Les Cars Rapides s à Dakar Vers la voie du professionnalisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Cars Rapides s à Dakar Vers la voie du professionnalisme"

Transcription

1 Les Cars Rapides s à Dakar Vers la voie du professionnalisme Ibou DIOUF, CETUD Le service de transport public urbain rendu par les cars rapides se trouve actuellement dans une situation d exploitation de type informel avec toutes les conséquences en termes de qualité de service décroissante et d insécurité routière grandissante. La professionnalisation du sous-secteur des cars rapides vise, à terme, la création d entités viables, dans un environnement assaini, pour une exploitation rationnelle du réseau de lignes, sur la base d un cahier de charges précisant les obligations de l Etat voire des collectivités locales d une part, et celles des opérateurs d autre part. L objectif est de moderniser le secteur, pour le rendre plus attrayant pour les investisseurs et les usagers, par : S la réorganisation des itinéraires et la matérialisation des arrêts ; S l assainissement des relations contractuelles entre propriétaires chauffeurs et apprentis conformément à la réglementation du travail et à la législation sociale ; S la détermination de tarifs économiquement viables, c est-à-dire garantissant l équilibre d exploitation. La démarche utilisée comprend, outre l encadrement institutionnel pour la constitution d entités juridiques, un dispositif de formation, de sensibilisation et d information pour accompagner le processus dans ses différentes phases de mise en œuvre. Dans cette perspective, de profondes réflexions ont été initiées et des concertations sont en cours, avec une forte implication des organisations de transporteurs et des syndicats de chauffeurs. Restructuration du réseau et méthodes d exploitation La restructuration globale du réseau vise à améliorer les conditions d organisation des différents modes de transport collectif, dans une optique de hiérarchisation et de complémentarité modale, en faisant du Petit Train Bleu l épine dorsale du transport urbain à Dakar, notamment pour la desserte de la banlieue.

2 Aussi, la logique de restructuration du réseau de cars rapides a t-elle été guidée par un souci de rationalisation et d équilibre d exploitation tout en maintenant un niveau de couverture géographique satisfaisant. Une des caractéristiques d un réseau de transport moderne est l existence d itinéraires fixes desservis de façon régulière sur la base d un niveau de service planifié. Aussi allons-nous aborder successivement les aspects relatifs aux itinéraires, aux arrêts et aux horaires. Les itinéraires Les circuits actuels des lignes de cars rapides sont régis par l arrêté n 0219/RCV/CD/SG du 17 février 1976 du Gouverneur de la région du Cap-Vert, abrogeant et remplaçant l arrêté n 116/SG/ du 20 janvier C est cet arrêté, toujours en vigueur, qui établit les itinéraires de desserte de neuf lignes, définit la structure de base du réseau. Il a été complété par différents additifs autorisant l exploitation de circuits au fur et à mesure que de nouveaux besoins étaient exprimés. On peut citer : - Additif du 08 juillet 1977, portant création de la ligne 10 ; - Additif de novembre 1978, initiant la ligne 11, avec des variantes de lignes 11-a et 11-b ; - Additif du 04 octobre 1993, sous le n 3099/CD/SGC/DAU du Maire de la Commune de Dakar, portant création d une nouvelle ligne 12. On constate ainsi que la logique de construction du réseau de cars rapides s est faite autour d une addition d arrêtés autorisant l exploitation de circuits, au fur et à mesure. À l analyse, on note aussi qu il se dégage beaucoup de troncs communs dans le tracé des circuits. C est le cas de l avenue Blaise Diagne et des rues 22 et 37 avec les lignes 1, 2, 3, 5, 2, 9 et 10. Certains itinéraires manquent également de précisions dans le tracé, notamment au niveau de Pikine et Guédiawaye. C est la raison pour laquelle, dans le cadre de la restructuration globale des transports en commun, cette logique a été revue et inscrite dans une approche de hiérarchisation et de complémentarité des modes d exploitation. Suivant cette orientation, de nouveaux itinéraires de cars rapides ont été définis et le maillage du réseau a été élaboré sur la base d un schéma de dessertes fines. Vingt-six lignes ont ainsi été retenues en accord avec les organisations professionnelles de transporteurs : - 7 lignes desservant le département de Dakar - 10 lignes reliant Dakar et les communes de Pikine et Guédiawaye

3 - 3 lignes Rufisque et Bargny - 4 lignes assurant la liaison Guédiawaye Pikine - 2 lignes partant de Rufisque en direction de Gorom et Yène Après la phase de sensibilisation pour le respect des arrêts, la seconde étape concernera la campagne d information et de vulgarisation des nouveaux itinéraires. Pour cela, le CETUD a passé commande auprès de la Direction des travaux géographiques et cartographiques pour l élaboration de plans du réseau dont une partie destinée aux usagers sera en format de poche. Les arrêts L arrêt en transport collectif joue un rôle très important. C est le signe tangible de l existence d un réseau de transport ; il constitue également le premier lieu de rencontre de l usager et de l opérateur, et en tant que tel, il constitue un lieu privilégié d information du public et participe à la formation de l opinion que le client se fait du service offert par l opérateur. Par ailleurs, le point d arrêt a une fonction de régulation : - au niveau de l opérateur il participe à la maîtrise de la régularité de la production ; - au niveau de la circulation générale, la nature et le niveau de son aménagement permettent de faciliter l écoulement du trafic en ces points singuliers. L équipement d un point d arrêt est également un mobilier urbain qui, bien conçu, participe à l embellissement de la ville et à l amélioration du confort d attente de l usager. C est la raison pour laquelle, dans le processus de rationalisation de l exploitation des cars rapides, un plan d habillage du réseau en poteaux d arrêts et abris a été retenu et sa conception confiée à un architecte aménagiste en vue d une meilleure intégration dans le tissu urbain. Le choix fait sur les coloris (bleu et jaune) de ces mobiliers urbains n est pas neutre puisqu il renvoie à la livrée des cars rapides, et aux couleurs de la ville. En vue de la mise en œuvre prochaine du respect des arrêts, il a été retenu de faire appel à un consultant spécialisé en communication pour la production de différents supports en vue d une campagne d information et de sensibilisation des usagers et des opérateurs par voie de presse et d affichage. L objectif de la mission est de concevoir des spots TV et radio dont les messages auront une influence significative sur le comportement des chauffeurs et des usagers afin de les amener à respecter les points d arrêts aménagés à cet effet. Les horaires Le respect d une grille horaire correspondant à un plan de production appelé régularité, constitue, avec la sécurité et le confort, les éléments de la qualité de service.

4 Dans la situation actuelle l ordonnancement de la marche des véhicules est inexistant et le tableau de marche type des véhicules est inconnu. Si l on veut juguler les désagréments que ces dysfonctionnements causent aux usagers en ce qui concerne la gestion de leur temps de déplacement, il faut trouver des solutions rationnelles applicables. Or l application de règles de gestion modernes dans ce domaine suppose une organisation administrative et technique des opérateurs qui ne saurait être effective avant la constitution d entités ayant un statut juridique viable. C est pourquoi, dans cette phase transitoire, il est plutôt préconisé, en lieu et place d un tableau de marche véritable, d instaurer une grille d horaire de départ fixant simplement la fréquence au départ du terminus de commande. Ainsi, les horaires au départ des têtes de lignes sont fixés en fonction du niveau de service requis pour répondre à la demande de la ligne. Par contre, le rang du véhicule sur la liste des départs d une ligne dépend de sa position à l entrée en gare. Le respect de cette grille de départ, appelé par ailleurs la stabilité des départs, lorsqu il est doublé par le respect effectif des arrêts en cours d itinéraires, est un levier important pour atteindre l objectif de régularité de l offre sur le réseau. Appui institutionnel et renforcement des capacités pour une évolution des rapports sociaux de production Le mécanisme mis en place prévoit également un appui institutionnel au sous-secteur pour transformer les unités d exploitation en entités juridiques, et pour assurer la formation des chauffeurs, apprentis et transporteurs à de nouvelles méthodes d exploitation. Appui institutionnel Au regard de la structuration actuelle du secteur, l option d une approche graduelle a été faite dans la création des entités juridiques prenant en compte les exigences des conditions posées par la Banque mondiale pour la mise en place d une ligne de crédit destinée au renouvellement du parc. Du reste, cette démarche a permis, dans un premier temps, la constitution de douze (12) GIE d opérateurs de cars rapides, regroupant 446 transporteurs et un parc de 1357 véhicules. Avec la création de ces GIE, il est attendu les conséquences positives suivantes : - le passage des opérateurs de l entreprise de type familial à la structure sociétaire ; - la possibilité pour l Etat et les usagers d avoir comme répondant des personnes morales de droit privé ;

5 - l établissement d un cadre définissant clairement les droits et obligations des opérateurs ( par exemple obligation de respecter la réglementation sociale et fiscale, et droit à la compensation des coûts pour contraintes de service public) ; - l exploitation des lignes sous le régime de la concession suivant un cahier de charges définissant les niveaux de service. Formation des acteurs La formation des transporteurs a pour objectif de leur donner les outils pour une exploitation plus rationnelle de leurs parcs et une gestion plus rigoureuse voire transparente. Cinq modules principaux sont ciblés ; il s agit notamment de la gestion du parc, de la gestion de l exploitation, de la gestion commerciale, de la gestion des ressources humaines et de la gestion comptable et financière. Le choix des formateurs est fait et l élaboration des modules achevée. Le lancement de la session de formation est prévu en juin prochain. En ce qui concerne les conducteurs professionnels, 6000 ont été formés sur des thèmes couvrant entre autres les notions générales de maintenance des véhicules, la conduite économique, la sécurité routière et les relations entre clients et équipages de cars rapides. L évaluation qui en a été faite par un cabinet extérieur, à la demande du CETUD, a donné des résultats encourageants au regard des signaux positifs lisibles dans divers domaines : - un relèvement du niveau de culture générale des conducteurs, - le renforcement de la solidarité et de l entente entre les conducteurs (différentes factions syndicales se côtoyaient en salle), - une amélioration des connaissances en matière de gestion des véhicules, notamment le rôle de l entretien préventif, - une diminution des conflits et bagarres, notamment entre équipages ou avec la clientèle, - un éveil plus prononcé des participants et un relèvement de leur conscience civique. La poursuite et le renforcement de cette action sont envisagés dans le cadre du projet de mobilité urbaine avec une deuxième phase de cette opération qui devra démarrer en octobre Conditions de travail Les règles en vigueur dans le fonctionnement du secteur laissent apparaître des relations particulières de travail entre les acteurs en présence.

6 Le contrat de travail entre le propriétaire et le chauffeur est rarement consigné par écrit. Il se fait le plus souvent oralement sur la base d une confiance mutuelle. Il est généralement conclu en présence d une troisième personne qui, dans certains cas, a été à l origine du contact entre «l employeur» et «l employé». Il s agira ici de moderniser le système de gestion des ressources humaines et d assainir les relations de travail entre les différents acteurs. En particulier il s agira de rendre conformes à la législation et à la réglementation du travail les rapports professionnels entre transporteurs et chauffeurs /apprentis. Billetterie et maîtrise des recettes La représentation de l organisation actuelle des cars rapides correspond à un schéma où le propriétaire du véhicule confie l exploitation du car à un chauffeur qui s adjoint, à son tour, l aide d un receveur qui a un statut d apprenti (un apprenant du métier de chauffeur). Le transporteur fixe au chauffeur un montant de recette à verser à la fin de chaque journée. La gestion de la recette échappe totalement au chauffeur puisque l apprenti a la responsabilité de l encaissement des prix payés par les voyageurs et se trouve ainsi du fait de l inexistence de billetterie, garant des sommes perçues et c est lui qui à son tour procède à l affectation à travers : - le règlement des repas - le paiements des amendes - la liquidation des redevances diverses (taxe de gares, mandat coxeur, ristourne monnayeurs ) - le prélèvement de son salaire journalier On comprend donc aisément que si l on doit assainir les relations contractuelles entre les acteurs, il faut faire en sorte qu en même temps que le transporteur se conformera aux dispositions légales et réglementaires, il aura une totale maîtrise des recettes générées par l exploitation de son véhicule. C est le rôle de la billetterie qui permet à l investisseur de cerner les recettes à travers les mouvements de stock des titres. Naturellement, il conviendra de mettre en place un dispositif de contrôle efficace et efficient. Tarification et équilibre d exploitation Les tarifs officiels sont fixés par Décret sur proposition du Ministère chargé du Commerce en relation avec les Ministères en charge des transports et des finances.

7 Les tarifs en vigueur actuellement sont contenus dans le décret du 13 octobre 2000, abrogeant et remplaçant celui n du 1 er juillet Ainsi de 1985 à 1994, soit près de dix ans, la seule révision tarifaire intervenue l a été à la suite de la dévaluation du franc CFA. Et pour des raisons liées à la maîtrise de l inflation, la hausse a été limitée à 20 %.Or le matériel de transport, comme du reste les pièces de rechange et consommables, sont des produits d importation. Cette décision est à l origine de l insuffisance tarifaire notée sur certaines lignes. Par ailleurs, la structure tarifaire est construite sur une tarification glissante dont la péréquation ne reflète pas la structure des coûts sur les dessertes de banlieue. Cela favorise l arbitrage des opérateurs pour la desserte des courtes distances. Et c est là le fondement théorique du sectionnement des trajets opéré par les conducteurs et apprentis. Le constat est fait sur la base des tarifs ci-après : À partir du centre ville - 90 à 105 F jusqu à la première couronne de la ville de Dakar (12 à 14 km), à 120 F jusqu à la limite de la limite périphérique de la ville de Dakar (22 à 25 km), et 195 F respectivement pour les villes de Rufisque et Bargny (30 à 35 km). À partir de colobane (pôle intermédiaire de chargement) francs jusqu à Pikine (10 à 12 km), francs jusqu à Yeumbeul (15km), francs jusqu à Rufisque (25km). À partir de la Patte d oie - 85 F jusqu à Pikine (8 à 10 km), F jusqu à Diamaguène (10 à 12 km), F jusqu à Rufisque (17 à 18 km). Cette grille tarifaire défavorable aux transporteurs sur les longues distances est appliquée autrement par les opérateurs : - Aux heures de pointe où la demande est maximale, les prix forts sont pratiqués sur les circuits avec la pratique du «Yekale» qui consiste à créer des terminus intermédiaires en vue d obtenir un prix global du trajet relativement élevé. - Aux heures creuses par contre, sur les courtes distances où les prix paraissent élevés, les clients négocient à la baisse mais ils subissent la loi des attentes prolongées pour d améliorer confortablement les coefficients de charge des véhicules.

8 En analysant donc les tarifs pratiqués actuellement, on se rend compte qu ils ne garantissent pas l équilibre d exploitation pour les opérateurs. Il faudra donc, sur la base d une analyse pertinente, déterminer les réajustements tarifaires nécessaires, prenant en compte l ensemble des charges, en particulier celles qui découleront des mesures de modernisation, en vue de garantir l équilibre d exploitation. Le plan d action annexé prévoit la mise en œuvre d une nouvelle grille tarifaire en septembre Concession des lignes : cahier de charges Le franchissement avec succès de ces étapes devrait permettre d envisager, pour le moyen terme, la contractualisation des relations entre les opérateurs de cars rapides et l État ou les collectivités locales de la région de Dakar, à travers une convention d exploitation de lignes de desserte urbaine, assortie d un cahier de charges précisant, notamment, le niveau de service, la qualité des prestations, les conditions financières, les relations entre le transporteur et son personnel (chauffeurs et apprentis - receveurs particulièrement). La démarche concertée sera de mise durant tout le processus de professionnalisation du secteur dont le plan d action est arrêté ainsi qu il suit : Le chronogramme suivant est établi à cet effet : 1. Mars 2002 : sensibilisation des acteurs (transporteurs, chauffeurs, apprentis et coxeurs ) 2. Juin 2002 : sensibilisation des usagers 3. Juin 2002 : lancement de la formation des opérateurs 4. Juillet 2002 : application des dispositions pour le respect des arrêts et suppression des coxeurs au niveau des arrêts 5. 1 er septembre 2002 : respect des itinéraires et suppression des transbordements, cela suppose une révision tarifaire pour assurer une juste couverture des charges réelles des opérateurs 6. Octobre 2002 : reprise de la formation des conducteurs professionnels Le franchissement avec succès de ces étapes devrait permettre d envisager, pour le moyen terme, la contractualisation des relations entre les opérateurs de cars rapides et l Etat ou les collectivités locales de la région de Dakar, à travers une convention d exploitation de lignes de desserte urbaine, assortie d un cahier de charges précisant, notamment, le niveau de service, la qualité des prestations, les conditions financières, les relations entre le transporteur et son personnel (chauffeurs et apprentis - receveurs particulièrement). C est également à ce stade qu il faudra examiner la question de l introduction de la billetterie. - Concertation / négociation : janvier à mars Mesures d accompagnement : avril/mai Démarrage du nouveau cadre : juin 2003

Le Pays d Aubagne et de l Etoile

Le Pays d Aubagne et de l Etoile Le Pays d Aubagne et de l Etoile Depuis le 1 er janvier 2009 : 12 communes et 101 253 habitants Les Bus de l agglo, c est : - un réseau exploité dans le cadre d une DSP confiée en août 2007 aux Autobus

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Cadre réglementaire et gouvernance des Transports publics en Afrique: Cas du Sénégal

Cadre réglementaire et gouvernance des Transports publics en Afrique: Cas du Sénégal Cadre réglementaire et gouvernance des Transports publics en Afrique: Cas du Sénégal Présenté par: Mr Cheikhou Oumar GAYE Directeur des Opérations au CETUD SOMMAIRE Cadre réglementaire: Organisation du

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER

OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER Le secteur du transport routier en grande difficulté avant les différentes crises sociopolitiques qu a connues la Côte d Ivoire au cours de ces dix (10)

Plus en détail

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision du Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 23 mars 2009 portant mise en demeure de la société Free SAS de se conformer aux obligations

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Le péage de transit poids lourds repose sur trois piliers :

Le péage de transit poids lourds repose sur trois piliers : DOSSIER Remplacement de l écotaxe par un péage de transit poids lourds pour les routes au trafic supérieur à 2 500 poids lourds par jour Photo prise le long de la RN10 23 juin 2014 Après un travail de

Plus en détail

PARCOURS FORMATION 2014

PARCOURS FORMATION 2014 Branche des commerces de détail de papeterie, fournitures de bureau, bureautique et informatique APPEL A PROPOSITIONS A L ATTENTION DES ORGANISMES DE FORMATION PARCOURS FORMATION 2014 Maxime MARION Fédération

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3081 Conventions collectives nationales INDUSTRIES DE CARRIÈRES ET DE MATÉRIAUX

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Commission de Régulation du Secteur de l Electricité

Commission de Régulation du Secteur de l Electricité REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi Commission de Régulation du Secteur de l Electricité DECISIO 2008-02 RELATIVE A LA GRILLE DES TARIFS DE VE TE AU DETAIL EXCLUSIVE D E ERGIE ELECTRIQUE APPLICABLES

Plus en détail

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER Cder IEPF Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale Dr Amadou SOW, ADG/ASER Définition Un PPP consiste en l association entre une autorité publique et

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX Au cours du mois de juillet 2010, les services de la direction de la législation fiscale (DLF) et de la direction générale des finances

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat FORUM INTERNATIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA REFORME ET MODERNISATION DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE CONGOLAISE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE SESSION VII INNOVATION STRATÉGIQUE EN MATIÈRE DE SYSTÈME DE

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Structure du Plan de Communication

Structure du Plan de Communication Structure du Plan de Communication L élaboration d un plan de communication pour le secteur de l eau s articule autour de plusieurs actions complémentaires, structurées et titrées comme suit : Partie 1

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Les activités du Ministère

Les activités du Ministère MINISTERRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME ---------------- Le Ministre Le Cabinet ---------------- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE ---------------- Union-Discipline-Travail Les activités

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises.

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. Présentation de FNE France Nature Environnement : une Fédération de plus de

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing des produits fianciers et d'assurance de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Au terme de cette mission d audit, des recommandations sont faites à l endroit de l Autorité de Régulation et des opérateurs GSM.

Au terme de cette mission d audit, des recommandations sont faites à l endroit de l Autorité de Régulation et des opérateurs GSM. AUDIT DES OPERATEURS Dans le cadre de sa mission de contrôle des activités des opérateurs, l Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunications du Bénin a recruté en 2009 un Cabinet pour

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

Lors de sa séance du 13 juillet 2012, le conseil communautaire a décidé :

Lors de sa séance du 13 juillet 2012, le conseil communautaire a décidé : Rapport de présentation sur les caractéristiques essentielles de la délégation de service public de transports en commun (article L.1411-4 du Code général des collectivités territoriales) page 1/9 Introduction

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE Principaux axes De développement et modernisation Du Marché Financier en Algérie présenté par Monsieur ismail Noureddine, président de la COSOB PRINCIPALES REALISATIONS

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme

UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Transport routier au Maroc. Etat des lieux et perspectives

Transport routier au Maroc. Etat des lieux et perspectives ROYAUME DU MAROC Ministère de l Equipement, du Transport et de la Logistique Transport routier au Maroc Etat des lieux et perspectives Par Lalla Bahija BOUCETTA : Chef de division des transports routiers

Plus en détail

Ce corrigé est une proposition il n a pour objet qu un titre Informatif, ce n est en aucune manière la correction officielle.

Ce corrigé est une proposition il n a pour objet qu un titre Informatif, ce n est en aucune manière la correction officielle. CORRIGE EXAMEN D ATTESTATION DE CAPACITE VOYAGEURS SESSION DU 2.10.2013 Ce corrigé est une proposition il n a pour objet qu un titre Informatif, ce n est en aucune manière la correction officielle. a)

Plus en détail

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle Projet d Appui Institutionnel

Plus en détail

CONVENTION D EXPLOITATION D UN SERVICE PUBLIC DE TRANSPORT A LA DEMANDE PAR TAXI

CONVENTION D EXPLOITATION D UN SERVICE PUBLIC DE TRANSPORT A LA DEMANDE PAR TAXI CONVENTION D EXPLOITATION D UN SERVICE PUBLIC DE TRANSPORT A LA DEMANDE PAR TAXI ENTRE La Communauté de Communes du Secteur d Illfurth agissant en vertu d une délibération du Conseil de Communauté du 7

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Concertation A31bis : Focus thématique sur le financement. Les principes d une concession autoroutière. 20 Mai 2015

Concertation A31bis : Focus thématique sur le financement. Les principes d une concession autoroutière. 20 Mai 2015 Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer Direction des infrastructures de transport Département PPP infrastructures & transports Concertation A31bis : Focus thématique sur le

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ)

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Date limite de présentation des propositions : Le mardi 4 septembre 2012, 17 h 1 Renseignements préliminaires

Plus en détail

SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE -

SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE - SPECIFICATION DE BESOIN FORMATION - ACTIONNARIAT SALARIE - - EPARGNE SALARIALE - page 2/8 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 3 3. OBJECTIFS... 3 4. DOCUMENTS DE REFERENCE... 4 5.

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP - la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) - la Fédération Française du Bâtiment (FFB) - la Fédération

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE Article 1 er Création d une carte d étudiant des métiers pour les apprentis et certains jeunes en contrats de professionnalisation

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX

TYPES D ESPACES ET STATUTS FONCIERS DES ENSEMBLES DOMANIAUX Règles foncières liées à la GDT Contexte 60% de la population dépend de la terre pour vivre Une mise en culture de plus de 65% des terres arables Un déplacement du front arachidier vers les zones d élevages

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Recommandations générales Bernard Rivalta Ancien Président du SYTRAL Laurent Sénigout Directeur de l exploitation KEOLIS

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail