Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)"

Transcription

1 Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges sociaux (par ex. en négociant un projet de traduction avec un membre de la culture source) ; 2. Curiosité et réactivité dans toutes les formes de contact interculturel (par ex. dans les rapports avec des collègues ou clients de la culture source) ; 3. Sensibilité à la dimension affective et aux conflits potentiels de la communication (par ex. la communication parlée, non verbale, etc.). Théoriques : 1. Concepts-clés de la théorie de la communication interculturelle (par ex. culture, identité, représentations, etc.) 2. Outils conceptuels pour une meilleure analyse d un point de vue interculturel (par ex. cadres pour comparaisons culturelles, échelles de sensibilité culturelle, etc.) Niveau (I, II, III) Soumis au choix de l enseignant. Préparation nécessaire Outils multimédias pour projeter sur écran un exemple de la théorie de l iceberg, l iceberg des orientations culturelles de Brake, cité par Katan : 71). Une image est également fournie à la fin de ce document. Si les contraintes l exigent, la séance peut se dérouler sans préparation préalable des étudiants. Une discussion en classe sur l iceberg des orientations culturelles de Brake (Katan, 1999 : 171) sera un solide point de départ pour introduire les exercices. Si le temps et les ressources disponibles le permettent, les étudiants devront lire et préparer un document chez eux pour une discussion avec la classe. Lecture : KATAN (David), Translating Cultures, Manchester : St. Jerome Publishing, p , chapitre 2, «Defining, Modeling and Teaching Culture» ; 2. p , chapitre 9, «Cultural Orientations», and Chapter 10, «Contexting» ; 3. p , chapitre 11, «Affective Communication». Une fiche étudiant est distribuée pour la séance en classe.

2 Groupes Individuel, en binômes, par petits groupes. Durée (durée totale conseillée) minutes Références à l usage de l enseignant (bibliographie, anticipation des difficultés) Selon la théorie étudiée ici, la culture est comparable à un iceberg, car elle comporte une partie visible et une partie cachée (Edward T. Hall , 1976). Les manifestations visibles de la culture ne sont que la partie émergée de l iceberg. En revanche, c est la partie cachée, immergée de l iceberg qui est la fondation solide de ces manifestations visibles. Brake et al., une équipe de consultants américains en management (1995 : 34-39), propose la division suivante de l iceberg : Lois, coutumes, rituels, gestuelle, habillement, alimentation, types de salutation et d adieu Autant d éléments qui font partie de la culture, mais qui ne représentent que la partie émergée de l iceberg. Les éléments prédominants de la culture sont ceux qui se situent sous la surface des interactions quotidiennes. On les appellera des «orientations normatives». Les orientations normatives sont le fait de préférer certains résultats à d autres (Katan 1999 : 29). Source principale : David Katan. (1999). Translating Cultures, Manchester: St. Jerome Publishing L ouvrage de Katan est une base théorique intéressante, à la fois pour l étudiant et l enseignant, et peut être utilisé comme texte parallèle pour ce cours. Il existe une représentation graphique de l iceberg des orientations culturelles par Brake et al., page 171, qui peut être photocopiée ou projetée sur un écran pour la discussion avec la classe. (Schéma également disponible à la fin de ce document). Pour aller plus loin (théorie de l iceberg) : HALL (Edward T.), Au-delà de la culture, NY : Anchor Books Editions, 1976 ; HALL (Edward T.), Le Langage silencieux, NY : Anchor Books Editions, 1973 ; HALL (Edward T.), La Dimension cachée, NY : Anchor Books Editions, 1969 ;

3 Si les étudiants souhaitent obtenir davantage d explications sur la culture nationale et la culture personnelle, la citation suivante pourrait s avérer utile (original disponible sur «Niveau national Aujourd hui, la population mondiale est répartie entre plus de 200 nations. La plupart des sciences sociales se consacrent à comparer ces différentes nations. Certaines nations sont plus homogènes que d autres sur le plan culturel ; de grands pays comme le Brésil, la Chine, l Inde et l Indonésie englobent plusieurs régions qui diffèrent sur le plan culturel. D autres régions, similaires culturellement, ont des politiques différentes et appartiennent à diverses nations : c est tout particulièrement le cas en Afrique. En tenant compte de ces limites, la comparaison des différentes cultures reste néanmoins une tâche pertinente et formatrice. Les recherches menées par Geert et par d autres ont montré que les cultures nationales diffèrent, en particulier lorsqu on observe les valeurs, souvent inconscientes, partagées par une majorité de la population. Les valeurs, dans ce cas, sont définies comme les «préférences générales pour un état de fait par rapport aux autres». Cette définition est tout à fait différente de celle, employée communément, de «convictions morales auxquelles on est attaché», comme dans le concept de «valeurs d entreprise». Les dimensions de la culture nationale, selon Hofstede, sont enracinées dans nos valeurs inconscientes. Parce que les valeurs sont acquises pendant l enfance, les cultures nationales sont remarquablement stables sur la longue durée ; l évolution des valeurs nationales est l œuvre de plusieurs générations. Ce sont les pratiques que nous voyons changer dans le monde qui nous entoure, en réponse à l évolution du contexte (symboles, héros et rituels), et les valeurs sous-jacentes restent inchangées. C est pour cette raison que l on observe une telle continuité historique dans les divergences entre les pays.» Activités Ces activités ont pour but : - d attirer l attention des étudiants sur la «dimension cachée» de la culture ; - de les sensibiliser aux messages implicites, à l usage de la communication non verbale, à l expression des réactions, à l espace personnel, à la notion du temps ;

4 - de souligner les points de conflit potentiels dans les contacts interculturels, et d encourager les étudiants à anticiper et à résoudre de tels conflits le cas échéant ; - de promouvoir une meilleure compréhension et une plus grande tolérance.

5 Fiche étudiant La théorie de l iceberg Selon cette théorie, la culture est comparable à un iceberg, car elle comporte une partie visible et une partie cachée (Edward T. Hall , 1976). Les manifestations visibles de la culture ne sont que la partie émergée de l iceberg. En revanche, c est la partie cachée, immergée de l iceberg qui est la fondation solide de ces manifestations visibles. Brake et al., une équipe de consultants américains en management (1995 : 34-39), propose la division suivante de l iceberg : Lois, coutumes, rituels, gestuelle, habillement, alimentation, types de salutation et d adieu Autant d éléments qui font partie de la culture, mais qui ne représentent que la partie émergée de l iceberg. Les éléments les plus puissants de la culture sont ceux qui se situent sous la surface des interactions quotidiennes. On les appellera des «orientations normatives». Les orientations normatives sont le fait de préférer certains résultats à d autres (Katan 1999 : 29). Vous trouverez ci-dessous une représentation du modèle de l iceberg selon Brake.

6

7 Discussion avec la classe A. Quels éléments de la culture vous viennent à l esprit? B. Observez les concepts du modèle de l iceberg par Brake. Quelles sont les manifestations explicites et implicites de la culture? Pouvez-vous rapprocher ces concepts de votre culture nationale? Quelle image de votre culture, même très générale, pouvez-vous construire? Pensez à votre culture personnelle et comparez-la à votre culture nationale. Ces deux cultures peuvent-elles parfois entrer en conflit? Comment résoudriez-vous ces points de conflit? À nouveau, observez la liste des concepts et demandez-vous quels sont leurs liens avec la culture de la langue étrangère à partir de/vers laquelle vous traduisez (donnez des exemples tirés de votre expérience personnelle ou de lectures). Selon vous, quels concepts immergés sont susceptibles d apparaître dans le processus de négociation avec un client potentiel? Travail individuel Étape n 1 Vous négociez le prix d une traduction avec un représentant de la culture source. Pensez à vos attentes, votre attitude et éventuellement vos idées reçues au moment de conclure cette affaire. Est-il possible que ces éléments affectent la négociation et son issue? Si oui : dans quelle mesure? Notez vos réflexions. Étape n 2 Vous négociez le prix d une traduction avec un représentant de la culture cible. Pensez à vos attentes, votre attitude et éventuellement vos idées reçues au moment de conclure cette affaire. Est-il possible que ces éléments affectent la négociation et son issue? Si oui : dans quelle mesure? Notez vos réflexions. Travail par deux / en groupes

8 Étape n 3 Par deux avec un autre étudiant (ou en petits groupes), échangez vos idées sur les étapes 1 et 2. Partagez-vous des attitudes et des attentes? Avez-vous identifié des points de conflit potentiels dans votre négociation? Il peut s agir des méthodes de travail, des modes de communication, du vocabulaire et du sens des mots employés, du langage corporel, du contact visuel, des silences, etc. Comment pourriez-vous surmonter ces points de conflit?

9 Introduction et développement : minutes La projection à l écran du modèle culturel de la théorie de l iceberg est le point de départ de la discussion en classe. Le cours commence par un court brainstorming sur les différents éléments de la culture. Les étudiants doivent réfléchir aux manifestations implicites et explicites de la culture et commenter les concepts se trouvant sous la surface de l eau dans le modèle de la théorie de l iceberg (le contexte théorique sera acquis par des lectures en préparation du cours). L enseignant sera chargé de faire un bilan. Les étudiants doivent ensuite mettre en relation ces concepts avec leur culture nationale, et déterminer quelle image, même très générale, ils peuvent en donner. En utilisant les mêmes concepts, les étudiants réfléchissent à leur culture personnelle et la comparent à leur culture nationale. On leur demandera si ces deux cultures entrent parfois en conflit, et quelles mesures ils prennent pour résoudre ces points de conflits. Les étudiants devront ensuite observer les concepts une seconde fois, et déterminer dans quelle mesure ils appartiennent à la culture de leur langue source/cible (en donnant des exemples tirés de leur propre expérience ou de la littérature). On attirera l attention des étudiants sur le processus de négociation avec un client potentiel pour un projet de traduction. Ils devront se concentrer sur les concepts immergés et dire lesquels de ces concepts pourraient, selon eux, entrer en jeu dans le processus de négociation. Conclusion : minutes Les étudiants doivent réaliser les travaux suivants individuellement ou en binôme/groupe : Exercice 1 Vous négociez un devis de traduction avec un représentant de la culture source. Quelles sont vos attentes, vos attitudes, éventuellement vos idées reçues avant d entamer ces négociations? Peuvent-elles affecter le processus et son issue? Si oui, dans quelle mesure? Verbalisez vos pensées. Exercice 2 Vous négociez un devis de traduction avec un représentant de la culture cible. Quelles sont vos attentes, vos attitudes, éventuellement vos idées reçues avant d entamer ces négociations? Peuvent-elles affecter le processus et son issue? Si oui, dans quelle mesure? Verbalisez vos pensées. Exercice 3

10 En binôme avec un autre étudiant (ou en petit groupe), partagez vos réflexions sur les exercices 1 et 2. Partagez-vous certaines attitudes et attentes? Avez-vous identifié des points de conflit potentiels dans votre activité de négociation? Par ex. des méthodes de travail, les modes de communication, le vocabulaire et sa signification, le langage corporel, le contact visuel, les silences, etc. Quelle peut être votre gestion de ces points de conflit? Mise en commun. Les étudiants partagent leurs conclusions lors d une discussion avec la classe.

11

Programme de la séance : Introduction des termes interculturels élémentaires

Programme de la séance : Introduction des termes interculturels élémentaires Programme de la séance : Introduction des termes interculturels élémentaires Acquis d apprentissages (liste + description) - acquis d apprentissages multiples Théorie 1, 2 Niveau (I, II, III) 1 Préparation

Plus en détail

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes :

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : Annexe No.2 Questionnaires Premier objectif Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : 1. Dans votre entreprise ou dans votre service, pensez-vous que la gestion

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

1. Abécédaire 2. Approche langagière 3. Boîte synthèse 4. Centre de littératie 5. Cercle de lecture 6. Chaise d auteur 7. Classement de mots 8.

1. Abécédaire 2. Approche langagière 3. Boîte synthèse 4. Centre de littératie 5. Cercle de lecture 6. Chaise d auteur 7. Classement de mots 8. 1. Abécédaire 2. 3. Boîte synthèse 4. Centre de littératie 5. 6. Chaise d auteur 7. 8. 9. 10. 11. Diagramme de Venn 12. 13. 14. Écriture Dessin 15. Exposition 16. 17. 18. 19. Grille d introduction 20.

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr Atelier n 4n Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr rent Docteur Agnès Riché Référente en antibiothérapie, CH Angoulême Docteur Remy Gauzit Anesthesiste Réanimateur, Hôtel Dieu, AP-HP

Plus en détail

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE Table des matières Introduction! L écriture à travers le curriculum! Motiver les élèves à écrire! Le processus d écriture! L enseignement de l écriture! Comment utiliser cet ouvrage! Déterminer les objectifs

Plus en détail

Analyse et programmation 1

Analyse et programmation 1 Analyse et programmation 1 Bienvenue Présentations Moi Qui suis-je? Quels sont mes domaines de compétence? Pourquoi suis-je ici? Comment me contacter : bureau C01a Par courrier électronique : francois.birling@heig-vd.ch

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB NOM DU FICHIER TESSA : Togo_Ma_M1_S2_G_110213 PAYS TESSA : Togo DOMAINE DU MODULE : MATHEMATIQUES Module numéro : 1 Titre du module : Étude du nombre et de la structure

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Accompagner un changement orienté

Accompagner un changement orienté Accompagner un changement orienté Quelles compétences développer? Mai 2011 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone : 819-376-5011 poste 3644 Louise.lafortune@uqtr.ca Contenu Introduction

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

EDU 1030. présentation du cours

EDU 1030. présentation du cours Design pédagogique en formation d adultes présentation du cours PRÉSENTATION DU COURS Introduction Le cours est une introduction au design pédagogique en formation d adultes. C est par la mise en pratique

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Sous -domaine : Le management stratégique Sous-domaine : Le management Management : concept, définitions et outils -Connaitre les principes, les

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Enseigner dans une salle de classe intelligente

Enseigner dans une salle de classe intelligente Enseigner dans une salle de classe intelligente Stéphane Justeau IPSE 27 juin 2013 Objectifs A la fin de cette séance, vous devriez être en mesure : -D identifier les limites d une salle de classe agencée

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE La formation s intitule «Développement personnel et professionnel». PUBLIC CIBLE Cette formation s adresse à toute personne qui souhaite développer ses compétences

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

Théorie de la traduction ESIT

Théorie de la traduction ESIT Théorie de la traduction ESIT Daniel Gile daniel.gile@yahoo.com www.cirinandgile.com Gile Theortrad 1 Objectifs du cours (1) ESIT : formation à la traduction professionnelle. Différences par rapport à

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille Cours 1. Vision d un objet : Un objet ne peut être vu que s il émet de la lumière et que celle-ci pénètre dans l

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Support : n 1 : l'hymne Européen. Discussion autour des hymnes nationaux. Exemples de questions :

Support : n 1 : l'hymne Européen. Discussion autour des hymnes nationaux. Exemples de questions : Activité 1 Activité de découverte Matériel : nécessaire d'écoute collective (poste, enceintes...) environ 1 heure 30 Support : n 1 : l'hymne Européen - échanger, discuter (expression orale) - comparer

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

Renseignements généraux

Renseignements généraux .Recherche sur l enseignement par visio/vidéoconférence Enseignants et formateurs qui utilisent fréquemment les systèmes de vidéoconférence et visioconférence par Internet dans leur enseignement Être pédagogue

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie D LE DREAU CPD Langues Vivantes AVRIL 2015 Les objectifs définis par les programmes

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Pré requis à l'entrée en formation. Les apprenants devront posséder

Pré requis à l'entrée en formation. Les apprenants devront posséder Service Formation Continue 3 Chemin de la Grange Feu Louis - 91035 EVRY CEDEX Tél. 01.60.79.74.00 Fax 01.60.79.11.22 http://essonne.fac-metiers.fr ANGLAIS PROFESSIONNEL POUR CADRES (Tous métiers d encadrement

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Tutoriel ActivInspire

Tutoriel ActivInspire Le logiciel ActivInspire est un logiciel pour Tableau Blanc Interactif (TBI) de la marque Promethean. Le logiciel peut être installé dans la salle de classe et sur le poste personnel de l enseignant lorsque

Plus en détail

«NÉGOCIATION DE CRISE ET COMMUNICATION D INFLUENCE»

«NÉGOCIATION DE CRISE ET COMMUNICATION D INFLUENCE» «NÉGOCIATION DE CRISE ET COMMUNICATION D INFLUENCE» Ruxandra CONSTANTINESCU-ŞTEFǍNEL N égociation de crise et communication d influence par Laurent Combalbert (ESF édition, 2006, 208 p.) n est pas un livre,

Plus en détail

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt 1. Précision du sujet Ce module fait parti d une série des modules pour la mobilisation de la population locale et particulièrement

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Date d envoi : Date de réception : QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Demande d admission - Niveau secondaire Ce document doit être complété par le titulaire de classe ou par l orthopédagogue Nom de l élève :

Plus en détail

Description des cours TBU

Description des cours TBU des cours TBU 201-213-RO - Mathématiques appliquées au travail de bureau Le cours Mathématiques appliquées au travail de bureau (201-213-RO) permet de développer les habiletés requises pour résoudre des

Plus en détail

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement Temps 1 Lectures Activité 1 Objectifs Lors de cette première activité, nous vous demandons de prendre connaissance des textes que nous avons sélectionnés et qui constituent le cadre de référence de ce

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Nicole de Korte et Armand Gagné Direction des politiques et des normes en matière d enseignement Objectifs de la séance d aujourd

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité Recherche

Management Responsabilité. Management Responsabilité Recherche Management Responsabilité Management Responsabilité Recherche L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Gestion de projet et. «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de. qu il seroit requis pour les mieux

Gestion de projet et. «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de. qu il seroit requis pour les mieux Gestion de projet et planification «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de parcelles qu il se pourroit, et qu il seroit requis pour les mieux résoudre.» R Descartes,

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

Cartes heuristiques et schémas conceptuels

Cartes heuristiques et schémas conceptuels Cartes heuristiques et schémas conceptuels En animation et en travail de groupe, la prise de note, l organisation des informations et leur utilisation efficace sont d une grande aide pour favoriser la

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Modules de formation

Modules de formation Modules de formation Nos modules de formation sont conçus de façon à être interactifs et ludiques (nombreuses mises en situations, jeux de rôles, exemples tirés du vécu des étudiants et de l expérience

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!» Département fédéral de l'intérieur DFI Secrétariat général DFI Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées BFEH Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

6 : La Seconde Guerre mondiale allait-elle être différente de la Première?

6 : La Seconde Guerre mondiale allait-elle être différente de la Première? 6 : La Seconde Guerre mondiale allait-elle être différente de la Première? Durée de la leçon Matériel et préparation Autres notes pour les éducateurs 1 période (75 minutes) Feuilles de travail sur l histoire

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect!

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect! Fiche atelier DROITS ET RESPONSABILITES On a tous des droits en ligne. Respect! Objectif Que peut-on faire, que doit-on faire, que devrait-on faire en ligne? En quoi suis-je protégé, responsable? Que dit

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 2 L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Seïtaro YAMAKAWA Université d Economie d Osaka bpr5000?saturn.dti.ne.jp De nos jours, dans beaucoup

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008 Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant Colloque SFIB/CTIE 2008 Jean Zahnd / P.-O. Vallat Points traités Modalités de l expérimentation 1 Aspects techniques et

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA MRK-20712 - MARKETING DIRECT Syllabus Automne 2008 Local 3307 PAP CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

Plus en détail

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011 DIAGNOSTIC EXPORT Mode d emploi 17 février 2011 I.Introduction 1. 1. Les avantages de l export 2. 2. Les défis de l export 3. 3. Qu est ce qu un «Diagnostic Export»? II. Analyse de l entreprise 1. 1. Une

Plus en détail

2 périodes de 40 minutes

2 périodes de 40 minutes Faire de l argent! NIVEAU 4 Vous êtes-vous déjà demandé qui choisissait les images et les mots figurant sur les pièces de monnaie et les billets de banque? Et comment ces images et ces mots étaient choisis?

Plus en détail

Vous propose une journée de Formation afin de : Sensibiliser à «l interculturel» Dates: Le 26 Septembre 2014. Le 21 Novembre 2014. à Paris de 9h à 17h

Vous propose une journée de Formation afin de : Sensibiliser à «l interculturel» Dates: Le 26 Septembre 2014. Le 21 Novembre 2014. à Paris de 9h à 17h Vous propose une journée de Formation afin de : Sensibiliser à «l interculturel» Dates: Le 26 Septembre 2014 Et Le 21 Novembre 2014 à Paris de 9h à 17h L'INTERCULTUREL EN QUESTION(S) Comment comprendre

Plus en détail

Rôles et techniques de l animateur

Rôles et techniques de l animateur Rôles et techniques de l animateur L animateur n est pas le leader dans le sens où nous l entendons habituellement (celui qui dirige, commande, influence). Il est le catalyseur des influences et des contributions

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Geographic Information Technology Training Alliance (GITTA) presents: Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Table des matières 1. Les études de cas...2 1.1. Définitions et commentaires...

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Programme Sensibilisation Rencontre Québécois Autochtones «SOUS LE SHAPUTUAN»

Programme Sensibilisation Rencontre Québécois Autochtones «SOUS LE SHAPUTUAN» Programme Sensibilisation Rencontre Québécois Autochtones «SOUS LE SHAPUTUAN» PRÉSENTATION Le programme «Rencontre Québécois Autochtones» est à sa dixième année d existence. Depuis, le Shaputuan, pilier

Plus en détail

Guide des intelligences multiples

Guide des intelligences multiples Guide des intelligences multiples A n n e x e 1 2 Intelligences Verbale et linguistique Logicomathématique Spatiale et visuelle Musicale et rythmique Corporelle et kinesthésique Interpersonnelle Intrapersonnelle

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Concept clé Concept(s) connexe(s) Contexte mondial

Concept clé Concept(s) connexe(s) Contexte mondial Unité de travail Si les + ne fonctionnent pas, appuyez sur PLAY en haut à droite. Recherche: définition de l objectif de l unité + + + Concept clé Concept(s) connexe(s) Contexte mondial Forme Mesure et

Plus en détail

Enseignement des sciences humaines en médecine à Genève

Enseignement des sciences humaines en médecine à Genève Enseignement des sciences humaines en médecine à Genève Une expérience, pas un modèle Micheline Louis-Courvoisier Le plan Les questions débattues dans la littérature; Les réponses genevoises. Les consensus

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

LES EQUIPES MULTICULTURELLES

LES EQUIPES MULTICULTURELLES 55 LES EQUIPES MULTICULTURELLES Par culture, on entend le mode de vie développé par un groupe d êtres humains transmis aux générations suivantes, consciemment ou non. Cette culture est constituée par des

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Parcours Pédagogique Fiche élaborée par Gabriel Picard Titre : «Une histoire de l outre mer : l héritage colonial français» Thèmes : Colonialisme,

Plus en détail