RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ"

Transcription

1 RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport (4 pages minimum). 3. Le rapport doit être rédigé en français ou en anglais. Si cela s avère impossible, le rapport peut être écrit dans une autre langue mais le résumé devra être rédigé en français ou en anglais. 4. Veuillez lire les lignes directrices pour la rédaction du rapport (en annexe). Vous pouvez également intégrer toute autre information que vous jugerez utile à votre rapport. 5. Le résumé doit consister en une synthèse des informations les plus importantes contenues dans le rapport. 6. Veuillez noter qu AUCUN NOM, que ce soit le votre ou celui de personnes que vous avez rencontrées pendant votre stage, ne doit figurer dans le rapport afin de garantir l anonymat 1. Si nécessaire, les initiales peuvent être utilisées. Identification du participant Nom: Prénom: Nationalité: belge Pays de stage: France Publication Afin de diffuser les retours d expérience et d informer les futurs participants au Programme, veuillez noter que, sauf indication contraire de votre part, le REFJ pourra publier votre rapport sur son site Web. Dans ce cas, le rapport restera anonyme et vos noms et prénoms n apparaitront pas. A cette fin, veuillez ne mentionner aucun nom dans votre rapport. Si besoin, vous pouvez avoir recours aux initiales. Veuillez cocher cette case si vous ne souhaitez pas que votre rapport soit publié: A compléter par le Secrétariat du REFJ Référence de publication: 1 Dans ce but, la première page de ce rapport sera supprimée avant une éventuelle publication. /European Judicial Training Network (aisbl) Rue du Luxembourg 16B, B-1000 Bruxelles; Tel: ; Fax: ;

2 Identification du participant A compléter par le Secrétariat du REFJ Référence de publication: Nationalité: belge Fonctions: magistrat au parquet de première instance de Bruxelles Ancienneté: 13 ans Identification du stage Juridiction/institution d accueil: parquet en tribunal de grande instance Ville: Lyon Pays: France Dates du stage: 26 septembre au 7 octobre 2011 Type de stage: stage individuel stage généraliste stage de groupe stage spécialisé (précisez : JIRS) RAPPORT 1. Mon stage a commencé par une introduction de mon maître de stage qui m a situé le parquet auprès du tribunal de première instance de Lyon comme troisième juridiction de France, après Paris et Bobigny et au même niveau que Marseille, Nanterre et Créteil. La criminalité à Lyon comprend moins de violence ou de groupes organisés que d autres grandes villes mais par contre les affaires connaissent un aspect commercial très important. La juridiction compte 34 magistrats au niveau du parquet et 101 juges en tout pour une population de 1,6 millions d habitants. Un magistrat traite entre 2100 à 2400 dossiers par an, tandis que la moyenne nationale française varie entre 1500 à 1800 dossiers par an. Le parquet est divisé en sections qui fonctionnent en règle générale selon des divisions tayloriennes et comprennent le service de traitement direct (STD), les réquisitions finales et les audiences. Exception est faite pour la JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) qui constitue quelque part un parquet dans le parquet même si ces magistrats spécialisés font aussi certains gardes de droit commun. A la tête du parquet se trouve le procureur de la République. Le procureur de la République est nommé sur avis du Conseil National de la Magistrature mais le Garde des Sceaux n est pas du tout obligé à suivre cet avis ce qui n exclut donc toujours pas une immixtion politique dans le monde judiciaire, contrairement au système belge dans lequel le Conseil Supérieur de la Justice désigne un magistrat qui dans presque 100% des cas par après est confirmé et nommé par le Ministre de la Justice. Cette 2

3 nomination politique du procureur est aussi un des arguments majeurs contre l abolition du juge d instruction avancés par les partisans du maintien du juge d instruction, le considérant comme le dernier garant contre tout arbitraire politique. Contrairement au système belge qui ne distingue que le procureur du Roi, ses premiers substituts et ses substituts, la France a prévu des niveaux en plus. D abord il y a le procureur-adjoint, suivi par des viceprocureurs (ce qui constituerait une échelle franchie après une ancienneté moyenne de 7 ans) et puis les substituts. Récemment un cinquième niveau a été créé dans la forme du premier vice-procureur, qui bénéficie d un salaire plus élevé sans pour autant que ses compétences divergent beaucoup du viceprocureur actuel. Après cette introduction, un tableau des dernières évolutions au système judiciaire français a été brossé (les questions prioritaires de constitutionnalité, les implications de l arrêt Salduz, ), un tableau général n étant pas nécessaire vu que j ai terminé mes études universitaires par un DEA de droit pénal et sciences criminelles à Montpellier. 2. Mon stage je l ai surtout parcouru auprès de la JIRS mais j ai aussi tenu à connaître d autres sections du parquet. Ainsi ai-je participé toute une journée au fonctionnement du service de traitement direct dans lequel des magistrats de garde sont sans interruption contactés par téléphone par des policiers pour toutes les affaires, même les non urgentes ; ils prennent les décisions de classement sur-le-champ qu ils retrouvent plus tard dans les actes que les policiers leur envoient. Autre aspect étonnant était de constater que les magistrats disposent d un éventail légal de réponses pénales à des infractions établies beaucoup plus larges qu en Belgique et qu il les appliquent aussi. Surtout connu à l étranger est la procédure de comparution immédiate, mais d autres procédures de convocation par des magistrats ou non sont aussi intéressantes. Les décisions sont par le truchement de la police immédiatement communiquées au contrevenant qui bénéficie ainsi d une réponse rapide. J ai été très impressioné par le fait que toute infraction établie connaissait une réponse pénale et que le classement sans suite ne constituait vraiment que l exception. En cas de classement sans suite d un dossier pénal par le parquet, un recours est possible auprès d une instance supérieure, dans la personne du procureur-général et ceci en différence de la Belgique où cette possibilité n est pas légalement prévue et n est pas suivi non plus dans les faits. J ai aussi eu des entretiens avec des collègues dans des fonctions dirigeantes qui m ont donné lecture du rapport de politique pénale du parquet et m ont partagé leurs expériences quant au déroulement des procédures disciplinaires vis-à-vis des métiers de justice (avocats, huissiers, notaires, policiers,..) et le rôle du parquet dans ces procédures ce que j ai pu constater lors d une audience. Dans mon stage au JIRS j ai aussi suivi plusieurs audiences dont une audience correctionnelle et une du juge de liberté et de détention. Ce juge qui a repris certains pouvoirs anciennement appartenant au seul juge d instruction, décide sur la délivrance d un mandat de dépôt d une personne mise en examen et intervient aussi en matière de détention d étrangers. Surprenant était le fait que ces audiences sont en règle générale des audiences publiques bien que des exceptions soient prévues en matière de criminalité dite grave. Le juge de liberté et de détention intervient aussi comme une sorte de juge de l instruction lorsqu il autorise par exemple à la requête du procureur de la République, l'interception, l'enregistrement et la transcription de correspondances émises par la voie des télécommunications (article du CPP). Mon stage a continué avec un passage au parquet-général ou des expériences ont été échangées et où j ai accompagné un collègue à une audience de la chambre d instruction statuant sur les appels interjetés contre des décisions rendues par juge de liberté et de détention. Ici aussi, les audiences connaissaient un caractère public pour les affaires de liberté (par pour les affaires de fond). Les dossiers étant tous 3

4 numérisés, l accès pour toutes les parties en cause et pour les juges est plus facile qu en Belgique. J ai terminé mon stage par une visite personnalisée à Interpol où j ai été accueilli par notre membre national qui m a brossé l historique, les compétences et le fonctionnement de cette organisation mondiale. 3. La JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) est composée de magistrats du parquet et de l'instruction et sont spécialisées en matière de criminalité organisée, de délinquance financière mais aussi pour les affaires où la complexité justifie des investigations importantes. Elles ne sont pas un nouvel ordre de juridiction mais disposent pourtant d une compétence étendue sur plusieurs ressorts. Ainsi le JIRS de Lyon comprend les ressorts de la cour d appel de Lyon, Riom, Chambéry et Grenoble. Ils ont une compétence concurrente avec les magistrats des parquets auprès des tribunaux de grande instance et des règles de dessaisissement sont prévues dans le code de procédure pénale (les articles et suivants). De fait, ils forment un parquet dans le parquet et une instruction séparée des autres juges d instruction, ce qui s illustre par des gardes distinctes et des compétences élargies vis-à-vis de leurs collègues de droit commun. Ainsi ils bénéficient de dispositifs novateurs en matière d'enquête (infiltrations, sonorisations, équipes communes d'enquête entre plusieurs pays, gardes à vues prolongées). Les 8 JIRS sont implantées dans les différents coins de la France mais ne disposent pas d un niveau fédéral tel qu il existe en Belgique avec le parquet fédéral qui ne connaît par contre pas de magistrats du parquet. Une autre différence avec le système belge est l unité entre les juges d instruction et le parquet. En Belgique ce n est qu en matière de terrorisme qu il existe des juges d instructions spécialisés qui collaborent exclusivement avec le parquet fédéral. Le manque de niveau JIRS central peut rendre l identification de la JIRS compétente difficile pour une autorité étrangère qui veut adresser une demande d entraide judiciaire dans une matière relevant de la criminalité. De l autre côté les différentes JIRS s échangent continuellement des informations et s envoient même des rapports quant à l évolution de leurs enquêtes tous les quatre mois. A Lyon, la JIRS est composée de 3 magistrats (et un mi-temps) au niveau du parquet et 3 juges d instruction. Ils traitent plus au moins 100 dossiers dont 80% au stade de l instruction. Selon les juges d instruction ils disent traiter 20 dossiers par personne ce qu ils estiment un nombre trop élevé pour pouvoir bien suivre le dossier dans tous ces aspects. Il est à noter que le juge d instruction dirige beaucoup plus l enquête qu en Belgique, même dans les matières de la criminalité et de la délinquance organisée. Même si les juges estiment devoir être plus nombreux pour encore mieux traiter leurs informations judiciaires, j avais quand même l impression que leur position était favorable à celle des juges en Belgique qui sont souvent submergés par le nombre de dossiers (dépassant parfois les cent dossiers actifs) ce qui leur empêche de mener les enquêtes tel que la loi belge l exige. Mais il est vrai aussi que la loi française attribue encore plus de compétences au juge d instruction français lequel est entre autres obligé à rendre une ordonnance, à la fin de l instruction, sur le renvoi ou non des personnes mises en examen. Ce n est donc pas, comme en Belgique, un autre juge unique (formant la chambre du conseil) qui décide quant au renvoi ou non lieu dans une instruction, mais bien le même juge qui ait mené l instruction en question. Sans vouloir et sans pouvoir me prononcer sur la compatibilité avec le droit européen, il me semble que ceci constitue un des derniers résidus de l institut du juge d instruction classique comme l homme le plus puissant de la France. Une première érosion de son pouvoir traditionnel, pour rendre son statut conforme au droit européen, était la perte de sa capacité de décider à lui-seul sur la détention d une personne. Ce pouvoir a été accordé au juge de liberté et de détention qui décide de la délivrance d un mandat de dépôt dans un débat 4

5 contradictoire et curieusement aussi en audience publique (bien que des exceptions soient prévues en matière de criminalité grave). Comme indiqué la chambre de l instruction décide sur les appels contre les maintiens en liberté mais toujours à la requête expresse du détenu et non par un système semiautomatique tel que le système actuel en Belgique. A y ajouter aussi qu en fait, même si ces articles ne sont pas encore entièrement mis en exécution, on ne parle dorénavant plus du juge d instruction mais du pôle d instruction. C est à dire que la responsabilité par exemple pour les renvois est pris par trois juges qui signent tous cet acte. Même chose vaut pour d autres actes importants du dossier. Par cette responsabilité partagée on voulait éviter des drames judiciaires tel que l affaire Outreau. De plus cette nouveauté rend le juge moins seul et donc plus moins faible et elle encourage le travail de groupe. J ai pu constater sur le terrain comment les juges JIRS forment un groupe dans lequel tout se partage et se sait et dans lequel la responsabilité est réellement partagée. Autre constatation remarquable concerne la notion de témoin assisté (article 113/1 et suivants du CPP), inconnu en droit belge. Il s agit d une échelle entre un simple témoin et une personne mise en examen. En fait, il s agit d une personne nommément visée par une plainte ou mise en cause par une victime peut qui peut alors demander au juge de lui accorder ce statut, lui octroyant certains droits tels que l assistance par un avocat ou le droit d être confronté. Si la personne est nommément visée par une plainte avec constitution de partie civile, elle est avisée de ce droit lorsqu'elle comparaît devant le juge d'instruction. Elle ne peut être placé sous contrôle judiciaire, sous assignation à résidence avec surveillance électronique ou en détention provisoire, ni faire l'objet d'une ordonnance de renvoi ou de mise en accusation. Le juge peut transformer, éventuellement à sa demande, le statut du témoin assisté au statut d une personne mise en examen lorsqu il estime que sont apparus au cours de la procédure des indices graves ou concordants justifiant sa mise en examen. Il faut alors que les indices graves ou concordants rendent vraisemblable que la personne ait pu participer, comme auteur ou comme complice, à la commission des infractions dont le juge est saisi. La personne mise en examen bénéficie d un nombre de droits plus étendus (cfr. Aussi l article 80-1 CPP). Autre constat doublement intéressant était de voir qu en France, dans la phase de l exécution de la peine en cas de personne en fuite, si les nécessités de l'enquête pour rechercher cette personne en fuite l'exigent, le juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance peut, à la requête du procureur de la République, autoriser l'interception, l'enregistrement et la transcription de correspondances émises par la voie des télécommunications pour une durée maximale de deux mois renouvelable dans les mêmes conditions de forme et de durée, dans la limite de six mois en matière correctionnelle (article 74-2 CPP). Premièrement parce qu en Belgique cette possibilité n existe toujours pas, avec toutes les difficultés que cette lacune engendre dans la recherche des criminels en cavale, et que deuxièmement ce pouvoir légal souligne la double fonction du juge des libertés et de détention qui est beaucoup plus qu un juge qui décide de la délivrance d un mandat de dépôt comme on le pense souvent à l étranger. En fait, une des raisons pourquoi cette lacune légale existe toujours en Belgique est justement le fait qu une figure tel que le JLD manque à qui octroyer ce gendre de pouvoir étendu, le juge d instruction étant limité à la phase de l instruction. Durant mon stage à la JIRS j ai pu participer à une visioconférence entre d un côté le juge et magistrat du parquet JIRS, les policiers en charge du dossier et de l autre côté, l adjoint du membre national à Eurojust en préparation d une réunion ultérieure à Den Haag avec les représentants d un autre pays membre. A l époque de mes études en France ( ) un nouveau code pénal venait d apparaître. Durant mon stage au parquet de Lyon, j ai pu constater comment ce code ainsi que le code de procédure pénal avaient subi de modifications importantes durant les 15 dernières années. Il me semblait que ces changements n ont pas, au moins déjà dans la forme, rendu ces codes plus lisibles ou transparents. 5

6 RÉSUMÉ J ai terminé mes études universitaires par un troisième cycle en droit pénal et sciences criminelles en à Montpellier où j ai pu étudier le concept et contenu du nouveau code pénal de l époque. Durant mon stage au parquet de Lyon j ai constaté comment ce code ainsi que le code de procédure pénal avaient subi de modifications importantes durant les 15 dernières années. Ces changements n ont pas rendu ces codes plus lisibles ou transparents. Mon stage je l ai fait surtout à la JIRS où j ai appris que : 1. le juge d instruction existe toujours et travaille dorénavant en pôle ; 2. le juge d instruction a perdu du pouvoir au juge des libertés et de détention ; 3. le juge des libertés et de détention est plus qu un juge statuant sur la détention, il dispose de larges pouvoirs intervenant dans la phase de l enquête préliminaire et dans la phase de l exécution des peines à la requête du parquet 4. la France est beaucoup moins jacobine qu on ne le pense, preuve en est la JIRS, organisée au niveau des ressorts sans niveau fédéral. La JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) est composée de magistrats du parquet et de l'instruction qui sont spécialisées en matière de criminalité organisée, de délinquance financière mais aussi pour les affaires où la complexité justifie des investigations importantes. Elles ne sont pas un nouvel ordre de juridiction mais disposent pourtant d une compétence étendue sur plusieurs ressorts. Ils ont une compétence concurrente avec les magistrats des parquets auprès des tribunaux de grande instance et des règles de dessaisissement sont prévues dans le code de procédure pénale (les articles et suivants). Ils bénéficient de dispositifs novateurs en matière d'enquête (infiltrations, sonorisations, équipes communes d'enquête entre plusieurs pays, gardes à vues prolongées). Les 8 JIRS sont implantées dans les différents coins de la France mais ne disposent pas d un niveau fédéral tel qu il existe en Belgique avec le parquet fédéral. Le manque de niveau JIRS central peut rendre l identification de la JIRS compétente difficile pour une autorité étrangère qui veut adresser une demande d entraide judiciaire dans une matière relevant de la criminalité organisée. De l autre côté les différentes JIRS s échangent continuellement des informations et s envoient même des rapports quant à l évolution de leurs enquêtes tous les quatre mois. Il me semble que juge d instruction dirige beaucoup plus l enquête en France qu en Belgique, même dans les matières de la criminalité et de la délinquance organisée. Même si les juges estiment devoir être plus nombreux pour encore mieux traiter leurs informations judiciaires, j avais quand même l impression que leur position était favorable à celle des juges en Belgique qui sont souvent submergés par le nombre de dossiers (dépassant parfois les cent dossiers actifs) ce qui leur empêche de mener les enquêtes tel que la loi belge l exige. Mais il est vrai aussi que la loi française attribue encore plus de compétences au juge d instruction français lequel est entre autres obligé à rendre une ordonnance, à la fin de l instruction, sur le renvoi ou non des personnes mises en examen. Sans vouloir et sans pouvoir me prononcer sur la compatibilité avec le droit européen, il me semble que ceci constitue un des derniers résidus de l institut du juge d instruction classique comme l homme le plus puissant de la France. Faut y ajouter que même si ces articles ne sont pas encore entièrement mis en exécution, on ne parle dorénavant plus du juge d instruction mais du pôle d instruction. C est à dire que la responsabilité par exemple pour les renvois est prise par trois juges qui signent tous cet acte. 6

7 Le pouvoir que le juge d instruction traditionnel a perdu, a été accordé au juge de liberté et de détention qui décide de la délivrance d un mandat de dépôt dans un débat contradictoire et curieusement aussi en audience publique (bien que des exceptions soient prévues en matière de criminalité grave). Le juge de liberté et de détention intervient aussi comme une sorte de juge de l instruction lorsqu il autorise par exemple à la requête du procureur de la République, l'interception, l'enregistrement et la transcription de correspondances émises par la voie des télécommunications (article du CPP) ou lorsqu il autorise cette même mesure, si les nécessités de l'enquête pour rechercher une personne en fuite l'exigent. Autre constatation remarquable concerne la notion de témoin assisté (article 113/1 et suivants du CPP), inconnu en droit belge. Il s agit d une échelle entre un simple témoin et une personne mise en examen. En fait, il s agit d une personne nommément visée par une plainte ou mise en cause par une victime peut qui peut alors demander au juge de lui accorder ce statut, lui octroyant certains droits tels que l assistance par un avocat ou le droit d être confronté. Si la personne est nommément visée par une plainte avec constitution de partie civile, elle est avisée de ce droit lorsqu'elle comparaît devant le juge d'instruction. Elle ne peut être placé sous contrôle judiciaire, sous assignation à résidence avec surveillance électronique ou en détention provisoire, ni faire l'objet d'une ordonnance de renvoi ou de mise en accusation. Le juge peut transformer, éventuellement à sa demande, le statut du témoin assisté au statut d une personne mise en examen lorsqu il estime que sont apparus au cours de la procédure des indices graves ou concordants justifiant sa mise en examen. Il faut alors que les indices graves ou concordants rendent vraisemblable que la personne ait pu participer, comme auteur ou comme complice, à la commission des infractions dont le juge est saisi. La personne mise en examen bénéficie d un nombre de droits plus étendus (cfr. Aussi l article 80-1 CPP). ********* Ce stage a été particulièrement fructueux vu qu il permettait de voir en pratique ce que j avais appris 15 ans plus tôt en théorie et qu il offrait la possibilité d étudier les différentes modifications que le système français a subies depuis. De plus ce stage s est déroulé aussi bien au parquet qu au tribunal et même à plusieurs degrés ce qui a brossé un tableau très complet du fonctionnement du système pénal français. 7

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RESUME

RAPPORT DE STAGE ET RESUME RAPPORT DE STAGE ET RESUME Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RESUME

RAPPORT DE STAGE ET RESUME RAPPORT DE STAGE ET RESUME Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3) (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI

Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI Toutes les demandes de stages auprès de ces institutions doivent être faites au service

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO.

PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO. PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO. Ce protocole a été établi à partir des réflexions du groupe de travail composé d un magistrat, de chacune

Plus en détail

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines Version

Plus en détail

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police TRIBUNAL DE POLICE Tribunal de police tribunal de police Jugements Ordonnances pénales Belley 99 78-21,2% 22 6-72,7% TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Juridiction de proximité BELLEY Jugements Ordonnances pénales

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

1. ACTIVITES CIVILES. - Contraventions de 5 ème classe

1. ACTIVITES CIVILES. - Contraventions de 5 ème classe LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE EN QUELQUES CHIFFRES L ACTIVITE DU TRIBUNAL D INSTANCE DE CHALONS EN CHAMPAGNE 1. DONNEES GENERALES 1. ACTIVITES CIVILES - Population du ressort : 254 903 habitants dont

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE Qu est-ce qu un aménagement de peine? Il s agit d une modalité d exécution d une peine d emprisonnement. Il existe plusieurs types de peines : emprisonnement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 31 octobre 2013 relative à la présentation des dispositions de la loi n 2013-711 du 5 août 2013 et du décret n 2013-958 du 25 octobre 2013 relatives à la mise en œuvre du droit à l interprétation

Plus en détail

La preuve pénale à l ère numérique La géolocalisation dans tous ses états. Myriam Quéméner Avocat général Cour d appel de Versailles

La preuve pénale à l ère numérique La géolocalisation dans tous ses états. Myriam Quéméner Avocat général Cour d appel de Versailles La preuve pénale à l ère numérique La géolocalisation dans tous ses états Myriam Quéméner Avocat général Cour d appel de Versailles Géolocalisation? La géolocalisation englobe toutes les techniques permettant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 11/09/2015 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 8 juillet 2015 N de pourvoi: 14-88457 ECLI:FR:CCASS:2015:CR03648 Publié au bulletin Cassation M. Guérin (président), président

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4958 Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 152 et 185 du Code d instruction criminelle, posée par le Tribunal correctionnel

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Audience solennelle du Mardi 3 Janvier 29 Données statistiques 35, boulevard Gambetta BP 474 69665 PRÉSENTATION DU RESSORT Population : TRIBUNAL DE POLICE

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Qualité. Nadine ESTEVE GROUPE DE PROJET CASSIOPEE. Rédacteur(s) Catégorie

PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Qualité. Nadine ESTEVE GROUPE DE PROJET CASSIOPEE. Rédacteur(s) Catégorie PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Référence document Topo pour comparution préalable : phase parquet et phase Juge des Libertés et de la Détention Catégorie Qualité Rédacteur(s)

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg

précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg . Règlement du Tribunal cantonal du novembre 0 précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg Vu la loi du mai 00 sur la justice (LJ), notamment ses articles

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE 1 OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE Le Décret n 2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale est entré

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 15 avril 2015 de présentation des dispositions du décret n 2015-271 du 11 mars 2015 relatif à la rétribution des interventions des avocats au titre

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

L organisation judiciaire

L organisation judiciaire 1 : les juridictions de l ordre judiciaire a)premier degré Juridictions spécialisées Tribunal de commerce Juge tous les litiges entre commerçants ou sociétés commerciales. Ce ne sont pas des juges professionnels

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise FORMULAIRE D INSCRIPTION à renvoyer à l IJE, rue des Sols 8, 1000 Bruxelles Par la présente, je souhaite poser ma candidature comme membre de l Institut des juristes d entreprise MERCI D ECRIRE EN LETTRES

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer)

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer) DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES le 20 août 2007 ET DE LA POLICE ADMINISTRATIVE NOR : INT/D/07/00089/C LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE

NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES NOMINATION DIRECTE EN QUALITÉ D AUDITEUR DE JUSTICE 2015 - 2 - RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

LE RÈGLEMENT COLLECTIF DE DETTES

LE RÈGLEMENT COLLECTIF DE DETTES Marie-Cécile Flament LE RÈGLEMENT COLLECTIF DE DETTES GUIDE PRATIQUE Le règlement collectif de dettes. Guide pratique Marie-Cécile Flament Le code en annexe a été élaboré en collaboration avec Inforum.

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Instruction préparatoire Partie civile Prévention de la délinquance Procédure pénale Référé-liberté Témoin assisté Circulaire de la DACG n 2007-10 du 22 juin 2007 relative à la présentation des dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE

ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE 1 ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE DECLARATION DE DESACCORD D UN PARENT SUR LE NOM DE L ENFANT 1- Modèle d acte de mariage 2 L acte de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Séminaire 12.10.2012 - Les outils essentiels de l UE pour soutenir l internationalisation des PME Des factures impayées à l étranger? L objectif:

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail