La Crise de Sauvegarde des Produits Alimentaires en Afrique du Sud: Juillet 2002 Mémorandum de Fond 2 pour discussion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Crise de Sauvegarde des Produits Alimentaires en Afrique du Sud: Juillet 2002 Mémorandum de Fond 2 pour discussion"

Transcription

1 La Crise de Sauvegarde des Produits Alimentaires en Afrique du Sud: Juillet 2002 Mémorandum de Fond 2 pour discussion La préparation à- et la prévention des Chocs de Consommation Majeurs 1 I. Origines de ce Mémorandum En juin 2002, la Région Afrique de la Banque a preparé un Mémorandum de fond sur la Situation Alimentaire en Afrique du Sud (McConnell-Brooks, AFTR1). Il ouvrait un débat sur la crise actuelle de sauvegarde alimentaire et proposait des options pour canaliser l aide apportée par la Banque aux pays affectés, dans leur effort de rétablissement après cette crise. Le présent memorandum s inspire des idées développées dans le memorandum de juin mais avec un point de vue différent. Il explore la manière dont le choc touchant la production se transmit aux ménages sous la forme d un choc touchant la consommation. Etant données les différences en avoirs et en accès aux opportunités du marché, les ménages aisés et les ménages défavorisés auront des capacités très différentes de prévention des pertes à long terme, pertes telles que les morts de nourrissons (jusqu à 1 an), les arrêts de croissance, les résultats éducationnels bas, les autres pièges de productivité réduite résultant de la pauvreté, etc. qui peuvent découler des chocs de consommation à court terme comme la sécheresse actuelle. Ce mémorandum éclaire le besoin d et les moyens d - atteindre les ménages les plus pauvres qui peuvent expérimenter des défaillances ou des manques en matière d allocation ou de demande, manques qui les empêchent de bénéficier de manière adéquate des améliorations en matière d offre, telles que l approvisionnement en nourriture du marché. Ce mémorandum propose des amendements spécifiques aux recommendations de politique de l AFR destinées aux pays en crise. Ces amendements ont pour but l amélioration des résultats et des entrées des marchés agricoles, y compris celui du cheptel, et ce, dans le but d éviter la perversion du système «D» des plus pauvres, système qui a pour conséquence une dissipation de l actif productif. Ce mémorandum ajoute à la discussion sur les mécanismes d assurance catastrophe, mécanismes que la note précédente a relevé comme étant liés à des indices basés sur les conditions météorologiques. Enfin, il apporte des options concrètes pour la gestion que la Région Afrique peut prendre en considération lorsqu elle aide les pays à développer une assurance abordable, non basée sur la cotisation mais plutôt sur un mécanisme de déclenchement, c est-à-dire, des réseaux de sécurité ciblés capables d être introduits pendant la crise actuelle, peaufinés dans les années entre deux crises et réévalués si nécessaire lors de la prochaine, et non moins inévitable, crise. II. Relations entre les chocs de production et les chocs de consommation La crise alimentaire en Afrique du Sud est dûe non seulement à un facteur climatique affectant la productivité régionale et l approvisionnement en nourriture, mais aussi aux faiblesses des cadres politiques de ces pays, faiblesses qui résultent en une maladresse habituelle du secteur public des pays concernés à gérer l impact des chocs climatiques, ou celle des marchés à répondre. Alors même qu à l origine le choc est un choc de production, son impact est très rapidement ressenti par une grande majorité des ménages de la région comme un choc de consommation. 1 Ce mémorandum a été préparé par Trina Haque (HDNVP), Harold Alderman (AFTHD), et Kalanidhi Subbarao (AFTHD/HDNSP) avec l aide d Arvil Van Adams (AFTH3). 1

2 Les «chocs» saisonniers de consommation. Les grandes sécheresses périodiques que la région d Afrique du Sud a expérimenté -y compris la sécheresse actuelle- représentent en bien des façons une aggravation des baisses saisonnières. Beaucoup de ménages ruraux, dont le mode opérationnel principal est une technologie basée sur le niveau des précipitations, ne sont pas capables d égaliser leur consommation même durant le cycle agricole normal, ce qui entraîne des variations saisonnières en matière de prix de la nourriture et en matière de consommation. Ceci est illustré dans les deux diagrammes suivants. Le premier diagramme montre l excès des prix des céréales comestibles pendant la période creuse (par rapport à la saison suivant immédiatement les récoltes) au Malawi, au Mozambique, en Tanzanie et en Zambie. Nous pouvons prévoir que les prix plus élevés vont rendre les céréales moins abordables pour les ménages défavorisés qui sont des consommateurs payant au comptant (voir ci-dessous). L augmentation saisonnière des niveaux de pauvreté résultant de ces prix élevés pendant la saison de famine précédant la récolte est illustrée, pour le Zimbabwe, dans le deuxième diagramme. Diagramme Excess of lean period maize price over harvest period maize price: average of observed (regional) prices, 4 countries (%) Mozambique Malawi Zambia Tanzania Source: Estimations calculées par le personnel de la Banque Mondiale 2

3 Diagramme 2 70 Pauvreté saisonnière dans le Zimbabwe rural 60 Prevalence of Severe Poverty July Aug. Sept. Oct. Nov. Dec. Jan. Feb. Mar. Apr. May June Source: Gouvernement du Zimbabwe. Note: L information porte sur la fréquence de la pauvreté rurale extrême (ou sévère, c est-à-dire la proportion des ménages vivant sous le seuil de pauvreté) selon le mois de l entretien. Le ICES est représentatif sur une base annuelle et il n était nullement intentionnel de le rendre statistiquement représentatif sur une base mensuelle. Ce diagramme n a qu une valeur d exemple. Consommateurs gagnant net contre producteurs produisant net. Les données disponibles sur les ménages suggèrent que la plupart des ménages pauvres sont des consommateurs payés net plutôt que des producteurs de nourriture produisant net. Alors que les vendeurs nets de céréales possèdent un certain tampon de protection vis-à-vis des prix plus élevés pour leurs résultats en période de production diminuée, les consommateurs nets n en ont pas autant. Des facilités de stockage local et de petit transport pourraient permettre à ces ménages de s ouvrir vers un arbitrage de nourriture à la fois inter-spatial et inter-temporel, afin d obtenir de meilleurs prix. De telles facilités sont souvent rudimentaires. En leur absence, ces ménages finissent souvent par vendre tôt lorsque les prix sont bas et par devoir acheter plus tard lorsque les prix sont à leur point le plus élevé. Des preuves provenant des régions semi-arides de l Inde indiquent aussi que les ménages ruraux pauvres font face à une plus grande volatilité de revenus et de profits que les ménages plus riches, alors que les deux partagent les mêmes présomptions d incertitude en matière de précipitation. Les fermiers les plus riches et possédant le plus de terres dans les zones rurales auront probablement et par définition une base d actifs plus large, base qui comprendra des facilités de stockage ainsi que l accès à des systèmes de transport. C est l assurance que les fermiers les plus pauvres bénéficieront del accessibilité à de tels mécanismes -soit par le moyen du micro-crédit ou par le levier étatique de l activité communautaire- qui sera importante pour atténuer l impact distributionnel du choc de production. 3

4 L entraide mutuelle tend à disparaître. Et alors que des chocs de production périodiques et saisonniers affectent plus ou moins simultanément tous les ménages dans une localité donnée, la nature covariate de ces chocs signifie que l entraide mutuelle traditionnelle ou les mécanismes informels d assurance tendent à disparaître dans la mesure où les ménages riches tout comme les ménages pauvres sont victimes de ce stress. Pendant la crise actuelle, par exemple, cela signifie que les deux ou trois derniers déciles de la population rurale souffrent probablement de baisses encore plus grandes dans le domaine du bien-être et de la santé que ne le mettraient en évidence une évaluation directe des baisses de la production. Les ménages les plus pauvres ont aussi tendance à se rétablir moins facilement, même après que la crise a passé. Si plusieurs sécheresses se suivent les unes à la suite des autres, la capacité des ménages les plus défavorisés à retrouver leurs niveaux de production et de consommation, ne serait-ce même qu à leurs niveaux originels d avant la succession de sécheresses, peut être endommagé en permanence. Il en est ainsi parce que les ménages les plus défavorisés ont tendance, en situation de détresse, à effectuer des ventes de leurs actifs productifs, tels que le bétail plus tôt que les ménages plus aisés, puisque les mécanismes de système «D», moins coûteux, s épuisent. La nature cumulative des chocs a été observée à la fois en Ethiope et au Burkina Faso lors des sécheresses des années 80. Marchés de Bétail. En dehors de leur propre travail, le bétail et autres animaux ont tendance à être la forme la plus courante d actifs commerciaux que les pauvres en zone rurale puissent posséder. En période de détresse économique, tel que c est le cas maintenant ou dans les prochains mois jusqu à la prochaine récolte, il est fort probable que les ménages les plus pauvres effectueront des ventes de détresse, -ventes de bétail. Etant donné le peu d intégration des marchés dans la plupart des pays de la région, le prix local du bétail peut aisément plonger, eu égard à l offre excédentaire de bétail et à la très basse demande effective. Si le ménage réussit à vraiment vendre l animal, il devra faire face à un double danger peu de liquidités pour faire face aux besoins immédiats de consommation et la perte de son pouvoir productif de tirage pour la prochaine saison agricole. Reconnaissant que cette situation est handicapante pour les ménages pauvres en termes de production et de consommation, lors d une sécheresse récente, le Fonds «Save the Children» a commencé à soutenir un système de rachat par lequel les ménages pauvres de la région d Afrique du Sud pouvaient obtenir un prix équitable pour le bétail et ensuite les racheter plus tard. La Banque a soutenu un projet au Kenya pour stabiliser les prix du bétail en subventionnant le transport en provenance des régions affectées par la sécheresse. Pertes à long terme dans le développement humain. Il existe beaucoup de preuves indiquant une nutrition diminuée des enfants à l âge le plus vulnérable (6-24 mois) même en période de sécheresse modérée dans le pays. Des données sur la région montrent aussi qu un tel choc à court terme a des conséquences à long terme, en matière de scolarisation réduite et en matière d arrêt de développement de l adulte, ces deux conséquences entraînant des niveaux plus bas de productivité. Kelly (2000) a remarqué que parmi les obstacles majeurs empêchant les enfants de rester scolarisés, l on trouvait le manque de finances, l augmentation des responsabilités de famille, ainsi que le stigmate et le traumatisme d événements tels que la mort des parents. Bien que les preuves reliant les taux d abandon de la scolarité à des chocs à court terme manquent, il est en revanche indubitable que les enfants abandonnent leur scolarité à la suite de chocs permanents tels que le décès de leurs parents. Au Zimbabwe, à la suite du décès de travailleurs fermiers (largement dû au SIDA), 4

5 48% des enfants (appartenant à ces familles) ont abandonné leur scolarité (Kelly 1999). Si l on considère que les pays souffrant actuellement de cette sévère crise alimentaire sont aussi ceux qui ont sévèrement été touchés par le SIDA, il y a peu de doute que la probabilité qu un enfant abandonne sa scolarité lors de cette période difficile ait dramatiquement augmenté en raison même de la combinaison de ces risques. Résumé. La sécheresse actuelle doit être perçue comme une partie intégrante d une série de chocs répétés sur la production et la consommation (voir Diagramme 3). Les ménages pauvres qui doivent recourir à des ventes de détresse de leurs actifs productifs ou à des systèmes «D» pervers ayant des conséquences à long terme, font supposer un coût à la société globale en termes de production économique perdue, de productivité économique perdue, une hémorragie potentielle sur les ressources publiques en termes de transferts, et la création d une force socialement déstabilisante. L impact cumulé sur les ménages les plus défavorisés peut entraîner des revers significatifs dans les efforts de réduction de la pauvreté. Il y a donc ainsi un cas d espèce à la fois humanitaire et économique en faveur d une aide à de tels pays, dans un but de développement d un cadre de politique publique de prévention des facteurs climatiques entraînant des pertes importantes et permanentes en matière de bien-être pour les ménages les plus pauvres. L observation des modèles distributionnels des sècheresses précédentes révèle que des réformes destinées à faciliter des marchés de données et de résultats mieux intégrés sont clairement un élément nécessaire d un compromis de politique du point de vue de l habilitation des ménages plus défavorisés à profiter des mécanismes de stabilisation des revenus basés sur le marché ; mais ils ne peuvent et n ont pas besoin- d être les seuls mécanismes vers lesquels les ménages les plus pauvres pourraient se tourner. Tous les types de ménages ne pourront pas profiter de tels mécanismes, et parmi ceux qui en bénéficient, il y aura une certaine inégalité dans l étendue de la protection que les ménages pourront obtenir. Un financement public des mécanismes d assurance des catastrophes et des réseaux de protection doit aussi faire partie de la réponse politique. Diagramme 3 2,500,000 2,000,000 Malawi Mozambique Zambia Maize production (Mt) 1,500,000 1,000, , Source: Estimations par le Personnel de la Banque Mondiale. III. Recommendations 5

6 Nous trouvons les recommendations émises par le mémorandum précédent à la fois solides et utiles. La section suivante complémente ces idées et discute les interventions publiques du côté de la demande, ce qui peut aider tant à surmonter les défauts d allocation qu à renforcer la réponse des ménages face aux stimulants accessoires dans le domaine de l offre. Le travail de la Banque sur les réseaux de sécurité et les crises économiques signifie globalement qu elle est bien positionnée pour aider les pays de la région Afrique du Sud à aller de l avant rapidement et effectivement dans ces domaines. i. Suppression des contraintes à l émergence de marchés ruraux fonctionnant bien. Dans notre politique de dialogue avec les pays, nous devons faire face à la question de fixation des prix pan-territoriale. L argument de la libération des prix et du haut coût local du prix des denrées alimentaires dans les zones de basse production est souvent un «épouvantail» utilisé pour justifier une libéralisation lente ou des baisses. Si le prix doit être un mécanisme d arbitrage à travers les zones de surplus et de déficit de production, la fixation des prix au plan pan-territorial mettrait une sourdine aux primes commerciales. Au lieu de cela, nous devons établir le cas d espèce qu un même objectif (d assurer une allocation alimentaire aux groupes de population ayant de faibles revenus) peut être achevé par l amélioration du pouvoir d achat des populations défavorisées au moyen des revenus, et non des prix ; e.g., l on peut souhaiter de poursuivre l option de soutien ciblé des transferts de revenu plutôt que de subventionner des prix non ciblés. ii. Assurance basée sur les conditions météorologiques: réseaux de protection contribuants et non contribuants Questions génériques Le dossier global de l assurance agricole n est pas encourageant. Des programmes ont échoué en raison des obstacles au contrôle imposés par l assymétrie de l information et par le risque moral qui réduit les efforts d atténuation des risques. Beaucoup de désastres ont un risque réduit de survenir dans n importe quel endroit donné, cependant ils entraînent des coûts élevés lorsqu ils ont lieu et, ce faisant, ne sont pas adaptés à l assurance privée. Dans d autres cas, le déficit a lieu régulièrement et nécessite donc une prime relativement élevée pour être profitable. Cependant, un autre obstacle à l assurance se trouve dans l impératif politique d offrir des programmes qui écartent les dispositions privées mais ne sont ni actuellement solides en tant qu assurance ni ne bénéficient totalement de fonds en tant qu alternative à une assurance privée. Pour surmonter certains des problèmes bien connus de l assurance récolte traditionnelle, la Banque Mondiale et nombre de ses partenaires sont en train de tester de nouveaux produits d assurance, tels que des polices d assurance basées sur les précipitations. Ces produits sont basés sur des indicateurs objectifs de gros temps et ne demandent pas l évaluation des pertes; d ailleurs, certaines propositions ne requièrent même pas que l assuré soit un cultivateur. La Banque est aussi en train d explorer de nouveaux mécanismes d assurance contre des risques liés aux prix. De tels arrangements d assurance prix, encore au stade expérimental, fonctionneront en conjonction avec des instruments de crédit dans le but de diminuer le risque à la fois pour les établissements financiers prêteurs et pour les producteurs petits 6

7 emprunteurs ; cependant, ces programmes devront être adaptés au cas par cas avant de pouvoir bénéficier aux consommateurs à faible revenus. Options de financement public contre-cycliques. Le risque tant en matière de prix qu en matière de production peut être abordé aussi bien par la position fiscale des gouvernements que par celle des ménages. En effet, les gouvernements ne veulent peut-être pas seulement égaliser la consommation, mais aussi s engager dans des dépenses allant à l encontre du cycle. Des mécanismes d assurance peuvent aider les gouvernements nationaux ou municipaux à établir des fonds pour les «mauvais jours» -ou dans le cadre du contexte spécifique à l Afrique du Sud- des fonds pour les «jours de sécheresse». Pour permettre une budgétisation et une mise en priorité publiques qui soient transparentes et responsables, un tel Fonds ne devrait pas être hors budget. 2 Trois questions seront importantes cependant. Premièrement, de conduire l analyse économique et fiscale qui étayerait l inclusion d un tel fonds «sécheresse» au sein même du déficit fiscal acceptable dans le cadre du FMI. Deuxièmement, d aider les gouvernements à construire un cadre de travail règlementaire qui protège du détour des fonds lors des périodes sans crise. La Banque pourrait mobiliser un grand nombre d expériences issues des travaux des pays FSU dans lesquels des fonds d assurance santé ont été établis selon les mêmes grandes lignes. Troisièmement, il faut identifier des objectifs déclencheurs qui évitent le risque moral et les questions d information assymétriques. L index basé sur les conditions météorologiques est un choix raisonnable selon les circonstances. Cette approche fait l objet d une étude pilote dans des projets soutenus par la Banque en Ethiopie, au Maroc et au Nicaragua. Une autre question clé est de savoir si un tel fonds grouperait les risques au niveau national ou multi-national. Notre recommendation serait l établissement d un fonds de sécheresse de niveau SADC, dans la mesure où des chocs climatiques ont eu tendance à affecter tous les pays simultanément mais à des niveaux différents. Une approche multi-pays ajouterait inévitablement une certaine complexité et un risque moral potentiel au niveau national, mais vaut peut-être bien les bénéfices pouvant être gagnés d un groupe de risque élargi. L établissement d un fonds bien déterminé serait essentiel pour un fonds d assurance catastrophe contribuante dans lequel les ménages pourraient aussi participer. Cependant, un fonds d assurance contribuante n est pas bien adapté aux besoins des ménages les plus défavorisés qui ne pourront peut-être pas se permettre de payer les primes d assurance. Néanmoins, un fonds sécheresse déclenché par des critères objectifs pourrait être utilisé pour fonder des interventions de réseaux de protection à la fois contribuantes et non contribuantes pour les ménages les plus défavorisés. De telles interventions non contribuantes et de réseaux de protection, pouvant être mises en application d une manière effective par rapport au coût dans des pays à faible revenu, comprennent les interventions suivantes : Programmes de Travaux Publics. L expérience internationale importante indique que des programmes de travaux publics (PTP) peuvent être conçus comme allant à l encontre d un cycle de crise. En plus d un mécanisme approprié de budgétisation, la fonction d assurance 2 L alternative serait de se reposer sur un financement du déficit, les niveaux et sources de financement duquel devant être négociés au moment de chaque crise. Un désavantage de ce mécanisme est l introduction de l incertitude dans la planification des programmes au-delà même de l incertitude reliée à l avènement de la crise. 7

8 de ces programmes est mise en valeur par un réapprovisionnement en idées entre des périodes d utilisation intensive. Transferts conditionnels de liquidités liés à la santé/à la scolarisation. Dans la mesure où la scolarisation est affectée par des chocs liés aux conditions météorologiques ou bien dans la mesure où le besoin de mesures préventives de santé publique augmente dans de telles circonstances, des transferts conditionnels de liquidités peuvent aussi être rattachés à un financement allant à l encontre de ce cycle de crise. Cependant, à l inverse des programmes de travaux publics (PTP) qui apprécient un certain degré d auto-objectivisation, de tels transferts conditionnels de liquidités requièrent à la fois un mécanisme explicite de formation d objectif (mais pas nécessairement un critère manifeste -l objectivisation basée sur la communauté est un mécanisme et non un critère) et une stratégie définie de sortie (de crise). A l heure actuelle, le Zimbabwe met en œuvre un objectif de programme de renonciation aux frais de scolarité, programme qui paie les frais de scolarité et les cotisations pour plus de 600,000 enfants, directement aux écoles. Des programmes similaires sont en cours de réalisation en Indonésie, au Mexique, au Brésil et ailleurs. Un tel programme de transfert peut, en fonction de sa conception, procurer un transfert substantiel vers les ménages défavorisés tout en protégeant en même temps les investissements en capital humain d enfants vulnérables. Les compromis de départ sont populaires et peuvent éviter les extensions temporelles d un choc à court terme, extensions dûes à des contraintes en liquidités au plant. Là où des marchés sont développés, des bons de consommation peuvent avoir un impact développemental plus grand dans le long terme. Tout comme il est ci-dessus mentionné, un critère d objectivisation et des stratégies de sortie de crise mettent en valeur la fonction d assurance. Des combinaisons exerçant une pression sur l entraide mutuelle. Les communautés ont procuré des soupapes de sécurité bien avant que les gouvernements n adoptent cette responsabilité. Elles possèdent un potentiel d utilisation du savoir local et en fonction des caractéristiques clés de leur conception- la capacité de prévenir la mise à l écart des efforts individuels et du risque moral. Cependant, les réseaux de protection informels ont tendance à disparaître dans les communautés les plus pauvres et avec des chocs covariate. Un soutien aux réseaux de protection traditionnels (tels que le champ du chef, - zunde ra mambo au Zimbabwe) peut être à la fois culturellement approprié et durable. iii. Surveillance avancée et contrôle régulier. Des investissements considérables ont eu lieu dans les systèmes de surveillance avancée de la famine dans nombre de pays d Afrique sub-saharienne. Alors que de tels systèmes peuvent être équipés d une capacité technique adéquate, ils ne sont pas forcément liés à un processus de prise de décision. Qui plus est, beaucoup de systèmes de surveillance avancée sont plus orientés vers un suivi des défaillances de production que vers une garantie de contrôle des prix et des salaires comme c est le cas en Inde, Bengladesh, etc. S occuper des crises de sauvegarde alimentaire dans un cadre élargi de gestion du risque. 8

9 Beaucoup de pays du cône sud, victimes de sérieuses crises de sauvegarde alimentaire sont aussi sujettes à de grandes variations de l activité économique dûes à d autres chocs, de nature covariate. Par exemple, la plupart des pays sont sérieusement pieds et poings liés à leur système fiscal ainsi que pris au piège de la pauvreté, ayant fait l expérience de sérieux chocs structurels (e.g., la crise minière en Zambie), ou de changements et de renversements systémiques sur les plans socio-économique et politique (e.g., Zimbabwe) ainsi que de la mortalité dûe au SIDA et de la perte des soutiens de famille à travers la Région. Qui plus est, dans certains de ces pays, la vulnérabilité reliée à la volatilité macroéconomique a d autant plus augmenté alors même que les modalités du commerce se sont aggravées de manière dramatique ces dernières années. La magnitude, la durée et la fréquence de tels chocs économiques doivent être prises en considération lors de la conception de politiques d intervention à court ou à moyen terme, politiques devant faire face à des carences de production localisées, dans la mesure où l impact final sur le bien-être des ménages dépend grandement non seulement des interventions faisant face à la crise immédiate de sauvegarde alimentaire dans une région donnée victime de la sécheresse, mais aussi sur l agrégation (non moins importante) des risques. 9

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café continuent d'enregistrer une chute progressive pendant que les spéculations sur la récolte brésilienne de 2015/16

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social

Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social Présentation du Rwanda PROCESSUS Structure culturelle Institutionalisation des CDCs - décentralisation Vision 2020 PRSP Politiques

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso Cahier Institut d'application et de vulgarisation en sciences de l'eau et 1444444444444 2444444444444 3 Email: iavsmail@gmail.com; Edition,N 1,Octobre2013 Site web: l'energie http://www.iavs-bf.org Eléments

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Prêts pour exploitants agricoles et PME

Prêts pour exploitants agricoles et PME Prêts pour exploitants agricoles et PME Conférence AgriFin 21 août 2013 Hans Balyamujura Table des matières 1. Présence de Barclays Africa et adaptation des solutions. 2. Prêts à l agriculture. 3. Produits

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

De la Protection à la Production:

De la Protection à la Production: De la Protection à la Production: Les transferts monétaires directs et leur rôle pour le développement économique rural Hafez Ghanem, Sous-directeur général, FAO Département du développement économique

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Bons aujourd hui, meilleurs demain

Bons aujourd hui, meilleurs demain Fonds d investissement BMO Portefeuilles de retraite Bons aujourd hui, meilleurs demain Vous le savez, une saine alimentation et la pratique de l exercice physique vous aideront à vivre plus longtemps

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition Produit par Anthony

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque Programme 1. Les mythes et les réalités de l économie d aujourd hui Aperçu de la crise du crédit Les coûts d emprunt et leurs conséquences

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Présentation. Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton. INDICE A de COTLOOK OFFRE & DEMANDE MONDIALES RENDEMENT FIBRE

Présentation. Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton. INDICE A de COTLOOK OFFRE & DEMANDE MONDIALES RENDEMENT FIBRE Présentation Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton Séminaire introductif Gérald Estur, ICAC Cotonou, 12 avril 25 Volatilité et imprévisibilité des prix du coton Stratégies de vente

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail