formation ostéoclastique. Les interactions entre RANKL (Receptor Activator of NK-κB Ligand)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "formation ostéoclastique. Les interactions entre RANKL (Receptor Activator of NK-κB Ligand)"

Transcription

1 RANKL, RANK et l ostéoprotégérine : un système fondamental dans la résorption osseuse Par Sophie Roux (Service de Rhumatologie, CHU Sherbrooke, Québec) Résumé Les connaissances actuelles sur les mécanismes impliqués dans la résorption osseuse ont connus un essor considérable depuis la description d'un nouveau système d'importance majeure dans la formation ostéoclastique. Les interactions entre RANKL (Receptor Activator of NK-κB Ligand) exprimé par les cellules stromales/ostéoblastes et de son récepteur RANK exprimé par les cellules ostéoclastiques ont un rôle crucial dans la différenciation et l'activation ostéoclastique. Ce système est complété par l'ostéoprotégérine (OPG), puissant facteur inhibiteur de la résorption osseuse qui produit par les cellules stromales/ostéoblastiques. L'OPG est un facteur sécrété et a été identifié comme le récepteur soluble de RANKL, bloquant l'interaction entre RANKL et RANK. De nombreux facteurs locaux et hormonaux qui modulent la résorption osseuse pourraient utiliser cette voie effectrice finale, ce qui représente une cible thérapeutique potentielle dans les pathologies caractérisées par une hyperrésorption osseuse. Nomenclature: Compte tenu de la découverte simultanée par plusieurs équipes de ces nouveaux facteurs de la famille du TNF, plusieurs appellations ont été utilisées: RANKL (Receptor Activator of NF-κB Ligand) = OPGL (OPG ligand), ODF (osteoclast differenciation factor), TRANCE (TNF-related activation-induced cytokine), SOFA, TNFSF-11. RANK (Receptor Activator of NF-κB) = ODAR (osteoclast differentiation and activation receptor), TNFRSF-11A. OPG (ostéoprotégérine) = OCIF (osteoclastogenesis inhibitory factor), TR-1, FDCR-1, TNFRSF-11B. Afin de standardiser la nomenclature, un consensus a été rapporté sous l égide de l ASBMR (American Society for Bone and Mineral Research), et les appellations RANKL, RANK et OPG sont recommandées (1), et seront par la suite utilisées.

2 RANKL, RANK et l Ostéoprotégérine dans la résorption osseuse Une avancée capitale a été récemment réalisée par la découverte de nouveaux membres de la superfamille du TNF et de ses récepteurs ayant un rôle crucial dans la différenciation et l'activité des ostéoclastes (15). RANKL: inducteur de la résorption osseuse RANKL (Receptor Activator of NF-κB Ligand) est un facteur essentiel à la différenciation ostéoclastique et à la résorption osseuse. Sa distribution tissulaire est restreinte aux organes hématopoiétiques et au tissu osseux, et in vitro RANKL est fortement exprimé par les cellules stromales médullaires, les ostéoblastes, de même que par les lymphocytes T (12). RANKL est une protéine transmembranaire qui appartient à la famille des ligands TNF. L'association de 3 molécules de RANKL compose la molécule fonctionnelle trimérique. Une forme soluble de RANKL pourrait être générée par épissage alternatif ou clivage de la forme transmembranaire (7,14), mais son importance relative est actuellement inconnue. Le rôle indispensable de RANKL dans la différenciation ostéoclastique est actuellement bien établie et une forme recombinante soluble de RANKL a été utilisée dans un grand nombre de modèles de différenciation ostéoclastique in vitro. En association avec le M-CSF, RANKL induit la différenciation ostéoclastique par un effet direct sur les précurseurs (8). L'activité de résorption osseuse de même que la survie des ostéoclastes sont également stimulées (8,12). Enfin, les souris déficientes pour le gène de RANKL (-/-) développent une ostéopétrose caractérisée par l'absence d'ostéoclastes mais les progéniteurs ostéoclastiques sont en nombre normal et peuvent se différencier en ostéoclastes actifs quand ils sont cocultivés avec des cellules normales stromales/ostéoblastes(11).

3 RANK: récepteur membranaire de RANKL RANK (Receptor Activator of NF-κB) est le récepteur membranaire de RANKL, et appartient à la famille des récepteurs du TNF. L'expression des ARNm de RANK est ubiquitaire, toutefois l expression de la protéine RANK semble plus restreinte, et dans le tissu osseux elle est localisée aux ostéoclastes et à leurs précurseurs. Lors de contacts cellulaires, la liaison RANK/RANKL permet la transduction de signaux intracellulaires indispensables à la différenciation ostéoclastique (6). Les souris transgéniques qui surexpriment une forme soluble de RANK développent une ostéopétrose comportant une diminution du nombre d'ostéoclastes (6). Les souris transgéniques RANK (-/-) déficientes pour le gène RANK développent une ostéopétrose caractérisée par l'absence d'ostéoclastes; en outre les précurseurs ostéoclastiques de ces souris sont incapables de se différencier en ostéoclastes in vitro en présence de RANKL et de M-CSF (4). Ostéoprotégérine: inhibiteur de la résorption osseuse L ostéoprotégérine (OPG) est un facteur d'inhibition de la résorption osseuse. Sa distribution tissulaire est ubiquitaire, et in vitro l'expression d'opg a été mise en évidence dans les cellules mésenchymateuses, cellules stromales médullaires et ostéoblastes. L OPG est un membre de la famille des récepteurs solubles du TNF. C est un facteur sécrété qui correspond au récepteur soluble de RANKL. Les souris transgéniques qui surexpriment l OPG développent une ostéopétrose caractérisée par un défaut de la différenciation ostéoclastique (17), et les souris transgéniques déficientes en OPG (-/-) développent une ostéoporose sévère avec une augmentation de la différenciation et de l'activité des ostéoclastes (2). Les études in vitro ont montré que l'opg était un puissant facteur inhibiteur de la différenciation ostéoclastique et de l'activité de résorption osseuse des ostéoclastes (17,19). En plus de son effet bloquant de l activité RANKL, l inhibition de l activité de résorption osseuse induite par l OPG pourrait également être liée à un effet direct sur les ostéoclastes, par la modulation de l expression d enzymes protéolytiques. Ainsi, l OPG inhiberait l expression de la cathepsine K et de la TRAP, et stimulerait celle de la MMP-9 (22).

4 L OPG aurait également la capacité d induire l apoptose des ostéoclastes (16). In vivo, l'administration d'opg chez le rat entraîne une augmentation de la densité minérale osseuse (DMO) et du volume osseux, avec une diminution du nombre d'ostéoclastes actifs, et prévient la perte osseuse secondaire à l'ovariectomie (19). RANKL/RANK et OPG dans la différenciation et l'activité des OCs Les interactions entre RANKL, molécule membranaire exprimée par les cellules stromales/ostéoblastes, et son récepteur membranaire RANK exprimé par les ostéoclastes, ont un rôle fondamental dans la physiologie du tissu osseux. Les interactions RANKL-RANK permettent, en présence de M-CSF, d'induire la différenciation ostéoclastique, et interviennent également dans l'activation de l'ostéoclaste mature. Ce système est complété par l'opg, facteur inhibiteur de la résorption osseuse produit par les cellules stromales/ostéoblastes. L'OPG est l'équivalent d'un récepteur soluble et agit comme un récepteur "piège" qui lie RANKL et bloque ainsi les interactions entre RANKL et RANK et donc la différenciation et l'activation des ostéoclastes (Figure 1).

5 Régulation de l'expression de RANKL et OPG De très nombreux travaux ont montré l'existence d'une régulation de l'expression de RANKL et OPG par les facteurs locaux ou systémiques impliqués dans la résorption osseuse (15). Quant à l'expression de RANK, elle semble stable et peu sensible aux facteurs ostéotropes. Des données récentes suggèrent toutefois que l expression de RANK pourrait être stimulée par le M-CSF (3), et par l action synergique de RANKL et du TNFα (23). Les facteurs ostéotropes connus pour stimuler la résorption osseuse ostéoclastique tels que les hormones PTH, PTHrP, et 1,25(OH) 2 D 3, les cytokines IL1, TNFα, PGE 2, IL6, IL11, IL-15, IL-17, IGFI, et les glucocorticoïdes, stimulent l'expression de RANKL par les cellules stromales/ostéoblastes. Ces mêmes facteurs diminuent l'expression de l'opg et/ou augmentent le rapport RANKL/OPG (tableau 1). Parmi les cytokines inhibitrices de la résorption osseuse, l'il4 diminue l'expression de RANKL (13). L'IFNγ comme l'il4 bloquent par ailleurs la signalisation induite par RANKL (18,21). Le TGF-β, dont l'effet net est de diminuer la résorption osseuse, inhibe l'expression de RANKL et stimule celle de l'opg (10). Les estrogènes, connus pour leur effet protecteur osseux, ont comme principal effet sur le remodelage osseux d'inhiber la résorption osseuse, et il a été montré que

6 l'estradiol augmentait l'expression de l'opg dans des cellules ostéoblastiques humaines (5). A noter qu'un des mécanismes d action des bisphosphonates pourrait passer par une augmentation de l'expression de l'opg (20), mais cette notion reste controversée (9). Conclusion L'ensemble de ces données illustre le fait que l'effet des facteurs ostéotropes sur la résorption osseuse est parallèle à leur effet sur le ratio RANKL/OPG. Ainsi, les facteurs locaux et systémiques qui affectent la résorption osseuse pourraient agir par une voie effectrice commune impliquant RANKL/RANK et OPG. Toutefois certaines cytokines peuvent avoir un effet en partie indépendant de RANKL et/ou agir en synergie avec RANKL pour stimuler la différenciation et l'activation des ostéoclastes comme cela a été décrit pour le TNFα ou l'il1. Le système RANKL/RANK et OPG joue donc un rôle majeur dans la résorption osseuse, et a été impliqué dans les pathologies caractérisées par une résorption osseuse excessive, comme l ostéolyse maligne ou la résorption osseuse sous-chondrale de la polyarthrite rhumatoïde, avec comme ouverture un intérêt thérapeutique potentiel d'inhibiteurs de ce système. Références 1. Proposed standard nomenclature for new tumor necrosis factor family members involved in the regulation of bone resorption. The American Society for Bone and Mineral Research President's Committee on Nomenclature. J Bone Miner Res 15:2293-6; Bucay N, Sarosi I, Dunstan CR, Morony S, Tarpley J, Capparelli C, Scully S, Tan HL, Xu W, Lacey DL, Boyle WJ, and Simonet WS osteoprotegerin-deficient mice develop early onset osteoporosis and arterial calcification. Genes Dev 12:1260-8; Cappellen D, Luong-Nguyen NH, Bongiovanni S, Grenet O, Wanke C, and Susa M Transcriptional program of mouse osteoclast differentiation governed by the macrophage colony-stimulating factor and the ligand for the receptor activator of NFkappa B. J Biol Chem 277: ; Dougall WC, Glaccum M, Charrier K, Rohrbach K, Brasel K, De Smedt T, Daro E, Smith J, Tometsko ME, Maliszewski CR, Armstrong A, Shen V, Bain S, Cosman D, Anderson D, Morrissey PJ, Peschon JJ, and Schuh J RANK is essential for osteoclast and lymph node development. Genes Dev 13: ; Hofbauer LC, Khosla S, Dunstan CR, Lacey DL, Spelsberg TC, and Riggs BL Estrogen stimulates gene expression and protein production of osteoprotegerin in human osteoblastic cells. Endocrinology 140: ; Hsu H, Lacey DL, Dunstan CR, Solovyev I, Colombero A, Timms E, Tan HL, Elliott G, Kelley MJ, Sarosi I, Wang L, Xia XZ, Elliott R, Chiu L, Black T, Scully S, Capparelli C, Morony S, Shimamoto G, Bass MB, and Boyle WJ Tumor necrosis factor receptor family member RANK mediates osteoclast differentiation and activation induced by osteoprotegerin ligand. Proc Natl Acad Sci U S A 96:3540-5; Ikeda T, Kasai M, Utsuyama M, and Hirokawa K Determination of three isoforms of the receptor activator of nuclear factor-kappab ligand and their differential expression in bone and thymus. Endocrinology 142: ; 2001.

7 8. Jimi E, Akiyama S, Tsurukai T, Okahashi N, Kobayashi K, Udagawa N, Nishihara T, Takahashi N, and Suda T Osteoclast differentiation factor acts as a multifunctional regulator in murine osteoclast differentiation and function. J Immunol 163:434-42; Kim YH, Kim GS, and Jeong-Hwa B Inhibitory action of bisphosphonates on bone resorption does not involve the regulation of RANKL and OPG expression. Exp Mol Med 34:145-51; Kong YY, Boyle WJ, and Penninger JM Osteoprotegerin ligand: a regulator of immune responses and bone physiology. Immunol Today 21: ; Kong YY, Yoshida H, Sarosi I, Tan HL, Timms E, Capparelli C, Morony S, Oliveira-dos-Santos AJ, Van G, Itie A, Khoo W, Wakeham A, Dunstan CR, Lacey DL, Mak TW, Boyle WJ, and Penninger JM OPGL is a key regulator of osteoclastogenesis, lymphocyte development and lymph-node organogenesis. Nature 397:315-23; Lacey DL, Timms E, Tan HL, Kelley MJ, Dunstan CR, Burgess T, Elliott R, Colombero A, Elliott G, Scully S, Hsu H, Sullivan J, Hawkins N, Davy E, Capparelli C, Eli A, Qian YX, Kaufman S, Sarosi I, Shalhoub V, Senaldi G, Guo J, Delaney J, and Boyle WJ Osteoprotegerin ligand is a cytokine that regulates osteoclast differentiation and activation. Cell 93:165-76; Lubberts E, Joosten LA, Chabaud M, van Den Bersselaar L, Oppers B, Coenen-De Roo CJ, Richards CD, Miossec P, and van Den Berg WB IL-4 gene therapy for collagen arthritis suppresses synovial IL-17 and osteoprotegerin ligand and prevents bone erosion. J Clin Invest 105: ; Lum L, Wong BR, Josien R, Becherer JD, Erdjument-Bromage H, Schlondorff J, Tempst P, Choi Y, and Blobel CP Evidence for a role of a tumor necrosis factor-alpha (TNF-alpha)-converting enzyme-like protease in shedding of TRANCE, a TNF family member involved in osteoclastogenesis and dendritic cell survival. J Biol Chem 274: ; Roux S, and Orcel P L'ostéoclaste revisité (p ). In : de Sèze S, Ryckewaert A, Kahn MF, Kuntz D, Meyer O, Bardin Th, Orcel Ph. L'Actualité Rhumatologique 2000, Paris, Elsevier Editions; Shiotani A, Takami M, Itoh K, Shibasaki Y, and Sasaki T Regulation of osteoclast differentiation and function by receptor activator of NFkB ligand and osteoprotegerin. Anat Rec 268:137-46; Simonet WS, Lacey DL, Dunstan CR, Kelley M, Chang MS, Luthy R, Nguyen HQ, Wooden S, Bennett L, Boone T, Shimamoto G, DeRose M, Elliott R, Colombero A, Tan HL, Trail G, Sullivan J, Davy E, Bucay N, Renshaw-Gegg L, Hughes TM, Hill D, Pattison W, Campbell P, Boyle WJ, and et al. Osteoprotegerin: a novel secreted protein involved in the regulation of bone density. Cell 89:309-19; Takayanagi H, Ogasawara K, Hida S, Chiba T, Murata S, Sato K, Takaoka A, Yokochi T, Oda H, Tanaka K, Nakamura K, and Taniguchi T T-cell-mediated regulation of osteoclastogenesis by signalling cross-talk between RANKL and IFN-gamma. Nature 408:600-5.; Tsuda E, Goto M, Mochizuki S, Yano K, Kobayashi F, Morinaga T, and Higashio K Isolation of a novel cytokine from human fibroblasts that specifically inhibits osteoclastogenesis. Biochem Biophys Res Commun 234:137-42; Viereck V, Emons G, Lauck V, Frosch KH, Blaschke S, Grundker C, and Hofbauer LC Bisphosphonates pamidronate and zoledronic acid stimulate osteoprotegerin production by primary human osteoblasts. Biochem Biophys Res Commun 291:680-6.; Wei S, Wang MW, Teitelbaum SL, and Ross FP Interleukin-4 reversibly inhibits osteoclastogenesis via inhibition of NF-kappa B and mitogen-activated protein kinase signaling. J Biol Chem 277: ; Wittrant Y, Couillaud S, Theoleyre S, Dunstan C, Heymann D, and Redini F Osteoprotegerin differentially regulates protease expression in osteoclast cultures. Biochem Biophys Res Commun 293:38-44; Zhang YH, Heulsmann A, Tondravi MM, Mukherjee A, and Abu-Amer Y Tumor Necrosis Factor-alpha (TNF) Stimulates RANKL-induced Osteoclastogenesis via Coupling of TNF Type 1 Receptor and RANK Signaling Pathways. J Biol Chem 276: ; 2001.

Rôle de l ostéoprotégérine dans l inflammation et la polyarthrite rhumatoïde

Rôle de l ostéoprotégérine dans l inflammation et la polyarthrite rhumatoïde Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 11-16 Rôle de l ostéoprotégérine dans l inflammation et la polyarthrite rhumatoïde Role for osteoprotegerin

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

«Activation de l ostéoclasie par les endotoxines bactériennes au cours des maladies parodontales»

«Activation de l ostéoclasie par les endotoxines bactériennes au cours des maladies parodontales» Article «Activation de l ostéoclasie par les endotoxines bactériennes au cours des maladies parodontales» Philippe Doucet et Morgan Lowenstein M/S : médecine sciences, vol. 22, n 6-7, 2006, p. 614-618.

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Microenvironnement osseux et métastases

Microenvironnement osseux et métastases Microenvironnement osseux et métastases Dr Anne Gomez-Brouchet Service d Anatomie et Cytologie Pathologiques CHU Rangueil, Toulouse Mécanisme d apparition des métastases 1. Prolifération tumeur primitive

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

L IL-1. Rôle de l IL-1 dans la PR

L IL-1. Rôle de l IL-1 dans la PR IL-1 RA D après C. Gabay, cours donné dans le service de Rhumatologie du Professeur Olivier Meyer, Hôpital Bichat, Paris, le 1er juin 2001 Rapporté par le Dr Philippe Brissaud Dr Cem GABAY Hôpital Beau

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Les Marqueurs du Remodelage Osseux. S. Bottari

Les Marqueurs du Remodelage Osseux. S. Bottari Les Marqueurs du Remodelage Osseux S. Bottari Le Remodelage Osseux Un processus tout au long de la vie: L os est constamment résorbé (ostéoclastes) et reformé (ostéoblastes): Sous le contrôle complexe

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

La membrane synoviale

La membrane synoviale La membrane synoviale - origine mésenchymateuse - recouvre toute les surfaces articulaires sauf le cartilage. - délimite une cavité contenant le liquide synovial qui assure la lubrification de l articulation

Plus en détail

LCA: toxicité de l oxygène

LCA: toxicité de l oxygène B. Maitre LCA: toxicité de l oxygène Services de Pneumologie, hôpitaux intercommunal et H. Mondor, Créteil, Université Paris EST CRETEIL, PRES EST Lésions induites par l oxygène Toxicité pulmonaire chez

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061

REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS UMR 6061 REGULATION POST- TRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER 1 Yann Audic, CNRS UMR 6061 - Régulations Post-transcriptionnelles - Régulation stabilité et traduction d'oncogènes c-fos c-myc - Syndrome de Von-hippel-Lindau

Plus en détail

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M.

L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique. Frederick S. Kaplan & Eileen M. L action des RAR (Récepteurs de l Acide Rétinoïque) dans le déraillement de l ossification hétérotopique Frederick S. Kaplan & Eileen M. Shore On sait que les Récepteurs de l Acide Rétinoïque (RAR) peuvent

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi

Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi Maladies autoimmunes: exemple de la polyarthrite rhumatoïde Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie - Hôpital St Eloi Généralités rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent en France 0,4

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie ADP 2013

Biothérapies en rhumatologie ADP 2013 Biothérapies en rhumatologie ADP 2013 Aspects cliniques et radiographiques. (Dr Smolen) Aspects cliniques et radiographiques. (Dr Smolen) Les Biothérapies Définition : utilisation de produits d origine

Plus en détail

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T SUPERFAMILLE DU TNF ET DU RECEPTEUR AU TNF TACI BCMA CD27 EDAR XEDAR Fas DR4 DR5 DcR1 DcR2 OX40 AITR HveA CD40 4-1BB TNFR2 DR3 TNFR1 LTBR RANK DcR3

Plus en détail

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Anti TNF α et Tuberculose DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Rôle TNF alpha Cytokine pro inflammatoire produite par les macrophages, monocytes, exprimé par LT, LB Recrutement et activation des macrophages

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris

OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN MECANISMES ET TRAITEMENTS Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris T! -1 : ostéopénie T! -2,5 : ostéoporose OMS, 1997 + Surpoids Tamoxifène - Cancer Ovariectomie

Plus en détail

Chap.2: L HEMATOPOIESE

Chap.2: L HEMATOPOIESE Chap.2: L HEMATOPOIESE PLAN I- Définition II- Localisation II- Déroulement III- Régulation IV- L Érythropoïèse Durée de vie des cellules du sang Érythrocytes Leucocytes Thrombocytes 120 jours 2 à 10 jours

Plus en détail

Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses?

Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses? Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses? RIIP 2014, 21/03/2014, Paris Pr Denis Jullien Hôpital E. Herriot Athérosclérose? - Psoriasis - Lupus - Polyarthrite Rhumatoïde - Facteurs Pro-athérogènes

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide UNIVERSITE DE MONASTIR FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR COURS DE CHIMIE THÉRAPEUTIQUE Traitement de la polyarthrite rhumatoïde Certificat Coordonné 1 3 ème année Pharmacie Pr. Ag Olfa GLOULOU ép. LANDOLSI

Plus en détail

Insulinorésistance et cancers

Insulinorésistance et cancers Insulinorésistance et cancers L insulinorésistance est présente dans de nombreuses situations comme (Godsland I.F. 2009) : - Le vieillissement ; - La sédentarité ; - L obésité abdominale ; - Le diabète

Plus en détail

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Cancers du sein avec amplification ERBB2 10-15% breast cancer Amplification Expression Her2: discovered

Plus en détail

Maîtrise d Immunologie. Cytokines

Maîtrise d Immunologie. Cytokines Maîtrise d Immunologie Cytokines Pr Pierre Miossec Unité d Immunologie Clinique Pavillon F Hôpital Edouard Herriot 69437 Lyon Cedex 03 E-mail: miossec@univ-lyon1.fr Cytokines: une famille très prolifique

Plus en détail

L éruption dentaire. Morphogenèse Cranio Faciale et Odontogenèse. UE Spécifique Odontologie Première Année Commune aux Etudes de Santé Année 2012 2013

L éruption dentaire. Morphogenèse Cranio Faciale et Odontogenèse. UE Spécifique Odontologie Première Année Commune aux Etudes de Santé Année 2012 2013 Morphogenèse Cranio Faciale et Odontogenèse UE Spécifique Odontologie Première Année Commune aux Etudes de Santé Année 2012 2013 L éruption dentaire Dr Vincent Meuric Maître de Conférences Praticien Hospitalier

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Résorption osseuse, ostéoclastogénèse et adaiimumab. Par Sabrina Guay Bélanger Département de Pharmacologie

Université de Sherbrooke. Résorption osseuse, ostéoclastogénèse et adaiimumab. Par Sabrina Guay Bélanger Département de Pharmacologie Université de Sherbrooke Résorption osseuse, ostéoclastogénèse et adaiimumab Projet BROCA (de l original anglais «Bone Résorption, OsteoClastogenesis and Adaiimumab») Par Sabrina Guay Bélanger Département

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

OPG/RANKL. Implication et cible thérapeutique dans l ostéoporose. > Le RANKL (receptor activator of nuclear factor-kb

OPG/RANKL. Implication et cible thérapeutique dans l ostéoporose. > Le RANKL (receptor activator of nuclear factor-kb MEDECINE/SCIENCES 2008 ; 24 : 105-9 > Le RANKL (receptor activator of nuclear factor-kb ligand) et son antagoniste naturel, l ostéoprotégérine (OPG), protéines exprimées par les ostéoblastes et leurs précurseurs,

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL***

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 85 Séance de travail Mercredi 7 février 2001 Nouvelles stratégies thérapeutiques expérimentales dans la régénération osseuse et cartilagineuse Jean-Michel SAUTIER*,

Plus en détail

Coopération fonctionnelle entre le récepteur de l IL-7 (IL- 7R) et l intégrine α2β1 dans l activation des Th17

Coopération fonctionnelle entre le récepteur de l IL-7 (IL- 7R) et l intégrine α2β1 dans l activation des Th17 Coopération fonctionnelle entre le récepteur de l IL-7 (IL- 7R) et l intégrine α2β1 dans l activation des Th17 Mémoire Claudie Arseneault Maîtrise en Microbiologie-Immunologie Maître ès sciences (M.Sc.)

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN BIOPHYSIQUE ET BIOLOGIE CELLULAIRES PAR MATHIEU DUFRESNE LES MACROPHAGES DE TYPE

Plus en détail

Structure de l os. Structure de l os. Métabolisme phosphocalcique

Structure de l os. Structure de l os. Métabolisme phosphocalcique Structure de l os Structure de l os Métabolisme phosphocalcique Répartition du calcium 1000 g os 10 g cellules 1 g liquides extracellulaires Ex homme 70 kg 1200 g hydroxyapatite rapport Ca/P 1.3-2 Ca plasmatique

Plus en détail

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B Modèle cellulaire du DNID: la cellule B L étude des conséquences du diabète NID à l échelle cellulaire se concentre bien entendu sur les atteintes subies par les cellules B pancréatiques à l origine de

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

concomitante aux formations de la racine, de l os alvéolaire, du cément et du ligament parodontal

concomitante aux formations de la racine, de l os alvéolaire, du cément et du ligament parodontal Tess & Mary. (et on vous dit une derniere fois merdemerdemerde) L ERUPTION DENTAIRE concomitante aux formations de la racine, de l os alvéolaire, du cément et du ligament parodontal I. INTRODUCTION L éruption

Plus en détail

Imagerie de l expression génique

Imagerie de l expression génique Franck Couillaud MODULE NATIONAL D'ENSEIGNEMENT DE TECHNOLOGIES AVANCEES Imagerie de l expression génique Université de Bordeaux Résonnance Magnétique des Systèmes Biologiques CNRS UMR 5536 et des thérapies

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

les Facteurs de la Coagulation

les Facteurs de la Coagulation LA COAGULATION plan Définition les Facteurs de la Coagulation Déroulement de la coagulation A. la thrombinoformation B. Fibrinoformation Les inhibiteurs physiologiques de la coagulation Définition étape

Plus en détail

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Mardi, le 13 Décembre 2011 Professeur : Dr. Eric TAROUR RT : Khadijah KHERALLAH RL :Oualid LOUMI Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Plan du cours : I) LES CYTOKINES a) Historique et classification...page

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

On peut avancer différentes explications

On peut avancer différentes explications Ostéonécrose de la mâchoire associée à un traitement par bisphosphonates : extraits du rapport de la task force de l ASBMR et recommandations françaises Risque méconnu, désinformation, rumeur : la mauvaise

Plus en détail

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked

Les différentes voies de transduction. Transduction du signal : De la membrane au noyau. Récepteurs tyrosine kinase-linked Les différentes voies de transduction Transduction du signal : De la membrane au noyau Molécules liposolubles à récepteur membranaire prostaglandines et leukotriènes Peptides et protéines récepteurs membranaires

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde Immuno-Rhumatologie pour le praticien ( Janvier 2008) La polyarthrite rhumatoïde De l immunopathologie aux traitements de la polyarthrite rhumatoïde Bernard Combe, Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie

Plus en détail

Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants?

Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants? Anti-TNFα : nouveaux médicaments, nouveaux dopants? M. MAROT*, J.-Y. PETIT, A. ORTEGA*, A. PINEAU*, Y. MAUGARS,* M. POTIRON-JOSSE* Communication présentée par le Professeur des Universités, laboratoire

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS survie 100 90 80 70 «L ECHEC» DES ANTI TNF Adalimumab Infliximab Etanercept A priori NS 1 mais sur une autre étude 2 à un an infliximimab 0.81 +

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

Données scientifiques et hypothèses

Données scientifiques et hypothèses Académie nationale de pharmacie séance thématique du 27 janvier 2010 Effets des flavonoïdes alimentaires sur la santé Conclusions : Données scientifiques et hypothèses Mécanismes potentiels des effets

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Microparticules Définition et phénomène de vésiculation

Microparticules Définition et phénomène de vésiculation Microparticules Définition et phénomène de vésiculation Master 1 pathologie humaine international 2011 Romaric Lacroix UMR-S608 INSERM/Université de la Méditerranée «Physiopathologie de l endothélium»

Plus en détail

Les voies de co-stimulation

Les voies de co-stimulation 8 ème Journée Scientifique du CRI Les voies de co-stimulation Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes systémiques rares" Le dialogue intercellulaire

Plus en détail

Hématopoïèse et vieillissement. Dr Pascal CHAIBI Service de Médecine Interne Gériatrie du Professeur Piette Hopital Charles Foix Ivry sur Seine

Hématopoïèse et vieillissement. Dr Pascal CHAIBI Service de Médecine Interne Gériatrie du Professeur Piette Hopital Charles Foix Ivry sur Seine Hématopoïèse et vieillissement Dr Pascal CHAIBI Service de Médecine Interne Gériatrie du Professeur Piette Hopital Charles Foix Ivry sur Seine Hématopoïèse normale (1) Cellules sanguines Très différenciées

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie

Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie Prix de bourse SFPO/ Académie de pharmacie IDENTIFICATION D ADAM 9 EN TANT QUE MEDIATEUR DE LA DISSEMINATION METASTATIQUE INDUITE PAR LE STRESS OXYDANT ET EVALUATION DE MODULATEURS PHARMACOLOGIQUES DE

Plus en détail

CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011)

CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011) CELLULES DENDRITIQUES ET ALLERGIE RESPIRATOIRE F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011) LE SYSTEME IMMUNITAIRE Système inné Système ancien de défense Pathogenrecognition receptors(prr) codés par des cellules germinales

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Catherine Chapel 1, Evelyne May 2, Monique Vacher 3 et D. Courant 1 1 DSV/DRR/SRBF, CEA, Fontenay aux Roses 2 CNRS UPR

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

Professeur Daniel SEIGNEURIN

Professeur Daniel SEIGNEURIN Chapitre 4 : Le tissu osseux UE 2 : Histologie Etude des tissus Professeur Daniel SEIGNEURIN Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Généralités (1)

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Le Pied de Charcot chez le Diabétique. William Jeffcoate Foot Ulcer Trials Unit, City Hospital, Nottingham, UK

Le Pied de Charcot chez le Diabétique. William Jeffcoate Foot Ulcer Trials Unit, City Hospital, Nottingham, UK Le Pied de Charcot chez le Diabétique William Jeffcoate Foot Ulcer Trials Unit, City Hospital, Nottingham, UK wjeffcoate@futu.co.uk Le Pied de Charcot chez le Diabétique 1831 Mitchell JK Tuberculose du

Plus en détail

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie Différenciation lymphocytaire T & B CM5.1 Différenciation lymphocytaire T & B Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Un médicament actif sur le cartilage améliore les articulations usées.... 3 2.1. Une protéine artificielle stoppe l'arthrite chez la

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail