ARCHIVAGE DOCUMENTAIRE:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARCHIVAGE DOCUMENTAIRE:"

Transcription

1 ARCHIVAGE DOCUMENTAIRE: ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION Papier contre bits

2 S o m m a i r e Lisibilité des documents à t=0 Focus : «Scanner plus vite que son ombre» Authenticité, non-répudiation Les signatures Introduction 05 Organisation de ce livre blanc 07 Début de vie 09 Antériorité Fonction technique de l autorité d horodatage et de la contremarque du temps Intégrité des documents WORM so what? Signer les documents Les archiveurs papier Pérennité des formats Transfert des données vers un tiers archiveur Résistance au temps Recherche Gérer les avenants Focus : Perte de documents, perte d indexation (désynchronisation) Accessibilité Faiblesses des processus humains Gestion des habilitations Traçabilité Aparté : Compromis sécurité / Contraintes / Risques Justice CNIL Recommandations de la CNIL Destruction des documents Règlementaire Fin de vie Conclusion et perspectives

3 S o m m a i r e Signature électronique Détail signature et horodatage Usurpation d identité / Vol d identité Annexes 58 Remerciements A propos d OCTO Technology Auteur

4 I n t r o - Ca y est, on y est! - Où donc? - A la dématérialisation! Fini le papier, ah ça va faire du bien, ras le bol de cette paperasse qu il faut réceptionner, trier, classer, archiver. Vive la «démat»! Quand nos clients nous parlent de dématérialiser leurs documents papier, surtout dans le cas de documents en provenance de leurs propres clients, la plupart du temps, ils ne voient que les gains, oubliant leurs obligations et les enjeux qui en découlent. Dans les gains, ils nous évoquent et à raison : Certes mais, «ce n est pas parce que vous vous êtes débarrassés du papier qu il n y a plus rien à faire». Arrêtons-nous un instant pour évoquer ce qu effectivement nous voulons traiter ici ou plutôt ce que nous ne traiterons pas. Nous n aborderons pas les processus liés au traitement des documents, certes indispensables à la gestion de la dématérialisation du papier en entrée dans l entreprise. Mais plutôt l étape d après, c est-à-dire de la gestion à plus ou moins long terme des documents une fois entrés dans les systèmes. Ici, un mot vous a peut être interpellé : «document». Effectivement, qu il soit sous forme sonore, archivage rime avec document. Chaque document forme un tout indissociable fonctionnellement ou juridiquement. Archiver des données éparses comme dans des tables d une base de données relationnelles n est pas ce qui va nous préoccuper ici. Cet archivage, dit technique, ne permet qu au prix d efforts titanesques et rédhibitoires, une restitution cohérente a posteriori (notamment dans la reconstitution des liens entre les données). Ici, ce qui nous préoccupe en revanche est l archivage documentaire. Riches de notre expérience, nous avons voulu dans ce livre blanc porter un regard sur les enjeux en matière de gestion de l archivage documentaire en comparant format papier et format électronique. Ce livre blanc ne prétend donc pas répondre de manière exhaustive à toutes les problématiques mais bien de voir les avantages, les inconvénients ou les risques liés à chaque format, et de proposer des contre-mesures pour compenser les faiblesses de l un ou de l autre. en clientèle ou ailleurs, justement «histoire» de ne pas être trop rébarbatifs, ni paraître poussiéreux. Avouez-le! l archivage vous a fait penser à la poussière, au fond d un bâtiment décati! On ne vous en veut pas, nous sommes passés par là également. On a pouffé, puis on a ri, puis froncé les sourcils, puis plus sérieusement, on s est dit qu il y avait là un sujet au cœur de la DSI pour les 10, 20, 30 voire 100 années à venir. Ca vous tente? Et bien c est parti! 5

5 O r g Organisation de ce livre blanc La rosace des enjeux ci-dessous va nous guider tout au long de ce livre cinq grands thèmes : «Début de vie» : Enjeux du début du cycle de vie du document à archiver, «Résistance au temps» : Enjeux liés à la conservation quement considérer sur du très long terme, : Enjeux d accessibilité et d utilisation des documents archivés, «Réglementaire conformité et à la réglementation en cours, «Fin de vie destruction. a Destruction Lisibilité à t0 Authenticité CNIL Antériorité Justice Enjeux archivage documentaire Intégrité Traçabilité Pérénité format Confidentialité Transférabilité Accessibilté Recherche 7

6 Début de vie Nous sommes ici au tout début du cycle de vie de l archivage. Trois thèmes y seront abordés : Lisibilité des documents à t=0 : il s agit d évoquer le fait qu un document, pour pouvoir être archivé, doit être lisible par un humain. Authenticité : nous aborderons les points permettant de garantir qu un celui qu il prétend être. Nous parlerons ainsi de non répudiation. Antériorité : nous traiterons ici des problématiques d horodatage et de, indispensable pour établir précisément la date d archivage d un document et, par extension, l antériorité entre documents. Lisibilité des documents à t=0 Aussi évident soit-il, tout document archivé doit être lisible par un humain. C est un pré-requis. Ci-après, notre tableau de synthèse que vous retrouverez tout au long de ce livre blanc. Dans ce tableau sont exposés les points importants sur chacun des formats, papier ou électroniques, avec leurs forces, leurs faiblesses ou leurs risques et les «contre-mesures» permettant autant que possible de limiter ces derniers. Format Forces Faiblesses / Risques Contre-mesures Papier Electronique Facilité de lecture : lire un document ne pose pas de problème particulier, on peut donc s'assurer qu'il est lisible lors de sa prise en charge. Productivité : lire un document sur papier est plus productif que sur écran. Facilité de lecture : lire sur un écran ne pose pas de problème particulier, on peut donc s'en assurer dès sa prise en charge. Risque humain : sérieux de l'opérateur faisant la vérification, omission (ex. document glissé entre 2 autres) Processus long : si le document est scanné ensuite : les processus de vérification se font en 2 temps : sur papier puis lecture du document scanné. Risque humain : sérieux de l'opérateur faisant la vérification. Cf. problématique des documents scannés ci-dessus. Limiter le risque humain : assurer une qualité amont via des réglages et calibrages des scanners. 9

7 Focus : «Scanner plus vite que son ombre» La prise en charge des documents, dans un processus de dématérialisation en entreprise, passe le plus souvent par l usage de scanners industriels 1. Ils sont calibrés pour capter une image lisible et ceci en un temps record ; entre 0,25s et 0,5s pour une feuille A4. Cette rapidité est au détriment d une des Documents). De ce fait, certaines teintes de papier, certaines encres, certains formats peuvent impliquer de refaire un calibrage pour obtenir un bon rendu (i.e. avoir un document lisible / intelligible une fois numérisé). Par conséquent, le calibrage implique un ajustement et un allongement potentiel des processus de prise en charge documentaire. Authenticité, non-répudiation gine et que son auteur est bien celui qu il prétend être. On parle aussi de non répudiation. La non-répudiation est le fait de s assurer qu un contrat, notamment un contrat signé, ne peut être remis en cause par l une des parties contractantes. La non répudiation d un document se fait essentiellement via un mécanisme bien connu de tous : la signature (en complément voir le chapitre «Signer les documents» où l on aborde le thème de la signature électronique). Les signatures Signer un document peut s accomplir selon diverses méthodes dont voici les différents modes de validation : Ce que l on connaît : Ce que l on détient : Ce que l on est : Empreinte digitale, rétinienne ou tout autre élément biométrique, Ce que l on sait faire : «Biométrie comportementale» telles que signature manuscrite, reconnaissance de la voix, connaissance d un algorithme. 1 Scanner industriel et caractéristiques techniques, constructeur Opex : 10

8 Format Forces Faiblesses / Risques Contre-mesures Papier Simplicité et coût : la signature manuscrite sert à authentifier pour un coût quasi nul. Tiers de confiance habilité : les documents peuvent être confiés à des tiers de confiance certifiant l'authenticité. Fiabilité : la signature manuscrite n'est pas réputée infaillible (imitation, évolution de l écriture ). Même si dans les faits, les cas de litiges sont peu nombreux. Coût tiers de confiance : l'usage de tiers de confiance ne peut être systématique (coût, difficulté de mise en place). Fiabilité accrue : par le déplacement physique de la personne pour déposer, signer les documents en cas de risque élevé d'usurpation d'identité ou suivant les enjeux. Electronique Fiabilité : la signature électronique couplée à des autorités de certification offre un très bon niveau de certification / authentification des documents. Reconnaissance juridique : la signature électronique est juridiquement équivalente à la signature manuscrite. Fiabilité limitée : la signature électronique simple (hors classe 3, voir explication plus loin), dans le cas d'une «relation à distance» comme sur Internet, n'évite pas le risque d'usurpation d'identité. Complexité : la mise en place d'une signature électronique à l aide d'un certificat implique parfois une gestion lourde (émission, réémission des certificats). Limitation juridique : en dehors d une copie dite conforme déposée par exemple chez un notaire, un document numérisé (même signé numériquement) ne peut se prévaloir du statut de copie numérique et non d'original. Fiabilité accrue : l usage de la voix comme empreinte authentifiante peut être un complément à une signature électronique simple. Fiabilité accrue : usage de la reconnaissance faciale comme complément à une signature électronique simple. Fiabilité accrue : usage de technique biométrique perfectionnée. La plus simple, la plus répandue et la plus ancienne est la signature manuscrite. Et la signature manuscrite, elle fait foi! Combien de fois avez-vous entendu cette petite phrase qui sacralise le paraphe manuscrit? C est en nous plongeant dans l usage de la signature électronique et en faisant le parallèle avec celle manuscrite que nous nous sommes aperçus que, certes elle fait foi juridiquement, car il y a beaucoup de existent autour des testaments contestés du fait d une écriture différente de celle du moment. Votre notaire vous le dira, si vous faites un testament olo- que votre écriture et votre signature restent en accord avec le moment présent. 11

9 - A part cela, il existe, comme évoqué ci-dessus, tout un arsenal d outils pour ciers ou juridiques, les risques et les moyens que vous souhaitez mettre à disposition, c est à vous de choisir. La biométrie bien de la bonne personne ; seulement voilà, lorsque l on parle d une lecture d empreinte digitale ou rétinienne, il faut mettre en place un ensemble d outils (Business To Consumers). En revanche, l usage de l empreinte vocale 1b, même si elle n est pas répu- téléphonie, un déploiement à peu de frais. Elle peut alors jouer un rôle de complément à l usage d un mot de passe délivré à une personne via un courrier avec AR (Accusé de Réception) par exemple. Un autre mode, complémentaire, est en train de faire son apparition dans le grand public. Il s agit de la reconnaissance d un individu par son visage ou «reconnaissance faciale 2». Il y a une dizaine d années, ce procédé a été vu à l œuvre sur des contrôles d accès à des laboratoires de R&D ultra sécurisés. Il s est ensuite répandu au niveau de certains aéroports internationaux (comparaison entre votre photo et le visage réel), puis lors de passage de douane (détection d individus 1b Reconaissance vocale : 2 Reconnaissance faciale : 12

10 rant par l intermédiaire des webcams, désormais intégrées dans la plupart des ordinateurs et couplées à des logiciels tels que «FastAccess 3». Ce deux individus différents et la robustesse à reconnaître un même individu nête pour les versions grand public. On peut donc tout à fait envisager son usage en complément du classique mot de passe. Dans le cas de la signature électronique (voir chapitre «Signer les documents» et «Annexes»), la peut être délicate. Tout -. Cette dernière doit vous égaré par exemple. C est là que cela se complique, car il faut d une part pouvoir stocker les. Si ce dernier est une personne physique faisant sa demande à distance, il doit potentiellement aussi prouver son identité. Soit par un login, mot de passe qu on aura pris soin de lui communiquer en s assurant de son identité courrier en AR par exemple, soit en saisissant un certain nombre d informations que lui seul peut connaître. Par exemple, - donnions à partir de notre avis d imposition. Cela lui permettait de garantir de D autres méthodes sont possibles qui, suivant leur degré de sécurité, s ap- Classe 1 : adresse requise du demandeur, Classe 2 : preuve de l identité requise (photocopie de carte d identité, par exemple), Classe 3 : preuve de l identité + présentation physique du demandeur obligatoire pour l obtenir, Classe 3+ support physique extérieur : clé USB à puce, ou carte à puce ; exit donc les de Commerce de Paris aux entreprises). 3 FastAccess : 13

11 Suivant le triptyque éculé, vos enjeux métier, vos risques et les moyens à votre disposition devront vous diriger vers le bon choix d implémentation. Antériorité Il s agit de dire avec certitude qu un document est antérieur ou postérieur Format Forces Faiblesses / Risques Contre-mesures Papier Couverture par des processus humains : usage d accusé de réception de la Poste, de retour par courrier (accusé de réception fonctionnel) et d horodatage par tampon sur papier. Tiers de confiance habilité : déposé chez un tiers habilité, l'antériorité devient juridiquement valable. Lourdeur des processus : prises en charge longues et lourdes. Risque humain : risque d'oubli, d'erreur, de malveillance. Fiabilité : dans l'absolu, l'antériorité sur format papier n'est pas nécessairement aisée à établir. Coût du tiers de confiance : le recours à un tiers de confiance systématique est lourd et pas toujours possible. Limiter le risque humain & fiabilité accrue : faire enregistrer les documents qui le nécessitent auprès d'un tiers de confiance (ex. notaire) habilité. L antidatage : reste fréquent. Electronique Tiers de confiance habilité : tiers horodateur permet de garantir la date d'archivage (prise en compte) d'un document. Réappropriation contractuelle, transfert : contractuellement, prévoir une clause de réappropriation des «horodatages» ou la possibilité de les transmettre à un autre tiers le cas échéant. Intégrité : l horodatage peut participer à la garantie d intégrité d un document archivé (voir Chapitre «Intégrité des documents»). Incompatibilité de formats : (voir chapitre «Transfert vers un tiers archiveur»). Tiers de confiance membre de la FNTC : s appuyer sur des tiers membres de la FNTC (Fédération Nationale des Tiers de Confiance). Un tiers horodateur, extérieur et indépendant de l organisme archivant, membre par exemple de la FNTC (Fédération Nationale des Tiers de Par un de ces membres, cet horodatage garantira, tout d abord, la date et 14

12 d un document par rapport à un autre. Ensuite, il participera à assurer l intégrité des documents (voir les chapitres «Intégrité des documents», «Signer les documents» et «Annexe») car la délivrance d un jeton d horodatage permet de sceller les documents. il garantira une exactitude car les horloges de référence utilisées sont Fonction technique de l autorité d horodatage et de la contremarque de temps Dans ce chapitre, nous ne pouvions éviter une description précise et pointue de autorité d horodatage 4. Source FNTC 5 : «tiers horodateur» 4 Horodatage : 5 FNTC : 15

13 Source : INPI (Institut Nationale de la Propriété Industrielle) 6 «INPI - - -, «6 Enveloppe Soleau, INPI : 16

14 Résistance au temps Une fois que les documents sont archivés, il va falloir les conserver et ceci pour des durées variables et parfois très longues. De ce fait, trois enjeux très long terme. Intégrité des documents : Nous parlerons ici de pérennité des supports physiques d archivage et de leurs conditions de stockage. Par ailleurs, nous verrons que pour les formats numériques, la signature électronique est un pilier pour garantir leur intégrité dans la durée. Pérennité des formats : Il s agira d évoquer les choix de formats de stockage des archives (numériques) autorisant leur lecture ou leur retranscription. Nous traiterons ainsi de l obsolescence des formats, de leur interopérabilité et de la manière d assurer leur pérennité via l usage de formats standards et ouverts. Transfert vers un tiers archiveur : Ou la capacité à transférer (voire à se réapproprier) ses propres archives. Nous reviendrons brièvement sur les notions de format standard et la notion de tiers archiveur au travers des normes AFNOR. Intégrité des documents L intégrité c est l état d un tout, d une chose qui est dans son entier. Garantir l intégrité d un document c est alors garantir qu aucune altération ou destruction volontaire ou accidentelle ne devrait venir les dégrader. Que l on soit sous format papier ou électronique, il est important de pouvoir garantir l intégrité des documents durant tout le temps de leur conservation, c est-à-dire sur 5, 10, 15 voire 100 ans. Mais 100 ans, est-ce réaliste? Faisons ici un aparté sur la conservation d un document sur 100 ans, en prenant l exemple d un contrat d assurance vie : imaginons que M. X souscrive à 20 ans et qu il vive jusqu à 90 ans. Nous sommes déjà à 70 ans de conservation du contrat ; sans descendance déclarée après son décès il y a potentiellement la prescription de 30 ans, période pendant laquelle l assureur doit conserver le contrat s il n a pas années, on parle de contrat en déshérence 7. Alors , le compte y est. 7 Contrats d assurance vie en déshérence : 17

15 Format Forces Faiblesses / Risques Contre-mesures Papier Intégrité et longévité : stocker dans de bonnes conditions hygrométriques, à l'abri de la lumière dans des locaux surveillés ; le papier a fait ses preuves. Sauvegarde : on peut mettre en place des sites distants de stockage de copies d'archive Sinistres : les incendies, les inondations, les rongeurs, les vols, les destructions volontaires. Pérennité encres papier : les encres papier sur les facturettes sont peu résistantes à la lumière et s'estompent parfois très vite. Le risque est limité de 2 à 5 ans mais plus délicat sur du long terme. Pérennité encres photos 8 : pour les photos et les films des limitations existent sur le long terme. Fiabilité synchronisation : les sites distants de copies d'archives papier n'ont pas de système de synchronisation sans faille de fiabilité. Limitation juridique : les sites de copies ne sont que des sites de copies => juridiquement limitées en termes de reconnaissance. Tiers archiveurs conforme à l AFNOR NF Z : locaux spécialisés (à l'abri de la lumière et dans de bonnes conditions hygrométriques), surveillés. Plan et site de repli pour déplacer les archives originales. Electronique Intégrité : les algorithmes de signature / chiffrement permettent de garantir l'intégrité des données. Intégrité : il existe des supports physiques intègres de type WORM (Write Once Read Many). Hacking (sécurité) : les clés des algorithmes de signature seront à un moment donné facilement «hackables». Dégradation des supports physiques : les supports de type disque optique en polymère s'altèrent dans le temps. Dans le cas des CD-R et DVD-R (version grand public ou professionnelle, indépendamment des marques), les processus chimiques et le vieillissement qui leur sont associés sont mal maitrisés! La qualité de la conservation fluctue. Sinistres : les incendies, les inondations, les vols, Sécurité accrue : algorithmes de signature mis à jour quand le risque d intégrité n est plus couvert. Contrôle des supports : avoir la possibilité de relire les médias périodiquement avec procédure de contrôle et régénération si nécessaire. Changement de supports : avoir une capacité à copier / dupliquer rapidement numériquement vers d'autres supports intègres. La fréquence est variable suivant les supports. Une relecture tous les 5 ans avec possibilité de copie vers un nouveau support est recommandée pour les supports de type DVD-R standard ou professionnel. Besoin d infrastructure immobilière : les supports numériques ont aussi besoin de bonnes conditions de conservation : température, lumière, humidité. Multiplication des supports / sites : pour la réplication informatique. Tiers archiveurs conformes à la norme AFNOR NF Z : locaux spécialisés (à l'abri de la lumière et dans de bonnes conditions hygrométriques), surveillés 8 Longévité tirage photos : 18

16 WORM so what? Garantir que l on va pouvoir conserver des documents sur le long terme ne s improvise pas. L archivage papier tout comme l archivage électronique doit suivre des normes et être. Pour l archivage papier nous parlons de la norme AFNOR NF Z et pour l archivage électronique de la norme AFNOR NF Z En ce qui concerne l archivage électronique, garantir l intégrité des données repose sur le concept de sauvegarde sur un support de type WORM (Write Once Read Many). Il y a les WORM non réinscriptibles : disques optiques numériques, CD-R, DVD-R et WORM réinscriptibles : bandes magnétiques avec un lecteur / enregistreur bloqué pour empêcher les mises à jour (disques magnétiques, SAN et NAS également bloqués). La seconde catégorie est depuis peu considérée comme recevable par la norme NF Z Ce qui nous intéresse ici, c est la première catégorie, car très massivement utilisée pour l archivage jusqu à aujourd hui. Je vais parler ici en tant qu ancien physicien. De mes cours de chimie, j ai retenu qu un polymère (matière dont les CD sont constitués) n est pas stable dans le temps et qu il se dégrade. Je me souviens alors avoir tremblé pour ma collection de CD naissante, que je devrais renouveler, pensais-je à l époque, toutes les «xx» années, ne sachant pas très bien quoi mettre derrière le «xx». Pourtant, 30 ans plus tard, je réécoute les valses de Chopin sur un enregistrement de 1979 de Claudio Arrau-Philips sur un CD pressé par Philips en 1980 et tout se passe à merveille. C est mon plus vieux CD! Depuis Philips a revendu tout son catalogue en même temps qu il se mettait genres avec ce type de matériel. Mais quelle fut ma surprise quand 2 ans plus tard, je constatai que certaines de mes gravures s étaient altérées m offrant restitution sonore de haut vol. Non je ne citerai pas de marques! Mais, on pourrait penser qu un graveur de salon n a rien à voir avec un graveur professionnel pour de l archivage d autant plus que la qualité des supports est primordiale pour assurer une bonne gravure. Théoriquement peut être, mais en pratique laissez-nous vous révéler les résultats d études que l INA (Institut National des Archives) a initiées sur ses propres archives sonores (archives gravées sur des supports CD-R). 9 Norme AFNOR NF Z : 10 Norme AFNOR NF Z : 19

17 LNE Concernant les CD-R ou DVD-R gravés, les recommandations du LNE (GIS-DON) sont alors de faire plusieurs copies à vitesse modérée, les conserver à l abri de la lumière dans un lieu à faible variation de température et tous les 5 ans, faire des relectures-copies vers d autres supports. Note : 11 LNE, étude vieillissement des données numériques : journee-information/presentations/3-gis-don-vieillissement-naturel-accelere-don.pdf 12 LNE, étude vieillissement des données numériques : conservation-donnees-numeriques-gis-don.asp 20

18 Note : La BnF (Bibliothèque nationale de France) a lancé une étude 13 sur le vieillissement des CD pressés es résultats tendent à montrer, que jusqu à présent, il y a une bonne conservation générale de ces supports pressés enjeu consistant à faire des copies vers d autres - 13 Les résultats étude BnF : 21

19 Signer les documents Suivant les cas d usage la signature électronique peut être au cœur de l archivage dématérialisé, nous ne voulons pas ici faire un exposé dessus, ils sont légions sur le web (+ voir Chapitre «Annexes»), mais certains aspects relatifs sont primordiaux. Attaquer un entrepôt d archivage de données physiques, ce n est pas franchement ce qui excite un braqueur, mais attaquer un entrepôt d archivage de données électroniques, curieusement ça attire plus de monde. Nous ne personne n ait, à un instant donné, pu se procurer les données archivées sur un CD ou sur n importe quel autre support. Aujourd hui et à court voire moyen terme (entre 5 et 10 ans), les algorithmes de signature électronique devraient résister aux hackers. Mais à plus long terme, il est certain, sans toutefois savoir précisément quand, que les signatures seront «craquables» et pour éviter la même déconvenue des cartes bancaires françaises - voir l histoire de Serge Humpich que nous rapportons plus bas - il sera nécessaire de mettre régulièrement à jour les algorithmes de ces mêmes signatures. Mais comment faire si l on ne veut pas toucher aux documents archivés? L archiveur ayant la responsabilité du stockage des documents et de leur rajouter sur le modèle des poupées russes 14, une nouvelle enveloppe encapsulant les documents et la signer lui-même sur la base des standards les plus performants du moment. Il entourera ainsi la précédente enve- - est sollicité pour cette opération de maintenance. Le principe est simple - Pour donner une image dans le monde physique, tout se passe comme si l archiveur ne pouvant garantir la sécurité d un coffre fort, parce que la clé est facilement imitable ou parce que les parois sont dans un maté- décide de le placer dans son propre coffre fort plus résistant. Il renouvelle ensuite l opération à chaque fois que nécessaire en plaçant le coffre fort précédent dans un nouveau plus résistant. A chaque itération un huissier assiste à l opération et valide l heure et le jour de ladite opération. 14 Principe des enveloppes en mode poupées russes, Cryptolog : web/display/fr/perennity+-+features+-+cryptographic+archiving 22

20 Les archiveurs papier Les archiveurs papier sont légions, spécialisés dans la conservation longue durée, ils ont un savoir faire indiscutable et reconnu par AFNOR NF Z Source : Iron Mountain Une garantissent 15 marque-nf.com/download/produits/fr/nf342.pdf 16 Archivage pour le compte de Swiss Life, Iron Mountain : resource/casestudies/swiss-life-case-study.pdf 23

21 Et pourtant les archiveurs papier ne sont pas à l abri de déconvenues. Un collègue, sur un projet, nous raconte qu il a croisé durant sa longue expérience de la «démat» comme il dit, un archiveur, dont il a tu le nom, à qui la mésaventure d un bloc de béton tombant lamentablement sur un de ses partie fut totalement perdue. Pérennité des formats Il s agit de savoir lire ou retranscrire un format d archive dans la durée. Sur papier, il fait peu de doute que dans 100 ans on saura relire le contrat d assurance vie souscrit auprès de la «Super Mondiale des Assurances». En revanche, sous un format électronique l enjeu est tout autre. Qui nous dit que le contrat rédigé sous le format Word 2003 sera lisible en 2053? Et le lecteur de CD capable de lire l archive sera-t-il toujours maintenu par un fabricant en 2053? On voit clairement ici l enjeu de la pérennité des supports physiques et des formats numériques (voir Histoire de l INA chapitre «Intégrité des documents») sur le long terme. Sur le court et moyen terme (< 10 ans), les enjeux sont moins critiques, d autant plus si l on est vigilant (voir notre tableau de synthèse en page suivante). S appuyer sur des formats standards, ouverts est probablement le meilleur moyen de pérenniser ses archives car de cette manière elles resteront lisibles et compréhensibles, le format étant public donc connu de n importe quel acteur d une chaîne d archivage, maintenant et plus tard. On pourrait ainsi parler de formats «boîte blanche». Il faut toutefois garder à l esprit que les transferts vers d autres supports et / ou formats à un moment est possible, voire nécessaire, soit parce que les lecteurs d archives («appareils» électroniques ou informatiques), tendront à devenir obsolètes soit parce que le format aura subi des amé- documents n ont pas été signés par un tiers tel qu un client. Dans ce cas seul un des années plus tard. Limiter le nombre de supports et formats à archiver permet aussi d assurer une meilleure pérennité. En revanche, choisir un format adapté au type de contenu et éventuellement à son métier (voir Histoire ci-après) est incontournable. 24

22 Format Forces Faiblesses / Risques Contre-mesures Papier Pérennité à long terme : bien au-delà d'une échelle de temps humaine, on saura facilement lire le langage sur papier. N/A N/A Electronique Pérennité à moyen terme : sur le court et moyen terme (< 10 ans) pas de dette technique Désuétude des formats : format propriétaire, format qui tombe en désuétude au fil des ans et finalement n'est plus supporté. Pérennité des formats accrue : s'appuyer sur des standards ouverts éventuellement en lien avec son métier : ex. PDF, GIF, TIFF, XML, STEP Multiplicité des formats : à supporter les années passant. Obsolescence des lecteurs : lecteurs obsolètes et plus supportés voire irréparables. Conséquence, les supports physiques ne sont plus lisibles. Réduction de la multiplicité : en limitant le nombre de formats archivés. Réduction de l obsolescence : sur le long terme (> 10 ans) ne pas rejeter l idée de s appuyer sur un archivage papier. Réduction de l obsolescence : voir Contre-mesures «Intégrité des documents». Réduction de l obsolescence : migrer à intervalle de temps régulier vers des formats plus pérennes. terme (> 10 ans) et si vous le pouvez, rien ne vous interdit de vous rabattre Deux formats sont considérés comme peu risqués pour un archivage de longue durée : il s agit des formats PDF et XML. Dans un souci d interopérabilité entre les opérateurs de la GED et les archiveurs, le format PDF/A-1 17 a de la diffusion et des échanges de documents aux formats électroniques. Il a été massivement adopté par l ensemble des opérateurs publics ou privés. Le langage XML est lui particulièrement bien adapté à l archivage de documents au format texte car : XML est un standard ouvert, gratuit, libre de droits, XML est au format texte, donc très facilement lisible et compréhensible, Un document XML est auto-descriptif : il contient la structure et les données elles-mêmes, XML est un métalangage, il est extensible, XML a une structure en arbre permettant de modéliser tout type de structures complexes. 17 PDF/A-1 : 25

CONSERVATION DES DOCUMENTS ELECTRONIQUES SANS SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE

CONSERVATION DES DOCUMENTS ELECTRONIQUES SANS SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE Cadre législatif et règlementaire Code du patrimoine Code général des collectivités territoriales Décret n 79-1037 du 3 décembre 1979 modifié relatif à la compétence des services d publics et à la coopération

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Ce que dit la norme 2009

Ce que dit la norme 2009 Mettre en œuvre un système d archivage électronique : les apports de la norme révisée Ce que dit la norme 2009 Formation APROGED 2009 1 Domaine d application de la norme Politique et pratiques d archivage

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

Eway-Solutions Plateforme d inter-échange de factures électroniques. Service en mode SAAS orienté PMI/PME

Eway-Solutions Plateforme d inter-échange de factures électroniques. Service en mode SAAS orienté PMI/PME Eway-Solutions Plateforme d inter-échange de factures électroniques Service en mode SAAS orienté PMI/PME le 11/04/2012 ARISTOTE Contexte Adaptation française de la directive 115 de l UE, les articles 289V

Plus en détail

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01 CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE IRISLINK le 15 Février 2012 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01101100 Un monde d informations en toute confiance

Plus en détail

Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin

Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin Horodatage Sécurisé J.M. Fourneau Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin M2 ASS-ACSIS 2008, Université de Versailles St Quentin [1/25] Horodatage Sécurisé Le service d horodatage

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

! "! #! $%& '( )* &#* +,

! ! #! $%& '( )* &#* +, !"#$ % & '! "! #! $%& '( )* &#* +, ( )' *!- + Le Système d Information AUJOURD HUI : à tous les Acteurs «DEMAIN La révolution : à tous digitale les inverse «Citoyens les défauts» : ce qui était autrefois

Plus en détail

FORUM ICT pour PME. le 21 septembre 2015

FORUM ICT pour PME. le 21 septembre 2015 FORUM ICT pour PME le 21 septembre 2015 «Les avantages de l archivage électronique au quotidien: quelle approche pour mon entreprise?» Vincent Kolaczynski, CK Définition Archivage : Action de conserver

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sauvegarde Version 1.0 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sommaire I. Introduction... 3 II. Définition de la sauvegarde... 3 III. Stratégie de sauvegarde... 3 IV. Types de sauvegarde... 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT -----------------------------------------------------------------------

Enseignement Informatique. Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- Enseignement Informatique Classe de Bac Pro SAPAT ----------------------------------------------------------------------- MP4: Communication en situation professionnelle. -----------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, UN ENJEU STRATEGIQUE. DBB Groupe ICT

LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, UN ENJEU STRATEGIQUE. DBB Groupe ICT LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, DBB Groupe ICT Plan LA SECURITE DU PATRIMOINE NUMERIQUE, Le Patrimoine informationnel Menaces & Conséquences Responsabilité du Chef d Entreprise Comment répondre aux

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008 LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT ET SON ASSURANCE DES PISTES A EXPLOITER INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER PRESIDENT DE L UNCA Société de Courtage des Barreaux Maison

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

Votre référentiel documentaire. STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise

Votre référentiel documentaire. STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise Votre référentiel documentaire STS.net Solution de gestion et de conservation des actifs documentaires de l entreprise STS group le groupe STS Créé en 1984 Autonomie et stabilité financière Partenaire

Plus en détail

Groupe PIN Paris le 28 juin 2005

Groupe PIN Paris le 28 juin 2005 Groupe PIN Paris le 28 juin 2005 Caractéristiques d un système d archivage Ouverture Le modèle OPETIS Pérennité Sécurité Évolutivité Intégrité Traçabilité Les fonctions couvertes par ARCSYS Interfaces

Plus en détail

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique

Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) Délibération n 03-036 du 1er juillet 2003 portant adoption d'une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique 01

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS MARCHÉS PUBLICS INTRODUCTION La dématérialisation des procédures de marchés publics est une technique permettant une gestion

Plus en détail

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation SOMMAIRE Préambule P. 3 La dématérialisation de la production comptable : Théorie Définition Enjeux Objectifs Investissements Processus de dématérialisation AVANT / APRES la mise en place d une solution

Plus en détail

Foire aux Questions Salariés. Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale

Foire aux Questions Salariés. Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale Foire aux Questions Salariés BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / épargne / services financiers spécialisés Foire aux Questions Salariés

Plus en détail

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché.

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché. Paris, le 19 décembre 2008 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les responsables des Services des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ.

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. un FLUX DE TRAVAIL AUTOMATIQUEMENT AMÉLIORÉ. C est un fait, même si votre bureau est parfaitement organisé, les

Plus en détail

ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION

ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION 2 JOURS DE FORMATION ARCHIVAGE ET DEMATERIALISATION 6 et 7 octobre 2009 CNIT - PARIS LA DÉFENSE Mardi 6 octobre Comment gérer un projet de mise en place d un système d archivage électronique, application

Plus en détail

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité DEMATERIALISATION Signature électronique et sécurité Editeur du Progiciel MARCO, le spécialiste de la gestion des achats et marchés publics Parc Euromédecine 95 rue Pierre Flourens 34090 MONTPELLIER Tél

Plus en détail

Contactez-nous. Note sur les solutions de numérisation et archivage.

Contactez-nous. Note sur les solutions de numérisation et archivage. Note sur les solutions de numérisation et archivage. La dématérialisation du document papier et le traitement automatique du document numérisé. Contactez-nous RSD S.A. 41, Rue Marziano CP 1750 1211 Genève

Plus en détail

Politique de Signature Électronique de DICTServices

Politique de Signature Électronique de DICTServices Politique de Signature Électronique de DICTServices Politique de signature électronique de DICTServices version 1.0.0 1/8 Suivi du document Version Date Origine de la mise à jour Rédigé par 1.0.0 01/12/12

Plus en détail

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité!

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! Introduction Les avantages d une GED : 1. Sécurise les données de votre entreprise : La GED devient la mémoire

Plus en détail

Chapitre II. Introduction à la cryptographie

Chapitre II. Introduction à la cryptographie Chapitre II Introduction à la cryptographie PLAN 1. Terminologie 2. Chiffrement symétrique 3. Chiffrement asymétrique 4. Fonction de hachage 5. Signature numérique 6. Scellement 7. Echange de clés 8. Principe

Plus en détail

Conservation des données à long terme

Conservation des données à long terme Rencontres ACADM 26 juin 2014 Conservation des données à long terme Sandrine DANIEL, data manager Sandrine VINAULT, data manager Isabelle FOURNEL, médecin épidémiologiste CIC 1432 Module Epidémiologie

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha Les archives de l entreprise à l ère du numérique Présentée par: HAMMA Mustapha Définition des archives Toute information enregistrée, produite ou reçue dans la conduite d'une activité institutionnelle

Plus en détail

Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro de carte bancaire!

Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro de carte bancaire! Service e-carte Bleue Adoptez la simplicité et la tranquillité pour tous vos achats en ligne avec le service e-carte Bleue! EN BREF Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Introduction et cadrage Jean Pierre Buthion, Pdt de la Commission Identités Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Analyse et synthèse

Plus en détail

Service e-carte Bleue

Service e-carte Bleue Service e-carte Bleue Adoptez la simplicité et la tranquillité pour tous vos achats en ligne avec le service e-carte Bleue! EN BREF Achetez en toute sécurité sur Internet sans communiquer votre numéro

Plus en détail

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS QUESTIONNAIRE DE LA CONSULTATION MEMOIRE TECHNIQUE Par la signature finale de ce document par une personne habilitée

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

J'ai un patrimoine électronique à protéger

J'ai un patrimoine électronique à protéger J'ai un patrimoine électronique à protéger Je ne sais plus ou mettre mes fichiers «J'ai de grandes volumes des fichiers et je ne sais plus vraiment comment faire pour bien les conserver.» «Les produits

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Les Ateliers Info Tonic

Les Ateliers Info Tonic Les Ateliers Info Tonic La dématérialisation des processus documentaires Mardi 9 octobre 2012 8h30-10h30 Grand Salon La Gestion Electronique de l Information et des Documents d Entreprise Environnement

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde?

La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde? La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde? SOMMAIRE Introduction I. Les risques encourus avec un système de sauvegarde traditionnelle II. Les attentes

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

éditée par Cryptolog

éditée par Cryptolog powered by La plateforme Cloud de signature électronique, d horodatage et de gestion des identités éditée par Cryptolog www.universign.com LES OFFRES CLOUD Signature électronique Universign Pro Universign

Plus en détail

Vote par Internet : quel avenir?

Vote par Internet : quel avenir? Journée de la sécurité des systèmes d information du 22 mai 2008 Proposition d intervention Thème général : anonymat, vie privée et gestion d'identité Vote par Internet : quel avenir? Le 22 mai 2008 Benoit

Plus en détail

Archivage de documents à valeur juridique. Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz

Archivage de documents à valeur juridique. Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz Archivage de documents à valeur juridique Présentation du coffre-fort électronique CDC Zantaz CDC ZANTAZ Tiers archiveur - Tiers de confiance La référence en matière de confiance CDC ZANTAZ créée 2001

Plus en détail

Les Manuscrits des moines copistes à la fin du Quinzième siècle. Dématérialiser l expertise. Dématérialiser. Dématérialiser.

Les Manuscrits des moines copistes à la fin du Quinzième siècle. Dématérialiser l expertise. Dématérialiser. Dématérialiser. Dématérialiser l expertise Des experts sans papier Les Manuscrits des moines copistes à la fin du Quinzième siècle et Nos dossiers d expertise dans des cartons et des classeurs DE DELICIEUX ANACHRONISMES

Plus en détail

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management

ibelem Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management ibelem ENJOY MOBILITY Solutions d EMM : l accompagnement d un partenaire expert, clef du succès du projet Livre blanc IBELEM - Enterprise Mobility Management De l art de bien choisir «Devine, si tu peux,

Plus en détail

2011 MyHRbox.com, Tous droits réservés. Présentation de la solution Textes et Images sont propriété de Soft-IT

2011 MyHRbox.com, Tous droits réservés. Présentation de la solution Textes et Images sont propriété de Soft-IT 1 Pourquoi dématérialiser les documents RH? Gain de place Les archives papier prennent beaucoup de place. La dématérialisation permet de libérer des surfaces importantes. Economie de temps pour le management

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Chapitre 5 La sécurité des données

Chapitre 5 La sécurité des données 187 Chapitre 5 La sécurité des données 1. Les risques de perte des données La sécurité des données La sauvegarde des données est essentielle pour une entreprise, quelle que soit sa taille, à partir du

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ?

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? L a montée en puissance des fuites de données en tout genre et l explosion des volumes de données

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP A. Guermouche A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 1 Plan 1. Certificats X509 2. Clés PGP A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 2 Plan Certificats X509 1.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/134 AVIS N 09/23 DU 6 OCTOBRE 2009, MODIFIÉ LE 9 NOVEMBRE 2010, CONCERNANT LA DEMANDE DE L INSTITUT NATIONAL D

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS EXTERNE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Réponses à des questions techniques à partir d un dossier portant sur

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ.

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. un FLUX DE TRAVAIL AUTOMATIQUEMENT AMÉLIORÉ. C est un fait, même si votre bureau est parfaitement organisé, les

Plus en détail

Gestion de l Identité Numérique

Gestion de l Identité Numérique Gestion de l Identité Numérique La France veut accélérer et consolider le développement de l Economie numérique, instaurer la confiance numérique et lutter contre la fraude et l usurpation d identité,

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

Présente «Le Contrôle d Accès»

Présente «Le Contrôle d Accès» Présente «Le Contrôle d Accès» 3ème SALON DE LA SECURITE Présentation DM Conseil Cabinet d étude spécialisé dans les interventions autour des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.(

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

La postproduction. 2014 Pearson France Canon EOS 70D Philippe Garcia

La postproduction. 2014 Pearson France Canon EOS 70D Philippe Garcia 7 La postproduction 7 n La postproduction Revenons maintenant à la photo. Vous venez d immortaliser un instant et vous êtes satisfait de la prise de vue que vous avez contrôlée sur l écran arrière. Attention,

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Sauvegarde et archivage

Sauvegarde et archivage Les Fiches thématiques Jur@tic Sauvegarde et archivage de vos données informatiques Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi SAUVEGARDER SES DONNÉES? Quels que soient vos usages des outils informatiques,

Plus en détail

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS ? Vous achetez en ligne Alors suivez notre guide! EDITION 2012 LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS VOUS SAUREZ TOUT SUR L'ACHAT EN LIGNE! AVEC NOTRE GUIDE DU CYBER SHOPPING! UN GUIDE DE LA «2 Éditorial Partant

Plus en détail

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics ANNEXE Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics A l usage des Utilisateurs Opérateurs Economiques Mise en vigueur le 19/05/2013-1 - Préambule : Les

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Introduction ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Sauvegarder ses données à domicile ou sur Internet Qui n a jamais perdu des photos ou documents suite à une panne

Plus en détail

Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr

Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr Présentation du nouveau portail de la profession 6ème édition des Journées "Internet pour le droit" 03/11/04 Commission informatique Novembre

Plus en détail

LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE

LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE LA MARQUE NUMÉRIQUE EXPERT-COMPTABLE Signexpert est une initiative majeure de la profession à destination de l ensemble de ses membres. Plus qu une simple signature, elle est une clef indispensable pour

Plus en détail

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? GED, dématérialisation du courrier Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? Jeudi 2 avril 2015 Rencontre 2 avril 2015 GED, dématérialisation du courrier : Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

Plus en détail

K alpa. Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC

K alpa. Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC K alpa Conseils Billling Éditique LIVRE BLANC Documents électroniques, recherchez l équivalence fonctionnelle. NOV. 2015 Introduction Publié il y a presque deux ans, en juillet 2014, la nouvelle réglementation

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA 1- Introduction 1.1 Présentation générale Ce document définit les Conditions Générales d Utilisation (CGU) des certificats délivrés dans le cadre

Plus en détail

Solution de sauvegarde externalisée

Solution de sauvegarde externalisée Solution de sauvegarde externalisée POURQUOI BACK NET «Le choix d une stratégie de sauvegarde performante présente pour les entreprises d aujourd hui, un véritable enjeu en termes de viabilité.» Elle doit

Plus en détail

Sécurisation des données

Sécurisation des données Sécurisation des données 1 Sommaire Introduction Les données informatiques et ce qu il faut savoir. Comment faire? Les solutions. Démo Présentation de deux logiciels Conclusion Pour conclure ce qu il faut

Plus en détail

Un extranet : obligatoire pour qui pour quoi?

Un extranet : obligatoire pour qui pour quoi? ARC / DOSSIER N 2 DU MOIS DE NOVEMBRE 2014 Un extranet : obligatoire pour qui pour quoi? Le nouvel article 18 Alinéa 6 de la loi du 10 juillet 1965 oblige, à partir du 1 er janvier 2015, les syndics professionnels

Plus en détail

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO POUR L ATELIER 2 Bonjour Cette année, la campagne de sensibilisation permet d approfondir notre connaissance sur le thème de la protection des informations confidentielles. DEUXIÈME

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Objectif Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Présenter des préconisations pour sécuriser le poste de travail informatique et son environnement sous forme de fiches pratiques. Public concerné

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Gestion documentaire. Gestion du changement. R Collomp - D Qualité D 2 Ges4on documentaire Phase 2 : Mettre en œuvre Gestion des projets Gestion Gestion du changement Gestion Plusieurs documents dans un organisme : Documentation technique Documentation sociale Documentation commerciale Documentation

Plus en détail

Organisez vos informations pour gagner en productivité. Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails,

Organisez vos informations pour gagner en productivité. Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails, Organisez vos informations pour gagner en productivité Dématérialisation des factures, Gestion de courriers, fax, emails, Traitement des dossiers clients, Archivage des pièces comptables, Diffusion des

Plus en détail

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main Sauvegarde de données de prise en main Pourquoi sauvegarder? L espace de stockage de nos ordinateurs continue sans cesse d augmenter. Le nombre de données que nous y enregistrons est de plus en plus important,

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

La gestion de la documentation

La gestion de la documentation La gestion de la documentation Des aspects méthodologiques & organisationnels.vers la mise en œuvre d un outil de GED M S. CLERC JOSY 13 OCTOBRE 2015 PLAN Définition d un projet de gestion de la documentation

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail