- Les procédures d Autorisation de Mise sur le Marché - Et comment lire un résumé des caractéristiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Les procédures d Autorisation de Mise sur le Marché - Et comment lire un résumé des caractéristiques"

Transcription

1 - Les procédures d Autorisation de Mise sur le Marché - Et comment lire un résumé des caractéristiques DESC de pathologie infectieuse 2013 Pr Daniel VITTECOQ SMIT - Hôpital de Bicêtre APHP- Faculté Paris Sud Dernier président de la commission d AMM

2 L AMM et ses drames Thalidomide, Grunenthal, 1950, Rosuvastatine, Bayer, 1997, Vioxx, MSD, 1999, 2004 Benfluorex, Servier, 1971, 2009 Une pression majeure de l industrie pour encourager la prescription voir inciter à un usage hors AMM Une pharmacovigilance déficiente Industriel et corps médical ont leurs responsabilités. Et pourtant le marché du médicament est un des plus régulé au monde Les futurs drames : les dispositif médicaux pour lesquels il n y a pas de régulation du marché et pas d AMM.

3 Pourquoi une AMM pour les médicaments? Un médicament n est pas un produit banal Le besoin de garantir un profil de qualité, de sécurité et d efficacité satisfaisant La nécessité de garantir des conditions d utilisations précises tant pour le patient que pour le prescripteur et pour la société qui rembourse au titre de la solidarité...

4 Qu est ce que l AMM? Un rapport entre un bénéfice et un risque: un exercice à la fois simple et compliqué Une évaluation d un bénéfice et d un risque au nom de la société à un temps donné: le caractère très temporel de l évaluation. De l AMM aux consensus L AMM obéit-elle à des règles précises? Non Il y aura des risques et le bénéfice peut varier Enfin un défi de plus en plus complexe au regard du progrès thérapeutique: la situation la plus simple: médicament vs placebo Le nouveau challenge: trouver l équilibre entre une forte demande et la victimisation sociale

5 La variable sociétale: Le NY Times 12 Janvier 1995: «if a murderer kills you, it s homicide. If the FDA kills you, it s just being cautious» à propos de l accès aux anti protéases dans le cadre du SIDA 10 ans après dans la grande Presse. Si la FDA vous tue, c est par incompétence.. Ou pire, par conflit d intérêt. à propos du Vioxx

6 Histoire de l AMM Une nécessaire rupture entre le politique et l évaluation pour introduire de la compétence et échapper aux liens d intérêt L AMM en France part de l histoire de la Thalidomide La FDA 1927 les pesticides 1930 le médicament Une direction du ministère de la santé (DPhM) Puis la création de la commission d AMM (années 60) L Agence du médicament (1993) L AFSSAPS (Sécurité sanitaire) L ANSM Et puis l étage européen

7 Les Etapes de la construction Européenne 1949 : Traité de Londres : création du Conseil de l Europe (protection des droits de l homme) 1951 : Traité de Paris CE du charbon / acier 1958 : Traité de Rome institue la CEE (FR DE BE NL LUX IT) Libre circulation (personnes, capitaux, services, marchandises), création d une union douanière 1979 : Première élection du parlement européen 1986 : Signature de l Acte Unique qui stipule qu on doit avoir une concertation inter états sur l accès aux médicaments 1995 : Création de l agence européenne EMEA European Medicine Evaluation Agency devenue maintenant EMA

8 Les interfaces national/europe L EMA prévaut sur les agences nationales pour les décisions d accès au marché Une fois les arbitrages rendus les décisions redescendent vers les états pour application de la décision. Les décisions sont contraignantes (Di-antalvic..) Les marges de manœuvres d un état sont quasi nulles en cas de désaccord avec la décision européenne sauf à limiter les conditions de prescription et délivrance qui restent dans le champ des prérogatives nationales L EMA est sous la tutelle du commissaire européen à la santé (était encore il y a peu sous celle de celui en charge de l industrie)

9 Avantages et limites de ce cadre européen Les avantages sont majeurs, politiques et médicaux: le plus gros marché occidental donc concurrentiel des USA (accès au marché, accès à l innovation) Les limites : l Europe est vaste et de cultures différentes Des systèmes de santé peu comparables Des couvertures sociales inhomogènes Une absence de cohérence des politiques de santé en terme de soin et de prévention Un prix inhomogène

10 L AMM n a pas de prix Il est bon que le débat économique soit dissocié de l évaluation du rapport B/R Le prix implique d autres acteurs après l AMM: La commission de transparence (HAS) qui évalue le Service Médical Rendu (SMR) (place du médicament dans le panier de soin) elle prépare les discussions au comité économique des produits de santé (CEPS), qui fixe les prix, organisme interministériel placé sous l autorité conjointe des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et de l économie Le débat porte sur le prix du produit et sur les volumes du produit et de l industriel

11 Le développement d un médicament, une prise de risque pour l industriel On part d une hypothèse et d une situation de besoin des règles précises de développement qui garantissent son usage humain Un développement pharmaceutique et des essais pré cliniques avant le passage chez l homme La presque totalité des produits qui rentrent dans le pipeline ne verront pas le jour Des essais de Phase 1 à 4 Deux essais de phase 3 permettent d octroyer l AMM si le B/R est favorable En plus du pharmaceutique et de la préclinique

12 Le Pipeline R&D mondial en nouveaux produits (juin 2003) 24% de projets de biotechnologies Pre-clinical 63% Phase I 13% Phase II 17% Phase III 5% Pre-Reg/Reg 2% Source: IMS Health: R&D Focus, June

13 Pourcentage des causes d arrêt de développement Phase 1: 36 % pour raisons liées à la sécurité Phase 2: 44% pour la sécurité, et 32% pour insuffisance de bénéfice Phase 3: 80% pour la sécurité et 55% pour insuffisance de bénéfice 23

14 Les contraintes du Développement vis-à-vis du bénéfice/risque En 15 ans, le nombre de patients inclus dans des essais cliniques a été multiplié par 10 une amélioration de l évaluation du B/R mais une majoration des coûts et des délais On prédit l essentiel des interactions néfastes entre médicaments co-administrés dès le stade précoce, mais En terme de bénéfice, la situation peut évoluer entre le début du développement et le dépôt de dossier (variable d une décennie..) On peut prédire les risques potentiels, mais on ne peut néanmoins pas prédire des risques de fréquence < 1/1000 On pense avoir écarté le risque carcinologique et embryofoetotoxique, mais. On sait peu de choses sur le bénéfice risque du médicament au long/très long cours d où les nécessaires études post-amm et les plans de gestion des risques 27

15 Les essais cliniques Hélas de plus en plus insuffisants en France et en Europe Des essais cliniques autorisés par l ANSM après avis d un CPP Débat sur ATU essais cliniques Une inspection qui a ses devoirs avec des règles à un niveau international qui restent à définir

16 Vie du Médicament Au niveau européen Avis scientifiques ATU Inspections AMM Vigilances Essais cliniques Contrôle Veille Sanitaire Évaluation nationale

17 Le dossier d AMM (1) Collige toutes les données scientifiques issues des phases de Recherche et Développement plusieurs parties dont la structure est harmonisée au niveau international pour faciliter la compilation des données et leur évaluation par les autorités La partie Qualité renseigne tous les aspects liés à la fabrication industrielle du médicament : production des matières premières, du produit fini, et les procédures de contrôle mises en place pour garantir une parfaite reproductibilité du procédé de fabrication.

18 Le dossier d AMM (2) La partie Sécurité compile les études précliniques, à savoir pharmacologie, toxicologie et pharmacocinétique La partie Efficacité correspond à l ensemble des résultats des études cliniques, menées sur l Homme sain et ou malade, qui permettent de définir les conditions exactes de l utilisation du médicament et d établir le rapport bénéfice / risque favorable Enfin le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP), la notice patient et les informations d étiquetage

19 Les procédures Elles sont européennes, la procédure nationale doit disparaître La procédure centralisée, obligatoire pour les médicaments issus des biotechnologies, et optionnelle pour les nouvelles substances actives, porte sur une autorisation valable d emblée pour tous les pays membres de l'union Européenne la procédure de reconnaissance mutuelle, le laboratoire dépose dans un état. Une fois l'autorisation initiale accordée dans cet Etat membre, elle peut être étendue aux autres Etats membres qui le désirent ou que l industriel choisit la procédure décentralisée, le laboratoire dépose son dossier simultanément auprès des autorités de tous les Etats membres. L évaluation est menée par un état choisi comme Etat membre de référence. Si l autorisation est accordée, elle l est dans les autres Etats membres en même temps

20 Le CHMP (Committee for medicinal products for human use) = com d AMM européenne composé de 27 membres (1 représentant par Etat membre) + le Président choisi parmi les membres Se réunit tous les mois à l EMA Londres Pour l évaluation d un médicament, le CHMP et l EMA choisissent un rapporteur et un co-rapporteur qui seront chargés d évaluer le dossier d AMM et de présenter un rapport d évaluation transmis à tous les Etats membres Le rapport aboutit à une liste de questions précises Le CHMP émet un avis positif ou négatif Cet avis est ensuite transmis à la Commission européenne qui prendra la décision administrative d octroyer ou pas l AMM (délai <3 mois) A toutes lés étapes un calendrier très contraignant

21 Les SAG (scientific advisory group) Ils sont constitués d experts issus des états Ils aident le CHMP sur des questions précises à sa demande pour un éclairage très ponctuel

22 Fonctionnement des agences nationales dans l évaluation En France la situation est évolutive: La commission d AMM qui conseillait le DG de l agence a été abrogée fin 2012, constituée d experts sélectionnés pour leur savoir et leur indépendance Elle s appuyait sur des groupes de travail (GTA et GTMSHV) Au final on est passé en France par trois phases : De la toute expertise externe (avant la création de l agence) à une expertise duale évaluation interne expertise externe à une évaluation interne quasi exclusive (ANSM) A ce jour l agence assume la totalité des décisions au niveau national et de ce qui doit remonter à l'europe par son évaluation interne (ANSM) Elle a gardé des groupes de travail dont la place reste imprécise pour l aider sur des éclairages ponctuels (réponse à une question) Une politique de gestion des liens d intérêt asséchante, mais politiquement correcte

23 La pharmacovigilance La pharmacovigilance est un devoir: Une obligation de déclarer les effets secondaires graves et ou inattendus Les services de la PV apprécient l imputabilité et chaque déclaration rentre dans une base nationale, européenne et mondiale alors alimentez la base. Le PSUR (Periodic Safety Update Report): un rapport périodique actualisé de PV produit à des intervalles de temps définis au moment de l AMM La question est ensuite de savoir qu est ce qu on en fait. au regard du bénéfice

24 La pharmacovigilance : Professionnels de santé NATURE DES EFFETS INDESIRABLES A DECLARER OBLIGATOIREMENT 1- EFFETS GRAVES (serious) létal ou susceptible de mettre la vie en danger ou entraînant une invalidité ou une incapacité importante ou durable ou provoquant ou prolongeant une hospitalisation anomalie ou malformation congénitale. 2- EFFETS INATTENDUS (unlisted) Effet dont la nature, la sévérité ou l évolution ne correspond pas aux informations du RCP

25 Les PGR (plans de gestion du risque) S inscrivent dans la loi depuis une dizaine d années. sont déposés par l industriel au moment du dépôt de dossier d AMM Le but est de cadrer les risques par des engagements précis, l industriel s engageant après l AMM à tout faire pour minimiser les risques une politique rassurante dont on devrait faire le bilan.

26 Durée de l AMM Elle peut être remise en cause à tout moment si des informations sur un rapport bénéfice risque défavorable sont décelée Certaines AMM sont conditionnelles (fort besoin de santé publique et données encourageantes à consolider) Hélas, on est passé d une AMM re-évaluable tous les 5 ans à une durée pérenne au-delà de 5 ans. De l AMM aux consensus.. Le RCP prévaut dans les 5 à 10 ans de la naissance d un médicament ensuite ceux sont les consensus qui prévalent pour cibler le meilleur usage

27 Dernier point de procédures: les conditions de prescription et délivrance dans le champ de la responsabilité des états Elles prennent en compte les spécificités de la pathologie Prescription par un généraliste, un spécialiste, PH, PIH.. Prescription est différent de délivrance (pharmacie d officine et/ou hospitalière à travers une rétrocession)

28 L AMM en antibiothérapie

29 Beaucoup de questions, peu de réponses claires Un fort besoin de nouveaux antibiotiques après la décennie historique (et les cycles de l industrie) pour des cibles nouvelles (infections hospitalières: BLSE, BHR et infections sévères) Mais comment mobiliser les industriels après les campagnes justifiées de «les antibiotiques c est pas automatique..» Comment optimiser le bon usage Comment limiter les risques écologiques

30 Spécificités liées aux aspects microbiologiques Un language microbiologique enfin commun en Europe : on est passé du CA-SFM à l EUCAST(european committe on antimocrobial susceptibilty testing) Un dialogue commun pour définir les valeurs seuils Sur e plan des résistances, laisser aux pays l opportunité de définir leurs pourcentages de résistance car trop de disparités entre états Une discussion de plus en plus commune sur les résistances : de l ONERBA (observatoire national de l épidémiologie de la résistance bactérienne aux antibiotiques) à l ECDC

31 Les essais en antibiothérapie De mauvaise qualité trop souvent Il s agit trop rarement d essais de supériorité (débat FDA ) Il s agit essentiellement d essais de non infériorité, Que signifie un essai de non infériorité à 10% ou 15% par exemple? Dans les limites de cette borne d équivalence je sais que je suis non inférieur, mais je décide d assumer ce risque. Qu est ce que j attends comme avantage en échange Des analyses en ITT (per protocole en objectif secondaire) Complexité en fonction du caractère urgent de la pathologie à traiter.

32 La définition des infections et des populations Trop d essais incluent des patients victimes de pathologies dont la guérison ou l évolution ne dépendent pas que de l antibiotique administré: plus de 85% des patients inclus guériront (donc il faudra inclure des populations importantes) Discussion sur les infections médico-chirurgicales Quelle part du reste de la prise en charge sur l évolution: ex appendicite Discussion sur les infections sur corps étranger Être exigeants sur la documentation microbiologique en se méfiant des contaminants. Engranger le maximum de données cliniques, microbio, endoscopiques, radiologiques et de gravité. Obtenir des populations homogènes de patients en indication, microbiologie, sensibilité et gravité

33 Problème du comparateur Est-il justifié au regard de l état de l art ou de la littérature? Pour le moins il doit respecter les AMM Les doses sont-elles adaptées? Problème des traitements adjuvants à l antibiothérapie (chirurgie, cathéters )

34 Problématique des critères de jugement L apyrexie (.due au paracétamol) Le reste de la clinique est flou (crépitants.) si ce n est des critères d aggravation ou de décharge hospitalière (eux-mêmes variables selon les pays.) Pas assez de critères composites : critères de morbidité, de mortalité ou de qualité de vie Sur le plan microbiologique une quantification de l agent infectieux est impossible avec les bactéries à la différence de la problématique virale où la CV plasmatique simplifie l évaluation La situation la plus simple est l ECBU Une des plus diabolique est l infection respiratoire Aucune recommandation à ce jour sur le portage des BHR ou BLSE ou ERV

35 Quelles solutions? Chercher des critères combinés de mesure de l efficacité: rapidité de l apyrexie, de l éradication, disparition des symptômes (échelles de survie) Disposer de quota d infections sévères clairement définis Ne pas hésiter à stratifier surtout sur la gravité Avoir une bonne définition de la gravité (scores de Mc Cabe, APACHE, IGS ) Analyser plusieurs critères de jugement qui sans augmenter la puissance donnent de la cohérence Analyse les échecs Compléter la base par des essais ouverts qui feront le lit de «l evidence based medicine»

36 Détermination de la dose : de la PK à la PD Elle doit être argumentée Référence à une classe connue Prend en compte les CMI La PK animal et humaine Des études de dose ranging en phase II Des doses qui peuvent varier selon le germe, la gravité les indications Doses de charge et d entretien Les risques du sous dosage et du surdosage

37 Où chercher les plus? Les durées de traitement Dans les infections sévères Des considérations éthiques Stratégiques (plutôt en phase IV) Méthodologiques (nombre de co-facteurs comme la pathologie sous jacente, les critères biologiques, hémodynamiques, respiratoires ) Un taux de succès décevant (ex du choc infectieux) Une tolérance moindre Dans le plus économique (aux antipodes de la logique industrielle ) L impact écologique favorable qui n est évaluable que sur le long terme

38 Les infections respiratoires hautes Trois pathologies évaluables OAM (nourrisson et moins de 3 ans) Angines (de l enfant et de l adulte jeune Sinusites aigues Le reste ne l est pas (laryngites, épiglottites, sinusites chroniques ) Pathologie ambulatoire,souvent virale Nécessité de prélèvements pour diagnostic et dosages dans les phases II Discussion sur les essais versus placebo (ou des essais de supériorité) Rechercher l impact des traitements courts

39 Les infections respiratoires basses Hétérogénéité des diagnostics Fréquence des atteintes virales et intrication avec la BPCO Manque de sensibilité et/ou de spécificité des examens microbiologiques Sur la pneumopathie aigue on doit être actif sur le pneumocoque On exige des critères de gravité des études comparatives sur les pneumonies dites atypiques sont irréalisables Pour la BPCO on demande du double aveugle et les critères d Anthonisen

40 Les autres infections Les infections urinaires : Ce qu il y a de plus simple Les infections intestinales : trop rares en France sauf Clostridium difficile Les septicémies : trop vague On doit se limiter à l évaluation dans le sepsis sévère Les endocardites : sont évaluées en post AMM Les méningites : sont évaluées en post AMM les infections ostéo-articulaires : sont évaluées en post AMM Les infections intra-abdominales sont acceptables si parfaitement documentées ce qui est très rare L antibioprophylaxie : un champ pas assez exploité par les industriels Au final, on trouve souvent des dossiers constitués majoritairement sur les infections cutanées qui peuvent faire croire que les infections sont graves alors que la majorité des patients présentent des érysipèles. Voir Le pied diabétique : un vrai sujet d évaluation correspondant à un besoin de santé publique avec le problème de l identification des bactéries et du contrôle de la maladie diabétique.

41 Le RCP C est le contrat entre l industriel et les autorités de santé Le RCP a une valeur juridique Il est particulièrement important dans les premières années de la vie du médicament Ils sont de plus en plus détaillés mais ne peuvent être des traités de médecine Complétez la lecture du RCP par celle de EPAR accessible sur le site de l EMA Une valeur relative pour les médicaments anciens Si l AMM est ancienne, préférez les consensus (conf de consensus) qui permettent de relativiser le positionnement

42 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 4. DONNÉES CLINIQUES 4.1 Indications thérapeutiques (ne pas oublier le lire le 5.1 en même temps) 4.2 Posologie et mode d'administration 4.3 Contre-indications 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d'emploi 4.5 Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions 4.6 Grossesse et allaitement 4.7 Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines 4.8 Effets indésirables 4.9 Surdosage 5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES 5.1 Propriétés pharmacodynamiques 5.2 Propriétés pharmacocinétiques. 5.3 Données de sécurité précliniques 6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES 6.1 Liste des excipients 6.2 Incompatibilités 6.3 Durée de conservation 6.4 Précautions particulières de conservation 6.5 Nature et contenu de l'emballage extérieur 6.6 Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination

43 Exercice Le RCP de Tygacil ou Tigecycline Début développement 1991, abandonné en 2001 puis repris par Wyeth AMM en Therapeutic indications Tygacil is indicated for the treatment of the following infections: Complicated skin and soft tissue infections Complicated intra-abdominal infections

44 4.4 Special warnings and precautions for use Experience in the use of tigecycline for treatment of infections in patients with severe underlying diseases is limited. In clinical trials in complicated skin and soft tissue infections, the most common type of infection in tigecycline treated-patients was cellulitis (59 %), followed by major abscesses (27.5 %). Patients with severe underlying disease, such as those that were immunocompromised, patients with decubitus ulcer infections, or patients that had infections requiring longer than 14 days of treatment (for example, necrotizing fasciitis), were not enrolled. Few patients with diabetic foot infections (5%) were enrolled. A limited number of patients were enrolled with co-morbid factors such as diabetes (20 %), peripheral vascular disease (7 %), intravenous drug abuse (2 %), and HIV-positive infection (1 %). Limited experience is also available in treating patients with concurrent bacteraemia (3 %). Therefore, caution is advised when treating such patients

45 In clinical trials in complicated intra-abdominal infections, the most common type of infection in tigecycline treatedpatients was complicated appendicitis (51 %), followed by other diagnoses less commonly reported such as complicated cholecystitis (14 %), intra-abdominal abscess (10 %), perforation of intestine (10 %) and gastric or duodenal ulcer perforation less than 24 hours (5 %). Of these patients, 76 % had associated diffuse peritonitis (surgically-apparent peritonitis). There were a limited number of patients with severe underlying disease such as immunocompromised patients, patients with APACHE II scores > 15 (4 %), or with surgically apparent multiple intra-abdominal abscesses (10 %). Limited experience is also available in treating patients with concurrent bacteraemia (6 %). Therefore, caution is advised when treating such patients.

46 Table ST 4-8. clinical diagnosis of infections within the ME Population pooeld data from studies 301-WW and 306-WW Characteristic Clinical diagnosis, n (%) Complicated appendicitis Complicated cholecystitis Intra-abdominal abscess Perforation intestine Complicated diverticulitis of Gastric/duodenal perforation tigecycline (N=512) imipenem/cilastat in (n=513) Total (n=1025) 263 (51.4) 262 (51.1) 525 (51.2) 69 (13.5) 74 (14.4) 143 (14.0) 51 (10.0) 45 (8.8) 96 (9.4) 51 (10.0) 40 (7.8) 91 (8.9) 32 (6.3) 42 (8.2) 74 (7.2) 25 (4.9) 25 (4.9) 50 (4.9) Peritonitis 18 (3.5) 20 (3.9) 38 (3.7) Other 3 (0.6) 5 (1.0) 8 (0.8) p-value Note : approximately 8% of the subjects were older than 75 years; the overall severity of illness was moderate.

47 La lecture critique révèle bien des incertitudes Le choix des comparateurs pour les essais de phase 3 en pathologie digestive: Vanco aztréonam ou Tienam Le problème des bornes de non infériorité (15%) Problèmes des critères d inclusion Problème des critères de gravité Un peu plus de surmortalité Au total c est un pari, alors attention aux infections graves et aux états de choc

48 Toutes les infos sur un médicament, lisez l EPAR (Evaluation product assessment report) Allez sur le site de l EMA (European Medicines Agency) Cliquez sur Find medicine Puis cliquez sur Human medicines Vous tombez sur un alphabet et cliquez sur la lettre du médicament (nom de commerce: Tygacil et pas tygecycline) Quand vous êtes sur le médicament, cliquez sur Assessment history Puis cliquez sur EPAR

Développement pre-clinique. Essais cliniques AMM. Critères d octroi : Qualité, Efficacité, Sécurité = Bénéfice / Risque favorable

Développement pre-clinique. Essais cliniques AMM. Critères d octroi : Qualité, Efficacité, Sécurité = Bénéfice / Risque favorable 0 Procédures d AMM Autorisations de mise sur le marché Pr Philippe Lechat Directeur de l Evaluation des Médicaments et des produits biologiques AFSSAPS 1 Développement des médicaments et Procédures d autorisations

Plus en détail

Procédures d enregistrement des médicaments

Procédures d enregistrement des médicaments Vie du Médicament Procédures d enregistrement des médicaments Avis scientifiques Essais cliniques ATU Inspections AMM Vigilances Contrôle Veille Sanitaire Procédures d enregistrement Soumission du dossier

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director Vos Responsabilités en Matière de Pharmacovigilance Notification Spontanée d'événements Indésirables Formation 2 Notification Spontanée d Événement Indésirable

Plus en détail

Pharmacovigilance des Essais cliniques

Pharmacovigilance des Essais cliniques Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier 2013 1 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation

Plus en détail

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance

PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee. Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance PRAC : Pharmacovigilance Risk Assessment Committee Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance Journée d'information et d'échanges avec les associations de patients 22 janvier

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

LA PHARMACOVIGILANCE VETERINAIRE SE MET EN PLACE EN BELGIQUE

LA PHARMACOVIGILANCE VETERINAIRE SE MET EN PLACE EN BELGIQUE Folia veterinaria LA PHARMACOVIGILANCE VETERINAIRE SE MET EN PLACE EN BELGIQUE Cette note d information a pour objectif de faire le point sur la situation actuelle de la pharmacovigilance en Belgique.

Plus en détail

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 2 -MutualitéSociale Agricole (MSA) et post-amm Patrick CHOUTET Assises du Médicament

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

CHAPITRE 4. La réglementation du médicament

CHAPITRE 4. La réglementation du médicament CHAPITRE 4 La réglementation du médicament 1 Les procédures d enregistrement d un médicament en Europe Le choix de la procédure Pour l enregistrement d un médicament dans plus d un état membre de l Union

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS D INTERETS

GESTION DES CONFLITS D INTERETS GESTION DES CONFLITS D INTERETS Pr Patrice JAILLON Service de Pharmacologie, Faculté de Médecine P. et M. Curie, Université Paris 6 Hôpital St-Antoine AP-HP, Paris Président du Centre National de Gestion

Plus en détail

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON LES MALADIES RARES EN EUROPE - DEFINITION : PREVALENCE: - FRANCE : maladie affectant

Plus en détail

AVIS 16 novembre 2011

AVIS 16 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2006 (JO du 28 février 2008) POLERY ADULTES, sirop Flacon

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

Les différentes phases en recherche clinique

Les différentes phases en recherche clinique Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Dr Cécile Delval / Directrice Valérie Nadjarian / Référent essais cliniques Direction de l Evaluation / 3 e Journée

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Comment pratiquer la «Pharmacovigilance active»? Enseignement Post-Universitaire Pharmalouvain 15/11/2008

Comment pratiquer la «Pharmacovigilance active»? Enseignement Post-Universitaire Pharmalouvain 15/11/2008 Comment pratiquer la «Pharmacovigilance active»? Enseignement Post-Universitaire Pharmalouvain 15/11/2008 Pharm. Th. ROISIN Responsable du département Vigilance de l AFMPS Maître de Conférence invité à

Plus en détail

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL :

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : REPUBLIQUE FRANÇAISE Juin 2009 MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : Recommandation de l EMEA de retrait de ces médicaments à la suite de l évaluation européenne et avis

Plus en détail

LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181)

LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181) LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181) Jean-Louis MONTASTRUC, Haleh BAGHERI et Agnès SOMMET OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : Savoir distinguer

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE Prof. Céline Pulcini Service de Maladies Infectieuses CHRU de Nancy 5 février 2015 DU ATB Grenoble BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Définition

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

17/11/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=60763961&typedoc=n&ref=n0175848.htm NOTICE

17/11/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=60763961&typedoc=n&ref=n0175848.htm NOTICE NOTICE ANSM Mis à jour le : 06/07/2010 Dénomination du médicament Encadré BRONCHOKOD ENFANTS 2 POUR CENT, sirop Carbocistéine Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle

Plus en détail

AMM et ANSM (2013) Pr Jean-François BERGMANN Service de Médecine Interne A - Hôpital Lariboisière Paris France juin 2012

AMM et ANSM (2013) Pr Jean-François BERGMANN Service de Médecine Interne A - Hôpital Lariboisière Paris France juin 2012 AMM et ANSM (2013) Pr Jean-François BERGMANN Service de Médecine Interne A - Hôpital Lariboisière Paris France juin 2012 DECLARATION (DE LIENS) D INTERET : JEAN-FRANCOIS BERGMANN BOARD, CONSEIL ESSAIS

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol NOTICE ANSM - Mis à jour le : 14/06/2011 Dénomination du médicament Encadré ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens UE 6 INITIATION À LA CONNAISSANCE DU MÉDICAMENT Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens Règles de prescription Informations médicales concernant le patient (ATCD, âge, ) / situation socio-économique / situation

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

27/10/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=67133545&typedoc=n&ref=n0244932.htm NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche

27/10/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=67133545&typedoc=n&ref=n0244932.htm NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche NOTICE ANSM Mis à jour le : 15/07/2014 Dénomination du médicament Peroxyde d'hydrogène DENTEX, solution pour bain de bouche Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'tiliser ce médicament.

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT GIVALEX, solution pour bain de bouche 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Héxétidine... 0,100 g Salicylate de choline...

Plus en détail

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament F. Bengeloun sept. 2015 Qu est ce que la pharmacologie? = Science des effets et

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015 Séance préparée par la team UE6 + MAPS QCM n 1 : Concernant la vigilance sanitaire. C vigilance sanitaire.

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

NOTICE. SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine

NOTICE. SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine NOTICE ANSM - Mis à jour le : 19/05/2014 Dénomination du médicament SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine Encadré Veuillez

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité Questions/Réponses Médicaments génériques : lever l opacité 1. Pourquoi prescrire des médicaments génériques? 2. Pourquoi les médicaments génériques sont-ils décriés? 3. Alors qu est-ce qu un médicament

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Page 1 sur 5 NOTICE ANSM - Mis à jour le : 08/01/2007 Dénomination du médicament Encadré BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche

NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche NOTICE ANSM Mis à jour le : 07/01/2015 Dénomination du médicament Peroxyde d'hydrogène DENTEX, solution pour bain de bouche Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'tiliser ce médicament.

Plus en détail

NOTICE. CHLORHEXIDINE/CHLOROBUTANOL MYLAN 0,5 ml/0,5 g pour 100 ml, solution pour bain de bouche en flacon

NOTICE. CHLORHEXIDINE/CHLOROBUTANOL MYLAN 0,5 ml/0,5 g pour 100 ml, solution pour bain de bouche en flacon NOTICE ANSM - Mis à jour le : 04/03/2011 Dénomination du médicament CHLORHEXIDINE/CHLOROBUTANOL MYLAN 0,5 ml/0,5 g pour 100 ml, solution pour bain de bouche en flacon Encadré Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

1 sur 5 27/05/2011 15:16

1 sur 5 27/05/2011 15:16 1 sur 5 27/05/2011 15:16 Mis à jour : 29/04/2011 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CODOTUSSYL TOUX SECHE ENFANTS, sirop 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Pholcodine... 0,085 g Pour 100 ml de sirop.

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

10/12/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69896201&typedoc=n&ref=n0212232.htm NOTICE

10/12/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69896201&typedoc=n&ref=n0212232.htm NOTICE NOTICE ANSM - Mis à jour le : 27/09/2012 Dénomination du médicament Encadré LOBAMINE CYSTEINE, gélule DL-méthionine, Chlorhydrate de cystéine anhydre Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos. JF. Forget, S. Pereira

Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos. JF. Forget, S. Pereira Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos JF. Forget, S. Pereira A propos de VIDAL Filiale du groupe CMPMedica, leader mondial de l information sur le médicament Une équipe de 140 collaborateurs

Plus en détail

Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020

Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020 Nacer Boubenna, PhD Chargé de mission Europe au siège de l Inserm Coordinateur du Point de contact national santé Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020 Paris 6 juin 204 Définitions

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

ACCES AU MARCHE DES PRODUITS DE SANTE ET EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE. Dr Marc BOUILLET Consultant Paris le 19 septembre 2013

ACCES AU MARCHE DES PRODUITS DE SANTE ET EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE. Dr Marc BOUILLET Consultant Paris le 19 septembre 2013 ACCES AU MARCHE DES PRODUITS DE SANTE ET EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE Dr Marc BOUILLET Consultant Paris le 19 septembre 2013 ACCES AU MARCHE DES PRODUITS DE SANTE L accès au marché a pour finalité pour

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Pholcodine... 133 mg. Pour 100 ml de sirop.

DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Pholcodine... 133 mg. Pour 100 ml de sirop. RCP de DIMETANE SANS SUCRE 133 mg/100 ml sirop Mise à jour : 12 Septembre 2012 1/5 DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA LES ANNEXES AU REGLEMENT RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. NOTICE ANSM - Mis à jour le : 29/01/2014 Dénomination du médicament PARGINE 5 g, solution buvable en ampoules Arginine (aspartate d ) Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 CELEBREX 100 mg, gélule B/30 - Code CIP 354 368.1 CELEBREX 200 mg, gélule B/30- Code CIP 354 370.6 Laboratoire PFIZER Code ATC : M01AH01 Liste I Date

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail