Annecy le neuf. nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annecy le neuf. nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région"

Transcription

1 R É O R G A N I S A T I O N D E S B L O C S O P É R A T O I R E S Annecy le neuf nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région I d'annecy (CHRA) est présenté comme l'un des hôpitaux les plus modernes de France. Terminal multimédia à chaque lit, préparation et transports automatisés des médicaments, plateau technique chirurgical et anesthésique flambant neuf, ce nouvel hôpital a nécessité cinq ans de travaux et a coûté 227 millions d'euros. Mais pour quelles améliorations sur le plan du travail anesthésique? Nous avons posé la question à Emmanuelle Grosperrin, chef de service d anesthésie-réanimation, à Bruno Fournier, praticien hospitalier en anesthésie-réanimation et à Yann Majchrzak, cadre gestionnaire des pôles médico-chirurgical et médico-technique. B R U N O F O U R N I E R E T E M M A N U E L L E G R O S P E R R I N : «Les architectes hospitaliers devraient davantage faire attention aux distances à parcourir» Olivier Seignette & Mikaël Lafontan PHAR : Comment avez-vous été associé à la phase préparatoire du projet de plateau technique chirurgical dans le nouvel hôpital? Bruno Fournier : À l origine, entre les deux propositions architecturales initiales, la direction de l hôpital a opté pour le projet le moins fonctionnel en ce qui concerne le bloc opératoire. Mais nous avons eu carte blanche pour le faire évoluer. Ce projet initial comportait un circuit «sale» avec des couloirs extérieurs tout autour du bloc. Les chirurgiens ont demandé à bénéficier de salles plus grandes. Nous avons donc supprimé le couloir extérieur et créé un système dans lequel le circuit «sale» et le circuit «propre» se croisent, LE CHRA EN CHIFFRES salariés en pôles d activités médicales m² d espace 652 lits et places de court séjour 361 lits et places de psychiatrie et gériatrie entrées par an journées d hospitalisation par an passages aux urgences en utilisant des conteneurs de transport. Nous avons aussi obtenu la transformation de la salle de réveil (23 lits dans la même pièce) en 3 pièces pour faciliter la maintenance ou en cas de problèmes septiques dans cette salle, et pour pouvoir aussi isoler les enfants. Le bloc devait compter 13 salles au départ, mais entre-temps, du fait du coût élevé du projet et pour des questions de rentabilisation du plateau technique, nous sommes passés de 13 à 11 salles, dont 2 ne sont toujours pas équipées aujourd hui. PHAR : Quelles difficultés avez-vous rencontrées au bloc au moment de votre installation? Emmanuelle Grosperrin : Initialement, le bloc du nouvel hôpital était prévu pour comporter un circuit entièrement stérile et sécurisé, avec un retour obligatoire vers les vestiaires pour en sortir. La salle de réveil étant en dehors de ce circuit, les médecins de bloc, qui s occupaient de leurs patients en salle de réveil dans l ancienne configuration, ne pouvaient plus y accéder. Finalement, le CLIN nous a autorisé à accéder à la salle de réveil en tenue de bloc, ce qui simplifie l organisation et économise du temps médical. B.F. : Au début, cela a été difficile. À la veille de la première opération, il n y avait aucun moyen de communication dans le bloc pas d interphone, pas de téléphone et l informatique ne fonctionnait pas. Aujourd hui, nous commençons 9

2 10 à trouver nos marques, mais nous avons encore des problèmes d organisation qui pourraient être résolus par une amélioration du système informatique dans la gestion des flux de patients depuis les chambres jusqu au bloc opératoire. Vu l immensité du plateau technique et les 240 mètres de longueur du bâtiment principal, il a fallu aussi très vite doubler le nombre de brancardiers et s adapter à un nouveau mode de fonctionnement de ces brancardiers avec des équipes externes, mais aussi internes au bloc. PHAR : Vos conditions de travail se sont-elles améliorées? B.F. : Nous travaillons plus qu avant et avons perdu en facilité du fait des distances plus longues à parcourir dans le bloc opératoire, mais aussi entre le bloc et les services. Avant, pour se déplacer en urgence dans le service, il fallait moins d une minute. Aujourd hui, nous avons plus de 100 mètres à faire. Cela rend aussi difficile de faire le tour correctement dans les services. Les architectes hospitaliers devraient faire davantage attention aux distances à parcourir E.G. : La difficulté majeure est, en effet, le suivi des patients dans les services. Dans l ancien hôpital, les médecins du bloc s absentaient en fin de matinée pour faire le tour des services. Ce n était pas compliqué car le bloc n était pas trop éloigné. Aujourd hui, avec l éloignement, le circuit est plus compliqué, ce n est donc plus possible de continuer comme avant. La longueur des couloirs pèse aussi lourdement sur nos journées de travail. PHAR : L'établissement a-t-il recours au temps de travail additionnel des MAR contractualisés au-delà de 48 heures hebdomadaires? E.G. : Nous ne fonctionnons pas en 48 h hebdomadaires, nous sommes en demi-journées. Jusqu en février 2008, nous n avions qu une seule ligne de garde à l hôpital pour le bloc opératoire et la maternité. Nous attendions la double garde depuis Celle-ci est maintenant en place et est bien appréciée du fait de la charge de travail et des distances à parcourir. Malheureusement, les effectifs ne permettent pas de tout assurer. Nous pourrions avoir recours à des plages additionnelles, mais comme l établissement n a pas de budget pour rémunérer ces plages, nous essayons au maximum de récupérer nos demi-journées. La situation est plus que tendue PHAR : Les effectifs sur le plateau technique sontils insuffisants? E.G. : Notre service compte 12,9 MAR en équivalents temps plein et 23 IADE. Trois postes d IADE sont vacants, mais nous rencontrons beaucoup de difficultés à recruter. Cette La longueur des couloirs pèse lourdement sur nos journées de travail. situation s explique par le coût de la vie à Annecy, mais aussi par la politique d embauche menée par la direction. Le plan de retour à l équilibre a d abord porté sur le personnel non médical et, actuellement, les conditions financières sont difficiles à négocier. B.F. : C est effectivement un problème de financement. Les candidats se présentent, mais l hôpital ne peut pas, par exemple, racheter leurs contrats de formation. Cela n incite pas les infirmières et IADE potentiellement intéressées à nous rejoindre, malgré l attractivité de l établissement et de la région PHAR : Comment se déroulent les relations entre disciplines au bloc? B.F. : Cela se passe relativement bien. Du fait de la politique plus stricte de la direction sur les ressources humaines, les anesthésistes-réanimateurs et les chirurgiens se soutiennent davantage qu auparavant. Sans IADE, les salles ne peuvent pas fonctionner et l activité en pâtit. L urgence est difficile à gérer du fait de cette restriction budgétaire. On nous demande de devenir référents régionaux en polytraumatologie et en neuro - logie. PHAR : Comment est organisé le bloc opératoire? B.F. : La direction a voulu passer d un système dans lequel une surveillante IBODE et une surveillante IADE organisaient ensemble le bloc, à un dispositif avec un seul cadre IBODE et des régulateurs IBODE et IADE. Nous n étions pas favorables à un tel système puisqu il créait un déséquilibre dans la répartition des prises de décisions. Les IADE ont aussi besoin d un cadre pour assurer une bonne coordination entre elles. E.G. : L idée n était pas forcément mauvaise à un détail près : l anesthésie ne se résume pas au seul bloc opératoire. Et puis, les infirmiers anesthésistes se sentaient moins bien reconnus avec cette organisation. Nous avons donc obtenu de la direction qu une IADE puisse «faire fonction de cadre» avant de partir en formation. Nous aurions souhaité recruter un cadre venant de l extérieur afin de bénéficier d un regard neuf sur nos pratiques, mais les annonces en ce sens n ont rien donné PHAR : L informatisation améliore-t-elle le fonctionnement du plateau technique? E.G. : Notre principal souci est de devoir jongler entre trois logiciels différents pour travailler. Nous avons un logiciel pour les consultations et le peropératoire, un autre pour les prescriptions postopératoires et un dernier pour le «dossier patient». Par ailleurs, la salle de réveil n est pas encore informatisée pour ce qui est du recueil des données. Pour le suivi au lit des patients, nous travaillons sur un poste fixe

3 en attendant que les écrans tactiles dans les chambres soient opérationnels. Et quand ils le seront, je ne suis pas certaine que cela sera très fonctionnel, car nous n aurons pas le temps de passer dans toutes les chambres. Les IADE ont besoin d un cadre pour assurer une bonne coordination entre elles. B.F. : Au bloc, toutes les salles sont équipées d écrans tactiles même si cela ne fonctionne pas encore dans une ou deux salles. Le service informatique est très sollicité dans l établissement. Après s être rendu bien disponible pour la mise en route de l informatisation du bloc, il a actuellement du mal à répondre aux demandes d un grand plateau technique comme le nôtre. Les points difficiles restent la consultation au lit du malade et le matériel pour les consultations réglées qui reste d utilisation malaisée. Propos recueillis par Alexandre Dhordain Y A N N M A J C H R Z A K : «Le manque d'iade nous oblige à être encore plus performants» Pour Yann Majchrzak, cadre gestionnaire des pôles médico-chirurgical et médico-technique du centre hospitalier de la région Annecy (CHRA), le nouveau plateau technique chirurgical et anesthésique doit être l occasion de travailler sur les organisations et d améliorer l efficience du bloc opératoire. PHAR : Comment êtes-vous intervenu dans l élaboration du nouveau plateau technique chirurgical et anesthésique? Yann Majchrzak : Au départ du projet, le bloc opératoire devait déménager autour d un plateau opératoire de 14 nouvelles salles. Mais, dès ma prise de fonction, en 2004, les indicateurs montraient une activité pour 9 salles seulement et un financement possible pour 10 salles. Nous devions également faire face à un plan de retour à l équilibre budgétaire pour l établissement à hauteur de 6,5 millions d euros. Ce contexte contraignant a été bénéfique, puisque cela a permis à l ensemble des corps de métier de prendre conscience de la nécessité d une meilleure adéquation entre les attentes individuelles, les besoins réels, le besoin de changement des organisations et la réalité financière de l établissement. Il nous a fallu deux ans d efforts pour revenir à l équilibre. Finalement, nous avons ensemble opté pour la mise en service de 11 salles au moment du déménagement en juin 2008, les autres salles, non équipées, permettant au CHRA d élaborer des stratégies d évolution d activité dans l avenir. Olivier Seignette & Mikaël Lafontan PHAR : En matière de plateau technique chirurgical et anesthésique, quelles sont les innovations technologiques ou organisationnelles qui distinguent le CHRA des autres hôpitaux? Y.M. : Il n y a pas d innovation particulière comme, par exemple, à Grenoble ou en Suisse où il existe des halls opératoires avec trois ou quatre tables d opération et un partage d IBODE. Nous disposons d un plateau opératoire classique et entièrement informatisé. Les équipements ont été en grande partie renouvelés. Toutes nos salles bénéficient d une lumière naturelle avec vue sur les montagnes. Depuis 2003, notre stérilisation est externalisée à Lyon. Des innovations technologiques importantes ont été mises en place au sein du CHRA, mais dans un cadre plus général (poste multimédia au lit du patient, automate de la DJIN [dispensation 11

4 journalière individuelle nomminative] et transport automatique lourd filoguidé). 12 PHAR : Comment est organisé le bloc opératoire? Y.M. : Le bloc opératoire est ouvert 24 h/24. Il s articule autour d un planning de vacations hebdomadaires, validé en conseil de bloc et revu en fonction des indicateurs d activités. L outil informatique BLOCACT assure la collecte des données pour notre programmation et notre traçabilité. Une cellule de régulation se réunit chaque vendredi afin d anticiper d éventuels problèmes. D un point de vue organisationnel, les recommandations de la MeaH (Mission nationale d expertise et d audit hospitaliers) sont sources d inspiration. À la suite du départ de notre cadre IADE, nous avions mis en place une organisation managériale avec un seul cadre de santé et une cellule de régulation composée de référents IADE et IBODE. Ce dispositif «expérimental» a montré ses limites, mais il a néanmoins permis de clarifier et de régler un certain nombre de problématiques historiques. Depuis quelques mois, nous avons stabilisé l encadrement du bloc autour d un organigramme conventionnel. La poursuite du changement est limitée aujourd hui par deux freins majeurs : la pénurie de ressources IADE ( 4 équivalents temps plein) et les vacations des opérateurs extérieurs non modifiables. PHAR : Quels gains avez-vous constatés depuis l'ouverture du nouveau plateau technique? Y.M. : Il est encore un peu prématuré de faire le bilan, mais le fait de travailler sur un plateau unique (2 sur l ancien site) est indéniablement, à effectif constant, une source de gains. La comparaison des études réalisées en octobre 2007 et octobre 2008 dans le cadre du Benchmarking Bloc de l ARH, montre une évolution du taux d occupation de 69,3 % à 72,5 %. Sur 2008, période de déménagement et pénurie d IADE incluses, notre activité a progressé de 4,6 % (+ 10 % sur le nouveau site). Nous avons proposé des vacations programmées, pour la cardiologie par exemple, et ouvert plus de salles jusqu'à 18 h. Dès 2009, des projets de chirurgie cardiaque et de neurochirurgie peuvent être envisagés. PHAR : Comment expliquez-vous les difficultés à recruter des IADE? Y.M. : Les explications sont multiples : une région où le coût de la vie est élevé, la présence d une concurrence de plusieurs établissements privés sur le bassin annecien et la proximité de la Suisse. Cette situation nous oblige à être plus encore plus performants dans nos organisations. Quelles sont nos marges de manœuvre quand certains établissements proposent une reprise complète de l ancienneté (publique ou privée) et quelques centaines d euros en plus? PHAR : N est-il pas possible de faire un effort financier côté recrutement? Y.M. : Nous travaillons sur ce dossier avec la DRH qui, en lien avec les trios des pôles d activité, s occupe des recrutements, afin d être attractifs, bien sûr, dans le cadre institutionnel et statutaire, mais, au-delà, pour fidéliser ces recrutements. Mais quelles sont nos marges de manœuvre quand certains établissements proposent une reprise complète de l ancienneté (publique ou privée) et quelques centaines d euros en plus? Propos recueillis par Alexandre Dhordain Le point de vue du SNPHAR Chacun comprendra le paradoxe et la difficulté dans lesquels se trouve un hôpital moderne comme le CHRA. Ainsi, après des investissements majeurs, alors que les murs sont bâtis et les salles équipées de matériels modernes, le fonctionnement pourrait être compromis à court terme par des difficultés de recrutement de personnels paramédicaux, aujourd hui, et médicaux anesthésiques, demain. Ainsi, il ne suffit pas de construire l outil, encore faut-il qu il puisse fonctionner! Nos gouvernants et nos décideurs locaux doivent comprendre que l attractivité d un bel outil technique se complète avec des conditions statutaires respectueuses des attentes des praticiens comme des paramédicaux appelés à les faire fonctionner. De ce point de vue, le mépris des pouvoirs publics qui ne répondent pas aux attentes formulées par les acteurs (statut, retraite, prise en compte de la pénibilité de la PDS) ne peut qu être inquiétant

5 R É O R G A N I S A T I O N D E S B L O C S O P É R A T O I R E S Pr Vincent Piriou : «Donner une autonomie aux blocs opératoires» la veille d une importante réorganisation du plateau médico-technique du centre hospitalier Lyon Sud (Hospices civils de Lyon), le Pr Vincent Piriou, responsable du À service d'anesthésie-réanimation, décrit les grandes lignes de ce vaste projet. L AR AU CHLS Le service d'anesthésie-réanimation du centre hospitalier Lyon Sud (CHLS) est regroupé au sein d un même pôle avec la réanimation médicale et les urgences (SAU, UHCD, surveillance continue). Ce service comprend 3 assistants-chefs de clinique et 42 praticiens hospitaliers qui ont une activité d'anesthésie et de réanimation polyvalente à orientation chirurgicale (12 lits) ; 11 internes sont formés dans le service. L'activité opératoire est polyvalente, orientée sur la cancérologie, sans activité de cardiochirurgie, ni de neurochirurgie, ni de pédiatrie. PHAR : Vous êtes directement impliqué dans la future réorganisation du plateau technique (bloc, SSPI) du centre hospitalier Lyon Sud. Quelles sont les raisons de cette réorganisation? Vincent Piriou : Les Hospices civils de Lyon, comme le plupart des CHU, présentent un déficit important révélé par la mise en place de la T2A. Dans le cadre du retour à l'équilibre, nous devons réfléchir sur l'opportunité de la réorganisation et de l optimisation des plateaux médico-techniques. Nous fonctionnons actuellement dans un système qui n'a pas évolué depuis de nombreuses années, où le personnel non médical travaille en 7 h 30 avec des blocs opératoires (BO) ouverts le matin à 7 h 30 et du personnel qui part à 15 h 20. Il s'ensuit donc de nombreux dysfonctionnements, tels que des dépassements horaires réguliers ou bien des salles sous-utilisées. Nous allons évoluer vers une organisation des 10 h afin de densifier l'activité en diminuant les salles d'opération. PHAR : Quelles sont les grandes lignes de cette réorganisation? V.P. : La nouvelle organisation des BO s'inscrit dans le cadre d'un projet qui devrait se concrétiser en avril Nous allons évoluer vers une organisation des 10 h qui permettra de densifier l'activité en diminuant les salles d'opération. En gardant une même offre de temps opératoire, nous allons fermer toutes les salles d un même étage (4 salles d opération et 1 salle de SSPI) afin de concentrer l'activité sur l'étage du bloc central (13 salles d'opération et 1 salle de SSPI). En diminuant le nombre de salles d opération, on diminue, bien entendu, le matériel nécessaire au plateau médico-technique, la maintenance, et on optimise le temps opératoire par la diminution des temps d ouverture et de fermeture de salles ; cela permettra une économie budgétaire. Mais il s agit d un projet complexe, puisqu'il a des retombées sur le travail dans les unités de soins, le brancardage et le bloc d'urgence qui est à part. Il est prévu, dans un second temps, d'inclure le bloc d'urgence afin de réserver 2 salles d'urgence au sein de cette plateforme médico-technique. Cela donnera une meilleure lisibilité aux flux de patients dans le cadre de l'urgence et de la non-urgence. Cette réorganisation a fait l'objet d'une réflexion entre le responsable du pôle de chirurgie, le Pr Paul Perrin, et le responsable du service d'anesthésie-réanimation, moi-même, et nous avons eu déjà à son sujet de nombreuses réunions avec le personnel médical (chirurgiens et anesthésistes) et le personnel non médical. PHAR : Comment comptez-vous faire respecter les chartes de fonctionnement? V.P. : C est une bonne question. Nous devrons donner au régulateur central des blocs opératoires le pouvoir de faire respecter la charte de fonctionnement. Ce projet tend vers une «dépropriétarisation» des salles et, probablement dans le futur, vers le transfert des blocs opératoires en dehors du pôle de chirurgie ou du pôle d'anesthésie d urgence pour évoluer vers un pôle autonome au sein duquel les services de chirurgie et les services d'anesthésieréanimation mettront à disposition du personnel médical. Tout le personnel paramédical (IADE, IBODE, ASD) fera partie de cette entité médico-technique. La programmation opératoire passera par un régulateur central qui s appuiera sur un représentant du pôle de chirurgie et un représentant du pôle d anesthésie-réanimation-urgence. PHAR : Les blocs opératoires sont donc appelés à devenir, demain, des pôles à part entière V.P. : À mon sens, il importe de sortir les blocs opératoires des pôles de chirurgie ou des pôles d anesthésie, de façon à leur donner une autonomie. Il s agit probablement du seul moyen possible pour optimiser l organisation d un bloc opératoire. Mais cela ne peut passer que par une autorité indépendante des responsables des blocs opératoires qui seront créés dans l avenir. 13

6 14 PHAR : Avez-vous utilisé les services d'ergonomes hospitaliers pour améliorer le bien-être au travail et l'efficience dans ces blocs opératoires? V.P. : Nous n avons malheureusement pas eu d aide, comme nous l avions souhaité, ni d intervenants extérieurs qui auraient pu nous aider à mener à bien ce projet, malgré les appels itératifs auprès de la direction. C est bien par un travail de collaboration entre les chirurgiens et les anesthésistes que nous avons pu aboutir à l écriture de ce projet, les praticiens hospitaliers et les DESAR du service ayant été informés et questionnés sur un certain nombre de points au préalable. PHAR : Cette réorganisation fera-t-elle naître de nouvelles contraintes? V.P. : Oui, de nouvelles contraintes naîtront dans l organisation des journées de travail. À ce jour, la plupart des équipes d anesthésie sont au BO le matin et en consultation l après-midi. Il faudra modifier les consultations, profiter de cette opportunité pour mettre à plat leur organisation et mutualiser au maximum les secrétaires et les infirmières de consultation. Une autre contrainte est la «désappropriation» des salles d opération. Sans être déstructurant, il faudra réorganiser les équipes d anesthésie en unités fonctionnelles plus larges. Par exemple, les équipes d anesthésie et de chirurgie ORL et maxillo-faciale seront regroupées en une «unité céphalique». Cela dit, nous ne souhaitons pas que, dans la même salle d opération, puissent se dérouler toutes les interventions confondues ; il faudra respecter les grands types de chirurgie (chirurgie céphalique, etc.). Dans cette organisation en 10 heures, il est prévu que les équipes s arrêtent 30 à 45 minutes pour déjeuner, ce qui permettra d améliorer les conditions de travail. PHAR : Avez-vous mis en place des outils pour évaluer le ressenti et le vécu des PHAR sur les changements en cours? V.P. : Avec un projet d une telle ampleur, il est bien évident que des ajustements seront nécessaires. Des réunions d évaluation sont prévues régulièrement, au sein de chaque unité fonctionnelle puis entre les unités fonctionnelles d anesthésie. PHAR : Votre vision du plateau technique est à la fois celle d'un anesthésiste-réanimateur, d'un responsable PU et d'un chef de service. Est-il facile de concilier tous ces points de vue? V.P. : Le poste que j occupe actuellement me permet d avoir une position transversale, tant sur les Hospices civils de Lyon puisqu une telle réflexion sur le fonctionnement des blocs opératoires intéresse tous les HCL qu au sein de l établissement ou de l unité fonctionnelle de chirurgie où je travaille. D autre part, je pense être suffisamment proche des PH du service pour avoir un dialogue tout à fait ouvert avec mes collègues, pour les informer et recueillir leurs avis. PHAR: Quels nouveaux métiers auront leur place, selon vous, dans les plateaux techniques de demain? V.P. : Il est évident que l émergence de ces plateaux techniques dans le paysage chirurgical français nécessitera des gestionnaires de blocs opératoires. À mon sens, ce ne devra être ni un anesthésiste, ni un chirurgien, mais bien un professionnel sous une autorité administrative. Un responsable des chirurgiens et un responsable des anesthésistes devront pouvoir aider ce gestionnaire de blocs opératoires. Pour l instant, ce métier n existe pas ; il devra être créé avec une spécificité et une autorité propres. Propos recueillis par Alexandre Dhordain Le point de vue du SNPHAR De nombreuses réorganisations de même nature sont en cours dans les hôpitaux publics. Elles sont toujours accompagnées par la MeaH et font suite à des opérations de benchmarking qui montrent, effectivement, de grandes disparités dans l utilisation des plateaux techniques. Des premiers témoignages qui nous parviennent, il ressort que la concertation avec les acteurs du bloc n existe pas toujours, comme cela semble pourtant être le cas aux HCL. Entre la prévision d organisation et la réalité constatée sur le terrain après sa mise en œuvre, il existe souvent un écart important. Il semble même que la MeaH sorte de son rôle de consultant, pour faire des recommandations qui dépassent largement son rôle. Nous en voulons pour preuve les recommandations faites à la DHOS pour supprimer l organisation en temps médical continu, notamment dans les services d urgences, ce qui «permettrait de récupérer 26 % de temps médical», ou encore les recommandations sur des interprétations de règlements qui, toutes, visent à diminuer le coût du personnel médical ou paramédical... sur le dos des intéressés! Les manques de personnels, parfois accrus par des départs en retraite non compensés ou par des démissions pour rejoindre le secteur libéral, constituent souvent des aubaines pour les directions. Même si c est souvent à leur corps défendant, ces dernières peuvent ainsi rentrer plus facilement dans les objectifs du CREF (contrat de retour à l équilibre financier, notamment par la réduction de la masse salariale ) passé avec leur ARH. Ces situations sont souvent à l origine d une réelle souffrance professionnelle qui accentue encore le phénomène. Des tensions s ensuivent, liées à des contraintes de production à flux de plus en plus tendu, lesquelles tendent à devenir la norme de fonctionnement (over-booking). Les reports de patients se multiplient, la flexibilité accrue sur plusieurs sites, les dépassements réguliers des horaires de travail, l abandon des missions des PHAR dans les services ou la réduction de leur exercice au seul bloc opératoire (le cœur du métier?), les recrutements de personnels moins qualifiés pour tenir le poste, représentent autant de réels dangers que ne perçoivent pas toujours les décideurs préoccupés par leur budget. S il n est pas, par principe, opposé à une restructuration des plateaux techniques qu il a toujours défendue, de même qu à la création de pôles plateaux techniques indépendants de toute tutelle des spécialités y exerçant, le SNPHAR recommande pourtant aux praticiens la plus grande vigilance quant à leurs conditions d exercice dans le respect de la sécurité pour leurs patients et pour eux-mêmes. N hésitez pas à nous faire parvenir vos retours d expériences, PHAR en fera naturellement état dans un prochain numéro :

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

Guide méthodologique d élaboration d un outil de simulation des effectifs par métier

Guide méthodologique d élaboration d un outil de simulation des effectifs par métier Guide méthodologique d élaboration d un outil de simulation des effectifs par métier Ce travail s inscrit dans le cadre du déploiement du Répertoire des métiers de la fonction publique hospitalière. Un

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées. MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011

Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011 Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011 Enquête nationale ouverte à tous les médecins des établissements publics de santé Objectif Recueillir le ressenti des PH

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE AVANTAGES, INCONVENIENTS Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark D.A.R. 1 - Bordeaux DIU - Alternative à l Hospitalisation Conventionnelle 2005 PREMIERES APPLICATIONS

Plus en détail

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui Titre partie sommaire Introduction..............................11 L hôpital d hier et d aujourd hui «L hôpital a vocation à accueillir tout le monde.».......19 «L hôpital n a pas su se réformer.»...................25

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet,

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet, CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil de Surveillance Monsieur le Maire de Plougonven Monsieur le Président de Morlaix Communauté,

Plus en détail

Projet Gestion des séjours à l APHP

Projet Gestion des séjours à l APHP Projet Gestion des séjours à l APHP Pourquoi un projet de gestion des séjours? Mieux utiliser nos capacités d hospitalisation Au service des activités programmées et non programmées Sans les opposer Anticiper

Plus en détail

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales La révision de la CCN 51 en 15 points Masse salariale constante Marges Evolution Négociations locales Adaptation Edito Les évolutions importantes des secteurs sanitaire, social et médico-social (adaptation

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot DOSSIER DE PRESSE Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot 1. Demain, un hôpital restructuré pour mieux accueillir et mieux soigner 2. 2014 2018 : réorganiser le

Plus en détail

Construction du Nouveau CHU d Amiens

Construction du Nouveau CHU d Amiens Construction du Nouveau CHU d Amiens Historique et particularités du projet Thierry VELEINE ingénieur général - coordinateur du Pôle Investissements et Logistique Hopitech Amiens - 05 octobre 2012 - historique

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

La prestation sur mesure Les pôles

La prestation sur mesure Les pôles biomédical La prestation sur mesure Les pôles Le pôle gestion biomédicale Pôle gestion biomédicale Achat, maintenance, matériovigilance, qualité, formation des utilisateurs Des fonctions indispensables,

Plus en détail

Le dossier patient informatisé

Le dossier patient informatisé Le dossier patient informatisé Source d information pour le RIM2? Dr B. Debande Directeur Information et Systèmes Directeur clinique Plan Préliminaires Quelques définitions Pourquoi informatiser Dossier

Plus en détail

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain.

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain. Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours médicaux de qualité lors des

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous.

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous. Organisation du temps de travail à l AP-HP Propos d ouverture de Martin Hirsch, directeur général de l AP-HP Réunion plénière du mercredi 6 mai 2015 / Etat des lieux partagé Madame, Monsieur, En ouvrant

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Basse-Normandie Champagne-Ardenne Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims RECRUTE DEUX PRATICIENS EN ANESTHÉSIE-RÉANIMATION À TEMPS PLEIN Missions : Renseignements & candidatures : 03 26 78 74 44

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND?

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? Déclaration liminaire du STREM Conseil d administration du 29 juin 2012 Nous avons, en tant qu administrateurs élus, représentants des personnels, à veiller à ce

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Démarche de benchmarking des blocs opératoires

Démarche de benchmarking des blocs opératoires Démarche de benchmarking des blocs opératoires Réunion de lancement 18 avril 2011 - Julie COURPRON, ARS Bretagne, Département Performance, Direction de la stratégie - Laurence HERIN, ADOPALE 2 SOMMAIRE

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud «Pour changer les choses, il faut avant tout changer le regard sur les choses : c est une fonction

Plus en détail

TraceBLOC. Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires

TraceBLOC. Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires 1 La démarche 2 Contexte / Constat CONTEXTE Equilibre financier : l ensemble des Secteurs Chirurgicaux affiche un solde déficitaire

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Attirer et conserver les médecins à l hôpital public après HPST

Attirer et conserver les médecins à l hôpital public après HPST Gestions hospitalières, n 507, juin/juillet 2011, pages 421-423 Jean-Yves COPIN Consultant Centre de droit JuriSanté, CNEH A la recherche du temps médical Attirer et conserver les médecins à l hôpital

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison de retraite

Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison de retraite «Travailler en institution ou à domicile auprès des personnes âgées : conditions de travail et prévention» Annecy - Journée du 10 juin 2011 Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Livio Durando, Adrienne Ghibaudo, Deborah de Keiser, Mathilde de Sevelinges, Dr Olivia Keita-Perse Contexte Mise en place successive

Plus en détail

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations.

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Remarque : Les constats de cette visite sont indiqués en italique dans le rapport, les préconisations sont indiquées en gras.

Plus en détail

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités MANAGEMENT MÉDICAL AMÉLIORER LE MANAGEMENT MÉDICAL DE VOS PÔLES ET SPÉCIALITÉS Le paradoxe du médecin manager Les réformes

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

Laissez-nous. prendre soin. de vous. Recrutement - Intérim - Services

Laissez-nous. prendre soin. de vous. Recrutement - Intérim - Services Laissez-nous prendre soin de vous Recrutement - Intérim - Services affirmer Nos différences Adecco Medical, filiale santé du leader mondial des solutions RH, a bâti une relation de confiance avec ses clients,

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Mes clients sont devenus accros à l'agilité

Mes clients sont devenus accros à l'agilité Mes clients sont devenus accros à l'agilité Xavier Nopre www.twitter.com/xnopre xnopre.blogspot.fr xnopre@gmail.com 15/10/2014, 10h15-11h Merci à nos sponsors Platinum Gold Silver Institutionnel Puis-je

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

31 janvier 2014 19 juin 2014. Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen

31 janvier 2014 19 juin 2014. Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen Dossier Dossier de presse de presse 31 janvier 2014 19 juin 2014 Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen COMMUNIQUE DE PRESSE Le jeudi 19 juin 2014 Une

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Optimisation de l organisation des blocs opératoires. ratoires

Optimisation de l organisation des blocs opératoires. ratoires Optimisation de l organisation l des blocs opératoires ratoires Optimisation de l organisation des blocs opératoires Commission (2011-2012) F. HAAB Diagnostic Diagnostic : Activité, Indicateurs Outils

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail