OVINS LAIT : ACCROITRE L AUTONOMIE DES EXPLOITATIONS EN PROTEINES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OVINS LAIT : ACCROITRE L AUTONOMIE DES EXPLOITATIONS EN PROTEINES"

Transcription

1 OVINS LAIT : ACCROITRE L AUTONOMIE DES EXPLOITATIONS EN PROTEINES Le déficit en protéines pour l alimentation des brebis laitières reste modéré, mais il s est accru ces dernières années avec le développement de la production laitière. Il se pose aussi de manière qualitative, compte tenu de l évolution du cahier des charges de l AOC Ossau Iraty, avec l obligation d une alimentation Non-OGM et basée sur une liste positive d aliments excluant les additifs azotés, des seuils minimum d autonomie. Les contraintes liées aux exigences européennes (PAC,PHAE) viennent aussi restreindre les possibilités de mise en culture et d apports d azote par les plantes. La recherche d une plus grande autonomie peut prendre 3 orientations : * l optimisation de la production de protéines sur prairies (pâturage, stades de récoltes) * les légumineuses fourragères, pures ou en association * les protéagineux, et en particulier le lupin Ces éléments viennent compléter le dossier L autonomie alimentaire à la ferme publié dans ces colonnes en Juin Plus de protéines par une bonne utilisation des prairies Il est surtout important de retenir que la valeur azotée des prairies baisse avec l âge de la plante. Il faut donc l exploiter jeune, limiter les reports sur pied ainsi que les fauches trop tardives. Quelques règles : * pâturer avec des intervalles entre 2 passages plus courts * allonger la période de pâture dans l année * faucher plus tôt (début épiaison) * dans le cas de graminées pures fauchées, fertiliser suffisamment. Le pâturage doit être privilégié dès que possible : compte tenu que l on exploite une prairie à un stade de repousse beaucoup plus jeune, l herbe pâturée constitue un aliment plus riche (dense) en azote que l équivalent en ensilage ou en foin : chaque fois que l on remplace du conservé par de la pâture, on accroît la densité azotée de la ration et on réduit le besoin de complément par les concentrés. Le tableau suivant (source Institut de l Elevage) montre que l on peut doubler l apport par rapport à un foin médiocre. La présence de légumineuses permet de ralentir le vieillissement de l herbe, et améliore sa résistance aux maladies (rouilles en particulier)

2 Les légumineuses : associées et pures En terme d espèces, on peut s orienter vers des légumineuses qui sont riches en azote et qui ont la capacité de fixer l azote de l air, ce qui permet de réduire fortement, voire de supprimer les apports d Azotes. Cultures pures : Les cultures de légumineuses pures sont toujours envisageables, mais sur des surfaces limitées compte tenu des difficultés locales d exploitation et d entretien : La culture de luzerne est en théorie intéressante, mais elle reste très difficile à récolter sous nos climats humides (dès que le séchage est avancée, les feuilles tombent), la plante supporte mal les conditions océaniques (les variétés sont sélectionnées dans des conditions continentales ou méditerranéennes). C est une culture dont la durée de vie est de 3 ans en moyenne, réservée à des sols filtrants et pas trop acides. Plutôt difficile à pâturer, il faudra s orienter pour la récolter vers le séchage en grange ou l ensilage. Le trèfle violet se cultive aussi en pur, mais il peut se concevoir dans des zones ou la sole cultivée est importante. Les difficultés de séchage et de conservation restent importantes Associations : L association à privilégier est le dactyle trèfle blanc, auxquels ont pourra rajouter un peu de RGA dans les situations fraîches (et si on veut privilégier une levée plus rapide), voire de la fétuque élevée (plutôt pour faire pâturer par des bovins, zones séchantes). Cette association est parfaitement adaptée à la région et aux ovins. Ce type d association est aujourd hui bien maîtrisé, en particulier depuis l arrivée des traitements sélectifs. Les sociétés de semences proposent des associations ayant fait leurs preuves. La principale difficulté reste la maîtrise de l équilibre graminée légumineuse, qui dépend du mode d exploitation et des conditions climatiques. Les premières implantations doivent servir de test, et les implantations ultérieures seront ajustées (dose, type de trèfle) au comportement du trèfle dans chaque exploitation. Les mélanges plus complexes ne sont pas toujours adaptés : certes ils couvrent vite, mais certaines espèces ne sont pas adaptées à la région. L association Dactyle-luzerne n a pas été réellement évaluée, mais il est peu probable qu elle soit suffisamment pérenne. Cultures dérobées : La plupart des cultures dérobées apportent en pâturage un fourrage riche en azote, parce que les plantes sont encore à des stades jeunes : un RGI ou une céréale à paille (triticale, avoine) reste donc jusqu en mars riche en azote (avec apport d azote). Aujourd hui, on s oriente vers des dérobées en associations : les structures de développement de l agriculture biologique prônent la culture du méteil qui repose sur des associations entre légumineuses (vesce, féverole) et céréales (avoine, seigle), et sont susceptibles d être pâturées ou moissonnées. La farouche, ou trèfle incarnat, garde tout son intérêt. Cette plante participe depuis très longtemps au système cultural et fourrager hivernal des exploitations. Les semenciers proposent aujourd hui des variétés améliorées, et des mélanges (RGI ou RGH et trèfle incarnat) à réel intérêt agronomique (apport d azote pour la culture suivante).

3 Culture de protéagineux : plutôt le lupin et la fèverolle Les 3 principales espèces cultivées pour la production de graines, en particulier pour les ruminants, sont le pois protéagineux, la féverole et le lupin. Des essais sont actuellement menés dans le département par certains groupes coopératifs. Des programmes de relance de ces cultures ont été mis en place dans d autres régions : ainsi, la zone de production du Comté (Franche Comté et Jura) se met en situation d une totale autonomie en protéine à partir de ces protéagineux, ou la région Charentes-Poitou qui vient de lancer un programme lupin, mais aussi en Midi-Pyrénées et Aquitaine. Des cultures exigeantes et techniques Les protéagineux sont sensibles aux maladies et aux insectes ravageurs. On recommande donc un intervalle de 4 ans entre 2 cultures d un protéagineux sur une même parcelle, de manière à réduire le risque de parasitisme. Pour ces espèces, la graine est grosse. Elle nécessite de préférence des semoirs à ergots ou des semoirs pneumatiques. Compte tenu du cycle de production, les cultures sont très sensibles au manque d eau au moment de la floraison et du remplissage du grain (mai-juin). Elles craignent aussi l excès d eau, d où la nécessité de disposer d un sol sain (non asphyxiant). Conséquence du besoin d eau tardif, les variétés d hiver, semées en automne et fleurissant plus tôt, seront plus adaptées à la région. Les protéagineux sont des légumineuses : les exigences nutritionnelles de la plante sont limitées, les cultures pouvant être réalisées sans ou avec très peu d apport azoté. Au-delà de ces caractéristiques communes aux 3 espèces, chacune possède des exigences propres qui permettent de s orienter dans le choix de l espèce. POIS FEVEROLE LUPIN Rendements culturaux (qt x /ha) Sol Récolte Intérêts particuliers Sain, profond, non caillouteux Plante souple, releveurs sous la coupe et éventuellement «verse» artificielle Possibilité d utiliser les fanes pour les vaches Profond, possible sur argileux et caillouteux Non acide (ph>6) Facile Bonne compétition/mauvaises herbes Sain, acide, pas de calcaire Facile A la lumière de ces éléments, la féverole et le lupin semblent présenter un réel intérêt dans notre région. Toutefois le lupin est encore limité par une disponibilité en semence réduite et de rendements encore un peu faibles (mais les améliorations sont rapides).

4 Intérêt zootechnique Le tableau ci-dessous récapitule les valeurs alimentaires pour ruminants. Le lupin est le plus riche en protéine et en matières azotées (35 à 40%). Le pois ne peut être utilisé qu après traitement. Les graines de lupin sont utilisables sans traitement physique. CB Amidon UFL PDIN* PDIE* P Ca Pois Féverole Lupin * teneurs variables En ce qui concerne l efficacité alimentaire des ces graines, la plupart des travaux ont été conduits en Vaches laitières. Pour l alimentation des vaches laitières, le pois peut se substituer au soja sans modifier les performances laitières (jusqu à 25/30 kg de lait). Par ailleurs, à mêmes niveaux d apports d énergie et d azote, lupin et féverole donnent des résultats identiques au soja. L utilisation par les ruminants du pois suppose des traitements : les grains doivent être séchés ou inertés (conservés à l abri de l air), avec adjonction éventuelle d acide propionique. En ce qui concerne la féverole et le lupin, un broyage grossier (ou aplatissage) des graines est recommandé, mais pas indispensable. Les brebis laitières valorisent bien le lupin Le LEPA de St Affrique, en collaboration avec l Institut de l élevage et le CNBL a mené un essai durant l hiver dernier pour comparer la complémentation avec du lupin ou du pois avec un concentré traditionnel à base de soja, la ration de base étant assurée avec un mélange ensilage de maïs, ensilage de RGI et foin. Les productions de lait et les taux durant la période d essai ont été les suivants. Lait TB TP Lait l/traite Ecart en % TB g/l Ecart en % TP en g/l Ecart en % Témoin ,2 56,5 Pois ,9 % 62,8-2,2 % 55,3-2,1 % Lupin ,1 % ,5 % 56,4-0,2 % Les protéagineux ont permis d améliorer significativement la production laitière. Les taux ont été nettement inférieurs avec le pois, alors que le lupin a permis d accroître le taux de matière grasse de manière importante. A noter aussi que les réserves corporelles ont augmenté plus fortement chez les brebis du lot complémenté avec le pois, laissant penser que les teneurs en amidon sont peut être trop élevées pour des brebis laitières. Le lupin est apparu très apte à une bonne valorisation zootechnique. (en résumé) Dans les exploitations à brebis laitières et en tant que culture, le développement des protéagineux restera dans les prochaines années certainement limité. L accroissement de l autonomie en protéines doit rester axée sur les prairies, l utilisation contrôlée des légumineuses et le recours plus important au pâturage. Centre Départemental de l Elevage Ovin Jean-Marc Arranz/Francis Fidelle

5 (encart ) La fiche technique du Lupin Les références techniques sont moins nombreuses mais les essais en cours (coopérative Lur Berri) devraient apporter des réponses locales. A noter que 1ers r * Type de sol : sol non calcaire, le lupin préfère les terres acides. Le sol doit être sain et permettre une bonne alimentation en eau au moment de la floraison. Attention à la «battance» au moment de la levée (lit motteux). * Semis : période de semis : octobre-novembre (attention aux résidus de traitement derrière un maïs) Profondeur de semis : 3 à 5 cm Ecartement entre rangs : 20 à 40 cm Densité : densité de semis : 25 à 40 g/m² (80 à 150 kg/ha Le semis peut être réalisé avec un semoir à ergot ou un semoir pneumatique * Variétés : les variétés d hiver sont les plus intéressantes en piémont pyrénéen (variétés : Adan/Athos/Arthur/Ludet/Lunivers/Lucille). * Traitement de semences : l achat de semences traitées est recommandé (en particulier contre l anthracnose). * Désherbage : le lupin est assez sensible à la concurrence exercée par les mauvaises herbes. Il n existe pas de produits homologués, car le lupin ne fait pas partie de la liste des plantes rattachées à la procédure d homologation. Il faut donc réserver ce type de cultures aux parcelles «propres». * Ravageurs et maladies : le lupin peut être lui aussi touché par les maladies et parasites des protéagineux (voir paragraphe précédent).

Produire sa protéine pour nourrir ses bovins, ovins, caprins en région Centre Val de Loire. Lettre fourrage n 11 n 13 EDITO.

Produire sa protéine pour nourrir ses bovins, ovins, caprins en région Centre Val de Loire. Lettre fourrage n 11 n 13 EDITO. Produire sa protéine pour nourrir ses bovins, ovins, caprins en région Centre Val de Loire EDITO Lettre fourrage n 11 n 13 Juillet Juin 2015 2014 Produire ses protéines sur son exploitation fait partie

Plus en détail

Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet

Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet Les agneaux pâturent la luzerne ou le trèfle violet Une transition obligatoire Afin de diminuer les risques de météorisation liée aux légumineuses, il est fortement conseillé de : respecter au moins 6

Plus en détail

Localisation des parcelles

Localisation des parcelles POLE ELEVAGE OCTOBRE 2016 GUIDE CULTURE DE MELANGE Céréales - Protéagineux - Légumineuses CONTEXTE La mise en place de cultures de mélange céréales/protéagineux s est poursuivie pour la campagne 2016,

Plus en détail

LES MELANGES FOURRAGERS

LES MELANGES FOURRAGERS LES MELANGES FOURRAGERS 1 ESPECES ET VARIETES Réglementairement, les espèces du mélange doivent appartenir aux espèces à certification obligatoire parmi les plantes utilisées comme plantes fourragères.

Plus en détail

Etat des productions fourragères en prairies de fauche en Ardenne au début juillet 2017

Etat des productions fourragères en prairies de fauche en Ardenne au début juillet 2017 Etat des productions fourragères en prairies de fauche en Ardenne au début juillet 2017 Bien qu à l heure où cet article est écrit, la pluie ait fait un petit retour mais pour combien de temps et en quelle

Plus en détail

Autonomie alimentaire

Autonomie alimentaire Concevoir des systèmes de production innovants et durables Autonomie alimentaire Arnaud DEVILLE Conseiller Viande Bovine et Systèmes de Productions Claire POYAC Coordinatrice des expérimentations en agronomie

Plus en détail

Atlantic Conseil Elevage Le 14 avril 2016 REDCAP Présentation méteil

Atlantic Conseil Elevage Le 14 avril 2016 REDCAP Présentation méteil Atlantic Conseil Elevage 17-85 Le 14 avril 2016 REDCAP Présentation méteil Qu est que le méteil Association entre: - des céréales ( 1 à 4 ). - des protéagineux ( 1 ou 2 ) Les céréales * blé, épeautre,

Plus en détail

Assolement, valorisation et besoins de la CORAB :

Assolement, valorisation et besoins de la CORAB : 15 juillet 2011 Assolement, valorisation et besoins de la CORAB : Nous donnons rendez-vous à tous les adhérents le 6 septembre à St Jean d Angely pour notre réunion annuelle sur les emblavements 2011-2012.

Plus en détail

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation Mini-conférence Sommet de l Elevage 4 octobre 2012 Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation Une prairie «multi-espèces» : qu est-ce que c est? Une prairie temporaire, semée avec au moins 3

Plus en détail

Impacts de l introduction de luzerne en système laitier

Impacts de l introduction de luzerne en système laitier Impacts de l introduction de luzerne en système laitier Coût de production : Souvent plus important que les autres fourrages Travail : Entre 11 et 15 heures de travail/ha/an par ha Intrants Récolte en

Plus en détail

Les associations céréalesprotéagineux

Les associations céréalesprotéagineux Produire des protéagineux en bio en Alsace Septembre 2005 Les associations céréalesprotéagineux Leurs atouts : Cultures plus résistantes (aux adventices, maladies et ravageurs) et plus productives que

Plus en détail

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation Mini-conférence Sommet de l Élevage 1 er, 2 et 3 octobre 2014 Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation P. PELLETIER - ARVALIS P. PELLETIER - ARVALIS Une prairie «multi-espèces» : qu est-ce

Plus en détail

Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre?

Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre? Juin 2017 Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre? PROTECT eau L implantation d un couvert fourrager en interculture est intéressante car elle permet de disposer d un complément de fourrage,

Plus en détail

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de :

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de : G e s t i o n d e l h e r b e L e t e m p s d e l a u t o n o m i e Dérobées après une céréale Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers Document réalisé par : Mai 2011 Avec le

Plus en détail

CHOIX DES ESPECES De la graminée pure à la multi espèce

CHOIX DES ESPECES De la graminée pure à la multi espèce CHOIX DES ESPECES De la graminée pure à la multi espèce Fiche réalisée par l équipe Productions Végétales Choisir un type de prairie, c est choisir une ou des espèces et une ou des variétés pour trouver

Plus en détail

Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes. Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10

Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes. Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10 Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10 Contexte actuel en production de semences fourragères Une agriculture

Plus en détail

Sécuriser et maîtriser la culture des oléo-protéagineux SOJA : INTÉRÊTS DE LA CONDUITE AVEC UNE PLANTE COMPAGNE

Sécuriser et maîtriser la culture des oléo-protéagineux SOJA : INTÉRÊTS DE LA CONDUITE AVEC UNE PLANTE COMPAGNE Sécuriser et maîtriser la culture des oléo-protéagineux SOJA : INTÉRÊTS DE LA CONDUITE AVEC UNE PLANTE COMPAGNE Objectifs Le soja est une culture très intéressante pour sa teneur en protéines très élevée,

Plus en détail

Le ray-grass anglais. la plante de pâturage des régions océaniques

Le ray-grass anglais. la plante de pâturage des régions océaniques Le ray-grass anglais la plante de pâturage des régions océaniques Facile d implantation et d une excellente valeur alimentaire, le ray-grass anglais est la graminée à privilégier dans les zones à pluviométrie

Plus en détail

Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis

Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis 18 à 24 mois Diploïde (2n) : 20 à 30 kg/ha Tétraploïde (4n) : 30 à 40 kg/ha Très rapide Photo

Plus en détail

Guide fourrages. pour Blanc-Bleu Belge. Plus de viande à partir de l herbe. Le Grand des Graminées. Où pouvez-vous acheter?

Guide fourrages. pour Blanc-Bleu Belge. Plus de viande à partir de l herbe. Le Grand des Graminées. Où pouvez-vous acheter? BB-082011 Guide fourrages Où pouvez-vous acheter? Pour connaître les points de vente, cliquez sur www.barenbrug.be ou appelez le 03 219 19 47 pour Blanc-Bleu Belge Le Grand des Graminées Barenbrug Belgium

Plus en détail

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers

Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Renforcer l autonomie alimentaire en élevages laitiers Luc DELABY INRA AgroCampus Ouest UMR Pegase 35590 Saint Gilles 11 / 12 / 2015 Qu est ce que l autonomie alimentaire d un élevage? Peut être définie

Plus en détail

Energie et teneur en protéine de Bar-Protin par rapport à un ensilage orge/pois

Energie et teneur en protéine de Bar-Protin par rapport à un ensilage orge/pois Cultivez vos propres protéines! Energie, protéine et structure combinées en 1 produit!, voilà un slogan qui définit parfaitement. La production de fourrages à partir de la culture combinée pois/avoine

Plus en détail

Tout commence par le semis

Tout commence par le semis Tout commence par le semis Yanick Beauchemin, agr., producteur agricole Ferme Roger Beauchemin inc. Sainte Monique Le but de cette conférence est de partager mes connaissances en matière de semis aux champs

Plus en détail

Triticale, le méteil d aujourd hui

Triticale, le méteil d aujourd hui Triticale, le méteil d aujourd hui Dispositif Objectif 8 années d essais à la ferme expérimentale de Thorigné-d Anjou. Comparer les performances moyennes des variétés de triticales testées aux moyennes

Plus en détail

Les légumineuses. Comment ça marche?

Les légumineuses. Comment ça marche? Les légumineuses Comment ça marche? 1 Les légumineuses comment ça fonctionne? La famille des légumineuses se caractérise par la capacité à fixer l azote de l air. Cette fixation est due à la présence de

Plus en détail

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique - Comment raisonner un nouvel équilibre sol / troupeau lors d un passage en AB? - Présentation à partir

Plus en détail

PASTOR. A la découverte du trèfle spécial pâture. 3

PASTOR. A la découverte du trèfle spécial pâture.  3 LES Trèfle AVANTAGES violet pâture PASTOR A la découverte du trèfle spécial pâture www.semencesdefrance.com 3 SOMMAIRE QUI EST PASTOR? L HISTOIRE DE PASTOR SES AVANTAGES MORPHOLOGIE DE LA PLANTE : ATYPIQUE

Plus en détail

Allier fertilité des sols, élevage et cultures de vente

Allier fertilité des sols, élevage et cultures de vente Guillaume RUDELLE Flavin (Aveyron) Allier fertilité des sols, élevage et cultures de vente Petite région naturelle : Lévézou Statut juridique : GAEC Elevage : 530 brebis laitières (Lacaune), 170 000 l/an

Plus en détail

ROSADOT. Ray-grass Anglais. Son exceptionnelle productivité, au printemps en particulier. Sa remarquable souplesse d exploitation.

ROSADOT. Ray-grass Anglais. Son exceptionnelle productivité, au printemps en particulier. Sa remarquable souplesse d exploitation. Ray-grass Anglais ROSADOT Pâturage Fauche Enrubannage Ensilage Caractéristiques : Type : Demi-tardif Ploïdie : Tétraploïde Départ de végétation : 1 Avril Début d épiaison : 18 Mai Production annuelle :

Plus en détail

L ENTRETIEN DES PRAIRIES

L ENTRETIEN DES PRAIRIES L ENTRETIEN DES PRAIRIES Une prairie bien exploitée, bien entretenue et composée d espèces adaptées aux besoins de votre cheval vous procure un aliment sain et économique. Utiliser efficacement sa prairie

Plus en détail

Les petites légumineuses

Les petites légumineuses Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Les petites légumineuses Une multitude d espèces pour toutes les situations Profitez de l effet «légumineuse» Pourquoi implanter des légumineuses? - Pour

Plus en détail

L herbe, pierre angulaire de votre revenu.

L herbe, pierre angulaire de votre revenu. L herbe, pierre angulaire de votre revenu. Produit de qualité: réussite assurée! Graminées et légumineuses pour prairies! Verla-Seeds est active dans le monde des semences et plus particulièrement à vocation

Plus en détail

Semer une prairie avec des espèces adaptées

Semer une prairie avec des espèces adaptées Mini-conférence Sommet de l Elevage 4 octobre 2012 Semer une prairie avec des espèces adaptées Semer une prairie : se poser les bonnes questions Plusieurs questions à se poser pour choisir la/les espèce(s)

Plus en détail

Le programme d activités Fourrages. ARVALIS Institut du végétal

Le programme d activités Fourrages. ARVALIS Institut du végétal D 1 Le programme d activités Fourrages d ARVALIS Institut du végétal Sabine BATTEGAY, ARVALIS Institut du végétal Rennes (35) Tél. 02 23 48 26 58 Fax 02 23 48 26 56 s.battegay@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Les associations graminées légumineuses : rappels et potentiel de rendements

Les associations graminées légumineuses : rappels et potentiel de rendements Les associations graminées légumineuses : rappels et potentiel de rendements Le Centre pilote Fourrages Mieux Assure la promotion de la conduite optimale des prairies en Région Wallonne Rencontres et échanges

Plus en détail

Deux espèces à redécouvrir : le dactyle et la fétuque élevée

Deux espèces à redécouvrir : le dactyle et la fétuque élevée Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre 2014 Deux espèces à redécouvrir : le dactyle et la fétuque élevée Diversifiez votre système fourrager! Pourquoi «à redécouvrir»? - Deux espèces qui

Plus en détail

FERTI-pratiques FICHE N

FERTI-pratiques FICHE N FERTI-pratiques FICHE N Une fertilisation raisonnée améliore la flore des prairies naturelles et soutient la production d une quantité d herbe suffisante sur toute la saison. Les prairies se différencient

Plus en détail

Le trèfle d Alexandrie

Le trèfle d Alexandrie Le trèfle d Alexandrie Une alternative à l avoine pour l implantation de vos prairies Par France Bélanger, M. Sc., agronome Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Ministère de l Agriculture, des

Plus en détail

QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE?

QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE? QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE? Les légumineuses en Wallonie : Diversité, présent et perspectives économiques et écologiques Ir. Christine CARTRYSSE APPO (Association pour la Promotion

Plus en détail

S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager?

S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager? S.A.P.E.R.F.E.L. Quelles mesures possibles en cas de déficit fourrager? La gestion d un maïs fourrage avec déficit hydrique Le maïs de cette année a accusé une à deux semaines de retard jusqu à début août

Plus en détail

Eric Justes 1, Loïc Prieur 2, Laurent Bedoussac 1 et Jean-Louis Hemptinne 3

Eric Justes 1, Loïc Prieur 2, Laurent Bedoussac 1 et Jean-Louis Hemptinne 3 UMR 1248 AGIR UMR 5174 EDB Est-il possible d améliorer le rendement et la teneur en protéines du blé cultivé en Agriculture Biologique au moyen de cultures intermédiaires ou de cultures associées? Eric

Plus en détail

Itinéraire technique du couvert

Itinéraire technique du couvert Itinéraire technique du couvert Comment conduire mon couvert? La dose de semis L'implantation La fertilisation La destruction Le coût La dose de semis Choisir son mélange à semer Raisonner les doses La

Plus en détail

Un investissement qui rapporte

Un investissement qui rapporte LES SEMENCES POUR PRAIRIE Un investissement qui rapporte Les étapes clés du semis de prairies La filière semences certifiées met à disposition des éleveurs des semences de qualités, contrôlées tout au

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Techniques innovantes d implantation

Techniques innovantes d implantation www.cetiom.fr 21 Techniques innovantes d implantation DISPOSITIF L implantation du colza et de son couvert, sur le même rang, a été réalisée le même jour en semis direct. Le semoir utilisé est un SD3 HUARD.

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie. et Maine.

ARVALIS - Institut du végétal. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie. et Maine. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie m.moquet@arvalisinstitutduvegetal.fr et Maine Choix d espèce : plusieurs paramètres à prendre en compte Débouchés possibles : collecte : FAB ou alimentation

Plus en détail

Rendements 2006 des GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES de Haute-Normandie : des résultats un peu décevants malgré un fort potentiel

Rendements 2006 des GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES de Haute-Normandie : des résultats un peu décevants malgré un fort potentiel GRAB HN Groupement Régional des Agriculteurs Biologiques de Haute-Normandie 9, rue de la Petite Cité - BP 882-8 EVREUX CEDEX Tél : 2 32 78 8 46 - Fax : 2 32 38 79 49 e-mail : grabhn@libertysurf.fr Rendements

Plus en détail

Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant.

Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant. GIEE GRAPEA-Civam85 Autonomie protéique Cultiver ses protéines à bas niveau d intrants et les valoriser au sein de son élevage de ruminant 9 Fermes du GRAPEA-CIVAM 85 Bocage Vendéen Principes et origine

Plus en détail

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Mario Gauthier agr. Conseiller stratégique Valacta Plan de la conférence Les composantes La qualité du pâturage Le stress thermique La fibre efficace

Plus en détail

Forces et faiblesses des intercultures fourragères. Le Centre pilote Fourrages Mieux

Forces et faiblesses des intercultures fourragères. Le Centre pilote Fourrages Mieux Forces et faiblesses des intercultures fourragères Toernich, le 12 novembre 2015 Sébastien Crémer, Fourrages Mieux asbl Le Centre pilote Fourrages Mieux Assure la promotion de la conduite optimale des

Plus en détail

Pratique de Couverts : Réalisé avec le soutien financier de :

Pratique de Couverts : Réalisé avec le soutien financier de : Réalisé avec le soutien financier de : Rencontre bout de champ levée de culture après couverts végétaux trèfles et luzerne - 18 juin 2014 Couverts de trèfles et luzerne Comparaison de sarrasins (semis

Plus en détail

PAILLE DE POIS PROTÉAGINEUX

PAILLE DE POIS PROTÉAGINEUX Comité National des Coproduits Fiche n 6 Coproduits riches en ligno-cellulose PAILLE DE POIS PROTÉAGINEUX Définition Coproduit de la culture des graines de pois protéagineux récoltées à maturité, composé

Plus en détail

Cultures fourragères possibles en zone herbagère?

Cultures fourragères possibles en zone herbagère? Cultures fourragères possibles en zone herbagère? Phytotechnie, rendement, coût de production? David Knoden, Michamps, le 23 janvier 2014 1. La prairie temporaire 2. Le maïs 3. Les céréales Cultures fourragères

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Prairies : croissance et conduite

Prairies : croissance et conduite Prairies : croissance et conduite 1. La croissance des prairies : comment ça marche? 2. Conduite : choix espèces & variétés N, P, K, ph, entretien Legere 2006 Les principales espèces de graminées Le dactyle

Plus en détail

Nouveau logo Nouveau site Nouveaux outils Catalogue 2017 Nouvelles variétés.

Nouveau logo Nouveau site Nouveaux outils Catalogue 2017 Nouvelles variétés. Nouveau logo Nouveau site Nouveaux outils Catalogue 2017 Nouvelles variétés Nouveau logo Nouveau site Nouveaux outils Catalogue 2017 Nouvelles variétés www.graines-loras.com Nouveau logo Nouveau site Nouveaux

Plus en détail

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants

Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Les légumineuses comme sources protéiques dans les rations des ruminants Yves Beckers Gembloux Agro-Bio Tech Unité Zootechnie Département des Sciences agronomiques Université de Liège Yves.Beckers@ulg.ac.be

Plus en détail

Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye

Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye janvier 2015 L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique, économique, environnementale et sociale

Plus en détail

Comparaison de différentes légumineuses à graines biologiques en Ille et Vilaine

Comparaison de différentes légumineuses à graines biologiques en Ille et Vilaine Action n 4 Comparaison de différentes légumineuses à graines biologiques en Ille et Vilaine Maître d œuvre : Agrobio 35 Partenaires : action mise en œuvre dans le cadre du CASDAR ProtéAB Durée du programme

Plus en détail

Agriculture biologique : Intérêt et agronomie des associations céréales-protéagineux de printemps à moissonner

Agriculture biologique : Intérêt et agronomie des associations céréales-protéagineux de printemps à moissonner Agriculture biologique : Intérêt et agronomie des associations céréales-protéagineux de printemps à moissonner Daniel Jamar, CRA-W. Unité - Systèmes agraires, Territoires et Technologies de l'information

Plus en détail

Merci aux fermes qui ont généreusement partagé leur information Ferme Samson et fils Ferme Croque-Saison Le Vallon des Sources

Merci aux fermes qui ont généreusement partagé leur information Ferme Samson et fils Ferme Croque-Saison Le Vallon des Sources Collaborateurs pour le projet Valérie Roy-Fortin, agr. Ferme de la berceuse Les Jardins Bio Campanipol Merci aux fermes qui ont généreusement partagé leur information Ferme Samson et fils Ferme Croque-Saison

Plus en détail

Les implantations. Ensilage céréales. Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre

Les implantations. Ensilage céréales. Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Ensilage céréales Les implantations Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Betterave Choux fourrager RGI alternatif Sorgho fourr Sorgho sucr Moha Millet perlé fourrager Colza fourrager Radis fourrager

Plus en détail

Cultiver l esparcette (Onobrychis viciifolia) Synthèse des travaux Médiplant

Cultiver l esparcette (Onobrychis viciifolia) Synthèse des travaux Médiplant Cultiver l esparcette (Onobrychis viciifolia) Synthèse des travaux Médiplant 2009-2011 Carlen C. et Simonnet X. Avec le soutien financier de: 1 Esparcette, une culture à réinventer! Une légumineuse pérenne,

Plus en détail

Cultures fourragères annuelles riches en protéines

Cultures fourragères annuelles riches en protéines Cultures fourragères annuelles riches en protéines Bilan et apports des démonstrations 2013 menées par le Programme Structurel Herbe et Fourrages (PSHF) www.herbe-fourrages-limousin.fr La hausse du coût

Plus en détail

Appréciation de la qualité des fourrages conservés (secs) 5 octobre 2010 Jean-Marc Arranz

Appréciation de la qualité des fourrages conservés (secs) 5 octobre 2010 Jean-Marc Arranz Appréciation de la qualité des fourrages conservés (secs) 5 octobre 2010 Jean-Marc Arranz Différentes «méthodes» Analyse (chimique, NIRS ) Prédiction (équations) Appréciation «sensorielle» Comportement

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES DE FEVEROLE

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES DE FEVEROLE C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES DE FEVEROLE D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2011-2012

Plus en détail

La rénovation de prairie rénovée. Loïc PERES GAEC de la BASSE COUR Le Molay Littry (14)

La rénovation de prairie rénovée. Loïc PERES GAEC de la BASSE COUR Le Molay Littry (14) La rénovation de prairie rénovée Loïc PERES GAEC de la BASSE COUR Le Molay Littry (14) Exploitation Gaec de la Basse Cour depuis 2004 avec David Letourneur 2 associés + un apprenti 199 ha dont 165 de prairies

Plus en détail

Mélanges de semences pour prairies de longue durée en France

Mélanges de semences pour prairies de longue durée en France Association Française pour la Production Fourragère Mélanges de semences pour prairies de longue durée en France (3 ans et plus) PRÉCONISATIONS AGRONOMIQUES - 2017 - PRÉAMBULE Les mélanges prairiaux, tout

Plus en détail

Couverts végétaux et valorisation par les bovins : les dernières références

Couverts végétaux et valorisation par les bovins : les dernières références Couverts végétaux et valorisation par les bovins : les dernières références Rennes, 16 décembre 2014 Sabine BATTEGAY s.battegay@arvalisinstitutduvegetal.fr ENJEUX AGRONOMIQUES - Effet / structure du sol

Plus en détail

La Culture Du Pois Chiche

La Culture Du Pois Chiche La Culture Du Pois Chiche Généralités Le pois chiche est une légumineuse rustique très bien adaptée à la culture en sols superficiels de la bordure méditerranéenne. Le pois chiche s adapte bien aux terres

Plus en détail

Fumure P K. ARVALIS - Institut du végétal

Fumure P K. ARVALIS - Institut du végétal ª 150 CHOISIR et décider 2013 ª 151 CHOISIR et décider 2013 Fumure P K : une approche plus adaptée La méthode Comifer de calcul des doses d engrais de fond a été stabilisée au milieu des années 90. Elle

Plus en détail

BILAN DE CAMPAGNE METEILS. Résultat du concours Top Méteil

BILAN DE CAMPAGNE METEILS. Résultat du concours Top Méteil BILAN DE CAMPAGNE METEILS Résultat du concours Top Méteil Méteil PRECOCE Résultats des 10 premiers échantillons «Catégorie méteil précoce» (23 échantillons analysés)* Classement échantillon MAT (g/kg MS)

Plus en détail

Augmenter la durabilité des systèmes. l introduction de légumineuses en association

Augmenter la durabilité des systèmes. l introduction de légumineuses en association Augmenter la durabilité des systèmes de production de semences par l introduction de légumineuses en association UR Légumineuses, Ecophysiologie Végétale, Agroécologie UMR 1191 PMS INH Implantation de

Plus en détail

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins

Mini-conférence. Sommet de l Elevage Octobre Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Optimiser le maïs fourrage pour alimenter mes bovins Analyser son maïs Lors du chantier de récolte, prendre un échantillon représentatif du contenu du silo

Plus en détail

ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE

ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE SYLVIE THIBAUDEAU, A GRONOME CLUB AGROENVIRONNEMENTAL DU BASSIN LA GUERRE ST-ANICET RACINES ET RHIZOSPHÈRE Rhizosphère : zone qui entoure les racines des plantes

Plus en détail

FLAMBEE DES MATIERES PREMIERES DES SOLUTIONS ALTERNATIVES AU SOJA? Accroître la place de l'herbe dans le système fourrager : une nécessité

FLAMBEE DES MATIERES PREMIERES DES SOLUTIONS ALTERNATIVES AU SOJA? Accroître la place de l'herbe dans le système fourrager : une nécessité FLAMBEE DES MATIERES PREMIERES DES SOLUTIONS ALTERNATIVES AU SOJA? Face à une augmentation régulière des cours des matières premières depuis le début de l'année, liée à des conditions climatiques défavorables

Plus en détail

Essais Engrais Verts Hivernaux en viticulture AB Gers. 29 février 2012

Essais Engrais Verts Hivernaux en viticulture AB Gers. 29 février 2012 Essais Engrais Verts Hivernaux en viticulture AB Gers Plan de l intervention Contexte de l essai Objectifs de l essai Résultats 2011 1ères conclusions Contexte Agronomique gersois Face à la diminution

Plus en détail

Engrais verts en interculture d automne-hiver en plein champ

Engrais verts en interculture d automne-hiver en plein champ MARAICHAGE 2005 Fiche action 3 02 02 08 AB L05 PACA/01 Engrais verts en interculture d automne-hiver en plein champ 1- CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ESSAI : Hélène VEDIE Annick TAULET Analyses réalisées par

Plus en détail

D autres cultures énergétiques possibles?

D autres cultures énergétiques possibles? Groupe d action locale D autres cultures énergétiques possibles? Le maïs, potentiel et limites en Ardenne. Quelles alternatives? David Knoden, Michamps, le 23 janvier 2014 Le maïs? Les rations dans les

Plus en détail

PRODUCTIONS FOURRAGERES Campagne S unir, Changer, Gagner

PRODUCTIONS FOURRAGERES Campagne S unir, Changer, Gagner PRODUCTIONS FOURRAGERES Campagne 2015 S unir, Changer, Gagner STOCKS DE PRINTEMPS Association Graminée/légumineuses RGI / Trèfle Incarnat Trèfle de Perse Piège (proportion 50% RGI 40% T Inc 10% T perse)

Plus en détail

Guide Technique 2016

Guide Technique 2016 Guide Technique 2016 Installation rapide Tallage exceptionnel Adapté aux semis tardifs Excellente résistance au froid Poursuit sa croissance même à basse température Développement ultra-rapide au printemps

Plus en détail

Innovation Bélisle. OBJECTIFS de Bélisle. Développent de culture alternative au maïs, où nous en sommes! OBJECTIFS. Projet 2012 à /04/2014

Innovation Bélisle. OBJECTIFS de Bélisle. Développent de culture alternative au maïs, où nous en sommes! OBJECTIFS. Projet 2012 à /04/2014 Développent de culture alternative au maïs, où nous en sommes! Dr Shyam Baurhoo Directeur Recherche & Développement Professeur Adjoint, Université de McGill OBJECTIFS de Bélisle Objectifs: à la recherche

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE Allonger sa rotation - Pourquoi? Comment?

FICHE TECHNIQUE Allonger sa rotation - Pourquoi? Comment? Concevoir des SYSTEMES de PRODUCTION INNOVANTS et DURABLES FICHE TECHNIQUE Allonger sa rotation - Pourquoi? Comment? Rotation classique des systèmes céréaliers lorrains : rotation triennale fondée sur

Plus en détail

Intercultures et production de fourrages

Intercultures et production de fourrages Mini-conférence Sommet de l Elevage 5 octobre 2012 Intercultures et production de fourrages Cultures dérobées ou «soudure» : les espèces les plus utilisées périodes de croissance exploitations fourrages

Plus en détail

Chemise n 1 : Présentation du système fourrager

Chemise n 1 : Présentation du système fourrager Chemise n 1 : Présentation du système fourrager Documents de travail Plan cadastral de l exploitation Carnet de suivi des cultures fourragères de l éleveur Planning de pâturage Déclaration PAC Description

Plus en détail

Cultures émergentes au Bas-St-Laurent. Jérôme Caron, Agr. Société Majéco Inc.

Cultures émergentes au Bas-St-Laurent. Jérôme Caron, Agr. Société Majéco Inc. 1 Cultures émergentes au Bas-St-Laurent Jérôme Caron, Agr. Société Majéco Inc. 2 Plan de la présentation Principales cultures qui suscitent de l intérêt en 2016 1. Gourgane / féverole 2. Orge nue 3. Soya

Plus en détail

GESTION DES SYSTEMES FOURRAGERS

GESTION DES SYSTEMES FOURRAGERS GESTION DES SYSTEMES FOURRAGERS GESTION DES SYSTEMES FOURRAGERS : PLAN DU COURS LES PRODUCTIONS FOURRAGERES EN FRANCE LES SYSTEMES FOURRAGERS GESTION DES SYSTEMES FOURRAGERS : PLAN DU COURS LES PRODUCTIONS

Plus en détail

DACTYLE, LUZERNE ET TRÈFLE VIOLET : LE TRIO DE BASE, POUR LES PRAIRIES MULTI-ESPÈCES À DOMINANTE FAUCHE DU NORD DU MASSIF CENTRAL

DACTYLE, LUZERNE ET TRÈFLE VIOLET : LE TRIO DE BASE, POUR LES PRAIRIES MULTI-ESPÈCES À DOMINANTE FAUCHE DU NORD DU MASSIF CENTRAL DACTYLE, LUZERNE ET TRÈFLE VIOLET : LE TRIO DE BASE, POUR LES PRAIRIES MULTI-ESPÈCES À DOMINANTE FAUCHE DU NORD DU MASSIF CENTRAL DACTYLE, LUZERNE ET TRÈFLE VIOLET, LE TRIO DE BASE POUR LES PRAIRIES MULTI-ESPÈCES

Plus en détail

Rhône-Alpes. Chiffres-clés 2009/10 Perspectives 2010/11

Rhône-Alpes. Chiffres-clés 2009/10 Perspectives 2010/11 > Chiffres-clés Alsace Aquitaine Auvergne Basse & Haute Normandie Bourgogne - Franche-Comté Bretagne Centre Champagne-Ardenne Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord - Pas-de-Calais

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2015

Projet Mosabio Rapport d essai 2015 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2015 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013

Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013 Réalisé avec le soutien financier de : Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013 Deux rencontres bouts de champ «destruction de couverts» ont été

Plus en détail

Atteindre l autonomie fourragère en valorisant des prairies riches en légumineuses

Atteindre l autonomie fourragère en valorisant des prairies riches en légumineuses Atteindre l autonomie fourragère en valorisant des prairies riches en légumineuses Réunion Technique Fourrages, Jeu les Bois le 27/11/14 Dans le cadre du Programme Structurel Herbe et Fourrages en Limousin

Plus en détail

L agroécologie : une opportunité pour produire et protéger les ressources naturelles

L agroécologie : une opportunité pour produire et protéger les ressources naturelles Thierry CAVAILLE Anthé (Lot et Garonne) L agroécologie : une opportunité pour produire et protéger les ressources naturelles Petite région naturelle : Pays de Serres Statut juridique : GAEC Elevage : Non

Plus en détail

Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007

Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007 Observatoire de l alimentation des vaches laitières DONNÉES 2007 Introduction I l est connu, depuis de nombreuses années, que la composition du lait dépend en grande partie de l alimentation distribuée

Plus en détail

Le ray-grass hybride

Le ray-grass hybride Le ray-grass hybride Préface Le ray-grass hybride est une graminée fourragère qui résulte d un croisement entre un ray-grass anglais et un raygrass d Italie. En fonction de la combinaison des caractères

Plus en détail

Apprentissage au calcul de rations.

Apprentissage au calcul de rations. Apprentissage au calcul de rations. Un article de Philippe Vandiest F.I.C.O.W. Le calcul des rations doit considérer trois types de besoins de la brebis : - ses besoins en énergie, exprimés en UFL (Unité

Plus en détail

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation?

Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Comment favoriser la production d'un lait de qualité destiné à la fabrication de fromages AOP à partir des fourrages de l'exploitation? Professeur Francis ENJALBERT École Nationale Vétérinaire de Toulouse

Plus en détail

UNE GESTION EFFICACE DE L AZOTE POUR L AGRICULTURE BIOLOGIQUE

UNE GESTION EFFICACE DE L AZOTE POUR L AGRICULTURE BIOLOGIQUE INSTITUT DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT EN AGROENVIRONNEMENT Développement de pratiques culturales préservant la qualité des sols UNE GESTION EFFICACE DE L AZOTE POUR L AGRICULTURE BIOLOGIQUE ADRIEN

Plus en détail

Tests d engrais verts en agriculture biologique dans le département du Gers :

Tests d engrais verts en agriculture biologique dans le département du Gers : Tests d engrais verts en agriculture biologique dans le département du Gers : rappel des résultats 2002-2003 et 2005 Chambre d agriculture du Gers avec la participation des ETS JOUFFRAY DRILLAUD et des

Plus en détail