Offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile-de-France"

Transcription

1 Offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile-de-France L Atelier - Centre de ressources régional de l Economie sociale et solidaire Rapport final de l étude février impasse boutron Paris - Tél. :

2

3 SOMMAIRE a b c d EDITO p.5 LE CONTEXTE p.7 1- L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE en Ile-de-France p.7 2- Objectifs de l étude p.7 3- Methodologie p.8 LA BASE DE DONNÉES p.9 1- Structuration p typologie des services p Des dispositifs divers et complémentaires p Une inégalité territoriale p.15 LES BESOINS DE PROFESSIONNALISATION DE L ACCOMPAGNEMENT p compétences clés : états des lieux p BESOINS et enjeux de la professionnalisation p.18 préconisations p évolution de la base de données p plan d actions pour la professionnalisation des accompagnants de projets p Conclusion p.23 ANNEXEs p.24 a- bibliographie p.24 b- dictionnaire des données de la base p.25 c- Images de l annuaire p.27 d- Déroulé de l étude et comité de suivi p.29 e- liste des interlocuteurs et partenaires p.30-3-

4 -4-

5 jean-paul huchon EDITO FRANCINE bavay LE mot de jean-paul HuCHON Président de la Région Ile-de-France ET FraNCiNE bavay Vice-présidente de la Région Ile-de-France en charge notamment de l économie sociale et solidaire Pourquoi l économie sociale et solidaire paraît-elle particulièrement pertinente actuellement? L une des réponses à la crise globale que nous traversons passe par l économie sociale et solidaire, où la recherche du profit des individus passe après la bonne réalisation du projet collectif et la solidité financière de l entreprise, où l engagement citoyen, l égalité des personnes et l utilité sociale priment sur la stricte capitalisation. Quel est le poids de ce secteur dans notre région et comment contribuez-vous à son renforcement? En Ile-de-France, l économie sociale et solidaire représente salariés et près de établissements. Depuis 2005, la Région mène une politique spécifique d appui à ce secteur, notamment le soutien à la création d activités. En effet, l un des enjeux majeurs concerne l émergence d entreprises, d emplois, d offres de services qui répondent aux nouveaux besoins environnementaux et sociaux et permettent à chacune et à chacun d exercer son droit à l initiative économique. C est la raison pour laquelle la Région a choisi, notamment, de soutenir les couveuses et les coopératives d activités et d emploi et a créé CréaRîF «Entreprendre autrement», la convention d affaires de l économie sociale et solidaire en Île-de-France. Quel est l apport de cette étude? Tester une idée, créer une structure, consolider des activités : autant d étapes qu il faut aborder avec la meilleure préparation possible. Or le rôle des structures d accompagnement s avère bien sûr crucial à chaque moment de la vie du projet. L étude présentée ici livre un inventaire précis, avec un résultat étonnant : plus de 400 structures en Ile-de-France, avec des missions aux périmètres variables, et une répartition inégale sur le territoire régional. Cette cartographie doit avant tout permettre aux porteurs de projet de mieux s orienter. Ensuite, il faudra précisément voir comment les synergies entre structures peuvent s articuler, et définir comment ces structures d accompagnement peuvent encore se professionnaliser et améliorer l offre de services aux porteurs de projet. Ce travail, initié par l Atelier, le Centre de ressources régional de l Economie sociale et solidaire, va se poursuivre. pour mieux répondre aux défis à relever : plus d innovation, plus de projets à grande échelle, plus d emplois pour une Ile-de-France première éco-région d Europe, toujours plus solidaire. -5-

6 -6-

7 a LE CONTEXTE 1- Eléments sur l économie sociale et solidaire en Ile-de-France L économie sociale et solidaire représente plus de 2 millions d emplois en France soit près de 10% du PIB. En Ile-de-France elle représente environ établissements, près de salariés. Au-delà de son poids statistique, l économie sociale et solidaire est une dynamique économique liée au territoire, conjugant efficacité, exemplarité et innovation. Action médico-sociale, banque et assurance, sport, culture, éducation, mais aussi services à la personne, aux entreprises et aux collectivités, bâtiment ou certains secteurs de l industrie sont portés largement, voire très majoritairement par des structures de l économie sociale et solidaire. La création d emploi, le développement de nouvelles activités et le maintien du lien social passent donc largement par ce secteur de l économie régionale. Pourtant, il manque de visibilité, et est à la recherche de nouveaux porteurs de projets pour approcher son potentiel fort de création d activités et d emplois. Dans ce contexte a été créé en 2007 l Atelier, le Centre de ressources régional de l Economie sociale et solidaire, à l initiative du Conseil régional d Ile-de-France, de diverses collectivités territoriales et de l ensemble des acteurs du secteur, avec l aide de la Caisse des Dépôts et Consignations et de l Etat. Cet organisme a pour but de favoriser le développement de l économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Ouvert au public depuis octobre 2008, il répond aux attentes pratiques et théoriques des citoyens, des porteurs de projets et des acteurs publics et économiques. C est un lieu riche de ressources. A l Atelier se trouve un espace documentaire riche de centaines d ouvrages et revues, de multiples plaquettes d information, mais aussi des ordinateurs en libre-service permettant d accéder à l annuaire régional de l économie sociale et solidaire. C est enfin un lieu d effervescence intellectuelle, qui vise à stimuler la recherche sur l économie sociale et solidaire, qui sert d appui aux différents acteurs et encourage l articulation entre les différents réseaux. L Atelier porte le Centre Régional de Ressources et d animation (C2RA) d Ile-de-France. Cette mission assure une animation des structures d accompagement des projets d économie sociale et solidaire au niveau régional, ainsi que la mise en place d actions de professionnalisation à destination de ces structures, la coordination de plans d accompagnements sectoriels des entreprises de l économie sociale et solidaire. 2- Objectifs de l étude L accompagnement est un levier considérable pour la création, la consolidation d emplois durables dans l économie sociale et solidaire et le développement des activités d utilité sociale. Un projet accompagné a d autant plus de chances de réussir qu il est entouré de professionnels qui apportent compétences techniques, connaissance de l activité, retours Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

8 sur expérience, et opportunités de coopération avec d autres projets. Les structures d accompagnement travaillant elles-même en réseau, le fait d être accompagné est souvent vu comme un gage de sérieux auprès de partenaires financiers par exemple. Enfin cet entourage permet aussi de garder l enthousiasme et surmonter les passages difficiles dans un contexte moins dur. Il existe ainsi de nombreux dispositifs d appui et démarches d accompagnement. Nous pouvons citer par exemple les conseils des réseaux locales ou nationales de l économie sociale et solidaire, du Dispositif Local d Accompagnement (DLA) et des Centres Nationaux d Appui et de Ressources (CNAR), l appui des services consulaires, l appui, via le statut de demandeur d emploi, de l ANpE, de l ASSEDIC ou de leurs prestataires, l accueil par les couveuses et pépinières, le conseil des OpCA (Organismes paritaires Collecteurs Agrées), l accompagnement de structures de développement économique créés par les branches ou les collectivités, l accompagnement de cabinets conseils et coachs divers... Les ressources sont donc multiples et c est pourquoi l Atelier a souhaité réaliser un travail d inventaire dans le but d améliorer l accès à l accompagnement. pour ce faire, il est nécessaire de bien identifier les structures pratiquant de l accompagnement, leurs activités et compétences. Cela permet de rendre leur offre plus lisible et d y favoriser l accès du plus grand nombre de structures et de projets. De plus, ce travail peut être l occasion de souligner les complémentarités de l offre existante et de constater d éventuelles formes de soutien inexistantes ou insuffisantes afin de susciter, le cas échéant, des réponses nouvelles à ces lacunes. De la même manière, un travail d inventaire plus systématique de l offre actuelle permet également de mesurer les besoins de qualification et de professionnalisation des acteurs de l accompagnement, et de jeter les bases d un plan d actions dans ce sens. 3- méthodologie Le travail réalisé s est organisé en trois temps : réalisation d une base de données, affinage des contenus et modalités de mise à jour, qualification des besoins de formation dans l accompagnement. La réalisation de la base a nécessité de mobiliser un nombre important de sources de données avec l objectif de parvenir à la plus grande exhaustivité dans le recueil et l analyse des structures d accompagnement. La région Ile-de-France est en effet le cœur d une densité considérable de structures et de réseaux, mais ceux-ci sont parfois peu visibles pour les acteurs de terrain. Nous avons repéré plus de 600 structures et les avons saisies dans une base de données renseignant leur offre et leurs coordonnées. Cet ensemble de structures identifiées a été retravaillé pour sélectionner plus précisément celles dont l activité accompagnement au sein de l économie sociale et solidaire est significative. puis 437 de ces structures ont été sélectionnées par l Atelier pour figurer sur une base accessible en ligne depuis la mi-octobre Ainsi, la finalisation des informations et le travail d affinage ont pu être réalisés par l Atelier ainsi que par les structures elles-mêmes via le site Internet de l Atelier accessible en Intranet. Cela a permis pendant plusieurs mois une mise à jour des données par les structures concernées, leur offrant ainsi une plus grande maîtrise de leurs informations tout en garantissant à l Atelier une certaine homogénéité des données et de leur accès. Le travail d identification et de qualification des besoins de professionnalisation des acteurs de l accompagnement a pu ensuite démarrer. Délicat, compte tenu de la diversité des accompagnements, il s est appuyé principalement sur une revue de la littérature récente sur l accompagnement dans l économie sociale et solidaire 1, sur un travail avec les réseaux s étant portés volontaires, ainsi que sur des entretiens avec une quinzaine de personnalités qualifiées de l économie sociale et solidaire. 1- voir bibliographie en annexe. -8-

9 b LA BASE DE DONNéES L un des enjeux de la réalisation de cette étude était la constitution d une base de données des structures d accompagnement à la création et à la consolidation d activités de l économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Cette base constitue un annuaire des structures d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile-de-France, qui sera progressivement complété par des coordonnées d entreprises, centres de recherche, porteurs de projets, collectivités locales et tout autre contact pouvant servir la mise en réseau et une meilleure connaissance entre les acteurs de l économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Cette base est accessible en Intranet sur le site de l Atelier depuis mi-octobre 2008 et sera accessible au grand public à partir de février Près de trente sources ont été utilisées pour la constitution de cette base 2 : Annuaires et guides sur l Ile-de-France, parmi lesquels «Vivre autrement : l économie sociale et solidaire en Ile-de-France» (publication de l Atelier sous forme de guide pratique Alternatives Economiques), «La boîte à idées de l éco-citoyen en Ile-de-France», «Guide de la création d entreprise en Ile-de-France», «Le guide de l entrepreneur social» édité par l AVISE 3 Fichiers et listes d adhérents et de réseaux : annuaire du mouvement associatif de la CPCA 4, fichier AVISE, base de contacts des Directions Départementales et Régionale de la Jeunesse et des Sports. Exploitation d études documentaires «Etude d opportunité pour la mise en place d un Centre régional de ressources en Ile-de-France», «Carnet de pratiques en accompagnement» (CNAR 5 Environnement, UNCPIE ), «Les associations culturelles accompagnent des projets, pour quoi faire?» (CNAR Culture, Opale, 2005). Recherches Internet directes portant sur l accompagnement, la création, l appui en économie sociale et solidaire ainsi que de nombreuses données issues du site creersaboite.fr 2- Voir bibliograhie en annexe; 3- Agence de valorisation des initiatives Socio-Economiques, contacts en annexe; 4- Conférences permanente des coordinations associatives; 5- Centre National d Appui et de Ressources; 6- Union Nationale des Centres Permanents d Initiatives pour l Environnement. -9-

10 1- structuration Divers annuaires franciliens de structures ont été utilisés comme source première de la base, et un travail d homogénéisation a donc été nécessaire puisqu ils n étaient pas organisés autour des mêmes champs de description des activités et des domaines. La structuration des informations restituées dans la base s organise sur quatre descripteurs principaux : identité de la structure, services d accompagnement proposés, domaines de l économie sociale et solidaire couverts et type de démarche concernée. Identité de la structure : Ce premier item apporte des informations basiques telles que nom, adresse, contact, niveau d activité, public touché... Il n a donc pas nécessité un travail de clarification particulier mais une vérification précise des informations Services d accompagnement proposés : Il s agit des types de prestations offertes par les structures telles qu elles l annoncent elles-mêmes dans les supports recueillis. Nous avons retenu 14 types de services, fédérant diverses activités proposées par les structures à travers les annuaires. SERvICE D ACCOMPAGNEMENT accueil - information - orientation diagnostic projet Finalisation projet structuration projet accompagnement post-création Entreprenariat collectif et test d activité appui à la création et à la consolidation d emploi Organisation développement des activités Gestion comptable et financière soutien juridique recherche de financements aide à la mise en réseau soutien logistique et hébergement Formation NATuRE DES ACTIvITÉS PROPOSÉES Réception téléphonique, internet et physique de porteurs de projets, première information et orientation vers les structures compétentes Aide au passage de l idée au projet, analyse des contenus, motivation, opportunité, leviers. Aide à la structuration du projet, diagnostic du marché, de la structure nécessaire, plan d affaire. Aide à la mise en place de la structure, aide à la rédaction de statuts, aide à l embauche fonction employeur, aide à la mobilisation collective autour du projet. Accompagnement du/des porteur/s de projet dans la première période de vie de la structure. portage de projet sous forme coopérative ou non, couveuse, incubateur de projet Aide à la postes, au recrutement et à la recherche de financement lié aux ressources humaines Aide à la définition des tâches, des processus d élaboration, du management. Aide au développement des produits/services, des ventes, de la distribution. Aide à la mise en place de la comptabilité générale et analytique, à la gestion de la trésorerie, à la structuration du compte de résultat et du bilan. Aide dans la préparation des contrats de travail, contrats commerciaux, contrats de vente, réglementation sectorielle Aide dans la recherche de fonds publics et privés sur le projet, en subventions, prêts et avances remboursables, garanties d emprunt, capital risque Animation d échanges de pratiques entre porteurs, veille d information sur le secteur concerné par le projet, centre ressources à disposition des porteurs, observatoire Aide à la recherche de moyens matériels pour l activité, hébergement physique du projet. Formation des porteurs de projet -10-

11 Domaines de l économie sociale et solidaire couverts : ce sont les domaines d activités couverts par ces structures, selon là aussi leur propre affichage ou par déduction. 18 domaines sont répertoriés, en fonction de l inventaire notamment utilisé dans le fichier ENEE des Dispositifs Locaux d Accompagnement, et partagés avec l Etat, la Caisse des Dépôts et les collectivités locales. DOMAINES ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE agriculture Culture décoration/artisanat Education et formation insertion et emploi Environnement Famille enfance jeunesse Logement cadre de vie NTiC Prévention et justice sécurité santé service aux personnes service aux entreprises solidarité et humanitaire sport restauration Textile Tourisme et loisirs Transport NATuRE DES ACTIvITÉS PROPOSÉES Activités en lien direct avec le monde agricole, la forêt ou la pêche : production, exploitation, transformation, distribution Arts, spectacles et activités récréatives production et/ou commercialisation d'objets d'art et d'artisanat, notamment issus du commerce équitable Services d'éducation des enfants et de formation des adultes Services d'orientation, d'accompagnement à l'emploi et d'insertion par l'activité économique Activités de production, de distribution et de service liées aux espaces naturels, à l'énergie, aux déchets, aux transports Services sociaux et socio-pédagogiques Services liés au logement et à l'amélioration du cadre de vie Services liés aux nouvelles technologies d'nformation et de communication Services de prévention de la délinquance, d'accès aux droits et de médiation de justice Services de sécurité des personnes et /ou des biens Services de soins, de formation et de prévention à la santé Services d'assistance à domicile Services de conseil, de mise à disposition de moyens, de logisitique, Conduite et soutien de projets de solidarité nord-sud Activités en relation avec les équipements et disciplines sportives Activités de restauration individuelle et collective, notamment restaurants solidaires Activité de confection et/ou de distribution de produits textiles, notamment issus du commerce équitable Services de conseil et de distribution de produits de tourisme, notamment tourisme équitable Services de transport Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

12 Type de démarche : Il s agit des courants de l économie sociale et solidaire auxquels se rattachent les structures. Cet aspect est à considérer comme transversal au service apporté ou au domaine concerné et se donne davantage à lire comme l affichage d une couleur ou d une éthique particulière dans la démarche d accompagnement. une démarche peut demander un accompagnement spécifique, au-delà des problématiques habituelles de création ou consolidation d activités, notamment par l incidence de l implication d un certain public dans le projet. TYPES DE DÉMARCHES Commerce équitable MODÈLE DE RÉFÉRENCE ET CONTENu Démarches de partenariat commercial visant à l amélioration du droit et des conditions de commerce des travailleurs marginalisés, en particulier dans le cadre des échanges internationaux Nord-Sud Education populaire Courant d idées militant pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient insertion par l activité économique pratique consistant à employer des personnes en situation de difficulté sociale dans le but de contribuer à leur réinsertion sociale. Les formes les plus répandues sont les entreprises d Insertion, les Associations Intermédiaires, les Régies de Quartier, les Chantiers d Insertion. développement local Mouvement culturel, économique, social qui tend à augmenter le bien-être d une société et commence au niveau local et se propager au niveau supérieur. Il doit valoriser les ressources d un territoire par et pour les groupes qui occupent ce territoire. Il doit être global et multidimensionnel, recomposant ainsi les logiques sectorielles Entreprendre autrement Démarche visant à créer une activité économique tout en mettant en place une organisation coopérative, donnant pouvoir à chaque acteur de façon démocratique, et plaçant l intérêt général au coeur du projet Entreprendre au féminin Démarche visant à créer une activité économique en assurant la promotion des femmes dans la société 2- La TYPOLOGiE des services En procédant à l analyse des différentes activités d accompagnement proposées par les structures, se dessine une typologie de l offre en Ile-de-France. On note ainsi une plus grande représentativité des activités autour du passage de l idée au projet ainsi que de la création d emploi. Elles sont les plus génériques dans leurs énoncés : il s agit généralement de structures affichant un contenu général à leurs activités d accompagnement sans spécifier clairement quelles sont les tâches assurées. Des activités plus spécialisées comme le soutien juridique ou l hébergement de projet vont, elles, nécessiter en effet, le plus souvent, une technicité ou des moyens particuliers. Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

13 Cette typologie a permis de faire émerger également un triptyque dans le processus chronologique d accompagnement : certains services comme l information/orientation ou le passage de l idée à l action se situent plus classiquement en amont du projet, dans une démarche et des phases de soutien à l émergence. Les services tels que le développement des activités ou la recherche de financement viennent nourrir plus directement les phases d aide à la création du projet lui même. L accompagnement post-création ou l appui à la consolidation d emploi contribuent plus particulièrement aux phases d aide à la consolidation. un tel classement peut permettre de rendre plus lisible l offre francilienne d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire. Il faut toutefois l aborder avec prudence, car les divers services proposés et classifiés dans la base de l Atelier sont mobilisés de manières très diverses, et face à des projets tous dotés de caractéristiques individuelles très fortes. Enfin on peut noter le caractère spécifique de certains services positionnant la structure dans une ou deux catégories, et parfois des interventions plus larges tout le long de la vie d un projet, laissant apparaître la caractère transversal des services proposés. Citations de porteurs de projet : ALIMA «j ai pu bénéficier d une aide par une structure d accompagnement. C est un endroit où il y a du collectif, je peux continuer à réfléchir à mes projets et ne plus être seule chez moi.» SOCRATE «On peut avoir l idée, on peut avoir le projet, mais il faut que des personnes soient près de ce projet et pour lui donner un coup de pouce pour le monter.» MARIE-BLANCHE «Si j avais un conseil à donner à quelqu un qui se lance lui aussi dans la grande aventure, c est d être bien entouré, et après de prendre vraiment le temps.» -13-

14 3- des dispositifs divers ET COmPLémENTairEs Le recueil des 437 structures identifiées autour de l accompagnement à l économie sociale et solidaire permet tout d abord d enrichir la connaissance partagée du secteur lui-même. Les études engagées dans les dernières années autour de l accompagnement (notamment les travaux de la CpCA et de la FONDA) dessinent en effet un ensemble complexe d informations. Croiser les dispositifs mis en place par les institutions, les outils spécifiquement destinés à l intervention sur des problématiques dédiées, permet de parvenir à une meilleure compréhension de l organisation du secteur. On y trouve : Des structures issues des dispositifs (Etat, collectivités) Des dispositifs spécialisés (réseaux de création et de consolidation d activités notamment) Des réseaux d économie sociale et solidaire. COOPANAME «Ce qui peut faire la différence c est l accompagnement collectif, la mutualisation des moyens et l inscription durable du porteur de projet dans la coopération.» FOL93 : DLA 93 «Le DLA vous ACCuEIL, INFORME, CONSEILLE pour favoriser et accompagner la consolidation de votre projet, de vos activités et de vos emplois. Il permet d ACCEDER A DES INTERvENTIONS SpECIALISES à partir de besoins recensés avec vous.» LE GEAI «Les casquettes sont multiples pour l accompagnateur qui est en relation de proximité avec un créateur pendant plusieurs mois avec un mélange d éléments professionnels et personnels. Il faut accompagner les personnes dans le test de leur projet comme parfois dans le deuil du projet.» urei «parmi les missions du réseau, on retrouve : accompagner les porteurs de projets : diagnostic du projet social, de la viabilité économique, préconisation de partenariats techniques et financiers, aide à la formalisation en vue d une demande de conventionnement par les services de l Etat. assurer une plate-forme technique et juridique permanente répondant aux besoins des entreprises d insertion. Promouvoir la professionnalisation du réseau et de ses membres» Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

15 4- une inégalité TErriTOriaLE par ailleurs, la répartition géographique de ces centaines de structures d accompagnement identifiées esquisse une géographie de l économie sociale et solidaire en Ile-de-France, avec des dominantes et des zones à potentiel. paris est prédominant dans ce domaine mais principalement à travers les structures ayant une vocation régionale, voire nationale (effet Capitale). Le val-d Oise et la Seine-Saint-Denis présentent une forte vitalité, de même que la Seine-et-Marne en proportion de sa démographie. Le nombre plus faible de structures d accompagnement repérées dans les autres départements n est pas nécessairement le signe d une vitalité moindre de l accompagnement, mais d une plus grande difficulté à identifier les structures existantes (moins d annuaires connus, moins de relais aisément mobilisables en quelques mois de contacts). Enseignement base accompagnement 437 structures d accompagnement identifiés : à paris (75) - 36 en Seine-et-Marne (77) - 27 dans les yvelines (78) - 28 en Essone (91) - 28 en hauts-de-seine (92) - 43 en Seine-Saint-Denis (93) - 28 dans le val-de-marne (94) - 53 dans le val-d Oise (95) - 53 dans toute l Ile-de-France 1% - 5 en France 29% 8% 6% 7% 7% 12% 10% 12% 7% Territoires Territoires IDF France -15-

16 C LEs besoins de PrOFEssiONNaLisaTiON de L accompagnement Après avoir identifié les structures d accompagnement, il convient de s attacher à dégager les différentes compétences liées à ces activités afin d analyser les besoins de professionnalisation des accompagnants salariés ou bénévoles de ces structures. 1- COmPéTENCEs CLés : état des LiEuX La méthode de repérage de ces compétences a été la suivante : Explicitation de contenus détaillés des principales activités d accompagnement (accueil, diagnostic, post création...) Analyse des compétences clés, postures et spécificités liées à la mise en oeuvre de ces compétences dans l économie sociale et solidaire Regroupement des compétences clés identiques ou proches et constitution de familles de compétences priorisation des compétences à renforcer avec le comité de suivi de l étude élargi Entretien avec une quinzaine de personnes qualifiées pour analyser les besoins concrets de professionnalisation autour de ces compétences. Analyse, synthèse et recommandations. Le tableau suivant résume les activités, compétences, postures et spécificités de l accompagnement dans l économie sociale et solidaire. Cette analyse a été proposée par les consultants sur la base de l ensemble des travaux précédents réalisés en commun sur la base, ainsi que sur quelques autres analyses 7 : Les référentiels de l accompagnement élaborés par l AvISE et certains CNAR, et notamment les CNAR Culture (Opale) et Environnement (CNpIE). Les études préalables à la constitution du Centre de ressources de l Economie sociale et solidaire en Ile-de-France et les travaux de la FONDA pour la CpCA sur l accompagnement. Les travaux universitaires de georges pineau, université de Tours, sur l accompagnement, repris par jean Luc Chautagnat, d OxALIS. 7- voir bibliograhie en annexe; -16-

17 Activité Contenu détaillé Compétences clés Posture* Spécificité ESS Accueil - information - orientation Réception téléphonique, internet et physique de porteurs de projets, première information et orientation vers les structures compétentes Ecoute Disponibilité Analyse des besoins généraux Guide Conseiller Connaissance réseaux Diagnostic projet Aide au passage de l idée au projet, analyse des contenus, motivation, opportunité, leviers. Ecoute Analyse des besoins en contenu Analyse du potentiel / étude faisabilité Conseiller Modèle /expert Gestion du temps de maturation Créativité Finalisation projet Aide à la structuration du projet, diagnostic du marché, de la structure nécessaire, plan d affaire. Analyse stratégique Etude de faisabilité Gestion prévisionnelle Modèle /expert Guide Hybridation des ressources et compétences/ mise en réseau Structuration projet Aide à la mise en place de la structure, aide à la rédaction de statuts, aide à l embauche (fonction employeur), aide à la mobilisation collective autour du projet. Organisation Planification Conseiller Médiateur Mobilisation des collectifs Connaissance des statuts de l économie sociale et solidaire Accompagnement postcréation Accompagnement du/des porteur/s de projet dans la première période de vie de la structure. Ecoute Gestion des ressources humaines Conseiller Guide Mobilisation des collectifs Entreprenariat collectif et test d activité Portage de projet sous forme coopérative ou non, couveuse, incubateur de projet Analyse des besoins en services et en compétences Disponibilité Médiateur Mise en réseau / hybridation Professionalisation porteur projet Appui à la création et à la consolidation d emploi Aide à la création de poste, au recrutement et à la recherche de financements liés aux ressources humaines Analyse des besoins en compétences Modèle /expert Connaissance des dispositifs d appui à la création d emplois dans l économie sociale et solidaire Organisation Aide à la définition des tâches, des processus d élaboration, du management. Décomposition des tâches Organisation Planification Modèle /expert Connaissance du secteur spécifique (sport, culture...) Développement des activités Aide au développement des produits/services, des ventes, de la distribution. Etude de faisabilité Comptabilité Ingénierie financière Modèle /expert Pédagogie des données financières à l usage des parties prenantes Gestion comptable et financière Aide à la mise en place de la comptabilité générale et analytique, à la gestion de la trésorerie, à la structuration du compte de résultat et du bilan. Etude de faisabilité Comptabilité Ingénierie financière Modèle /expert Pédagogie des données financières à l usage des parties prenantes Soutien juridique Aide dans la préparation des contrats de travail, contrats commerciaux, contrats de vente, réglementation sectorielle Mesure des risques Droit civil, droit commercial, droit du travail Modèle /expert Connaissance des bailleurs de fonds publics Recherche de financements Aide dans la recherche de fonds publics et privés sur le projet, en subventions, prêts et avances remboursables, garanties d emprunt, capital risque Ingénierie financière Communication Modèle /expert Connaissance des bailleurs de fonds publics -17-

18 aide à la mise en réseau Animation d échanges de pratiques entre porteurs, veille d information sur le secteur concerné par le projet, centre ressources à disposition des porteurs, observatoire Ecoute Capacité de mutualisation Médiateur Connaissance du secteur spécifique (sport, culture...) soutien logistique et hébergement Aide à la recherche de moyens matériels pour l activité, hébergement physique du projet. Analyse des besoins en services Organisation Médiateur Connaissance du secteur spécifique (sport, culture...) Formation Formation des porteurs de projet Analyse des besoins généraux pédagogie guide Démarche de co-formation Mise en réseau 2- besoins ET ENjEuX de La PrOFEssiONNaLisaTiON Les besoins en professionnalisation diffèrent selon les phases d accompagnement que sont l émergence (accueil, orientation, aide à l émergence et la formalisation du projet), la création (structuration détaillée, recherche de partenaires, diagnostics spécifiques...) et la consolidation de projets (recherche de financement et mobilisation des moyens, organisation détaillée...). aider à investir le contenu du projet, dans les phases d émergence. Les attentes les plus importantes exprimées portent sur les études de faisabilité, la mobilisation des outils de diagnostic général du projet, mais aussi la maîtrise des secteurs spécifiques intéressant les porteurs (notamment le médico-social, l environnement, le sport...). Les structures sont très nombreuses à insister par ailleurs sur la nécessité pour les accompagnants d une meilleure connaissance de l économie sociale et solidaire (origines, valeurs, actualité, spécificités), mais aussi pour les porteurs eux-mêmes d une promotion de l économie sociale et solidaire dans leurs projets. maîtriser la conduite de projet, dans les phases de création. Les attentes sont ici centrées sur le phasage du projet, les techniques d animation de réunions, de mobilisation et si nécessaire de médiation entre les différents partenaires, individuels et collectifs, les techniques de développement du travail en réseau et de mise en place de veille réseau, les démarches de recherche de partenaires, la connaissance des règles de montage de structures de l économie sociale et solidaire (associations, coopératives, SCIC 8...). Permettre au porteur d assurer l économie du projet et préparer la fonction employeur, dans les phases de consolidation. Les compétences mises en avant ici sont tout d abord la comptabilité et la gestion, l analyse financière, les techniques et savoir faire en levée de fonds, la gestion comptable des associations. Les personnes interrogées mettent également en avant la connaissance des différents type de contrats de travail, la veille juridique, la formation à l embauche dans le contexte particulier de l économie sociale et solidaire. Les besoins de professionnalisation peuvent se décliner en quatre axes prioritaires : maîtrise et promotion de l entreprendre autrement. L économie sociale et solidaire ne semble pas nécessairement bien maîtrisée par les accompagnants, et très méconnue du grand public, des porteurs et des financeurs eux-mêmes. Il s agit ainsi 8- Société coopérative d interêt collectif Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

19 d accentuer l information grand public, de susciter un plus grand intérêt des porteurs sur l opportunité pour leur projets de s inscrire dans l économie sociale et solidaire. Ceci passe notamment par une communication tournée vers l extérieur, comme à l occasion du Mois de l économie sociale et solidaire, afin d élargir le nombre des personnes intéressées par «l entreprendre autrement». Le rôle de l Atelier est important dans une démarche de ce type et un groupe de travail «communication» a d ailleurs été lancé au cours de l année Par ailleurs, il s agit de permettre aux accompagnateurs eux-mêmes de développer cet argumentaire, Certains parlent de promouvoir également des clubs d employeurs. Maîtrise des postures de l accompagnement. L accompagnement de projets d économie sociale et solidaire nécessite de «savoir chercher et savoir aider», de connaître ses limites et de développer ses aptitudes à transmettre à d autres. Il s agit d adapter l accompagnement au profil de chaque porteur de projet, selon son profil personnel et la nature même du contenu de son projet. Toutes les structures d accompagnement ne pouvant regrouper en leur sein toutes les spécialités, cette individualisation de l accompagnement passe donc par un renforcement des échanges de pratiques et de méthodes afin d offrir, en réseau, une palette plus large de compétences. Certains participants évoquent une compétence à faire émerger autour de l intégration : des accompagnants en capacité d orienter les porteurs dans l écheveau complexe des réseaux, et d articuler les différentes interventions qui peuvent être nécessaires. Mobilisation des financeurs et coordination de l appui à la fonction économique. Les structures sont nombreuses à insister sur le difficile passage par les fourches caudines de la rentabilité. Plusieurs considèrent que de nombreux projets devraient être réorientés dès le stade de l émergence, afin de ne pas saturer les capacités d accueil limitées des structures d accompagnement à la création et à la consolidation. La plupart propose d accentuer la formation des accompagnants sur l expertise économique des projets et les outils et démarches de levée de fonds. L importance a été soulignée de connaître parfaitement les financements institutionnels (dossiers de demande de financements, critères d éligibilité, calendrier de demande, contacts efficaces...) afin d aider au mieux le porteur de projet et de mieux pérenniser les structures d accompagnement. La mise en œuvre de démarches de formation et d échanges de pratiques pour les accompagnants sur le financement de la création pourrait, pour certains participants, s élargir à des formations mutualisées sur l aide à la création (montage de plans d affaire, méthodes de diagnostic, mise en réseau...).certains militent enfin pour la création de tables des financeurs, permettant de coordonner les positions des uns et des autres sur les projets. Organisation de l offre d accompagnement. De manière générale, une offre trop compartimentée en matière d accompagnement comporte le risque de favoriser l atomisation des structures, réduisant la lisibilité de l offre et nuisant à la capacité de réponse. Face à la complexité apparente du secteur pour les porteurs comme pour les partenaires, il est important d améliorer la visibilité de l offre d accompagnement. La superposition des diverses formes d accompagnement dans l économie sociale et solidaire, selon les origines historiques, les sensibilités et les spécialités, rend cet objectif difficile à atteindre. Mais, sans doute, la recherche de la bonne définition de l univers de l accompagnement est moins importante que l affirmation claire pour le public des différentes complémentarités. Dans le même esprit, la mise en place d un label pour les structures d accompagnement économie sociale et solidaire assurerait une lisibilité et une promotion plus fortes. Les démarches de mise en réseau des acteurs et de capitalisation des pratiques sont certainement à encourager plus largement. Rapport final Etude sur l offre d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire en Ile de France fév

20 D PréCONisaTiONs 1- évolution de La base de données Le travail entrepris de recensement et d organisation d une base des structures d accompagnement dans le domaine de l économie sociale en Ile-de-France a permis de constituer une quantité extrêmement importante d information. L ossature de la base et les règles afférentes permettent d effectuer des requêtes de recherche nombreuses et fines. Cependant, l annuaire ne sera effectivement exploité et utilisé que si son accès est clair et adapté au plus grand nombre, et si les données restent d actualité. La mobilisation des structures d accompagnement pour la mise à jour des données. La structuration des contenus de la base s est tout d abord effectuée grâce à un travail de recherche important mais sans interaction avec les structures. C est seulement dans un deuxième temps que celles-ci ont été sollicitées. Des mises à jour ont ainsi pu être réalisées par les structures elles-mêmes et pourront continuer à l être. L esprit coopératif cher à l économie sociale et solidaire est ici mis en oeuvre puisque les structures concernées sont considérées comme les plus à même d affiner en continu leurs propres données. Ainsi, chaque structure répertoriée dans la base a reçu un chemin d accès privé à ses données afin de lui permettre de les modifier elle-même. plusieurs règles de mise à jour ont été proposées pour faire vivre la base de données et développer sa qualité et son efficacité : Seules les structures peuvent modifier leurs informations, grâce à un code d accès personnalisé Toute suppression d information pure et simple est soumise à validation de l Atelier Chaque structure peut sélectionner 1 à 5 services d accompagnement Chaque structure peut sélectionner 1 à 2 domaines de l économie sociale et solidaire Chaque structure peut sélectionner 1 à 2 démarches de économie sociale et solidaire -20-

21 L évolution de l outil annuaire pour mieux répondre aux besoins des entrepreneurs sociaux Concernant les besoins des entrepreneurs sociaux, l Atelier comme ses partenaires réseaux demeurent à l écoute des porteurs de projets et des structures d accompagnement avec lesquels ils travaillent. L outil en ligne permettra de faire remonter leurs besoins non encore exprimés et de bien mieux mesurer leurs attentes. Il appartient notamment aux réseaux franciliens de l économie sociale et solidaire de faire remonter les remarques, attentes non satisfaites, propositions d amélioration de cette base... pour qu elle soit la plus utile pour toutes et tous. La base de données ainsi constituée doit aider chaque potentiel porteur de projet à nouer plus facilement des contacts adaptés à sa démarche, mais elle doit pouvoir aussi faciliter le rapprochement entre porteurs de projet. L ensemble des ces évolutions doit être communiqué efficacement aux différents acteurs et prescripteurs de l économie sociale et solidaire francilienne pour amener à une utilisation fréquente de la base, via le site Internet. 2- un PLaN d actions POur La PrOFEssiONNaLisaTiON des ac- COmPaGNaNTs de PrOjETs Les besoins en professionnalisation, déclinés en quatre axes prioritaires, amènent à proposer un plan d actions en quatre volets pour y répondre. Ce plan d actions est un point de départ pour une mobilisation des structures d accompagnement dans la mutualisation des actions de professionnalisation, et la mise en place d actions précises par l Atelier, en tant que C2RA. Maitriser et promouvoir l entreprendre autrement. Au-delà des actions de promotion de l économie sociale et solidaire menées par l Atelier à destination du grand public, il s agit d ouvrir en priorité les actions de sensibilisation à l économie sociale et solidaire aux accompagnants eux-mêmes. une approche historique et des différents statuts de l économie sociale et solidaire devrait se voir complétée par des témoignages, des exemples concrets et des spécificités franciliennes. Cette sensibilisation, adaptée à un public d accompagnants, pourrait également être l occasion d aborder les spécificités de l accompagnement de projets d économie sociale et solidaire, et les complémentarités entre les différents démarches et dispositifs repérés dans cette étude. Maitriser les postures de l accompagnement. Il s agit ici de faire reconnaître la spécificité et la valeur ajoutée de l accompagnement dans l économie sociale et solidaire. Si les acteurs de la consolidation défendent peu une spécificité de leur type d accompagnement dans l économie sociale et solidaire, les autres acteurs la clament haut et fort. Les postures et compétences particulières à ces actions ne sont pas explicitées clairement aujourd hui, mais les travaux récents de certains CNAR, de la CpCA ou de la présente démarche de l Atelier permettent d imaginer une formalisation et une valorisation. C est aussi la base de constitution d un référentiel de compétences, préalable indispensable pour engager une démarche de professionnalisation. C est enfin le support possible, à plus long terme, de la constitution d un réseau ou d un label construit collectivement par les acteurs de l économie sociale et solidaire eux mêmes. C est le rôle de l Atelier que de contribuer à l émergence d une culture commune de l accompagnement spécifique -21-

22 à l économie sociale et solidaire par l animation de temps d échanges de pratiques, et en proposant un inventaires de ressources plour la professionnalisation des accompagnants. Coordonner l appui à la fonction économique. La professionnalisation des accompagnants sur la fonction économique et l ingénierie financière passe par la mise en place de démarches et d actions régionales de professionnalisation avec des opérateurs qualifiés et légitimes. L analyse financière et le diagnostique de projets nécessitent des sessions de formation technique. L ingienerie financière requière en plus une connaissance des outils de financement adaptés, la présentation des différents dispositifs locaux, régionnaux, nationaux et européens. La mise en oeuvre de démarches de formation pour les accompagnants sur le financement de projets d économie sociale et solidaire pourrait s élargir à des formations mutualisées sur l aide à la création (montage de plans d affaire, méthodes de diagnostic, mise en réseau...), ainsi que sur la fonction employeur (embauche, contrats aidés, formation...). Organiser l offre d accompagnement : Cet axe est celui où l Atelier à un rôle prédominant à jouer, à la fois dans l identification de complémentarités entre les services d acccompagnement disponibles sur le territoire, et sur l inscription de cette offre dans une échelle territoriale pertinente pour le porteur de projet. Ainsi, l Atelier devrait animer un travail sur les complémentarités entre accompagnateurs. Les professionnels se connaissent mais n ont pas vraiment l occasion d échanger sur leurs pratiques d accompagnement. Le lien entre ceux qui accompagnent à l émergence, et ceux qui se positionnent sur le soutien à la consolidation est notamment très faible. Ainsi, les acteurs contribuant à l émergence de nouveaux projets trouvent que les acteurs du financement ne laissent pas assez de place à l innovation, et notamment à l innovation sociale. Les acteurs du financement estiment eux souvent que leurs confrères de l émergence ne sont pas assez sélectifs sur les projets. pour que les uns comme les autres contribuent à la création et la consolidation d activité, il faut davantage organiser l échange et tisser les complémentarités. parallèlement, il s agit de construire une démarche territoriale remontante et non pas descendante : la bonne maille territoriale, dans la proximité comme à travers une capacité de mise en lien plus large, est essentielle dans la mise en place d un dispositif d accès à l accompagnement, à une échelle aussi vaste que la région Ile-de-France. Le niveau régional est évidemment une force dans la recherche de mobilisation partenariale, dans le renforcement de la lisibilité des actions et dans la démarche de promotion de l économie sociale et solidaire ; mais il doit être complété afin d offrir une politique de proximité au plus près des porteurs de projet. Dans ce cadre, l échelle départementale n est pas nécessairement la plus adéquat ; on peut penser aux grandes villes, aux communautés de communes de la couronne, à des regroupements croisant thèmes et territoires (l IAE 10 sur tel bassin par exemple...) En outre, la connaissance fine du territoire et ses besoins doit pouvoir être communiquée au niveau régional dans un souci de rémédier aux inégalités territoriales et partager des innovations en matière d accompagnement.. Afin de pouvoir définir des actions pour remédier aux inégalités territoriales, et pour assurer un meilleur accès à l offre locale d accompagnement partout en Ile-de-France, une cartographie 11 des activités et des structures d accompagnement à l économie sociale et solidaire en Ile-de-France est maintenant plus directement envisageable grâce à la base ainsi constituée et à la connaissance que développent peu à peu, en commun, l Atelier et ses partenaires. Il serait souhaitable que les outils de représentation de type cartographique soient également disponibles à terme sur le site internet de l Atelier. 10- Insertion par l Activité Economique; 11- voir les propositions de cartographies déjà engagées sur l Ile de France, notamment dans «De la diversité dans l économie plurielle», article de Madeleine hersent, ADEL/CESIF/MES, revue Territoires, juin

23 2- CONCLusiON première action lancée par le C2RA Ile-de-France, l étude sur les structures d accompagnement de projets d économie sociale et solidaire a permis d identifier une richesse insoupçonnée sur le territoire. La diversité de cette offre, à la fois en termes de structures, de services proposés, et de démarches spécifiques, est un réel atout pour le développement de l économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Mais ce n est qu un premier pas. La mise à jour et l amélioration quotidienne de l outil annuaire sera le gage de son efficacité et de son utilisation. Le travail qui doit s enclencher sur les complémentarités entre les différentes composantes de cette offre permettra d aller plus loin, l objectif étant de faciliter l accès pour l entrepreneur social aux services les plus adéquats et les plus complets, et ce dans un contexte où les accompagnants sont en mesure d orienter vers les ressources locales. La professionalisation de ces accompagnants passe également par une meilleure connaissance de l économie sociale et solidaire, ses entreprises, ses enjeux, ses rythmes de développement, et ses outils de financement. une montée en compétence spécifique sur l analyse et l ingénierie financière devrait permettre de répondre au mieux aux besoins des projets pour leur démarrage et leur développement. Enfin, une reconnaissance de la spécificité de l accompagnement de projets d économie sociale et solidaire et de l importance de la proximité ouvre la voie à la coordination d une réponse territoriale partagée et équitable en termes d offre d acccompagnement. Car autour de l accompagnement dans l économie sociale et solidaire émergent à la fois le besoin de sens, la fragilité des structures et le souhait de mise en place d outils communs. Afin d assurer leur pérennité et de répondre au mieux aux besoins et défis sociaux, il convient d affecter des moyens humains suffisants et de trouver des ressources financières à la hauteur des enjeux. -23-

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT?

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? Guide des finances solidaires et de l accompagnement Avec le soutien de nos partenaires : LA FINANCE SOLIDAIRE : DE QUOI PARLE-T-ON? L objectif de la finance solidaire est

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Texte Référent du Plan Régional d Action

Texte Référent du Plan Régional d Action L'Education à l'environnement vers un Développement Durable : une démarche partagée Ce texte est entendu comme référent éthique pour les acteurs de l EEDD en Pays de la Loire. Il donne les grandes lignes

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015 Séminaire 2015 - avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes Relevé de conclusions 6 février 2015 Sémaphore - Cébazat sommaire I. Continuité sur la construction du projet stratégique II. Echanges entre

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

Profil de poste détaillé Niveau de qualification Employeurs potentiels MISSION

Profil de poste détaillé Niveau de qualification Employeurs potentiels MISSION Profil de poste détaillé Niveau de qualification Employeurs potentiels Autres intitulés possibles : Chargé-e de projet Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e d études environnement

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP»

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP» Appel à prix - Dépôt des candidatures jusqu au 25 février 2011 «Développer et favoriser des initiatives en vue de faciliter l ouverture des pratiques musicales aux personnes en situation de handicap» «Toute

Plus en détail

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI ENTREPRISE : Structure associative membre du Service Publique de l Emploi, la Mission Locale de l Agglomération Havraise

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Portefeuille de ressources des prestataires. Dispositif Local d Accompagnement, région Centre

Portefeuille de ressources des prestataires. Dispositif Local d Accompagnement, région Centre Portefeuille de ressources des prestataires. Dispositif Local d Accompagnement, région Centre Avril 2006 Action co financée par la Caisse des Dépôts site web : www.alfacentre.org 10 rue Saint-Etienne 45000

Plus en détail

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des Professionnaliser les médiateurs sociaux par la validation des acquis de l expérience (VAE) MÉDIATEUR SOCIAL un métier de contact, un intervenant social de proximité sur un territoire déterminé Acteur

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Un réseau de partenaires

Un réseau de partenaires Profession Sport 34 Une association départementale spécialisée dans le secteur du sport et de l animation Pour développer, structurer et consolider l emploi Profession Sport 34 Un conseil d administration

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 1 Soutenu par Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 Ce document a vocation à clarifier le contexte de l intervention des prestataires DLA, à faciliter

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Illustrer l innovation sociale

Illustrer l innovation sociale Les mercredi de l INET 22 mai 2013 Illustrer l innovation sociale Phrase obligatoire mentions date etc Une définition «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire Evolution et Gouvernance Depuis 1996, la région Nord Pas- de- Calais soutient des initiatives à caractère économique dans le secteur des services

Plus en détail

CP 12-163 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE

CP 12-163 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 2 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION : CONVENTION- CADRE REGIONALE ENTRE LA REGION, L ETAT ET L ASSOCIATION NATIONALE DES GROUPEMENTS DE CREATEURS RELATIVE A L ANIMATION ET L ESSAIMAGE DES GROUPEMENTS DE CREATEURS

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMÉRATION PÔLE AZUR PROVENCE & LES COMMUNAUTES DE COMMUNES MONTS D AZUR ET TERRES DE SIAGNE. Avril 2010 POLE AZUR PROVENCE CA DU PAYS DE GRASSE 499

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE?

PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE? PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE? La CCI 90 vous accompagne dans le cadre du dispositif NACRE Le Processus NACRE est un nouvel accompagnement pour la création

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail