DÉCLARATION DE PRINCIPE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉCLARATION DE PRINCIPE"

Transcription

1 SOGC DÉCLARATION DE PRINCIPE No 35. avril 1995 CONFÉRENCECANADIENNE DECONSENSUSSUR LAWNOPAUSE Ce document de consensus a été revu et approuvé par le Comité exécutif er le Conseil de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada et constitue une déclarath de principe de la Société. Ce document de consensus, préparé par un comité ad hoc pour le compte de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, apparaîtra comme série dans le Communiqué de la SOGC. (2 partie de 4) MALADIES CARDIOVASCULAIRES ET HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE ) Les maladies cardiovasculaires sont les principales causes de décès au Canada. En 1990, elles ont emporté Canadiennes, soit 41 pour 100 des décès chez les femmes, plus que tous les décès dus au cancer.' Les Canadiennes vivent en moyenne sept ans de plus que les Canadiens. Durant ces sept ans, les maladies cardiovasculaires ne le cèdent qu'aux maladies articulaires et osseuses comme facteurs de limitation des activités et de réduction de l'autonomie des femmes.2 Elles constituent l'une des grandes menaces pour la santé des femmes. Les maladies cardiovasculaires apparaissent chez les femmes dix ans plus tard que chez les hommes et cet intervalle de dix ans est lié au début de la mén~pause.~ II existe des facteurs de risque reconnaissables chez les hommes et chez les femmes. Nous donnons au Tableau 1 les facteurs de risque communs aux hommes et aux femmes : certains sont modifiables et on peut agir sur ces facteurs pour tenter de prévenir ou de retarder les maladies cardiovasculaires. Un facteur propre aux femmes augmente le risque de maladie cardiovasculaire après la ménopause : la carence en oestrogènes. L'oestrogénothérapie substitutive postménopausique peut réduire le risque de maladie coronarienne d'environ 50 pour On constate que la protection existe il tous les âges et qu'elle est plus efficace chez les femmes qui prennent actuellement des oestrogènes; elle devient maximale chez celles qui utilisent des oestrogènes depuis plus de 15 ans. Contrairement à ce qu'on croyait auparavant, à savoir que I'oestrogénothérapie substitutive était contre-indiquée en présence de facteurs de risque comme le diabète, l'hypertension ou une dyslipidémie, il est maintenant évident que, même en cas de coronaropathie ou d'infarctus du myocarde (et particulièrement pour ce groupe), I'oestrogénothérapie substitutive a vraiment un effet pr~tecteur.~ En fait, les femmes présentant une coronaropathie tire le plus grand profit de l'utilisation des ) oestrogènes.6 poky Statements: This policy reflects emerging clinical and scientific advances as of the date issued and is subject to change. The information should not be construed as dictating an exclusive course of treatment or procedure to be followed. Local institutions can dictate amendmentsto these opinions. They should be well documented it modified at the local level. Copies available for $5.00. Declaration de principe: La Declaration de principe fait état des percées récentes et des progres cliniques et scientifiques a la date de publication de celle-ci et peut faire l'objet de modifications. II ne taut pas interpreter l'information qui y figure comme l'imposition dune procedure ou d'un mode de traitement exclusifs a suivre. Un établissement hospitalier est libre de dicter des modifications a apporter à la Déclaration de principe. En l'occurrence. il faut qu'il y ait documentation à I'appui a cet établissement. Copies disponibles, 5.00$ chacune.

2 r TABLEAU 1 FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE NON MODIFIABLES Sexe (sexe masculin) Âge Antécédents familiaux de coronaropathie (âge inférieur à ans pour les femmes) (âge inférieur à ans pour les hommes) MODIFIABLES MAJEURS Usage du tabac Hypertension Hypercholeçtérolémie Diabète sucré i' MINEURS Hypertrig lycéridémie Taux faible de HDL-cholest4roI Obésité (surtout abdominale) Absence d'activité physique Facteurs psycho-sociaux Les mécanismes par lesquels les oestrogènes exerceraient des effets cardiovasculaires bénéfiques sont multiples, i3 commencer par les changements dans le profil des liquides sériques (Tableau 2).'- lo Les changements dans le profil lipoprotéique expliquent en partie l'incidence réduite d'artériosclérose chez les patientes sous oestrogénothérapie substitutive. II est possible que d'autres mécanismes interviennent pour expliquer le ralentissement de la progression de l'artériosclérose." De plus, les effets directs des oestrogènes sur la paroi artérielle pourraient bien favoriser une amélioration de la fonction vasculaire (Tableau 3).12-" Certains se sont inquiétés du fait qu'un progestatif ajouté à une oestrogénothérapie substitutive peut modifier le profil lipoprotéique et avoir un effet néfaste." Un tel effet existe-t-il vraiment? Et, si c'est le cas, est-il important?", '' La question reste posée. Cependant, mesure qu'on approfondit l'importance relative des différents mécanismes cardioprotecteurs des oestrogènes, il devient clair que, quel que soit l'effet des progestatifs sur les lipides, cet effet n'atténue en rien les bienfaits cardio-vasculaires dus aux oestrogènes.mz2 II faut reconnaître que les preuves convaincantes de l'effet cardioprotecteur de I'oestrogénothérapie substitutive reposent sur des études prospectives eff ectuées durant la dernière décennie. Trois essais cliniques randomisés à double insu, contrôlés par placebo, ont lieu actuellement aux États-Unis avec l'appui du National Institute of Health. L'étude

3 d'intervention PEP1 (Postmenopausal strogen/progestin lnterventiun Trials) étudie, sur une période de trois ans, les effets d'oestrogénothérapies substitutives avec ou sans progestatif sur les facteurs de risque de maladie cardiovascuiaire. Les résultats devraient être publiés à la fin de L'étude de prévention secondaire HERS (Heart and strogen/progestin Replacement Study) porte sur des femmes ménopausiques atteintes de cardiopathie athéroscléreuse, réparties de façon aléatoire pour recevoir soit une association oestro-progestative continue, soit un placebo. Les résultats devraient être publiés en Enfin, l'étude WHI (Women's Health Initiative), commencée en mars 1993, suivra cinquante mille femmes pendant onze ans. Elle comparera trois protocoles de traitement et un traitement par placebo. On espère que ces trois études ambitieuses permettront de répondre aux questions concernant les effets des associations oestro-progestatives sur le risque cardiovasculaire. Pour le moment, l'existence d'un important effet cardioprotecteur de I'oestrogénothérapie substitutive avec ou sans progestatif est bien acceptée. Les maladies cardiovasculaires constituent la principale cause de décès chez les femmes ménopausiques et on a démontré que les oestrogènes avaient un effet protecteur important. TABLEAU 2 EFFETS DES HORMONES SEXUELLES SUR LES LIPIDES LDL-cholestéml HDL-dol. TG ApolipopmMines Apolipoprotéines A-1 B HDL,, HDL, Oestmgènes Oraux 1,r?. Oestrogènes Tran sdemiques 1 neutre ou J. légère i Progestatifs neutre neutre (aux doses courantes en ou hormonothérapie substitutive) Itgère 1 II TABLEAU3 MÉCANISMES CARDIOPROTECTEURS DE L'OESTROGÉNOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE II 0 changement du profil des lipides oxydation réduite des particules de LDL-cholesgrol;'Z 0 diminution de la formation de plaques athéromase~ses;'~ 0 déclenchement d'une va~odilatation'~ 0 prévention des thromboses;" diminucon de I'insulino-résistance.'6 J. RÉSUMÉ La carence en oestrogène est une cause majeure de maladie cardiovasculaire chez les femmes posîménopausiques. Les études démontrent l'effet protecteur de l'oestrogénothérapie substi$tive contre les maladies cadiovasculaires. Contrairement à ce qu'on croyait anîérieurement, les fumeuses, les femmes souffrant d'hypertension ou d'angine de poitrine et celles qui ont des antécédenk de thrombose coronarienne devraient pouvoir elles aussi bénéficier des avantages de l'oestrogénothérapie substitutive. Le Comité appuie le recours à I'oestogénothérapie substitutive pour la prévention des maladies cardiovasculaires, mais ne saurait trop insisîer sur i'importance d'une alimentation équilibrée, de i'exercice, de h diminution du stress et de l'arrêt de I'usage du tabac. L'addition d'un progestatif aux doses faibles recommandées ne semble pas diminuer I'effet cardioproaecteur des oestrogènes.

4 BIBLIOGRAPHIE o Heart and Stroke Foundation of Canada: cardiovascular disease in Canada. Ottawa, Canada, Healy B. Women's health, public welfare. JAMA 1991 ; Castelli WP. Cardiovascular disease in women. Am J Obstet Gynecol 1988;158:1553. Barret-Connor E, Bush TL. Estrogen and coronary heart disease in women. JAMA 199;265: Bush TL, Barret-Connor E, Cowan LD et al. Cardiovascular mortality and non contraceptive use of estrogen in women: results from the Lipid Research Clinics Program Follow-up Study. Obstet Gynecol 1987;75: Cardioprotection by estrogen in women with and without risk factors for cardiovascular disease. In: proceedings of the sixth International Congress on the Menopause, 1991 :231. Sullivan JM, Zwaag VR, Hughes J, et al. Effect of estrogen replacement and coronary artery disease on survival in postmenopausal women. Arch Intern Med 1990;150: Hendersen BE, Paganini-Hill A, Ross RK. Decreased mortality in users of estrogen replacement therapy. Arch Intern Med 1991 ;151:75-8. Wong MCW, Guiliani MJ, Haley Jr. Ec. Cerebrovascular disease and stroke in women. Cardiology 1990;77(S~ppl.): Walsh BW, Schiff I, Rosner B, Greenberg L, Ravnikar V, Sacks FM. Effects of postmenopausal estrogen replacement on the concentrations and metabolism of plasma lipoproteins. N Engl J Med 1991 ;325: Miller-Bass K, Adashi E. Current status and future prospects of transdermal estrogen replacement therapy. Modern Trends 1990;53: Wagner JD, Clarkson TB, St-Clair RW, et al. Estrogen and progesterone replacement therapy reduces low density lipoprotein accumulation in the coronary arteries of surgically postmenopausal cynomolgus monkeys. J Clin Invest 1991 ; 88: Mattsson LA, Cullberg G, Samsioe G. The relative fatty acid composition of lecithin and cholesterol ester: influence of an estrogen-progestogen combination. Am J Obstet Gynecol 1986; Hillard TC, Bourne TH, Whitehead MI, et al. Differential effects of transdermal estradiol and sequential progestogens on impedance to flow within the uterine arteries of postmenopausal women. Fertil Steril 1992;58: Hassager C, Riis BJ, Christiansen C. Relation of body fat distribution serum lipids and lipoproteins in elderly women. Devor M, Barrett-Connor E, Renvall M, et al. Estrogen replacement therapy and the risk of venous thrombosis. Am J Med 1992;92: Godsland IF, Walton C, Stevenson JC. SOGC updated document. Insulin resistance, secretion, and elimination in postmenopausal women receving oral or transdermal hormone replacement therapy, Metabolism 1993;42(7): Sherwin BB, Gelfand MM. A prospective one-year study of estrogen and progestin in postmenopausal women: effects on clinical symptoms and lipoprotein lipids. Obstet Gynecol 1989;73: Barrett-Connor E, Wingard DL, Criqui MH. Postmenopausal estrogen use and heart disease risk factors in the 1980s: Rancho Bernardo, Calif, revisited. JAMA 1989;209!%100. Nabulsi AA, Folsom AR, White A, et al. Association of hormone replacement therapy with various cardiovascular risk factors in postmenopausal women. N Engl J Med 1993;328: Falkeborn M, Persson I, Adami H, et al. The risk of acute myocardial infarction after oestrogen - progestogen replacement. Br J Obstet Gynecol 1992;99: Hunt K, Vessey M, McPherson K. Mortality in a cohort of long-term users of hormone replacement therapy: an update. Weinstein L, Bentra C, Gallagher C. Evaluation of a continuous combined low-dose regimen of estrogen-progestin for treatment of the menopausal patient. Am J Obstet Gynecol 1990;162: i'! 3)

5 OSTÉOPOROSE ET HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE La production osseuse augmente avec l'âge, pour atteindre un maximum vers 35 ans. Par la suite, il se produit une perte osseuse graduelle, qui s'accélère après la ménopause. Ce processus normal de vieillissement est accentué chez beaucoup de femmes et aboutit à une incidence élevée de fractures survenant après des traumatismes mineurs. Au cours de la vie d'une femme, le risque de fracture du col du fémur est de un sur six et celui de fracture vertébrale, de un sur quatre. De 12 à 20 pour 1 O0 des femmes subissant une fracture du fémur meurent dans les six mois. Parmi celles qui y survivent, 20 à 30 pour 100 ont besoin de soins infirmiers de longue durée. En 1990, au Canada, environ 18 O00 femmes ont eu une fracture du fémur. Ces fractures ont des conséquences graves pour les femmes, car elles se traduisent par de la souffrance, par une diminution de la capacité fonctionnelle et de la qualité de vie et par une perte d'autonomie.', Les résultats des nombreuses études cliniques exécutées dans les règles confirment amplement les effets protecteurs importants des oestrogènes exogènes sur la densité os~euse.~ En raison des risques perçus de cancer ou de difficultés à poursuivre le traitement, toutes les femmes ne sont pas disposées à prendre des oestrogènes. II serait utile de pouvoir identifier les femmes à risque (toutes ne le sont pas), afin que leur médecin puisse leur offrir l'appui et les conseils nécessaires. II n'est pas possible de déceler tous les cas, mais on peut se guider sur certains facteurs de risque connus (Tableau l).4 1 La densitométrie osseuse est la méthode la plus précise pour anticiper les fractures. L'évaluation systématique de la masse osseuse, chez toutes les femmes, demeure controversée. On manque de données prospectives sur l'effet d'un tel dépistage sur l'incidence de fractures. Au Canada, où la disponibilité de I'absorptiométrie X double énergie (DEXA) est limitée, la densitométrie osseuse ne peut être utilisée que de façon sélective. Le Comité recommande l'utilisation de I'absorptiométrie de façon sélective et analyse en détail cet aspect dans la section sur l'évaluation. Si le seul effet bénéfique de l'évaluation systématique de la masse osseuse était d'encourager davantage de femmes à suivre une hormonothérapie substitutive, un tel dépistage serait probablement avantageux pour les Canadiennes? Les femmes doivent envisager le recours aux oestrogènes dès le début de la ménopause, en particulier à cause du renouvellement accru des cellules osseuses qui se produit à ce moment-là. Fort heureusement, on dispose d'une période de grâce de deux ou trois ans pendant laquelle l'utilisation des oestrogènes peut compenser la perte Même si ce sont là les recommendations du comité, les femmes ne se présentent pas toutes immédiatement après le début de la ménopause. Une oestrogénothérapie commencée plus tard préserve la densité osseuse résiduelle; on a de plus constaté une diminution du risque de fracture, même à un stade tardif. Toutes les formes d'administration d'oestrogènes sont, en principe, efficaces pour prévenir la perte osseuse, pourvu qu'on obtienne une concentration adéquate d'oestrogènes dans les tissus. Une conférence internationale sur l'ostéoporose a eu lieu en 1990 à Copenhague. Le rapport de consensus qui a suivi en 1991 indique les doses minimales d'oestrogènes pour la prophylaxie et le traitement efficace de l'ostéoporose (Tableau 2).7v On doit maintenir un remplacement adéquat des oestrogènes pendant au moins dix ans après l'âge de 50 ans pour assurer une protection maximale du tissu osseux. Cela ne signifie pas qu'il faille ensuite interrompre I'oestrogénothérapie. D'autres études s'imposent pour préciser la durée optimale du ) traitement.

6 Il Il Facteurs génétiques: i FACTEURS DE RISQUE ASSOCIÉS A L'OSTÉOPOROSE POSTMÉÉNOPAUSIQUE ET LIÉE A L*aGE sexe féminin race blanche ou asiatique antécédents familiaux ossature délicate Facteurs endocriniens: sexe féminin ménopause (ou ovariectomie bilatérale) précoce nu Iliparité Facteurs environnementaux: Médicaments: apports faibles de calcium la vie durant sédentarité abus d'alcool usage du tabac forte consommation de caféine, alimentation riche en protéines, en sodium ou en phosphates cortisone héparine anti-épileptiques traitement thyroidien A doses élevées Adapte de Lindsay, R4 On doit évaluer le régime alimentaire des femmes sous hormonothérapie substitutive pour assurer un apport quotidien minimal de 800 à mg de calcium élémentaire. En l'absence d'oestrogénothérapie, on doit envisager des suppléments alimentaires de calcium dans le cadre d'un régime thérapeutique, de façon à assurer un apport quotidien de 1 O00 à mg de calcium. Les études à long terme des apports de calcium ne montrent aucun effet protecteur contre l'ostéoporose, même à doses élevée^.^ II faut discuter avec chaque patiente d'un programme d'exercices adapté à ses besoins. Les exercices aérobiques et les exercices avec des poids sont importants pour préserver la résistance des os et le tonus musculaire de la patiente et pour conserver un bon sens de l'équilibre. Ce dernier aspect est particulièrement utile pour prévenir les chutes et les fractures. Une demi-heure de marche rapide par jour suffit pour la plupart des femmes de ce groupe d'âge. Lorsqu'une ostéoporose est diagnostiquée, I'oestrogénothérapie demeure le traitement de choix, mais on a aussi recours à d'autres traitements (étidronate, calcitonine, fluorure, progestatifs, 1,25- dihydroxy-cholécalciférol, etc.). Ces traitements dépassent toutefois la portée du présent document.

7 ~~ ~ TABLEAU 2 POSOLOGIES MINIMALES EFFICACES POUR LA PROPHYLAXIE ET LE TRAITEMENT DE L'OSTÉOPOROSE O est rog ènes con jug ués équi ns (Prémarine) Su If ate d'oestrone men) 0,625 mg 0,625 mg 17 P-oestradiol (Est race) Oestradiol Transdermique (Estraderm) mcg RÉSUMÉ 1. Les fractures chez la femme postménopausique ont des conséquences médicales et sociales graves. 2. La carence en oestrogènes joue un r8le de premier plan dans la perte de densité osseuse après la ménopause. 3. L'hormonothdrapie substitutive prévient cette perte de densité osseuse et réduit l'incidence de fractures; elle devrait être offerte à toutes les femmes dès le début de la ménopause. 4. Les facteurs de risque cliniques ne sont pas suffisamment sensibles pour permettre d'identifier les femmes les plus à risque. 5. La densitométrie osseuse est le meilleur moyen de diagnostiquer l'ostéoporose. 6. Au Canada, la densitométrie osseuse ne peut &re utilisée que de façon sélective. 7. Les facteurs liés au mode de vie, par exemple l'alimentation et l'exercice, sont extrêmement importants pour maintenir les os en bon état, mais doivent etre utilisés conjointement avec l'hormonothérapie substitutive, afin de donner des résultats optimaux. BI B L I O G RA PHI E Melton LS. Epidemiology of fractures. In: Riggs BL, Melton LS. eds. Osteoporosis: Etiology, Diagnosis and Management, New York, Raven Press 1988: Canadian Task Force on the Periodic Health Examination, 1987:2, Update. CMAJ 1988, 138: Consensus Development Conference: prophylaxis and treatment of osteoporosis. Am J Med 1991 :90: Lindsay R, Tohme F. Alterations in skeletal homeostasis with age and menopause. In: Mishell DR, Menopause. Year Book Med Publishers 1987: Melton J, Eddy DM, Johnson C. Screening of osteoporosis. Am Inter Med 1990;112: Johnston CC, Melton LS, Lindsay R, Eddy DM. Clinical indications for bone mass measurements. A report from the Scientific Advisory Board of the National Osteoporosis Foundation. J Bone Min Res 1989;4 (supp 2):l-28. Christiansen BJ. Riis Postmenopausal osteoporosis. Handelstrykkeriet Aps, Aalborg, Denmark. 1990:58. Consensus Development Conference. Prophylaxis and Treatment of Osteoporosis. Amer J of Med ;90:

8 HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE ET CANCER Au cours des dernières années, on a signalé une diminution de 50 pour 100 des infarctus du myocarde chez les femmes postménopausiques recevant une hormonothérapie substitutive.') Cette nette diminution du nombre de maladies cardiovasculaires et les effets protecteurs de l'hormonothérapie déjà bien connus contre l~ostéoporose4 et l'atrophie uro-génitale5* 24 nous ont incité à encourager toutes les femmes postménopausiques à envisager une hormonothérapie substitutive. Toutefois, la plupart des Canadiennes hésitent à suivre un tel traitement, en grande partie parce que les médias ont largement fait état d'un lien possible entre l'hormonothérapie substitutive et les risques de cancer. II est important de mettre ces risques en perspective et d'examiner le risque relatif pour toute femme postménopausique d'être atteint d'un cancer. Ces renseignements sont fournis dans le Tableau 1. Pour une femme de race blanche de 50 ans ou plus, le risque de cancer de l'endomètre est de 2,6 pour 100; la probabilité qu'elle en meure se situe entre 0,3 et 0'7 pour 100.' Nous allons donc examiner en détail le lien entre les oestrogènes, les progestatifs et la formation de néoplasies endométriales, ovariennes ou mammaires TABLEAU1, Site INCIDENCE DE CANCER ET TAUX DE MORTALITÉ C HU LES FEMMES. SELON LE SITE DU CANCER - ÉTATS-UNIS nombre de nouveaux cas pourcentage de nouveauxcaç nombre de décès pourcentage de décès Tous sites 520,000 (1 00%) 240,000 (1 00%) Poumons 55,000 (11%) 50,000 (21 %) Sein 150,000 (290/) 44,000 (1 8%) Côlon et rectum 79,000 (1 5%) 30,900 (1 3%) Ovaire 20,500 (4%) ' 12,400 (5%) Utérus et coi 46,500 (9%) 10,000 (4%) Voies urinaires 22,000 (4%) 7,400 (3%) Peau 12,800 (3%) 3,100 (1%) Bouche 10,l O0 (2%) 2,775 (1%) Auîres (27%) (34%) Chapitre 34, Continuing Medical Care of the Menopausal Woman, LBO Piouffe Jr., et al. Comprehensive Management of Menopause, Springer-Verlag, New York, NY, 1993, page 379 (Source: Silverberg, 1990) Reproduction autorisée CANCER DE L'ENDOMÈTRE Au début des années 1960, les oestrogènes étaient largement utilisés pour traiter les changements hypo-oestrogéniques postménopausiques. Cependant, au milieu des années 70, bon nombre de recherches commençaient à signaler que le risque de cancer de l'endomètre était presque trois fois plus élevé chez les femmes sous oestrogénothérapie substitutive? Dans la grande majorité des cas, ces tumeurs d'origine oestrogénique étaient curables, fait confirmé par l'étude de Collins et al, qui n'a décelé aucune augmentation du taux de mortalité lié au cancer

9 de l'endomètre.'' II était néanmoins approprié de soupeser les avantages de I'oestrogénothérapie substitutive en fonction des risques. La plupart des femmes postménopausiques atteintes d'un cancer de l'endomètre ne reçoivent pas d'hormonothérapie substituti~e.'~~~~ Les femmes obèses (c.-à-d. 50 livres au-dessus de leur poids idéal) présentent un risque dix fois plus élevé de développer cette forme de cancer", soit trois fois plus que les femmes suivant une oestrogénothérapie substitutive non compensée par un progestatif. Ce taux élevé de néoplasies endométriales chez les femmes postménopausiques obèses est lié à la production endogène d'oestrogènes par la conversion périphérique de I'androstènedione en oestronei3 et au fait que le taux de globuline liant spécifiquement l'oestradiol est nettement réduit chez les femmes 0bè~es.l~ II en résulte une production accrue d'oestrogènes et une concentration élevée d'oestradiol libre qui stimule les tissus cibles comme l'endomètre? Les femmes atteintes d'une maladie du foie" et ayant des antécédents d'ovaires polykystiques'' présentent également un risque élevé de cancer de l'endomètre, parce qu'une faible concentration de globuline liant l'oestradiol entraîne un taux accru d'oestradiol libre.13,) Théoriquement, la progestérone joue un rôle anti-oestrogénique dans l'utérus en diminuant le nombre des récepteurs cytoplasmiques des oestrogènes'8 et en induisant la production de 17 bêta-hydroxystéroïde-déshydrogénase." Ceci favorise le métabolisme de l'oestradiol, l'oestrogène le plus actif, au profit de l'oestrone, moins active. Dans le cadre d'études prospectives, Gambrel12', Varma 21, et d'autres22, ont montré que les femmes à qui on prescrivait une hormonothérapie substitutive comportant un progestatif étaient moins susceptibles de développer un cancer de l'endomètre que les femmes n'ayant recours à aucune forme d'hormonothérapie. Cela est probablement dû au fait que les femmes présentant un risque élevé de cancer de l'endomètre (les femmes obèses, par exemple) sont protégées par le progestatif ajouté à leur traitement. Par conséquent, une hgrmonothérapie substitutive comportant un progestatif n'augmente pas le risque de cancer de l'endomètre; au contraire, elle assure une protection contre ce cancer. II règne une certaine confusion en ce qui concerne le traitement des femmes ayant des antécédents de cancer de l'endomètre. Les Études de Creasman et al" sont les premières à avoir démontré que l'hormonothérapie substitutive n'était pas contre-indiquée chez les femmes ayant une néoplasie endométriale de stade I, grade I. Étant donné le taux élevé de survie à long terme après le traitement chirurgical d'un cancer de l'endomètre pris à un stade précoce,12 évalué à plus de 90 pour 100, et le taux de récurrence faible, évalué à seulement 5 pour 100, les bienfaits de l'hormonothérapie substitutive l'emportent largement sur les risques. II est donc recommandé de prescrire à ces femmes une hormonothérapie substitutive, après le traitement 23 du cancer de l'endomètre de stade I, grade Dans le cas des cancers endométriaux de stade ou de grade plus élevé, ou qui n'ont pu être complètement traités chirurgicalement en raison d'une impossibilité d'opérer, l'hormonothérapie substitutive doit être individualisée, étant donné que le risque de récurrence peut atteindre 50 pour 100, même sans traitement. Le comité n'est parvenu à aucun consensus sur la question de l'hormonothérapie substitutive pour ces patientes. De plus, les études épidémiologiques montrent globalement une diminution du risque de cancer de l'endomètre de 11,7 pour 1 O0 pour chaque année d'utilisation dun contraceptif oral. Elles confirment que la protection dure au moins 15 ans après l'arrêt de l'utilisation du contraceptif 0ra1.55'56

10 ~~ RÉSUMÉ - CANCER DE L'ENDOMÈTRE Selon les données actuellement disponibles, les bienfaits de l'hormonothérapie substitutive l'emportent sur les risques de cancer de l'endomètre. L'addition d'un progestatif réduit le risque de cancer de l'endomètre. Pour certaines femmes présentant un risque accru de cancer de l'endomètre, l'addition d'un progestatif réduit le risque et assure une protection, quel que soit l'âge. L'hormonothérapie substitutive n'est pas contre-indiquée pour les femmes qui ont eu un cancer de l'endomètre de stade I, grade I traité chirurgicalement. Les contraceptifs oraux administrés durant les années de reproduction ont un effet protecteur contre le cancer de l'endomètre. CANCER DE L'OVAIRE Certains médecins hésitent à prescrire une hormonothérapie substitutive à des femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire, craignant de réduire la durée de survie ou d'augmenter la probabilité de récurrence. Pour dissiper la confusion, nous devons soupeser les facteurs de risque et les effets des hormones sur l'évolution du cancer de l'ovaire. Chaque année, près de 21 O00 cas de cancers de l'ovaire sont diagnostiqués et près de 13 O00 femmes meurent de cette maladie.= Le cancer de l'ovaire constitue une cause majeure de décès chez les Américaines et les Canadiennes. Entre 1'4 et 2 pour 100 (soit 1 sur 70) des Nord-américaines souffriront d'un cancer de l'ovaire au cours de leur vie. Certains facteurs de risque de cancer de l'ovaire sont bien Les femmes ayant des antécédents héréditaires de cancer de l'ovaire ont une probabilité de 50 pour 100 de développer ce type de cancer2'. Trois syndromes sont associés à ce risque accru : 1. Syndrome de cancer de l'ovaire à site spécifique.'' 2. Syndrome de cancer sein-ovaire.2b 3. Cancer colo-rectal non polyposique héréditaire (Syndrome de Lynh 30 Une ovulation incessante3'~ 32 à cause des lésions répétées de l'épithélium ovarien peut expliquer la plupart des facteurs suivants : nulliparité et première grossesse tardive, infertilité et apparition précoce des premières règles. L'effet de taux élevés de gonadotrophines dans le sang33t34 pourrait également constituer une cause importante de cancer de l'ovaire. Cette dernière observation expliquerait l'incidence accrue de cancer de l'ovaire chez les femmes de plus de 45 ans, apparemment liée à l'utilisation d'hormones gonadotropes et à une ménopause tardive. D'autres facteurs, qui n'ont pas encore été étudiés, tels que des effets viraux ou environnementaux, pourraient aussi intervenir. L'apparition précoce des premières règles, la nulliparité, une première grossesse tardive et l'infertilité se traduisent pour la femme par une ovulation incessante. II est possible que les lesions répétées de l'épithélium ovarien augmentent le risque de cancer de l'ovaire. L'ovulation incessante expose ces femmes à des taux mensuels élevés de gonadotrophines. Si ces taux sont cancérigènes, ce phénomène pourrait également expliquer l'augmentation de l'incidence de cancer de l'ovaire observée chez les femmes de plus de 45 ans.

11 1 II y a beaucoup de confusion concernant le rôle des récepteurs d'hormone. On a observé une certaine concentration de récepteurs des oestrogènes, de la progestérone, des androgènes et de la LH-RH dans les néoplasmes Contrairement aux cancers du sein et de l'endomètre, où la présence de ces récepteurs a des répercussions au niveau du pronostic et du traitement, il n'existe aucune corrélation entre ces récepteurs et le traitement ou la survie des patientes dans les cas de néoplasie ovarienne. Certains facteurs réduisent l'incidence du cancer de l'ovaire, tels que la multiparité et l'utilisation de contraceptifs oraux. Ces derniers réduisent le risque d'environ 50 pour 100 après cinq ans d'utili~ation.~~ Puisqu'il a été démontré que les contraceptif oraux réduisaient le nombre de cancers de il serait logique d'offrir cette option comme mesure préventive à toutes les femmes, et à plus forte raison aux femmes en âge de procréer présentant un risque élevé de cancer de l'ovaire. Cette option devrait être offerte aux femmes ayant des antécédents familiaux, non héréditaires, de cancer de l'ovaire. Les patientes ayant des antécédents héréditaires de cancer de l'ovaire devraient subir une ablation des ovaires après qu'elles ont eu leurs enfants. Les études épidémiol~giques~~* *2 n'ont pas pu établir avec certitude quel était le risque de cancer de l'ovaire lié à une oestrogénothérapie substitutive. Ces études signalent un risque relatif de 0'6 à 1,6, mais ce résultat n'est fondé que sur un petit nombre de cas.43 1 y. Par contre, l'unité d'oncologie gynécologique du Royal Marsden Hospital, à Londres, a mené une des plus importantes études auprès de 373 patientes âgées de 50 ans ou moins, atteintes d'un cancer de l'ovaire. On a administré à 78 d'entre elles une hormonothérapie substitutive débutant quatre mois (valeur médiane) après le diagn0stic.3~ Certaines ont suivi le traitement pendant plus de 49 mois sans qu'on décèle de différence significative dans les taux de survie et de récurrence par rapport aux patientes qui n'avaient pas reçu d'hormonothérapie substitutive? Étant donné les bienfaits de I'oestrogénothérapie relativement aux maladies cardiovasculaires, à l'ostéoporose et au soulagement des symptômes désagréables de la ménopause (symptômes vasomoteurs et atrophie génito-urinaire), nous concluons que les patientes ayant eu un cancer traité de l'ovaire, et en particulier celles qui, par mesure de préventions, ont subi une ablation des ovaires à un âge précoce, doivent avoir accès à une hormonothérapie substitutive? Les données actuellement disponibles semblent indiquer que l'addition d'un progestatif ne présente pas d'avantage réel après une hystérectomie ou une salpingo-ovariectomie bilatérale. D'autres importants essais randomisés et contrôlés seront nécessaires pour déterminer si l'hormonothérapie substitutive a des effets bénéfiques sur les survivantes à un cancer de l'ovaire. Selon les recherches menées jusqu'à ce jour, l'existence d'un lien entre les oestrogènes et les tumeurs épithéliales malignes de l'ovaire n'est pas démontrée. RÉSUMÉ - CANCER DE L'OVAIRE Pour les femmes en âge de procréer, les contraceptifs oraux offrent une protection contre le cancer de l'ovaire. L'hormonothérapie substitutive n'augmente pas le risque de cancer de l'ovaire. Après le traitement d'un cancer de l'ovaire, I'oeçtrogénothérapie doit être proposée et non refusée. L'effet des hormones sur les rares cas de cancer de l'ovaire non épithélial demeure inconnu.

12 CANCER DU SEIN Nombre de femmes refusent les nombreux bienfaits de l'hormonothérapie substitutive par crainte d'une augmentation du risque de cancer du sein. Une étude a rapporté en effet que, chez sept femmes sur dix, c'est la crainte du cancer du sein qui leur fait refuser l'hormonothérapie substitutive. Le risque du cancer du sein durant la vie d'une femme est passé de 1 sur 13 en 1973, à 1 sur 8 en II convient cependant de préciser que, si l'incidence de cette forme de cancer est de 1 sur 8 à 85 ans, elle est de 1 sur 217 à 40 ans, de 1 sur 50 à 50 ans et de 1 sur 24 à 60 ans.44 (Voir Tableau 2.) Environ 34 pour 100 des cancers du sein se produisent chez des femmes de moins de 50 ans et seulement 20 pour 100 chez les femmes ayant des antécédents familiaux de tels cancers? Parmi les facteurs de risque associés au cancer du sein, citons l'alimentation, les hormones exogènes (contraceptifs oraux ou hormonothérapie substitutive), la consommation d'alcool, les traumatismes mammaires, les infections virales, un niveau socio-économique élevé et l'obésité. Aux États-Unis, on projetait, pour l'année 1993, 46 O00 décès attribuables au cancer du sein et 350 O00 autres attribuables aux maladies cardiovasculaires. TABLEAU 2 Par âge 25 1/19 ' I / / / / / / / / / /1 O A vie: 85 1 /9 1 /0 Source: PROBAB~ LITÉ D'APPARITION D'UN CANCER DU SEIN National Cancer Institute Surveillance Program U. S. National Alliance of Breast Cancer Organizations. Octobre 1992 L'oestrogénothérapie substitutive et, plus récemment, l'hormonothérapie sub~titutive,~' ont fait l'objet de nombreuses recherches pour déterminer si elles constituaient des causes possibles d'augmentation du risque relatif de cancer du sein. Les efforts pour arriver à un consensus ont plutôt créé de la confusion. Nous présentons donc un résumé de cinq méta-analyses publiées dans les cinq dernières années. Ces données sont fournies dans le Tableau 3.

13 c a ) II apparaît évident, d'après les chiffres qui précèdent, que le risque relatif est essentiellement de 1,1, à l'exception de celui de l'étude de Steinberg qui fait état d'un risque relatif de 1,3.50 Notons cependant que ce risque relatif est apparu après quinze ans d'utilisation des oestrogènes. Dans l'étude menée par Dupont,48 on n'a fait état d'aucune augmentation significative du risque relatif associé à une dose de 0,625 mg d'oestrogènes conjugués équins. On a signalé cependant la possibilité d'un doublement du risque lorsque la dose passe à 1'25 mg. On a noté aussi que des antécédents de tumeurs mammaires bénignes ne constituaient pas une contre-indication à l'utilisation d'une dose de 0,625 mg d'oestrogènes conjugués équins. Le rôle du progestatif demeure obscur. Nous ne pouvons affirmer avec certitude que l'addition d'un progestatif à une oestrogénothérapie substitutive peut augmenter ou diminuer le risque de cancer du sein. Toutefois, ce manque de certitude concernant le cancer du sein ne devrait pas nous permettre d'oublier le rôle protecteur important des progestatifs contre le cancer de l'endomètre. Lorsqu'un diagnostic de cancer du sein est posé, le fait d'avoir suivi une hormonothérapie substitutive ne semble pas diminuer les chances de survie.52 Bien que ces questions soient de prime importance en ce qui concerne un lien éventuel entre l'hormonothérapie substitutive et le cancer du sein, d'autres questions demeurées sans réponse constituent une source de confusion pour les patientes et pour les médecins. Le comité ne peut pas présenter de recommandations fermes, mais off re néanmoins les suggestions suivantes : 1. Une tumeur mammaire bénigne ne constitue une contre-indication à l'hormonothérapie substitutive. 2. Si une biopsie d'une lésion mammaire révèle des changements atypiques, sans matignite franche, il existe déjà un risque accru de cancer du sein, que la patiente ait recours ou non à une hormonothérapie substitutive. Le comité ne peut pas recommander une hormonothérapie substitutive systématique dans de telles circonstances. Toutefois, si la patiente est prête à accepter le risque que l'hormonothérapie substitutive ait des effets néfastes, il faut lui laisser le choix. 3. La même suggestion est faite dans le cas d'une patiente préménopausique dont une parente au premier degré est atteinte d'un cancer du sein. Par contre, si deux parentes au premier degré ou plus ont eu un cancer du sein, l'hormonothérapie substitutive est contre-indiquée. 4. Le comité est opposé à l'hormonothérapie substitutive dans le cas d'une femme atteinte d'un cancer du sein. Dans de très rares cas, une hormonothérapie substitutive peut être prescrite si la patiente donne son consentement éclairé. TABLEAU 3 OESTROGÉNOTHÉRAPIE ET CANCER DU SEIN Méta-analyse Nombre R.R. IC 95% d'études Armstrong BK46 23 Bates SK4' 11 Du Pont WD et al Sillero-Arenas M et al Steinberg KK, et al.'' 16 1,O1 0'95-1,O8 1,O3 0,87-1 '17 1,O8 0,96-1'2 1,O6 1'00-1,18 1,3 1,2-1.6

14 RÉSUMÉ - CANCER DU SEIN L'administration d'oestrogènes dans le cadre d'une hormonothérapie substitutive ne semble pas augmenter le risque associé de cancer du sein. On ignore encore si l'addition d'un progestatif à une oestrogénothérapie substitutive, à des fins de protection contre le cancer de l'endomètre, a des effets favorables ou non sur le risque de cancer du sein. Les antécédents de tumeur mammaires bénignes ne constituent pas une contre-indication à l'hormonothérapie substitutive. Beaucoup de questions demeurent sans réponse. BI BLlOG RA PHI E o Sullivan JM, Zwagg RV, Lemp GF, et al. Postmenopausal estrogen use and coronary atherosclerosis. Ann Intern Med 1988; 108: Ferenczy A. Endometrial carcinoma and its precursors in relation to Hormone Replacement Therapy. Comprehensive Management of Menopause, Springer Verlag, 1993, New York, NY p.254. Wilson PWF, Garrison R J, Castelli WP. Postmenopausal estrogen use, cigarette smoking, and cardiovascular morbidity in women over 50: The Framingham study, New Engl J Med 1985; 313: Christiansen C, Christiansen MS, McNair P, et al. Prevention of early post-menopausal bone loss: controlled two-year study in 315 normal females. Eur J Clin Invest 1980; 10: Lauretzen CH. The female climacteric syndrome: significance, problems and treatment. Acta Obstet Gynaecol 1976; 53 (Suppl): Wigle DT, Grace M, Smith ES. Estrogen use and cancer of the uterine corpus in Alberta. CMAJ 1978; 118: Ziel HK, Finkle WD. Increased risk of endometrial carcinoma among users of conjugated estrogens. New Engl J Med 1975; 293: Antunes CM, Strolley PD, Rosenshein NB, et al.'endometrial cancer and estrogen use. Report of a large case-control study. New Engl J Med 1979; 300:9-13. Weiss NS, Szekely DR, Austin DF. Increasing incidence of endometrial cancer in the United States. New Engl J Med 1976; 294: Collins JA, Allen LH, Donner A, et al. Oestrogen use and survival in endometrial cancer. Lancet 1978; 2:961. Wynder EL, Escher GC, Mantel N. An epidemiological investigation of cancer of the endometrium. Cancer 1966; 19: National Cancer Institute of Canada. Canadian cancer statistics Toronto, Canada, Siiteri PK, Nisker JA, Hammond GL. Hormonal basis of risk factors for breast and endometrial carcinoma. In: Jacobelli S, King RJB, Lindner HR, Lippman ME, eds. Progress in cancer research and therapy: hormones and cancer. New York; Raven Press, Nisker JA, Hammond GL, Siiteri PK. More on fathess and reproduction. (Letter) New Engl J Med 1980; 303:1124. Siiteri PK, Murai JT, Hammond GL, et al. The serum transport of steroid hormones. Recent Prog Horm Res 1982; 38: Nisker JA, Oliver GD, Menopause: rationale for management. Patient Care July Nisker JA, Ramzy I, Collins, JA. Adenocarcinoma of the endometrium and abnormal ovarian function in young women, Am J Obstet Gynecol 1978;130: Hsueh AJW, Peck EJ Jr, Clark JH. Control of uterine estrogen receptor levels by progesterone. Endocrinology 1976; 98: a

15 ' ) Tseng L, Gurpide E. Induction of human estradiol dehydrogenase by progestins. Endocrinology 1975; 97: Gambrel1 RD. Use of progestogen therapy. Am J Obstet Gynecol : Varma TR. Effect of long-term therapy with estrogen and progesterone on the endometrium of postmenopausal women. Acta Obstet Gynaecol Scand 1985;64:41-6. Ferenczy A, Gelland MM, Nisker JA, Spence JE. Progestins and the endometrium. J SOGC 1991 ;3( 1):39. Creasman VVT, Henderson D, Hinshaw W, Clarke-Pearson DI. Estrogen replacement therapy in the patient treated for endometrial cancer. Obstet Gynaecol 1986; 67: Chang RJ. Plouffe L. Physiology of menopause. Chapter I. Comprehensive Management of Menopause. Springer-Verlag New York, 1993:11, Ferenczy A. Endometrial carcinoma and its precursors in relation to Hormone Replacement Therapy. Comprehensive Management of Menopause Springer-Verlag New York 1993:257. Boring CC, Squires TS, Tongt. Cancer Statistics. CA 1992; 42: Lynch HT, Schuelke GS, et al. Hereditary ovarian carcinoma, Biomarker Studies. Cancer 1985;55: Lynch HT, Harris R, et al. Familial association of breast / ovarian carcinoma. Cancer 1978;41: Lynch HT, Schuelke GS, et al. Hereditary non-polyposis colorectal cancer (Lynch Syndrome I and Il) II. Biomarker Studies. Cancer 1985;56: Lynch HT, Kimberling W, et al. Hereditary non-polyposis colorectal cancer (Lynch Syndrome I and Il) II. Clinical description of resource. Cancer 1985;56, Kvale G, Heuch I, Nilssen S, Beral V. Reproductive factors and risk of ovarian cancer: a prospective study. Int J Cancer 1988;42: Fathalla MF. Incessant ovulation: a factor of ovarian neoplasia? Lancet Z 1971:163. Hartage P, Hoover R, McGowan L, Lesher L, Norris HJ. Menopause and ovarian cancer. Am J Epidemiol 1988; 127: Carter ME, Joyce DN. Ovarian carcinoma in a patient hyperstimulated by gonadotropin therapy for in vitro fertilization. J In Vitro Fertil Embryo Transfer 1987;4: Eeles RA, Tan S, Wiltshaw E, Fryatt I, A'Hern RP, Shepherd JH, Harmer CL, Blake PR, Chilvers CED. Hormone replacement therapy and survival after surgery for ovarian cancer. London. BMJ 1991 ;302: Rao BR, Slotman BJ. Endocrine factors in common epithelial ovarian cancer. Endocrine Reviews 1991 ;12( 1 ): Slotman BJ, Nauta JJP, Rao BR. Survival of ovarian cancer patients: apart from stage and grade tumour, progesterone recepter content is a prognostic indicator. Cancer 1990;66: Sutton GP, Serrior MB, Strauss JF, Mikuta JJ. Estrogen and progesterone receptors in epithelial ovarian rnaligancies. Gyn Oncol 1986; 23: Hankinson Susan E, Colditz Graham A, Hunter David J, Spencer Terri L, Rosner Bernard, Stampfer Meir J. A quantative assessment of oral contraceptive use and risk of ovarian cancer. Obst & Gyn 1992, vol. 80, no. 4, p La Vecchia C, Liberati A, Franceschi S. Non-contraceptive estrogen use and the occurrence of ovarian cancer. JNCL 1982;69:1207. Hunt K, Vessey M, McPherson K, Coleman M. Long term surveillance of mortality and cancer incidence in women receiving hormone replacement therapy. Br J Obstet Gynaecoll987;94: Weiss NS, Lyon JL, Krishnamurthy S, Dietert SE, Liff JM, Daling JR. Non-contraceptive estrogen use and the occurrence of ovarian cancer. J Nat1 Cancer lnstit 1982; 68:95-8. Lorrain J, Moutquin JP. Cancer of the breast, cervical cancers, ovarian cancers and other cancers. Comprehensive Management of Menopause, Springer-Verlag, New York, NY, 199x41 O. ACOG Technical Bulletin ;158.

16 National Cancer Institute, Surveillance Programme, US National Alliance of Breast Cancer Organizations, October Armstrong BK. Non-contraceptive exogenous oestrogen therapy and breast cancer. Med J Aust 1988; 148: Bates SK. Meta-analysis on HRT for breast cancer. J SOGC 1990; 12:9. Dupont WD, Page DL. Menopausal estrogen replacement therapy and breast cancer. Arch Intern Med 1991 : 151 : Sillero-Arenas M, et al. Menopausal hormone replacement therapy and breast cancer. A metaanalysis. Obstet Gynaecol 1992; 79:286. Steinberg KK, et al. A meta-analysis of the effect of estrogen replacement therapy on the risk of breast cancer. JAMA 1991 ; 265: Bergkvist L, et al. The risk of breast cancer after estrogen and estrogen-progestin replacement. N Engl J Med 1989; 321: Bergkvist L, et al. Prognosis after breast cancer in women exposed to estrogen and estrogenprogestogen replacement therapy, Am J Epidem 1989; 130: Colditz GA, Stampfer MJ, Willett WC, et al. Prospective study of estrogen replacement therapy and risk of breast cancer in postmenopausal women. JAMA 1990; 264: Ravdin, Peter M. Chapter 36. Special Issues Concerning Postmenopausal Hormone Therapy and Breast Cancer. Comprehensive Management of Menopause, Springer-Verlag, New York, N.Y. 1993:398. Pike MC, Spicer DV. Contraception Shoupe and F. Haseltine Eds. Springer Verlag, NewYork. Jick SS, Walker AM, Jick H. Oral Contraceptive and endometrial cancer. Obçtet Gynecol 1993;82(6): COMITE rwnorwl DE CONSENSUS SUR LA MCNOPAUSE Patrick Taylor, MD, FRCSC (Rédacteur-en-chef), Pierre Fugere, MD, FRCSC et Elaine Jolly, MD, FRCSC (Co-présidents); André B. Lalonde, MD, FRCSC (vice-président administratif de la SOGC), Jean Chamberlain, MD, Andrée Chatel, M.PS, Anthony P. Cheung, MBBS, MPH, FRCSC, Margaret Corinne Devlin, MD, FRCSC, Jean Dumas, MSc, Morrie M. Gelfand, CM, MD, FRCSC, Gillian R. Graves, MD, FRCSC, Jacques Lorrain, MD, FRCSC, Michele Moreau, MD, Jeffrey A. Nisker, MD, FRCSC, Nicole Racette, MD, FRCSC, et Josef Scott, MD, FRCSC. Pour obtenir une copie, veuillez faire parvenir une demande par écrit au Dr André Lalonde, vice-président administratif de la SOGC, à l'adresse suivante : 774, promenade Echo, Ottawa, Ontario K1S 5N8.

Hormonothérapie. et le cancer du sein. femmes inquiètes et médecins confus. Prévention. Florilège : 15 ans à la recherche de l excellence

Hormonothérapie. et le cancer du sein. femmes inquiètes et médecins confus. Prévention. Florilège : 15 ans à la recherche de l excellence ME MÉNEAU, 52 ans, consulte parce M qu elle souffre d aménorrhée depuis six mois, qu elle a des bouffées de chaleur et souffre d insomnie. Elle ne fume pas et fait de l exercice, mais elle présente une

Plus en détail

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p.

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p. Avertissements 1/ La lecture du chapitre Matériel et méthode est indispensable à la compréhension et à l interprétation des données présentées dans cet ouvrage La première partie de ce rapport concerne

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment?

La consultation de ménopause. Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? La consultation de ménopause Quand Quand? Pourquoi Pourquoi? Comment Comment? G.Girardet Nendaz. Nov.2000 Risque de morbidité pour une femme de 50 ans Maladie CV 46% AVC 20% Fracture du fémur 15% Cancer

Plus en détail

Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause

Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause Bénéfices et risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause Résumé : Les modalités de prescription du traitement hormonal substitutif (THS) ont été grandement modifiées depuis le début des

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Contraception orale et BRCA M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis CO et cancer du sein: Métaanalyse (1) Collaborative group on hormonal factors in breast cancer 54 études reprises; 53

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé!

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les derniers résultats d'une étude d'observation de longue durée menée au Danemark confirment à nouveau que les acides

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur B. Blanc Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2002 publié le 28.11.2002 VINGT-SIXIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Traitement hormonal substitutif et cancer du sein

Traitement hormonal substitutif et cancer du sein Traitement hormonal substitutif et cancer du sein M. Espié Introduction Depuis ces trois dernières années, chaque été apporte un nouvel article sur l effet délétère du traitement hormonal substitutif (THS)

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 1 PLAN Indications THS Avantages et risques du THS Protocoles thérapeutiques

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Questions / Réponses. Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause. Juillet 2006 LA MENOPAUSE

Questions / Réponses. Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause. Juillet 2006 LA MENOPAUSE REPUBLIQUE FRANÇAISE Juillet 2006 Questions / Réponses Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause LA MENOPAUSE 1. Qu'est-ce que la ménopause? 2. Comment la ménopause m'affecte-t-elle? 3. Quels sont

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Nous sommes là pour vous.

Nous sommes là pour vous. UN PROGRAMME DE BIEN-ÊTRE SUR LE LIEU DE TRAVAIL QUI AGIT SUR LE DIABÈTE Par Janice Bartos, B.S.N, R.N., consultante clinicienne Que peut faire un employeur pour lutter contre le diabète? L'espoir est

Plus en détail

Objectifs. Madame Laliberté. Hormonothérapie chez la femme Ménopause. Journées de médecine familiale de l Outaouais S.

Objectifs. Madame Laliberté. Hormonothérapie chez la femme Ménopause. Journées de médecine familiale de l Outaouais S. Hormonothérapie chez la femme Ménopause Journées de médecine familiale de l Outaouais S. Dodin, MD, MSc Gynécologue, professeure titulaire Département d obstétrique et de gynécologie, Université Laval

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013)

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) DOSAGE DE LA VITAMINE D QUELLES INDICATIONS DE VALEURS SUR LES COMPTES-RENDUS De nombreuses études scientifiques observationnelles et interventionnelles

Plus en détail

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99 Substitution hormonale dans deux situations cliniques G. Girardet Nendaz Novembre 99 Plan TSH et maladies cardiovasculaires TSH après cancer de l endomètre Cas 1: Mme S.G. 55 ans Ménopause à 50 ans, pas

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Formuler une hypothèse de recherche Exposer le raisonnement qui sous-tend l inférence statistique Interpréter le résultat

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR Traitements hormonaux en gynécologie Dr MC Laurent - DOGMR Quelles hormones? Effets biologiques des hormones naturelles Voies d administration Utilisation en clinique Contraception Traitements de pathologie

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

12 ème congrès de la SAERM. Valeur du THM. François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM

12 ème congrès de la SAERM. Valeur du THM. François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM 12 ème congrès de la SAERM Valeur du THM 2014 François Naudy Alger, 25 mai 2014 FAFEM Principales grandes études épidémiologiques - 1995: étude PEPI (suite travaux de Clarkson) - 1997: Méta-analyse de

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech EXTRAIT des Mises à jour en gynécologie médicale Volume 2010 Publié le 10 décembre 2010 TRENTE-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015

PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015 PERSPECTIVE SUR L HORMONOTHÉRAPIE EN 2015 Dre Nathalie Gamache Spécialiste en santé de la femme Gynécologue Journée Montfort Le 16 avril 2015 Divulgation de conflits d intérêts: Dre Nathalie Gamache Bayer

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous?

Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous? Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous? The 15th VN-France-Asia-Pacific conference on Ob/Gyn May 2015 Pr N Chabbert-Buffet Reproductive Medicine Paris University Hospitals Pierre and Marie

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Facteurs de risque majeurs. i Plus de 65 ans. i Tassement vertébral. i Antécédents de fracture atraumatique après 40 ans

Facteurs de risque majeurs. i Plus de 65 ans. i Tassement vertébral. i Antécédents de fracture atraumatique après 40 ans N O U V E L L E S M É D I C A L E S 20 Photo : Emmanuèle Garnier. par Emmanuèle Garnier Ostéoporose de nouvelles lignes directrices fortement étayées De nouvelles lignes directrices sur le diagnostic et

Plus en détail

Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO

Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO Dr. j ai des bouffées de chaleur que faire? Dr. F. Luzuy, CE, gynécologue Dre. Soulier Lauper, interniste GMO Mme Mariée, 2 enfants Ttt pour une hypercholestérolémie Règles de plus en plus aléatoires,

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE DIU HTA SEMINAIRE TOULOUSE 24 et 25 mai 2013 Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL TRAITEMENTS DE L INFERTILITÉ ET RISQUES DE CANCER O.Gervereau CHU Tours PRESCRIPTION EN CONSTANTE AUGMENTATION 1.2 à 2.3 % Enfants nés par techniques PMA Cycles FIV en constante augmentation Plus 10.000

Plus en détail

Virus du papillome humain (VPH)

Virus du papillome humain (VPH) Virus du papillome humain (VPH) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Dossier documentaire

Dossier documentaire Dossier documentaire «Traitement hormonal substitutif de la ménopause» (Version 1 du 15 avril 2008) Professeur Renaud de Tayrac Gynécologue-Obstétricien GHU Crémeau, Nîmes 1 Sommaire Introduction : page

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Le cancer du sein chez les jeunes femmes

Le cancer du sein chez les jeunes femmes Le cancer du sein chez les jeunes femmes Chercheur principal du programme : D r Steven Narod, Women s College Hospital, Toronto Titre du programme : Vers de meilleurs résultats pour les jeunes femmes atteintes

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

DIRECTIVES CLINIQUES COMMUNES DE LA SOGC ET DE LA GOC DIRECTIVES CLINIQUES COMMUNES DE LA SOGC ET DE LA GOC

DIRECTIVES CLINIQUES COMMUNES DE LA SOGC ET DE LA GOC DIRECTIVES CLINIQUES COMMUNES DE LA SOGC ET DE LA GOC DIRECTIVES CLINIQUES COMMUNES DE LA SOGC ET DE LA GOC N 179, juillet 2006 Contraception hormonale ne contenant qu un progestatif et contraception non hormonale chez les survivantes du cancer du sein :

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

La ménopause (ici et aujourd'hui)

La ménopause (ici et aujourd'hui) La ménopause (ici et aujourd'hui) Cours de formation en santé de la reproduction Genève 18 mars 2004 Dr. Grace P. Bianchi Movarekhi, Privat docent Hôpital Universitaire de Genève Qu est-ce que la ménopause?

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries L utilisation des fluorures pour la prévention des caries Introduction L Association dentaire canadienne appuie l utilisation judicieuse des fluorures en dentisterie comme l une des mesures préventives

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation Maitrise de la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles 2. Les contraceptifs locaux 3. Les préservatifs 4. Les pilules 5. Les dispositifs intra-utérins II. L assistance médicale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 8 novembre 2005 (JO du 16 novembre 2005) FOSAVANCE 70 mg/2800 UI, comprimé

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail