PRIX de MASTER Groupement d Intérêt Public (J. O. 29 novembre 2006) Centre d Etudes et de Recherches en «Santé - Travail - Environnement»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRIX de MASTER 2011. Groupement d Intérêt Public (J. O. 29 novembre 2006) Centre d Etudes et de Recherches en «Santé - Travail - Environnement»"

Transcription

1 PRIX de MASTER 2011

2 Prix de Master 2011 Le GIP CERESTE met en place, deux Prix de Mémoire de Master 2011 (1 ère ou 2 ème année) destinés à récompenser les meilleurs travaux réalisés par des étudiants ayant soutenu un mémoire de Master (1 ère ou 2 ème année) au cours de l année universitaire , dans une université de la région Nord Pas-de-Calais ou dont les résultats peuvent avoir une incidence sur le Nord Pas-de- Calais. Le thème de leur recherche, devra porter sur les thématiques de recherche privilégiées du GIP CERESTE. Ces thématiques, en lien avec les axes prioritaires du PRST et du PRSE et celles désignées par l ANSES et le Conseil Régional, s articulent autour de 4 axes dans la cadre d une approche de l évaluation du risque : - L identification du potentiel dangereux sur la santé suite à une exposition à un agent chimique, physique, biologique. Caractérisation des dangers, - L estimation de la relation entre les expositions et les effets sur la santé : relation doseréponse (outil prédictif, modélisation, indices biologiques, ). Connaissance des méthodes d extrapolation de la haute à la faible dose ou de transposition de l animal à l Homme, - L évaluation des expositions actuelles ou prévisibles dans des conditions variées (modélisation). Définition des populations de différents milieux de vie (professionnel, urbain, rural, domestique, loisir, ), - La caractérisation du risque sanitaire et modélisation : quelle incidence actuelle ou prévisible de l effet étudié (biologique, toxicologique, juridique, social, géographique, ) dans une population donnée, - Le développement d outils de suivi et diagnostic de la santé au travail. Le GIP CERESTE encourage la recherche provenant de disciplines différentes : biologie, médecine et santé (sciences biologiques, épidémiologiques, toxicologiques, microbiologiques, immunologiques), sciences physiques, sciences chimiques, sciences humaines et sociales (ergonomie, géographie, sociologie, démographie, économie, analyse des politiques publiques, sciences juridiques politiques et sociales, sciences de l information), à condition qu un lien avec la santé soit clairement identifié.

3 Champs concernés : Agents Biologiques o Caractérisation du danger (techniques de détection, indicateurs) liés à la présence d agents biologiques pathogènes pour l homme dans les eaux (potable, de baignades, usées). o Documenter l exposition réelle des travailleurs aux bioaérosols (gestion des eaux usées, épandages) et aux poussières. o Connaissances du comportement des pathogènes dans les eaux. Air o o Exposition aux éléments traces (y compris micro-organismes) dans les biogaz bruts et épurés et le gaz naturel distribué, avant et après combustion : développement et validation d outils analytiques, mesurage des teneurs, budgets espace-temps et comportement des usagers à leur domicile. Evaluation de l exposition et des risques afférant aux substances dangereuses, aux agents pathogènes et aux particules (COV par exemple) présents dans l air de lieux encore peu étudiés (moyens de transports, commerces, bureaux, établissements de soins). o Identification d indicateurs pertinents pour l évaluation des expositions chroniques à la pollution de l air (intérieur / extérieur). o Toxicologie des aérosols d origine anthropique reflétant des situations réelles d exposition (par exemple aérosols émis par les véhicules diesel). Approche socio-économique des risques sanitaires o Prise en compte des facteurs économiques et sociaux pour la mise en œuvre de mesure de gestion des risques sanitaires. o Inégalités sociales économiques et risques sanitaires environnementaux (habitat, pollution l air, bruit ). o Analyse des conditions sociales à la mise en place de la substitution des produits chimiques les plus dangereux dans les entreprises (en particulier pour les PME ou les TPE) : nature et variabilité des freins, stratégies et ressources mises en œuvre. o Développement des outils d aide à la décision de substitution des agents chimiques classés CMR et méthodes d évaluation économiques. o Développement des méthodes de quantification des couts/bénéfices appliquées à la prise en charge des maladies, et à la suppression et ou la diminution des expositions, développement de méthodes DALYs ou QALYs. o Conséquences socio-économiques d une planification spatiale des sols pollués pour le renouvellement urbain. Approche sociologique et psychosociologique des risques sanitaires o Genre et risques sanitaires (inégalités d exposition, modification des représentations du risque, mobilisations collectives, ). o Elaboration de modèles d analyse spatiale, géographique des données sociales et sanitaires. o Les effets de l insalubrité et de la sur-occupation de l habitat sur la santé et les conditions de vie : santé physique et mentale, conditions de vie des enfants (scolarisation, socialisation), trajectoires sociales. Approche socio-politique des risques sanitaires o Inscription spatiale des risques sanitaires. o Relations entre les caractéristiques des territoires, les dynamiques de mobilisation et la mise sur agenda des risques émergents. o Mobilisation collectives et co-production de savoirs. Cancers o Interactions gènes/environnement : impact des facteurs de risque environnementaux, professionnel et comportementaux en fonction des prédispositions génétiques. o Travail de nuit et/ou traitements hormonaux substitutifs comme facteur de risque de cancers. o Développement des méthodes de quantification des coûts/bénéfices appliquées à la prise en charge des cancers, et à la suppression et/ou la diminution des expositions aux agents cancérogènes. o Développement des études de DALYs ou QALYs liées aux conséquences des cancers attribués aux facteurs environnementaux. o Modèles d évaluation quantitative de l excès de risque de cancer des voies respiratoires pour les expositions professionnelles et environnementales aux agents cancérogènes certains, en particulier à faibles doses. o Développement d indicateurs, applicables chez l homme, associé à un excès de risque de cancers dans des situations d exposition environnementales et professionnelles (notamment biomarqueurs précoces de transformation et de susceptibilité, modèles animaux, etc.). o Organisation du travail et expositions aux substances cancérogènes. Déchets et rejets d installations industrielles o Développement d outils pour la surveillance sanitaire des populations riveraines d installations industrielles ou de traitement de déchets (diagnostics précoces) : indicateurs d exposition, animaux sentinelles en lien avec la surveillance vétérinaire.

4 o Impacts sur la santé des travailleurs des émissions des procédés mis en œuvre dans les filières de valorisation des déchets et sous-produits (Polymères, DEEE, VHU, compostage, méthanisation et valorisation du biogaz, BTP ). Eaux et agents chimiques o Caractérisation de l exposition et évaluation des risques chroniques associés à la contamination de l eau par les résidus de substances pharmaceutiques, les résidus de produits d hygiène corporelle et de cosmétique. o Caractérisation du danger des sous-produits de traitement des eaux, notamment chloration dans différentes situations d utilisation. o Evaluation de l efficacité des mesures de gestions sur la maîtrise du transfert des contaminants vers les ressources en eaux. o Identifier les effets, sur les populations vulnérables et/ou à risque élevé d exposition, de l exposition aux sous produits de la chloration (hydrate de chloral, acides haloacétiques et trihalométhanes) dans les eaux récréatives (eaux de piscines, eaux de mer en bassins fermés, ). Fibres minérales o Fibres courtes d amiante : Mécanismes d action, biopersistance, génotoxicité et études des expositions professionnelles. o Vieillissement des laines minérales, relargage de fibres et exposition. Lutte anti-vectorielle o Stratégies de contrôle de la transmission, plus ciblées et plus durables (identification de nouvelles substances actives et produits biocides pertinents pour la LAV, méthodes et intérêt d une lutte par biocides alternatifs, gestion des résistances, lutte biologique, lutte génétique, lutte communautaire, identification et élaboration d indicateurs d efficacité des méthodes de lutte et d impact sur les organismes non-cibles). Nanoparticules o Toxicologie liée à la fabrication ou à l usage des nanoparticules, nanoproduits et des nanomatériaux. o Evaluation de l exposition humaine aux nanoparticules manufacturées. o Potentiel émissif des nanoproduits sous contraintes d usages et en fin de vie (combustion, mise en décharge, recyclage ). o Devenir et comportement (agglomération, transports physique et trophique, persistance, interaction avec les autres contaminants ) des nanoparticules manufacturées relarguées dans l environnement. Nuisances sonores o Évaluation des effets extra-auditifs du bruit pour la population et chez les travailleurs - cas des éoliennes, des transports terrestre (dont le transport ferroviaire) et aérien (spectre, tonalité, caractère impulsionnel), des équipements de proximité (stands de tir, terrains de sport) et des lieux de travail (notamment secteur tertiaire et lieux de travail pour lesquels la pression acoustique dépasse 50dB(A)). o Évaluation de l impact positif sur la santé des mesures de lutte contre le bruit. o Compréhension des mécanismes mis en jeu dans la gêne associée aux nuisances sonores pour la population et chez les travailleurs: construction d indicateurs rendant compte de cette gêne, étude des conséquences sur le sommeil, l apprentissage et plus généralement impact sur la santé de la composante "gêne" du bruit. Pesticides/Biocides Le terme pesticide inclut les produits phytosanitaires (à usage agricole ou destinés à l entretien des espaces verts et des jardins amateurs), les antiparasitaires humains et vétérinaires et certains produits biocides. Le terme résidus de pesticides/biocides inclut des métabolites et produits issus de la transformation des substances actives utilisées actuellement ou par le passé mais persistants dans l environnement. o Identifier des populations vulnérables et/ou à risque élevé d exposition. Déterminer pour chacune de ces populations les déterminants du niveau d exposition (alimentation, air, eau et poussières en milieux intérieurs et extérieurs, particulièrement lors de l utilisation de produits à effets sensibilisants). o Développer des méthodologies pour l évaluation de l exposition aux résidus de pesticides et pour l étude des effets sanitaires combinés. o Évaluer l exposition aux pesticides des utilisateurs (applicateurs et travailleurs rentrant dans les cultures après traitement) et les risques sanitaires associés en lien avec les systèmes de production, les pratiques agricoles et les conditions d usage des pesticides dans l exploitation (techniques d application, équipements de protection, etc.). o Recherche sur les techniques et les pratiques permettant de réduire l impact des pesticides sur la santé humaine. o Etudier le lien entre la perception des risques liés aux pesticides et le comportement des utilisateurs, notamment visà-vis des mesures de protection, et les conséquences sur leur exposition et les risques sanitaires associés. o Etablir des méthodologies sur la base des travaux en cours permettant de quantifier l efficacité des équipements et vêtements de protection en fonction des différents types de préparations utilisées et des conditions d utilisation. o Approches prospectives sur les questions liés à la rémanence des substances et de leurs produits de dégradation et aux risques sanitaires induits : approche par grandes filières de gestion (sol, eau, consommation...). La particularité des DOM-COM est à prendre en compte.

5 Polluants en mélange o Modèles in vitro et in vivo chez l animal pour l évaluation de la toxicité des mélanges de micropolluants dans les eaux (substances prioritaires de la directive cadre sur l eau et substances émergentes) en vue de l évaluation d une exposition chronique. Populations vulnérables ou sensibles et risque chimique o Etudes des impacts des expositions à des risques chimiques en milieu de travail sur la reproduction et le développement. o Meilleure prise en compte de la sensibilité particulière des enfants dans les tests de toxicité utilisés pour l évaluation des substances et produits. o Etudes sur les niveaux d exposition des populations vulnérables ou sensibles (enfants, femmes enceintes, personnes atteintes de pathologies ) à des substances toxiques, en particulier cancérigènes, reprotoxiques ou perturbateurs endocriniens. Rayonnements non ionisants autre que Radiofréquences o Caractérisation des expositions professionnelles aux UV artificiels et naturels (en tenant compte pour ces derniers de leur variabilité spatiale et temporelle) et évaluation de leurs impacts sanitaires. o Etudes expérimentales visant à rechercher d éventuels liens entre expositions aux champs électromagnétiques basses fréquences ou fréquences Intermédiaires et survenue de pathologies. o Caractérisation des expositions aux champs électromagnétiques basses fréquences ou fréquences intermédiaires, notamment en milieu professionnel : évolution des sources, quantification des expositions individuelles, définition d indicateurs pertinents pour représenter l exposition individuelle ou de population, exposition à des sources multiples. Rayonnements radiofréquences (30 khz à 300 GHz) o Etudes expérimentales des effets de l exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences >3GHz et Etudes biologiques des effets de l exposition prénatal ou précoce aux radiofréquences. o Etudes de faisabilité d enquête épidémiologiques au sein de populations particulièrement exposées aux champs électromagnétiques radiofréquences, notamment chez les travailleurs. Définition de protocoles adaptés aux différentes situations d exposition (notamment co-expositions avec d autres agents physiques ou chimiques etc.). o Etude de faisabilité pour la participation à des études de cohorte internationales, notamment l étude COSMOS. o Approches novatrices de l hypersensibilité électromagnétique : Développement de travaux de recherche présentant des protocoles cliniques et d exposition rigoureux (relations avec d autres syndromes fonctionnels, avec l électrosensibilité, modification de l imagerie fonctionnelle cérébrale, etc.). o Caractérisation des expositions aux champs radiofréquences, notamment en milieu professionnel : évolution des sources, quantification des expositions individuelles, définition d indicateurs pertinents pour représenter l exposition individuelle ou de population, exposition à des sources multiples. Sols o Caractérisation de l exposition humaine à des substances chimiques par les sols : modélisation, mesure, développement de biomarqueurs. o Mise en place de systèmes de vigilance collective pour la re-territorialisation des espaces contraints par des risques sanitaires résiduels suite au renouvellement urbain des friches industrielles (notamment PCB, dioxine, ). o Contribution de l inhalation de poussières contaminées à l exposition humaine de personnes résidantes sur des sols contaminés (cadmium...) (biodisponibilité des polluants dans les poussières inhalées...). o Caractérisation de l exposition humaine aux contaminants (métaux, hydrocarbures, composés chlorés, polymères) présents dans les eaux souterraines par usage des eaux à des fins domestiques (arrosage des jardins, transferts dans les plantes, lavage...). SCMR Substances Cancérogènes Mutagènes Reprotoxiques (CMR) o Etude des effets aux faibles doses des agents reconnus comme cancérigènes à fortes doses (catégories 1 et 2A du CIRC) et/ou en cumuls d exposition. o Caractérisation de l exposition des riverains et des travailleurs à proximité des zones de présence d agents CMR d origine naturelle (affleurements naturels d arsenic, d amiante, radon, de thorium et uranium naturel) et estimation du sur-risque de cancer, s il existe. o Évaluation des risques, pour les populations sensibles, des résidus de produits ou impuretés CMR présents en concentrations inférieure au seuil de classement 0,1 % pour les cancérogènes et mutagènes et 0,5 % pour les reprotoxiques) en considérant différents scenarii de conditions d usage. o Etude des effets reprotoxiques des nonylphénols. Systèmes énergétiques o Qualification des questions émergentes en santé environnement (identification des dangers, des expositions potentielles en population générale, des risques sanitaires) du fait de l évolution des systèmes énergétiques (production d électricité à partir de ressources renouvelables, photovoltaïque, hydrogène et pile à combustible ).

6 Les candidats désireux de concourir au «Prix de Master du GIP CERESTE» devront adresser un dossier au plus tard le 24 janvier 2012 comprenant : - un exemplaire du mémoire de Master (1 ère ou 2 ème année), en format électronique, qu ils ont soutenu au cours de l année universitaire dans une université de la région Nord Pas-de-Calais et pour lequel ils ont obtenu au minimum la mention «Bien», - un résumé de 5 pages comprenant une présentation du plan de travail, les résultats obtenus et transférables et les principales conclusions, - un résumé d une demi-page de votre mémoire de master en faisant ressortir les faits marquants, - un CV du candidat, - un avis du Responsable de la recherche, - un avis du Directeur du laboratoire dans lequel la recherche s est effectuée, - un avis du Directeur de l Ecole Doctorale dont il relève, - une attestation de Diplôme délivrée par l Université de rattachement. En s inscrivant au Prix de Master du GIP CERESTE, le candidat s engage à autoriser : - le référencement de son mémoire de Master dans les bases de données du GIP CERESTE, - le GIP CERESTE à communiquer sur ses travaux, - la publication de tout ou partie de son mémoire de Master sur le site internet du GIP CERESTE et/ou dans ses collections, - l insertion de la mention «Prix de Master du GIP CERESTE» sur la couverture de la version publiée du mémoire de Master. - Ce dossier sera expertisé par 2 rapporteurs : - un membre du Conseil Scientifique du GIP CERESTE - un représentant des membres fondateurs du GIP CERESTE Seront pris en compte : - la qualité scientifique du travail, - l originalité du sujet, de la problématique et des résultats, - la clarté des qualités rédactionnelles et de la compréhension du mémoire, - le caractère transférable et valorisable des résultats acquis, - l intérêt et les enjeux de la problématique soulevée, la qualité argumentaire, et le degré de prise en compte des priorités thématiques du GIP CERESTE.

7 Les Prix de Master 2011 seront solennellement remis aux candidats retenus lors d une manifestation spécifique éventuellement organisée en concertation avec l établissement et l Ecole Doctorale dont ils relèvent en présence des représentants des membres fondateurs du GIP CERESTE. La composition des prix est fixée comme suit : - pour le premier prix de Master (1 ère ou 2 ème année), une somme de 400 euros, - pour le deuxième prix de Master (1 ère ou 2 ème année), une somme de 300 euros, sous réserve de l identification de travaux répondant aux critères susvisés.

V. PROCÉDURE DE SÉLECTION

V. PROCÉDURE DE SÉLECTION Programme National de Recherche en Environnement-Santé-Travail Appel à projets 2016 Date limite de dépôt des lettres d intention : 4 décembre 2015 Date limite de dépôt des projets complets : 8 mars 2016

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Groupe partenarial n 20. Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013

Grenelle de l environnement. Groupe partenarial n 20. Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013 Grenelle de l environnement Groupe partenarial n 20 Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013 PRESIDENT : PR MARC GENTILINI, PRESIDENT DE L ACADEMIE DE MEDECINE CHEFS DE PROJET

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on?

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on? ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Sites et sols pollués Quel type de pollution rencontre-t-on? Un site pollué est un site qui, du fait d anciens dépôts de déchets ou d infiltrations de substances polluantes, présente

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail

Depuis les années 1930, la production mondiale

Depuis les années 1930, la production mondiale PRÉVENTION Cancers et substances chimiques Depuis les années 1930, la production mondiale de produits chimiques a été multipliée par 400. Parmi les 100000 substances chimiques recensées dans l Union européenne

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Aptitudes et connaissances requises, justificatifs. Art. 4 Diplômes délivrés par les écoles et les institutions de formation professionnelle

Aptitudes et connaissances requises, justificatifs. Art. 4 Diplômes délivrés par les écoles et les institutions de formation professionnelle Ordonnance du DFI relative au permis pour l emploi des désinfectants pour l eau des piscines publiques (OPer-D) du 28 juin 2005 (Etat le 1 er juillet 2015) Le Département fédéral de l intérieur (DFI),

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

Toutes les clés pour évaluer, Maîtriser. Le risque. > risque chimique. en 3 étapes. évaluer. Informer. Prévenir

Toutes les clés pour évaluer, Maîtriser. Le risque. > risque chimique. en 3 étapes. évaluer. Informer. Prévenir Toutes les clés pour évaluer, > risque chimique Maîtriser Le risque chimique évaluer en 3 étapes Prévenir Informer Le risque chimique En résumé Guide d utilisation synthétique de la méthodologie d évaluation

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE)

Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE) 1 Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE) Thématique : Fiche Eau, Bruit et Sols pollués Fiche n 3-6 Sites potentiellement pollués sur

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV)

PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV) PARCOURS : Toxicologie humaine, Évaluation des Risques et Vigilance (THERV) La spécialité THERV s organise en deux finalités, l une dite «Recherche», l autre dite «Professionnelle». 2 UE sont obligatoires

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation?

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation? Résumé Afin de compléter les travaux réalisés par l'arene, l'ademe, Gaz de France et l'agence de l'eau Seine-Normandie depuis 1999 sur le sujet de la méthanisation, filière de traitement des biodéchets

Plus en détail

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE CETE de l Est centre d Études techniques de l Équipement CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE LES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES La qualité de l air et son incidence sur la

Plus en détail

Prestations Proposées

Prestations Proposées Prestations Proposées Effluents gazeux - Réduction des émissions de COV et d autres composés toxiques volatils tels que H2S (couverture, inertage, etc.) - Collecte et traitement des gaz (absorption, adsorption,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS INSTITUT NATIONAL DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ministère du Travail de l Emploi et de la Sécurité Sociale I.N.P.R.P Institut National de la Prévention des Risques Professionnels Décret exécutif-

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Programme National de Recherche «Risques environnementaux et sanitaires liés aux OGM» (Risk OGM)

Programme National de Recherche «Risques environnementaux et sanitaires liés aux OGM» (Risk OGM) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation Service de la recherche Programme National de Recherche «Risques environnementaux et sanitaires liés aux OGM»

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

L écotoxicologie dans une entreprise chimique

L écotoxicologie dans une entreprise chimique L écotoxicologie dans une entreprise chimique Dr Jean-Charles Boutonnet Chef du Département Toxicologie-Environnement ARKEMA France Domaine de l écotoxicologie Discipline ayant pour objet l étude des polluants

Plus en détail

Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets

Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets O. Fardel, L. Vernhet, INSERM U620/SeRAIC, Rennes A.-V.

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les technologies de dépollution : recherche, développement et méthodes d évaluation Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les facteurs principaux de la prise de décision pour le choix d une technique

Plus en détail

Environnement. Franchir une nouvelle étape dans la prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement. Franchir une nouvelle étape dans la prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Santé Environnement Franchir une nouvelle étape dans la prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Ministère de la Santé et de la Protection sociale Ministère de l Écologie et du Développement

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

LE MANAGEMENT DU RISQUE

LE MANAGEMENT DU RISQUE LE MANAGEMENT DU RISQUE S O M M A I R E Définition des différents termes Les différents types de risque Méthodologie d évaluation et de gestion du risque Exemples de management du risque DÉFINITIONS Danger

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Environmental Research and Innovation ( ERIN )

Environmental Research and Innovation ( ERIN ) DÉpartEment RDI Environmental Research and Innovation ( ERIN ) Le département «Environmental Research and Innovation» (ERIN) du LIST élabore des stratégies, des technologies et des outils visant à mieux

Plus en détail

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire 1 Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants. Ils ne sont pas polluants mais peuvent

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Denis Zmirou-Navier Faculté de Médecine, Université de Lorraine, Nancy INSERM U1085-IRSET, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Séquence 1: une introduction

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

Afssa Saisine n 2007-SA-0028

Afssa Saisine n 2007-SA-0028 2 août 2007 AVIS LA DIRECTRICE LE DIRECTEUR GENERALE GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l'évaluation des risques pour l'homme des constituants des produits de nettoyage

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Approches territoriales AAPs et Aides

Approches territoriales AAPs et Aides Approches territoriales AAPs et Aides Stéphane LECOINTE ADEME - Direction Régionale Bretagne Chargé de missions déchets / économie circulaire stephane.lecointe@ademe.fr 02 99 85 87 10 L ADEME en quelques

Plus en détail

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Marine Baulac Delphine Bourgois, Solène Marry, Christophe Goeury,

Plus en détail

PRESENTATION GROUPE LHP

PRESENTATION GROUPE LHP PRESENTATION GROUPE LHP 1. PRESENTATION DU GROUPE Micropolluants Technologie : Laboratoire d analyses spécialisé dans la détection de polluants présents à l état de traces et d ultra traces dans les domaines

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LES CANCERS PROFESSIONNELS LES CANCERS PROFESSIONNELS Près de 2,4 millions de travailleurs français sont quotidiennement exposés à des substances cancérogènes sur leur lieu de travail. Tout le monde est concerné, mais les hommes

Plus en détail

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015

Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques. Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 Sites et sols pollués : impacts sur la santé, localisation, responsabilités et gestion des risques Colloque LQE DREAL Lorraine 09/10/2015 www.developpement-durable.gouv.fr I. Sites pollués : enjeux et

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

La part de la pollution physico-chimique dans la genèse des cancers.

La part de la pollution physico-chimique dans la genèse des cancers. Chimie et société Maison de la Chimie 8 décembre 2004 La part de la pollution physico-chimique dans la genèse des cancers. Dominique Belpomme, Professeur des Universités Président de l ARTAC www.artac.info

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Le rôle des municipalités en matière de protection de l environnement Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Guide de référence Élections municipales

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE

MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité : METIERS DE LA SANTE ASSOCIES

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR DOCUMENT TRADUIT À L ETÉRIEUR Produits et services de nettoyage Fiche produit pour les marchés publics écologiques (MPE) 1. Champ d application La présente fiche contient des recommandations relatives

Plus en détail

Indoor pollution, les bâtiments malades

Indoor pollution, les bâtiments malades Indoor pollution, les bâtiments malades Identifier les sources de pollutions intérieures Boulevard Sainctelette 55, - 7000 MONS Tél.:: 065 403 610 (ou 652) - Fax : 065 347 480 e-mail : hvs.lpi@hainaut.be

Plus en détail

Plan national santé-environnement (2004-2008)

Plan national santé-environnement (2004-2008) Plan national santé-environnement (2004-2008) 21 juin 2004 > Améliorer la qualité de l air et de l eau Plan national Santé Environnement améliorer la qualité de l air et de l eau 1 RÉDUIRE LES ÉMISSIONS

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

CONCOURS FINANCIER DE

CONCOURS FINANCIER DE Rennes, le 10 février 2005 Réf : 211-B2-9/ARED/2005 Politique régionale Code RENFORCEMENT DE LA RECHERCHE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DYNAMISATION DES COMPETENCES SCIENTIFIQUES N 211-B2-9 ALLOCATIONS

Plus en détail

Aide à la classification des catégories SMR et SMS

Aide à la classification des catégories SMR et SMS Aide à la classification des catégories SMR et SMS Pour connaître le détail d une exposition, cliquez sur l icône placée devant celle-ci pour en connaître son contenu. R1 Travailleurs âgés de moins de

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Plus en détail

Gestion intégrée des risques technologiques émergents

Gestion intégrée des risques technologiques émergents Gestion intégrée des risques technologiques émergents Bruno Debray Délégué scientifique Direction des risques accidentels GIS 3SGS 2011 DCO 17/10/2011 1 / 1 Contexte Les risques émergents : une préoccupation

Plus en détail

Figure 1 : Plan de localisation du jardin partagé du Vieux Lyon (source : Géolyon).

Figure 1 : Plan de localisation du jardin partagé du Vieux Lyon (source : Géolyon). COMPTE-RENDU D ANALYSES DE SOLS INTERPRETATION DE L ETAT DES MILIEU (IEM) Jardin «Les Terrasses», 27 Montée du Chemin Neuf, Lyon 5 ème 1. Introduction Contexte : Actuellement, la Ville de Lyon met à la

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse SAS RECYCL EAU au capital de 30 294,88 contact@recycleau.fr 150 avenue des Ferrailles N SIRET : 515 330 009 00017 www.recycleau.fr 84800 Isle sur

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Des gestes pour protéger notre eau

Des gestes pour protéger notre eau Des gestes pour protéger notre eau Quotidiennement, nous utilisons de l eau pour notre hygiène (pour nous doucher, tirer la chasse d eau ), l entretien de notre habitat (pour faire la vaisselle ) : ces

Plus en détail

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction :

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction : COIFFEUR Coiffeur Asthme, allergies respiratoires ou cutanées voire cancers et troubles de la reproduction imputables à la manipulation des produits chimiques, troubles musculo-squelettiques, stress dû

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ POUR LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES CADRAGE STRATÉGIQUE

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ POUR LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES CADRAGE STRATÉGIQUE INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ POUR LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES CADRAGE STRATÉGIQUE CADRAGE STRATÉGIQUE approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 LE PLAN NATIONAL D ACTIONS COORDONNEES DE PREVENTION de la branche Risques professionnels de l Assurance Maladie 2009 -> 2012 Fiche 1 : Une politique de prévention renforcée

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept.

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. 2012 14:45 ] 1 - Les diagnostics immobiliers obligatoires pour une vente

Plus en détail

Plan Régional de Santé au Travail région Centre 2010-2014

Plan Régional de Santé au Travail région Centre 2010-2014 Plan Régional de Santé au Travail région Centre 2010-2014 Les préventeurs de la région Centre coopèrent pour la santé au travail La prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles,

Plus en détail

ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS. Point d étape et perspectives

ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS. Point d étape et perspectives Colloque ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS Point d étape et perspectives cancers professionnels INRS 27 et 28 novembre 2014 Michel Haberer Carsat Alsace Moselle 1 >

Plus en détail

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013 Mail : planning-immodiag@gmail.com LES S S - 2013 LES S S - 2013 VENTE Le DPE : Diagnostic de Performance Energétique Amiante Termites Electricité Gaz L ERNT : Etat des Risques Naturels et Technologiques

Plus en détail

Fiche de sécurité : Solution Bleu d Evans

Fiche de sécurité : Solution Bleu d Evans Le Système Qualité prévoit la gestion de la signature électronique pour la délivrance des documents avec un mot de passe Date d émission rév. 0: voir en-tête 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 Bâtiment et rapport à l énergie Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 La perception culturelle de l énergie Dans l histoire humaine, la compréhension de l énergie provient de l expérience du froid Les

Plus en détail

Deux outils au service du bien bouger, le PRSE et les évaluations d'impact en santé

Deux outils au service du bien bouger, le PRSE et les évaluations d'impact en santé Deux outils au service du bien bouger, le PRSE et les évaluations d'impact en santé Alain JOURDREN (Ville de Rennes) Anne VIDY (ARS Bretagne) Le PRSE, un outil politique local au service du bien-bouger

Plus en détail

LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS. 11 mai 2011

LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS. 11 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS 11 mai 2011 Contact presse : Krystel Lessard 01 42 76 49 61 krystel.lessard@paris.fr

Plus en détail