COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état N 567/2003 Belgique Transfert à l'état belge des engagements de pension du "premier pilier" de Belgacom

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état N 567/2003 Belgique Transfert à l'état belge des engagements de pension du "premier pilier" de Belgacom"

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le C(2004)12fin Objet : Aide d'état N 567/2003 Belgique Transfert à l'état belge des engagements de pension du "premier pilier" de Belgacom Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE : (1) Les autorités belges ont contacté en octobre 2003 la Direction générale "Concurrence" de la Commission, afin d'informer celle-ci d'un projet de transfert à l'état belge des engagements de pension de Belgacom. Les autorités belges ont fourni, par la voie informelle, des informations complémentaires à ce sujet par lettres des 22 octobre et 7 novembre (2) Par lettre du 14 novembre 2003, la Commission a demandé un nouveau complément d'information, qui lui a été fourni par les autorités belges (par la voie informelle), par lettres des 24 et 28 novembre (3) Plusieurs réunions ont eu lieu entre les autorités belges et la Commission, ainsi que les représentants et les actionnaires privés de Belgacom. (4) Par lettre de la Représentation permanente de la Belgique du 16 décembre 2003, les autorités belges ont notifié la mesure en question et invité la Commission à arrêter une décision conformément à l'article 4, paragraphe 2, du règlement (CE) nº 659/1999 du Conseil du 22 mars 1999 portant modalités d'application de l'article 93 du traité CE. Elles affirmaient dans ladite lettre que le transfert des engagements de pension de Belgacom ne constituait pas une aide d'état au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité CE. Son Excellence Monsieur Louis MICHEL Ministre des Affaires étrangères Rue des Petits Carmes, BRUXELLES Commission européenne, B-1049 Bruxelles - Belgique. Téléphone: (32-2)

2 2. DESCRIPTION DE L'ACCORD CONCERNANT LE TRANSFERT DES ENGAGEMENTS DE PENSION (5) L'État belge, Belgacom et le consortium ADSB 1 ont conclu un accord sur les objectifs fondamentaux du développement futur de Belgacom et sur une série de transactions incluant le transfert à l'état belge des engagements de Belgacom au titre des pensions du "premier pilier" 2 de ses employés statutaires 3. Les dispositions de l'accord concernant ce transfert sont également énoncées dans une loi arrêtée par le Parlement belge 4. (6) Ces engagements de pension 5 avaient été transférés à Belgacom en 1992 quand l'ancienne "Régie" avait été transformée, d'abord en une "entreprise publique autonome", puis en une "société anonyme de droit public". Belgacom avait alors été obligé par le législateur à assumer le coût financier du paiement des pensions de ses employés statutaires 6. En 1995, lorsque l'état belge a vendu sa participation de 50 % moins une action à un partenaire stratégique (le consortium ADSB), il a été décidé que Belgacom continuerait d'assumer ses engagements de pension du "premier pilier". Parallèlement, un plan de financement a été élaboré et un fonds de pension institué 7. (7) En vertu de l'accord du 2 octobre 2003 et de la loi d'autorisation adoptée par le Parlement belge, le fonds de pension sera liquidé et les engagements de pension du "premier pilier" à l'égard des employés statutaires de Belgacom seront repris par le système de sécurité sociale belge à partir du 1er janvier À compter Ce consortium regroupe trois opérateurs de télécommunications, à savoir: Ameritech Inc. (devenu SBC Communications Inc. à la suite d'une fusion), Singapour Telecommunications Ltd. et Tele Danmark (aujourd'hui nommé TDC A/S), ainsi que trois groupes financiers belges, à savoir: le groupe KBC, Dexia et Sofina. Les pensions du "premier pilier" sont les retraites "publiques" servies par la sécurité sociale, par opposition au "deuxième pilier", qui désigne les pensions servies par les régimes professionnels et au "troisième pilier", qui désigne les plans de retraite souscrits par les particuliers. Ces employés ont un statut juridique analogue à celui des fonctionnaires. Le transfert à l'état des engagements de pension concernera environ personnes (employés en activité, personnes jouissant de droits différés et retraités effectifs). Voir la loi concernant la prise en charge par l'état belge des engagements de pension du premier pilier de Belgacom vis-à-vis de ses employés statutaires, votée par le sénat le 4 décembre La loi du 19 juillet 1930 créant la "Regie des Télégraphes et des Téléphones", obligeait la Régie à financer ses engagements de pension à l'égard de ses employés. L'arrêté royal n 117 du 27 février 1935 a intégré les employés de la Régie dans le régime de retraite du secteur public, le service financier de leurs pensions devant être assuré par Belgacom. 6 Voir la loi du 21 mars 1991 concernant la réforme de certaines entreprises publiques. 7 Les modalités de la création et de l'administration du fonds de pension ont été fixées par l'arrêté royal du 10 avril 1995 en exécution de l article 59/6 de la loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques. 2

3 de cette date, l'état belge assurera l'administration et le paiement des pensions des fonctionnaires de Belgacom. (8) En échange de cette prise en charge, l'accord prévoit que l'état belge doit recevoir de Belgacom un paiement en espèces d'un montant de 5 milliards d'euros avant le 31 décembre , ainsi qu'une cotisation annuelle égale à 17,5 % du total des traitements des employés statutaires ouvrant droit à pension, à partir du 1er janvier Ces paiements correspondent à la valeur actualisée nette (VAN) des engagements de pension. (9) La VAN de ces engagements de pension a été calculée par CONAC S.C., l'actuaire conseil de Belgacom 9, selon une méthode actuarielle compatible avec la pratique belge 10 ainsi qu'avec la méthode appliquée depuis 1995 aux fins de l'évaluation des engagements de pension de Belgacom 11. (10) Les hypothèses de base de l'évaluation effectuée par CONAC sont les suivantes: une progression salariale annuelle de 1,25 %, des taux de mortalité tirés des tables de mortalité masculine et féminine, un âge de la retraite conforme à la loi nationale et un taux d'inflation annuel de 2 %. Le taux d'actualisation nominal utilisé pour déterminer la VAN des engagements de pension a été fixé à 5,4 %. Morgan Stanley, qui a conseillé l'état belge dans la négociation de l'accord du 2 octobre 2003, considère ces hypothèses de calcul comme raisonnables. (11) Selon les autorités belges, le taux d'actualisation servant au calcul de la VAN des engagements de pension doit être fondé, conformément à l'ias 19 12, sur le rendement d'obligations de sociétés de grande qualité dont l'échéance/la duration correspond à celle des engagements de pension. Ces obligations doivent bénéficier d'une notation de crédit "AA". Étant donné que la durée moyenne des engagements de pension avoisine les 17 ans, les obligations ayant 8 Les autorités belges ont informé la Commission que ce paiement avait été effectué comme prévu par Belgacom. 9 CONAC a été désigné comme actuaire indépendant du fonds, conformément à la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurance. 10 La méthode appliquée pour évaluer les engagements au titre des prestations futures (EPF) est celle de la "projection de l unité de crédit" En tant qu'actuaire conseil de Belgacom, CONAC a été chargé d'élaborer les rapports actuariels annuels requis par l'autorité de contrôle belge "Office de contrôle des assurances". l'ias 19 (norme comptable internationale) recommande que la "valeur actuelle des obligations au titre des prestations définies" soit calculée selon la "méthode des unités de crédit projetées", le taux d actualisation appliqué aux "flux de trésorie futurs attendus" devant être déterminé "par référence à un taux du marché à la date de clôture basé sur les obligations d entreprises de première catégorie". En vertu du règlement (CE) n 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil et du règlement (CE) n 1725/2003 de la Commission, du 29 septembre 2003, portant adoption de certaines normes comptables internationales conformément au Règlement (CE) n 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil, cette norme sera obligatoire dans toute l'ue à partir de

4 la même duration 13 sont des titres à 30 ans. L'unique obligation de société notée AA à échéance 30 ans étant une obligation émise par EdF (avec un rendement de 5,74 % à la date de la signature de l'accord 14 ), l'actuaire conseil a également examiné les taux auxquels les sociétés de l'eurotop 100 et les opérateurs de télécommunications analogues à Belgacom actualisaient leurs engagements de pension. Il en est ressorti que le taux d'actualisation variait entre 5 % et 6 %, le taux moyen s'établissant à 5,46 %. (12) Sur la base de ces hypothèses, la VAN au 31 décembre 2003 des engagements de pension de Belgacom a été évaluée à 5,8 milliards d'euros. Ce chiffre comprend les engagements cumulés au 31 décembre 2002, soit approximativement 4,8 milliards d'euros, et le coût des services futurs, soit environ 800 millions d'euros à la même date; ces chiffres ont été ajustés pour tenir notamment compte de l'accroissement des engagements totaux jusqu'au 31 décembre 2003 (200 millions d'euros). Le niveau des contributions ultérieures a été estimé comme étant le rapport entre la VAN du coût des services futurs (c'est-à-dire 800 millions d'euros, plus l'ajustement ci-dessus) et la VAN des salaires futurs. Un taux de contribution de 17,5 % a ainsi été établi (10 % pour l'employeur 15 et 7,5 % pour les employés 16 ). (13) L'accord contient également une clause de révision en cas de variation des engagements de pension résultant de mesures prises par Belgacom 17. Des paiements d'équilibrage pourront ainsi être effectués par l'état à Belgacom (en cas de diminution des engagements) ou par Belgacom à l'état (en cas d'augmentation des engagements par rapport aux hypothèses de base du calcul de la VAN). (14) Pour financer le paiement des 5 milliards d'euros, Belgacom vendra les actifs de son fonds de pension avant la fin de l'exercice. La différence entre le produit de la vente 18 et la valeur des engagements de pension sera financée par Belgacom sur ses liquidités ou par un emprunt Par "duration" (concept introduit par Macaulay en 1938), il faut entendre la durée moyenne des flux de trésorerie d'un emprunt obligataire ou d'un engagement de pension, pondérée sur la base de la valeur actualisée de ces flux de tésorerie. Selon les autorités belges, l'utilisation de ce taux de rendement comme taux d'actualisation aurait réduit la valeur actualisée nette des engagements de pension d'environ 300 millions. Ce taux est supérieur à celui de la contribution patronale dans le régime général des pensions, actuellement de 8,86 %. 16 Taux de cotisation actuel des salariés employés dans le régime général des pensions. Dans le cadre du régime administré par Belgacom, une cotisation identique était versée par les salariés à leur fonds de pension. 17 Les engagements de pension pourraient varier sous l'effet, par exemple, d'une hausse salariale inférieure ou supérieure à celle prévue dans le calcul de la VAN de ces engagements. Tel pourrait aussi être le cas si le personnel statutaire de Belgacom était renforcé. 18 Actuellement, la valeur des actifs du fonds est estimée à près de 3,6 milliards d'euros. 4

5 3. APPRECIATION DES MESURES Aide d'état au sens de l'article 87, paragraphe 1 (15) L'article 87, paragraphe 1, du traité CE dispose que, sauf dérogations prévues par ledit traité, sont incompatibles avec le marché commun, dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres, les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d'état sous quelque forme que ce soit qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions. (16) Afin de déterminer si le transfert à l'état belge des engagements de pension de Belgacom constitue une aide au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité, la Commission a dû évaluer si cette mesure: est accordée par l'état ou au moyen de ressources d'état; pourrait fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions; pourrait affecter les échanges entre les États membres. (17) Selon une jurisprudence constante, l'article 87, paragraphe 1, du traité CE ne vise pas uniquement les subventions, mais aussi toute mesure qui, bien que de nature différente, peut produire les mêmes effets 19. Les règles communautaires en matière d'aides d'état s'appliquent donc aux transferts d'actifs ou de passifs qui s'effectuent à des conditions préférentielles pour l'entreprise bénéficiaire 20. Conformément à une jurisprudence constante 21, une cession insuffisamment rémunérée d'actifs ou de passifs par une autorité d'état à une entreprise (publique) peut constituer un transfert de ressources d'état procurant un bénéfice à l'entreprise en question, et donc une aide d'état au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité. (18) C'est dans ce contexte que la Commission a évalué l'accord conclu entre l'état belge, Belgacom et les actionnaires privés de celui-ci, aux termes duquel le premier assumera les obligations de pension du second à l'égard de ses employés statutaires à partir du 1 er janvier Cour de Justice des Communautés européennes (CJCE), affaire C-387/92, arrêt du 15 mars 1994, Banco Exterior, REC 1994, page I-877, point Arrêt "La Poste", affaire C-34/94, SFEI e.a. La Poste e. a, REC 1996, page I Arrêts rendus par la CJCE dans les affaires C-305/89, Italie contre Commission ("Alpha Romeo"), REC 1991, page I-1603, et C-303/88 et Italie contre Commission ("ENI-Lanerossi"), REC 1991, page I

6 Utilisation de ressources d'état (19) Pour que des avantages puissent être qualifiés d'aides au sens de l'article 87, paragraphe 1, CE, ils doivent, d'une part, être accordés directement ou indirectement au moyen de ressources d'état et, d'autre part, être imputables à l'état 22. (20) En prenant en charge les engagements de pension imposés à Belgacom par la loi, l'état belge (ou l'institution publique éventuellement responsable de l'administration de ces engagements de pension) endosse une charge financière qui met en jeu des ressources d'état. Entreprises éventuellement favorisées et distorsions éventuelles de la concurrence (21) Selon la jurisprudence de la Cour, " Afin d'apprécier si une mesure étatique constitue une aide, il convient [ ] de déterminer si l'entreprise bénéficiaire reçoit un avantage économique qu'elle n'aurait pas obtenu dans des conditions normales de marché " 23. (22) La Commission a entrepris de déterminer si la prise en charge par l'état belge des engagements de pension de Belgacom s'est effectuée dans des conditions qu'aurait acceptées un opérateur du secteur privé. (23) Premièrement, la Commission a examiné si l'état belge a reçu une rémunération appropriée en contrepartie de cette prise en charge. Pour que tel puisse être le cas, il faut que la rémunération reçue corresponde à la VAN des engagements de pension actuellement supportés par Belgacom et assure ainsi le financement par capitalisation intégral de ces engagements. (24) La VAN des engagements de pension de Belgacom a été calculée par un actuaire indépendant selon une méthode actuarielle généralement admise. Les hypothèses retenues aux fins du calcul reposent sur un taux d'inflation compatible avec l'objectif d'inflation de la Banque centrale européenne (quoique légèrement inférieur au niveau actuel de l'inflation en Belgique), sur un taux de croissance des salaires compatible avec les hausses annoncées dans les états financiers de Belgacom, sur un taux de mortalité conforme aux tables de mortalité généralement appliquées et tenant compte de l'expérience réelle de Belgacom en la matière, ainsi que sur un âge de départ en retraite conforme à la législation en vigueur en Belgique. Ces calculs concordent avec les évaluations antérieures du même actuaire concernant les engagements de pension du "premier pilier" de Belgacom. La Commission note également que les 22 Voir l'arrêt du Tribunal de première instance du 6 mars 2003, dans les affaires jointes T-228/99 et T-233/99, "Westdeutsche Landesbank Girozentrale", point 179 renvoyant à l'arrêt de la Cour du 16 mai 2002, France/Commission, C-482/99, Rec. p. I-4397, point Voir l'arrêt "Westdeutsche Landesbank Girozentrale", point 207 renvoyant aux arrêts de la Cour du 11 juillet 1996, SFEI e.a., C-39/94, Rec. p. I-3547, point 60; du 29 avril 1999, Espagne/Commission, C-342/96, Rec. p. I-2459, point 41; du 29 juin 1999, DM Transport, C- 256/97, Rec. p. I-3913, point 22, et arrêt SIC/Commission, point 78. 6

7 hypothèses utilisées par l'actuaire conseil indépendant ont été vérifiées pour le compte de l'état belge par Morgan Stanley, qui les a jugées raisonnables (prudentes). (25) Pour ce qui concerne plus particulièrement le taux d'actualisation, la Commission note le commentaire selon lequel celui-ci a été choisi conformément aux normes comptables internationales (l'ias 19). La Commission estime que l'application des normes comptables internationales est le meilleur moyen de garantir que le transfert s'effectue aux conditions du marché. Elle estime également que le taux d'actualisation retenu concorde avec ceux qu'utilisent actuellement d'autres opérateurs de télécommunications européens pour mesurer leurs engagements de pension et que les experts financiers en la matière considèrent comme ne comportant pas de risque de sous-estimation desdits engagements. Elle note enfin que le taux d'actualisation de 5,4 % est inférieur au taux maximal auquel, en vertu de la législation applicable en Belgique, les entreprises d'assurance peuvent actualiser leurs engagements de pension 24. À la lumière de toutes ces considérations, la Commission accepte le taux de 5,4 % comme permettant une actualisation appropriée des engagements de pension (à la date du 31 décembre 2003). Elle ne voit donc aucune raison de contester le calcul de la VAN des engagements de pension de Belgacom. (26) En second lieu, la Commission a entrepris de déterminer si d'autres coûts et risques liés aux engagements de pension du "premier pilier" précédemment assumés par Belgacom ont été transférés à l'état belge et, dans l'affirmative, si l'état belge a reçu une rémunération appropriée pour la prise en charge de ces coûts. (27) Belgacom est exonéré du risque d'une hausse éventuelle des engagements effectifs de pension par rapport aux estimations actuelles 25. Pour les risques découlant des actes de Belgacom, l'accord prévoit un mécanisme d'ajustement. Si les engagements de pension venaient à augmenter du fait de mesures prises par Belgacom, ce dernier serait tenu de verser une compensation à l'état belge, et vice versa (au cas où ces engagements viendraient à diminuer, c'est l'état belge qui indemniserait Belgacom). La Commission est d'avis que ce mécanisme d'ajustement équilibre les intérêts des deux parties et ne procure aucun avantage financier à Belgacom. Le transfert exonère également Belgacom de tout risque découlant d'une modification éventuelle de la législation nationale. Or, une telle modification pourrait augmenter ou diminuer les engagements de pension. La Commission juge que Belgacom ne tire aucun avantage de cette situation. Si l'état décidait de modifier les engagements en Le taux d'actualisation employé par l'office de contrôle des assurances belge pour déterminer le financement minimal nécessaire des plans de pension est de 6 %. Des mesures prises par Belgacom (comme une hausse salariale supérieure aux prévisions) ou par l'état (comme une modification de l'âge de la retraite), ou certains facteurs exogènes (comme un changement du taux d'inflation ou de mortalité), peuvent provoquer des écarts entre les obligations de pension calculées et effectives. 7

8 question avec pour conséquence une augmentation des prestations à servir aux bénéficiaires, il serait tout à fait naturel qu'il assume l'incidence financière d'une mesure prise sous sa propre responsabilité. Si, en revanche, l'état belge décidait à l'avenir de réduire les prestations à servir aux employés statutaires de Belgacom, il va de soi que les obligations financières imposées à celui-ci excéderaient la VAN de ses engagements de pension. S'agissant des risques liés aux variations éventuelles des taux d'inflation ou de mortalité, il est noté que le choix des hypothèses les plus raisonnables vise à supprimer ces risques ou, à tout le moins, à les réduire autant que possible. Les autorités belges estiment qu'il serait étranger au comportement normal du marché d'ajuster les prix a posteriori pour tenir compte d'éventuelles variations futures liées à des facteurs exogènes. Il ressort de ces considérations que Belgacom ne tire aucun avantage financier de la transaction. (28) La Commission note enfin qu'en vertu de l'accord du 2 octobre 2003, Belgacom assume la totalité des risques et coûts liés à la vente des actifs du fonds de pension, y compris les coûts de liquidation de celui-ci (coûts de réalisation et de liquidation du fonds). (29) La Commission conclut donc que les paiements à effectuer par Belgacom sur la base de la VAN de ses engagements de pension peuvent être considérés comme une juste rémunération de l'état belge. Ces paiements garantissent le financement par capitalisation intégral des engagements de pension transférés à l'état belge. En outre, d'autres dispositions de l'accord (en particulier le mécanisme d'ajustement) peuvent être considérés comme conformes aux conditions auxquelles un opérateur du marché aurait accepté de prendre en charge les engagements de pension en question. Conclusion (30) Sur la base des éléments qui précèdent, la Commission conclut que la transaction envisagée ne procure pas à Belgacom un avantage financé par des ressources d'état et ne comporte par conséquent aucune aide d'état au sens de l'article 87, paragraphe 1, du traité CE. 4. DECISION Conformément à l'article 4, paragraphe 2, du règlement (CE) n 659/1999 du Conseil du 22 mars 1999 portant modalités d'application de l'article 93 du traité CE, la Commission a décidé: de déclarer que la mesure en examen ne constitue pas une aide d'état. 8

9 Dans le cas où cette lettre contiendrait des éléments confidentiels qui ne doivent pas être divulgués à des tiers, vous êtes invités à en informer la Commission, dans un délai de quinze jours ouvrables à compter de la date de réception de la présente. Si la Commission ne reçoit pas une demande motivée à cet effet dans le délai prescrit, elle considérera que vous êtes d accord avec la communication à des tiers et avec la publication du texte intégral de la lettre, dans la langue faisant foi, sur le site Internet suivant: Cette demande devra être envoyée par lettre recommandée ou par télécopie à: Commission européenne Direction générale de la concurrence Direction des aides d'état II Greffe des aides d'état B-1049 Bruxelles (Télécopieur: ) Veuillez croire, Monsieur le Ministre, à l'assurance de ma haute considération, Par la Commission Mario Monti Membre de la Commission 9

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 03.X.2007 C(2007)4604 Objet: Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE (1) Le 4 juillet

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 12.XI.2008 C(2008) 6346 final Objet: Aide d'etat NN 41/2006 France Contribution de la Banque Postale à la réforme du financement des retraites des fonctionnaires de

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.07.2009 C (2009)5084 final Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères Monsieur le Ministre, J ai l'honneur

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 13.03.2014 C(2014) 1606 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'etat n SA.38110 (2014/N) France Régime cadre d'interventions

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.11.2013 C(2013) 7725 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA.37017 (2013/N) - Belgique Compensation des coûts

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final Objet: Aide d Etat N 351/2006 France Crédit d impôt en faveur des sociétés créées pour le rachat de tout ou partie du capital d une entreprise

Plus en détail

2001. 1 Loi de finances rectificative pour 2001 n 2001-1276 du 28 décembre 2001, J.O.R.F. du 29 décembre

2001. 1 Loi de finances rectificative pour 2001 n 2001-1276 du 28 décembre 2001, J.O.R.F. du 29 décembre COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.06.2004 C(2004)1922fin Objet : Aide d État E 46/2001 France Exonération de la taxe sur les contrats d assurance maladie Monsieur le Ministre, PROCÉDURE (1) Suite

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.07.2001 SG (2001) D/ 290559 Objet: Aide d Etat n º NN 121/2000 Belgique Participation financière de la Région wallonne dans l'entreprise "Duferco Belgium S.A." Monsieur

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 22.V.2007 C(2007)2249 Objet: Aide d'état N 122/2007 France Prime à l Aménagement du Territoire pour la Recherche, le Développement et l Innovation (PAT «RDI»). Monsieur

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Montréal, le 27 septembre 2010 NO 27. AUX AGENTES ET AGENTS DE PROTECTION DE LA FAUNE «Pour affichage»

COMMUNIQUÉ. Montréal, le 27 septembre 2010 NO 27. AUX AGENTES ET AGENTS DE PROTECTION DE LA FAUNE «Pour affichage» COMMUNIQUÉ Montréal, le 27 septembre 2010 NO 27 AUX AGENTES ET AGENTS DE PROTECTION DE LA FAUNE «Pour affichage» Chères consoeurs, Chers confrères, MODIFICATIONS AU RÉGIME DE RETRAITE (RREGOP) Le 22 septembre

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30.06.2004 C (2004)2206 fin Objet: Aide d État n N 224/04 Belgique Aides d'état à la production cinématographique et audiovisuelle belge modifications au régime fédéral

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail.

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail. le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Aperçus Septembre 212 Numéro 1 Roland Moes LA PRÉRETRAITE 1 DISPOSITIONS LÉGALES Initialement conçue comme mesure

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise.

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.05.2001 SG (2001) D/ 288747 Objet: Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008

États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RÉGIME DE PENSION POUR LE PERSONNEL DE SOUTIEN, LES TECHNICIENS ET TECHNICIENNES ET LE PERSONNEL ADMINISTRATIF OU PROFESSIONNEL États Financiers Pour L'Exercice Terminé Le 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR

Plus en détail

Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Swiss Life, Zurich

Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Swiss Life, Zurich Swiss Life SA, General-Guisan-Quai 40, Case postale, 8022 Zurich Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Swiss Life, Zurich (fondation) Règlement relatif à la détermination des provisions

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7.1.2016 C(2015) 9811 final Objet: Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation Monsieur, La Commission européenne

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.7.2013 C(2013) 4906 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA. 36188 (2013/N) Belgique (Flandre) Décision du

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

ACCORDS BILATERAUX DES REGLEMENTS COMMUNAUTAIRES LA FRANCE ET LES PAYS-BAS

ACCORDS BILATERAUX DES REGLEMENTS COMMUNAUTAIRES LA FRANCE ET LES PAYS-BAS ACCORDS BILATERAUX POUR L APPLICATION DES REGLEMENTS COMMUNAUTAIRES ENTRE LA FRANCE ET LES PAYS-BAS 11, rue de la Tour des Dames 75436 Paris cedex 09 Tél. 01 45 26 33 41 Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr

Plus en détail

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 27.5.2011 C(2011) 3707 final Objet: Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Titre. Table des matières Texte Début

Titre. Table des matières Texte Début 1 of 5 16/02/2011 15:08 J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule Fin Table des matières 7 arrêtés d'exécution 9 versions archivées Version néerlandaise

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique

Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 04.03.2009 C(2009)1630 Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique Monsieur le Ministre,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 07.05.2014 C(2014) 2628 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet : Aide d Etat SA.38446 (2014/N) France Taxe sur les éditeurs et

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

Avantages sociaux futurs

Avantages sociaux futurs Avantages sociaux futurs Traitement comptable des obligations émises en vertu du projet de loi (PL) 54 État de la situation L article 255 du PL 54 (voir l annexe A) permet l émission d une obligation municipale

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE. Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) "Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011"

COMMISSION EUROPEENNE. Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011 COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le C (2013) Embargo VISTA illimité(*) Objet : Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) "Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011"

Plus en détail

A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 -----------------------------------------

A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 ----------------------------------------- A V I S N 1.608 ----------------------- Séance du mardi 24 avril 2007 ----------------------------------------- Exécution de l'accord interprofessionnel pour la période 2007-2008 - Congé-éducation payé

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

Règlement de liquidation partielle et totale

Règlement de liquidation partielle et totale page /9 Règlement de liquidation partielle et totale de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA concernant la caisse de prévoyance commune des organisations affiliées du 7. avril 008 (Etat le er juillet

Plus en détail

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé :

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé : Dispositions législatives de transposition de la directive n 2003/41 CE pour ce qui concerne les entreprises d'assurance Article 1 er I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances

Plus en détail

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration sur proposition du comité de rémunérations-ressources

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Principes et objectifs de financement des

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

Commission paritaire pour le secteur socio-culturel

Commission paritaire pour le secteur socio-culturel Commission paritaire pour le secteur socio-culturel Convention collective de travail du 24 mars 2014 organisant le reclassement professionnel dans le cadre de la loi du 26 décembre 2013 sur le statut unique

Plus en détail

RÈGLEMENT 55-103 SUR LES DÉCLARATIONS D'INITIÉS POUR CERTAINES OPÉRATIONS SUR DÉRIVÉS (MONÉTISATION D'ACTIONS)

RÈGLEMENT 55-103 SUR LES DÉCLARATIONS D'INITIÉS POUR CERTAINES OPÉRATIONS SUR DÉRIVÉS (MONÉTISATION D'ACTIONS) ABROGÉ LE 30 AVRIL 2010 VERSION ADMINISTRATIVE : EN VIGUEUR DU 30 DÉCEMBRE 2005 AU 30 AVRIL 2010 Cette version est fournie pour votre bénéfice et ne doit pas être invoquée comme faisant autorité. Les références

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES,

LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, DIRECTIVE DU CONSEIL du 22 février 1990 modifiant la directive 87/102/CEE relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de crédit

Plus en détail

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE

Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE FR Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation

162/06/Monday 09h10. J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule. belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Préambule Rapport au Roi Table des matières Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour de la législation Titre

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général La Loi Fillon

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2013 C(2013) 9098 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2013 complétant la directive 2011/61/UE du Parlement européen et du Conseil en ce

Plus en détail

Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 27.06.

Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 27.06. FR Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date:

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables

COMMISSION EUROPÉENNE. Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.V.2007 C(2007)1939 final Objet: Aide d État N 682/2006 Belgique Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables Monsieur le Ministre,

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013 Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions Séminaire LPP 2013 Cédric Regad 19 et 28 novembre 2013 Chambre suisse des experts en caisses de pensions

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE

COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE COMMUNAUTE EUROPEENNE DE L'ENERGIE ATOMIQUE COMMUNAUTE EUROPEENNE DU CHARBON ET DE L'ACIER Agence d'approvisionnement LA COMMISSION DE CONTROLE RAPPORT RELATIF AUX COMPTES

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail