I. PRISE EN COMPTE DES ENFANTS À CHARGE... 2 II. COMPTE À VUE ET REPORT D INSAISISSABILITÉ III. EN GUISE DE CONCLUSION... 25

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. PRISE EN COMPTE DES ENFANTS À CHARGE... 2 II. COMPTE À VUE ET REPORT D INSAISISSABILITÉ... 15 III. EN GUISE DE CONCLUSION... 25"

Transcription

1 Du neuf en matière de saisissabilité des revenus protégés : diminution des quotités saisissables ou cessibles pour enfant(s) à charge et report d insaisissabilité ou d incessibilité des revenus protégés versés sur un compte à vue. I. PRISE EN COMPTE DES ENFANTS À CHARGE A) UNE GENÈSE ÉPIQUE... 2 B) LE PRINCIPE : DIMINUTION DE LA QUOTITÉ SAISISSABLE OU CESSIBLE DES REVENUS PROTÉGÉS... 3 C) LA NOTION D ENFANT À CHARGE L existence d un lien de parenté privilégié entre le débiteur et l'enfant à charge :... 7 La charge économique d un enfant Un enfant économiquement dépendant Une participation financière substantielle assumée par le parent saisi... 9 D) LE RÉGIME PROCÉDURAL La déclaration d enfant(s) à charge Effet de la déclaration d enfant(s) à charge Règlement des contestations Changement de circonstances Sanctions E) ENTRÉE EN VIGUEUR ET DISPOSITIONS TRANSITOIRES Entrée en vigueur Dispositions transitoires II. COMPTE À VUE ET REPORT D INSAISISSABILITÉ A) PRÉAMBULE B) PRINCIPES C) INAPPLICABILITÉ DE LA RÈGLE DU CUMUL D) LES CODES À MENTIONNER Attribution d un code particulier aux versements de revenus protégés Sanctions E) RÈGLES PROBATOIRES Présomption Preuve par toutes voies de droit F) DURÉE DE LA PROTECTION ET CALCUL DE LA FRACTION SAISISSABLE Une protection de base de 30 jours Computation des délais Effectivité du report Deux exemples ) Compte à vue d un travailleur salarié avec un enfant à charge : ) Compte à vue d une personne sans enfant à charge bénéficiant d une allocation de chômage : 22 G) PROCÉDURE & CONTESTATION Procédure de calcul a) Obligation d information dans le chef de l organisme de crédit b) Auteur du calcul des montants insaisissables Procédure en cas de contestation L obligation du tiers saisi ou tiers cédé de vider ses mains III. EN GUISE DE CONCLUSION Page 1 sur 25

2 Janvier 2007 restera sans doute gravé dans bien des mémoires suite à l entrée en vigueur de deux législations espérées d assez longue date en matière d insaisissabilité ou d incessibilité : l une concerne ce qu il est convenu d appeler la majoration pour enfant à charge et l autre est relative au report d insaisissabilité ou d incessibilité des revenus protégés versés au crédit d un compte à vue. Les mécanismes mis en place présentent une technicité relativement complexe, sinon rebutante, et au surplus pas toujours bien articulée avec les règles existantes. Puissent les quelques commentaires qui suivent venir quelque peu en aide aux praticiens. I. Prise en compte des enfants à charge. A) Une genèse épique. On se souviendra de la loi du 24 mars 2000 par laquelle le législateur entendait poursuivre deux objectifs : d une part, ajouter une nouvelle tranche d insaisissabilité ou d incessibilité partielle des revenus du travail 1 afin de favoriser ceux-ci par rapport aux revenus dits de remplacement et inciter de la sorte à la recherche d un emploi et, d autre part, majorer la quotité insaisissable ou incessible des revenus protégés 2 de 50 euros (2.000 BEF) par enfant à charge. 3 L application de cette majoration présupposait toutefois que soit définie la notion d enfant à charge, tâche dévolue au Roi. 4 Il aura fallu patienter près de sept années pour que, trois lois, sept arrêtés royaux et un arrêté ministériel plus tard, 5 cette protection complémentaire en faveur des personnes ayant des enfants à charge devienne enfin réalité. 6 Les jalons de cette protection complémentaire en faveur des personnes ayant des enfants à charge ont été jetés aux termes de deux arrêtés royaux du 27 décembre 2004 : l un portant exécution des articles 1409, 1er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif 1 Voyez l article 1409, 1 er, du Code judiciaire. 2 On rappelle que cette majoration vise les revenus du travail (art. 1409, 1 er, al. 4, du Code judiciaire), les revenus provenant d autres activités (art. 1409, 1bis, al. 4, du Code judiciaire), les revenus de remplacement (art. 1410, 1 er, du Code judiciaire) et les «autres revenus» (art bis du Code judiciaire). N oublions pas d autre part qu il faut depuis le 9 janvier 2006 appliquer aux pécules de vacances les quotités saisissables afférentes aux revenus du travail et non plus celles relatives aux prestations sociales. Les articles 1409 et 1410 du Code judiciaire ont en effet été modifiés en ce sens par la loi du 27 décembre 2005 portant des dispositions diverses (M.B. du 30 décembre 2005 art.. 2 et 3). 3 A propos de cette loi, consultez : P. WALLEMACQ, La loi du 24 mars 2000 modifiant les articles 1409, 1409 bis, 1410 et 1411 du Code judiciaire, en vue d adapter la quotité non cessible ou non saisissable de la rémunération, Rev. Not., 2000, pp. 474 sv.. 4 G. de LEVAL, La majoration de la quotité saisissable pour enfant à charge : une règle insaisissable?, note sous Civ. Marche-en- Famenne, j.s., 26 juillet 2001, J.L.M.B., 2001, p Arrêté royal du 8 avril 2003 portant exécution des articles 1409, par. 1er, alinéa 4, et 1409, par. 1erbis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ; arrêté royal du 23 juin 2003 modifiant l'arrêté royal du 8 avril 2003 portant exécution des articles 1409, par. 1er, alinéa 4, et 1409, par. 1erbis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ; arrêté royal du 18 décembre 2003 abrogeant l'arrêté royal du 8 avril 2003 portant exécution des articles 1409, 1er, alinéa 4, et 1409, 1erbis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ; article 377, de la loi programme du 22 décembre 2003 ; arrêté royal du 27 décembre 2004 portant exécution des articles 1409, 1er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ; arrêté royal du 27 décembre 2004 fixant les règles gouvernant la charge de la preuve ainsi que les règles de procédures pour l'exécution de l'article 1409, 1er, alinéa 4 et 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire ; loi du 30 mai 2005 portant confirmation de l'arrêté royal du 27 décembre 2004 fixant les règles gouvernant la charge de la preuve ainsi que les règles de procédures pour l'exécution de l'article 1409, 1er, alinéa 4, et 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire ; loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses (chapitre VIII) ; arrêté royal du 23 novembre 2006 modifiant l'arrêté royal du 27 décembre 2004 portant exécution des articles 1409, 1 er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ainsi que l'arrêté royal d'exécution du Code des impôts sur les revenus 1992 ; arrêté ministériel du 23 novembre 2006 fixant le modèle de formulaire de déclaration d'enfant à charge. 6 A propos de ce long parcours chaotique, voyez Question n 154 du 27 janvier 2004 de M. François Bellot, Questions et Réponses, Chambre, 1 er mars 2004, p ; F. GEORGES, La majoration des montants insaisissables par enfant à charge, Act. dr., 2003, pp Page 2 sur 25

3 à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge et l autre fixant les règles gouvernant la charge de la preuve ainsi que les règles de procédures pour l'exécution de l'article 1409, 1er, alinéa 4 et 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire. Remanié par un arrêté royal du 23 novembre 2006, l arrêté relatif à la limitation de la saisissabilité a subi une cure de jouvence s'inscrivant dans le prolongement des modifications apportées en cette matière par la loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses. Ces modifications, davantage techniques, avaient un triple objectif : - déterminer le mode de calcul des revenus d'un enfant à charge selon un mécanisme propre et non plus par référence au Code des impôts sur les revenus ; - faire concorder l entrée en vigueur des deux arrêtés royaux du 27 décembre 2004, ceux-ci étant indissociablement liés puisque le premier définit la notion d enfant à charge tandis que le second détermine le régime probatoire applicable à cette notion ; - généraliser le mécanisme de majoration à toutes les procédures de saisie-arrêt exécution, y compris celles en forme simplifiée prévues en matière d impôts sur les revenus 7, comme c était au demeurant déjà le cas pour celles prévues par le Code de la TVA. 8 B) Le principe : diminution de la quotité saisissable ou cessible des revenus protégés. A l origine, la loi du 24 mars 2000 prévoyait, par enfant à charge, une majoration forfaitaire des tranches de saisissabilité ou de cessibilité des revenus protégés. Désormais, avec la loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses, 9 c est une diminution de la quotité saisissable ou cessible qui est prévue. Pour 2007, cette diminution s élève à un montant forfaitaire de 57 euros par enfant à charge. 10 On sera attentif au fait que le système actuel basé sur la diminution de la quotité saisissable est, en certains cas, plus favorable au débiteur que le système initial qui prévoyait une majoration des montants planchers et plafonds des tranches de revenus. Prenons quatre exemples : 1) Celui d une personne qui, en 2007, bénéficie d une indemnité de mutuelle nette de 1203,85 euros par mois : o Calcul de la quotité saisissable/cessible en l absence d enfant à charge : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,00 103,00 40% 41,20 95, , ,85 6,85 100% 6,85 102,65 Total saisissable : 102,65 7 Art. 164, 1 er, de l'arrêté royal d'exécution du Code d'impôt sur les revenus Art. 85 bis, C. TVA (modifié par l art. 20 de la loi du 20 juillet 2006). 9 Moniteur belge du 28 juillet 2006 art. 15 à 29, repris sous le chapitre VIII intitulé «Majoration des quotités insaisissables ou incessibles pour enfant à charge». 10 Arrêté royal du 5 décembre 2006 portant exécution de l'article 1409, 2, du Code judiciaire (Moniteur belge du ). Aux termes de l'article 1409, 2, du Code judiciaire, les nouveaux montants indexés sont applicables à partir du 1 er janvier de l'année suivant celle de leur adaptation, à savoir en l occurrence le 1 er janvier 2007, et cela même s ils portent sur des revenus exigibles avant le Page 3 sur 25

4 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la majoration : - 980,00 980,00 0% , ,00 69,00 20% 13,80 13, , ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,85 52,85 40% 21,14 75, , ,85-100% - 75,74 Total saisissable : 75,74 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la diminution : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,00 103,00 40% 41,20 95, , ,85 6,85 100% 6,85 102,65 On relève ainsi une différence de 30,09 euros 102,65 Diminution pour 1 enfant à charge : - 57,00 Total saisissable : 45,65 2) Celui d une personne qui, en 2007, bénéficie d une indemnité de mutuelle nette de 1602,03 euros par mois : o Calcul de la quotité saisissable/cessible en l absence d enfant à charge : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,00 103,00 40% 41,20 95, , ,03 405,03 100% 405,03 500,83 Total saisissable : 500,83 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la majoration : - 980,00 980,00 0% , ,00 69,00 20% 13,80 13, , ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,00 103,00 40% 41,20 95, , ,03 348,03 100% 348,03 443,83 Total saisissable : 443,83 Page 4 sur 25

5 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la diminution : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 40% 40,80 54, , ,00 103,00 40% 41,20 95, , ,03 405,03 100% 405,03 500,83 500,83 Diminution pour 1 enfant à charge : - 57,00 On ne relève ici aucune différence entre les deux méthodes. Total saisissable : 443,83 3) Celui d un travailleur qui, en 2007, bénéficie d une rémunération mensuelle nette de 1203,85 euros : o Calcul de la quotité saisissable/cessible en l absence d enfant à charge : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,00 103,00 40% 41,20 85, , ,85 6,85 100% 6,85 92,45 Total saisissable : 92,45 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la majoration : - 980,00 980,00 0% , ,00 69,00 20% 13,80 13, , ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,85 52,85 40% 21,14 65, , ,85-100% - 65,54 Total saisissable : 65,54 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la diminution : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,00 103,00 40% 41,20 85, , ,85 6,85 100% 6,85 92,45 92,45 Diminution pour 1 enfant à charge : - 57,00 Total saisissable : 35,45 Page 5 sur 25

6 On relève ainsi une différence de 30,09 euros selon la méthode adoptée. 4) Celui d un travailleur qui, en 2007, bénéficie d une rémunération mensuelle nette de 1602,03 euros : o Calcul de la quotité saisissable/cessible en l absence d enfant à charge : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,00 103,00 40% 41,20 85, , ,03 405,03 100% 405,03 490,63 Total saisissable : 490,63 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la majoration : - 980,00 980,00 0% , ,00 69,00 20% 13,80 13, , ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,00 103,00 40% 41,20 85, , ,03 348,03 100% 348,03 433,63 Total saisissable : 433,63 o Calcul de la quotité saisissable/cessible avec un enfant à charge selon le système de la diminution : - 923,00 923,00 0% ,00 992,00 69,00 20% 13,80 13,80 992, ,00 102,00 30% 30,60 44, , ,00 103,00 40% 41,20 85, , ,03 405,03 100% 405,03 490,63 490,63 Diminution pour 1 enfant à charge : - 57,00 On ne relève ici aucune différence entre les deux méthodes. Total saisissable : 433,63 En synthèse, on retiendra que le mécanisme retenu basé sur une diminution de la quotité saisissable ou cessible favorise les «bas revenus». Notons que cette diminution n est pas applicable lorsqu une saisie, une cession ou une délégation de sommes est mise en œuvre à la requête d un créancier alimentaire 11 ou d un créancier d une astreinte tendant à assurer le respect d une décision en matière d hébergement d enfant Art. 1412, 1 et 2, du Code judiciaire. 12 Art. 1412, 3, du Code judiciaire. Pour autant que le juge ait dit que pour l exécution de cette astreinte l article 1412 du Code judiciaire était applicable (voyez à ce propos l article 387 ter du Code civil inséré par l article 4 de la loi du 18 juillet 2006 tendant à privilégier l'hébergement égalitaire de l'enfant dont les parents sont séparés et réglementant l'exécution forcée en matière d'hébergement d'enfant - Moniteur belge du 4 septembre 2006 entrée en vigueur le 14 septembre 2006). Page 6 sur 25

7 N en découle-t-il pas une situation discriminatoire? En effet, si le débiteur est poursuivi par un créancier alimentaire (art du Code judiciaire), aucune protection n est prévue en faveur des enfant(s) qui sont à sa charge, alors que, dans les autres cas, le débiteur bénéficie en faveur de ces derniers d une «insaisissabilité» partielle majorée. Certes, on peut admettre toute la pertinence des rigueurs découlant de l application de l article 1412 du Code judiciaire dont la finalité est le recouvrement efficace et rapide d une créance à caractère alimentaire, 13 mais est-il justifié de maintenir ce régime sans exception lorsqu il s agit par ailleurs de protéger d autres créanciers alimentaires (les enfants à charge du débiteur)? C) La notion d enfant à charge. Pour déterminer ce qu est un «enfant à charge», deux critères cumulatifs ont été retenus : le premier est lié à la parenté tandis que le second est de nature économique. 14 L existence d un lien de parenté privilégié entre le débiteur et l'enfant à charge : Au départ d une prémisse évidente consistant à dire qu avoir un enfant à charge implique de participer ou d assumer les frais d'hébergement, d'entretien ou d'éducation, l arrêté royal requiert l existence d un lien de filiation au premier degré. Mais compte tenu de l évolution des structures familiales, il est aussi tenu compte du "parent social". Selon le rapport au Roi, «cette notion vise tant le partenaire d un parent qui a reconstitué une nouvelle cellule familiale que le grand-parent ou toute autre personne qui assume, en remplacement du ou des parents, l hébergement, l entretien ou l éducation de l enfant. Le critère déterminant doit être celui d un lien privilégié et du rôle assumé, aux côtés ou en substitution de l un ou des deux parents». Au plan probatoire, rien n est spécialement exigé. Le débiteur devra seulement mentionner, dans le formulaire de déclaration, l identité des enfants qui sont à sa charge et le lien de parenté existant entre eux («père / mère / beau-père / belle-mère / autre, à préciser :»). La preuve du contraire peut évidemment être administrée. La charge économique d un enfant. Ce critère économique tient compte de deux paramètres : il faut tout d abord que l enfant ne soit pas en mesure de subvenir seul à ses besoins et ensuite que l intervention financière du «parent» dans les frais d hébergement, d entretien ou d éducation soit substantielle. Un enfant économiquement dépendant. Seules les personnes de moins de vingt-cinq ans accomplis 15 ou placées sous statut de minorité prolongée 16 peuvent être considérées comme enfant à charge, pour autant que, dans les douze 13 Voyez toutefois les propositions visant à réserver au débiteur un minimum vital (équivalant au revenu d intégration sociale), même en cette hypothèse : Ch , 4/3/1996, Proposition de loi modifiant l'article 1412 du Code judiciaire ; Ch , 16/03/2001, Proposition de loi modifiant l'article 1412 du Code judiciaire en vue d'établir un montant minimum vital insaisissable pour toutes les rémunérations et les prestations sociales ; adde : art. 16, 2, de la loi du 21 février 2003 créant un Service des créances alimentaires au sein du SPF Finances : contrairement aux règles de droit commun, le recouvrement d aliments par ce service ne peut être effectué aussi longtemps que le débirentier bénéficie du revenu d'intégration ou ne dispose que de ressources d'un montant inférieur ou égal au montant du revenu d'intégration auquel il aurait droit ; en outre, il ne peut avoir pour effet de faire descendre les ressources du débiteur au-dessous du montant du revenu d'intégration auquel il aurait droit.. 14 Art. 1 er, A.R. du 27 décembre 2004 portant exécution des articles 1409, 1 er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge. 15 L'âge pris en considération tient compte de la durée normale des études universitaires les plus longues. 16 Voyez les articles 487 bis à 487 octies du Code civil. «Le mineur dont il est établi qu'en raison de son arriération mentale grave, il est et paraît devoir rester incapable de gouverner sa personne et d'administrer ses biens, peut être placé sous statut de minorité prolongée. Par arriération mentale grave, il faut entendre un état de déficience mentale congénitale ou ayant débuté au cours de la Page 7 sur 25

8 mois qui précèdent la demande d application de la diminution (soit le jour où la déclaration pour enfant à charge est introduite), elles n aient pas bénéficié de ressources nettes supérieures aux montants suivants (indexés annuellement 17 ) : euros si le parent titulaire de revenus saisis ou cédés est cohabitant ; euros si le parent titulaire de revenus saisis ou cédés est isolé ; euros si l'enfant a le statut d'handicapé au sens de l article 135 du CIR/ Les montants à prendre en considération sont ceux en vigueur au moment où la déclaration est introduite. Les ressources visées sont entre autres les revenus du travail, les revenus provenant d'immeubles et de capitaux à l'exclusion des ressources visées à l'article 143 du Code d'impôt sur les revenus 1992 et des indemnités visées à l'article 10 de la loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des volontaires. 19 Au plan probatoire, le débiteur est tenu de mentionner dans le formulaire de déclaration la date de naissance de l enfant qui est à sa charge 20 et, s agissant des éventuelles ressources dont cet enfant bénéficierait, il doit déclarer sur l honneur que ce dernier n exerce pas d activité rémunérée ou ne bénéficie pas de revenus propres excédant les montants fixés ou encore que ses revenus ont fait l objet d une déclaration fiscale commune. La preuve contraire peut bien sûr être rapportée. petite enfance, caractérisé par un manque de développement de l'ensemble des facultés intellectuelles, affectives et volitives. La même mesure peut être prise à l'égard d'un majeur dont il est établi qu'il se trouvait durant sa minorité dans les conditions prévues aux alinéas précédents. Celui qui se trouve sous statut de minorité prolongée est, quant à sa personne et à ses biens, assimilé à un mineur de moins de quinze ans.» 17 Voy. art. 1er, al. 5 à 8, A.R. du 27 décembre 2004 portant exécution des articles 1409, 1er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge : «Les montants fixés à l'alinéa précédent sont adaptés, chaque année, compte tenu de l'évolution de l'indice des prix à la consommation calculé et nommé à cet effet, tel que prévu dans l'arrêté royal du 24 décembre 1993 portant exécution de la loi du 6 janvier 1989 de sauvegarde de la compétitivité du pays, du mois d'octobre de chaque année. L'indice de départ est celui du mois d'octobre Chaque augmentation ou diminution de l'indice entraîne une augmentation ou une diminution des montants conformément à la formule suivante : le nouveau montant est égal au montant de base, multiplié par le nouvel indice et divisé par l'indice de départ. Le résultat est arrondi à l'euro supérieur. Les nouveaux montants sont publiés par avis au Moniteur belge. Ils entrent en vigueur le 1 er janvier de l'année suivant celle de leur adaptation.» 18 «Est considéré comme handicapé: 1 ) celui dont il est établi, indépendamment de son âge, qu'en raison de faits survenus et constatés avant l'âge de 65 ans: soit son état physique ou psychique a réduit sa capacité de gain à un tiers ou moins de ce qu'une personne valide est en mesure de gagner en exerçant une profession sur le marché général du travail; soit son état de santé provoque un manque total d'autonomie ou une réduction d'autonomie d'au moins 9 points, mesurés conformément aux guide et échelle médico-sociale applicables dans le cadre de la législation relative aux allocations aux handicapés; soit, après la période d'incapacité primaire prévue à l'article 87 de la loi relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994, sa capacité de gain est réduite à un tiers ou moins comme prévu à l'article 100 de la même loi coordonnée; soit, par une décision administrative ou judiciaire, qu'il est handicapé physiquement ou psychiquement ou en incapacité de travail de façon permanente pour au moins 66 % ; 2 ) l'enfant atteint à 66 % au moins d'une insuffisance ou d'une diminution de capacité physique ou psychique du chef d'une ou de plusieurs affections. Le Ministre des Finances ou son délégué désigne, pour l'application de la loi fiscale, les autorités chargées d'établir la situation des handicapés.» 19 Art. 143 CIR/ Pour déterminer le montant net des ressources, il est fait abstraction: 1) des allocations familiales, des allocations de naissance et des primes d'adoption légales, ainsi que des bourses d'études et des primes à l'épargne prénuptiale ; 2) des allocations à charge du Trésor qui sont octroyées aux handicapés (N.B. : l'article 143, 2 viole les articles 10 et 11 de la Constitution en ce qu'il ne vise pas les indemnités d'assurance maladie-invalidité octroyées aux handicapés qui viennent en déduction des allocations octroyées en vertu de la loi du 27 février 1987, sans que le montant à prendre en considération puisse être supérieur au montant des allocations octroyées en vertu de cette loi - C.A., n 86/2006, 24 mai 2006, M.B., 14 août 2006) ; 3) des pensions, rentes et allocations en tenant lieu visées à l'article 34 qui sont perçues par des personnes visées à l'article 132, alinéa 1 er, 7, à concurrence de EUR par an (montant indexé pour l exercice d'imposition 2007 : ,00 EUR) ; 4) des rémunérations perçues par des handicapés visés à l'article 135, en raison de leur emploi dans un atelier protégé reconnu ; 5) des rentes alimentaires ou rentes alimentaires complémentaires payées au contribuable après la période imposable à laquelle elles se rapportent, en exécution d'une décision judiciaire qui en a fixé ou augmenté le montant avec effet rétroactif ; 6) des rentes alimentaires visées à l'article 90, 3, qui sont attribuées aux enfants, à concurrence de 1800 EUR par an (montant indexé pour l exercice d'imposition 2007 : 2610,00 EUR) ; 7) des rémunérations perçues par des étudiants visés au titre VII de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, à concurrence de 1500 EUR par an (montant indexé pour l exercice d'imposition 2007 : 2170,00 EUR).. 20 On regrettera que le formulaire établi par arrêté ministériel ne réserve pas expressément une rubrique visant l hypothèse d une personne placée sous statut de minorité prolongée, mais il est clair qu en pareil cas, le débiteur sera tenu de le préciser, singulièrement s il s agit d une personne âgée de plus de 25 ans. Page 8 sur 25

9 Une participation financière substantielle assumée par le parent saisi. Conformément au droit commun, 21 la preuve de cette participation financière «substantielle» dans les frais d hébergement, d entretien ou d éducation de l enfant déclaré à charge doit être fournie par le débiteur. Dans deux cas cependant, cette condition est considérée comme étant remplie «en tout état de cause». 22 Tout d abord, lorsque l enfant à charge cohabite de manière durable avec le débiteur, même si ce n est pas de manière exclusive ou continue. On vise ici, précise le rapport au Roi, la situation des enfants vivant sous un mode de «garde partagée», afin de protéger les revenus du partenaire du parent. Si, dans les travaux préparatoires, 23 la situation visée est celle «d une garde conjointe des enfants», 24 à l article 1 er de l arrêté royal du 27 décembre 2004, 25 il est par contre question d une «cohabitation durable, même ci-celle-ci n est pas exclusive ou continue». S en déduit-il qu en matière de saisissabilité, la protection majorée n implique pas nécessairement un hébergement purement égalitaire? On serait tenter de distinguer selon qu il y a hébergement, égalitaire ou non, ou seulement droit aux relations personnelles, la protection n étant pas applicable en ce dernier cas à défaut d un hébergement suffisamment durable. Mais est-ce à dire que le parent qui reçoit son enfant un week-end sur deux et durant la moitié des vacances ne répondrait pas à l exigence d une cohabitation «durable»? On incline à penser le contraire, dès lors que même s il s agit d un hébergement que d aucuns qualifieraient de «secondaire», il n en est pas moins répété présentant ainsi une certaine stabilité temporelle qui peut lui donner un caractère «durable». Au plan probatoire, l article 1409 quater du Code judiciaire énonce que, sans préjudice d autres modes de preuve, deux documents établissent «à suffisance de droit» la qualité d enfant à charge résultant d une cohabitation durable : le certificat de composition de ménage établissant la résidence de l'enfant au domicile du bénéficiaire des revenus saisis ou cédés ; la décision judiciaire ou la convention établissant la garde partagée, ainsi qu'une déclaration sur l'honneur que ce jugement ou cet accord est respecté. Le deuxième cas dans lequel l intervention financière du débiteur doit de plein droit être considérée comme substantielle concerne la situation du titulaire des revenus saisis ou cédés qui verse une part contributive d un montant supérieur à la diminution du montant qui est saisissable ou cessible (soit 57 en 2007). En cette hypothèse, seul le débiteur de cette part contributive est protégé par la majoration du montant immunisé. A nouveau, et toujours sans préjudice d autres modes de preuve, l article 1409 quater du Code judiciaire attribue une force probante particulière à deux types de documents : 21 Art du Code civil et art. 870 du Code judiciaire. 22 Ces termes laissent penser qu il s agit d une présomption légale irréfragable ne laissant plus de place pour un éventuel pouvoir d appréciation dans le chef du juge saisi d une contestation à cet égard. 23 Doc. Parl., Chambre, sess , n 383/003, pp On parlait jadis de garde alternée ou partagée. Après la loi du 13 avril 1995, le terme d hébergement (alterné) est apparu. Fiscalement on évoque plutôt la garde conjointe (art. 132bis CIR/92). Depuis la loi du 18 juillet 2006 tendant à privilégier l'hébergement égalitaire de l'enfant dont les parents sont séparés et réglementant l'exécution forcée en matière d'hébergement d'enfant, entrée en vigueur le 14 septembre 2006, il faut désormais parler d hébergement égalitaire ou non-égalitaire (art. 374, 2, du Code civil). 25 Celui portant exécution des articles 1409, 1 er, alinéa 4, et 1409, 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge. Page 9 sur 25

10 l'attestation délivrée par un organisme assureur 26 dans le cadre de l'assurance soins de santé établissant que l'enfant est à charge du titulaire des revenus saisis ou cédés, au sens de la législation sur l'assurance soins de santé ; 27 les extraits de compte 28 établissant le versement régulier d'une part contributive d'un montant supérieur à la majoration du montant insaisissable postulé. Ces quatre documents privilégiés, démontrant «à suffisance de droit» l existence d un enfant à charge, valent uniquement jusqu à preuve du contraire, mais si l un d eux est joint à la déclaration d enfant(s) à charge, le tiers entre les mains duquel une saisie ou une cession a été mise en œuvre est tenu d y avoir égard en appliquant d office la majoration, même s il y a contestation de la part du saisissant. 29 D) Le régime procédural. La déclaration d enfant(s) à charge. Pour bénéficier, du chef d enfant(s) à charge, de la diminution de la quotité saisissable ou cessible, le débiteur saisi ou le titulaire des revenus cédés doit en faire la déclaration au moyen du formulaire-modèle arrêté par le ministre de la Justice. 30 Il sera mis en possession de ce formulaire-modèle : en cas de saisie-arrêt : par l huissier de justice qui, est tenu de joindre le formulaire à l exploit de dénonciation de la saisie signifié au débiteur, et ce à peine de nullité 31 de l acte de dénonciation ; 32 en cas de saisie-arrêt fiscale en forme simplifiée : par le receveur compétent ou le fonctionnaire chargé du recouvrement qui est tenu de joindre le formulaire à la dénonciation de la saisie notifiée par pli recommandé à la poste au débiteur, et ce à peine de nullité de l acte de dénonciation ; 33 en cas de cession de rémunération consentie dans le respect des dispositions de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs : par le créancier cessionnaire qui, lorsqu il notifie au débiteur son intention d exécuter la cession, doit joindre à son envoi le formulaire-modèle, et ce à peine de nullité de cette notification ; 34 en cas de cession de rémunération constatée par acte authentique : par le notaire instrumentant qui est tenu d informer le cédant du mécanisme de majoration pour 26 Ont la qualité d organisme assureur au sens de l article 2 de la loi relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994 : les unions nationales de mutualités, la Caisse auxiliaire d'assurance maladie-invalidité et la Caisse des soins de santé de la S.N.C.B. Holding. 27 Pour la notion d enfant à charge au sens de la législation sur l assurance soins de santé, voyez les articles 123 à 127 de l arrêté royal du 3 juillet 1996 portant exécution de la loi relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet L utilisation du pluriel requiert au moins la production de deux extraits bancaires consécutifs, pensons-nous, puisqu il s agit de rapporter la preuve du paiement régulier de la part contributive. 29 S il y a contestation, il doit alors conserver entre ses mains les montants provenant de la diminution de la quotité saisissable ou cessible jusqu à ce qu une décision intervienne (art ter, 3, du Code judiciaire). 30 Voyez l arrêté ministériel du 23 novembre 2006 fixant le modèle de formulaire de déclaration d'enfant à charge (Moniteur belge du , Ed. 2, p et sv.). 31 Il s agit d une nullité entrant dans le champ d application de la théorie des nullités (art. 861 à 867 du Code judiciaire). 32 Art. 1457, 2, (en cas de saisie-arrêt conservatoire soulignons que le formulaire peut le cas échéant être transmis par le saisissant ou son conseil, puisqu une saisie-arrêt conservatoire peut aussi être dénoncée au débiteur saisi par lettre recommandée à la poste avec accusé de réception) et 1539, al. 5, (en cas de saisie-arrêt exécutoire) du Code judiciaire. 33 Art. 164, 1 er, al. 4, A.R. du d exécution du C.I.R./1992 et art. 85 bis, 1 er, al. 4, C. TVA. 34 Art. 28 bis, loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. Seule la notification procédurale visée à l article 28, 1 de la loi pourra en ce cas être invalidée sans que l acte de cession soit pour autant annulé. Page 10 sur 25

11 enfant à charge et de lui remettre le formulaire standard, le tout à peine de nullité procédurale de la cession ; 35 en cas de cession de créance mise en œuvre en vertu de l article 1690 du Code civil : par le créancier cessionnaire 36 qui, lorsqu il notifie la cession au débiteur cédé pour la lui rendre opposable, doit désormais en aviser aussi le cédant et lui notifier à cette occasion le formulaire-modèle, le tout à peine de nullité procédurale de la cession. 37 Dans tous les cas, le défaut de transmission du formulaire est sanctionné par une nullité procédurale qui n atteint pas l acte de base, mais est susceptible d invalider la mise en œuvre procédurale de la mesure pratiquée. 38 Au plan formel, le débiteur doit 39 remettre le formulaire 40, contre récépissé, au tiers saisi ou tiers cédé et, en copie, au créancier 41 ou leur adresser celui-ci par lettre recommandée. Toutefois, qu il y ait plusieurs saisissants et/ou cessionnaires ou même situation de concours impliquant plusieurs créanciers, une seule déclaration suffit. 42 Aussi, en cas de contestation sur l applicabilité de la majoration, la décision du juge est réputée contradictoire à l égard de tous les créanciers. 43 Effet de la déclaration d enfant(s) à charge. 44 Aucun délai n est imposé au débiteur pour faire une telle déclaration, mais tout retard de sa part diffèrera ipso facto l application de la diminution de la quotité saisissable ou cessible, sa demande tardive ne pouvant avoir d effet que pour l avenir. Lorsqu elle est mise en œuvre, la déclaration porte effet dès le mois qui suit sa réception par le tiers saisi ou tiers cédé pour autant que celui-ci dispose d'un délai de dix jours ouvrables avant la date habituelle du paiement. Pour la prise de cours du délai, il y a lieu, en cas d utilisation du pli recommandé, de se référer à l article 53 bis du Code judiciaire qui énonce qu «à l égard du destinataire, et sauf si la loi en dispose autrement, les délais qui commencent à courir à partir d une notification sur support papier sont calculés depuis : 1 lorsque la notification est effectuée par pli judiciaire ou par courrier recommandé avec accusé de réception, le premier jour qui suit celui où le pli a été présenté au domicile du destinataire, ou, le cas échéant, à sa résidence ou à son domicile élu; 35 Art. 34, al. 2, loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. S il est question d une nullité «procédurale» de la cession, c est parce que seule la mise en œuvre effective de la cession risque d être invalidée, l acte authentique et la sûreté qu il contient restant saufs. 36 Voire par l huissier instrumentant si, à la demande du créancier cessionnaire, la cession est signifiée au lieu d être notifiée par voie postale. 37 Art. 1690, 2, du Code civil. A nouveau, s il est question d une nullité «procédurale» de la cession, c est parce que seule la mise en œuvre effective de la cession risque d être invalidée, la convention contenant la cession restant sauve. 38 «La nullité est régie par les articles 860 et suivants du code judiciaire. Elle est donc soumise à l existence d un préjudice pour le saisi et n exclut pas une régularisation totale ou partielle sur la base de l article 867 du Code judiciaire. Le cas échéant, l article 866 du Code judiciaire est applicable.» (Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p. 36). 39 Aucune sanction n est prévue, mais si une contestation surgit à ce propos, le fardeau probatoire reposera sur les épaules du débiteur qui sera donc bien avisé de se réserver une preuve de ses diligences. 40 L utilisation du formulaire n est pas prescrite à peine de nullité, mais la déclaration du débiteur doit être conforme au modèle arrêté et donc contenir les mentions y prévues, faute de quoi le tiers saisi ou tiers cédé n est pas tenu de donner effet à la demande de diminution de la quotité saisissable ou cessible (art ter, 2, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 2, et 34 bis, 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs). 41 Et non à l huissier qui, le cas échéant, serait intervenu pour signifier une saisie ou une cession, comme il en avait un temps été question dans la précédente mouture du texte. 42 Art ter, 1 er, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 1 er, et 34 bis, 1 er, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. 43 Art ter, 3, al. 7, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 3, al. 7 et 34 bis, 3, al. 7, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. 44 Art ter, 2, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 2, et 34 bis, 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. Page 11 sur 25

12 2 lorsque la notification est effectuée par pli recommandé ou par pli simple, depuis le troisième jour ouvrable qui suit celui où le pli a été remis aux services de la poste, sauf preuve contraire du destinataire.» Par ailleurs, le tiers saisi ou tiers cédé n a l obligation d appliquer d office la majoration d insaisissabilité ou d incessibilité que si deux conditions sont réunies : - le débiteur doit lui avoir remis le formulaire modèle dûment complété et signé par lequel, notamment, il déclare sur l'honneur que l'enfant ne dispose pas de revenus d'un montant supérieur à celui déterminé par le Roi ou que ses revenus ont fait l'objet d'une déclaration fiscale commune ; - la qualité d'enfant à charge doit être rapportée selon l un des modes de preuve privilégiés prévus à l article 1409 quater du Code judiciaire. Si la déclaration n est pas accompagnée d un des quatre documents visés par cette disposition, le tiers saisi ou tiers cédé jouit alors d un pouvoir d appréciation : 45 sans que sa responsabilité semble pouvoir être engagée, à moins d une fraude aux créanciers, 46 il lui revient, à l examen de la pertinence des autres moyens de preuve communiqués, d appliquer d emblée ou non la protection majorée. S il s y refuse, le débiteur peut contester sa décision ; inversement, s il y procède, le créancier peut émettre des griefs. Dans les deux cas, il en sera alors référé à Justice. Règlement des contestations. En cas de cession de rémunération consentie dans le respect des dispositions de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs, la contestation du créancier ou du débiteur est portée devant le juge de paix du canton du domicile du cédant. 47 Dans les autres cas (saisie-arrêt de droit commun, saisie-arrêt fiscale en forme simplifiée, cession de rémunération constatée par acte authentique, cession de créance sur pied de l article 1690 du Code civil), les éventuelles contestations sont soumises au juge des saisies du domicile du débiteur. 48 En exemption de tout droit de greffe, 49 le juge est saisi par simple déclaration écrite déposée ou adressée au greffe. Il doit se prononcer «toutes affaires cessantes», c est-à-dire au bénéfice de l urgence Voyez le rapport au Roi précédant l A.R. du fixant les règles gouvernant la charge de la preuve ainsi que les règles de procédures pour l'exécution de l'article 1409, 1er, alinéa 4, et 1er bis, alinéa 4, du Code judiciaire : «Si la déclaration est accompagnée d'un des documents auxquels est attachée la valeur probante particulière, le débiteur cédé a l'obligation d'en tenir compte. Dans les autres cas, il apprécie la pertinence des pièces produites. Les contestations relatives aux décisions des [huissiers suite à la modification intervenue à ce niveau, il faut désormais lire :] tiers saisis ou débiteurs cédés sont portées devant le juge des saisies.» 46 On peut en effet lire ce qui suit dans les travaux préparatoires de la loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses (Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p. 34) : «Le tiers-saisi ne peut engager sa responsabilité en se fiant au formulaire et à la déclaration assortie de la preuve suffisante au sens de l article 1409quater. Son contrôle et son pouvoir d appréciation sont très limités. Il s agit d un contrôle documentaire et, s il s avère négatif, la majoration ne pourra s effectuer que sur la base d une décision du juge voire d un accord des parties, sous réserve, en ce cas, d une fraude paulienne. Si les pièces produites s avèrent insuffisamment précises ou incomplètes même si elles sont conformes aux spécifications du formulaire, le tiers-saisi conserve un pouvoir d appréciation marginal et apprécie la mesure dans laquelle un complément d information peut s avérer utile. En cette hypothèse le tiers-saisi disposera de très peu de temps compte tenu de la date de l éventuelle prise d effet de la déclaration. Tout doute raisonnable empêchera dès lors l application de la majoration par le tiers-saisi.» On n en reste pas moins sceptique car on ne voit pas de raison d accorder une immunité inconditionnelle au tiers saisi ou tiers cédé alors qu il peut être l auteur d une faute manifeste ou d une coupable négligence. 47 Art. 31 bis, 3, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. 48 Art ter, 3, du Code judiciaire ; art. 34 bis, 3, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs ; art. 1690, 2, du Code civil. 49 Art. 269/1, al. 4 (inséré par l'art. 9 de l'a.r. du 27 décembre 2004 et remplacé par l'art. 25 de la loi du 20 juillet 2006) du Code des droits d'enregistrement, d'hypothèque et de greffe. 50 «Le principe est qu il s agit d un contentieux, par définition urgent, non susceptible d être étendu par connexité à d autres contestations (le même raisonnement est tenu en cas d application de l article 1408, 3, du Code judiciaire).» (Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p. 34). Page 12 sur 25

13 Le saisissant et le débiteur saisi sont convoqués par pli judiciaire à l'audience fixée devant le juge. Le tiers saisi ou tiers cédé n est évidemment pas partie à la cause mais il est informé, par pli judiciaire, de l'incident avec obligation pour lui, dès l'échéance suivante de paiement, de rendre indisponible entre ses mains le montant de la majoration appliquée et donnant lieu à contestation. Hormis l hypothèse spécifique d une opposition à une cession de rémunération en application de l article 29 de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs (on sait qu en ce cas, le tiers cédé ne peut effectuer aucune retenue tant que le juge de paix n a pas validé la cession mise en œuvre) et sans préjudice d'un accord entre le débiteur et le saisissant, cet effet d'indisponibilité se prolonge jusqu'à la notification de décision sur la contestation. La décision n'est pas susceptible d'opposition ou d'appel. S il y a concours et que plusieurs créanciers se sont manifestés dès l'origine ou en cours de procédure, la décision est réputée contradictoire à l'égard de tous les créanciers. La décision est immédiatement notifiée par pli judiciaire au créancier, au débiteur et au tiers saisi ou tiers cédé. Si la majoration n'a pas été appliquée par le tiers saisi ou tiers cédé, la décision qui reconnaît la qualité d'enfant à charge porte effet dès le mois suivant sa réception pour autant que le tiers dispose d'un délai de dix jours ouvrables avant la date habituelle du paiement. Si le tiers-saisi ou tiers cédé a appliqué la majoration, le montant de celle-ci a, comme précisé ciavant, été rendu indisponible entre ses mains : en ce cas, son montant est versé selon les termes du jugement rendu soit au débiteur-saisi, soit au saisissant. Changement de circonstances. Si la situation est modifiée, par exemple si un autre enfant vient à la charge du débiteur ou inversement si un enfant précédemment déclaré à charge cesse de cohabiter avec le débiteur ou vient à bénéficier de revenus propres dépassant le plafond fixé, le débiteur doit le signaler sans délai en communiquant, selon les mêmes modalités, une déclaration modificative. Si celle-ci fait l objet de contestations, il en est référé au juge selon la même procédure que celle prévue pour la déclaration initiale. 53 Selon le cas, la majoration est alors adaptée, soit à la hausse, soit à la baisse. Sanctions. Si le débiteur saisi a bénéficié fautivement et indûment de la majoration, les montants qui y correspondent sont», en vertu de la décision rendue par le juge saisi d une contestation, 51 Cette solution est semblable à celle retenue à l article 1613 du Code judiciaire, lorsque dans le cadre d une saisie immobilière, une décision est rendue à la suite d une action en distraction. 52 «Comme le relève le Conseil d État, cette disposition a effectivement pour conséquence de donner à la décision une valeur erga omnes. Cela est justifié en l espèce par le caractère spécifique de ce type de contentieux : il s agit en effet d apprécier la situation objective d un débiteur saisi relativement au nombres d enfants dont il assume la charge. Cette situation de fait et de droit s impose de manière égale à l ensemble des créanciers, sauf l application de l article 1122, alinéa 2, 3, du Code judiciaire, qui prévoit la tierce opposition de la part du créancier en cas de fraude de son débiteur.» (Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p. 35). 53 Art ter ; 4, al. 1 er, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 4, al. 1 er et 34 bis, 4, al. 1 er, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. Page 13 sur 25

14 réintégrés, sans aucune limitation, 54 dans la quotité saisissable ou cessible, sans préjudice de la mise en œuvre de toute autre mesure de recouvrement 55 et d éventuelles poursuites pénales. 56 Cette disposition a une portée générale et ne vise donc pas seulement l hypothèse du défaut de communication immédiate d un changement intervenu dans la situation familiale du débiteur saisi mais aussi l obtention illégitime par celui-ci, dès le début, d une majoration. Pour que la sanction s applique, il importe que la majoration ait été obtenue fautivement et indûment par exemple à la suite de déclarations inexactes ou de la production de fausses justifications. 57 E) Entrée en vigueur et dispositions transitoires. Entrée en vigueur. Il était prévu que le mécanisme de diminution de la quotité saisissable ou cessible du chef d enfant à charge entrerait en vigueur «2 mois après la publication au Moniteur belge du formulaire dont le modèle est établi par le ministre de la Justice». 58 Mais alors que l entrée en vigueur de l arrêté royal du 27 décembre 2004 relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge, avait été fixée «à la date de la publication» dudit formulaire, celle de l arrêté royal du 27 décembre 2004 fixant les règles de procédure et celles gouvernant la charge de la preuve était prévue deux mois après cette publication Il a donc fallu revoir la copie pour mettre en concordance la date d entrée en vigueur de ces différentes dispositions, ce qui a été fait par l arrêté royal du 23 novembre 2006 modifiant l'arrêté royal du 27 décembre 2004 portant exécution des articles 1409, 1 er, alinéa 4, et 1409, 1 er bis, alinéa 4, du Code judiciaire relatif à la limitation de la saisie lorsqu'il y a des enfants à charge ainsi que l'arrêté royal d'exécution du Code des impôts sur les revenus L entrée en vigueur de l ensemble des mesures relatives à la protection majorée pour enfant à charge était ainsi fixée deux mois après la publication au Moniteur belge du formulaire modèle de déclaration d enfant à charge. Ce formulaire ayant été publié dans le Moniteur belge du 30 novembre 2006, 59 ces mesures sont donc entrées en vigueur ce 30 janvier Dispositions transitoires. La diminution pour enfant à charge s applique «aux effets produits, après son entrée en vigueur, par des saisies ou cessions mises en œuvre antérieurement». A cette fin, dans les deux mois qui suivent l entrée en vigueur des nouvelles dispositions (soit avant le 1 er avril 2007), le tiers saisi ou tiers cédé doit informer les débiteurs qui, subissant une saisie ou une cession, sont susceptibles de pouvoir bénéficier de la protection majorée. 54 «si par son fait, le débiteur saisi a bénéficié de manière injustifiée d une majoration devenue, en tout ou en partie, caduque, il est débiteur de celle-ci sans limitation de la quotité saisissable. Il s agit donc d un système semblable à celui que prévoit l article 1412 en matière d aliments. Il y a ainsi une obligation de loyauté à charge du saisi.»» (Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p. 36). 55 Art ter ; 4, al. 2, du Code judiciaire ; art. 31 bis, 4, al. 2, et 34 bis, 4, al. 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs. 56 Le formulaire standard attire au demeurant l attention du débiteur sur les conséquences pénales possibles d une fausse déclaration (l article 196 du Code pénal est à cette fin reproduit dans les annexes explicatives du formulaire). 57 Doc. Parl., Chambre, sess , Doc. 51 n 2518/001, p Art. 29 de la loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses. 59 Arrêté ministériel du 23 novembre 2006 fixant le modèle de formulaire de déclaration d'enfant à charge. Page 14 sur 25

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro 1 Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro (Entré en vigueur le 01-06-2014, publié dans le MB du 23-06-2014)

Plus en détail

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4741 Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 69, 3, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154;

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154; Loi n 88-31 du 19 juillet 1988 modifiant et complétant l'ordonnance n 74-15 du 30 janvier 1974 relative à l'obligation d'assurance des véhicules automobiles et au régime d'indemnisation des dommages, p.

Plus en détail

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2065 Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 444 du Code de commerce (loi du 18 avril 1851 sur les faillites, banqueroutes

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/166 DÉLIBÉRATION N 07/062 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU CADASTRE

Plus en détail

Règles applicables pour le calcul du précompte professionnel dû à la source sur les revenus payés ou attribués à partir du 1 er janvier 2008

Règles applicables pour le calcul du précompte professionnel dû à la source sur les revenus payés ou attribués à partir du 1 er janvier 2008 Règles applicables pour le calcul du précompte professionnel dû à la source sur les revenus payés ou attribués à partir du 1 er janvier 2008 (Arrêté royal d'exécution du Code des impôts sur les revenus

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Si non, allez au point A15, lisez et signez le document. Si non, allez au point A4

Si non, allez au point A15, lisez et signez le document. Si non, allez au point A4 N d'affiliation : (0Ð0Í:000) NISS : FORMULAIRE 225 DÉCLARATION DE LA SITUATION FAMILIALE ET DE REVENUS EN VUE DE DÉTERMINER LE TAUX DE L'INDEMNITÉ VOLET A VOLET A LA PERSONNE QUI A DROIT AUX INDEMNITÉS,

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles.

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles. REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions inutiles)

Plus en détail

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur,

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, FORMULAIRE 225 DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, Pour déterminer le taux journalier de vos indemnités d incapacité de travail, nous

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

- 1 - Evry, le 22 août 2014. Le Directeur académique des services de l Education nationale

- 1 - Evry, le 22 août 2014. Le Directeur académique des services de l Education nationale Evry, le 22 août 2014 Le Directeur académique des services de l Education nationale à Mesdames et Messieurs les Chefs d établissements des collèges privés sous contrat s/c de Madame et Messieurs les Directeurs

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

LC 21 531. Le parc immobilier de la Ville de Genève comprend des logements à caractère social et, en raison

LC 21 531. Le parc immobilier de la Ville de Genève comprend des logements à caractère social et, en raison Règlement fixant les conditions de location des logements à caractère social de la Ville de Genève LC Adopté par le Conseil municipal le 8 février 009 Entrée en vigueur le 8 avril 009 Le Conseil municipal

Plus en détail

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre D-5 Loi sur les dépôts et consignations SECTION I DU BUREAU DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS Bureau des

Plus en détail

Le droit des personnes et des familles

Le droit des personnes et des familles Chroniques notariales vol. 47 Table des matières Le droit des personnes et des familles Chapitre 1. L état civil....................................... 18 1. Recherche dans les registres de l état civil.

Plus en détail

ANNEXE III A L'ARRETE ROYAL D'EXECUTION DU CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS 1992

ANNEXE III A L'ARRETE ROYAL D'EXECUTION DU CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS 1992 Annexe à l'arrêté royal du 15 décembre 2013 ANNEXE III A L'ARRETE ROYAL D'EXECUTION DU CODE DES IMPOTS SUR LES REVENUS 1992 Barèmes et règles applicables pour le calcul du précompte professionnel dû à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS Règlement adopté par la Commission permanente du 13 avril 2015 Page 1 sur 12 I) PREAMBULE La Loi Démocratie de proximité

Plus en détail

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5705 Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 62, alinéa 8, des lois relatives à la police de la circulation routière,

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire)

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) 1 REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge du Tribunal du travail de Mons et de Charleroi Division Tournai A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006

POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 POINT REGLEMENTAIRE - Le 15/11/2006 I- CMU COMPLEMENTAIRE 1) Calcul des ressources Par un jugement du 20 février 2006, la commission centrale d aide sociale a considéré que "l'allocation de base de la

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Saisie-exécution sur rémunération -exécution sur rémunération est régie par les articles 880 CPC à 888 CPC. 1. COMPÉTENCE DE L AGENT DE L EXÉCUTION -exécution sur rémunération relève de la compétence des

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DE LA PRIME A L APPRENTISSAGE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DE LA PRIME A L APPRENTISSAGE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DE LA PRIME A L APPRENTISSAGE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 Règlement adopté par la Commission permanente du 23 juin 2014 Page 1 sur 10 I) PREAMBULE La

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par la loi : la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation.

Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par la loi : la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation. Arrêté royal du 21 juin 2011 portant modification de divers arrêtés en matière de crédit à la consommation et portant exécution des articles 5, 1er, alinéa 2, et 2, et 15, alinéa 3, de la loi du 12 juin

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 109 9 novembre 2000. S o m m a i r e AIDE FINANCIERE DE L ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES REGLEMENT D EXECUTION

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 109 9 novembre 2000. S o m m a i r e AIDE FINANCIERE DE L ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES REGLEMENT D EXECUTION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2547 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 109 9 novembre 2000 S o m m a i r e AIDE FINANCIERE DE L ETAT POUR

Plus en détail

LOI N 69/LF/18 DU 10 NOVEMBRE 1969 Instituant un régime d assurance de pensions de vieillesse, d invalidité et de décès.

LOI N 69/LF/18 DU 10 NOVEMBRE 1969 Instituant un régime d assurance de pensions de vieillesse, d invalidité et de décès. LOI N 69/LF/18 DU 10 NOVEMBRE 1969 Instituant un régime d assurance de pensions de vieillesse, d invalidité et de décès. L Assemblée nationale fédérale a délibéré et adopté; Le Président de la République

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

1. L'AFFILIATION 2. LES COTISATIONS. Le commerçant. 1. L'affiliation 2. Les cotisations 3. Les droits durant la vie 4. Les droits en cas de décès

1. L'AFFILIATION 2. LES COTISATIONS. Le commerçant. 1. L'affiliation 2. Les cotisations 3. Les droits durant la vie 4. Les droits en cas de décès Page 1 sur 7 Fiches pratiques > fiches métier > les ressortissants du RSI Le commerçant 1. L'affiliation 2. Les cotisations 3. Les droits durant la vie 4. Les droits en cas de décès 1. L'AFFILIATION Les

Plus en détail

AR Risques aggravés. Modifié par : AR 30.11.2011 MB 07.12.2011 AR 04.12.2012 MB 11.12.2012

AR Risques aggravés. Modifié par : AR 30.11.2011 MB 07.12.2011 AR 04.12.2012 MB 11.12.2012 Arrêté royal du 23 décembre 2008 portant exécution de la loi du 10 avril 1971 sur les accidents du travail en matière de risques aggravés de manière disproportionnée (MB du 30 décembre 2008) Modifié par

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

CS/95/24. Vu la demande introduite par l'onafts, par lettres du 28 février 1995 et du 15 juin 1995; Entendu Monsieur F. Ringelheim en son rapport;

CS/95/24. Vu la demande introduite par l'onafts, par lettres du 28 février 1995 et du 15 juin 1995; Entendu Monsieur F. Ringelheim en son rapport; CS/95/24 DELIBERATION N 95/48 DU 12 SEPTEMBRE 1995 RELATIVE A UNE DEMANDE DE L'OFFICE NATIONAL D'ALLOCATIONS FAMILIALES POUR TRAVAILLEURS SALARIES (ONAFTS) VISANT A ETRE AUTORISE, AINSI QUE L'ENSEMBLE

Plus en détail

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4298 Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1er, alinéa 1er, a), de la loi du 6 février 1970 relative à la prescription des

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI Dans le cadre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi, l article 66 de la loi n 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE Famille Plus et Crèche DEMANDE DE CALCUL DE TARIF

DOSSIER UNIQUE Famille Plus et Crèche DEMANDE DE CALCUL DE TARIF ANNEE FAMILLE n :... NOM :. PRENOM :. DOSSIER UNIQUE Plus et Crèche DEMANDE DE CALCUL DE TARIF Les familles qui n ont pas fait cette demande seront facturées au tarif plein et aucun effet rétroactif ne

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et la République Fédérative du Brésil (Entrée en vigueur le 01-12-2014, publié au

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations p1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations Article 1 1. Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

Composition Présidente: Anne-Sophie Peyraud Josef Hayoz, Marianne Jungo Greffier-rapporteur: Marc Boivin

Composition Présidente: Anne-Sophie Peyraud Josef Hayoz, Marianne Jungo Greffier-rapporteur: Marc Boivin Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 605 2013 31 Arrêt du 13 février 2015 I e Cour des assurances sociales Composition

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL N 07-03 15 Avril 2007

BULLETIN OFFICIEL N 07-03 15 Avril 2007 Direction de la sécurité sociale BULLETIN OFFICIEL N 07-03 15 Avril 2007 Circulaire DSS n o 2007-73 du 21 février 2007 relative à l application de l article L. 133-4-1 du code de la sécurité sociale sur

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Caisse Nationale des Prestations Familiales du Grand-Duché de Luxembourg Présentation de la CNPF Depuis l entrée en vigueur de la loi du 19 juin 1985

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre)

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre) DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre) mis à jour jusqu au 31 décembre 2007 1 TAXE SUR LES CONTRATS D'ASSURANCES ANNEXE II AU CODE DU TIMBRE TITRE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5870 Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 1675/13, 3, et 1675/13bis, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE Introduction L assurance obligatoire soins de santé et indemnités est une branche de la sécurité sociale à côté des branches relatives aux: - accidents de travail et

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Requérant 1 Requérant 2

Requérant 1 Requérant 2 REQUETE EN SURSEANCE INDEFINIE AU RECOUVREMENT DES IMPOTS DIRECTS (article 413bis à 413octies du Code des impôts sur les revenus 1992) A MADAME/MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL RECOUVREMENT DE: LE/LA/LES

Plus en détail