Le sens de la peine. Approche pénologique, historique et économique. Dan Biancalana

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sens de la peine. Approche pénologique, historique et économique. Dan Biancalana"

Transcription

1 8 forum 277 Le sens de la peine Approche pénologique, historique et économique Le présent article s inscrit dans le récent débat mené sur la fonction de la prison et de la peine d emprisonnement (cf. forum n 275, mars 2008). Il n a pas pour objectif de reprendre les propos avancés, mais de situer les fonctions et les effets de la peine dans un contexte plus large. Il s agit avant tout d une approche pénologique, la pénologie étant la «jeune» science des peines. Nous verrons qu au cours des derniers siècles, différentes peines furent envisagées et appliquées dans des contextes socioéconomiques bien précis. Nous montrerons aussi que la peine revêt également des logiques et justifications bien précises. Il s agit ici de sa nature et de sa raison d être. Les notions de responsabilité et d irresponsabilité pénale ne seront pas abordées ici. Dan Biancalana La constitution de la loi pénale et ses effets Il existe trois processus relatifs à la loi pénale : celui de la criminalisation primaire (processus d élaboration de la loi pénale par le Parlement, les entrepreneurs de morale 1 ) ; celui de la criminalisation secondaire (application de la loi par les différentes agences pénales) et celui de la criminalisation tertiaire (l exécution des sanctions prononcées, en référence au droit d exécution des peines). Ainsi, le fait de criminaliser un comportement peut produire à son égard une forte désapprobation publique, laquelle n existait pas auparavant (harcèlement sexuel, violence domestique) 2. Pour Durkheim, «un acte est criminel quand il offense les états forts et définis de la conscience collective». Nous ne le réprouvons pas parce qu il est un crime, mais il est un crime parce que nous le réprouvons, il suscite l indignation. Le crime est ainsi un construit social. Quant à la conscience collective, elle est la condition de possibilité du crime et de la peine. La loi pénale transmet un message à la population : à côté de l interdit qu elle érige, chaque condamnation exprime la désapprobation morale de la société à l égard de l acte commis. Il n y a peine que quand il y a accord sur les valeurs morales. Le recours à la pénalité (ensemble des peines établies par la loi) a pour effet, à côté de la sanction infligée, de réaffirmer et de renforcer la solidarité morale (par le biais du jugement des juridictions pénales). Ordre moral est ainsi synonyme de conscience collective. C est ainsi que le désir passionné de vengeance est pris en charge par l État, avec le principe de la proportionnalité entre acte commis et peine. Tout comme pour le crime, la peine en soi n existe pas. Il existe des pratiques pénales particulières, des systèmes de peines. Le droit de punir 3 Pour appréhender le fondement du droit de punir et la réaction face à la délinquance, deux grandes justifications se distinguent : celle du rétributivisme (Kant) et celle de l utilitarisme (Beccaria et son ouvrage majeur : Des délits et des peines). Elles donnent toutes les deux naissance à la rationalité pénale moderne au XVIII e siècle 4. Pour Kant, l origine de la peine est de nature religieuse. La peine à infliger doit être douloureuse, c est le droit du souverain de punir celui qui lui est soumis. La peine est tournée vers le passé, vers l acte commis. Elle a une fonction d expiation et beaucoup moins de dissuasion. C est la loi du talion. Punir est un devoir impératif, un devoir moral. Il faut faire souffrir celui qui a commis une Dan Biancalana est criminologue au service de probation (SCAS/Parquet général).

2 Juni infraction à la hauteur de la gravité de son acte. Il s agit de combattre le mal par le mal. Contrairement à Beccaria, pour Kant, la peine n a pas de conséquence positive. Pour Beccaria, la vie psychique s organise à partir de sensations. L individu est doté d une raison calculatrice. Il a la capacité d estimer et de calculer le plaisir et la souffrance qui découlent de son acte. Par conséquent, il choisit la solution la plus avantageuse. En d autres termes, l infracteur mesure le coût et le bénéfice de sa transgression. La fonction de la peine sera alors de provoquer dans le chef de l individu une douleur modérément supérieure au plaisir qu il a ressenti en commettant son acte. La peine vise ainsi la dissuasion et également la prévention de nouvelles infractions. Elle est tournée vers l avenir. L utilité de la peine est de réformer l individu. Les lois et tribunaux sont nécessaires pour éviter que les individus retombent dans un état de nature. Dans leur approche, les utilitaristes comme Beccaria, voire Bentham, étaient opposés à la condamnation d individus atteints de certaines pathologies mentales. C est ici que se fonde notamment la théorie de la défense sociale reprise par A. Prins et approfondie par P. Gramatica et M. Ancel. Les effets de la peine La peine a un effet dissuasif général (la crainte de subir une sanction en cas de transgression de la loi) et un effet dissuasif spécial (l évitement de la récidive). La peine a également, nous venons de le voir, un effet d expiation et de dissuasion, mais aussi de neutralisation et d incapacitation (mise à l écart du justiciable à travers l incarcération). Elle prend également en charge la prévention des actes de vengeance de la victime. Finalement, la peine a aussi une logique de réadaptation. Il va de soi que différentes peines visent différents effets 5. À côté des effets, Foucault, dans son ouvrage Surveiller et punir, s est pour sa part clairement prononcé sur le sens de la peine : «le citoyen est censé avoir accepté une fois pour toutes, avec les lois de la société, celle-là même qui le risque de punir. Le criminel apparaît donc comme un être juridiquement paradoxal. Il a rompu le pacte, il est donc l ennemi de la société toute entière, mais il participe à la punition qui s exerce sur lui. Le moindre crime attaque la société ; et toute la société y compris le criminel est présent dans la moindre punition» 6. La peine et son contexte économique 7 Dans leur ouvrage Peine et structure sociale, Rusche et Kirchheimer 8 ont établi qu il existe une influence des circonstances économiques sur le système pénal. Leur approche était donc plutôt de nature marxiste et ils ont étudie le système pénal sous ( Xeroid) l angle du rapport de force entre la classe dominante et la classe dominée. Ils constatent, à travers leurs analyses documentaires, deux éléments particuliers : - le régime des peines doit être conçu de telle sorte que les couches les plus menacées de devenir criminelles préfèrent encore végéter dans des conditions les plus misérables en liberté plutôt que sous le joug de la peine. En d autres termes, le condamné doit vivre dans des conditions pires que celles de la classe sociale la plus défavorisée non incarcérée. C est le principe de la moindre éligibilité, qui vise la dissuasion et la crainte de se voir infliger une sanction. - au niveau du lien entre la sphère économique et la sphère pénale, les méthodes des pratiques pénales sont fonction de la valeur de la vie humaine. La valeur de la vie humaine dans la classe dominée est fonction de la valeur du travail. Ces deux auteurs ont illustré ce deuxième point en identifiant trois époques affichant différentes pratiques de punition : le haut Moyen Âge avec ses pénitences et amendes, remplacées au cours du bas Moyen Âge par les peines corporelles et capitales féroces, et substituées au XVII e siècle à leur tour par la peine privative de liberté. Ces modifications étaient essentiellement dues au changement des rapports sociaux et de la forme de la criminalité. Pénitences et amendes Au début du Moyen Âge, il y avait pour les paysans la possibilité de s installer sur les terres libres. La classe sociale inférieure assistait à une véritable répartition uniforme des richesses. Ses besoins étaient satisfaits et son niveau de vie était bon. En outre, au vu de cette situation, la relation entre seigneurs et serfs était plutôt positive. Ainsi, les infractions contre la propriété n étaient pas fréquentes. Le droit pénal mettait l accent sur le maintien de l ordre public. En cas d infraction, le coupa- Le crime est [...] un construit social. Quant à la conscience collective, elle est la condition de possibilité du crime et de la peine.

3 10 forum 277 La peine a un effet dissuasif général (la crainte de subir une sanction en cas de transgression de la loi) et un effet dissuasif spécial (l évitement de la récidive). ble se voyait infliger une amende ou une pénitence pour empêcher la vengeance de la partie lésée. Peines corporelles Pour la deuxième époque, suite à la croissance de la population et au surpeuplement, deux classes distinctes se constituèrent : riches et pauvres, avec l émergence d un mode de production capitaliste. Des troubles sociaux ainsi que des révoltes se manifestèrent. Les mendiants, voleurs et brigands firent rapidement apparition et provoquèrent un sentiment d insécurité manifeste. Les infractions contre la propriété et les personnes s amplifiaient et l amende tout comme la pénitence n étaient plus efficaces en tant que peines. Elles furent remplacées par la flagellation, la mutilation, le bûcher, la pendaison. Des châtiments corporels différents furent d ailleurs appliqués en fonction de la catégorie de l infraction et de l infracteur. Ceci était une conséquence de l appauvrissement des masses. Des peines cruelles devaient les dissuader de commettre un crime. La mise à mort systématique était un moyen d éliminer des sujets considérés comme dangereux. Le supplice de Damien 9 reflète bien ce système de peine cruelle : «à la place de Grève, et sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite tenant en icelle le couteau dont il a commis le dit parricide, brûlée de feu de soufre, et sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l huile bouillante, de la poix résine brûlante, de la cire et soufre fondu et ensuite son corps tiré et démembré à quatre chevaux et ses membres et corps consumés au feu, réduits en cendres et ses cendres jetées au vent». Quant au bannissement autre sanction, il permettait au banni issu de la classe populaire de rester en vie, tout en sachant que la potence l attendait dans sa ville de refuge. Pour les riches, le bannissement était par contre l occasion d entreprendre des voyages d étude, de faire du commerce à l étranger. Le bas Moyen Âge fait donc état d un système pénal où la main-d œuvre et en l occurrence la vie humaine avaient très peu de valeur. La population vivait continuellement dans une atmosphère d oppression. La peine privative de liberté Suite à la guerre de Trente Ans avec comme résultat une réduction de la population, il y eut une réelle pénurie de main-d œuvre. La force de travail devint de nouveau précieuse. Le salaire et le niveau de vie des classes inférieures s améliorèrent. Par ailleurs, exterminer les criminels aurait été économiquement déraisonnable. De ce fait, la prison prit la place des châtiments corporels. Le détenu fut découvert comme un être économiquement utile. Il s agissait d exploiter rationnellement sa force de travail. Ainsi, mercantilisme et emprisonnement faisaient bon ménage. C est ainsi que la maison de correction (précurseur de l actuel système pénitentiaire) s implanta : elle était à la fois un dépôt de mendicité et une maison de travail forcé et d institution pénale 10. Elle visait à faire travailler des individus récalcitrants (vagabonds, mendiants valides, prostituées, fainéants). Néanmoins, cette approche plus humaine disparut avec l apparition de la machine se substituant à l homme. Le niveau de vie de la classe inférieure baissa de nouveau et la prison cessa de rapporter. Face à cette abondance de main-d œuvre non employable, le retour aux peines cruelles médiévales s annonça. En prison, la nourriture et les conditions de détention (les coups et l isolement cellulaire furent introduits) devinrent mauvaises. Conséquence logique : les détenus mouraient en masse. Pourtant, en parallèle, d autres formes de peines se développèrent : les galères et la déportation. Dans son ouvrage L Utopie, Thomas More avait avancé qu il était peu judicieux d exécuter les criminels dans la mesure où leur travail avait une utilité plus grande que leur mort. Ceux affectés aux galères étaient considérés comme une main-d œuvre bon marché. Les galères et la déportation étaient d ailleurs plus proches du châtiment corporel que de l incarcération. La déportation vers les colonies (anglaises, espagnoles et portugaises) était due à la nécessité d une main-d œuvre abondante et peu coûteuse. Il s agissait d une manière efficace de se libérer de criminels dangereux. Quant à ces derniers, ils n avaient plus rien à perdre et tout à y gagner. Ce développement du régime des peines fut davantage présent en Europe qu aux États-Unis qui, avec une charité abondante, n aidaient pas seulement les classes sociales les plus démunies, mais encourageaient davantage l utilité économique du détenu. De manière générale, la main-d œuvre était tellement recherchée que même les vagues d immigrants ne purent combler cette demande. La prison était un réel atelier de production avec une tâche supplémentaire : celle de transformer le criminel en membre utile pour la société, en citoyen responsable. Évolution de la justice pénale Ces différentes pratiques pénales étaient appelées à remplir des fonctions bien précises à des moments déterminés. Dans ce contexte, l application de la sanction et donc l exécution de la peine avaient également eu lieu dans un système judiciaire bien précis : celui de l Ancien Régime et celui des réformateurs. - L Ancien Régime Durant cette époque, toute infraction à la loi (contre les biens et contre les personnes) est consi-

4 Juni dérée avant tout comme un crime de lèse-majesté. La peine appliquée vise ainsi à rétablir l ordre, à réaffirmer la souveraineté étatique. La justice était rendue de façon arbitraire et impitoyable. À la personne lésée portant des séquelles, on ne reconnaissait pas le statut de victime. Son sort passait au second plan. Ce qui comptait, c était de rétablir la loi en faisaient ressentir au coupable l autorité de l État. Seul l État avait le droit d utiliser sa force en exerçant son «acharnement» sur le corps du coupable. Quant à la procédure judiciaire, l instruction se tenait certes à huis clos, mais sans réel débat contradictoire. Les aveux se faisaient suite à de longs procédés de torture. Le prononcé du jugement et de la peine ainsi que son exécution avaient lieu sur la place (centrale) publique. La visibilité de la peine sur le corps du condamné (châtiment corporel) visait la dissuasion et l intimidation. Elle comptait faire ressentir au peuple la force étatique et alimentait la crainte envers le pouvoir en place. L exécution publique était un rituel d affirmation de la puissance du roi. - Les réformateurs et la naissance du droit criminel moderne Avec l avènement du droit pénal, ce sont les garanties procédurales qui sont mises en place 11. Les réformateurs condamnèrent la manière cruelle et inhumaine de rendre justice et plaidèrent pour un système équitable. En outre, en août 1789, la Déclaration des droits de l homme stipulait que «nul homme ne peut être accusé, arrêté, détenu, que dans les cas déterminés par la loi» 12. Grâce à ces revendications, l instruction judiciaire se déroulait toujours à huis clos, mais sans torture et avec la possibilité de défendre ses intérêts de présumé coupable. Le procès pénal en tant que tel avec la lecture de l accusation, le débat contradictoire et le prononcé de la peine a lieu au tribunal (en un lieu institué et organisé) et non plus sur la place publique. L exécution de la peine s effectue en prison ou dans la communauté. Le droit de la victime fait son apparition. La procédure pénale prévoit que la victime peut se constituer partie civile et réclamer des dommages et intérêts. La confrontation entre l auteur et «sa» victime a lieu. La peine d emprisonnement devient la peine principale. Cette dernière échappe au public. L exécution de la peine n est donc plus un théâtre pénal. Nous assistons à une généralisation de la peine d emprisonnement. Il s agit d un passage «d un régime spécialisé dans l art des sensations insupportables à un régime fondé plus spécifiquement sur une économie des droits suspendus» 13. La naissance de la prison Foucault s est intéressé de près à l histoire de la gouvernementalité qu il a définie comme étant l histoire de l art de conduire les conduites. Dans ce contexte, il s est également penché sur la naissance de la prison. Il la considère comme un lieu d apprentissage de la discipline et de techniques en vue de dresser le corps, de le rendre docile. Contrairement au châtiment corporel, la peine d emprisonnement ne vise plus à marquer le corps du condamné et à le détruire, mais à le contrôler, à le maîtriser. La prison est la continuité d un art de domestication du corps (déjà présent au sein de l armée, des hôpitaux, des écoles ). Il s agit d un continuum disciplinaire. Pour Foucault, la gouvernementalité nécessite trois éléments : le corps, le pouvoir et le savoir. Le corps est l entité visée et façonnée par les institutions politiques, économiques et pénales pour le rendre utile à l État. Le pouvoir est toute forme de conduite des conduites, et le savoir est l ensemble des savoir-faire nécessaires pour assujettir le corps. L idée dégagée est celle du pouvoir qui s exerce mieux si la population pénale est connue, d où la présence de techniques pénales moins brutales. Ainsi, la discipline (en prison) s attache à chaque geste et mouvement du corps (dans le temps et dans l espace). Elle est opérée par une supervision ininterrompue, une surveillance qui repère la moindre déviance. Pour rendre le corps utile se développent donc des dispositifs d encadrement des individus pour les rapprocher de la norme : - la manœuvre : l efficacité de chaque geste déployé est étudiée. L horaire établi en prison (pour se lever, se coucher, manger, travailler, étudier) sert à imposer au détenu des gestes utiles et normatifs ; Avec la naissance de la prison, c est donc la théorie de la privation de liberté qui remplace celle relative à la souffrance.

5 12 Strafrecht forum 277 visibilité de la peine sur le corps à un autre type de visibilité qu est le casier judiciaire. Quant à la théorie de la réhabilitation, elle est dans un premier stade également axée sur la privation de la liberté. Ce n est qu à la seconde moitié du XX e siècle que la resocialisation fut conçue à l extérieur des murs d institutions fermées par le biais de sanctions et d un traitement en milieu ouvert 16 (probation, travail d intérêt général, surveillance électronique ). Toutefois, malgré le développement important d alternatives à l incarcération, pour la plupart, l emprisonnement est subsidiaire 17 en cas de non-respect des conditions ou de récidive. (http://pointcommun.wordpress.com/2007/08/) - les procédures d examen et de classement : elles servent à analyser l évolution du délinquant et permettent de constituer un savoir sur le détenu et, de là, un savoir criminologique. C est dans cette optique que s inscrit d ailleurs le modèle de prison appelé Panopticon (de J. Bentham), qui est conçu comme bâtiment circulaire dont le centre est doté d une tour occupée par le surveillant avec vue libre sur les cellules. Ce modèle, à côté de l incapacitation classique et de la manufacture, a un atout majeur : il cible l intériorisation du regard en vue de discipliner le corps du détenu. Le condamné sait que le gardien peut le surveiller à tout moment, mais le même condamné ne sait pas si le surveillant le fait effectivement 14. Le détenu vit ainsi constamment avec l idée d être surveillé sans le savoir effectivement. Cette conception de l exécution de la peine n est pas seulement diamétralement opposée au châtiment corporel, mais montre que le corps est soumis à l inspection. Ici, la peine est censée laisser ses traces sur l âme et l esprit de l individu (approche plus psychologique) pour le réformer, au lieu d être appliquée directement sur le corps. En imposant cette discipline «de vie», l objectif est celui de la réhabilitation, de la resocialisation du délinquant. Cet objectif s appuie sur «l idée qu il existe une convergence entre l intérêt du délinquant et celui de la société, le traitement de celui-ci permettant de protéger celle-là» 15. Pour ce faire, deux types de traitement peuvent être isolés : celui à caractère non thérapeutique et celui à caractère thérapeutique. Le premier se distingue par la formation scolaire et professionnelle. Le deuxième se compose de psychothérapies, imposées ou proposées, au condamné en vue de comprendre son passage à l acte et de cerner ses problèmes psychologiques. Avec la naissance de la prison, c est donc la théorie de la privation de liberté qui remplace celle relative à la souffrance. Au niveau de la stigmatisation du condamné, nous assistons également à un glissement entre l Ancien Régime et la Réforme : de la Pour ce qui est desdites alternatives, sans trop vouloir l approfondir, une notion nouvelle se dégage : le consentement. Le droit criminel prévoit, dans ce contexte, de recourir au consentement du justiciable face à une peine précise à prononcer. Ce dernier «accepte» ainsi sa peine et «autorise» le juge à le condamner à une peine qui vise à rendre le condamné responsable (de l exécution de la peine et de l obligation morale envers la société). Le condamné devient une sorte «d allié» qui, en tant que destinataire de la peine, l a comprise et reconnaît son utilité. On n attend de lui que de se transformer. 1 La notion d entrepreneurs de morale fut utilisée par H. Becker dans son ouvrage Outsiders, pour qualifier les personnes dont la mission consiste à aider à réformer les mœurs. 2 X. Bebin, 2006, Pourquoi punir? L approche utilitariste de la peine, Paris, L Harmattan, p C. Debuyst, F. Digneffe, A.P. Pires, 1998, Histoire des savoirs sur le crime & la peine. La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, vol. 2, Bruxelles, Perspectives criminologiques, Éd. De Boeck, pp C. Debuyst, F. Digneffe, D. Kaminski et C. Parent, 2002, Essais sur le tragique et la rationalité pénale, Bruxelles, Éd. De Boeck, p La peine de mort table sur un effet d expiation, de dissuasion et de neutralisation. Pour la peine d emprisonnement, l effet de réadaptation s y ajoute. Les sanctions communautaires, elles, visent l expiation, la dissuasion et la réadaptation (mais certainement pas la neutralisation et l incapacitation). 6 M. Foucault, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éd. Gallimard, p G. Rusche, O. Kirchheimer, 1994, Peine et structure sociale. Histoire et «Théorie critique» du système pénal, Paris, Éd. du Cerf, 400 p. 8 Ces deux auteurs s inscrivent dans le courant de l École de Francfort. 9 Foucault, op. cit., p. 9. Foucault commence son ouvrage majeur en citant le supplice de Damien. Il décrit minutieusement, sur trois pages, le processus détaillé de cette atroce exécution publique. 10 G. Rusche, O. Kirchheimer, op. cit., p De nos jours, c est le code pénal classique ainsi que le code d instruction criminelle. 12 Selon l adage, nullum crimen sine lege, nulla poena sine lege. P. Combessie, 2004, La sociologie de la prison, Paris, Repères, Éd. la Découverte, p M. Foucault, op. cit., p Cette approche est aussi valable pour le système de vidéosurveillance, qui est un art «moderne» de conduire les conduites. 15 X. Bebin, op. cit., p R. Dubé, J-F Cauchie, 2007, «Enjeux autour de l évolution du droit criminel moderne», in Déviance et Société, 31, 4, p D. Kaminski, S. Snacken, M. van de Kerchove, 2007, «Mutations dans le champ des peines et de leur exécution», in Déviance et Société, 31, 4, p. 491.

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC

L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC par Nadia DEVROEDE Premier substitut du Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Bruxelles dirigeant la section famille Le rôle traditionnel

Plus en détail

Quel modèle de lutte contre la récidive?

Quel modèle de lutte contre la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Quel modèle de lutte contre la récidive? Xavier Bébin Résumé La lutte contre la récidive en France est engagée sur une mauvaise voie : l objectif des

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur Commission consultative des Droits de l Homme du Grand-Duché de Luxembourg Avis sur le projet de loi 6761 portant mise en œuvre de certaines dispositions de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT :

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : VALORISE T ON LA PROTECTION ANIMALE AU QUÉBEC? ALLOCUTION PRÉSENTÉE À LA CONFÉRENCE DES GOUVERNEURS DU 11 DÉCEMBRE 2014 Martine Lachance Directrice, Groupe de recherche

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ;

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ; DECRET Nº 2014-563/PRES du 03 juillet 2014 promulguant la loi n 022-2014/AN du 27 mai 2014 portant prévention et répression de la torture et des pratiques assimilées. JO N 36 DU 04 SEPTEMBRE 2014 LE PRESIDENT

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Intervention du 2 juin 2009 Vincent CARON, Avocat associé cabinet FIDAL Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Directeur du pôle Santé et sécurité au

Plus en détail

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences.

Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. Alcool et conduites addictives au travail: Données légales en droit du travail et jurisprudences. 1 Alcool et conduites addictives au travail La jurisprudence et les textes de loi encadrent strictement

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Mythes et réalités des peines de substitution

Mythes et réalités des peines de substitution Mythes et réalités des peines de substitution Analyse CODE Octobre 2008 Par Delphine Paci, avocate au Barreau de Bruxelles, Présidente de la section belge de l Observatoire International des Prisons, pour

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1. Définition Les risques psychosociaux (RPS) recouvrent des risques d origine et de nature variées et sont admis comme des : «risques pour la santé, mentale mais aussi

Plus en détail

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM)

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Projet pilote à la Cour municipale de la Ville de Montréal d intervention multidisciplinaire pour les contrevenants souffrant de troubles mentaux

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FACULTÉ DES ARTS ET DES SCIENCES Secteur des sciences sociales et psychologie ÉCOLE DE CRIMINOLOGIE Mesures pénales communautaires 3 crédits Préalable : Aucun Session : Hiver 2015

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Formation continue Droit scolaire

Formation continue Droit scolaire AVERTISSEMENTS Ce document est un support créé pour les étudiants de la HEP et complété à l occasion d une journée pédagogique. Il ne peut pas être exhaustif de la réglementation, ni répondre à toutes

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Adopté par le Conseil le 7 février 2006 En vigueur le 7 février 2006 Abrogé par le Conseil et entré en vigueur le 24 avril 2012 Règlement

Plus en détail

Pour donner aux candidats potentiels une idée détaillée de ce qu implique la fonction, nous répondons ci-dessous aux questions fréquemment posées.

Pour donner aux candidats potentiels une idée détaillée de ce qu implique la fonction, nous répondons ci-dessous aux questions fréquemment posées. Le Service Public Fédéral Justice recherche des personnalités intègres, fortes, pouvant exercer une fonction d exemple en tant qu. Pour donner aux candidats potentiels une idée détaillée de ce qu implique

Plus en détail

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 septembre 2011. PROPOSITION DE LOI tendant à créer une École nationale

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail