Université de Nantes ECOLE DOCTORALE. Année 2008 N B.U. : Thèse de Doctorat. Spécialité : Génie Civil. Présentée et soutenue publiquement par :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université de Nantes ECOLE DOCTORALE. Année 2008 N B.U. : Thèse de Doctorat. Spécialité : Génie Civil. Présentée et soutenue publiquement par :"

Transcription

1 Université de Nantes ECOLE DOCTORALE SCIENCES POUR L INGENIEUR, GEOLOGIE ET ARCHITECTURE Année 2008 N B.U. : Thèse de Doctorat Spécialité : Génie Civil Présentée et soutenue publiquement par : ARNAUD PERTUÉ Le 1 er Décembre 2008 à l IUT de Saint Nazaire TITRE ETUDE EXPERIMENTALE DU RETRAIT ENDOGENE, DU FLUAGE PROPRE ET DE LA FISSURATION DES MATRICES CIMENTAIRES AUX JEUNE ET TRES JEUNE AGES JURY Président: M. Jean Pierre Ollivier Professeur émérité, INSA Toulouse Rapporteurs : M. Sofiane Amziane Professeur, Université de Clermont-Ferrand M. Christophe Lanos Professeur, IUT de Rennes Examinateurs : M. Zoubeir Lafhaj Professeur, Ecole Centrale de Lille M. Abdelhafid Khelidj Professeur, Université de Nantes M. Pierre Mounanga Maître de Conférences, Université de Nantes Invité : M. Philippe Gegout Directeur du Pôle Ingénierie Matériaux, Bouygues TP Directeur de thèse : Abdelhafid Khelidj Co-encadrant : Pierre Mounanga Laboratoire : Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique, GeM UMR CNRS 6183, Saint Nazaire N ED

2

3 Remerciements REMERCIEMENTS Ce travail a été réalisé à l Institut de Recherche en Génie-Civil et Mécanique (GeM, UMR CNRS 6183). Je tiens à remercier tout particulièrement : Professeur Abdelhafid KHELIDJ pour avoir dirigé ce travail de thèse et de m avoir donné l occasion de réaliser cette thèse dans de bonnes conditions ; Pierre MOUNANGA pour son encadrement, pour avoir partagé ses connaissances sur le sujet et également pour son soutien ; Professeur Jean Pierre OLLIVIER, pour avoir présidé mon jury. Professeur Christophe LANOS et Professeur Sofiane AMZIANE, d avoir accepté de rapporter ce mémoire de thèse. Professeur Zoubeir LAFADJ et M. Philippe GEGOUT d avoir accepté de faire partie de mon jury. Je remercie également toute l équipe «Interactions Eau-Géomatériaux» et le laboratoire GeM plus particulièrement : - Pierre THOMAS pour ses encouragements, - Maryse, Yveline et Mirianne pour le traitement des taches administratives, - Denis pour la réalisation et son assistance sur les dispositifs expérimentaux, - Michèle pour son aide à la préparation de cette soutenance, pour son soutien et sa bonne humeur durant cette dernière année de thèse, - René pour son assistance informatique, - Mes collègues doctorants : Quoc-Duy, Amor, Pierre Louis, Yacine, Vanessa, - Marta, pour ses conseils et son soutien précieux durant cette dernière année de thèse et également sa bonne humeur. Je tiens à remercier tout le personnel de l IUT ainsi que le département Génie Civil avec Bernard Haurat, chef de département, et Didier Hennetier pour m avoir intégré dans l équipe enseignante durant le monitorat et en tant qu ATER. Je remercie également tout les enseignants, en activité ou non, pour leurs encouragements et leur soutien. Je tiens également à remercier tous les étudiants qui m ont eu en tant qu enseignant. Je voudrais également remercier pour finir mes amis, ma famille, mes parents et ma petite sœur pour leurs soutiens et leurs encouragements. -i-

4

5 Résumé RESUME La fissuration précoce des ouvrages en béton résulte en grande partie des variations dimensionnelles du matériau liées à son évolution thermique, hydrique, chimique et microstructurale au jeune âge. L empêchement partiel ou total de ces déformations peut générer un champ de contraintes de traction suffisamment élevées pour provoquer la fissuration de la matrice cimentaire en cours de durcissement. Les mécanismes moteurs à l origine de ces déformations séchage, exothermie des réactions d hydratation, contraction Le Chatelier et autodessiccation sont aujourd hui bien identifiés et divers modèles sont proposés pour simuler l effet de chacun de ces mécanismes sur l évolution dimensionnelle du matériau. Cependant, de nombreuses questions demeurent sur les interactions entre ces différents types de déformations : en effet, en conditions réelles d exploitation de l ouvrage, ces déformations se développent simultanément et peuvent avoir des effets cumulatifs ou opposés sur l évolution dimensionnelle des matrices cimentaires. Un travail expérimental s avère alors nécessaire afin de mieux comprendre et quantifier la contribution de chaque phénomène et de chaque paramètre dans le risque de fissuration précoce. Au cours de nos travaux de thèse, nous avons étudié les variations dimensionnelles endogènes de la phase réactive du béton, i.e. la pâte de ciment. La première partie de ce travail de thèse a consisté à développer des dispositifs de mesure des déformations en conditions empêchées et sous chargement, adaptés au comportement durcissant et exothermique des matériaux cimentaires aux jeune et très jeune âges. Le premier dispositif mis au point est inspiré de l essai à l anneau de fissuration et a permis la mesure de l âge de fissuration des pâtes de ciment soumises à différents niveaux de contraintes. Un second prototype expérimental, inspiré du dispositif mis au point par Kovler, a été développé afin de mesurer le fluage des pâtes de ciment chargées en traction. Chacun de ces dispositifs a été muni d un système de régulation permettant de contrôler et d imposer différents historiques thermiques aux matériaux étudiés. La deuxième partie de ce travail a été consacrée à l analyse croisée des résultats d une étude expérimentale multi-variable. Cette étude a permis de mesurer l effet de différents paramètres de composition et de conservation sur le risque de fissuration précoce des pâtes de ciment. Elle a été complétée par des essais de prise Vicat, de retrait libre, de résistance à la compression et à la traction et de module d Young. Les résultats ont démontré la -iii-

6 Résumé thermoactivation du processus de fissuration au jeune âge des matrices cimentaires et la plus grande sensibilité du ciment aux laitiers à ce risque de fissuration. La troisième partie est dédiée à une étude de la thermoactivation des processus étudiés (prise, durcissement, retrait, fluage et fissuration) afin d évaluer la pertinence du concept traditionnel de maturité pour la prévision de la cinétique de ces phénomènes et de l âge de la fissuration précoce des matrices cimentaires. Mots-clés : Retrait empêché, fluage en traction, fissuration endogène, hydratation, pâte de ciment, température, jeune âge, énergie d activation, maturité, expérimental. -iv-

7 Abstract ABSTRACT The premature cracking of Civil Engineering concrete structures results from dimensional variations of cement-based materials due to thermal, hydrous, chemical and micro-structural evolutions at early age. The total or partial restrained shrinkage causes the development of tensile stress in the material. As soon as they become higher than the material tensile strength, the cracking appears in the cement-based material. Nowadays, the shrinkage mechanisms drying, exothermy of hydration reactions, Le Chatelier s contraction and selfdesiccation are identified and some models are proposed to predict the effect of each mechanism on the dimensional evolution of the material. However, numerous questions are asked about the interactions between these different types of strains. Indeed, in the real condition, these strains develop simultaneously and can have a cumulative or opposite effect on the dimensional evolution of cement-based materials. Experimental work is necessary to understand and to quantify the contribution of each phenomenon and each parameter to the risk of premature cracking. During this thesis, we have studied the autogenous dimensional variations of the cement-based materials. The first part of this research work has consisted in developing devices for the measurement of strain in the restrained conditions and under loading, especially adapted to the hardening and exothermic behavior of cement-based materials at early and very early age. The first device realised is inspired by the cracking ring test and permits the measure of cracking age of cement pastes submitted to different stress levels. A second experimental prototype, inspired by Kovler s device, was developed to measure the tensile creep of cement pastes. Each device was equipped with regulation system allowing to control and to impose different thermal histories on the studied materials. The second part of this work is devoted to the analysis of the results of a multivariable experimental study. This one allowed measuring the effect of the different composition and conservation parameters on the risk of premature cracking of cement pastes. This study is completed by the setting test, the free shrinkage, the compressive and tensile tests and the Young modulus measurement. These results have demonstrated the thermoactivation of the cracking process at early age of cement-based materials and the sensibility of slag cement to this cracking risk. -v-

8 Abstract The third part concerns the study of the thermoactivation of the studied processes (setting, hardening, creep and cracking) in order to evaluate the validity of traditional maturity concept to predict the kinetic of these phenomenons and the cracking age of cement paste. Keywords: Restrained shrinkage, tensile creep, autogenous cracking, hydration, cement paste, temperature, early age, activation energy, maturity, experimental. -vi-

9 Sommaire SOMMAIRE LISTE DES FIGURES... iv LISTE DES TABLEAUX... ix INTRODUCTION GENERALE...1 PARTIE 1 : ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE CHAPITRE 1: LES DEFORMATIONS ENDOGENES DES PÂTES DE CIMENT AU JEUNE AGE : RETRAIT ENDOGENE ET FLUAGE PROPRE L HYDRATATION ET L EVOLUTION DE LA MICROSTRUCTURE CIMENTAIRE L évolution de l hydratation L évolution de la structuration LE RETRAIT ENDOGENE Les notions de volumes apparent et absolu Le retrait endogène en condition libre Mécanisme lié à la variation de la dépression capillaire Mécanisme lié à la variation de la tension superficielle Mécanisme lié à la variation de la pression de disjonction Le retrait endogène empêché Les facteurs influençant l évolution du retrait endogène LES DEFORMATIONS ENDOGENES SOUS CHARGEMENT : LE FLUAGE PROPRE EN TRACTION Définition et mécanismes Définition Les mécanismes Les facteurs influençant l évolution du fluage propre LE CONCEPT DE MATURITE Définition et mécanismes Analyse théorique du concept de maturité Application du principe de maturité Retrait endogène Fluage propre Valeurs d énergie d activation apparente pour des pâtes de ciment CONCLUSIONS...35 CHAPITRE 2: LES METHODES DE MESURE DES DEFORMATIONS ENDOGENES EN CONDITIONS EMPECHEES ET SOUS CHARGEMENT AU JEUNE AGE LES METHODES EXPERIMENTALES POUR LE RETRAIT EMPECHE Les essais linéiques Les essais sur plaques et sur dalles Les essais à l anneau Méthodes normalisées Travaux réalisés Exploitation quantitative des résultats d essai à l anneau Analyse des méthodes expérimentales de retrait empêché LES METHODES EXPERIMENTALES POUR LE FLUAGE EN TRACTION Les essais de fluage en traction directe Les tests de fluage en traction par retrait empêché Analyse des méthodes expérimentales de fluage propre vii-

10 Sommaire PARTIE 2 : PROGRAMME EXPERIMENTAL ET METHODES D'ESSAIS CHAPITRE 3: PLAN EXPERIMENTAL CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES DES CIMENTS UTILISES PREPARATION DES PATES DE CIMENT ET REALISATION DES EPROUVETTES CONDITIONS DE CONSERVATION DES EPROUVETTES 4X4X16 CM FACTEURS EXPERIMENTAUX CONSIDERES...68 CHAPITRE 4: LES DISPOSITIFS DE MESURE DISPOSITIF DE MESURE DU RETRAIT EMPECHE Caractéristiques du dispositif expérimental Protocole expérimental Validation du dispositif Précision des mesures Vérification des conditions endogènes Régulation de la température Influence des conditions aux limites de l échantillon Répétabilité des essais MESURE DES DEFORMATIONS DE FLUAGE EN TRACTION Caractéristiques du dispositif expérimental Protocole expérimental Validation du dispositif Régulation de la température Répétabilité des mesures DETERMINATION DU TEMPS DE PRISE VICAT MESURE DES PROPRIETES MECANIQUES Résistance en compression Résistance en traction Module d élasticité dynamique MESURE DU RETRAIT ENDOGENE LINEIQUE DES PATES DE CIMENT Principe de l essai Protocole expérimental...90 PARTIE 3 : CARACTERISATION PHYSICO-CHIMIQUE ET MECANIQUE DES PÂTES DE CIMENT AU JEUNE ÂGE CHAPITRE 5: EVOLUTION DE LA STRUCTURATION ET DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES PATES DE CIMENT CHALEUR D HYDRATATION PRISE VICAT Influence du rapport Eau/Ciment Influence du type de ciment RESISTANCE EN COMPRESSION Influence du rapport Eau/Ciment Influence du type de ciment Influence de la température RESISTANCE EN TRACTION MODULE D YOUNG Influence du rapport Eau/Ciment Influence du type de ciment Influence de la température ANALYSE CROISEE CONCLUSION viii-

11 Sommaire CHAPITRE 6: EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE LIBRE ET DE LA DEFORMATION SOUS CHARGEMENT LE RETRAIT ENDOGENE LIBRE Influence du rapport Eau/Ciment Influence de la température Influence du type de ciment LE FLUAGE EN TRACTION Chargement des éprouvettes Principe d exploitation des résultats Analyses préliminaires Influence de la température CONCLUSION SYNTHESE DE LA TROISIEME PARTIE PARTIE 4 : DEFORMATIONS EMPECHEES DES PÂTES DE CIMENT EN COURS DE DURCISSEMENT CHAPITRE 7: ANALYSE DES RESULTATS D ESSAIS A L ANNEAU DE FISSURATION ANALYSES PRELIMINAIRES ANALYSE DES COURBES DE DEFORMATION DE L ANNEAU INFLUENCE DU RAPPORT EAU/CIMENT INFLUENCE DU TYPE DE CIMENT INFLUENCE DE LA TEMPERATURE DE CURE Essai à température quasi-constante Essais à température variable INFLUENCE DU TYPE D ANNEAU CENTRAL CONCLUSION CHAPITRE 8: ANALYSE DE L APPLICATION DU PRINCIPE DE MATURITE POUR LA PREDICTION DE L AGE DE LA FISSURE PRINCIPE DE DETERMINATION DE L ENERGIE D ACTIVATION Essais de Prise Vicat Essais de module d Young Essais de retrait empêché Essais de résistance en compression APPLICATION DU PRINCIPE DE MATURITE ET DETERMINATION DE L ENERGIE D ACTIVATION E A Les essais de prise Vicat Les essais de module d Young Les essais de résistance en compression Analyse des énergies d activation apparentes obtenues Effet du type de ciment Effet du rapport E/C Effet du type d essai PREDICTION DE L AGE D APPARITION DE LA FISSURE Détermination de l énergie d activation sous température isotherme Prédiction de l apparition de la fissure sous température réaliste CONCLUSION CONCLUSIONS GENERALES PERSPECTIVES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ix-

12 -x- Sommaire

13 Liste des figures LISTE DES FIGURES FIGURE 1.1 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE AU COURS DU TEMPS (BARCELO, 2001)...7 FIGURE 1.2 : COURBE CALORIMETRIQUE DE L HYDRATATION D UN CIMENT PORTLAND (GARTNER ET AL, 2002)...9 FIGURE 1.3 : COURBE CALORIMETRIQUE DE L HYDRATATION D UN CIMENT AUX LAITIERS (SHI ET AL, 1995)...10 FIGURE 1.4 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE EN FONCTION DU TEMPS (CHANVILLARD, 1999)...12 FIGURE 1.5 : VOLUME ABSOLU ET VOLUME APPARENT (GARCIA-BOIVIN, 1999)...13 FIGURE 1.6 : MENISQUE CAPILLAIRE NON SATURE (1 : LIQUIDE ; 2 : GAZ ; 3 : SOLIDE) (GARCIA-BOIVIN, 1999)...14 FIGURE 1.7 : REPRESENTATION GRAPHIQUE DU MECANISME DE TENSION SUPERFICIELLE (BRESSON, 2006)...15 FIGURE 1.8 : REPRESENTATION GRAPHIQUE DU MECANISME DE LA PRESSION DE DISJONCTION (BRESSON, 2006) 16 FIGURE 1.9 : INFLUENCE DU RETRAIT DU FLUAGE SUR LA FISSURE DES MATRICES CIMENTAIRES (WEISS 1999)...17 FIGURE 1.10 : INFLUENCE DE LA TEMPERATURE SUR L EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE POUR LE CEM I (A DROITE) ET POUR LE CEM III (A GAUCHE) (LURA ET AL, 2001)...19 FIGURE 1.11 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU RAPPORT E/C (BAROGHEL-BOUNY ET AL, 2006)...20 FIGURE 1.12 : INFLUENCE DE LA PRESENCE DE LAITIERS SUR L EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE (LURA ET AL, 2001)...22 FIGURE 1.13 : INFLUENCE DU DOSAGE EN LAITIERS SUR L EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE (TAZAWA ET AL, 1995)...22 FIGURE 1.14 : DEFORMATIONS DE FLUAGE SOUS CHARGEMENT σ(t 0 ) A L AGE T FIGURE 1.15 : MECANISMES DE MIGRATION DE L'EAU (ULM ET AL 1999)...25 FIGURE 1.16 : PRINCIPE DE GLISSEMENT DES C-S-H (BENBOUDJEMA, 2002)...26 FIGURE 1.17 : EVOLUTION DE LA FONCTION DE FLUAGE A 20 C EN FONCTION DU TAUX ET DES AGES DE CHARGEMENT (GUTSCH ET AL, 1994) FIGURE 1.18 : EVOLUTION DE LA COMPLAISANCE DE FLUAGE (PANE ET AL, 2002) DE PATE DE CIMENT PORTLAND PUR (OPC) ET CONTENANT DES LAITIERS (GGBF)...28 FIGURE 1.19 : EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE FLUAGE A DIFFERENTES TEMPERATURES (UMEHARA ET AL, 1994)...29 FIGURE 1.20 : APPLICATION DU PRINCIPE DE MATURITE SUR LE RETRAIT VOLUMIQUE ENDOGENE (TURCRY ET AL., 2002)...32 FIGURE 1.21 : APPLICATION DU PRINCIPE DE MATURITE SUR LE RETRAIT VOLUMIQUE ENDOGENE (MOUNANGA ET AL., 2006)...33 FIGURE 1.22 : APPLICATION DU PRINCIPE DE MATURITE SUR LE FLUAGE PROPRE EN TRACTION (ATRUSHI, 2003).34 FIGURE 2.1 : DISPOSITIF DE L ESSAI TSTM (SPRINGENSCHMID ET AL, 1994)...39 FIGURE 2.2 : COURBES OBTENUES AVEC LE DISPOSITIF DE KOVLER (KOVLER, 1994) EN CONDITIONS LIBRES (A GAUCHE) ET EMPECHEES (A DROITE) (IGARASHI ET AL., 2000)...39 FIGURE 2.3 : DISPOSITIF DE L ESSAI LINEAIRE UTILISE PAR ALTOUBAT ET AL FIGURE 2.4 : DISPOSITIF DE L ESSAI LINEAIRE UTILISE PAR CHARRON ET AL (CHARRON ET AL, 2001)...40 FIGURE 2.5 : DISPOSITIF DE L ESSAI EN PLAQUE UTILISE PAR BANTHIA ET AL (BANTHIA ET AL, 1994)...44 FIGURE 2.6 : DISPOSITIF DE L ESSAI EN PLAQUE UTILISE PAR TURCRY (TURCRY, 2004)...44 FIGURE 2.7 : DISPOSITIF DE L ESSAI SUR PLAQUE UTILISE PAR WEISS ET AL (WEISS ET AL, 1998) (A GAUCHE : DALLE RETENUE AUX EXTREMITES ; A DROITE : DALLE RETENUE AUX EXTREMITES ET EN PARTIE INFERIEURE)...44 FIGURE 2.8 : DISPOSITIF DE L ESSAI STANDARDISE AASHTO PP FIGURE 2.9 : DISPOSITIF D ANNEAU CENTRAL PLEIN PROPOSE PAR WEISS (WEISS, 1999)...47 FIGURE 2.10 : DISPOSITIF D ESSAI A L ANNEAU AVEC ENTAILLES (BRANCH ET AL, 2002)...49 FIGURE 2.11 : DISPOSITIF D ESSAI EN ELLIPSE (MA ET AL, 2007)...50 FIGURE 2.12 : DISPOSITIF D ESSAI EN CARRE (LOSER ET AL, 2008)...50 FIGURE 2.13 : COURBE TYPIQUE D UN RESULTAT D ESSAI A L ANNEAU...51 FIGURE 2.14 : EPROUVETTE AVEC ENTAILLE SOUMISE AU CHARGEMENT DE TRACTION DIRECTE (CARPINTERI ET AL, 1997)...56 FIGURE 2.15 : DISPOSITIF DEVELOPPE PAR MORIN ET AL (A GAUCHE) ET BANC DE FLUAGE MIS AU POINT PAR REINHARDT ET AL (A DROITE)...57 FIGURE 2.16 : DISPOSITIF DE FLUAGE PAR TRACTION DIRECTE EN CONDITION ENDOGENE ET ISOTHERME (ASTRUSHI, 2003)...57 FIGURE 2.17 : DISPOSITIF DE FLUAGE PAR TRACTION DIRECTE EN FORME D OS (BALUCH ET AL, 2002)...58 FIGURE 2.18 : DISPOSITIF DE FLUAGE PAR RETRAIT EMPECHE PROPOSE PAR KOVLER (KOVLER, 1994) xi-

14 Liste des figures FIGURE 2.19 : DISPOSITIF DE FLUAGE PAR RETRAIT EMPECHE PROPOSE PAR D AMBROSIA (D AMBROSIA ET AL, 2004)...59 FIGURE 2.20 : DISPOSITIF DE FLUAGE PAR RETRAIT EMPECHE PROPOSE PAR WEISS (WEISS, 1999)...60 FIGURE 4.1 : BANC D ESSAI D ANNEAU DE FISSURATION...73 FIGURE 4.2 : DISPOSITIF AVEC L ANNEAU DE PATE DE CIMENT...73 FIGURE 4.3 : SCHEMA DE DESSUS DU DISPOSITIF...74 FIGURE 4.4 : SCHEMA EN COUPE DU DISPOSITIF...74 FIGURE 4.5 : FISSURE TRAVERSANTE (A GAUCHE) ET SAUT DANS LA COURBE DE DEFORMATION (A DROITE)...75 FIGURE 4.6 : EVOLUTION DE LA TEMPERATURE AU SEIN DE LA PATE DE CIMENT...77 FIGURE 4.7 : EVOLUTIONS DE LA TEMPERATURE DANS L EPAISSEUR DE L ECHANTILLON AVEC REGULATION THERMIQUE A 25 C...77 FIGURE 4.8 : INFLUENCE DE LA PRESENCE D UN FILM POLYANE A L INTERFACE ENTRE L ECHANTILLON ET LA PLAQUE D ALUMINIUM (E/C=0,4 ; CEM I ; LAITON ; 20 C)...78 FIGURE 4.9 : REPETABILITE DES ESSAIS SUR PATE DE CIMENT CEM I E/C = 0,30 A 40 C AVEC L ANNEAU EN LAITON...79 FIGURE 4.10 : SCHEMA ET DIMENSIONS DE L EPROUVETTE...81 FIGURE 4.11 : SCHEMA DU DISPOSITIF (VUE DE DESSUS) FIGURE 4.12 : PHOTOGRAPHIES DU MOULE METALLIQUE EN POSITION OUVERTE PUIS SCELLEE...81 FIGURE 4.13 : SCHEMA DU BATI DE FLUAGE...82 FIGURE 4.14 : PHOTOGRAPHIE DU BATI DE FLUAGE...82 FIGURE 4.15 : EVOLUTION DE LA TEMPERATURE AU SEIN DE L ECHANTILLON...84 FIGURE 4.16 : REPETABILITE DES ESSAIS A 20 C POUR LE CEM I E/C = 0,30 SOUMIS A UN CHARGEMENT D 1 MPA...84 FIGURE 4.17 : APPAREIL DE PRISE VICAT...85 FIGURE 4.18 : ESSAI DE FLEXION 3 POINTS (A GAUCHE), ESSAI DE COMPRESSION (A DROITE)...86 FIGURE 4.19 : SCHEMA DE PRINCIPE DE L ESSAI...87 FIGURE 4.20 : DIAGRAMME DES CONTRAINTES DANS LA SECTION DE L EPROUVETTE...87 FIGURE 4.21 : ESSAI DE FENDAGE SUR EPROUVETTE 11X 22 CM FIGURE 4.22 : EXCITATION DE L EPROUVETTE EN UTILISANT LE GRINDOSONIC...89 FIGURE 4.23 : PHOTOGRAPHIE DU SYSTEME DE MESURE (BOUASKER, 2007)...90 FIGURE 4.24 : COUPE LONGITUDINALE DE LA MACHETTE EQUIPEE (BOUASKER, 2007)...91 FIGURE 4.25 : VUES DE GAUCHE ET DESSUS DU DISPOSITIF DE MESURE DE RETRAIT ENDOGENE LIBRE (BOUASKER, 2007)...91 FIGURE 5.1 : DISPOSITIF DE MESURE DE TEMPERATURE AU COURS DE LA PRISE...96 FIGURE 5.2 : EVOLUTION DE LA TEMPERATURE DES PATES DE CIMENT CEM I...96 FIGURE 5.3 : EVOLUTION DE LA TEMPERATURE DES PATES DE CIMENT CEM III...96 FIGURE 5.4 : ECHEANCES DU DEBUT DE PRISE VICAT POUR LE CEM I A E/C=0,30 ET 0, FIGURE 5.5 : ECHEANCES DE FIN DE PRISE VICAT POUR LE CEM I A E/C=0,30 ET 0, FIGURE 5.6 : ECHEANCES DU DEBUT DE PRISE VICAT POUR LES PATES DE CIMENT CEM I ET CEM III...98 FIGURE 5.7 : ECHEANCES DE FIN DE PRISE VICAT POUR LES PATES DE CIMENT CEM I ET CEM III...99 FIGURE 5.8 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DES PATES DE CIMENT CEM I A 20 C FIGURE 5.9 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DES PATES DE CIMENT CEM III A 20 C FIGURE 5.10 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DES DEUX PATES DE CIMENT AVEC E/C =0,3 A 20 C FIGURE 5.11 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DES DEUX PATES DE CIMENT AVEC E/C=0,4 A 20 C FIGURE 5.12 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DE LA PATE DE CIMENT CEM I E/C = 0,30 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.13 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DE LA PATE DE CIMENT CEM I E/C =0,40 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.14 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DE LA PATE DE CIMENT CEM III E/C =0,30 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.15 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION DE LA PATE DE CIMENT CEM III E/C =0,40 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.16 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION A 9 JOURS EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.17 : EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN TRACTION EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LA PATE DE CIMENT CEM III, E/C=0, FIGURE 5.18 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG DE LA PATE DE CIMENT CEM I A 20 C FIGURE 5.19 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG DE LA PATE DE CIMENT CEM III A 20 C xii-

15 Liste des figures FIGURE 5.20 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG DES DEUX PATES DE CIMENT POUR UN E/C =0,30 A 20 C FIGURE 5.21 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG DES DEUX PATES DE CIMENT POUR UN E/C = 0,4 A 20 C FIGURE 5.22 : EVOLUTION DU MODULE D ELASTICITE DE LA PATE DE CIMENT CEM I E/C =0,30 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.23 : EVOLUTION DU MODULE D ELASTICITE DE LA PATE DE CIMENT CEM I E/C =0,40 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.24 : EVOLUTION DU MODULE D ELASTICITE DE LA PATE DE CIMENT CEM III E/C =0,30 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.25 : EVOLUTION DU MODULE D ELASTICITE DE LA PATE DE CIMENT CEM III E/C =0,40 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE FIGURE 5.26 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG EN FONCTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION POUR LES QUATRE COMPOSITIONS ETUDIEES FIGURE 5.27 : EVOLUTION DU MODULE D YOUNG EN FONCTION DE LA RESISTANCE EN TRACTION POUR LES TROIS COMPOSITIONS ETUDIEES FIGURE 6.1 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU RAPPORT E/C POUR LE CIMENT CEM I A 20 C FIGURE 6.2 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU RAPPORT E/C POUR LE CIMENT CEM I A 30 C FIGURE 6.3 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU RAPPORT E/C POUR LE CIMENT CEM I A 20 C FIGURE 6.4 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU RAPPORT E/C POUR LE CIMENT CEM I A 30 C FIGURE 6.5 : CORRELATION ENTRE L HUMIDITE RELATIVE ET LE RETRAIT ENDOGENE (KHELIDJ ET AL., 1998)..121 FIGURE 6.6 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LE CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 6.7 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LE CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 6.8 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LE CIMENT CEM III E/C=0, FIGURE 6.9 : EVOLUTION DU RETRAIT ENDOGENE EN FONCTION DU TYPE DE CIMENT A T=30 C ET E/C=0, FIGURE 6.10 : EVOLUTION DU RETRAIT CHIMIQUE EN FONCTION DU TYPE DE CIMENT (BOUASKER, 2007) : PC : PATE DE CIMENT ; 03 ET 04 : RAPPORT E/C ; I, II ET III : TYPES DE CIMENT FIGURE 6.11 : PRINCIPE D EXPLOITATION DES RESULTATS EXPERIMENTAUX FIGURE 6.12 : DEFORMATION DES 2 CAPTEURS POUR LA PATE DE CIMENT CEM I E/C=0,3 A 20 C FIGURE 6.13 : DEFORMATION DES 2 CAPTEURS POUR LA PATE DE CIMENT CEM I E/C=0,3 A 40 C FIGURE 6.14 : PHOTOGRAPHIE DE LA RUPTURE DE L EPROUVETTE AU NIVEAU DU CHANGEMENT DE SECTION FIGURE 6.15 : LOCALISATION DES CONTRAINTES SIMULEES AVEC CASTE3M CHARGE AXEE (A GAUCHE) ET EXCENTREE (A DROITE) FIGURE 6.16 : PROFILS TYPE DES CONTRAINTES DANS L ECHANTILLON FIGURE 6.17 : EVOLUTION DU FLUAGE PROPRE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LA PATE DE CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 6.18 : EVOLUTION DU FLUAGE PROPRE RECALE A 24 H EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LA PATE DE CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 6.19 : SCHEMA DE PRINCIPE SUR LE RISQUE DE FISSURATION FIGURE 7.1 INFLUENCE DE LA RELAXATION SUR LE DEVELOPPEMENT DES CONTRAINTES ET SUR L AGE DE LA FISSURE (WEISS, 1999) FIGURE 7.2 EVOLUTION TYPE DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU CENTRAL FIGURE 7.3 PROFIL DE CONTRAINTE AU SEIN DE LA PATE DE CIMENT (MOON ET AL., 2006) FIGURE 7.4 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE INTERNE ET DE LA RESISTANCE EN TRACTION (CEM I E/C = 0,4)..143 FIGURE 7.5 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON POUR LES PATES DE CIMENT CEM I DE RAPPORT E/C = 0,30 ET 0,40 A TEMPERATURE T = 20 C FIGURE 7.6 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON POUR LES PATES DE CIMENT CEM I DE RAPPORTS E/C= 0,30 ET 0,40 A TEMPERATURE T = 40 C FIGURE 7.7 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU POUR LES PATES DE CIMENT CEM I ET CEM III DE RAPPORT E/C = 0,30 A T=20 C FIGURE 7.8 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU POUR LES PATES DE CIMENT CEM I ET CEM III DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 40 C FIGURE 7.9 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I A E/C = 0, xiii-

16 Liste des figures FIGURE 7.10 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I A E/C = 0, FIGURE 7.11 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LES PATES DE CIMENT CEM III A E/C = 0, FIGURE 7.12 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I A E/C = 0, FIGURE 7.13 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN INOX EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I A E/C = 0, FIGURE 7.14 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN INOX EN FONCTION DE LA TEMPERATURE DE CURE POUR LE CIMENT CEM III A E/C = 0, FIGURE 7.15 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE INTERNE MAXIMALE ET DE LA RESISTANCE EN TRACTION MINOREE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I E/C = 0,40 AVEC L ANNEAU EN LAITON FIGURE 7.16 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE INTERNE MAXIMALE ET DE LA RESISTANCE EN TRACTION MINOREE POUR LES PATES DE CIMENT CEM III E/C = 0,30 AVEC L ANNEAU EN LAITON FIGURE 7.17 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE ET DE LA RESISTANCE EN TRACTION MINOREE POUR LES PATES DE CIMENT CEM I E/C = 0,40 AVEC L ANNEAU EN INOX FIGURE 7.18 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE ET DE LA RESISTANCE EN TRACTION MINOREE POUR LES PATES DE CIMENT CEM III E/C = 0,30 AVEC L ANNEAU EN INOX FIGURE 7.19 EVOLUTION DE LA TEMPERATURE AU COURS D UN ESSAI EN CONDITIONS SEMI-ADIABATIQUES ET RAMPES DE TEMPERATURE IMPOSEES A LA PATE DE CIMENT CEM I E/C = 0,30 AU COURS DES ESSAIS A L ANNEAU DE FISSURATION FIGURE 7.20 EVOLUTION DE LA TEMPERATURE AU COURS D UN ESSAI EN CONDITIONS SEMI-ADIABATIQUES ET RAMPES DE TEMPERATURE IMPOSEES A LA PATE DE CIMENT CEM III E/C = 0,30 AU COURS DES ESSAIS A L ANNEAU DE FISSURATION FIGURE 7.21 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON ET DE LA TEMPERATURE DE L ECHANTILLON CEM I E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.22 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON ET DE LA TEMPERATURE DE L ECHANTILLON CEM I E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.23 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON ET DE LA TEMPERATURE DE L ECHANTILLON CEM III E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.24 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON ET DE LA TEMPERATURE DE L ECHANTILLON CEM III E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.25 ZOOM SUR L EVOLUTION DE LA DEFORMATION DE L ANNEAU EN LAITON CEM I E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.26 ZOOM SUR L EVOLUTION DE LA TEMPERATURE DE L ECHANTILLON CEM I E/C = 0,30 POUR LA RAMPE C FIGURE 7.27 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DES TROIS ANNEAUX POUR LA PATE DE CIMENT CEM I DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 40 C FIGURE 7.28 EVOLUTION DE LA DEFORMATION DES TROIS ANNEAUX POUR LA PATE DE CIMENT CEM III DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 40 C FIGURE 7.29 EVOLUTION DU DEGRE DE RESTRICTION DES TROIS ANNEAUX POUR LES PATES DE CIMENT CEM I DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 20 C ET 40 C FIGURE 7.30 EVOLUTION DU DEGRE DE RESTRICTION DES TROIS ANNEAUX POUR LES PATES DE CIMENT CEM III DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 20 C ET 40 C FIGURE 7.31 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE AU SEIN DE LA PATE DE CIMENT CEM I DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 40 C POUR LES TROIS ANNEAUX METALLIQUES FIGURE 7.32 EVOLUTION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE AU SEIN DE LA PATE DE CIMENT CEM III DE RAPPORT E/C = 0,30 A T = 30 C POUR LES TROIS ANNEAUX METALLIQUES FIGURE 8.1 : DETERMINATION DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTS PHENOMENES ETUDIES FIGURE 8.2 : DEFORMATION ANNEAU LAITON EN FONCTION DU DEGRE D HYDRATATION POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.3 : DEFORMATION ANNEAU LAITON EN FONCTION DU DEGRE D HYDRATATION POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.4 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE TEMPS DE PRISE DU CEM I E/C=0, FIGURE 8.5 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE TEMPS DE PRISE DU CEM I E/C=0, FIGURE 8.6 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE TEMPS DE PRISE DU CEM III E/C=0, FIGURE 8.7 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE TEMPS DE PRISE DU CEM III E/C=0, FIGURE 8.8 : TEMPS DE PRISE MESURES EN FONCTION DU TEMPS DE PRISE CALCULES POUR LES 4 COMPOSITIONS xiv-

17 Liste des figures FIGURE 8.9 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE MODULE D YOUNG DU CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 8.10 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE MODULE D YOUNG DU CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 8.11 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE MODULE D YOUNG DU CIMENT CEM III E/C=0, FIGURE 8.12 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LE MODULE D YOUNG DU CIMENT CEM III E/C=0, FIGURE 8.13 : MODULE D YOUNG EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.14 : MODULE D YOUNG EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.15 : MODULE D YOUNG EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM III E/C=0, FIGURE 8.16 : MODULE D YOUNG EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM III E/C=0, FIGURE 8.17 : MODULES D YOUNG MESURES EN FONCTION DES MODULES D YOUNG CALCULES POUR LES 4 COMPOSITIONS FIGURE 8.18 : APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LA RESISTANCE EN COMPRESSION DU CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 8.19 APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LA RESISTANCE EN COMPRESSION DU CIMENT CEM I E/C=0, FIGURE 8.20 APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LA RESISTANCE EN COMPRESSION DU CIMENT CEM III E/C=0, FIGURE 8.21 APPLICATION DU CONCEPT DE MATURITE POUR LA RESISTANCE EN COMPRESSION DU CIMENT CEM III E/C=0, FIGURE 8.22 RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.23 RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0, FIGURE 8.24 RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM III E/C=0, FIGURE 8.25 RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM III E/C=0, FIGURE 8.26 RESISTANCES MESUREES EN FONCTION DES RESISTANCES CALCULEES POUR LES 4 COMPOSITIONS. 182 FIGURE 8.27 EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DU TYPE DE CIMENT A 30 C FIGURE 8.28 EVOLUTION DE LA RESISTANCE EN COMPRESSION EN FONCTION DU RAPPORT E/C DU CEM I A 30 C FIGURE 8.29 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM I E/C=0,3, ANNEAU LAITON FIGURE 8.30 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM I E/C=0,4, ANNEAU LAITON FIGURE 8.31 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM III E/C=0,3, ANNEAU LAITON FIGURE 8.32 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM I E/C=0,3, ANNEAU INOX FIGURE 8.33 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM I E/C=0,4, ANNEAU INOX FIGURE 8.34 APPLICATION DE LA LOI D ARRHENIUS POUR LE CEM III E/C=0,3, ANNEAU INOX FIGURE 8.35 CONTRAINTE INTERNE EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0,3 ET LES DEUX ANNEAUX FIGURE 8.36 CONTRAINTE INTERNE EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM I E/C=0,4 ET LES DEUX ANNEAUX FIGURE 8.37 CONTRAINTE INTERNE EN FONCTION DE L AGE EQUIVALENT POUR LE CEM III E/C=0,3 ET LES DEUX ANNEAUX FIGURE 8.38 AGES DE FISSURE MESURES EN FONCTION DES AGES DE FISSURE CALCULES POUR LES 3 COMPOSITIONS ET LES 2 ANNEAUX xv-

18 -xvi- Liste des figures

19 Liste des tableaux LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 2.1 : RECAPITULATIF DES ESSAIS LINEIQUES...42 TABLEAU 2.2 : RECAPITULATIF DES ESSAIS A L ANNEAU DE FISSURATION...52 TABLEAU 2.3 : RECAPITULATIF DES ESSAIS DE FLUAGE EN TRACTION...61 TABLEAU 3.1 : PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES CIMENTS UTILISES...65 TABLEAU 3.2 : POURCENTAGE DE PERTES DE MASSE DE DIFFERENTES PATES DE CIMENT...67 TABLEAU 3.3 : PLAN EXPERIMENTAL DE L ETUDE...69 TABLEAU 4.1 : CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES ANNEAUX DE RESTRICTION...73 TABLEAU 4.2 : POURCENTAGE D ERREUR SUR L AGE DE FISSURE (PATE DE CIMENT CEM III, E/C = 0,30)...76 TABLEAU 5.1 : CHALEUR D HYDRATATION DU CIMENT (NEVILLE, 2000)...95 TABLEAU 5.2 : TEMPS DE PRISE (H) POUR LES DEUX PATES DE CIMENT ETUDIEES...99 TABLEAU 5.3 : RESISTANCE EN TRACTION (MPA) DES DIFFERENTES PATES DE CIMENT A 24 HEURES A T = 20 C106 TABLEAU 5.4 : VALEURS DES CONSTANTES DE L EQUATION [5.3] TABLEAU 5.5 : VALEURS DES CONSTANTES DE L EQUATION 5.4 EN FONCTION DES ETUDES REALISEES TABLEAU 5.6 : VALEURS DES CONSTANTES DE L EQUATION 5.4 POUR LES COMPOSITIONS ETUDIEES TABLEAU 5.7 : VALEURS DES CONSTANTES DE L EQUATION 5.7 POUR LES COMPOSITIONS ETUDIEES TABLEAU 6.1 : RESISTANCE A LA TRACTION A 1 JOUR DE MATURITE TABLEAU 6.2 : MODULE D YOUNG POUR LES DIFFERENTS ESSAIS DE FLUAGE TABLEAU 7.1 : TABLEAU RECAPITULATIF DES CONTRAINTES INTERNES ET DES RESISTANCES EN TRACTION A L APPARITION DE LA FISSURE POUR L ANNEAU EN LAITON TABLEAU 7.2 : TABLEAU RECAPITULATIF DES CONTRAINTES INTERNES ET DES RESISTANCES EN TRACTION A L APPARITION DE LA FISSURE POUR L ANNEAU EN INOX TABLEAU 7.3 : AGES DE FISSURATION DES DEUX COMPOSITIONS DE PATES DE CIMENT EN FONCTION DE L HISTORIQUE THERMIQUE IMPOSE (ESSAIS AVEC L ANNEAU EN LAITON) TABLEAU 7.4 : DEFORMATIONS A LA RUPTURE ET AGES DE FISSURATION POUR LES TROIS ANNEAUX EN FONCTION DE LA TEMPERATURE POUR LA PATE DE CIMENT CEM I ET CEM III DE RAPPORT E/C = 0, TABLEAU 8.1 : RECAPITULATIF DES TEMPS DE PRISE MOYENS POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.2 : RECAPITULATIF DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.3 : RECAPITULATIF DES TEMPS POUR LEQUEL E = MPA POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.4 : RECAPITULATIF DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.5 : RECAPITULATIF DES VALEURS DE K POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.6 : RECAPITULATIF DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.7 : RECAPITULATIF DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTS ESSAIS TABLEAU 8.8 :RECAPITULATIF DES ENERGIES D ACTIVATION POUR LES DIFFERENTES COMPOSITIONS TABLEAU 8.9 : RECAPITULATIF DES AGES DE FISSURATION DES COMPOSITIONS SOUMISES A DES RAMPES DE TEMPERATURES xvii-

20 -xviii- Liste des tableaux

21 Introduction générale INTRODUCTION GENERALE Contexte de l étude et problématique Les structures en béton se retrouvent parfois soumises à de fortes sollicitations avant même la fin de leur mise en œuvre. Ces sollicitations sont liées aux conditions de chantiers par exemple (décoffrage rapide pour une vitesse de rotation des banches, reprise de bétonnage, conditions climatiques ). Ces sollicitations aboutissent souvent à long terme à la fissuration et par la suite quelque fois à la ruine de l ouvrage. Les dommages, ainsi observés, se produisent souvent à deux échéances différentes dans le temps. A long terme, elles sont plutôt liées à une perte de durabilité qui peut provenir des variations volumiques du matériau pendant la vie de l ouvrage, dues aux attaques extérieures ou aux sollicitations mécaniques extrêmes du à l exploitation de l ouvrage. Le second type de dommage peut avoir lieu, avant même la mise en service de l ouvrage et peut avoir des conséquences directes sur le comportement de la structure à long terme. L apparition de macro et de micro fissures au jeune âge est la manifestation la plus directe de ce type de dommage. Les causes de ce type de dommage font encore de nos jours l objet d études (Monge, 2007 ; Moon et al., 2006 ; Radlinska et al., 2006). C est ce second type de défaillance auquel nous nous intéressons lors de cette présente étude. Aux jeune et très jeune âges, c est-à-dire au cours de la prise et des premiers jours qui suivent, les matrices cimentaires manifestent d importantes variations volumiques d origines différentes (thermique, hydrique ou physico-chimique). Parmi ces déformations, le retrait endogène et les déformations d origine thermique sont particulièrement problématiques pour la durabilité des matrices à faible rapport eau/ciment (typiquement les bétons à hautes performances). Le fort dosage en liant accroît en effet considérablement l amplitude de ces déformations au jeune âge et induit un risque élevé de fissuration précoce (Turcry, 2004). Le retrait endogène est lié au fait que le volume des hydrates issus des réactions d hydratation est inférieur à la somme des volumes du ciment et de l eau qui réagissent : c est la contraction Le Chatelier. A cela s ajoute une progressive désaturation de l espace poreux capillaire causée par la consommation de l eau pendant le processus d hydratation. Cette autodessiccation engendre une dépression capillaire interne qui se traduit par la contraction du matériau : ce retrait, dit d autodessiccation, correspond à la phase de retrait endogène mesuré après la prise -1-

22 Introduction générale du matériau. Les déformations d origine thermique sont, quant à elles, le résultat du dégagement de la chaleur d hydratation au cours de la prise. Ce dernier peut engendrer une élévation de température du matériau de plusieurs dizaines de degrés Celsius. On observe alors une phase de dilatation thermique suivie d une contraction au fur et à mesure que l équilibre thermique s établit avec le milieu extérieur. Dans la plupart des ouvrages ou parties d ouvrages en béton, les variations dimensionnelles du matériau sont partiellement empêchées, et les contraintes internes de traction qui se développent, lorsqu elles deviennent supérieures à la résistance du matériau, sont susceptibles d entraîner une fissuration prématurée (Acker, 2003). La prévision de cette fissuration nécessite de mieux comprendre les phénomènes mis en jeu. Or, ces déformations sont des conséquences directes et simultanées de l hydratation du ciment et du durcissement du matériau : elles interagissent naturellement entre elles et seules des études en laboratoire peuvent permettre de les découpler et de quantifier leur influence relative sur le risque de fissuration au jeune âge. Par ailleurs, compte tenu des interactions entre les mécanismes en jeu (évolution des propriétés mécaniques et développement des contraintes liées aux déformations empêchées), une connaissance des déformations en conditions libres est insuffisante pour prédire ce type de fissures. Comme pour le retrait libre, de nombreux paramètres conditionnent la cinétique et l amplitude des déformations empêchées : la température de cure, la composition du béton, le type de ciment, la géométrie de la pièce, les conditions de séchage, etc. L effet de certains de ces paramètres a fait l objet de précédents travaux de recherche (Grzybowski et Shah, 1990 ; Weiss et al ; Hossain et Weiss, 2006 par exemple), mais il existe encore peu d études sur l influence de la température sur le retrait endogène empêché et la fissuration qu il occasionne. -2-

23 Introduction générale Les objectifs et la démarche adoptée de la thèse Ce travail de recherche s inscrit dans le cadre d une meilleure identification et compréhension des mécanismes moteurs et des paramètres conditionnant l apparition de la première fissure des matrices cimentaires en conditions endogènes au jeune âge. Cette étude a été organisée autour de trois principaux objectifs. Il s agissait dans un premier temps de développer et de mettre au point des dispositifs d essais fiables et précis permettant de mesurer les déformations empêchées et sous chargement, en conditions endogènes et sous température contrôlée sur des pâtes de ciment. Une campagne expérimentale et une analyse multivariable sur des pâtes de ciments a ensuite été réalisée afin de mettre en évidence les effets du type de ciment, du rapport Eau/Ciment (E/C), de la température de cure et du degré de restriction des déformations. En parallèle, des essais de caractérisations mécaniques ont été effectués pour mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu dans l apparition de la fissuration. Le troisième objectif est basé sur la prédiction de l âge de la fissure en considérant un modèle simple : le concept de maturité. Les résultats obtenus ont été comparés aux résultats expérimentaux. Ce mémoire décrit la démarche scientifique adoptée, les résultats obtenus et l analyse qui en a été faite. Il s organise en quatre grandes parties. La première partie est dédiée à l analyse bibliographique des déformations des pâtes de ciment au jeune âge. Le chapitre 1 analyse les différentes déformations avec leurs mécanismes et les facteurs les influençant. Une attention particulière est portée à l effet de la présence de laitiers ainsi qu à l influence de la température sur les déformations des matrices cimentaires. L aspect métrologique est également analysé à travers la description des différentes méthodes existantes (chapitre 2) pour la mesure des déformations endogènes libres, empêchées et sous chargement. La deuxième partie du mémoire présente tout d abord les matériaux, les mélanges et les températures de conservation étudiés (chapitre 3). Le second chapitre (chapitre 4) de cette partie, est consacré à la présentation des protocoles expérimentaux utilisés au cours de ce travail. Les dispositifs développés sont décrits et leurs performances en terme de répétabilité et de régulation thermique sont quantifiées. Une analyse critique de ces dispositifs est réalisée afin de limiter les artefacts liés à la mesure des déformations au jeune âge. La troisième partie est consacrée à la présentation des résultats expérimentaux des essais de prise, de résistance en compression et flexion et de module d Young. Les effets des -3-

24 Introduction générale paramètres étudiés (type de ciment, rapport Eau/Ciment et température) sont analysés (chapitre 5). Le chapitre 6 présente les résultats expérimentaux de mesure de retrait libre et des déformations sous chargement en traction (fluage). La dernière partie de ce mémoire est scindée en deux chapitres. Dans le premier chapitre, les résultats expérimentaux des déformations en conditions empêchées sont présentés. Les effets des paramètres de l étude sont analysés. Dans le second chapitre de cette partie, nous proposons une étude sur l énergie d activation apparente et l application du concept de maturité pour la prédiction de l âge d apparition de la fissure. Dans une première partie, la détermination des énergies d activation apparente avec trois essais (prise Vicat, résistance en compression et module d Young) est réalisée, une analyse de l influence des paramètres d études est faite. Ensuite, nous proposons une méthode pour obtenir l énergie d activation apparente avec les âges d apparition de la fissure. Cette énergie d activation est utilisée pour prédire l âge de la fissuration sur des pâtes de ciment ayant été soumis à un historique de température. Une analyse des résultats expérimentaux et numériques est réalisée. -4-

25 PARTIE 1 : Analyse bibliographique PARTIE 1 : ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE Chapitre 1 : Chapitre 2 : Les déformations endogènes des pâtes de ciment au jeune âge : retrait endogène et fluage propre Les méthodes expérimentales pour la caractérisation des déformations endogènes au jeune âge -5-

26 PARTIE 1 : Chapitre 1 Les déformations des pâtes de ciment au jeune âge Chapitre 1: LES DEFORMATIONS ENDOGENES DES PÂTES DE CIMENT AU JEUNE AGE : RETRAIT ENDOGENE ET FLUAGE PROPRE Les matrices cimentaires sont des matériaux poreux réactifs dont le comportement au jeune âge est marqué par des variations dimensionnelles relativement importantes. Ces déformations peuvent être particulièrement problématiques : en effet, leur empêchement partiel ou total peut générer un champ de contraintes de traction suffisamment élevées pour provoquer la fissuration de la matrice cimentaire en cours de durcissement (Acker, 2003). Les déformations des matériaux cimentaires ont différentes origines. Elles sont intimement liées à l état de l eau dans la porosité et à l avancement des réactions d hydratation et se développent même en l absence d échange de masse entre le matériau et le milieu extérieur. Elles sont alors qualifiées d endogènes. On parlera de déformations exogènes, lorsque le matériau est soumis au séchage. On peut ainsi distinguer trois grands types de déformations au jeune âge : - les déformations d origine hygrique (exogènes), liées au séchage du matériau : il s agit du retrait de dessiccation auquel s ajoute du fluage de dessiccation lorsque le matériau est sollicité mécaniquement - Les déformations d origine physico-chimique (endogènes). Elles s expliquent par le fait que les réactions d hydratation ne se déroulent pas à volume constant. Cette variation volumique d origine chimique est appelée contraction Le Chatelier Lorsque la prise du matériau commence, la contraction Le Chatelier évolue vers une autre déformation appelée retrait d autodessication. Ce retrait est dû à la microstructuration du milieu poreux et aux dépressions capillaires entre les hydrates formés. La figure 1.1 présente l évolution typique de ces déformations pour une pâte de ciment non adjuvantée. Le chargement mécanique du matériau peut également engendrer, en plus de la réponse élastique, des déformations différées dite de fluage propre, car elles ne sont pas liées au séchage du milieu -6-

27 PARTIE 1 : Chapitre 1 Les déformations des pâtes de ciment au jeune âge - Les déformations d origine thermique (dilatation puis contraction) induites par le caractère exothermique des réactions d hydratation et les échanges thermiques avec le milieu ambiant. Nos travaux de thèse sont consacrés aux déformations endogènes d origine physicochimiques (retrait endogène) et mécanique (fluage propre). Dans ce premier chapitre bibliographique, nous présentons tout d abord les mécanismes moteurs à l origine de ces déformations, c'est-à-dire l évolution de l hydratation et le développement de la microstructure des matrices cimentaires. Puis, une analyse des déformations endogènes libres, empêchées et sous chargement de traction sera réalisée et les principaux paramètres influençant ces déformations au jeune âge seront détaillés et explicités. Parmi ces paramètres, une attention particulière sera portée à l influence de la température sur le développement des déformations endogènes. Compte tenu du caractère thermoactivé de ces phénomènes, une étude bibliographique sur le concept de maturité et la détermination de l énergie d activation sera également réalisée. Figure 1.1 Evolution du retrait endogène au cours du temps (Barcelo, 2001) -7-

Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge

Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge A. Pertué, P. Mounanga, A. Khelidj GeM UMR CNRS 6183, Institut de Recherche en Génie Civil et

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation Suivi du profil de pénétration d ions chlore dans des matrices cimentaires au jeune âge - Application de la microanalyse EDS Ben Fraj A.* CETE IdF, Laboratoire Ecomatériaux, Le Bourget, France Mounanga

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Approche physico-chimique et mécanique de la fissuration endogène de liants binaires et ternaires au jeune âge

Approche physico-chimique et mécanique de la fissuration endogène de liants binaires et ternaires au jeune âge Approche physico-chimique et mécanique de la fissuration endogène de liants binaires et ternaires au jeune âge Nour El Houda Khalifa 1 Marwen Bouasker 2 * Pierre Mounanga 3 Nabil Benkhala 1 1 Laboratoire

Plus en détail

Comportement des réparations structurales en béton :

Comportement des réparations structurales en béton : Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques C.R.I.B. Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers

Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers Batian KOLANI 1 1 Université de Toulouse ; UPS, INSA ; LMDC (Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions)

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP).

Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP). Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP). H. Samouh 1, E. Rozière 1, A. Loukili 1 1 Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM), UMR-CNRS 6183, Centrale

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Etude de l auto-cicatrisation des matériaux cimentaires avec additions minérales après fissuration au jeune âge par retrait gêné

Etude de l auto-cicatrisation des matériaux cimentaires avec additions minérales après fissuration au jeune âge par retrait gêné Etude de l auto-cicatrisation des matériaux cimentaires avec additions minérales après fissuration au jeune âge par retrait gêné K. Olivier 1,2, A. Darquennes 1, F. Benboudjema 1, R.Gagné 2 1 ENS Cachan

Plus en détail

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Auteurs : GARGOURI Ahmad *, ELLOUZE Samir ** et MAKNI Moncef *** * : ISET: BP 88A 3099 El Bustan, Sfax, Tunisie; e-mail: Ahmad.gargouri@isetsf.rnu.tn

Plus en détail

Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité

Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité F. Modjabi-Sangnier, A. Ghezal, B. Bissonnette et M. Jolin Centre de recherche sur les

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION «ECLIPSE» : Additif limitant le retrait des bétons La fissuration du béton est universellement reconnue comme une des limitations les plus sérieuses pour ce matériau de

Plus en détail

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par : Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse) Discipline ou spécialité : Génie des Procédés et de l'environnement

Plus en détail

Thèse présentée par : Olivier LAURENCE

Thèse présentée par : Olivier LAURENCE Doctorat de l École Nationale des Ponts et Chaussées Spécialité : Structures et Matériaux Philosophiae Doctor (Ph.D.) de l Université Laval Spécialité : Génie civil Thèse présentée par : Olivier LAURENCE

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE MINISETRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI, TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : Physique OPTION

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Quoc Thanh Tran Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC), 135 avenue de Rangueil

Plus en détail

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e Performances rhéologiques des enrobés et des enrobés spéciaux Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. 24 novembre 2010 Contenu de la présentation 1. Comportement rhéologique des enrobés

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

AMELIORATION DE LA DURABILITE DU BETON DE SABLE POUR REVETEMENT ROUTIER EN CLIMAT CHAUD ET SEC

AMELIORATION DE LA DURABILITE DU BETON DE SABLE POUR REVETEMENT ROUTIER EN CLIMAT CHAUD ET SEC AMELIORATION DE LA DURABILITE DU BETON DE SABLE POUR REVETEMENT ROUTIER EN CLIMAT CHAUD ET SEC SALL M. Docteur chargé de cours Institut Polytechnique Panafricain (IPP) /Génie-Civil/Dakar/Sénégal Rostov

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages.

Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages. Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages. Jihad Zreiki To cite this version: Jihad Zreiki. Comportement du béton au jeune âge dans

Plus en détail

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Jérôme Féjean Laboratoire GRGC, équipe matériaux, Insa de Rennes, 2 avenue des Buttes de Coësmes, 3543 Rennes Cedex, France.

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

Evolution of the punching strength of mortar subjected to fire

Evolution of the punching strength of mortar subjected to fire MATEC Web of Conferences 2, 02010 (2012) DOI: 10.1051/ matecconf/20120202010 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 2012 Evolution of the punching strength of mortar subjected to fire Evolution

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Benchmark poutre en flexion 3 points

Benchmark poutre en flexion 3 points Benchmark poutre en flexion 3 points Le benchmark consiste en un essai de flexion 3 points d une poutre en béton armé sous chargement statique afin d étudier son comportement mécanique jusqu à la rupture.

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton C. Lanos, C. Baux, Y. Mélinge LGCGM EA 3913 Equipe MT-Rhéo Rennes, France. Christophe.lanos@univ-rennes1.fr

Plus en détail

Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse. Benoît MASSON. - Journées Aster 2008-

Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse. Benoît MASSON. - Journées Aster 2008- Les fuites à travers une paroi d enceinte Evaluation des fuites en air et vapeur à travers une paroi d enceinte: couplage Code_Aster - Ecrevisse Benoît MASSON - Journées Aster 2008- Les fuites à travers

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

FISSURES DE RETRAIT PLASTIQUE

FISSURES DE RETRAIT PLASTIQUE FISSURES DE RETRAIT PLASTIQUE TECHNOBÉTON BULLETIN TECHNIQUE 1. INTRODUCTION Les fissures de retrait plastique apparaissent à la surface du béton frais, peu après la mise en place ou durant la finition1.

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Influence des paramètres de formulation sur le comportement à haute température des bétons

Influence des paramètres de formulation sur le comportement à haute température des bétons THESE de DOCTORAT Présentée pour l obtention du diplôme de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE CERGY-PONTOISE Spécialité : Génie Civil Par Mulumba KANEMA TSHIMANGA Sujet de la thèse : Influence des paramètres de

Plus en détail

CHAPITRE XV : FLUAGE

CHAPITRE XV : FLUAGE CHAPITRE XV : FLUAGE L. NAZE 1 FLUAGE : DEFORMATION A HAUTE TEMPERATURE Les propriétés en traction à température ambiante de la plupart des matériaux de structure sont peu dépendantes du temps. En effet,

Plus en détail

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction de : Pr. Angélique Léonard Pr. Azzedine Belhamri Pâte

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Les dispositions constructives préventives

Les dispositions constructives préventives Les dispositions constructives préventives Prise en considération des contraintes Détail des dispositions constructives associées Jean-Sébastien MAIRE / IRIS CONSEIL Armand JOLY / Provence Impressions

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables C. Villa J-J. Sinou F. Thouverez M. Massenzio Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes CNRS-UMR 5513 Equipe

Plus en détail

Annexe I-2 : L'endommagement et la fissuration du béton.

Annexe I-2 : L'endommagement et la fissuration du béton. Annexes A l'échelle macroscopique, un endommagement est observé lorsque les propriétés mécaniques du matériau sont affectées à différentes échelles (dégradation chimique du mélange, fissurations importantes,

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON PROJET D INITATION À LA RECHERCHE ET AU DÉVELOPPEMENT Laboratoire LGCIE Site Coulomb 2 ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON Tuteur:

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT A. Mokhtari, M. Ould Ouali Laboratoire Elaboration et Caractérisation des Matériaux

Plus en détail

LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE

LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE Centre des Matériaux de Grande Diffusion Ecole Doctorale MTGC Centrale Nantes LE COMPORTEMENT DES BETONS AU TRES JEUNE Par Elanga MBEMBA Directeur de thèse Ahmed LOUKILI Encadrants Philippe DEVILLERS Pierre

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ESSAIS N AC07-26009434/2 CONCERNANT LA RAIDEUR DYNAMIQUE D UNE SOUS-COUCHE AVANT & APRÈS DEUX ESSAIS DE FLUAGE EN COMPRESSION

COMPTE-RENDU D ESSAIS N AC07-26009434/2 CONCERNANT LA RAIDEUR DYNAMIQUE D UNE SOUS-COUCHE AVANT & APRÈS DEUX ESSAIS DE FLUAGE EN COMPRESSION DÉPARTEMENT ACOUSTIQUE ET ÉCLAIRAGE Laboratoire d essais acoustiques CONCERNANT LA RAIDEUR DYNAMIQUE D UNE SOUS-COUCHE AVANT & APRÈS DEUX ESSAIS DE FLUAGE EN COMPRESSION Ce compte-rendu d essais atteste

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

MASTER GENIE CIVIL PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION

MASTER GENIE CIVIL PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION MASTER GENIE CIVIL UFR de Sciences et Techniques Département Génie Civil PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION PRESENTATION Formation initiale et formation continue Le parcours Matériaux Ouvrages

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent

Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent VIII ème Journées Génie Civil Génie Côtier, Compiègne, 7-9 septembre 2004 Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent P.Mpan (a) et D.Levacher

Plus en détail

Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy

Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy Etude de sensibilité par éléments finis et corrélation par mesure de champ Vincent Cazajus Sébastien Mistou Moussa Karama Laboratoire Génie de Production

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

Partenariat pour une durée de 5 ans

Partenariat pour une durée de 5 ans Partenariat pour une durée de 5 ans 1- Contrat-cadre de recherche LCR - Laboratoire Navier 2- Chaire d enseignement et de recherche Lafarge R&D : Un réseau international reliant la recherche centrale et

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Année 2009/2010 THESE DE DOCTORAT DE L ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN. Présentée par. Matthieu BRIFFAUT. Pour obtenir le grade de

Année 2009/2010 THESE DE DOCTORAT DE L ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN. Présentée par. Matthieu BRIFFAUT. Pour obtenir le grade de Année 2009/2010 THESE DE DOCTORAT DE L ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN Présentée par Matthieu BRIFFAUT Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE CACHAN Domaine : MECANIQUE GENIE

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation

Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation L ingénierie des systèmes complexes Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation Référence Internet 22745.010 Saisissez la Référence Internet 22745.010 dans le moteur de

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

MÉMOIRE DE THÈSE PROPOSÉ POUR L OBTENTION DU TITRE DE DOCTEUR L ÉCOLE CENTRALE DE LYON SPÉCIALITÉ MÉCANIQUE

MÉMOIRE DE THÈSE PROPOSÉ POUR L OBTENTION DU TITRE DE DOCTEUR L ÉCOLE CENTRALE DE LYON SPÉCIALITÉ MÉCANIQUE MÉMOIRE DE THÈSE PROPOSÉ POUR L OBTENTION DU TITRE DE DOCTEUR DE L ÉCOLE CENTRALE DE LYON SPÉCIALITÉ MÉCANIQUE ÉCOLE DOCTORALE DE MÉCANIQUE DE LYON (UCBL / INSA / ECL) PAR Kamila FLÍDROVÁ Contribution

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES Emmanuel DELAVAL CETE Nord-Picardie Département CGI / AS PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

Plus en détail

Durabilité des réparations à base cimentaire : analyse comparée de l influence des propriétés mécaniques du matériau de réparation

Durabilité des réparations à base cimentaire : analyse comparée de l influence des propriétés mécaniques du matériau de réparation a THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par L UNIVERSITE TOULOUSE III - PAUL SABATIER Spécialité : GENIE CIVIL Présentée et soutenue par Trung-Hieu NGUYEN Le 12 Juillet

Plus en détail

Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques

Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques N : 4P-46 HRAITA M.., Université Mohamed V Agdal, Rabat, Maroc, Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques M. Hraita,

Plus en détail

Les précautions indispensables pour bétonner par temps froid. Holcim Bétons

Les précautions indispensables pour bétonner par temps froid. Holcim Bétons Les précautions indispensables pour bétonner par temps froid Holcim Bétons Action du gel sur le béton frais L'action du froid sur le béton frais agit de façon néfaste sur les caractéristiques des bétons

Plus en détail