La cumulativité du savoir en sciences sociales, Editions de l EHESS, 2010 LA CUMULATIVITE DU SAVOIR EN ECONOMIE. Bernard WALLISER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La cumulativité du savoir en sciences sociales, Editions de l EHESS, 2010 LA CUMULATIVITE DU SAVOIR EN ECONOMIE. Bernard WALLISER"

Transcription

1 La cumulativité du savoir en sciences sociales, Editions de l EHESS, 2010 LA CUMULATIVITE DU SAVOIR EN ECONOMIE Bernard WALLISER Science sociale parmi d autres, l économie s en démarque par l accroissement rapide du savoir reconnu par les professionnels de la discipline. Les trente dernières années ont connu une forte démultiplication des ouvrages et des articles publiés dans les revues savantes. Cette accélération quantitative du savoir s est accompagnée d une restructuration permanente pour en faciliter l utilisation par les praticiens et l assimilation par les usagers. A toute époque, les manuels proposés développent en tous lieux des conceptions fort voisines, exprimées en des termes quasi identiques. D une époque à l autre, les manuels enrichissent conjointement leurs schémas conceptuels en les révisant et en les complétant. Peu d économistes contestent l idée qu ils en savent plus aujourd hui qu hier, au sens où ils détiennent plus de clés pour comprendre l environnement économique. Mais ces mêmes économistes considèrent que cette accroissement du savoir résulte d un travail de fourmi incessant pour suggérer et débattre des idées nouvelles. Par rapport aux autres sciences sociales, l économie a bénéficié de trois conditions particulièrement favorables à la cumulativité du savoir. La première tient à l ontologie unitaire retenue par la discipline, à savoir une représentation du système économique en termes de coordination entre acteurs. Toute situation observable est invariablement analysée comme un état d équilibre temporaire entre des agents supposés suffisamment rationnels. La deuxième tient à une base empirique de la discipline aisément accessible, si l on s en tient à son objet traditionnel en termes de rapports des hommes aux biens. Les transformations des biens comme les transactions sur les biens se présentent comme des opérations aux caractéristiques facilement observables. La troisième tient à la méthodologie consensuelle préconisée par la discipline, à base de schémas conceptuels exprimés dans un langage formel. Les idées économiques sont capturées sans trop de peine dans des modèles autonomes aisément manipulables et transmissibles. Le présent chapitre est divisé en trois parties. La première concerne la cumulativité synchronique du savoir, à savoir la commensurabilité immédiate des connaissances diverses de la discipline. La seconde concerne la cumulativité diachronique du savoir, à savoir la structuration progressive des connaissances au cours du temps. Chacune de ces parties se décline elle-même en trois sections respectivement consacrées aux principes théoriques, aux données disponibles et aux modèles agissant comme médiateurs à un niveau intermédiaire. Chaque objet conceptuel est lui aussi examiné selon ses trois dimensions usuelles, sa structure mathématique, son champ d application et son interprétation sémantique. Quant à la troisième partie, elle décrit l évolution concrète de la discipline sur le long terme, en distinguant trois périodes successives. La première concerne la coexistence de paradigmes concurrents ( ), la seconde traite de la domination des modèles formels ( ), la troisième annonce la revanche de l empirie (2000- ). 1. Facteurs synchroniques de la cumulativité

2 1.1.Un cadre ontologique unitaire L économie repose sur une ontologie minimale qui s efforce d articuler trois niveaux d emboîtement, chacun caractérisé par des notions spécifiques. Le niveau psychique s intéresse aux états mentaux des acteurs, à savoir essentiellement leurs croyances et leurs préférences. Le niveau comportemental s intéresse aux actions que les acteurs mettent en œuvre, qu elles soient de nature matérielle ou informationnelle. Le niveau social s intéresse aux phénomènes collectifs issus des interactions entre les acteurs, qu ils se déclinent comme combinaisons d actions, comme réseaux d interaction ou comme institutions émergentes. A la transition entre deux niveaux agissent des principes spécifiques, qui sont regroupés en un nombre réduit de schémas simples. La transition entre les niveaux psychique et comportemental est fondée sur le modèle rationnel de choix individuel. La transition entre les niveaux comportemental et social est fondée sur une notion d équilibre assurant la coordination entre les acteurs. Le champ d application de ce cadre conceptuel est a priori très large du fait de la généricité des concepts et des principes mobilisés. Son expression la plus classique est la théorie des jeux, qui met en scène les interactions stratégiques qui sont mises en œuvre par des acteurs rationnels (von Neumann-Morgenstern, 1944). Celle-ci s applique tout naturellement à la théorie économique, le système économique étant considéré comme un vaste jeu joué par des producteurs et des consommateurs. Elle est d abord mobilisée dans des situations de marché de concurrence parfaite, où les comportements des agents sont considérés comme réactifs (aux seuls prix) plutôt que réflexifs (aux actions des autres). Elle est ensuite appliquée à un marché de concurrence imparfaite, où des agents en nombre restreint et pleinement délibératifs disposent cette fois d un réel pouvoir de marché. Plus avant, elle est mise en œuvre dans des domaines économiques spécifiques comme les situations d enchères ou de négociation. Si le cadre conceptuel retenu adopte une structure plutôt figée, l interprétation qui en est donnée en reste très détachée, ce qui confère au cadre une grande souplesse. Plus précisément il donne lieu à de multiples interprétations, cette pluralité étant acceptée et même encouragée par les économistes. D une part, les concepts font l objet d interprétations souvent emboîtées, plus rarement contradictoires. Ainsi, le concept d utilité est interprété comme une expression quantitative des préférences (utilité d un bien physique), mais il peut recouvrir les seules satisfactions matérielles et personnelles ou inclure des satisfactions symboliques et altruistes (utilité d un cadeau). D autre part, les principes héritent leurs interprétations des concepts qu ils mobilisent et deviennent eux-mêmes multivoques. Ainsi, le principe d équilibre est vu comme l expression d une simple contrainte physique sur les actions (égalité ex post entre offre et demande) ou comme la manifestation d un processus concret visant à les articuler (mécanisme boursier). Ce cadre conceptuel, qui traduit un consensus sur le degré d idéalité admissible des théories, facilite grandement la cumulativité synchronique du savoir théorique. En effet, il définit pour le moins un langage savant de référence qui permet une communication et une discussion aisée entre les économistes. Tout économiste se reconnaît comme membre d une communauté intellectuelle lorsqu il discute des techniques à rendements croissants, des agents qui arbitrent entre leurs coûts et leurs avantages, des prix qui reflètent tant la rareté que l utilité des biens. Plus profondément, ce cadre crée un socle commun, qui définit l orthodoxie sur laquelle viennent ensuite se greffer les analyses plus spécialisées. Tout économiste ressent une connivence avec ses collègues lorsqu il met en avant les externalités induites par certains

3 biens, les arbitrages intertemporels que les acteurs sont amenés à effectuer ou les asymétries d information qui règnent entre les acteurs. Cependant, des dissonances sur les concepts et des hétérodoxies sur les principes sont susceptibles de rompre le consensus entre économistes. Ces divergences se manifestent par le rejet de certains éléments constitutifs du cadre conceptuel lui-même. Ainsi, dans une perspective marxiste, l accent est mis sur le conflit entre différentes classes sociales, à savoir des entités collectives qui sont dotées d états mentaux propres et qui s affrontent directement. Ces divergences interviennent plutôt lorsque l on tente de spécifier plus précisément les principes de base. Ainsi, dans une vision néo-institutionnaliste, les institutions jouent un rôle central de polarisation des agents dans la lutte contre toute forme d incertitude, même si elles étaient déjà présentes dans le cadre traditionnel. Enfin et surtout, ces divergences s affirment au niveau des interprétations relatives au cadre conceptuel. Ainsi, dans la conception de l école autrichienne, des incertitudes de toutes natures sont supposées affecter le comportement individuel, sans pouvoir être complètement conceptualisées. 1.2.Une base empirique partagée L économie repose d abord sur des catégorisations de ses deux entités de base, les agents et les biens (à défaut des institutions). Elle construit des nomenclatures de granularité variable qui concernent tant les personnes (catégories socio-professionnelles, qualifications) que les produits. L économie s appuie ensuite sur des grandeurs de base qui correspondent à des attributs des biens échangés et sont pour l essentiel quantifiables. Elles sont directement exprimées par des grandeurs physiques (caractères physiques, quantités) ou sont ramenées à un étalon commun, en l occurrence monétaire (prix, revenus). Ces grandeurs sont enfin combinées entre elles pour former des indicateurs composites, toujours quantifiés, dans le cadre unifié de la Comptabilité Nationale ou des comptabilités d entreprises. C est ainsi que sont calculées des grandeurs agrégées, qu il s agisse d indices des prix, d indices de coût ou d indices d activité (PIB), dont la définition est désormais coordonnée entre les pays. Le champ alloué au recueil des données est très étendu, que ces données soient engrangées spécifiquement à des fins scientifiques (données d enquêtes) ou soient le simple sousproduit de l activité économique (données comptables). Du point de vue qualitatif, s il existe trois types de données associés aux trois niveaux d analyse introduits, elles sont recueillies selon deux méthodes. Les données historiques sur les structures globales et les actions des acteurs sont rassemblées sur le terrain par les organismes de statistiques. Les données expérimentales sur les états mentaux et les intentions des acteurs sont recueillies en laboratoire par l économie comportementale. Du point de vue spatio-temporel, les données sont associées à des échelles spatiales et temporelles plus ou moins régulières et souvent emboîtées. Ainsi, les prix sont collectés sur des espaces plus ou moins étendus (agents, régions, pays) et sur des périodes plus ou moins longues (de la seconde à l année). L interprétation des données est là encore multivoque, et peut se détacher des motivations initiales qui ont guidé leur recueil. En effet, les grandeurs sont collectées pour répondre à une demande sociale dans le respect d impératifs techniques, mais sont ensuite librement disponibles pour d autres usages. Cette multivocité est déjà présente au niveau des nomenclatures. Ainsi, les catégories d agents traduisent aussi bien des clivages économiques (selon leurs revenus ou leurs emplois) que des discriminations extra-économiques (selon leurs statuts ou leurs rôles). Elle est omniprésente au niveau des grandeurs élémentaires. Ainsi, la qualité d un produit est difficile à évaluer et traduit, au-delà de ses seules

4 caractéristiques physiques, les divers usages qui en sont faits. Elle se manifeste surtout en ce qui concerne les indicateurs agrégés. Ainsi, l indice des prix à la consommation peut être défini de diverses façons selon le groupe de référence visé et l utilisation envisagée, en réponse à l objection indice unique, indice inique. Une base de données centralisée, ouverte et commune à tous les utilisateurs potentiels, rend plus aisée la cumulativité synchronique du savoir factuel. Tout d abord, ces données sont rendues commensurables du fait qu elles sont formatées dans un même cadre théorique et nettoyées pour éliminer des anomalies supposées. C est ainsi que la Comptabilité Nationale repose sur un schéma théorique keynésien qui redresse et met en cohérence les différents agrégats macroéconomiques en les soumettant à des contraintes globales. Ensuite, ces données se veulent comparables dans la mesure où elles résultent certes de définitions largement conventionnelles, mais selon des conventions partagées par la profession. Ainsi, il est possible de construire, malgré l évolution incessante des caractéristiques des produits, des indices de prix à la consommation qui s avèrent significatifs, sinon en niveau, du moins en variation. Cependant, cette cumulativité est parfois battue en brèche par une sélection sévère effectuée sur les données accessibles. Tout d abord, les données générales peuvent être récusées en tant qu elles sont fondées sur des principes théoriques étrangers à un certain courant. Ainsi, les croyances et préférences exprimées par les agents eux-mêmes sont récusées par des écoles d obédience behavioriste stricte. De même, certaines données sont mises en cause lorsqu elles sont recueillies dans un contexte par trop différent de leur utilisation. Ainsi, le PIB recèle divers doubles emplois ou comptabilise des activités improductives qui en font un indicateur d activité plus qu un véritable indicateur de bien-être collectif. Mais c est plus souvent l interprétation des données, liée à leur mode d obtention, qui se trouve être mise en cause. Ainsi, les données sur la consommation de drogue sont sujettes à des biais systématiques qui les rendent impropres à la détermination de mesures visant à prévoir son extension et à l enrayer. 1.3.Une méthodologie consensuelle Dans la vaste zone intermédiaire entre les principes théoriques et les données factuelles, de nombreux modèles économiques sont proposés. Ils couvrent un large spectre allant des modèles les plus théoriques, fondés sur des bases axiomatiques, aux modèles les plus empiriques, appuyés sur des régularités observables. Ce qui les rapproche est l utilisation d un langage formel, permettant de dériver d hypothèses précisément définies des conséquences rigoureusement déduites. Les outils mathématiques utilisés sont essentiellement le calcul différentiel classique, en temps discret plutôt que continu, qui s applique à un système d équations reliant des variables datées et des facteurs aléatoires. Les conséquences des modèles sont obtenues soit par résolution analytique, soit par simulation numérique. La seconde s impose lorsque la première s avère impossible pour des raisons de complexité, mais peut aussi préparer la première à travers des résultats exemplaires qui balisent le champ des possibles. Un même modèle peut être progressivement spécifié dans son expression pour s appliquer à des entités de mieux en mieux délimitées. Dans sa formulation la plus générique, la théorie des jeux étudie très généralement des acteurs autonomes qui sont en interaction stratégique. Ils mettent en œuvre des actions indéterminées, s appuient sur des états mentaux quelconques et entretiennent des rapports bilatéraux sans médiation institutionnelle. Une expression plus

5 précise en est donnée par le modèle du duopole qui étudie les rapports entre deux producteurs d un bien face à une demande exogène. Les actions concernent la fixation des quantités produites (ou des prix) d un bien quelconque, les préférences se réduisent aux profits, les croyances à la fonction de demande. Une expression plus précise encore concerne deux entreprises qui se partagent le marché d un bien particulier. La demande anticipée des consommateurs comme la fonction de production des producteurs adoptent alors une forme analytique précise, par exemple linéaire. L interprétation d un modèle intervient dès le contexte de la découverte, qui s avère très détaché du contexte ultérieur de la justification. De plus, le modèle reçoit des interprétations multivoques, les modélisateurs pouvant cependant s accorder sur les plus pertinentes. La variabilité de l interprétation peut provenir des principes théoriques, lorsque diverses significations en sont données. Ainsi, la loi du revenu permanent, qui lie la consommation aux revenus présent et passés, s interprète comme le fait que la consommation s ajuste par inertie sur une moyenne des revenus passés ou s ajuste sur une anticipation du revenu futur, ellemême évaluée en fonction des revenus passés. La variabilité peut aussi provenir des données empiriques, lorsqu une corrélation entre variables peut recevoir diverses lectures causales. Ainsi, la relation de Phillips, qui relie inflation et chômage, peut traduire le fait que l inflation augmente les coûts de production et diminue l activité, ou que le chômage fait baisser les salaires et donc les prix. Ce langage formel homogène, qui traduit un accord de la profession sur la méthode économique à suivre, facilite grandement la cumulativité synchronique du savoir. D une part, la formalisation favorise la conception des modèles, en suggérant de multiples combinaisons entre des grandeurs bien répertoriées. Tout modèle adopte une forme modulaire, un module pouvant aisément être remplacé par un autre sans toucher au reste. Ainsi, les mécanismes d enchères sont étudiés en conservant le même comportement des enchérisseurs, mais en modifiant la règle de fixation des enchères. D autre part, la formalisation favorise la validation des modèles, en autorisant des tests qui conduisent à des réfutations strictes ou simplement statistiques. Tout modèle permet de tester si telle ou telle variable explicative exerce effectivement une influence sur une variable expliquée et si elle doit y être incorporée. Ainsi, la consommation de poisson est certes influencée par le prix, mais aussi par des facteurs météorologiques ou même religieux qui peuvent s avérer importants. Cependant, la formalisation est souvent analysée comme une condition nécessaire, mais non suffisante de la cumulativité. Tout d abord, un formalisme global peut être récusé en raison de son inadéquation intrinsèque au problème posé. Ainsi, un psychologisme étroit peut considérer que le comportement humain n est guère formalisable, même en termes aléatoires, du fait de la liberté de choix des acteurs. Ensuite, un formalisme plus spécifique est lui aussi rejeté en raison de son inadaptation, au moins provisoire, à certains phénomènes. Ainsi, le cumul du savoir d un acteur, lorsqu il est pratiqué sous une forme directement additive, est critiqué en tant que le savoir est fondamentalement structuré et n est donc pas simplement sommable. Enfin, un formalisme va être exclu dans la mesure où il distord par trop l interprétation d un phénomène bien connu par ailleurs. Ainsi, une innovation technologique peut difficilement être modélisée, comme on a tenté de le faire, par la découverte d un procédé qui est potentiellement déjà existant. 2. Modalités diachroniques de la cumulativité

6 2.1. Des importations théoriques sélectives Les sciences de la nature n ont cessé de suggérer des schémas conceptuels originaux susceptibles d être adoptés par les économistes. Dans certains cas, elles proposent des mécanismes explicatifs complets, alliant une structure formelle déductive fondée sur des principes et une interprétation sémantique traduite par des mécanismes. Ainsi, la mécanique classique a suggéré le transfert du principe d optimisation (de l hamiltonien) d un système au principe d optimisation (de l utilité) d un acteur, étant entendu que ce dernier agit au niveau individuel et non pas collectif (absence d utilité collective). Elle a également introduit le principe d équilibre, conçu comme état global stable en l absence de perturbations de l environnement, même s il est réalisé en économie de façon intentionnelle et non pas causale. De même, la biologie évolutionniste a fourni un mécanisme d évolution explicitement fondé sur les principes de variation et de sélection, le principe de transmission étant appliqué de façon plus lâche. Dans d autres cas, les sciences de la nature ne font que fournir des structures mathématiques, dûment détachées de leurs interprétations. Les analogies, au départ substantielles, se réduisent alors à des analogies purement formelles. Ainsi, le modèle newtonien d attraction entre deux corps a été adapté formellement, par réinterprétation des grandeurs, au trafic entre deux villes. De même, le modèle d Ising, qui explique l aimantation d un corps formé de particules à spins interdépendants, a été appliqué à des comportements binaires de consommateurs soumis à des externalités sociales. Par ailleurs, on peut remarquer que l économie réutilise ses propres structures définies dans un de ses sous-domaines pour les appliquer à un autre sous-domaine. Il en ainsi pour les axiomes du choix individuel en situation de risque qui ont été transférés en axiomes du choix social. Il en est de même pour les notions d équilibre entre plusieurs acteurs qui ont été appliquées à la coordination des selfs multiples successifs d un même acteur. Par ailleurs, les sciences sociales fournissent des éléments conceptuels divers qui sont phagocytés par l économie, en particulier par la théorie des jeux. Le plus souvent, des concepts sont intégrés au cadre usuel après une délicate opération de traduction. Ainsi, le concept de menace proférée par un joueur a été assimilé sous la forme d une réponse contrefactuelle du joueur à l action possible de l autre. De même, le concept de réputation d un joueur a été internalisé sous la forme de la probabilité attribuée par un autre joueur au type du premier. Plus rarement, des mécanismes sociaux plus sophistiqués sont importés d autres disciplines. Ainsi, les mécanismes assurant l identification d un acteur à un groupe sont introduits en assimilant l identité à un capital motivationnel ou à un capital relationnel dans lequel l acteur peut investir. De même, la genèse des normes sociales est traitée en assimilant la norme à une fonction de comportement et en étudiant les mécanismes de genèse d un équilibre entre les comportements. Ces schémas conceptuels importés, qui font déjà l objet d une étude dans leur discipline d origine, favorisent une cumulativité diachronique du savoir théorique. En effet, toutes les conséquences déduites à partir de certains principes théoriques sont valables quel que soit le domaine d interprétation de la théorie. Les schémas conceptuels issus des sciences de la nature ont des conséquences, isolées ou communes avec d autres, qui ont fait l objet d investigations poussées. Ainsi, les processus d équilibre en physique ont des propriétés de stabilité plus ou moins fortes qui peuvent être transposées directement à l économie. En revanche, les imports en provenance des sciences sociales créent une tension forte dans la mesure où les nouveaux concepts sollicitent fortement le cadre usuel. Ainsi, l introduction de

7 concepts qualitatifs peu observables comme l émotion ou la confiance introduisent un hiatus profond dans le traitement classique de la rationalité individuelle. Cependant, ces imports peuvent engendrer une forte instabilité dans la mesure où une innovation est toujours synonyme de rupture. Les imports en provenance des sciences de la nature, qui s apparentent souvent à de l entrisme, peuvent s avérer très artificiels au niveau de l interprétation des principes transmis. Ainsi, l «écono-physique» procède à des transferts sauvages en appliquant à des problèmes économiques divers schémas issus des sciences physiques, en particulier de la physique des milieux désordonnés. Une méthodologie plus pertinente consiste à poser les problèmes économiques en termes économiques afin d aboutir à un certain modèle, à observer si les hypothèses retenues sont isomorphes à celles d un modèle déjà étudié par la physique, et à tenir compte dans ce cas de l expérience acquise pour en dériver les conséquences. En revanche, de façon plus légitime, l écono-physique transfère à la finance des méthodes d analyse des données éprouvées en physique, en s appuyant sur l existence de données financières aussi nombreuses que les données physiques Des données actualisées ou originales L évolution des données économiques se manifeste d abord sur les données traditionnelles qui continuent à être soigneusement recueillies et forment des séries de plus en plus longues. Ainsi, des séries de prix du blé sont rassemblées depuis le XIXe siècle, même s il faut tenir compte de fluctuations apparues dans la qualité du blé. Elle s exprime aussi par le recueil de données concernant toujours des grandeurs classiques, mais relatives cette fois à des biens nouveaux. Ainsi, les prix sont observés sur des produits technologiques originaux nés du progrès technique ou sur des actifs financiers générés par des marchés artificiellement créés. Enfin, des grandeurs théoriquement importantes, mais usuellement non mesurées, font de plus en plus l objet de mesures systématiques. Ainsi, les anticipations des prix ou de l activité réalisées par les entreprises sont désormais recueillies par simple déclaration et forment des séries nouvelles. L évolution des données économiques résulte aussi de la mesure, lors de divers jugements ou choix économiques réalisés par les acteurs, de grandeurs non incluses à ce jour dans la théorie. Ainsi, la neuro-économie appréhende non seulement des processus physiologiques des acteurs comme le mouvement des yeux, mais aussi les processus mentaux des acteurs par imagerie cérébrale. Elle oblige à considérer un quatrième niveau d organisation ontologique en amont du niveau psychique, en l occurrence le niveau neurologique. Cependant, les relations qui existent entre les zones activées du cerveau et la gestion des états mentaux des acteurs restent très floues. En conséquence, les états mentaux reçoivent désormais des mesures multiples, directes ou indirectes, que le modélisateur se doit de concilier. Ainsi, les préférences sont obtenues, selon le niveau considéré, par révélation à partir de leurs actions, par simple interrogation des acteurs, et même par inférence à partir des images cérébrales. Surtout, toutes les données élémentaires sont prétraitées pour donner naissance à des faits stylisés, qui sont autant de régularités empiriques auxquelles satisfont les données. Il peut s agir aussi bien de trends ou de cycles réguliers dans l évolution des grandeurs, que de corrélations apparentes entre diverses grandeurs. Ainsi, la production d un pays fait apparaître des cycles d importance et de périodicité variables (cycle des affaires, cycle de Kondratief). Plus profondément, on observe des phénomènes massifs comme le développement des biens immatériels, l accroissement des externalités informationnelles ou la diversification des crises financières. Ces faits stylisés sont obtenus grâce à l évolution constante des techniques

8 statistiques, en particulier en matière d analyse des données (analyse factorielle, analyse taxonomique). Ainsi, les techniques économétriques ont été considérablement améliorées et permettent par exemple de tester l exogénéité de certaines variables ou la stationnarité de certaines relations. La mise en évidence de faits stylisés, à propos desquels un consensus préalable peut s établir, facilite grandement la cumulativité diachronique du savoir factuel. D une part, ces faits stylisés résument les données élémentaires en invariants empiriques qui sont faciles à exprimer et qui permettent une considérable économie de pensée. Ainsi, les données accumulées sur les prix de l immobilier selon les lieux deviennent compréhensibles quand elles sont mises en rapport avec les revenus des habitants ou la densité des équipements publics, en particulier l accessibilité aux transports publics. D autre part, les faits stylisés forment le nouveau socle de la base empirique et conduisent à y confronter un modèle sans avoir à revenir aux données élémentaires. Ainsi, un modèle du secteur de la santé commence par dresser une liste de faits stylisé du domaine et s efforce ensuite d en rendre compte comme conséquences du modèle. Cependant, cette cumulativité repose sur un accord intersubjectif entre les praticiens sur les faits stylisés, qui reposent eux-mêmes sur des conventions en matière de traitement des données. D une part, un fait stylisé nécessite de faire des hypothèses a priori sur la fiabilité, l homogénéité et la comparabilité des données de base. Ainsi, le chômage ne peut être considéré comme croissant que si les chômeurs recensés entrent toujours dans les mêmes catégories, ce qui suppose que le concept général de chômage ne change pas trop rapidement de signification. D autre part, plus encore que les données elles-mêmes, un fait stylisé est construit en adoptant un certain point de vue théorique, qui le rend pertinent pour appuyer certains modèles plutôt que d autres. Ainsi, les fluctuations dans la distribution des médecins à travers un territoire prennent un sens très différent selon le maillage spatial (commune, département, pays) que l on adopte Des restructurations internes constantes Les modèles économiques bénéficient d abord de l apparition d outils mathématiques nouveaux à même de mieux représenter certaines hypothèses ou d en dériver certaines conséquences. Ainsi, la logique épistémique, sous forme propositionnelle ou probabiliste, a été introduite dans la théorie des jeux pour exprimer commodément la structure et la révision des croyances des joueurs. De même, les systèmes dynamiques stochastiques ont été mobilisés pour exprimer aisément les processus d apprentissage conjoints des acteurs et étudier leur éventuelle convergence. Par ailleurs, les modèles économiques s appuient sur des outils informatiques toujours plus performants qui permettent une simulation à grande échelle. En particulier, les systèmes multi-agents sont à la base de la construction de plateformes informatiques, qui autorisent le traitement de relations complexes entre un grand nombre d agents aux comportements variés. L évolution des modèles économiques procède par généralisations successives, selon deux processus parallèles. D une part, un affaiblissement du modèle le dote d une spécification plus faible (introduction de nouvelles variables, forme analytique plus générale), l ancien modèle devenant un cas particulier du nouveau. D autre part, un enracinement du modèle le fait dériver d hypothèses plus profondes (souvent sous forme d axiomes), l ancien modèle devenant une conséquence du nouveau. La première opération autorise un élargissement du modèle, à savoir un accroissement de son domaine de validité, car il induit des conséquences

9 non permises jusque là. La seconde opération autorise une réinterprétation du modèle, à savoir une signification nouvelle apporté aux axiomes introduits. Ainsi, le modèle de maximisation de l espérance d utilité a été d une part affaibli en modèle IURDP, d autre part soutenu par un système d axiomes. Ces opérations permettent d élargir son champ d application (y compris aux rats ou aux pigeons) et d enrichir ses interprétations (y compris en neuroéconomie). L évolution des modèles obéit à une stratégie de recherche qui s avère particulièrement puissante. Les principes théoriques de base sont relâchés un par un quand ils ne sont plus capables de fournir des explications originales. Un principe affaibli n est cependant introduit que sous deux conditions nécessaires: faire l objet d une formalisation satisfaisante; conduire à des conséquences originales. Ainsi, le principe de rationalité forte a été affaibli sous la forme d une rationalité limitée (Simon, 1982) dès lors que divers modèles sont devenus disponibles (satisficing, choix discret, automate fini) et rendaient compte de comportements concrets (jeu d échecs). De même, les préférences exogènes ont été affaiblies sous forme de préférences endogènes, aisément formalisables et aptes à rendre compte du conditionnement social. Enfin, les relations marchandes ont été complétées par des relations non marchandes, plus subtiles à formaliser, mais rendant compte de phénomènes de ségrégation ou de fidélisation. Ces restructurations internes, qui s appuient sur des consensus sur les dimensions et les degrés d idéalité acceptables des modèles, favorisent la cumulativité diachronique du savoir. Du point de vue synchronique déjà, les modèles simultanés agissant comme variantes les uns des autres peuvent être articulés sous forme de «treillis conceptuels». Ainsi, les modèles de concurrence sur un marché peuvent être agencés en fonction des déviations (information imparfaite, concurrence imparfaite, prix visqueux) qu ils expriment dans diverses directions par rapport au modèle central de concurrence parfaite. Du point de vue diachronique, les modèles successifs qui se présentent comme des approfondissements successifs peuvent se structurer sous la forme d «arbres génétiques». Ainsi, les modèles de négociation donnent lieu à une filière de modèles à partir d un modèle séminal (Rubinstein, 1982) dans lequel les deux négociateurs font une suite de propositions et de contre-propositions concernant le partage d un gâteau. Bien entendu, des difficultés d articulation entre objets conceptuels subsistent et prennent souvent la forme de paradoxes. Un paradoxe théorique résulte de la difficulté d articuler des principes théoriques avec un certain modèle. Ainsi, le paradoxe de Condorcet manifeste la difficulté d inférer, à partir de critères de choix individuels et d axiomes raisonnables de rationalité collective, un critère de choix collectif non trivial. Un paradoxe empirique résulte de la difficulté d articuler des données empiriques avec un certain modèle. Ainsi, le paradoxe d Allais manifeste la difficulté de faire coïncider les conséquences du modèle d espérance d utilité avec les choix observés en économie expérimentale. Ces paradoxes demeurent actifs d autant plus longtemps qu ils se révèlent plus profonds, et constituent un aiguillon essentiel pour la recherche. Ils finissent toujours par être résolus par un affaiblissement des modèles dans des directions judicieusement choisies. 3. Rétrospective et prospective 3.1. La cohabitation de paradigmes ( ) Cette première période se caractérise par la coexistence de paradigmes multiples, nés en des moments et en des lieux différents. Ainsi, voit-on se développer et se diffuser successivement

10 le paradigme classique, le paradigme autrichien, le paradigme marxiste et le paradigme keynésien. Tous ces paradigmes cohabitent avec plus ou moins d harmonie ou de virulence, même si tous connaissent tour à tour des phases d éclipse et de résurgence. Les paradigmes sont caractérisés par des principes théoriques de plus en plus nettement dégagés, mais peu articulés car exprimés sous une forme essentiellement littéraire. Ils s accompagnent d une méthodologie à base inductive souvent puissante et inventive, qui prend appui sur des faits massifs grossièrement appréhendés (révolution industrielle, crise financière de 1929). Ils sont défendus par des communautés intellectuelles qui acquièrent des positions dominantes dans certaines universités et rayonnent vers l extérieur. Cette période se caractérise aussi par l apparition des premiers modèles formalisés, en nombre plutôt réduit. Si Cournot a proposé dès 1838 un modèle pionnier d oligopole, si Walras a concrétisé un modèle d échanges concurrentiels en 1874, les premiers modèles macroéconomiques datent des années 1940 avec l avènement de la Cowles Commission. Ces modèles sont associés à des paradigmes spécifiques, d autres paradigmes étant volontairement ou pratiquement rétifs à la formalisation. Ils captent des relations théoriques d abord déterministes, puis stochastiques entre des grandeurs aussi bien observables que non observables. Leur cohérence formelle est favorisée par le fait qu ils admettent une solution unique interprétée en termes d équilibre. Le lien avec les données se fait au mieux par l intercession de lois empiriques, qui constituent les prolégomènes des modèles, et sont désormais intégrées dans les modèles à titre de relations. Les données disponibles sont plus souvent recueillies à des fins comptables ou administratives (bilans, recensements) qu à des fins véritablement scientifiques. Elles prennent souvent une tournure monographique et se contentent de décrire tel ou tel phénomène (spécialisation internationale) ou tel ou tel acteur économique (entreprise Ford). Les rares mesures quantitatives concernent les prix et les quantités échangées de biens spécifiques (blé, vin, coton). Ces dernières données, dispersées et occasionnelles, ne sont guère appréhendées selon des catégories normalisées, ce qui prévient de réelles comparaisons intertemporelles et interrégionales. Enfin, les données homogènes ne sont pas agrégées entre elles sur des entités peu à peu emboîtées pour construire des agents représentatifs (consommateurs, nation). De même, les données hétérogènes ne sont pas articulées entre elles pour faire apparaître des régularités en tant qu elles concernent une même entité statistique (firmes). Le savoir économique est en revanche très influencé par des préoccupations opérationnelles de la puissance publique. L Etat apparaît comme un organisme de régulation en surplomb du système économique et autour duquel les premiers modèles macroéconomiques sont construits. Il adopte des doctrines exprimées de façon très générale comme la nécessité du libre échange ou l intérêt d une relance par les grands travaux publics. Plus modestement, il décide des grandes infrastructures publiques qui soulèvent des problèmes d opportunité, de date de réalisation et de tarification, traités par les débuts du calcul économique. La politique macroéconomique, qu elle soit monétaire ou budgétaire, fait l objet des premières analyses de simulation réalisées à la main. Toutes ces doctrines ou ces politiques sont enfin fondées sur des critères d évaluation qui ont l originalité d être discutés par la discipline économique ellemême (Bentham). L économie affirme enfin progressivement son autonomie conceptuelle par rapport aux autres disciplines sociales. Certes, nombre d économistes comme Pareto ont également œuvré en sociologie, mais ont souvent rédigé des ouvrages séparés dans les deux disciplines. Cette autonomie de l économie est d abord liée à l objet initial assigné à la discipline, à savoir la

11 production, les échanges et la consommation des biens et services. Elle porte aussi sur son ontologie simple, à savoir la coordination exercée par une institution spécifique, le marché, établi entre des agents rationnels mus par leurs seuls intérêts égoïstes. Elle concerne enfin le rôle social assigné aux économistes, comme garants d une certaine efficacité et équité du système social réalisée à travers l action exercée sur les marchés. Cependant, les économistes demeurent peu professionnalisés et fonctionnent de façon individuelle, quelques ténors étant amenés à se répondre parcimonieusement les uns les autres Le règne des modèles ( ) Cette deuxième période voit une convergence progressive des paradigmes concurrents vers une synthèse néo-classique. D une part, la théorie des jeux, qui vient d être mise au point fournit d emblée un cadre générique d analyse des interactions sociales. D autre part, les paradigmes keynésien et marxiste, sinon autrichien, se voient réinterprétés dans le cadre classique devenu dominant, non sans une réduction plus ou moins brutale. En sens inverse, cette synthèse néo-classique devient beaucoup plus molle et nuancée dans les principes qu elle affirme. Le modèle d équilibre concurrentiel est tempéré par l introduction d une concurrence imparfaite, d une information imparfaite, de rendements croissants et d externalités. Même la théorie des jeux se diversifie par l introduction dans une première vague du temps et de l incertitude, puis dans une seconde vague des croyances ou de l apprentissage des joueurs. Fait bien plus marquant, cette période voit l apparition d une profusion de modèles formalisés couvrant un champ très large. Des modèles axiomatiques permettent de fonder les règles de choix individuels ou les normes de partage collectif. Des modèles microéconomiques théoriques suggèrent des mécanismes explicatifs de phénomènes comme la diversification des produits ou la recherche d emplois. Des modèles macroéconomiques empiriques conduisent à simuler le fonctionnement d une économie nationale, en particulier l évolution de l activité et de l emploi. Ces modèles ont une forte cohérence interne du fait de l utilisation d un langage mathématique rigoureux et acquièrent une forte validité externe dans la mesure où leurs relations sont systématiquement ajustées sur les données. La simulation de modèles de taille croissante est facilitée par un développement rapide des outils informatiques tandis que l épistémologie des modèles joue de toutes les oppositions classiques (réalisme /constructivisme, projectivisme/inductivisme, réfutationnisme/confirmationnisme). Les données deviennent plus nombreuses et sont collectées ou du moins rassemblées par des organismes statistiques spécialisés (instituts nationaux de statistiques, bourses financières). Elles portent sur des grandeurs plus variées, objectives (coûts, techniques) ou plus rarement subjectives (anticipations, dispositions à payer). Elles sont normalisées au niveau international par la définition de conventions de mesure et l utilisation de comptabilités, nationales ou d entreprises. Elles sont souvent prétraitées pour faire apparaître des faits stylisés qui font l objet d un consensus préalable à toute explication. Elles sont diffusées avec de moins en moins d entraves à une large gamme d utilisateurs, tant scientifiques que praticiens. Enfin, des expériences en laboratoire commencent enfin à fournir des données individuelles sur des actions ou des états mentaux dans des secteurs particuliers (choix en incertitude, marchés simulés). Les préoccupations opératoires sont plus clairement affichées et intégrées dans les modèles empiriques et même théoriques. Les modèles macroéconomiques reçoivent des fondements microéconomiques qui éclairent certains problèmes rencontrés (incohérence temporelle,

12 instabilité structurelle). Les mesures de politique économique préconisées deviennent de plus en plus fines et étendues et revêtent elles-mêmes une dimension incitative et symbolique autant que matérielle. Le calcul économique s étend des secteurs traditionnels (énergie, transports) vers des secteurs nouveaux (santé, éducation). Par ailleurs, on observe un détachement accru de l économie savante d origine universitaire par rapport à l économie vulgaire véhiculée par les acteurs économiques. Ceci n exclut en rien une imprégnation lente du public par certains concepts (coût marginal, valeur ajoutée) ou certains mécanismes (bulles financières, multiplicateur keynésien). On observe enfin des exportations conséquentes de l économie vers les autres sciences sociales, en particulier vers la sociologie. Il s agit de transferts élastiques de concepts usuels (capital symbolique, effet de signalement) ou de mécanismes simples (oligopole social, externalités). Il s agit aussi de transferts structurels de pans entiers de la théorie des jeux (réputation, confiance). Cependant, les réactions de ces sciences à l économie continuent à fonctionner sur le mode manichéen de la fascination-répulsion. L économie est admirée pour son originalité et son efficacité conceptuelle, mais elle est décriée pour son réductionnisme et sa superficialité. Dans le même temps, l économie s implante dans les universités comme une discipline à part entière qui s autonomise essentiellement par rapport au droit. Une concurrence internationale s établit entre les économistes de tous pays, fondée sur des critères sévères de publication, sans équivalent dans les autres sciences sociales L essor des expérimentations ( ) Cette troisième période ne voit plus d affrontements véritables entre paradigmes, l orthodoxie ayant assimilé la plupart des hétérodoxies. S il apparaît toujours des programmes de recherches novateurs, ils se développent sur les marges de l économie dominante et en constituent des extensions plus que des contradictions. Il en est ainsi du programme cognitiviste, qui met l accent sur les croyances des acteurs, du programme évolutionniste qui insiste sur les processus d apprentissage et d évolution, et du programme institutionnaliste, qui met en avant le rôle organisateur des institutions. L économie orthodoxe s amollit ellemême en adoptant des spécifications de plus en plus faibles de ses principes (rationalité limitée, équilibres diversifiés). Le modèle walrasien de concurrence pure et parfaite peut encore servir de modèle de référence, mais il ne constitue plus le noyau dur de la discipline. Quant à la théorie des jeux, son rôle de cadre ontologique général en perpétuelle évolution n est plus désormais contesté dans son esprit. Les modèles continuent à fleurir, mais ils ne sont plus aussi rigoureusement élaborés et rencontrent rapidement des rendements décroissants. Ils forment une mosaïque disparate dont les lignes de force sont de plus en plus floues et les articulations de plus en plus lâches. Les modèles théoriques puisent à des sources d inspirations variées et mettent en œuvre des schémas nouveaux (selves multiples d un agent, cognition sociale distribuée). Ils recouvrent le système économique dans tous les secteurs d activité et connaissent une fuite en avant vers des territoires non traditionnels où leur valeur ajoutée est réduite. Les modèles empiriques mettent en évidence des corrélations plus fines grâce à des techniques économétriques plus performantes et se prêtent à des exercices de simulation à grande échelle. Ils peuvent inclure des aspects physiques plus nombreux pour former des modèles technico-économiques (modèles climatiques). Par accumulation régulière des données traditionnelles, la base empirique de l économie devient plus étendue, plus solide et plus diversifiée. Des micro-données nombreuses et

13 originales sont recueillies sur les activités élémentaires des acteurs, en particulier sur les transactions qu ils sont amenés à effectuer sur le web. Des expériences de psycho-économie sont entreprises de façon systématique et selon des protocoles rigoureux, en laboratoire comme sur le terrain, et permettent de collecter des données sur les états mentaux des acteurs (Kahnemann-Tversky, 1982). Surtout, des expériences de neuro-économie s appuient sur l imagerie cérébrale pour étudier la localisation, puis la dynamique des activités cérébrales des acteurs au cours de leurs choix économiques (Glimcher et alii, 2008). Ces expériences, si elles ont d abord conduit à tester les modèles existants, suggèrent à présent des idées de modélisation nouvelles, mais elles posent cependant le problème de la transposition des comportements de la vie réelle au laboratoire. Les impératifs opérationnels connaissent une internalisation moins systématique dans les outils analytiques eux-mêmes. Les simulations macroéconomiques restent nombreuses, mais dispersées et mêmes contradictoires, et connaissent un certain discrédit avec la crise financière. Si le calcul économique retourne dans l entreprise, il est accompagné d un développement des indicateurs de performance plus ou moins individualisés ou globalisés. Les critères d évaluation sociale et les impacts des mesures économiques font aussi l objet d expérimentations, à la lisière de l économie et de la science politique. En revanche, on observe un développement du débat public direct entre les acteurs concernés, aussi bien sur les tendances économiques de long terme (mondialisation) que sur les politiques économiques de court terme (fiscalité). Cependant, nombre de concepts mobilisés dans ces débats n ont plus une définition économique bien précise (développement durable) ou une traduction opérationnelle bien claire (principe de précaution). Un rapprochement de l économie avec les autres sciences sociales est inscrit dans la plupart des évolutions précédentes. Les programmes cognitiviste, évolutionniste ou institutionnaliste sont communs avec la psychologie, l ethnologie ou la sociologie et favorisent un dialogue avec ces disciplines. L affaiblissement des modèles facilite l insertion directe de concepts et de mécanismes issus de la psychologie cognitive (émotions, réputations) ou de la sociologie (conditionnement social, références culturelles). L expérimentation en économie obéit désormais à des règles méthodologiques aussi strictes qu en psychologie sociale ou en science politique. Les mesures économiques intègrent de fortes composantes psychologiques, posent des problèmes d acceptation de nature politique et ne sont efficaces que sous de strictes conditions sociologiques. Ainsi, malgré quelques réticences corporatistes, la question de la constitution d une grande science sociale ne relève plus du domaine de l utopie. Références Bentham Jeremy, «Œuvres complètes, 1845», Cournot Augustin, «Recherches sur les Principes Mathématiques de la Richesse», Hachette, 1838, rééd Glimcher Paul, Camerer Colin, Poldrack Russel, Fehr Ernst, Neuroeconomics: decision making and the brain, Academic Press, Kahneman Daniel, Tversky Amos eds., Judgment under uncertainty:heuristics and biases, Cambridge University Press, 1982

14 Rubinstein Ariel, «Perfect equilibrium in a Bayesian model», Econometrica, 50(1), p Simon Herbert, Models of bouded rationality, MIT Press, von Neumann John, Morgenstern Oskar, Theory of Games and Economic Behavior, Princeton University Press, Walras Léon, Eléments d économie politique pure, 1874, Economica, 2000.

15

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y 5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète Supposons désormais que la firme 2 connaît avec perfection la fonction de coût de la firme, mais que celle - ci en revanche est imparfaitement

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Définir l Entreprise Resources Planning mieux connu sous le nom d ERP Cette solution informatique

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 1 Introduction : Qu est ce que la stratégie? 1- Processus

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance «La fonction d observatoire d Algora a fait l objet ces dernières années de différentes réflexions qui ont conduit en particulier

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004 Le Système général g de diffusion des données (SGDD) Unité du Système général de diffusion des données Département des statistiques du FMI Janvier 2004 partement des statistiques 2 Le Système général g

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. Eric GODELIER

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. Eric GODELIER GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Eric GODELIER La délicate définition de la GRH Un ensemble de représentations qui revoient À des discours descriptifs et/ou normatifs véhiculés par les médias, les praticiens

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? Le cadre central des comptes : acquis, innovations et

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail