FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN"

Transcription

1 FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN On sait beaucoup de choses sur les facteurs qui pourraient accroître nos risques de cancer du sein. Par contre, il reste encore beaucoup de choses que nous ignorons sur le cancer du sein et ses causes. Les renseignements suivants expliquent ce que les recherches actuelles révèlent. Il est important de préciser aux adolescents que même si nous avons des modes de vie sains et que nous prenons «toutes les bonnes mesures», il n y a aucune garantie contre le cancer du sein. Nous savons cependant que les adolescentes peuvent adopter des comportements maintenant et pendant toute leur vie pour les aider à réduire leurs risques de développer un cancer du sein. Facteurs durant l enfance et l adolescence : Selon de nombreux experts, l alimentation, l activité physique et l exposition à des facteurs environnementaux pendant l enfance peuvent influencer la possibilité de développer un cancer du sein plus tard dans la vie. Toutefois, il est difficile de savoir avec exactitude ce qu une adulte qui a été diagnostiquée d un cancer du sein a mangé pendant son enfance et son adolescence, à quoi elle a été exposée, ou dans quelle mesure elle était physiquement active. Les résultats d études ne sont donc pas uniformes. Des recherches plus précises seront nécessaires pour pouvoir établir les risques. Pour le moment, le mieux est de se concentrer sur ce que nous savons, c est-à-dire adopter une saine alimentation, maintenir un poids corporel santé, être physiquement active et limiter ou éviter la consommation d alcool. Selon l American Institute for Cancer Research (www.aicr.org) et le World Cancer Research Fund, il n est jamais trop tôt pour prévenir le cancer. Leur rapport de 2007, qui passait en revue les recherches effectuées sur la nourriture, la nutrition, l activité physique et le cancer, peut être consulté en ligne au Saine alimentation : De bonnes pratiques nutritionnelles à un âge précoce entraînent des choix alimentaires sains pendant toute la vie (Remarque : en raison de la prévalence de troubles de l alimentation chez les jeunes adolescentes, les questions de poids ne doivent pas être abordées directement). Choisir une variété d aliments du Guide alimentaire canadien constitue la base d une saine alimentation. Dans ce contexte, les adolescents doivent être encouragés à manger des quantités généreuses de fruits et de légumes et à choisir plus souvent des aliments à base de grains entiers et des protéines faibles en gras comme des viandes maigres, de la volaille et du poisson, et des légumineuses comme les pois secs, les fèves et les lentilles (hoummos, chili, haricots frits, dahl, caris de pois chiches, etc.) Soya : Le soya fait maintenant partie de l alimentation nord-américaine et ses liens avec le cancer du sein ont été largement étudiés. Il peut avoir un effet pro ou anti-œstrogène. La consommation de soya pourrait avoir un effet protecteur modeste quant au risque de cancer du sein chez les adultes. Les recherches sur la consommation de soya pendant l enfance et l adolescence suggèrent des effets protecteurs chez les femmes asiatiques et non asiatiques. Il faudra des preuves plus solides avant de pouvoir établir les effets exacts de la consommation de soya et d aliments à base de soya tôt dans la vie sur la réduction du risque de cancer du sein. Le soya peut être incorporé à une saine alimentation, comme l explique le Guide alimentaire canadien. Mise à jour concernant le gras alimentaire : On a très peu de renseignements sur le lien entre la consommation de gras durant l adolescence et le cancer du sein. Dans une revue d études récentes effectuée par le World Cancer Research Fund et l American Institute for Cancer (WCRF/AICR), on rapportait qu il n y a pas de preuves uniformes à l effet que l ingestion totale de gras augmente le risque de cancer du sein. Toutefois, réduire sa consommation de gras pourrait avoir d autres effets bénéfiques sur la santé, notamment sur le plan des maladies cardiovasculaires, et pourrait améliorer la gestion du poids chez certaines personnes. Maintenir un

2 poids santé pourrait contribuer à réduire le risque de développer un cancer du sein. On peut avoir une alimentation faible en gras en adoptant une saine alimentation, conformément au Guide alimentaire canadien DR-5 Poids : Il existe une multitude de formes et de tailles de corps sains. Les recherches qui se penchent sur le lien entre le poids et le cancer du sein révèlent que plus le gain de poids pendant l âge adulte et après la ménopause est élevé, plus les risques de cancer du sein sont accrus. (Remarque : en raison de la prévalence de troubles de l alimentation chez les jeunes adolescentes, les questions de poids ne doivent pas être abordées directement). On recommande de se concentrer sur une saine alimentation, un style de vie actif et une bonne acceptation de soi. Les adolescents doivent être encouragés à adopter des modes de vie sains le plus tôt possible. N oubliez pas de souligner que tous les efforts comptent, même les plus petits. Pour en savoir plus sur la manière de mettre l accent sur les modes de vie sains chez les adolescentes et les jeunes femmes, consultez les affirmations et les conseils offerts sur le site de Mesures santé : Ce site du Centre de ressources en nutrition est parrainé par le Conseil ontarien des services de santé pour les femmes, et ses principaux messages tournent autour de trois axes : bien manger, être active et être soimême. On y trouve de nouvelles façons de mesurer sa santé et de nouvelles mesures de promotion de la santé, c est-à-dire des pratiques que les femmes peuvent adopter pour améliorer leur santé sans se concentrer sur la perte de poids. Activité physique : Le fait d être active physiquement pourrait réduire le risque de développer un cancer du sein. On n a pas encore élucidé si l activité physique pendant l adolescence a une influence directe sur les risques de cancer du sein, mais on sait qu elle a une influence indirecte. En effet, une personne qui est physiquement active tôt au cours de sa vie mènera aussi une vie adulte active. Elle pourra ainsi mieux gérer son poids pendant toute la vie, ce qui aidera à réduire les risques de cancer du sein. Les étudiantes doivent être encouragées à faire au moins 60 minutes (cumulatives) d activité physique d intensité modérée ou vigoureuse par jour. Ces activités doivent être variées, agréables et faciles à intégrer au mode de vie. Alcool : L alcool est très souvent lié à un accroissement du risque de cancer du sein. On recommande que les adolescentes s abstiennent de boire de l alcool. Pour ceux qui choisissent de boire, il faut se limiter à une boisson alcoolisée par jour pour les femmes et un maximum de deux pour les hommes. Tabagisme : Des analyses récentes suggèrent que le risque de cancer du sein est accru chez les femmes qui fument la cigarette pendant longtemps ou qui ont commencé à fumer avant leur première grossesse (Cui et al, 2006). Les adolescentes doivent être fortement encouragées à ne pas commencer à fumer, à arrêter de fumer si elles ont déjà commencé et à éviter la fumée secondaire. Questions liées à la santé sexuelle : Contraceptifs oraux : Les recherches qui étudient le lien entre la prise de contraceptifs oraux et le risque de cancer du sein ne donnent pas de résultats uniformes. Il faudra effectuer plus d études sur le sujet. Les adolescentes doivent être encouragées à discuter des options contraceptives avec leur médecin, afin d être au courant des risques éventuels ou des avantages de tous les médicaments qu elles prennent. Comme tous les autres médicaments, les contraceptifs ont des effets secondaires. Avortement : Aucun lien n a été établi entre l avortement et le risque de cancer du sein (Lea, R., 2005, Fondation canadienne du cancer du sein).

3 Allaitement : Le rapport de 2007 du World Cancer Research Fund et de l American Institute for Cancer Research (WCRF/AICR) présente des preuves convaincantes à l effet que l allaitement protège les mères contre le cancer du sein à tous les âges. Le rapport précise que l allaitement protège sans doute aussi les enfants contre l embonpoint et l obésité. Si une personne fait de l embonpoint ou est obèse pendant l enfance, elle aura un risque plus élevé de surpoids à l âge adulte, ce qui augmentera ses risques de développer un cancer du sein. Les auteurs recommandent aux femmes de nourrir leur enfant exclusivement au sein pendant les six premier mois, sans autre forme d aliment ou de liquide, incluant l eau. Pour les femmes qui ne peuvent pas ou qui préfèrent ne pas allaiter, d autres changements peuvent être apportés au mode de vie pour réduire les risques de cancer du sein, notamment être physiquement active, minimiser sa consommation d alcool ou ne pas boire du tout, et maintenir un poids santé. On espère que si les étudiantes sont au courant de ce lien entre l allaitement et le cancer du sein, elles pourront prendre une décision éclairée pendant leurs années d enfantement. Pesticides : Selon le rapport de 2007 du World Research Fund et de l American Institute for Cancer Research (WCRF/AICR), en théorie, il y a lieu de s inquiéter de l exposition aux pesticides et aux herbicides. Les organismes de réglementation nationaux et internationaux se penchent sans cesse sur cette question. Malgré ce que croit la population en général, il n y a pas assez de preuves de bonne qualité appuyant un lien entre l augmentation du risque de cancer et l exposition aux pesticides et aux herbicides. Le rapport conseille donc aux femmes en âge de procréer de prendre des précautions, car l exposition précoce pourrait entraîner une augmentation du risque de cancer du sein plus tard dans la vie. Ce phénomène s expliquerait par l accroissement de la vulnérabilité au cours des phases embryonnaires du développement. Les experts s entendent sur le fait que les avantages pour la santé de consommer entre 5 et 10 portions de fruits et de légumes par jour l emportent sur les risques éventuels pour la santé associés aux résidus de pesticides et d herbicides. De plus, consommer 5 à 10 portions de fruits et de légumes par jour est une composante essentielle d une alimentation visant à réduire les risques de cancer. Au Canada, la quantité et la qualité des pesticides, et les résidus qui se trouvent sur les fruits et légumes vendus au pays, sont strictement contrôlés et surveillés par l Agence canadienne d inspection des aliments (ACIA - qui relève de Santé Canada. L ACIA estime qu environ 97 % des fruits et légumes importés et 99 % de ceux cultivés au Canada ont des résidus de pesticides inférieurs à la limite établie et que 85 % d entre eux n ont aucun résidu de pesticide décelable. Si certaines personnes choisissent de consommer des fruits et légumes biologiques, il n existe à l heure actuelle pas de preuves concluantes prouvant que ces produits sont plus efficaces pour réduire les risques de cancer que les fruits et légumes qui ne sont pas cultivés selon des méthodes biologiques. On recommande de minimiser l exposition aux pesticides et aux herbicides en lavant les fruits et les légumes à l eau courante avant de les consommer et de les peler quand cela est approprié. Les recherches examinant le lien entre le risque de cancer et l exposition aux pesticides et aux herbicides se poursuivent. On se penche actuellement sur l exposition précoce et la sensibilité génétique éventuelle d une personne quant à ce risque. References clés: American Institute for Cancer Research. (2008) What you should know about breastfeeding. Retrieved January 29 th, 2009 from:www.aicr.org/site/docserver/breast_feeding.pdf?docid=2161&jservsession Idr004=mc6dpot2y5.app45a Blackmore K, Lesosky M, Barnett H. et al. Vitamin D from dietary intake and sunlight exposure and the risk of hormone receptor defined breast cancer. Am. J. Epidemiol 2008; 168 (8): Canadian Cancer Society. (October 24, 2008). Pesticide exposure and cancer [cited January 2, 2008]. Available at:

4 Canadian Cancer Society (August 21, 2008). Pesticides on vegetables and fruit. [cited January 2, 2009]. Available at: des%20on%20vegetables%20and%20fruit.aspx?sc_lang=en Canadian Health Network. (January 1, 2004). Wash your fruits and veggies. Retrieved January 23 rd, 2007 from: Template&c=CHNResource&lang=En Collins K. (January 19, 2009) Vitamin D and Cancer: What Do Researchers See? Nutrition Notes, American Institute for Cancer Research. Available at: =14260&news_iv_ctrl=1089 Cui, Y. Miller, A.B. & Rohan, T.E. (2006). Cigarette smoking and breast cancer risk: update of a prospective cohort study. Breast Cancer Research and Treatment, June 14. Friedenreich CM, Cust AE. Physical activity and breast cancer risk: impact of timing, type and dose of activity and population subgroup effects. Br J Sports Med 2008; 42: Hallal, PC, Victoria, CG, et al. Adolescent physical activity and health. A systematic review. Sports Med 2006; 36(12): Infant Feeding Action Coalition. (2008) Available at: Kruk J. Self-reported childhood physical activity and breast cancer in adulthood. Asian Pacific Journal of cancer prevention 2007; 8: Kushi, L.H., Byers, T., et al. (2006). American Cancer Society guidelines on nutrition and physical activity for cancer prevention: Reducing the risk of cancer with healthy food choices and physical activity. CA A Cancer Journal for Clinicians, 56, [cited January 23, 2007] Available at: Lalonde, A.B., Reid, R. et. al., (December 11, 2006). SOGC position statement: the birth control pill and cancer. [cited December 28 th, 2006] Available at: Lea, R. (2005). Breast cancer and abortion. Journal of Obstetrics and GynecologyCanada, 27(5), 491. Maruti S, Willett W, Feskanich D et al. A prospective study of age-specific physical activity and premenopausal breast cancer. JNCI 2008; 100 (10): Manitoba In Motion. (Date unknown). Relationship of physical activity and cancer prevention. [cited October 3 rd, 2006] Available at: Prentice, R.L. et al., (2006). Low-fat dietary pattern and risk of invasive breast cancer: The women s health initiative randomized controlled dietary modification trial. Journal of the American Medical Association, 295(6), Shu XO, Jin F. Dai Q et al. Soyfood intake during adolescence and subsequent risk of breast cancer among Chinese women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2001; 10: Thanos, J., Cotterchio, M. et al., (2006). Adolescent dietary phytoestrogen intake and breast cancer risk (Canada). Cancer Causes Control, 17, Trock, B.J., Hilakivi-Clarke, L. et al., (2006). Meta-analysis of soy intake and breast cancer risk. Journal of the National Cancer Institute, 98(7),

5 World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research. Food, Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington DC: AICR,2007. (www.dietandcancerreport.org) DR-5

Projet de loi. C-398, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues (étiquetage des aliments)

Projet de loi. C-398, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues (étiquetage des aliments) Projet de loi C-398 Projet de loi Parrain Objectifs C-398, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues (étiquetage des aliments) Tom Wappel, député de Scarborough-Sud-Ouest Obtenir que les grandes

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique LE CANCER DU SEIN SUITE AU TRAITEMENT D UN CANCER PÉDIATRIQUE : ÊTES-VOUS À RISQUE? Après avoir été traitée pour le cancer lors de votre enfance, votre adolescence ou le début de l âge adulte, cette épreuve

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

quel sont vos risques de cancer du sein

quel sont vos risques de cancer du sein quel sont vos risques de? cancer du sein Quels sont vos risques de cancer du sein? Vous trouverez dans la présente brochure les facteurs biologiques et les facteurs liés aux habitudes de vie qui sont associés

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Comment prévenir le cancer. Page 20

Comment prévenir le cancer. Page 20 Comment prévenir le cancer Page 20 TABLE DES MATIÈRES Comment prévenir le cancer? 3 Qu est-ce que le cancer? 4 Qu est-ce qui cause le cancer? 4 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION DU CANCER 1. Maintenir

Plus en détail

Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique

Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique 12 Femmes et santé Prévenir l obésité chez les femmes de tous âges une priorité de santé publique Catherine Lombard et Helena Teede La prévalence du surpoids et de l obésité est en augmentation dans la

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

Planifier une grossesse

Planifier une grossesse Planifier une grossesse La grossesse est un moment spécial pour vous et votre famille. Planifier votre grossesse vous permet de faire des choix santé avant d être enceinte. Voici quelques choix santé :

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 3 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FAITS SCIENTIFIQUES ET DE PRÉVENTION

Plus en détail

Section 1 : Introduction

Section 1 : Introduction Section 1 : Introduction Organisation La présente section inclut des informations sur l activité physique quotidienne (APQ) et sur la ressource d appui pour la mise en œuvre de l APQ dans les écoles. Elle

Plus en détail

Pour une vie en santé

Pour une vie en santé Mémoire de l AMC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Pour une vie en santé Présenté par : Anne Doig, MD, CCFP, FCFP Présidente sortante Priorité au discours prononcé A healthy population

Plus en détail

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments nutritifs selon Bien manger avec le Guide alimentaire

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N Guy Fagherazzi, Epidémiologiste CESP Inserm U1018, Equipe «Mode de vie, gènes et santé» Twitter : @GFaghe Facteurs

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé (French) Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé Bien manger veut dire manger une nourriture variée chaque jour comprenant une nourriture équilibrée, des fruits, des légumes, du lait et autres

Plus en détail

Appel à l action : Créer un milieu scolaire favorable à la saine nutrition

Appel à l action : Créer un milieu scolaire favorable à la saine nutrition Appel à l action : Créer un milieu scolaire favorable à la saine nutrition Comité directeur du Groupe de travail sur la nutrition à l école de la Société ontarienne des professionnel(le)s de la nutrition

Plus en détail

La saine alimentation

La saine alimentation Capsule du prof Jeunes Cœur atout MC La saine alimentation De la 2 e à la 3 e année Jeunes Cœur atout MC 2015 Fondation des maladies du cœur et de l AVC De la 2 e à la 3 e année La saine alimentation 1

Plus en détail

Recherche vitamines antioxydantes

Recherche vitamines antioxydantes La cataracte est l une des principales causes de déficience visuelle chez les Américains âgés et un problème clé de la qualité de vie. L extraction de la cataracte est l opération chirurgicale la plus

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Contraception orale et BRCA M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis CO et cancer du sein: Métaanalyse (1) Collaborative group on hormonal factors in breast cancer 54 études reprises; 53

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes

Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes Octobre 2009 Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes Introduction Selon des études fondées sur des données autodéclarées, la prévalence

Plus en détail

Prévenir le cancer. Une information de la Ligue contre le cancer

Prévenir le cancer. Une information de la Ligue contre le cancer Prévenir le cancer Une information de la Ligue contre le cancer Diminuez votre risque de cancer Chaque année en Suisse, 37 000 personnes sont touchées par un cancer. En modifiant certaines habitudes et

Plus en détail

Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr

Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr Rédaction : Odile Mathieu Tél. : 01 49 29 29 11 - Fax : 01 49 29 29 19 E-mail : cafe@expressions-sante.fr

Plus en détail

L étiquetage nutritionnel

L étiquetage nutritionnel Mémoire présenté par l AMC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes L étiquetage nutritionnel Présenté par : Jeffrey Turnbull, MD, FRCPC Président Priorité au discours prononcé A healthy

Plus en détail

NUTRITION ET PRÉVENTION PRIMAIRE DES CANCERS : ACTUALISATION DES DONNÉES

NUTRITION ET PRÉVENTION PRIMAIRE DES CANCERS : ACTUALISATION DES DONNÉES JUIN 2015 ÉTAT DES LIEUX ET DES CONNAISSANCES NUTRITION ET PRÉVENTION PRIMAIRE DES CANCERS : ACTUALISATION DES DONNÉES NUTRITION ET PRÉVENTION PRIMAIRE DES CANCERS : ACTUALISATION DES DONNÉES 2 NUTRITION

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries L utilisation des fluorures pour la prévention des caries Introduction L Association dentaire canadienne appuie l utilisation judicieuse des fluorures en dentisterie comme l une des mesures préventives

Plus en détail

Fonctions et sources alimentaires de certaines vitamines les plus courantes

Fonctions et sources alimentaires de certaines vitamines les plus courantes Fonctions et sources alimentaires de certaines vitamines les plus courantes Information sur certaines vitamines les plus courantes Les vitamines ne fournissent ni calories ni énergie. Elles aident toutefois

Plus en détail

Vers une vie plus saine

Vers une vie plus saine 1 La Capital District Health Authority (CDHA), Halifax (NS) La Fondation des maladies du coeur (NB et NL) L Association pulmonaire (NB et NL) Élaboration, soutien et promotion Téléassistance pour fumeurs

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France 28 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité (le partage de la table), alors que pour les

Plus en détail

L alcool et la grossesse. www.withchildwithoutalcohol.com 1

L alcool et la grossesse. www.withchildwithoutalcohol.com 1 L alcool et la grossesse www.withchildwithoutalcohol.com 1 Si vous êtes enceinte, soyez sans alcool. Il n y a AUCUN niveau d alcool connu qui soit sans risque pendant la grossesse. Introduction Presque

Plus en détail

Voyager, Dans les cliniques santé-voyage comme. santé en mains! Comment retarder les menstruations? Le cas de Josianne

Voyager, Dans les cliniques santé-voyage comme. santé en mains! Comment retarder les menstruations? Le cas de Josianne Voyager, santé en mains! La rubrique Les soins au féminin est coordonnée par le Dr Pierre Fugère, professeur titulaire, Université de Montréal, et obstétricien-gynécologue, Centre hospitalier de l Université

Plus en détail

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le saviez-vous? Le diabète est un facteur de risque associé aux maladies du cœur et aux AVC. Environ 1,8 million de Canadiens

Plus en détail

(N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS : 4.6) Introduction

(N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS : 4.6) Introduction Proportion des élèves du secondaire ayant diminué le sucre ou le gras au cours des six derniers mois dans le but de perdre du poids ou de le maintenir (EQSJS) (N de ligne du PCS : 245) (N de fiche EQSJS

Plus en détail

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé?

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Thierry Lang Thierry Lang Inserm UPS UMR 1027 La consommation de tabac est un déterminant majeur de la mortalité en France 60,000 décès par an

Plus en détail

Vivre sainement. Fransk

Vivre sainement. Fransk Vivre sainement Fransk 1 Pourquoi vivre sainement? Le mode de vie saine est importante pour maintenir une bonne santé. Un équilibre sain entre l alimentation et l activité physique. Mais une vie saine

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

Manger sainement durant la grossesse

Manger sainement durant la grossesse Manger sainement durant la grossesse Bien manger avec le Guide alimentaire canadien Groupe alimentaire Portion du Guide alimentaire Portions recommandées par jour Pour un bébé en Femmes de Femmes de santé

Plus en détail

4 e et 5 e années NOTES DE L ENSEIGNANT

4 e et 5 e années NOTES DE L ENSEIGNANT MISSION NUTRITION NOTES DE L ENSEIGNANT SOURCES ÉNERGÉTIQUES POUR LE CORPS Le corps a besoin de l énergie que fournissent les aliments pour que le cerveau pense, que les muscles fonctionnent, que le coeur

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p.

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p. Avertissements 1/ La lecture du chapitre Matériel et méthode est indispensable à la compréhension et à l interprétation des données présentées dans cet ouvrage La première partie de ce rapport concerne

Plus en détail

Le coût humain des maladies chroniques

Le coût humain des maladies chroniques Annexe 1 Le coût humain des maladies chroniques «3four50», trois chiffres, un message simple et puissant qui met en lumière un des principaux enjeux sanitaires de notre époque. Elaborée par l Oxford Health

Plus en détail

OBÉSITÉ AU CANADA. Aperçu

OBÉSITÉ AU CANADA. Aperçu OBÉSITÉ AU CANADA Aperçu Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership, aux partenariats, à l innovation et aux interventions en matière de santé publique Agence de la santé publique

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation smoothies Septembre 2009 Alimentation et équilibre alimentaire Pourquoi manger? Ce sont les aliments qui vont répondre aux besoins physiologiques de l organisme grâce aux nutriments qu ils contiennent

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Compléments alimentaires :

Compléments alimentaires : Compléments alimentaires : Leur place dans l alimentation d aujourd hui par Dr Didier Souveton Médecin nutritionnist & médecin du sport Directeur médical Metabolic Balance Directeur général Metabolic PROFIL

Plus en détail

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Préserver la solidité osseuse tout au long de la vie DES OS SOLIDES? Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose apparaît lorsque les os deviennent fins et fragiles.

Plus en détail

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant.

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant. Introduction P erdre du poids... facile à dire, mais pas facile à faire. Et la tâche est encore plus ardue si on veut tout à la fois, c est-à-dire maigrir sans fatigue, sans carences, tout en gardant le

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

Obtenir l'engagement des parties: Qu'est-ce que la santé globale en milieu scolaire?

Obtenir l'engagement des parties: Qu'est-ce que la santé globale en milieu scolaire? Obtenir l'engagement des parties: Qu'est-ce que la santé globale en milieu scolaire? L'initiative de santé de qualité dans les écoles vise à promouvoir et à appuyer la mise en œuvre d'une démarche globale

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE 45 ème J.A.N.D. 28 janvier 2005 LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE Christophe Dupont Hôpital Saint Vincent de Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris cedex 14 La diversification est la phase de transition

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT Cette présentation visait à comprendre les besoins énergétiques

Plus en détail

Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels

Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels Présenté par Catherine Drouin-Audet et Véronique Racicot, étudiantes en diététique à l Université McGill, supervisées par

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Série prévention Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Province de la Nouvelle-Écosse. Financement de la pompe à insuline. Trousse d information

Province de la Nouvelle-Écosse. Financement de la pompe à insuline. Trousse d information Province de la Nouvelle-Écosse Financement de la pompe à insuline Trousse d information Avril 2012 1 Avantages de la thérapie par pompe à insuline Des études ont démontré que les personnes atteintes de

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT

ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT 1 ACTIVITE PHYSIQUE ET SANTE DE L ENFANT : L ECOLE EN MOUVEMENT La prévalence de l obésité chez l enfant augmente dans tous les pays industrialisés et va continuer à s aggraver. Afin de freiner cette progression,

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»!

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! ALIMENTATION Nathalie Plourde, chargée de projets, Centre de développement du porc du Québec inc. Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! Viande de porc enrichie en oméga-3 ou en acides linoléiques

Plus en détail

I take care Days. David Fäh

I take care Days. David Fäh I take care Days Ré-équilibrezéquilibrez votre corps et votre esprit par la nourriture David Fäh Sommaire Corps Mon poids: qu est-ce qu il signifie? Comment puis-je mettre mon poids en équilibre? L équilibre

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Guide pratique pour un repas sain et économique

Guide pratique pour un repas sain et économique Guide pratique pour un repas sain et économique Avant de vous rendre à l épicerie Élaborez le menu de la semaine en fonction des rabais offerts et des aliments qui vous restent. Vous économiserez ainsi

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES!

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! Par: Patrick Ménard B. Sc. Kinésiologie M. Sc. Kinanthropologie (Biomécanique ergonomique) PLAN 1) ISO-SANTÉ, c est quoi? 2) Quelques

Plus en détail

Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N

Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N Exposition aux dioxines via l alimentation et risque de cancer du sein dans la cohorte prospective E3N Aurélie Danjou Doctorante en Epidémiologie Unité Cancer et Environnement, Centre Léon Bérard EDISS,

Plus en détail

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes!

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes! VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W Le nouveau végétarisme sort ses griffes! De plus en plus de personnes se laissent tenter par le végétarisme. En toile de fond, la conversion a parfois lieu

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail