Annecy le neuf. nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annecy le neuf. nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région"

Transcription

1 R É O R G A N I S A T I O N D E S B L O C S O P É R A T O I R E S Annecy le neuf nauguré en juillet 2008, le nouveau centre hospitalier de la région I d'annecy (CHRA) est présenté comme l'un des hôpitaux les plus modernes de France. Terminal multimédia à chaque lit, préparation et transports automatisés des médicaments, plateau technique chirurgical et anesthésique flambant neuf, ce nouvel hôpital a nécessité cinq ans de travaux et a coûté 227 millions d'euros. Mais pour quelles améliorations sur le plan du travail anesthésique? Nous avons posé la question à Emmanuelle Grosperrin, chef de service d anesthésie-réanimation, à Bruno Fournier, praticien hospitalier en anesthésie-réanimation et à Yann Majchrzak, cadre gestionnaire des pôles médico-chirurgical et médico-technique. B R U N O F O U R N I E R E T E M M A N U E L L E G R O S P E R R I N : «Les architectes hospitaliers devraient davantage faire attention aux distances à parcourir» Olivier Seignette & Mikaël Lafontan PHAR : Comment avez-vous été associé à la phase préparatoire du projet de plateau technique chirurgical dans le nouvel hôpital? Bruno Fournier : À l origine, entre les deux propositions architecturales initiales, la direction de l hôpital a opté pour le projet le moins fonctionnel en ce qui concerne le bloc opératoire. Mais nous avons eu carte blanche pour le faire évoluer. Ce projet initial comportait un circuit «sale» avec des couloirs extérieurs tout autour du bloc. Les chirurgiens ont demandé à bénéficier de salles plus grandes. Nous avons donc supprimé le couloir extérieur et créé un système dans lequel le circuit «sale» et le circuit «propre» se croisent, LE CHRA EN CHIFFRES salariés en pôles d activités médicales m² d espace 652 lits et places de court séjour 361 lits et places de psychiatrie et gériatrie entrées par an journées d hospitalisation par an passages aux urgences en utilisant des conteneurs de transport. Nous avons aussi obtenu la transformation de la salle de réveil (23 lits dans la même pièce) en 3 pièces pour faciliter la maintenance ou en cas de problèmes septiques dans cette salle, et pour pouvoir aussi isoler les enfants. Le bloc devait compter 13 salles au départ, mais entre-temps, du fait du coût élevé du projet et pour des questions de rentabilisation du plateau technique, nous sommes passés de 13 à 11 salles, dont 2 ne sont toujours pas équipées aujourd hui. PHAR : Quelles difficultés avez-vous rencontrées au bloc au moment de votre installation? Emmanuelle Grosperrin : Initialement, le bloc du nouvel hôpital était prévu pour comporter un circuit entièrement stérile et sécurisé, avec un retour obligatoire vers les vestiaires pour en sortir. La salle de réveil étant en dehors de ce circuit, les médecins de bloc, qui s occupaient de leurs patients en salle de réveil dans l ancienne configuration, ne pouvaient plus y accéder. Finalement, le CLIN nous a autorisé à accéder à la salle de réveil en tenue de bloc, ce qui simplifie l organisation et économise du temps médical. B.F. : Au début, cela a été difficile. À la veille de la première opération, il n y avait aucun moyen de communication dans le bloc pas d interphone, pas de téléphone et l informatique ne fonctionnait pas. Aujourd hui, nous commençons 9

2 10 à trouver nos marques, mais nous avons encore des problèmes d organisation qui pourraient être résolus par une amélioration du système informatique dans la gestion des flux de patients depuis les chambres jusqu au bloc opératoire. Vu l immensité du plateau technique et les 240 mètres de longueur du bâtiment principal, il a fallu aussi très vite doubler le nombre de brancardiers et s adapter à un nouveau mode de fonctionnement de ces brancardiers avec des équipes externes, mais aussi internes au bloc. PHAR : Vos conditions de travail se sont-elles améliorées? B.F. : Nous travaillons plus qu avant et avons perdu en facilité du fait des distances plus longues à parcourir dans le bloc opératoire, mais aussi entre le bloc et les services. Avant, pour se déplacer en urgence dans le service, il fallait moins d une minute. Aujourd hui, nous avons plus de 100 mètres à faire. Cela rend aussi difficile de faire le tour correctement dans les services. Les architectes hospitaliers devraient faire davantage attention aux distances à parcourir E.G. : La difficulté majeure est, en effet, le suivi des patients dans les services. Dans l ancien hôpital, les médecins du bloc s absentaient en fin de matinée pour faire le tour des services. Ce n était pas compliqué car le bloc n était pas trop éloigné. Aujourd hui, avec l éloignement, le circuit est plus compliqué, ce n est donc plus possible de continuer comme avant. La longueur des couloirs pèse aussi lourdement sur nos journées de travail. PHAR : L'établissement a-t-il recours au temps de travail additionnel des MAR contractualisés au-delà de 48 heures hebdomadaires? E.G. : Nous ne fonctionnons pas en 48 h hebdomadaires, nous sommes en demi-journées. Jusqu en février 2008, nous n avions qu une seule ligne de garde à l hôpital pour le bloc opératoire et la maternité. Nous attendions la double garde depuis Celle-ci est maintenant en place et est bien appréciée du fait de la charge de travail et des distances à parcourir. Malheureusement, les effectifs ne permettent pas de tout assurer. Nous pourrions avoir recours à des plages additionnelles, mais comme l établissement n a pas de budget pour rémunérer ces plages, nous essayons au maximum de récupérer nos demi-journées. La situation est plus que tendue PHAR : Les effectifs sur le plateau technique sontils insuffisants? E.G. : Notre service compte 12,9 MAR en équivalents temps plein et 23 IADE. Trois postes d IADE sont vacants, mais nous rencontrons beaucoup de difficultés à recruter. Cette La longueur des couloirs pèse lourdement sur nos journées de travail. situation s explique par le coût de la vie à Annecy, mais aussi par la politique d embauche menée par la direction. Le plan de retour à l équilibre a d abord porté sur le personnel non médical et, actuellement, les conditions financières sont difficiles à négocier. B.F. : C est effectivement un problème de financement. Les candidats se présentent, mais l hôpital ne peut pas, par exemple, racheter leurs contrats de formation. Cela n incite pas les infirmières et IADE potentiellement intéressées à nous rejoindre, malgré l attractivité de l établissement et de la région PHAR : Comment se déroulent les relations entre disciplines au bloc? B.F. : Cela se passe relativement bien. Du fait de la politique plus stricte de la direction sur les ressources humaines, les anesthésistes-réanimateurs et les chirurgiens se soutiennent davantage qu auparavant. Sans IADE, les salles ne peuvent pas fonctionner et l activité en pâtit. L urgence est difficile à gérer du fait de cette restriction budgétaire. On nous demande de devenir référents régionaux en polytraumatologie et en neuro - logie. PHAR : Comment est organisé le bloc opératoire? B.F. : La direction a voulu passer d un système dans lequel une surveillante IBODE et une surveillante IADE organisaient ensemble le bloc, à un dispositif avec un seul cadre IBODE et des régulateurs IBODE et IADE. Nous n étions pas favorables à un tel système puisqu il créait un déséquilibre dans la répartition des prises de décisions. Les IADE ont aussi besoin d un cadre pour assurer une bonne coordination entre elles. E.G. : L idée n était pas forcément mauvaise à un détail près : l anesthésie ne se résume pas au seul bloc opératoire. Et puis, les infirmiers anesthésistes se sentaient moins bien reconnus avec cette organisation. Nous avons donc obtenu de la direction qu une IADE puisse «faire fonction de cadre» avant de partir en formation. Nous aurions souhaité recruter un cadre venant de l extérieur afin de bénéficier d un regard neuf sur nos pratiques, mais les annonces en ce sens n ont rien donné PHAR : L informatisation améliore-t-elle le fonctionnement du plateau technique? E.G. : Notre principal souci est de devoir jongler entre trois logiciels différents pour travailler. Nous avons un logiciel pour les consultations et le peropératoire, un autre pour les prescriptions postopératoires et un dernier pour le «dossier patient». Par ailleurs, la salle de réveil n est pas encore informatisée pour ce qui est du recueil des données. Pour le suivi au lit des patients, nous travaillons sur un poste fixe

3 en attendant que les écrans tactiles dans les chambres soient opérationnels. Et quand ils le seront, je ne suis pas certaine que cela sera très fonctionnel, car nous n aurons pas le temps de passer dans toutes les chambres. Les IADE ont besoin d un cadre pour assurer une bonne coordination entre elles. B.F. : Au bloc, toutes les salles sont équipées d écrans tactiles même si cela ne fonctionne pas encore dans une ou deux salles. Le service informatique est très sollicité dans l établissement. Après s être rendu bien disponible pour la mise en route de l informatisation du bloc, il a actuellement du mal à répondre aux demandes d un grand plateau technique comme le nôtre. Les points difficiles restent la consultation au lit du malade et le matériel pour les consultations réglées qui reste d utilisation malaisée. Propos recueillis par Alexandre Dhordain Y A N N M A J C H R Z A K : «Le manque d'iade nous oblige à être encore plus performants» Pour Yann Majchrzak, cadre gestionnaire des pôles médico-chirurgical et médico-technique du centre hospitalier de la région Annecy (CHRA), le nouveau plateau technique chirurgical et anesthésique doit être l occasion de travailler sur les organisations et d améliorer l efficience du bloc opératoire. PHAR : Comment êtes-vous intervenu dans l élaboration du nouveau plateau technique chirurgical et anesthésique? Yann Majchrzak : Au départ du projet, le bloc opératoire devait déménager autour d un plateau opératoire de 14 nouvelles salles. Mais, dès ma prise de fonction, en 2004, les indicateurs montraient une activité pour 9 salles seulement et un financement possible pour 10 salles. Nous devions également faire face à un plan de retour à l équilibre budgétaire pour l établissement à hauteur de 6,5 millions d euros. Ce contexte contraignant a été bénéfique, puisque cela a permis à l ensemble des corps de métier de prendre conscience de la nécessité d une meilleure adéquation entre les attentes individuelles, les besoins réels, le besoin de changement des organisations et la réalité financière de l établissement. Il nous a fallu deux ans d efforts pour revenir à l équilibre. Finalement, nous avons ensemble opté pour la mise en service de 11 salles au moment du déménagement en juin 2008, les autres salles, non équipées, permettant au CHRA d élaborer des stratégies d évolution d activité dans l avenir. Olivier Seignette & Mikaël Lafontan PHAR : En matière de plateau technique chirurgical et anesthésique, quelles sont les innovations technologiques ou organisationnelles qui distinguent le CHRA des autres hôpitaux? Y.M. : Il n y a pas d innovation particulière comme, par exemple, à Grenoble ou en Suisse où il existe des halls opératoires avec trois ou quatre tables d opération et un partage d IBODE. Nous disposons d un plateau opératoire classique et entièrement informatisé. Les équipements ont été en grande partie renouvelés. Toutes nos salles bénéficient d une lumière naturelle avec vue sur les montagnes. Depuis 2003, notre stérilisation est externalisée à Lyon. Des innovations technologiques importantes ont été mises en place au sein du CHRA, mais dans un cadre plus général (poste multimédia au lit du patient, automate de la DJIN [dispensation 11

4 journalière individuelle nomminative] et transport automatique lourd filoguidé). 12 PHAR : Comment est organisé le bloc opératoire? Y.M. : Le bloc opératoire est ouvert 24 h/24. Il s articule autour d un planning de vacations hebdomadaires, validé en conseil de bloc et revu en fonction des indicateurs d activités. L outil informatique BLOCACT assure la collecte des données pour notre programmation et notre traçabilité. Une cellule de régulation se réunit chaque vendredi afin d anticiper d éventuels problèmes. D un point de vue organisationnel, les recommandations de la MeaH (Mission nationale d expertise et d audit hospitaliers) sont sources d inspiration. À la suite du départ de notre cadre IADE, nous avions mis en place une organisation managériale avec un seul cadre de santé et une cellule de régulation composée de référents IADE et IBODE. Ce dispositif «expérimental» a montré ses limites, mais il a néanmoins permis de clarifier et de régler un certain nombre de problématiques historiques. Depuis quelques mois, nous avons stabilisé l encadrement du bloc autour d un organigramme conventionnel. La poursuite du changement est limitée aujourd hui par deux freins majeurs : la pénurie de ressources IADE ( 4 équivalents temps plein) et les vacations des opérateurs extérieurs non modifiables. PHAR : Quels gains avez-vous constatés depuis l'ouverture du nouveau plateau technique? Y.M. : Il est encore un peu prématuré de faire le bilan, mais le fait de travailler sur un plateau unique (2 sur l ancien site) est indéniablement, à effectif constant, une source de gains. La comparaison des études réalisées en octobre 2007 et octobre 2008 dans le cadre du Benchmarking Bloc de l ARH, montre une évolution du taux d occupation de 69,3 % à 72,5 %. Sur 2008, période de déménagement et pénurie d IADE incluses, notre activité a progressé de 4,6 % (+ 10 % sur le nouveau site). Nous avons proposé des vacations programmées, pour la cardiologie par exemple, et ouvert plus de salles jusqu'à 18 h. Dès 2009, des projets de chirurgie cardiaque et de neurochirurgie peuvent être envisagés. PHAR : Comment expliquez-vous les difficultés à recruter des IADE? Y.M. : Les explications sont multiples : une région où le coût de la vie est élevé, la présence d une concurrence de plusieurs établissements privés sur le bassin annecien et la proximité de la Suisse. Cette situation nous oblige à être plus encore plus performants dans nos organisations. Quelles sont nos marges de manœuvre quand certains établissements proposent une reprise complète de l ancienneté (publique ou privée) et quelques centaines d euros en plus? PHAR : N est-il pas possible de faire un effort financier côté recrutement? Y.M. : Nous travaillons sur ce dossier avec la DRH qui, en lien avec les trios des pôles d activité, s occupe des recrutements, afin d être attractifs, bien sûr, dans le cadre institutionnel et statutaire, mais, au-delà, pour fidéliser ces recrutements. Mais quelles sont nos marges de manœuvre quand certains établissements proposent une reprise complète de l ancienneté (publique ou privée) et quelques centaines d euros en plus? Propos recueillis par Alexandre Dhordain Le point de vue du SNPHAR Chacun comprendra le paradoxe et la difficulté dans lesquels se trouve un hôpital moderne comme le CHRA. Ainsi, après des investissements majeurs, alors que les murs sont bâtis et les salles équipées de matériels modernes, le fonctionnement pourrait être compromis à court terme par des difficultés de recrutement de personnels paramédicaux, aujourd hui, et médicaux anesthésiques, demain. Ainsi, il ne suffit pas de construire l outil, encore faut-il qu il puisse fonctionner! Nos gouvernants et nos décideurs locaux doivent comprendre que l attractivité d un bel outil technique se complète avec des conditions statutaires respectueuses des attentes des praticiens comme des paramédicaux appelés à les faire fonctionner. De ce point de vue, le mépris des pouvoirs publics qui ne répondent pas aux attentes formulées par les acteurs (statut, retraite, prise en compte de la pénibilité de la PDS) ne peut qu être inquiétant

5 R É O R G A N I S A T I O N D E S B L O C S O P É R A T O I R E S Pr Vincent Piriou : «Donner une autonomie aux blocs opératoires» la veille d une importante réorganisation du plateau médico-technique du centre hospitalier Lyon Sud (Hospices civils de Lyon), le Pr Vincent Piriou, responsable du À service d'anesthésie-réanimation, décrit les grandes lignes de ce vaste projet. L AR AU CHLS Le service d'anesthésie-réanimation du centre hospitalier Lyon Sud (CHLS) est regroupé au sein d un même pôle avec la réanimation médicale et les urgences (SAU, UHCD, surveillance continue). Ce service comprend 3 assistants-chefs de clinique et 42 praticiens hospitaliers qui ont une activité d'anesthésie et de réanimation polyvalente à orientation chirurgicale (12 lits) ; 11 internes sont formés dans le service. L'activité opératoire est polyvalente, orientée sur la cancérologie, sans activité de cardiochirurgie, ni de neurochirurgie, ni de pédiatrie. PHAR : Vous êtes directement impliqué dans la future réorganisation du plateau technique (bloc, SSPI) du centre hospitalier Lyon Sud. Quelles sont les raisons de cette réorganisation? Vincent Piriou : Les Hospices civils de Lyon, comme le plupart des CHU, présentent un déficit important révélé par la mise en place de la T2A. Dans le cadre du retour à l'équilibre, nous devons réfléchir sur l'opportunité de la réorganisation et de l optimisation des plateaux médico-techniques. Nous fonctionnons actuellement dans un système qui n'a pas évolué depuis de nombreuses années, où le personnel non médical travaille en 7 h 30 avec des blocs opératoires (BO) ouverts le matin à 7 h 30 et du personnel qui part à 15 h 20. Il s'ensuit donc de nombreux dysfonctionnements, tels que des dépassements horaires réguliers ou bien des salles sous-utilisées. Nous allons évoluer vers une organisation des 10 h afin de densifier l'activité en diminuant les salles d'opération. PHAR : Quelles sont les grandes lignes de cette réorganisation? V.P. : La nouvelle organisation des BO s'inscrit dans le cadre d'un projet qui devrait se concrétiser en avril Nous allons évoluer vers une organisation des 10 h qui permettra de densifier l'activité en diminuant les salles d'opération. En gardant une même offre de temps opératoire, nous allons fermer toutes les salles d un même étage (4 salles d opération et 1 salle de SSPI) afin de concentrer l'activité sur l'étage du bloc central (13 salles d'opération et 1 salle de SSPI). En diminuant le nombre de salles d opération, on diminue, bien entendu, le matériel nécessaire au plateau médico-technique, la maintenance, et on optimise le temps opératoire par la diminution des temps d ouverture et de fermeture de salles ; cela permettra une économie budgétaire. Mais il s agit d un projet complexe, puisqu'il a des retombées sur le travail dans les unités de soins, le brancardage et le bloc d'urgence qui est à part. Il est prévu, dans un second temps, d'inclure le bloc d'urgence afin de réserver 2 salles d'urgence au sein de cette plateforme médico-technique. Cela donnera une meilleure lisibilité aux flux de patients dans le cadre de l'urgence et de la non-urgence. Cette réorganisation a fait l'objet d'une réflexion entre le responsable du pôle de chirurgie, le Pr Paul Perrin, et le responsable du service d'anesthésie-réanimation, moi-même, et nous avons eu déjà à son sujet de nombreuses réunions avec le personnel médical (chirurgiens et anesthésistes) et le personnel non médical. PHAR : Comment comptez-vous faire respecter les chartes de fonctionnement? V.P. : C est une bonne question. Nous devrons donner au régulateur central des blocs opératoires le pouvoir de faire respecter la charte de fonctionnement. Ce projet tend vers une «dépropriétarisation» des salles et, probablement dans le futur, vers le transfert des blocs opératoires en dehors du pôle de chirurgie ou du pôle d'anesthésie d urgence pour évoluer vers un pôle autonome au sein duquel les services de chirurgie et les services d'anesthésieréanimation mettront à disposition du personnel médical. Tout le personnel paramédical (IADE, IBODE, ASD) fera partie de cette entité médico-technique. La programmation opératoire passera par un régulateur central qui s appuiera sur un représentant du pôle de chirurgie et un représentant du pôle d anesthésie-réanimation-urgence. PHAR : Les blocs opératoires sont donc appelés à devenir, demain, des pôles à part entière V.P. : À mon sens, il importe de sortir les blocs opératoires des pôles de chirurgie ou des pôles d anesthésie, de façon à leur donner une autonomie. Il s agit probablement du seul moyen possible pour optimiser l organisation d un bloc opératoire. Mais cela ne peut passer que par une autorité indépendante des responsables des blocs opératoires qui seront créés dans l avenir. 13

6 14 PHAR : Avez-vous utilisé les services d'ergonomes hospitaliers pour améliorer le bien-être au travail et l'efficience dans ces blocs opératoires? V.P. : Nous n avons malheureusement pas eu d aide, comme nous l avions souhaité, ni d intervenants extérieurs qui auraient pu nous aider à mener à bien ce projet, malgré les appels itératifs auprès de la direction. C est bien par un travail de collaboration entre les chirurgiens et les anesthésistes que nous avons pu aboutir à l écriture de ce projet, les praticiens hospitaliers et les DESAR du service ayant été informés et questionnés sur un certain nombre de points au préalable. PHAR : Cette réorganisation fera-t-elle naître de nouvelles contraintes? V.P. : Oui, de nouvelles contraintes naîtront dans l organisation des journées de travail. À ce jour, la plupart des équipes d anesthésie sont au BO le matin et en consultation l après-midi. Il faudra modifier les consultations, profiter de cette opportunité pour mettre à plat leur organisation et mutualiser au maximum les secrétaires et les infirmières de consultation. Une autre contrainte est la «désappropriation» des salles d opération. Sans être déstructurant, il faudra réorganiser les équipes d anesthésie en unités fonctionnelles plus larges. Par exemple, les équipes d anesthésie et de chirurgie ORL et maxillo-faciale seront regroupées en une «unité céphalique». Cela dit, nous ne souhaitons pas que, dans la même salle d opération, puissent se dérouler toutes les interventions confondues ; il faudra respecter les grands types de chirurgie (chirurgie céphalique, etc.). Dans cette organisation en 10 heures, il est prévu que les équipes s arrêtent 30 à 45 minutes pour déjeuner, ce qui permettra d améliorer les conditions de travail. PHAR : Avez-vous mis en place des outils pour évaluer le ressenti et le vécu des PHAR sur les changements en cours? V.P. : Avec un projet d une telle ampleur, il est bien évident que des ajustements seront nécessaires. Des réunions d évaluation sont prévues régulièrement, au sein de chaque unité fonctionnelle puis entre les unités fonctionnelles d anesthésie. PHAR : Votre vision du plateau technique est à la fois celle d'un anesthésiste-réanimateur, d'un responsable PU et d'un chef de service. Est-il facile de concilier tous ces points de vue? V.P. : Le poste que j occupe actuellement me permet d avoir une position transversale, tant sur les Hospices civils de Lyon puisqu une telle réflexion sur le fonctionnement des blocs opératoires intéresse tous les HCL qu au sein de l établissement ou de l unité fonctionnelle de chirurgie où je travaille. D autre part, je pense être suffisamment proche des PH du service pour avoir un dialogue tout à fait ouvert avec mes collègues, pour les informer et recueillir leurs avis. PHAR: Quels nouveaux métiers auront leur place, selon vous, dans les plateaux techniques de demain? V.P. : Il est évident que l émergence de ces plateaux techniques dans le paysage chirurgical français nécessitera des gestionnaires de blocs opératoires. À mon sens, ce ne devra être ni un anesthésiste, ni un chirurgien, mais bien un professionnel sous une autorité administrative. Un responsable des chirurgiens et un responsable des anesthésistes devront pouvoir aider ce gestionnaire de blocs opératoires. Pour l instant, ce métier n existe pas ; il devra être créé avec une spécificité et une autorité propres. Propos recueillis par Alexandre Dhordain Le point de vue du SNPHAR De nombreuses réorganisations de même nature sont en cours dans les hôpitaux publics. Elles sont toujours accompagnées par la MeaH et font suite à des opérations de benchmarking qui montrent, effectivement, de grandes disparités dans l utilisation des plateaux techniques. Des premiers témoignages qui nous parviennent, il ressort que la concertation avec les acteurs du bloc n existe pas toujours, comme cela semble pourtant être le cas aux HCL. Entre la prévision d organisation et la réalité constatée sur le terrain après sa mise en œuvre, il existe souvent un écart important. Il semble même que la MeaH sorte de son rôle de consultant, pour faire des recommandations qui dépassent largement son rôle. Nous en voulons pour preuve les recommandations faites à la DHOS pour supprimer l organisation en temps médical continu, notamment dans les services d urgences, ce qui «permettrait de récupérer 26 % de temps médical», ou encore les recommandations sur des interprétations de règlements qui, toutes, visent à diminuer le coût du personnel médical ou paramédical... sur le dos des intéressés! Les manques de personnels, parfois accrus par des départs en retraite non compensés ou par des démissions pour rejoindre le secteur libéral, constituent souvent des aubaines pour les directions. Même si c est souvent à leur corps défendant, ces dernières peuvent ainsi rentrer plus facilement dans les objectifs du CREF (contrat de retour à l équilibre financier, notamment par la réduction de la masse salariale ) passé avec leur ARH. Ces situations sont souvent à l origine d une réelle souffrance professionnelle qui accentue encore le phénomène. Des tensions s ensuivent, liées à des contraintes de production à flux de plus en plus tendu, lesquelles tendent à devenir la norme de fonctionnement (over-booking). Les reports de patients se multiplient, la flexibilité accrue sur plusieurs sites, les dépassements réguliers des horaires de travail, l abandon des missions des PHAR dans les services ou la réduction de leur exercice au seul bloc opératoire (le cœur du métier?), les recrutements de personnels moins qualifiés pour tenir le poste, représentent autant de réels dangers que ne perçoivent pas toujours les décideurs préoccupés par leur budget. S il n est pas, par principe, opposé à une restructuration des plateaux techniques qu il a toujours défendue, de même qu à la création de pôles plateaux techniques indépendants de toute tutelle des spécialités y exerçant, le SNPHAR recommande pourtant aux praticiens la plus grande vigilance quant à leurs conditions d exercice dans le respect de la sécurité pour leurs patients et pour eux-mêmes. N hésitez pas à nous faire parvenir vos retours d expériences, PHAR en fera naturellement état dans un prochain numéro :

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE AVANTAGES, INCONVENIENTS Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark D.A.R. 1 - Bordeaux DIU - Alternative à l Hospitalisation Conventionnelle 2005 PREMIERES APPLICATIONS

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui Titre partie sommaire Introduction..............................11 L hôpital d hier et d aujourd hui «L hôpital a vocation à accueillir tout le monde.».......19 «L hôpital n a pas su se réformer.»...................25

Plus en détail

SOMMAIRE ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE... 3 PROJET «CIRCUIT DU MEDICAMENT»... 15

SOMMAIRE ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE... 3 PROJET «CIRCUIT DU MEDICAMENT»... 15 SOMMAIRE ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE... 3 LE PERIMETRE... 4 LA PROSPECTIVE... 5 LES AXES DE TRAVAIL... 5 LES PROJETS RELATIFS A L ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT... 6 PROJET «CIRCUIT

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE De nombreux travaux et rapports effectués ces dernières années soulignent les difficultés que connaît aujourd hui la chirurgie française. Les causes

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

RENOVATION DU STATUT DE PRATICIEN HOSPITALIER

RENOVATION DU STATUT DE PRATICIEN HOSPITALIER RENOVATION DU STATUT DE PRATICIEN HOSPITALIER SYNTHÈSE La «Fédération des Médecins Hospitaliers» ou «FMH Avenir Hospitalier» est une fédération nouvelle qui rassemble les syndicats de pédiatres, d urgentistes,

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

Construction du Nouveau CHU d Amiens

Construction du Nouveau CHU d Amiens Construction du Nouveau CHU d Amiens Historique et particularités du projet Thierry VELEINE ingénieur général - coordinateur du Pôle Investissements et Logistique Hopitech Amiens - 05 octobre 2012 - historique

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Basse-Normandie Champagne-Ardenne Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims RECRUTE DEUX PRATICIENS EN ANESTHÉSIE-RÉANIMATION À TEMPS PLEIN Missions : Renseignements & candidatures : 03 26 78 74 44

Plus en détail

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Sécurisation du circuit du médicament au Centre Hospitalier d ANNECY Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Dr Julien FIOT Praticien Hospitalier Maîtrise universitaire d études avancées

Plus en détail

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées. MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot DOSSIER DE PRESSE Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot 1. Demain, un hôpital restructuré pour mieux accueillir et mieux soigner 2. 2014 2018 : réorganiser le

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

Ensemble, améliorons la qualité en santé

Ensemble, améliorons la qualité en santé Ensemble, améliorons la qualité en santé Table ronde 3 Chirurgie ambulatoire, vecteur de qualité et de sécurité pour le patient Président de séance Jean-Pierre Triboulet, Responsable du service chirurgie

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014 DISCOURS VŒUX 17 janvier 2014 Madame la Ministre de la Réforme de l Etat, de la Décentralisation et de la Fonction Publique Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Démarche de benchmarking des blocs opératoires

Démarche de benchmarking des blocs opératoires Démarche de benchmarking des blocs opératoires Réunion de lancement 18 avril 2011 - Julie COURPRON, ARS Bretagne, Département Performance, Direction de la stratégie - Laurence HERIN, ADOPALE 2 SOMMAIRE

Plus en détail

Chapitre 1 Profession infirmière

Chapitre 1 Profession infirmière Profession infirmière Chapitre 1 Profession infirmière Présentations Héritière d un modèle religieux et soumis au modèle médical, la profession infirmière a fortement évolué au cours du siècle dernier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Les hôpitaux des armées en France Historique L ancien hôpital 1988 Projet de reconstruction 22 Février 1995 Lancement du projet 10 mai 1995 Programme d infrastructure

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI

Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI Conflits d intêret Consultant Co auteur Webmaster www.jlar.com www.intubation.fr CHRU de Lille Début informatisation anesthésie = 2002 Premiers sites

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES Véronique ANATOLE TOUZET, Directrice Générale Elisabeth GLOAGUEN, Coordonnateur Général é ldes Soins Francis VENCHIARUTTI, Cadre Supérieur de Santé LA PLACE DES CADRES

Plus en détail

Centre Hospitalier de Béziers

Centre Hospitalier de Béziers Centre Hospitalier de Béziers Edito Établissement public de santé, le Centre Hospitalier de Béziers est l hôpital de référence du bassin de santé Ouest-Hérault de plus de 200 000 habitants. Sa taille et

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS

La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS Promouvoir la performance globale des établissements publics de santé Yannick Le Guen Sous-Directeur du pilotage de la performance des acteurs de l

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Laissez-nous. prendre soin. de vous. Recrutement - Intérim - Services

Laissez-nous. prendre soin. de vous. Recrutement - Intérim - Services Laissez-nous prendre soin de vous Recrutement - Intérim - Services affirmer Nos différences Adecco Medical, filiale santé du leader mondial des solutions RH, a bâti une relation de confiance avec ses clients,

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. J. Flandrin

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

La gouvernance se fonde sur des règles nouvelles du jeu collectif, avec une vision plus horizontale du management.

La gouvernance se fonde sur des règles nouvelles du jeu collectif, avec une vision plus horizontale du management. La fonction de directeur des soins dans la nouvelle gouvernance : Introduction La mise en œuvre de la nouvelle gouvernance dans les établissements de santé constitue un sujet de préoccupation et d interrogation

Plus en détail

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT Rapport d information présenté par M. Jean MALLOT établi en conclusion des travaux de la mission d évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) sur «le fonctionnement

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

TraceBLOC. Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires

TraceBLOC. Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires Outil de Gestion et Optimisation de la performance Blocs Opératoires 1 La démarche 2 Contexte / Constat CONTEXTE Equilibre financier : l ensemble des Secteurs Chirurgicaux affiche un solde déficitaire

Plus en détail

PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES

PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES Clinique TRENEL 69560 Ste Colombe-lès-Vienne Les soins post- interventionnels sont depuis longtemps une

Plus en détail

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS Jean-Mathieu DEFOUR, Directeur Centre Hospitalier Ariège-Couserans 2nde Journée Internationale du Marketing Santé Vendredi

Plus en détail

Construire un hôpital la belle aventure! Dr Pierre DEHAVAY Jean-Louis MAGONET, ir Dr Michel DAUNE

Construire un hôpital la belle aventure! Dr Pierre DEHAVAY Jean-Louis MAGONET, ir Dr Michel DAUNE Construire un hôpital la belle aventure! Dr Pierre DEHAVAY Jean-Louis MAGONET, ir Dr Michel DAUNE Hôpital Civil Marie Curie Ouverture octobre 2014 Bâtiment de 85.000 m 2 Capacité de 539 lits et 62 places

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES Philippe PARIS Directeur Général Philippe BONNET Responsable du Pôle Médecine Sylvie DRUARD Cadre soignant du Pôle Médecine Groupe Hospitalier du HAVRE **********

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le CHU de Toulouse assure 4 missions : le Soin, la Prévention, l Enseignement, la Recherche 4 ème CHU de France!180 000 patients hospitalisés!500 000 consultants!118

Plus en détail

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille 0 L AP-HM un CHU dans son environnement en région PACA 1 3 397 lits et places 2 2 CHU, 33 CH (+ 2 hôpitaux militaires) et 2 centres

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» LE REGROUPEMENT DE 2 ÉQUIPES CHIRURGICALES SUR UN SITE UNIQUE : UNE OCCASION POUR MODIFIER LES MODALITÉS D ACCUEIL?

Ateliers «Retours d expériences» LE REGROUPEMENT DE 2 ÉQUIPES CHIRURGICALES SUR UN SITE UNIQUE : UNE OCCASION POUR MODIFIER LES MODALITÉS D ACCUEIL? Ateliers «Retours d expériences» LE REGROUPEMENT DE 2 ÉQUIPES CHIRURGICALES SUR UN SITE UNIQUE : UNE OCCASION POUR MODIFIER LES MODALITÉS D ACCUEIL? Le cas du Une présentation en 4 temps Partie 1 Partie

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Dossier de presse. Septembre 2015

Dossier de presse. Septembre 2015 Septembre 2015 Contact presse Emilie BALAGUER Responsable communication Mob: 06 18 900 901 Tel: 04 13 427 018 e.balaguer@hopitaleuropeen.fr Hôpital Européen Marseille 6, rue Désirée Clary - 13331 Marseille

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

Catalogue de formation 2014-2015

Catalogue de formation 2014-2015 organisme gestionnaire du développement professionnel continu ODPC habilité à dispenser des programmes de DPC Catalogue de formation 2014- L EXCELLENCE POUR EXIGENCE www.entreprise-medicale.fr Sommaire

Plus en détail

C est le contexte économique qui fait que l hôpital change

C est le contexte économique qui fait que l hôpital change 1 Cadres de santé : une crise identitaire décembre 2008, par Chauvancy Marie-Claire Marie-Claire Chauvancy est cadre de santé à l AP-HP. Elle explique ici les mutations profondes de sa profession, consécutives

Plus en détail

cet avis validant une formation théorique et pratique au minimum

cet avis validant une formation théorique et pratique au minimum - Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-vasculaire - assistance extracorporelle Réflexions et recommandations sur les activités d assistance extracorporelle et sur l importance des infirmiers

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire Dr Anne MOURREGOT 24/06/2011 Historiquement, la chirurgie est ambulatoire 1230: création de la faculté de Médecine de Montpellier: la chirurgie est pratiquée dans des boutiques

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI)

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) Responsables: Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Alternatives à l'hospitalisation Comité éditorial de l'uvmaf

Alternatives à l'hospitalisation Comité éditorial de l'uvmaf Alternatives à l'hospitalisation Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. La chirurgie ambulatoire... 3 1.1. Présentation... 3 1.2. Défis et enjeux nationaux... 3 1.3.

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Dr Hélène Favre, DOQRU HCL Dr Jacqueline Grando, UHE GHE HCL JPRI 19 Novembre 2013 Contexte Démarche gestion des risques

Plus en détail

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Livio Durando, Adrienne Ghibaudo, Deborah de Keiser, Mathilde de Sevelinges, Dr Olivia Keita-Perse Contexte Mise en place successive

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES Place du Professeur Debré 30029 NÎMES CEDEX 9 Mai 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier

EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier 1 Centre Hospitalier de Roanne 2 Nouvel Hôpital Déménagement du 21 sept. au 17 octobre 2009 Secteur Femme-Enfant : 118 lits

Plus en détail

TEXTE CONSOLIDE AU 12 DECEMBRE 2014-REDACTEUR F. FRAISSE Groupe de travail : S BOURCET, R. COUDERC, JG GOBERT, D. THEVENIN

TEXTE CONSOLIDE AU 12 DECEMBRE 2014-REDACTEUR F. FRAISSE Groupe de travail : S BOURCET, R. COUDERC, JG GOBERT, D. THEVENIN TEXTE CONSOLIDE AU 12 DECEMBRE 2014-REDACTEUR F. FRAISSE Groupe de travail : S BOURCET, R. COUDERC, JG GOBERT, D. THEVENIN ATTRACTIVITE DES CARRIERES HOSPITALIERES COORDINATION MEDICALE HOSPITALIERE L

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)?

DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)? Session professionnelle 301 DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)? T. Faucon (Cadre Supérieur I.A.D.E.), Service d anesthésie,

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Le Centre Hospitalier de Maubeuge Présentation 300 lits MCO,

Plus en détail

Le Dossier Infirmier Informatisé -Notre expérience- Contexte: Exposé SPF Heysel 10/10/2008

Le Dossier Infirmier Informatisé -Notre expérience- Contexte: Exposé SPF Heysel 10/10/2008 Le Dossier Infirmier Informatisé -Notre expérience- Contexte: Exposé SPF Heysel 10/10/2008 Le Décor... Centre Hospitalier Universitaire de TIVOLI Situé à La Louvière / Région du Centre 518 lits agréés

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail