T. RADO (Szeged - Ungheria) SUR L'AIRE DES SURFACES CONTINUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T. RADO (Szeged - Ungheria) SUR L'AIRE DES SURFACES CONTINUES"

Transcription

1 3ff T. RADO (Szeged - Ungheria) SUR L'AIRE DES SURFACES CONTINUES 1. - Le but de la communication présente est d'exposer et d'éclairer un problème relatif à la théorie de Taire des surfaces courbes, problème qui me semble fécond et qui résume, sous une forme très intuitive, plusieurs questions importantes et encore ouvertes de cette théorie. Les développements suivants se rapportent à des surfaces données par des équations paramétriques x=x(u, v), y=y(u, v), z=z(u, v). Nous ne supposerons pas qu'à deux couples différents (u, v) correspondent deux points distincts de la surface; ü s'ensuit que les surfaces que nous auons considérer ne sont pas déterminées par l'ensemble de leurs points (*). Je rappeue qu'il y a des théories, ceue de M. CARATHéODORY par exemple, où l'on considère des surfaces pour ainsi dire amorphes, qui ne sont d'abord que des ensembles de points quelconques et qui ne se révèlent comme des surfaces que par la façon dont eues se comportent envers un certain procédé pour mesurer l'aire. Pour distinguer de ces surfaces amorphes les nôtres, je les désignerai dans la suite comme des surfaces paramétriques Il y a un grand nombre de définitions pour l'aire d'une surface paramétrique; pour arriver au problème que j'ai en vue, U me suffit cependant de constater la diversité extrême de ces définitions. En effet, cette diversité conduit à penser qu'u n'y a guère de fait intuitif qui aurait, à lui seul, assez d'autorité pour imposer d'une manière péremptoire teue ou teue définition mathématique pour l'aire. Dés lors, il y a heu de recourir, pour mesurer l'aire d'une surface,. au principe suprême de tout procédé de mesure, au principe de la coupure,. et qui s'énonce dans le cas actuel comme il suit. Soit S une surface paramétrique et soit A (S) son aire; au heu de définir Faire A(S), nous essayerons ( d ) Il en résulte la nécessité de se servir de définitions très précises pour toutes le» notions concernant ces surfaces. Nous adopterons les définitions données par M. FRéCHET dans son Mémoire Sur la distance de deux surfaces, «Annales de la soc. polonaise math.» f t. 3 (1924), pp

2 356 COMUNICAZIONI de tirer de l'idée intuitive que nous possédons de cette quantité des hmites inférieures et des hmites supérieures pour eue, puis et c'est là que commencera l'étude mathématique nous chercherons à établir que ces hmites constituent une coupure, au sens de DEDEKIND Quant aux limites inférieures, la propriété la plus évidente de l'air e intuitive A(S) est la suivante: la projection orthogonale de la surface S sur un plan quelconque p possède une aire n au plus égale à l'aire de /S; on a donc 7t^A(S). Décomposons alors S en un nombre quelconque de surfaces partieues S iy..., Sjc, prenons arbitrairement autant de plans Pi,...,pjc et désignons par ni,..., nk les aires des projections orthogonales de Si sur pi,..., de SU sur p^. En vertu de la remarque précédente, nous aurons n L TIJC^>A(S). Soit P la hmite supérieure de toutes les sommes ainsi obtenues ; nous aurons aussi P^A(S). Cette quantité P, vous l'aurez déjà remarqué, n'est autre chose que l'aire de S au sens de PEANO ; à présent, nous devons la considérer seulement comme une hmite inférieure pour l'aire intuitive A (S). J'aurai encore à considérer une seconde quantité analogue, que l'on obtient en partant de la propriété intuitive suivante : soient a, b, c les aires des projections orthogonales de la surface S sur les plans coordonnés xy, yz, zx; on a l'inégahté (a 2 + b 2 + c 2 ) i l 2 ^ A(S). En décomposant de nouveau S en des surfaces partieues Si,..., Sj c, on obient alors des inégalités de la forme (cp i + V i + <iï l l*+... +(al + b\ + 4) i,2^â(s). En désignant par G la limite supérieure de la somme dans le premier membre, on a aussi G*A(S). J'ai désigné cette seconde limite inférieure pour l'aire par G, pour rappeler que cette quantité a été étudiée d'une manière approfondie par GEöCZE. Ayant obtenu, de deux manières différentes, des Umites inférieures pour l'aire, passons à la recherche de limites supérieures. Nous les déduirons de la propriété fondamentale, mise en évidence par LEBESGUE, que l'aire est une fonctionnelle semi-continue inférieurement. Cela signifie que pour toute suite de surfaces S n tendant vers Son a l'inégahté Um A(S n )^A(S). Soit alors, en particuher, JŒ n une suite de polyèdres tendant vers S; l'aire A(II n ) se calcule par des formules élémentaires et de la semi-continuité il résulte que la quantité Um A(II n ) est une hmite supérieure pour A(S). La hmite inférieure, que nous désignerons par L, de ces limites supérieures est alors également une hmite supérieure (et même la meiueure en son espèce): A(S)^L.

3 T. RADO: Sur l'aire des surfaces continues 357 Cette quantité L, vous l'aurez déjà remarqué, n'est autre chose que l'aire de S au sens de LEBESGUE. A présent, nous devons la considérer seulement comme une limite supérieure pour l'aire La détermination, conformément au principe de la coupure, de l'aire intuitive A(S) revient à présent à établir l'une au moins des égahtés P=L, G=L. Je me hâte cependant d'observer qu'on arrive à ce même problème par des considérations mathématiques exemptes de toutes spéculation philosophique, et cela en étudiant l'aire au sens de LEBESGUE, c'est-à-dire la quantité que nous avons désignée par L. En effet, au point de vue intuitif, cette quantité n'est qu'une hmite supérieure pour l'aire; en tout cas, L est le résultat de hmitations unilatérales, tandis que, pour maîtriser une quantité on doit l'attaquer des deux côtés à la fois, c'est-à-dire par des hmitations bilatérales. Les quantités que nous avons désignées par P et G fournissent précisément des hmitations complémentaires à L, et c'est ce qui exphque qu'on les rencontre forcément dans toute recherche approfondie sur l'aire au sens de LEBESGUE L'étude des relations entre les quantités P, G, L occupe une large place dans les travaux de GEöCZE ; dès l'abord, il s'est heurté à une difficulté sur laqueue il y a heu d'insister, puisqu'eue semble constituer la difficulté spécifique de toute la théorie. Soit par exemple S une portion de surface sans points multiples, située entièrement dans un plan et hmitée par une courbe de JORDAN. L'aire de S au sens de LEBESGUE est alors égale, comme on trouve, à l'aire intérieure de la figure, tandis que P et G sont au moins égales à l'aire de la projection de S sur son propre plan, c'est-à-dire à la mesure extérieure de la figure. Ceci montre déjà que l'on a en général P>L, G>L, c'est-à-dire que les hmitations utihsées ne sont pas compatibles en général. Dans le cas simple que nous venons d'envisager il est d'ailleurs clair que l'on obtient des Umitations compatibles en convenant de néguger la frontière de la surface. On conçoit cependant que dans le cas général d'une surface paramétrique continue on rencontrera des difficultés à déterminer les points gênants et superflus de la surface d'aiueurs, on doit prendre garde de ne pas néguger trop, de peur d'obtenir des Umites inférieures trop faibles. Les développements que GEöCZE a consacré à l'étude de la difficulté signalée sont d'une extrême compucation et constituent, je pense, la cause principale de ce que ses travaux sont si difficiles à suivre et dans leurs détails et dans leur ensemble Pour obtenir, d'une façon simple et maniable, des Umitations compatibles pour l'aire, je me suis proposé d'essayer la notion suivante. Soit S une surface, p un plan et TI la projection orthogonale de S sur p. Pour écarter les points superflus de la projection n, je définis l'ensemble des point essentiels, le noyau

4 358 COMUNICAZIONI de la projection, de la manière suivante. Un point Q de la projection n appartient au noyau, si pour toute suite de surfaces S n tendant vers S, le point Q est contenu, pour n assez grand, dans la projection orthogonale de S n sur p. Je reprends alors les procédés qui nous ont conduit aux hmites inférieures P et G, en remplaçant partout les projections par leurs noyaux. Les procédés ainsi modifiés fournissent deux quantités nouveues, que je désignerai, pour ne pas compuquer les notations, par les mêmes lettres P et G. De la définition même du noyau, on déduit alors immédiatement deux propriétés importantes de ces quantités. En premier Ueu, les Umites modifiées sont compatibles avec la hmite supérieure L, c'est-à-dire que l'on a, pour toute surface paramétrique continue, les inégahtés P^L, G^L. En second heu, les quantités modifiées P et G participent de la propriété fondamentale de L, aire au sens de LEBESGUE, c'est-à-dire qu'eues sont des fonctionneues semi-continues inférieurement dans le champ des surfaces paramétriques continues (*). Dès lors, il y a heu de se demander et même d'espérer que les hmitations modifiées fournissent une coupure pour l'aire, c'est-à-dire que l'on a, pour toute surface paramétrique continue, les éga- Utés P=L, G=L. La démonstration générale de ces égalités constitue précisément le problème sur lequel je voudrais appeler votre bienveillante attention En posant ce problème, je devrais aussi le justifier, en montrant que c'est là un bon problème au sens de M. HILBERT; je voudrais donc ajouter quelques remarques sur ce sujet. D'abord, les résultats que j'ai pu obtenir dans cette voie, permettaient de retrouver d'une manière très simple ed de compléter sur des points essentiels tous les résultats acquis antérieurement sur l'aire au sens de LEBESGUE, résultats dus principalement à GEöCZE et à M. TONELLI ( 2 ). D'une manière générale, on peut dire que toutes les fois où l'on réussit à démontrer les égahtés P=L et G=L, la démonstration fournit du même coup la solution d'un problème central de la théorie, à savoir du problème du calcul de l'aire, au sens de LEBESGUE, d'une surface paramétrique à l'aide de ses coordonnées x(u, v), y(u, v), z(u, v), problème qui fut posé à M. LEBESGUE (comme U l'a raconté dans une Note récente) ( 3 ) par CAMILLE JORDAN, dès que celui-ci prît (*) Voir mon Mémoire Über das Flächenmass rektifizierbarer Flächen, «Math. Annalen», sous presse. ( 2 ) Voir les Mémoires suivants (qui contiennent aussi des références détaillées aux travaux de GEöCZE et de M. TONELLI): a) T. RADO, Sur Vaire des surfaces courbes. Acta litt, ac sc. regiae univ. hung. Franc-Jos. Szeged, t. 3 (1927), pp ; h) S. SAKS, Sur Vaire des surfaces z = f(x,y), idib, pp ; c) T. RADO, Über das Flächenmass rektifizierbarer Flächen «Math. Annalen», sous presse. ( 3 ) H. LEBESGUE, Quelques remarques sur la définition de Vaire des surfaces, «Fundamenta matematicae», t. VIII, 1926, pp

5 T. RADO: Sur l'aire des surfaces continues 359 connaissance de la Thèse de M. LEBESGUE. Cela est d'aiueurs en quelque sorte évident a priori; en effet, déterminer une quantité à l'aide de Umitations inférieures et supérieures est, pratiquement et théoriquement, la même chose que de calculer effectivement la quantité en question. L'importance du problème du calcul de l'aire à l'aide des coordonnées de la surface consiste en ceci, qu'en possession d'une formule pour l'aire la théorie devient accessible aux méthodes générales de l'analyse; à cet égard, je voudrais signaler une beue Note de M. SAKS ( l ) dans laqueue U déduit les principaux résultats de M. TONELLI et un théorème important nouveau sur la dérivation de l'aire, d'une formule générale pour l'aire, valable pour toute surface continue donnée par une équation de la forme z=f(x, y), formule que j'ai étabhe en étudiant les travaux de GEöCZE et de M. TONELLI Je voudrais ajouter que l'intuition géométrique indique presque immédiatement une solution absolument générale du problème que je viens de proposer. Il a été déjà observé qu'il s'agit au fond du calcul effectif de l'aire d'une surface paramétrique. Or, si les coordonnées x(u, v), y(u, v), z(u, v) d'une telle surface admettent des dérivées premières continues (en ce cas, je dirai que la surface est bonne), l'aire est nécessairement égale à la valeur de l'intégrale double classique à(x, y) 2 Hvi *)" /// p(u, v) + 2 d(z, x) à(u, v) + b(u, v) dudv. Dès lors, il est naturel, pour calculer l'aire d'une surface continue générale S, de procéder par approximation. Soit donc S n nne suite de bonnes surfaces tendant vers S et déduites de S à l'aide de quelque procédé d'approximation; si l'aire A(S n ) tendait vers l'aire A(S), le calcul de A (S) serait effectué. Or, l'aire est une fonctionneue semi-continue inférieurement, ce qui permet seulement d'affirmer que l'on a l'inégauté (1) UmA(S n )^A(S). Mais d'autre part, tout procédé raisonnable d'approximation a pour effet non seulement d'améuorer la dérivabiuté de la surface, mais aussi de la niveller, c'est-à-dire de rendre son auure plus uniforme. Or, il est intuitivement évident qu'en niveuant une surface on en diminue l'aire; ce point admis, on pourra affirmer que les surfaces d'approximation vérifient l'inégauté (2) A(S n )^A(S) La formule A(S) = tim A(S n ) résulte à présent immédiatement de (1) et de (2). En essayant de traduire en langage mathématique ce principe de calcul si immédiat, on se heurte cependant à une difficulté fondamentale. En effet, la ( 4 ) S. SAKS, loc. cit. O, b).

6 360 COMUNICAZIONI méthode réussit complètement pour les surfaces données par une équation de la forme z=f(x, y) (*) ; mais dans le cas des surfaces données sous forme paramétrique générale x=x(u, v), y=y(u,v), z=z(u,v), je n'ai pu décider s'il existe un procédé d'approximation jouissant de la propriété de fournir des surfaces d'approximation vérifiant l'inégahté (2) ( 2 ). Je pense qu'en approfondissant cette question d'approximation on parviendrait aussi à élucider certains points de la théorie du problème de Plateau, où l'on rencontre également des difficultés essentieues en passant au problème homogène, c'est-à-dire au problème relatif à des surfaces données sous forme paramétrique générale. O Voir loc. cit. O, a). ( 2 ) Il y a cependant une classe importante de surfaces données sous forme paramétrique générale, pour lesquelles on peut obtenir des résultats complets, à savoir la classe des surfaces rectifiables. D'après M. LEBESGUE, une surface paramétrique est dite reetifiable, si elle est susceptible d'une représentation paramétrique où les coordonnées x(u, v), y(u, v), z(u, v) vérifient une condition de Lipschitz. Ces surfaces jouissent de certaines propriétés de régularité, mises en évidence principalement par M. RADEMACHER, qui permettent de les traiter directement, sans avoir recours à des méthodes d'approximation [voir loc. cit. ( i ), c)].

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE P. LEVY (Paris - Francia) FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE ET ITÉRATION D'ORDRE FRACTIONNAIRE 1. - Une fonction teue que ^c+e~ x sin log x, malgré la lenteur et la petitesse de ses osciuations, nous apparaît

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie,

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES PAR M. JACQUES TOUCHARD, Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, Egypte. Je me propose d'indiquer certaines équations fonctionnelles,

Plus en détail

A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS

A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS 1. - Si Ton représente par a le prix d'une annuité viagère immédiate de 1 fr., payable jusqu'au dernier décès de deux têtes d'âges x et y, c'est-à-dire

Plus en détail

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2.

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2. CH.8 Décidabilité 8.1 Les langages récursifs 8.2 La machine de Turing universelle 8.3 Des problèmes de langages indécidables 8.4 D'autres problèmes indécidables Automates ch8 1 8.1 Les langages récursifs

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

RECHERCHES EN MATHEMATIQUES DANS UN COURS DOUBLE CP-CE1

RECHERCHES EN MATHEMATIQUES DANS UN COURS DOUBLE CP-CE1 RECHERCHES EN MATHEMATIQUES DANS UN COURS DOUBLE CP-CE1 Panneau réalisé par les élèves du CP-CE1 de L'école de Rians pour le sixième congrès des enfants chercheurs à La Garde (83) le 12 juin 1998. Le document

Plus en détail

Conception de Bases de Données Relationnelles

Conception de Bases de Données Relationnelles Conception de Bases de Données Relationnelles LA NORMALISATION DES RELATIONS Najib Tounsi Idée: Comment choisir une «bonne» structure logique de données. Quelles Relations avec quels Attributs? I. Exemple

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Nous abordons dans ce chapitre l analyse de données statistiques particulières

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Application des Ondelettes aux Signaux Fractales. Andrei Doncescu LAAS-CNRS

Application des Ondelettes aux Signaux Fractales. Andrei Doncescu LAAS-CNRS Application des Ondelettes aux Signaux Fractales Andrei Doncescu LAAS-CNRS Les Fractales n Définition Inachevée des fractales Fractal, ale, als : adj.

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

Vision par ordinateur

Vision par ordinateur Vision par ordinateur Géométrie de la vision Frédéric Devernay Géométrie projective Géométrie projective pour la vision Utilisations de la géométrie projective Dessin Mesures Mathématiques de la projection

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3 Chapitre 3 ELECTRICITE STATIQUE Sommaire Loi des charges Charge électrostatique Le champ électrique Potentiel et différence de potentiel Déplacement de charges Introduction Dès l'antiquité, les hommes

Plus en détail

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM Applications des mathématiques Equations Résolution de l'équation f(x) = 0 par diverses méthodes Version pour Mathematica Edition 2014/2015 Marcel

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Examen du cours de Mesures de risque en finance

Examen du cours de Mesures de risque en finance Examen du cours de Mesures de risque en finance Mercredi 15 Décembre 21 (9h-11h) Seul document autorisé: une feuille A4 manuscrite recto-verso. Important : rédiger sur une même copie les exercices 1 et

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0 2.1. Excel 2.1.1. Présentation Les tableurs sont des utilitaires parfois intégrés aux éditeurs de texte (Works, Word, Kspread) ou non (Excel) et qui permettent la gestion de données numériques, le graphisme

Plus en détail

Optimisation Discrète

Optimisation Discrète Prof F Eisenbrand EPFL - DISOPT Optimisation Discrète Adrian Bock Semestre de printemps 2011 Série 7 7 avril 2011 Exercice 1 i Considérer le programme linéaire max{c T x : Ax b} avec c R n, A R m n et

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Bref, c'est difficile, mais tout le monde doit y arriver.

Bref, c'est difficile, mais tout le monde doit y arriver. Bonjour à tous, les colles de mardi m'ont permis de vérifier que les notions de base du chapitre espaces vectoriels sont loin d'être acquises. Comme je vous le disais, il est essentiel d'apprendre régulièrement

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Annexe D: Les nombres complexes

Annexe D: Les nombres complexes Annexe D: Les nombres complexes L'équation t + 1 = 0 n'a pas de solution dans les nombres réels. Pourtant, vous verrez lors de vos études qu'il est très pratique de pouvoir résoudre des équations de ce

Plus en détail

Probabilités CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES

Probabilités CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Chapitre Ce que dit le programme : Probabilités CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Objectifs visés par l enseignement des statistiques et probabilités à l occasion de résolutions de problèmes dans

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

3 Fonctions logarithmiques

3 Fonctions logarithmiques Log-Cours_standard.nb 12 3 Fonctions logarithmiques Edition 2007-2008 / DELM Liens hypertextes Cours de niveau avancé (plus étoffé): http://www.deleze.name/marcel/sec2/cours/logarithmes/log-cours_avance.pdf

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

' L'idée de décomposer un volume en (( tranches )) et de ramener une NOTE HISTOKIQUE

' L'idée de décomposer un volume en (( tranches )) et de ramener une NOTE HISTOKIQUE NOTE HISTOKIQUE (N.-B. - Les chiffres romains renvoient à la hibliographie placée à la fin de cette note.) Avec le développement du (( calcul vectoriel u au cours du xlxe siècle, il était courant d'avoir

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES Sections des sciences économiques et des hautes études commerciales Mathématiques I Cours du professeur D. Royer Recueil d exercices #2 Analyse II Semestre

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes?

Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Combien de fois faut-il battre un jeu de cartes? Ce texte est tiré d un article de D. Bayer et P. Diaconis Trailing the dovetail shuffle to its lair Ann. Appl. Prob. 992, vol 2, No 2, 294-33. Introduction

Plus en détail

FONCTIONS 1. Une fonction est une relation entre deux ensembles, le domaine de définition X (ou ensemble des antécédents) et l'ensemble des images Y.

FONCTIONS 1. Une fonction est une relation entre deux ensembles, le domaine de définition X (ou ensemble des antécédents) et l'ensemble des images Y. FONCTIONS 1 1. Fonctions Le terme mathématique fonction apparaît à la fin du 17 ème siècle, quand le calcul différentiel et intégral en était aux premiers stades de son développement. Cet important concept

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite.

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Introduction : Avant de commencer, il est nécessaire de prendre connaissance des trois types de

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

5. Étude de fonctions

5. Étude de fonctions ÉTUDE DE FONCTIONS 33 5. Étude de fonctions 5.1. Asymptotes Asymptote verticale La droite = a est dite asymptote verticale (A. V.) de la fonction f si l'une au moins des conditions suivantes est vérifiée

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire الشعبية الجمهوریة الجزاي ریة الدیمقراطية Ministère de l enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université 8 mai 45 Guelma التعليم العالي

Plus en détail

Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée

Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée sous réserve du respect des conditions de la licence Texte

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

La perspective à point de fuite

La perspective à point de fuite La perspective à point de fuite 1. L'expérience de Brunelleschi C'est à l'architecte, ingénieur et sculpteur florentin Filippo Brunelleschi (1377-1446) que revient le mérite d'avoir démontré les principes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail