Université de Rennes 1 Année universitaire 2007 / Mémoire pour l obtention du Diplôme Interuniversitaire de Sénologie et Pathologie Mammaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université de Rennes 1 Année universitaire 2007 / 2008. Mémoire pour l obtention du Diplôme Interuniversitaire de Sénologie et Pathologie Mammaire"

Transcription

1 Université de Rennes 1 Année universitaire 2007 / 2008 Mémoire pour l obtention du Diplôme Interuniversitaire de Sénologie et Pathologie Mammaire Facteurs prédictifs d envahissement du curage axillaire en cas de ganglion sentinelle métastatique et évaluation du score prédictif de Tenon : étude rétrospective de 472 patientes Présenté par Véronique THOMAS Directeur de mémoire : Professeur Jean LEVEQUE Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis Rennes

2 Introduction Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers de la femme nouveaux cas par an en France en 2005 (36,7 % des nouveaux cas de cancers)- et la première cause de mortalité par cancer chez la femme décès par an en France en 2005 (17,7 pour ) - [1]. Le statut des ganglions axillaires est un facteur pronostique majeur du cancer du sein [2] : le curage est la référence pour apprécier leur envahissement, mais au prix d une importante morbidité [3, 4]. La technique du ganglion sentinelle (GS), décrite en 1993 par Krag et al. [5] et qui consiste en un repérage du premier relais ganglionnaire de drainage axillaire, a une morbidité inférieure à celle du curage [6-8]. Indiqué dans les cancers invasifs de petite taille et classés N0, le GS a pour but d évaluer le statut ganglionnaire et d éviter un curage inutile s il est négatif. Actuellement, il est recommandé, en cas de GS métastasique, de réaliser un curage axillaire. Or, dans 40 à 70 % des cas de ces situations [9-11], les ganglions non sentinelles (GNS) ne sont pas métastatiques, seul le GS est atteint. C est pour éviter ces 40 à 70 % de curages inutiles, que de nombreux auteurs ont cherché des facteurs prédictifs d envahissement des GNS lorsque le GS est positif. Certains ont donc proposé des scores [12, 13], dont celui de Tenon auquel nous nous sommes intéressés [14, 15], qui permettraient d identifier des patientes dont le risque d envahissement du GNS serait très faible malgré le GS positif et pour lesquelles le curage pourrait alors être évité. Le but de notre étude est de mettre en évidence des facteurs prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastasique, puis de tester le score prédictif proposé par l équipe de Tenon, sur les données des patientes opérées d un ganglion sentinelle dans notre service (validité externe du score). 1

3 Matériel et méthodes La population Notre étude s est déroulée de manière rétrospective et a repris, de décembre 2003 à décembre 2006, 472 dossiers de patientes chez qui a été pratiquée la technique du GS, dans le Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes. Nos critères d exclusion ont été les suivants : - tumeur mesurée cliniquement ou radiologiquement > 20 mm en pré-opératoire - tumeur inflammatoire - tumeurs multiples - N+ cliniquement - thérapie néo-adjuvante (chimiothérapie ou radiothérapie) - antécédent de chirurgie mammaire ou axillaire homolatérale - femme enceinte ou diabétique - allergie connue - refus de la patiente Toutes les patientes ont eu un diagnostic de cancer prouvé histologiquement, en préopératoire par micro- ou macro-biopsies. La technique du GS et les indications du curage axillaire La technique du GS utilisée était basée sur la double détection : traceur isotopique et colorant bleu. Le traceur isotopique, le sulfure colloïdal technétié (Tc 99m), était injecté la veille de l intervention en péri-aréolaire et une lymphoscintigraphie était réalisée 2 heures après l injection afin de localiser et quantifier le(s) GS. Sous anesthésie générale, en début d intervention, une injection intra-dermique de 2 ml de Bleu Patenté était réalisée en péri-aréolaire, aux points cardinaux de l aréole. Un massage doux du sein était ensuite réalisé pendant 5 minutes. L incision était réalisée sur le même trajet que celle d un curage axillaire, en regard du signal maximal détecté par la sonde isotopique. Les GS ont été repérés par leur couleur bleue et conjointement par la sonde qui détecte leur radioactivité. Nous avons extrait tous les ganglions radioactifs (chauds) et/ou bleus puis nous 2

4 avons vérifié le creux axillaire : aucun ganglion ne doit être palpé et l activité résiduelle radioactive doit être égale au bruit de fond. Les GS prélevés ont été analysés immédiatement en extemporané, à l état frais, par le médecin anatomopathologiste. La technique utilisée était celle des appositions sur lame (technique des «empreintes cytologiques»). Si au moins un des GS présente une métastase, un curage axillaire était systématiquement réalisé dans le même temps opératoire. De même, en cas d échec de détection du GS, un curage axillaire était réalisé. Une analyse anatomopathologique définitive était ensuite réalisée en différé (par coloration HES et si HES négatif, par immunohistochimie à la recherche de micrométastases et de cellules tumorales isolées) et pouvait donc conduire à une indication de curage axillaire dans un 2 ème temps opératoire. Les critères étudiés Les critères relevés pour chaque patiente ont été : l âge, la localisation de la tumeur primitive, le type de chirurgie (tumorectomie ou mammectomie), la taille histologique de la tumeur, le type histologique (carcinome canalaire infiltrant, carcinome lobulaire infiltrant, autre), la présence d emboles lymphatiques ou vasculaires, le grade tumoral histopronostic de Scaff Bloom et Richardson (SBR), le statut des récepteurs hormonaux (aux oestrogènes et à la progestérone), le nombre de GS prélevés, le nombre de GS positifs, ces deux dernières variables permettant le calcul d un ratio (nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés), la présence d une macrométastase, d une micrométastase ou de cellules tumorales isolées dans le GS, ainsi que le nombre de GNS prélevés, leur envahissement, et le caractère immédiat ou différé du curage axillaire éventuel. De plus, le score de Tenon a été calculé pour chaque patiente ayant au moins un GS positif, selon la méthode indiquée par ses auteurs [14, 15] : - taille histologique de la tumeur primitive o 10 mm : 0 point o mm : 1.5 point o > 20 mm : 3 points - présence de macrométastase(s) dans le(s) GS o non : 0 point o oui : 2 points - ratio [nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés] o < 0,5 : 0 point o 0,5-1 : 1 point o = 1 : 2 points 3

5 Le total du score est donc compris entre 0 et 7. L analyse statistique Chaque variable a été testée individuellement afin de mettre en évidence une association significative entre sa présence et l envahissement des GNS. Nous avons utilisé le test du Chi 2 ou le test exact de Fisher lorsque les conditions de validité du Chi 2 n étaient pas réunies. Les résultats des tests ont été considérés comme significatifs lorsque la valeur du p était inférieure à 0,05. Toutes les analyses statistiques ont été réalisées avec le logiciel SAS (SAS Institute Inc, Cary, USA). 4

6 Résultats Caractéristiques clinico-pathologiques de la population Quatre cent soixante douze patientes ont été incluses dans cette étude. L âge moyen était de 56.3 ans avec des extrêmes de 29 à 84 ans. Pour 429 patientes (90.9 %), le traitement de la tumeur était conservateur (tumorectomie). Les 43 autres (9.1 %) ont subi une mammectomie. La taille histologique de la tumeur primitive était inférieure à 11 mm pour 257 patientes (54.5 %), comprise entre 11 et 20 mm pour 176 patientes (37.3 %) et supérieure à 20 mm pour 39 (8.3 %). Le type histologique (donc post-opératoire) de la tumeur primitive était un carcinome canalaire infiltrant pour 369 patientes (78.2 %) et un carcinome lobulaire infiltrant pour 58 patientes (12.3 %). Dans 89.5 % des cas, il n a pas été retrouvé d embole lymphatique ou vasculaire. Cent quatre vingt douze patientes (43.7 %) avaient un grade histologique SBR égal à 1, 40.3 % des patientes un grade égal à 2 et 12.5 % des patientes un grade égal à 3. Trois cent quatre vingt onze patientes, soit 82.8 %, avaient des récepteurs positifs aux oestrogènes et 70.5 % des patientes avaient des récepteurs positifs à la progestérone. Le tableau 1 résume les caractéristiques cliniques et pathologiques de la population. 5

7 Caractéristiques Nombre de patientes Pourcentage de patientes Localisation de la tumeur QSE ou UQE QSI ou UQS ou UQI QII ou UQI QIE Rétro-aréolaire ,7 % 36,1 % 10,4 % 6,4 % 4 % Traitement chirurgical Tumorectomie Mammectomie Taille histologique de la tumeur primitive < 11 mm mm > 20 mm Type histologique de la tumeur primitive CCI CLI Présence d embols lympho-vasculaires Oui Non Grade histologique SBR Récepteurs aux oestrogènes Négatifs Positifs Récepteurs à la progestérone Négatifs Positifs GS positif Non Oui ,9 % 9,1 % 54,5 % 37,3 % 8,3 % 78,2 % 12,3 % 10,5 % 89,5 % 43,7 % 40,3 % 12,5 % 17,2 % 82,8 % 29,5 % 70,5 % 69,7 % 30,3 % Tableau 1 : caractéristiques cliniques et pathologiques des 472 patientes QSE = quadrant supéro-externe, UQE = union des quadrants externes, QSI = quadrant supéro-interne, UQS = union des quadrants supérieurs, UQI = union des quadrants internes, QII = quadrant inféro-interne, UQI = union des quadrants inférieurs, QIE = quadrant inféro-externe CCI = carcinome canalaire infiltrant, CLI = carcinome lobulaire infiltrant 6

8 Caractéristiques histo-pathologiques des GS et des GNS Au moins un GS a été prélevé chez 463 des 472 patientes ayant bénéficié de la procédure : le taux de détection du GS était donc de 98 % dans notre série. En moyenne, 2.7 GS ont été prélevés par patiente, avec des extrêmes de 1 à 9. Pour 143 patientes (30.3 %), au moins 1 GS a été considéré comme positif, dont 58.7 % de macrométastases, 38 % de micrométastases et 3.3 % de cellules tumorales isolées. Le ratio (nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés) moyen était de 0.17 par patiente (compris entre 0 et 1). Sur les 143 patientes ayant au moins un GS positif, 110 ont bénéficié d un curage axillaire complémentaire : 52.8 % dans le même temps opératoire (examen extemporané positif) que la détection du ganglion sentinelle et 47.1 % dans un second temps (examen extemporané négatif mais résultat anatomopathologique définitif positif). Le nombre moyen de GNS prélevés était de 9,4 ganglions par patiente, avec des extrêmes de 1 à 24. Parmi les 110 patientes ayant eu un curage, 23 (20.9 %) avaient un envahissement métastatique de celui-ci. Parmi elles, 12 patientes avaient un seul GNS positif et 11 avaient au moins 2 GNS positifs. Analyse uni-variée : relation entre les variables et l envahissement du curage (parmi les 110 patientes ayant au moins un GS positif et ayant eu un curage) Chaque variable a été analysée séparément afin de mettre en évidence une association significative avec l envahissement ou non du curage. Le tableau 2 rapporte ces résultats. 7

9 Variable étudiée Curage non envahi Nombre de patientes (et pourcentage) Curage envahi Nombre de patientes (et pourcentage) Nombre de patientes Age ans 34 (39.1) 12 (52.2) > 50 ans 53 (60.9) 11 (47.8) Taille histologique de la tumeur (mm) (32.9) 4 (19) (61.2) 12 (57.1) > 20 5 (5.9) 5 (23.8) Type histologique de la tumeur 0,38 Canalaire 76 (87,3) 20 (87) Lobulaire 22 (25,3) 4 (17,4) Grade histologique SBR (40) 7 (33.3) 2 36 (42.3) 10 (47.6) 3 15 (17.6) 4 (19) Récepteurs aux œstrogènes 0.27 Négatifs 10 (11.5) 3 (13) Positifs 77 (88.5) 20 (86.9) Récepteurs à la progestérone 0.22 Négatifs 19 (21.8) 5 (21.7) Positifs 68 (78.2) 18 (78.3) Présence d emboles lympho-vasculaires 0.26 Non 31 (60.8) 7 (63.6) Oui 20 (39.2) 4 (36.4) Présence de macrométastases dans le GS 0.08 Non 36 (41.4) 6 (26.1) Oui 51 (58.6) 7 (73.9) Nombre de GS métastatiques (83.9) 12 (52.2) 2 14 (16.1) 11 (47.8) Ratio (Nb de GS + / Nb de GS prélevés) < (38.8) 2 (9.5) (36.5) 11 (52.4) 1 21 (24.7) 8 (38.1) Tableau 2 : relation entre les variables et l envahissement du curage p Validation du score de Tenon Le cut-off proposé par l équipe de Tenon pour son score est de 3,5. Afin de valider ce score, nous avons établi le tableau 3, qui nous a permis de calculer les valeurs de sensibilité, spécificité, valeurs prédictives positive et négative. 8

10 Curage envahi Nombre de patientes Curage non envahi Nombre de patientes Total Score > Score Total Tableau 3 : tableau permettant le calcul de la sensibilité, spécificité, valeur prédictive négative et valeur prédictive positive du score de Tenon sur 107 des 110 patientes GS+ et ayant eu un curage. Sensibilité = 14/23 = 60,9 % Spécificité = 56/87 = 64,4 % Valeur Prédictive Positive (VPP) = 14/45 = 31,1 % Valeur Prédictive Négative (VPN) = 56/65 = 86,1 % Dans le tableau 4, nous avons analysé les dossiers des 9 patientes correspondant aux fauxnégatifs du score dans notre étude, c est-à-dire les 9 patientes qui ont un score négatif et dont le curage est pourtant envahi : Nombre de patientes (sur les 9) Facteurs de mauvais pronostic Age < 35 ans 1/9 Taille histologique > 3 cm 2/9 Récepteurs hormonaux négatifs 1/9 SBR = 3 0/9 Ki67 élevé 2/9 HER /9 Patientes n ayant pas eu de CT, malgré leur statut GNS + 4/9-3 pour absence de bénéfice de la CT, aucun facteur de mauvais pronostic -1 pour mauvais état général, contreindication à la CT Patientes qui ont eu une CT, pour une autre raison que le statut des GNS 4/9-3 pour facteurs de mauvais pronostic (âge, taille de la tumeur primitive, Ki67 élevé) - 1 pour indication d un traitement par Herceptin (toujours associé à la CT) Tableau 4 : tableau résumant les caractéristiques des 9 patientes faux-négatifs du score de Tenon appliqué à notre population. CT = chimiothérapie 9

11 Discussion Dans le cadre de cette étude, nous avons montré que seulement 20,9 % de nos patientes avaient un envahissement du curage lorsqu elles avaient un GS métastatique. Nous avons mis en évidence que la taille histologique de la tumeur primitive, le nombre de GS métastatiques et le ratio (nombre de GS métastatiques / nombre de GS prélevés) étaient des facteurs prédictifs statistiquement significatifs d envahissement des GNS en cas de GS métastasique. Enfin, l évaluation du score de Tenon sur notre population a retrouvé une valeur prédictive négative à 86,1 %, c est-à-dire un faible taux de faux négatifs. Nous allons reprendre chacun de ces points afin de les discuter et les confronter à la littérature. Taux d envahissement des GNS en cas de GS métastasique Les taux d envahissement des GNS, lorsque le GS est positif, relevés dans la littérature sont très variables : de 13 % [16] à 66 % [17]. La plupart des auteurs rapporte un taux compris autour de 40 % [18-20]. Notre pourcentage de 20,9 % est donc plus faible que celui rapporté par la majorité des études. Ceci peut s expliquer par les divergences entre les études dans les critères d inclusion et d exclusion : certains auteurs par exemple pratiquent la technique du GS alors qu un ganglion axillaire est palpable cliniquement ce qui n est pas le cas dans notre pratique [21], ou d autres pour des tumeurs allant jusqu à 3 cm cliniquement [17]. Facteurs prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastasique Taille histologique de la tumeur initiale Comme dans notre étude (p=0,032), la taille histologique de la tumeur est retrouvée comme facteur prédictif d envahissement des GNS dans la majorité des études : Barranger et al. rapportent un risque d envahissement des GNS de 0 % si la tumeur mesure moins de 10 mm, un risque de 17 % si elle mesure entre 11 et 20 mm et un risque de 67 % si elle mesure plus de 20 mm [14]. Nos et al. rapportent également comme facteur prédictif d envahissement des GNS une taille tumorale supérieure à 20 mm [21], comme de nombreux autres auteurs [17, 18]. Dans notre étude, 12,5 % (4/32) des patientes ayant une tumeur inférieure à 11 mm avaient un envahissement des GNS, 18,5 % (12/64) si la tumeur a une taille comprise entre 11 et 20 mm, et 50 % (5/10) si la tumeur dépasse les 20 mm. 10

12 Présence d emboles lympho-vasculaires Dans notre étude, la présence d emboles lympho-vasculaires n apparaissait pas comme un facteur de risque indépendant d envahissement des GNS. Les résultats retrouvés dans la littérature sont divergents : si Chu [18], Houvenaeghel [16] par exemple avaient des résultats identiques aux nôtres, plusieurs études, dont celle de Viale [20] et celle de Sachdev [11] rapportaient la présence d emboles lympho-vasculaires comme un facteur de risque indépendant d envahissement des GNS. Caractéristiques cliniques L âge de la patiente n apparaissait pas comme un facteur prédictif d envahissement des GNS dans notre étude, ce qui était concordant avec la grande majorité des études. La localisation tumorale, variable non étudiée dans notre étude, n a jamais été rapportée dans la littérature comme un facteur de risque indépendant d envahissement des GNS. Autres caractéristiques histologiques Le type histologique de la tumeur primitive n a été retrouvé comme facteur prédictif d envahissement des GNS ni dans notre étude ni dans la littérature : il ne semble donc pas y avoir plus d envahissement des GNS en cas de carcinome lobulaire infiltrant. Le grade SBR et le statut des récepteurs hormonaux ne sont pas apparus dans notre étude comme des facteurs prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastatique. Ces données sont concordantes avec celles retrouvées dans la littérature. Seuls Goyat et al. ont retrouvé une association significative entre le garde SBR et l envahissement des GNS [22]. De même, l expression de l antigène Ki 67 et l expression du récepteur HER-2, variables non étudiées dans notre étude, n ont jamais été mis en évidence dans la littérature comme facteurs de risque d envahissement des GNS. Présence de macrométastases dans le GS La taille de la métastase dans le GS est un facteur prédictif d envahissement fréquemment retrouvé dans la littérature : pour Barranger et al. [14] une patiente dont le GS est envahi par une micrométastase a un risque de 14% d envahissement des GNS, contre 40% si le GS est envahi par une macrométastase. Nombreux sont les auteurs, tels que Yu [17], Chu [18] et Viale [20], qui rapportent les mêmes résultats. Pour Nos et al., le volume de la métastase dans le GS est un des principaux facteurs prédictifs d envahissement des GNS [21]. Chu allait 11

13 même jusqu à proposer de surseoir au curage axillaire chez les patientes dont la tumeur est classé T1 et dont le GS est envahi par des micrométastases [18]. Cette donnée, quasi unanimement reconnue, n a pas été mise en évidence de façon formelle dans notre étude, du fait d une puissance trop faible, mais nos résultats étaient toutefois proches de la significativité (p=0,08). Nous n avons retrouvé que 5 études qui ne mettent pas en évidence d association significative entre la taille de la métastase dans le GS et l envahissement des GNS [16, 23-26]. Il semble donc que ce facteur soit intéressant à prendre en compte. Nombre de GS métastatiques Plusieurs études montrent que le nombre de GS métastatiques est corrélé au risque d envahissement des GNS [17]. Pour Zavagno et al. [27], la présence de 2 GS métastatiques ou plus augmentaient significativement le risque de métastases dans le GNS, par rapport à un seul GS envahi. De même, dans l étude de Barranger et al. [14], 18 % des patientes ayant un seul GS métastatique avaient un envahissement des GNS, contre 50 % des patientes ayant au moins deux GS envahis. Nos résultats étaient très proches : dans notre étude, le taux d envahissement des GNS lorsque seul un GS est métastatique était de 16,4 % alors qu il était de 44 % pour 2 GS métastatiques ou plus (p=0,002). Ratio (Nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés) Nous avons calculé ce ratio, car il est décrit et retrouvé comme facteur prédictif d envahissement des GNS dans l étude de Barranger et al. [14]. Nous avons retrouvé dans nos résultats la même notion, de manière significative (p= 0,0014) : le risque d envahissement des GNS était de 5,7 % (2/35) pour un ratio inférieur à 0,5 ; il était de 26,2 % (11/42) pour un ratio compris entre 0,5 et 1 et de 38 % pour un ratio égal à 1. De manière indirecte, nous l avons retrouvé aussi dans plusieurs études de la littérature : Farshid et al. [24] ont montré que la proportion de GS métastatiques et le nombre de GS prélevés au total étaient des facteurs prédictifs d envahissement des GNS ; Goyal et al. [22] ont montré que si le nombre de GS métastatiques était supérieur au nombre de GS indemnes (ce qui correspond à un ratio > 0,5), le risque d envahissement des GNS était accru. 12

14 Score de Tenon et autres scores prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastasique Dans notre étude, presque 80 % des patientes présentant un GS positif n avaient pas d envahissement des GNS : ces patientes n ont donc tiré aucun bénéfice à avoir un curage axillaire. Il est donc logique de vouloir rechercher des facteurs prédictifs de nonenvahissement des GNS, lorsque le GS est métastatique. Constatant qu un seul facteur prédictif de non-envahissement des GNS (taille histologique de la tumeur inférieur à 10 mm, absence de macrométastase, nombre de GS métastatique égal à 1, ratio (nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés) inférieur à 0,5) pris isolément serait insuffisant pour recommander désormais de ne pas réaliser de curage axillaire complémentaire, l équipe de Tenon a donc proposé de mettre en place un score, comme nous l avons décrit plus haut [14]. Celui-ci, en associant 3 critères hautement significatifs (la taille histologique de la tumeur, l existence de macrométastases dans le GS et le ratio (nombre de GS positifs / nombre de GS prélevés)), permettrait de prédire de façon encore plus fiable le risque d envahissement des GNS en cas de GS positif et d éviter certains curages axillaires inutiles chez les patientes. Les auteurs à l origine de ce score ont retrouvé une VPN très élevée : selon leurs résultats une patiente pour laquelle le score de Tenon était inférieur ou égal à 3,5 avait 97,3 % de chance que ses GNS ne soient pas envahis, le taux de faux négatifs (2,7 %) était donc faible [14]. Plus récemment, une étude prospective et multicentrique menée sur 26 patientes a validé ce score et les auteurs retrouvaient une VPN à 95,8 % [15]. Nos résultats étaient un peu moins élevés : la VPN calculée sur nos patientes était de 86,1 %, ce qui veut dire que presque 14 % des patientes ayant un score inférieur à 3,5 avaient quand même des GNS envahis. Cette différence de résultats s explique probablement par le fait que la VPN décroît avec la prévalence du test positif dans la population étudiée. Or la prévalence du test positif (ici, score > 3,5) était de 41 % (44/107) dans notre population et de 50 % dans celle de l équipe de Tenon. Cette différence peut s expliquer également par le fait que nos résultats n identifiaient pas la présence de macrométatastases comme facteur pronostique significatif, or celui-ci fait partie du score. Notre VPN était donc moins bonne, mais néanmoins reste correcte. Il nous a semblé intéressant d analyser plus précisément les faux-négatifs du score dans notre étude : les 9 patientes pour lesquelles le score est négatif alors qu elles ont un curage positif. Le tableau 4 nous montre qu il s agit d une population à pronostic globalement favorable et que pour 88% (8/9) d entre elles, la valeur du score de Tenon ne modifierait pas en réalité la prise en charge ultérieure. Ces patientes devraient avoir de la CT (pour GNS envahis) mais ne 13

15 l auraient pas eu car classées faux-négatif du score ; or on voit que 44 % (4/9) auraient eu une CT de toute façon (pour une autre raison) et 44 % (4/9) n en auraient de toute façon pas eu (absence de bénéfice). Donc seuls 1,5 % des patientes, pour lesquelles la prise en charge ultérieure serait modifiée, sont des réels faux-négatifs du score dans notre étude. L intérêt du score de Tenon nous semble donc désormais évident, même si sa validation définitive ne pourra venir que d un essai prospectif randomisé et multi-centrique. D autres auteurs ont proposé des scores prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS positif : Van Zee et al. [13] ont proposé un nomogramme (MSKCC nomogramm) reprenant 8 variables (le type histologique et le grade SBR, l existence d une invasion lympho vasculaire, le caractère multifocal et la taille de la tumeur primitive, le statut des récepteurs aux oestrogènes, le nombre de GS non métastatiques et la méthode de détection des métastases dans les GS). Degnim et al. [12] ont proposé un nomogramme reprenant 5 variables (la taille de la métastase du GS, la taille histologique de la fraction invasive de la tumeur, le nombre de GS indemnes, le nombre de GS métastatiques et l âge de la patiente). Contrairement au score de Tenon, le nomogramme de Degnim n a été évalué par aucune étude prospective et l utilisation en routine du nomogramme de Van Zee ou de celui de Degnim apparaît complexe. 14

16 Conclusion Selon notre étude et les données retrouvées dans la littérature, au moins 70 % des patientes ayant un cancer du sein et chez qui le GS est positif, n auront pas d envahissement des GNS et auront subi un curage axillaire inutile. Nous avons pu mettre en évidence l existence de facteurs prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastatique : la taille histologique de la tumeur primitive, le nombre de GS métastatiques et le ratio (nombre de GS métastatiques / nombre de GS prélevés). De plus, la taille de la métastase dans le GS semble être également un facteur prédictif intéressant, il est mis en évidence dans de nombreuses études. Depuis plusieurs années, plusieurs auteurs ont proposé des scores prédictifs d envahissement des GNS en cas de GS métastatique. Parmi eux, le score de Tenon [14, 15] a le mérite d être simple d utilisation, car il est basé sur 3 variables (la taille tumorale, la présence de macrométastases et le ratio (nombre de GS métastatiques / nombre de GS prélevés)). Reproductible, fiable et validé de façon multicentrique et prospective [15]. Le score de Tenon semble donc supérieur aux autres nomogrammes proposés dans la littérature. Cependant, il est souhaitable de poursuivre son évaluation, avant de pouvoir le valider et l intégrer définitivement à la stratégie de prise en charge des patientes ayant un cancer du sein. En attendant, un curage axillaire complémentaire reste recommandé en cas de GS positif. 15

17 Nous tenons à remercier le Département d Information et d Evaluation Médicale du Centre Eugène Marquis de Rennes, en particulier Madame Habiba Mesbah et Docteur Philippe Porée. Bibliographie 1. Belot A, Grosclaude P, Bossard N, Jougla E, Benhamou E, Delafosse P, et al. Cancer incidence and mortality in France over the period Rev Epidemiol Sante Publique Jun;56(3): Carter CL, Allen C, Henson DE. Relation of tumor size, lymph node status, and survival in 24,740 breast cancer cases. Cancer Jan 1;63(1): Hoe AL, Iven D, Royle GT, Taylor I. Incidence of arm swelling following axillary clearance for breast cancer. The British journal of surgery Mar;79(3): Petrek JA, Heelan MC. Incidence of breast carcinoma-related lymphedema. Cancer Dec 15;83(12 Suppl American): Krag DN, Weaver DL, Alex JC, Fairbank JT. Surgical resection and radiolocalization of the sentinel lymph node in breast cancer using a gamma probe. Surgical oncology Dec;2(6):335-9; discussion Schijven MP, Vingerhoets AJ, Rutten HJ, Nieuwenhuijzen GA, Roumen RM, van Bussel ME, et al. Comparison of morbidity between axillary lymph node dissection and sentinel node biopsy. Eur J Surg Oncol May;29(4): Haid A, Koberle-Wuhrer R, Knauer M, Burtscher J, Fritzsche H, Peschina W, et al. Morbidity of breast cancer patients following complete axillary dissection or sentinel node biopsy only: a comparative evaluation. Breast cancer research and treatment May;73(1): Burak WE, Hollenbeck ST, Zervos EE, Hock KL, Kemp LC, Young DC. Sentinel lymph node biopsy results in less postoperative morbidity compared with axillary lymph node dissection for breast cancer. American journal of surgery Jan;183(1): Chu KU, Turner RR, Hansen NM, Brennan MB, Giuliano AE. Sentinel node metastasis in patients with breast carcinoma accurately predicts immunohistochemically detectable nonsentinel node metastasis. Annals of surgical oncology Dec;6(8): Kamath VJ, Giuliano R, Dauway EL, Cantor A, Berman C, Ku NN, et al. Characteristics of the sentinel lymph node in breast cancer predict further involvement of higher-echelon nodes in the axilla: a study to evaluate the need for complete axillary lymph node dissection. Arch Surg Jun;136(6): Sachdev U, Murphy K, Derzie A, Jaffer S, Bleiweiss IJ, Brower S. Predictors of nonsentinel lymph node metastasis in breast cancer patients. American journal of surgery Mar;183(3): Degnim AC, Reynolds C, Pantvaidya G, Zakaria S, Hoskin T, Barnes S, et al. Nonsentinel node metastasis in breast cancer patients: assessment of an existing and a new predictive nomogram. American journal of surgery Oct;190(4): Van Zee KJ, Manasseh DM, Bevilacqua JL, Boolbol SK, Fey JV, Tan LK, et al. A nomogram for predicting the likelihood of additional nodal metastases in breast cancer patients with a positive sentinel node biopsy. Annals of surgical oncology Dec;10(10):

18 14. Barranger E, Coutant C, Flahault A, Delpech Y, Darai E, Uzan S. An axilla scoring system to predict non-sentinel lymph node status in breast cancer patients with sentinel lymph node involvement. Breast cancer research and treatment May;91(2): Barranger E, Morel O, Coutant C. Axilla scoring systems predicting risk of nonsentinel-node metastasis in breast cancer patients with a positive sentinel node. Annals of surgical oncology Apr;15(4):1261-2; author reply Houvenaeghel G, Nos C, Mignotte H, Classe JM, Giard S, Rouanet P, et al. Micrometastases in sentinel lymph node in a multicentric study: predictive factors of nonsentinel lymph node involvement--groupe des Chirurgiens de la Federation des Centres de Lutte Contre le Cancer. J Clin Oncol Apr 20;24(12): Yu JC, Hsu GC, Hsieh CB, Sheu LF, Chao TY. Prediction of metastasis to nonsentinel nodes by sentinel node status and primary tumor characteristics in primary breast cancer in Taiwan. World journal of surgery Jul;29(7):813-8; discussion Chu KU, Turner RR, Hansen NM, Brennan MB, Bilchik A, Giuliano AE. Do all patients with sentinel node metastasis from breast carcinoma need complete axillary node dissection? Annals of surgery Apr;229(4): Hwang RF, Krishnamurthy S, Hunt KK, Mirza N, Ames FC, Feig B, et al. Clinicopathologic factors predicting involvement of nonsentinel axillary nodes in women with breast cancer. Annals of surgical oncology Apr;10(3): Viale G, Maiorano E, Pruneri G, Mastropasqua MG, Valentini S, Galimberti V, et al. Predicting the risk for additional axillary metastases in patients with breast carcinoma and positive sentinel lymph node biopsy. Annals of surgery Feb;241(2): Nos C, Harding-MacKean C, Freneaux P, Trie A, Falcou MC, Sastre-Garau X, et al. Prediction of tumour involvement in remaining axillary lymph nodes when the sentinel node in a woman with breast cancer contains metastases. The British journal of surgery Nov;90(11): Goyal A, Douglas-Jones A, Newcombe RG, Mansel RE. Predictors of non-sentinel lymph node metastasis in breast cancer patients. Eur J Cancer Jul;40(11): Travagli JP, Atallah D, Mathieu MC, Rochard F, Camatte S, Lumbroso J, et al. Sentinel lymphadenectomy without systematic axillary dissection in breast cancer patients: predictors of non-sentinel lymph node metastasis. Eur J Surg Oncol May;29(4): Farshid G, Pradhan M, Kollias J, Gill PG. A decision aid for predicting non-sentinel node involvement in women with breast cancer and at least one positive sentinel node. Breast Dec;13(6): Saidi RF, Dudrick PS, Remine SG, Mittal VK. Nonsentinel lymph node status after positive sentinel lymph node biopsy in early breast cancer. Am Surg Feb;70(2):101-5; discussion Krauth JS, Charitansky H, Isaac S, Bobin JY. Clinical implications of axillary sentinel lymph node 'micrometastases' in breast cancer. Eur J Surg Oncol May;32(4): Zavagno G, De Salvo GL, Bozza F, Scalco G, Marconato R, Valletta S, et al. Number of metastatic sentinel nodes as predictor of axillary involvement in patients with breast cancer. Breast cancer research and treatment Jul;86(2):

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Traitement du creux axillaire

Traitement du creux axillaire Traitement du creux axillaire P Amouroux, C Besnard,A le Gourrierec, JB Brest, S Guilbert, V Conan-Charlet, PF Dupré CHRU Brest Actualités et Controverses 6 éditions Mont St Michel 17 mai 2013 Historique

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»?

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Vincent LAVOUE Fabrice Foucher, Claire-Marie Roger, Jérôme Blanchot, Jean Levêque Evaluation Ganglionnaire dans le Cancer

Plus en détail

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN CLASSIFICATION MOLECULAIRE DU CANCER DU SEIN: ETUDE RETROSPECTIVE DE 1514 CAS A L INSTITUT SALAH AZAIEZ DE TUNIS ET REVUE DE LA LITTERATURE. A. GAMOUDI. H. BOUSSEN INTRODUCTION Cancer du sein: 1 ère pathologie

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Brigitte Poirier, md, FRCS (C) Chirurgienne-oncologue Centre des maladies du sein, HSS CHU de Québec 26 septembre 2014 Objectifs Discuter de l évaluation

Plus en détail

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Fertilité après cancer du sein Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Introduction Cancer du sein=1er cancer de la femme Cancer du sein chez

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER CANCER DU SEIN Matthieu MULLER le 20/12/2012 EPIDEMIOLOGIE Epidémiologie Incidence Mortalité Sein 49814 / 53000 11201 / 11500 Colon Rectum 17500 / 19000 7964 / 8300 Poumon 6714 / 12000 5674 / 8100 Endomètre

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE Audelaure JUNCA (Poitiers) Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Chirurgie du cancer du sein en 2015

Chirurgie du cancer du sein en 2015 Chirurgie du cancer du sein en 2015 Dr Catherine Riera Coordinatrice clinique du sein I.S.P.P.C. Service Gynécologie- obstétrique 02/10/2015 Première description de mastectomie, Johannes Scultetus Armentarium

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

INTRODUCTION. Journal Médical Libanais 2009 Volume 57 (2) 93

INTRODUCTION. Journal Médical Libanais 2009 Volume 57 (2) 93 SPECIAL ISSUES IN BREAST CANCER MISE AU POINT SUR LE PRÉLÈVEMENT DU GANGLION SENTINELLE DANS LE CANCER INVASIF DU SEIN EN 2009 http://www.lebanesemedicaljournal.org/articles/57-2/doc7.pdf Eric GUILLO,

Plus en détail

Actualités sur le GAS et intérêt de l extemporané sur le GAS. Historique du GAS. Nouvelles recommandations pour

Actualités sur le GAS et intérêt de l extemporané sur le GAS. Historique du GAS. Nouvelles recommandations pour Actualités sur le GAS et intérêt de l extemporané sur le GAS Dr Cécile Bendavid Athias Centre Eugène Marquis Historique du GAS Avant : Curage axillaire systématique pour toutes les tumeurs infiltrantes

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2008 publié le 3.12.2008 TRENTE-DEUXIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

Virginie BORDES née le 26/12/1977 à Chambray-les-Tours

Virginie BORDES née le 26/12/1977 à Chambray-les-Tours UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2007 N 118 THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES DE GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE par Virginie BORDES née le 26/12/1977 à Chambray-les-Tours Présentée

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : DU CURAGE AXILLAIRE AU GANGLION SENTINELLE

ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : DU CURAGE AXILLAIRE AU GANGLION SENTINELLE ÉVOLUTION DES PRATIQUES CHIRURGICALES DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN : Dr Séverine ALRAN 1 Dr Rémy SALMON 1 RÉSUMÉ La chirurgie est le plus ancien des traitements des cancers. Son but a d abord été,

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Échanges en radiothérapie du cancer du sein Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Patiente de 62 ans Atcd néo sein gauche traité en 1995 par MCA gauche pour

Plus en détail

C. Nos, S. Delahaye, M. Benamor, A. Vincent-Salomon, C. El Khoury, V. Doridot, K. B. Clough et le groupe Sein de l institut Curie

C. Nos, S. Delahaye, M. Benamor, A. Vincent-Salomon, C. El Khoury, V. Doridot, K. B. Clough et le groupe Sein de l institut Curie Le ganglion sentinelle en routine dans les cancers du sein. Expérience de l Institut Curie (Routine sentinel node detection in breast cancer. Experience of the Institut Curie) C. Nos, S. Delahaye, M. Benamor,

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques

Stratégies thérapeutiques Chapitre 2 Stratégies thérapeutiques Moyens thérapeutiques Les options sont à discuter en RCP en présence : - d un Anatomopathologiste - d un Chirurgien gynécologique +/- gynécologue médical - d un Radiothérapeute

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014

Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Les petites tumeurs infiltrantes ( 10mm) : prescrire ou non un traitement systémique? Dominique Mille Médipôle de Savoie 07/10/2014 Un peu de considération historique On a commencé, et c est dommage, à

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris 2015 PROJET DE RECHERCHE Apport de la fluorescence pour la détection des ganglions sentinelles dans les cancers du sein FLUO-BREAST Praticien Hospitalo-universitaire Chirurgie cancérologique gynécologique

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques?

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Sentinel lymph node biopsy analysis: towards new approaches? F. Penault-Llorca 1 Mots clés : cancer du sein, ganglion sentinelle, apposition,

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an Histoire naturelle du cancer du sein J Lansac CHU de TOURS 1 Mortalité par cancer chez la femme en France Francim 2000 Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an 2 Corrélation entre incidence et mortalité

Plus en détail

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006)

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006) Indicateurs de qualité : cancer du sein (2001-2006) 1 1 Survie observée Dans le cadre du projet du KCE sur l évaluation d indicateurs de qualité pour le cancer du sein, la survie observée et relative à

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Registre valaisan des tumeurs Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Impressum Observatoire valaisan de la santé, octobre 2014 Reproduction partielle autorisée, sauf à des

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

Geneva Foundation for Medical Education and Research

Geneva Foundation for Medical Education and Research Geneva Foundation for Medical Education and Research Postgraduate Research Training in Reproductive Health Faculty of Medecine, University of Yaounde 24 May 30 june 2004 LA SCINTIGRAPHIE DANS LA PRISE

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Coordonnateurs : William Jacot, Marian Gutowski, Gilles Romieu, André Mathieu Synthèse Calcul du risque de récidive

Plus en détail

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN Pr Jean LEVEQUE Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Département d Oncologie Chirurgicale - CRLCC Eugène Marquis Faculté

Plus en détail

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE

Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Dr Laure Foessel Radiologie 1 Hôpital de Hautepierre Strasbourg CAS CLINIQUES SENOLOGIE ÉCHOGRAPHIE ET IRM LES JEUDIS DE LA RADIOLOGIE Cas 1 Béatrice, femme de 47 ans, consulte suite à la palpation d une

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Femmes âgées et cancer du sein Traitement chirurgical

Femmes âgées et cancer du sein Traitement chirurgical Femmes âgées et cancer du sein Traitement chirurgical Yann DELPECH Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Lariboisière, GH Saint-Louis Lariboisière, AP-HP, Paris Introduction Les femmes âgées (FA)

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail