Formation pratique : La maîtrise d ouvrage collective

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation pratique : La maîtrise d ouvrage collective"

Transcription

1 Rencontres Nationales de l'habitat Participatif 9, 10 et 11 juillet 2015 à Marseille Formation pratique : La maîtrise d ouvrage collective Par Reda Lamjaj, conducteur d'opérations Et Pascal Dincki, spécialiste en assurances

2 Préambule (1/2) Réussir un projet d'habitat groupé - avant même de réussir a vivre ensemble en harmonie - c'est réussir a construire (ou réhabiliter) ensemble des espaces de vie adaptés au mode de vie choisi dans des conditions "économiquement avantageuses". De fait, les habitants groupés sont la «maitrise d'ouvrage collective». Ils sont seuls responsables de la réussite de leur projet bien qu'ils puissent faire appel a des professionnels. è L'architecte ne s'occupe pas forcément de tout! La «maîtrise d ouvrage collective», c est la gestion de projet d une opération de construction. 2

3 Préambule (2/2) Mais qu est-ce qu une «opération de construction»? Simplement construire, matériellement? Le processus est plus long qu il n y paraît, pour réussir il est nécessaire de prendre conscience de la totalité de celui-ci, et des étapes nécessaires: A quels besoins doit répondre le projet? («Programme») Pour qui? Qui finance et comment? Où peut se réaliser le projet? Neuf ou existant? Qui va réaliser le projet? Quels sont les acteurs, leurs rôles, leurs responsabilités, leurs liens? C est sur ces points que nous allons vous apporter ici un éclairage. 3

4 0. Sommaire Au menu 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective 2. Les intervenants et leur rôle 3. Les étapes d un projet de construction 4. Responsabilités et assurances du maître d'ouvrage 5. L assistance à maîtrise d ouvrage 6. Pistes pour réussir un projet 4

5 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 1. Les enjeux Avec le soutien de 5

6 Enjeu financier 2/2 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective ** Petit collectif : Ratio SHON / SHab = 0,82 è m² SHON ó m² SHab *** Habitat Groupé : Ratio SHON / SHab = 1 è m² SHON ó m² SHab è m² de lieux de vie à répartir entre espaces privés, semi-privés et collectifs. Petit collectif** BBC - Promoteur Petit Collectif** BBC Bailleur Petit collectif *** BBC Habitat Groupé Coût construction / m² SHab Coût construction / m² SHON HT HT Coût construction / m² SHab HG HT HT Coût construction / m² SHON HT HT Coût construction / 1 logt classique (100 m² SHab) Coût Construction / 10 logts classiques HT HT Coût construction / 1 logt classique (100 m² SHab) HT HT Coût Construction / 10 Habitats Groupés HT (pour m² de surface disponible) Coût Opération TDC / 10 logts classique 1,8 M HT 2,0 M HT Coût Opération TDC / 10 Habitats Groupés 2,0 M HT 6 Coût Opération TDC / 1 logt classique 175 K TDC 200 K TDC è 1 lgt de 100 m² (et 22 m² de PC). Coût Opération TDC / 1 logt HG 200 K TDC è 122 m² dont par ex : Ø 80 m² d esp. privés, Ø 42 m² d esp. partagés (dont circulations)

7 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective Enjeu de qualité 1/3 Raisonnement par coût global : Coût de l opération (travaux et honoraires) = 25% Prise en compte des coûts d exploitation sur le cycle de vie Sobriété énergétique du bâtiment Durabilité (et salubrité) des matériaux/équipements Facilité de fonctionnement et d entretien Systèmes techniques simples, réparables et remplaçables. Dépenser en amont pour économiser en aval 80% du coût global est engagé avant les travaux Ne pas économiser sur les études/simulations Travailler l enveloppe du bâtiment et aller au-delà de la réglementation Être précis dans les prescriptions (carnet de détails) et vérifier la mise en œuvre Pose des menuiseries et équipements électriques = 80% des infiltrations d air L étanchéité à l air essentielle : 7 è «Le joint au pistolet commence là où s arrête l intelligence!».

8 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective Enjeu de qualité 2/3 EXPLOITATION : L exploitation représente l ensemble des actions permettant à un bien d assurer un service déterminé : le nettoyage intérieur et extérieur, les consommations de fluides, la conduite et l entretien courant, des installations techniques, le gardiennage et l entretien des espaces verts. MAINTENABILITE : La maintenabilité se caractérise par l ensemble des critères suivants :l accessibilité des installations et composants, l aptitude des éléments à être démontés, le repérage des installations de répartition et de coupure des fluides et énergies, l interchangeabilité des composants, la standardisation, la sécurité et la facilité d intervention. COÛT GLOBAL : Somme du coût d investissement (coût d acquisition du terrain, coût des travaux et honoraires) et du coût de fonctionnement ultérieur de l ouvrage (dépenses de maintenance, d exploitation et de gestion). è La démarche en coût global consiste à prendre en compte de façon appropriée à chaque étape du déroulement d une opération d investissement toute incidence sur l exploitation et la maintenance futures. 8

9 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective Enjeu de qualité 3/3 De manière générale, privilégier les solutions simples et passives, par exemple: Une isolation accrue à un système de production de chaleur performant. Du solaire thermique sur une pompe à chaleur : fiabilité accrue, indépendance des prix de l énergie, suppression de l aléa panne lourde. Une technicité adaptée aux usagers: Un «passionné» pourra bien utiliser un système complexe, pas l usager comme vous ou moi. L aspect «coût global» doit être développé au-delà des coûts directs, au niveau qualitatif: Proximité de transports en commun, de services. Mutualisation de services et ressources (buanderie, potager, chambres ou pièces de réception, véhicules, approvisionnements, ) Qualité de vie et d usage, difficilement quantifiable et évaluable à priori. 9

10 Enjeu éthique 1. Les enjeux de la maîtrise d ouvrage collective Construire équitable? En VEFA, un promoteur : Construit à /m² (charge foncière incl.) Vend à /m². Le delta de 33 % comprend : Les frais de commercialisation : environ 8%, Les frais d assurance GFA (Garantie de Fin d Achèvement) : environ 4 %, La marge et aléas du promoteur : environ 20%. Les prix très serrés proposés par les entreprises générales du BTP impliquent : Une qualité des équipements/matériaux mis en œuvre ; «Il faut du beau et pas du durable», Le recours à des sous-traitants de rang 1, 2, 3 voire 4 qui eux-mêmes font appel à des intérimaires (parfois des sans-papiers!). En auto-promotion, des économies sont possibles : En faisant une «conception économe» des bâtiments, En allotissant les marchés de travaux ( 1 lot par corps de métier), En faisant de l auto-construction sur certains lots peu techniques (mais nécessitant du temps). Mais, il vaut mieux privilégier le juste prix au «moins cher» è devis détaillé! EQUITABLE : CHACUN DOIT FAIRE ET RECEVOIR SA JUSTE PART. 10

11 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 2. Les intervenants Avec le soutien de 11

12 Le système d acteur 2. Les intervenants et leur rôle Maîtrise d ouvrage (MO) Diagnostiqueurs spécialisés Contrôleur Technique (CT) Coordonnateur Sécurité (CSPS) Maîtrise d œuvre (MOE) Pilote Coordinateur (OPC) Entreprise de maçonnerie Entreprise de plomberie Légende : Entreprise d électricité ( ) Lien contractuel Contrôle/vérification Commande des investigations complémentaires 12

13 La maîtrise d ouvrage (MO) 2. Les intervenants et leur rôle La maîtrise d'ouvrage est une personne morale (organisation) C'est le donneur d'ordre («le client») qui commande le bâtiment et contracte avec tous les intervenants Trois obligations : Disposer du foncier (propriété, bail emphytéotique, ) Avoir une enveloppe financière (c est lui qui paie les intervenants) Définir son besoin à travers un programme (coût, délai et objectifs). Il représente les utilisateurs finaux, mais ce n est pas forcément lui! Il est réputé «non sachant» mais doit s entourer des compétences nécessaires pour mener à bien son projet (dont un AMO) Il assure la réception de l ouvrage (avec/sans réserves). Dans le cas de l'habitat groupé, les groupes qui ne passent pas par un système de promotion/ accession sont «la maîtrise d'ouvrage». 13

14 La maîtrise d œuvre (MOE) 2. Les intervenants et leur rôle Le maître d œuvre est une personne ou un groupement de personnes missionné par le maître d ouvrage pour apporter une réponse architecturale, technique et économique au programme. La loi MOP (maîtrise d ouvrage publique) est une base solide pour définir les missions même pour les maîtres d ouvrages privés. [Voir partie 3. Les étapes] Elle prévoit une mission de base de maîtrise d œuvre comprenant : Conception architecturale et technique (esquisse, avant-projet et consultation des entreprises), Suivi de la réalisation (suivi de chantier jusqu à la réception). è La mission complète de maîtrise d œuvre permet au maître d œuvre d être garant que les travaux sont conformes à la conception, dans le budget et objectifs fixés.* La maîtrise d œuvre est généralement assurée par un groupement pluridisciplinaire : Un (ou plusieurs) architecte(s) (souvent mandataire *), Les Bureaux d Etudes Techniques (BET), l économiste de la construction. * Dans le cas d un groupement, le mandataire est l interlocuteur unique du MO et assure la coordination de l équipe de MOE NB : Le recours à un architecte inscrit au tableau de l Ordre des Architectes n'est pas obligatoire pour les personnes physiques qui construisent pour elles-mêmes moins de 170 m² de surface de plancher. 14

15 Focus : Les Bureaux d Etude Technique (BET) Le Bureau d Etude Structure: BA, bois ou métal. Rôle important pour souplesse et adaptabilité du bâti. Peut permettre plus ou moins de liberté dans la conception, une optimisation des structures. Très important aussi en réhabilitation: Diagnostic => potentiel de la structure existante: Etat, connaissance, possibilités de surcharges et de modifications (baies, trémies) plus ou moins faciles. Attention aux mauvaises surprises en cas de mauvais diagnostic et aux coûts induits. Le Bureau d Etude Thermique et Fluides: Il convient de le faire intervenir dès le début de la conception, pour optimiser l exposition, les ouvertures, le confort thermique (inertie par exemple), pour un bâti confortable et sobre. Le bureau d Etude Acoustique : Peut être nécessaire sur un projet complexe (voie classée, voie ferrée, aéroport, ) Le BET Sols: Caractérise le sol, et la cohérence entre celui-ci et la manière dont on reporte les charges du bâti. 15

16 BET Sol : Souvent peu considéré, rôle important pour optimiser la construction. Idéalement, intervention avant l'achat d'un terrain. Sol => géométrie de l'ouvrage, choix constructifs : Sous-sol ou non. Structure légère/souple (ossature bois ou acier par exemple) de préférence à structure maçonnée lourde et rigide. Les missions (G1 à G5) sont normalisée par la NF P , révisée fin G1 Etudes préalables préalable: Etude de site, Principes Généraux de construction. G2 mission de base conception, G2 AVP/PRO/DCE ACT ( EX G12 avant 2013): Définit fondations, dallages, drainages, terrassements et soutènements G3 et G4 phases d exécution: impératives si sols et ouvrages compliqués (berlinoises, clouages, renforcements de sols, ) G5 diagnostic géotechnique : mission d'expertise ponctuelle, par exemple réhabilitation ( appuyer un poteau, un escalier, un ascenseur,...) 16

17 Le contrôleur technique (CT) 2. Les intervenants et leur rôle Le contrôleur technique est obligatoirement indépendant de la maîtrise d'œuvre. Il ne conçoit pas, il émet au maître d ouvrage des avis sur la conception et la réalisation. Il doit vérifier si les ouvrages conçus par la maîtrise d'œuvre et réalisés par les entreprises sont conformes à la réglementation (complexe!) Les assureurs imposent un certain nombre de missions et ils peuvent refuser d assurer un ouvrage si des avis défavorables sont mentionnés dans le rapport final de contrôle technique. 17

18 FOCUS SUR LE CONTROLEUR TECHNIQUE Le contrôleur technique a été mis en place par les assureurs, pour instituer un regard tiers sur les opérations de construction. Il a ensuite été intégré par les services de sécurité pour les ERP. Il garantit le respect des «règles de l art» en général (DTU, Atec, ATE/DTA, ) et indique si des ouvrages ou éléments d ouvrage sont de technique non courante. Il s assure de la conformité de mise en œuvre (respect de pente minimale par exemple pour un système de couverture) Souvent perçu comme une contrainte (notamment exigé par l assureur DO), on peut aussi l intéresser et l intégrer au projet dès l amont. Par son expérience de nombreuses opérations et sa connaissance de la sinistralité, il peut apporter des éclairages constructifs. La valeur du contrôle technique est «intuitae personnae». Se renseigner sur la personne qui interviendra effectivement. 18

19 LES PRINCIPALES MISSIONS NORMALISEES DE CONTRÔLE TECHNIQUE L Solidité de l ouvrage P1 ou LP: Solidité des équipements dissociables LE: Existants S : Sécurité des personnes. Hand : Conformité accessibilité. Th : Mission thermique Ph : Mission acoustique PS : Parasismique PV: essais COPREC Av: Avoisinants F: Fonctionnement 19

20 Le pilote coordinateur OPC 2. Les intervenants et leur rôle Dans le cas de marchés de travaux allotis, l «OPC» assure la mission d Ordonnancement, de Pilotage et de Coordination. Il gère de façon très précise les questions de délais et d'organisation entre les entreprises en phase chantier, en établissant des calendrier d intervention à la demi-journée près. è Ordonnancement des tâches élémentaires et analyse du chemin critique. Cette mission est importante si les délais sont courts ou les conditions d'organisation du chantier compliquées (chantier en site occupé par exemple). Cette mission complémentaire à la mission de base peut être confiée à la maîtrise d œuvre (moyennant rémunération). 20

21 Le coordonnateur SPS 2. Les intervenants et leur rôle Chaque dirigeant d entreprise est responsable de la sécurité de ses salariés, en cascade le personnel d encadrement s il dispose de trois conditions : autorité, compétence et moyens. Le coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS) intervient s il y a co-activité (plusieurs entreprises travaillant en même temps sur un même lieu), ou si le chantier est à risque (amiante,...). Le coordonnateur SPS veille à ce que les conditions d hygiène et de sécurité soient : Pris en compte dès la conception (Plan Général de Coordination), Respectées sur le chantier (Registre journal), Prévues pendant la phase d'exploitation/maintenance du bâtiment (Dossier d Intervention Ultérieur sur les Ouvrages). Le Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé est indépendant de la maîtrise d'œuvre (sauf si le chantier est inférieur à 750 k HT de travaux ) 21

22 Les entreprises (de bâtiment) 2. Les intervenants et leur rôle Entreprise générale (ou TCE) ou entreprises en corps d état séparés? Les corps d état sont parfaitement connus des maîtres d œuvre : Voirie et réseaux divers (VRD), Terrassement, Gros œuvre/maçonnerie, Charpente, Couverture, Etanchéité, Menuiserie, Serrurerie-métallerie, 1 corps d état (= un métier) ó 1 lot de travaux Il est possible confier plusieurs lots à une seule entreprise, et de lui demander en conséquence, un rabais. (Macro-lots) La gestion de l'interface entre les différents lots est délicate et doit être indiquée sans ambigüité au contrat : Qui fait la saignée pour encastrer les réseaux? Qui rebouche et assure les raccords? => Rôle important du maître d œuvre. Cas particulier : Le contractant général. 22

23 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 3. Les étapes Avec le soutien de 23

24 Le projet global 3. Les étapes d un opération de construction Phase pré-opérationnelle Phase opérationnelle Vie de l ouvrage Mo M6 M12 M18 M24 M30 M34 M42 M54 Définition du projet HG Etudes de Moe Chantier GPA Hors d Eau/ Hors d Air 24 Adhésion à l Habitat Groupé Constitution du groupe Définition de la Charte Préprogramme Recherche de foncier 6 mois? Promesse de vente Programme et ESQ Obtention du PC Acte authentique Sélection des entreprises Début de chantier RECEPTION

25 La phase opérationnelle 3. Les étapes d un opération de construction Programmation Etudes de maîtrise d œuvre ESQ AVP PRO / DCE Consultation des entreprises MOE Analyse site Etude de faisa. Esquisse Propositions techniques Permis de Construire Prescriptions détaillées et quantifiées DCE Analyse des offres MO Foncier? Programme Budget VAL VAL (révision contrat MOE) Pièces administratives VAL OK CT CSPS OPC Rapports provisoires Rapports définitifs Entreprises Offres techniques et économiques Mise au point des offres Promesse de vente 6 mois? Opportunité foncière Obtention du PC Levée des conditions suspensives Signature de l acte authentique 25

26 3. Les étapes d un opération de construction La programmation 1/5 Poser les bonnes questions! Ne pas chercher à apporter de (mauvaises) réponses! FONCTION : Service à rendre par l équipement pour répondre à un besoin d un groupe d utilisateurs donné. Une fonction s exprime en terme d objectifs à atteindre, jamais en terme de solutions (exemples : accueil, restauration,...). [ VS USAGE : Pratiques concrètes et répétitives ou coutumières]. Plus un programme est précis (questions bien formulées et choix assumés), plus la réponse du maître d œuvre sera adaptée. è La programmation (MO), c est l élaboration de fonctions. è La conception (MOE), c est la synthèse de fonctions. 26

27 3. Les étapes d un opération de construction La programmation 2/5 PRÉPROGRAMME: Document à l usage de la maîtrise d ouvrage, le préprogramme expose les fondements du projet, les objectifs à atteindre et les moyens à mettre en œuvre. Il comprend les réflexions préalables. è C est un ENGAGEMENT des parties! PROGRAMME : Le maître d ouvrage définit dans le programme les objectifs de l opération et les besoins qu elle doit satisfaire ainsi que les contraintes et exigences de qualité sociale, urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et économique relatives à la réalisation et à l utilisation de l ouvrage. è Destiné aux acteurs de la maîtrise d œuvre, le programme est l expression de la commande du maître d ouvrage. NB : Le programme est provisoire jusqu à l AVP, où il est rendu définitif. 27

28 La programmation 3/5 3. Les étapes d un opération de construction 28

29 La programmation 4/5 (exemple 1) 3. Les étapes d un opération de construction 29

30 La programmation 5/5 (exemple 2) 3. Les étapes d un opération de construction 30

31 Mission de Moe : La mission de base 3. Les étapes d un opération de construction La loi MOP distingue 8 éléments de mission que le maître d ouvrage peut confier au maître d œuvre : cette mission de base, insécable : Les études d ESQuisse : ESQ Les études d AVant-Projet : AVP Le PROjet /Dossier de Consultation des Entreprises : PRO/DCE L Assistance à la passation des Contrats de Travaux : ACT Les études d exécution (ou leur visa): EXE ou VISA La Direction de l Exécution des contrats de travaux : DET L Assistance aux Opérations de Réception (et pendant la Garantie de Parfait Achèvement, dite GPA) : AOR 31

32 Mission de Moe : ESQ 3. Les étapes d un opération de construction Les études d'esquisse ont pour objet : De proposer une ou plusieurs solutions d'ensemble, traduisant les éléments majeurs du programme, d'en indiquer les délais de réalisation et d'examiner leur compatibilité avec la partie de l'enveloppe financière prévisionnelle retenue par le maître de l'ouvrage et affectée aux travaux ; De vérifier la faisabilité de l'opération au regard des différentes contraintes du programme et du site. 32

33 Mission de Moe : AVP 3. Les étapes d un opération de construction Les études d'avant-projet ont pour objet : De déterminer les surfaces détaillées de tous les éléments du programme ; D'arrêter en plans, coupes et façades les dimensions de l'ouvrage, ainsi que son aspect ; De définir les principes constructifs, les matériaux et les installations techniques ; D'établir l'estimation définitive du coût prévisionnel des travaux, décomposés en lots séparés ; De permettre au maître de l'ouvrage d'arrêter définitivement le programme ; De permettre l'établissement du forfait de rémunération dans les conditions prévues par le contrat de maîtrise d'œuvre. Les études d'avant-projet comprennent également l'établissement des dossiers nécessaires à l'obtention du permis de construire et des autres autorisations administratives, ainsi que l'assistance au maître de l'ouvrage au cours de leur instruction. 33

34 Mission de Moe : PRO / DCE 3. Les étapes d un opération de construction Les études de projet ont pour objet : De préciser par des plans, coupes et élévations, les formes des différents éléments de la construction, la nature et les caractéristiques des matériaux et les conditions de leur mise en œuvre ; De déterminer l'implantation, et l'encombrement de tous les éléments de structure et de tous les équipements techniques ; De préciser les tracés des alimentations et évacuations de tous les fluides ; D'établir un coût prévisionnel des travaux décomposés par corps d'état, sur la base d'un avant-métré ; De permettre au maître de l'ouvrage, au regard de cette évaluation, d'arrêter le coût prévisionnel de la réalisation de l'ouvrage et, par ailleurs, d'estimer les coûts de son exploitation ; De déterminer le délai global de réalisation de l'ouvrage. 34

35 Mission de Moe : ACT 3. Les étapes d un opération de construction L'assistance apportée au maître de l'ouvrage pour la passation du ou des contrats de travaux sur la base des études qu'il a approuvées a pour objet : De préparer la consultation des entreprises, en fonction du mode de passation et de dévolution des marchés ; De préparer, s'il y a lieu, la sélection des candidats et d'examiner les candidatures obtenues ; D'analyser les offres des entreprises et, s'il y a lieu, les variantes à ces offres ; De préparer les mises au point permettant la passation du ou des contrats de travaux par le maître de l'ouvrage. 35

36 Mission de Moe : EXE ou VISA 3. Les étapes d un opération de construction Les études d'exécution permettent la réalisation de l'ouvrage et comprennent pour chaque lot : Les plans d'exécution et spécifications à l'usage du chantier ainsi que les plans de synthèse correspondants ; Le calendrier prévisionnel d'exécution des travaux par lot ou corps d'état. Elles sont établie par le maître d œuvre ou l entreprise titulaire du lot. è Sauf cas particulier (conception originale d un banc extérieur par exemple), il vaut mieux les confier à l entreprise. Lorsque les études d'exécution sont, partiellement ou intégralement, réalisées par les entreprises, le maître d'oeuvre s'assure que les documents qu'elles ont établis respectent les dispositions du projet et, dans ce cas, leur délivre son visa.. 36

37 Mission de Moe : DET 3. Les étapes d un opération de construction La direction de l'exécution du / des contrats de travaux a pour objet : De s'assurer que les documents d'exécution ainsi que les ouvrages en cours de réalisation respectent les dispositions des études effectuées ; De s'assurer que les documents qui doivent être produits par l'entrepreneur, en application du contrat de travaux ainsi que l'exécution des travaux sont conformes audit contrat ; De délivrer tous ordres de service, établir tous procès-verbaux nécessaires à l'exécution du contrat de travaux, procéder aux constats contradictoires et organiser et diriger les réunions de chantier ; De vérifier les projets de décomptes mensuels ou les demandes d'avances présentés par l'entrepreneur, d'établir les états d'acomptes, de vérifier le projet de décompte final établi par l'entrepreneur, d'établir le décompte général ; D'assister le maître de l'ouvrage en cas de différend sur le règlement ou l'exécution des travaux. 37

38 Mission de Moe : AOR 3. Les étapes d un opération de construction L Assistance apportée au maître de l'ouvrage lors des Opérations de Réception et pendant la période de garantie de parfait achèvement a pour objet : D'organiser les opérations préalables à la réception des travaux ; D'assurer le suivi des réserves formulées à la réception des travaux jusqu'à leur levée ; De procéder à l'examen des désordres signalés par le maître de l'ouvrage lors de l année de parfait achèvement; De constituer le Dossier des Ouvrages Exécutés nécessaires à leur exploitation. è Lors des opérations préalables à la réception, le maître d œuvre propose au maître d ouvrage d effectuer la réception (après épreuves de réception) ; il peut relever des réserves. è C EST LE MAÎTRE D OUVRAGE QUI PRONONCE LA RECEPTION 38

39 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 4. Responsabilités et assurances Avec le soutien de 39

40 Maîtriser le risque financier Zone à risques ou projets urbains pénalisants è Consulter les services d urbanisme et les riverains. 4. La responsabilité du maître d ouvrage Dépassement du budget si mauvaise conception ou aléas de chantier è Ne pas économiser sur les honoraires/études/investigations pour maîtriser ces risques. L entreprise dépose le bilan au milieu de chantier (ou pendant la garantie décennale) è Payer les travaux tous les mois en fonction de l avancement réel ; chaque élément d ouvrage devant être terminée pour être rémunérée. è Prendre une assurance Dommage-Ouvrage. Recours par une personne «susceptible d être lésée» (le permis de construire est opposable au tiers) è Négocier dans la promesse de vente des conditions suspensives sur les risques réels identifiés : Permis de construire accepté et purgé de tout recours, Absence de fondations spéciales, Absence de fouilles archéologiques, 40 Les ateliers de REGAIN 5. La maîtrise d ouvrage collective

41 4. La responsabilité du maître d ouvrage Maîtriser le risque pénal 1/2 Les accidents de chantier sont susceptibles d entraîner une responsabilité pénale lorsqu ils induisent des atteintes involontaires à l intégrité des personnes du fait d imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. Exemples : Mise en danger délibérée de la personne d autrui ; Faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. Le maître d'ouvrage est le premier responsable de la sécurité des chantier. 41

42 4. La responsabilité du maître d ouvrage Maîtriser le risque pénal 2/2 L obligation principale du MO se décline en 4 points : Désigner un coordonnateur dès le début de la phase d'élaboration de l'avant-projet sommaire en s'assurant de sa compétence et de son expérience, Lui assurer autorité et moyens nécessaires à sa mission, organiser les rapports entre le coordonnateur, le maître d'œuvre et les entreprises, Déclarer aux autorités compétentes l'opération avant son démarrage lorsqu'elle entre dans la catégorie I ou II, constituer le collège interentreprises Conserver le Plan Général de Coordination pendant cinq ans après réception de l'ouvrage et conserver le dossier d'intervention ultérieure sur l'ouvrage sans limitation de temps. Le coordonnateur doit être associé sans restriction à toutes les actions influant sur la prévention des risques et le maître d'ouvrage doit tenir compte des observations du coordonnateur. À défaut, ce comportement peut constituer une négligence fautive, tout comme une résistance non motivée ou une attitude volontairement passive du maître d'ouvrage en dépit d'observations du coordonnateur. 42

43 Avant/après les travaux 4. La responsabilité du maître d ouvrage Avant les travaux : Déclaration Préalable Réglementaire d Ouverture de Chantier (CRAM, OPPBTP, Ville) è Minimum un mois avant le début des travaux Affichage de l autorisation d urbanisme è Au mois deux mois avant le début des travaux (+ constat d huissier) Après les travaux : Prononcer la réception des travaux, Vérifier, valider et payer les Décomptes Généraux Définitifs des entreprises, Bloquer 5% de retenue de garantie (ou demander une caution bancaire) pour les éventuelles malfaçons pendant l année de parfait achèvement. 43

44 4. La responsabilité du maître d ouvrage Les origines de l assurance et la loi Spinetta Avant 1978: Des situations parfois dramatiques. Le principe de la loi Spinetta (1978 et aménagements successifs): Des désordres inacceptables, usage impossible => garantie obligatoire Un assureur de dommage (DO) qui finance les travaux de réparation, dans des délais contraints (60j position + 30j indemnisation, si complexe 135 j max) : C est l assureur du maître d ouvrage. Des assureurs de responsabilité des intervenants, contre lesquels l assureur DO recourt, de manière transparente pour le maître d ouvrage. Des assurances rendues obligatoires par le Code Civil (Art 1792 et suivants), et par le Code des Assurances.(Art L et suivants), avec des «clauses-type» Une garantie en capitalisation + un fonds de garantie=fiabilité totale Des particularités pour les CMI : Loi Besson Les ateliers de REGAIN 4. le montage juridique et financier 44 21/05/15

45 Les assurances dans la construction Contrat de chantier (Assurance du chantier, pour le compte du maître d'ouvrage) : Une garantie principale Dommages à l'ouvrage : non plafonnée, l'assureur est engagé au coût de réparation de l'ouvrage (habitation). Des garanties connexes. (Frais de déblais, bon fonctionnement, dommages immatériels,..) Une convention CRAC entre assureurs : Ticket modérateur : Assureur DO seul Expert unique et barème en avenant n La responsabilité du maître d ouvrage La garantie de Dommages à l'ouvrage (DO) vaut pendant 10 ans à compter de la réception de l'ouvrage. Les ateliers de REGAIN 4. le montage juridique et financier 45 21/05/15

46 Les garanties complémentaires en option à la DO: La responsabilité décennale du CNR (Constructeur Non Réalisateur) : Art du CC, vendeur => responsabilité décennale : Si vente, notamment d'une vente initiale, le notaire est en droit d'en demander justificatif. Une responsabilité civile 1ère ligne du maître d'ouvrage.(rc simple dite RCMO) La garantie TRC : Tous Risques Chantiers. Elle garantit les dommages à l'ouvrage en cours de construction : effondrement ou péril imminent, incendie, foudre explosion, catastrophes naturelles. Peut bénéficier au seul maître d'ouvrage ou à l'ensemble des intervenants. Extensions possibles : Erreur de conception, Honoraires d'expert et d'hommes de l'art. Attention en réhabilitation: En général, exclusion IFE pour les existants. 4. La responsabilité du maître d ouvrage 46

47 4. La responsabilité du maître d ouvrage Quand souscrire la DO? Art L du CA: Toute personne physique ou morale qui, agissant en qualité de propriétaire de l'ouvrage, de vendeur ou de mandataire du propriétaire de l'ouvrage, fait réaliser des travaux de construction, doit souscrire avant l'ouverture du chantier, pour son compte ou pour celui des propriétaires successifs, une assurance garantissant, en dehors de toute recherche des responsabilités, le paiement de la totalité des travaux de réparation des dommages de la nature de ceux dont sont responsables les constructeurs au sens de l'article , les fabricants et importateurs ou le contrôleur technique sur le fondement de l'article 1792 du code civil. Pourquoi avant puisque la garantie ne commence qu après l année de parfait achèvement? Qui doit souscrire la DO? Art L du CA: Toute personne physique ou morale qui, agissant en qualité de propriétaire de l'ouvrage, de vendeur ou de mandataire du propriétaire de l'ouvrage, fait réaliser des travaux de construction Art L du CA: Dans les cas prévus par les articles à du code civil relatifs au contrat de promotion immobilière, ainsi que par les articles L à L du code de la construction et de l'habitation les obligations définies aux articles L et L incombent au promoteur immobilier. (En autopromotion, le groupe est concerné à double titre, maître d ouvrage et promoteur) En résumé, celui (personne physique ou morale) qui a pris l initiative de faire construire. 47

48 Et si on n a pas de DO? 4. La responsabilité du maître d ouvrage Art L du CA: Les personnes soumises aux obligations prévues par les articles L à L du présent code doivent être en mesure de justifier qu'elles ont satisfait auxdites obligations. Lorsqu'un acte intervenant avant l'expiration du délai de dix ans prévu à l'article du code civil a pour effet de transférer la propriété ou la jouissance du bien, quelle que soit la nature du contrat destiné à conférer ces droits, à l'exception toutefois des baux à loyer, mention doit être faite dans le corps de l'acte ou en annexe de l'existence ou de l'absence d'assurance. Ceci concerne dommage ouvrage et RCD du CNR. En plus des risques de faillite en cas de sinistre, on peut être bloqué pour les actes relatifs au bien concerné, ce qui peut avoir des conséquences très lourdes. 48

49 Obligation de la garantie Dommages à l Ouvrage: 4. La responsabilité du maître d ouvrage Art L du CA: Quiconque contrevient aux dispositions des articles L à L du présent code sera puni d'un emprisonnement de six mois et d'une amende de euros ou de l'une de ces deux peines seulement. Les dispositions de l'alinéa précédent ne s'appliquent pas à la personne physique construisant un logement pour l'occuper elle-même ou le faire occuper par son conjoint, ses ascendants, ses descendants ou ceux de son conjoint. Alors, peut-on se passer de la DO? L exception ne s applique pas pour un groupe. Mais outre la sanction, cette absence peut amener la faillite de l opération, et notamment dans un groupe, celui qui est à l initiative peut se voir reprocher le préjudice en cas de problème : dangereux pour lui, et pour l avenir du groupe. Art L du CA: BCT: Toute personne assujettie à l'obligation de s'assurer qui, ayant sollicité la souscription d'un contrat auprès d'une entreprise d'assurance dont les statuts n'interdisent pas la prise en charge du risque en cause en raison de sa nature, se voit opposer un refus, peut saisir un bureau central de tarification dont les conditions de constitution et les règles de fonctionnement sont fixées par décret en Conseil d'etat. Le bureau central de tarification a pour rôle exclusif de fixer le montant de la prime moyennant laquelle l'entreprise d'assurance intéressée est tenue de garantir le risque qui lui a été proposé. Il peut déterminer le montant d'une franchise qui reste à la charge de l'assuré. Le BCT est-il une solution? Oui et non. Garantie obligatoire seule, conditions contraignantes, tarif élevé Il vaut mieux trouver une solution amiable 49

50 Comment demander une garantie DO / CNR / TRC / RCMO? Constituer un dossier complet: Plans et descriptifs sommaires. Convention de maîtrise d œuvre complète Etude de sol G2 AVP RICT (Rapport Initial de Contrôle Technique): Missions conseillées LP/S/Th/Ph/Hand, signale les techniques non courantes. Liste des lots et montants estimatifs Attestations des intervenants. Passer par un intermédiaire compétent Peut-on intervenir dans son opération? Dangereux. Bien analyser ce qu on veut, et organiser son chantier: On peut garder des lots en auto-construction( peinture, sols par exemple, aménagements extérieurs, ), mais identifier 2 phases: 4. La responsabilité du maître d ouvrage Une phase chantier (sous DO) par des professionnels, avec une réception. Ce qui n est pas réalisé par les professionnels doit être clairement identifié. Une phase ultérieure en auto-construction sur existants, après réception. 50

51 Quelques problèmes à éviter: 4. La responsabilité du maître d ouvrage Ne pas intervenir dans la maîtrise d œuvre. (Immixtion fautive du MOA): rester dans son rôle de maître d ouvrage. Ne pas demander de techniques non courantes: Techniques courantes : DTU, règles professionnelles acceptées C2P, ATec, PI vert, ATE ou ETE avec DTA, ATEx, Ne pas modifier le projet en cours de route. Ne pas intervenir sur le chantier en même temps que les professionnels (Risques d interférence, d accidents, de retards non imputables, de perte de responsabilité des entreprises, ) 51

52 De quoi parle-t-on? Garantie «décennale»: 4. La responsabilité du maître d ouvrage Article 1792 : «Tout constructeur d'un ouvrage est responsable de plein droit envers le maître ou l'acquéreur de l'ouvrage, des dommages, même résultant d'un vice du sol, qui compromettent la solidité de l'ouvrage ou qui, l'affectant dans l'un de ses établissements constitutifs ou l'un de ses éléments d'équipement, le rendent impropre à sa destination. Une telle responsabilité n'a point lieu si le constructeur prouve que les dommages proviennent d'une cause étrangère.» Article : La présomption de responsabilité établie par l'article 1792 s'étend également aux dommages qui affectent la solidité des éléments d'équipement d'un ouvrage, mais seulement lorsque ceux-ci font indissociablement corps avec les ouvrages de viabilité, de fondation, d'ossature, de clos ou de couvert. Un élément d'équipement est considéré comme formant indissociablement corps avec l'un des ouvrages de viabilité, de fondation, d'ossature, de clos ou de couvert lorsque sa dépose, son démontage ou son remplacement ne peut s'effectuer sans détérioration ou enlèvement de matière de cet ouvrage. 52

53 4. La responsabilité du maître d ouvrage De quoi parle-t-on? Garantie «biennale» Article : Les autres éléments d'équipement de l'ouvrage font l'objet d'une garantie de bon fonctionnement d'une durée minimale de deux ans à compter de sa réception. Quels éléments d équipement «fonctionnent»? Réception et parfait achèvement: Article du Code Civil : «La réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserves. Elle intervient à la demande de la partie la plus diligente, soit à l'amiable, soit à défaut judiciairement. Elle est en tout état de cause, prononcée contradictoirement. Nota : Ne pas confondre avec les opérations préalables à la réception. La garantie de parfait achèvement, à laquelle l'entrepreneur est tenu pendant un délai d'un an à compter de la réception, s'étend à la réparation de tous les désordres signalés par le maître de l'ouvrage, soit au moyen de réserves mentionnées au procès-verbal de réception, soit par voie de notification écrite pour ceux révélés postérieurement à la réception. 53

54 4. La responsabilité du maître d ouvrage Les délais nécessaires à l'exécution des travaux de réparation sont fixés d'un commun accord par le maître de l'ouvrage et l'entrepreneur concerné. En l'absence d'un tel accord ou en cas d'inexécution dans le délai fixé, les travaux peuvent, après mise en demeure restée infructueuse, être exécutés aux frais et risques de l'entrepreneur défaillant. L'exécution des travaux exigés au titre de la garantie de parfait achèvement est constatée d'un commun accord, ou, à défaut judiciairement. La garantie ne s'étend pas aux travaux nécessaires pour remédier aux effets de l'usure normale ou de l'usage.» Garantie obligatoire: Article : «Toute clause d'un contrat qui a pour objet, soit d'exclure ou de limiter la responsabilité prévue aux articles 1792, , , soit d'exclure la garantie prévue à l'article ou d'en limiter la portée, soit d'écarter ou de limiter la solidarité prévue à l'article , est réputée non écrite.» 54

55 4. La responsabilité du maître d ouvrage NOUVEAUTE : (Loi sur la Transition Energétique, vote assemblée Nationale du 26 mai 2015) Après l article L du code de la construction et de l habitation, il est inséré un article L ainsi rédigé : «Art. L En matière de performance énergétique, l impropriété à la destination, mentionnée à l article L , ne peut être retenue qu en cas de dommages résultant d un défaut lié aux produits, à la conception ou à la mise en œuvre de l ouvrage, de l un de ses éléments constitutifs ou de l un de ses éléments d équipement conduisant, toute condition d usage et d entretien prise en compte et jugée appropriée, à une surconsommation énergétique ne permettant l utilisation de l ouvrage qu à un coût exorbitant.» 55

56 L entreprise 4. La responsabilité du maître d ouvrage Est responsable de son ouvrage avant réception (des défauts ou de sa perte) Est responsable des préjudices subis par les tiers de son fait Doit l année de parfait achèvement Doit être assurée en capitalisation pour sa responsabilité décennale Doit fournir ses justificatifs d assurance Sa responsabilité civile courante est en base réclamation. Sa responsabilité civile décennale est en fait générateur: Ce fait est la DOC (Date d Ouverture de Chantier): Validité de l attestation à la DOC. Et si elle se crée après la DOC? 56

57 4. La responsabilité du maître d ouvrage Le maître d ouvrage (Personne physique ou morale): Est responsable du programme, du permis de construire, des informations à fournir aux constructeurs. Doit choisir un maître d œuvre Doit choisir un contrôleur technique et un coordonnateur SPS. Doit payer les concepteurs et entreprises (caution le cas échéant dès , décret ) A obligation de contracter une assurance Dommages à l Ouvrage, et une assurance de responsabilité en cas de vente. A intérêt à assurer le chantier pendant la construction (TRC) et sa responsabilité vis-à-vis des tiers.(rcmo) Doit recevoir l ouvrage (Il a alors intérêt à l assurer en dommages, et pour sa responsabilité de propriétaire) 57

58 4. La responsabilité du maître d ouvrage Si il est promoteur, doit avoir une garantie financière d achèvement (Art L et suivant du Code Civil) Si il est vendeur, est tenu des défauts cachés, et des défauts apparus dans le mois après la réception Ar#cle 1641 Le vendeur est tenu de la garan.e à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l'usage auquel on la des.ne, ou qui diminuent tellement cet usage que l'acheteur ne l'aurait pas acquise, ou n'en aurait donné qu'un moindre prix, s'il les avait connus. Ar#cle 1642 Le vendeur n'est pas tenu des vices apparents et dont l'acheteur a pu se convaincre lui- même. Ar#cle Le vendeur d'un immeuble à construire ne peut être déchargé, ni avant la récep.on des travaux, ni avant l'expira.on d'un délai d'un mois après la prise de possession par l'acquéreur, des vices de construc.on alors apparents. Il n'y aura pas lieu à résolu.on du contrat ou à diminu.on du prix si le vendeur s'oblige à réparer le vice. Il peut se faire aider par un AMO (Assistant à Maître d Ouvrage) 58

59 4. La responsabilité du maître d ouvrage Les assurances de chantier en résumé: La DO intervient après l année de parfait achèvement pour des désordres de nature décennale, et pour le bon fonctionnement des éléments d équipement dissociables. 60 jours pour position sur la garantie 90 jours pour indemnisation (+ 135 jours si cas exceptionnel du à la nature ou à l importance du sinistre) Elle peut intervenir pendant l année de parfait achèvement, si l entreprise est défaillante, après mise en demeure infructueuse de celle-ci. Elle peut intervenir avant réception, en cas de défaillance de l entreprise et de désordre de nature décennale, après mise en demeure restée infructueuse. 59

60 4. La responsabilité du maître d ouvrage La TRC intervient avant réception, en cas d effondrement, incendie, foudre, explosion, catastrophe naturelle. Elle permet de reprendre le chantier, y compris si les entreprises ne sont pas, ou insuffisamment, assurées, si elle est souscrite également à leur bénéfice. La RCMO interviendra en première ligne en cas de mise en cause du maître d ouvrage. La RCD du CNR interviendra en cas de mise en cause du vendeur. Les ateliers de REGAIN 4. le montage juridique et financier 60 21/05/15

61 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 5. Un AMO? Avec le soutien de 61

62 Les types d AMO 5. L assistance à maîtrise d ouvrage AMO spécialisées AMO généralistes Conducteur d opération Maître d ouvrage Délégué ou Mandataire de Maîtrise d Ouvrage 62

63 5. L assistance à maîtrise d ouvrage Le système d acteur (sans AMO) Diagnostiqueurs spécialisés Maîtrise d ouvrage (MO) Contrôleur Technique (CT) Coordonnateur Sécurité (CSPS) Maîtrise d œuvre (MOE) Pilote Coordinateur (OPC) Entreprise de maçonnerie Entreprise de plomberie Légende : Entreprise d électricité ( ) Lien contractuel Contrôle/vérification Commande des investigations complémentaires 63

64 Le système d acteur (avec COP) Maîtrise d ouvrage (MO) 5. L assistance à maîtrise d ouvrage Diagnostiqueurs spécialisés Conducteur d opération (COP) Contrôleur Technique (CT) Coordonnateur Sécurité (CSPS) Maîtrise d œuvre (MOE) Pilote Coordinateur (OPC) Entreprise de maçonnerie Entreprise de plomberie Légende : Entreprise d électricité ( ) Lien contractuel Contrôle/vérification Commande des investigations complémentaires 64

65 5. L assistance à maîtrise d ouvrage Le système d acteur (avec MOD) Maîtrise d ouvrage (MO) Diagnostiqueurs spécialisés Maître d Ouvrage Délégué (MOD) Contrôleur Technique (CT) Coordonnateur Sécurité (CSPS) Maîtrise d œuvre (MOE) Pilote Coordinateur (OPC) Entreprise de maçonnerie Entreprise de plomberie Légende : Entreprise d électricité ( ) Lien contractuel Contrôle/vérification Commande des investigations complémentaires 65

66 Atelier Pratique // RNHP 2015 : «La maîtrise d ouvrage collective» 6. Quelques pistes Avec le soutien de 66

67 En bref 6. Pistes de réussite d'un projet S entourer de personnes compétentes et de confiance La confiance n exclut pas le contrôle! «Il faut» è «A défaut» Etre juste avec les acteurs du projet Evaluer les risques avant d acheter un terrain Négocier, dans la promesse de vente, des conditions suspensives et un délai le plus long possible Payer les acomptes périodiques suivant l avancement réel Prévoir des pénalités proportionnées par rapport au préjudice subit. Garder une traçabilité écrite (et photo) des décisions. 67

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION Contact : Alexandre Ducolombier, chargé de mission bâtiment durable Tél : 09.72.39.88.42 Mail : alexandre.ducolombier@ale-lyon.org 1. OBJET

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCES DES CONSTRUCTEURS. Jérôme GUILLEMAIN

RESPONSABILITES ET ASSURANCES DES CONSTRUCTEURS. Jérôme GUILLEMAIN RESPONSABILITES ET ASSURANCES DES CONSTRUCTEURS Jérôme GUILLEMAIN Sommaire 1) La responsabilité des constructeurs - La Responsabilité pénale - La Responsabilité civile (contractuelle, décennale et délictuelle/quasidélictuelle)

Plus en détail

LOI N 78-12 DU 4 JANVIER 1978 RELATIVE A RESPONSAB ILITE ET A L ASSURANCE DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION ( Journal officiel du 5 janvier 1978)

LOI N 78-12 DU 4 JANVIER 1978 RELATIVE A RESPONSAB ILITE ET A L ASSURANCE DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION ( Journal officiel du 5 janvier 1978) LOI N 78-12 DU 4 JANVIER 1978 RELATIVE A RESPONSAB ILITE ET A L ASSURANCE DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION ( Journal officiel du 5 janvier 1978) Titre Premier Des responsabilités Article premier L article

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES 11ièmes assises nationales de l Assainissement Non Collectif 8 & 9 octobre 2014 Alès ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES M. MELLOUK : Co-gérant du Cabinet Rancy-Mellouk & Associés

Plus en détail

Epreuve de Responsabilité civile et assurance :

Epreuve de Responsabilité civile et assurance : Epreuve de Responsabilité civile et assurance : Vous résoudrez les cas pratiques suivants, en précisant les textes applicables. Cas pratique n l Monsieur et Madame Clisson ont confié à la société Prisma,

Plus en détail

LA GARANTIE DECENNALE : UNE OPPORTUNITÉ POUR LE MAITRE D OUVRAGE?

LA GARANTIE DECENNALE : UNE OPPORTUNITÉ POUR LE MAITRE D OUVRAGE? LA GARANTIE DECENNALE : UNE OPPORTUNITÉ POUR LE MAITRE D OUVRAGE? CONFERENCE ARTS ET METIERS 21/09/2015 LE MAITRE D OUVRAGE Le maître d ouvrage, c'est-à-dire toute personne physique ou morale qui, agissant

Plus en détail

Dommages ouvrage, CNR, TRC. Renseignements généraux

Dommages ouvrage, CNR, TRC. Renseignements généraux Dommages ouvrage, CNR, TRC Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Renseignements généraux Raison sociale Le proposant Nom prénom Adresse Code postal Ville Tél Fax Mail Code

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

La Garantie Dommages Ouvrage. Notre offre, la Procédure et les règles de souscription.

La Garantie Dommages Ouvrage. Notre offre, la Procédure et les règles de souscription. La Garantie Dommages Ouvrage Notre offre, la Procédure et les règles de souscription. Ce document vous présentera toutes les informations nécessaires pour permettre à vos clients de soucrire une Police

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche?

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? A S S U R A N C E S L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? 1. Le contrat Dommages ouvrage (pour les particuliers) 2. La responsabilité décennale (pour les professionnels) 3. Les différentes phases

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

Fiche pratique n 17 : La vente en l état futur d achèvement (10/10)

Fiche pratique n 17 : La vente en l état futur d achèvement (10/10) Fiche pratique n 17 : La vente en l état futur d achèvement (10/10) La V.E.F.A (Vente en l'état futur d'achèvement), ou "achat sur plan", est un des contrats les plus utilisés en matière d'achat neuf.

Plus en détail

PROPOSITION DE DOMMAGES-OUVRAGE. CNR.TRC

PROPOSITION DE DOMMAGES-OUVRAGE. CNR.TRC ASSURANCES Ce formulaire est un document non contractuel et ne peut être exploité que dans la mesure où il est complet et signé par le proposant. Toutes les questions doivent avoir une réponse y compris

Plus en détail

LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION

LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION 1 / 24 SOMMAIRE 1) INTRODUCTION AUX ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION 1.1) A chaque étape, des risques liés à la construction 1.2) Les cinq assurances couvrant l ensemble

Plus en détail

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE *SOCIETE :... OPERATION :... Marché n... MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ARTICLE 1 - OBJET DU MARCHE ACTE D'ENGAGEMENT 1.1 - Maître d'ouvrage : Communauté de Communes de VIC en Bigorre... Mandataire agissant

Plus en détail

ATLAS questionnaire -DO

ATLAS questionnaire -DO Questionnaire d'étude d'assurances constructions ATLAS questionnaire -DO Créé le : 13/05/2015 1/13 Questionnaire d'étude assurance de la construction Ce formulaire n'est pas un document contractuel et

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES D'OUVRAGES

ASSURANCE DOMMAGES D'OUVRAGES OPERATION : Construction de la bibliothèque et restructuration de la Mairie OBJET DU MARCHE : ASSURANCE DOMMAGES D'OUVRAGES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) MARCHE DE PRESTATIONS

Plus en détail

ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP. fonctionnement SAV. du en entreprise. générale

ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP. fonctionnement SAV. du en entreprise. générale ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP le fonctionnement SAV du en entreprise générale Sommaire Avant propos :................................................ 3 1 Avant réception : le rôle de conseil du SAV.....................

Plus en détail

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION 1/ 27 MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION Ouvrages soumis à l obligation d assurance Avril 2013 SOMMAIRE 2/ 27 DU PROJET DE CONSTRUCTION À LA VIE DE L OUVRAGE : LES RISQUES LIÉS À CHAQUE

Plus en détail

Journées régionales d information des formateurs. Les problèmes liés aux pathologies. Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1

Journées régionales d information des formateurs. Les problèmes liés aux pathologies. Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1 Journées régionales d information des formateurs Les problèmes liés aux pathologies Pascale GONZALEZ (Expert) AQC : JRIF 2010 - La Réunion 1 AQC : JRIF 2010 - La Réunion 2 AQC : JRIF 2010 - La Réunion

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre Réf. Internet Pages Partie 1 Optimiser la programmation de l opération de travaux Réaliser les études préalables Accomplir les études de prospection et de diagnostic...3092 9 Choisir la localisation du

Plus en détail

LES ASSURANCES CONSTRUCTION

LES ASSURANCES CONSTRUCTION FICHE PRATIQUE ASSURANCES CONSTRUCTION LES ASSURANCES CONSTRUCTION La Loi Spinetta, du 4 janvier 1978, a institué une double obligation d assurance : Une assurance «responsabilité» doit être souscrite

Plus en détail

Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public

Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public Souscription des assurances construction par un maître d ouvrage public Octobre 2013 1 / 24 SOMMAIRE 1) LE PROCESSUS DE SOUSCRIPTION 1.1) Quand souscrire les assurances construction? 1.2) Quels sont les

Plus en détail

www.sfs-groupe.com Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Que couvre le contrat? Qui doit souscrire? Pourquoi souscrire? Quand souscrire?

www.sfs-groupe.com Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Que couvre le contrat? Qui doit souscrire? Pourquoi souscrire? Quand souscrire? Fiche produit Que couvre le contrat? Qui doit souscrire? Pourquoi souscrire? Quand souscrire? Que couvre la garantie obligatoire? Que couvre la garantie de bon fonctionnement des éléments d équipement?

Plus en détail

Les assurances de construction

Les assurances de construction Les fiches pratiques Oralia Fiche N 014 Edition Avril 2008 Les assurances de construction La garantie décennale / La dommages ouvrage Avant d aborder le contenu de ces deux garanties, il y a lieu de les

Plus en détail

Questionnaire D'étude Assurances Construction

Questionnaire D'étude Assurances Construction 2 Ce formulaire est un document contractuel et ne peut être exploité que dans la mesure ou il est complet et signé par le proposant. Toutes les questions doivent avoir une réponse y compris celles par

Plus en détail

Questionnaire Dommage Ouvrage Page 1

Questionnaire Dommage Ouvrage Page 1 Page 1 Ce formulaire est un document contractuel et ne peut être exploité que dans la mesure ou il est complet et signé par le proposant. Toutes les questions doivent avoir une réponse y compris celles

Plus en détail

GLOSSAIRE. Maître d'ouvrage délégué... 2. Maître d'œuvre ou maîtrise d'œuvre... 3. Architecte... 3. Bureau d'étude technique (BET)...

GLOSSAIRE. Maître d'ouvrage délégué... 2. Maître d'œuvre ou maîtrise d'œuvre... 3. Architecte... 3. Bureau d'étude technique (BET)... > Annexes GLOSSAIRE ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP)... 2 GARANTIE DÉCENNALE... 2 GTB (GESTION TECHNIQUE DE BÂTIMENT)... 2 IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR (IGH)... 2 INTERVENANTS DANS UNE OPÉRATION IMMOBILIÈRE...

Plus en détail

DE LA RESPONSABILITE DECENNALE

DE LA RESPONSABILITE DECENNALE DE LA RESPONSABILITE DECENNALE A L ASSURANCE L DECENNALE DES BUREAUX D ETUDES D EN ANC 15 JUIN 2010 Syndicat affilié à la FÉDÉRATION NATIONALE DES SYNDICATS DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013 COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION 3 juin 2013 1 RISQUES ET ASSURANCES SUR LES CHANTIERS EN FRANCE 2 1 - INTRODUCTION >> 3 volets principaux pour définir les risques, les responsabilités et

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

MODULE 1 - DROIT DE LA CONSTRUCTION

MODULE 1 - DROIT DE LA CONSTRUCTION I - Notions générales. MODULE 1 - DROIT DE LA CONSTRUCTION 1 ) L'organisation de la justice française. L'organisation juridictionnelle : - Les juridictions administratives. - Les juridictions judiciaires.

Plus en détail

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT HMONP ENSA-V NOVEMBRE 2013 CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT 1. DEFINITIONS PREALABLES - RESPONSABILITE(S) - Ecarter la responsabilité pénale (règles en matière d'urbanisme, faux, etc.) Ecarter la

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail

Assurance Décennale:

Assurance Décennale: Assurance Décennale: Mode D emploi : Guide À Usage Des Constructeurs Européens Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

L assurance dommages-ouvrage

L assurance dommages-ouvrage Vous construisez un bâtiment neuf ou réalisez certains travaux sur un bâtiment existant? Afin de faciliter les indemnisations des maîtres d ouvrage lors de la survenance de sinistres, le législateur (loi

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI)

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) Le cadre réglementaire du CCMI Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) est réglementé par la loi du 19 décembre

Plus en détail

Questionnaire d Etude Assurance de Construction

Questionnaire d Etude Assurance de Construction Questionnaire d Etude Assurance de Construction United Brokers International LTD Pantiles Chambers 85 High Street Tunbridge Wells TN1 1XP GB www.ubi-ltd.com Ce formulaire est un document contractuel et

Plus en détail

CONTRAT D'ARCHITECTE POUR LA REALISATION D'UNE MAISON INDIVIDUELLE

CONTRAT D'ARCHITECTE POUR LA REALISATION D'UNE MAISON INDIVIDUELLE PREAMBULE CONTRAT D'ARCHITECTE POUR LA REALISATION D'UNE MAISON INDIVIDUELLE Référence Outre les dispositions particulières du contrat, les parties s'engagent à respecter les obligations et les droits

Plus en détail

L application de la garantie dommage ouvrage

L application de la garantie dommage ouvrage L application de la garantie dommage ouvrage Article juridique publié le 07/04/2015, vu 922 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code Civil Code des assurances Code de la construction et de l habitation []

Plus en détail

Une réhabilitation tertiaire en Marché Public. Bâtiment avant travaux. La rubrique juridique : l assurance D.O. Le Tableau de bord de l activité

Une réhabilitation tertiaire en Marché Public. Bâtiment avant travaux. La rubrique juridique : l assurance D.O. Le Tableau de bord de l activité N 21 Septembre 2009 La Lettre AIM Objectif de la lettre : Transmettre à nos partenaires une information régulière sur nos activités et notre actualité, les services que nous sommes à même de leur proposer

Plus en détail

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur FICHE THEMATIQUE n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. LES ASSURANCES OBLIGATOIRES 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur 3. Police unique

Plus en détail

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage DEMANDE D'ASSURANCE Dommages Ouvrage CNR Tous Risques Chantier RC Maître d'ouvrage L'attention du demandeur est attirée sur l'intérêt qu'il a à remplir le présent document de façon complète et précise

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER

LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER LA VENTE D IMMEUBLES A RENOVER L article 80 de la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006, portant «engagement national pour le logement», a créé un nouveau contrat de vente en construction, le contrat de vente

Plus en détail

SARL AUBADE PISCINES RN 97 LES ANDUES 83210 SOLLIES PONT FR SARL AUBADE PISCINES RN 97 LES ANDUES

SARL AUBADE PISCINES RN 97 LES ANDUES 83210 SOLLIES PONT FR SARL AUBADE PISCINES RN 97 LES ANDUES Votre Assurance 4BTPlus AGENT M RAPASSE PATRICK 79 AVENUE DE LA CORSE BP 184 13264 MARSEILLE CEDEX 07 Tél : 04 91 31 89 31 Fax : 04 91 31 90 02 E-mail : AGENCE.BIGLIARDORAPASSE@AXA.FR Portefeuille : 0013038144

Plus en détail

Le contrat de promotion immobilière

Le contrat de promotion immobilière Le contrat de promotion immobilière Code de la construction et de l'habitation Art. L. 221-1 à L. 222-7 (loi du 16.7.71 modifiée : art. 33 et s) Art. R. 222-l à R. 222-14 (décret du 29.12.72) Code civil

Plus en détail

AVERTISSEMENT AU LECTEUR

AVERTISSEMENT AU LECTEUR AVERTISSEMENT AU LECTEUR Le contexte juridique actuel qui encadre toute opération de construction de maison individuelle s impose à tous les acteurs. La loi ne fait pas de différences entre les systèmes

Plus en détail

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT Attestation d assurance R. décennale M PIONNIER SAMUEL 68 QUAI JEANNE D ARC 37500 CHINON ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT (Ce document comporte une annexe "ACTIVITÉS

Plus en détail

L assureur, partenaire de la sécurisation de l activité des entreprises

L assureur, partenaire de la sécurisation de l activité des entreprises L assureur, partenaire de la sécurisation de l activité des entreprises DES QUESTIONS À SE POSER EN MATIÈRE D ASSURANCE CONSTRUCTION QUIZZ L assurance est-elle obligatoire? que dit la loi? Est-elle indispensable?

Plus en détail

M PECCOUD LAURENT 20 RUE DE LA VOUTE 74290 VEYRIER DU LAC FR

M PECCOUD LAURENT 20 RUE DE LA VOUTE 74290 VEYRIER DU LAC FR Assurance BTPlus Votre agent général M VULLIET PIERRE 84 AV GAMBETTA 74000 ANNECY Tél : 04 50 23 44 58 Fax : 04 50 23 61 31 E-mail : AGENCE.VULLIET@AXA.FR Portefeuille : 74009144 M PECCOUD LAURENT 20 RUE

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Les matériaux biosourcés c'est maintenant!

Les matériaux biosourcés c'est maintenant! Les matériaux biosourcés c'est maintenant! POITIERS, LE 8 NOVEMBRE 2012 Frédéric FLEURY Direction Régionale de l'environnement, de l Aménagement et du Logement Poitou-Charentes www.poitou-charentes.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE CODE DES ASSURANCES N TVA intracommunautaire FR 38 542

Plus en détail

DEMOLITION 18 LOGEMENTS COLLECTIFS LOCATIFS. Acte d engagement Valant soumission MARCHE DE TRAVAUX ( lot n 1)

DEMOLITION 18 LOGEMENTS COLLECTIFS LOCATIFS. Acte d engagement Valant soumission MARCHE DE TRAVAUX ( lot n 1) 13, Boulevard des Deux Croix 49017 ANGERS CEDEX 02 DEMOLITION 18 LOGEMENTS COLLECTIFS LOCATIFS (RUE DES PEUPLIERS 37300 JOUE LES TOURS) Acte d engagement Valant soumission MARCHE DE TRAVAUX ( lot n 1)

Plus en détail

Cabinet STEVA 46 rue Gioffredo 06000 NICE : 04.92.47.65.30 : 04.93.80.71.98 assurances@steva.fr

Cabinet STEVA 46 rue Gioffredo 06000 NICE : 04.92.47.65.30 : 04.93.80.71.98 assurances@steva.fr Cabinet STEVA 46 rue Gioffredo 06000 NICE : 04.92.47.65.30 : 04.93.80.71.98 assurances@steva.fr DEMANDE D'ETUDE DOMMAGES OUVRAGE IDENTITE DU PROPOSANT Nom ou dénomination commerciale :.. Forme Juridique

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

A S S U R A N C E D O M M A G E O U V R A G E. d u n o u v e a u s i è g e d e H A N D I C A P I N T E R N A T I O N A L

A S S U R A N C E D O M M A G E O U V R A G E. d u n o u v e a u s i è g e d e H A N D I C A P I N T E R N A T I O N A L A S S U R A N C E D O M M A G E O U V R A G E O p é r a t i o n d a m é n a g e m e n t d u n o u v e a u s i è g e d e H A N D I C A P I N T E R N A T I O N A L M AR CHE P U BLIC D E S ERVIC E S D ASSUR

Plus en détail

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI)

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Cadre réglementaire Le CCMI entre dans le cadre des dispositions des articles L. 231-1 à L. 231-13 et R. 231-1 à R. 231-14 (art. L. 232-1 ; L. 232-2

Plus en détail

M K S Tél 0811 04 97 81

M K S Tél 0811 04 97 81 ARTICLES DU CODE CIVIL Art. 1792 (Loi n 78-12 du 4 janvier 1978) Tout constructeur d'un ouvrage est responsable de plein droit, envers le maître ou l'acquéreur de l'ouvrage, des dommages, même résultant

Plus en détail

Questionnaire D étude Assurance Dommages à l Ouvrage

Questionnaire D étude Assurance Dommages à l Ouvrage CLAMART Services Assurances 2 Chem in de la Blan chisserie 5 9 400 CAMBRAI T él. 03 27 81 36 36 Fax. 03 27 83 11 47 Vo t r e con tact : H ugues LABALE T TE a ccu eil@a ssuran ce-do.fr Questionnaire D étude

Plus en détail

SARL REHABILITATION SUD ZAC DU ROUBIAN 1 RUE DES CHARRETIERS 13150 TARASCON FR

SARL REHABILITATION SUD ZAC DU ROUBIAN 1 RUE DES CHARRETIERS 13150 TARASCON FR Assurance BTPlus Votre agent général ASSURALLIANCE SARL 2B AV VICTOR HUGO BP 121 13631 ARLES CEDEX Tél : 04 90 92 05 00 Fax : 04 90 92 04 30 Portefeuille : 13182144 SARL REHABILITATION SUD ZAC DU ROUBIAN

Plus en détail

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction Bruno QUIEVY GC5 Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction - 10 - I. Le contrôle technique Les missions de contrôle technique existent dans différents domaines comme la marine, l aéronautique,

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS 1 Les différents domaines de la construction Bâtiment : Constructions concernant les bâtiments à usage de bureaux ou à usage d habitation pour le compte

Plus en détail

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction Direction Départementale D des Territoires de la Savoie Éviter les non-conformit conformités s récurrentes r dans la construction neuve - Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Plus en détail

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Marché Public de Services VILLE D HERLIES MARCHE D ASSURANCES Prestation de services d Assurances Dommages Ouvrage pour la construction, Tous Risques Chantier, Responsabilité Civile du Maître d Ouvrage

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE

COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE COMMUNE DE MONTAMISE CONSTRUCTION D UN DAB POUR LE CREDIT AGRICOLE A MONTAMISE SOUMISSION - MARCHE POUR TRAVAUX PUBLICS ENTRE D'UNE PART : La COMMUNE DE MONTAMISE 11, Place de la Mairie 86360 MONTAMISE,

Plus en détail

Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle

Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Bon de commande Assurance Dommages-Ouvrage particulier maison individuelle Référencement client Nom : Prénom : E-mail : Téléphone : Adresse du projet : Garantie Dommages Ouvrage et garanties complémentaires

Plus en détail

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Assainissement VILLE D'HAZEBROUCK Mairie - BP 70189 - rue André Biébuyck 59524 HAZEBROUCK CEDEX CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Gestionnaire : DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES

Plus en détail

Centre de documentation et d information de l assurance. Entreprises et artisans du bâtiment : les risques et les assurances

Centre de documentation et d information de l assurance. Entreprises et artisans du bâtiment : les risques et les assurances P 213 Novembre 2007 Centre de documentation et d information de l assurance Entreprises et artisans du bâtiment : les risques et les assurances Vous trouverez dans ce document un tableau aide mémoire qui

Plus en détail

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La vente en l état Futur d achèvement - vefa www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente LA VENTE EN L état FUTUR D ACHèVEMENT VEFA La vente en l état futur

Plus en détail

GARANTIE DÉCENNALE. Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GUIDE MAAF

GARANTIE DÉCENNALE. Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GUIDE MAAF GARANTIE DÉCENNALE Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GIDE MAAF SOMMAIRE LA GARANTIE DÉCENNALE EN CLAIR Principe et application de la garantie décennale... Page 4 Dommages concernés

Plus en détail

Histoire de projet...

Histoire de projet... Histoire de projet... Sommaire Début de l histoire Une rencontre Des échanges Des propositions Une réflexion confortée Un projet explicité Une relation de confiance La concrétisation d un projet p.05 p.07

Plus en détail

RESPONSABILITÉS ET ASSURANCES DE L ARCHITECTE MAÎTRE D ŒUVRE ET DE L ARCHITECTE EXPERT

RESPONSABILITÉS ET ASSURANCES DE L ARCHITECTE MAÎTRE D ŒUVRE ET DE L ARCHITECTE EXPERT CNAE JJA 21 JANVIER 2011 RESPONSABILITÉS ET ASSURANCES DE L ARCHITECTE MAÎTRE D ŒUVRE ET DE L ARCHITECTE EXPERT Responsabilités et assurances de l architecte 1/15 CNAE JJA 21/01/2011 PREMIÈRE PARTIE LES

Plus en détail

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION 1 - SOUSCRIPTEUR N Sociétaire :... Nom/Raison sociale :... Adresse :... Personne chargée du dossier :... Téléphone :... Fax :... E-mail :... En qualité de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) 1. OBJET DU MARCHE Le présent appel d'offres concerne l'extension du cimetière de la Commune de SAINT-NIC (29) 2. LISTE DES LOTS 1. Maçonnerie

Plus en détail

DEMANDE D'ETUDE PROGRAMME D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE ET DECENNALE DES CONTRACTANTS GENERAUX IDENTITE DU PROPOSANT

DEMANDE D'ETUDE PROGRAMME D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE ET DECENNALE DES CONTRACTANTS GENERAUX IDENTITE DU PROPOSANT : 04.93.80.71.98 DEMANDE D'ETUDE PROGRAMME D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE ET DECENNALE DES CONTRACTANTS GENERAUX IDENTITE DU PROPOSANT Nom ou dénomination commerciale :.. Forme Juridique :... Adresse

Plus en détail

1. Renseignements généraux

1. Renseignements généraux QUESTIONNAIRE ASSURANCE BTP : MAITRES D' ŒUVRE 1.Renseignementsgénéraux a)votreentreprise SIREN :... Si vous êtes une entreprise en création, veuillez renseigner : Raisonsociale:.. Nomcommercial/Enseigne:

Plus en détail

- COMPTOIR DES REVETEMENTS 45 RUE DU MARAIS 69100 VILLEURBANNE FR

- COMPTOIR DES REVETEMENTS 45 RUE DU MARAIS 69100 VILLEURBANNE FR ATTESTATION Assurance BTPlus - COMPTOIR DES REVETEMENTS 45 RUE DU MARAIS 69100 VILLEURBANNE FR Votre conseiller AXELLIANCE BUSINESS SCES 92 COURS VITTON IMMEUBLE LES TOPAZES 69006 LYON Tél : 04 72 85 80

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DOMMAGES - OUVRAGE

QUESTIONNAIRE DOMMAGES - OUVRAGE QUESTIONNAIRE DOMMAGES - OUVRAGE La SAS NTP et ses partenaires vous proposent de vous accompagner dans chaque étape de la réalisation de votre projet de garanties (GFA, DO, CNR, TRC, RCMO, RC Pro, RC Décénnale).

Plus en détail

LYCÉE J VALLOT - SITE GAMBETTA MISSION DE CONTRÔLE TECHNIQUE

LYCÉE J VALLOT - SITE GAMBETTA MISSION DE CONTRÔLE TECHNIQUE MARCHE PUBLIC DE SERVICES LYCÉE J VALLOT - SITE GAMBETTA MISSION DE CONTRÔLE TECHNIQUE ACTE D ENGAGEMENT VALANT C.C.P. 1 LYCÉE J VALLOT - SITE GAMBETTA MARCHE DE CONTROLE TECHNIQUE CE DOCUMENT VAUT ACTE

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Votre attestation BTPlus

Votre attestation BTPlus Votre Agent Général PASSICOS D. ET PASSICOS N. 4 RUE DE LA GUILLERIE 40500 ST SEVER ( 05 58 76 02 59 6 05 58 76 13 52 : AGENCE.MAP2@AXA.FR N ORIAS 07 002 156 (DAVID PASSICOS) 07 014 002 (NICOLAS PASSICOS)

Plus en détail

FIN DE CHANTIER DEFINITION DE LA RECEPTION

FIN DE CHANTIER DEFINITION DE LA RECEPTION FIN DE CHANTIER Article 1792-6 du Code civil DEFINITION DE LA RECEPTION «La réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserves. Elle intervient à la

Plus en détail

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITE DECENNALE

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITE DECENNALE ATTEST02 ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITE DECENNALE Fonctionnant selon les règles de capitalisation Contrat MULTIRISQUE PROFESSIONNELLE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS SOPRECO ISOLATION 8 PLACE

Plus en détail

I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES»

I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES» I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES» CAPRA - 2006 Page 1 sur 8 I.1. NATURE ET DUREE DES GARANTIES A GARANTIE OBLIGATOIRE Elle couvre, en dehors de toute recherche de responsabilité, au bénéfice du souscripteur

Plus en détail

CONTRAT DE CONTRÔLE TECHNIQUE

CONTRAT DE CONTRÔLE TECHNIQUE CONTRAT DE CONTRÔLE TECHNIQUE CONSTRUCTION D UNE SALLE DE MUSIQUE Extension de l espace culturel et sportif À LIPSHEIM CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES C.C.P. TABLEAU RECAPITULATIF DES ARTICLES DU C.C.P.

Plus en détail

L entrepreneur général ensemblier : Mode d emploi de l approche contractuelle en marchés privés

L entrepreneur général ensemblier : Mode d emploi de l approche contractuelle en marchés privés L entrepreneur général ensemblier : Mode d emploi de l approche contractuelle en marchés privés EGF.BTP Octobre 2008 ENTREPRISES GENERALES DE FRANCE.BTP 9, rue La Pérouse, 75784 PARIS CEDEX 16 Tél : 01.40.69.52.78

Plus en détail

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES Garantie de parfait achèvement Modalités de la garantie C est une garantie de type contractuelle. Elle est plus particulièrement prévue à l article

Plus en détail

I LES CARACTÉRISTIQUES DE LA RECEPTION

I LES CARACTÉRISTIQUES DE LA RECEPTION I LES CARACTÉRISTIQUES DE LA RECEPTION A L'ARTICLE 1792 6 DU CODE CIVIL Laréceptionestunactejuridiqueparlequellemaîtredel'ouvrageprendlivraisondel'ouvrageet constatelabonneexécutionconformémentaucontrat.elecomportedesefetsjuridiquesdela

Plus en détail

2.1 - Pièces particulières 7 2.2 - Pièces générales 7. 4.1 - Fixation du forfait définitif de rémunération 7 4.2 - Dispositions diverses 7

2.1 - Pièces particulières 7 2.2 - Pièces générales 7. 4.1 - Fixation du forfait définitif de rémunération 7 4.2 - Dispositions diverses 7 D O S S I E R SOMMAIRE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES SIMPLIFIÉ (CCAP-S) APPLICABLE AU BÂTIMENT CHAPITRE PREMIER - GÉNÉRALITÉS ARTICLE 1ER - OBJET DU MARCHÉ. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 6

Plus en détail

Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE

Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE 1 Risques et responsabilités au cours du chantier Les risques sont pour le constructeur ex : incendie, vol, vandalisme,

Plus en détail

Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction

Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction Ce formulaire de déclaration de risque concerne : les architectes, les maîtres d œuvre, les économistes et les bureaux d études techniques

Plus en détail

Le Dossier de Consultation des Entreprises

Le Dossier de Consultation des Entreprises Éléments constitutifs du DCE Lettre de consultation précisant le contenu du DCE Règlement de consultation précisant les modalités de la consultation Pièces générales de base au type de marché (F,T,S) soit

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché à bons de commande

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché à bons de commande MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Marché à procédure adaptée selon aux articles 28 et 74 du code des marchés publics CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché à bons de

Plus en détail