La démarche de diagnostic

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La démarche de diagnostic"

Transcription

1 JOURNEE TECHNIQUE IMGC Gestion Patrimoniale des ouvrages de Génie Civil 25 SEPTEMBRE 2013 La démarche de diagnostic Marc BROUXEL (CONCRETE) et Lotfi HASNI (CEBTP)

2 Définition - Objectifs - ensemble des investigations nécessaires pour définir l origine et l étendue des désordres constatés. - indispensable pour : - évaluer la gravité des désordres - permettre la prise de décision, - mettre au point d une solution de réparation durable. 2

3 La démarche de diagnostic SURVEILLANCE Prédiagnostic - Analyse approfondie des archives - Examen des rapports de surveillance Evaluation approfondie de la structure Evaluation de l état de conservation des matériaux # Inspections ciblées # Auscultation # Essais de laboratoire # Instrumentation # Calcul DIAGNOSTIC Analyse du fonctionnement de la structure Evaluation de la capacité portante réelle DECISION DU TYPE D INTERVENTION Diagnosticpronostic 3

4 La démarche de diagnostic Diagnostic : - le pré-diagnostic : visite de l ouvrage, analyse des archives et des résultats des rapports de surveillance - la mise au point du programme d évaluation approfondie : - Inspections ciblées, - Auscultation, - Prélèvements et analyse des matériaux en laboratoire - Instrumentation, - Calcul. opération complexe, peu ou pas encadrée par des normes (existence de guides ou des méthodologies très spécialisées et nécessitant un matériel spécifique). existence de nombreux outils et techniques disponibles sur le marché. 4

5 La démarche de diagnostic Les opérations de diagnostic comprennent : les interventions sur site 5 - Relevé de désordres : Typologie de fissuration (préjudiciable ou non, pathologique et/ou pathogène, structurelle ou non...) - Sondages de reconnaissance - Prélèvements d échantillons : carottage, poudres, fragments de coulis, armatures, - Mesures semi-destructives : - essai à l arbalète - mesures de potentiel de corrosion des armatures - mesures de vitesse de corrosion des armatures - Mesures non-destructives : - estimation de la résistance du béton, cohésion, homogénéité (auscultation sonique) - mesure de la cohésion de surface ou de l adhérence d un revêtement (SATEC) - enrobage des armatures (Pachomètre, géo-radar) - recherche de vides ou de câbles de précontrainte (géo-radar) - mesures de résistivité du béton - gammagraphie

6 La démarche de diagnostic Partie 1 : Partie 2 : Partie 3 : Analyse du fonctionnement de la structure Auscultations non destructives Analyses de laboratoire 6

7 Analyse du fonctionnement de la structure Typologie de fissuration : Fissuration de fonctionnement mécanique 7

8 Analyse du fonctionnement de la structure Typologie de fissuration : Fissurations de déformations imposées et gênées Exemple ci après : fissuration suite à retrait thermique générant une fissuration de la partie la plus mince 8

9 Analyse du fonctionnement de la structure Typologie de fissuration : Exemple de fissuration de retrait gêné : Pièce mince (dalle ou mur ) encastrée rigidement dans une structure massive. Le retrait gêné entraîne la fissuration de la pièce mince. 9

10 Analyse du fonctionnement de la structure Typologie de fissuration : Fissuration liée au tassement dans les fondations Exemple ci après : mouvement d eau, déformations et arrangement alors que le béton est encore plastique : Ces déformations sont gênées par le maillage du ferraillage : Conséquence : fissuration le long du tracé des armatures 10

11 Analyse du fonctionnement de la structure Illustration de fissures structurelles Fissure de flexion sur poutre principale d un ouvrage Fissures d effort tranchant (au niveau d un appui) 11

12 Analyse du fonctionnement de la structure Fissuration : origines diverses - Qualité du matériau : - Ressuage - Retraits (plastique, endogène, dessiccation, thermique) - Mise en œuvre : - Ajout d eau, - Météo, - Liaisons entre éléments (reprise de bétonnage, clavetages, liaisons entre béton armé et maçonneries), - Mise en place des armatures, - Réseaux, vibrations, cadence de production (décoffrage). 12

13 Analyse du fonctionnement de la structure - Fonctionnement structurel mécanique - Tassement d appui ou tassement différentiel - Changement de destination pendant ou après réalisation - Modélisation choisie non représentative du fonctionnement réel - Fonctionnement structurel thermique - Isolation extérieure ou intérieure - Joints de dilatation 13

14 En service En construction Analyse du fonctionnement de la structure QUELQUES CAUSES PRINCIPALES DE FISSURATION CAUSES APPARITION CONFIGURATION REMARQUES Tassement plastique Quelques heures après le bétonnage Fissures suivant le dessin du ferraillage et aux changements de formes W max peut être élevée (mesures à prévoir au bétonnage) Retrait plastique Faïençage ou longues fissures W 2 à 4 mm assez courant Chaleur de prise Quelques jour après le bétonnage Aux joints de construction ou en fonction des gênes aux déformations thermiques Mesures à prendre en exécution (réduire les dimensions, armature suffisante ) Effets différés (retrait gêné ) Quelques mois après la construction Semblable à des fissures de traction et de flexion Ouverture restant faible avec l'armature normale Corrosion Réaction chimique interne: DEF ou AR Gel - dégel Après plusieurs années de service Après les périodes froides Fissuration le long des aciers avec éclatement de l'enrobage et coulures de rouille Fissuration d'éclatement ou désagrégation du béton. Fissuration multidirectionnelle avec des mailles de quelques cm Ouverture fine puis croissante jusqu'à chute du béton (enrobage adéquat) Ouverture importante et chute de béton (contrôle de matériaux constitutifs) Actions mécaniques d'utilisation En fonction de l'utilisation Cf. fissures mécaniques Actions thermiques En fonction du climat Fissures de traction Généralement fine à moins de déficience structurale (armature insuffisante, résistance faible du béton ) et surcharges accidentelles 14

15 Auscultations non destructives Mesures semi-destructives : Potentiel de corrosion Principe : Existence d une différence de potentiel à l interface acier-béton, perturbée par un processus de corrosion. Par définition, une zone anodique (dissolution du métal) se caractérise par un potentiel plus faible qu une zone cathodique (métal protégé) Objectifs : - Détecter la corrosion - Evaluer son étendue 15

16 Auscultations non destructives Points de mesure Béton Millivoltmètre Réseau d armature Pince de masse Electrode de référence 16

17 Auscultations non destructives Mesures non-destructives : Auscultation sonique - Principe : - Analyse de la propagation d une onde longitudinale dans le matériau - Objectifs : - Déterminer la qualité physique d un matériau et la présence d hétérogénéités (vides, fissures, nids de cailloux), - Déterminer la profondeur d une fissure dans le béton, - Déterminer la présence et l épaisseur d un bicouche dans le béton, - Déterminer une classe de béton, en corrélation avec des écrasements d éprouvettes béton 17

18 Auscultations non destructives Mesures non-destructives : Cohésion superficielle ou adhérence 18

19 Auscultations non destructives Mesures non-destructives : Enrobage (Pachomètre) (nécessité d étalonnage pour vérification du diamètre des armatures) 19

20 Auscultations non destructives Mesures non-destructives : GEO RADAR - Permet d observer les hétérogénéités dans les matériaux, évaluer la compacité, rechercher des renforts, rechercher des vides - Profondeur d investigation: 40 cm sur béton armé, 80cm sur pierre - Etalonnage nécessaire 20

21 Les analyses de laboratoire Les opérations de diagnostic comprennent : les analyses laboratoire - Caractéristiques mécaniques du béton (compression, traction, module) - Caractéristiques mécaniques des aciers (traction, soudabilité, ) - Caractéristiques physiques du béton (porosité, densité, perméabilité) - Caractéristiques chimiques du béton (nature du ciment et des additions éventuelles, poids de ciment et ou de liant, taux d hydratation, rapport E/C ou E/L, réserve alcaline) - Indicateurs de durabilité (perméabilité aux gaz, coefficient de diffusion des chlorures, ) - Recherches de polluants (carbonatation, chlorures, sulfates, ) et ou de profondeur de décalcification par des fluides acides (vis-à-vis du béton) - Recherches de pathologie (alcali-réaction, attaque sulfatique externe, réaction sulfatique interne, gel-dégel, ) - Recherche de déficit d hydratation en peau et fissuration de retrait 21

22 Les analyses de laboratoire Problématique de l échantillonnage - Nature des échantillons en fonction des essais à réaliser (carotte, sucre, poudre, ) - Dimension des échantillons - Problématique de la représentativité de l échantillonnage - Fiabilité de l échantillonnage (on ne va prélever que du béton cohésif) 22

23 Les analyses de laboratoire Il existe des procédures pour la préparation et la réalisation des analyses - Guides LCPC - Procédures AFREM AFGC - GranDuBé Mais, il reste toujours des questions en suspend : - analyses des éléments solubles ou totaux? - recherche de pathologies en peau ou à cœur? - dosage des bétons constitués de ciments composés (fillers, cendres volantes, fumées de silice)? 23

24 Les analyses de laboratoire Recherche de polluants : exemple des chlorures - dosage des éléments solubles ou totaux? - analyse multi-élémentaires par chromatographie ionique - électrode spécifique chlorures Système chromatographique ICS-1000 Colonnes de séparation 4,00 ST nazaire #4 C1 S9 40 mm ECD_1 µs 2 - Chlorure - 4,927 3,00 2, Sulfate - 12,713 1, Fluorure - 3,270 0,00 ph-iomètre et électrode spécifique chlorures -1,00 24 min -2,00 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0 16,0

25 Les analyses de laboratoire Recherche de pathologie : examen au microscope électronique à balayage - utilisation d un matériel spécifique - personnel formé à la reconnaissance des minéraux constitutifs de la pâte de ciment 25

26 Etablissement du diagnostic - pronostic En l absence de norme sur ce sujet, se posent deux questions : Quelle doit être l importance du diagnostic dans la Gestion d un Patrimoine? Comment définir un programme d investigation adapté? Il faut éviter : Les diagnostics minimalistes : diagnostic d un ouvrage appliqué à tout un parc d ouvrages. Des investigations inutiles et des mesures non adaptées ou ne concernant que des ouvrages sains. 26

27 Etablissement du diagnostic - pronostic En théorie, un programme d investigations va dépendre : de l intérêt stratégique et économique de l ouvrage, de la fiabilité souhaitée en regard de ces enjeux, des contraintes de sécurité et d accès, des contraintes d exploitation. Mais en pratique, il faut définir : un nombre d échantillons, des zones d investigations, des outils de diagnostics, des essais et analyses de laboratoire, 27

28 Formation d un comité de pilotage et de 5 groupes de travail, conjointement avec le CEFRACOR, pour travailler sur les phénomènes de corrosion des armatures : pilotage du diagnostic et interprétation des données, investigations de terrain, prélèvements, analyses et essais de laboratoire, reconnaissance des structures et calcul, estimation de la durée de vie. => Rédaction d un Guide de Méthodologie de diagnostic des structures courantes de Génie Civil et de Bâtiment en béton armé et précontraint, dégradées par la corrosion. 28

29 Toutes les méthodes, techniques ou pratiques existent, l objectif étant de profiter du retour d expérience, de tenir compte des échecs (méthodes inadaptées, prélèvements excessifs, ) : les méthodes qui font consensus, les matériels adaptés, insister sur le caractère opérationnel. L objectif de ce guide : sensibiliser les maîtres d ouvrage sur la démarche progressive d un diagnostic, rappeler la nécessité de faire appel à des prestataires qualifiés et expérimentés, prendre en compte les aspects liés à la sécurité et aux moyens d intervention, insister sur le besoin d adapter le programme d investigations en fonction des résultats obtenus. 29

30 Etablissement du diagnostic - pronostic Le Maitre d ouvrage va pouvoir avec ce guide : établir un cahier des charges de diagnostic, consulter et retenir un bureau d études, un laboratoire ou un groupement de bureaux d études. L objectif n est pas de remplacer l expérience du spécialiste mais de lui donner des outils pour mieux comprendre les méthodes d investigation et de profiter de retours d expérience pour : éviter les méthodes inadaptées, ne pas avoir de prélèvements excessifs, ne pas arriver à des conclusions inutiles ou erronées. 30

Construire des Ouvrages d'art en Béton

Construire des Ouvrages d'art en Béton Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles a à posteriori postériori B. Clément (DLA) 19-20 janvier 2011 SOMMAIRE Pourquoi des essais Les types d'essais Les essais Conclusion 2 POURQUOI DES ESSAIS

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T :

D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T : D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T : A P P L I C A T I O N S D U R A D A R E T D I A G N O S T I C S S T R U C T U R E Société d accueil : QUALICONSULT SERVICES

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Façades en béton apparent

Façades en béton apparent FICHE TECHNIQUE Façades en béton apparent 2 3 4 5 CONNAÎTRE > Le matériau > Mise en œuvre REGARDER > Fissures > Éclatement du béton > Corrosion des armatures ENTRETENIR > Réparation du béton > Nettoyage

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

1 Technologie LIMITER LA FISSURATION: CONDITION INDISPENSABLE A LA DURABILITÉ DES BÉTONS

1 Technologie LIMITER LA FISSURATION: CONDITION INDISPENSABLE A LA DURABILITÉ DES BÉTONS LIMITER LA FISSURATION : CONDITION INDISPENSABLE à LA DURABILITÉ DES BÉTONS TECHNOLOGIE NOVEMBRE 2010 BBSfB Ef2 (F47) Hydratation et mécanismes de retrait Ressuage Retrait plastique Retrait endogène Retrait

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

LES RÉPARATIONS DU BÉTON

LES RÉPARATIONS DU BÉTON Durabilité et réparations du béton GCI-714 CHAPITRE 3 LES RÉPARATIONS DU BÉTON 3.1 ÉVALUATION ET DIAGNOSTIQUE DES STRUCTURES DE BÉTON 3.1.1 Introduction L'identification des causes des dégradations est

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1. Béton Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1.1 Définition Le béton imprimé est principalement caractérisé par un traitement de surface spécifique qui est une

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Documents scientifiques et techniques. Réhabilitation du béton armé dégradé par la corrosion

Documents scientifiques et techniques. Réhabilitation du béton armé dégradé par la corrosion Groupe de travail AFGC "Réhabilitation du béton armé dégradé par la corrosion" Documents scientifiques et techniques Réhabilitation du béton armé dégradé par la corrosion Novembre 2003 AFGC Réhabilitation

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

PATHOLOGIES. I) Généralités : Les Pathologies :

PATHOLOGIES. I) Généralités : Les Pathologies : PATHOLOGIES I) Généralités : Le classement des causes principales de désordres pour les ouvrages en béton armé correspond au classement type basé sur la division des responsabilités entre les concepteurs

Plus en détail

LES DIFFERENTS PLANCHERS

LES DIFFERENTS PLANCHERS LES DIFFERENTS PLANCHERS 1. FONCTIONS: 1.1. Stabilité mécanique : Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur les lesquels ils reposent (poutres,

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 GEMH Groupe d Etude des Matériaux Hétérogènes Equipe Génie Civil et Durabilité RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 en collaboration avec le Conseil Général de la Corrèze Convention entre la Plateforme

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

GUIDE. Pathologies des bâtiments. La pathologie des façades Diagnostic, réparations et prévention

GUIDE. Pathologies des bâtiments. La pathologie des façades Diagnostic, réparations et prévention GUIDE Pathologies des bâtiments La pathologie des façades Diagnostic, réparations et prévention > La fissuration des façades > Les désordres affectant le gros œuvre > Les désordres affectant les revêtements

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Historique G. Rivallain INTRODUCTION Après VIERZY en 1972 et les recommandations ministérielles de 1973 : vaste campagne de réhabilitations d OA chantiers lourds

Plus en détail

Guide pratique de la rénovation de façades

Guide pratique de la rénovation de façades Guide pratique de la rénovation de façades Pierre, béton, brique Alexandre CAUSSARIEU Thomas GAUMART Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11624-1 Diagnostic des pathologies 1.1 DIFFÉRENTES PATHOLOGIES Les

Plus en détail

centre d Etudes techniques maritimes et fluviales Pathologies des ouvrages portuaires : méthodes d investigation

centre d Etudes techniques maritimes et fluviales Pathologies des ouvrages portuaires : méthodes d investigation centre d Etudes techniques maritimes et fluviales Pathologies des ouvrages portuaires : méthodes d investigation Notice n P 08-02 Septembre 2008 AVANT-PROPOS Ce guide, élaboré principalement par l équipe

Plus en détail

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT Pour s affranchir de la nature du sol : argileux, sujet aux gonflements, dilatations, retraits Consulter impérativement le PPRn (plan de Prévention des Risques naturels) en mairie. Pour pouvoir s adapter

Plus en détail

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et étanchéité LE RÔLE DE L ENVELOPPE VERTICALE DU BÂTIMENT EST DE FOURNIR UNE ENCEINTE PROTECTRICE DURABLE ET PERFORMANTE CONTRE LES INTEMPÉRIES ET D ASSURER LE CONFORT DES OCCU PANTS EN MINIMISANT OU EN

Plus en détail

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier

Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Résistance au feu de construction et systèmes porteurs en béton et en acier Cours pour experts cantonaux en protection incendie Module B Renzo Bianchi Bianchi Conseils S.à.r.l. Berthoud Table des matières

Plus en détail

Diagnostic des structures en béton exposées au feu

Diagnostic des structures en béton exposées au feu Diagnostic des structures en béton exposées au feu Dr. ir.-arch. Emmanuel Annerel Prof. dr. ir. Geert De Schutter Prof. dr. ir. Luc Taerwe Laboratoire Magnel de Recherche sur Béton Département d Ingénierie

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité Commission chargée de formuler des Avis Techniques --------------------------------------------------------------- Groupe Spécialisé n 12 Revêtements de sol et produits connexes Procédés barrières adhérents

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE RAPPORT D AUDIT SOLIDITE Parking Centre commercial Carrefour Nice Lingostière Réalisé par : Pour le compte de : Date Indice 20/03/2012 A SARL 1GBTP 1796 Rte de Gattières 06510 Carros Tel : 06.62.41.42.62

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Projet de Loi 122 Un résumé de la situation

Projet de Loi 122 Un résumé de la situation Projet de Loi 122 Un résumé de la situation L INSPECTION DES FAÇADES ET DES STATIONNEMENTS COMMENT PROCEDER ET QUEL SERA LE COÛT? PLAN DE LA PRÉSENTATION Plan de la présentation Rappel des exigences de

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton L2-1/3 Relation entre corrosion et fissuration du béton Acronyme : APPLET Titre complet : Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive Performantielle et probabiliste Dates de début et de fin du projet

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS

AUDIT DES PLANCHERS EXISTANTS Nice la Plaine 1 - Bt A3 RN 202 - Iscles des Arboras 06200 NICE Téléphone : 04 92 29 60 60 Télécopie : 04 93 83 83 36 Réf. client : NCA : /07 FT/FT MAIRIE DE NICE Direction des Bâtiments Communaux Service

Plus en détail

prolongée e et les nouveaux enrobés

prolongée e et les nouveaux enrobés Chaussée à durée e de vie prolongée e et les nouveaux enrobés Laboratoire des chaussées Transports Québec Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies

Plus en détail

Système de passage de murs

Système de passage de murs MANUEL TECHNIQUE Système de passage de murs POLO-RDS evolution SOMMAIRE Généralités 1.1 Système de passage de murs... 5 1.2 Domaine d utilisation... 6 1.3 Matériau polypropylène... 6 Performance du produit

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

STATIONNEMENT DES VEHICULES

STATIONNEMENT DES VEHICULES SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU CIMETIERE DES JONCHEROLLES STATIONNEMENT DES VEHICULES Plan de situation 1 IDENTIFICATION Identité Adresse 95 rue Marcel Sembat 93430 VILLETANEUSE Dénomination Stationnement des

Plus en détail

bcdefghijklmnopq tuvwxyzabcdefgh lmnopqrstuvwxyz

bcdefghijklmnopq tuvwxyzabcdefgh lmnopqrstuvwxyz Lexique bcdefghijklmnopq tuvwxyzabcdefgh lmnopqrstuvwxyz A Accélérateur Adjuvant, soluble dans l eau, qui augmente la vitesse d hydratation du ciment. On distingue : les accélérateurs de prise, les accélérateurs

Plus en détail

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing.

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing. ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010 Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné Par Pierre-Louis Maillard, ing. Chaussées de béton Expertise accrue depuis plus de 15 ans des intervenants:

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 7 CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 1.1. LES AVANTAGES DU TREILLIS SOUDÉ 8 1.2. CARACTÉRISTIQUES DU TREILLIS SOUDÉ 9 1.2,1. NORMALISATION 9 1.2,2.

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

Point n 3 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,

Point n 3 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux, Point n 3 de l ordre du jour Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit de Fr. 111'456.- pour la réfection des pieux du débarcadère d Auvernier Monsieur le président,

Plus en détail

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté X X X X Variante1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Radier 3.1 F JM/Mastix SA 2013 Les opérations A B étanchéité contre

Plus en détail

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Yvan Paquin, ing. Marc Proteau, ing. Construction DJL inc. Au nom de Bitume Québec 30 mars

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

1/10 PROTECTION ET REPARATION DES OUVRAGES EN BETON.

1/10 PROTECTION ET REPARATION DES OUVRAGES EN BETON. 1/10 PROTECTION ET REPARATION DES OUVRAGES EN BETON. MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX DE REPARATION PREPARATION DU SUPPORT La qualité finale et la pérennité des travaux de réparation sont conditionnées par

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Technologie du bâtiment Gros œuvre

Technologie du bâtiment Gros œuvre C Le terrain est le support destiné à recevoir l ouvrage à construire, c est-à-dire, dans ce cours, le bâtiment à construire. Autant le bâtiment peut répondre à des volontés précises et à des exigences

Plus en détail

Documentation RÉPARATION

Documentation RÉPARATION MORTIERS SPÉCIAUX Documentation RÉPARATION Pour en savoir plus sur nos produits Consultez gratuitement 24h/24 les fiches de données de sécurité de nos produits sur internet : www.parexlanko.com Assistance

Plus en détail

Chapitre n 3: Les escaliers

Chapitre n 3: Les escaliers Capitre n 3: Les escaliers I. généralités : Collet Mur d'éciffre Palier intermédiaire Palier Cage d escaliers Ligne de foulée à Emmarcement 0.5 m du collet Contre-marce palier Palier L g Mur d'éciffre

Plus en détail

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004

PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 PRESCRIPTION DES BETONS SELON LES NORMES NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004 Avec exemples de spécifications de bétons et cahier des charges-type DOSSIER CIMENT 34 avril 2005 béton norme q4 (Ajp) BBSfB

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée A.F.I.A.P. Association française des ingénieurs en appareils à pression Cahier technique professionnel Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée Edition février 2005 Pour tout

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Expertise des Structures immergées

Expertise des Structures immergées Expertise des Structures immergées Structures impliquées Quais Barrages et turbines Ponts Batardeaux Prises d eau et émissaires Navires Matériaux impliqués Bois Acier Béton Pierres de maçonnerie Objectifs

Plus en détail

Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content

Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content 1 Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content Adresse Téléphone RAPPORT Inspection 742, Rue l heureux 418-777-7777 Québec, Qc XXX XXX dddthhtthermographiqu Thermographe Caméra Distance

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien Maisons paysannes de France 9 février 2013 Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien 1. Le CAUE, c est quoi? Le C.A.U.E. (Conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement) est : une association

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

Rapport n 2014/10/3376

Rapport n 2014/10/3376 Cabinet Pierrick BIZIEN S.A.R.L Expertises et diagnostics immobiliers Tél : 02 99 19 01 59 Port. : 06 30 70 05 71 Fax : 02 99 82 25 31 e-mail : cabinet.pierrickbizien@orange.fr Constat de l'état parasitaire

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

Utilisation des tabelles de dimensionnement

Utilisation des tabelles de dimensionnement ponctuelle Tabelle A - Sans tuyaux de chauffage sol Tabelle B - Avec tuyaux de chauffage sol répartie Tabelle C - Résistance à la compression de l'isolation thermique par m 2 Utilisation des tabelles de

Plus en détail

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Les travaux de canalisation avec tranchées ouvertes Des travaux longs, nécessitant du matériel

Plus en détail

Projet Pieux Bois. Guide d inspection des fondations en bois des ouvrages. BatiPlus CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES

Projet Pieux Bois. Guide d inspection des fondations en bois des ouvrages. BatiPlus CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES Scierie BatiPlus Contrôle et Vérifications Techniques CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES Projet Pieux Bois Guide d inspection des fondations en bois des ouvrages Septembre 2013 Guide d inspection des fondations

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Journées régionales d information des formateurs. Les problèmes liés aux pathologies. Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1

Journées régionales d information des formateurs. Les problèmes liés aux pathologies. Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1 Journées régionales d information des formateurs Les problèmes liés aux pathologies Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1 AQC : JRIF 2010 - La Réunion 2 AQC : JRIF 2010 - La Réunion

Plus en détail

Couvertures métalliques

Couvertures métalliques FICHE TECHNIQUE Couvertures métalliques 2 4 5 CONNAÎTRE > Les métaux utilisés > Compatibilité des matériaux > Mise en œuvre > Supports > Ventilation REGARDER > L état de la couverture > L état des supports

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse. Benoît MASSON. - Journées Aster 2008-

Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse. Benoît MASSON. - Journées Aster 2008- Les fuites à travers une paroi d enceinte Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse Benoît MASSON - Journées Aster 2008- Les fuites à travers

Plus en détail