Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3 1. Fonctionnement La mécanique des fuites dair Situation des fuites Grandeurs Indicateurs de la perméabilité à lair Valeurs de référence Impacts de la perméabilité à lair Mesures Test dinfiltrométrie Utilisation dun gaz traceur Le système détanchéité à lair Notion de système Exigence du système Etanchéité à lair et étanchéité à la vapeur De la conception à la réalisation Létanchéité à lair comme élément de conception Description et cahier technique de réalisation Prise en compte de la réalisation sur le site Exemples de constructions type Etanchéité à lair dans la construction massive Etanchéité à lair des maisons en bois Durabilité et restauration Durée de vie Restauration de létanchéité Facteurs de variation Effet de tirage thermique Effet du vent...39

4

5

6

7

8

9 Fig. 1 : Sources des écarts de pression provoquant un mouvement dair

10 Fig. 2 : situation des fuites dair Fig. 3 : répartition des fuites récurrentes

11 Fig. 4 : localisation des fuites récurrentes

12 㥇块 㥇块 ² [ Vdot ] env P= Pa I = A PF RT n = [ V ] dot env P = V Pa n = [ V ] dot env P= V Pa

13 Fig. 5 : n50 en fonction de I4 pour n = 2/3

14 J ² = ² = ² K Y

15 Valeurs conversions logement individuel ex :maison 110m² C V I4 n50 AL 0,8 3,1 0, ,3 5,0 0, ,6 0,16 2,3 0,6 0, , , I4 n50 AL 1,2 2,6 0, ,7 3,7 0, ,0 0,33 2,2 0,6 0, ,00650 C 2,3 I4 1,2 1,7 V n50 AL 2,8 0, ,0 0, ,3 0,6 0, , , I4 n50 AL 2,5 5,9 0, ,0 7,0 2,3 0,26 5,4 0,6 0, ,00549 C V APF RT bâtiments à usage de bureaux, dhôtellerie, de restauration et denseignement ainsi que les établissements sanitaires autres usages Label maison passive Label BBC Effinergie Défaut RT2005 1, APF RT logement collectif ex :appartement 110m² Référence RT2005 APF RT C V APF RT C: Compacité moyenne (en m) V: volume chauffé (en m3) APF RT : surfaces de parois froides (en m²) au sens de la RT ,06432 I4 : débit de fuite sous 4Pa (en m3/h/m² à 4Pa) n50 : débit de fuite sous 50Pa (en h-1 à 50Pa) AL : 1,0 0,26 surface équivalente de fuite (en m²) pour ΔPref = 4Pa (échelle 1/10ème) Fig 6 : valeurs des différents indicateurs de la perméabilité à lair pour C d = 0,6 et n = 2/3 15

16 Fig. 7 : Besoins de chauffage en fonction de la perméabilité à lair. Fichier source : bureaux2 THC-APP14 ref.thc (jeu dessais publics, 2000). Fig. 8 : Besoins de chauffage en fonction de la perméabilité à lair. Fichier source : maison individuelle de 148 m2 très performante : Besoins = 34 kwh/m²/an, Besoins ref = 74 kwh/m²/an. Zone H2, chauffage gaz, chauffe-eau solaire, système double flux.

17 ² Fig. 9 : Taux de récupération de chaleur effectif en fonction de lefficacité de léchangeur et de la perméabilité à lair. Fichier source : bureaux2 THC-APP16 ref.thc. û Fig. 10 : moisissure de lisolant du à lhumidité

18 ; ; w < < œ

19 Fig. 11 : Blower Door équipée dun ventilateur, Perméascope et Banc Grand Volume Fig. 12 : fuite dair détectée au niveau de prises électriques û Fig. 13 : détection des fuites par brouillard artificiel

20 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块

21 ; ; ; Fig. 14 : Plusieurs éléments composent le système pare-air dont l'efficacité dépend en grande partie de l'assemblage correct des joints 㥇块

22 Fig. 15 : Débit de fuite mesuré pour des matériaux de construction désignés ²

23 Fig. 16 : P poly décroissant à mesure quaugmente P mur l'ouverture du joint compromet l'efficacité du poly en tant que plan d'étanchéité à l'air 㥇块 œ œ œ 㥇块 w

24 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 㥇块 Fig. 17 : migration de la vapeur dans les murs 㥇块

25 㥇块 û Fig. 18 : diffusion de vapeur deau par diffusion et convection = =

26 1 œ Fig. 19 : illustration du principe de la peau étanche et continue

27 œ 㥇块 㥇块

28 㥇块 œ œ œ Fig. 20 : déformation dune membrane polyéthylène après un essai de mise en pression K

29 㥇块 Fig. 21.a : superposition des membranes : le marquage imprimé sert dorientation. Fig. 21.b : Collage à laide de ruban adhésif Fig. 22 : Collage à laide de ruban adhésif double face w w

30 㥇块 Fig. 23 : scotch présentant une partie adhésive et une partie non tissée pour raccord avec lenduit ;

31 Fig. 24.a Étanchéisation à l'air de la jonction mur/plancher: technique de la cloison sèche accessible Fig. 24.b : Membrane flexible d'étanchéité à l'air à la jonction mur/plancher : technique de la cloison sèche inaccessible dans une structure de béton Fig. 25 : le scotch pour liaisonner la fenêtre doit être mis en place avant la pose de la menuiserie

32 Fig. 26 : Eclatement des lots : A NE PAS FAIRE! 㥇块

33 œ Fig.27 : exemple de liaison tableau menuiserie

34 œ combles perdus. Fig. 28 : 1 er tiers avant le pare air utilisé pour le passage des câbles et gaines

35 K K

36 K K û

37 㥇块 㥇块 㥇块 Fig. 29 : Effet de tirage thermique

38 Ti Te P = ρ i g h Te Fig. 30 : Ecart de pression théorique dans les bâtiments dus à leffet de tirage ² Fig. 31 : Débits dair à travers lenveloppe générés par le tirage thermique en fonction de la distance au dessus du plan de pression neutre pour des cellules de logement collectif 㥇块

39 2.2. Effet du vent Les pressions de vent exercées sur un bâtiment dépendent de la vitesse du vent ainsi que de l'interaction entre l'écoulement de l'air et le bâtiment. La répartition des pressions et des aspirations sur un bâtiment dépend en grande partie de la façon dont elles perturbent l'écoulement de l'air. Le vent augmente la pression d'air positive s'exerçant sur un bâtiment du côté au vent et crée une pression négative sur le côté sous le vent et sur les façades parallèles à la direction du vent. Le vent exerce également une succion sur les toits plats ou à faible pente et une pression positive sur le côté au vent Fig. 32 : Répartition des pressions du vent des toits plus inclinés. sur une maison Les procédures de calcul sont plus compliquées pour connaître leffet du vent sur lenveloppe dun bâtiment. Nayant pas pu réaliser de modélisation, jai tenté de quantifier le phénomène en mettant en parallèle les débits de fuite générées par une légère brise ( P = 4Pa) et par une bonne brise ( P = 50Pa). Valeurs conversions logement individuel ex :maison 110m² C V APF-RT logement collectif ex :appartement 110m² C V APF-RT bâtiments à usage de bureaux, dhôtellerie, de restauration autres usages C V APF-RT C V APF-RT Référence RT2005 1, I4 Cenv qv (4 Pa) qv (50Pa) 2, I4 Cenv qv (4 Pa) qv (50Pa) I4 Cenv qv (4 Pa) qv (50Pa) I4 Cenv qv (4 Pa) qv (50Pa) 2, , C: Compacité moyenne (en m) V: volume chauffé (en m3) APF RT : surfaces de parois froides (en m²) au sens de la RT ,8 62,2 156,8 844,5 1,2 52, ,0 1,2 56,9 143,5 772,8 2,5 118,6 298,9 1610,0 Défaut RT2005 1,3 101,1 254,8 1372,4 1,7 74, ,2 1,7 80,7 203,3 1094,8 3,0 142,3 358, Label BBC Effinergie 0,6 46,7 117,6 633,4 1,0 43, ,5 1,0 47,4 119,6 644,0 2,3 109,1 275,0 1481,17 I4 : débit de fuite sous 4Pa (en m3/h/m² à 4Pa) Cenv : coefficient de débit dair (en m3/(h Pan) qv : débit de fuite (en m3/h) Label maison passive 0,16 12,1 30,6 164,64 0,33 14,4 36,3 195,6 0,26 12,2 30,6 165,0 0,26 12,2 30,6 165 Fig 33 : valeurs des débits de fuite pour C d = 0,6 et n = 2/3 39

40 ²

41 œ

42

43 Table des illustrations Numéro Fig. 1 Fig. 2 Fig. 3 Fig. 4 Fig. 5 Fig. 6 Fig. 7 Fig. 8 Fig. 9 Fig. 10 Fig. 11 Fig. 12 Fig. 13 Fig. 14 Fig. 15 Fig. 16 Fig. 17 Fig. 18 Fig. 19 Fig. 20 Fig. 21 Fig. 22 Fig. 23 Fig. 24 Fig. 25 Fig. 26 Fig. 27 Fig. 28 Source Office de l'efficacité énergétique, Canada, Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Litvak et al Campagne de mesure de létanchéité à lair de 123 logements. CETE Sud Ouest. Rapport n DAI.GVCH ADEME-DGUHC. Litvak et al Campagne de mesure de létanchéité à lair de 123 logements. CETE Sud Ouest. Rapport n DAI.GVCH ADEME-DGUHC. Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Tableau Pascale TROUILLET Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation L'étanchéité à l'air, état des lieux en France, enjeux et pistes de progrès Lernen aus Schäden im Holzbau IRB Verlag 2000 Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Limitation des fuites dair Limitation des fuites dair Essais de transparence à lair des membranes de polyéthylène posées sur un mur à ossature bois Différence entre un pare vapeur et un pare air Réussir létanchéité à lair élaboration dune démarche qualité Essais de transparence à lair des membranes de polyéthylène posées sur un mur à ossature bois Documentation PRO CLIMA Documentation AMPACK Documentation PRO CLIMA / CONTEGA PV Les systèmes pare-air dans la construction Documentation PRO CLIMA / CONTEGA FC Létanchéité à lair et la conception architecturale dans les constructions bois. Carnets de détails construction structure lourde Isolation Thermique Extérieure Schéma Pascale TROUILLET Page

44 Numéro Fig. 29 Fig. 30 Fig. 31 Fig. 32 Fig Source Une définition du pare-air Pression du vent et de lair sur lenveloppe des bâtiments Graphique Pascale TROUILLET Pression du vent et de lair sur lenveloppe des bâtiments Tableau Pascale TROUILLET Page

45 Perméabilité à lair de lenveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Réussir létanchéité à lair de lenveloppe et des réseaux Elaboration et application dune démarche qualité Carnets de détails - Construction structure lourde - Isolation Thermique par lextérieur principes de mise en œuvre de létanchéité à lair Carnets de détails - Construction ossature bois principes de mise en œuvre de létanchéité à lair www von Leckagen. Disponible sur Visualisierung Water vapour as a tracer gas for measuring air change rates in houses Essais de transparence à lair des membranes de polyéthylène posées sur un mur à ossature bois Différence en entre un par-vapeur et un pare-air

46 Condensation interne par diffusion de vapeur (en régime stationnaire) Regard 86 sur la science du bâtiment : un pare-air pour lenveloppe du bâtiment Une définition du pare-air bâtiments. Pressions du vent et de l'air sur l'enveloppe des Limitation des fuites d'air Les systèmes pare-air dans la construction Pourquoi et comment assurer une excellente étanchéité à lair dans les bâtiments à basse consommation énergétique? Les bâtiments à faible consommation dénergie - Eléments de contexte Létanchéité à lair et la conception architecturale dans les constructions bois Létanchéité à lair des maisons passives

47 CD-Reef les règles techniques de la construction.

48

49

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Jeudi de L ALEL L étanchéité à l air des bâtiments Enjeux Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Sommaire 1. Contexte Exigence de confort Crise énergétique Crise climatique Des bâtiments performants 2. Perméabilité

Plus en détail

Etanchéité à l air en France : état des lieux, enjeux, et pistes de progrès

Etanchéité à l air en France : état des lieux, enjeux, et pistes de progrès Etanchéité à l air en France : état des lieux, enjeux, et pistes de progrès R. Carrié S. Berthault, S. Charrier, J.P. Grand, R. Jobert, D. Limoges CETE de Lyon Dijon, 21 novembre 2007 Plan de l'exposé

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier.

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été établie à partir de différents sites Internet

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Test de perméabilité à l'air - Rapport d'essai final

Test de perméabilité à l'air - Rapport d'essai final Opération : Bâtiments testés : Contrôle effectué le : RAPPORT D'ESSAI N : Donneur d'ordre : Château d'arsac - 33460 Arsac Mesureur : Xavier VINCENT, N MB 0162-1. P. 1 / 12 Test de perméabilité à l'air

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT!

FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT! L'étanchéité à l'air des logements FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT! Alain DEZELUT, Chargé de mission bâtiment Grenelle DDT du Val-d'Oise 1 L'étanchéité à l'air des logements SOMMAIRE -7 raisons de s'intéresser

Plus en détail

3 Les évolutions du procédé constructif

3 Les évolutions du procédé constructif 3 Les évolutions du procédé constructif 3.1 Trame Nous avons fait évoluer la trame de 2,70 m x 5,40 m vers 3 m x 6 m pour faciliter la prise en compte des contraintes d accès des personnes à mobilité réduite.

Plus en détail

L étanchéité à l air de nos bâtiments

L étanchéité à l air de nos bâtiments L étanchéité à l air de nos bâtiments Par Jean-Claude Tremsal - Objectif Zéro Energie www.maisonbbc.dupont.com Introduction Quand on parle bâtiment, on pense confort et facture énergétique. Le maître d

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI MESURE DE PERMEABILITE A L AIR 0109092009

RAPPORT D ESSAI MESURE DE PERMEABILITE A L AIR 0109092009 RAPPORT D ESSAI MESURE DE PERMEABILITE A L AIR 0109092009 Bâtiment tertiaire : accueil du public et bureaux CNIDEP (54) Phase : Réception Client CNIDEP 4 rue de la Vologne 54524 LAXOU Cedex Adresse du

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Mesure de perméabilité à l air

Mesure de perméabilité à l air BBC Concept SARL au capital de 5000 144 impasse de Chartreuse 38430 SAINT JEAN DE MOIRANS 09 50 66 05 38 06 74 08 30 98 contact@bbc-concept.com www.bbc-concept.com Mesure de perméabilité à l air Rapport

Plus en détail

Perméabilité à l air des bâtiments hyper-isolés

Perméabilité à l air des bâtiments hyper-isolés Perméabilité à l air des bâtiments hyper-isolés D. Limoges, R. Carrié, R. Jobert CETE de Lyon A. Pouget, C. Bréjon POUGET Consultants Rencontres PREBAT 2008 Perpignan, 3-5 juin 2008 PABHI Financement :

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Le secteur de la construction face aux défis climatiques

Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation thermique: étape préliminaire dans tout projet de production de chaleur Agenda O. Vandooren (CSTC) Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation renforcée des bâtiments:

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Règlementation Thermique 2012

Règlementation Thermique 2012 Mme COSSET M. TREMELET M. OLAGNIER Règlementation Thermique 2012 Connaître ses limites pour mieux l appliquer RT 2012 : pour quels bâtiments? Application pratique difficile pour l instant! Cas des restructurations

Plus en détail

21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI

21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI Atelier «Mieux concevoir, exécuter et livrer des logements BBC : points de contrôle et premières réussites» Bellet Christophe (GrDF) Delphine Lepeix

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne

LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne Sommaire Contexte énergétique et réglementaire Définition

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Vers des Bâtiments à Energie Positive

Vers des Bâtiments à Energie Positive Vers des Bâtiments à Energie Positive Economie d Energie Efficacité Energétique Energies Renouvelables et Locales Daniel QUENARD CSTB-Grenoble Dpt Enveloppes et Revêtements / Physique des Matériaux quenard@cstb.fr

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l.

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l. 1 Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey De VROEY s.p.r.l. 1 Objectif(s) de la présentation Donner un sens à l étanchéité

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

Offre de formation «Etanchéité à l air»

Offre de formation «Etanchéité à l air» Offre de formation «Etanchéité à l air» Nom de l Organisme de Formation Coordonnées Présentation du module de formation étanchéité à l air Objectifs/ Contenus/Support Pédagogique SALOLA ENVIRONNEMENT 21

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

Technique d étanchéité

Technique d étanchéité ISO-CONNECT Vario SD ISO-CONNECT Vario SD facilite la vie sur le chantier. Les confusions entre les films à l intérieur (pare-vapeur) et à l extérieur (par-pluie) appartiennent au passé. La membrane multifonction

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ETANCHEITE A L AIR : INTRODUCTION THEORIQUE Aline Branders A 2 M Objectifs de la présentation Définir les notions relatives à l étanchéité Montrer

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PAR INFILTROMETRIE

RAPPORT D ANALYSE PAR INFILTROMETRIE RAPPORT D ANALYSE PAR INFILTROMETRIE Norme NF EN 13829 & GA P50-784 Désignation du demandeur Nom : BOILLOD CONSTRUCTION BOIS Rôle dans l opération: Constructeur Adresse : Chemin de la Zone 25390 ORCHAMPS

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

Infiltrométrie. Maison individuelle 23bis Grande Rue 25300 LES GRANGES NARBOZ

Infiltrométrie. Maison individuelle 23bis Grande Rue 25300 LES GRANGES NARBOZ Infiltrométrie Maison individuelle 23bis Grande Rue 25300 LES GRANGES NARBOZ Maître d'ouvrage Mr GRILLON Jean-Yves Contrôle effectué le 23/12/2008 ALSATECH Sàrl au capital de 50.000 euros RCS Mulhouse

Plus en détail

Contexte énergétique des bâtiments Vers des bâtiments à énergie positive Conception et efficacité énergétique Historique de la perméabilité à l air

Contexte énergétique des bâtiments Vers des bâtiments à énergie positive Conception et efficacité énergétique Historique de la perméabilité à l air Sommaire 1. Éléments de contexte Contexte énergétique des bâtiments Vers des bâtiments à énergie positive Conception et efficacité énergétique Historique de la perméabilité à l air 2. Perméabilité à l'air?

Plus en détail

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement SEMIN TECHNIC, étanchéité à l air ] Étanchéité à l air Les murs extérieurs, plancher, toiture, portes et fenêtres constituent l enveloppe d un bâtiment. C est elle qui sépare le milieu intérieur du milieu

Plus en détail

Perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation

Perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Octobre 2006 Perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments Généralités et sensibilisation Octobre 2006 CETE de Lyon

Plus en détail

Évolution vers la RT 2012. Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie

Évolution vers la RT 2012. Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie Évolution vers la RT 2012 Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie La feuille de route de la réglementation énergétique Programme résidentiel en zone climatique H2b Consommations : Chauffage Eau Chaude

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois 2 décembre 2010 - Riom

COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois 2 décembre 2010 - Riom COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois - Riom Une réglementation vers des bâtiments basse consommation puis des bâtiments 27 septembre à énergie 2010 positive Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Heike Erhorn-Klutting, Hans Erhorn, Fraunhofer-Institut fur Bauphysik Hicham Lahmidi, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Traduit de l Anglais

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Sécurité maximale. INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé. testé par CSTB

Sécurité maximale. INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé. testé par CSTB Sécurité maximale pour petits et grands INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé AVIS TECHNIQUE testé par CSTB hygrovariable Frein-vapeur et membrane d étanchéité

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

CONTRÔLE DE PERMEABILITE A L AIR DE BATIMENTS D HABITATION.

CONTRÔLE DE PERMEABILITE A L AIR DE BATIMENTS D HABITATION. CONTRÔLE DE PERMEABILITE A L AIR DE BATIMENTS D HABITATION. MÉMOIRE TECHNIQUE Août 2012 Certification N MB 0314-1 Mesureur de la perméabilité à l air de l enveloppe des bâtiments L'infiltrométrie contrôle

Plus en détail

Cré dit B.i p. Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval

Cré dit B.i p. Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval Cré dit B.i p Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics : retour d'expérience sur la bibliothèque de Marval Genèse du projet - 2010 Décision communauté de communes / commune de Marval

Plus en détail

Textes applicables et connexes, en thermographie du bâtiment. Dominique PAJANI

Textes applicables et connexes, en thermographie du bâtiment. Dominique PAJANI Textes applicables et connexes, en thermographie du bâtiment Dominique PAJANI - 1 - Quelques textes de base (... absolument non exhaustif) Pour le thermographe NF A09-400, -420 et -421, vocabulaire et

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère Conférence sur le thème 27de septembre 2010 l'étanchéité à l'air des bâtiments Ministère de l'écologie, du Développement Durable,

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Rapport d inspection Test de perméabilité à l air Localisation des infiltrations d air parasites. Méthode B Test intermédiaire

Rapport d inspection Test de perméabilité à l air Localisation des infiltrations d air parasites. Méthode B Test intermédiaire Rapport d inspection Test de perméabilité à l air Localisation des infiltrations d air parasites Méthode B Test intermédiaire Logement n 3 Q4Pasurf = 0,816 m 3 /(h. m 2 ) Maitre d ouvrage : SNC BATIMALO

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

LES TOITURES. Les toitures plates. Les toitures plates Les toitures inclinées. Toiture chaude Toiture inversée Toiture combinée

LES TOITURES. Les toitures plates. Les toitures plates Les toitures inclinées. Toiture chaude Toiture inversée Toiture combinée LES TOITURES Les toitures plates Les toitures inclinées Les toitures plates Toiture chaude Toiture inversée Toiture combinée 1 Toiture chaude 1 Protection 2 Etanchéité 3 Isolant 4 Pare-vapeur 5 Support

Plus en détail

Mesure de perméabilité à l air

Mesure de perméabilité à l air Rapport d essai de mesure de perméabilité à l air selon la norme NF EN 13829 et le guide d application GA P50- INFILTROTEST 9 route de Paris 75000 PARIS XXXXXXXXXX - XXXXXXXXXX@hotmail.fr www.xxxxxxx.com

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

Version 2 - Validée par CA Effinergie du 17 avril 2009

Version 2 - Validée par CA Effinergie du 17 avril 2009 Règles techniques relatives au processus et à la mesure de l étanchéité à l air des bâtiments neufs faisant l objet Version 2 - Validée par CA Effinergie du 17 avril 2009 L'ensemble des informations décrites

Plus en détail

ATbat infiltrométrie du bâtiment

ATbat infiltrométrie du bâtiment Le Colombier 24160 Saint Raphaël Tél : 06 11 66 66 65 atbat.verrier@orange.fr RAPPORT D'ESSAI MESURE DE LA PERMEABILITE A L'AIR & LOCALISATION DES INFILTRATIONS D'AIR NON MAITRISEES Conforme à la norme

Plus en détail

RT 2012 - Perméabilité à l'air

RT 2012 - Perméabilité à l'air Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 03/01/2016. Fiche formation Module 5.2 - Mettre en œuvre des bâtiments en résidentiel basse - N : 12566 - Mise à jour : 19/05/2015 RT

Plus en détail