De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives?"

Transcription

1 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? 1 quand les talents grandissent, les collectivités progressent

2

3 avant propos Entre octobre 2012 et avril 2013, la délégation régionale Première Couronne a réuni, par le biais de ses équipes territorialisées, les collectivités des trois départements pour mutualiser les pratiques et échanger sur la question de l entretien professionnel. En effet, les collectivités ont acquis une large expérience depuis plus de dix ans sur l entretien annuel et il nous a semblé intéressant de mutualiser les pratiques dans la perspective de l entretien professionnel et de l instauration de la prime de fonction et de résultat (PFR). Ces ateliers ont été précédés d une journée thématique «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» organisée le 5 juillet 2012 à Pantin, qui a constitué une étape préalable ainsi qu un cadre de référence aux travaux des ateliers. Il en résulte aujourd hui un nouveau guide «De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives?» Son contenu est émaillé d extraits des interventions de la journée du 5 juillet et a été enrichi par les présentations et échanges de la réunion de synthèse des travaux de ces ateliers. Nous souhaitons que ce document pratique, à la fois outil de réflexion et support de présentation de l offre de services de la délégation régionale, puisse faciliter la mise en œuvre d une démarche d entretien professionnel. 1

4

5 Centre national de la fonction publique territoriale SOMMAIRE LE MOT DU DÉLÉGUÉ ère PARTIE...4 Les ASPECTS RèGLEMENTAIRES DU DISPOSITF DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL...4 BILAN DE L EXPéRIMENTATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE, ENTRE 2010 ET ème PARTIE LA MISE EN PLACE D UNE PROCéDURE D évaluation Quels leviers de motivation à intégrer de manière générale dans les pratiques managériales? Que peut-on attendre de l entretien professionnel? Quelles sont les conditions de réussite? Quelles sont les pratiques dans les collectivités L INTRODUCTION D UN RéGIME INDEMNITAIRE AVEC OU SANS PART VARIABLE Les expériences de régime indemnitaire avec une part fixe et une part variable L expérimentation de la prime de fonction et de résultats (PFR) LES CONDITIONS à RéUNIR POUR QUE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOIT UN VRAI MOMENT D ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION Avant l entretien A - Du point de vue de l évaluateur B - Du point de vue de l évalué Pendant l entretien...16 Posture de l évaluateur pendant l entretien : ce qu il doit savoir Après l entretien, comment synthétiser et prioriser les demandes? Comment faire un retour et exploiter les informations? LE TRAITEMENT DES QUESTIONS RELATIVES AU FONCTIONNEMENT DU SERVICE AU COURS DE L ENTRETIEN Plusieurs préconisations...19 A - En amont de la tenue des entretiens B - Pendant l entretien C - Après l entretien Le rôle de l évaluateur : rôle de relais des orientations de la direction générale, rôle de transmetteur lorsque l évalué signale des dysfonctionnements dans l organisation? Comment aborder la question des conditions de travail? Comment aborder la question de la mobilité? DEUX EXPERIENCES PRéSENTéES LORS DE LA SYNTHèSE DES ATELIERS DU 31 JANVIER 2014 à PANTIN La mise en place de l entretien professionnel à la communauté d agglomération des Hauts de Bièvre (Hauts de Seine) regroupant 7 communes La procédure d évaluation mise en œuvre au conseil général du Val-de-Marne L offre de formation et de services ANNEXE

6 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? 1 ère partie LES ASPECTS RèGLEMENTAIRES DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL JOURNéE THéMATIQUE DU 5 JUILLET 2012 à PANTIN «ENTRETIEN PROFESSIONNEL, PRIME DE FONCTION ET DE RéSULTATS : DEUX LEVIERS DE MANAGEMENT?» Synthèse de l intervention de Sylvie HUSSON, Directrice générale adjointe chargée de l expertise statutaire et des organismes paritaires, CIG Petite Couronne Le dispositif de l entretien professionnel a été instauré par l article 76-1 de la loi du 26 janvier Le système de la notation est pour sa part en place depuis De fait, il n est pas aisé de pratiquer des changements lorsque des habitudes sont réellement installées. Le dispositif expérimental, instauré par la loi du 3 août 2009 relative à la mobilité, arrive pratiquement à son terme ; il couvrait les années 2010, 2011 et Toutes les collectivités seront tenues d adapter très prochainement leurs procédures. Qu en est-il pour l année 2013? Les collectivités territoriales auront-elles droit à une année de sursis, comme cela s est produit dans le cas de la fonction publique d état? Dans le cas de la fonction publique territoriale, un bilan de l expérimentation sera réalisé vraisemblablement en juillet. Le dispositif expérimental constitue, à ce jour, une dérogation à la notation. Une modification est ainsi intervenue dans la loi relative au dialogue social, le 5 juillet Il s agissait de prolonger l expérimentation jusqu aux années 2010, 2011 et Les modalités d application réglementaires ont été fixées par le décret 4 n du 29 juin 2010, paru au Journal Officiel le 30 juin Une circulaire du 6 août 2010 a par ailleurs apporté des précisions sur la mise en œuvre des nouvelles dispositions législatives et réglementaires. Selon un premier constat, pendant ces trois années, ce dispositif ne s imposait pas aux collectivités. Pour entrer dans le dispositif, une délibération de l Assemblée délibérante était requise, selon l article 1 du décret. L avis du Comité Technique Paritaire (CTP) était également nécessaire, préalablement à la fixation des critères de la valeur professionnelle. Ainsi, selon l article 4, il convient de recueillir l avis des partenaires sociaux. Le décret insiste sur quatre critères, incontournables, que les collectivités doivent s approprier et décliner en items. Selon ses termes, il est nécessaire d évaluer «l efficacité dans l emploi et les réalisations des objectifs», «les compétences professionnelles et techniques», «les qualités relationnelles» et «la capacité d encadrement» ou le cas échéant «l aptitude à exercer des fonctions à un niveau supérieur». à partir de ces recommandations, le Centre de gestion Première couronne a décliné vingt items. De plus, il convient de

7 Centre national de la fonction publique territoriale définir pour l ensemble de la collectivité une grille harmonisée à laquelle doivent se référer tous les évaluateurs. La circulaire du 6 août engage par ailleurs les collectivités à réaliser un document standard de compte-rendu d entretien professionnel (CREP). Ce dernier est tenu d être transmis au centre de gestion dont dépend la collectivité. Certains événements comme l avancement de grade ou la promotion interne doivent notamment être communiqués au Centre de gestion. D après ce décret, le dispositif ne concerne que les fonctionnaires titulaires. évaluer les non-titulaires employés sur des postes permanents ou des stagiaires reste à la discrétion des directions. Le centre de gestion n est cependant pas en droit de -réclamer les évaluations de ces fonctionnaires non titulaires. Le décret prévoit aussi la possibilité d une sélection des agents soumis à l entretien professionnel dans le cadre de l expérimentation. Il permet ainsi la cohabitation des deux systèmes. De plus, l évaluation et l entretien professionnel se réalisent à partir d une fiche de poste. Il convient que chaque agent soit bien conscient d une part de ce que l on attend de lui, d autre part de ses propres fonctions. Ce peut être l occasion, une fois par an, de réviser ces fiches de poste. Le dispositif de l entretien professionnel n accorde que le rôle de visa et d observation en bout de chaîne à l autorité territoriale. Le rôle d évaluation revient en effet au N+1. Le rôle du directeur général, de ce fait, n apparaît plus de façon formelle sur le compte-rendu. La périodicité de l entretien professionnel est annuelle. La transmission des comptes-rendus au centre de gestion doit être compatible avec l organisation et le calendrier des CAP. Les contenus de l entretien professionnel 5 et du compte-rendu sont pour leur part définis par l article 3 du décret. Les rubriques obligatoires sont les données propres à l agent, telles que l état civil et les fonctions occupées, la date de la convocation, la fiche de poste, le rappel des objectifs assignés et les résultats, mais également les objectifs assignés pour l année à venir, les acquis de l expérience professionnelle, la formation passée et/ou prescrite, les perspectives d évolution professionnelle et une appréciation de synthèse portant sur une année de référence. Je précise que l analyse de l atteinte des objectifs est avant tout un constat et non un jugement sur la valeur professionnelle ; en effet des causes extérieures peuvent parfois empêcher l agent de réaliser ces objectifs. Ensuite, au regard des missions affectées à l agent, une évaluation de cette valeur est effectuée. Le passage de la notation à l entretien professionnel n est pas une simple formalité. Il demande une réflexion, une concertation, des décisions, mais nécessite également que des moyens soient mis au service des managers. Il est dès lors indispensable de mettre en place des mesures d accompagnement autant pour les cadres que pour les agents. Porter une attention rigoureuse aux principales étapes de la procédure de l entretien professionnel est indispensable pour éviter tout risque contentieux. Le décret précise que l agent doit être convoqué 8 jours au moins avant l entretien. La fiche de poste doit être adressée en même temps que la convocation. Ensuite, la notification du compte-rendu au fonctionnaire doit se réaliser dans un délai maximum de 10 jours. L agent doit le signer et le retourner à son supérieur hiérarchique dans un délai de 10 jours. La fiche de compte-rendu doit indiquer les délais et voies de recours, d après l article 7 du décret.

8 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? BILAN DE L EXPéRIMENTATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE, ENTRE 2010 ET 2012 SYNTHèSE DES ATELIERS DU 31 JANVIER 2014 à PANTIN Synthèse de l intervention de Jean-Marc LESCURE, de la direction générale des Collectivités locales du ministère de l Intérieur Jean-Marc LESCURE a présenté le rapport remis au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale sur l expérimentation 2010/2012 de la mise en œuvre de l entretien professionnel par les employeurs territoriaux. Après avoir rappelé le cadre législatif et règlementaire dans lequel s inscrivait cette expérimentation, il a rappelé les deux objectifs poursuivis par cette expérimentation : è garantir aux agents le bénéfice d un entretien professionnel avec leur supérieur hiérarchique direct, de manière à en faire un instrument de management plus personnalisé que l actuelle notation è renforcer le lien entre l évaluation individuelle et le choix d avancement et de promotion décidés par l autorité territoriale Une enquête a été menée en 2012 par les services des associations d élus auprès de leurs membres. Des réponses ont été communiquées par 126 communes et intercommunalités, réparties dans 66 départements, regroupant 11 millions d habitants et employant agents permanents, 49 conseils généraux, employant plus de agents. Des données relatives aux conseils régionaux n ont pu être obtenues. 36 % des communes et intercommunalités ayant répondu ont expérimenté l entretien professionnel et 47 % des conseils généraux. 75 % de ces collectivités avaient déjà adopté un dispositif d entretien d évaluation, très largement compatible avec celui prévu par le décret de 2010, avant même la mise en place de l expérimentation. Seules 36 % des communes de moins de habitants avaient déjà mis en place un tel dispositif, alors que plus de 80 % de celles au-dessus de ce seuil l avaient fait, ce dernier pourcentage étant identique pour les conseils généraux. S agissant de l adoption progressive de ce dispositif au cours de la période d expérimentation, pour le bloc communal, 35 % l ont introduit en 2010, 50 % en 2011 et 15 % en % des conseils généraux l ont mis en place dès 2010, 27 % en 2011 et 13 % en Presque toutes ces collectivités ont fait le choix d inclure les agents non titulaires sur emplois permanents à cette expérimentation, même si le décret de 2012 les excluait. Par ailleurs, des actions de formation des évaluateurs ont été entreprises par près de 60 % des collectivités territoriales. 6

9 Centre national de la fonction publique territoriale Si l entretien professionnel, en lieu et place de la notation, ne semble pas avoir rencontré d opposition dans la fonction publique territoriale, c est qu une bonne partie des collectivités l ayant expérimenté le pratiquait déjà. Le dispositif législatif et réglementaire a donc rencontré peu d obstacles car il correspondait largement à la pratique. Il est ressenti comme un réel progrès en matière de management et de gestion des ressources humaines. Il entraine un renforcement du dialogue tout en confortant le supérieur hiérarchique direct dans son rôle de manager. Des réponses fournies par les collectivités ayant mis en place cette expérimentation, il ressort toutefois que des adaptations réglementaires semblent indispensables si le dispositif devait être pérennisé, ce qui semble être souhaité. à cet égard, ont été plus particulièrement soulignées : la contrainte liée au court délai à respecter pour la tenue des entretiens, l établissement des fiches de synthèse et leur signature, procédure trop difficile à respecter dans les grandes collectivités ; en effet, la circulaire du 6 août 2010 précise que «la campagne d évaluation doit rester compatible avec les dates prévisibles des CAP au cours desquelles les éventuelles révisions d évaluation (ou de notation pour les personnels non soumis à l expérimentation) seront examinées», or l article 5 du décret n du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires indique que les CAP «sont réunies au cours du 1er trimestre de l année» ; la lourdeur que représente le visa obligatoire de l autorité territoriale, fortement réclamé à l occasion de l adoption du décret de 2010 ne semble pas être un dispositif réaliste une fois atteint un certain nombre d agents ; la transmission d un bilan annuel au CSFPT : cette disposition a été ignorée par plus de 90 % des collectivités ayant mis en œuvre l expérimentation ; l impossibilité de maintenir à la fois la notation et l entretien a été parfois critiquée ; le rythme annuel de l entretien professionnel a aussi été critiqué compte tenu de sa lourdeur notamment dans les services comprenant beaucoup d agents. En conclusion, il ressort de ce bilan que la suppression de la notation au profit d une procédure d évaluation modernisée et professionnalisée constitue, pour les collectivités ayant procédé à l expérimentation, un progrès notable en matière de reconnaissance de la valeur professionnelle des agents. Ce succès résulte de l investissement des collectivités, tant des employeurs que des agents et de leurs représentants, dans la mise en œuvre de ce dispositif. Toutefois, le nombre de collectivités n ayant jamais expérimenté l entretien professionnel étant encore relativement important, comme la nécessité d adapter les procédures pour tenir compte des spécificités des collectivités locales, et notamment leur taille, en les assouplissant et les allégeant, une prolongation de l expérimentation semble utile au titre des années de référence 2013 et Il conviendra, à cette occasion, de mener une sensibilisation auprès des collectivités non encore entrées dans l expérimentation pour les inciter à tester ce dispositif. 7

10 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? 2 ème partie 1. la MISE EN PLACE D UNE PROCéDURE D évaluation quels LEVIERS DE MOTIVATION INTéGRER EN AMONT DANS LES PRATIQUES MANAGéRIALES? La mise en place de pratiques managériales claires et comprises de tous constitue, de manière générale, une base indispensable : par exemple, dès l accueil du nouveau recruté, la transmission des objectifs, des procédures et des critères d évaluation facilitera son intégration. De même, toute nouvelle directive devra être accompagnée, pour s assurer de l appropriation de celle-ci par les membres de l équipe. A - premier LEVIER : LA BONNE CONNAISSANCE PAR LES AGENTS DES ORIENTATIONS ET DES PROJETS DE LA COLLECTIVITé Fournir à chaque agent ces éléments de repères en s appuyant sur les outils de communication interne lui permettra de comprendre le sens de son action et son utilité au sein du service public. Mieux connaître son contexte professionnel constitue un facteur essentiel de motivation. B - deuxième LEVIER : LA BONNE CONNAIS- SANCE PAR LES ENCADRANTS DE LA CHARGE DE TRAVAIL DES AGENTS Sans une vision claire de la charge de travail de ses agents, l encadrant peut difficilement exiger des améliorations dans leur organisation. Il doit, au contraire, les aider à prioriser et à distinguer l urgence de l importance, accompagner les agents en difficulté, ne pas surcharger les plus «performants». Une attention particulière sera portée aux éventuelles sources de démotivation à travers différents signes individuels ou collectifs, tels que l absentéisme, et des mesures correctives devront être au minimum recherchées. C - troisième LEVIER : L INSTAURATION D UN ESPRIT D équipe ET LA VALORISATION DES RéSULTATS Faire appel à l intelligence collective constitue aussi un levier de motivation à ne pas négliger : donner du sens à la mission du service, rompre la routine, développer le travail en équipe, mais aussi développer les ateliers d échanges de pratiques afin d encourager le dialogue, l évolution collective, et rompre l isolement. Dans cette perspective il peut être très valorisant pour les agents de les associer à des projets, en leur donnant des objectifs correspondant à leur niveau de responsabilité, et en les accompagnant par la formation. Ce travail en équipe devra aussi s accompagner d une autonomie dans la gestion des tâches. Enfin la valorisation des résultats ne doit pas être oubliée : à ce titre, élaborer le bilan du service va permettre de faire ressortir les réalisations à la fois du collectif mais aussi de l agent. 8

11 Centre national de la fonction publique territoriale que PEUT-ON ATTENDRE DE L ENTRETIEN D évaluation? L entretien professionnel est surtout un moment privilégié d échange et de dialogue autour du bilan et des objectifs, sous réserve qu il soit bien préparé par les deux parties. Certes il ne doit pas être un acte de management isolé : il est une composante d une politique de management et constitue en quelque sorte le «point d orgue» de la relation managériale. D autres moments ou espaces existent pour poursuivre le dialogue ou réguler des conflits. A - LES ATTENTES DU CôTé DE L ENCADRANT L entretien permet à l encadrant : è de resituer l action opérationnelle en lien avec les objectifs politiques et stratégiques, è de revérifier les questions d organisation des activités et de redéfinir la fiche de poste, è de jouer son rôle de manager par l accompagnement au développement des compétences de l agent et de mieux inscrire les compétences individuelles en lien avec les compétences collectives, è d évaluer la motivation ou les risques de démotivation, de créer du lien au-delà des échanges professionnels en cherchant le cas échéant à désamorcer les conflits, en définissant éventuellement des axes d amélioration. B - LES ATTENTES DU Côté DE L AGENT Ce temps doit être pour l agent un temps de recul et d analyse de la réalisation des activités pour exprimer ses besoins, ressentis, souhaits, non-dits, un moment privilégié pour aller plus loin dans ce qu il n exprime pas au quotidien : repérer les freins à la production du travail, prioriser et relativiser la notion d urgence, exprimer DéFINITION DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ET FINALITéS Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI, Psychosociologue Intervenante au CNFPT «L entretien professionnel est un bilan de l année écoulée, qui doit être mené par le responsable direct de l agent, avec l agent. L évaluation s appuie sur la fiche de poste et sur les faits. Son objectif est de déboucher sur des perspectives. Enfin, le contenu de l entretien donne lieu à la rédaction d un écrit. Ainsi des perspectives doivent être dégagées de l entretien. Il s agit donc de fixer à l agent des objectifs pour l année à venir, de déterminer des moyens pour les atteindre, de recueillir les besoins de formation et les souhaits d évolution. Selon mon avis, l entretien doit aussi être l occasion d apporter des modifications à la fiche de poste. L encadrant, sous le regard de l autorité territoriale, peut être amené à proposer des décisions concernant l agent» «L entretien a comme première finalité de réaliser un bilan partagé. Cet enjeu n est pas toujours facilement atteignable. De ce premier aspect découle un second enjeu, celui de la contractualisation entre encadrant et agent. Les objectifs, les moyens pour les atteindre ou encore les formations prescrites sont des sujets de contractualisation. Enfin, l entretien est le moment d annoncer des éventuelles propositions ou décisions qui concernent l agent» * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» 9

12 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? des attentes en termes d évolution professionnelle et de carrière. Mené dans une ambiance d écoute attentive, il permet à l agent de se sentir reconnu. C - LES ATTENTES DU CôTé DES SERVICES RH La mise en place de l entretien professionnel entraine au sein des services RH une réflexion sur les métiers et ouvre un chantier sur la définition des profils de postes. Il suppose aussi que soient énoncés des critères objectifs et homogènes d évaluation et amène à s interroger sur les objectifs individuels et collectifs, les niveaux de compétences, les relations hiérarchiques et fonctionnelles. Cette démarche peut aussi permettre de repérer le déficit d échelons hiérarchiques dans certains services ou de mieux comprendre l absentéisme marqué dans un service en particulier QUELLES SONT LES CONDITIONS DE RéUSSITE? A - L IMPLICATION DES DéCIDEURS LOCAUX Une telle démarche n a de sens que si elle est portée par les décideurs locaux : elle soulève en effet les questions de la définition des objectifs, des critères d évaluation objectifs et équitables, de la mesure des résultats et leur rétribution, voire de la performance/compétence collective, autant de questions qui nécessitent l arbitrage des exécutifs locaux. B - la NATURE DE LA RELATION ENTRE LES AGENTS ET LEUR HIéRARCHIE La réussite de ce temps d échange tient beaucoup à la qualité du dialogue entre l agent et son hiérarchique : mal mené, voire accusateur, ou non suivi d effet, il peut avoir un effet inverse au but recherché et aggraver la démotivation de l agent. C est pourquoi il est préférable aussi d éviter les entretiens menés en présence du N+1 et du N+2, qui peuvent donner l impression d un «jury». C - la CLARIFICATION DES MODALITéS ET LA QUALITé DES CONDITIONS MATéRIELLES Au-delà, il est important d harmoniser les pratiques sur la manière dont l entretien est mené. à ce titre la formation des «évaluateurs», voire des «évalués» peut constituer une première étape lors de la première année de mise en place. Par la suite, il est nécessaire de prévoir chaque année des temps d échanges et d accompagnement des cadres pour redynamiser, remobiliser ceux-ci et faciliter une meilleure appropriation du processus et veiller à l équité de traitement. Enfin, des conditions matérielles appropriées, pour garantir la confidentialité et la qualité des échanges doivent être prévues. En ce sens, la mise à disposition d un espace (bureau, salle de réunion ) clos et suffisamment isolé du fonctionnement du service, est une nécessité. 10

13 Centre national de la fonction publique territoriale QUELLES SONT LES PRATIQUES DANS LES COLLECTIVITéS? A - l ENTRETIEN D évaluation : UNE PRATIQUE MAJORITAIREMENT ADOPTéE La mise en place de l entretien est en général structurée par des outils : fiches de poste, fiches d évaluation, guides de l entretien, de l évaluateur et/ou de l évalué. La notation a été généralement conservée, à l exception de quelques collectivités qui ont pris une délibération la supprimant. B - la DéFINITION D UN PROCESSUS GLOBAL : UNE PRATIQUE PLUS RARE La définition d un processus global n est pas toujours mise en place. Les liens ne sont pas non plus clairement identifiés entre entretiens, fiches de postes, GPEEC, projet de service, définition des objectifs Les collectivités mettent en place une procédure d évaluation pour mesurer l atteinte des résultats par rapport aux objectifs, garantir à chaque agent un entretien avec son N+1 et un traitement équitable, évaluer les compétences et diffuser une culture commune à partir de projets communs. Il reste difficile, dans le cadre de ces entretiens, de faire le lien entre les objectifs opérationnels, stratégiques et les objectifs politiques, ces derniers n étant pas tous traduits dans un projet d administration. LES LEVIERS DE MOTIVATION MOBILISABLES DANS LES COLLECTIVITéS AUJOURD HUI Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI Concernant les leviers de motivation, on compte une centaine de définitions différentes. Celles-ci varient selon les époques et les lieux. De plus, la motivation évolue d un individu à un autre, voire même chez un même individu d un moment à un autre. Selon un raisonnement répandu, les personnes sont fondamentalement paresseuses et cherchent à éviter le travail. Ainsi le meilleur moyen de les motiver consisterait à utiliser le bâton et la carotte. Il s agit en réalité d une vision, loin d être valable dans tous les cas de figure. Je vous propose une définition assez consensuelle : «la motivation est le processus qui active, oriente, dynamise, maintient le comportement des individus vers la réalisation des buts attendus». Il s agit donc d un processus en évolution. De plus, la communauté scientifique reconnaît que les facteurs de motivation sont de deux ordres puisqu ils peuvent être internes ou externes. Les facteurs internes sont propres aux individus. Au sein d une équipe, ces facteurs internes peuvent être partagés. Ils se situent dans l ordre de la valeur travail et de la croyance dans l intérêt du travail. Nous ne pouvons pas décréter la mobilisation de ces facteurs internes de motivation au travail. En revanche, la DRH peut agir sur les facteurs externes. Ils se décomposent en facteurs liés au climat et en facteurs liés à l autonomie. Concernant le climat de travail, la qualité des relations avec les collègues et la hiérarchie jouent sur la motivation des individus L organisation du travail d une part et la charge de travail d autre part y participent également. * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» 11

14 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? C - l EXPLOITATION DES DONNéES RECCUEIL- LIES : UNE PRATIQUE INéGALE L exploitation de ces entretiens reste inégale. La principale exploitation demeure celle touchant aux évolutions de carrière. Certaines communes l utilisent aussi pour leur plan de formation, faire évoluer les fiches de poste, convenir des formations individuelles sur la base des compétences à améliorer : deux axes peuvent être retenus, les formations relatives aux projets de service et les formations à la demande des agents. Pour redonner du sens à l ensemble, certains chefs de service mettent en place une réunion en amont ou en aval, afin de 12 redonner les objectifs collectifs du service et de redéfinir, en lien, les missions individuelles. Dans d autres communes, aucune suite n est donnée à ces entretiens, ce qui peut engendrer de fortes insatisfactions et une certaine démotivation. Ceci met en évidence certains dysfonctionnements en termes de moyens. Les services RH n ont pas toujours la capacité d exploiter les comptes-rendus des entretiens. Cela reste, pour l instant, un outil pour le manager. Néanmoins ces démarches ont souvent permis d interroger les pratiques de gestion dans les services, de revoir l organisation, de désamorcer les conflits et de mettre en évidence des dysfonctionne- 2. l INTRODUCTION D UN RéGIME INDEMNITAIRE AVEC OU SANS PART VARIABLE les EXPéRIENCES DE RéGIME INDEMNITAIRE AVEC UNE PART FIXE ET UNE PART VARIABLE A - l INSTAURATION D UNE PART VARIABLE POUR RéCOMPENSER LE TRAVAIL INDIVIDUEL L attribution de cette part variable repose sur des critères qui se veulent objectifs, précis et quantifiables. Les critères cités par différentes collectivités sont généralement les responsabilités exercées, l atteinte des objectifs, les conditions de travail, l absentéisme, l efficacité, et la formation. B - l IMPORTANCE DE LA CONCERTATION EN AMONT Lorsque le système mis en place a fait l objet d une large concertation, il est bien accepté et ne prête pas à contestation. Cette concertation se traduit par des réunions en sous groupes, comprenant des agents de différents métiers et filières, avec des représentants des syndicats, et des compte rendus réguliers en CTP. Les évaluateurs ont bénéficié de formation à ce type d évaluation, qui nécessite une posture professionnelle afin de mettre à distance et de mieux gérer d éventuels liens affectifs. C - les EFFETS POSITIFS DU RéGIME INDEMNI- TAIRE COMPORTANT UNE PART VARIABLE La mise en place de l entretien professionnel intégrant un régime indemnitaire variable peut avoir des effets positifs : incitation au dialogue et à l échange entre les agents et l encadrement et

15 Centre national de la fonction publique territoriale donc à une certaine valorisation des premiers et une plus grande implication des seconds ; implication de l encadrement supérieur (directeurs, DGA), dans le contrôle des évaluations ; image modernisée de la politique RH de la collectivité, qui renforce son attractivité, notamment lors du recrutement de cadres D - des EFFETS NéGATIFS à NE PAS SOUS ESTIMER Il convient également de prendre des précautions pour qu elle n entraîne pas des effets négatifs. La «gratification» financière accordée peut être contraire à la culture métiers ou à l éthique de certains agents et la mise en œuvre d une politique d évaluation peut s essouffler si les outils apparaissent trop compliqués. Par ailleurs le chantier de cartographie des postes peut engendrer des tensions dues aux incidences financières des décisions prises lors de la phase de «calibrage» des postes. De même la reconduction systématique de la partie variable de la prime peut être interprétée comme un droit acquis par les agents. Enfin des difficultés à fixer des objectifs individuels existent, pour des métiers dont les tâches sont par nature prescrites (exemple agent d entretien). e - LES ALTERNATIVES à LA PART VARIABLE D autres collectivités n ont pas fait le choix d une part variable dans le régime indemnitaire, en préférant privilégier d autres formes de reconnaissance : organigramme donnant une visibilité sur la contribution de chacun, descriptions de postes, entretien d évaluation, objectifs de travail L EXPéRIMENTATION DE LA PRIME DE FONCTION ET DE RéSULTATS (PFR) A - l ADOPTION DE LA PFR : UNE PRATIQUE MARGINALE Quelques villes ont mis en place cette prime pour les agents de catégorie A, mais sans réelle part variable : les deux préoccupations évoquées concernent l incidence d une telle mesure sur les enveloppes budgétaires et la part de subjectivité liée à ce dispositif. Certaines collectivités l ont également étendue à l ensemble des agents, en la nommant différemment pour les agents des catégories B et C, mais tout en en gardant le principe. Il peut arriver que la mise en place de la PFR soit également demandée par les agents eux-mêmes. Il a été souligné que les résultats individuels doivent être mesurés à l aune des objectifs collectifs en se rattachant au 13 projet de service. Un dispositif d évaluation nécessite de se questionner sur les valeurs et d engager une réflexion globale comprenant les fiches métiers, les formations à l évaluation, un partage des objectifs. b - la DéFINITION CONCERTéE DE CRITèRES OBJECTIFS La mise en place de critères vise à réduire la part de subjectivité et de travailler sur la même base. Par exemple certaines collectivités proposent des critères basés sur le poste et non pas le grade, et tiennent compte de l assiduité, de la manière de servir, de l encadrement, des conditions particulières d exercice des missions. La concertation constitue une condition de réussite indispensable pour parvenir à

16 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? un consensus sur l application et garantir une égalité d appréciation des résultats (performance individuelle et atteinte des objectifs fixés) entre les services : elle peut donner lieu à des groupes de travail associant des agents de tous niveaux et des représentants syndicaux. D autres précautions ont été évoquées : è faire en sorte que la DRH soit garante de la cohérence de l ensemble des appréciations, è impliquer les directions générales dans la construction et la mise en œuvre du dispositif, è mettre en place des formations en direction des évaluateurs, voire des évalués. à noter qu en janvier 2013, la ministre de la Fonction Publique indiquait qu elle comptait discuter avec les organisations syndicales d un nouveau système de prime. Le principe de la rémunération au mérite ne serait pas pour autant abandonné, mais il serait fondé sur des critères reconnaissant l engagement des personnels. Courant 2013, aucune décision n avait encore été prise sur cette évolution. 3. les CONDITIONS à RéUNIR POUR QUE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOIT UN VRAI MOMENT D ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION AVANT L ENTRETIEN A - DU POINT DE VUE DE L évaluateur Quatre niveaux d informations lui sont nécessaires. 1. La connaissance de la politique de la collectivité en matière de formation : les évaluateurs doivent avoir une bonne connaissance des axes stratégiques du plan de formation qui auront été définis par la direction générale, de manière à pouvoir les décliner le cas échéant au niveau de leur service. 2. Les informations liées aux compétences métiers : de ce point de vue, il est important de connaitre l historique du parcours de formation suivi par l agent et de bien identifier l offre de formation disponible et adaptée au métier. Il est nécessaire aussi de connaître les obligations de formation statutaires. 3. Les informations relatives à l évolution de carrière : l évaluateur doit avoir une idée précise des modalités des préparations concours et par exemple savoir qu il y a des tests d entrée, des outils d évaluation en ligne et bien repérer le niveau d investissement requis de la part des agents. 4. Les informations sur les projets de mobilité ou de changement de poste : l évaluateur doit savoir orienter l agent vers le service formation si le projet de l agent n est pas vraiment finalisé mais en amont s assurer que ce souhait de mobilité ne traduit pas plutôt une lassitude sur les activités confiées. 14

17 Centre national de la fonction publique territoriale Accompagner les évaluateurs grâce à des temps d information ou de formation en amont. è Transmission de directives précises de la part du politique et de la DG. è Mise à disposition d un guide pratique de l évaluation présenté en réunion. è Fourniture d une fiche (mémo) établie par les RH pour donner des renseignements sur la situation statutaire et sur les formations suivies par les agents. è Autre modalité consistant à distribuer des fiches pratiques : transformer les guides, règlements, outils d évaluation en fiches sommaires synthétisées avec des phrases flashs. è Aide à la préparation de l entretien en fournissant aux évaluateurs la liste des formations possibles organisées par la collectivité et des fiches «compétences» par catégorie (compétences métiers, encadrement, habilitations, bureautique ) è Dans les cas particuliers des agents qui pourraient se trouver en situation de reclassement, un travail de recensement doit être réalisé en amont afin de transmettre aux chefs de service des préconisations de formation en fonction des possibilités de postes. Organisation d une réunion par la DRH en amont afin de donner des informations générales aux encadrants sur le statut et les orientations RH à venir mais aussi pour accompagner les acteurs dans l utilisation des outils (guide pratique, supports de l entretien d évaluation et de la partie formation). è Formations : former les cadres sur la démarche compétences de manière à ce qu ils intègrent la dimension formation dès l élaboration de leur projet de service. B - DU POINT DE VUE DE L évalué Deux constats Les formations d intégration permettent aux agents de catégorie C de mieux s approprier des questions relatives à leur carrière, Pour les catégories A et B, le statut est considéré comme un pré-requis et n est pas abordé suffisamment. Comment accompagner les évalués è élaborer un guide d entretien rappelant ce qu est l entretien professionnel, avec une partie consacrée à la formation pour préciser les objectifs et les modalités de la formation. è Fournir le règlement ou la charte formation de la CT. è Inciter à préparer l entretien en recensant les formations souhaitées. 15 PRéPARATION DU BILAN DE FIN D ANNéE Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI «Le bilan de fin d année mérite une préparation préalable, côté responsable comme côté agent. Les agents doivent être préparés sur des bases équivalentes à celle des évaluateurs. Concernant le responsable direct, il s agit de vérifier qu il se positionne habituellement comme encadrant. Il ne faudrait pas qu il découvre ce rôle uniquement au moment de l entretien professionnel. En effet, il doit posséder les ressources nécessaires pour assumer une attitude de conseil et un rôle d évaluation. Les encadrants de proximité ont la préoccupation de sauvegarder de bonnes relations au quotidien à la suite de cet entretien. Ils doivent également savoir discerner ce qui relève de la solidarité d équipe» * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?»

18 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? PENDANT L ENTRETIEN Très souvent la problématique de la formation est traitée rapidement en fin d entretien et n est donc pas abordée de manière très rigoureuse. Il est donc proposé d aborder cette question tout au long de l entretien : lors du bilan de l année écoulée, un retour sur les formations suivies pourrait être fait pour vérifier si celles-ci ont permis d obtenir les résultats attendus, au moment de l évaluation des critères de compétences métiers, pour, le cas échéant accompagner par la formation les marges de progrès souhaitées, lors de la fixation des objectifs collectifs ou individuels, pour vérifier si ceux-ci ne nécessitent pas un développement des compétences, dans le cas d une évolution de carrière, d une mobilité ou d un changement de poste pour envisager. POSTURE DE L évaluateur PENDANT L ENTRE- TIEN : CE QU IL DOIT SAVOIR évaluer : Mesurer l écart entre ce qui a été réalisé et ce qui est attendu, évaluer les actions suivies, faire le point avec l agent concerné (plan d action) après la formation, voir quels ont été les éventuels blocages, pourquoi la formation n a-t-elle pas comblé l écart? Accompagner, conseiller : il n est pas indiqué de consulter l offre de formation pendant l entretien, il vaut mieux avoir préparé en amont les axes de formations qui peuvent être proposés à l agent en fonction de ce qui a été observé au cours de l année. Le N+ 1 oriente l agent, en fonction des axes de progrès déterminés, en exprimant les besoins de formation sous forme de compétences à développer. Arbitrer : en règle générale, il n y a pas de limites fixées aux demandes de formations, si ce n est le lien avec l activité exercée ou envisagée. C est davantage le coût qui limite, plus que le nombre de demandes. Les collectivités expriment plutôt la difficulté de faire partir les agents en formation. Imposer à l agent certaines formations soit en raison de la règlementation (habilitation électriques, CACES ), soit en fonction des objectifs du service ou de changements particuliers à venir (évolution des missions, utilisation de nouveaux outils, etc.). 16

19 Centre national de la fonction publique territoriale APRèS L ENTRETIEN, COMMENT SYNTHéTISER ET PRIORISER LES DEMANDES? L évaluateur doit veiller à être clair dans ses formulations, éviter les rubriques vagues telles que «vœux de l agent», bien préciser les libellés et procéder à un premier filtre à son niveau. Le chef de service met en commun les informations issues de l entretien professionnel, procède à un arbitrage et à une priorisation des demandes en fonction de divers critères (ancienneté, coût, axes stratégiques du plan de formation, avis du responsable hiérarchique, souci d effectif ). Il sélectionne les départs en préparation concours en fonction du nombre d absences supportables par le service. Le responsable de formation vérifie les arbitrages effectués en amont, voire opère une nouvelle sélection des demandes mais selon un arbitrage budgétaire et priorise les demandes de formation selon la situation statutaire des agents (Formation obligatoire, formation de perfectionnement ) LA NOTION D OBJECTIFS Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI «D inspiration anglo-saxonne, les objectifs renvoient à une forme de contractualisation du travail. Fixer des objectifs est parfois une source infinie de troubles pour les encadrants. Il convient de s appuyer sur la définition des objectifs par la collectivité elle-même. Au moment de leur détermination, il s agit de savoir si l on fixe des objectifs distincts des objectifs permanents du poste. Ainsi les encadrants se demandent parfois s ils doivent inventer de nouveaux objectifs chaque année. La question se pose de savoir si ces objectifs doivent obligatoirement être mesurables, et assortis d indicateurs chiffrés. Une série de questions se posent encore sur la notion d objectifs et de moyens. Peut-on raisonner en termes d objectifs collectifs? Quelle est la finalité de la définition des objectifs? Il peut s agir d inciter à fixer des marges de progression ou encore de prendre des décisions concernant l agent. Dans certaines collectivités, par exemple, une part variable du salaire dépend de l atteinte des objectifs. Un écueil de l évaluation serait qu elle soit basée uniquement sur la vérification de l atteinte des objectifs, en oubliant la réalisation des objectifs permanents du poste. La fixation des objectifs se réalise à partir des orientations générales de la collectivité, du projet de service, de la réglementation ou encore de la résolution d une difficulté. Il convient de fixer des objectifs réalistes et donc atteignables, assortis de moyens disponibles. Ils doivent être observables, et parfois quantifiables, ainsi qu inscrits dans le temps. Les trois grands types d objectifs sont l amélioration de l efficacité, l amélioration d une compétence ou le lancement d une nouvelle activité.» * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» 17

20 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? comment FAIRE UN RETOUR ET EXPLOITER LES INFORMATIONS? L acteur qui informe varie selon les collectivités : dans certaines, c est le chef de service qui informe et l agent peut aller voir la DRH pour obtenir plus d informations. Dans d autres, c est la DRH qui fait un retour à l évaluateur et à l évalué directement. Un courrier individuel est adressé pour les formations diplômantes et le CIF, en raison de l impact financier. Des recours contre des refus de départ en formation sont parfois prévus : ils sont en général portés auprès du service formation ou de la DRH, en lien avec le responsable du service. La mobilisation du DIF par l évalué peut être une solution Il serait souhaitable de multiplier tout au long de l année d autres moments d échanges autour de la formation entre le chef de service et ses agents pour vérifier l impact des stages suivis et réajuster les besoins de formation complémentaires. Le recensement des demandes collectives et individuelles sert à l élaboration du plan de formation. Les collectivités évoquent le problème de «timing» entre le recensement des besoins et l élaboration du budget primitif puis du plan de formation. Il semble souhaitable de revoir le calendrier pour caler l entretien en juin, et intégrer les informations dans la construction du plan de formation et du budget. Un bilan doit être fait par la DRH pour voir comment se sont passés les entretiens. Ce bilan doit servir à prévoir les réajustements pour l année suivante, à recenser les informations manquantes et à écouter les éventuelles difficultés de part et d autre. LE LIEN ENTRE ENTRETIEN PROFESSIONNEL, FORMATION ET évolution DE CARRIERE Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI «Concernant la formation professionnelle, force est de constater que tous les cadres et tous les agents n ont pas intégré la réforme de la formation, qui doit se dérouler tout au long de la carrière. Je souligne, à cet égard, le glissement du droit vers l obligation statutaire de formation, y compris pour les agents de catégorie C. L encadrement se doit de bien discerner les besoins en formation au regard de l analyse des compétences listées dans la fiche de poste. Je constate dans certaines fiches de poste, la présence de multiples items liés au savoir-être, qui ne sont pas toujours exploitables. La question de l évolution professionnelle de l agent suscite également des enjeux. Il s agit de savoir si le compterendu de l entretien doit être exploité en matière d évolution dans le poste et hors du poste. Très souvent, les agents ont le sentiment que leur compte-rendu ne sera pas lu dans la collectivité. Par ailleurs, certaines collectivités ont décidé d exploiter rapidement les éléments dégagés lors des entretiens. Je note aussi que certains éléments des comptesrendus ne relèvent pas de la direction mais du service lui-même» * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» 18

21 Centre national de la fonction publique territoriale 4. LE TRAITEMENT DES QUESTIONS RELATIVES AU FONCTIONNEMENT DU SERVICE AU COURS DE L ENTRETIEN En préalable, il serait nécessaire de s interroger sur les usages de l entretien professionnel. A-t-on le temps d aborder ce type de questions? Quels moyens se donne-t-on pour exploiter ces informations? Quel est le degré de «maturité» de la collectivité pour entendre d éventuelles critiques sur l organisation et le fonctionnement des services? PLUSIEURS PRéCONISATIONS A - EN AMONT DE LA TENUE DES ENTRETIENS è Former les cadres de proximité pour qu ils pratiquent une écoute bienveillante et qu ils sachent redonner à l agent le sens de sa mission dans l action de la collectivité. è Rendre le discours des dirigeants plus clair et plus concret de manière à ce qu il soit intelligible pour les encadrants chargés de le relayer auprès de leur équipe. è Prévoir des temps d échanges entre directeur et encadrants de proximité à la fois pour expliciter les objectifs politiques et aider les encadrants à décliner ceux-ci sur leur service, mais aussi pour leur permettre de dire à leur hiérarchique les éventuelles difficultés qu ils pourraient rencontrer dans la mise en œuvre desdits objectifs. B - PENDANT L ENTRETIEN è Insister pour que les «évaluateurs» restent sur le volet professionnel, en revenant sur la fiche de poste lorsque l agent décrit une difficulté dans l organisation : en quoi celle-ci empêche l agent d assurer ses tâches? è Se limiter à des éléments factuels et écarter tout ce qui est de l ordre du ressenti. C - APRES L ENTRETIEN è Croiser les différents entretiens et repérer si les mêmes difficultés ont été relevées à plusieurs reprises è Reprendre ces questions en réunion du collectif de travail. è Faire valider le relevé de conclusions par l équipe. 19

22 De l entretien d évaluation à l entretien professionnel : quels constats et quelles perspectives? le RôLE DE L évaluateur : RELAIS DES ORIENTATIONS DE LA DIRECTION GéNéRALE, ET TRANSMETTEUR DES DYSFONCTIONNEMENTS DANS L ORGANISATION SIGNALé PAR L évalué Le rôle de relais des orientations de la direction générale varie selon la taille des services et les missions des agents mais il est relevé que ce rôle doit s exercer tout au long de l année. Il va de soi que le projet du service doit en principe être le résultat d un travail collectif inspiré par les axes stratégiques du projet des élus. Néanmoins il est sans doute intéressant de confronter ces projets aux réalités du terrain et de relever les difficultés de mise en application quand elles sont validées par l équipe et donc avérées. Celles-ci seraient ensuite transmises à la hiérarchie. à noter que le thème de l organisation des services et de la collectivité n est pas toujours évoqué lors de l entretien ou, s il l est, c est souvent de manière informelle sans que cela soit prévu dans la fiche d évaluation. Il est préférable que son évocation soit entourée des précautions suivantes : un portage et un accord des élus et de la direction générale afin de ne pas créer des effets délétères sur le climat social au sein de la collectivité (faux espoirs déçus ) ; un rôle d accompagnement des évaluateurs de la part de la DRH pour que les critiques émises ne soient pas vécues comme une remise en cause personnelle. Cet accompagnement doit aussi préciser le message qu ils doivent délivrer et leur marge de manœuvre lors de l entretien ; une reformulation par la DRH des observations et critiques formulées par les évalués afin de ne pas les livrer «en l état» aux décideurs locaux. LES ENJEUX DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Extrait de la synthèse de l intervention* d Annick REZZI «l entretien professionnel doit constituer un outil de partage en matière de ressources humaines. Il sert à l accompagnement et à l aide à l évolution des agents. Le principal écueil réside dans le fait qu il peut contribuer à la démotivation du personnel s il est mal mené. Des risques psychosociaux sont en jeu. En effet, le passage entre la notation, la pratique où tous les agents bénéficiaient d un avancement au minimum, à une évaluation plus proche des réalités de terrain, peut déstabiliser de nombreuses personnes». * Journée thématique du 5 juillet 2012 à Pantin «Entretien professionnel, prime de fonction et de résultats : deux leviers de management?» 20

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale

L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale Décret n 2010-716 du 29 juin 2010 portant application de l article 76-1 de la Loi du 26 janvier 1984. Circulaire d application

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

La généralisation de l entretien professionnel

La généralisation de l entretien professionnel La généralisation de l entretien professionnel Réunions d information Septembre décembre 2015 Intervenantes du CDG 38 Sylvie FUGIER Responsable de la direction Gestion des personnels Sophie LESREL Responsable

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010

CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010 CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010 Expérimentation des entretiens professionnels : le dispositif réglementaire institué par le décret 2010-716 du 29 juin 2010 -

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

Les bases de la mise en place

Les bases de la mise en place L ENTRETIEN PROFESSIONNEL LES ETAPES DE LA PROCEDURE Les bases de la mise en place Contexte législatif et réglementaire Textes de référence : - loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, article n 76 - décret

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015

CIRCULAIRE CDG90 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015 CIRCULAIRE CDG90 15/14 ENTRETIEN PROFESSIONNEL PERENNISATION AU 1 ER JANVIER 2015 Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL POUR LES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL POUR LES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 Centre De Gestion FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA NIEVRE NOTE INFORMATION N 4 /2015 Service Documentation : F. MORVAN L ENTRETIEN PROFESSIONNEL POUR LES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX A COMPTER DU 1

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL SOMMAIRE CONTENU DU DISPOSITIF I Principe II Personnel concerné ORGANISATION DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL I Déroulement de l entretien II Evaluation de la valeur professionnelle

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Secrétaire administratif de classe supérieure, vous êtes gestionnaire du

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14)

COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14) COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14) INFORMATIONS SUR L AGENT EVALUE Direction Service Lieu d affectation AGENT CONCERNE NOM Prénom Libellé du poste Cf. détail

Plus en détail

Ressources humaines. Point d étape au 7 septembre 2015

Ressources humaines. Point d étape au 7 septembre 2015 Ressources humaines Point d étape au 7 septembre 2015 Feuille de route de l accompagnement RH de la réforme Dialogue social : CT et CHSCT Etude d impact et plan d accompagnement ministériel Accompagnement

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

e ntretien professionnel côté E m P loye ur

e ntretien professionnel côté E m P loye ur e ntretien professionnel côté E m P loye ur des réponses pour bien l appréhender Collection Entreprise EntrE tie n profe ssionne l une étape clé P our construire l ave n i r Moment clé rythmant la vie

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Agent de maîtrise EXAMEN PROFESSIONNEL. par voie de promotion interne

Agent de maîtrise EXAMEN PROFESSIONNEL. par voie de promotion interne Brochure réservée aux agents du cadre d emplois des adjoints techniques territoriaux EXAMEN PROFESSIONNEL Agent de maîtrise par voie de promotion interne Juillet 2014 SOMMAIRE 2 I. L EMPLOI A. Le cadre

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

1 - LA MISE EN PLACE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

1 - LA MISE EN PLACE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Réf. : CDG-INFO2015-1/CDE Date : le 22 décembre 2014 Personnes à contacter : Christine DEUDON et Sylvie TURPAIN : 03.59.56.88.48/58 LA PERENNISATION DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL POUR LES FONCTIONNAIRES

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DE L ENTRETIEN D EVALUATION réalisé le au titre de l année 20...

COMPTE RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DE L ENTRETIEN D EVALUATION réalisé le au titre de l année 20... Ministère XXX Direction des Ressources Humaines COMPTE RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DE L ENTRETIEN D EVALUATION réalisé le au titre de l année 20... (document à remettre à l agent au moins huit jours

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B. Année : IDENTIFICATION ET SITUATION ADMINISTRATIVE DE L AGENT. Nom de la collectivité ou établissement :

FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B. Année : IDENTIFICATION ET SITUATION ADMINISTRATIVE DE L AGENT. Nom de la collectivité ou établissement : FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B Année : Nom de la collectivité ou établissement : Service : Date de réalisation de l entretien professionnel : Nom et fonction de l évaluateur (supérieur hiérarchique

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

L entretien professionnel

L entretien professionnel L entretien professionnel Accompagner les collectivités dans la mise en place de leur démarche d évaluation Vendredi 10 juillet 2015 «Un défi pour les collectivités qui permet de concilier les obligations

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C Décrets n 2005-1344, n 2005-1345 et n 2005-1346 du 28 octobre 2005 I REGLES DE CLASSEMENT PRINCIPE : Jusqu' à présent, les fonctionnaires stagiaires

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Seynod, le 27 juin 2011 Références juridiques : NOTE d INFO n 2011-05 POSITIONS ADMINISTRATIVES ET RECRUTEMENT DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur.

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur. L avenant n 1 du 20 juillet 2005 à l Accord National Interprofessionnel du 5 décembre 2003 relatif à l accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle prévoit que «pour lui permettre

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Notice à lire attentivement

Notice à lire attentivement FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DEPARTEMENTAL DE GESTION DU CHER B.P. 2001-18026 BOURGES Cedex Tél : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Plaimpied-Givaudins, le 30 septembre 2013 L ENTRETIEN

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

DECRET. Relatif à l expérimentation de l entretien professionnel dans la fonction publique territoriale

DECRET. Relatif à l expérimentation de l entretien professionnel dans la fonction publique territoriale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales NOR : DECRET Relatif à l expérimentation de l entretien professionnel dans la fonction publique territoriale

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail