Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment?"

Transcription

1 Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment? ANOCEF 19 NOVEMBRE 2014 Isabelle Léger, Neuropsychologue Gustave Roussy, Unité INSERM GREC-onco

2 Pourquoi? Plaintes = Sensations de changement Par rapport à son niveau de base Types de plaintes: Oublie tout d un jour à l autre, d une heure à l autre, d une minute à l autre Sensation de ne plus être capable de faire les choses qui étaient routinières et faciles Sensation d être «ridicule» en public car perd le fil, cherche ses mots

3 Connaissances actuelles Les traitements du cancer peuvent être associés à des déficits cognitifs (Wefel et al., 2010) = CHEMOFOG Déficits subtils (à la limite des seuils pathologiques ) et transitoires (Wefel et al., 2012; Hodgson et al., 2013; Jim et al., 2012; De Ruiter et al, 2012) la mémoire (épisodiques: faiblesse des capacités de récupération spontanée d information) la vitesse de traitement (ralentissement) les fonctions attentionnelles (attention soutenue, alternée) et exécutives (mémoire de travail, sensibilité à l interférence, capacités d inhibition)= confusions +, omissions +, persévérations + Ces difficultés cognitives s expriment sous forme de plaintes cognitives souvent intenses (Bender et al., 2006; Koppelmans et al., 2012) Et contribuent à l altération de la qualité de la vie (Downie, Mar Fan, Houede-Tchen, Yi et Tannock, 2006) Absence de corrélation entre résultats objectifs et intensité de la plainte (Lai JS, 2009)

4 Chemobrain : en pratique Avant 2009 : peu (pas) de solutions OR seule plainte cognitive ne permet pas de faire le diagnostic Ouverture de Consultation mémoire

5 Objectifs? Accueillir la plainte cognitive Évaluer - identifier Prise en charge mixte Humeur si besoin + cognition Médecin/ psychiatre Orienter Orthophoniste, sophrologue, psychologue Assistante sociale: aménagement maison Gériatrie 5

6 Quand? A tout moment dans la prise en charge oncologique POUR QUI? Toute pathologie cancéreuse confondue Tout traitement confondu COMMENT? 1/ Entretien clinique semi-structuré: recueil 2/ Échelles évaluant la thymie et la qualité de vie 3/ Bilan neuropsychologique ~ 1h30/ 2h00 (tests spécifiques évaluant la mémoire et l attention )

7

8

9 PRISES EN CHARGES

10 Prise en charge Séances individuelles hebdomadaires 3 à 9 séances Comment? Une séance type Entretien Psychologique: Échange /accompagnement (30 minutes) : situations quotidiennes problématiques, humeur Cognition: Ateliers techniques (30 minutes) : Mémoire de travail Capacités attentionnelles Fonctions exécutives Sémantique et manque du mot

11 Quelques exemples De prise en charge de patients après le bilan

12 Exercices de stimulation cognitive Mémoire de travail Arrangements de mots dans l ordre alphabétique Escarpin - Voyageur - Diligence Xylophone - Oisillon Diligence - Escarpin - Oisillon Voyageur - Xylophone

13 Exercices de stimulation cognitive Mémoire de travail/flexibilité/inhibition Saut de lettres Lire le mot cible, puis cachez-le. Vous commencez, pour le premier mot, par restituer la première et la troisième lettre. Puis au mot suivant, vous énoncerez la deuxième et la dernière lettre. Exemple : 1. Tête = T et T 2. Rond = O et D 3. Sage = S et G 4. Trou = R et U

14 Exercices de stimulation cognitive Mémoire de travail/attention Chemin Alphabétique Regardez la formule et le plus rapidement possible vous devez tenter de la résoudre. Vous pouvez vous entrainer avec l exemple suivant : «Si nous prenons la formule A+3, pour trouver le résultat il faut ajouter 3 lettres après le A donc A+3=D» Exemple : 1. B+2 = D 2. C+1-2 = B 3. B =? 4. A =?

15 Exercices de stimulation cognitive Mémoire de travail Restitution de mots dans l ordre alphabétique Vous devez restituer toutes les lettres de chaque mot selon l ordre alphabétique : CHIEN = C-E-H-I-N Exemple : 1. AVION 2. GLABRE 3. COURANT 4. DYNASTIE

16 Exercices de stimulation cognitive Attention et inhibition Quelle est la couleur des fruits et légumes suivants? cerise carotte haricot clémentine betterave banane artichaut mûre cassis salade orange poire pomme abricot fraise citron

17 Exercices de stimulation cognitive Mémoire verbale/disponibilité lexicale/flexibilité Jugement de synonymie Lisez le mot cible. Vous commencez, pour le premier mot, par trouver le synonyme de celui-ci. Puis au mot suivant, vous cherchez l antonyme (l inverse) du mot cible. Vous alternez cette stratégie pour l ensemble de l exercice (i.e. Synonyme, Antonyme, Synonyme.) Exemple : 1. «Joie» : douleur, bonheur, souci, charme, pouvoir, nature 2. «Sincèrement» : minutieusement, fallacieusement, naturellement, franchement, timidement, complètement 3. «Coutume» : pouvoir, servitude, habitude, période, travail, droit

18 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique/culture G/ Mémoire de Travail Culture générale et mémoire Vous allez lire une série de questions. Vous devez donner la réponse à la question 1, lorsque vous aurez terminé de lire la question 2. Vous procéderez de la même façon pour tout l exercice, en répondant à la question à la fin de la question suivante. Donnez la réponse la plus simple, celle qui vous semble la plus évidente, sans la justifier. Si vous ne connaissez pas la réponse, cela n a pas d importance, vous passez à la question suivante et effectuez la même procédure que précédemment. Exemple : 1. Quelle est la capitale de la France? 2. Qui a écrit les misérables? 3. Qui est Barack Obama?

19 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle

20 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle Tâche distractrice : effectuez les calculs suivants : 22 6 = = 9 4 =

21 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle???

22 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle Nicolas Élodie Thomas Magalie

23 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle Tâche distractrice : nombre de croix bleues nombre de croix rouges =? X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

24 Exercices de stimulation cognitive Mémoire épisodique visuelle????

25 Exercices de stimulation cognitive RehaCom Matériel original et ergonomique 17 modules avec niveaux de difficultés Résultats probants dans d autres pathologies Le RehaCom

26 Exercices de stimulation cognitive RehaCom Attention-concentration Mémoire topologique

27 Généralités cognitives sur les patients reçus en consultation mémoire

28 Plainte cognitive 38% 62% PC Absence de PC LES 2/3 DES PATIENTS ONT UNE PLAINTE COGNITIVE

29 Résultats cognitifs 2% 8% 8% Fragilité cognitive Absence de Tb 16% 9% 57% Suspicion de démence Confusion Tb hors pathologie cérébrale Tb consécutifs à une TC ESSENTIELLEMENT UNE FRAGILITE COGNITIVE Et QUE SEULS 1/3 DES PATIENTS ONT D AUTHENTIQUES TROUBLES COGNITIFS

30 PRISES EN CHARGE EXERCICES COGNITIFS 20% 5% 25% SUIVI PSYCHOLOGIQUE MEDECIN 20% 5% 25% BILAN DE SUIVI ORIENTATION EN GERIATRIE PRISE EN CHARGE ADAPTEE AU PROFIL COGNITIF AUTRES (RELAXATION, ORTHOPHONIE, RIEN)

31 CONCLUSION Identifier et décrire les plaintes mnésiques - Permet d objectiver ou non l existence de déficit - Contribue à l ajustement de certains traitements oncologiques ou antalgiques - De prendre en charge si nécessaire les souffrances psychologiques sous jacentes, uniquement exprimées via des plaintes mnésiques (dépression, début de pathologies gériatriques ) Véritable enjeu contribuant à soutenir le retour à la normale des activités quotidiennes, sociales et professionnelles Impact potentiel en terme de santé publique : arrêts maladies prolongés ou répétés, vagabondage médical Cette prise en charge s inscrit dans un des objectifs majeurs du Plan Cancer 2014/ 2019 et dans l objectif d une meilleure prise en charge de «l après cancer» 31

32 A RETENIR Le chemobrain est une réalité Qui se caractérise par des troubles subtils mais souvent durables qui altèrent la qualité de vie des patients D où l intérêt d une consultation spécifique qui en évaluant (Plainte subjective, QoL, Emotions, Cognition) Et en intervenant (Ateliers mémoire, Exercices cognitifs, Programmes informatisés) Va contribuer à améliorer les symptômes cognitifs, l humeur, l estime de soi et la qualité de vie

33 Eléments bibliographiques Ercoli, L.M. et al.(2013). Assessment of the feasibility of a rehabilitation intervention program for breast cancer survivors with cognitive complaints. Brain imaging and behavior, 7, Fardell, J.E., et al. (2011). Chemotherapy and Cognitive Impairment: Treatment Options. Clinical pharmacology and therapeutics, 90, Kesler, S. and al. (2013). Cognitive training for improving executive function in chemotherapytreated breast cancer survivors. Clinical Breast Cancer, 13, Le Fel, J. et al. (2014). Vers une prise en charge des troubles cognitifs des patients atteints de cancer. Pratiques psychologiques, 20, Léger, I. et al.(2013). Une consultation mémoire en cancérologie: entre plainte et trouble Psycho-oncol., 7, Pascal, J.-P. et al.(2014). Neuropsychological care and rehabilitation of cancer patients with chemobrain: strategies for evaluation and intervention development. Support Care Cancer, 22, Von Ah, D. et al.(2012). Advanced cognitive training for breast cancer survivors: a randomized controlled trial. Breast Cancer Research Treatment, 135, Weis, J. et al. (2011). Rehabilitation of therapy-related cognitive deficits in patients with breast cancer. Psiooncologia, 8,

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

Autisme et Qualité de vie. «Petit enfant deviendra grand»

Autisme et Qualité de vie. «Petit enfant deviendra grand» Autisme et Qualité de vie «Petit enfant deviendra grand» Atelier animé par Jessica Huin, maman d Aymeric et Marie-Hélène Bouchez, psychologue à la Fondation SUSA Qu allons-nous partager avec vous? Deux

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉTUDE TONUS Laura Moisy Neuropsychologue Unité de Recherche

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD

URP/SCLS. Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD URP/SCLS Unidade de pesquisa em psicologia: subjetividade, cognição e lien social EA 2071 Dir. Pr. S. LESOURD Faculdade de Psicologia 12, rue Goethe 67000, Strasbourg France Claude SCHAUDER Professor Assistente

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

GESTION DU STRESS ET DE LA DOULEUR PAR LA SOPHROLOGIE DANS LES SERVICES DE SOINS A LA PERSONNE

GESTION DU STRESS ET DE LA DOULEUR PAR LA SOPHROLOGIE DANS LES SERVICES DE SOINS A LA PERSONNE En introduction à ce programme : Il apparait clairement lors de la description des différents symptômes du stress et de la douleur qu une prise en charge thérapeutique holistique de la personne est une

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 Sommaire Généralités Objectifs et moyens, Approche intégrative, Destinataires, Renseignements

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE

ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE ARBRE DECISIONNEL DE LA SORTIE ET SITUATIONS D IMPASSES Docteur Françoise Laloua et Equipe pluridisciplinaire Clinique du Grésivaudan 38700 LA TRONCHE LE TRAUMATISME CRANIEN GRAVE : Un long parcours :

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

2013-2014. Programme d'internat en psychologie et neuropsychologie clinique Hôpital Pierre-Janet du CSSS de Gatineau

2013-2014. Programme d'internat en psychologie et neuropsychologie clinique Hôpital Pierre-Janet du CSSS de Gatineau 2013-2014 Programme d'internat en psychologie et neuropsychologie clinique Hôpital Pierre-Janet du CSSS de Gatineau HPJ 2013-2014 P a g e 1 TABLE DES MATIERES Présentation générale... 2 Internats en psychologie

Plus en détail

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Questions/réponses sur le trouble de déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) Quels sont les symptômes du trouble de déficit de l attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH)? - L enfant

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

I nstructions pour l administration et la cotation

I nstructions pour l administration et la cotation 1.5.2 M ontreal Cognitive Assessment (MoCA) I nstructions pour l administration et la cotation Le Montreal Cognitive Assessment (MoCA) a été conçu pour l évaluation des dysfonctions cognitives légères.

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

PROGRAMME de FORMATION

PROGRAMME de FORMATION PROGRAMME de FORMATION 1 RENFORCEMENT DES COMPETENCES POUR ACCEDER PAR LE BIAIS DE LA VAE A L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PUBLIC Professionnels des structures d accueil de la

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Premiers Pas. avec. le lecteur NVDA

Premiers Pas. avec. le lecteur NVDA Premiers Pas avec le lecteur NVDA 2 Table des matières Introduction 3 Comment ouvrir NVDA? 4 Sous Windows 8 4 Sous Windows 7 4 Comment et pourquoi épingler NVDA à la barre de tâches? 5 Comment modifier

Plus en détail

Prise en charge du trouble déficit d attention-hyperactivité (TDA-H) chez l adulte

Prise en charge du trouble déficit d attention-hyperactivité (TDA-H) chez l adulte Prise en charge du trouble déficit d attention-hyperactivité (TDA-H) chez l adulte De quoi s agit-il? Souvent associé à l enfance, le trouble déficit d attention-hyperactivité (TDA-H) concerne aussi les

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Assurances et services des collectivités locales

Assurances et services des collectivités locales LES PROGRAMMES DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET DE RETOUR À L EMPLOI Centre de gestion du Jura 25 septembre 2014 Assurances et services des collectivités locales Outils de réinsertion professionnelle Souffrance

Plus en détail

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005.

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005. Déficits d attention avec ou sans impulsivité et/ou hyperactivité. Syndromes dysexécutifs. Conseils aux enseignants et rééducateurs. Dr Alain POUHET. Médecin de Rééducation. Référence : Michèle MAZEAU

Plus en détail

Définir l observa0onl

Définir l observa0onl Définir l observa0onl Observer est une démarche active. C est l action de voir, de considérer avec attention, de noter des comportements afin de mieux connaître et comprendre. C est un ensemble de techniques

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

NEXTEEM. Préparation à l Entretien Client. Phase I - L avant entretien :

NEXTEEM. Préparation à l Entretien Client. Phase I - L avant entretien : NEXTEEM Préparation à l Entretien Client!! L entretien client est un exercice qui rappelle clairement que NOTRE métier, que VOTRE métier est un métier de services. Vous avez donc cette responsabilité,

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Fonctions Exécutives

Fonctions Exécutives Remédiation Cognitive des Fonctions Exécutives Stéphanie de Bournonville, psychologue spécialisée en neuropsychologie, Fondation Vallée Stéphanie Iannuzzi, psychologue spécialisée en neuropsychologie,

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

GUIDE DU DOSSIER ANALYSE MISSION ENTREPRISE

GUIDE DU DOSSIER ANALYSE MISSION ENTREPRISE ANNEE 2015/2016 GUIDE DU DOSSIER ANALYSE MISSION ENTREPRISE BACHELOR 3 SEMESTRE 6 1 Vous allez effectuer un stage ou une mission en alternance pendant votre année académique. Vous trouverez ci-après les

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Le Service MASC de l Organisme CHOC

Le Service MASC de l Organisme CHOC Le Service MASC de l Organisme CHOC Programmes Complémentaires et Novateurs conçus pour les Hommes Suicidaires 1er Colloque du RPSBEH «Recherches et Pratiques Inspirantes pour la Santé et Bien-Être des

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUES DE VENTE IV. SCHEMA RECAPITULATIF AUX. QUESTION D APPROCHE Bonjour, De quoi auriez-vous besoin? Capillaire Bain douche Soins

FORMATION TECHNIQUES DE VENTE IV. SCHEMA RECAPITULATIF AUX. QUESTION D APPROCHE Bonjour, De quoi auriez-vous besoin? Capillaire Bain douche Soins IV. SCHEMA RECAPITULATIF QUESTION D APPROCHE Bonjour, De quoi auriez-vous besoin? CIBLAGE DE LA GAMME RECHERCHÉE Capillaire Bain douche Soins DEFINITION DU PRODUIT REPONDANT AUX BESOINS DE LA CONSOMMATRICE

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION 2014-2015

CYCLE DE FORMATION 2014-2015 Intitulé de la formation Intervenir au quotidien auprès de personnes avec autisme Public Parents d enfants présentant un trouble du spectre autistique ; professionnels intervenant auprès de personnes présentant

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Annexe I : Anamnèse de l athlète

Annexe I : Anamnèse de l athlète Annexe I : Anamnèse de l athlète 1. Renseignements nominatifs Nom et prénom de l athlète : Date de naissance : Date de l entrevue : Âge au moment de l entrevue : Sexe : Masculin Féminin Numéro de téléphone

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Relaxation énergétique de bien être

Relaxation énergétique de bien être Relaxation énergétique de bien être Responsable des ressources humaines et Cadres supérieurs. Apprendre à se relaxer Réduction du stress et des Troubles de santé associées. Régénérer les facultés d attention

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Mme M. LASTECOUERES, coord. Réseau

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Version MoCA 7.3, 23 avril 2014 Z. Nasreddine MD www.mocatest.org

Version MoCA 7.3, 23 avril 2014 Z. Nasreddine MD www.mocatest.org Montreal Cognitive Assessment (MoCA) Instructions pour l administration et la cotation Le Montreal cognitive assessment (MoCA) a été conçu pour l évaluation des dysfonctions cognitives légères. Il évalue

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

«Enseigner et Accompagner avec la. Pédagogie positive»

«Enseigner et Accompagner avec la. Pédagogie positive» «Enseigner et Accompagner avec la Pédagogie positive» Formation! «Enseigner et Accompagner avec la Pédagogie positive»! Les Objectifs Enrichir sa pratique professionnelle avec des outils simples et ludiques

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot DANAE, Gustave KLIMT Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot L image de soi DEFINITION C est une image mentale que la personne se forge autant par elle même

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Résultats d un sondage auprès des représentants régionaux en ergonomie Louis Gilbert, DSP de Québec Susan Stock, DSP de Montréal-Centre

Plus en détail

Le bénéfice de l accompagnement en. aidants naturels

Le bénéfice de l accompagnement en. aidants naturels Le bénéfice de l accompagnement en Accueil de Jour pour les aidants naturels Intervenantes: Patricia MARQUET, aide-soignante à l Accueil de Jour Justine ARNAUD, psychologue au sein de l EHPAD de Salbris

Plus en détail

QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT?

QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT? QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT? RÉDIGÉ PAR Dre Elisabeth Azuelos Médecin de famille en gériatrie CISSS Laval Juillet 2015 OBJECTIFS Suite à cette activité le participant

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Comment prévenir le syndrome du Burn-out?

Comment prévenir le syndrome du Burn-out? Comment prévenir le syndrome du Burn-out? 1 Qui suis-je? Je suis analyste transactionnel certifié, formateur et superviseur spécialisé en prévention et gestion des risques psychosociaux. Ma mission : «Etre

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail