Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Institut de Géographie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Institut de Géographie"

Transcription

1 Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Institut de Géographie Master 1 Aménagement et Urbanisme Tremblement de terre à Istanbul : comment le risque sismique aménage- t- il la ville? Mémoire présenté par Clément Doumic Sous la direction de Myriam Armand- Fargues Encadrement du stage à l Observatoire Urbain d Istanbul (IFEA) : Nora Şeni et Jean- François Pérouse Année universitaire

2 Photo en couverture : Quartier de Sulukule en chantier de rénovation urbaine, depuis l extérieur des murailles. C.Doumic, juillet

3 SOMMAIRE Remerciements Table des sigles Introduction générale 1) Difficile compatibilité entre le fort risque sismique et l état général de la ville à Istanbul ) Un tremblement de terre majeur à Istanbul : une réalité scientifique ) Géologie de la zone et faille Nord- Anatolienne ) Analyse d un premier document de prévention du risque sismique : l Earthquake Master Plan for Istanbul de ) Premières conséquences sur l aménagement de la ville ) Caractéristiques urbaines et immobilières ) Caractéristiques urbaines ) Caractéristiques immobilières ) Le séisme de 1999, laboratoire d essai pour la prévention et déclencheur d une profonde modification de l urbanisme à Istanbul ) Dysfonctionnements au sein des institutions et réaction de l Etat ) Refonte des institutions de prévention du risque et réactions juridiques ) Terrains libres de toute construction ) Entreprises privées du contrôle de la construction ) TOKI et son pouvoir étendu ) Missions officielle et officieuse ) Qui dirige TOKI?

4 3) Enjeux politiques et économiques, le risque est- il devenu un prétexte? ) Demirören, ou l histoire d un chaos administratif calculé ) Historique ) Empiètements juridiques ) Aujourd hui ) Tarlabasi yenileniyor ) Histoire du quartier ) Le projet de rénovation ) Enjeux économiques et politiques, où est passé le risque sismique? ) Rénovation de Sulukule, argent et renouvellement social à la clé ) Histoire du quartier ) Le projet ) Rejet des Roms et forte spéculation immobilière maîtres du projet? 61 Conclusion Annexes Bibliographie Entretiens 4

5 Remerciements Pendant mes trois mois de stage à l Observatoire Urbain d Istanbul, puis mes deux mois supplémentaires d immersion, d apprentissage de la langue turque et d entretiens, j ai eu la chance de rencontrer beaucoup de personnes qui chacune à leur façon auront contribué à l écriture de ce mémoire. C est la raison pour laquelle je tiens à adresser mes remerciements : ses conseils. A ma directrice de mémoire Myriam Armand- Fargues pour son soutien et A toute l équipe de l Institut Français d Etudes Anatoliennes, mes encadrants Jean- François Pérouse pour ses conseils avisés et ses excursions urbaines passionnantes, Nora Şeni, directrice de l IFEA, Brian Chauvel, Cilia Martin et Julien Paris, doctorants toujours disponibles et d une grande aide ainsi que les stagiaires Louise Brehier, Hélène Guillaume, Myriam Malki, Nermin Unlusoy et Aziliz Pierre. A tous mes amis turcs pour leur accueil, leur aide en traduction, leur grande patience lors de mes balbutiements dans la langue turque : Alev Karaduman, Meriç Balkanlı, Volkan Eroglu, Faruk Kilic, Abidin Iriş, Özgün Gündüz et Umut Okumuş. A toutes les personnes interrogées lors d entretiens formels ou informels pendant les visites de terrain. Enfin à toutes mes rencontres qui durant ces cinq mois passés à Istanbul m ont permis de découvrir une ville magnifique et d y vivre une période extraordinaire. 5

6 Tables des sigles EMI : Earthquake Master Plan for Istanbul AKP : Adalet ve Kalkınma Partisi, «Parti pour la justice et le développement», est un parti de centre- droit, au pouvoir en Turquie depuis Son président, l ancien maire d Istanbul Tayyip Recep Erdogan est depuis le 14 mars 2003 le Premier ministre de la Turquie. Fondé le 14 août 2001, il est issu de la scission du Refah Partisi «Parti du bien- être», qui a également donné naissance au Saadet Partisi «Parti de la félicité». IBB : Istanbul Büyüksehir Beledyesi, «mairie du grand Istanbul», est l entité administrative située entre la Province d Istanbul et les mairies d arrondissements. Ses limites administratives sont en réalité les mêmes que celles de la Province d Istanbul. PMG : Peak Ground Motion TMMOB : Türk Mühendis ve Mimar Odaları Birliği, «association des chambres d ingénieurs et architectes turques», regroupe comme son nom l indique les chambres d architectes (et urbanistes) et d ingénieurs (civils, mécaniques, géologues). Elle dispose d une place importante dans la société civile turque grâce à son nombre important de professionnels enregistrés, critique et poursuit régulièrement en justice l Etat et les mairies. TL : «Türk Lirasi» ou «Yeni Türk Lirasi», devise turque actuelle. 1 vaut environ 2,4 TL (août 2011) 6

7 Introduction générale Les séismes sont récurrents en Turquie, la violence de certains peut entrainer des destructions majeures dans les régions touchées. Cela a été le cas lors des séismes de 1999, le 17 août à Izmit (magnitude 7,4) puis le 12 novembre à Düzce (magnitude 7,2), qui firent plus de morts et ravagèrent les villes concernées. Cette catastrophe tragique n est pas la première dans un pays situé en plein sur une des failles géologiques les plus actives du monde. La Turquie est un pays qui vit depuis toujours avec cette connaissance de la catastrophe et plus particulièrement des tremblements de terre. La prévention du risque est ainsi naturellement présente depuis l éducation jusqu aux textes de loi. Les enfants apprennent à se protéger en cas de séisme et la loi prévoit l existence de une ou plusieurs autorités chargées de gérer l aide d urgence, le relogement etc. Bien que l épicentre du séisme du 17 août fût situé à plus de 100 km d Istanbul, un millier de stambouliotes trouvèrent la mort, plus particulièrement dans le quartier d Avcilar où les conditions géologiques sont peu enclines à résister à une quelconque secousse. Pour Istanbul, cet épisode a marqué une prise de conscience que la plus grande ville de Turquie est extrêmement vulnérable et mal préparée. Les recherches scientifiques se sont multipliées tout de suite après les séismes de 1999 pour essayer d affirmer si réellement Istanbul était menacée par un épisode sismique catastrophique. Malheureusement pour l ancienne Constantinople, les résultats des différentes campagnes de recherche sont sans appel, la ville a d ici à 2030 une probabilité d environ 60% d être directement touchée par un séisme de magnitude 7 ou plus sur l échelle de Richter. 1 En matière d urbanisme, un tel risque ne peut être sans conséquence. Une ville qui a conscience qu elle sera dans quelques années le théâtre d une catastrophe naturelle pouvant compter parmi les pires du siècle sur la planète, 1 Earthquake Master Plan for Istanbul, p17 7

8 ne peut rester inactive dans la prévention dans les champs de l aménagement et de la construction. Tout comme au niveau national, Istanbul a donc au niveau local, des politiques de prévention particulières. Construction des bâtiments respectant les normes parasismiques, limitation du nombre d étages ou réservation d espaces libres au sein de la ville font par exemple partie des politiques locales qui régissent la prévention des tremblements de terre. On voit ici que le lien entre risque sismique et aménagement de la ville est direct. A côté de ce risque sismique qui imprègne la ville de manière permanente, Istanbul continue de s agrandir démographiquement. Istanbul compte en 2010, habitants alors qu elle en comptait seulement en La population a donc été multipliée par onze en 60 ans. Cette augmentation de habitants par an en moyenne sur les 60 ans ne ralentit pas puisqu en 2000 on comptait habitants soit une augmentation d environ habitants par an sur la période Sur ces nouveaux habitants par an, on comptait en 2010, 7,7% dû aux migrations (entrants - sortants), le reste en accroissement naturel. 2 De plus, de nombreux stambouliotes se trouvant en situation irrégulière, il est très probable que la le nombre d habitants réel se trouve autour de 15 millions. Cette gigantesque métropole est aussi toujours en extension sans limite. La ville s étend sur toutes ses périphéries selon des modes plus ou moins légaux. Les constructions illégales continuent de fleurir selon la même logique que les «gecekondu» des années 1950 et une quantité impressionnante de «gated comunities» pour les classes moyennes et aisées voit le jour dans des périphéries réputées «plus sûres». Comprendre le danger que représente le risque sismique à Istanbul c est aussi comprendre comment a évolué la structure de la ville dans son histoire. Pour pouvoir contrôler les normes de constructions d une ville, il faut avant toute chose pouvoir contrôler en premier les constructions et donc, les modalités 2 Toutes les données provenant de l Institut des Statistiques de Turquies, 8

9 de la croissance démographique et urbaine. Jetons un œil aux différentes cartes et tableaux qui résument la situation de la mégalopole stambouliote : La carte 1 en annexe présente la croissance urbaine de la ville par période. La croissance avant 2008 est forte et dépasse largement les tracés du premier périphérique et du TEM (Trans European Motorway) qui passent respectivement par le premier et le deuxième pont au dessus du Bosphore. En plus d une croissance urbaine continue, il y a à Istanbul une croissance urbaine largement «aidée» ou poussée par la construction des différents ponts qui traversent le détroit du Bosphore. Ainsi le premier pont construit en 1973 vient soutenir les profonds changements de la structure de la ville dus aux migrations incessantes vers Istanbul, et le deuxième pont construit en 1988 tentera de juguler un trafic automobile congestionné, sans d ailleurs réellement résoudre le problème. Un projet de troisième pont est en route, associé à une nouvelle autoroute, il devrait voir le jour d ici cinq à six ans 3 et accompagner encore et toujours la forte croissance urbaine de la ville. La carte 2 en annexe présente les arrondissements d Istanbul, selon les limites administratives modifiées en Dans ce mémoire nous nous pencherons sur des cas d étude (dans les parties 2 et 3) de constructions, de rénovations ou de phénomènes urbains particuliers tous concentrés dans les arrondissements de Beyoglu, Fatih, arrondissements parmi les plus anciens de la ville. La forte extension de la ville peut s expliquer par une attractivité économique importante : la ville d Istanbul représente un centre d intérêts politiques et économiques de premier plan. Les premiers ministres et les différents maires de la ville ont ainsi mis un point d honneur à y réaliser des travaux gigantesques. Le nouveau métro Marmaray traversant le Bosphore est sur en train d être terminé, le troisième pont verra bientôt le jour et un canal reliant Istanbul à la Mer Noire est le nouveau projet dantesque du Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan. Avec ces projets, une population toujours plus nombreuse et une économie forte, les prix fonciers et immobiliers s envolent. 3 Benoît Montabone et Yoann Morvan, "Istanbul : la carte du troisième pont sur le Bosphore.", EspacesTemps.net, Mensuelles, 18 avril

10 Mais avec un taux de constructions légales (c est- à- dire avec permis de construire) de seulement 30%, Istanbul est une ville où l urbanisation est mal maitrisée. C est dans ce contexte où deux grandes forces s affrontent : la prévention du risque sismique, nécessaire et tout simplement vitale pour les habitants ; une forte croissance urbaine et une spéculation immobilière extrêmement forte, que nous tenterons de voir dans quelle mesure le risque sismique est utilisé dans un but préventif et dans quelle mesure il est utilisé comme prétexte pour servir des intérêts économiques et politiques. Le risque sismique touchant essentiellement les constructions de la ville, nous nous interrogerons sur les conséquences des différentes utilisations de ce risque sur l aménagement d Istanbul. Nous nous poserons donc la question suivante : Comment le risque sismique aménage- t- il la ville d Istanbul? Pour y répondre nous regarderons tout d abord précisément quelles sont les modalités du risque en comparaison avec l état général de la ville, puis les conséquences du séisme de 1999 sur Istanbul, nouvelles mesures de prévention et réactivité des acteurs, enfin nous verrons comment le risque est potentiellement devenu un prétexte. La méthodologie de ce mémoire est basée sur une analyse systématique des documents et d articles journaux consacrés au sujet, suivis d entretiens formels avec les différents professionnels concernés, l étude de l imbrication des phénomènes urbains avec les textes législatifs et enfin la visite de terrain, informations «en main», à la recherche d entretiens informels et de photographies pouvant illustrer le phénomène étudié. 10

11 1) Difficile compatibilité entre le fort risque sismique et l état général de la ville à Istanbul Pour fixer les esprits et s assurer que le risque sismique existe bel et bien à Istanbul, nous montrerons tout d abord la réalité scientifique de ce risque. 1.1) Un tremblement de terre majeur à Istanbul : une réalité scientifique 1.1.1) Géologie de la zone et faille Nord- Anatolienne L ensemble de la Turquie présente une forte sismicité. Le pays est en effet le lieu d opposition entre différentes plaques terrestres. La faille Nord- Anatolienne est le lieu de rupture entre la plaque Anatolienne et la plaque Arabique. Longue de plus de 1000 kilomètres, est voit se déplacer la plaque anatolienne vers le sud- ouest sous l effet de la remontée de la plaque arabique vers le nord, la plaque eurasienne restant stable. 4 La probabilité qu un séisme survienne dans telle ou telle région et sa puissance sont calculées selon deux variables (état du sol et proximité de la faille) et sont synthétisées par la variable PGA (Peak Ground Acceleration). Le PGA est la valeur d accélération du sol (mouvement calculé en mètre par seconde au carré i.e m/sec2) dont la probabilité est de 10% lors des cinquante prochaines années. Les scientifiques de l USGS (United States Geological Survey) ont ainsi mis au point une carte du risque (hazard map) du pays, 5 où l on voit clairement en comparant à la carte des plaques précédente, que les zones les plus sismiques sont celles situées sur ou aux alentours de la faille Nord Anatolienne (en orange sur la carte, de 3,2 à 6,4 m/sec2). Ce premier élément scientifique permet donc de supposer qu Istanbul est situé sur une des 4 Cf carte 3 en annexe «Mouvement des plaques en Turquie», USGS 5 Cf carte 4 en annexe «Carte du risque en Turquie» en annexe, USGS 11

12 zones les plus sismiques au monde. En regardant les évènement sismiques qui se sont produits le long de cette faille nous pourrons confirmer la dangerosité du site. De nombreux et violents séismes ont déjà secoué les régions voisines de la faille. Elle représente un des décrochements les plus sismiques du monde, comparable à la faille de San Andreas en Californie. A la différence de cette dernière, on observe le long de la faille Nord Anatolienne, un certain «ordre» dans les occurrences sismiques. Les différentes ruptures ne paraissent pas se produire de manière aléatoire mais selon une direction est- ouest relativement claire, les chercheurs du CNRS parlent d un probable «processus de propagation de la rupture répétitif». 6 Voici pour illustration une liste des principaux tremblements de terre apparus au XXe siècle sur la faille Nord- Anatolienne : Tremblement de terre Magnitude (Richter) 1939 Erzincan 7, Niksar- Erbaa 6, Tosya 7, Bolu- Gerede 7, Karlıova 7, Kurşunlu 6, Abant 6, Varto 6, Mudurnu 7, Bingöl 6, Erzincan 6, İzmit 7, Düzce 7,2 6 «Péril en Mer de Marmara», 12

13 Les observations scientifiques et l analyse des occurrences géographiques des séismes le long de la faille, laissent donc à penser qu un séisme majeur aura lieu sur le segment de la faille se trouvant en mer de Marmara, c est- à- dire juste en face d Istanbul ) Analyse d un premier document de prévention du risque sismique : l Earthquake Master Plan for Istanbul de 2003 Earthquake Master Plan for Istanbul est un document de 569 pages extrêmement documenté, qui a pour but d offrir une étude détaillée de l état de la prévention des séismes (étude centrée sur le scénario d un séisme majeur pouvant arriver ces 20 prochaines années), et dans un deuxième temps de proposer des mesures concrètes et des lignes politiques directrices permettant de diminuer l impact des séismes sur la ville d Istanbul. Ce master plan a été commandé par la Mairie d Istanbul (Istanbul Büyüksehir Belediyesi IBB) 7 et réalisé par quatre des plus grandes universités turques : Bogaziçi Üniversitesi, Yildiz Teknik Üniversitesi, Istanbul Teknik Üniversitesi et Orta Dogu Teknik Üniversitesi. Les données utilisées par ces universités ont été récoltées auprès des institutions d état (institut de statistiques turc par exemple), les mairies, différents ministères et l université de Bogaziçi. Le plan se présente ainsi : «La principe directeur est le fait évident qu on ne peut pas empêcher la catastrophe naturelle de frapper Istanbul. En revanche, une planification urbaine bien faite et des mesures techniques concrètes pourront réduire les dommages et les pertes de manière significative.» Le Master Plan se divise selon les parties suivantes : description de la situation actuelle, estimation du séisme et de la réhabilitation des bâtiments existants, questions d urbanisme, questions juridiques, questions financières, questions éducatives, questions sociales, management du risque et des catastrophes. 7 Cf Tables des sigles 13

14 Publié en 2003, l EMI analyse en introduction l état général de la ville, selon le plan : «la pauvreté de l environnement urbain générée par une détérioration sociale, économique et physique autant que par une croissance urbaine incontrôlée et un système de planification urbaine figé est fortement incompatible avec les dynamiques de la ville». Continuant sur l état général de la ville et le risque sismique : «l énorme risque que représente l ensemble des bâtiments ne respectant pas les standards ne peut pas être éliminé par les outils législatifs actuels.» L EMI permet ainsi de poser le cadre général de notre étude, une ville fortement soumise au risque sismique, au sein de laquelle les dynamiques de forte croissance urbaine, de constructions incontrôlables et de planifications urbaines anarchiques s opposent ) Premières conséquences sur l aménagement de la ville Une première approche pour la gestion du risque à Istanbul est l étude des cartes et de tableaux de valeurs : la carte 5 en annexe détaille les intensités relatives par zones de la ville pour le scénario d un séisme puissant (magnitude supérieure à 7 sur l échelle de Richter, cartes basées sur le calcul de la variable PMG), la carte 6 en annexe représente le risque de «liquéfaction» des sols par zone, c est- à- dire le risque de mouvement des sols en cas de séisme et donc d accentuation du risque pour les constructions, données historiques : nombre de morts à Istanbul lors des tremblements de 1999, quartier par quartier, 14

15 - projection du nombre d habitations gravement endommagées à Istanbul attendus pour le prochain tremblement de terre, quartier par quartier. Nous pourrons ainsi visualiser où se situent les zones les plus risquées et mettre en relation les différentes conséquences du risque sur l aménagement avec le risque réel. La carte 5 est issue de l Earthquake Master Plan for Istanbul. Elle classifie la ville en quatre catégories, des zones les moins dangereuses (en bleu), aux zones les plus dangereuses (en orange). On peut y voir une corrélation certaine entre la dangerosité d une zone et sa distance à la faille (dessinée en rouge, en Mer de Marmara) : de manière logique, plus l on s approche de la faille plus l intensité du séisme est importante. On remarque cependant que plusieurs «enclaves» de zones vertes dans des zones bleues, de zones jaunes dans des zones bleues et de zones oranges dans des zones jaunes. Ces «enclaves» s expliquent par les différentes conditions du sol dans la ville, certains sols faibles en terme de résistance sismique peuvent provoquer des glissements de terrains et donc intensifier la force du séisme sur la zone concernée alors que d autres sols rocheux auront tendance à rester stables. En ce qui concerne la carte 6, elle vient s ajouter à la carte 6 comme un indicateur de risque accru ou non dans une zone concernée. Cette dernière pourra servir notre analyse des exemples étudiés dans la troisième partie. Les seules cartes de l état du sol combiné à la distance à la faille ne peuvent pas à elle seule rendre compte du véritable risque à Istanbul car la donnée de l état des bâtiments est cruciale pour évaluer la dangerosité d une zone. Nous pouvons alors d ores et déjà nous pencher sur les données des pertes humaines engendrées par le tremblement de terre de 1999 et les dégâts engendrés par un éventuel nouveau séisme dont l épicentre se trouverait en Mer de Marmara. Pour ces ceux séries de données nous garderons en tête que la majorité des tués lors d un séisme sont les personnes victimes de leur propre bâtiment (effondrement). 15

16 Le tableau qui suit donne le nombre de morts à Istanbul lors du tremblement de terre de 1999 et le taux d habitations gravement endommagées (calcul comprenant les maisons et les immeubles) dans le cas d un prochain tremblement de terre de magnitude supérieure à 7 sur l échelle de Richter, dans les arrondissements qui seront probablement touchés. 8 Les données sont classées dans l ordre décroissant du nombre de bâtiments endommagés pour le scénario évoqué. Taux (%) d'habitations Arrondissements gravement Nombre de endommagées morts en 1999 (scénario) ADALAR 24,7 0 BAKIRKÖY 18,3 49 ZEYTİNBURNU 16,6 0 FATİH 16,0 22 AVCILAR 14,1 151 EMİNÖNÜ 13,9 1 BAHÇELİEVLER 13,1 56 BAYRAMPAŞA 12,3 19 GÜNGÖREN 11,7 1 BÜYÜKÇEKMECE 10,5 26 K.ÇEKMECE 9,4 30 TUZLA 9,0 8 BEYOĞLU 8,8 16 KARTAL 8,2 4 EYÜP 7,3 0 PENDİK 7,1 6 MALTEPE 6,3 0 8 Sources : pour le nombre de morts en 1999 : pour le scénario : fichier excel obtenu après un entretien à la direction de l urbanisme de la Mairie d Istanbul (IBB) le 6 juin 2011, chiffres non encore publiés destinés au prochain Earthquake Master Plan for Istanbul 16

17 KADIKÖY 5,0 1 SİLİVRİ 4,2 2 BEŞİKTAŞ 4,1 0 KAĞITHANE 3,9 0 GAZİOSMANPAŞA 3,3 9 ŞİŞLİ 3,2 8 ÇATALCA 2,6 3 ÜSKÜDAR 2,5 29 ÜMRANİYE 2,3 3 BEYKOZ 1,7 8 SARIYER 1,3 4 TOTAL 12,3 976 En observant ces données, nous pouvons constater que la comparaison de ces deux colonnes de chiffres est difficile à analyser et qu il n y a pas forcément de corrélation entre le nombre de bâtiments gravement endommagés et le nombre de morts. Il faudra pouvoir regarder au cas par cas le taux d occupation des habitations et la structure de ces habitations. Ainsi un immeuble à fort taux d occupation qui s écroule provoquera de nombreuses pertes humaines mais ne reflètera peut- être pas l état général de la qualité du bâti de l ensemble du quartier. De la même manière, un quartier dont on donne un fort de taux d endommagement des bâtiments ne causera pas nécessairement de grandes pertes humaines si les bâtiments sont légers (constructions en bois par exemple). Nous garderons en tête cette difficulté d analyse lors de nos exemples d étude, mais nous essaierons surtout d analyser l aménagement en tant que résultat des différents discours sur le risque sismique plutôt qu une vérification systématique des normes parasismiques, tâche ardue et non nécessaire à notre étude. 17

18 Un premier réaménagement social dû au risque?! "$%$,%$ #%$ +%$ *%$ )%$ (%$ '%$ &%$ "%$ $%$ -./0/1-23!0/1 4/ 3!0/1 4/ /9!19:; 4/;1/<=/ / 47 89>/! 47;? 0A B<8C:CD BE7C071 B;D= F/>85 / GDCH:17C I/.!9:; I/!>5/C7 I/1>/0 ID6D9679<737 J/0>7=7 K7C.89 L/1!; N<1/C8;7 NE9D./1 O7;>8CPA1CA 4D;D9679<737 Q/>/03/ L LA0>/CP7; L5/17!R8>58C!>57!38>;!STU!!F8HA17!)V)V!GWK!?X!W8E>183>E!P;!",,*!SK1?.A37.!X1?<!>57!./>/!?X!YL?38/0!L>1A3>A17!K1?Z73>![7E7/135\!?X! ]GJ!&$$(U!! Répartition du PIB d Istanbul par arrondissement en ]C! >57! 08H5>!?X! 8C.83/>?1E!.7>71<8C7.! 8C! >581.! 35/=>71%! E?38?^73?C?<83! 35/1/3>718E>83E! /E! R700! /E! >57! E=/>8/0!.7270?=<7C>!.;C/<83E!?X! 8 08! /C.! 47;? 0A! /17! Ici la répartition des richesse (répartition du PIB d Istanbul par /EE7EE7.! 8C! >58E! =/1>V! M58E! 5/E! =1?28.7.! 8CX?1</>8?C! /P?A>! >57! 3?<=7>8>827! arrondissement) 35/1/3>718E>83E!?X! montre >57! 17H8?C!8C! que >57! l on 38>;! trouve E3/07!/C.! parmi >57! A1P/C! les =0/CC8CH! arrondissements =/>>71C! 8C30A.8CH! les plus riches 3A117C>!.7270?=<7C>!>17C.E!/C.!/>>18PA>7.!1?07E!X?1!>57!XA>A17!.7270?=<7C>V! : Bakirköy, Beyoglu, Eminönü, Kadiköy et Sisli (au dessus de 5%).! Comparons "#$#%#&#'()*+,-./012' ) '+6'7)8+ 9:'.;<' 1 91'' maintenant à la carte du risque (annexe 5) :! Bakirköy est parmi les zones les plus dangereuses (orange), Beyoglu, ]E>/CPA0! 5/E! 7_=7187C37.! /! 3?C>8CA?AE! H1?R>5!?X! =?=A0/>8?C! X?1!.73/.7E! 8C! Eminönü (aujourd hui rattaché à Fatih) et Sisli sont moyennement dangereux (vert), </31?X?1<!/0E?! Kadiköy est 7_=/C.7.! à cheval >51?AH5! sur des >8<7V! zones M57!C7R0;!7<71H8CH!.8E>183>E!EA11?AC.8CH!>57! dangereuses (jaunes) et moyennement dangereuses?0.! >?RC! 3?C>8CA7.! (vert). >?! En H/8C! bref, =?=A0/>8?C! nous ne 8C! constatons 3?C>1/E>! >?! >57!?0.7E>!.8E>183>E!0?3/>7.!R8>58C! pas de migrations «naturelles» des 8 08!/C.!47;? 0A!.8E>183>E!>57!?C7!?X!>57!?0.7E>!PA80>! populations les plus aisées vers les zones les moins dangereuses. Il semble y /17/E! 8C! ]E>/CPA0V! ]C! >57! 7/10;! E7>>07.!?0.!.8E>183>E! EA35! /E! F/>85%! B<8C:CD%! 47;? 0A%! avoir une relative indifférence à l état du sol dans le choix de l habitation. 8 08%!B;D=%!47 89>/ E8HC8X83/C>!R57C!3?C>1/E>7.!R8>5!?>571!.8E>183>E!8C!>57!<7>1?=?08>/C!/17/V!K?=A0/>8?C!8C! ;7/1!?X! &$$$! /C.! >5781! E5/17! R8>58C! >?>/0!?X! 38>;! =?=A0/>8?C!5/E!.8<8C8E57.!8C!>8<7!17E=73>8270;V!a?C>1/180;%!8C!0/>70;!.7270?=7.!/17/E!/C.! =718=571/0!.8E>183>E!=?=A0/>8?C!5/E!3?C>8CA?AE0;!H1?RC!R8>5!>57!7XX73>E!?X!<8H1/>8?CV!! "## 9 Graphique repris de la thèse : «Evaluating the impact of urban competitive advantages on economic revitalization of deprived inner cities through a case study held in istanbul», Hande Yalçintaş (2008) 18

19 1.2) Caractéristiques urbaines et immobilières 1.3.1) Caractéristiques urbaines Architecture Le site d Istanbul se caractérise par une topographie fortement vallonnée. L habitat traditionnel était jusqu à récemment essentiellement fait de bois. Les nombreux incendies qui ont eu lieu à Istanbul depuis sa création ont peu à peu fait disparaître ces maisons traditionnelles en bois au profit d habitation moins soumise au risque d incendie. Istanbul a été le lieu et reste le lieu d un renouvellement incessant du bâti, dans lequel il est difficile de dégager une constante architecturale et parcellaire. Viennent par exemple se mélanger des maisons de type byzantin, génois ou encore grec. Les raisons de ce renouvellement incessant sont principalement les catastrophes (incendies, séismes ou inondations), mais aussi le mélange d influences et les migrations dont Istanbul est le théâtre depuis le début de son histoire. Réseau routier Une description exhaustive de l ensemble des équipements de la ville est une tache difficile et qui ne servirait pas vraiment notre propos. En revanche, il est intéressant de regarder les prévisions de l EMI pour le cas du réseau routier d Istanbul en cas de tremblement de terre majeur, car cela aidera à comprendre la structure générale de la ville. Le plan prévoit toute une série de zones qui seraient susceptibles de se retrouvées isolées en matières de déplacement routier. La carte «Risque d isolation causé par un blocage des routes» est donnée en annexe 7. On note un risque d isolement relativement faible sur l ensemble de la rive asiatique, mais extrêmement élevé sur l ensemble de la péninsule historique. 19

20 Les arrondissements de Fatih, Zeytinburnu, Avcilar, Küçükçekmece, Bagcilar, Bahçelivler et Bakirkoy seraient également fortement bloqués. Si l on compare cette carte du risque d isolement routier avec le réseau routier d Istanbul, on remarque que la rive asiatique n est pas sous- équipée en routes mais tout aussi bien fournie que la rive européenne. Il s agit d une constante pour le côté asiatique, le développement urbain y est moins anarchique que de l autre côté, mieux contrôlé et en général de meilleure qualité. Le réseau routier y est donc plus solide. On remarque aussi que Bakirkoy bénéficie d un espace libre très important, sans constructions ni route, il s agit en réalité de l emplacement de l aéroport Atatürk, premier aéroport d Istanbul, et même s il est clair que le blocage routier ne peut pas avoir lieu au milieu de cet espace, il apparaît sur la carte que tout autour de l aéroport le blocage sera important. On note que sur la rive asiatique, le plus important nœud de blocage routier se situe exactement autour du deuxième aéroport d Istanbul, celui de Sahiba Gökçen, à Pendik. Il y a donc fort à parier que si le séisme d Istanbul et ses conséquences se déroulent comme le prévoit le scénario de l EMI, il sera très difficile pour quiconque de rejoindre un des deux aéroports de la ville. L EMI met aussi l accent sur l emplacement des équipements «dangereux» en cas de séisme : magasins vendant du gaz naturel, lignes à haute tension, pipelines de fuel et de gaz. Les conclusions de l EMI rejoignent celles du rapport annuel de la TMMOB (Chambre de professionnels indépendants, cf table des sigles) de 2010, 10 ces équipements sont en général à Istanbul beaucoup trop proches des zones résidentielles ou trop proches les uns des autres. Cette proximité représente un risque d explosions et d incendies important et plus particulièrement en cas de tremblement de terre

21 1.3.2) Caractéristiques immobilières Un marché difficile à analyser L étude du marché immobilier à Istanbul et des politiques du logement s inscrit dans un contexte démographique complexe. L afflux massif de migrants venus des campagnes depuis les années 1950 a complètement submergé les capacités des autorités et les migrants sont venus en majorité s installer dans des «gecekondu», habitations illégales (gecekondu signifiant «construit en une nuit»). De nombreuses politiques tantôt de régularisation de ces habitations, tantôt de destruction se sont alternées au cours de nombreuses années. Aujourd hui encore, les autorités ne parviennent toujours pas à régulariser la masse de logements illégaux à Istanbul. Comme expliqué en introduction, la croissance démographique de la ville est toujours extrêmement forte ces dix dernières années ( habitants supplémentaires par an). Les irrégularités sociales qui restent fortes en Turquie font que le logement social est une nécessité pour une grande partie de la population. Une enquête du Fonds d Aide Social de 2002 a évalué que 10% de la population totale aurait besoin d un logement social. 11 Il est important de distinguer à Istanbul, habitations illégales et gecekondu. En effet même si les gecekondu sont par nature des habitations illégales, toutes les habitations illégales ne sont pas des gecekondu. Parmi ces dernières on peut trouver par exemple des maisons parfois à plusieurs étages, d apparence bien construites mais érigées sans permis de construire, sans respect des normes, et donc sans aucune considération pour le risque sismique. 11 Ayşe Buğra et Çağlar Keyder, Electroui n.11 21

22 Habitation illégale de deux étages en béton à Esenyurt C.Doumic, avril 2011 On note sur la photo la présence de tiges en métal apparentes permettant le cas échéant de construire de nouveaux étages à moindre frais. Selon un rapport de la Chambre des Urbanistes d Istanbul, l ensemble des habitations illégales représenterait 75% des 1,7 millions des logements recensés à Istanbul (fin 2002). 12 Ce chiffre, beaucoup plus élevé que les 10% de logements sociaux évalués par le Fonds Social, nous renseigne sur le fait que logements «pauvres» et logements illégaux ne peuvent pas être assimilés. Dans le même temps, la lecture des recensements de logements fournis en ligne par l Institut de Statistiques de Turquie (Türkye Istatistik Kurumu) 13 et qui sont les plus à jour, est très difficile à analyser. Le terme «illégal» n apparaît pas directement. Sur le dernier recensement on trouve les catégories suivantes : propriétaires, locataires, logements de fonction, personnes non propriétaires mais ne payant pas de loyer («ev sahibi ama kira ödemeyen»), autres, inconnus. En regroupant les trois dernières catégories on trouve un chiffre de seulement 6% bien loin des 75% d habitations illégales dont l enquête parle. 12 Cumhuriyet 20/11/2002 repris par l electroui n

23 Phénomène de suroffre A Istanbul la demande de logements est élevée mais l offre l est encore plus. Selon le même rapport de la Chambre des Urbanistes d Istanbul de 2002, le parc de logements à Istanbul permettrait de loger l équivalent de deux fois la population de la ville). Cette suroffre ne peut pas réellement s expliquer par une baisse de l accroissement du nombre d habitants annuel puisque nous avons vu que ce nombre était encore très élevé et quasiment constant depuis 60 ans. On peut donc supposer que le nombre de nouveaux logements construits a été plus important que le nombre de nouveaux arrivants. Pour Jean- François Pérouse, «le marché immobilier stambouliote est guidé par l offre, sans souci des besoins et sans qu aucune étude de marché préalable ne soit sérieusement conduite». 14 La suroffre s observe sur différentes sections du marché : habitations pour classes moyennes et habitations de luxe. En revanche il est impossible d analyser l offre pour les logements «pauvres» puisque trop mal contrôlée. La répartition des types de logements à Istanbul en 2002 était la suivante : 50% de logements auto- construits illégaux, 40% de logements régularisés ou en attente de régularisation et 10% de logements de luxe. 15 Les prix de l immobilier fluctuent eux avec les inflations et déflations incessantes de la Nouvelle Lire Turque, mais il y a globalement une forte augmentation de la valeur du foncier et de l immobilier à Istanbul. Comme l exemple de ce «boom» des années où les prix fonciers se sont envolés de 60%. 16 Selon l Institut des Statistiques de Turquie, en 2011 il y a à Istanbul 58% de propriétaires, situant ainsi cette ville au niveau de pays européens «moyens» en la matière (42% pour l Allemagne, 58% pour la France et une moyenne européenne de 68,9%) 17. Ce taux de propriétaire élevé dans un pays où la population est en proportion moins solvable que dans les pays 14 «Les cités sécurisées à Istanbul» Jean- François Pérouse, L information géographique n 2, «Le logement à Istanbul», Marc Bonneville (2002) 16 Le Figaro, 21/10/06 17 Enquête ERA Immobilier (2007) 23

24 européens s explique par une peur de l inflation, c est- à- dire d une faible garantie de l épargne bancaire, incitant les petits épargnants à investir dans l immobilier, mois sensible aux fluctuations de la devise turque. La forte proportion de propriétaires et la suroffre créant une vacance importance mettent l économie immobilière stambouliote dans une situation de bulle capable d éclater à tout moment, faisant alors s effondrer les prix. Cependant, selon Jean- François Pérouse, la segmentation du marché immobilier à Istanbul permet de garder cette bulle intacte, 18 la part d investisseurs immobiliers aisés ou riches étant importante. Un réseau de loueurs informel La sous- location est une pratique relativement répandue à Istanbul. Le principe est simple et tout aussi illégal qu en France. Un particulier décide d arrondir ses fins de mois en recherchant des appartements à louer. Il passe un contrat avec le propriétaire (légal celui- là) puis recherche des personnes par le biais de petites annonces pour venir occuper les différentes chambres de l appartement. Nous nommerons ici «sous- loueur» cette personne. Entre le sous- loueur et le locataire réel (celui qui réside finalement dans l appartement), tout se traite en argent liquide dans la plus complète illégalité. Le sous- loueur se nomme lui- même «manager» de l appartement, gérant ses différents appartements comme une véritable entreprise, et prenant soin (parfois) des ses sous- locataires comme les clients d un hôtel (problèmes de chauffage, d eau, d internet etc). La sous- location pose plusieurs problèmes dans le cas d une étude du marché immobilier à Istanbul puisque l on se retrouve dans un cas d habitations légales mais illégalement occupées. L étude des classes socio- professionnelles, ou tout simplement le recensement se retrouve alors faussé si il y a un trop grand nombre de sous- locations. Un entretien a pu être réalisé avec deux «associés» qui à côté de leur travail régulier gèrent quatre différents appartements dans l arrondissement de 18 Entretien avec Jean- François Pérouse, Mai

25 Beyoglu. 19 Première chose frappante chez ces deux «managers», aucun d entre eux ne sait réellement si leur activité est légale ou non. Il faudra souligner que le fait de traiter avec de l argent liquide entre eux et les sous- locataires et sans contrat rend l activité illégale. Cela ne fait d ailleurs aucune différence pour eux, ils semblent ne pas du tout s inquiéter d éventuels ennuis avec la justice. Pour décrire leurs activités, les deux associés parlent surtout de la façon dont ils recherchent constamment des appartements à louer dans l arrondissement et comment ils surveillent les fluctuations du marché immobilier. Concernant le risque sismique, ils disent diviser les immeubles de Beyoglu en deux catégories : les immeubles grecs anciens et les immeubles turcs plus récents. Selon eux, les immeubles grecs sont très bien construits et résisteraient aux séismes alors que les immeubles turcs seraient extrêmement dangereux. Cela confirme les résultats du workshop de l OTAN qui désigne les récents immeubles turcs comme les plus dangereux en terme de dommages structurels causés par un tremblement de terre. 20 Selon les associés, leurs recherches ne se font qu au sein de ce parc d immeubles «grecs», car ils connaissent le danger que représentent les autres immeubles en cas de séisme, arguant qu ils n y feraient par exemple jamais loger leur propre famille. La précision de leur démarche en matière de prévision du risque sismique est cependant extrêmement faible puisque ces sous- loueurs n ont jamais pris la peine de faire vérifier les normes de leurs habitations, pas plus que le propriétaire à qui ils louent eux- mêmes. Nous garderons donc toujours en tête pour la suite de notre étude, les points suivants concernant l état du marché immobilier à Istanbul : - L accroissement démographique de la ville crée une demande forte de logements, pas forcément légaux. Ce phénomène engendre des constructions qui ne sont pas aux normes. 19 Istanbul, juillet «Structural and educational dimensions of earthquake damage mitigation in Turkey» Tagrul Tankut, publication provenant du workshop de l OTAN «Mitigation and financing of earthquake risks in turkey», Ankara, juin

26 - - Une suroffre importante en matière de logements. Des habitations légales mais occupées illégalement. Après ce descriptif de l état général de la ville d Istanbul à travers le prisme du risque sismique et de ces conséquences éventuelles, nous regarderons maintenant quelles ont pu être les changements administratifs, juridiques et politiques enclenchés à Istanbul par le tremblement de terre de

27 2) Le séisme de 1999, laboratoire d essai pour la prévention et déclencheur d une profonde modification de l urbanisme à Istanbul 2.1) Dysfonctionnements au sein des institutions et réaction de l Etat 2.1.1) Refonte des institutions de prévention du risque et réactions juridiques Historique de la prévention du risque de catastrophe naturelle en Turquie Après le tremblement de terre de Marmara en 1999, une nouvelle entité gouvernementale de management des catastrophes a été crée, la Direction Générale du Management d Urgence (Türkiye Acil Durum Yönetimi Genel Müdürlüğü, TAY), rattachée au bureau de Premier Ministre, pour coordonner les activités des différentes agences. Ces agences de management du risque étaient au nombre de trois jusqu en Elles étaient toutes des entités gouvernementales, chacune avec ses organisations de province, et en charge de la réponse aux catastrophes et du management des catastrophes. En plus de TAY il y avait la Direction Générale de Défense Civile (Sivil Savunma Genel Müdürlüğü, SSGM), sous la tutelle du Ministère de l Intérieur, et la Direction Générale des Affaires des Catastrophes (Afet İşleri Genel Müdürlüğü - AIGM), sous la tutelle du Ministère des Travaux Publics et de l Habitat. Parmi ces trois agences gouvernementales, AIGM est celle qui s est le plus penchée sur «la réduction de l impact des catastrophes naturelles» («disaster mitigation» en anglais) avec la réalisation de cartes du risque à utiliser pour les plans d urbanisme (Nazim Imar Plani), permettant la préparation de règlements sur le contrôle et le renforcement des bâtiments existants dans les zones sujettes aux catastrophes (Mevcut Binaların Değerlendirmesi ve Güçlendirilmesi). En 27

28 théorie il s agit d une très bonne et très forte politique de management du risque mais en pratique les empiètements des responsabilités des uns et des autres parmi les différentes agences gouvernementales et l absence d un unique organisme de coordination a conduit a une confusion et une inefficacité lors des conditions d urgence, notamment lors du tremblement de terre de Pour éviter ce problème d empiètements de compétences entre agences, nocifs dans les situations d urgence, une nouvelle agence unique a été crée en 2009 : la Direction pour le Management des Catastrophes et de l Urgence,( Afet ve Acil Durum Yönetimi Başkanlığı, AFAD). Cette nouvelle agence regroupe les responsabilités des trois anciennes agences. On peut lire sur son site internet : «Dans le but de prendre des mesures nécessaires pour un management du risque efficace et les questions de protection civile, la Direction conduit des travaux de préparation aux catastrophes, de réduction du risque, de réponse aux catastrophes et de préparation à la reconstruction.» 21 La création de l AFAD a été un grand pas en avant pour le management du risque et la réduction du risque, elle fût même supporté par les TMMOB (chambres de professionnels indépendants comptant parmi les voix les plus critiques à l encontre du gouvernement turc, cf table des sigles). catastrophe Du glissement d une politique de management post- catastrophe à pré- Comme l EMI de 2003 qui explique que «en Turquie, la législation en terme d urbanisme, de contrôle de la construction et de prévention des catastrophes se concentre sur les situations de post- catastrophes», l AFAD souligne sur son site internet : «le management des catastrophes en Turquie s est toujours surtout concentré sur la période post- catastrophe et il n y a pas eu de législations pour encourager l analyse du risque ou des approches de réduction du risque pour les tremblements de terre. Les autorités universitaires et techniques sont toutes d accord pour dire que les besoins du pays pour

29 développer des précautions de pré- catastrophes est une révision législative et une restructuration de l administration» 22. C est en 2001 que le concept de management des catastrophes et de réduction du risque est introduit dans le processus de l utilisation des sols à travers un amendement de la loi Imar Kanunu (Loi pour le développement) n3194 de Cet amendement (du 17 mars 2001) exige que des données sur les risques naturels soient intégrés dans l analyse des sites et guident les décisions d aménagement. Des études géologiques doivent être conduites en amont de la rédaction des plans d urbanisme et la délivrance de permis de construire. Le Ministère de l Environnement et de la Forêt (Cevre Orman Bakanligi) est responsable de la préparation des «cartes du risque» qui identifient les zones à faible qualité de sol et enclines au risque sismique, où aucun développement urbain n est autorisé. Toutefois on note que durant la mise en application de ces mesures, les conseils municipaux peuvent encore autoriser le développement urbain sur des zones à risque ou des densités plus élevées que celle autorisée par le plan, et ces décisions peuvent être elles- mêmes par la suite soutenues par l AFAD. De plus il existe déjà et notamment à Istanbul des densités déjà plus élevées que les densités autorisées ) Terrains libres de toute construction Parmi les réactions administratives officielles d après le tremblement de terre de 1999, une décision du Ministère des Travaux Publics et de l Habitat a été de choisir des terrains déjà sans constructions et les interdire à la construction. Ces terrains libres de toute construction peuvent être des terrains vagues, des parkings ou encore des terrains de sport, et doivent pouvoir servir à l hébergement d urgence, au service de nourriture et à l installation de centres de secours en cas de tremblement de terre destructeur. Ainsi le Ministère des Travaux Publics a défini pour la ville d Istanbul en 1999, 480 terrains de ce type, soit environ 15 terrains par arrondissement (la

30 ville d Istanbul étant divisée en 32 arrondissements). Ces terrains sont de trois types : propriété du gouvernement, propriétés privées et espaces publics (notamment les espaces verts). 23 Au cours des années le nombre de ces terrains libres a fortement diminué, et l on ne dénombre en 2011 plus que six terrains libres par arrondissement. Une des raisons invoquée pour cette réduction drastique en l espace de seulement 12 ans est la forte croissance démographique de la ville. En effet, la population d Istanbul s est vue passée de 10 millions à 13 millions d habitants durant cette période, ce qui a aurait pu avoir comme effet une forte pression de la demande sur le marché immobilier stambouliote. En réalité, comme nous l avons déjà mentionné plus tôt, avec le phénomène de suroffre qui dure depuis plus de 10 ans à Istanbul, cette explication ne peut pas tenir. Les nouveaux habitants par an (augmentation dû à l accroissement naturel et à l immigration) trouvent normalement largement de quoi se loger. Pour différents observateurs, ce phénomène de diminution des espaces libres de toutes construction est dramatique. L Etat turc avait, après 1999, commencé à modifier le cap de sa politique de prévention des catastrophes naturelles en commençant à s axer sur le management du risque pré- catastrophe alors qu avant 1999 il ne s était concentré que sur le management du risque post- catastrophe. Dans cette dynamique, l ensemble des nouvelles lois votées après 1999 concernant le management pré- catastrophe représentait une avancée certaine. En revanche la diminution des espaces libres de toute constructions représente une forte régression dans le management post- catastrophe. De plus, comme le souligne le président des Chambres de professionnels indépendants de Turquie (TMMOB, cf table des sigles), «ces espaces ne sont pas seulement nécessaires pour les urgences mais aussi pour laisser la ville respirer et bien fonctionner. Les 480 terrains d urgence définis en 1999 n étaient même pas assez et il est terrifiant que le nombre de ces terrains ait diminué de plus de moitié» Article de du 4 mai Article de du 4 mai

31 Citons deux exemples récents de suppression d espaces libres : l ancien stade de football du club de Galatasaray, Ali Sami Yen Stadi, à Mecidiyekoy et l Orchard à Sulukule. Dans le cas du stade de football, sa destruction et sa reconstruction dans un autre quartier, sur un autre terrain sans construction, ont été justifiées par une capacité d accueil des spectateurs trop limitée mais aussi, et sans réellement le masquer, par une volonté forte de construire en lieu et place du stade, un nouveau complexe d affaires et commercial. Le nouveau stade construit dans le quartier de Seyrantepe, à la place d un espace anciennement vide, a été pris en charge par TOKI, qui racheta en échange le terrain de l ancien stade. 25 Ici l importante spéculation foncière d un quartier complètement métamorphosé en quelques années en centre d affaires (le quartier de Sisli- Mecidiyekoy) a poussé les autorités à vendre le terrain plutôt que de le préserver comme espace libre de toute construction d urgence en cas de tremblement de terre. A Sulukule, dans le cadre d un vaste projet de rénovation urbaine que nous détaillerons dans la partie dédiée à ce quartier en partie 3, l Orchard (espace vert du quartier) qui était initialement déclaré terrain libre dans le Plan d Urgence de la Mairie de Fatih (arrondissement dans lequel se trouve le quartier de Sulukule), a finalement été ouvert à la construction. C est dans une même dynamique de pression foncière que pour l exemple du stade de football, que le seul espace vert de Sulukule sera finalement recouvert de constructions. Beaucoup de ces changements de statuts de terrains qui passent du statut de terrain d urgence en cas de catastrophe au statut de terrain construit passent inaperçus, mais les exemples emblématiques de la politique de rénovation urbaine spectaculaire que pratique ces dernières années l Etat et la Mairie d Istanbul dans la ville d Istanbul sont eux, largement contestés. Ainsi pour le stade de football de Galatasaray, la Chambre des Urbanistes d Istanbul a intenté une action en justice contre la Mairie d Istanbul qui est toujours en cours. Dans le 25 Article de du 13 avril

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs, Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs, En tant que Président du Club HLM International, je tiens tout d abord à vous remercier pour

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS Jacques FRIGGIT Depuis le travail de pionnier réalisé par Gaston Duon dans les années quarante sur le prix des logements à Paris de 840 à 944, la statistique

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement International Parking Institute Résumé En tant que grand frère du secteur du parking,

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

L intégration de l énergie solaire dans nos territoires :

L intégration de l énergie solaire dans nos territoires : L intégration de l énergie solaire dans nos territoires : Etat de la réglementation nationale et de son application locale, prise en compte des règles d urbanisme, de la protection des paysages et des

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Kasserine... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME TITRE L CTIVITE DE L PLNETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME Classe : quatrième Durée : 2 séances de 50 minutes La situation problème Document 1 : Photos prises le 15 avril 2010 dans un aéroport européen

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net RATIOS D ANALYSES À COMPRENDRE Un ratio est une simple équation mathématique utilisée pour exprimer une relation entre des chiffres. L utilisation des ratios lors de l analyse de multi-logements est essentielle

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche 2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche Depuis 12 ans, Lyon a connu une forte augmentation du prix des logements au m² (+150%) et des loyers (+50%) ; une augmentation disproportionnée

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches?

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? D après J. Bastié, La France dans le monde : A,1 «Ville du désir, Paris est le premier centre de congrès internationaux du monde. Ses

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Niveaux des loyers 2014

Niveaux des loyers 2014 Numéro MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ 4 Septembre2015 Niveauxdesloyers2014 MétropoleNiceCôted Azur ObservatoiredesLoyers desalpes Maritimes 5rueduCongrès 06000Nice

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à VIVIANE DERASPE Psychologie sociale et environnementale 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC Évolution, effets et solutions Travail présenté à M me Josée BEAUCHAMP Département de sciences sociales Collège

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 482 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 mars 2012 PROPOSITION DE LOI visant à lutter contre la pratique de la vente à la découpe, PRÉSENTÉE Par MM. Joël LABBÉ,

Plus en détail

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe?

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe? Chapitre : Qui tient les ficelles en Europe?. Qui est qui? Tout comme une commune, une province ou un pays, l Union européenne est gouvernée par des politiciens. Ceux-ci travaillent au sein de différentes

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2»

Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2» Préavis No 25/2011 Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2» Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers, 1. OBJET DU PRÉAVIS Le présent préavis a pour

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail