La Vision Préparé par :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Vision 2040. Préparé par :"

Transcription

1 La Vision 2040 Préparé par :

2 La Vision 2040 trace un avenir dans lequel le transport collectif maximise sa contribution à la qualité de vie grâce à des avantages à l appui d une société vibrante et équitable, à une vie communautaire à la fois compacte et complète, à une économie dynamique et efficace, et à un milieu naturel sain. La Vision inclut : Renforcer le transport collectif Garantir un transport collectif plus au cœur des collectivités au moyen écologique en vue de réduire davantage de cadres stratégiques et décisionnels l empreinte écologique de l industrie, gouvernementaux plus fermes, et assurer d accroître l efficacité énergétique et de de meilleurs processus de planification et restreindre les émissions de gaz à effet de d aménagement des collectivités. serre. Révolutionner le service dans les Assurer la santé financière avec la collectivités de tous genres en passant hausse d infrastructures de transport collectif par l expansion et l innovation, afin que les et d investissements de capital par tous les systèmes de transport stimulent et servent ordres de gouvernement, des démarches les besoins croissants, tout en tenant compte mieux structurées pour la génération de de la situation évolutive des villes et des recettes, et de nouvelles économies dans la villages. prestation des services. Prioriser les clients et accélérer la prestation de services de transport collectif souples et intégrés, répondant aux besoins d une clientèle de plus en plus diverse et discriminatoire. Renforcer les connaissances et les bonnes pratiques de sorte que l industrie canadienne du transport collectif puisse réagir plus efficacement aux défis et opportunités à venir.

3 Avec l urbanisation croissante, le transport collectif devient l enjeu principal et, pourtant, il est déjà aux prises avec les exigences existantes. ~ Don Drummond, Groupe financier Banque TD La mobilité urbaine durable doit être indépendante du mode de transport, offrant plus d accessibilité, de souplesse et d intégration grâce à la planification urbaine et à de meilleurs choix énergétiques. ~ Florence Junca-Adenot, Université du Québec, Montréal

4 Les villes ont pour objectif de créer des endroits et des espaces civilisés, et le transport collectif y a son rôle. ~ Brian Tobin, Ancien premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Un environnement restreint par les conditions climatiques nous exhortera à mieux concevoir nos villes. Reste à savoir si nos leaders réagiront à temps. ~ David Suzuki, Environnementaliste, communicateur et scientifique

5 Table des matières la vision Résumé 4 Le transport collectif au Canada 5 Un changement réel 6 Une vision ancrée dans l action 8 Aller de l avant 11 2 Contribution du transport collectif à la qualité de vie 12 3 Situation actuelle de l industrie 14 5 Axes stratégiques 28 Thème 1 : Inscrire le transport collectif au coeur des collectivités 28 Thème 2 : Révolutionner le service 34 Thème 3 : Prioriser la clientèle 40 Thème 4 : Garantir un transport collectif plus écologique 44 Thème 5 : Assurer la santé financière 46 Thème 6 : Renforcer les connaissances et les bonnes pratiques 50 6 Aller de l avant 54 Mesure du progrès 54 Priorités à court terme 60 Appel au leadership et à l action 69 4 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation 18 Société 18 Culture / vie communautaire 22 Économie 25 Environnement 26

6 À propos de la Vision 2040 Vision 2040 fait part de la contribution du transport collectif à la qualité de vie, aux changements prévisibles dans nos collectivités d ici 2040, à l incidence de ces changements sur le transport urbain et aux orientations stratégiques qui peuvent maximiser l effet sur notre qualité de vie. Cette Vision se fonde sur les tendances actuelles et sur la sagesse des intervenants tant à l intérieur qu à l extérieur du secteur du transport collectif. On a d abord conçu la Vision en tenant compte de la nature du changement appelé à se produire dans les collectivités canadiennes puis en déterminant la contribution possible du transport collectif au développement de collectivités fortes, ayant un haut niveau de qualité de vie, et respectueuses de l environnement. La Vision provient de nombreux commentaires des intervenants du transport collectif, d experts en transport et de leaders éclairés. Entre autres : des ateliers auprès des leaders de l ACTU et de ses membres, une enquête en ligne sur les principales questions et orientations, à laquelle ont répondu les intervenants; la consultation de groupes dont l Institut canadien des urbanistes, la Fédération canadienne des municipalités et l Association canadienne des constructeurs d habitations; un examen interne par des experts en transport, et des entrevues auprès de plus de 20 leaders éclairés de partout au Canada et de divers secteurs. L American Public Transportation Association (APTA) et l Union internationale des transports publics (UITP) ont également donné des conseils basés sur des exercices de visualisation différents. La Vision à long terme sert aussi à guider les mesures concrètes à court terme de la part de l ACTU et de ses intervenants. Le chapitre 7, comprenant un résumé des orientations stratégiques, identifie les priorités à court terme ainsi que les intervenants qui devront la mettre en place. La Vision, très pertinente pour les grands réseaux de transport, peut servir de cadre de planification stratégique pour les réseaux de moindre taille. La Vision déterminera les actions que l ACTU peut entreprendre en réponse aux directions stratégiques, de plus, elle fera part de la mise à jour et de la refonte de la vision de l ACTU. 2

7 La Vision LA 2040 VISION Résumé

8 4 1 Résumé

9 LE TRANSPORT COLLECTIF AU CANADA 5 6 Le transport collectif de nos jours. Le transport collectif contribue considérablement à la qualité de vie des Canadiens. Depuis plus d une centaine d années, ce secteur a appuyé les objectifs les plus critiques de nos collectivités : une société vibrante et équitable, une communauté structurée complète et compacte, une économie dynamique et efficace et un environnement naturel salubre. Le transport collectif est reconnu comme une part importante de la solution aux défis nationaux, dont le changement climatique, la santé publique et les questions de santé et de sécurité publiques. En effet, le profil du transport collectif est à son plus fort, en plusieurs décennies, auprès du public et des décideurs canadiens; l achalandage et l investisement dans le transport collectif ont atteint un sommet sans précédent. Dans les grandes régions métropolitaines, les structures de gouvernance évoluent de sorte à mieux appuyer de meilleures solutions globales et intégrées en matière de transport urbain. Les réseaux de transport répondent à l évolution démographique et aux changements des besoins et des attentes des clients, de même qu au potentiel des nouvelles technologies pour améliorer l efficacité et réduire les impacts environnementaux. Ces réseaux font face à plusieurs défis qui entraînent l augmentation des tarifs, et par conséquent défavorise le transport collectif à titre d option de remplacement de la voiture dans nos villes. Vision d avenir. En cette fin de la première décennie du millénaire, le secteur canadien du transport collectif éprouve un besoin sans précédent de croissance intérieure, alors qu il doit simultanément relever les nombreux défis d un monde en évolution constante. La voie de l avenir prévoit une série pressante de possibilités et de défis qui provoqueront des changements majeurs, non seulement quant à la façon dont le transport collectif peut répondre aux besoins des Canadiens mais dans la façon dont les Canadiens sont le plus en mesure d offrir ce dont le secteur a besoin pour s acquitter de son travail. La Vision 2040 Résumé 5

10 UN CHANGEMENT RÉEL À mesure que nous approchons de l horizon de la Vision 2040, les réseaux de transport et les collectivités qu ils desservent doivent évoluer ensemble. Aucun groupe ne sera amoindri par les changements que subira l autre, et les deux groupes doivent faire face aux nombreuses tendances partout au Canada et dans le monde. Société. D ici 2040, la société canadienne va évoluer à une allure plus vive. Avec l accélération de la croissance urbaine et le vieillissement de la population, plus de Canadiens compteront sur le transport collectif pour se déplacer, mais ils pourraient exiger de meilleures conditions d accessibilité et de sécurité. Collectivités structurées. De nos jours, les nouvelles tendances vers la croissance intelligente et l économie d énergie entraînent de nouveaux cadres de développement urbain. Les villes canadiennes renforceront leurs centres-villes et devront tenir compte des besoins des banlieues à leur périphérie afin d accroître l offre de services et d accommoder plus efficacement une population croissante. Cependant, les attentes vis-à-vis la mobilité personnelle seront de plus incompatibles avec les contraintes matérielles des réseaux urbains, et les passagers subiront les délais et les coûts résultant de l encombrement aggravé des voies de circulation. Économie. Les risques que pose l absence de croissance de la mobilité urbaine par rapport à la concurrence économique seront de plus en plus apparents au vu de la congestion croissante, de la hausse des frais de déplacement et des conditions démographiques portant atteinte à la disponibilité de la main d œuvre. La concurrence des économies locales visera de plus en plus à préserver la qualité de vie grâce à des solutions novatrices et souples en matière de transport collectif. Cette concurrence suscitera un meilleur rapport qualité/prix tant aux passagers en échange de leur temps et de leur argent, qu aux gouvernements en échange de leurs investissements en immobilisations et leur contribution aux coûts de fonctionnement. Environnement. Les collectivités canadiennes sont confrontées à des contraintes climatiques croissantes. Un paradigme préconisant le développement à faible teneur en carbone entraînera des changements sur les plans des marchés et des technologies qui protègent l environnement mais accroissent les coûts publics et privés. L appui du public envers les stratégies écoénergétiques se traduira par la conception de collectivités plus durables et un désir individuel accru d adopter de nouveaux comportements de déplacement, tout en renforçant la priorité des réseaux de transport d écologiser leurs opérations internes. 6

11 La Vision 2040 Résumé 7

12 une vision ancrée dans l action La Vision 2040 ne décrit pas une situation idyllique. Les profonds défis qu ont à relever les collectivités canadiennes exigent une démarche plus stratégique une démarche qui trace les étapes à suivre pour atteindre des objectifs généraux en prévoyant les possibilités et les obstacles ou en y faisant suite. Ces mesures sont groupées selon plusieurs thèmes majeurs. inscrire le transport collectif au cœur des collectivités. En l absence d une culture sociopolitique plus axée sur le transport, les collectivités canadiennes ne pourront vraisemblablement pas offrir les ressources et le contexte améliorés dont ce mode de transport a besoin pour atteindre son potentiel. Les gouvernements du Canada collaboreront à l élaboration d un cadre stratégique national de transport collectif à la fois intégré et cohérent, qui précisera les rôles et responsabilités et fixera des objectifs fructueux. Ce cadre profitera des efforts visant à implanter, dans le processus décisionnel, une compréhension commune plus ferme de l appui du transport collectif à la qualité des objectifs de vie, ancrée dans la perspective du «triple résultat». Sur un plan concret, la réussite du transport collectif exigera également une approche plus intégrée à la planification et à la conception de collectivités vibrantes et durables. Le rôle et les besoins du transport collectif se concrétiseront à mesure que les principales considérations des plans directeurs des agglomérations et de plus grandes priorités seront accordées à la création de réseaux de transport se renforçant mutuellement, et à l utilisation des terres selon des principes de conception et de développement progressifs. Révolutionner le service. Les réseaux de transport de partout au Canada amélioreront grandement la disponibilité, la fréquence, la fiabilité et la rapidité de leurs services. On élargira les réseaux régionaux de transport rapide afin d en augmenter la capacité, d en accroître l efficacité et d assurer la concurrence pour les longs trajets. Les solutions prioritaires au transport collectif procureront des avantages financiers et des services en aidant à éviter les effets de la congestion routière. Dans les collectivités suburbaines, où la croissance sera concentrée, les investissements accélérés dans l infrastructure et les opérations accompagneront des démarches progressives d aménagement et de réaménagement urbain en vue de progrès prodigieux quant au rôle et à l efficacité du transport collectif. Les régions métropolitaines aux prises avec l intensification de la circulation urbaine devront aussi faire l objet d efforts de rénovation et de renouvellement des infrastructures et services vieillissants. Bien entendu, la réussite de toutes ces améliorations le transport collectif rapide et le transport de surface tant urbains que suburbains exigera une coordination concertée visant à réduire les écarts en matière de gouvernance, de planification et d exploitation. Dans les plus petites collectivités, des services de transport fiables peuvent être facilités par l appui des gouvernements provinciaux et la participation des fournisseurs de transport locaux et des employeurs principaux. prioriser la clientèle. Se fondant sur la reconnaissance des besoins prépondérants des passagers, le secteur canadien du transport collectif comptera sur la créativité et la souplesse pour satisfaire les besoins d une clientèle de plus en plus avertie et diverse. L accroissement du nombre de personnes âgées et à mobilité réduite transformera le transport collectif et exigera la plus grande intégration possible de services conventionnels et adaptés, accompagnés de services aux clients pour gérer la demande et maximiser la satisfaction. Les services de transport collectif qui améliorent les options de transport des piétons, des cyclistes et des automobilistes seront élargis, et les réseaux de transport chercheront davantage à devenir le pivot de toutes ces options au palier local. Ces réseaux répondront aux besoins et possibilités technologiques du marché en adoptant des structures tarifaires souples permettant de personnaliser les tarifs en vue de la valeur pour les clients, tout en obtenant de meilleurs revenus. Les clients bénéficieront d une protection et d une sécurité accrues, ainsi que de l accès opportun, exact et pratique à l information personnalisée qui maximisera leur expérience du transport collectif. 8

13 Garantir un transport collectif plus écologique. En ce qui touche l environnement, le transport collectif fait face à un double défi : assurer un soutien maximal à la durabilité au plan local et national, tout en réduisant son empreinte écologique. Pour réussir, chaque réseau de transport devra trouver un moyen de respecter les attentes écologiques sans nuire aux objectifs parallèles liés à l efficacité du transport collectif. L ensemble du secteur élaborera des stratégies avant-gardistes pour l écologisation en général et l efficacité énergétique, en particulier. Ces stratégies porteront sur les politiques, la recherche-développement, la technologie, la législation, la conjoncture du marché, le financement et les autres questions liées au secteur concernant le changement climatique et l énergie. Les réseaux de transport poursuivront leurs initiatives sur place quant aux pratiques d approvisionnement, à la gestion des matériaux et à l élimination des déchets, ainsi qu à la transition accélérée à des sources d énergie renouvelable moins polluantes pour la propulsion des véhicules et d autres aspects opérationnels. Assurer la santé financière. Malgré les tendances positives observées en matière de financement provincial et fédéral, les collectivités subiront un écart croissant au niveau des infrastructures de transport ainsi que de graves contraintes quant à la capacité de financer la hausse considérable des frais de fonctionnement prévues par la Vision. Toutefois, ces menaces qui pèsent sur la situation financière du transport collectif seront surmontées. En premier lieu, les instances gouvernementales supérieures établiront des mécanismes garantissant des fonds d immobilisation permanents prévisibles, fiables et adéquats. Ces mêmes instances mettront en place des mécanismes fondés sur le rendement pour les fonds d exploitation, générant idéalement les recettes requises par le truchement de stratégies tarifaires créant de l équité parmi les modes de transport et stimulant le taux d utilisation des transports collectifs. Les municipalités pourront ainsi travailler pour maximiser le soutien à leur portion des coûts d exploitation, compte tenu que ces coûts pourront augmenter considérablement avec le temps. Leur réussite peut dépendre de l application des nouveaux outils tarifaires qui emploient des facteurs incitatifs ou désincitatifs pour générer des recettes et stimuler l utilisation plus durable du transport collectif. Enfin, malgré la réussite dans les secteurs prévus, les réseaux de transport continueront de chercher à améliorer l efficacité afin de réduire les coûts d immobilisation ou d exploitation. Renforcer les connaissances et les bonnes pratiques. Pour bon nombre des axes stratégiques dans la Vision, l ensemble du secteur du transport collectif devra renforcer sa capacité à comprendre les défis et à trouver des solutions efficaces. En ce qui concerne les ressources humaines, il faudra trouver des moyens créatifs d attirer et de conserver une main-d œuvre qualifiée qui tienne compte d un marché de l emploi beaucoup plus compétitif. Face à des défis uniques, les petits réseaux de transport profiteront de programmes qui mettent au point et distribuent des outils et ressources s appliquant à l échelle nationale. En outre, ces réseaux profiteront d un appui pour l échange centralisé des connaissances, y compris la technologie, la gouvernance, le développement à l appui du transport collectif, le financement novateur et d autres mécanismes de prestation de services. En plus de l écologisation et de l efficacité énergétique, mentionnées au préalable, l orientation quant aux rôles adéquats du secteur privé dans la mise au point des transports collectifs sera aussi avantageuse au développement de l échange des connaissances sur le plan national. La Vision 2040 Résumé 9

14 Cibles de croissance de l achalandage en l an 2040 Grands centres métropolitains % déplacements Grandes villes % déplacements Villes de taille moyenne 85 75% déplacements Petites villes/petites et rurales collectivités % déplacements 10

15 1 2 ALLER DE L AVANT 3 Le passage de la vision à l action nécessitera de nombreuses initiatives, y compris l évaluation des progrès et la poursuite de priorités à court terme. Cibles et répercussions du taux d achalandage. Le plus important indicateur de réussite de la Vision sera le nombre de déplacements annuels en transport collectif par habitant, tant aux paliers national que local. Des cibles générales de croissance de ces déplacements d ici 2040 ont été établies pour cinq groupes de collectivités (selon la population) pour aider à déterminer la nature des améliorations de services requises : Comme groupe, les grands centres métropolitains de 2 millions d habitants ou plus verront l achalandage moyen croître d environ 50 %, soit de 115 à 175 déplacements par habitant par année. Il leur faudra axer leurs efforts sur l intégration homogène des services et l expansion du transport rapide et des services de trains de banlieue. Les grandes villes de à 2 millions d habitants verront l achalandage moyen croître de 50 %, soit de 80 à 120 déplacements par habitant par année. Il leur faudra axer leurs efforts sur l expansion du transport rapide et les systèmes de transport prioritaires. Les villes de taille moyenne de à habitants verront l achalandage moyen croître de 75 %, soit de 49 à 85 déplacements par habitant par année. Il leur faudra améliorer leurs niveaux de service globaux et mettre en œuvre des moyens de transport prioritaires avec certains services d ordre supérieur. Les petites villes de à habitants verront l achalandage moyen croître de 100 % en moyenne, soit de 25 à 50 déplacements par habitant. Leurs axes d efforts seront fort semblables aux villes de taille moyenne. Les petites et rurales collectivités de moins de habitants, qui sont dotées d un service de transport collectif, verront l achalandage moyen croître de 100 % en moyenne, soit de 15 à 30 déplacements par habitant par année. Même avec la baisse de population globale de certaines collectivités, la demande de transport y augmentera en fonction des facteurs démographiques. On parviendra à la croissance de l achalandage grâce à la collaboration avec des partenaires visant à élever les niveaux de base du service de transport ou à introduire ce service au sein des collectivités qui n en sont pas encore pourvues. Dans le contexte de la croissance démographique globale, ces cibles seraient équivalentes à une hausse de 86 % du total de l achalandage national, soit de 1,76 milliard de déplacements en 2007 à 3,28 milliards de déplacements en Quant à la question du recouvrement des coûts d exploitation au moyen des tarifs, cette augmentation de l achalandage nécessitera une hausse de 86 % des contributions gouvernementales aux coûts d exploitation, soit de 2 milliards de dollars en 2007 à 3,7 milliards en 2040 (en dollars indexés à 2007). Indicateurs de contrôle et de rapport. Le contrôle de l avancement des travaux et l établissement de rapports seront essentiels à l atteinte de la Vision. Ce processus, qui débutera avec l établissement d indicateurs clés, la collecte de données et un programme d évaluation pour chaque axe stratégique, aidera à classer ces axes en trois groupes, d après leur objectif principal le soutien, l investissement ou le service. Les évaluations des progrès varieront selon leur nature (qualitative ou quantitative), leur portée (nationale ou locale), et les méthodes de collecte des données (observations générales, sondages d opinions ou évaluation locale). Priorités à court terme. Les intervenants du transport collectif devront prendre certaines mesures pour atteindre les objectifs proposés par la Vision. À court terme, les priorités consisteront à exploiter les possibilités immédiates ou à entreprendre les premières étapes des stratégies essentielles à long terme. Voici deux priorités : Élaboration du Plan stratégique de l ACTU, qui examinera l énoncé de vision de l ACTU et identifiera les mesures spécifiques que doit prendre l ACTU pour son organisation interne et l établissement de la façon d engager les intervenants à atteindre la Vision, Élaboration d un plan de contrôle et de rapport, qui tracera un cadre pour la cueillette et l évaluation de l information requise pour mesurer le progrès selon les indicateurs clés. On a identifié d autres priorités à court terme pour chacun des six axes stratégiques La Vision 2040 Résumé 11

16 2 Contribution du transport collectif à la qualité de vie Le transport collectif n est pas une fin en soi. Il s agit plutôt d un outil habilitant pour les collectivités que nous visons à créer, pour une saine économie et pour une bonne qualité de vie. La contribution globale du transport à la qualité de la vie et aux collectivités durables comporte les quatre dimensions de la société, de la culture et de la vie communautaire, de l économie et de l environnement. 12

17 Aspects de la qualité de vie Contribution du transport collectif à la qualité de vie Société Équité : égalité des chances pour tous les segments de la société, jeunes ou âgés, riches ou pauvres, urbains ou ruraux Choix de style de vie : choix du mode de vie, du lieu de résidence, de vie autonome dans des conditions changeantes Liberté de mouvement Sécurité et sûreté Disponible : soutient l ensemble de nos activités quotidiennes (domiciles, lieux de travail, écoles, services) Abordable : coût concurrentiel par rapport aux autres modes de transport Réceptive et souple : répond aux besoins particuliers et aux exigences de la population Accessible : répond aux besoins de personnes de tous âges et assure divers services conventionnels et adaptés Sécuritaire et sûr : offre une option plus sécuritaire que le véhicule automobile ainsi que des voies de circulation contrôlées et sécuritaires Résilient : nous permet de poursuivre nos activités journalières même en période de crise ou d incertitude Culture / Vie communautaire Endroits distinctifs et vivants : appuient l identité et l appartenance grâce à une conception variée et à l échelle individuelle qui stimule l activité et permet la spontanéité, l exploration et l échange Collectivités globales : offrent une variété de possibilités et de choix de logements et d emplois Compacts : rapprochent ces opportunités Conception de qualité : contribue aux endroits et espaces civilisés Intégration : proximité des terrains utilisées et conception harmonieuse des installations Territoire : permet le choix de domicile, d école et d emploi Concurrence : réduit l usage des véhicules automobiles, la circulation, les besoins en stationnement, etc. (coût, temps de déplacement, confort) Réduction des impacts : diminue l ensemble du bruit, des vibrations, des émissions et des intrusions visuelles Économie Activité habilitante : commerce, mobilité des biens et services Main-d œuvre apte au travail : disponible pour combler les emplois Accès individuel : aux emplois et services Conservation des intrants : utilisation efficace des ressources Économie vigoureuse : apte à s adapter aux situations de crise ou d incertitude Lien entre les gens et les possibilités économiques : emplois, magasinage, services Gestion de la congestion : y compris son rôle dans la réduction des déplacements en véhicules automobiles Utilisation efficace des ressources : financières et humaines Retombées avantageuses des investissements dans le transport collectif : création d emplois dans les secteurs de la construction, des services et de la fabrication Résilience : assure les déplacements dans les situations de crise ou d incertitude Environnement Sécurité, confort, propreté et conservation des collectivités : protège des risques environnementaux et des conditions climatiques défavorables; favorise l air pur, l eau propre, l utilisation adéquate des terres, la conservation des ressources et la réduction des déchets Réduction des émissions atmosphériques : gaz à effet de serre et autres polluants Économie d énergie : surtout les carburants non-renouvelables à base de pétrole Consommation réduite de matières et déchets Réduction des émissions de bruits La contribution globale nécessite l habilitation à des changements quant à la densité, aux modes de transport et à l introduction de moyens de transport plus propres, silencieux et efficaces. Le transport collectif se veut également résilient, tout en assurant les déplacements et une capacité d adaptation aux conditions climatiques défavorables. La Vision 2040 Contribution du transport collectif à la qualité de vie 13

18 3 Situation actuelle de l industrie 14

19 1 2 3 Le transport collectif joue un rôle important dans la vie des Canadiens. En 2007, les membres réseaux de l ACTU, représentant plus de 90 % de l ensemble de l achalandage, ont assuré 1,76 milliard de déplacements et ont desservi 22,8 millions de personnes dans des agglomérations urbaines. Ce service a été assuré par véhicules de transport, y compris véhicules légers ou lourds sur rail. Au cours des trente dernières années, le transport collectif a subi de nombreuses modifications tout en restant assez constant pour d autres aspects. Ce secteur est toujours dominé par des autobus à moteur diesel mais un ferme intérêt se manifeste pour les carburants de remplacement et d autres technologies. Le transport collectif est devenu beaucoup plus adapté et accessible aux clients, même quand les attentes de ces derniers restent à la hausse. L achalandage et les investissements dans le secteur ont augmenté, mais ce fut aussi le cas des coûts d exploitation et les tarifs passagers. Achalandage et investissements à la hausse. Le transport collectif est en meilleure position aujourd hui qu il ne l a été depuis les années L achalandage s accroît, avec un record, en 2007, de 1,76 milliard de déplacements partout au Canada, soit une augmentation de 3,1 % par rapport à l année précédente. Les avantages pour l environnement de ce mode de transport sont généralement reconnus et les injections de capital par les gouvernements fédéral et provinciaux ont grimpé au cours des cinq dernières années. Le changement au plan des investissements provinciaux constitue une mesure de recouvrement de la réduction de financement subie dans les années 1990, alors que le financement fédéral de projets de transport collectif est nouveau, passant de zéro en 2001 à 240 millions de dollars en 2005 pour atteindre plus que 600 millions de dollars en Il existe toutefois un grand écart entre les montants de soutien provenant des différentes provinces à travers le Canada. Profil public/politique croissant du transport collectif. Le récent réinvestissement dans le transport collectif est étayé par la nouvelle orientation publique à savoir que ce transport est de plus en plus lié à de vastes politiques gouvernementales, notamment en matière environnementale. Les coûts d exploitation dépassent le rythme inflationniste. L entretien des nouveaux autobus plus complexes et plus lourds coûte plus cher et ils utilisent plus de carburant. De plus, les clients exigent une vaste gamme de services auxiliaires de qualité supérieure. Au cours de la dernière décennie, le coût par heure-véhicule a augmenté de 10 % en termes réels. Réaction des réseaux de transport aux nouvelles attentes des clients. Le transport collectif commence à refondre le service radial traditionnel axé sur les heures de pointe afin d assurer plus de déplacements entre les points suburbains; un meilleur service hors pointe; des déplacements plus longs et plus d accès aux autobus à plancher surbaissé. Le transport collectif se transforme en vue de répondre aux besoins d une plus vaste gamme de clients, y compris les personnes aînées ou handicapées. Toutes ces modifications, qui doivent se faire le plus efficacement et équitablement possible, se soldent par des coûts accrus tant pour les services conventionnels que les services adaptés La Vision 2040 Situation actuelle de l industrie 15

20 Les tarifs de plus en plus dispendieux comparativement aux déplacements en voiture. Les tarifs ont augmenté plus rapidement que l inflation, atteignant une hausse de 25 % en termes réels au cours de la dernière décennie. Par contre, le coût de possession d un véhicule automobile a chuté d environ 33 %. Omniprésence des technologies de pointe. Le transport collectif a profité des progrès de la technologie de l information et des communications, notamment dans les secteurs d information aux clients, des structures tarifaires et de l exploitation de services. L accès systématique à l internet a permis la planification personnalisée des déplacements, dans bien des cas au-delà des limites municipales, ce qui a accru la commodité pour les clients, tout en réduisant les coûts d exploitation. L accès à l information en temps réel grâce à des dispositifs mobiles a assuré une expérience positive du transport collectif. Les questions environnementales, à la fois des défis et des possibilités. Les impacts du transport collectif sur l environnement sont perçus depuis longtemps tant sur les plans positif que négatif. Alors que les avantages pour l environnement sont largement acceptés, les attitudes évoluent envers l autobus urbain traditionnel, et l acceptation de ses bruits, vibrations et émissions diminue. L expérience avec les carburants de remplacement a donné des résultats mitigés et les progrès sont lents. L utilisation répandue des autobus hybrides au biodiesel et diesel-électriques à Toronto en sont des exemples. Les systèmes légers sur rail (SLR) électriques, perçus comme étant silencieux et non polluants, sont devenus fort populaires et de nombreuses villes canadiennes ont des plans ambitieux pour leur mise en service. Rôle accru du transport collectif en matière de sécurité et de sûreté. Les questions de sûreté dominant dans le secteur du transport collectif qu il s agisse de la sécurité personnelle des clients et des employés ou des mesures émanant des attaques terroristes comme celles survenues à Londres en On retrouve de plus en plus des équipes de gendarmes spéciaux dans les grands centres dotés de transports rapides adaptés, ainsi que la surveillance vidéo et les téléphones d urgence ont augmenté considérablement. En outre, de nombreux réseaux de transport ont mis au point des programmes de prévention d infractions de terrorisme et d intervention en cas de tels actes. Évolution des structures de gouvernance dans les grandes régions métropolitaines. La nécessité de fournir des services de transport collectif sans interruption et rentables dans les grandes agglomérations urbaines a renforcé le rôle des organismes chargés de la surveillance des réseaux de transport au-delà des limites municipales, comme TransLink dans la région métropolitaine de Vancouver, l Agence métropolitaine de transport dans la région de Montréal et Metrolinx dans la région du Grand Toronto et de Hamilton. 16

21 La Vision 2040 Situation actuelle de l industrie 17

22 4 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation Le transport collectif doit se modifier à mesure qu évoluent les collectivités. Le présent chapitre décrit certaines des futures tendances qui affecteront nos collectivités et leurs répercussions sur le transport. Ces facteurs sont résumés selon les quatre dimensions clés des collectivités durables : la société, la culture / vie communautaire, l économie et l environnement. LA SOCIéTé D ici 2040, la société canadienne sera devenue fort différente. Ce changement sera engendré par la croissance urbaine, le vieillissement de la population, l immigration, et les nouvelles attentes quant au mode de vie. L évolution de la société entraînera des besoins et des désirs changeants au sein de notre population. Ces changements représentent à la fois un défi et une opportunité pour les collectivités, en particulier dans les régions urbaines, en ce qui concerne le maintien de la qualité de vie tout en captant le potentiel énergétique et économique d une population diverse. Problèmes de mobilité croissants pour les aînés actifs. En effet, les personnes âgées constitueront un élément de plus en plus dominant de la société et ils continueront et s attendront à demeurer actifs et autonomes sur les plans social et économique. Bon nombre travailleront plus longtemps, par choix ou par nécessité. La plupart seront habitués de conduire et vivront dans des régions mal servies par le transport collectif. Malgré leur vie active, bien des aînés auront besoin de soutien et créeront des attentes plus élevées quant à la qualité du service offert. Popularité accrue du transport collectif et dépendance résultante. On assistera à l accroissement du nombre et de la diversité des gens comptant sur le transport collectif pour participer à tous les aspects de la vie communautaire. L immigration continuera de faire augmenter la pauvreté et la disparité de revenus. Si la hausse des taux d immigration compense le vieillissement de notre population, les qualités requises des immigrants peuvent diminuer, ce qui peut entraîner une plus importante catégorie de travailleurs non qualifiés. Les aînés seront actifs mais n auront pas nécessairement le désir, la capacité ou l argent pour conduire. Pour maints immigrants, le transport collectif est un mode de vie acquis, ce qui se traduira par une ouverture d esprit envers ce moyen de transport et la nécessité d y recourir. Bien des personnes âgées et des immigrants vivront dans les banlieues. Conscience accrue de la sécurité et de la sûreté. Le mode de vie urbain, une population vieillissante et l immigration auront donné lieu à une concentration et à une diversité de voyageurs plus sensibilisés à la sécurité et la sûreté dans tous les secteurs de la société. 18

23 La Vision 2040 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation 19

24 la population du Canada devrait passer d environ 33 millions d habitants à plus de 40 millions en 2040 tendances Clés : société la croissance survient dans les régions urbaines. La population du Canada devrait passer d environ 33 millions d habitants en 2006 à un peu plus de 40 millions en Cela représente un taux de croissance annuel moyen de 0,6 % comparativement aux récentes années, puisque cette hausse provient de l immigration, avec une baisse de l accroissement naturel. La croissance démographique n est pas cohérente à travers le pays; elle se concentre dans les régions urbaines, avec la hausse moyenne annuelle dans l Ouest et un déclin général dans les régions rurales. D ici 2017, 95 % des minorités visibles habiteront dans des régions métropolitaines, soit les trois-quarts à Montréal, Toronto ou Vancouver. Les provinces de l Atlantique pourraient avoir moins de population qu aujourd hui mais avec des hausses dans certaines régions urbaines. la population vieillissante du Canada, tempérée par l immigration. Les faibles taux de fécondité et l espérance de vie croissante contribueront au vieillissement de la population canadienne au cours des quelques prochaines décennies. Les enfants de l après-guerre représentent la vague montante d une tendance à long terme. D ici 2031, le nombre d aînés au pays atteindra les neuf millions. Le nombre de personnes âgées (>65 ans) devrait doubler d ici 2050, composant plus de 25 % de la population. D ici 2033, la Ville de Calgary comptera aînés de plus qu aujourd hui. Ottawa verra le nombre de ses résidents très âgés (80+) doubler d ici Selon les prévisions, les provinces de l Atlantique auront l âge médian le plus élevé en 2031 tandis qu on prévoit le plus bas dans les Prairies et les Territoires. Avec le vieillissement de 20

25 les travailleurs à revenue élevé ont connu une croissance de 16,4 % de leurs gains entre 1980 et en 2031, le nombre d aînés au Canada atteindra les neuf millions les travailleurs à faible et moyen revenues ont vu une baisse de 20,6% de leurs gains entre 1980 et en 2017, 95 % des minorités visibles habiteront dans des régions métropolitaines. la population, les travailleurs devront en soutenir une beaucoup plus grande part. Environ 60 % de la population dépend présentement de la population active, et ce taux devrait atteindre les 80 % d ici disparité croissante des revenus. Les travailleurs à revenue moyen n ont pas connu de croissance réelle de leurs gains entre 1980 et 2005, alors que ceux aux taux salariaux les plus élevés se sont enrichis (hausse de 16,4 %) et ceux au bas de l échelle se sont beaucoup appauvris (baisse de 20,6 %). En 1980, les nouveaux immigrants gagnaient 85 cents pour chaque dollar reçu par les travailleurs nés au Canada. En 2005, ce rapport avait chuté à 63 cents. Les nouveaux immigrants ont vu leurs revenus baisser à quelque 56 cents à partir de 85 cents. attentes croissantes quant au mode de vie. Nos attentes vis-à-vis le style de vie changent en fonction de la croissance économique et de l affluence, de la vie urbaine et d une grande diversité de types et de tailles de ménages. De plus petits ménages et une consommation à la hausse donnent lieu à davantage d origines, de destinations et de voyages. On s attend de plus en plus à différents types de services, à des environnements favorables aux marcheurs et à l accessibilité pour les personnes handicapées. Les tendances à la consommation ont une forte incidence, dont un accent marqué sur le passage à l individualisme, le confort, la commodité et la connectivité personnelle. La demande de modes de vie personnalisés et la tendance vers cette connectivité plus poussée incorpore des habitudes de vie altruistes, des relations étroites, l éthique et la technologie connective. la vision 2040 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation 21

26 CULTURE / VIE COMMUNAUTAIRE D ici 2040, les changements physiques apportés aux collectivités canadiennes continueront de découler des tendances en matière de croissance, d économie, de démographie, de marché et de politiques publiques. La croissance se poursuivra dans les régions urbaines et métropolitaines, notamment dans les banlieues et les secteurs intercalaires. De nombreuses petites collectivités et régions rurales assisteront au déclin continu de leur population. Nouvelle réalité suburbaine. Les banlieues évolueront en endroits offrant un plus vaste choix de logements et de modes de vie, ainsi qu une existence active et dynamique. La croissance restera axée sur les banlieues, mais les forces du marché et les politiques urbaines progressives, particulièrement celles visant l intensification commenceront à avoir un effet important sur la vie urbaine. Les zones suburbaines adopteront bon nombre des caractéristiques des centres urbains actuels, mais il surviendra une tension dynamique lorsqu un modèle changeant de mobilité et les services liés à cette mobilité entreront en conflit avec une culture banlieusarde bien établie et une dépendance de longue date à l égard des voitures. Politiques et pratiques durables appelées à devenir la norme. De nouvelles normes et pratiques seront élaborées d ici 2040; des politiques progressives y seront implantées dans des pratiques normales dans des secteurs comme le développement écologique, l efficacité énergétique et la mobilité personnelle. Popularité croissante des modes de vie urbains. La tendance vers les modes de vie urbains se poursuivra tandis que les obstacles aux secteurs intercalaires et à une forte densité diminueront, ce qui favorisera l amélioration des services urbains et la vie en condominium comme choix commun de mode de vie pour tous les secteurs de la société. Les contraintes à la mobilité auront une plus forte incidence sur la qualité de vie. Nous continuerons de constater la dispersion des destinations, les déplacements de plus longue durée et la hausse des coûts et des temps de parcours, ce qui animera des conflits entre la demande de mobilité indépendante en voiture et les restrictions physiques des milieux urbains. La congestion et les retards augmenteront considérablement tandis que les aires de stationnement se feront plus rares et plus coûteuses. Une non-fiabilité accrue pourrait devenir la norme tant pour les déplacements en voiture que pour les services de transport collectif manœuvrant dans une circulation mixte. Budgets personnels frappés par la hausse des coûts de déplacement. En 2001, 19 % des dépenses des familles servaient au logement, 13 % étaient affectées au transport et 11 % étaient consacrées à l alimentation. Les habitudes de dépenses des ménages sont restées pratiquement les mêmes qu en 2004, à l exception de la part des frais de transport atteignant 14 %. Cette part devrait augmenter de façon constante avec la hausse du coût du carburant. À mesure que les consommateurs chercheront à réduire les répercussions des déplacements sur leur mode de vie, ils seront plus disposés à prendre en considération des options de transport ou d autres moyens pour mener leurs activités de tous les jours. Priorité d harmonisation de la nouvelle infrastructure avec le «domaine urbain». L assurance de la mobilité face aux pressions de croissance exigera une importante nouvelle infrastructure de transport qui pourrait avoir des effets nuisibles sur les collectivités de plus en plus denses. Cette conséquence indésirable portera plutôt à l adoption d une infrastructure «légère» ayant une empreinte minime et qui soit totalement intégrée au domaine urbain. 22

27 Croissance urbaine et métropolitaine : Au cours du siècle dernier, la population canadienne est passée d essentiellement rurale à essentiellement urbaine. En 1871, 19 % des habitants vivaient dans des régions urbaines. En 1951, cette proportion avait atteint 62 % et, en 2001, 80 % des Canadiens vivaient en ville. Il y a également une tendance à la hausse de la croissance des grandes agglomérations urbaines, avec 50 % de la population dans les quatre plus grandes régions urbaines. L urbanisation, toutefois, n est pas constante à l échelle régionale. En 2001, environ 40 % des gens du Canada atlantique vivaient en régions rurales (deux fois la moyenne nationale). Petits villages et exode rural. La croissance urbaine est étroitement liée à la diminution constante de la population des petits villages et des régions rurales, sauf pour ceux dotés de moteurs économiques spécifiques. Croissance urbaine surtout dans les banlieues. Au Canada, entre 1996 et 2001, pour chaque nouvel emploi créé dans un rayon de 5 km d un centre-ville, près de cinq ont été créés dans les banlieues. À Montréal, de 1987 à 2003, presque toute la croissance au titre de l emploi est survenue dans les banlieues, avec une faible croissance dans les centres-villes. À Calgary, la région métropolitaine connaissant la croissance la plus rapide au Canada, 80 % de la récente croissance démographique s est produite dans les banlieues les plus récentes. Le ratio de banlieusards par rapport à ceux de Montréal atteignait presque 2,5:1 en Durée prolongée des déplacements. Avec la suburbanisation d un nombre accru de gens et d emplois, les navettes quotidiennes sont devenues plus complexes et diffuses. En 2005, les Canadiens passaient en moyenne 63 minutes à faire la navette au travail, comparativement à 59 minutes en 1998 et 54 minutes en Les périodes de déplacement varient de ville en ville. Parmi les six plus grandes villes canadiennes, Toronto a les plus longs déplacements, soit un aller-retour moyen de 79 minutes en 2005, tandis qu Edmonton offre le plus court, à 62 minutes. Les déplacements sont aussi à plus grandes distances. De 1996 à 2001, la navette moyenne est passée de 7,0 km à 7,2 km au Canada. Intensification urbaine et suburbaine. La politique publique a considérablement changé au cours des dernières années pour appuyer et réglementer l intensification dans les centres urbains et les zones suburbaines. Cela inclut les politiques sur les densités, la conception et les éléments à l appui du transport collectif. En 2007, le nombre de permis octroyés pour les immeubles d habitation a dépassé le nombre de permis pour les habitations unifamiliales pour la première fois en 30 ans. Il s agit d une tendance faible mais importante envers la vie urbaine, avec la hausse du nombre de résidents dans les centres urbains Les banlieues évolueront en endroits offrant un plus vaste choix de logements et de modes de vie, ainsi qu une existence active et dynamique TENDANCES CLÉS : CULTURE / VIE COMMUNAUTAIRE La Vision 2040 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation 23

28 tendances Clés : économie pénurie de main-d œuvre imminente. Les effectifs du Canada sont appelés à augmenter en termes absolus. Toutefois, en raison du faible taux de natalité et du vieillissement des enfants du baby boom, les taux de participation baisseront. D ici 2015, la population active canadienne perdra plus de membres (60-64 ans) qu elle n en récupérera (20-24 ans). La pénurie de main-d œuvre atteindra son apogée vers 2025 avant de relâcher quelque peu d ici Seuls l Ontario, la Colombie-Britannique et l Alberta devraient avoir de plus importants effectifs en 2031 qu en D ici 2031, avec la population vieillissante, il se peut que près de la moitié de tous les individus de 15 et plus à Terre-Neuve-et-Labrador se trouvent sans emploi. incertitude quant à l avenir énergétique. L utilisation croissante des combustibles fossiles se stabilisera ou baissera à long terme, en conséquence des prix, de la sensibilisation à l environnement, de la disponibilité accrue des solutions de rechange et de la taxe sur les émissions carboniques. On assistera cependant à une longue période d incertitude durant la transition, y compris l augmentation et la fluctuation des coûts. La demande croissante de la part d économies en transition contribuera à la hausse constante des coûts à court terme. fardeau croissant de l infrastructure, mais âge moyen réduit. Au Canada, la plupart des investissements d infrastructure ont été effectués durant les années 50 et 60 et au début des années 70. L âge moyen des infrastructures a frappé un bas sans précédent de 14,7 ans au début des années Il s ensuivit un investissement modeste dans les années 1980 et En 2000, l âge moyen avait atteint le niveau record de 17,5 ans. En 2007, l âge moyen a chute à 16,3 ans, surtout à cause d importants nouveaux investissements dans la voirie au Québec et en Ontario. le soutien envers le transport collectif augmentera. 24

29 ÉCONOMIE D ici 2040 l économie canadienne se sera remodelée, suivant le changement structurel actuel menant à plus d emplois dans le secteur commercial et à une réduction d emplois industriels. Coûts économiques liés aux contraintes sur le plan de la mobilité. D ici 2040, la mobilité (ou son insuffisance) constituera un facteur clé de notre compétitivité avec la hausse des retards et l augmentation des coûts liés aux déplacements des gens et des marchandises. La congestion des voies de circulation continuera d empirer en raison des options restreintes d accroissement de la capacité routière dans les environnements bâtis. Le transport collectif sera toujours aux prises avec la hausse des coûts, dictée par les coûts énergétiques et en main-d œuvre et les impacts de la congestion, mais il commencera à être plus compétitif lorsque les coûts de conduite automobile augmenteront brusquement en raison du prix du carburant et de la culture de «l utilisateur-payeur». Richesse économique davantage axée sur l innovation et moins sur la production. Cela permettra de transformer les villes où l investissement dans la mobilité locale et la qualité de vie revêtent autant d importance que l investissement soutenant la mobilité des marchandises. Plus grande souplesse des conditions d emploi. Le travail à temps partiel sera plus répandu et le télétravail sera mieux accepté avec l évolution des attitudes et d une meilleure technologie. Forte probabilité de pénurie de maind œuvre. Cette tendance, qui résulte du vieillissement de la population et de retraite imminente des enfants du baby boom, est particulièrement notable chez la main-d œuvre qualifiée et ne peut pas être prévenue, même par l automatisation et l immigration accrues. Évolution des habitudes de déplacements personnels. La hausse des frais de déplacement et la sensibilisation accrue à l impact environnemental pourraient mener à la réduction des déplacements discrétionnaires et à l apparition, chez les consommateurs, d une mentalité d analyse de la nécessité de se déplacer. Important investissement aux immobilisations dans le transport collectif. L investissement en infrastructure restera conjoncturel, mais le soutien envers le transport collectif augmentera alors qu il sera de plus en plus perçu comme un moyen d assurer la compétitivité urbaine face aux défis économiques croissants. 5 6 La Vision 2040 Rôle du transport collectif dans un monde en mutation 25

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Les transports. Les transports sont les fils conducteurs d une communauté. Ils façonnent le tissu urbain qui influe sur notre santé économique,

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Financement municipal : prendre l équité au sérieux Congrès de 2015 de la Fédération canadienne des municipalités Edmonton (Alberta),

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Aider les Canadiens handicapés Février 1997 «La plupart d entre nous sommes en mesure de surmonter les nombreuses difficultés que nous rencontrons dans la

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations Août 2011 Alliance canadienne du camionnage : Fédération regroupant

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période 2008 2012 Publié février 2008 ASSOCIATION CANADIENNE DU TRANSPORT URBAIN 55 RUE YORK, BUREAU 1401, TORONTO (ON) M5J 1R7 Tél: (416)

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

MÉMOIRE AU MINISTÈRE DU TRANSPORT

MÉMOIRE AU MINISTÈRE DU TRANSPORT MÉMOIRE AU MINISTÈRE DU TRANSPORT Dans le cadre de la consultation sur la politique québécoise de la mobilité durable LibrOTO 13 juin 2013 www.libroto.ca TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 2 LIBROTO APPUIE

Plus en détail

Volume 12, n o 2, octobre 1998

Volume 12, n o 2, octobre 1998 Volume 12, n o 2, octobre 1998 L engagement de Kyoto Sur le plan environnemental, notre siècle prend fin sur de graves inquiétudes. Face à la dégradation de la qualité de l air, il devient de plus en plus

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC

LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC Michel Labrecque, Président du conseil d administration Présenté à l Institut de recherche en économie contemporaine Le 10 septembre 2013

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

Solutions novatrices d éclairage urbain

Solutions novatrices d éclairage urbain Solutions novatrices d éclairage urbain Une nouvelle gamme de produits et systèmes de contrôle pour une performance d éclairage supérieure, efficace et rentable Découvrez nos solutions novatrices d éclairage

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville Charles Marceau Coordonnateur aux grands projets économiques Des écoquartiers,

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées SOLUTIONS EFFICACES POUR RÉPONDRE AUX BESOINS ACTUELS ET FUTURS DE VOTRE ENTREPRISE ET DE VOTRE PERSONNEL Répondre aux besoins

Plus en détail

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I L étude de marché Le marché d une entreprise est composé de la clientèle, de la concurrence et de l environnement externe. Il est important de distinguer le marché potentiel (individus ou entreprises susceptibles

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Plan de fidélisation des familles 2014-2017 Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Montréalaises, Montréalais, Notre ville est riche de près de 300 000 familles sur son territoire,

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT En théorie,un concept à déclinaisons multiples,

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens le 23 mars 2004 «De la gestion avec intégrité, les Canadiens n en mérite pas moins.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget de 2004 Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3.1 Cadre d intervention Le présent plan de mobilité durable s inscrit dans une démarche beaucoup plus large, qui s est amorcée en 2012 par l adoption

Plus en détail

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario STRATÉGIE Révisée le 2 juin 2009 PAGE 1 DE 5 Remerciements L équipe du Programme de protection des infrastructures essentielles de

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail