PROGESTERONE RECEPTEUR A LA PROGESTERONE P RP Les progestatifs Enigmes, ambiguïtés et paradoxes. Jean-Philippe BRETTES.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGESTERONE RECEPTEUR A LA PROGESTERONE P RP Les progestatifs Enigmes, ambiguïtés et paradoxes. Jean-Philippe BRETTES."

Transcription

1 PROGESTERONE RECEPTEUR A LA PROGESTERONE P RP Les progestatifs Enigmes, ambiguïtés et paradoxes Jean-Philippe BRETTES Mourad DERGUINI SAERM Alger 2014

2 PROGESTERONE ET CYCLE CELLULAIRE

3 Progestérone seule A) Effet de stimulation du cycle cellulaire et d inhibition B) Effet sur la différenciation cellulaire

4 P et stimulation

5 Effet spécifique de P dans le cycle cellulaire Epithélium mammaire Sites d action de P à l intérieur de la phase G 1 P : * régule l activité : - cyclines D 1 / CDK4 - cyclines E / CDK1 Kinases les plus importantes phase G 1 * les progestatifs sont les meilleurs effecteurs des cyclines. Sutherland Anderson 1998

6 Effet de P sur l expression des cyclines % cyclines G 1 S E. Musgrove Sydney 1996

7 Rôle de la progestérone sur la prolifération cellulaire Action biphasique Stimule la prolifération puis la stimulation E. Musgrove 1996

8 Rôle de P sur la prolifération cellulaire Action biphasique Stimulation transitoire de la prolifération cellulaire * cylines D1 induit pic du nombre de cellules quittant G O pour entrer début de phase G 1 Puis inhibition de la prolifération par : * Réduction cyclines D 1 avant que la cellule n atteigne le point R * Réduction des cyclines D kinases - CDK J.A. EDEN, B.G. WREN Cancer Treat. Rev. 1996

9 Prolifération cellulaire P : rôle dans le cycle cellulaire cyclines CDK induction + gènes cyclines cyclines phosphorylations inhibition CDK cyclines D Kinase MITOSE

10 Progestérone C) Rôle de P dans la différenciation cellulaire

11 Progestérone I. Rôle de P sur différenciation cellulaire de l UTDL La cellule peut quitter le cycle cellulaire * et entrer en repos - G0 * et entrer dans un programme irréversible de différenciation terminale R.L. Sutherland 1997

12 Cycle cellulaire - Epithélium mammaire M GO G 2 G 1 Phase G1 (Gap 1) S * Phase critique qui détermine le rôle ultime de la cellule Différenciation - Passage phase suivante : prolifération - Arrêt temporaire du cycle - Fonction spécialisée : différenciation - Apoptose

13 PROGESTERONE ET SEIN Les données nouvelles en biologie moléculaire Les années 2000 Les modèles expérimentaux sur la souris transgénique

14 La progestérone seule 1) Effets anti-prolifératifs 2) Effets prolifératifs 3) Effets sur l angiogenèse

15 I. ROLE DE P ET RP COORDONNATEUR CENTRAL ET ROLE CLE DANS : - la morphogenèse mammaire - la tumorigenèse

16 La progestérone est «en soi» anti-proliférative

17 Au cours de la grossesse Modèles souris transgéniques RP «knock out» et RP «knock in» Etude des effets de la Progestérone et de ses RECEPTEURS OM CONNEELY et coll. J. Mam. Gland. Biol. Neoplasia 2003 PM ISMAIL et coll. Stéroïds 2003

18 Morphogenèse mammaire

19 Rôle de RP dans le développement de la glande mammaire : MORPHOGENESE - Début GR : * forte concentration RP + * signal PROLIFERATIF induit par P dans la ductulo-alvéologenèse - Fin GR : * diminution concentration RP + (faibles concentrations) * diminution signal prolifératif DIFFERENCIATION

20 Rôle de RP dans le développement de la glande mammaire - Régulation PARACRINE de la prolifération épithéliale induite par P, en début de grossesse sous l action de P, les cellules RP + non proliférantes sécrètent un message qui stimule la prolifération des cellules RP -, proches des cellules RP +, dans le tissu mammaire normal - P spécifiquement requis pour la prolifération ductulolobulaire pour la différenciation lobulo-alvéolaire

21 Progestérone endogène 2) Effets anti-prolifératifs - Propriétés anti-cancer de P - nouveaux gènes - Rôle protecteur - P 53

22 ROLE ANTI-CANCER DE P

23 Propriété anti-cancer de P dans le développement des cancers du sein hormono-indépendants 151 nouveaux gènes cibles régulés par P récemment identifiés P.supprime constamment expression des gènes requis dans la prolifération cellulaire et la métastase.augmente l expression des gènes suppresseur de tumeur arrêt du cycle cellulaire JCL LEO et coll. Int. J. Cancer 2005

24 Propriété anti-cancer de P dans les cancers du sein hormono-indépendants RP - JCL LEO et coll. Int. J. Cancer 2005

25 ETAT REFRACTAIRE Contribution à l expression de RP à la PREVENTION des cancers hormono-dépendant

26 Effets protecteurs des hormones contre la carcinogenèse voies du signal moléculaire régulées par E + P - Existence d un PHENOTYPE REFRACTAIRE - Blocage de prolifération induite par E + P par une activité nucléaire transcriptionnelle de la PROTEINE P53, suppresseur de tumeur - L activation de P53 en réponse à E + P survient PRECOCEMENT avant la tumorigenèse - Dépend de l activation de la voie de phosphorylation qui active la P53 avec : * surexpression d une sous-régulation de IGF 1.amphiréguline.pleiotrophine * surexpression d un inhibiteur tumoral TGF

27 Rôle de RP dans la TUMORIGENESE

28 Rôle de RP dans tumorigenèse mammaire - Dans tissu normal voie de signalisation PARACRINE - Dans cancer voie de signalisation AUTOCRINE majorité de cellules RE + RP + capables de prolifération DIRECTE sous l effet de P : Le glissement de la régulation paracrine vers la régulation autocrine traduit un mécanisme important dans le processus de tumorigenèse

29 EFFET DE P SUR VOIE DE LA SIGNALISATION EGF - R-EGF Voie de la prolifération cellulaire par les récepteurs de membrane

30 Progesterone pre-treatment potentiates EGF pathway signaling in the breast cancer cell line ZR-75 A. Carvajal, N. Espinoza, S. Kato, M. Pinto, A. Sadarangani, C. Monso, E. Aranda, M. Villalon, J.K. Richer, K.B. Horwitz, J.J. Brosens, G.I. Owen Breast Cancer Research and Treatment, 2005, 94,

31 P augmente l expression de R - EGF en présence d EGF correspond à une augmentation des niveaux des récepteurs phosphorylées Effet intensité

32 P n augmente EGF et R-EGF médiateur de la prolifération qu en présence de RP

33 Effets des progestatifs de synthèse sur la voie de la signalisation EGF- R-EGF MPA - R potentialisent l effet d EGF : *en sur-exprimant R-EGF C-Erb B 2-4 *en stimulant les tyrosines phosphorylases - EGF induit dimérisation entre R- EGF et les membres de la famille Erb [Erb B 2-4 ] leur sur-expression : marqueur pronostic du cancer CARVAJAL A. et coll. Breast Cancer Res. Treat. 2005

34 Progestérone endogène 3) Effets de P sur l angiogenèse

35 Progestérone et sein : effet sur l ANGIOGENESE P naturelle et synthétique sur cellule cancéreuse RP + P RP + VEGF prolifération cellule ENDOTHELIALE angiogenèse 2 isoformes VEGF 165 VEGF-R 2 prolifération cell endothéliale VEGF 121 prolifération cell épithéliale adjacente RP - Blocage de l angiogenèse VEGF induite par P par : - anti-progestérone : RU anticorps anti-vegf Y. LIANG, SM. HYDER. ENDOCRINOLOGY 2005

36 Hypothèse probable P : - influence l angiogenèse.des tumeurs non détectables.des lésions pré-néoplasiques - favorise l expansion tumorale et accélère sa détection THS - E + P : - tumeurs de meilleur pronostic RE + RP + - le «Swich» angiogénique des tumeurs RH + permet leur développement tout en conservant l hormono-dépendance

37 Relation P-RP

38 P RP Prolifération physiologique : après la puberté *E développement canalaire *E + P développement ductulo-lobulaire *E induit RE et RP *RE et RP : maximum de concentration jonction ductulo-lobulaire

39 Le cancer du sein 100% se développe à la jonction ductulo-lobulaire *soit carcinomes «de type» canalaires = 80% *soit carcinomes «de type» lobulaires = 20% 75% des cancers sont hormono-dépendants car ils sur-expriment RE et/ou RP Jonction ductulo-lobulaire : UTDL

40 P rajouté à E Crée un environnement favorable au développement des tumeurs malignes «in situ» puis «invasives» à partir des cellules mutées cancéreuses

41 RP activé par P selon 2 voies Nucléaires (récepteurs nucléaires) Passe par l expression des gènes voie génomique effets plus longs Non nucléaire : *voie des facteurs de croissance * ou voie membranaire non génomique Active R-EGF ; R-IGF Effet très rapide Effet indirect : par l intermédiaire d autres protéines Voie Wn4 qui induit le développement UTDL

42 Les récepteurs nucléaires de la progestérone Voie d action principale de P sur RP RP : 3 isoformes différents ; même gène = chr 11 *RP-B = co-activateur *RP-A : co-répresseur inhibiteur de RP-B *RP-C : forme tronquée Expression de RPc Inhibiteur de RP-A ; RP-B si lié à ces R Sur l utérus : fin grossesse myomètre contractilité utérine «libère» les autres isoformes Equilibre-balance entre co-a et co-r

43 RP-A et RP-B Expriment en quantité comparable dans une même cellule, à 50% Rôle RP-B : *inhibe prolifération *promotion vers différentiation = RP-B 90% Rôle RP-A : expression associée à une évolution vers l atypie cellulaire et états pré-néoplasiques *hyperplasies canalaires atypiques HCA *hyperplasies lobulaires atypiques HLA

44 La progestérone Protectrice avec RP-B dominant effet d inhibition de la prolifération Expose avec RP-A dominant effet de stimulation de la prolifération

45 Les effets de RP Selon P ou Pgs = réponse complexe Même domaine de liaison pour RP-A et RP-B Effets biologiques identiques? NON Effets différents selon

46 P : voie membranaire ou des facteurs de croissance production IGF-R et EGF-R selon Pgs utilisés Voies de la prolifération cellulaire Pgs activent la voie sous membranaire Voie Src, Ras, Erk Voie PI 3K/Akt Pgs et prolifération : passerelle entre les voies nucléaires et membranaire effet molécule Ex :.dérivés 17OH Progestérone = MPA, Ac-chlormadinone.utilise - voie MAP kinase prolifération cellule normale. - voie Src/Erk prolifération cellule cancéreuse

47 Pgs Les Pgs : leurs profils d expression génomique agissent sur 77 à 91% de gènes régulés par P naturelle *Lévonorgestrel, MPA, Ac Norethindrone, trimégestone *Drospirénone : profils d action différents Divers Pgs se lient à d autres récepteurs nucléaires RA, RG, RM, RE

48 Autres effets de P Les métabolites de P tissus normaux et cancéreux *voie 5α prégnane 5αP : expose (réduits) *voie 3-4 prégnène 3αHP : protège (oxygénés) Répartition des différents métabolites Rapport 5αP 3αHP élevé = cancer P bas : tissu non tumoral C. Wiebe : Endocrine. Res. Cancer 2006

49 Métabolites de P 5αP : la protéine (vinculine) plaque d adhésion entre les cellules favorise : *détachement cellulaire *prolifération *migration 3αHP : la prolifération la migration

50 Le gène BRCA 1 Contrôle les récepteurs hormonaux des hormones stéroïdes sexuelles, dans le tissu mammaire

51 BRCA 1 non muté Stimule RA contrôle REα dégrade RP Co-activateur bloque sur-expression protéasome (si accumulation) BRCA 1 non muté : les effets proliférants de E + P

52 BRCA 1 muté Effet mitogène Voie génomique : RP sur-exprimé Défaut de dégradation de RP par inhibition du protéasome Voie non génomique de RP

53 L expression de BRCA 1 Contrôle les effets biologiques de E + P BRCA 1 *non muté :.effets proliférants de E + P contrôlés *muté :.effets biologiques exagérés.sur-expression des voies non génomiques

54 Rôle de P/RP impliqué dans cancer La prolifération de la cellule cancéreuse dépend : Rôle du gène BRCA 1 muté : *contrôle la balance prolifération/apoptose Perturbation des autres voies métaboliques Les variants de RP : leurs rôles méconnus Rôle des perturbateurs endocriniens : Pgs

55 D où : rôle UBIQUITAIRE de la Progestérone Dépend du niveau ou P agit Actions différentes selon le milieu P naturelle et RP : probablement dégradés dans tissu mammaire Avec P et RP : pas de réponse simple sur le sein Mécanismes tellement complexes : *Effets opposés :.anti-prolifératifs.prolifératifs

56 P et RP autres tissus Utérus endomètre Anti-prolifératif Anti-estrogénique : 2 ème phase lutéale ou progestéronique du cycle menstruel Prépare à la nidation : *pré-décidualisation *différentiation des glandes

57 Utérus grossesse Rôle dans le déclenchement de l accouchement Taux élevé de P placentaire circulante Forte concentration de RP-B utérin taux RP-C (très concentrés) Hétérodimérisation RPc avec RP-B Sevrage de l effet biologique de RP

58 P-RP Utérus Cancer de l endomètre Expression RP-B corrélée à A 1 B 1 (Src-3) Endométriose RP-A est seul présent Explique la résistance de l endométriose aux Pgs Myomètre Effet prolifératif de P effet P sur RP Les inhibiteurs de RP : modulateur des récepteurs Inhibiteurs du développement des myomes Nouvelle molécule : ulipristal acétate (antagoniste partiel)

59 P-RP Ovaires P régule la production de stéroïdes de la prolifération de l'apoptose des cellules de la granulosa et des cellules lutéales Favorise le développement des follicules

60 P-RP Effets cardio-vasculaires RP présent dans les cellules endothéliales et musculaires des vaisseaux Les effets lents de P : *inhibe la prolifération des cellules * l expression des cyclines E et A * bloque la voie des F.d.C. Les effets vasculaires rapides : *P =.effet de vasodilatation en synergie E + P.effet de vasoconstriction artérielle par modulation du Ca +++ intracellulaire Ws Lee et coll. Nat. Med T. Simoncini et coll. Steroïds 2003 RD Minshall et coll. J. Appl. Physiol. 2003

61 P-RP cerveau tissus neurologiques Cerveau : *P= modulateur du comportement sexuel et de la sécrétion hypo-thalamique de LH-RH anti-comitial et protecteur de convulsions *Métabolites : allo-prégnanolone (APα).régule l expression Fdc : EGF, IGF. protection, régénération, trophicité cérébrale.agent prolifératif des cellules progénitrices neuronales. les agonistes des récepteurs de GABA Nerfs : *P = Protecteur des tissus neurologiques.favorise la synthèse de myéline.effets anti-inflammatoires

62 Effets des progestatifs Pgs sur les récepteurs P se lie à RP = effet pur Pgs se lient énormément à d autres récepteurs : RG RA Pgs RP effets différentiels des Pgs RM REα GR Mendelson J. Steroïd. Biochem. Mol. Biol. 2006

63 Pgs et anti-pgs Pgs : leur profil d expression génomique agissent sur 77 à 97% des gènes, requis par P naturels Divers Pgs : se lient à d autres récepteurs nucléaires *effets agonistes ou antagoniste sur RA, RG * d ou : les effets biologiques des Pgs sont différents de l effet progestéronique *effets variables selon d affinité sur les récepteurs : effet progestéronique, corticoïde, androgénique anti-androgénique, voire estrogénique d ou effets prolifératifs ou anti-prolifératifs

64 Autres effets des Pgs Sur-expression de l aromatase (in vitro) *Pgs interfèrent avec le métabolisme des E (activation de RP bloque la sur-expression de l aromatase (AROM CYP-19) par inhibition de COX 2 liés aux cytokines inflammatoires via NFK *l expression AROM dans 70% des cancers du sein étroitement corrélés à la cyclo-oxygénase (COX 2) corrélés aussi à la surexpression de HER (30% des cancers)

65 Autres effets des Pgs Stimulation possible de l angiogénèse (in vivo) *cellule cancéreuse RE + RP + ; Pgs induisent les facteurs de croissance de l endothélium vasculaire ( VEGF) *effet inhibé par l anti-progestérone RU 486 pour MPA, Norethinodiol, Norgestrel, Megestrol Ac Effets Pgs sur cancers du sein localisé (in vivo) *crées de nouvelles structures ductulo-lobulaires favorisant l émergence de cancers *si RP exprimé RP-A > RP-B.RP-B bas grade 1-2.RP-A haut grade 3

66 Les effets de E + P

67 E + P endogène Effet «premium» de E *P n agit qu après l action première de E dans le développement ductulo-lobulaire E RE RP P agit sur RP *E + P :.rôle protecteur par différentiation UTDL.rôle 1 ère grossesse-âge jeune ( risque cancer) MR Ginger et coll. Mol. Endocrinol *Tumorigénèse.accumulation de RP non dégradé.sur-expression RE-RP dans UTDL.prolifération en excès cancers RE + RP +

68 THS et risque mammaire Progestérone et progestatifs classification activité biologique

69 Classification des progestatifs de synthèse Dérivés de la progestérone dérivés de la testostérone - Dydrogestérone - Estranes - 17-OH progestérone Noréthistérone.medroxy progestérone Ac - Gonanes.cyprotérone Ac.Norgestrel (lévo).chlormadinone Ac.Gestodène.Mégestrol Ac.Désogestrel.Norgestimate - 19-Nor-progestérone.Promégestone - Estrane/Prégnane.Nomégestrol Ac.Dienogest.Trimégestone.Nestorone.Dérivés spirolactones drospirénone R. Sitruk-Ware. Maturitas 2003

70 THS et risque mammaire Hormones progestatives et THS : dérivés de la progestérone Progestérone. naturelle Utrogestan. micronisée Estima.gé. isomère dydrogestérone Duphaston Climaston E + P 17 Hydroxy-progestérone Dérivés prégnanes. Chlormadinone Ac Lutéran. Médrogestone Colprone. Cyprotérone Ac Androcur. Médroxy-progestérone Ac MPA-gestoral 19 Nor-progestérone Dérivés norprégnanes. Promégestone Surgestone. Nomégestrol Ac Lutényl.Trimégestone

71 THS et risque mammaire Progestatifs - dérivés de 17 Hydroxy-progestérone Progestérone 19 Nor-progestérone - Méthyl C11 17 Hydroxy-progestérone Médrogestone OH C. 17 Méthyl C17 17 Hydroxy-progestérone Acétate Acétyl C.17. Chlormadinone Ac Médroxy-progestérone Ac Mégestrol Ac. Cyprotérone Ac Méthyl C6 Chloral C6 - Méthyl MPA - effet A : 23% - effet A : 5% - effet A : 7,5% - Ø effet E - Ø effet E - Ø Effet E Progestatifs à activité progestative prédominante F.Z. Stanczyk 1994

72 THS et risque mammaire Progestatifs - dérivés des 19 Nor-testostérone Testostérone 17 Ethinyl testostérone Norgestrel - NG (Stediril) Lévonorgestrel P - 3 ème génération LNG - effet A 45% - Gestodène effet A 100% x 2 vs NG - Désogestrel 22% x vs NETA - Norgestimate < 5% effet E effet E

73 Progestatif de synthèse Dérivés de la testostérone : 19-Nortestostérone 1 ère génération : Noréthynodiol 2 ème génération : groupe estrane Noréthistérone Ac NETA et ses métabolites groupe gonane Levonorgestrel LNG et ses dérivés pro drogue du NETA.Norethynodiol.Lynestrénol.Ethynodiol. Ac

74 Progestatifs de synthèse Dérivés de la Testostérone : 19-Nortestostérone 3 ème génération : dérivés du groupe LNG.Désogestrel et métabolites : 3 -ketodésogestrel ou étonogestrel.gestodène.norgestimate et métabolite 17 déacethylé : norelgestromin NGMN 4ème génération :.Dienogest estrane/pregnane avec radical 17 cyanométhyl.drospirénone dérivé spiralactone.nestorone : dérivé 19-Nor-progestérone Nomégestrol Ac

75 THS et risque mammaire Progestatifs - dérivés de la testostérone 19 Nortestostérone Noréthistérone. Noréthistérone acétate - NETA - effet androgénique 25% - effet estrogénique affinité RE. Diénogest - unique entre 19 NOR T et 17 OH P - effet androgénique - effet estrogénique - faible affinité pour RP - 10% de P - effet progestatif puissant endomètre

76 Effets des nouveaux progestatifs Dienogest : - hybride estrane/pregnane - effet anti-androgénique Drospirénone : - dérivé spirolactone - effet anti-minéralo-corticoïde - légèrement anti-androgénique Nestorone : - puissant effet progestatif - pas d effet androgénique

77 Les progestatifs Perturbateurs endocriniens des récepteurs aux androgènes

78 Relation P et Pgs avec RA E seul : risque de cancer du sein nul E + Pgs : risque augmente de 1,35 à 1,50 E RP P expression contrôlée RE freine l activité RE RA

79 Relation Pgs E RP PGs REα RA

80 BRCA 1 A 5 R DHT + non muté + RA? RE PROGESTATIFS : perturbateur endocrinien.interaction N/C terminal.amino/carboxyl sur RA.antagonise effet DHT + prolifération cellulaire annule effet inhibiteur de A Les PROGESTATIFS : perturbateurs endocriniens de RA protecteur SN BIRREL et coll. FASEB J. 2007

81 Les progestatifs 2 familles - Dérivés de la Progestérone propriétés anti-androgéniques - Dérivés de la Testostérone propriétés androgéniques Altèrent le médiateur RA déplacent DHT sur RA

82 Les PGs déplacent DHT sur RA 2 familles : 2 mécanismes PGs : effets anti-androgènes dérivés prégnanes - blocage translocation de RA dans le noyau PGs : effet androgénique dérivés testostérone - inhibition compétitive entre PGs et DHT sur RA

83 Les progestatifs de synthèse Les perturbateurs endocriniens Les dérivés prégnanes : ANTI-ANDROGENES - MPA médroxy-progestérone acétate (USA) - CMA chlormadinone acétate Mol. Cell. Endocr CPA cyprotérone acétate (E 3 N) prolifération risque mammaire

84 EFFET DES HORMONES SUR LES DENSITES MAMMOGRAPHIQUES

85 Effet des hormones stéroïdes sur densités du tissu mammaire Estrogènes :.densités HYDRIQUES rétention d eau tissu conjonctif.prolifération épithéliale faible Androgènes :.densités tissu FIBREUX prolifération cellules du STROMA conjonctif Progestérone :.densités tissu EPITHELIAL prolifération cellules ductulo-lobulaires

86 Prolifération du tissu mammaire Composition comparative Composante épithéliale (glandulaire) : 5% Composante du stroma majoritaire : 95% - Stroma adipeux - Stroma conjonctif Le Stroma explique l origine :.des proliférations cellulaires.des densités mammographiques

87 Conclusions cliniques

88 Progestatifs : modulateurs sélectifs du récepteur de la progestérone (SPRMs) La structure du RP influencée par la structure du ligand Famille du ligands du PR - P : agoniste RP - P : antagoniste RP - P : agoniste partiel RP antagonistes purs SPRMs agonistes purs «pristones» «isnils» PA MOTE et coll. Breast Cancer Res. Treat. 2002

89 Complexité d action Ainsi tous les ligands des RP exercent des EFFETS DIFFERENTS : - Agonistes ou antagonistes - Aux effets tissus spécifiques - Selon la spécificité tissulaire

90 Progestatifs : Dangereux? Quel danger?

91 Avant la ménopause - Pente croissante d incidence des cancers du sein de la femme jeune - Cancers NON hormono-dépendants (proliférants) *sur-expriment HER + 2 *triple négatifs (type basal ou mutation BRCA 1 ) profils génétiques particuliers

92 Contraception estroprogestative : EE + PGs antigonadotropes - Pas de sur-risque de cancers du sein - Effets protecteurs sur cancers gynécologiques *mais sur-risque de thrombose veineuse : pour les PGs 3 ème, 4 ème génération (mais quand même rare) *effets androgéniques :.recul prescriptions * bon interrogatoire.prescrire 2 ème génération? effets artériels?

93 Après la ménopause - 75% des cancers du sein - Pic maximum d incidence ans - Majorité sur-expriment RE + RP + hormono-dépendants Type luminal A = forte sur -expression Type luminal B = faible

94 THM E 2 + Pgs : - Sur-risque de cancer du sein RR 1,3 à 1,5 (> 2 si obésité) - Effets délétère association E + Pgs : perturbateurs endocriniens? E 2 + P : - Annulation du sur-risque (E 2 transdermique) + P naturelle - Pas d effet thrombogène - effets protecteurs

95

96

97

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR Traitements hormonaux en gynécologie Dr MC Laurent - DOGMR Quelles hormones? Effets biologiques des hormones naturelles Voies d administration Utilisation en clinique Contraception Traitements de pathologie

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Certificat Coordonné 4 4 ème année pharmacie Année Universitaire 2014/ 2015 1 Médicaments des dysfonctionnements ovariens

Plus en détail

MAMMAIRE Aspects biologiques

MAMMAIRE Aspects biologiques EFFETS DES ANDROGENES ET DES PROGESTATIFS SUR LA PROLIFERATION DE L EPITHELIUM MAMMAIRE Aspects biologiques et thérapeutiques J. Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG FAFEM Alger 2009

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

TRAITEMENTS HORMONAUX ET RISQUE CARDIO-VASCULAIRE (CHEZ LA FEMME)

TRAITEMENTS HORMONAUX ET RISQUE CARDIO-VASCULAIRE (CHEZ LA FEMME) TRAITEMENTS HORMONAUX ET RISQUE CARDIO-VASCULAIRE (CHEZ LA FEMME) OESTROGENES 17βœstradiol (œstrogène naturel) Voie percutanée Voie transdermique Voie orale DELIDOSE ESTREVA OESTRODOSE OESTROGEL DERMESTRIL

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

TRAITEMENTS HORMONAUX DE LA MÉNOPAUSE

TRAITEMENTS HORMONAUX DE LA MÉNOPAUSE Emilie Cordina-Duverger Pascal Guénel, Thérèse Truong, Florence Ménégaux, Antoinette Anger Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations Equipe 6 Epidémiologie Environnementale des Cancers

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Physiologie des testicules

Physiologie des testicules Plan généralg Physiologie des testicules PC 2 Module endocrinologie J.O. Fortrat Explorations Fonctionnelles Vasculaires CHU d'angers 1. Androgè testiculaires 2. Régulation Axe hypothalamo-hypophysaire

Plus en détail

Les tumeurs du sein triple négatives

Les tumeurs du sein triple négatives Les tumeurs du sein triple négatives Le point de vue du Pathologiste Gaëtan MacGrogan Institut Bergonié Bordeaux La classification intrinsèque en 2011 Luminal B Luminal A Normal breast-like Basal-like

Plus en détail

Hormones et thrombose veineuse

Hormones et thrombose veineuse Hormones et thrombose veineuse Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Contraception hormonale Contraception hormonale CO estro-progestative (orale, classique) Estrogène : éthinyl-estradiol

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES CIBLES METHODES - ADN chimiothérapie - Récepteurs hormonaux hormonothérapie - Voies d'activation thérapies ciblées Processus

Plus en détail

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire UMR 6547 CNRS Génétique des Eucaryotes & Endocrinologie Moléculaire Pr Laurent Morel Recherche : Signalisation Androgénique nique et cancer de la prostate Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

Folliculogenèse. G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1

Folliculogenèse. G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1 Folliculogenèse G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1 Tractus génital féminin : anatomie Tractus génital féminin : fonctions Ovaires : Ovogenèse/Folliculogenèse Trompes de Fallope : fécondation

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

CANCERS TRIPLE-NEGATIFS. Aspects moléculaires morphologiques et cliniques. Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CANCERS TRIPLE-NEGATIFS Aspects moléculaires morphologiques et cliniques Professeur Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Compréhension grâce à l analyse de profils d expression de

Plus en détail

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié Hôpitaux Universitaires de Genève Pr.. P.Bischof PhD Le Cycle Menstruel Les Généralités Le Cycle Ovarien Le Cycle Endometrial La Régulation du Cycle

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Le système endocrine : définitions-généralités

Le système endocrine : définitions-généralités Chapitre 01 : Introduction aux médicaments du système endocrine Page 1 sur 12 Le système endocrine : définitions-généralités Endocrinologie: Science de la régulation à distance des fonctions cellulaires

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an

Mortalité par cancer chez la femme en France. Francim 2000. Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an Histoire naturelle du cancer du sein J Lansac CHU de TOURS 1 Mortalité par cancer chez la femme en France Francim 2000 Le cancer du sein tue 10 000 femme/ an 2 Corrélation entre incidence et mortalité

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, AP-HP, Paris Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris 6 1 I) La ménopause : mécanisme (1) épuisement

Plus en détail

Régulation. des fonctions testiculaires. Année Universitaire 2007-2008

Régulation. des fonctions testiculaires. Année Universitaire 2007-2008 1 er cycle PCEM 2 MI5 Endocrinologie de la reproduction ( des fonctions testiculaires ) Module Développement D Endocrinologie du développementd Objectifs du cours A l issu de ce cours, vous devrez être

Plus en détail

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013 AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE Docteur SAUTAI MAILLE Le 12 Septembre 2013 IMPLANT : Nextplanon - Dispositif sous cutané d Etonorgestrel pour 3 ans : progestatif 2 e génération qui

Plus en détail

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND Le cancer du sein 1 000 000 nouveaux cas par an dans

Plus en détail

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Contraception orale et BRCA M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis CO et cancer du sein: Métaanalyse (1) Collaborative group on hormonal factors in breast cancer 54 études reprises; 53

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

Contraception : évolution des progestatifs

Contraception : évolution des progestatifs Contraception : évolution des progestatifs Mots-clé : Contraception, progestatif, progestérone, testostérone, tolérance, efficacité Nathalie Chabbert-Buffet Depuis le développement du premier progestatif

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique?

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? Dr G Plu-Bureau Unité gynécologie - Unité hémostas Hôpital Hôtel-Dieu Université Paris Descartes Les méthodes contraceptives disponibles Les contraceptions

Plus en détail

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION.

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME. I DESCRIPTION ET MODE D ACTION DES DIFFERENTES CLASSES DE CONTRACEPTION HORMONALE. A LES ESTROPROGESTATIFS 1

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN CLASSIFICATION MOLECULAIRE DU CANCER DU SEIN: ETUDE RETROSPECTIVE DE 1514 CAS A L INSTITUT SALAH AZAIEZ DE TUNIS ET REVUE DE LA LITTERATURE. A. GAMOUDI. H. BOUSSEN INTRODUCTION Cancer du sein: 1 ère pathologie

Plus en détail

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques?

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? AX Bigard Institut de Recherche Biomédicale des Armées 38702 La Tronche - 91220 Brétigny / Orge Activité physique et prévention

Plus en détail

Les hormones. Rôle dans l étiologie, la prévention et le traitement des cancers. Carole Lambert résidente en radio-oncologie Octobre 2000

Les hormones. Rôle dans l étiologie, la prévention et le traitement des cancers. Carole Lambert résidente en radio-oncologie Octobre 2000 Les hormones Rôle dans l étiologie, la prévention et le traitement des cancers. Carole Lambert résidente en radio-oncologie Octobre 2000 Plan * Le système endocrinien *La stimulation/manipulation hormonale

Plus en détail

ETUDE DE LA TRIMETHYLATION DE LA LYSINE 27 DE L HISTONE L H3 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE Marjolaine NGOLLO Doctorante en première année 15/02/2013 Directeur de thèse: Professeur L. GUY DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1 Etude de l implication des miarns dans le cancer du sein basal-like et la régulation de BRCA1 Insaf FKIH M HAMED fkihinsaf@yahoo.com Laboratoire d'oncologie Moléculaire Centre Jean Perrin Clermont-Ferrand

Plus en détail

Classification moléculaire des cancers du sein, application à la pathologie clinique

Classification moléculaire des cancers du sein, application à la pathologie clinique Classification moléculaire des cancers du sein, application à la pathologie clinique Comprendre la classification moléculaire des cancers du sein Plan Overview Cancers du sein RE+ (phénotype Luminal) Cancers

Plus en détail

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B Modèle cellulaire du DNID: la cellule B L étude des conséquences du diabète NID à l échelle cellulaire se concentre bien entendu sur les atteintes subies par les cellules B pancréatiques à l origine de

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Description et mode d'action des différentes classes de contraception hormonale...1 1. 1 Les

Plus en détail

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère PROCRÉATION 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère 1.1. Le sexe est génétiquement défini à la fécondation par la présence des chromosomes

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech EXTRAIT des Mises à jour en gynécologie médicale Volume 2010 Publié le 10 décembre 2010 TRENTE-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les traitements anti-androgènes en dermatologie

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les traitements anti-androgènes en dermatologie Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les traitements anti-androgènes en dermatologie Paris 21 Juin 2014 Pr N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie Obstétrique Médecine de la Reproduction Hôpital

Plus en détail

CONTRACEPTION HORMONALE

CONTRACEPTION HORMONALE CONTRACEPTION HORMONALE 22/02/10 Dr Ausias Pharma I. Généralités II. Les associations oestroprogestatives combinées 1. Pilule normodosée 2. Pilule minidosée : microdosée B. Voie cutanée C. Voie vaginale

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris AP-HP

Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris AP-HP Pilule et cancer du sein: que nous apprend l étude de l Oxford Family Planning Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris AP-HP CO et cancers : OFPA (2013) 17 032 femmes âgées de

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

ED de séméiologie. https://sites.google.com/site/uecancerologiel3/ed-semeiologie

ED de séméiologie. https://sites.google.com/site/uecancerologiel3/ed-semeiologie ED de séméiologie UE Cancérologie L3 https://sites.google.com/site/uecancerologiel3/ed-semeiologie Enseignements Dirigés de 2h 4 thèmes autour de cas-cliniques Cas-cliniques à préparer, en ligne sur le

Plus en détail

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME Objectifs pédagogiques terminaux : «prescrire et expliquer une contraception». N.B : ce texte ne traite pas l aspect «discuter les diverses

Plus en détail

Travail posté de nuit et cancers

Travail posté de nuit et cancers Travail posté de nuit et cancers M. Druet-Cabanac, Y. Aubert, D. Dumont Consultation de Pathologies Professionnelles CHU de Limoges Evaluation de la cancérogénicité pour l homme du travail posté entraînant

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans?

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans? Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 1 ans? Anne Vincent-Salomon Département de Biologie des Tumeurs et INSERM U83 Institut Curie Paris 1 PLAN Qu est-ce qu

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked Les différentes voies de transduction Transduction du signal : De la membrane au noyau Molécules liposolubles à récepteur membranaire prostaglandines et leukotriènes Peptides et protéines récepteurs membranaires

Plus en détail

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech EXTRAIT des Mises à jour en gynécologie médicale Volume 2010 Publié le 10 décembre 2010 TRENTE-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

LES TRAITEMENTS HORMONAUX. Pharmacologie clinique 29/03/10

LES TRAITEMENTS HORMONAUX. Pharmacologie clinique 29/03/10 LES TRAITEMENTS HORMONAUX Pharmacologie clinique 29/03/10 Sommaire Hormones males et dérivés ANDROGENES STEROÏDES PROTEINO ANABOLISANTS ANTIANDROGENES Hormones féminines et dérivés MEDICAMENTS OESTROGENES

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE INTRODUCTION LA CELLULE CANCEREUSE Mécanismes impliqués dans la transformation oncogénique et dans l interaction des cellules cancéreuses avec leur micro-environnement Dr Eric GUERIN Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER CANCER DU SEIN Matthieu MULLER le 20/12/2012 EPIDEMIOLOGIE Epidémiologie Incidence Mortalité Sein 49814 / 53000 11201 / 11500 Colon Rectum 17500 / 19000 7964 / 8300 Poumon 6714 / 12000 5674 / 8100 Endomètre

Plus en détail