Un robot pour les ralentir tous! Un dispositif contre les excès de vitesse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un robot pour les ralentir tous! Un dispositif contre les excès de vitesse"

Transcription

1 Un robot pour les ralentir tous! Un dispositif contre les excès de vitesse

2 Chapitre : Introduction 3 Chapitre : Le «RomeoBot», notre prototype. 4 Contraintes techniques inhérentes à notre prototype 4 Description fonctionnelle du robot 4 Détail des composants importants 4 L évolution du robot. 5 Chapitre 3 : La RFID : 6 Généralités. 6 Un point d histoire. 6 De multiples applications. 6 Chapitre 4 : Le Transpondeur 7 Généralités 7 Alimentation du transpondeur 8 Émission de l information Chapitre 5 : Transmission de l information par ondes électromagnétiques 3 Généralités. 3 La modulation d amplitude 4 Chapitre 6 : L effet transformateur 5 Principe physique. 5 Rapide historique 5 Généralités 5 Chapitre 7 : La démodulation 9 Principe global. 9 Supprimer la composante négative du signal. 9 Retrouver l enveloppe : le détecteur de crête. 9 «Linéariser» l enveloppe : Le comparateur. Conclusion De la modulation à la RFID. Application du projet. 3

3 Remerciements Nous tenions à remercier Mme MORENO, professeure de Physique Chimie, et M. LACOMBE, professeur de Sciences de l Ingénieur, qui pendant deux ans nous ont encadrés, accompagnés et nous ont permis de tenter ces aventures qu auront été les concours «C Génial» et les «Olympiades de Physique». Nous remercions également M. BRAHMI, professeur de Sciences Économiques et Sociales ainsi que Mme. DALL ERTA, C.P.E. (Conseillère principale d éducation) pour leur travail dans l entreprise du projet «Lycéens contre la violence routière» qui a constitué la base de notre projet en nous sensibilisant aux problématiques de la sécurité routière. Nous tenons également à remercier Mme BRUYAS et M. VERRIEST, chercheurs à l Institut Français des Sciences et Technologies des Transports et des Aménagements Routiers (IFFSTAR) et M. MUGNIER, directeur de la prévention routière de l Ain pour leurs précieux conseils tout au long du projet. Nous remercions enfin l organisme des «Olympiades de Physique» pour cette opportunité de mener à bien nos projets. Elèves au lycée de la Côtière, nous avons eu la possibilité l an dernier d inscrire nos Travaux Personnels Encadrés dans le cadre d une réflexion opportune sur le thème de la sécurité routière. Comme la vitesse est un facteur déterminant dans la gravité des accidents sur la route, nous avons décidé de créer un système capable d afficher en permanence la vitesse limite dans le véhicule voire de brider celle-ci. Pour cela, nous avons utilisé une technique en plein essor, la RFID, qui repose sur une communication par radiofréquences. Nous vous proposons un tour d horizon des principes physiques qu un tel système met en jeu : la modulation d amplitude, l induction électromagnétique, la résonnance, l effet transformateur, etc. Enzo Castillo et Ambroise Poulet--Tomasicchio

4 Chapitre : Introduction Chapitre : Introduction Le premier enjeu de nos travaux a été la sécurité routière, et plus particulièrement la vitesse. En effet, la vitesse est l un des 3 principaux facteurs de mortalité sur nos routes. Elle a une incidence multiple sur la gravité des accidents. A mesure que le conducteur accélère, son champ de vision diminue, allant de 80 jusqu à 30 à 30 km/h. De plus la distance d arrêt du véhicule augmente, en proportion de la distance parcourue durant le temps de réaction. Le plus influent cependant dans la mortalité routière est l augmentation de la violence du choc, proportionnelle au carré de la vitesse du véhicule, selon la formule de l énergie cinétique ci-dessous : Variation de l énergie délivrée durant le choc en fonction de la vitesse. E = m v² E : L énergie cinétique du véhicule. (proportionnelle à la violence du choc). m : La masse du véhicule. v : La vitesse du véhicule. Forts de ces constats, nous nous sommes interrogés sur le «pourquoi». C est ce qui nous a menés à formuler notre premier objet d étude : «comment informer le conducteur des limitations de vitesse?». En effet le conducteur commet souvent des dépassements de vitesse lorsqu il oublie les limitations de vitesse. Mais il y a aussi des conducteurs pressés, ou inconscients. Des personnes dangereuses par leur «non-information», ou même des délinquants routiers. C est pour ces personnes là que nous avons fait évoluer notre projet jusqu à énoncer la problématique suivante : «Comment réguler automatiquement la vitesse du véhicule en fonction des limitations en vigueur et en informer en permanence le conducteur?» Pour cela nous avons conçu un système capable de reconnaître les limitations de vitesse grâce à un repérage sous la route, par RFID (Radio Frequency Identification). Nous avons modélisé la voiture par un robot fonctionnant sous Arduino, et l avons muni d un module de lecture RFID. A chaque «transpondeur» présent sous la route correspond un panneau une donnée de vitesse, contenue dans un code qui lui est propre. Au passage du robot, le transpondeur lui délivre l information de limitation de vitesse. Cela permet de créer une communication entre le «Panneau» (modélisé par les transpondeurs ) et le «Véhicule» (modélisé par le robot). Nous n avions plus qu à programmer le robot, pour qu à chaque code reçu il limite sa vitesse en fonction, et affiche le panneau correspondant sur un écran dédié à l information de l utilisateur. Dans notre programme, nous avons récupéré chacun des codes des transpondeurs et les avons associés à une limitation de vitesse. Ainsi les transpondeurs modélisent bien les panneaux de limitation de vitesse, et le robot réagit en fonction de l information détectée : nous avons pu atteindre nos objectifs mais Comment ça marche? 3

5 Chapitre : Le «RoméoBot», notre prototype. Chapitre : Le «RomeoBot», notre prototype. Contraintes techniques inhérentes à notre prototype Avant de commencer sa construction, nous nous sommes interrogés sur la façon dont nous pouvions contrôler le déplacement du robot modélisant notre véhicule. Nous devions être certains qu il ne tombe pas de son support et qu il rencontre tous les transpondeurs situés sur son passage. Pour cela nous avons créé une maquette sur lequel le robot peut se déplacer entre lignes blanches modélisant une voie de circulation. A l aide de capteurs infrarouges, le robot reste sur la voie sous laquelle nous avons enfoui les transpondeurs. Pour indiquer l emplacement des transpondeurs nous avons fait des panneaux indicateurs de vitesse. Description fonctionnelle du robot Afin de décrire notre prototype de manière efficace et succincte, nous avons opté pour le modèle des chaines d information et d énergie : vous pourrez trouver ces deux diagrammes en annexe. Détail des composants importants Notre prototype se compose de deux grandes parties : le suivi de ligne, et la gestion des panneaux de signalisation. La gestion du suivi de ligne : Elle se fait autour de 4 principales parties : la base robotique sur laquelle nous avons construit notre robot ; une carte Arduino programmable qui permet la gestion des moteurs ; les capteurs de ligne blanche avant qui permettent le suivi du circuit ; les capteurs «antichute» arrière qui évitent au robot de tomber lorsqu il recule.. La base robotique Elle est composée d une structure métallique, de deux motoréducteurs à courant continu, de deux roues motrices ainsi que d une roue jockey à l avant et d une batterie 7,4 Volts. C est elle qui nous servira de base pour placer tous nos composants.. La carte Arduino Roméo. Nous utilisons pour gérer les motoréducteurs une carte Arduino Romeo v.0, commercialisée par DFRobot. L Arduino est un circuit imprimé libre de droits programmable au moyen d une interface et d un langage dédié, proche du C++. La carte Arduino la plus connue est la Uno, néanmoins nous utiliserons ici la variante Romeo spécialement dédiée à la robotique. Cette carte équipée d un contrôleur ATMega 38 sera les «jambes» de notre robot en lui permettant de suivre le circuit, et réaliser les différentes actions qui lui seront demandées par la seconde carte Arduino, elle réservée à la gestion des panneaux. 3. Les capteurs de ligne blanche avant. Ce sont des capteurs infrarouge ayant ont une longue portée (80 centimètres), et qui, orientés vers l extérieur, permettent au robot d être très réactif aux changements de trajectoire. Ils renvoient des valeurs logiques : 0 pour «noir» et pour «blanc». Ainsi, lorsque le robot détecte «du blanc» à droite, il tourne à gauche, et inversement. Lorsqu il ne détecte que «du blanc», il s arrête. Capteurs de ligne Gauche et Droite 4. Les capteurs «anti-chute» arrière. Ce sont également des capteurs infrarouges mais de portée réduite. Ils fonctionnent donc sur le même principe mais ne servent qu à éviter que le robot chute lorsqu il manœuvre. 4

6 Chapitre : Le «RoméoBot», notre prototype. La gestion des panneaux de signalisation. Elle se fait grâce à une carte Arduino Uno qui permet de centraliser les informations liées à la détection des panneaux de limitation de vitesse. Elle est constituée d un système de communication RFID (qui fera l objet de notre dossier) ; d un afficheur TFT ; le tout relié à une carte Arduino Uno.. Le système de communication RFID Sur le robot, la communication RFID est opérée par une antenne collée sur une plaque de PVC sous la base robotique et un lecteur RFID. La plaque de PVC permet d éliminer la modification de l inductance de l antenne due à la présence du métal qui l entoure. L antenne est connectée au lecteur qui démodule et décode les informations (nous expliquerons ce processus dans les sections suivantes) et les envoie à la carte Arduino grâce à sa liaison série. Nous avons brièvement envisagé de procéder à la détection des panneaux par caméra, mais la complexité de la tâche nous a orientés vers la recherche d autres solutions techniques. En effet, les panneaux constituent des formes complexes, de plusieurs couleurs et avec des symboles bien précis. De plus, les caméras sont extrêmement sensibles à la luminosité et détectent des couleurs différentes selon la lumière ambiante. Traiter l information visuelle était largement hors de nos compétences. Nous nous sommes alors orientés vers la RFID, plus robuste, simple à mettre en place et à utiliser de plus en plaçant le jeton sous le bitume, nous sommes assurés que le véhicule le détectera bien.. L afficheur TFT La technique TFT (pour «Thin Film Transistor», Transistor à Couches Minces) est une variante des technologies d affichage LCD. L afficheur que nous utilisons, commercialisé par Adafruit, permet, grâce à son écran LCD, d afficher plusieurs formes complexes : nous y «dessinerons» les panneaux détectés par le système RFID, à l aide d une série d instruction dans le programme. Après avoir téléchargé la librairie d instructions correspondant à l afficheur, nous avons pu le programmer pour obtenir le résultat cicontre. L évolution du robot. Initialement, la carte Arduino Roméo centralisait les programmes de suivi de ligne et de gestion des panneaux. Mais nous avons remarqué une difficulté du robot à traiter les deux types d informations simultanément. En effet, lorsqu il détectait un jeton, il mettait presque une seconde à reprendre le suivi de ligne ce qui occasionnait des sorties de circuit. Nous avons alors opté pour une gestion des deux programmes indépendante, à travers deux cartes au lieu d une seule. Les temps de réaction du robot en sont sensiblement réduits, et il ne déborde ainsi plus de son trajet. 5

7 Chapitre 3 : La RFID : Chapitre 3 : La RFID. Généralités. La RFID (ou Radio Frequency IDentification) est une technologie de communication à faible distance (du contact jusqu à quelques mètres). Elle permet l identification d un objet par un lecteur, à travers l échange de données par ondes radio. Composition. Cette communication est faite autour de deux composants : un transpondeur, étiquette ou tag RFID qui contient une information, et un lecteur RFID qui va l interroger. Ces deux composants peuvent prendre de multiples formes et tailles, ce qui permet un large panel d applications. Les ondes radio. Une onde électromagnétique correspond à la propagation simultanée et perpendiculaire d un champ électrique E et d un champ magnétique B d une même longueur d onde et d une même fréquence f = C. Selon cette longueur d onde (et donc la fréquence f), les types d ondes électromagnétiques varient sensiblement. Elle peut varier des rayons gamma (d une longueur d onde inférieure à 0 - m) aux ondes radio (d une longueur d onde supérieure à 0²m) en passant par la lumière visible ( = 0,5 0 6 m ) et les Micro-ondes ( = 0 m) comme le montre le schéma ci-dessous : Rayon Rayon X < Ultraviolet 0 8 Lumière Visible Infrarouge 0, Micro-ondes 0 Radio 0 mètres Les ondes radio sont donc des ondes électromagnétiques d une longueur d onde supérieure à kilomètre, et leur forme ainsi que leur fréquence permettent de transmettre une information dans l air. L information. L information du transpondeur est contenue dans une zone mémoire sous forme de données binaires. Elle est ensuite codée dans un signal qui représente la trame d information, modulée et envoyée au lecteur, qui va la démoduler, puis la décoder pour enfin restituer l information. Cela permet l identification rapide et sécurisée (faible risque d interception de l information) d un objet. Un point d histoire. La RFID est une technologie en plein essor, que nous retrouvons aujourd hui dans notre quotidien. Cependant, il s agit d un concept ancien qui a suivi l évolution de la radio et des radars, élaboré durant la nd Guerre Mondiale pour les forces britanniques. Il s agissait du système IFF (Identify : Friend or Foe) qui permettait de faire la distinction entre forces alliées et ennemies dans l espace aérien britannique. Un des pionniers de cette technologie est Harry Stockman ( ), qui par ses travaux sur la rétrodiffusion des ondes a façonné le modèle de communication RFID que nous connaissons aujourd hui. De multiples applications. Aujourd hui démocratisée, cette technologie est très présente dans la gestion des marchandises, et remplace peu à peu les codes barres, car elle permet un traitement des données plus rapide, elle a une résistance bien supérieure à l usure et contient beaucoup plus d informations. 6

8 Chapitre 3 : La RFID. Nous retrouvons la RFID dans tout notre quotidien, sous des formes très variées qui dépendent du format des transpondeurs (ce que nous détaillerons dans la section suivante). Voici un tableau non exhaustif de l usage fait de la RFID selon les gammes de fréquences utilisées : Plage de fréquence. Applications.,45 5,8 GHz Télépéages, délivrance de carburant automatiquement (station essence), usage à plusieurs mètres MHz Suivi de marchandises, badge d ouverture (résidence, voiture), utilisation multiple à longue portée 3,56 MHz = NFC (Near Field Cartes à puces sans contact (Transport, banque, abonnements quelconques), Communication) billet de transport et suivi des bagages, téléphones, antivols 35 khz Identification animale, tri des déchets, suivi de marchandises Afin de mieux comprendre comment fonctionne notre système RFID, nous avons décidé d en créer un modèle agrandi. Celui-ci permet de le modéliser fonction par fonction, étape par étape et de se familiariser avec les différents phénomènes qui conduisent à la communication telle qu utilisée sur le robot. Nous allons baser notre réflexion et nos démonstrations sur ce modèle dont les points clés seront successivement traités tout au long du dossier. Chapitre 4 : Le Transpondeur Ici, nous nous intéressons globalement à la partie émettrice de l information, à savoir toute la partie du montage représentée ci-contre. Généralités Dans cette partie, nous nous intéresserons à la partie émettrice de l information dans un circuit RFID, que l on peut désigner sous plusieurs noms : transpondeur, tag, ou «jeton» dans notre système. Les tags RFID prennent les formes les plus diverses, de la carte de crédit à l ampoule sous verre. Mais de manière générale, un transpondeur se décompose toujours comme suit : De gauche à droite : un transpondeur sous la ligne dans notre système, la vue interne d un transpondeur puis un schéma le décrivant. Plusieurs paramètres varient selon les transpondeurs. Les principaux sont : - La fréquence d émission. - La distance d émission, aussi dépendante de la fréquence et de l antenne utilisées. - Le type de mémoire utilisée : de nombreux tags fonctionnent grâce au système EEPROM ou EPROM (pour «ElectricallyErasable Programmable Read-Only Memory»), qui permet d effacer puis de réécrire les informations du transpondeur plus de fois. - La manière d alimenter le transpondeur, liée à la fréquence utilisée. 7

9 Chapitre 4 : Le transpondeur. Alimentation du transpondeur Nous l avons vu précédemment, les transpondeurs émettent sur des gammes de fréquences variées, toujours dans le spectre des ondes radio. La façon d alimenter le transpondeur dépend intimement de ses fréquences : pour s en convaincre, il suffit d observer le tableau ci-dessous. Classification dans les fréquences Fréquence utilisée Type d alimentation LF 5 khz Couplage inductif (tag passif) HF 3,89 MHz Couplage inductif (passif) UHF 868 (Europe) et 95 MHz (USA) Couplage inductif (passif) ou batterie embarquée (actif) UHF,4 GHz Batterie embarquée (actif) SHF 5,8 et 5,9 GHz Batterie embarquée (actif) On voit donc bien que plus la fréquence sur laquelle opère le transpondeur est grande, plus celui-ci aura tendance à transporter une batterie et donc à devenir actif. En effet, plus la fréquence de l onde à émettre est élevée, plus on aura besoin d énergie pour le faire. Son coût s en ressentira alors, car produire des batteries ultrafines est relativement coûteux. Induction électromagnétique Comment échanger de l énergie grâce à des ondes électromagnétiques? Pour le savoir, nous avons fait une expérience très simple, qui consiste à placer deux bobines de cuivre l une à côté de l autre. Nous soumettons la première bobine à une tension constante sinusoïdale d environ 300 Hz et enregistrons la réponse de l autre bobine, comme sur la photographie ci-dessous. Vous trouverez les résultats de cette expérience dans le graphique cidessous. 8

10 Chapitre 4 : Le transpondeur tension aux bornes de la bobine B en fonction de la distance A-B Tension en mv Distance Bobine /Bobine en cm On observe que la tension aux bornes de la bobine réceptrice du champ magnétique décroit en fonction de la distance qui les sépare. Plus la bobine B est distante de la bobine A, moins la tension à ses bornes est importante. Ce phénomène se nomme l induction électromagnétique : lorsque la bobine émettrice est alimentée, elle crée une onde électromagnétique et donc un champ magnétique que la deuxième bobine peut récupérer et transformer à nouveau en tension. Celui-ci est proportionnel aux nombres de spires dans la bobine et au courant de départ. L induction électromagnétique entre deux bobines (L : inductance, N : nombre de spires, I : courant, U : tension. Seule la bobine est alimentée. En effet, le flux magnétique généré par une bobine (noté ϕ) est proportionnel au courant, suivant la formule suivante : N L I - Le nombre de spires N de la bobine : désigne le nombre de tours de fils que la bobine possède. Nous utiliserons dans notre modèle deux bobines de nombre de spires N = N = 95 tours. - L inductance L propre à la bobine, exprimée en Henry : elle varie en fonction de ses caractéristiques géométriques, mais nous avons pu mesurer l inductance des nôtres, et l on trouve L = L =,6 mhenry. - Le courant électrique qui la traverse I en Ampères. - Le flux magnétique φ qu elle génère, exprimé en Weber (Wb). On observe que N est fixé, on ne peut pas rajouter ou enlever des tours de bobine au gré de nos envies. L est propre à la bobine. En théorie donc, le flux magnétique, pour une bobine donnée, dépend du courant qui la traverse. Dans ce cas l'alimentation du transpondeur est dépendante du flux magnétique reçu, lui-même généré par l antenne du récepteur. L'objectif est alors d'optimiser le flux magnétique généré pour permettre d'alimenter le transpondeur. Notre inductomètre. 9

11 Chapitre 4 : Le transpondeur. Résonnance Mais alors, comment réaliser cette optimisation? Pour répondre à cette question, nous avons étudié le projet qu un autre groupe a effectué dans le cadre de ses Travaux Personnels Encadrés, un chargeur de téléphone à distance. Celui-ci est constitué de deux bobines de cuivre, l une reliée à travers un condensateur à un générateur, et une autre bobine réceptrice reliée à un circuit préparant le courant avant de l envoyer dans le téléphone. Ce circuit possède une diode électroluminescente qui nous servira de témoin. Lorsque l on allume le générateur et que l on approche la bobine réceptrice de la bobine émettrice, on observe que la DEL s allume : le circuit est donc alimenté, il y a donc bien eu transmission d énergie entre les deux bobines. En réalité, la première bobine crée une onde électromagnétique de même fréquence et de même forme d onde que le courant qui la traverse ; le champ magnétique de cette onde est récupéré par la seconde bobine et transformé à nouveau en courant électrique, de même fréquence et de même longueur d onde, comme sur le schéma ci-contre. Ce chargeur de téléphone nous permet de mettre en évidence un phénomène annexe néanmoins fort puissant : la fréquence de résonnance. À une fréquence d environ 3000 Hz, lorsque le courant est de 7 milliampères à la sortie du générateur, le courant dans la bobine (après les condensateurs) est de 55 ma! Ce phénomène s explique par le phénomène de résonnance, très utilisé notamment dans les communications sans fil. Typiquement, il se produit dans un circuit LC (bobine d inductance L / condensateur de capacité C) et permet d avoir un courant en sortie du circuit supérieur à celle qu il y avait en I 55 entrée! Néanmoins, ce phénomène provoquant un gain en courant ( Sortie G 7, 86 ) ne se produit qu à I 7 une fréquence précise. La pulsation de résonnance est donnée par la formule : 0 fréquence f 0 0. LC Entée, on en déduit donc la Cette relation se vérifie dans l impédance du signal traversant le circuit : l impédance d un circuit parallèle est donnée par la somme des inverses des impédances de ses composants. On a donc :. Si on Z Z Bobine Z Condensate ur pose l impédance de la bobine Z Bobine j L et du condensateur Z Condensateur, on a j C Module Z l impédance équivalente du circuit LC parallèle : 6,00E+0 j L j C j L 5,00E+0 Z. Équivalent j L L C module Z 4,00E+0 j C On a donc l impédance équivalente du circuit RLC (l impédance d un circuit série est donnée par la somme de ses impédances) : L Z Circuit R j. L C 3,00E+0,00E+0,00E+0 0,00E+00 Le schéma du circuit du chargeur de téléphone : un condensateur et une bobine en parallèle et une résistance série. LC

12 Chapitre 4 : Le transpondeur. ( L ) Si l on s intéresse au module de cette impédance, on a : Z Circuit R ( L C ). Lorsque l on ( L ) L. C s approche de la fréquence de résonnance, on a : lim Z Circuit lim R 0 ( L C ) L. C. On observe que cette fonction admet pour asymptote la droite d équation x=ω 0 car lim ( L C ) L C 0 donc, par somme et produit de fonctions de référence, L C L. C lim 0 Z Circuit. Le module de Z est représenté sur le graphique ci-contre pour R = ohm, U=0V, L=0,938 mh et C=3 mf (valeurs dans le chargeur de téléphone). Grâce à la formule U Z I, il est possible de calculer les intensités des courants dans le condensateur, la bobine, la résistance et dans le circuit complet. Les résultats se trouvent dans le graphique ci-dessous ainsi que les rapports entre les intensités : on observe que les meilleurs rapports se trouvent aux alentours de la fréquence de résonnance. 4 3,5 3,5,5 0,5 0 Les intensités I IC IL Rapport des courants IL/I IC/I IR/I Maintenant, intéressons-nous à notre propre transpondeur : peut-on lui appliquer ce phénomène de résonnance? D après sa documentation, son antenne a une inductance de 0,8 mhenry et un condensateur de 78 pf. Calculons sa 5 fréquence de résonnance : f res,49 0 Hz soit environ 5 khz, ce 3 L C 0, G I Sortie I Entrée ,5 5, Modèle du transpondeur simulé sous le logiciel Proteus qui est l exact fréquence à laquelle fonctionne notre système! Afin de déterminer son gain en courant grâce à ce système, nous avons simulé sous Proteus son fonctionnement. Voici les valeurs que nous avons trouvés : pour un courant de 67,5microAmpères en entrée, il y a un courant de plus de 346 mircroampères dans l antenne!

13 Chapitre 4 : Le transpondeur. Résumons donc : le transpondeur est alimenté par le phénomène d induction électromagnétique. Lorsqu un courant traverse l antenne du récepteur, elle crée un champ magnétique. Ce champ magnétique est récupéré par l antenne du transpondeur pour être transformé en courant à nouveau et alimenter les circuits du tag afin qu il puisse émettre son information. À une certaine fréquence, il faut prendre en compte le phénomène de résonnance qui permet d avoir un gain en courant très important : on a montré que le transpondeur est prévu pour fonctionner à la fréquence de résonnance ainsi le gain en courant dépasse 5 fois. Émission de l information Structure interne d un transpondeur. Un transpondeur, de manière générale et globale, s organise comme sur le schéma ci-contre : une interface avec la bobine permettant d envoyer/recevoir des informations ou de l énergie, des circuits de logique menant à la mémoire. Mais quels sont ces circuits? C est ce que nous allons voir sur le schéma ci-dessous, extrait de la documentation des transpondeurs utilisés dans notre projet. L horloge des données à laquelle fonctionne le récepteur doit être connue du transpondeur pour que la transmission se déroule bien. Les données sont stockées sans être codées. Le codage des informations (bloc numéro ci-dessus) Toute information, pour être communiquée, doit posséder un code. Les données sont codées suivant une horloge précise pour être comprises par le système de base : c est pourquoi le transpondeur recode à chaque émission ses données suivant l horloge indiquée par le récepteur. Les codes utilisés en RFID diffèrent selon si la liaison est montante (de la station de base vers le transpondeur) ou descendante (du transpondeur vers la station de base). La communication dans notre système étant essentiellement descendante, passons rapidement sur la liaison montante, souvent codée en NRZ (No Return to Zero). On assigne la tension + X à la valeur binaire, et - X à la valeur 0. On peut aussi évoquer le code Miller qui fait intervenir les transitions de milieu de bit. Mais intéressons-nous au code Manchester, celui utilisé dans notre système. Il fait intervenir à foison les transitions de milieu de bit : au milieu d un bit, le signal passe de - X à + X. Le codage Manchester, lui, assigne à une transition montante (de 0 vers ) à la valeur logique 0 et une transition descendante (de vers 0) à la valeur. Cela donne le schéma ci-contre. Ce type de codage permet de supprimer beaucoup de problèmes liés aux codages NRZ, Miller : perte de synchronisation, ligne coupée (à cause d une longue série de 0), etc

14 Chapitre 5 : La transmission de l'information par ondes électromagnétiques. Chapitre 5 : Transmission de l information par ondes électromagnétiques Généralités. La modulation des ondes électromagnétiques est la solution technique apportée à un problème très simple : transmettre une information dans l air sur des distances plus ou moins longues. Principe et intérêt Une fois codées, les informations dans le transpondeur passeront dans le modulateur (composant numéro sur le schéma ci-dessus). Celui-ci va les préparer à passer dans l air. Pourquoi? Notre système RFID communique par ondes électromagnétiques appartenant au domaine radio (5 khz). On peut même calculer la longueur d onde de cette onde : c., RFID, m,5 0 5 Rappelons brièvement qu une onde électromagnétique correspond à la propagation couplée et de manière perpendiculaire d un champ magnétique et d un champ électrique. Or, l air est un très mauvais conducteur magnétique, il ne canalise pas le champ. L onde représentant les informations codées possède une fréquence relativement basse, pour que le lecteur puisse décoder les données. La fréquence de l onde à transmettre est donc basse et l air mauvais conducteur magnétique : l information a alors toutes les chances de se perdre et de ne jamais arriver à destination C est là que la modulation intervient : elle consiste simplement à «dissimuler» l information à transmettre dans une onde de haute fréquence (c est l onde porteuse), qui elle aura plus d énergie et pourra passer dans l air avec moins de difficultés. Soldat dans les tranchées durant la Grande Guerre utilisant un poste à galène. Rapide historique de la modulation Le premier à avoir découvert la modulation d amplitude des ondes électromagnétiques est Heinrich Hertz qui, en 887, réalisa une expérience dans laquelle il arrive à transmettre de l énergie par ondes EM d un bout à l autre d une grande pièce. Très vite après, en 890,E. Branly, physicien français, associera le dispositif de Hertz à un autre appareil nommé «cohéreur», qui permet de détecter les étincelles produites par le dispositif de Hertz de manière plus fine que la vue ou l ouïe. Grâce à son système, Branly est capable d émettre et de recevoir une information en morse par ondes électromagnétiques à plus de 5 km! Tout le monde imagine déjà que ce sera bientôt la voix qui sera transmise à une telle distance. Pour le grand public, ce sera chose faite lors de la toute première émission radiodiffusée en 94 en Belgique. Dans les années suivantes, la radio AM à modulation d amplitude fleurira notamment grâce aux récepteurs à métaux, galène ou pyrite. Ces systèmes permirent la démocratisation et l installation de la radio dans nos vies, et restèrent de précieux alliés durant les deux guerres mondiales jusqu en 950 et l invention du transistor. Ils laissèrent peu à peu place à d autres types de récepteurs plus «propres» au niveau sonore et capables de capter la modulation de fréquence FM. Quelle modulation? Il existe plusieurs types de modulation. La plus simple est celle que nous décrirons ici, la modulation d amplitude AM : il s agit de faire varier les valeurs maximale et minimale du signal transmis. Néanmoins, d autres modulations existent, comme la fréquence FM et la phase PM. 3

15 Chapitre 5 : La transmission de l'information par ondes électromagnétiques. La modulation d amplitude On s intéresse ici à la toute première partie de notre montage expérimental, tel que représenté ci-contre. Notre expérience Afin de mieux comprendre comment fonctionne notre système RFID, nous avons décidé d en créer un modèle agrandit. En effet, notre transpondeur émet ses informations grâce à la modulation d amplitude! Dans sa mémoire, les informations sont codées sous forme de 0 et de, et ce code qui sera reçu par la carte sera associé à un panneau. La modulation utilisée pour transmettre le signal est la plus basique des modulations d amplitude, que l on nomme OOK, pour On/Off Keying : lorsque le signal modulant est à 0, aucune onde n est transmise, et lorsqu il est à, toute l onde est transmise (voir le schéma ci-contre). Pour notre expérience, nous avons créé grâce au logiciel LatisPro un signal modulant correspondant à un code à transmettre, cadencé par une horloge de 00 Hz (un bit toutes les 5 ms), la voici : Par la suite, nous avons créé grâce à un GBF une onde sinusoïdale de fréquence environ 000 Hz (que l on appellera porteuse) : Ces deux ondes passent ensuite dans un petit composant nommé «multiplieur» qui va tout simplement les multiplier entre elles. Voici le résultat : Onde porteuse Onde modulante L onde, que l on obtient à la sortie du multiplieur, possède donc bien l information et une haute fréquence : on peut la faire passer dans l air.ce que l on a modélisé ici désigne ce qui se produit dans la partie «Data modulator» du transpondeur : la multiplication d une onde de fréquence réduite possédant une information, avec une onde de haute fréquence pouvant traverser l air. 4

16 Chapitre 6 : L'effet transformateur. Chapitre 6 : L effet transformateur Nous nous intéressons ici à la transmission de l information entre les bobines. Maintenant que l information a été codée et modulée par le transpondeur, nous devons savoir : comment est-elle transmise? Nous revenons donc au principe de l induction électromagnétique portée par l effet transformateur, mais, quel est-il? Principe physique. Un transformateur électrique permet de transférer de l énergie d une bobine à une autre, tout en modifiant les valeurs de tension ou d intensité du courant et en conservant la forme et la fréquence du signal. Il exploite pour cela les propriétés du champ magnétique. Rapide historique Dès le VIème siècle avant Jésus-Christ, les phénomènes magnétiques sont connus, essentiellement au travers des propriétés des matières riches en magnétite. Si, en 8, Ørsted montre qu il est possible d influencer les aiguilles d une boussole avec la circulation d un courant électrique à proximité, Michael Faraday sera le premier à montrer le phénomène d induction électromagnétique, avec le mouvement proche d un aimant et d une bobine de cuivre. Néanmoins la véritable théorie complète des champs magnétique sera unifiée par Maxwell en 873 avec quatre relations mathématiques de forme simple : c est aussi lui qui découvrira la profonde interaction entre champs électrique et magnétique au sein des ondes Électromagnétiques. Généralités Outre le nombre de spires, le courant, l inductance et le flux magnétique que nous avons déjà rencontrés, d autres variables sont à prendre en compte en physique des champs magnétiques. - La perméabilité magnétique du matériau μ : désigne le caractère isolant ou conducteur magnétique d un matériau. Plus μ est grand, plus le matériau est conducteur magnétique (on l appelle ferromagnétique). Dans le vide, μ est petit : μ Air = 4π.0-7. On peut faire l analogie avec la conductivité dans un circuit électrique. - La force magnétomotrice, comparable à la force électromotrice dans un circuit électrique classique : F mm = N x I. - La réluctance R propre à un circuit, que l on calculera pour notre système, comparable à la résistance d un circuit électrique. Notre modèle Afin de mieux comprendre comment se transmet l information entre les deux bobines de notre système RFID, nous avons créé un modèle simplifié, composé simplement de deux bobines (théoriquement) identiques. L une des deux bobines (qui modélise l antenne du récepteur, qui va alimenter le transpondeur) est branchée sur une source de tension sinusoïdale d une fréquence f = 000 Hz. L autre n est pas reliée, aucun courant ne peut donc s y former : c est un transformateur à vide. Mais avant de procéder à tout calcul, il nous faut mesurer l inductance des bobines à la fréquence donnée, à savoir khz. Pour cela, on peut utiliser la formule : L U Eff I Eff L U Eff I Eff avec ω la pulsation du signal. 5

17 Chapitre 6 : L'effet transformateur. Nous avons donc mesuré la tension et le courant efficaces pour chacune des bobines, puis calculé l inductance. Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous : Bobine N N Courant (A) 0,9 0,83 Tension (V) 8,98 8,98 Pulsation 683 Inductance 8,98 mh mh 0,9 6483,55 8,98 0, ,7 On observe que les résultats diffèrent légèrement l un de l autre, ce qui peut être dû à un défaut de réalisation des bobines. On peut donc calculer l intensité du flux magnétique émis par la bobine numéro si celle-ci 3 L I,55 0 0,9 5 est alimentée : N L I,5 0 Weber par spire. Le flux total vu par N 95 la bobine est donc de N 95,5 0 Total efficace. 5,46 mwb soit,4 mwb Or, l expression de la tension liée au flux magnétique est : V N d. Si l on considère que le dt transformateur que l on étudie est parfait, alors il n y a aucune perte : le flux transmis par la bobine est égal au flux reçu par la bobine. On a donc : V N d N et, dt d V dt N d N dt d dt On peut donc conclure que dans un transformateur parfait, V. N V On peut visualiser ce résultat grâce au logiciel de simulation Proteus : lorsque le couplage entre les deux bobines est parfait et qu elles possèdent le même nombre de spires, les tensions V et V sont quasiment égales. Néanmoins, lorsque nous avons mesuré la tension dans les bobines, nous avons trouvé des valeurs largement différentes : V = 8,98 volts et V = 3,09 volts! Il y a donc des pertes entre les deux bobines, le transformateur réel n est donc pas parfait. Nous avons tenté de mesurer ces pertes, en utilisant un Teslamètre, appareil permettant de mesurer l intensité du champ magnétique B. Dans un premier temps, nous avons fait l hypothèse que le champ magnétique était uniforme dans les bobines émettrice et réceptrice, mais au vu des valeurs mesurées de manière expérimentale, nous avons dû nous rendre à l évidence : notre hypothèse était fausse, il suffit de voir les valeurs que nous avons trouvé (en Tesla) en fonction de la distance par rapport au centre des bobines (graphe ci-contre). Afin d avoir un résultat plus exact dans la suite de nos calculs, nous avons décidé de prendre la moyenne des valeurs entre l extrémité haute, le centre et l extrémité basse de la bobine, puis nous avons déduit du champ magnétique mesuré D et du diamètre de la bobine (,4 cm) les valeurs de flux magnétique : B S B 4 avec D le diamètre =,4 cm. 6 N 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0, 0, 0 Champ magnétique (T) en fonction de la distance entre les bobines. (mm) Haut de la bobine Milieu de la bobine Bas de la bobine Moyenne

18 Chapitre 6 : L'effet transformateur.,40e-05,0e-05,00e-05 8,00E-06 6,00E-06 4,00E-06,00E-06 0,00E+00 Flux magnétique (Wb) en fonction de la distance entre les bobines. (mm) Flux récupéré Flux de fuites Flux théorique Après avoir effectué ce calcul pour toutes les valeurs moyennes trouvées, nous avons calculé le flux magnétique initial généré par la bobine : L I N L I N 3,6 0 0,77,9 Wb 95 Pour visualiser nos résultats, nous avons construit le graphique suivant, qui montre l évolution du flux de fuites et du flux susceptible d être récupéré, à différentes distances par la bobine. On observe que la distance minimale entre les milieux des bobines étant de 40 mm, le flux de fuites sera toujours supérieur au flux récupéré. Notre système a donc beaucoup de pertes. Mais comment quantifier ces pertes? La qualité du couplage est définie par l inductance mutuelle entre les deux bobines : M L L et le M coefficient de couplage K : K où M est la mutuelle réelle et M la mutuelle parfaite entre les deux bobines. La M mutuelle parfaite est obtenue en multipliant les inductances des bobines : dans notre cas, la mutuelle parfaite serait M Parfaite L L,55 0 3,7 0 3,65 mhenry. Pour trouver la mutuelle réelle, il faut repartir de la formule de départ en ajoutant l action de la bobine sur : d di di N L I M I V N L M. dt dt dt Or, I étant nul (on n a pas laissé de courant se former dans la bobine, le transformateur est à vide), on obtient : di V V M M I M (en régime sinusoïdal) dt I On peut donc maintenant calculer la mutuelle réelle de notre système ainsi que son coefficient de couplage dans deux cas : lorsque les bobines sont adossées l une à l autre et lorsqu elles sont espacées de deux centimètres. Pour cela, nous avons branché le circuit simulé ci-contre sous le logiciel Proteus. Les résultats de nos expériences, confirmés par simulation, sont regroupés dans le tableau ci-dessous. 7

19 Chapitre 6 : L'effet transformateur. Valeurs expérimentales Pas d espace cm V (Volts) 3,09,0 I (Ampères) 0,8 0,8 Pulsation 683 Mutuelle réelle M 3,09 4,0 6,5 0 Henry 3, , ,8 4 0 Henry Mutuelle idéale Coefficient de couplage K 6,5 0, ,377, Henry 3,88 0, ,38 On observe que les valeurs de coefficients de couplage trouvées sont très inférieures à, la valeur idéale, celles-ci ont même tendance à diminuer en fonction de la distance entre les bobines. Notre système a donc des pertes très importantes, principalement car il se situe dans l air. L air est très mauvais conducteur magnétique : la réluctance du circuit sera donc très importante. La réluctance d un circuit magnétique désigne la résistance s opposant à son passage, comme sur le schéma électrique équivalent ci-contre, grâce à la formule : N I = associée à la relation : N = L I on détermine : N 95 Système 57575,8. On observe qu elle est très grande, la résistance s opposant au 3 L,65 0 passage du flux magnétique sera donc importante. Dans notre modèle, nous avons donc deux bobines couplées par air, donc le coefficient de couplage est au maximum de 0,377. Cela signifie qu au maximum, lorsque les deux bobines se touchent, seul 37% du champ magnétique émis sera récupéré. Cela est dû aux nombreuses fuites que l on observe car l air ne canalise pas le champ magnétique. On peut aussi observer un autre phénomène intéressant pour notre projet. En effet, on remarque que, dans un transformateur parfait, si on laisse se former un courant de l autre côté du transformateur, les deux intensités des courants sont proportionnelles : N I = N I (si on ignore les fuites). C est comme ça que le transpondeur et le récepteur communiquent dans notre système RFID : lorsque le courant dans le transpondeur augmente (I ), le courant dans le récepteur aussi. C est ce phénomène, nommé «Réflexion de charge», qu utilise le transpondeur et le module pour communiquer, par exemple une variation de courant ascendante dans l antenne du récepteur peut être interprétée comme un logique et une variation descendante comme un «0». Encore une fois, nous avons pu voir sous Proteus comment se passait ce phénomène de manière détaillée, à travers le montage suivant : Sonde de courant Source de Tension Émetteur Transpondeur Switch à niveaux logiques, fermant et ouvrant successivement le circuit 8

20 Chapitre 7 : La démodulation. Ce circuit permet de mettre en évidence la communication Lecteur/transpondeur. On visualise sur l oscilloscope ci-contre la tension aux bornes de la bobine L (signal jaune) et le courant dans le lecteur (signal rouge), la tension dans la bobine L (signal bleu) et le courant dans le transpondeur (signal vert). On observe que les deux tensions ont la même forme d onde, semblable à celle que l on a vue dans le chapitre sur la modulation. Néanmoins, on observe que l induction conserve globalement les courants, la formule N I = N I est vérifiée : lorsqu un courant circule dans le transpondeur, celui-ci provoque une brusque augmentation en flux magnétique et ainsi du courant dans le récepteur (le courant circulant étant directement proportionnel au flux magnétique suivant la formule N x ϕ = L x I, N et L sont fixés). Le lecteur RFID va donc réceptionner ces variations de courant et les interpréter comme des «0» ou des ce qui permet de récupérer l enveloppe d un signal en carré correspondant au code du transpondeur. Chapitre 7 : La démodulation Nous nous intéressons ici à la partie du montage chargée de retrouver le signal initial représentée par le schéma ci-contre. Principe global. A la réception du signal par la seconde bobine, nous avons une onde modulée d amplitude réduite. Il nous faut en extraire l information codée et retrouver donc le «créneau» modulant. Ce travail s effectue en deux étapes, il nous faut d abord retrouver l enveloppe du signal modulant à l aide d un détecteur de crête, puis retrouver la forme du créneau à l aide d un comparateur (Amplificateur opérationnel). Supprimer la composante négative du signal. L onde porteuse est une tension alternative, variant entre +0V et -0V. Cependant, notre onde modulante n avait pas de composante négative. Nous avons gardé uniquement la partie positive du signal à U entrée (t) ) l aide d un montage redresseur : Une simple diode, elle ne laisse passer le courant que dans un seul sens et bloque l alternance négative. Retrouver l enveloppe : le détecteur de crête. Le montage : Il se compose d un condensateur (C sur la figure ci-contre) branché en dérivation d une résistance (R sur la figure), à la suite du montage redresseur. C U(t) R U sortie (t) 9

21 Chapitre 7 : La démodulation. Détermination des valeurs et résultat. A la suite de ce montage nous retrouvons la courbe suivante : Signal Modulé Signal en sortie du détecteur de crête. Prenons le condensateur chargé à t=0 au début d une alternance positive. Entre t=0 et t, la tension à l entrée du circuit U entrée (t) croît. Le condensateur se charge et sa tension augmente jusqu à une valeur maximale. Après t, U entrée (t) diminue, et le condensateur se décharge jusqu à ce que sa tension U(t) soit égale à U entrée (t) au temps t. Après t, U entrée (t) croît à nouveau et le condensateur charge jusqu à une nouvelle valeur U(t) maximale. Cela permet de retrouver l enveloppe globale du signal modulant. Lorsque le condensateur se charge, la tension U C (t) s écrit de la sorte : U C initiale finale t ( t ) ( V V ) e V. Tout montage RC comme celui-ci possède une constante de temps notée τ, qui est calculée grâce au produit des valeurs de résistance et de condensateur. finale Dans la phase de déchargeu C Initiale t ( t) V e, donc l'instant τ correspond à une capacité restante dans le condensateur de 37 %, à 3τ il restera 5 %, etc Nous retrouvons une courbe inverse à celle de la charge. Il s agit donc de jouer sur la valeur de τ donc de la résistance et du condensateur afin que le condensateur se charge assez vite et se décharge assez peu pour que lorsque l onde est à, il épouse les crêtes de celle-ci, mais se décharge assez vite pour tomber à 0 lorsqu il n y a plus d onde. Dans notre montage, nous avons une charge très rapide car nous n avons pas placé de résistance pour la ralentir, mais seulement une résistance après le condensateur pour ralentir sa décharge. Afin de déterminer les bonnes valeurs de la résistance R et du condensateur C, nous devons utiliser la constante de temps τ = R C, et la comparer aux périodes T modulant (La période du signal modulant) et T porteuse (La période la porteuse). Pour notre signal nous avons F porteuse = 000Hz et F modulante = 00Hz, or F = T donc T porteuse = =,0ms Tmodulante = = 5,0ms

22 Chapitre 7 : La démodulation. Idéalement, nous devrions obtenir Tmodulante > > T porteuse 0, mais cela impliquerait que la période (donc la 0 fréquence également) de l onde porteuse soit cent fois supérieure à la période de l onde modulante, or ce n est ici pas le cas. Cependant pour T modulante > > T porteuse ms < < 5ms. Nous avions à notre disposition un condensateur de Farad et plusieurs résistances, allant de k à 00. Il nous fallait donc trouver la résistance la plus adaptée, s approchant le plus de 3ms. Valeur de R = R C < < 5 Oui / Non 00k = 00ms < 5 < 00 Non 4,4k = 4,4ms < 4,4 < 5 Non,k =,ms <, < 5 Oui k = ms 5 > = Non Ainsi nous utilisons dans notre montage une résistance de,k, branchée en dérivation avec un condensateur de F constituant donc notre filtre passe-bas, dont l objectif est d éliminer l onde haute fréquence porteuse et retrouver l enveloppe du signal. «Linéariser» l enveloppe : Le comparateur. Le montage. Nous avons mis en place un circuit permettant de comparer les valeurs de tension à la sortie du passe-bas : il s agit d un amplificateur opérationnel. Typiquement, un amplificateur opérationnel se compose de deux broches d alimentation + Vcc et - Vcc car son fonctionnement impose une alimentation symétrique, de deux entrées différentielles E + et E - ainsi que d une sortie S. On définit la tension différentielle ε entre les deux entrées comme ε = E + - E -. Le fonctionnement de l amplificateur est très simple : lorsque la tension différentielle est inférieure à 0, il renvoie - Vcc (dans notre système - 5V) et quand elle est supérieure, il renvoie + Vcc (+5V) sur S. C est un fonctionnement en saturation. -5V +5V R V -5V U4 D U5 Dans notre système, nous avons branché la borne + du circuit RC à l entrée positive du comparateur, puis amené une tension de + 5V que nous avons ramené à +,5 V pour réaliser une tension seuil grâce à une résistance variable. Son fonctionnement est relativement satisfaisant : lorsque la tension après le circuit RC est inférieure à,5v, on a ε < 0 donc le comparateur renvoie -5V. Lorsque la tension après le RC est supérieure à ce seuil, on a ε > 0 donc le comparateur renvoie + 5V.

23 Conclusion. Résultat. Après avoir mis une diode pour couper le signal en-dessous de 0V, nous retrouvons donc bien le créneau, et son message codé de l onde modulante. Signal Modulant Signal Démodulé. U sortie (t) A travers donc tout notre montage (que vous pouvez visualiser en annexe 3), nous retrouvons bien le signal modulant transmis par la Bobine à la Bobine après démodulation Chapitre 8 : Conclusion De la modulation à la RFID. Nous avons précédemment travaillé sur le schéma ci-contre, représentant la chronologie de la circulation de l information dans un transpondeur. Après l étude complète d un circuit de modulation / démodulation d amplitude, nous retrouvons une correspondance certaine avec notre montage. Alimentation du transpondeur via induction électromagnétique Envoi des informations par effet transformateur Le transpondeur Stockage des données sous forme de 0 et de Cette correspondance peut s illustrer par la mise en parallèle du schéma de notre transpondeur (ci-contre), et de celui de notre montage (ci-dessous). Modulation des données avec une porteuse Modulation des données avec une porteuse La chronologie est la même, et notre montage sur la modulation/démodulation d amplitude illustre de manière détaillée ce qu un petit composant comme un transpondeur est capable de faire. Notre montage Ainsi, à travers ce dossier nous avons pu expliquer par quel moyen physique notre «Roméobot» pouvait communiquer avec les panneaux de signalisation de vitesse. Envoi des informations par effet transformateur Stockage des données sous forme de 0 et de

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES Barra Jérémy TS1 SSI ROBOT INSPECTEUR DE CABLES En ce début d année de terminale S Si, nous ont été présentés différentes idées de projets que l on pourrait réaliser pour notre projet personnel encadré.

Plus en détail

T.P. n 8: MULTIPLIEUR

T.P. n 8: MULTIPLIEUR T.P. n 8: MULTIPLIEUR 1) MODULATION D AMPLITUDE On veut transmettre sur de grandes distances des informations, par exemple sonores, de fréquences comprises entre 0 Hz et 0 khz. La transmission ne peut

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONNELLE

ANALYSE FONCTIONNELLE Présentation du système ANALYSE FONCTIONNELLE La voiture haut de gamme d aujourd hui comporte plusieurs calculateurs reliés en réseaux par des bus multiplexés dont le bus CAN. La CITRÖEN C6 dispose de

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures A- MISE EN EVIDENCE DES PARAMETRES D'ASSISTANCE

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures A- MISE EN EVIDENCE DES PARAMETRES D'ASSISTANCE PSI* 24/01/14 Lycée P.Corneille tp_loi d_assistance_dae.doc Page 1/1 Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures Vous disposez : De la direction

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES 2. Support automatisé de bagages à main pour personnes à mobilité réduite. Par : Boniface Lalié et Alex Couture

CAHIER DES CHARGES 2. Support automatisé de bagages à main pour personnes à mobilité réduite. Par : Boniface Lalié et Alex Couture CAHIER DES CHARGES 2 Support automatisé de bagages à main pour personnes à mobilité réduite Par : Boniface Lalié et Alex Couture CÉGEP DE SHERBROOKE Date : 20/12/2013 Table des matières 1. But:... 3 2.

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Modélisation électrique

Modélisation électrique Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Rapport de TP Modélisation électrique de la commande de charge dans l automobile Simon Bouvot Alexis Ferte

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

Le collier identificateur de vache

Le collier identificateur de vache Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique Le collier identificateur de vache Domaine d application : Transmission de l information Type de document : Dossier technique

Plus en détail

La tension et l intensité du courant électrique

La tension et l intensité du courant électrique ÉLECTRICITE 1 La tension et l intensité du courant électrique OUVERTURE Le lecteur mp3 Les élèves peuvent remarquer que ce type d indications est présent sur tous les appareils électriques. Il peut être

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

Etude d un haut-parleur

Etude d un haut-parleur Etude d un haut-parleur Le haut-parleur électrodynamique, dont l invention remonte à plus de cent ans, n a pas évolué dans son principe. Il a été amélioré d année en année par l utilisation de nouvelles

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION DUSHIMIMANA Guillaume dguillaume2011@gmail.com VAN GOETHEM Maxime maxime.kami@outlook.com RÉSUMÉ Ce rapport est un compte rendu du projet effectué lors de notre bureau

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

TP PSI MODULATION-DÉMODULATION

TP PSI MODULATION-DÉMODULATION I-Objectifs du T.P I-Objectifs du T.P On se propose de réaliser une modulation d amplitude puis sa démodulation pour récupérer le message initial. Dans chaque cas, on observera la représentation temporelle

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Remis par P. Poulichet

Remis par P. Poulichet CCI PR-2001 TP introduction à Arduino Durée 8h00 Ile de France Novembre 2013 Remis par P. Poulichet Ce TP de 8 heures est une introduction au projet PR-2001 que vous aurez ensuite (72 heures jusqu au mois

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Capteur de Tension 2 voies 1MHz

Capteur de Tension 2 voies 1MHz Capteur de Tension 2 voies 1MHz Référence PS-2190 Page 1 sur 8 Equipement inclus Capteur tension 1 MHz 2 voies Matériel nécessaire Interface GLX PS-2002 Cordons de raccordement DEMARRAGE RAPIDE 1) Connectez

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

Fonctionnement du multimètre. Préparé par Richard Roy

Fonctionnement du multimètre. Préparé par Richard Roy Fonctionnement du multimètre Préparé par Richard Roy Le multimètre industriel Les multimètres numériques est un appareil à multiple usage, permettant d obtenir différentes lectures dans un circuits comme;

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES Université Paul Sabatier TP Physique du Tronc Commun de CIMP Introduction Travaux Pratiques d Electronique ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES D UNE AUTOMOBILE EN CAS D OBSCURITE L électronique est un secteur

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 - Sujet G345-01 Page de garde BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 Le dossier-sujet

Plus en détail

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 1 F. Wagner 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 2 Bref Historique de l instrumentation Science relative à la conception et l utilisation rationnelle d instruments

Plus en détail

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 Nom Prénom : Note : / 20 Cours / 5 Exercices d application / 9 Résolution de problème ou analyse de documents / 6 Partie A : Questions de cours 5 points

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL 6.1 Instruments Un amplificateur opérationnel de type 741. Un oscilloscope à double canon à électron. Un générateur de signaux Wavetek. Un générateur

Plus en détail

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec

L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100. Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec L électricité : êtes-vous au courant? Guide d utilisation du multimètre DMR-1100 SO f AD Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec Ce guide a été produit par la Société de formation

Plus en détail

MONTAGES ELECTRONIQUES

MONTAGES ELECTRONIQUES MONTAGES ELECTRONIQUES Classes concernées : 2 nde MPI, TS, TS spé (Bilbio : livres de 2 nde MPI, TS et TS spé Hachette) INTRODUCTION L électronique est omniprésente dans notre quotidien. Que ce soit dans

Plus en détail

Le Robot Caméléon. Lycée Louis-Le-Grand. JACQUIN Aymeric. LAZARD Benjamin. RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16

Le Robot Caméléon. Lycée Louis-Le-Grand. JACQUIN Aymeric. LAZARD Benjamin. RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16 2012 2013 Le Robot Caméléon Lycée Louis-Le-Grand JACQUIN Aymeric LAZARD Benjamin RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16 Introduction Les animaux, qui ont souvent plusieurs prédateurs naturels, ont au cours de l

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RT1A 2014-15 1 Matériel 1 "double" générateur AFG 3022 avec 2 charges 50 Ω 1 Platine de fonctions enfichables 2 Fonctions

Plus en détail

Le circuit de charge

Le circuit de charge 1 1. Mise en situation : 2. Définition : comprend l intégralité des pièces permettant l alimentation électrique de l ensemble des consommateurs du véhicule et la charge de la batterie 3. Fonction globale

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

A- Observez la vidéo A présentant le fonctionnement de deux objets techniques que nous

A- Observez la vidéo A présentant le fonctionnement de deux objets techniques que nous Nous savons qu'un système d'alarme permet de protéger une habitation en détectant et en signalant une ouverture de porte, de fenêtre ou un mouvement dans une pièce. Mais comment détecter et existe il un

Plus en détail

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Jean-Paul YONNET F1LVT / ADRASEC 38 F1LVT@yahoo.fr Dans les antennes Doppler, 4 (ou 8) fouets quart d onde sont commutées

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

LIAISON SERIE MODBUS

LIAISON SERIE MODBUS LIAISON SERIE MODBUS 1. INTRODUCTION AU BUS DE TERRAIN MODBUS :... 2 1.1. Généralités :... 2 1.2. Principe général :... 2 2. LIAISON SERIE RS485 :... 3 2.1. Transmission série asynchrone :... 3 2.2. Transmission

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

En médecine, on la retrouve dans l électrocardiogramme.

En médecine, on la retrouve dans l électrocardiogramme. CHAPITRE 2 : LA TENSION ALTERNATIVE. Une ville, la nuit, brille de mille feux alimentés par le courant alternatif. Vers la fin du XIX ème siècle, le courant alternatif a supplanté le courant continu. C

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Electrocinétique Livret élève

Electrocinétique Livret élève telier de Physique Secondaire supérieur Electrocinétique Livret élève ouquelle Véronique Pire Joëlle Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, ntenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

LA BOBINE ET LE DIPOLE RL

LA BOBINE ET LE DIPOLE RL LA BOBINE ET LE DIPOLE RL Prérequis 1. Cocher les ou la bonne réponse Un champ magnétique peut être produit par : un aimant permanant; un corps isolant un corps aimanté un fil de cuivre un solénoïde parcourue

Plus en détail

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Sous la direction : M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Préparation et élaboration : AMOR YOUSSEF Présentation et animation : MAHMOUD EL GAZAH MOHSEN BEN LAMINE AMOR YOUSSEF Année scolaire : 2007-2008 RECUEIL

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION DUSHIMIMANA Guillaume dguillaume2011@gmail.com VAN GOETHEM Maxime maxime.kami@outlook.com RÉSUMÉ Ce rapport est un compte rendu du projet effectué lors de notre bureau

Plus en détail

Activité FlowCode. Il DECIDE : toute la logique simple (et, ou, comparaison, test de valeur)

Activité FlowCode. Il DECIDE : toute la logique simple (et, ou, comparaison, test de valeur) Activité FlowCode I. Objectif Découvrir les éléments simples d une structure programmée. Simuler un programme de MicroContrôleur. II. Présentation du Microcontrôleur Microcontrôleur PIC 16F84 1. Qu est-ce

Plus en détail

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES 1, rue de la Terre de Feu 91940 Les Ulis Tel : 01 69 28 37 19 Fax : 01 69 82 92 79 DETECTION DES RESEAUX ENTERRES Sommaire ANNEXE : DETECTION DES RESEAUX... 1 DETECTION ELECTROMAGNETIQUE (DEM).... 1 Le

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX. Travail demandé :

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX. Travail demandé : VOITURE ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Centre d intérêt : FORMES ET CARACTERISTIQUES DE L ENERGIE, AMELIORATION DE L EFFICACITE ENERGETIQUE Connaissances visées AGENCEMENT DES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail