FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN"

Transcription

1 FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN On sait beaucoup de choses sur les facteurs qui pourraient accroître nos risques de cancer du sein. Par contre, il reste encore beaucoup de choses que nous ignorons sur le cancer du sein et ses causes. Les renseignements suivants expliquent ce que les recherches actuelles révèlent. Il est important de préciser aux adolescents que même si nous avons des modes de vie sains et que nous prenons «toutes les bonnes mesures», il n y a aucune garantie contre le cancer du sein. Nous savons cependant que les adolescentes peuvent adopter des comportements maintenant et pendant toute leur vie pour les aider à réduire leurs risques de développer un cancer du sein. Facteurs durant l enfance et l adolescence : Selon de nombreux experts, l alimentation, l activité physique et l exposition à des facteurs environnementaux pendant l enfance peuvent influencer la possibilité de développer un cancer du sein plus tard dans la vie. Toutefois, il est difficile de savoir avec exactitude ce qu une adulte qui a été diagnostiquée d un cancer du sein a mangé pendant son enfance et son adolescence, à quoi elle a été exposée, ou dans quelle mesure elle était physiquement active. Les résultats d études ne sont donc pas uniformes. Des recherches plus précises seront nécessaires pour pouvoir établir les risques. Pour le moment, le mieux est de se concentrer sur ce que nous savons, c est-à-dire adopter une saine alimentation, maintenir un poids corporel santé, être physiquement active et limiter ou éviter la consommation d alcool. Selon l American Institute for Cancer Research (www.aicr.org) et le World Cancer Research Fund, il n est jamais trop tôt pour prévenir le cancer. Leur rapport de 2007, qui passait en revue les recherches effectuées sur la nourriture, la nutrition, l activité physique et le cancer, peut être consulté en ligne au Saine alimentation : De bonnes pratiques nutritionnelles à un âge précoce entraînent des choix alimentaires sains pendant toute la vie (Remarque : en raison de la prévalence de troubles de l alimentation chez les jeunes adolescentes, les questions de poids ne doivent pas être abordées directement). Choisir une variété d aliments du Guide alimentaire canadien constitue la base d une saine alimentation. Dans ce contexte, les adolescents doivent être encouragés à manger des quantités généreuses de fruits et de légumes et à choisir plus souvent des aliments à base de grains entiers et des protéines faibles en gras comme des viandes maigres, de la volaille et du poisson, et des légumineuses comme les pois secs, les fèves et les lentilles (hoummos, chili, haricots frits, dahl, caris de pois chiches, etc.) Soya : Le soya fait maintenant partie de l alimentation nord-américaine et ses liens avec le cancer du sein ont été largement étudiés. Il peut avoir un effet pro ou anti-œstrogène. La consommation de soya pourrait avoir un effet protecteur modeste quant au risque de cancer du sein chez les adultes. Les recherches sur la consommation de soya pendant l enfance et l adolescence suggèrent des effets protecteurs chez les femmes asiatiques et non asiatiques. Il faudra des preuves plus solides avant de pouvoir établir les effets exacts de la consommation de soya et d aliments à base de soya tôt dans la vie sur la réduction du risque de cancer du sein. Le soya peut être incorporé à une saine alimentation, comme l explique le Guide alimentaire canadien. Mise à jour concernant le gras alimentaire : On a très peu de renseignements sur le lien entre la consommation de gras durant l adolescence et le cancer du sein. Dans une revue d études récentes effectuée par le World Cancer Research Fund et l American Institute for Cancer (WCRF/AICR), on rapportait qu il n y a pas de preuves uniformes à l effet que l ingestion totale de gras augmente le risque de cancer du sein. Toutefois, réduire sa consommation de gras pourrait avoir d autres effets bénéfiques sur la santé, notamment sur le plan des maladies cardiovasculaires, et pourrait améliorer la gestion du poids chez certaines personnes. Maintenir un

2 poids santé pourrait contribuer à réduire le risque de développer un cancer du sein. On peut avoir une alimentation faible en gras en adoptant une saine alimentation, conformément au Guide alimentaire canadien DR-5 Poids : Il existe une multitude de formes et de tailles de corps sains. Les recherches qui se penchent sur le lien entre le poids et le cancer du sein révèlent que plus le gain de poids pendant l âge adulte et après la ménopause est élevé, plus les risques de cancer du sein sont accrus. (Remarque : en raison de la prévalence de troubles de l alimentation chez les jeunes adolescentes, les questions de poids ne doivent pas être abordées directement). On recommande de se concentrer sur une saine alimentation, un style de vie actif et une bonne acceptation de soi. Les adolescents doivent être encouragés à adopter des modes de vie sains le plus tôt possible. N oubliez pas de souligner que tous les efforts comptent, même les plus petits. Pour en savoir plus sur la manière de mettre l accent sur les modes de vie sains chez les adolescentes et les jeunes femmes, consultez les affirmations et les conseils offerts sur le site de Mesures santé : Ce site du Centre de ressources en nutrition est parrainé par le Conseil ontarien des services de santé pour les femmes, et ses principaux messages tournent autour de trois axes : bien manger, être active et être soimême. On y trouve de nouvelles façons de mesurer sa santé et de nouvelles mesures de promotion de la santé, c est-à-dire des pratiques que les femmes peuvent adopter pour améliorer leur santé sans se concentrer sur la perte de poids. Activité physique : Le fait d être active physiquement pourrait réduire le risque de développer un cancer du sein. On n a pas encore élucidé si l activité physique pendant l adolescence a une influence directe sur les risques de cancer du sein, mais on sait qu elle a une influence indirecte. En effet, une personne qui est physiquement active tôt au cours de sa vie mènera aussi une vie adulte active. Elle pourra ainsi mieux gérer son poids pendant toute la vie, ce qui aidera à réduire les risques de cancer du sein. Les étudiantes doivent être encouragées à faire au moins 60 minutes (cumulatives) d activité physique d intensité modérée ou vigoureuse par jour. Ces activités doivent être variées, agréables et faciles à intégrer au mode de vie. Alcool : L alcool est très souvent lié à un accroissement du risque de cancer du sein. On recommande que les adolescentes s abstiennent de boire de l alcool. Pour ceux qui choisissent de boire, il faut se limiter à une boisson alcoolisée par jour pour les femmes et un maximum de deux pour les hommes. Tabagisme : Des analyses récentes suggèrent que le risque de cancer du sein est accru chez les femmes qui fument la cigarette pendant longtemps ou qui ont commencé à fumer avant leur première grossesse (Cui et al, 2006). Les adolescentes doivent être fortement encouragées à ne pas commencer à fumer, à arrêter de fumer si elles ont déjà commencé et à éviter la fumée secondaire. Questions liées à la santé sexuelle : Contraceptifs oraux : Les recherches qui étudient le lien entre la prise de contraceptifs oraux et le risque de cancer du sein ne donnent pas de résultats uniformes. Il faudra effectuer plus d études sur le sujet. Les adolescentes doivent être encouragées à discuter des options contraceptives avec leur médecin, afin d être au courant des risques éventuels ou des avantages de tous les médicaments qu elles prennent. Comme tous les autres médicaments, les contraceptifs ont des effets secondaires. Avortement : Aucun lien n a été établi entre l avortement et le risque de cancer du sein (Lea, R., 2005, Fondation canadienne du cancer du sein).

3 Allaitement : Le rapport de 2007 du World Cancer Research Fund et de l American Institute for Cancer Research (WCRF/AICR) présente des preuves convaincantes à l effet que l allaitement protège les mères contre le cancer du sein à tous les âges. Le rapport précise que l allaitement protège sans doute aussi les enfants contre l embonpoint et l obésité. Si une personne fait de l embonpoint ou est obèse pendant l enfance, elle aura un risque plus élevé de surpoids à l âge adulte, ce qui augmentera ses risques de développer un cancer du sein. Les auteurs recommandent aux femmes de nourrir leur enfant exclusivement au sein pendant les six premier mois, sans autre forme d aliment ou de liquide, incluant l eau. Pour les femmes qui ne peuvent pas ou qui préfèrent ne pas allaiter, d autres changements peuvent être apportés au mode de vie pour réduire les risques de cancer du sein, notamment être physiquement active, minimiser sa consommation d alcool ou ne pas boire du tout, et maintenir un poids santé. On espère que si les étudiantes sont au courant de ce lien entre l allaitement et le cancer du sein, elles pourront prendre une décision éclairée pendant leurs années d enfantement. Pesticides : Selon le rapport de 2007 du World Research Fund et de l American Institute for Cancer Research (WCRF/AICR), en théorie, il y a lieu de s inquiéter de l exposition aux pesticides et aux herbicides. Les organismes de réglementation nationaux et internationaux se penchent sans cesse sur cette question. Malgré ce que croit la population en général, il n y a pas assez de preuves de bonne qualité appuyant un lien entre l augmentation du risque de cancer et l exposition aux pesticides et aux herbicides. Le rapport conseille donc aux femmes en âge de procréer de prendre des précautions, car l exposition précoce pourrait entraîner une augmentation du risque de cancer du sein plus tard dans la vie. Ce phénomène s expliquerait par l accroissement de la vulnérabilité au cours des phases embryonnaires du développement. Les experts s entendent sur le fait que les avantages pour la santé de consommer entre 5 et 10 portions de fruits et de légumes par jour l emportent sur les risques éventuels pour la santé associés aux résidus de pesticides et d herbicides. De plus, consommer 5 à 10 portions de fruits et de légumes par jour est une composante essentielle d une alimentation visant à réduire les risques de cancer. Au Canada, la quantité et la qualité des pesticides, et les résidus qui se trouvent sur les fruits et légumes vendus au pays, sont strictement contrôlés et surveillés par l Agence canadienne d inspection des aliments (ACIA - qui relève de Santé Canada. L ACIA estime qu environ 97 % des fruits et légumes importés et 99 % de ceux cultivés au Canada ont des résidus de pesticides inférieurs à la limite établie et que 85 % d entre eux n ont aucun résidu de pesticide décelable. Si certaines personnes choisissent de consommer des fruits et légumes biologiques, il n existe à l heure actuelle pas de preuves concluantes prouvant que ces produits sont plus efficaces pour réduire les risques de cancer que les fruits et légumes qui ne sont pas cultivés selon des méthodes biologiques. On recommande de minimiser l exposition aux pesticides et aux herbicides en lavant les fruits et les légumes à l eau courante avant de les consommer et de les peler quand cela est approprié. Les recherches examinant le lien entre le risque de cancer et l exposition aux pesticides et aux herbicides se poursuivent. On se penche actuellement sur l exposition précoce et la sensibilité génétique éventuelle d une personne quant à ce risque. References clés: American Institute for Cancer Research. (2008) What you should know about breastfeeding. Retrieved January 29 th, 2009 from:www.aicr.org/site/docserver/breast_feeding.pdf?docid=2161&jservsession Idr004=mc6dpot2y5.app45a Blackmore K, Lesosky M, Barnett H. et al. Vitamin D from dietary intake and sunlight exposure and the risk of hormone receptor defined breast cancer. Am. J. Epidemiol 2008; 168 (8): Canadian Cancer Society. (October 24, 2008). Pesticide exposure and cancer [cited January 2, 2008]. Available at:

4 Canadian Cancer Society (August 21, 2008). Pesticides on vegetables and fruit. [cited January 2, 2009]. Available at: des%20on%20vegetables%20and%20fruit.aspx?sc_lang=en Canadian Health Network. (January 1, 2004). Wash your fruits and veggies. Retrieved January 23 rd, 2007 from: Template&c=CHNResource&lang=En Collins K. (January 19, 2009) Vitamin D and Cancer: What Do Researchers See? Nutrition Notes, American Institute for Cancer Research. Available at: =14260&news_iv_ctrl=1089 Cui, Y. Miller, A.B. & Rohan, T.E. (2006). Cigarette smoking and breast cancer risk: update of a prospective cohort study. Breast Cancer Research and Treatment, June 14. Friedenreich CM, Cust AE. Physical activity and breast cancer risk: impact of timing, type and dose of activity and population subgroup effects. Br J Sports Med 2008; 42: Hallal, PC, Victoria, CG, et al. Adolescent physical activity and health. A systematic review. Sports Med 2006; 36(12): Infant Feeding Action Coalition. (2008) Available at: Kruk J. Self-reported childhood physical activity and breast cancer in adulthood. Asian Pacific Journal of cancer prevention 2007; 8: Kushi, L.H., Byers, T., et al. (2006). American Cancer Society guidelines on nutrition and physical activity for cancer prevention: Reducing the risk of cancer with healthy food choices and physical activity. CA A Cancer Journal for Clinicians, 56, [cited January 23, 2007] Available at: Lalonde, A.B., Reid, R. et. al., (December 11, 2006). SOGC position statement: the birth control pill and cancer. [cited December 28 th, 2006] Available at: Lea, R. (2005). Breast cancer and abortion. Journal of Obstetrics and GynecologyCanada, 27(5), 491. Maruti S, Willett W, Feskanich D et al. A prospective study of age-specific physical activity and premenopausal breast cancer. JNCI 2008; 100 (10): Manitoba In Motion. (Date unknown). Relationship of physical activity and cancer prevention. [cited October 3 rd, 2006] Available at: Prentice, R.L. et al., (2006). Low-fat dietary pattern and risk of invasive breast cancer: The women s health initiative randomized controlled dietary modification trial. Journal of the American Medical Association, 295(6), Shu XO, Jin F. Dai Q et al. Soyfood intake during adolescence and subsequent risk of breast cancer among Chinese women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2001; 10: Thanos, J., Cotterchio, M. et al., (2006). Adolescent dietary phytoestrogen intake and breast cancer risk (Canada). Cancer Causes Control, 17, Trock, B.J., Hilakivi-Clarke, L. et al., (2006). Meta-analysis of soy intake and breast cancer risk. Journal of the National Cancer Institute, 98(7),

5 World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research. Food, Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington DC: AICR,2007. (www.dietandcancerreport.org) DR-5

Comment prévenir le cancer. Page 20

Comment prévenir le cancer. Page 20 Comment prévenir le cancer Page 20 TABLE DES MATIÈRES Comment prévenir le cancer? 3 Qu est-ce que le cancer? 4 Qu est-ce qui cause le cancer? 4 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION DU CANCER 1. Maintenir

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr

Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr Contact presse : Houney Touré Valogne Tél. : 01 43 73 13 07 - Port. : 06 10 80 72 96 E-mail : tourevalogne@yahoo.fr Rédaction : Odile Mathieu Tél. : 01 49 29 29 11 - Fax : 01 49 29 29 19 E-mail : cafe@expressions-sante.fr

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

GROUPES D ALIMENTS ET MALADIES CHRONIQUES : QUELLES RELATIONS?

GROUPES D ALIMENTS ET MALADIES CHRONIQUES : QUELLES RELATIONS? DÉSÉQUILIBre ALIMeNTAIre I PAR ANTHONY FARDET1 ET YVES BOIRIE2 contact@edp-nutrition.fr OLGA LYUBKINA FOTOLIA.COM S il est difficile d établir un effet protecteur ou délétère sur la santé des groupes d

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

SEINvestir dans la prévention?

SEINvestir dans la prévention? Le sein SEINvestir dans la prévention? Johanne Gauthier et Caroline Dostie 3 M me Arisk, 45 ans, vous consulte, car sa voisine et meilleure amie vient d apprendre qu elle est atteinte d un cancer du sein.

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014

Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014 Communiqué de presse Paris, le 4 novembre, 2014 Une étude montre que manger des amandes aide les femmes à se sentir rassasiées et à compenser efficacement en consommant moins de calories lors des repas

Plus en détail

Que faut-il manger pour prévenir le cancer? Marie Rochette

Que faut-il manger pour prévenir le cancer? Marie Rochette Hausse de l incidence du cancer : peut-on contribuer à réduire ce fardeau? Que faut-il manger pour prévenir le cancer? Marie Rochette 2 M me Cormier, une ingénieure de 30 ans, vous consulte pour un bilan

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes -~w les macm nuir\(y\qf1ts Les rsaerenutrlments Les macronutriments sont les nutriments dont nous avons besoin chaque jour en quantite relativement importante. L'eau est un macronutriment, tout comme les

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Priorités canadiennes pour traiter l obésité comme un facteur de risque de cancer et de maladies chroniques

Priorités canadiennes pour traiter l obésité comme un facteur de risque de cancer et de maladies chroniques Harmoniser l intervention et les politiques régissant l alimentation et l activité physique Priorités canadiennes pour traiter l obésité comme un facteur de risque de cancer et de maladies chroniques Novembre

Plus en détail

Mercredi 20 février 2008 Ostéoporose et vieillissement

Mercredi 20 février 2008 Ostéoporose et vieillissement 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 20 février 2008 Ostéoporose et vieillissement Conférence/débat avec : Avec le Dr Claude-Laurent BENHAMOU, chef du Service Rhumatologie au CHRO, responsable de l'ipros (Institut

Plus en détail

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé?

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Thierry Lang Thierry Lang Inserm UPS UMR 1027 La consommation de tabac est un déterminant majeur de la mortalité en France 60,000 décès par an

Plus en détail

Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice!

Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice! L aide d aujourd hui. L espoir de demain... MD Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice! Ce qu il faut savoir sur la santé du cerveau, l Alzheimer et les maladies apparentées Votre cerveau

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments :

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments : L indice glycémique des aliments : Relation avec obésité et diabète de type 2 Annie Ferland dtp, MSc et Paul Poirier MD, PhD, FRCPC, FACC Il a été observé que plusieurs sucres et aliments à teneur glucidique

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Nous vous présentons quelques résultats issus de notre collecte de données auprès de 325 éducatrices qui a eu lieu lors du printemps 2010. Les objectifs de

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains

La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains Friedensreich Hundertwasser, 738 Grass for those who cry, 1975, 2013 NAMIDA AG, Glarus/Switzerland La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains Des systèmes alimentaires durables au service

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires Les compléments alimentaires Vigilance et Respect des bonnes pratiques Les cahiers du collectif Eps N 2 Olivier COSTE Médecin conseiller Direction régionale Jeunesse, Sports et Cohésion Sociale «C Définition

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Conseils alimentaires favorisant la santé cardiaque

Conseils alimentaires favorisant la santé cardiaque 2013 Conseils alimentaires favorisant la santé cardiaque Conseils alimentaires favorisant la santé cardiaque Une alimentation saine peut diminuer votre risque de maladie cardiaque en vous aidant à contrôler

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Le cancer du sein chez les jeunes femmes

Le cancer du sein chez les jeunes femmes Le cancer du sein chez les jeunes femmes Chercheur principal du programme : D r Steven Narod, Women s College Hospital, Toronto Titre du programme : Vers de meilleurs résultats pour les jeunes femmes atteintes

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Information consommateur. Vous et les phyto-estrogènes. Juillet 2005

Information consommateur. Vous et les phyto-estrogènes. Juillet 2005 Juillet 2005 Information consommateur Vous et les phyto-estrogènes En mars 2005, l Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l Agence française de sécurité sanitaire des produits de

Plus en détail

Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010

Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010 Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010 1 État de la situa+on Article 25 de la Charte des droits de l'homme Toute personne a droit

Plus en détail

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche Table des matières Introduction! *! Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse! 1.1!Les!matériaux! 1.2!Solides,!liquides!et!gaz 1.3!Gaspiller!de!l énergie! 1.4!Le!carburant!du!corps! Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Une «machine» pour t aider à mieux manger. Une «machine» pour t aider à mieux manger

Une «machine» pour t aider à mieux manger. Une «machine» pour t aider à mieux manger Une «machine» pour t aider à mieux manger Les aliments les plus gras, sucrés ou salés ne sont pas toujours ceux que l on pense. Pour aider les jeunes à mieux comprendre ce qu ils mangent, l Institut National

Plus en détail

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique (comparaison entre athlètes et non-athlètes; nouvelles tendances comme le jus de betteraves) Comme vous le savez, l'alimentation de l'athlète

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire

Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire Des légumes ou des fruits, ou les deux sont offerts à chaque repas ou collation. Choisissez des aliments cultivés

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Module 1 Définitions et concepts

Module 1 Définitions et concepts Module 1 Définitions et concepts Introduction Module 1 présente la promotion de la santé et donne un aperçu des définitions et concepts principaux. Ce module souligne les sujets et outils qui seront explorés

Plus en détail

Oui, les noix sont grasses, mais elles sont aussi bourrées de vitamines, de minéraux, de fibres et de protéines! Quant à son gras, principalement monoinsaturé, il est bon pour le coeur. Et, combiné à l'action

Plus en détail

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique Fluoration de l eau 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1 Position du directeur national de santé publique 11-10-20 16:51 LE directeur NATIONAL de SANTÉ PubLIQuE RECOMMANdE L INSTAuRATION IMMÉdIATE de

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

Les normes alimentaires internationales

Les normes alimentaires internationales Les normes alimentaires internationales Publication n o 2005-99-F Révisée le 21 juin 2012 Alexandre Gauthier Mark Mahabir Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information

Plus en détail

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25 A lgérie PROFIL DÉMOGRAPHIQUE Capitale: Alger Superficie, en miles carrés: 919,591 Revenu national brut par habitant, 1999 (US$): 4,840 Population 2001 (en millions): 31.0 Densité au mile carré: 34 Taux

Plus en détail

Bien manger avec le. Guide alimentaire canadien

Bien manger avec le. Guide alimentaire canadien Bien manger avec le Guide alimentaire canadien Nombre de portions du Guide alimentaire recommandé chaque jour Enfants Adolescents Adultes Âge (ans) Sexe 2-3 4-8 9-13 14-18 19-50 51+ Filles et garçons Filles

Plus en détail

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Karen Rideout, M.Sc. Centre de collaboration nationale en santé environnementale Centre de contrôle des maladies de la

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Allaitement maternel et statut socioéconomique 1

Allaitement maternel et statut socioéconomique 1 Allaitement maternel en Ontario Allaitement maternel et statut socioéconomique Revenu, niveau de scolarité et emploi L allaitement maternel est la façon naturelle pour une femme de nourrir son bébé (Agence

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ 1 CAC/GL 23-1997 DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ CAC/GL 23-1997 Les allégations relatives à la nutrition devraient être compatibles avec la politique nationale

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Gérer la fatigue liée au cancer

Gérer la fatigue liée au cancer Gérer la fatigue liée au cancer pour les personnes atteintes du cancer Dans cette brochure: Comment peut on gérer la fatigue? Qu est ce que la fatigue liée au cancer? Qu est ce qui cause la fatigue liée

Plus en détail

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose)

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose) 50878-FRE:50878-FRE 6/12/08 10:24 AM Page 4 Hyperglycémie et hypoglycémie Il suffit d un changement de santé, d alimentation, d activité physique ou de médicament pour faire monter ou baisser la glycémie.

Plus en détail

Construction d un indice de santé et étude de son association avec le risque de cancer et de mortalité dans la cohorte E3N.

Construction d un indice de santé et étude de son association avec le risque de cancer et de mortalité dans la cohorte E3N. INTITULE DE LA THESE Construction d un indice de santé et étude de son association avec le risque de cancer et de mortalité dans la cohorte E3N. SPECIALITE DU DOCTORA T Épidémiologie Biostatistique Génétique

Plus en détail

EMPIRE COMPANY LIMITED

EMPIRE COMPANY LIMITED 12 EMPIRE COMPANY LIMITED UNE PLATEFORME DE CROISSANCE PLUS SOLIDE Meilleure bouffe pour tous Le monde de l alimentation a grandement évolué depuis que J.W. Sobey a lancé son commerce de viande réfrigérée

Plus en détail

ANALYSE DE L INVESTISSEMENT DE LA SCC DANS LA RÉDUCTION DES FACTEURS DE RISQUE DE CANCER

ANALYSE DE L INVESTISSEMENT DE LA SCC DANS LA RÉDUCTION DES FACTEURS DE RISQUE DE CANCER ANALYSE DE L INVESTISSEMENT DE LA SCC DANS LA RÉDUCTION DES FACTEURS DE RISQUE DE CANCER ET LA PRÉVENTION DU CANCER POUR LA PÉRIODE DE 2006-2011 PRÉPARÉ PAR : RUDY VALENTIM DIRECTEUR, ÉVALUATION, INSTITUT

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

VOTRE GUIDE DE PRÉVENTION DU DIABÈTE DE TYPE 2

VOTRE GUIDE DE PRÉVENTION DU DIABÈTE DE TYPE 2 VOTRE GUIDE DE PRÉVENTION DU DIABÈTE DE TYPE 2 1 LA PRÉVENTION DU DIABÈTE, ÇA COMMENCE AVEC VOUS Si vous êtes à risque de contracter le diabète de type 2, cherchez à retarder la maladie ou à la prévenir.

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail