TITRE III : DONNÉES ÉCONOMIQUES ET PERSPECTIVES D ÉVOLUTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TITRE III : DONNÉES ÉCONOMIQUES ET PERSPECTIVES D ÉVOLUTION"

Transcription

1 TITRE III : DONNÉES ÉCONOMIQUES ET PERSPECTIVES D ÉVOLUTION Le poids économique de L.M.C.U. La métropole lilloise est la vitrine de la région Nord-Pas-de-Calais qu elle marque fortement de son poids économique. Par exemple, entre 1994 et 1997, les sous-zones d emploi de Lille, Lille-Est et Roubaix-Tourcoing concentrent à elles seules 33 % des créations d établissements et 27 % du stock des établissements régionaux. Elle est la première place pour les entreprises étrangères (50 %, soit plus de 200 entreprises de plus de 1 million de chiffre d affaires) et les grands sièges sociaux (50 %) de la Région Nord-Pas-de- Calais. Pour 29 % de la population régionale, elle représente 30 % de l emploi, 45 % de l emploi cadre régional et 50 % des sièges sociaux multi-sites de plus de 50 salariés, soit un total de 350. Le territoire communautaire rassemble emplois dont emplois salariés privés pour entreprises. Sa position de capitale régionale fait qu elle dispose d atouts économiques très importants dans les secteurs de l informatique, des télécommunications et des activités de recherche et développement (80 % des effectifs régionaux), l édition imprimerie et le textile (55 % des effectifs régionaux), la distribution (plus forte concentration nationale de sièges sociaux) et les services marchands aux entreprises de la région (un peu moins de la moitié). L activité économique représente les 2/3 des ressources fiscales des collectivités. Il s agit d une économie concentrée : 200 entreprises représentant 40 % des bases de Taxes Professionnelles communautaires. Les entreprises métropolitaines exportatrices réalisent 22 % du chiffre d affaires régional à l export, la région Nord-Pas-de-Calais se caractérisant par sa troisième place nationale avec 5,3 % des exportations nationales. La population active et taux d activité Taux d activité Données générales Définition de la population active : Elle comprend la population active occupée (ayant un emploi) et les chômeurs. Sa définition s appuie sur une résolution adoptée par le Bureau International du Travail en La population totale en 1990 sur la Communauté Urbaine de Lille représentait habitants. Sa population active était de soit 42,84 %. Les résultats du recensement de 1999 ont montré que la population avait augmenté sur le territoire de la Communauté Urbaine de habitants pour atteindre soit une croissance de + 2,1 % (soit + 0,23 % par an) sur la période intercensitaire. Dans le même temps, la population active a augmenté de personnes ( ) et représente aujourd hui 44,41 % de la population totale, soit une croissance de + 5 % (soit + 0,55 % par an). On constate donc que : 55

2 l évolution de la part de la population active dans la population totale a augmenté de près de 1,2 % (44,03 % en 1999 contre 42,83 % en 1990) la population active (+ 5%) a augmenté de manière plus importante que la population totale (+2,2 %). Répartition par âge et par sexe de la population active La répartition par âge et par sexe de la population active sur le territoire métropolitain est la suivante : Population totale Nbre Population active totale Totale et plus % de la pop totale Nbre % de la classe d âge Nbre % de la classe d âge Nbre % de la classe d âge ,03 % ,85 % ,63 % ,61 % ,84 % ,03 % ,78 % ,28% Cette évolution dans la répartition par âge dans la population active est liée aux phénomènes de société suivant : 1. Du fait de l allongement des études d une part et de la baisse du taux de fécondité d autre part - phénomène qui devrait perdurer même si c est dans une proportion moins importante que les années antérieures -, la part des 0-19 ans ayant un emploi ou à la recherche d un emploi ne cesse de diminuer sur l ensemble de la période allant de 1982 à 1999 ; 2. La baisse tendancielle constatée sur la part des 60 ans et + recensée au titre de la population active ne cesse de se prolonger et semble être liée principalement à la baisse de l âge de la retraite (passage au début des années 80 de 65 à 60 ans), le développement des procédures de départs en pré-retraite. Ceci étant, on est en droit de se demander si ce phénomène ne va pas s inverser dans les années à venir du fait notamment des réformes prévisibles sur l âge de la retraite ou l augmentation de la durée des cotisations d une part, et le vieillissement général de la population d autre part. L analyse de l évolution par sexe de la population active montre que : Population active masculine Totale et plus Nbre % de la pop totale masculine Nbre % de la classe d âge masculine Nbre % de la classe d âge masculine Nbre % de la classe d âge masculine ,20 % ,21 % ,80 % ,90 % ,01 % ,35 % ,77% ,05 % Population active féminine Totale et plus Nbre % de la pop totale féminine Nbre % de la classe d âge féminine Nbre % de la classe d âge féminine Nbre % de la classe d âge féminine ,26 % ,47 % ,75 % ,76 % ,10 % ,69 % ,02 % ,16 % 1. Le pourcentage des personnes actives masculines est supérieur à celui des personnes actives féminines, quelque soient les tranches d âge. 2. La baisse des personnes actives de 0 à 19 ans est plus importante chez les femmes que chez les hommes. 56

3 3. La part des ans voit leur nombre progresser du fait notamment d un manque de main-d œuvre lié au vieillissement global de la population et l entrée plus tardive sur le marché du travail. La part des femmes (en nombre et en pourcentage) ne cesse d augmenter alors que celle des hommes (en pourcentage) a tendance à diminuer. 4. Parallèlement, la diminution des personnes actives de plus de 60 ans est plus marquée pour le sexe féminin. Comparaison avec les grandes métropoles françaises Lille Lyon Marseille-Aix population totale population active pourcentage résidente ,6 % ,8 % ,3 % ,1 % ,7 % % Moyenne ,2 % ,4 % En 1990 et 1999, la population lilloise présente un caractère de sous activité en comparaison de Lyon mais supérieur à Marseille. La population active représentait 41.6% de la population totale alors que pour les trois agglomérations réunies, elle est de 42,2 % 2. Malgré une évolution importante entre 1990 et 1999, elle passe à 43,8 % mais reste inférieure à la moyenne des 3 agglomérations (44,4 %). L écart en pourcentage reste constant : - 0,6 %. Sur la base des recensements de 1999 (à population constante), pour atteindre le pourcentage moyen, cela nécessiterait que le taux de population active sur l agglomération lilloise augmente de 0,6 %, soit personnes répartis entre ceux qui bénéficient d un emploi et ceux qui sont à la recherche d un emploi. Remarque : Cette comparaison permet de caractériser l agglomération urbaine de Lille par rapport aux agglomérations françaises comparables. Il est à noter que la population sans double compte de la Communauté Urbaine de Lille (Territoire plus vaste) était en 1999 de habitants et que la population active de référence était de soit 44,03 %. Le constat précédent est donc confirmé. Chômage et taux de chômage La métropole Lilloise dans le contexte régional Selon les données du RGP de 1999, le chômage dans la région Nord Pas de Calais représentait 17,69 % (17,63 % dans le Nord et 17,82 % dans le Pas de Calais), ce qui en fait une des régions les plus touchées. Sa spécificité industrielle s estompant, le Nord Pas de Calais a connu entre 1989 et 1994 la même baisse de l emploi qu au niveau national. Ce sont les activités de services qui créent des emplois tandis que les activités industrielles traditionnelles continuent d en voir disparaître. 2 Il est à noter qu à l échelle nationale le taux de population active était en 1990 de 42,47 % et de 44,23 % en

4 Bien que depuis cette époque la situation se soit améliorée, la part des personnes au chômage au sein de la population active représentait encore 15,2 % au mois de septembre Dans ce contexte, les zones d emplois de Lille et de Roubaix-Tourcoing entre 1989 et 1996, ont vu leur emploi industriel se réduire ( emplois dans le textile, emplois dans le secteur de l habillement, emplois dans l agro-alimentaire). La situation des secteurs du BTP, avec la fin des grands chantiers, est difficile. A l inverse, le secteur tertiaire progresse mais à un rythme inférieur de celui de la région (principalement les transports, les services rendus aux entreprises et aux particuliers, la santé, l action sociale). La population au chômage recensée sur le territoire communautaire en 1999 était de personnes, soit un taux de 16,26 % rapporté à la population active totale. Répartition géographique du chômage au sein de L.M.C.U. L.M.C.U. C. Nord C. Sud T. Lys T. Tourq Lille T. Roub T. Est T. Weppes Année Population totale Population active Chômeurs Taux de chômage ,31 % ,30 % ,50 % ,16 % ,96 % ,39 % ,75 % ,84 % ,92% ,40 % ,50 % ,77 % ,58 % ,20 % ,99 % ,87 % ,26 % ,18 % Le tableau ci-dessus montre que les territoires qui constituent la Communauté Urbaine de Lille accusent des disparités importantes quant à leur situation par rapport au chômage. Globalement, on peut dire que les villes périphériques connaissent des situations beaucoup plus favorables que les villes centres. Ce sont les territoires de Lille-Hellemmes, et de Roubaix qui connaissent les situations les plus défavorables avec des taux nettement supérieurs à ceux de la Communauté. Le territoire des Weppes bénéficie de la situation la plus favorable, sans doute liée à son caractère plus rural et plus résidentiel que le reste du territoire (dynamisme économique faible, attractivité forte en périphérie immédiate par des pôles d activités importants). Le territoire Est présente une situation également favorable du fait essentiellement du dynamisme économique de Villeneuve d Ascq. 58

5 Le territoire Tourquennois est le seul à se situer approximativement au même niveau que la communauté prise dans son ensemble, les autres territoires connaissant des situations plus favorables même si elles restent supérieures au taux national. Si on s intéresse de près à la situation des communes, on constate que s opposent, à quelques exceptions près, les villes aux campagnes. Le chômage frappe durement les ensembles urbains denses : " Roubaix (31,81 %), Tourcoing (21,54 %), Hem (20,67 %), Armentières (19,69 %), Lille (20,04%), Mons en Baroeul (18,60 %), Wattrelos (17,44 %), Loos (16,59 %),... " Englos (5,73 %), Bondues (6,96 %), Capinghem (5,06 %), Gruson (5,65 %), Escobecques (3,47 %), Beaucamps Ligny (6,31 %),... Comparaison avec les grandes métropoles françaises A partir des résultats recensés par la Fédération Nationale des Agences d Urbanisme en 1996, on constate qu en 13 ans la population lilloise présente un taux de chômage supérieur de près de 2 % à la moyenne des grandes agglomérations françaises. Elle n est en cela dépassée que par Marseille-Aix en Provence et Bordeaux. Caractéristiques de la population au chômage La population au chômage se caractérise sur l arrondissement de Lille par : $ Un poids du chômage de très longue durée (+ de 24 mois) important. Il concernait personnes à la fin 1998 et 40 % des chômeurs sont inscrits depuis plus de 12 mois, 22 % depuis plus de 2 ans. Ce constat est particulièrement vrai sur le bassin d emploi de Roubaix-Tourcoingvallée de la Lys. $ Une population jeune au chômage importante $ Une très forte présence des ouvriers non qualifiés (26,1 % contre 10,8 % au niveau national) Les demandeurs d emploi sur le bassin de Lille ont un profil plus qualifié que sur celui de Roubaix- Tourcoing-vallée de la Lys. Les emplois Caractéristiques générales L INSEE dans sa revue Profils écrivait en 1995 : «La crise industrielle et économique de ces dernières années n a pas réellement modifié les structures d activité de la métropole lilloise toujours caractérisée par une forte proportion d emplois commerciaux (1 ère place hors Paris), industriels (3 ème place) et financiers (4 ème place).» Toutefois, il apparaît qu au déclin des activités industrielles se substitue progressivement la tertiarisation sans toutefois compenser la perte de richesse et d emplois. La métropole lilloise, par rapport au niveau national, connaît une situation particulière : Entre 1982 et 1990, elle a perdu 4 % de ses emplois salariés pendant que la métropole moyenne en gagnait 3 % ; 59

6 Cette baisse des emplois a surtout été marquée chez les ouvriers, alors que dans le même temps on pouvait constater l évolution inverse chez les cadres et les professions intermédiaires du fait du phénomène de tertiarisation de l activité. En comparaison, entre 1991 et 1995, les effectifs du secteur privé ont diminué de 2,27 % sur la Communauté Urbaine de Lille pour 3,8 % à Lyon, 1,34 % à Bordeaux et 0,5 % à Strasbourg. La Communauté Urbaine offrait emplois en 1999 (source INSEE), soit environ 30 % de l emploi régional qui se répartissent selon les secteurs d activité de la manière suivante : 15,55 % dans le commerce 4,50 % dans les transports 58,83% dans les services 15,94 % dans l industrie 4,5 % dans la construction 0,67 % dans l agriculture, sylviculture,... Taux d emploi Le taux d emploi est le rapport entre le nombre d emplois existants et la population active donc population au chômage comprise sur un territoire donné.! Lorsque ce rapport se rapproche de 1, cela veut dire que la demande d emploi est équivalente à l offre à l intérieur même du territoire. L agglomération offre autant d emplois qu elle n héberge d actifs ;! Lorsque ce rapport est inférieur à 1, cela veut dire que l activité existante sur le territoire en question n est pas en capacité de subvenir à la demande locale. L agglomération offre moins d emplois qu elle n héberge d actifs. Plus cet indicateur s éloigne de 1, plus il est caractéristique d une faible attractivité économique ;! Lorsque ce rapport est supérieur à 1, la population active résidente n est pas en capacité de répondre à l offre locale. L agglomération offre plus d emplois qu elle n héberge d actifs. Plus il est supérieur à 1, plus il est caractéristique d un pôle économique à forte attractivité. Dans ces deux derniers cas, l équilibre ne peut être recherché qu à l extérieur par une émigration ou une immigration journalière de main-d œuvre. Comparaison avec les grandes agglomérations urbaines françaises En 1990, la population active résidente de l agglomération urbaine lilloise au sens de l INSEE représentait personnes. La population au lieu de travail était à cette même période de

7 Le taux d emploi était très légèrement supérieur à 1. Il était dans le même temps : Population active résidente Population active au lieu de travail Rapport Lille Lyon Marseille-Aix Moyenne hors Paris ,98 On constate donc, qu en 1990, l agglomération urbaine de Lille présente un taux d emploi quasiment équivalent à celui moyen des agglomérations prises en référence même légèrement supérieur (+ 0,02 %). Ceci étant, sa situation est moins bonne que celle de l agglomération lyonnaise mais meilleure que celle de Marseille-Aix. Dans l espace communautaire, en 1990, emplois ont été dénombrés, ce qui implique un taux d emploi équivalent à En 1999, ce nombre passe à , soit une augmentation de emplois. Le taux d emploi atteint 0.94, est donc légèrement moins favorable qu en Origines et destinations des migrations quotidiennes En 1990, 13 % de la main-d oeuvre occupée dans l arrondissement de Lille venaient de l extérieur de l arrondissement. Les plus gros contingents venaient du Nord-Pas-de-Calais, dont les 2/3 des secteurs de Lens-Hénin-Beaumont, Douai, et Flandres-Lys. 7 % de cette main d oeuvre viendrait de la métropole franco-belge, principalement Mouscron, puis Tournai et nettement moins de Kortrijk et Roselaere. A la même époque, à peine 6 % de la population active occupée a son lieu de travail en dehors de celui-ci : Les 2/3 dans le reste du Nord-Pas-de-Calais (Lens-Hénin, Douai et Valenciennois principalement), 1/5 dans une autre région de France, et 1/10 dans un autre arrondissement de la Métropole Franco-Belge. Structure de la population active résidente ayant un emploi Caractéristiques générales L agglomération urbaine de Lille au sens de l INSEE en 1990 a une population active qui se répartit de la façon suivante : Agglomération urbaine de Lille (selon INSEE) Agriculteurs, exploitants Artisans, commerçants, chefs d entreprises Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers ,83 % 6,07 % 13,2 % 22,46 % 28,19 % 29,26 % 61

8 Dans le territoire communautaire, cette répartition est légèrement différente : Communauté Urbaine de Lille Agriculteurs, exploitants Artisans, commerçants, chefs d entreprises Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers ,52% 5,59 % 11,62% 20,47 % 28,62% 33,18 % ,31% 4,43% 13,37% 23,54% 29,60% 28,75% 62

9 Population active par commune, en 1999 Halluin Tourcoing Armentières Roubaix Lille-Lomme Villeneuve d'ascq L a Seclin La population active comprend : les actifs ayant un emploi, les chômeurs et les militaires du contingent Sources : INSEE - Recensements de la population

10 Entre 1990 et 1999, la part des ouvriers a diminué dans l espace communautaire, ainsi que celle des agriculteurs et des artisans, commerçants, chefs d entreprises. La proportion d ouvriers reste cependant importante (28.75% en 1999). A l inverse, le pourcentage des cadres, des professions intermédiaires et des employés augmente. Comparaison avec les grandes agglomérations françaises en Agriculteurs, exploitants Artisans, commerçants, chefs d entreprises Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers Lille 0,83 % 6,07 % 13,2 % 22,46 % 28,19 % 29,26 % Lyon 0,94 % 7,62 % 14,68 % 23,67 % 26,40 % 26,7 % Marseille 0,56 % 8,45 % 14,67 % 23,41 % 30,38 % 22,52 % La structure de la population active de l agglomération urbaine de Lille se caractérise par un taux d ouvriers et d employés beaucoup plus important que Lyon et Marseille et ce au détriment des professions artisans, commerçants, chefs d entreprises, cadres et professions intermédiaires. La structure des emplois résidents communautaires apparaît comme caractéristique d un tissu économique plus industriel et moins tertiaire que les agglomérations lyonnaise et marseillaise. Disparités territoriales Les territoires Roubaisien et Tourquennois ont une population active où les ouvriers sont encore fortement présents, caractéristique liée notamment à la structure encore très industrielle de ce secteur. Cette frange de la population est très présente sur le territoire de la Lys et dans une moindre mesure dans celui des Weppes, pour des raisons similaires. La population cadre se concentre sur les territoires de Lille-Hellemmes-Lomme, de la couronne Nord et le territoire Est. Enfin, les travailleurs indépendants et les employeurs se concentrent sur Lille-Hellemmes-Lomme, mais en proportion, sont plus représentés sur la Lys et les Weppes. L emploi par secteur d activité Caractéristiques générales Les emplois existants sur le territoire communautaire en 1999 se répartissent selon les secteurs d activité de la manière suivante : Communauté 3 Commerce Service Transport Construction Industrie Agriculture, sylviculture, Nombre Pourcentage 70,71% 5,58% 22,89% 0,82% 1999 Nombre Pourcentage 15,55% 58,83% 4,50% 4,50% 15,94% 0,67% 3 Définition : Industrie : Industrie agro-alimentaire, textile, habillement, travail du bois, papier-carton, cokég=faction, chimie, travail des métaux, métallurgie, fabrication de machines et équipements, fabrication de machines de bureau et informatique, fabrication d appareils électriques, de radio, d instruments médicaux, de précision, industrie automobile, fabrication d autres matériels de transport, fabrication de meubles. Commerce : Commerce de gros, de détail, commerce et réparation automobile, hôtels, restaurants Transports : transports terrestres, par eau, aériens, services auxilliaires des transports Services aux entre prises : Postes et télécommunication, intermédiation financière, assurance, auxilliaires financier et d assurance, activités immobilières, activités informatiques, location sans opérateur, recherche et développement, services principalement fournis aux entreprises, récupération, assainissement, voirie, déchets Services à la personne : Education, activités associatives, récréatives, culturelles et sportives, santé et action sociale, services personnels, domestiques, activités extra-territoriales. 64

11 Entre 1990 et 1999, la Communauté Urbaine a perdu un grand nombre d emplois dans le secteur industriel et celui de la construction (plus de ). Ces secteurs représentent encore près d un emploi sur quatre. Dans le même temps le secteur des Services, premier employeur, a créé plus de emplois (y compris le commerce et le transport). Ainsi, entre 1989 et 1997, l industrie textile a perdu près de emplois en 8 ans, soit près de la moitié de ses effectifs (En 1989, 1 emploi sur 7 était dans le textile ; en 1997, cette proportion est passée à 1 sur 10). L ensemble du secteur industriel est en recul de personnes. Par contre la construction, bien qu en recul de 15 % se comporte moins défavorablement sur Lille qu en France. En revanche, le tertiaire est créateur ( emplois) : c est dans les services de conseils et assistance et les services opérationnels que l emploi se développe le plus, respectivement +58% ( emplois) et + 37 % (7 500 emplois). Pour le premier cité, l évolution atteint le double du taux national et de celui des capitales régionales avec ou sans Paris. Le secteur des hôtels et restaurants a connu une bonne progression. Il en est de même pour les transports qui ont créé environ emplois sur la période, soit une progression plus marquée que la moyennes des aires urbaines françaises (+ 7 % avec Paris et + 18 % sans Paris). Enfin, plus du 1/3 des fonctionnaires régionaux travaillent dans l aire urbaine de Lille, soit près de fonctionnaires. Pour habitants, l aire urbaine de Lille compte 512 fonctionnaires soit un chiffre bien supérieur à la moyenne nationale qui s établit à 422 ou à celui des aires urbaines de taille comparable comme Lyon (465) ou Marseille (491). Répartition territoriale Les secteurs d activités des emplois varient selon les territoires. Répartition des emplois par branche d'activité, par territoire, en 1999 Agriculture Industrie Construction Tertiaire Lille-Hellemmes-Lomme 0,13% 8,17% 2,93% 88,77% Territoire Roubaisien 0,23% 18,17% 5,44% 76,15% Territoire Tourquennois 0,36% 25,73% 4,46% 69,45% Couronne Sud 0,71% 16,75% 5,42% 77,12% Couronne Nord 0,89% 18,38% 5,13% 75,60% Territoire Est 0,90% 11,45% 3,44% 84,20% Weppes 2,47% 22,87% 8,57% 66,09% Lys 3,40% 28,20% 6,44% 61,97% COMMUNAUTE 0,67% 15,94% 4,50% 78,88% Les emplois dans le secteur tertiaire sont particulièrement élevés dans le territoire de Lille-Hellemmes- Lomme ainsi que dans le territoire Est. Ils représentent respectivement 88,8% et 84,20% du total des emplois offerts dans ces secteurs. La part des emplois industriels reste proportionnellement importante dans les territoires Tourquennois, Roubaisien, dans la Couronne Nord, ainsi que dans les territoires de la Lys et des Weppes. 65

12 Source : INSEE - Recensement de la population 1999 TAUX D'EMPLOI DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE DE LILLE TAUX D'EMPLOI Limite de la C.U.D.L. Sources : INSEE - Recensements de la population

13 Conditions d emplois 8 octobre 2004 La proportion des emplois dans la construction est particulièrement importante dans les Weppes et le secteur de la Lys. Il en est de même pour les agriculteurs. L emploi métropolitain est pour une très large part le fait de l emploi salarié au détriment des indépendants, statut moins répandu dans l arrondissement de Lille qu il ne l est dans les arrondissements belges voisins. L évolution de l emploi salarié sur la période se caractérise cependant par un recul (- 1,2 %) et un dynamisme particulièrement faible. L agriculture a progressé moins rapidement et l industrie manufacturière et le BTP ont connu un recul plus accentué que dans les territoires voisins. Le textile régresse (- 46,5 %) ainsi que le bois-papier carton et l agro-alimentaire. Le commerce se stabilise et le tertiaire ne se distingue pas foncièrement à l exception des services collectifs, sociaux et personnels. Les secteurs où l arrondissement de Lille est mieux représenté (activité immobilière, conseilassistance,...) n affichent pas les résultats escomptés. Les grands secteurs économiques autres que l agriculture La structure industrielle Avec un peu plus de emplois, on constate que globalement l économie de la métropole se désindustrialise. Ce secteur reste néanmoins le premier secteur économique pour les bases de Taxe Professionnelle avec 1/3 de la richesse fiscale. Le choix d exercer une priorité industrielle a été affirmé à de nombreuses reprises, affirmation reprise dans le Schéma Directeur : «(elle) se justifie par le poids et la densité du tissu industriel lillois, par sa cohérence avec l histoire du territoire, et enfin par la cohésion qu il devrait permettre de renforcer entre la région et sa capitale.» Ce secteur d activité se localise principalement autour de Roubaix-Tourcoing (40 % de l industrie communautaire) ainsi que sur la plaine de la Lys (9 %) pour lesquels il reste une locomotive de l économie territoriale. La baisse constatée des emplois dans ce secteur d activité y a été d une ampleur moindre et ce du fait vraisemblablement de mouvements de concentration qui amortissent les chocs économiques. Les secteurs de la construction, de l industrie textile et de l industrie agro-alimentaire représentent à eux plus de 50 % des emplois industriels. Le textile et l habillement, l industrie graphique et l agroalimentaire, constituent des pôles de compétences et contribuent plus fortement au dynamisme de la métropole lilloise. L industrie du textile et de l habillement Au sein du Nord-Pas-de-Calais - première région française (16 % des effectifs nationaux) et d Europe du Nord -, 55 % des effectifs de l industrie textile sont localisés principalement sur les secteurs autour de la Lys (linges de maisons), de Roubaix-Tourcoing (filature tissage, ennoblissement) et Lille avec la confection. En 1995, ce secteur représente 500 entreprises de + de 20 salariés et emplois, soit 19 % des emplois de l industrie communautaire et 5 % du total des emplois. La filière complète de l amont à l aval est présente ainsi qu une offre de formation importante. Les tendances récentes convergent vers des secteurs à forte valeur ajoutée, à savoir l ennoblissement du textile, le tissage de l industrie cotonnière, la fabrication de tapis moquette, la fabrication de vêtements. Cependant, l industrie du textile-habillement connaît une mutation en profondeur depuis quelques années : passage d une logique industrielle à un modèle à dominante immatérielle (création, soustraitance, marketing, distribution, ), renforcement de la phase «distribution» (plus puissante et mieux organisée). 67

14 Cette restructuration entraîne une baisse de la production, des effectifs et des investissements : Entre 1990 et 1996, baisse de 7 % des effectifs et de 3,8% des établissements. Les conséquences en terme urbain sont nombreuses : fermeture d usines qui se transforment en friche industrielle au cœur du tissu urbain (les exemples sont nombreux en particulier sur les territoires de Roubaix et de Tourcoing). L industrie graphique Ce secteur regroupe les activités liées à la conception de l image et à sa reproduction, aux activités informatiques multimédia, à la production et la maintenance du matériel graphique. Il entretient des liens étroits avec la grande distribution et la VPC en particulier (1/2 de la production régionale) et la région se situait au début des années 90, au 2 ème rang national en matière d imprimerie et de papier carton. Le développement du multimédia y constitue une révolution technologique. La métropole lilloise concentre 70 % des entreprises régionales des industries graphiques de + de 1 MF de CA, soit 90 entreprises et emplois. L ensemble de la filière est présente et le versant Nord de la métropole concentre plus de 50 % de ce secteur. L Edition-Imprimerie concentre plus de 50 % de l activité régionale sur la métropole. L agro-alimentaire Ce secteur représente 11 % des emplois industriels de l arrondissement et 30 % des emplois de l industrie agro-alimentaire régionale. C est le deuxième secteur industriel communautaire dans une région qui se situe au 4 ème rang au niveau national. On trouve de grandes entreprises comme Caby (transformation de viandes), Desprez (semences), Clayssens (distillerie), Bonduelle (conserverie de légumes), Lessafre (levure),... ou encore, dans le domaine de la chocolaterie-confiserie, La Pie qui Chante, Lutti,Vandamme, (qui ont un rayonnement international), dans le domaine de la brasserie (17 % des emplois agro-alimentaires de la métropole) présence de firmes internationales comme Heineken et Interbrew, Cette place particulière de l industrie agro-alimentaire est le fait également de savoir-faire régionaux tels que la production d endives, de pomme de terre, de petits pois et de haricots verts (1 ère place nationale), présence de nombreux leaders nationaux pour la production de plants et de semences, Cependant, ce secteur d activité connaît quelques faiblesses : absence de notoriété, régression de l emploi industriel agro-alimentaire ( - 10 % entre 89 et 95), nécessité du fait de l évolution des législations de se déplacer à l extérieur du tissu urbain, la recherche-développement insuffisamment représentée, L artisanat L artisanat est à mentionner dans cette présentation du tissu économique de la métropole : on dénombre ainsi 9730 entreprises de petite taille sur le territoire de la communauté urbaine, dans des activités aussi diverses que la production, l alimentation, le bâtiment ou les services (ce qui représente environ salariés). Réparties aussi bien en zone urbaine, péri-urbaine que rurale, ces activités sont essentielles pour répondre aux besoins de la population, des particuliers, des entreprises et des collectivités (chiffres : Chambre de Métiers du Nord, 2002). 68

15 Entre activité industrielle et de service : La Santé Le secteur de la santé regroupe les industries pharmaceutiques, parapharmaceutiques, biomédicales, biotechnologiques de la santé ainsi que la production de produits répondant à des besoins connexes (forme physique, hygiène alimentaire et corporelle) et sous certains aspects l écologie. L axe biologie-santé fait partie des priorités identifiées dans le Contrat de plan Etat-Région Avec 139 établissements et lits publics, le Nord-Pas-de-Calais est la troisième région française pour l équipement hospitalier. Le domaine de la biologie santé représente un marché de première importance en Europe avec un rythme de croissance supérieur à la moyenne française dans plusieurs de ses composantes Troisième pôle français, la métropole bénéficie d un CHR d envergure internationale ( professionnels). La présence de l Institut Pasteur, de l établissement de Transfusion Sanguine, du CHRU et des universités de médecine et de pharmacie sont autant de références et de partenaires potentiels pour les entreprises. Ce sont principalement les domaines des maladies cardio-vasculaires, de l informatique hospitalière, des neurosciences, de l immunologie, la toxicologie, la génétique entre autres qui constituent des pôles confirmés ou en émergence. On recense la présence sur le territoire métropolitain des entreprises Boiron, Sanofi Diagnostics Pasteur, Synthelabo,... La présence du parc EURASANTE (Parc thématique autour de la Biologie-santé) localisé à proximité du CHRU et où 100 laboratoires sont déjà présents illustre la volonté de s appuyer sur le développement de ce secteur. La structure tertiaire : commerces, services, logistiques et transports, haute technologie Le commerce Généralités En 1999, ce secteur d activité représente un chiffre d affaires de 34 milliards de francs, dont les ¾ sont réalisés par les grandes et moyennes surfaces. Le commerce reste créateur d emplois sur la métropole lilloise (entre 1990 et % de l emploi salarié). Ceci étant, cette évolution est à relativiser du fait des emplois à temps partiel. On considère qu aux emplois commerciaux correspondent emplois à temps plein. On recense commerces sur l arrondissement de Lille métropole. En nombre d établissements, les deux secteurs dominants sont les cafés (3 200) et le commerce alimentaire (2 067) en 1997 (source : SDUC 2000). Ce nombre a diminué d environ 7 % entre 1987 et 1997 Parmi les commerces dont le nombre augmente, on note les supermarchés, hypermarchés et grands magasins (+143%), les commerces d équipements de la maison et d hygiène-beauté-santé (+38 %) et, de façon moindre, les cafés-restaurants (+4%). A l inverse, ceux qui ont connu la plus forte diminution sont les commerces alimentaires (-32%), ainsi que ceux de l équipement de la personne, de la culture, loisirs et sports (- 20% environ). Les mouvements de concentration dans la distribution expliquent en grande partie ces disparitions, excepté dans l alimentaire où ont disparu de nombreux commerces en particulier de petites tailles. L augmentation des surfaces de vente ces dernières années est principalement le fait de celle du nombre des grandes et moyennes surfaces. Avec 3 grands magasins, 2 magasins populaires, 149 supermarchés et 16 hypermarchés, la métropole lilloise est bien dotée en grandes et moyennes surfaces généralistes. 58 % du chiffre d affaires est réalisé par le grand commerce. 69

16 Répartition spatiale Les activités commerciales et de services à caractères commerciaux représentent 2,1 millions de mètres carrés de surface de vente, dont 1,3 pour les commerces stricto sensu (hors café restaurant et services à la personne), soit une densité de mètres carrés pour 1000 habitants. Par ailleurs, la métropole lilloise, historiquement se caractérise par une spécificité : La Grande Distribution et la Vente Par Correspondance (VPC). Cela constitue un véritable pôle d excellence de la métropole Lilloise, notamment du fait de la présence d enseignes comme Auchan et le groupe Mulliez (Décathlon, Boulanger, ), La Redoute, Blanche Porte, Les 3 Suisses. La métropole représente la plus forte concentration de sièges sociaux de la Distribution au niveau national 4 (autour de Roubaix et Tourcoing principalement) ce qui est à mettre en relation avec la place prépondérante de la VPC dans ces secteurs ( 65 % de la VPC française est concentrée sur le versant Nord-Est de la métropole). Les activités commerciales se concentrent principalement sur Lille et Roubaix et alentours (40% des emplois salariés dans ce domaine) : Lille, avec commerces, concentre le plus grand nombre de commerces métropolitains. Roubaix - premier pôle commercial au sens large du fait de la prépondérance de la VPC concentre 1300 commerces de proximité. On trouve commerces de proximité à Tourcoing : Comme on le constate au niveau national, il y a eu fragilisation des commerces de centre ville et développement de pôles en périphérie dont le succès est incontestable mais qui crée des problèmes de paysages d entrées de ville, de circulation et de concurrence. La tendance est à la concentration spatiale de commerces en un même lieu (V2, Lomme, Roncq, ). D une manière générale, géographiquement, la disparition de commerces touche plus particulièrement les sites «ville renouvelée» (- 40 % à Lille Moulins, - 35 % en centre ville de Roubaix) et, dans une moindre mesure, les centre des villes moyennes (La Madeleine, St André, Croix, ) ( ) Source : S.D.U.C Les évolutions démographiques et sociologiques sont perceptibles dans les pratiques de consommation des habitants de la métropole. Quel que soit le type d achat, les magasins les plus fréquentés sont les moyennes et grandes surfaces, qu elles soient généralistes ou spécialisées, et donc les zones les plus attractives correspondent généralement aux secteurs d implantation de grands centres commerciaux :! En alimentaire, les zones attractives correspondent aux principaux hypermarchés! En équipement de la personne, l influence métropolitaine de Lille se confirme ainsi que celles de Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d Ascq! En équipement de la maison, mêmes constats, mais l attraction des consommateurs semble plus forte encore vers les pôles de périphérie comme ceux de Roncq, de Leers ou d Englos. 4 En métropole lilloise, sont dénombrés 20 sièges sociaux d entreprises de commerce de détail réalisant un Chiffre d Affaires d au moins 500 MF ou disposant d un effectif salarié d au moins 1000 personnes. A titre de comparaison, le nombre d entreprises répondant à ce même critère est de 5 à Lyon, 4 à Nantes, 3 à Bordeaux comme à Strasbourg, 2 à Marseille. A paris, intra-muros, on dénombre 30 sièges sociaux de grands distributeurs dont 10 sièges de grands magasins. 70

17 ! En culture et loisirs, seuls quelques pôles commerciaux se distinguent comme les centre villes de Lille et de Villeneuve d Ascq, ainsi que les centres commerciaux d Englos, de Roncq, de Fâches et de Leers. D un point de vue spatial, malgré la tentative de mise en œuvre de mécanisme de régulation, les fonctions commerciales de la métropole ont poursuivi leur étalement à partir des franges d agglomérations, en contribuant à fragiliser les fonctions des centres-villes et des quartiers. La hiérarchie territoriale est la suivante (en 1997) : 1. Lille reste de loin le premier pôle commercial de la métropole avec mètres carrés de surfaces de vente soit 12 % des surfaces commerciales et 30 % des commerces. 2. Villeneuve d Ascq, avec 5 % des surfaces commerciales et 4 % des commerces ( mètres carrés), se structure principalement autour du centre commercial V2. 3. Puis on trouve Roubaix et Tourcoing avec chacune une surface de vente de l ordre de mètres carrés 4. Les communes qui accueillent un centre commercial de périphérie important : Englos ( mètres carrés), Lomme ( mètres carrés), Roncq, Leers, Fâches-Thumesnil et Seclin (entre et mètres carrés chacune) ; Enfin, les communes comme Armentières, Marcq en Baroeul, Wattrelos, La Madeleine, ont de nombreux commerces mais la surface de vente totale reste relativement faible. Les nouvelles technologies d information et de communication Dès 1989, l importance des besoins de télécommunications et de vidéocommunications dans la Métropole conduisait France Télécom à y définir une zone de Télécommunications Avancées à Roubaix dans le cadre de l EUROTELEPORT et du Centre International de la Communication pour le Grand Public. En 1998, dans le Nord Pas de Calais, près de personnes travaillent au sein de 800 entreprises dans les technologies de l information et de la communication, ce qui en fait le 6ème secteur d activité de la région. Ce secteur d activité est surtout à mettre en correspondance avec le poids et le potentiel de développement que représente la VPC. Le développement des centres d appel est destiné principalement à l origine au secteur de la vente par correspondance et de la grande distribution. Ils représentent aujourd hui plus de 431 établissements et personnes sur la métropole lilloise. La VPC qui a développé 20 % de son chiffre d affaires grâce au minitel a pour objectif d en faire autant avec Internet à l horizon L industrie et la grande distribution et le milieu des PME investissent également dans le commerce électronique (Auchan, Décathlon, Doublet, ). La logistique transport Le trafic de marchandises dans le Nord-Pas-de-Calais était en 1994 d environ 200 millions de tonnes dont : 26 % de trafic de transit 33 % de trafic intra-régional 41 % de trafic extra-régional 71

18 POLARITES COMMERCIALES Limite de la C.U.D.L. Sources : Agence de développement et d'urbanisme 72

19 La situation géographique de la métropole lilloise, le réseau dense d infrastructures et le foyer de production sont autant de facteurs favorables au secteur d activité de la Logistique- Transport. De plus, le Nord de la métropole (A22) est le principal accès régional de la France à l Europe du Nord. Le Nord-Pas-de-Calais est une grande région logistique, et la métropole lilloise concentre la majorité des surfaces (26 %) notamment en ce qui concerne le siège des entrepôts de distributeurs et prestataires logistiques nationaux. En 1997, 38 % des surfaces de stockages mises en chantier l ont été sur l arrondissement de Lille. La métropole représente 25 % des entreprises régionales et plus de la moitié des sociétés de plus de 50 salariés avec une spécificité : la messagerie (57 % des sites régionaux) et le transport express. Au 1/01/97, la zone d emploi de Lille compte emplois dans ce secteur et celle de Roubaix- Tourcoing Le transport combiné (multimodale), est représenté sur la gare de Saint Sauveur à Lille par CNC (filiale de la SNCF) et NOVATRANS qui affichent sur la fin des années 90 une progression importante du tonnage net transporté. La multimodalité se localise également sur le port fluvial de Lille et à Lomme. Ce secteur d activité se concentre principalement sur la couronne sud de Lille, en particulier autour du CRT et de l aéroport de Lesquin, où se situent les potentialités principales de développement : Présence de l A1 dans un tissu régional au maillage exceptionnel / A1, A25, A2, A26,... Appui sur la plate-forme multimodale de Dourges qui aura vu le jour en 2002/2003, où doit déménager la gare Saint Sauveur. Cependant, ce secteur d activité affiche quelques faiblesses dans l espace métropolitain, notamment en ce qui concerne : Le manque de terrains et d entrepôts et la concurrence des agglomérations voisines, notamment le bassin minier ; La localisation des sites qui n est pas optimale (Saint Sauveur et Lomme dans le tissu urbain). La métropole devra donc résoudre le paradoxe entre la volonté de devenir un hub européen voire international (lieu de massification et d éclatement des flux) et la nécessité de préserver un cadre de vie attractif en limitant les nuisances liées à la circulation des marchandises. Les services marchands aux entreprises Les activités tertiaires supérieures représentent moins d emplois à Lille (47 emplois pour 1000 habitants) qu à Lyon (73 pour 1000) ou Bruxelles (125 pour 1000) ; Un phénomène de rattrapage est en cours depuis 3 ans sachant qu 1 emploi de décision génère 5 à 6 emplois dans un environnement proche. Les activités très présentes sont l intermédiation financière, les assurances et les services d administration des entreprises. En 1995, ce secteur représentait 20,6 % des emplois métropolitains, avec une croissance de + 7% des effectifs entre 1989 et Il emploie plus que le secteur industriel et tire la croissance de l emploi métropolitain. Ce sont les activités informatiques et les services de location qui ont le plus progressé. 73

20 Les services marchands aux entreprises se structurent de la façon suivante : Activité Part de l emploi métropolitain Evolution entre 1982 et 1995 Services principalement fournis aux entreprises 13 % +3,32 % Intermédiation financière 3 % Assurance 1 % 3 % Auxiliaires financiers et assurances - de 1 % 10 % Location sans opérateur - de 1 % 89 % Activités informatiques 1 % 69 % Activités immobilières 1,5 % 0,6 % Le territoire communautaire, principalement Lille et sa couronne Nord, concentre les sièges sociaux des grandes entreprises dans les domaines de la banque-finance, l assurance et les services d administration d entreprise. Lille est la ville de France, après Paris, qui accueille la plus forte concentration de sièges sociaux. Le domaine des activités informatiques concentre sur la métropole 70 % de l emploi régional. Cependant, la métropole présente quelques faiblesses, notamment faible croissance dans les services aux entreprises «supérieurs», manque de locaux adaptés pour les activités de service. Répartition territoriale Le territoire Roubaisien, Lille-Hellemmes, la Couronne Nord représentent 70 % des activités tertiaires de la métropole. Lille-Hellemmes, à elle seule, représente un peu moins de 40 % du tertiaire communautaire (soit 35 % des emplois lillois), concentrant principalement les services de conseil aux entreprises et les administrations. Les territoires Roubaisien (2 ème pôle tertiaire métropolitain), Tourquennois et Est (avec un tertiaire plus technologique, reposant sur l informatique et les télécommunications) bénéficient d une bonne structure tertiaire mais qui pèsent peu dans l économie de leur territoire. La Couronne Nord se caractérise par les activités informatiques et les services aux entreprises. Un secteur à dimension particulière : Le tourisme Euralille, Lille 2004, le Palais des Beaux-Arts sont trois événements qui ont participé à renforcer la notoriété de la métropole lilloise dans un sens positif. Quels que soient les commentaires associés, d abord Euralille puis la candidature de Lille aux Jeux Olympiques de 2004 ont indéniablement contribué à mettre Lille sous le «feu des projecteurs» de la presse nationale et internationale. Après l ouverture du Palais des Beaux Arts transformé, la presse considère Lille comme une métropole ambitieuse, une ville d art et de culture, une destination en Europe. La désignation de Lille comme «Capitale Européenne de la Culture» en 2004 au même titre que Gênes en Italie devrait contribuer fortement à cette tendance. Lille est devenue aujourd hui une véritable destination touristique d une part, et l activité touristique notamment le tourisme urbain - est une composante essentielle du développement de la métropole, que ce soit en terme de chiffre d affaires ou d impact économique. 74

21 Généralités La région Nord-Pas-de-Calais accueille 8 à 9 millions de touristes par an. En 1996, elle se situe à la 6 ème place pour l accueil de touristes étrangers et passe devant l Aquitaine, la Lorraine et Midi-Pyrénées, situation qui s est sans doute améliorée depuis la mise en service de l Eurostar. La fréquentation française a quant à elle diminué entre 1996 et 1998 (- 8 %), mais augmenté en nuitées (+ 14 %). Le marché nordiste peut donc être caractérisé comme étant un tourisme de courts séjours associés aux pratiques urbaines et ce secteur se situe parmi les premières activités économiques de la région (5 milliards de chiffre d affaires et salariés). Enfin, la capacité hôtelière régionale se localise autour de 3 pôles : la métropole lilloise, la Côte d Opale et le Hainaut-Artois, Lille présentant depuis 1995 la plus grande capacité, soit 25 % du parc régional. La capacité d accueil En 1997, l arrondissement de Lille compte 107 hôtels, soit chambres. Le parc hôtelier se caractérise par une forte présence d hôtels de basse et de moyenne gamme. Les hôtels sans ou avec 1 étoile représentent 33 % du parc, les 2 étoiles 49 %, les 3 et 4 étoiles 18 %. La croissance sur les dernières années s est développée pour les catégories sans étoile et haut de gamme. Elle exprime l émergence d une clientèle différente soit par l objet de sa visite (loisirs ou affaires), soit par le développement d une clientèle d affaires et de congressistes plus exigeante. Sur la période , on constate que le nombre d hôtels est resté identique alors que le nombre de chambres est passé de 5700 à Les autres types d hébergement correspondent à :! 10 campings pour une capacité de 900 places! 1 auberge de jeunesse de 168 lits! Une soixantaine d hébergements ruraux! Une résidence de tourisme de 146 lits Cette capacité est inférieure à celle de métropoles comparables (Lyon, Strasbourg,...) et montre qu il existe un potentiel à développer. En 1998, le taux d occupation s est amélioré par rapport à 1996 passant de 57 à 60 %. Cette évolution est comparable quelle que soit la localisation géographique des hôtels et ce chiffre est de 8 % supérieur à celui de Les hôtels sans étoile ont de loin le taux le plus élevé (+ de 70 %) Les origines touristiques Les sollicitations de l Office de Tourisme de Lille ont connu une progression de + 20 % entre 1994 et 1997 ( demandes de service en 1997). Alors que le nombre de touristes français les plus nombreux - stagne, la part des étrangers ne cesse d augmenter (34 % des sollicitations de l Office de Tourisme de Lille en 1997, soit + 8% par rapport à 1996). 75

22 Les touristes étrangers des pays limitrophes sont les plus nombreux (Grande Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Allemagne), la première place revenant aux britanniques (35 %), venant ensuite les belges (25 %), les néerlandais (10 %). Le nombre de touristes originaires de pays plus lointains est stable excepté celui des scandinaves, espagnols et italiens qui ne cesse de progresser. Le tourisme d affaires Le tourisme d affaires correspond principalement à l accueil de visiteurs en clientèle ou en congrès. Le développement d équipement d accueil, notamment Lille Grand Palais, a permis une croissance importante de ce sous-secteur. Le nombre de manifestations (Congrès, expositions, Zénith) y est passé de 83 manifestations et manifestants et visiteurs en 1994 à respectivement 279 et On estime pour l année 1999 à près de 60 millions de francs de chiffre d affaire correspondant aux retombées économiques de ces manifestations. Par ailleurs, le tourisme urbain se caractérise principalement par l évolution de l activité hôtelière et représente 60 % des nuitées dans les hôtels de la métropole, soit nuitées. Le tourisme métropolitain reste majoritairement un tourisme d affaires. Le tourisme urbain Il se caractérise par sa non-saisonnalité, le court-séjour et son espace constitué par la ville et ses attributs (culture, patrimoine, architecture, commerces,...). Les atouts de la métropole résident dans sa forme urbaine originale marquée par la personnalité de chacune des villes qui la constituent, ses exemples de reconversion, rénovation de son patrimoine historique, culturel et humain. Ses centres d intérêt se constituent :! du Vieux Lille, de la Citadelle mais aussi d Euralille, du VAL ou du projet olympique qui sont les principales destinations des visites guidées et ne cessent d augmenter ( en 1997 contre en 1994).! des musées : le Musée d Art Moderne de Villeneuve d Ascq, le Musée Charles de Gaulle, l Hospice Comtesse, le Musée d Histoire Naturelle, le Musée de l Art et de l Industrie de Roubaix, les Beaux Arts de Tourcoing et la Fondation Septentrion. Le Palais des Beaux Arts, quant à lui, est l un des premiers musées classés en Province,! Des théâtres : Sébastopol, du Nord, Le Prato,... ainsi que l Opéra de Lille! Les salles de spectacles : Le Palais des Congrès (et l Orchestre National de Lille), le Zénith Aréna, l Aéronef,... La «tradition» de fête et de la braderie participent à l originalité de l offre métropolitaine. A noter, par ailleurs, les espaces naturels et verts qu offre ou offrira la métropole sont également autant d atouts à valoriser au plan touristique (Le parc de la Citadelle, le Bois de Boulogne, le parc Matisse, le parc Barbieux, le parc du Héron mais aussi à terme les futurs parcs de la Deûle, de la Marque ou du Ferrain). 76

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007

L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007 L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007 SOMMAIRE Introduction... 5 Méthodologie... 6 Le paysage associatif dans l arrondissement de Lille... 7 Le secteur «Santé et action sociale»...

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte général 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement 2 Projet

Plus en détail

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte géographique et économique 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005

LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais entre 2003 et 2005 DRTEFP Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Nord-Pas de Calais Septembre 2007 LES DÉPENSES ET L'ACCÈS À LA FORMATION CONTINUE DANS LES ENTREPRISES du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais CHIFFRES CLÉS 2013 Éditorial du Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

La ressource humaine dans l arrondissement de Lille

La ressource humaine dans l arrondissement de Lille COMITÉ DE BASSIN D'EMPLOI LILLE MÉTROPOLE Ensemble pour l emploi sur Lille Métropole dans l arrondissement de Lille Septembre 2012 Tome III : Les Métiers exercés sur les territoires des Maisons de l Emploi

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

La nature, excellence et base économique de l agglomération

La nature, excellence et base économique de l agglomération 3491-INTERIEUR_ANGERS_thème 25/09/03 12:27 Page 14 Thème 1 La nature, excellence et base économique Thème 1 Le Projet d agglomération 2015 Angers, laboratoire de l économie du futur Les performances économiques

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

Les Ateliers de la Fabrique. Mercredi 20 novembre 2013

Les Ateliers de la Fabrique. Mercredi 20 novembre 2013 Les Ateliers de la Fabrique Mercredi 20 novembre 2013 Les projets urbains comparés LILLE TURIN MARSEILLE LILLE EURALILLE Population Ville 226 000 habitants (Toulouse : 440 000) Agglomération 1 016 000

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

La région Nord-Pas-de-Calais

La région Nord-Pas-de-Calais La région Nord-Pas-de-Calais A Quelle est l identité de ma région? Quelles sont ses activités? 1 La région Nord-Pas-de-Calais en France 1 2 Les chiffres-clés de la région Nord-Pas-de-Calais Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Projet de création d hôtel : Pôle d activités du Griffon (Laon) Mai 2008

Projet de création d hôtel : Pôle d activités du Griffon (Laon) Mai 2008 Projet de création d hôtel : Pôle d activités du Griffon (Laon) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte géographique et économique 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMÉRATION PÔLE AZUR PROVENCE & LES COMMUNAUTES DE COMMUNES MONTS D AZUR ET TERRES DE SIAGNE. Avril 2010 POLE AZUR PROVENCE CA DU PAYS DE GRASSE 499

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme Objectifs et principes méthodologiques de l étude 3 L offre d hébergements 5 La fréquentation des hébergements 6 La consommation touristique 7 La production des entreprises touristiques 8 L emploi lié

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Une intensification des mobilités entre zones proches.

Une intensification des mobilités entre zones proches. Brique Observation partie 3 Une intensification des mobilités entre zones proches. Avril 2011 2 Sommaire : Des échanges migratoires intenses entre les territoires régionaux..4 Des mobilités domicile-travail

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises 6 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 32 juin 213 ENTREPRISES EN RELATION AVEC UN ORGANISME DE PROMOTION économique : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 212 Selon l enquête 212 de l Office cantonal de la statistique

Plus en détail

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015 N 138 - Janvier 2015 chos Tourisme Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne La filière Métiers d Art en Champagne-Ardenne Photo : Calligraphie Crédit Photo : Sommaire La filière

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux Les chiffres clés de la région Ile-de-France (au 31/12/2010) : - PIB : 572 milliards d euros (30% du PIB national) - Nombre d emplois industriels

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Fiche marché La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Données de cadrage Données économiques PPopulation : 16,8 millions d habitants Taux de croissance

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS. Région Lorraine

CHIFFRES CLÉS. Région Lorraine Entreprises de PropretÉ ET SERVICES ASSOCIÉS CHIFFRES CLÉS Région Lorraine Édition 2010 LA PROPRETÉ EN LORRAINE données économiques générales de la région Lorraine France métropolitaine Part de la région

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012 Les séjours touristiques dans les villes wallonnes,,,, 24-212 Marchés : Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni, Allemagne Italie, Espagne OPT - Pascale Beroujon OPT - J.Jeanmart Direction Marchés, Perspectives

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008

Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 www.certu.fr Séminaire de l'observation Urbaine. 15 novembre 2011. Le desserrement des emplois dans neuf aires urbaines entre 1997 et 2008 Nicolas GILLIO et Geneviève ROCHE Ministère de l'écologie, de

Plus en détail

Hôtellerie traditionnelle

Hôtellerie traditionnelle Hôtellerie traditionnelle 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 a. Condition d ouverture d un établissement hôtelier... 6 b. Demande de classement d un établissement

Plus en détail

Milieux humides et surface en eau. Forêts et milieux ouverts. Prairies. Terres cultivées. Espaces Artificialisés

Milieux humides et surface en eau. Forêts et milieux ouverts. Prairies. Terres cultivées. Espaces Artificialisés FICHE SIGNALETIQUE CA Hénin-Carvin Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr L EPCI a été créé le 26 décembre 2000 et comporte 14 communes au 1 er janvier 2010. L EPCI appartient au Scot de Lens-Liévin

Plus en détail

CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014

CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014 CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014 LA GRANDE-MOTTE NOTE DE TENDANCES L AVIS DES PROFESSIONNELS DU TOURISME GRAND-MOTTOIS TENDANCES GENERALES JUIN 2014 : TENDANCES EQUIVALENTES A CELLES DE 2013 Juin 2014

Plus en détail

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR

Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION MDEGSR 2015 Fiche synthétique Commune du Tampon MAISON DE L EMPLOI DU GRAND SUD REUNION Présentation du portrait communal La fiche synthétique communale correspond à un état des lieux concernant l emploi et l

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions Le territoire de la Seine-et-Marne 85 km Le plus grand département francilien : 5 915 km² Des infrastructures développées : 4 autoroutes (A4, A5, A6, A104)

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Les conséquences sur le tissu économique

Les conséquences sur le tissu économique Les conséquences sur le tissu économique Entreprises Entreprises L engouement pour les auto-entreprises se calme En Poitou-Charentes, 13 964 entreprises ont été créées en. Après une forte augmentation

Plus en détail

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie L'enquête Besoins en Main-d'Oeuvre (BMO) de Pôle emploi mesure les intentions de des employeurs pour l année à venir,

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Observatoire Économique du Tourisme du Pays de Saint-Omer 2008. 22 Avril 2010

Observatoire Économique du Tourisme du Pays de Saint-Omer 2008. 22 Avril 2010 Observatoire Économique du Tourisme du Pays de Saint-Omer 2008 22 Avril 2010 En 2008, le Pays de Saint-Omer a accueilli 534 646 visiteurs + 7,7 % + 7,7 % 23 équipements touristiques répondants Soit une

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Novembre 2015 1 Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle, la restauration et le jeu sous une même direction sans

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015 Pays de Retz Stratégie de développement économique Emploi & Formation octobre 2015 Cahier3 Édito Le syndicat mixte du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) a décidé de conduire une étude de stratégie

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 SCOT sur le périmètre de la Conférence du Pays du Saint-Quentinois SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 Présentation des grandes lignes du diagnostic et de l él état initial de l environnementl Le contenu du SCOT

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

L ouverture à l international des entreprises de services

L ouverture à l international des entreprises de services L ouverture à l international des entreprises de services Pascale Pietri* Par nature, les secteurs des services sont moins tournés vers les marchés extérieurs que les secteurs industriels. Néanmoins en

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Territoire de Châlons-en-Champagne

Territoire de Châlons-en-Champagne Territoire de POPULATION, EMPLOI, RECRUTEMENT ELEMENTS PROSPECTIFS Ce travail a été initié par le Conseil Régional afin de préparer le PRDF (Plan Régional de Développement des Formations). Ce document,

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012

BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012 BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012 Réalisé par l Observatoire de l Office de Tourisme d Angers Loire Métropole LE TOURISME SUR LE TERRITOIRE D ANGERS LOIRE MÉTROPOLE C EST

Plus en détail

UN QUARTIER VIVANT ET DYNAMIQUE, CŒUR HISTORIQUE DE L INDUSTRIE LYONNAISE

UN QUARTIER VIVANT ET DYNAMIQUE, CŒUR HISTORIQUE DE L INDUSTRIE LYONNAISE LYON GERLAND 2 30 000 UN QUARTIER VIVANT ET DYNAMIQUE, CŒUR HISTORIQUE DE L INDUSTRIE LYONNAISE UN QUARTIER VIVANT ET MIXTE 2 350 emplois établissements 3 000 30 000 étudiants UN PÔLE DE CULTURE ET LOISIRS

Plus en détail