DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE"

Transcription

1 Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Mission analyse stratégique, synthèses et prospective Dossier suivi par : Sylvie Zimmermann Adjointe à la chef du bureau ADINESS Sous-direction 1 Tél Courriel : NOTE Etats généraux de l enfance Atelier N 4 : Prise en compte des situations de précarité Objet : Séance 13 avril 2010 Propos introductifs à la question de l accès à la santé et aux soins des enfants des familles précaires. Etat sommaire des lieux : actions déjà engagées par les pouvoirs publics en matière de santé et d accès aux soins, difficultés rencontrées L état de santé des enfants pauvres est-il similaire à celui des autres enfants? Leur recours aux soins diffère-t-il de celui des enfants qui ne sont pas pauvres? I) Quelques éléments de constat : Tout comme pour leurs parents les déterminants sociaux de la maladie et les déterminants sanitaires des problèmes sociaux ont un fort impact sur les enfants : qualité de vie (enfants dans un habitat insalubre), accès aux soins (accès restreint aux

2 médecins spécialistes) et accès à l information sur l éducation à la santé pour limiter les comportements à risque développés à l âge adulte. 1 L état de santé des enfants : miroir des inégalités sociales : On relève dès l enfance un moins bon état dentaire et une plus grande fréquence du surpoids chez les enfants vivant dans un ménage pauvre. Il est probable qu une moins bonne hygiène alimentaire associée à des comportements de prévention moins développés puisse être responsable de ces différences qui se perpétuent à l adolescence puis à l âge adulte. La prévalence de surpoids et d obésité croît rapidement en France, spécialement depuis le début des années 1990 (20 ans de retard sur les Etats-Unis) ; mais surtout elle apparaît de plus en plus jeune (16% des enfants en surpoids contre 5% en 1980) et frappe plus nettement les populations défavorisées (25% des enfants défavorisés). Une fois acquise elle est très difficilement réversible. Les résultats des bilans de santé 2 menés en milieu scolaire auprès des élèves de CM2 corroborent ce constat : en 2005, l obésité est deux fois plus présente en ZEP qu ailleurs puisque ce sont 6,8% des enfants concernés contre 3,2%, et le surpoids modéré touche 18,9% dans les écoles situées en ZEP contre 15,6% en dehors des ZEP. La proportion d enfants de CM2 ayant au moins deux dents cariées non soignées est deux fois plus élevée en ZEP qu ailleurs (respectivement 15,5% et 7,1% ). En CM2, 11% des enfants portent un appareil dentaire, mais les élèves scolarisés en ZEP en sont moins souvent équipés (6,8% contre 11,5%). Enfin, alors que les troubles de la vision, connus ou observés lors de l examen, concernent un enfant sur deux comme hors ZEP, seuls 21% des enfants des ZEP sont équipés de lunettes contre 26% ailleurs. L écart entre les proportions d adolescents ayant au moins deux dents cariées non soignées selon les catégories sociales est de 4,1 points. L intoxication par ingestion ou inhalation de plomb, appelé saturnisme, provoque des troubles qui peuvent être irréversibles, notamment des atteintes du système nerveux. Le jeune enfant est particulièrement sensible à la toxicité du plomb et il est souvent plus exposé que l adulte (ingestion de poussières par activité main ou bouche). L exposition générale de la population française a diminué depuis une vingtaine d années à la suite de la limitation, puis de la suppression, de l usage du plomb tétraéthyle dans les essences (1er janvier 2000). La principale source d exposition qui subsiste est la peinture à la céruse présente dans les locaux anciens, les populations exposées étant surtout celles dont l habitat est dégradé ; c est donc une pathologie très liée au contexte socio-économique. Les symptômes de l intoxication par le plomb sont peu spécifiques et passent souvent inaperçus ; le dépistage doit s appuyer sur une recherche active des facteurs de risque d exposition, surtout chez les enfants de moins de trois ans. La prise en charge des frais des soins de santé : Les enfants des familles précaires ne rencontrent pas d obstacles majeurs à la prise en charge de leurs soins de santé. En effet, ils sont couverts par l assurance maladie du ménage en qualité d ayant droit mais l accès aux soins peut être freiné pour les enfants des familles qui ne disposent pas de complémentaire CMU ou de mutuelle. 1 Voir, notamment, le chapitre sur «Dégradation de la santé et de la situation sociale : des processus intriqués et des déterminants communs qui remontent à l enfance» - rapport de mission sur l amélioration de la santé de l enfant et de l adolescent du Professeur Danièle SOMMELET (octobre 2006) 2 Voir «Etudes et résultats» sur La Santé des enfants scolarisés en CM2 en

3 L amélioration de la couverture maladie est indéniable suite aux réformes menées par les pouvoirs publics depuis la fin des années et a largement amélioré la couverture maladie de la population, dont les enfants des familles pauvres. Selon une étude la DREES 4 en 2006 les jeunes de moins de 20 ans constituent 40% des bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). A noter que 30 % des ménages bénéficiaires sont monoparentaux, soit cinq fois plus que dans le reste de la population. En juillet 2009, 4,27 millions de personnes bénéficiaient de la CMUC. Quant à l acquisition d une complémentaire santé (ACS), après une lente montée en charge du dispositif, personnes s étaient fait délivrer une attestation en 2009 (données d août 2009). Aujourd hui, plus de 90% de la population bénéficie d une couverture complémentaire avec des taux d effort (part de revenu que les ménages consacrent à la couverture complémentaire) très variables : de 3% pour les ménages les plus aisés à 10% pour les plus pauvres. Cette différence signifie concrètement qu une augmentation du coût de la couverture complémentaire a une incidence beaucoup plus forte sur les ménages pauvres que sur les autres 5. De nombreuses actions de prévention se font dans les écoles sans que les enfants démunis aient pour autant accès aux soins dont ils ont besoin. Selon une étude du Fonds CMU rendue publique en juin 2006 qui visait à quantifier et à expliquer le refus de soins à l égard des bénéficiaires de la CMU lors de la prise de rendez-vous téléphonique, les refus parmi les dentistes s avèrent très élevés et on peut présumer que le taux de refus pour de l orthodontie aurait été encore plus élevé. Selon une étude du CREDES 6 de mars 2003 sur l état de santé des enfants pauvres et recours aux soins ambulatoires, lorsque l on demande aux parents de noter l état de santé de leurs enfants sur une échelle allant de 0 (très mauvaise santé) à 10 (excellente santé), on relève que 15% des enfants pauvres sont considérés comme ayant un état de santé moyen et presque 4% seraient en très mauvaise santé. Dans les ménages plus aisés, ces proportions sont de respectivement 13% et 2%. II) Quelle prise en compte par les pouvoirs publics des inégalités sociales de santé pour les enfants des familles pauvres? En terme de suivi de l état de santé des enfants et d action de prévention, les principaux leviers sont ceux de la Protection maternelle et infantile (jusqu à 6 ans) et de la santé scolaire. Des programmes gouvernementaux de prévention et de réduction de la sécurité sanitaire viennent compléter ces actions. 3 La loi du 27 juillet 1999 portant création de la CMU a permis de garantir le caractère universel de la couverture maladie en France et promu l accès à l assurance maladie complémentaire (CMUC). Le dispositif de la CMUC a été complété en 2005 par l aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS), pour atténuer les effets liés à la fixation d un seuil de revenus pour le bénéfice de la CMUC 4 Etudes et Résultat n 675 Janvier 2009 Quelles caractéristiques sociales et quel recours aux soins pour les bénéficiaires de la CMU en Extrait du rapport de l Observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale (ONPES) Chapitre 2 «Bilan de dix ans d observation sociale en France et en Europe» (p 86) 6 «Consultance en Santé Publique» est un bureau d étude indépendant

4 La santé scolaire La mission de suivi de la santé des élèves confiée à l éducation nationale par la loi a été renforcée par la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance qui instaure le renforcement de la prévention en prévoyant la mise en place de bilans médicaux obligatoires dans les 6 ème, 9 ème, 12 ème et 15 ème années de l enfant, en partenariat avec la médecine de ville. L action relative à la santé des élèves porte notamment sur la facilitation de l accès aux soins. Les programmes de prévention et de sécurité sanitaire : o Les Programmes Régionaux d Accès à la Prévention et aux soins (PRAPS) comportent des publics prioritaires, dont les jeunes en situation de vulnérabilité et les familles monoparentales féminines ; o Le deuxième Programme national nutrition santé ( ) comporte de nouveaux axes comme un plan d action de prise en charge de l obésité avec un ciblage spécifique des populations défavorisées. Une série de mesures figurent ainsi dans ce plan, dont certaines relayées grâce aux campagnes de l INPES (fruits et légumes ). o On peut également citer des actions dans le cadre du Plan périnatalité en direction de la lutte contre l habitat insalubre. L aide alimentaire Une réforme en cours de l aide alimentaire tend, notamment, à disposer de connaissances des publics par tranche d âge afin que les circuits de distribution proposent des produits adaptés à la physiologie des bénéficiaires. A ce jour, un effort est déployé pour favoriser la distribution de fruits et légumes (frais ou en conserve) et de protéines animales (poisson). Des initiatives associatives soutenues par les pouvoirs publics proposent des produits adaptés aux nourrissons (ex : Restau du cœur bébés et Croix rouge Française) Les outils de la connaissance et de l évaluation des politiques publiques La loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004 a défini pour la première fois des objectifs de santé quantifiés, susceptibles d être atteints à un horizon quinquennal. Ces 100 objectifs sont assortis d indicateurs qui font l objet d un suivi annuel coordonné par la DREES et mobilisant l ensemble des institutions productrices de données de santé en France. Déclinés selon les dimensions sociodémographiques et régionales chaque fois que les données sont disponibles, assortis de comparaisons européennes, ces indicateurs dessinent un panorama de l état de santé en France. Parmi ces objectifs on peut noter : o un objectif de réduction de 50% de la prévalence des enfants ayant une plombémie (n 18). L indicateur associé est le nombre d enfants dépistés pour le saturnisme ; o un objectif d interruption de l augmentation de la prévalence de l obésité et du surpoids chez les enfants (n 12). Les données sont celles du cycle triennal d enquêtes en milieu scolaire ; o un objectif de réduction des obstacles financiers d accès aux soins pour les personnes en situation précaire (n 33). Un sous-indicateur porte sur le renoncement aux soins dentaires ou optiques à âges et sexes comparable en fonction du revenu par unité de consommation (objectif 33) ; o un objectif de réduction de 30% l indice carieux des enfants âgés de 6 à 12 ans (n 91). Un sous-indicateur mesure l évolution de cet indice carieux par PCS des parents.

5 Le tableau de bord sur le suivi de la baisse d un tiers de la pauvreté en cinq ans comprend un objectif de réduction de la pauvreté des enfants. Parmi les onze objectifs de suivi de la baisse de la pauvreté figure un objectif sur la pauvreté des enfants avec 3 indicateurs associés dont un indicateur sur la santé bucco-dentaire (écart entre la proportion d adolescents ayant au moins deux dents cariées non soignées selon les catégories sociales).

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

4.2. Nutrition et pathologies associées. Allaitement maternel. Surpoids et obésité. Santé bucco-dentaire. Anémie par carence en fer

4.2. Nutrition et pathologies associées. Allaitement maternel. Surpoids et obésité. Santé bucco-dentaire. Anémie par carence en fer Nutrition et pathologies associées Allaitement maternel > L intention d allaiter concerne environ huit nouveau-nés sur dix à Paris. > Le système d information est peu performant sur la durée de l allaitement.

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge ét udes et résultats N 847 juillet 213 Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge La santé bucco-dentaire des enfants s est nettement améliorée ces vingt dernières années.

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

La Défenseure des enfants lance un cri d alarme sur la situation des enfants pauvres

La Défenseure des enfants lance un cri d alarme sur la situation des enfants pauvres COMMUNIQUÉ DE PRESSE Rapport thématique 2010 «Précarité et protection des droits de l enfant» La Défenseure des enfants lance un cri d alarme sur la situation des enfants pauvres Paris, le 15 novembre

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité

Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Le score EPICES : un outil pour mieux identifier les personnes en situation de précarité Catherine Sass Centre Technique d Appui et de Formation des Centres d examens de santé (Cetaf) Saint Etienne, France

Plus en détail

L articulation avec le contrat unique et la Politique de la Ville page 13. V. Le pilotage et l association des partenaires..

L articulation avec le contrat unique et la Politique de la Ville page 13. V. Le pilotage et l association des partenaires.. CONTRAT LOCAL DE SANTE D AUBERVILLLIERS 2014-2017 1 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Les CLS en Ile de France, la loi HPST, la lutte contre les ITS.page 4 Les fondements du CLS sur le territoire : élément de diagnostic

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

"L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES"

L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES "L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES" LE RAPPORTEUR : LE PRESIDENT : LES VICE-PRESIDENTS : M. BRUNO HUSS M. ANDRE DESCAMPS M. BERNARD HOLASSIAN M. GILBERT CHAUVET LE JEUDI 19 JANVIER 2012

Plus en détail

q u estions + 50 725 + 49 997 * Nombre de personnes visées par le dispositif

q u estions + 50 725 + 49 997 * Nombre de personnes visées par le dispositif Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Selon l article L. 863-5 du code de la Sécurité sociale, le Fonds CMU «rend compte annuellement au Gouvernement

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

La santé buccodentaire en Estrie

La santé buccodentaire en Estrie Numéro 11, mai 2014 La santé buccodentaire en Estrie LA CARIE DENTAIRE La carie dentaire est d'abord et avant tout une maladie infectieuse chronique, localisée, progressive, transmissible et plus souvent

Plus en détail

Article. Sylvie Le Laidier. M/S : médecine sciences, vol. 20, n 1, 2004, p. 105-108. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :

Article. Sylvie Le Laidier. M/S : médecine sciences, vol. 20, n 1, 2004, p. 105-108. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : Article «La couverture maladie universelle : l apport de la protection complémentaire / The universal health insurance coverage established in France in 2000» Sylvie Le Laidier M/S : médecine sciences,

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009 Le développement de l activité périscolaire Bordeaux Ville santé de l OMS Ville active du PNNS Le conseil local de santé

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Journée OSCOUR 16 décembre 2008

Journée OSCOUR 16 décembre 2008 Journée OSCOUR 16 décembre 2008 Depuis les évènements de l été 2003 les Services d Accueil des urgences sont devenus de véritables observatoires de santé. Le développement des systèmes d informations favorise

Plus en détail

ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE.

ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE. ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE. 10 PLAN Page Introduction 14 CHAPITRE 1. PRECARITE ET SANTE : ASPECT GENERAUX ET ODONTOLOGIQUES

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

questions Pourcentage de personnes ayant recours au moins une fois au médecin en un mois Agriculteur Ouvrier non Ouvrier qualifié qualifié

questions Pourcentage de personnes ayant recours au moins une fois au médecin en un mois Agriculteur Ouvrier non Ouvrier qualifié qualifié Bulletin d information en économie de la santée questions d économie de la santé résultats Re pè res Les résultats sont issus de l enquête Santé et Protection sociale (ESPS), menée tous les deux ans par

Plus en détail

MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES

MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES MUTUELLE NEGOCIEE ET SOLIDAIRE PRINCIPAUX RESULTATS DES QUESTIONNAIRES I. PROFIL DES PERSONNES INTERROGEES Au 2/8/24 234 questionnaires traités 2 8 74 6 4 2 8 6 4 2 27 agent de la mairie résidant mornantais

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

Harmonie Mutuelles lance SON programme. un programme national d aide à la parentalité. «La santé de votre enfant», Dossier de presse Septembre 2011

Harmonie Mutuelles lance SON programme. un programme national d aide à la parentalité. «La santé de votre enfant», Dossier de presse Septembre 2011 Dossier de presse Septembre 2011 Harmonie Mutuelles lance SON programme «La santé de votre enfant», un programme national d aide à la parentalité HarmonieMut_DP_enfant15.indd 1 23/09/11 17:32 DVD vidéos

Plus en détail

L évaluation et le suivi de la performance

L évaluation et le suivi de la performance Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET Upscaling Gender Responsive Budgeting for Accelerated Action on Gender Equality GRB Phase III Mars 2010 L évaluation et le suivi

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime

Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime Première Table ronde l évolution du rôle des complémentaires face aux enjeux d accès aux soins : quelle articulation régime général / régime complémentaire? Introduction Le marché de la complémentaire

Plus en détail

PROFIL SANTÉ TOULOUSE [2]

PROFIL SANTÉ TOULOUSE [2] PROFIL SANTÉ TOULOUSE [2] Données complémentaires et indicateurs de santé dans les quartiers de Toulouse Novembre 2010 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ DE MIDI PYRÉNÉES Faculté de Médecine 37 allées Jules

Plus en détail

Critères à respecter impérativement

Critères à respecter impérativement Critères à respecter impérativement Les questions auxquelles chaque région est tenue de répondre figurent dans le formulaire de candidature. Les régions candidates devront remplir obligatoirement l ensemble

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Le Projet Santé Dar Naïm : Une expérience de protection sociale en santé à Nouakchott, R. I. Mauritanie Bâ Abdoulaye Samba Informations générales Zone d intervention La Commune de Dar Naïm est nouvelle

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement 80, rue de Paris 93100 Montreuil Tél. : 01 55 86 09 22 Fax : 01 55 86 09 26 contact@hsd-scop.fr L association Habitat

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits PROGRAMME MALIN Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits Agenda 1) Enjeux et historique du Programme MALIN 2) Offre du Programme

Plus en détail

Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Avis du CNLE

Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Avis du CNLE Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Paris, le 5 juillet 2011. Avis du CNLE Accès aux soins des plus démunis : CMU, ACS, AME, dix ans après, revaloriser et

Plus en détail

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance»

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance» Les Brèves Lettre d information à destination des Partenaires Sociaux #3 janvier 2013 de Mutex Focus sur 2012! Grâce aux partenariats que Mutex a noués depuis de nombreuses années avec les 5 confédérations

Plus en détail

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot Université de Rouen Introduction Il existe en France de fortes inégalités sociales de santé, c est-à-dire des différences

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming

Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming Rapport statistique : Résultats du Programme de santé buccodentaire en milieu scolaire des Services de santé du Timiskaming Publié en septembre 13 À propos du rapport Introduction Le présent rapport vise

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE préfiguration 2012 2 Sommaire Préambule... 5 1- Les éléments de diagnostic général... 6 1.1 L indice de développement humain (IGH2)... 6 1.2 Caractéristiques sociodémographiques...

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

Mordre la vie à pleine dents

Mordre la vie à pleine dents Mordre la vie à pleine dents INTERVENTIONS BUCCO-DENTAIRES Le programme ADOS Le programme de prévention bucco-dentaire du Conseil général du Val de Marne a été étendu aux 12-18 ans en 2003. Différentes

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

La santé des enfants. en grande section de maternelle. note d 11.18. Une surcharge pondérale inégalement répartie sur le territoire

La santé des enfants. en grande section de maternelle. note d 11.18. Une surcharge pondérale inégalement répartie sur le territoire note d informationdécembre 11.18 La santé des enfants scolarisés en grande section de maternelle est très différente d une académie à l autre. Il existe un lien étroit entre l état de santé et les habitudes

Plus en détail

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Accès aux soins dentaires d une population précaire Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Relais Georges Charbonnier à Poitiers RGC: Structure à facettes multiples, composée des CCAS: Centre Communal

Plus en détail

À DESTINATION DES PARENTS

À DESTINATION DES PARENTS À DESTINATION DES PARENTS Édito Depuis trente ans, le Conseil général a fait de la santé bucco-dentaire une de ses priorités en matière de santé publique. Le programme départemental de prévention bucco-dentaire

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL Contrat de préfiguration 2012 Sommaire PREAMBULE -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------5

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

LA CARIE DE LA PETITE ENFANCE JASP 2005 Dr Roger Bélanger Dre Suzanne Hébert DRSP Québec Déroulement de la présentation Définition Carie de la petite enfance sévère Connaissances actuelles Recommandations

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT?

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Des aides existent pour financer votre complémentaire santé. CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Parlez-en avec votre conseiller. SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION CMUC OU ACS LA MUTUELLE FAMILIALE VOUS

Plus en détail

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 :

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 : 2014S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 : poursuivre le redressement des comptes sociaux

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention. Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi

Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention. Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi Effet d un programme territorial de promotion de la santé sur le recours aux soins et à la prévention Le 30 novembre 2011 Frédérike Limousi 1 Cadre du travail Master 2 «Méthodes d Analyse des Systèmes

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

q u estions 25 % Taux de participation au BBD 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Adolescents suivis annuellement

q u estions 25 % Taux de participation au BBD 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Adolescents suivis annuellement Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Re pè res En 1997, l Assurance maladie, en accord avec les syndicats de chirurgiens-dentistes, a mis en place

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne AOI - France - Val de Marne Faciliter l accès à la santé bucco-dentaire d un public précaire en renoncement aux soins Médiation entre les secteurs sociaux

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique A qui est destiné ce résumé? Ce résumé est destiné aux décideurs, aux chefs de service de Santé de Districts, aux organisations non gouvernementales

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA DEUXIEME ENQUETE RSA Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA selon l observation des travailleurs sociaux juin 2011 Le cadre général de l'enquête La création du RSA visait principalement

Plus en détail

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS Pour vous informer sur les droits à l Assurance Maladie, le diabète, les offres de prévention, les mesures d accompagnement des patients et le dépistage des cancers, la CPAM du Tarn-et-Garonne et ses partenaires

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité

Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 13-A-13 du 24 juillet 2013 concernant un projet de décret relatif aux tarifs sociaux du gaz et de l électricité L Autorité de la concurrence (commission permanente), Vu la demande

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Mises en place en 1999, les

Mises en place en 1999, les j u i n La santé des élèves de grande section de maternelle en 2013 : des inégalités sociales dès le plus jeune âge Dès l âge de 6 ans, indicateurs de santé et habitudes de vie rendent compte de fortes

Plus en détail

Comment réduire ma cotisation Santé?

Comment réduire ma cotisation Santé? Santé Comment réduire ma cotisation Santé? Chèque Complémentaire Santé Une contribution significative à votre cotisation et un accès facilité à la plupart des solutions Santé d AXA Chèque Complémentaire

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013

Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013 Note du Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie adoptée à l unanimité lors de sa séance du 24 janvier 2013 Les principes de solidarité de l assurance maladie Le HCAAM a engagé dès 2004 une réflexion

Plus en détail