Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence"

Transcription

1 Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence Norbert Hillaire * Université de Nice Le mur est ce qui se dresse dans l évidence de sa présence abrupte, mais le mur est plus que cela : tout un symbolisme s y attache (du plein et du vide, de la frontière et de l identité, du dehors et du dedans) qui se prolonge au-delà de sa propre réalité spatiale. C est pourquoi, sans doute, même une fois détruits, les murs continuent parfois d exister. Ou qu ils n ont pas cessé d évoluer au point de disparaître. Cette duplicité du mur, comme agent double, explique aussi sans doute le fait que le mur ait été un instrument projectif, qui clôture l espace réel, mais ouvre un espace de représentation ; les murs ont ainsi toujours été pris dans l ambiguïté de la présence et de l absence, du plein et du vide, mais aussi, comme on peut le vérifier avec le vitrail et avec certaines technologies tout à fait nouvelles (telles le mur de téléprésence), de la présence et de la représentation, de la présence réelle et de la présence à distance. Une nouvelle génération d équipements et de services voient le jour et actualisent le formidable potentiel des technologies en matière de liaison entre le proche et le lointain, l expérience réelle et l expérience à distance dont les enjeux ne sont rien moins que les nouvelles conditions de l habiter, et peut-être, du vivre ensemble séparément. Le mur est paradoxal ; c est, littéralement parlant un objet biface, comme Janus. Non seulement parce qu un mur suppose deux côtés, comme n importe quelle paroi, mais aussi parce que le mur est indissolublement un objet matériel et un objet spirituel. Un objet physique et symbolique. Cette qualité biface du mur le place ainsi à l égal d autres objets, qui peuvent avoir valeur de paradigme, tels l arbre ou le réseau (le réseau, par exemple, se présente lui aussi, dans sa version contemporaine comme un objet biface, à la fois comme enfer du contrôle et paradis de la libre circulation). De même le mur est irréductiblement du côté de la clôture et de l ouverture (comme s il entrait dans la vocation du mur de se voir soit percé, par des fenêtres, soit abattu, par la soif de liberté et de clarté qui guide les hommes). *

2 MEI «Espace, corps, communication», nº 21, 2004 Mais même si le mur est l objet par lequel on enclôt, ou on enferme, cette clôture n est pas nécessairement négative : elle peut signifier la privation de liberté, mais elle peut aussi signifier cette nécessaire réclusion à laquelle aspire le moine dans son exigence de communion intérieure avec l au-delà : la cellule du moine nous tient à l abri des sollicitations extérieures, et ses murs tracent clairement la limite entre un extérieur charnel et un intérieur spirituel. Le mur enclôt, mais par là même il donne un sens à l espace sans qualité d une extériorité sans limites, d une pure étendue sans mesure. Le mur dessine l espace, il cerne et trace les contours de la ville ou de la maison, et en cela même en oriente le sens en le modelant. Le mur est la condition qui nous permet de nous représenter l espace et les limites de cet espace. Il est à la fois la chose et le signe de cette chose, comme d ailleurs l espace lui-même, indissolublement du côté des choses et du côté des signes. Et c est pourquoi le mur est indissociable des fonctions représentatives et projectives que, depuis l aube des temps, l humanité lui a associées. Les parois sont ces espaces spéculaires qui traversent les temps et les cultures, lieu de convergence et de couplage des figures et des signes depuis l origine des temps. C est pourquoi sans doute le mur n est jamais loin de la peinture, et de l image : au monde des doubles et des simulacres, il faut aussi la réalité d un support sur lequel se projeter paroi de la caverne, mur écran d aujourd hui. Mais dire ceci, cette corrélation ontologique entre l épaisseur des choses et la volatilité des signes qui définit toute muralité, c est dire en même temps l ambiguïté du mur et au fond cette vocation paradoxale des murs à s affirmer, à se dresser au service de l homme pour la défense de son territoire, mais aussi, à l inverse et d un même mouvement, à disparaître, ou, au moins à se métamorphoser jusqu à en devenir invisibles. Il y a dans le mur le plus épais, l appel discret et secret de la baie à venir ; ou du mur de verre et de la transparence qui finit par triompher de nos jours, contre l opacité et le secret des murs anciens. Il y a aussi, évidemment, la menace de la destruction qui habite toute construction, et en ce sens le mur est indissociable des ruines. Le mur protège et réfléchit à la fois. Il est abri et reflet, il est séparation et union. Le mur est un agent double : il nous enseigne que toute séparation est liaison. Ainsi a-t-on raison de souligner que l architecture, c est l invention du trou dans le mur, au moins autant que l art de l édification de celui-ci. Cette histoire se décline à grands traits à partir de quelques figures emblématiques de l architecture : la colonne, la structure Et en effet, toute l histoire de l architecture peut se lire à travers cette relation entre le mur et ce qui le traverse, ce qui concourt à son effondrement, ou au moins, à son effacement. Des notions centrales caractérisent cette évolution, qui connaît son apogée avec le mouvement moderne en architecture et son concept de 120

3 Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence N. Hillaire mur-rideau, un mur en proie au vertige de sa propre disparition. Il faut faire une exception pour le mur-rideau qui marque une rupture dans l histoire des murs : le mur rideau marque le passage d une muralité fondatrice, principe de base de la construction avec le mur porteur, à une fonction secondaire de délimitation et de séparation des espaces de la maison : c est la disparition du mur au profit de la structure, et le début des mythes modernes de la transparence, qui trouvent leur corrélat dans l hygiénisme, et leur traduction architecturale dans la maison de verre. C est le passage à une architecture reposant sur un principe de modularité structurale (ou de structure modulaire), dont le principe fondateur n est plus tant le mur que la colonne. Cette évolution se produit avec le mouvement moderne et elle correspond à une industrialisation des techniques de construction. Et en effet, le mouvement moderne en architecture est d abord un phénomène économique et industriel, qui tend à élever (ou à réduire) les techniques de construction au même rang que l ensemble des autres produits issus de l industrie. Phénomène qui conduira à l éloge du fonctionnalisme contre le goût de l ornement, dont l architecture du vingtième siècle se dégage peu à peu. Ce processus de rationalisation industrielle n a pas cessé d influencer la pensée de la ville et conduit jusqu à la nécessité d en rationaliser l organisation individuelle et collective. À la résistance, à l opacité des lieux (et des murs), à leur gravité et leur différence qui conditionnait leur identité, ces techniques modernes opposèrent la force de leur légèreté et de leur reproductibilité (ce qu avait bien vu Hugo quand il évoquait déjà dans Notre Dame de Paris la supériorité du livre de papier sur le livre de pierre, du fait de la reproductibilité et de la capacité de l imprimé à se répandre au-delà des frontières et de la contingence des lieux et des temps). Le Modulor et la Charte d Athènes de Le Corbusier seraient, de ce point de vue, l équivalent de la machine de Turing : une machine universelle de traitement de l habitation (l envers absolu de ce qu entendait Holderlin quand il disait que «l homme habite la terre en poète» 1 ). Ce serait un dispositif universel susceptible de résoudre n importe quel problème (d habitat), quelle qu en soit la nature (ou si l on veut le dire dans le langage de Heidegger, le triomphe du calcul comme déclin et Gestell) 2. Il correspond aussi à cette propension de l Occident à éclairer le monde, et a pour fondement, dans l héritage des Lumières du XVIII e siècle, cette vision à la fois, planificatrice et universaliste et hygiéniste qui accompagne le discours et la pratique de l urbanisme moderne, mais aussi de 1 2 «Dichterisch wohnt der Mensch. cf. Œuvre et lieu. Essais et documents, sous la direction de Norbert Hillaire et Anne-Marie Charbonneaux, Flammarion

4 MEI «Espace, corps, communication», nº 21, 2004 l architecture avec la standardisation des techniques de construction des murs, comme en témoigne le mur-rideau. Le modèle 1 en effet dont se réclame le mouvement moderne en architecture est un modèle engendré de l extérieur, en surplomb, fruit ou ersatz d une pensée universaliste, extensive et planificatrice qui entend projeter sur la planète sa propre vision et sa pleine lumière. «Cette représentation, rappelle Certeau, est l analogue du fac-similé que produisent, par une projection qui est une sorte de mise à distance, l aménageur de l espace, l urbaniste ou le cartographe. La ville-panorama est un simulacre théorique (c est-à-dire visuel), en somme un tableau, qui a pour condition de possibilité un oubli et une méconnaissance des pratiques.» La modernité, en ce sens, s accomplit en effet comme une géodicée, et le globe en est à la fois l instrument projectif et la métaphore, comme support de cette expansion géographique aboutissant aujourd hui à la globalisation, et plus subtilement encore à la production globale de la localité (ce pourquoi la question du lieu est à repenser dans la perspective de cette production globale). On ne méditera jamais assez sur le fait que, à l orée du XXI e siècle, c est le symbole majeur de cette géodicée qui a été atteint : les Twin Towers du Word Trade Center étaient le centre même de cet œil panoptique qui croyait pouvoir s élever au-dessus de la mêlée primaire des foules et de leurs mouvements à l aveugle. Le mur de verre réalise cette utopie de la transparence, et il correspond à l apogée du modernisme de la Charte d Athènes au Style International. La modernité, c est donc la reproduction et l industrie, le verre et l hygiénisme, la fenêtre à travers laquelle on contemple le monde. Résumons-nous : si le mur est ce qui se dresse dans l évidence de sa présence abrupte, le mur est, on l a vu, toujours plus que cela : tout un symbolisme s y attache (du plein et du vide, de la frontière et de l identité, du dehors et du dedans) qui se prolonge au-delà de sa propre réalité spatiale. C est pourquoi, sans doute, même une fois détruits, les murs continuent d exister (au point qu un Européen convaincu comme Daniel Cohn-Bendit peut affirmer à juste titre que nous continuons à vivre en Europe le dos au mur ), tels ces membres fantômes dont souffrent les amputés. C est pourquoi aussi les murs sont fréquemment des hauts lieux, quand ils ne subsistent qu à l état de vestige ou de ruines, et plus encore dans ce cas-là : tel est le cas du Mur de l Occident ou Mur des Lamentations. C est le vieux thème romantique des ruines qui hante la modernité et dont les accents se font entendre dans un certain déconstructivisme encore très puissant. Ainsi, des artistes majeurs ont pu s approprier ce thème. On pense ici à Gordon Matta Clark, dont Dan Graham souligne dans un article le refus de construire 2. Matta-Clark déconstruit des lieux existants, allant même jusqu à fendre par le milieu 1 2 Le mot a ici le sens d un paradigme dominant. Cité par Thierry de Duve, «Ex Situ», in Œuvre et lieu. Essais et documents, op. cit. 122

5 Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence N. Hillaire une vieille maison d Englewood dans le New Jersey (Splitting, 1973). Bref le mur serait d emblée un lieu aux antipodes de ces espaces sans qualité que l anthropologue Marc Augé appelle des «non-lieux», et qui se caractérisent par le fait que l on y circule, mais que l on ne s y rencontre pas : le modèle de ces espaces serait l échangeur, alors que le modèle des lieux anthropologiques traditionnels serait par exemple le carrefour. Et il est vrai que le lieu traditionnel est toujours plus qu un simple topos (le lieu physique où est situé un corps) mais aussi et nécessairement une chôra (la propriété ontologique qui fonde cette localisation, ou, pour Augustin Berque, le lieu géniteur, le lieu comme empreinte et matrice). Le topos est du côté de l identité, la chôra du côté de la relation : la chôra, pour Berque, ouvre sur l existence du monde. Elle institue le lieu comme existentiel, et non seulement cartographiable. Jean-François Mattéi, pour sa part, souligne que «la chôra apparaît (dans la perspective platonicienne) comme la matrice du langage» 1. Il est logique, dans cette perspective, de voir dans le mur le contraire du non-lieu, et de le voir, étant indissolublement topos et chôra, souvent associé depuis l origine à une parole, à la quête d un sens, ou à la projection de celui-ci, sous la forme d un texte ou d une image, et parfois des deux. Le mur est en effet non seulement ce qui sépare un dedans et un dehors, mais aussi cette surface de projection indissolublement figurative et narrative au cours des âges à partir de laquelle le sens advient. Surface qui s offre à l épreuve de la peinture comme ornement et décor autant que comme récit et comme histoire, et parfois à la frontière de ces deux régimes d inscription du sens 2. On sait par exemple que l art pariétal fût l une des toutes premières manifestations de cette propension de l espèce humaine à utiliser les murs et les parois comme surface d orientation et d organisation, en s attachant à fixer le cours et le mouvement des choses et des évènements sur ses parois. Dans sa radicalité spatiale même, le mur est paradoxalement le lieu du temps, il exsude la trace de son passage et de son ouverture même en direction de l avenir. Il est logique à cet égard que la liquidation de la durée au profit de l étendue dans le monde moderne se soit traduite aussi par la volonté de réduire à néant cette propriété rétentionnelle du mur au profit d un matériau moins sujet à l entropie ordinaire des êtres et des choses : le verre. La volonté d éliminer le mur affichée par le Mouvement Moderne en architecture (ou alors de la transformer en mur-rideau), c est l écho de cette propension de l homme moderne à en finir avec la mesure temporelle de l espace («on est à une journée de marche») au profit d une mesure spatiale ne renvoyant qu à elle-même. De la peinture pariétale jusqu aux murs de 1968 qui avaient fini par prendre la parole, en 1 2 Sur ces questions, voir Augustin Berque, Écoumène. Introduction à l étude des milieux humains, Belin, 2000 Cf. Intra Muros. Catalogue de l exposition au MAMAC. Éditions Nice Musées, juillet

6 MEI «Espace, corps, communication», nº 21, 2004 passant par le Mur des lamentations qui accueille encore aujourd hui orants et pèlerins, le mur est du côté de durée, du récit, de l histoire et de la narration. De la grande Histoire des Peuples (avec la Muraille de Chine), à la petite histoire des gens (avec le Graffiti). Le mur jusqu à la modernité est donc tableau, fenêtre, écran de projection. Mais ce mur est encore lié à un principe de frontalité, un peu comme ce fut le cas aussi avec le genre de la quadrature au XVII e siècle. Avec le mur-écran qui s annonce aujourd hui pour demain, on serait dans un autre modèle, moins contemplatif qu immersif, comme une porte que l on franchit et non plus comme une fenêtre. Ce nouveau mur-écran n est plus une invite à chercher ce qu il y aurait derrière l image, ni même sur l image, mais nous invite à nous immerger dans l image même, principe d immersion qui définit ce nouveau régime de l image numérique en général et de la réalité virtuelle en particulier et qui se traduit, comme on le verra, par la prochaine apparition dans l espace urbain et domestique de deux technologies murales : la maison sensible, et le mur de télé-présence. Paradoxalement, il existe un précédent à ce mur écran immersif de demain : ce serait le vitrail, si l on accorde que celui-ci vaut moins comme support d une représentation, que comme manifestation d une présence, et plus encore, le vitrail tel que repensé par les artistes contemporains 1. Car le vitrail ouvre en effet vers cette profondeur immersive qui unit le fidèle à son Lieu et à son Dieu, plus encore qu il ne donne à lire et à voir le message biblique. Ou plutôt, il le donne à lire et à voir en le retenant dans une certaine illisibilité et une certaine invisibilité (un certain aveuglement), lesquels se traduisent au moyen âge dans la notion d image dissemblable, héritage de cette filiation à la fois juive et grecque, de l église médiévale, qui veut à la fois l image et l interdiction de l image divine. Le vitrail, comme message, est, de point de vue, comme le mur : une question d ouverture et de clôture. Le vitrail est entre le mur et la fenêtre. Il participe, plus qu un autre type de mur, de cette ambivalence propre au mur en général. Car le vitrail est in situ. Il ne fait sens que dans son site. Il serait du côté de ces énoncés non détachables, dont le message est enchâssé dans le support d énonciation qui les manifeste. C est un énoncé qui se tient dans son support de plomb et de barlotières, mais plombs et barlotières qui se tiennent à leur tour dans l architecture qui les soutient : et l on sait que loin de se résoudre à n être qu un support, les plombs et barlotières se donnent aussi comme l énoncé ou le message du lieu qui les accueille, le site architectural, et jusqu à l environnement géologique 1 Cf. Architectures de lumières, Vitraux d artistes contemporains, sous la direction de Norbert Hillaire et Anne-Marie Charbonneaux, Marval

7 Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence N. Hillaire dans lequel ce site a été édifié (dans le cas de l abbatiale de Conques par exemple, où le peintre Soulages a réalisé un magnifique travail de mise en valeur réciproque de la pierre et du verre) : le vitrail fait sens dans un lieu, il est un mur avant que d être écran. En outre, il faut souligner que la grande majorité des artistes contemporains ayant conçu des vitraux n ont pas choisi la voie du récit biblique et de sa représentation figurale. Et quand ils ont choisi la parole des évangiles et sa mise en scène narrative, ils l ont généralement fait de telle manière que le récit ne se donne en rien comme une parole claire et transparente, mais plutôt comme la manifestation d une opacité et d un mystère qu il s agit moins de lever que d accommoder, au sens optique et rétinien. Ainsi toute la technique moderne du vitrail s emploie à nous rendre présente la lumière plutôt qu à nous la représenter : le vitrail contemporain privilégie la souveraineté de la présence du lieu et sa manifestation plutôt que la représentation des scènes de l Évangile. Mais il est aussi un écran, sur lequel se projette un passage à défaut d un message, une ouverture entre un ici et un ailleurs, qui installe dans l ici du chœur ou de la nef la lumière de l au-delà : il fait de la lumière l événement comme source (lux) qui réfléchit la lumière de la fin des temps (comme lumen) : il est un manifeste de l eschatologie ou une eschatologie de la présence et de la manifestation. En ce sens, le vitrail procède d une forme d ubiquité, il est du côté de la parole divine et de sa manifestation par-delà les lieux et les temps, et s oppose en ce sens à la conquête de l ubiquité à l œuvre dans nos sociétés laïcisées. Il nous rappelle que la lumière divine ne saurait être levée par la puissance des techniques de transparence contemporaines, même si les technologies numériques se présentent parfois sous les apparences d un nouveau dogme ou d un nouveau credo. Et il n est pas étonnant de ce point de vue que l on ait pu tenter de comparer la cathédrale, comme livre de pierre des temps théocratiques, au réseau, comme livre électronique des temps démocratiques. Ainsi, Pierre Musso peut-il écrire : «Le réseau apparaît comme la cathédrale contemporaine du Futur technologique annoncé. Puisant à la mythologie fondatrice du fil qui désigne le Destin, le réseau, passage cristallisé, indique toujours le sens, non plus celui de la verticalité de la flèche de la cathédrale tendue vers le supranaturel, mais celui de l interconnexion et de la liaison se développant sans limite, en réseaux de réseaux et méta-réseaux.» Le réseau-objet est comparable à une cathédrale dont la flèche indiquerait non plus l au-delà, mais le futur terrestre promis par le développement technologique. Là où le temple reliait ciel et terre, cette nouvelle cathédrale, celle des modernes bâtisseurs, relie le présent et le futur, en promettant paix et démocratie par la circulation généralisée de l information. 125

8 MEI «Espace, corps, communication», nº 21, 2004 Bien sûr, la symbolique du réseau demeure biface. Le Paradis peut se retourner en son contraire, l Enfer du Contrôle (Big Brother) contre le Paradis de la Circulation, c est-à-dire l égalité des frères internautes branchés, libéralo-libertaires qui ne cessent de célébrer l auto-régulation et l auto-organisation du réseau technique, identifié à l état naturel de l organisme planétaire. Le réseau, devenu le nouveau médiateur vers le paradis terrestre d une société industrielle ou informationnelle, pointe l avenir ici-bas, et indique l entrée dans la société d information et de communication. De même que la cathédrale est incarnation du mystère, le réseau est présence du futur : il fait passer, en définissant notre place comme un passage. En ce sens, notre époque peut s entendre comme celle d un effondrement des murs qui séparaient le divin et l humain, et s il est vrai que seul Dieu est ubiquitaire, certaines technologies tendent à prouver le contraire. Un mur du sens est en train d être franchi, qui réalise techniquement cette ubiquité, autrefois apanage des Dieux. Quoi qu il en soit, les murs ont toujours été pris dans l ambiguïté de la présence et de l absence, du plein et du vide, mais aussi, comme on l a vu, de la présence et de la représentation, de la présence réelle et de la présence à distance. Ainsi, une nouvelle génération d équipements et de services voient le jour et actualisent le formidable potentiel des technologies dans le domaine de la proximité, de la gestion des lieux et des espaces réels (extérieurs ou intérieurs, espace territorial, urbain, domestique, etc.), et plus encore en matière de liaison entre le proche et le lointain, entre le sensible et l intelligible, l expérience réelle et l expérience à distance liaison rendue possible par de nouveaux usages de l image, ainsi que de nouvelles interfaces intéressant d autres sens que la vue, au service du quotidien et de l expérience partagée du monde. Ainsi le mur de télé-présence, expérimenté actuellement par France Télécom dans ses propres locaux, apporte un nouvel outil de travail collaboratif, sur un mode plus flexible que la visioconférence, programmée à l avance. Ce mur d images, accompagné d un son spatialisé, permet par exemple de relier en permanence deux couloirs de deux sites d entreprises à distance (via l IP), pour favoriser la proximité physique et les contacts informels entre collaborateurs, organiser un rendez-vous improvisé l image et le son s introduisent quotidiennement dans les couloirs et les lieux publics de l entreprise France Télécom avec le mur de téléprésence. Pour France Télécom, «Ce mur relie en permanence deux couloirs des principaux centres de Recherche et Développement de France Télécom et facilite le développement de contacts informels entre salariés. Tandis que la visioconférence classique nécessite des réunions plutôt formelles et structurées, la télé-présence permet aux usagers d entretenir des liens faibles, mais répétés et porteurs de signification. En passant 126

9 Les métamorphoses du mur : paroi, rideau, écran, téléprésence N. Hillaire régulièrement devant le mur, des personnes qui ne se connaissaient pas en viennent à se reconnaître, à se saluer et à échanger quelques paroles. La télé-présence entretient ainsi la présence combinée de collectifs à travers leur mise en relation par l image, et ouvre la voie à de nouveaux usages. De nouvelles formes de réunions, presque improvisées, se mettent en place entre l Ile de France et la Bretagne. Plus flexibles que les réunions traditionnelles, ces rassemblements se font et se défont facilement, permettant même à deux participants de dialoguer tranquillement sur une partie du mur quand ils le désirent, alors que la réunion globale continue. Mais à tout moment les apartés peuvent cesser et le collectif se recomposer autour d une parole publique.» Les murs de verre et les murs-écrans abondent dans la littérature, dans l utopie architecturale, ou dans les films de science fiction. On se souvient des fonctions tyranniques jouées par le mur-écran dans le film de François Truffaut, Fahrenheit 451, tiré du roman de Ray Bradbury. Les nécessités du télétravail conduisent aujourd hui à la réalisation de certains murs, tel ce mur de télé-présence, qui procèdent eux aussi de cette ambivalence que l on a déjà soulignée, à propos des murs, comme des réseaux. Si le méga-écran domestique n est qu un appareil parmi d autres, car des projecteurs numériques peuvent transformer n importe quelle surface, à l extérieur ou à l intérieur, en surface de projection, il en va peut-être autrement de cette nouvelle technologie qu est le mur de télé-présence, avec lequel un degré de plus est franchi dans le couplage de la présence réelle et de la présence à distance. Mais on peut s interroger sur ce fantasme d une maison complètement informatisée, sur ce fantasme d un contrôle absolu de l espace et le temps, et de l omniscience qui le sous-tend. Ainsi, Marie-Paule McDonald, professeur à la School of Architecture de l Université de Waterloo décrit en ces termes le projet House_n, initiative du Département d architecture et du laboratoire des médias du MIT (conjointement baptisé «Maison du consortium futur du MIT») : «C est un projet de recherche sur plusieurs années prenant pour point de départ l axiome selon lequel le problème de notre époque est le problème de la maison gérée électroniquement. Plus l ordinateur individuel devient un appareil essentiel de la maison individuelle, plus les chercheurs s efforcent d étendre, d élargir et de multiplier la gestion de la vie quotidienne dans une maison de rêve informatisée. Les laboratoires de recherche du MIT ont étudié le caractère envahissant ou omniprésent de l informatique. Ils ont prédit et proposé toutes sortes d éléments équipés d ordinateurs intégrés avec interfaces invisibles ou incorporées. Parallèlement, le MIT a mis sur pied des environnements artificiels, maisons laboratoires destinées à tester la capacité des nouveaux produits informatiques à s intégrer à l environnement domestique, à créer des éléments producteurs plutôt que consommateurs d énergie, à fournir des services médicaux privatisés, à surveiller des résidents âgés et, plus généralement, à s intégrer à la vie socioéconomique quotidienne. La maison devient aussi son propre outil de marketing, grâce à des éléments invisibles permettant d enregistrer les données relatives à la consommation. D une grande ingéniosité, le projet de recherche était essentiellement un nulle part très élaboré. Comme c était un laboratoire, personne n y vivait. On pourrait 127

10 MEI «Espace, corps, communication», nº 21, 2004 le percevoir comme un nouvel article contemporain privé de substance, à ajouter à la liste de Zizek : comme des organes sans corps, c était une maison sans maison.» De toute évidence, la vieille parole de Holderlin, selon laquelle «l homme habite la terre en poète», conserve toute sa valeur et toute sa portée. 128

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 - Cours inaugural «Principes de hiérarchie» - (Philippe Villien) - Centrer orienter - Séries - la répétition - Dualité - Tripartition «Eléments» - (Philippe Villien)

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

De l hypertexte opaque à l hypertexte transparent

De l hypertexte opaque à l hypertexte transparent De l hypertexte opaque à l hypertexte transparent Pierre Lévy 1 L Internet augmente déjà nos processus cognitifs individuels et collectifs : il nous donne accès à une foule de données multimédia en temps

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

Saisie de données. Dans ce chapitre

Saisie de données. Dans ce chapitre 3 Saisie de données Dans ce chapitre Éditer et mettre en forme les cellules........................ 32 Copier et déplacer les cellules............................ 38 Remplir les cellules avec des séries

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Jeanne Bordeau Le dossier et le communiqué de presse, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Le dossier de presse : rencontrer enfin l Arlésienne? Une session de formation en relations presse comme il y en a des

Plus en détail

VISION ET POÉSIE DANS L ŒUVRE ROMANESQUE DE SYLVIE GERMAIN

VISION ET POÉSIE DANS L ŒUVRE ROMANESQUE DE SYLVIE GERMAIN Milène MORIS-STEFKOVIC VISION ET POÉSIE DANS L ŒUVRE ROMANESQUE DE SYLVIE GERMAIN PARIS HONORÉ CHAMPION ÉDITEUR 2014 www.honorechampion.com TABLE DES MATIÈRES Introduction... 11 PREMIÈRE PARTIE : VOIR

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde

Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde La fresque qui introduit l exposition est extrait de l Ascension du Haut Mal et présente la famille et son lien culturel aux histoire, contes

Plus en détail

Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012. Arts et territoires numériques. Baptiste Brentot

Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012. Arts et territoires numériques. Baptiste Brentot Clémentine Crochet PARTENARIATS 2011/2012 Baptiste Brentot Arts et territoires numériques Baptiste Brentot Arts et territoires numériques Acteur des arts et cultures numériques en France, Seconde Nature

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

réagencer rénover réhabiliter son appartement

réagencer rénover réhabiliter son appartement réagencer rénover réhabiliter son appartement Carine Merlino Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-212-11773-6 049 chapitre 3 Comment optimiser son espace vital Une opération de rénovation ou de réhabilitation

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Bâtiments à façades double-peau

Bâtiments à façades double-peau Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours Sciences Physiques 1ES S. Zayyani Fiche de Cours Unité : Représentation visuelle Chapitre: Chapitre 1 L œil Voir un objet Pour que l on puisse «voir un objet», il faut certaines conditions. Il faut surtout

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 BILAN Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 Présentation de la démarche Faire de la prospective paysagère avec les habitants Dans le cadre du plan Paysage et Biodiversité de la plaine

Plus en détail

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET «Horizon 2013: Expérimentons ensemble de nouveaux chemins pour l ACI» RAPPEL DES ENJEUX L enjeu de ce temps de travail est multiple Grâce au

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web!

A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web! A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web! par Ueli Scheuermeier, LBL Êtes vous parmi ces agents de terrain qui ont la possibilité de se servir de l e-mail? Mais vous arrivez pas à naviguer

Plus en détail

Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille»

Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille» Vestiges de JV9 : Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille» Vers 600 avant J-C, des Grecs d Asie Mineure, actuellement

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

Amélioration énergétique en copropriétés

Amélioration énergétique en copropriétés Amélioration énergétique en copropriétés Marseille octobre 2012 Ingénierie sociale avant tout Petites copropriétés à Marseille Ingénierie sociale avant tout Le projet «Petites copropriétés à Marseille»

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

PARIS. Ville Lumière

PARIS. Ville Lumière PARIS Ville Lumière Paris 1. Paris est la capitale de la France et se trouve dans la région appelée Ile-de-France. 2. Paris est traversée par la Seine qui sépare la Rive Droite de la Rive Gauche. 3. Aujourd

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST 1. GÉNÉRALITÉS Afin de leur permettre le plus large accès, les documents seront introduits au format pdf, en maintenant dans les options de protection des documents

Plus en détail

Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable?

Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable? Comment la Région Rhône-Alpes relève-t-elle le défi du développement durable? édito Dès 2004, la Région Rhône-Alpes a fait le choix du développement durable : pas d effets d annonce pour répondre aux enjeux

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1 Bruxelles histoire spirituelle (1) La Place Saint-Géry Les plus anciennes racines de Bruxelles Cet article a pour but de donner

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique Concours d admission en 1 er Cycle Epreuve écrite principale 1/2 Correction de la Dissertation Durée : 2 heures Thématique 2 Changement climatique Sujet : Le développement durable : une réponse aux enjeux

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

TARIF 2014 2015 - applicable à partir du 1 er Septembre 2014

TARIF 2014 2015 - applicable à partir du 1 er Septembre 2014 TARIF 2014 2015 - applicable à partir du 1 er Septembre 2014 Scanns Tirages Finitions : contre-collage - plastification accrochage Prix Hors Taxes Le tarif est à titre indicatif. Nécessité de faire un

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE L ALBUM ECHO 1. Philippe Boisseau : Philippe Boisseau, instituteur puis inspecteur de l Education Nationale, s est intéressé aux pratiques langagières des jeunes enfants. Il a élaboré une programmation

Plus en détail

La nouvelle géographie des emplois

La nouvelle géographie des emplois Défricheurs du social Posté le 16 octobre 2014 par Jacky Fayolle La nouvelle géographie des emplois Un ouvrage sur les Etats-Unis peut-il parler de la France? Nul besoin de souligner les facteurs de tous

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil de génération en ligne des attestations (20/01/2015 v4)

Guide d utilisation de l outil de génération en ligne des attestations (20/01/2015 v4) Guide d utilisation de l outil de génération en ligne des attestations (20/01/2015 v4) Table des matières Introduction... 3 1. Création d un compte sur le site rt-batiment.fr... 3 2. Générer l attestation

Plus en détail

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques 7 octobre 2010 Bibliothèque 2015 Perspectives stratégiques Ce document a pour but de servir à tracer les perspectives d évolution de la bibliothèque pour les cinq années à venir à partir des objectifs

Plus en détail

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat En perspective de la Conférence Mondiale des Nations Unies sur le Climat qui se tiendra à Paris en décembre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE

AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT AU SELFIE DOSSIER DE PRESSE EXPOSITION DU 26 MARS AU 26 JUIN 2016 UN PARTENARIAT ENTRE TROIS GRANDS MUSÉES EUROPÉENS Autoportraits, de Rembrandt au selfie est la première exposition

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail