Progrès dans le traitement des troubles dépressifs majeurs Sidney H. Kennedy, MD, FRCPC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Progrès dans le traitement des troubles dépressifs majeurs Sidney H. Kennedy, MD, FRCPC"

Transcription

1 Progrès dans le traitement des troubles dépressifs majeurs De la pratique factuelle aux biomarqueurs Sidney H. Kennedy, MD, FRCPC Professeur de psychiatrie University Health Network University of Toronto Canada Montréal 11 décembre

2

3 Affiliations de Sidney H. Kennedy Conseils consultatifs ou conseils semblables AstraZeneca, Eli Lilly, Lundbeck, Lundbeck Institute, Pfizer, Servier, St. Jude Medical Études ou essais cliniques Brain Cells Inc., BMS, Clera, Eli Lilly, Janssen, Pfizer, Servier, St. Jude Medical Conférences AstraZeneca, Eli Lilly, Lundbeck, Pfizer, Servier, St. Jude Medical Subventions de recherche CIHR, Lundbeck, OBI, OMHF, OPGRS, Servier

4 Les troubles dépressifs majeurs en 2013 La dépression est l une des principales causes d invalidité dans le monde. Les taux de réponse et de rémission sont décevants. Les nombreuses combinaisons de symptômes caractérisant les troubles dépressifs majeurs entraînent des difficultés à prédire le choix du traitement et la réponse à ce dernier. Des analyses au niveau du groupe démontrent qu il existe des différences d imagerie et moléculaires entre les patients et les témoins, ainsi qu à l intérieur de sous groupes de patients dans certains cas. Il n existe aucun prédicteur des résultats pour les patients au niveau individuel.

5 STAR*D : la loi des rendements décroissants Niveau N = Taux de rémission (%) QIDS SR < % 31% 37% Taux de rémission cumulatif (%) 56% 62% 67% % 13% Warden et al, Current Psychiat Reports, 2007

6 Évaluer l efficacité réelle du traitement Escitalopram : n = 676 Placebo : n = Bénéficiaires 4 Nonbénéficiaires Patients, % 2 Non-bénéficiaires Patients, % 2 Bénéficiaires Score MADRS - Semaine 8 Score MADRS - Semaine 8 Les scores MADRS des patients pour qui le traitement était réellement efficace ont connu une baisse de 15,9 points. La proportion de patients bénéficiaires de l escitalopram et non bénéficiaires du placebo était de 19,5 % (ratio interventions/bénéfices = 5). Thase, Larsen & Kennedy, Br J Psych, 2011

7 Analyse des trajectoires de réactions aux antidépresseurs Objectif : évaluer si un modèle de croissance mixte peut donner une idée de la réaction aux antidépresseurs et aux placebos des patients souffrant de troubles dépressifs majeurs. Méthode : utilisation de modèles à effets mixtes pour calculer le nombre de trajectoires définissant les groupes recevant un verum et les groupes recevant un placebo. Résultat : il existe deux trajectoires pour les patients recevant un verum et une trajectoire pour les patients recevant un placebo. Score HAM D Les scores HAM D des patients qui ne répondaient pas aux antidépresseurs étaient 24 % considérablement plus élevés que ceux des patients ayant reçu un placebo. Patients ayant reçu un placebo. Les scores HAM D des Placebo patients qui répondaient Verum ne répondent pas au traitement 76 % aux antidépresseurs étaient considérablement Verum répondent au traitement plus bas que ceux des patients ayant reçu un placebo. Temps (semaines) Gueorguieva et al., Arch Gen Psychiatry 2011

8 Recherche d essais cliniques en psychiatrie Ce qui est nécessaire «Utiliser les percées en génetique, en biologie moléculaire, en imagerie et en science cognitive pour contribuer au diagnostic basé sur les symptômes et non le remplacer.» Comment allons nous y arriver? «Psychiatrie stratifiée : biomarqueurs ou tests cognitifs qui stratifient une maladie générale ou un phénotype en un nombre limité de sous groupes en fonction des traitements à prescrire.» Kapur, Phillips, Insel, Mol Psychiatr 2012

9 L anhédonie comme prédicteur de réponse au traitement Résultats de GENDEP et de STAR*D *Anhédonie MADRS, HAMD 17, IDB Humeur observée Cognitif Neurovégétatif Humeur Anxiété Pessimisme Activité d intérêt* Sommeil Appétit L étude GENDEP (Genome Based Therapeutic Drugs for Depression) a cerné trois dimensions symptomatiques principales dans les cas sévères de troubles dépressifsmajeurs. Uher et al, Psychological Medicine 2012

10 Traitement de la dépression réfractaire chez les adolescents Prédicteurs du résultat Cinq dimensions symptomatiques provenant de l échelle d évaluation de la dépression chez l enfant (CDRS) ont été évaluées avant le traitement et 24 semaines après le traitement chez les adolescents souffrant de dépression réfractaire au traitement par ISRS (n = 334) : Expression d une humeur dépressive Pensées morbides Symptômes somatiques Anhédonie* Dépression observée *L anhédonie était le seul prédicteur négatif d une plus longue période de rémission et du nombre de jours sans dépression. McMakin et al, 2012, Am J Acad Child Adolesc Psychiat

11 Conceptualisation classique de l anhédonie DSM «Perte d intérêt ou de plaisir» «abandon des choses et activités qui étaient auparavant des sources de plaisir et d instruction» Haslam 1809 «ceux qui sont incapables de ressentir le moindre plaisir...» Ribot 1896 «incapacité d éprouver de tels plaisirs et manque de motivation pour rechercher des activités satisfaisantes» Rado 1956 «incapacité envahissante prononcée d éprouver du plaisir ou de répondre de façon positive à l anticipation d éprouver du plaisir» Klein 1974 Modified from Der-Avakian and Markou 2012, Trends Neurosc

12 La voie de l anhédonie «abandon des choses et activités qui étaient auparavant des sources de plaisir et d instruction» Haslam 1809 Perte d intérêt ou de plaisir DSM 5, 2013 Anticipation (envie ou désir) Motivation (effort) Plaisir consommatoire (aimer) Modified from Der Avakian and Markou;Trends in Neurosc 2012

13 Échelle de plaisir de Snaith et Hamilton (SHAPS) 1. J aimerais écouter mon émission de télévision ou de radio préférée. 2. J aimerais être en compagnie de ma famille et de mes amis proches. 3. J éprouverais du plaisir avec mes hobbies et passe temps. 4. Je pourrais apprécier mon plat préféré. 5. J aimerais prendre un bain chaud ou une douche rafraîchissante. 6. J éprouverais du plaisir avec l odeur des fleurs, de la brise marine ou du pain fraîchement cuit. 7. J aimerais voir des sourires sur les visages d autres personnes. 8. J aimerais bien paraître quand j ai porté attention à mon apparence. 9. J aimerais lire un livre, un magazine ou un journal. 10. J aimerais boire une tasse de thé, une tasse de café ou ma boisson favorite. 11. J éprouverais du plaisir avec des petites choses, par ex. : un beau jour ensoleillé, l appel d un ami. 12. Je pourrais apprécier un beau paysage ou une belle vue. 13. J éprouverais du plaisir si j aidais les autres. 14. J éprouverais du plaisir si des gens me félicitaient. Snaith et al, 1995, Br J Psychiat

14 Échelle dimensionnelle de l évaluation de l anhédonie (DARS) A. Veuillez indiquer au moins 2 passe-temps/hobbies préférés qui ne sont PAS principalement sociaux : 1. J aimerais pratiquer ces activités. 2. Je passerais du temps à pratiquer ces activités. 3. Je désire pratiquer ces activités. 4. Ces activités m intéresseraient. Pas du tout Légèrement Modérément Certainement Énormément B. Veuillez indiquer au moins 2 aliments ou boissons préférés : 5. Je ferais des efforts pour obtenir/faire ces aliments/boissons. 6. J aimerais comsomer ces aliments/boissons, 7. Je veux obtenir ces aliments/boissons. 8. Je voudrais consommer ces aliments le plus possible. C. Veuillez indiquer au moins 2 activités sociales préférées : 9. Passer du temps à pratiquer ces activités me rendrait heureux/heureuse. 10. Je serais intéressé (e)à pratiquer des activités qui impliquent d autres personnes. 11. Je serais la personne qui planifie ces activités. 12. Je participerais activement à ces activités sociales. D. Veuillez indiquer au moins 2 expériences sensorielles préférées : 13. Je rechercherais activement ces expériences. 14. Je suis enthousiaste en pensant à ces expériences. 15. Si je vivais ces expériences, j en apprécierais chaque moment. 16. Je veux vivre ces expériences. 17. Je ferais des efforts pour passer du temps à vivre ces expériences. Rizvi, et al, 2012

15 Modèle animal de l anhédonie Distribution bimodale de la consommation de sucrose lors du traitement à l escitalopram Preuve supplémentaire que la guérison de l anhédonie est liée à l augmentation de la cytogénèse Jayatissa et. al, Neuropsychopharmacology, 2006

16 Circuit neurologique de l anhédonie L anhédonie révèle une réponse dopaminergique mitigée aux stimulus de récompense, en particulier dans les voies mésolimbiques et mésocorticales. Treadway & Zald, 2011

17 Les ISRS abaissent ils le ton hédonique? Étude par IRMf de la réponse neuronale à la récompense de participants en santé après 7 jours d administration de citalopram (20 mg), de reboxetine (4 mg b.i.d.) ou de placebo (n = 15 par groupe). Vue du chocolat p <,001, Citalopram vs. Placebo Le citalopram a entraîné une diminution de la réponse neuronale à la vue et au goût du chocolat dans le striatum ventral et le cortex orbitofrontal (vue + goût) comparativement au placebo. McCabe et al, 2010 Vue et goût du chocolat p =,05, Reboxetine vs. Placebo La reboxetine a entraîné une augmentation de la réponse neuronale à la vue et au goût du chocolat dans le COF comparativement au placebo. Ces résultats supposent que les ISRS réduisent la réponse à la récompense.

18 Anhédonie vs. schizophrénie Aripiprazole vs. risperidone Une sous échelle de PANSS a été utilisée pour évaluer l anhédonie. Étude pilote (n = 40), l aripiprazole réduisait l anhédonie et améliorait le bien être subjectif de façon significative. Rôle de l antagoniste 5HT2 et agonisme dopaminergique partiel dans le cortex frontal. Liemburg et al, 2011, Pharmacopsychiat Agonisme partiel Médicament 5-HT2A 5-HT2C 5-HT1A 2 D2 Aripiprazole Risperidone Blier, à + : < 1 nm à aucune (-) affinité, respectivement

19 Réponse inadéquate à la monothérapie Traitement de première intention Changement de médicament Duloxetine Escitalopram Milancipran Mirtazapine Sertraline Venlafaxine Ajout d un médicament Aripiprazole Lithium Olanzapine Risperidone Traitement de deuxième intention Ajout d un médicament Bupropion Mirtazapine/mi anserin Quetiapine Triiodothyronine Autres antidépresseurs de niveau 3 Changement de médicament Amitriptyline Clomipramine Inhibiteurs MAO Traitement de troisième intention Ajout d un médicament Buspirone Modafinil Psychostimulants Ziprasidone Lam RW et al. J Affect Disord. 2009;117:S26 S43.

20 Médicaments antipsychotiques atypiques (complémentaires) Rapports de probabilité des taux de réponse lors de l utilisation de médicaments atypiques et de placebos Essais classés par médicament OU (fixe) IC de 95 % Essais sur l olanzapine Shelton 2001 Shelton II 2005 Corya 2006 Thase 2006 Thase II 2006 Essais sur le risperidone Mahmoud 2007 Keitner 2009 Reeves 2008 Essais sur la quetiapine Khullar 2006 Mattingly 2006 McIntyre 2006 Earley 2007 El-Khalili 2008 Essais sur l aripiprazole Berman 2007 Marcus 2008 Berman 2008 Test pour l effet général : Sous-total Sous-total Sous-total Sous-total 0,1 0,2 0, Meilleurs résultats pour les témoins 1,39 [1,05, 1,84]; Z = 2,30, p = 0,02 1,83 [1,18, 2,82]; Z = 2,71, p = 0,007 1,61 [1,24, 2,09]; Z = 3,56, p = 0,0004 2,07 [1,58, 2,72]; Z = 5,28, p = 0, ,69 [1,46, 1,95]; Z = 7,00, p < 0,00001 Meilleurs résultats pour les patients traités Nelson and Papakostas Am J Psychiatry, 2009

21 Utilisation complémentaire de stimulants pour traiter les troubles dépressifs majeurs Médicament Preuves Amphétamines Autres Dextroamphétamine (Dexedrine) amphétamine/ dextroamphétamine (Adderall) Lisdextroamphétamine (Vyvanse) Methylphenidate Modafinil Atomoxetine Utilisé comme antidépresseur depuis longtemps Prescrit pour le TDAH Une étude ouverte de 8 semaines a démontré une réduction des symptômes dépressifs au cours des semaines 8 à 14 chez les personnes pour qui l escitalopram n a aucun effet. (Trivedi et. al, 2013) Une étude contrôlée avec placebo n a pas démontré de différence significative entre les groupes dans les scores MADRS à la fin du traitement. (Ravindran et. al, 2008) Les résultats d une analyse groupée de 2 études contrôlées avec placebo ont démontré une réduction de la dépression, de la fatigue et de l épuisement. (Fava et al, 2007) L étude contrôlée avec placebo n a démontré aucun avantage pour les patients dont la dépresion est réfractaire au traitement (Michelson et. al, 2007). Ce médicament pourrait être utile pour traiter l épuisement lié à la dépression. (Papakostas et. al, 2006) Howland, 2012,

22 Le changement rapide du niveau d apathie prédit la réponse au méthylphénidate à libération prolongée Aucune différence entre les groupes quant aux scores MADRS à la fin du traitement. 46 PBO n = 72 Différence significative entre les METH n = groupes quant aux scores obtenus 42 sur l échelle d évaluation de 40 l apathie. * * 38 Le changement sur l échelle 36 d évaluation de l apathie après 2 34 semaines permettait de voir si le Préliminaire Semaine 2 Semaine 5 patient recevait un médicament ou un placebo. * p <,05 Échelle d évaluation de l apathie Prédiction : L évaluation préliminaire ne prédisait pas la réponse ou la rémission des patients recevant un placebo ou au médicament à libération prolongée. La baisse du score MADRS au cours de la semaine 2 prédisait la réponse ou la rémission des patients recevant le médicament à libération prolongée et ceux recevant un placebo. Le % de changement sur l échelle d évaluation de l apathie au cours de la semaine 2 prédisait la réponse ou la rémission des patients recevant le médicament à libération prolongée, mais pas la réponse ou la rémission de ceux prenant un placebo. Kennedy. et al, 2013, ACNP

23 Voies de la dépression majeure Miller et al, 2009

24 Cytokines et «comportement de la maladie» L infusion de cytokines est liée à des symptômes semblables à la dépression chez les humains, par ex. : «comportement de la maladie». Immunothérapie INF α INF b IL 1 IL 2 Effets secondaires neuropsychiatriques Épuisement, ralentissement psychomoteur, humeur dépressive, anxiété, retrait social, irritabilité, anorexie, troubles cognitifs (par ex. : troubles de mémoire) Épuisement, humeur dépressive, déficience cognitive Déficience cognitive Épuisement, anhédonie, dysphorie, déficience cognitive TNF α Épuisement, anorexie Nishida et al. International Immunopharmacology. 2 (2002) Schiepers et al. Neuro Psychopharmacolgy & Biological Psychiatry. 29 (2005)

25 Les cytokines pro inflammatoires réduisent la réponse hédonique via les mécanismes dopaminergiques Patients atteints d hépatite C chronique (VHC) et souffrant de symptômes de dépression (n = 14) traités par interféron alpha comparés aux témoins VHC non traités (n = 14). Le groupe traité démontrait une activité réduite dans le striatum lors d une activité satisfaisante, ce qui était lié à l anhédonie et à l épuisement. La plus grande absorption de dopamine dans le striatum lors du traitement entraîne la réduction de la synthèse ou de la libération de la dopamine. Capuron et al, Arch Gen Psychiatry 2012

26 Cibler les cytokines avec les antidépresseurs Arguments scientifiques Cytokines : protéines qui régulent la réponse immunitaire Cytokines pro-inflammatoires (IL-6 et TNFα) Stimulent la corticolibérine Activent l axe HHS Interagissent avec le glutamate, ce qui entraîne la neurodégénération Nouveaux médicaments Infliximab Cimicoxib Pioglitazone Mécanisme d action Antagoniste du TNFα Inhibiteur de la COX-2 Réduit la NF-kB Niveau de cytokines plus élevé lors de troubles dépressifs majeurs Baisse du niveau de cytokines chez les patients qui répondent au traitement

27 Ajout de l antidépresseur celecoxib *p Muller et. al, Mol Psychiatry Akhondzadeh et al, 2009

28 L infliximab dans le traitement de la dépression réfractaire Échantillon : Patients souffrant de dépression majeure réfractaire au traitement modérée à sévère (n = 51) ou de dépression bipolaire (n = 9) recevant les mêmes antidépresseurs pendant 4 semaines. Traitement : Infliximab, antagoniste du TNF α, injection (5 mg/kg) ou placebo au début du traitement et lors des semaines 2 et 6 d un ECR de 12 semaines Résultat principal : HAMD 17 lors de la semaine Analyse principaled efficacité Résultat : Aucun changement global des scores HAMD, mais. 12 Raison et al., JAMA 2013

29 L infliximab dans le traitement de la dépression réfractaire : effet de l inflammation préliminaire sur l efficacité Le sous groupe dont le niveau de protéines C réactives était > 5 mg/l répondaient mieux au traitement. Réduction du score HAMD pour : retard psychomoteur, anhédonie, humeur, suicide, anxiété. Faible niveau de protéines C réactives Niveau élevé de protéines C réactives Raison et al., JAMA 2013

30 La minocycline comme antidépresseur potentiel N = 40 (actuel n = 27) Dépression bipolaire I/II 18 à 65 ans L atrophie cérébrale lors de troubles de l humeur pourrait être une conséquence d une neuroplasticité déficiente. La neuroplasticité est régulée par les voies neurotrophiques, inflammatoires, oxydatives et glutamatergiques. La minocycline cible ces systèmes en interaction et pourrait agir comme un antidépresseur. Défini par le DSM-IV-TR Diagnostic clinique Entretien structuré MINI Épisode dépressif majeur actuel HAMD-17 > = 20 Behav Brain Res, 2012 Essai ouvert de 8 semaines de la minocycline comme médicament complémentaire pour traiter la dépression bipolaire Ajout de minocycline Ajout de la minocycline à la pharmacothérapie conventionnelle Data on file Soczynska et. al, 2013

31 La stimulation périphérique de l inflammation par le vaccin Salmonella typhi a une incidence sur l activité du SNC Modèle de mesures répétées randomisé, à double insu et croisé Hommes en santé (n = 16) Profile of Mood States (POMS) Tâche implicite de traitement de l expression faciale au cours d un IRMf avec des photos du Karolinska-Directed-Emotional-Face-Set (KDEF) IL-6, TNFα, IL1RA Harrison et al. Biological Psychiatry (2009); 66:

32 L activité du cortex cingulaire antérieur périgénual (aire de Brodmann 25) prédit le changement d humeur total associé à l inflammation La détérioration de l humeur associée à l inflammation (IL-6) est liée à une activité accrue des expressions faciales émotionnelles dans le cortex cingulaire antérieur périgénual. Harrison et al. Biological Psychiatry (2009); 66:

33 La neuromodulation dans le traitement de la dépression réfractaire Lipsman et. al, CMAJ, 2013

34 La connectivité cortico limbique comme prédicteur de réponse Est ce que la connectivité fonctionnelle au repos prédit la réponse au traitement par rtms du cortex préfrontal dorso médian (dmpfc)? Les patients dont la connectivité cortico limbique est plus faible (cortex cingulaire antérieur périgénual amygdale et cortex cingulaire antérieur périgénualhippocampe) ont mieux répondu au traitement (leurs scores HAMD ont diminué). Salomons et. al, 2013, Neuropsychopharmacology

35 Cibler le corps calleux 1. Tristesse passagère 2. Répondants aux antidépresseurs 3. SCP après 3 mois (en haut) après 6 mois (en bas) Activité Activité SCG SCG F9 R F9 SCG SCG Mayberg H, et al. Am J Psych 1999 Mayberg H, et al. Neuron 2005

36 Stimulation cérébrale profonde Technique et explications Placement stéréotaxique d électrodes unilatérales ou bilatérales sous la supervision d un spécialiste de l IRM. Les électrodes sont connectées à une aiguille reliée à la poitrine où un générateur d impulsions (pacemaker) est implanté sous la peau. Conçue au départ pour traiter les dyskinésies. La majorité des traitements par SCP au cours de la dernière décennie ont été administrés pour supprimer les tremblements causés par la maladie de Parkinson. Première mention de la SCP dans le traitement des troubles dépressifs majeurs dans Mayberg et al, 2005.

37 SCP du corps calleux : efficacité et effets indésirables Scores HAMD Scores HRSD de chacun des patients Préliminaire 12 mois Effet indésirable Infection de la plaie Épilepsie périopératoire Nombre de cas Maux de tête 5 Douleurs au site d administration Aucun effet indésirable Lozano et al., Biol Psychiatry,

38 Suivi à long terme de la SCP (3 à 6 ans) Pourcentage de patients Résultats sur les sypmtômes (HSRD-17) Répondants En rémission Dernière visite Pourcentage de patients Résultats fonctionnels (SF-36) Aspect santé physique Aspect santé mentale Dernière visite Nombre d années après l opération Nombre d années après l opération Kennedy et al, Am J Psychiatry, 2011

39 Effets de la SCP sur les symptômes de la dépression : Analyse groupée* Corrélations significatives entre les changements au niveau des éléments du questionnaire HRSD et le changement total 1 mois (r) 3 mois (r) 6 mois (r) Humeur (,726) Travail et intérêt (,607) Suicide (,669) Humeur (,755) Travail et intérêt (,605) Suicide (,528) Anxiété psychique (,514) Insomnie d endormissement (,553) Appétit (,605) Humeur (,709) Travail et intérêt (,656) Suicide (,497) Anxiété psychique (,542) Insomnie d endormissement (,443) Insomnie au milieu de la nuit (,507) Énergie somatique (,444) Données provenant d essais ouverts sur l utilisation de la SCP sur le corps calleux pour traiter la dépression réfractaire, essais effectués entre 2002 et 2012 (n = 56). Taux de réponse 47 % *(Lozano et al, 2008; Lozano et al, 2011; Holtzheimer et al, 2012) Toutes les corrélations p <,002, corrigées pour comparaisons multiples Rizvi et al SOBP 2013

40 Conclusion L approche DSM actuelle ne tient pas suffisamment compte de la diversité clinique et neurobiologique des troubles dépressifs majeurs. La neuroinflammation constitue un exemple de soustype de diagnostic. L anhédonie est un biomarqueur potentiel pouvant être évalué en fonction de plusieurs systèmes biologiques et être combiné à des données cliniques. L intégration de mesures cliniques et neurobiologiques représente la meilleure voie à suivre pour identifier les sous types de troubles dépressifs majeurs et ainsi choisir le traitement optimal.

41 Biomarqueurs potentiels de la dépression Hormones du stress Cytokines Polymorphismes génétiques Synthèse des protéines Neurogénèse Glutamate Neurotransmetteurs monoaminergiques Structure et fonctionnement du cerveau Processus émotionnel Fonctionnement neuropsychologique Rythmes circadiens Métabolites du liquide céphalorachidien Stress psychosocial. and the list goes on!

42 Réseau CAN BIND (Canadian Biomarker Integration Network for Depression) Canadian Biomarker Integration Network for Depression 4 2

43 Approche axée sur les biomarqueurs Métabolomique/ Protéomique Neuroimagerie Bioinformatique Caractérisation clinique Génétique/Génomique

44 Plateformes CAN BIND Évaluation clinique Évaluation complète des symptômes, de la personnalité, de la fonction cognitive, des événements de vie, de l historique familial, etc. Neuroimagerie et neurophysiologie Structurelle et fonctionnelle (au repos et lors d un défi) EEG (au repos et lors d un défi) Moléculaire Génomique et protéomique marqueurs dynamiques Pharmacogénétique Informatique Intégrée tout au long du processus. Algorithmes de modélisation et de groupement. Partage des connaissances Intégré et «fin de subvention» Patients et professionnels de la santé mentale Canadian Biomarker Integration Network for Depression

45 Processus de formulation et de vérification d hypothèses de CANBIND Clinique Processus itératif permattant d identifier les caractéristiques clés qui prédisent la réponse au traitement avec le plus de précision possible et au moindre coût. Moléculaire Neuroimagerie Informatique Biomarqueurs de réponse Plateforme de traitement Valider et tester à nouveau

46 Plateforme informatique Approches exploratoires et hypothétiques Imagerie Moléculaire Clinique Statistiques descriptives, arbres décisionnels, machines à vecteurs de support, régression logistique, papillon, apprentissage en profondeur Ensemble de caractéristiques qui prédisent le résultat

47 L objectif de CAN BIND Intégrer les marqueurs cliniques, d imagerie et moléculaires pour identifier les indicateurs clés de réponse au traitement au cours de nombreuses interventions.

48 Dilemme en matière de diagnostic de la dépression majeure «En l absence d outils de diagnostic plus objectifs tels que la neuroimagerie, les variations génétiques, les biomarqueurs ou la biopsie, l approche rudimentaire du comptage des symptômes engendre des limitations évidentes dans le développement de modèles animaux, d essais cliniques et d études neuropathologiques.» Krishnan and Nestler, Nature, 2008.

49 Merci à l équipe de CAN BIND!

LA STIMULATION DU NERF VAGUE: UN PACEMAKER POUR TRAITER LA DÉPRESSION MAJEURE RÉFRACTAIRE. NATHALIE DESJARDINS, inf. B.Sc. SYLVIE TIEU, B.Sc.inf.

LA STIMULATION DU NERF VAGUE: UN PACEMAKER POUR TRAITER LA DÉPRESSION MAJEURE RÉFRACTAIRE. NATHALIE DESJARDINS, inf. B.Sc. SYLVIE TIEU, B.Sc.inf. LA STIMULATION DU NERF VAGUE: UN PACEMAKER POUR TRAITER LA DÉPRESSION MAJEURE RÉFRACTAIRE NATHALIE DESJARDINS, inf. B.Sc. SYLVIE TIEU, B.Sc.inf. 6 e Congrès mondial Secrétariat international des infirmières

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Médicaments, libido et aspects interpersonnels

Médicaments, libido et aspects interpersonnels Médicaments, libido et aspects interpersonnels 11 octobre 2011 Jean Leblanc, m.d. psychiatre Clinique des troubles de l humeur Hôpital du Sacré-Coeur, Montréal Quelle est la différence entre l ignorance

Plus en détail

Le traitement du TDAH

Le traitement du TDAH Le traitement du TDAH chez les enfants, les adolescents et les adultes 2 Un diagnostic est posé en fonction d un ensemble de données et de l élimination d autres causes possibles des SYMPTÔMES Qu est-ce

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

Troubles de l humeur et stress

Troubles de l humeur et stress Troubles de l humeur et stress Dr Cédric Lemogne UF de Psychologie et Psychiatrie de liaison et d urgence Service universitaire de Psychiatrie de l adulte et du sujet âge HUPO / INSERM UMR 894 / Université

Plus en détail

Du bon usage des psychotropes

Du bon usage des psychotropes Du bon usage des psychotropes Aspect général Le bon usage des psychotropes passe par : L utilisation des molécules en fonction de leurs indications, de leurs profils d action : Quels critères de choix?

Plus en détail

Traitements médicamenteux de la dépressiond

Traitements médicamenteux de la dépressiond Traitements médicamenteux de la dépressiond Les antidépresseurs Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline Inhibiteurs

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

TRAITEMENTS DAH.A. Pr F BAYLE SHU, Hopital Sainte Anne Paris

TRAITEMENTS DAH.A. Pr F BAYLE SHU, Hopital Sainte Anne Paris TRAITEMENTS DAH.A Pr F BAYLE SHU, Hopital Sainte Anne Paris DIFFICULTÉS DIAGNOSTIQUES CHEZ ADULTE DAH Symptômes durables? Troubles dans l enfance? Altération du fonctionnement significative? Symptômes

Plus en détail

Diamant ou Poussière: Comment briller sous pression tandis que d autres s effondrent

Diamant ou Poussière: Comment briller sous pression tandis que d autres s effondrent Diamant ou Poussière: Comment briller sous pression tandis que d autres s effondrent La science la résilience Dr Amir Georges Sabongui, PhD sabongui@msn.com www.sabonguisos.com Partie 1: Le problème Votre

Plus en détail

Psychopharmacologie essentielle. Chapitre 1. Anatomie et physiologie des neurones

Psychopharmacologie essentielle. Chapitre 1. Anatomie et physiologie des neurones Psychopharmacologie essentielle Stephen M. STAHL Traduction coordonnée par le Docteur Patrick Lemoine (1 132 pages, 926 illustrations en couleurs, 189 tableaux et index de 60 pages) Chapitre 1. Anatomie

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Pr C. Hommet Centre Mémoire M Ressources Recherche (CMRR) Médecine Interne GériatriqueG Inserm U 930 CHU Tours Angers 20 novembre 2008 Vieillissement

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction?

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Daniele Zullino Centre collaborateur OMS pour l enseignement et la recherche sur les addictions Produit Prédisposition Endophénotype ce qui sous-tend

Plus en détail

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant TDAH Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant LE TDAH ET LES ENFANTS Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection médicale reconnue qui demande souvent l

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

INFORMATION SPÉCIFIQUE SUR LES MÉDICAMENTS

INFORMATION SPÉCIFIQUE SUR LES MÉDICAMENTS DOCUMENT DE SUPPORT 7B INFORMATION SPÉCIFIQUE SUR LES MÉDICAMENTS Les régimes d'assurance médicaments peuvent varier d une province canadienne à une autre et sont sujets à changement (voir le graphique

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

Les troubles de l humeur

Les troubles de l humeur Les troubles de l humeur I) La dépression : 1) Epidémiologie : La plus fréquente des affections psychiatriques, touche 15% de la population ( 2 femmes pour un homme). Elle représente 30% des causes de

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Stimulation Magnétique Transcrânienne répétitive en psychiatrie. Olivier Triffault MD Marie Eve Rondeau B.Sc inf. SMTr ou rtms

Stimulation Magnétique Transcrânienne répétitive en psychiatrie. Olivier Triffault MD Marie Eve Rondeau B.Sc inf. SMTr ou rtms Stimulation Magnétique Transcrânienne répétitive en psychiatrie Olivier Triffault MD Marie Eve Rondeau B.Sc inf 1 SMTr ou rtms Principes: induction d un courant électrique par le biais d un champs magnétique

Plus en détail

Objectifs d apprentissage. Travail et dé. dépression: relever les nombreux dé. défis cliniques et administratifs lié. l'invalidité psychiatrique

Objectifs d apprentissage. Travail et dé. dépression: relever les nombreux dé. défis cliniques et administratifs lié. l'invalidité psychiatrique Travail et dé dépression: relever les nombreux dé défis cliniques et administratifs lié liés à l'invalidité l'invalidité psychiatrique Dre Marie-Hélène Turgeon Psychiatre Hôtel Dieu de Montmagny 23 septembre

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Détail à connaître pour une meilleure vie : Plus d un Canadien sur 10 connaîtra une dépression à un moment de sa vie

Détail à connaître pour une meilleure vie : Plus d un Canadien sur 10 connaîtra une dépression à un moment de sa vie Dépression De nombreuses personnes se déclareront déprimées lorsqu elles ont eu une dure journée ou une dure semaine au travail et qu elles se sentent malheureuses. Tout le monde se sent triste ou découragé

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques?

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques? SerEN Qu est ce que SerEN? SerEN est un produit qui a été spécialement créé pour offrir un moyen sûr et efficace afin de profiter d un bien-être intellectuel pour les personnes qui vivent des situations

Plus en détail

Dre Christiane Laberge 21 mai 2011

Dre Christiane Laberge 21 mai 2011 Dre Christiane Laberge 21 mai 2011 Biederman, APA 2001 Minimal Brain Damage Histoire nosologique Efficacité des amphétamines (Bradley) Réaction hyperkinétique de l enfant (DSM-II) Trouble: déficit de l

Plus en détail

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Colloque national de pharmacie Marrakech, 2 février 2013 Jalil Bennani Psychiatre et psychanalyste (Rabat) Habilité à diriger les recherches

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Juin 2007 33 33 Sommaire 1. Avertissement _ II 2. Critères médicaux actuels d

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (Janvier 2005) EFFEXOR LP 37,5 mg, 75 mg, 150 mg, gélule à libération prolongée TREVILOR LP 37,5 mg, 75 mg, 150 mg, gélule à libération prolongée INTRODUCTION Une extension

Plus en détail

Dépression et maladie chronique

Dépression et maladie chronique Pr. Grégory NINOT Laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance et Santé www.performance-sante.fr Nosologie État de tristesse et diminution de l intérêt pour toutes ou presque toutes les activités

Plus en détail

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE...

Table des matières. Première partie : Énergie et Polarité... 23 REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... Table des matières su REMERCIEMENTS... 11 NOTE DE L AUTEURE... 13 COMMENT UTILISER CE GUIDE... 15 À QUI S ADRESSE CE LIVRE... 17 INTRODUCTION... 19 Première partie : Énergie et Polarité... 23 CHAPITRE

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ##

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Unité#Fonc8onnelle#d'Addictologie,# INSERM#U1042,#UJF#EA3745,#CHU#de#Grenoble# TIS$%$Grenoble$%$2012%2013$

Plus en détail

L Enfant Hyperactif. Pr Pierre CASTELNAU. Neuropédiatrie & INSERM U930 Hôpital d Enfants Gatien de Clocheville CHU de Tours www.chu- tours.

L Enfant Hyperactif. Pr Pierre CASTELNAU. Neuropédiatrie & INSERM U930 Hôpital d Enfants Gatien de Clocheville CHU de Tours www.chu- tours. Société de Pédiatrie de l Ouest Tours! 25 Oct 2012! L Enfant Hyperactif Pr Pierre CASTELNAU Neuropédiatrie & INSERM U930 Hôpital d Enfants Gatien de Clocheville CHU de Tours www.chu- tours.fr Le «parcours»

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

Copyright. Vente et distribution commerciale interdites

Copyright. Vente et distribution commerciale interdites Évaluation pratique dans la dépression majeure : Combler les fossés thérapeutiques dans la prise en charge de la dépression au Canada Copyright Vente et distribution commerciale interdites Jeffrey Habert,

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Le Neuromarketing Plan Cours 5.

Le Neuromarketing Plan Cours 5. Le Neuromarketing Plan Cours 5. Définitions et objectifs du neuromarketing Expérimentations en neuromarketing Les systèmes neuronaux de récompense Utilisation de stimuli subliminaux Les neurosciences:

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCCEM NOUVELLE PRÉSENTATION DE L ABATACEPT (Orencia Bristol-Myers Squibb) Indication : Polyarthrite rhumatoïde La présente recommandation remplace la recommandation du CCCEM à

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Aucun conflit Établir les diagnostics en toxicomanie selon le DSM 5 Élucider les enjeux de l ordonnance

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

l attention/ hyperactivité

l attention/ hyperactivité Le trouble déficitaire de l attention/ hyperactivité chez l adulte (T:DA/H) Le trouble déficitaire de l attention/hyperactivité (T:DA/H) est un problème médical important et reconnu depuis des années dans

Plus en détail

Un centre sur les neurosciences

Un centre sur les neurosciences Sommaire Un centre sur les neurosciences Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 6 août 2014 Centre des sciences de la santé Sunnybrook L incidence des maladies du système

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Nouvelle perspective dans les troubles dépressifs majeurs : La cognition joue-t-elle un rôle?

Nouvelle perspective dans les troubles dépressifs majeurs : La cognition joue-t-elle un rôle? Nouvelle perspective dans les troubles dépressifs majeurs : La cognition joue-t-elle un rôle? Avec le soutien institutionnel de WebMD Global, LLC Ce document est uniquement informatif. La lecture de ce

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014

Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014 Congrès Réseau PIC Strasbourg, 18-19 septembre 2014 Elargissement du spectre du trouble bipolaire réflexions sur les dépressions mixtes, le trouble borderline, le TDAH chez l adulte et les troubles cognitifs

Plus en détail

Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété:

Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété: Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété: Une approche de groupe efficace Manon Cormier, erg. Catherine Fortin, inf. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle CHU de Québec Novembre 2014

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Place de la stimulation magnétique transcrânienne(rtms) dans le traitement de la dépression majeure

Place de la stimulation magnétique transcrânienne(rtms) dans le traitement de la dépression majeure Place de la stimulation magnétique transcrânienne(rtms) dans le traitement de la dépression majeure E. POULET / J BRUNELIN EA4166 Service Pr d Amato Bron Emmanuel.poulet@ch-le-vinatier.fr Toute utilisation

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Efficacité comparative des antidépresseurs de nouvelle génération pour la dépression majeure : Perspective canadienne

Efficacité comparative des antidépresseurs de nouvelle génération pour la dépression majeure : Perspective canadienne Efficacité comparative des antidépresseurs de nouvelle génération pour la dépression majeure : Perspective canadienne Sidney H. Kennedy, M.D., FRCPC Chef psychiatre, Département de psychiatrie, Réseau

Plus en détail

L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales

L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales L. Beaudeaux Psychologue Centre de médecine du sommeil L insomnie Définitions Classification Épidémiologie Modèles théoriques Prise en charge Traitement

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

METHODE DE CALCUL DES SCORES

METHODE DE CALCUL DES SCORES QUESTIONNAIRE RESPIRATOIRE du S t GEORGE'S HOSPITAL METHODE DE CALCUL DES SCORES RESUME Trois scores sont calculés pour les composantes : Symptômes ; Activités ; Impacts. Un score Total est également calculé.

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 La mission de la Société Parkinson du Québec (SPQ) est d apporter un appui immédiat aux personnes atteintes de la maladie et à leurs proches

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale)

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) 1. Présentation des animatrices Statistiques du groupe Déroulement Identification de l ETCAF Diagnostic Effets et interventions possibles

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation PROGRAMME - VOLET 2A La douleur chronique non cancéreuse soins de première ligne : Portrait de la situation CORRIGÉ QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES PROFESSIONNELS Chercheures : Lyne Lalonde, Ph. D. Faculté

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Généralités sur l addiction: Philippe CANU Sallanches, réunion du 07/06/11

Généralités sur l addiction: Philippe CANU Sallanches, réunion du 07/06/11 Généralités s sur l addiction: l Philippe CANU Sallanches, réunion r du 07/06/11 Définition: Petit Robert : désigne d une relation de dépendance à une substance ou une activité,, qui a de graves conséquences

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Yoga : Le yoga est un type de médecine douce complémentaire qui, croit-on, stimule l interaction entre le corps et l esprit. Il s agit habituellement

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail