s explique d abord par une diminution des coûts de recherche d informations sur la gestion des eaux, soit une valeur annuelle entre $ et $, et une valeur médiane de $. À ce montant, il faut ajouter les économies réalisées par la diminution du risque de passer d une source d approvisionnement moins coûteuse telle que l eau souterraine à une source plus coûteuse telle que l eau de surface. L économie sur une base annuelle serait entre $ et $, ce qui donne une économie médiane de $. 2 Tableau Les explications sur les méthodes d évaluation sont présentées dans la partie 6 (page 87) du corps du document. 19

20 Le transfert des connaissances peut apporter des contributions supplémentaires qui ont une valeur économique difficilement mesurable. Dans certaines municipalités, elles pourront générer de nouvelles opportunités d affaires; dans d autres, elles pourront diminuer les coûts en facilitant une meilleure combinaison de l approvisionnement en eau souterraine et en eau de surface; des coûts pourront également être évités dans le domaine de la santé. En conclusion, notre étude a permis d identifier un ensemble de connaissances dont le transfert fait un très large consensus et une contribution économique importante de ce transfert pour les municipalités de la région pour les 20 prochaines années. Les résultats de notre étude indiquent hors de tout doute la pertinence de mettre en place un mécanisme de transfert des connaissances du P.A.C.E.S. dont le mode de fonctionnement et les priorités devraient être déterminées avec les MRC et les municipalités de la région. 20

21 Partie 1- Les chercheurs sur les eaux souterraines au Saguenay Lac-Saint-Jean face au transfert de connaissances La présente synthèse tente de restituer les principales informations qui sont ressorties de la rencontre qui a eu lieu entre les responsables de l étude et le groupe de chercheurs du projet P.A.C.E.S. (note 1). La réunion avait un triple objectif. D abord, la préoccupation des responsables était l identification auprès des chercheurs des apports qui feront l objet de transfert. Ensuite, il était question de recenser à partir de ces mêmes chercheurs les avantages économiques, sociaux et environnementaux de chacune des connaissances importantes, fournies par les résultats de leurs travaux. Notre objectif était enfin d établir un ordre de priorité du transfert, mais comme les liaisons entre les activités de transfert sont très fortes, nous en sommes venus à la conclusion que l établissement de priorités n était pas pertinent. Les transferts prendront la forme d une base intégrée de données et de produits cartographiques portant, entre autres, sur la vulnérabilité des eaux souterraines, sur les activités potentiellement polluantes, sur la qualité de l eau et sur les épaisseurs et les limites des aquifères régionaux La base intégrée de données et le transfert de connaissances générales La base intégrée de données constitue un apport très important selon les chercheurs qui insistent sur le fait qu elle fournit des informations très diversifiées qui sont non seulement à jour, mais qui peuvent faire l objet d actualisation et de mise à jour de manière dynamique avec la participation des municipalités. Cette base de données représente les fondements des produits cartographiques qui sont discutés plus loin. Les avantages peuvent, de manière analogue, être présentés suivant le fait qu ils soient économiques, sociaux ou environnementaux. 21

22 Économique : les études qui sont réalisées sur le territoire font appel à des travaux de recherche et de compilation des données qui exigent du temps et des coûts plus ou moins importants. La disponibilité de cette base aura pour incidence d augmenter d environ 5 % la productivité des travaux d études et de consultance sur les eaux dans les diverses localités de la région. Cette valeur approximative livrée par les chercheurs inclut une diminution prévisible des coûts liés à l acquisition de données préalables à toute étude ou intervention et aussi la valeur liée à l augmentation de la qualité des travaux qui se baseront ainsi sur une meilleure information. Elle rendra également possibles d autres études au niveau municipal ou des MRC. Social : La base de données constitue un patrimoine scientifique régional qui favorisera un accès plus rapide à un ensemble d informations de sources et de nature très diverses groupées et archivées au sein de la BD. Ces informations sont nécessaires à la planification et à la gestion de l aménagement des territoires pour un accès durable à une eau potable de bonne qualité. Elle rendra également possible la mise à jour de l information sur une base continue. La rapidité avec laquelle les informations relatives à la cartographie régionale, en ce qui a trait à la disponibilité des aquifères, leur positionnement, leur répartition et leurs caractéristiques intrinsèques, constituent un outil de sécurité publique. Environnemental : Elle apporte des connaissances sur une composante fondamentale de notre environnement à savoir l eau souterraine (c.-à-d. l eau potable) et les milieux qui la contiennent. La BD permet ainsi une gestion intégrée de la ressource en adéquation avec la dimension économique, sociale et environnementale du développement durable des communautés. L ensemble des avantages liés à la base de données pourra aussi être maximisé selon les chercheurs à travers un suivi qui faciliterait la mise à jour de la BD à partir des nouvelles données obtenues par les municipalités ou leurs mandataires et pourrait constituer une des futures responsabilités d un agent de transfert. De 22

23 plus les données non intégrées dans le projet P.A.C.E.S. par manque de temps ou par non-disponibilité (p.ex.. données de Rio Tinto Alcan, Hydro--Québec nouveaux rapports de consultants) pourraient également être intégrées Les connaissances à propos des produits cartographiques Les produits cartographiques concernés portent notamment sur la vulnérabilité des eaux souterraines, les activités potentiellement polluantes, la qualité de l eau et la délimitation des principaux aquifères (contextes hydrogéologiques) Les cartes sur la vulnérabilité des eaux souterraines Elles permettent de définir les secteurs à risque que l aménagement du territoire devra éventuellement protéger pour assurer la pérennité de la ressource. Elles seront un outil nécessaire pour progresser dans une meilleure identification de ces risques Les cartes sur les activités potentiellement polluantes Ces cartes permettront d identifier et de grouper les divers sites qui mettent à risque les eaux souterraines à savoir les activités industrielles et commerciales polluantes, les anciens entrepôts de résidus, etc. Les activités agricoles seront considérées sur des cartes d utilisation du territoire et non pas sur les cartes d activités potentiellement polluantes Les cartes sur la qualité de l eau Les cartes sur la qualité de l eau permettent de représenter la qualité de l eau souterraine et aussi d identifier les composantes chimiques qui pourraient avoir des conséquences sur la santé des populations. 23

24 Les avantages soulignés en ce qui a trait aux champs économiques, sociaux et environnementaux se résument de la manière suivante : Économique : les résultats permettront un évitement d une partie des coûts à moyen et long terme des territoires. Ils diminueront les risques de recours à une nouvelle source d approvisionnement en eau d autant plus que, pour les sources d eaux souterraines (aquifères) une contamination engendre souvent une perte définitive sur le long terme, de la ressource. Social : les connaissances permettront de diminuer les risques sur la santé dus à une consommation d eau de mauvaise qualité. Environnemental : les connaissances permettront de préciser les contraintes du développement, de mettre en place un plan de gestion des risques environnementaux, et de mieux identifier l exposition des résidents alimentés par des puits privés à d éventuels contaminants naturels ou anthropiques présents dans l eau souterraine Les cartes sur l épaisseur et les limites des aquifères et les connaissances sur la disponibilité de la ressource Ces cartes permettent d identifier la dimension des réservoirs hydrogéologiques qui contiennent les eaux souterraines sur le territoire de chaque ville et MRC et de la région. Bien que les résultats de la recherche ne permettent pas de donner avec précision les quantités d eau souterraine disponibles pour la consommation, ils n en demeurent pas moins un outil important pour les municipalités qui veulent poursuivre cette démarche. On estime que plus de la moitié du travail est fait. 24

25 Les avantages identifiés sont : - Économique : mieux appréhender le potentiel de développement de la municipalité, diminuer les coûts d une future démarche d évaluation du potentiel d approvisionnement, faciliter la recherche à moindre coût de nouvelles sources d approvisionnement à des fins privées ou publiques, faire une meilleure combinaison des différentes sources d approvisionnement en eau. - Social : outil pédagogique pour faciliter la compréhension des liens entre les divers prélèvements privés et publics et les divers intervenants municipaux sur un même territoire régional. C est aussi un outil pédagogique pour intégrer et expliquer la notion de «l eau en tant que bien commun». Il sera également plus facile d éviter des litiges et des conflits d usage coûteux. Compte tenu de la proximité des chercheurs de l UQAC, les activités de transfert permettront d identifier de nouveaux besoins de connaissances des milieux locaux. Note 1 : Les participants à cette rencontre sont :. Gilles Bergeron (UQAC) Alain Rouleau (CERM/UQAC) Réal Daigneault (CERM/UQAC) Denis Germaneau (CERM/UQAC) Ibrahima Diallo (MAMROT) Mélanie Lambert (CERM/UQAC) Romain Chesnaux (CERM/UQAC) Julien Walter CERM/UQAC) 25

26 Partie 2- Les MRC du Saguenay Lac-Saint-Jean face au transfert de connaissances Dans cette partie de la recherche, nous faisons l analyse de l évaluation que les répondants des MRC font des avantages qu elles peuvent retirer du transfert des connaissances mises à jour par les chercheurs responsables de la recherche sur les eaux souterraines dans la région. Dans une première partie de la recherche, à la suite de discussions avec les chercheurs, nous avons identifié les résultats des recherches et les connaissances liées à ces résultats. Nous avons regroupé les résultats en trois groupes : la base intégrée de données et le transfert de connaissances générales; les produits cartographiques et le transfert des connaissances sur la préservation de la qualité de l eau; les cartes sur l épaisseur et les limites des aquifères et le transfert des connaissances sur la disponibilité de la ressource. Nous avons également identifié les avantages économiques, sociaux et environnementaux dont pourraient profiter les MRC et les municipalités de la région à la suite du transfert des connaissances produites par la recherche. Par la suite, nous avons voulu savoir si les responsables des MRC qui participent au comité de suivi du projet P.A.C.E.S. pensaient que leur MRC pouvait profiter de ces avantages socio-économiques et le degré d importance accordée. Nous avons organisé des rencontres individuelles pour recueillir leur point de vue en utilisant une grille d analyse préparée à cette fin. Elle est disponible en annexe. Nous avons reçu un accueil très chaleureux et nous les en remercions. 26

27 Le tableau ci-dessous présente la synthèse des résultats obtenus. La cote 5 indique que l avantage est très important ; la cote 4 important ; la cote 3 moyenne ; la cote 2 peu important ; la cote 1 pas important. 27

28 Tableau 5 : Synthèse des appréciations des MRC Connaissances Avantages Avantages SLSJ DDR MC VSG FJORD Moyennes Baisse coût étude ,2 Économiques Nouvelle études ,4 Facile accès information ,6 Base de données Sociaux Environnementaux Facile mise à jour information ,8 Gestion intégrée des ressources ,8 Diminuer les risques en crise ,8 Éviter une partie coût territoires ,4 Économie recours nouvelle source ,5 Cartes Tailles et limites Économiques Contamination aquifère ,5 Sociaux Diminution risque sur santé ,6 Préciser contraintes de développement Environnementaux Économiques Sociaux Plan de gestion risques environnementaux ,5 Identification des risques en provenance des puits privés ,6 Meilleure appréhension du potentiel de développement ,5 Diminution future du coût d évaluation du potentiel d approvisionnement ,25 Recherche à moindre coût Meilleure combinaison des sources Outil pédagogique ,2 Économie des litiges ,4 Environnementaux Proximité des chercheurs ,8 Moyennes 4,333 4,7 4,42 4,6 4,4

29 Même si les MRC sont différentes à plusieurs égards, des réponses des personnes rencontrées se dégage un très large consensus relativement aux avantages d un transfert des connaissances identifiées par les chercheurs. Les 20 avantages identifiés s appliquent à toutes les MRC à l exception de 5 dans une même MRC qui considère qu ils s appliquent d abord au niveau des municipalités. 53 obtiennent la cote «très importantes», 35 «importantes» et 6 «moyennes», pour une cote moyenne de La présentation des MRC Avant de faire une analyse détaillée des réponses à chaque question, nous ferons une brève présentation de chaque MRC. La Ville de Saguenay La Ville de Saguenay compte une population desservie en eau potable de habitants parmi lesquels habitants, soit près de 19 %, s approvisionnent en eau souterraine. Les milieux concernés sont Laterrière, la Baie et Shipshaw qui disposent également de puits. Une opinion favorable est observée pour l ensemble des avantages des trois grands groupes de connaissances à transférer qui sont applicables à la MRC. La cote moyenne est 4.6. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est La MRC de Lac-Saint-Jean-Est compte une population desservie en eau potable de habitants. Près du tiers de cette population s approvisionne en eau souterraine. Il faut noter qu à l exception de la ville d Alma et de trois petites municipalités 29

30 (Hébertville-Station, Saint-Bruno et Saint-Nazaire) qui s approvisionnent en eau de surface, les autres municipalités, soit plus de 73 %, dépendent de l eau souterraine. Si l on exclut les avantages non applicables à la MRC, une opinion favorable est observée pour l ensemble des autres avantages. La cote moyenne est 4.3. La MRC du Fjord-du-Saguenay L eau souterraine est la source d eau potable pour plus de 90 % de la population vivant sur le territoire couvert par la MRC du Fjord-du-Saguenay qui compte habitants. En effet, à l exception de la municipalité de Larouche qui compte 727 habitants et du village Alpin le Valinouët et dans la municipalité de Saint-David-de-Falardeau qui compte 1001 habitants, l ensemble de la population s approvisionne en eau souterraine. Une opinion favorable est observée pour l ensemble des avantages qui sont applicables à la MRC, soit l essentiel des attributs attachés aux trois grands groupes de connaissances à transférer. La cote moyenne est 4.4. La MRC du Domaine-du-Roy Sept des neuf municipalités, à l exception de Roberval et de Lac-Bouchette, s approvisionnent en eau souterraine, qui est une ressource très importante pour les citoyens. 30

31 Une opinion favorable est observée pour l ensemble des avantages qui sont applicables à la MRC. La cote moyenne est 4.7. La MRC de Maria-Chapdelaine La MRC de Maria-Chapdelaine compte une population de habitants. 36 % de la population et les trois quarts des municipalités dépendent de l eau souterraine pour leur approvisionnement en eau potable. Une opinion favorable est observée pour l ensemble des avantages qui sont applicables à la MRC. La cote moyenne est La disponibilité de la base de données Les avantages économiques de la base de données Les deux avantages économiques de la base des données, à savoir la baisse des coûts des études et travaux de consultation (dont la cote est 4) et la facilitation de nouvelles études (dont la cote est 4.4), s appliquent et sont importants pour les cinq MRC. La MRC du Domaine-du-Roy accorde une importance moyenne à l avantage de la baisse des coûts des études compte tenu du fait qu il n y a pas de poste de dépenses spécifique à la MRC pour ces études. 31

32 La Ville de Saguenay Les deux avantages économiques sont importants pour la MRC. Le gouvernement a fait dans le passé des cartographies qui alimentent la connaissance de sorte que le niveau d information de la ville est plus important que celui des autres MRC. Les avantages et améliorations produits par la base de données devront être observés davantage à moyen et long terme. La propension des résultats de la recherche à permettre une baisse des coûts d étude sur l eau ainsi qu à encourager de nouvelles études semble importante même si des réserves sont émises quant à une confirmation de ce rapport. Il est certain que la base de données permettra de disposer de connaissances du milieu et des phénomènes physiques sur le territoire. Les données seront aussi utiles pour les travaux et analyses de risque, pour les besoins de la planification, la compréhension des phénomènes physiques sur le territoire ainsi que la planification du développement du territoire dans le sens de sa protection. Elles faciliteront également la détermination des aires à protéger. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est Un des avantages économiques est très important et l autre est important. La propension des connaissances des travaux du P.A.C.E.S. à permettre une baisse des coûts d études futures ainsi qu à favoriser de nouvelles études est très importante pour la MRC. Les avantages se situent essentiellement au niveau de la conciliation des usages, de la diminution des risques, du suivi en cas de contamination et de la garantie de l approvisionnement équitable en eau pour tous les usagers. 32

33 Le besoin d informations intégrées est bien présent et la disponibilité de la base de données fera certainement éviter des coûts pour les citoyens qui font appel aux services d un puisatier, par exemple en l informant de la salinité de l eau à partir d une profondeur de 200 pieds. La MRC dispose d un plan d aménagement de deuxième génération qui était dans les premiers de l État, il y a 11 ans. Elle a intérêt à intégrer les données dans ses plans futurs et à identifier les aires de captage et d approvisionnement en eau. Aussi, le projet a permis de décloisonner l information pour la rendre disponible à un niveau plus large. À Saint-Henri par exemple, la source d eau est à l Ascension et la disponibilité des données facilite la collaboration sur l utilisation de la ressource. Enfin, la base de données permet l optimisation de la circulation de la connaissance. À travers l intranet et la carte de risque, il sera possible pour les municipalités de disposer de données très rapidement. La MRC du Fjord-du-Saguenay Un avantage économique est très important et l autre est important. La baisse des coûts des études constitue un réel avantage parfaitement applicable à la MRC. Au départ, certaines municipalités étaient réticentes à donner des informations. Les coûts importants supportés pour leur obtention, la grandeur de la zone couverte et l importance des masses d informations expliquent cette situation. C était le cas de Saint-Honoré, Bégin, Petit- Saguenay et de Falardeau. Le fait pour la base de données de rendre possibles de nouvelles études est un avantage important. Cela peut amener la MRC à se questionner sur des problèmes qui auparavant étaient négligés. 33

34 La MRC du Domaine-du-Roy Un avantage économique est très important et l autre est important. Pour l avantage de la baisse des coûts des études, l applicabilité pour la MRC est limitée dans la mesure où elle ne dispose pas de poste de dépenses à cet effet. Toutefois, la propension de la base de données à inciter à faire de nouvelles études est très importante pour la MRC. La disponibilité des informations dans la base permettra à la localité de mieux utiliser l information sur la ressource hydrique et de mieux cibler les secteurs problématiques. La MRC de Maria-Chapdelaine Un avantage économique est très important et l autre est important. La baisse des coûts que les résultats des recherches permettront est importante, mais relativement faible, comparée aux autres charges inhérentes à la gestion des eaux souterraines dans la MRC, qui fait aussi office de municipalité dans certains cas. Il faut ajouter le constat selon lequel les études qui sont faites sont nombreuses et qu elles ne rendent pas forcément utiles au même degré les connaissances à transférer. Toutefois, pour la recherche d eau potable, l avantage est bien marqué. Le transfert des connaissances permettra également l adoption et la mise en place d une réglementation appropriée. Au niveau microéconomique, la baisse des coûts est importante, mais moins importante que les avantages que peut procurer le développement économique Les avantages sociaux de la base de données Les deux avantages sociaux de la base des données, soit de faciliter l accès à toutes les informations disponibles pour la planification (dont la cote est 4.6) et de faciliter la 34

35 mise à jour de l information (dont la cote est 4.8), s appliquent et sont importants pour cinq MRC. La Ville de Saguenay Un avantage social est très important et l autre est important. La facilité d accès et la mise à jour des informations tirées de la base de données permettront d éviter la désuétude des informations étant donné leur caractère sensible. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est Les deux avantages sociaux sont très importants. La facilité de l accès à l information est un avantage indéniable pour la MRC. Elle est très importante et facilite la planification. L étalement urbain dans les municipalités est très important de sorte que celles-ci demandent souvent de diminuer les zones vertes pour construire des maisons. La mise en réseau des différents intervenants (ministères de la Santé, de l Environnement et des Affaires municipales, les MRC, les municipalités, les écoles) est un avantage considérable. En effet, la MRC dispose d un réseau d information qui permet un suivi et une bonne gestion des conseils à donner aux usagers. Cette base de données permettra également aux municipalités de fournir un minimum d informations aux citoyens qui s approvisionnent avec des puits artésiens. Il est enfin très important de maintenir à jour toute l information disponible, de l augmenter et de favoriser des liens entre les différentes plateformes de recherche disponibles. 35

36 La MRC du Fjord-du-Saguenay Un avantage social est très important et l autre important. L accès à l information est un avantage très important pour la planification et l aménagement de la MRC. En effet, les élus de la MRC étaient très préoccupés par l accessibilité et la diffusion de ces données. La MRC du Domaine-du-Roy Un avantage social est très important et l autre moyen. La facilité de l accès et la mise à jour de l information permettront une évolution de la connaissance sur les eaux souterraines et d initier d autres projets. Auparavant, les informations disponibles pour les municipalités n étaient pas partagées avec les autres instances de l organisation territoriale. Leur disponibilité et leur mutualisation dans un cadre intégré sont une avancée importante. La MRC de Maria-Chapdelaine Les deux avantages sociaux sont très importants. La facilité d accès à l information ainsi que sa mise à jour sont des aspects très importants pour la MRC. En effet, la nécessité de mise à jour est justifiée par le souci d une continuité du travail ainsi qu un archivage des informations sur une base permanente Les avantages environnementaux de la base de données Les deux avantages environnementaux de la base des données, soit de faire une gestion intégrée des ressources (dont la cote est 4.8) et de diminuer les risques et faciliter la gestion des crises (dont la cote est également 4.8), s appliquent et sont importants pour les cinq MRC. 36

37 La Ville de Saguenay Un avantage environnemental est très important et l autre important. Les résultats permettront d identifier plus facilement les zones de protection pour les puits et d avoir une meilleure compréhension des événements. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est Un avantage environnemental est très important et l autre important. Les données sont utiles pour la planification et cela, aussi bien pour les usagers que pour les industriels et les commerçants. À Saint-Félicien par exemple, la nappe d eau est située en dessous d un parc industriel dans des sols hyper-perméables. Ainsi, la municipalité a discuté avec les industriels et les commerçants pour apporter des réponses à ce problème qui concernait l aire de captage. Ceci montre l avantage de la coordination des interventions des acteurs de l eau. Dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, la gestion des eaux se fait aussi par bassins versants. La gestion intégrée qui régit la compatibilité des usages est aussi importante. La coordination des intervenants et acteurs de l eau, soit le Ministère, les MRC et les municipalités, est donc très appréciée. Une amélioration des connaissances permet d apporter une plus grande attention à la préservation de la ressource. C est le cas avec Saint-Ludger-de-Milot avec laquelle la MRC est en discussion concernant la planification de la villégiature. Une plus forte concentration des populations a un impact négatif sur la qualité de l eau. La disponibilité 37

Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015. L'art de bâtir des ponts

Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015. L'art de bâtir des ponts Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015 L'art de bâtir des ponts transfertconsult.ca MONTRÉAL - QUÉBEC - SAGUENAY - SHERBROOKE ii Table des

Plus en détail

CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE AVIS DE LA CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES PRÉSENTÉ À LA COMMISSION

Plus en détail

LES HABITUDES D ACHAT AU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN EN 2000

LES HABITUDES D ACHAT AU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN EN 2000 LES HABITUDES D ACHAT AU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN EN 2000 Rapport synthèse LES CONTRIBUTIONS Impact communication Mélanie Duguay Hélène Goulet Réseau des CLD du Saguenay Lac-Saint-Jean Roger Boivin Luc

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre

Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre Rapport sur le crédit d engagement pour la réalisation de l équipement de la zone industrielle de DAVAL Sierre, mai 2006 Table des matières

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Politique de gestion de la dette à long terme

Politique de gestion de la dette à long terme Politique de gestion de la dette à long terme Ville de Waterloo Mise en vigueur 16 septembre 2013 1 POLITIQUE D UNE SAINE GESTION DE LA DETTE PRÉAMBULE : Le conseil municipal, le comité des finances et

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Le rôle des municipalités en matière de protection de l environnement Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Guide de référence Élections municipales

Plus en détail

Règle. 196-2012 Afin de déterminer les distances séparatrices pour protéger les puits artésiens et de surface

Règle. 196-2012 Afin de déterminer les distances séparatrices pour protéger les puits artésiens et de surface PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD RÈGLEMENT NUMÉRO 196-2012 AFIN DÉTERMINER LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE ET RÉGISSANT L USAGE

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013 Étant donné que le gouvernement du Québec a prolongé son plan d action sur le développement durable de deux ans, le Plan d action de développement durable

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail

1- LECTURE ET ACCEPTATION DE L'ORDRE DU JOUR

1- LECTURE ET ACCEPTATION DE L'ORDRE DU JOUR PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC SAINT-JEAN MUNICIPALITÉ DE SAINT-GÉDÉON Procès-verbal de la session régulière du conseil municipal de Saint-Gédéon, tenue le lundi 4 août 2014 à la salle du conseil à 20 h

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS Plan Santé Municipal Population ENTREPRISES TRANSPORTS SECTEUR ÉCONOMIQUE SECTEUR SANTÉ ET SOCIAL ENVIRONNEMENT INDUSTRIE

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR JEAN-GUY VIENNEAU JGV CONSULTANTS INC. DIEPPE, N.-B. AVRIL 2013 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 www.developpement-durable.gouv.fr I. Sites pollués : enjeux et

Plus en détail

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière Vos projets au cœur de votre Gestion Financière un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier vos projets quatre

Plus en détail

L alimentation en eau potable

L alimentation en eau potable Aujourd hui, la qualité de l eau et les réserves potentielles, constituent, au sein de notre société, des préoccupations environnementales majeures. En 1992 et pour la première fois, le principe selon

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Société de l eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT)

PLAN D ACTION 2014-2015 Société de l eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT) PLAN D ACTION 2014-2015 Société de l eau souterraine Abitibi-Témiscamingue (SESAT) Adopté par le conseil d administration, le 10 juin 2014 (RÉSOLUTIONS CA 2014-06-10-07, CA 2014-06-10-08) Acronymes ACEE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date Séminaire Arceau Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective Intervenant le Grand Paris Service Date Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ!

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! Les informations contenues dans l ensemble du présent document ne sont fournies qu à titre indicatif

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

Mise à jour sur le projet Énergie Saguenay et bilan de la consultation préalable. 3 juin 2015

Mise à jour sur le projet Énergie Saguenay et bilan de la consultation préalable. 3 juin 2015 Mise à jour sur le projet Énergie Saguenay et bilan de la consultation préalable 3 juin 2015 Ordre du jour Heure Déroulement 19 h Mise à jour sur le projet Énergie Saguenay et bilan de la démarche consultative

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Contenu du profil de compétences. Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec

Contenu du profil de compétences. Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec Près de 15 % des membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec pratiquent en gestion immobilière,

Plus en détail

RAPPORT DE LA MUNICIPALITÉ AU CONSEIL COMMUNAL

RAPPORT DE LA MUNICIPALITÉ AU CONSEIL COMMUNAL Préavis N 4 / 2013 RAPPORT DE LA MUNICIPALITÉ AU CONSEIL COMMUNAL relatif à la demande d un crédit de CHF 222'000.00 destiné à la mise en œuvre de la révision du Plan Directeur Communal (PDCom), du Plan

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

L acceptabilité sociale des projets communautaires d énergie renouvelable. Le cas Val-Jalbert

L acceptabilité sociale des projets communautaires d énergie renouvelable. Le cas Val-Jalbert L acceptabilité sociale des communautaires d énergie renouvelable Le cas Val-Jalbert 2 Les partenaires à parts égales: MRC du Domaine-du-Roy MRC Maria-Chapdelaine Pekuakamiulnuatsh Takuhikan Mission: L

Plus en détail

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013 Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC Fonds monétaire international 18 avril 2013 Le suivi de Tokyo - Stratégie La stratégie proposée par la RDC à Tokyo pour renforcer la

Plus en détail

Le tout sous la présidence de monsieur Jacques Hémond, préfet. CONSIDÉRANT la présence de l ensemble des membres du Conseil;

Le tout sous la présidence de monsieur Jacques Hémond, préfet. CONSIDÉRANT la présence de l ensemble des membres du Conseil; Trois cent vingt-neuvième séance du Conseil de la Municipalité régionale de comté des Sources, SÉANCE SPÉCIALE tenue au 309 rue Chassé à Asbestos, le mardi 30 juin 2009 20h00. PRÉSENCES ASBESTOS ville

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques Congrès 2008 de la Société canadienne d évaluation Valéry Roy-Gosselin Direction de la planification et de l évaluation MInistère des Ressources

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 EDITION 2010 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer Relation

Plus en détail

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3

COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 COMITÉ DE COMMUNICATION DE L AOMF FICHE-CONSEIL N 3 ÉLABORER SA STRATÉGIE DE PRÉSENCE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX EN 10 ÉTAPES Pour une institution de médiation, définir sa présence sur les réseaux sociaux

Plus en détail

Réflexion sur la notion de réciprocité dans la coopération internationale

Réflexion sur la notion de réciprocité dans la coopération internationale Réflexion sur la notion de réciprocité dans la coopération internationale Ibrahim Dan Bariah Mahamadou Kabir 2013 A travers cette analyse et d autres travaux à venir, Horizons solidaires conduit une réflexion

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES INTRODUCTION Honda Canada Inc. et les Services Financiers

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE 16 décembre 2010 RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014)

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014) Orientation no. 1 Développer et maintenir une efficace et des mécanismes de suivi comme cadre légal de gestion de la forêt urbaine - Développer des mécanismes pour appliquer la à l échelle d une propriété

Plus en détail

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES

PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES SAINES PRATIQUES COMMERCIALES JUIN 2013 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 2 Introduction... 3 Champ d application... 4 Mise en œuvre... 5 Notions abordées dans le cadre de

Plus en détail

II - Définition et objectifs

II - Définition et objectifs CAHIER DES CHARGES TYPE D ELABORATION D UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES PUBLICS OU D UNE DEMARCHE «OBJECTIF ZERO PESTICIDE» A L ECHELLE D UNE COMMUNE ou GROUPEMENT DE COMMUNES NOVEMBRE 2014

Plus en détail

MASTER 2 CONTAMINANTS EAU SANTE

MASTER 2 CONTAMINANTS EAU SANTE MASTER 2 CONTAMINANTS EAU SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation PLUS D'INFOS Crédits ECTS : 60 Cette spécialité couvre

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

GESTION DES DOCUMENTS

GESTION DES DOCUMENTS 133 POLITIQUE GESTION DES DOCUMENTS OBJECTIFS Gérer les documents de la Commission scolaire en conformité avec la législation applicable et les besoins des usagers, dans un contexte de maximisation de

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

Séance du 22 août 2011

Séance du 22 août 2011 Séance du 22 août 2011 A une séance ordinaire du Conseil de cette municipalité tenue à la salle du Conseil, lundi, le 22 août, à 20h00. Sont présents: M. Éric Duhamel, Mme Jocelyne Calvé, M. Jacques Martin,

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX Dernière mise à jour : mars 2014 REMARQUES EXPLICATIVES En vertu du Règlement sur les services

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail