PAN AFRICAN LAWYERS UNION Troisième Conférence Générale Triennale. Yaoundé-Palais des Congrès, du 05 au 07 juin 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAN AFRICAN LAWYERS UNION Troisième Conférence Générale Triennale. Yaoundé-Palais des Congrès, du 05 au 07 juin 2014"

Transcription

1 PAN AFRICAN LAWYERS UNION Troisième Conférence Générale Triennale Yaoundé-Palais des Congrès, du 05 au 07 juin 2014 Thème général : FLUX FINANCIERS ILLICITES EN PROVENANCE D AFRIQUE : NEUTRALISATION DES FUITES, GESTION ET RAPATRIEMENT DES FONDS GELES Sous-thème : FLUX FINANCIERS ILLICITES : DEFINITION DES TERMES ET CONTEXTE Communication sur : «Les rapports entre les flux financiers illicites et le droit criminel» Par Pr Jeanne Claire MEBU NCHIMI Enseignante à l Université de Yaoundé II 1

2 Les rapports entre les Flux Financiers Illicites (FFI) et le droit criminel font penser à l image du jeu entre le chat et la souris ; le chat étant symbolisé par le droit criminel, et la souris aux FFI. Dans ce jeu, la souris semble se jouer de la vigilance, de l attention et des pièges que lui tend le chat, qui n agit qu en réaction lorsqu il aperçoit la souris, et se met à sa poursuite, alors qu il aurait pu, par anticipation, identifier les différents refuges et les chemins probables qu emprunterait la souris, et y dresser ses guets-apens Cette image pour dire, chers participants, que les rapports analysés sont tendus parce que le droit pénal tente de traquer les FFI qu il définit comme étant illicites, pour les réduire. Il prévient et réprime, le cas échéant, les flux financiers illicites, depuis leurs origines. Lesdits flux ne cherchent qu à être dissimulés, transformés ou convertis, blanchis, pour subsister. Le choix de ce thème peut paraître trivial, mais en réalité, il est d une importance indéniable au regard des questions qu il regorge, comme le sont de nos jours, toutes les infractions dites économiques, en raison de leur impact sur les activités et le développement économique ; en raison aussi sans doute de leur nature opportuniste, basée essentiellement sur «les affaires», des affaires loin d être irréprochables. La problématique trouve d autant mieux à se poser dans le champ du droit, et spécialement du droit criminel, que la tendance semble être à la dépénalisation du monde des affaires, contrairement au tout répressif des atteintes aux droits de l homme en l occurrence. L objectif est pourtant un : promouvoir le développement humain à travers la lutte contre la criminalité dont les flux financiers illicites constituent les principales sources de financement, et des facteurs de pérennisation. Il paraît difficile de dissocier les mouvements financiers obscurs du phénomène criminel car, ils s abreuvent mutuellement l un, à la source de l autre. Cette interconnexion vitale justifie que le phénomène rampant des Flux Financiers Illicites (FFI) exerce une attraction sur le droit répressif. Il reste à déterminer la nature de leurs rapports qu on peut appréhender à travers un décryptage de cette activité. On ne s arrêtera sur la dénomination de «Flux Financiers Illicites» que pour relever qu elle n est pas consacrée en droit pénal, expressis verbis. Pas tant que le champ disciplinaire soit indifférent ou ignorant de ce phénomène désormais planétaire, mais simplement parce que 2

3 le droit en général, et le droit pénal en particulier, fonctionne sur des concepts consacrés, qui lui sont parfois propres. L opération de qualification notamment, consiste à traduire dans le langage pénal, des faits qui ne lui sont pas symptomatiques mais dont il a la charge du traitement, pour en élaborer le régime juridique adéquat. C est dire, que les Flux Financiers Illicites doivent être pénalement apprivoisés, pour tenter une compréhension des liens qui les unissent ou les confrontent au droit pénal. Comme d autres intervenants l ont sans doute déjà relevé, les Flux Financiers Illicites désignent d importants mouvements d argent d origines frauduleuses ou criminelle ; des sommes d argent qui ne sont pas sainement gagnées, que l on destine néanmoins à intégrer les circuits légaux. C est donc un concept ouvert, susceptible de s expliquer principalement par l origine des sommes illégale de l argent en circulation. Sous ce rapport, leur caractère illicite interpelle les règles pénales. Ce corpus de règles destinées à prévenir et à réprimer des faits antisociaux qualifiés d infractions, forme le droit pénal. Comment s articulent dès lors, les rapports entre cette activité de type particulier constituée de flux financiers illicites, et le droit pénal? Les Flux Financiers Illicites sont les retombées d activités criminelles ou délictueuses, qui font partie intégrante de la criminalité financière ou économique, dont la capacité de faire fi des frontières est remarquable. Au regard de leur dangerosité socio-économique, le droit pénal s est emparé de ces agissements pour y donner une réponse appropriée. Ce faisant, il a procédé par des qualifications pénales pour en favoriser l incrimination. Sous cet angle, les Flux Financiers Illicites ont essentiellement pour origines pénales : - la corruption ; - le trafic d influence ; - les détournements des deniers publics ; - le blanchiment des capitaux ; - le terrorisme et autres fraudes et évasions fiscales. 3

4 Ces infractions et celles qui leur sont assimilées, engendrent à leur tour les phénomènes d enrichissement illicite et plus largement, la criminalité en col blanc. Au regard de l ampleur des enjeux sous-tendus par ces activités, elles se sont rapidement internationalisées, appelant de la sorte une réponse juridique toute aussi universelle. De l analyse, on constate que la réaction strictement pénale contre ce fléau se situe dans un processus qui agit en amont et en aval. Autrement dit, le droit pénal déploie deux axes d intervention pour lutter contre le phénomène des FFI. En amont, constitue des mesures pour une prévention dynamique (I) qui doit être suivie en aval par une répression pugnace (II). I- Prévention normative dynamique contre les Flux Financiers Illicites La prévention est, en matière pénale, un art pédagogique utilisé pour dissuader des délinquants de passer à l acte, avant de recourir à la sanction des plus téméraires qui, malgré tout, prennent le risque. Elle s opère par l adoption dans le droit substantiel, des normes informatives de mise en garde et de prévention générale. Dans ce sens, la réaction internationale a consisté à s engager fermement dans un certain nombre d instruments pour lutter contre les Flux Financiers Illicites, à travers les infractions ci-dessus évoquées (A), invitant les législations nationales à les intégrer à leur tour dans leurs législations internes par le biais d incriminations précises (B). A/ Fermeté des instruments internationaux dans la prévention contre les flux financiers illicites Deux groupes d instruments ayant pour objet de combattre les sources des flux financiers illicites méritent d être mentionnés : les instruments à vocation universelle et ceux à vocation régionale ou sous régionale. 4

5 1 ) Consécration universelle des mesures pénales préventives des actes générateurs de fonds illicites Ces mesures sont prises à travers des engagements internationaux : - Convention des Nations Unies contre le trafic illicite des stupéfiants et des substances psychotropes de 1998 (Vienne) ; - Convention des Nations Unies sur la criminalité transnationale organisée de 2000 (Palerme) ; - Convention des nations Unies contre la corruption de 2003 (Mérida). 2 ) Au plan régional et sous régional - Convention de l Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption du 11 juillet 2003 (Convention de Maputo) ; - Règlement CEMAC n 02/10 du 02 octobre 2010, révisant celui du 4 avril 2003 portant prévention et répression du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme. Socle commun des instruments : - Convergence sur la nature des crimes économiques (assis eux-mêmes sur des délits ou crimes tel que le terrorisme, prise d otages, exploitation des stupéfiants, etc.) - Ces crimes et délits sont générateurs d importants flux financiers ; - Les sources Flux Financiers Illicites peuvent provenir des deniers publics ou privés ; - Les actes délictueux sont suffisamment larges et détaillés pour permettre leur incrimination ; - Les agissements délictueux peuvent être par conséquent réprimés ; - La suppression des facteurs générateurs (crimes et délits) peut contribuer à une réduction significative des Flux Financiers Illicites. Pour ces raisons, il faut agir en synergie pour trouver des moyens de réduction des ces flux qui obèrent le développement économique. 5

6 B/ L intégration des dispositions des instruments dans les droits nationaux Les instruments internationaux en matière pénale ont beau être pertinents, leur application n est pas automatique. Il ne suffit en effet pas de constater que la ratification rend une convention obligatoire dans les États parties ; encore faut-il qu elle s applique de manière réelle, effective, au sein de l État. C est le résultat recherché par «l intégration». Celle-ci consiste en effet non seulement à faire entrer une norme (internationale) dans un ensemble (interne), mais également à lui donner pleinement effet. La souscription aux engagements internationaux passe, pour ainsi dire, par un processus parfois long, qui va de l adhésion à la ratification, puis à l intégration matérielle dans l ordre juridique interne. Or, il n y a pas toujours, de la part des autorités nationales, un réel empressement à assurer les conditions de mise en œuvre des textes internationaux. Nous n évoquerons la méthode d intégration, qui dépend du pragmatisme de chaque état, que pour dire qu elle n a pas de standard. L option peut néanmoins être porté sur le monisme ou le dualisme, selon que l on veut «transposer» ou simplement «accueillir» la norme internationale. En matière pénale particulièrement, les instruments internationaux ne ciblent que des infractions sans les assortir des peines correspondantes. Ils peuvent aussi identifier des faits sans les qualifier en type d infraction. Il incombe donc à chaque Etat partie à la fois de préciser les éléments matériels constitutifs de l infraction, et de fixer le régime des sanctions applicables en l'inscrivant dans son système juridique. Autrement, les normes pénales internationales n étant pas d application immédiate, la prévention citoyenne et leur poursuite judiciaire nécessitent leur intégration préalable dans le corpus interne par la technique de l incrimination, avec la nécessité à l égard du droit substantiel : - de définir de nouvelles infractions à partir des dispositions des instruments internationaux (blanchiment des capitaux, enrichissement illicite, etc. ) ; - de compléter des incriminations existantes (extension de la corruption et infractions assimilées au secteur privé, élargissement des éléments matériels au détournement de deniers publics, etc.) ; - de procéder à la qualification des infractions en les répartissant entre les catégories criminelles ou délictuelles ; 6

7 - d opérationnaliser le régime de la répression en déterminant le type de sanction pour chaque incrimination pour les judiciariser effectivement ; - de prévoir, si nécessaire, des particularités procédurales ; - etc. Il y a pourtant tout lieu de faire remarquer que ces opérations ne sont pas suffisamment diligentées au point que l adaptation de la législation interne aux exigences internationales est parfois mitigée, paralysant de la sorte les mesures de prévention contre des activités dangereuses à grande échelle et nuisibles au développement. Quoi qu il en soit, la lutte contre les Flux Financiers Illicites implique que l Etat engage un autre combat préalable contre l impunité. La même volonté conduit la phase préventive à céder à celle de répression pour les délinquants obstinés. II- La pugnacité de la répression L utilité et la réalité des mesures de lutte contre les Flux Financiers Illicites se font par les législations internes qui en sont les principaux acteurs. Etant plus proches des actes criminels, elles sont au cœur du processus d implémentation du droit substantiel défini et publié. Pour cela, la phase de poursuite doit être coordonnée (A) pour prioriser la restitution des fonds illicitement détenus, (B) sur les autres peines privatives de droits et libertés. A/ Coordination des opérations de poursuite des délinquants Sur le plan institutionnel et procédural, plusieurs acteurs interagissent pour traquer les délinquants économiques : - La chancellerie ; - Les autorités judiciaires de droit commun (parquet et instruction et juge) ; - La juridiction judiciaire spécialisée (T.C.S.) ; - Les établissements de crédit (obligation de vigilance) ; - Les organismes spécialisés : ANIF, CONAC, CONSUPE 7

8 L efficacité de ces acteurs semble pourtant réduite, du fait d une part, des collusions dans des actions et, d autre part, de l absence d initiatives des organes aux compétences pourtant définies. L absence de transparence masque aussi quelquefois, une certaine léthargie dans les actions. En l occurrence, les banques sont-elles réellement engagées pour déclarer des soupçons préalables à la poursuite contre l enrichissement illicite? Lorsque les soupçons sont déclarés, qu en font l ANIF et les juridictions? L harmonisation des actions est un enjeu capital pour en permettre un suivi de la réalisation. Notamment, il est difficile de comprendre que le ministère public qui dispose selon les textes, du monopole de déclenchement de l action publique, attende le signal de l Exécutif pour exercer sa fonction. B/ Accent sur la confiscation et la restitution des fonds illicites Les textes qui consacrent les infractions génératrices de Flux Financiers Illicites, prévoient comme peines complémentaires, la confiscation et la restitution du corps du délit. Le pragmatisme de cette mesure traduit la réalité du lien existant entre le phénomène et le droit pénal, doté de mesures coercitives nécessaires. Il s agit en effet de l utilitarisme pénal fondé sur la rationalité et le calcul du criminel (Bentham et Lombroso). Le Cameroun a pris un décret portant modalités de restitution du corps du délit. Il faut toutefois regretter que cette pratique ne soit applicable que devant le TCS, tribunal d exception spécialisé uniquement dans la répression des détournements des deniers publics. La mesure exclut la procédure de droit commun et d autres infractions. Il y aurait lieu, en cohérence avec l établissement des liens entre la corruption et le détournement des deniers publics comme le fait par exemple la convention de Maputo, d étendre ces modalités à toutes les infractions qui ont pour effet d enrichir illicitement, et donc de générer des flux financiers frauduleux. La consécration de la responsabilité pénale des personnes morales est d ailleurs de nature à renforcer cet objectif. De manière globale, il y a lieu de relever la réalité de la volonté d encadrement des FFI bridée néanmoins par la faible portée opératoire de l implémentation de la répression. La 8

9 question de la preuve restera cruciale si le mode de preuve de l enrichissement illicite qui l inverse n est pas étendu dans la procédure concernant les délits et crimes économiques. Des efforts notables sont perceptibles, mais le chemin à parcourir reste long pour que la réflexion continue sur les pistes de recommandations. Pistes de recommandations A l égard de la criminalité financière, une rupture par rapport au droit commun en vigueur est souhaitable pour une justice pénale simplifiée. Les dogmes classiques du droit pénal ne sont pas toujours compatibles avec la politique criminelle relative à ce type de criminalité. L évolution vers un droit pénal postmoderne, adapté aux types nouveaux de criminalité et aux objectifs de développement semble inéluctable, d autant plus que les mutations socio économiques et technologiques l exigent. Le droit pénal du souverain répressif ne semble plus logique dans des sociétés qui ont des objectifs de développement et dans lesquelles la transversalité et les exigences des droits fondamentaux peuvent faire obstacles à des actions pertinentes. Sans compromettre le garantisme traditionnel approprié pour une plus grande protection des droits fondamentaux, des mesures transactionnelles en l occurrence, doivent être encouragées dans le domaine des infractions économiques, invitant les délinquants de participer au choix de leur sanction. Des prémices existent déjà dans le Code de procédure pénale camerounais, avec la possibilité donnée au garde des sceaux (nolle prosequi de article 62), d ordonner l arrêt des poursuites ; la justice négociée est une autre voie qui, sur le modèle du dilemme du prisonnier, pourrait porter d importants fruits si elle était généralisée et organisée (article 64 CPPsur la transaction pénale, le «plaider coupable») qui, soigneusement organisée, rendraient la sanction pénale plus utile et plus légitime. Sur le plan institutionnel, la grande illustration demeure le Tribunal criminel spécial dont la philosophie pourrait irriguer tout le droit de la délinquance d affaires et de la gouvernance. De fait, le principe de la négociation en germe devant le TCS ne mérite pas de se limiter aux seuls détournements des deniers publics, mais à toutes les infractions qui pourraient être la source des Flux Financiers Illicites : corruption, blanchiment, détournements, etc. 9

10 En définitive, il y aurait lieu d envisager des réformes pour permettre au droit criminel de mieux encadrer les infractions qui se trouvent à la base des flux financiers illicites. Si du point de vue du droit substantiel le schéma de lutte contre les flux financiers illicites ne doit pas trop s éloigner des fonctions classiques qui caractérisent le droit pénal, il demeure que ce droit doit mettre en avant sa subsidiarité pour n être mobilisé qu en dernier recours. C est bien cette subsidiarité qui fait du droit pénal l ultima ratio dont le domaine de prédilection semble être le droit du développement. De fait, en raison du caractère extrêmement dynamique et mouvant des FFI, le droit criminel n a pas d autre choix que d être flexible afin de s arrimer aux nouveaux modèles de répression adaptés à l évolution des FFI. Pour revenir à notre image, la souris est flexible, et agile ; le chat amorphe, imbu de sa grandeur, de son autorité et de sa force. Il doit malgré tout, suivre de très près les mouvements de sa proie pour espérer la traquer. Je vous remercie de votre attention. 10

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF Introduction Le monde a été secoué ces dernières années par des attaques terroristes sanglantes et destructrices.

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale.

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale. Intervention de la Roumanie à l'occasion de la session «Haut Niveau» de l' Onzieme Congrès des Nations Unis sur la prévention du crime et la justice pénale Madame KIBEDI Katalin Barbara, Sécretaire d'

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle Le Sénat formule des propositions pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale - Richard Yung, s La commission d'enquête sénatoriale sur le rôle des banques et acteurs financiers dans l'évasion

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Règlement de la Banque d n 05-05 du 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d', Vu l ordonnance n 75-59 du 26 septembre

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME 1 PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME Nous les chefs d Etat et de

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur Commission consultative des Droits de l Homme du Grand-Duché de Luxembourg Avis sur le projet de loi 6761 portant mise en œuvre de certaines dispositions de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE

GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE G8 Partenariat de Deauville : guide sur le recouvrement des avoirs criminels en France 1 INTRODUCTION Le recouvrement des avoirs est déterminant

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 12 décembre 2003 MONEYVAL (2003)2 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Liste des ouvrages disponibles : Droit pénal

Liste des ouvrages disponibles : Droit pénal Liste des ouvrages disponibles : Droit pénal Bibliothèque de l Assemblée de la Polynésie française Mise à jour : Juin 2013 TE 'ĀPO'ORA'A RAHI NŌ PŌRĪNĒTIA FARĀNI Rue du Docteur Cassiau - BP 28-98713 Papeete

Plus en détail

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Événement 1 www.mcinet.gov.ma 1 Plan 1. Contexte général 2. Instauration de la Confiance

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Pour l amélioration de l entraide judiciaire. La position des Procureurs européens Stéphane Leyenberger

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 5 : LES FONDEMENTS DE LA RÉGULATION FINANCIÈRE PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 5 : LES FONDEMENTS DE LA RÉGULATION FINANCIÈRE PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 5 : LES FONDEMENTS DE LA RÉGULATION FINANCIÈRE PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 5 I LES OBJECTIFS DE LA REGULATION FINANCIERE SUIVANT L OICV 1. Protéger les épargnants

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Monsieur le Wali de Bank Al- Maghrib, Monsieur le Président de la CNDP, Monsieur le Président du GPBM, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Wali de Bank Al- Maghrib, Monsieur le Président de la CNDP, Monsieur le Président du GPBM, Mesdames, Messieurs, 2 ème SYMPOSIUM BAM - CNDP - GPBM APSF «PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES DANS LE SECTEUR BANCAIRE MAROCAIN» RABAT, MARDI 23 DECEMBRE 2014 MOT DU PRÉSIDENT DE L'APSF, M. ABDALLAH BENHAMIDA Monsieur le

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

fédération française des entreprises de jeux en ligne

fédération française des entreprises de jeux en ligne fédération française des entreprises de jeux en ligne Le 13/6/2012 Contribution de la Fédération Française des Entreprises de Jeux en Ligne FFEJEL, à la consultation de la Commission Européenne sur le

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES Vienna International Centre P. O. Box 500, A-1400 Vienna (Austria) Tel: (43-1)26060 4313 Fax: (43-1)26060 5866 E-mail: gpml@unodc.org www.unodc.org and www.imolin.org GLOBAL PROGRAMME AGAINST MONEY LAUNDERING

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE Depuis son entrée en vigueur en Octobre 2010, le nouveau code de la route a permis la mise en

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 1 CONVENTION DE L UNION AFRICAINE SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION PREAMBULE Les Etats membres de l

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail