AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil"

Transcription

1 AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES ENGINEERING

2 Génie civil Sommaire 1-Les appuis 2-Etude de la dalle en béton armé du tablier Flexion transversale Le retrait le calcul des efforts le glissement caissons/dalle 2

3 Les appuis Les appuis sont «classiques» Fondations sur pieux, sauf la pile centrale P1 sur semelle Disposition des appareils d appuis Appuis fixes longitudinaux sur P1 Appuis fixes transversalement sur C0 et C3 Appuis glissants sur P2 Culée C0 Pile centrale P1 Pile P2 et culée C3 3

4 Les appuis Particularité : Ferraillages de la pile centrale Actions du tablier: V=20 MN H=3MN état permanent Ferraillage dense de la tête de pile dû aux efforts apportés par les appuis fixes et les vérins provisoires et définitifs Ferraillage dense du fut de pile (HA32 e=10 cm) dû au choc de la péniche (13 MN en frontal et 6.8 MN en latéral) 4

5 Dalle béton armé du tablier Dalle béton armé du tablier Coupe transversale Epaisseur de la dalle : entre 43 et 60 cm entre les pièces de pont 10 cm au droit des pièces de pont Pièces de pont espacées tous les mètres Coupe longitudinale Béton C35 XC3 Fissuration 0.3 mm 5

6 Dalle béton armé du tablier Flexion transversale : Tablier mixte ou pont à poutrelles enrobées? Réponse : un peu des deux : 1- La répartition des charges est réalisée comme pour les poutrelles enrobées: La flexion transversale entre les pièces de pont est assurée par la formation de bielles entre les pièces de pont dont le tirant est repris par la tôle de fond 2- La pièce de pont est calculée comme une poutre mixte P roue de 200 KN P T T 6

7 Retrait Évolution du retrait dans le temps Etanchéité Retrait à l infini Tôle de fond Retrait final Application de l EC2 avec une dalle d épaisseur moyenne 53 cm Après la pose de l étanchéité, le béton n est plus exposé à la dessiccation (rayon moyen infini), le retrait n évolue plus!!! Pose de l étanchéité Retrait final À 120 jours Valeur retenue : («comme avant») pour le dimensionnement des appuis 7

8 Retrait Béton supposé non fissuré Hypothèses de la modélisation : Béton non fissuré Longueur 10ml Retrait de Dans les 10 cm sup, la traction varie entre 0.9 et 1.2 Mpa fctk,0.05=2.25 Mpa Le bilan des réactions d appuis montre que la dalle équivalente a une épaisseur de 30 cm Reprise du retrait différentiel dalle de 10 cm/ charpente Par ferraillage passif 8

9 Retrait Prise en compte de la fissuration du béton Application du guide EC4 du SETRA Les effets du retrait et de la température sont des effets gênés qui dépendent de l état de la fissuration de la dalle béton. Sous les déformations imposées par les effets thermiques, la structure se dilate avec des déformations identiques selon que le béton soit considéré fissuré ou non fissuré. Par contre les efforts dans le béton et les aciers varient directement selon le module pris en compte pour le béton : 0 si fissuré et E si non fissuré. Le retrait et les effets de la température sont considérés comme des actions indirectes : Mise en place d un ferraillage minimal de non fragilité (EN ) permettant d équilibrer la traction fctm Les ferraillages dus aux actions directes (superstructures, surcharges ) seront calculés à partir des efforts Toutes ces sections d aciers sont majorées pour limiter l ouverture des fissures à 0.3 mm ( fsk= 240 Mpa au lieu de 500 Mpa ) 9

10 Dalle béton armé du tablier Efforts longitudinaux en construction Dalle bétonnée directement sur la tôle de fond Découpage en plots Modélisation : Dalle BA (10cm) et tôle de fond modélisées en éléments de coque Objectif : calcul des contraintes de cisaillement τ 12 dans le plan et les contraintes normales σ 22 dans les phases de construction Au final, les efforts dans la dalle en construction sont faibles, car le phasage est équilibré Coontraintes partielles maximales en T/m2 dues au coulage d'un plot A B C D E F G H I J K L Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Phase Calculs SETECO 10

11 Dalle béton armé du tablier Efforts longitudinaux en service : actions directes Les cas de charges étudiés sont : PH2 = Phase 2 - Equipements et superstructures ; TASS = Tassement - Tassement des supports ; DENIV= Dénivellation Dénivellation de la culée C3 ; PH3= Phase 3 Charges d exploitation ; Modèle «Beam» en treillis de poutres poutres longitudinales = dalle mixte plus tôle inferieure Poutres transversales = pièces de pont Calculs SETECO 11

12 Dalle béton armé du tablier Efforts longitudinaux en service (poutre centrale de largeur 1.25m) Bilan du ferraillage longitudinal dans les zones de rive et la zone centrale 12

13 Dalle béton armé du tablier Cisaillements entre les caissons et la dalle BA Vue en plan représentant les glissements τ12 entre les caissons métal et la dalle béton Ved Les aciers de coutures sont égaux à At= f yd cot anθ f Il faut vérifier de plus la compression de la bielle, soit Ved fck τ ed = < f cd sin θ f cos θ f = 5. 9Mpa hf 250 Principe de ferraillage 13

14 Génie civil Merci de votre attention 14

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury setec organisation Communauté d Agglomération Arc de Seine Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury Annexe 6b Solutions techniques n 1 et n 2 relat ives à la future

Plus en détail

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation.

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Projet de Fin d Etude Auteur : GODARD Sandy Elève ingénieur en

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

LES DIFFERENTS PLANCHERS

LES DIFFERENTS PLANCHERS LES DIFFERENTS PLANCHERS 1. FONCTIONS: 1.1. Stabilité mécanique : Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur les lesquels ils reposent (poutres,

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE ISOLATION THERMIQUE EXCEPTIONNELLE Leader des matériaux de construction à haute performance BARRIÈRE THERMIQUE SIMPLICITÉ DE POSE SURCHARGE JUSQU À 1 000 KG / M 2 ET + PORTÉE LIBRE DE 8 M ET + ÉTUDES ET

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes LAUTERBOURG Spécialité GENIE CIVIL Projet de Fin d Etudes ENCADRANTS : KEUSCH Pierre (EIFFEL) ZINK Philippe (INSA) ELEVE : WOLFF Thomas Elève en 5ème année de spécialité Génie Civil SOMMAIRE REMERCIEMENTS...3

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE RAPPORT D AUDIT SOLIDITE Parking Centre commercial Carrefour Nice Lingostière Réalisé par : Pour le compte de : Date Indice 20/03/2012 A SARL 1GBTP 1796 Rte de Gattières 06510 Carros Tel : 06.62.41.42.62

Plus en détail

Chapitre n 3: Les escaliers

Chapitre n 3: Les escaliers Capitre n 3: Les escaliers I. généralités : Collet Mur d'éciffre Palier intermédiaire Palier Cage d escaliers Ligne de foulée à Emmarcement 0.5 m du collet Contre-marce palier Palier L g Mur d'éciffre

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Historique G. Rivallain INTRODUCTION Après VIERZY en 1972 et les recommandations ministérielles de 1973 : vaste campagne de réhabilitations d OA chantiers lourds

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 P.Dantec (consultant expert) Ch.Peyral (DIRMC) PLAN Enjeux et risques

Plus en détail

La démarche de diagnostic

La démarche de diagnostic JOURNEE TECHNIQUE IMGC Gestion Patrimoniale des ouvrages de Génie Civil 25 SEPTEMBRE 2013 La démarche de diagnostic Marc BROUXEL (CONCRETE) et Lotfi HASNI (CEBTP) Définition - Objectifs - ensemble des

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section.

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section. POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE 3.1 Introduction - considérations générales. On définit la flèche f comme la déformation maximale d un élément de structure soumis à une flexion simple (Mf). La flèche

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM Nouvelle solution en grès cérame grande épaisseur pour l aménagement extérieur. Dalles en grès cérame fin coloré pleine masse de 2 cm d épaisseur, obtenues par atomisation

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1-

www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1- www.bacacier.com PCB Plancher collaborant Système de plancher mixte acier/béton V1/2013-1- SYSTEME D EMBOITEMENT SOMMAIRE PCB Plancher collaborant Recommandations sur chantiers 3 Règles de poses 5 Coffrage

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO Revue Construction Métallique Référence CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO par J. MATHIEU 1 Les symboles qui ne sont pas

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Cours pour experts cantonaux en protection incendie Module B Renzo Bianchi Bianchi Conseils S.à.r.l. Berthoud Table des matières

Plus en détail

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60 Cofraplus 6 es photos : Image de synthèse (a Tour) Sport City Tower, Doha (Qatar) Architecte : Concept Architect Hadi Simaan, Floride (USA) Structure : Arup, ondres (Royaume-Uni) Au milieu, à droite Parking

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS 1 CHAPITRE 2 LES PLANCHERS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 2 1.1. OBJET 2 1.2. TYPES DE PLANCHERS 2 2. DALLES PLEINES 3 2.1. DALLES PLEINES SUR APPUIS CONTINUS 3 2.2. DALLES PLEINES SUR APPUIS

Plus en détail

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010 Contexte général Suite à de récents développements dans une municipalité du Québec, une grande compagnie de vente au détail

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique.

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1 Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1. Introduction. Il existe des solutions mixtes acier-béton très diverses dans le domaine du bâtiment. A côté des classiques ossatures

Plus en détail

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT Pour s affranchir de la nature du sol : argileux, sujet aux gonflements, dilatations, retraits Consulter impérativement le PPRn (plan de Prévention des Risques naturels) en mairie. Pour pouvoir s adapter

Plus en détail

des giratoires en béton

des giratoires en béton Chapitre Réalisation des giratoires en béton.1 Les giratoires en béton à dalles courtes.1.1 Les joints et leur calepinage.2 Les giratoires à dalles courtes goujonnées.3 Les giratoires en béton armé continu.

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON SOMMAIRE Pages L'acoustique dans le bâtiment : amortissement des bruits d'impact dans les escaliers 3 Méthodes de mesure et de justification Gamme

Plus en détail

EGCO. Technologies pour l industrie du bâtiment. Acoustique du bâtiment

EGCO. Technologies pour l industrie du bâtiment. Acoustique du bâtiment EGCO Technologies pour l industrie du bâtiment Acoustique du bâtiment Acoustique du bâtiment Sommaire Page Produit Utilisation 6 Apérçu des produits 9 Découplage de paliers et arcades 10 Egcopal Introduction

Plus en détail

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ Accessoires Articles, à l'exception des barres d'armature; par exemple, les supports de barre. Adhérence Force de liaison entre l'acier d'armature et le béton. Armature en cisaillement

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes de dimensionnement : les Eurocodes «béton» Arnold BALLIERE 28 novembre 2013 CETE

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Traitement des chaussées et garnissage de joints DEVGC N 10 - Édition avril 2007 - Révision 02 Cahier des Charges de Pose Sommaire 1. Introduction 3 2. Présentation

Plus en détail

La réglementation thermique 2012

La réglementation thermique 2012 La réglementation r thermique 2012 LES SOLUTIONS SEAC 11 SOLUTIONS POUR LA MAISON INDIVIDUELLE 21 Vide sanitaire le hourdis polystyrène avec languette Pour répondre aux exigences de la RT 2012, nous avons

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

Compilation des données d études des quantités de béton et d acier

Compilation des données d études des quantités de béton et d acier ANNEXES Compilation des données d études des quantités de béton et d acier Afin de mieux visualiser les travaux à effectuer, j ai repris les métrés de l étude du chantier afin de les compiler et d obtenir

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE

ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE Ponts métalliques de petites et moyennes portées : les dernières innovations, résultats Préco+ Paris, 24 octobre 2012 ETAT DE L ART DES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES EN FRANCE Laurence Davaine Ingérop Expertises

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

Document Technique d Application BERLIMUR

Document Technique d Application BERLIMUR Document Technique d Application Référence Avis Technique 3/14-767 Annule et remplace l Avis Technique 3/10-657 Mur à coffrage intégré une face Incorporated shuttering wall one side Wand mit integrierter

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE Document établi par : CSTB 84, avenue Jean Jaurès Champs-sur-Marne F-77447 Marne-la-Vallée Cedex

Plus en détail

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois Le L E S E A C B O I S Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN OEUVRE LIMITES DE PORTEE 35 Le C H A P I T R E I : CARACTERISTIQUES

Plus en détail

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT Sommaire 1 PREAMBULE... 3 1.1 Les actions... 3 1.1.1 Normes de référence concernant les actions... 3 1.1.2 Charges permanentes... 3 1.1.3 Charges

Plus en détail

Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985. et autres composants structuraux

Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985. et autres composants structuraux Groupe spécialisé n 3 Structures, planchers et autres composants structuraux Annule et remplace l édition de 1984 parue dans la livraison 257 des Cahiers du CSTB de mars 1985, cahier 1985 Secrétariat de

Plus en détail

F Cd(g= 1.0) Largeurs 120 à 200 mm départ entrepôt, largeurs > 200 mm sur demande

F Cd(g= 1.0) Largeurs 120 à 200 mm départ entrepôt, largeurs > 200 mm sur demande page 8 00, appui de déformation et de glissement temporaire Déplacement Durée du gros œuvre +/- 0.0 mm, par glissement ensuite +/-.5 mm, par déformation Épaisseur 5. mm Livraison en bandes d un mètre reliées

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Produit Breveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Toiture-Terrasse Combles Sous-toiture Haut d étage Haut

Plus en détail

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 7 CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 1.1. LES AVANTAGES DU TREILLIS SOUDÉ 8 1.2. CARACTÉRISTIQUES DU TREILLIS SOUDÉ 9 1.2,1. NORMALISATION 9 1.2,2.

Plus en détail

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Poutrelle Angelina L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Poutrelle Angelina Une idée audacieuse adaptée à un produit industriel Plus

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

Technologie du bâtiment Gros œuvre

Technologie du bâtiment Gros œuvre C Le terrain est le support destiné à recevoir l ouvrage à construire, c est-à-dire, dans ce cours, le bâtiment à construire. Autant le bâtiment peut répondre à des volontés précises et à des exigences

Plus en détail

> Guide des planchers isolants. Maisons individuelles

> Guide des planchers isolants. Maisons individuelles > Guide des planchers isolants Maisons individuelles > IPSEO Mieux préserver l énergie ensemble Préserver l énergie est une impérieuse nécessité et la réglementation thermique nous impose de nouvelles

Plus en détail

Planchers COFRADAL 200, 230, 260 Version P.A.C ( Prêt Au Coulage du béton sur chantier )

Planchers COFRADAL 200, 230, 260 Version P.A.C ( Prêt Au Coulage du béton sur chantier ) ArcelorMittal Construction France Planchers COFRADAL 200, 230, 260 Version P.A.C ( Prêt Au Coulage du béton sur chantier ) Bureau d études techniques BP 7339 34 086 MONTPELLIER Tel. 04 67 525 176 / Fax.

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Annexes. DAELMAN Etienne Elève ingénieur de 5 ème année. Septembre 2011. Nouveaux locaux de l association de la prévention de la torture (Suisse)

Annexes. DAELMAN Etienne Elève ingénieur de 5 ème année. Septembre 2011. Nouveaux locaux de l association de la prévention de la torture (Suisse) DAELMAN Etienne Elève ingénieur de 5 ème année Septembre 2011 Annexes Centre équestre du Chambord Country Club (France) Nouveaux locaux de l association de la prévention de la torture (Suisse) Sommaire

Plus en détail

proforma terrassement

proforma terrassement proforma terrassement La qualité du terrassement est décisive, un terrassier professionnel doit vous garantir un strict respect des cotes et des niveaux. Nous vous conseillons vivement la mise en place

Plus en détail

Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton

Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton Solution constructive n o 54 Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton par Balvant Rajani Les trottoirs en béton se détériorent souvent prématurément. Cet article présente certaines

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

Pont de la Guillotière 3

Pont de la Guillotière 3 Pont de la Guillotière 3 la Guillotière Lyon 7e Dossier IA69005178 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de Lyon Chalabi Maryannick

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Génie Civil Septembre 2006 Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Tournier Guillaume, élève ingénieur 5 ème année Partie résidentielle Atrium & jardins intérieurs Espace

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

prolongée e et les nouveaux enrobés

prolongée e et les nouveaux enrobés Chaussée à durée e de vie prolongée e et les nouveaux enrobés Laboratoire des chaussées Transports Québec Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES Jean-Pierre MAGNAN - IFSTTAR Page 1 PRÉAMBULE La géotechnique a toujours été la partie cachée de la construction. Il n y a nulle trace des fondations dans les représentations de ponts, de maisons, de monuments

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

PRONOUVOPROTREPP APPUIS D ISOLATION ACOUSTIQUE POUR ESCALIERS TYPE F TYPE L TYPE Z

PRONOUVOPROTREPP APPUIS D ISOLATION ACOUSTIQUE POUR ESCALIERS TYPE F TYPE L TYPE Z APPUIS D ISOLATION ACOUSTIQUE POUR ESCALIERS PRONOUVOPROTREPP 1 PRONOUVOPROTREPP TYPE PRONOUVOPROTREPP TYPE L PRONOUVOPROTREPP TYPE Z 1 4 PRONOUVOPRODORN 4 Les bruits e pas ans les cages escalier sont

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à usage résidentiel et commercial

Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à usage résidentiel et commercial Phase avant-projet : Stratégie de sécurité-incendie pour bâtiments multi-étagés à Schématise les principaux impératifs pratiques pour la sécurité-incendie et les moyens d'évacuation. Introduit l'ingénierie

Plus en détail

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS Nice la Plaine 1 - Bt A3 RN 202 - Iscles des Arboras 06200 NICE Téléphone : 04 92 29 60 60 Télécopie : 04 93 83 83 36 Réf. client : NCA : /07 FT/FT MAIRIE DE NICE Direction des Bâtiments Communaux Service

Plus en détail

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS Chakib Kassem 1, Louis Crépeau 2 1 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec 2 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec

Plus en détail

Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16

Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16 Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16 Robert Tremblay École Polytechnique, Montréal, Canada SCGC - Québec Québec, 16 Avril 2009 Plan 1. Information générale 2. Exemple

Plus en détail

Structures Système L-600

Structures Système L-600 Structures Système L-600 Introduction LIC compte avec une vaste trajectoire dans l exécution de grandes structures en béton. La quantité et la diversité d ouvrages réalisés, confèrent à LIC une vaste connaissance

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Façades en béton apparent

Façades en béton apparent FICHE TECHNIQUE Façades en béton apparent 2 3 4 5 CONNAÎTRE > Le matériau > Mise en œuvre REGARDER > Fissures > Éclatement du béton > Corrosion des armatures ENTRETENIR > Réparation du béton > Nettoyage

Plus en détail