Semaine : Au niveau de la France :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Semaine : 18-2015. Au niveau de la France :"

Transcription

1 Semaine : Au niveau de la France : Impôts : date, barème, Pinel... tout ce qu'il faut savoir pour la déclaration de revenus 2015 IMPOTS - Le printemps n'est pas que la saison des amours, c'est aussi celle des impôts. A compter du 15 avril, les contribuables français peuvent déclarer leurs revenus de Comme tous les ans, la loi de finances a apporté son lot de modifications. Rassurez-vous, le cru 2015 est plus sage que les précédents. "C'est une année calme. Il y a eu un ras-le-bol fiscal manifeste et bien perçu", explique François Pasquier, consultant en gestion de patrimoine chez Herez. Avant toute chose, pensez à vérifier la date limite des déclarations en fonction du département. Le 10 avril, la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) a publié le calendrier concernant la campagne Le dépôt de la déclaration papier est fixé au mardi 19 mai dans toute la France. En revanche, les dates de fermeture du service en ligne ne sont pas les mêmes partout: Du 01 au 19 (zone 1), vous avez jusqu'au mardi 26 mai à minuit Du 20 au 49 (zone 2), vous avez jusqu'au mardi 2 juin à minuit Du 50 au 974/976 (zone 3), vous avez jusqu'au mardi 9 juin à minuit Quant aux contribuables domiciliés à l'étranger, ils ont jusqu'au 19 mai pour transmettre leur déclaration sous format papier, et jusqu'au 9 juin pour la déclaration en ligne. La principale évolution tient à la suppression de la première tranche d'impôts à 5,5%. Les contribuables dont les revenus n'ont pas dépassé 9690 euros seront non imposables cette année, au lieu de 6011 euros l'an dernier. Enfin, toutes les tranches ont été revalorisées de 0,5%. Soit au même rythme que l'inflation en France en 2014, selon l'insee. 1

2 "C'est assez pénalisant pour les classes moyennes. Il ne change rien à la situation actuelle avec un impôt très peu progressif, poursuit François Pasquier, consultant chez Herez. Globalement, le nouveau barème fait qu'un ménage qui gagne entre et euros ne paye pas d'impôt." Dernière innovation de taille, le dispositif Pinel remplace le Duflot. Cette niche fiscale incite l'investissement dans la construction de logements neufs à des fins locatives. Là où le Duflot proposait une réduction d'impôts de 18% dans une limite de euros sur neuf ans, le Pinel introduit plus de souplesse en fonction de la durée d'engagement: 12% sur 6 ans, 18% pour 9 ans et 21% pour 12 ans. Le gouvernement a aussi souhaité enfoncer le clou pour les travaux écolo. Le crédit d'impôt pour la transition énergétique passe à 30% dans la limite de 8000 euros (plus 400 euros par enfant à charge) au lieu de 20% en moyenne. Plus accessoire, la redevance télé passe à 136 euros, soit une augmentation de 3 euros (+2,2%). 2

3 Les seniors et la création d'entreprise en franchise Les plus de 50 ans sont loin d'être les derniers à se lancer dans la création d'entreprise! Après 50 ans, on se rapproche tranquillement de la retraite. Ce n est plus vraiment le moment d entreprendre? Détrompez-vous. Au sein de l OCDE, la France détient le record des créations d entreprises par des personnes de plus de 55 ans! Entreprendre en étant sénior, c est le début d une deuxième vie. Et la franchise peut être le mode d entreprise le mieux adapté à cette nouvelle aventure. Les seniors aiment entreprendre Les plus de 50 ans pèsent pour plus de 20% du nombre total d entrepreneurs en France. Les plus de 60 ans représentent eux 7% selon les chiffres de l Agence pour la création d entreprise (APCE) qui parle ainsi de plus de sexapatrons (plus de 60 ans) en D où vient cette envie d entreprendre? Elle est multiple! Certains créent leur entreprise pour rester intégrés socialement, d autres pour transmettre un savoir-faire, mais aussi certains pour prendre des risques! Parfois c est l angoisse du grand vide de la retraite qui pousse à entreprendre mais aussi la nécessité financière d avoir un «job». Pour toutes ces raisons, les séniors sont aussi toujours plus nombreux à «créer leur boîte». Quelles sont les solutions à leur disposition? Créer son entreprise en étant encore salarié : la création ou la reprise d une entreprise peut se faire alors que vous possédez déjà un emploi. Effectuez les démarches auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE). Vous ne devez toutefois pas lancer une activité «concurrente» de votre emploi actuel. «En effet, comme tout salarié, vous êtes tenu à une obligation de loyauté vis-à-vis de ce dernier et donc à une obligation de fidélité, de discrétion, de réserve et de non concurrence!» précise l APCE. Créer son entreprise en étant demandeur d emploi : si vous n avez pas d activité mais que vous ne remplissez pas les conditions qui vous donnent accès à la retraite, alors créer une activité peut s avérer être un excellent tremplin. Plusieurs aides sont disponibles comme l Accre (Aide aux demandeurs d'emploi créant ou reprenant une entreprise) ou le Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise). Créer son entreprise en étant retraité : un cumul est possible entre emploi salarié ou non et retraite. Renseignez-vous sur les conditions précises du cumul emploi-retraite applicables depuis le 1er janvier 2015, qui sont issues de la loi sur la réforme des retraites du 22 janvier Un cumul plafonné est notamment pratiqué et le régime social en cas de cumul retraite/activité professionnelle est modifié. 3

4 Quel statut choisir? Le portage salarial? L autoentreprise ou la création d une société? La franchise? Intéressons-nous à cette dernière solution qui recèle de nombreux atouts pour les seniors. Etre senior peut être un atout en franchise En 2012, un tiers des franchisés installés avaient plus de 50 ans. Comment expliquer ce succès? Car la création d entreprise en franchise est un choix raisonnable, qui se veut un compromis entre emploi salarié traditionnel et création pure et dure. Grâce à l aide du franchiseur et à la transmission d un savoir-faire mais aussi de conseils en gestion, le créateur senior profite d une aide mais garde la main sur de nombreux aspects de son projet. Pratique quand on recherche de l accompagnement, de l encadrement, mais pas de contraintes. «La franchise est l aboutissement d une démarche accomplie et apporte une forte crédibilité commerciale. Cela est nécessaire si l on embauche des salariés» explique Pole Emploi dans une présentation dédiée aux modes d entreprise alternatifs pour les seniors. Sachez que la franchise est accessible aux candidats seniors. Les enseignes ne cherchent pas que des candidats jeunes. Au contraire, pour certaines activités qui nécessitent de l expérience, votre CV sera un atout. Un senior peut accéder à une grande variété d activités en franchise : Une enseigne peut vous confier la gestion d un point de vente / magasin avec de grandes responsabilités en cas d expériences passées réussies. Des contrats de location-gérance sont notamment envisageables ; Un franchiseur peut compter sur vous pour lancer sa marque sur un nouveau territoire et compter sur votre expérience locale ; Vous pouvez totalement faire le choix d une activité indépendante, à domicile, selon votre rythme, avec peu de contraintes. Plus de 1500 concepts existent en franchise en France. De l aide à domicile à la restauration rapide en passant par la gestion immobilière ou la vente de chocolats, il existe forcément une activité qui vous correspond. Monter son entreprise : 4 conseils pour convaincre son banquier Quelques conseils pour parvenir à convaincre votre banquier! En 2014, entreprises ont été créées. Plus d un demi-million de personnes se sont donc lancées dans la grande aventure de l entreprenariat. Le parcours de l entrepreneur n est pas un long fleuve tranquille, mais en procédant étape par étape, les obstacles peuvent être franchis progressivement pour atteindre son but. L un des plus gros freins à la création d entreprise, c est bien entendu celui du financement. Car bien souvent, pour se lancer, un petit coup de pouce est nécessaire : achat de matériel, de marchandises, travaux, etc. Et pour 4

5 obtenir une aide financière, les possibilités ne sont pas infinies. Même en comptant sur vos proches et sur des aides, il faudra tôt ou tard convaincre son banquier. Voici quelques conseils pour y parvenir. Conseil n 1 : préparez un bon business plan N imaginez pas le business plan comme un dossier épais de type encyclopédie. Un bon business plan doit être clair et doit reprendre quelques points clés. Pour convaincre votre banquier, il doit présenter votre projet de manière précise mais pas compliquée. Ce dont vous avez besoin, c est de financement pour vous lancer. Expliquez-lui alors clairement à quoi va servir l argent qu il vous prêtera : acheter un véhicule de livraison, faire des travaux dans vos locaux, vous constituer un stock de départ etc. N hésitez pas à entrer dans les détails mais toujours en ayant une approche réaliste et sensée. Les banquiers n aiment pas trop le folklore et les projets utopistes. Du concret! Vous gagnerez en crédibilité et montrerez que vous savez où vous allez. Conseil n 2 : demandez un soutien financier et rien d autre La création d entreprise est un chemin semé d embuches et même si votre banquier peut être un soutien de qualité, il n en reste pas moins un banquier. Il n est ni conseiller juridique, ni directeur commercial, ni conseiller marketing. Son métier, c est de vous conseiller d un point de vue financier pour mener à bien votre projet. Ne faites donc pas l erreur de l interroger sur les domaines qu il ne maîtrise pas. Vous donneriez l impression que vous êtes trop inquiet, que vous n êtes pas prêt, et surtout que vous avez mal préparé votre projet. Car l étape du financement est l une des dernières à franchir. Si vous cherchez à convaincre votre banquier, vous devez avoir au préalable pris soin de chercher des conseils auprès d autres spécialistes (comptable, avocat, chambre du commerce ). En vous concentrant sur le financement vous montrerez à votre banquier que vous maîtrisez votre sujet, que vous avez procédé par étape, et que vous savez à qui vous vous adressez et ce que vous attendez de lui. De même, ne brûlez pas les étapes en demandant un financement trop important. Demandez ce dont vous avez besoin pour passer à l étape suivante, pas plus. Conseil n 3 : soyez patient Après avoir présenté son projet vient l étape de l attente. Elle peut être très longue. Cela peut prendre plusieurs mois, alors soyez patient. Vous n aurez pas forcément un «Oui» ou un «Non» tout de suite. Vous aurez même de nombreux «Peut-être». Pendant ce temps, n hésitez pas à consulter d autres conseillers, à demander un financement dans d autres banques. Si une autre banque que votre banque habituelle est prête à vous suivre, n hésitez pas à demander un second rendez-vous avec votre banquier et expliquez-lui que les concurrents sont prêts à vous suivre. Cela donnera du poids et de la crédibilité à votre projet. Conseil n 4 : soyez vous-même 5

6 Les banquiers ne sont pas que des spécialistes des chiffres. Ils vont certes regarder la viabilité financière de votre projet mais ils vont aussi vous juger en tant que personne. Ne soyez donc pas trop stressé, si vous êtes arrivé jusqu à cette étape c est que vous croyez en votre projet. Montrez-vous impliqué, motivé et enthousiaste. Vous devez faire sentir à votre banquier que vous croyez en votre projet, sinon il ne vous suivra pas. En quelques mots, faites-le rêver tout en étant vous-même. La précarité touche de plus en plus la fonction publique Les fonctionnaires seraient-ils de fieffés privilégiés? Pas forcément. D'après une étude de l'insee sur l'emploi dans la fonction publique, le nombre d'agents nontitulaires, c'est-à-dire employés en contrats précaires, ne cesse d'augmenter. Près d'un million d'agents non titulaires Ils étaient agents de la fonction publique non-titulaires en Un an plus tard, ils étaient de plus, soit , peut-on lire dans un rapport de l'institut national de la statistique et des études économiques(insee). Ces personnels non-titulaires sont soit des contractuels, soit des vacataires, soit des bénéficiaires de contrats aidés. En somme, ils sont employés en équivalent de contrats à durée déterminée, souvent précaires, dans le secteur public. Un contrat précaire et un salaire moindre Ces agents sont essentiellement recrutés dans la fonction publique d'état et la fonction publique hospitalière. Là même où le nombre de titulaires ne cesse de baisser. En revanche, dans la fonction publique territoriale, le nombre de non-titulaires baisse. D'après une étude de l'insee publiée en juillet 2014, dans la fonction publique d'état, en 2012, le salaire moyen net des agents titulaires est de euros mensuels, tandis que celui des agents non titulaires est de euros mensuels. Et pour ne rien arranger à cela, les fonctionnaires se verront supprimer une prime à compter du 1er mai Les créations d'entreprise reprennent en mars + 1,8% en mars par rapport à février Selon les derniers chiffres de l'insee, en mars 2015, le nombre de créations d'entreprises a augmenté de +1,8% par rapport à février. Sur un an, le nombre de créations augmente de +0,7%. Chaque mois, l'insee édite des statistiques détaillées sur l'état de la création d'entreprises en France. Pour le mois de mars 2015, les chiffres sont plutôt en rebond avec une progression du nombre des créations de +1,8% tous types d'entreprises confondus et+1,3% lorsque l'on exclut les micro-entrepreneurs (en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables CVS-CJO). En données brutes, le nombre cumulé de créations au premier trimestre

7 diminue par rapport au même trimestre un an auparavant : -4,6% tous types d entreprises confondus, dont -15,9% pour les micro-entrepreneurs seuls. «Les secteurs qui contribuent le plus à cette baisse sont la construction et le commerce.» Sur les douze derniers mois, toujours en données brutes, le nombre cumulé de créations augmente de +0,7 % : «la hausse des créations sous forme sociétaire (+3,5%) est compensée en partie par le recul des créations d entreprises individuelles (-0,5%).» En mars 2015, 49,9% des créations enregistrées sur les douze derniers mois sont des demandes d immatriculation de microentrepreneurs. Au total en mars 2015, nouvelles entreprises ont vu le jour (y compris micro-entreprises) dont hors micro-entreprises.30, 5% des créations ont été réalisées sous forme sociétaire, 19,6% en entreprises individuelles, et 49,9% en micro-entreprises. Quelles sont les activités créatrices d'entreprises? En mars 2015, les secteurs d'activités qui ont le plus attirer les créateurs d'entreprises sont le soutien aux entreprises avec créations, suivi du commerce, la réparation d'autos et de motos avec créations, la construction avec créations, l'enseignement, santé et action sociale avec créations, les services aux ménages avec créations. Loin derrière, l'on retrouve des secteurs moins créateurs comme l'hébergement et restauration (2.362), l'information et communication (2.217), les transports et entreposage (2.064), les activités financières et d'assurance (1.405) et les activités immobilières (1.340). En variation du nombre de créations, entre février et mars 2015, les secteurs où la création est la plus dynamique sont les transports et entreposage avec +68,6% (38,1% sur 12 mois), les activités financières et d'assurance avec +8,2% (+11,5% sur 12 mois), la construction avec +2,9% (-8,9% sur 12 mois) et les activités immobilières avec +1,7% (-0,6% sur 12 mois). Les autres secteurs d'activité sont quasi stables ou en léger repli : soutien aux entreprises +0,7% (+3,4% sur 12 mois), l'enseignement, santé et action sociale +0,3% (+7,1% sur 12 mois), l'information et la communication -0,3% (+1,1% sur 12 mois), l'hébergement et restauration -2,3% (+9,0% sur 12 mois), les services aux ménages -2,3% (-2,7% sur 12 mois). La France toujours plus urbaine selon l'insee Près de 9 millions d'habitants en plus en 30 ans dans les zones urbaines 7

8 Selon les chiffres d'un dossier spécial publié par l'insee à la mi-avril, la France est toujours plus urbaine. En 2011, en France métropolitaine, près de huit habitants sur dix résidents dans l espace urbain. Le paysage de la France évolue. Selon l'insee, en trente ans ( ), la population des unités urbaines s est accrue de 23%, soit habitants supplémentaires et la superficie occupée par ces unités urbaines s'est également accrue de 42,5% ( km2). «Sur cette période, la population urbaine a augmenté de manière inégale sur le territoire. Les grandes unités urbaines absorbent en effet près de 80% de la hausse (20% par l unité urbaine de Paris et 56% par les unités de à habitants).» Globalement, la population urbaine se répartit entre un centre parisien hypertrophié (10 millions d habitants), 14 unités urbaines de habitants ou plus situées sur le littoral, le long des fleuves, près des frontières, et unités urbaines plus petites. «Les unités urbaines dont la population est comprise entre et habitants sont celles qui contribuent le moins à la variation de population de l ensemble des unités urbaines (en raison, notamment, de la «migration» de trois unités urbaines vers d autres classes de taille).» L attractivité des grandes villes s'accentue L'étude des chiffres des recensements sur ces 30 dernières années «conforte un système urbain dominé en premier lieu par Paris (près de sept fois plus grande que ses suivantes immédiates, Lyon ou Marseille, selon les recensements) et en second lieu, par un ensemble de 14 unités urbaines de habitants ou plus.» Dans le détail, l ensemble des quinze villes les plus importantes regroupe en 2011, 21,3 millions d habitants, soit 43,8% du total urbain, contre 14,4 millions d habitants ou 36,4% en 1982! Ainsi, en l'espace de 30 ans, la France s'est urbanisée à grande vitesse mais de façon inégale. Les grandes villes ont continué de rafler la mise, ce qui explique en grande partie pourquoi «cet accroissement important ne s'est pas traduit par une modification massive des positions des villes au sein de la hiérarchie urbaine, laquelle est restée globalement stable.» Ainsi, l unité urbaine de Paris rassemble en 2011 comme en 1982 plus du quart de la population urbaine. «Parallèlement, la part des unités urbaines de à moins de habitants parmi l ensemble des unités urbaines de habitants ou plus a diminué de 28,0% en 1982 à 19,3% en Cette baisse a profité aux grandes métropoles de habitants ou plus (hors Paris) qui regroupent 26,4% de la population urbaine en 2011 contre 17,1% en 1982.» Les quatorze plus grandes villes de France (unités urbaines de habitants ou plus) avec Paris ont fortement contribué à l augmentation de la concentration 8

9 spatiale de la population. Parmi elles, la population de six grandes villes a augmenté plus vite que celle de Paris : Toulouse, Nantes, Avignon, Bordeaux, Lyon et Strasbourg. Une attractivité fortement corrélée à l'emploi Sans surprise, l'attractivité des unités urbaines quelles que soient leurs tailles, est fortement corrélée à l'emploi. Ainsi, comme le souligne l'insee, «les populations ont tendance à suivre l activité économique ou les potentialités de développement économique.» Dans le détail, l'insee dégage 4 grands profils en s'appuyant sur l analyse des 475 unités urbaines de habitants ou plus en termes d évolutions de la population et de l emploi entre 1982 et Groupe 1 : Les unités urbaines qui gagnent à la fois des habitants et des emplois sont au nombre de 271. Elles sont globalement les plus peuplées de France «à l exception de celles de Douai-Lens et Rouen.» Parmi ces villes, les plus dynamiques sont Toulouse et Montpellier «aussi bien en termes de population (respectivement +47% et +45%) qu en termes d emploi (+87% et +93%).» Les autres aires urbaines dynamiques de ce groupe sont notamment la partie française de l unité urbaine internationale de Genève-Annemasse ainsi que Béthune, Lille, Reims, Besançon et Caen. Groupe 2 : Les unités urbaines qui perdent des habitants mais dont le nombre d emplois augmente sont au nombre de 131. «Arrivent en tête du classement à l intérieur de ce groupe les grandes unités urbaines du Nord» à l'image de Douai-Lens, Valenciennes ou encore Rouen, suivies des unités urbaines de habitants ou plus comme Metz et Nancy à l est, Clermont-Ferrand au centre, Le Mans, Brest, Amiens, Saint-Nazaire, Angoulême au Nord-Ouest. Sont également incluses dans ce groupe, 39 unités urbaines situées sur le littoral océanique ou méditerranéen comme Le Havre, Brest, Saint-Nazaire, Lorient ou Cavalaire, Wimereux, Capbreton, Riantec, Saint-Jean-de-Monts, Saint-Paul-de- Léon, Canet-en-Roussillon. Groupe 3 : Les unités urbaines qui perdent des habitants et des emplois sont au nombre de 63. Parmi les unités urbaines de habitants ou plus, l'on trouve notamment Saint-Étienne, Dunkerque, Thionville, Maubeuge, Montbéliard et à un degré moindre Troyes. «Ces évolutions sont notamment dues à l affaiblissement des industries anciennes (mines, sidérurgie, métallurgie, textile) voire encore plus anciennes (fabrication de faïences ou de porcelaines par exemple) comme dans les unités urbaines du Creusot, Montceau-les-Mines, Decazeville, Carmaux, Nevers, Digoin, etc.» 9

10 Groupe 4 : Les unités urbaines qui gagnent des habitants mais perdent de l'emploi sont au nombre de 10. Huit de ces unités urbaines sont situées dans la partie nord de la France parmi lesquelles l unité urbaine de Creil, proche de l Île-de-France, mais aussi l'unité urbaine de Neuves-Maisons, située près de Nancy. Au niveau de l EUROPE : D'où vient le sacro-saint chiffre de 3 % de déficit? L'Union européenne rentre dans les clous. Le déficit budgétaire de l'union est en effet repassé sous la sacro-sainte limite des 3 % du PIB, selon les données publiées par Eurostat mardi 21 avril. Comment ces 3 % sont devenus une règle européenne? "Au moment de la négociation du traité de Maastricht, les Allemands veulent l'équilibre budgétaire. Jacques Delors, alors président de la Commission européenne dit 'on peut être rigoureux sans avoir l'équilibre budgétaire au sens strict, nous ( les Français, ndlr) au moment où nous avons fait la rigueur nous avons retenu un plafond de 3 %, le président Mitterrand considérant que 3 % c'est une gestion assez saine des finances publiques'", développe Jean-Marc Daniel. "Si l'on effectue un ensemble de calculs on s'aperçoit qu'avec 3 % de déficit et 60 % d'endettement il y a en correspondance une croissance de 5 % en valeur, 3 % en volume, auquel s'ajoute 2 % d'inflation. Les Européens ont décidé de se fixer un objectif d'inflation de 2%. " Référence : Au niveau International : Le FMI ausculte l économie et la politique économique mondiales Comme le rappelle Olivier Blanchard, directeur des études au FMI, le Fonds prévoit pour 2015 une croissance du PIB mondial quasiment égale à celle de 2014 (3,5 % contre 3,4 %), la hausse de la croissance dans les pays riches (2,4 % contre 1,8 % en 2014) compensant le ralentissement dans les économies émergentes et en développement (4,3 % contre 4,6 % l année dernière). Plus fondamentalement, Blanchard identifie quatre forces qui gouvernent l économie mondiale. Les quatre forces en jeu Tout d abord l héritage de la crise financière et de l euro se traduit par des banques en difficulté et de hauts niveaux d endettement, 10

11 une situation aggravée par la faible croissance qui implique que le processus de désendettement prendra du temps. De plus, même si Blanchard refuse le terme de stagnation, il constate que la croissance potentielle recule deuxième facteur, aussi bien dans les pays riches que dans les économies émergentes, à cause essentiellement de deux facteurs : le vieillissement de la population et le ralentissement des gains de productivité. Le troisième facteur structurant est la baisse du prix du pétrole, qui s est traduite par une massive réallocation de richesse des pays exportateurs vers les pays importateurs, stimulant ainsi l activité dans des pays comme les Etats-Unis, la zone euro, la Chine ou l Inde tandis que la réduction des dépenses dans les pays du Moyen-Orient est faible en raison des réserves accumulées par ces pays. Pour Blanchard, ces ajustements «sont une bonne nouvelle pour l économie mondiale» Le quatrième facteur déterminant concerne le marché des changes, qui a connu récemment de fortes fluctuations, avec la hausse du dollar et la baisse de l euro et du yen. Les différences s expliquent par des politiques monétaires divergentes, les taux d intérêt devant remonter outre-atlantique alors que ce n est pas le cas sur le vieux continent ni au pays du soleil levant. Pour Blanchard, ces ajustements «sont une bonne nouvelle pour l économie mondiale», car ils aident l Europe et le Japon à se sortir de leurs crises, tandis que les Etats-Unis peuvent contrecarrer les effets négatifs sur leur économie de l appréciation du dollar. Quelles politiques? Comme Blanchard le souligne, les prévisions sont par essence un exercice difficile, tant les risques sont nombreux. Ainsi, si le risque de récession dans la zone euro semble moins grand, d autres risques, comme les «fortes variations des taux de change» pourraient accroître les risques financiers et attiser des tensions internationales. Et que dire de la crise grecque, des troubles en Ukraine et au Moyen-Orient La baisse du prix de l énergie devrait permettre d utiliser l argent économisé pour accroître les investissements dans les infrastructures Que faire pour promouvoir la croissance? La politique monétaire a déjà fait ce qu elle pouvait. Du côté de la politique budgétaire, la baisse du prix de l énergie devrait permettre de réduire les subventions à la consommation d énergie (que l on pense à la fiscalité avantageuse sur le diesel en France) et d utiliser l argent économisé pour accroître les investissements dans les infrastructures. La nouvelle place de l action publique Pour Brad DeLong, invité à la conférence du FMI qui s est tenue les 15 et 16 avril derniers, la situation est surprenante. Comme il l avoue, «si vous m aviez demandé en 2005 si le monde pourrait devenir aussi keynésien de la vieille école qu il l est devenu au cours de la dernière décennie, je vous aurais répondu : Non». Il propose de se projeter dans le monde de l après-crise, celui où les taux d intérêt ne sont plus nuls et où la Banque centrale cherche à atteindre le plein- 11

12 emploi. Peut-on lui faire confiance pour atteindre cet objectif? Non, répond DeLong, la Banque centrale étant prisonnière des banques commerciales qui souhaitent des taux d intérêts nominaux plus élevés afin d accroître leurs profits sur leurs prêts. Le XXIe siècle appelle à la production de «biens» publics, tels que l éducation ou les biens informationnels Par ailleurs, le XXIe siècle appelle à la production de «biens» publics, tels que l éducation ou les biens informationnels. De ce fait, «la gouvernance rationnelle nécessitera la réduction de la sphère privée au profit de la sphère publique». Reste un mystère : comment se fait-il que les taux d intérêt soient aujourd hui si faibles, étant inférieurs aux taux de croissance de l économie? Pour DeLong, cela s explique par «un gigantesque échec du marché», qui se traduit par une incapacité des marchés financiers à mobiliser la capacité de la société à prendre des risques. Résultat : la valeur des investissements risqués diminue tandis que celle de ceux qui paraissent sans risque, comme les placements dans la dette publique, s accroît. Le problème de l allocation des ressources : à quoi sert la finance? Pour de nombreux économistes, la question de l allocation des ressources (que fait-on des ressources dont nous disposons?) est la question majeure de la discipline. De ce point de vue, on ne peut que constater l inefficacité de notre système économique : des sommes folles circulent sur les marchés financiers plutôt que de s investir dans l économie réelle. Il est étrange qu Olivier Blanchard «oublie» cet élément dans sa description de l économie mondiale (voir également ici). Elle est par contre bien présente dans l analyse de Brad DeLong même s il n apporte pas lui non plus de solution pour faire en sorte que les marchés financiers jouent mieux leur rôle de financement de l économie. La pensée de la semaine : «Tes destins sont d un homme, et tes vœux sont d un Dieu.» Voltaire L humour de la semaine : En ce moment, j'essaie de me faire des amis en dehors de Facebook tout en appliquant les mêmes principes Alors tous les jours, je descends dans la rue et j'explique aux passants ce que j'ai mangé, comment je me sens, ce que j'ai fait la veille, ce que je suis en train de faire, ce que je vais faire ensuite, je leur donne des photos de ma femme, de ma fille, du chien, de moi en train de faire le jardin, à la piscine. J'écoute aussi les conversations des gens et je leur dis «j'aime!». 12

13 Et ça marche. J'ai déjà 3 personnes qui me suivent: 2 policiers et un psychiatre 13

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise : les conseils de l expert-comptable

Réussir sa création d entreprise : les conseils de l expert-comptable CSOEC 2015 Comité Création d Entreprise Réussir sa création d entreprise : les conseils de l expert-comptable La création d entreprises en 2014 550 800 entreprises créées en 2014 en France (+2,3% / 2013)

Plus en détail

Parcours Management de projet et innovation

Parcours Management de projet et innovation Promotion / Site : Clermont-Ferrand Master Pilotage des organisations Parcours Management de projet et innovation Ce parcours répond aux évolutions du fonctionnement des organisations actuelles au sein

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte Autoentrepreneur 2015/16 Bénédicte Deleporte Avocat au Barreau de Paris Chargée d enseignement à l Univeristé Paris Est Créteil (UPEC, ex Paris 12) Deleporte Wentz Avocat www.deleporte-wentz-avocat.com

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance Promotion / Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance Objectif de cette licence professionnelle : Cette licence professionnelle permet de trouver un emploi

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour CER FRANCE et NOVANCIA

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job.

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. > COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. Révolu. Le temps de l outplacement réservé à quelques privilégiés Archaïque. Le confort et les bureaux chics en guise de méthode

Plus en détail

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change TRAVAILLER SUR UN TEXTE Faire un bilan collectif à partir d'un texte sur les acquis des chapitres sur la croissance (fluctuations et crises) et mondialisation et intégration européenne Notions: déflation,

Plus en détail

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Promotion / Enquête à mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Objectif de cette licence professionnelle : Cette licence professionnelle permet

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne?

Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne? Tâche complexe 1ère : Comment placer son épargne? Tâche complexe réalisée par : Marie-Camille Renard et Daniel Parant (Lycée de la Chimie Albert Camus, Mourenx) Thème : Monnaie et financement Durée estimée

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guides de Tangerine sur les finances personnelles Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guide pour les Canadiens Les RÉR existent depuis longtemps, mais les CÉLI sont relativement nouveaux,

Plus en détail

Licence professionnelle Management des relations commerciales

Licence professionnelle Management des relations commerciales Promotion 29/2 Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Management des relations commerciales Objectifs de cette licence professionnelle : D'une part, former des étudiants destinés à intégrer le

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3!

L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3! L auto-entrepreneuriat! Christophe Everaere Lyon 3! 28/06/2012" www.aravis.aract.fr! 28/06/12! N 1! Entrepreneuriat : 2 visions contrastées"! Projet offensif de création : envie de réussir sans les contraintes

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Guide de l année-recherche

Guide de l année-recherche Guide de l année-recherche Destiné aux Internes de Médecine Générale Mars 2011 Mis à jour Octobre 2013 Co signé en octobre 2013 par : Page 2 sur 20 SOMMAIRE I. Introduction 5 II. Définition de l année-recherche

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Ins6tut Think pour 29/01/13 - Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour l APCE

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Master Marketing et Communication Commerciale

Master Marketing et Communication Commerciale Promotion 2012/201 Site : Clermont-Ferrand Master Marketing et Communication Commerciale Objectif de ce master : Le Master Marketing et Communication Commerciale a pour objectif de former des responsables

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances LA RETRAITE Enjeux financiers et fiscaux Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances 5 quai Voltaire, Paris 6 ème 29 septembre 2014 2/30 Sommaire I. LA RETRAITE EN FRANCE

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Pour en savoir plus sur les mesures prises en. les professionnels libéraux

Pour en savoir plus sur les mesures prises en. les professionnels libéraux Les sites utiles Pour en savoir plus sur les mesures prises en faveur des professionnels libéraux www.pme.gouv.fr le site du ministère des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l Artisanat et

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Ilike - Fotolia.com. Vous êtes. étudiant... vous avez peut-être droit à une aide au logement!

Ilike - Fotolia.com. Vous êtes. étudiant... vous avez peut-être droit à une aide au logement! Ilike - Fotolia.com Vous êtes étudiant... vous avez peut-être droit à une aide au logement! édition 2010 Les aides au logement Vous allez peut-être quitter votre famille pour aller suivre des études dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

MON EMPLOI. Dans ce chapitre

MON EMPLOI. Dans ce chapitre MON EMPLOI L entrée dans le monde du travail est une étape marquante, particulièrement quand il s agit de devenir fonctionnaire, puisque c est un statut que l on garde souvent toute sa vie professionnelle.

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2

Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2 13/11/14 1 Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2 Les intervenants Séverine GERVAIS CCI Caen Normandie Boris FLECHE Fédération Française de la Franchise Yvon BEAUFILS Cabinet Tacher Isabelle ANDRIES-LAUDAT

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans Données de cadrage socio-démographique sur les jeunes en France 24 % des Français de 18 ans et plus sont âgés de

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Les prévisions du FMI

Les prévisions du FMI Les prévisions du FMI Exercices 1 De quoi parle-t-on dans ce journal? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Dans ce journal, on parle de la croissance de l économie : mondiale. européenne.

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail