Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie"

Transcription

1 Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 10: Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: reconnaître les éléments les plus importants d une politique institutionnelle de trésorerie; définir l étendue de la responsabilité et de l autorité d un responsable-gestionnaire de trésorerie; expliquer les points les plus importants de la gestion de trésorerie dans un contexte bancaire multi-agences; savoir faire la distinction entre tarification implicite de transferts de fonds et opérations discrétionnaires de gestion de trésorerie. Test préliminaire (Solutions en fin de leçon) P1 Qui se charge, en général, de la gestion de trésorerie, dans une institution de microfinance possédant plusieurs agences? A) le trésorier ou tout autre cadre de direction B) chaque responsable d agence C) les chargés de prêts P2 La gestion de trésorerie devrait être: A) décentralisée au niveau de chaque agence B) centralisé au niveau du siège central P3 Des agences qui détiendraient un excédent de liquidités devraient soit investir les fonds auprès du siège central, soit trouver d autres moyens rentables de les conserver. A) Vrai B) Faux GTZ 1

2 10.1 Considérations générales sur l organisation Jusqu à maintenant, nous nous sommes concentrés sur les principes généraux gouvernant le fonctionnement des liquidités: comment les évaluer, les stocker ou les conserver. Cette dernière leçon aborde les liquidités sous l aspect de l organisation et soulève la question de savoir si l on est bien sûr que la gestion de trésorerie est correcte et bien mise en application dans les politiques et les procédures mises en œuvre par l institution de microfinance. Les liquidités peuvent faire ou défaire une institution financière et toutes les institutions de microfinance doivent posséder une politique de trésorerie claire et écrite noir sur blanc. Cette politique doit être définie par la direction générale et approuvée par le conseil d administration ou n importe quelle autre instance dans laquelle sont représentés les actionnaires de l institution de microfinance. Éléments à prendre en considération dans une politique de trésorerie Dans le développement suivant, nous allons examiner les principaux points qui doivent être considérés et réglés par une politique de trésorerie. 1) Le premier point fondamental est de savoir qui a la responsabilité de la gestion de trésorerie dans la banque. Souvent, ce sera le trésorier ou le directeur des services financiers, ou même tout autre cadre de haut niveau. Un fondé de pouvoir peut être nommé et autorisé à substituer un responsable en chef de la trésorerie. 2) Les dirigeants de l institution de microfinance doivent décider de l étendue de l autorité (et des pouvoirs reconnus à la signature) accordée au(x) responsable(s) de la trésorerie. Étant donné que la gestion de trésorerie requiert généralement de la rapidité dans les actions, les opérations de routine devraient être placées sous l autorité d un seul responsable et seules les opérations exceptionnelles importantes devraient être soumises à signature de la part de la direction générale. 3) En plus du montant des opérations et des conditions de signature, la politique de trésorerie devrait également définir quels sont les instruments de trésorerie admissibles. En ce qui concerne l actif, il faut bien évidemment admettre les espèces en caisse. Les comptes auprès d autres banques sont également admissibles, mais la question est ici de savoir quelle banque et pour quels montants. Evidemment, une institution de microfinance de petites dimensions ne peut pas se permettre de répartir ses comptes de liquidités auprès de plusieurs correspondants bancaires si elle souhaite être considérée comme un organisme de dépôts sérieux et important. La direction doit aussi poser des limites à l exposition maximale aux risques pouvant être admise avec chaque correspondant bancaire, surtout dans les cas où il s agit de traiter avec d autres petites banques (ce qui représente une situation dans laquelle l exposition aux risques de crédit est loin d être négligeable). De plus, la politique doit aussi définir clairement les types, la durée, les échéances et les sociétés émettrices concernant les valeurs considérées comme des titres de placements liquides éligibles. Pour ce qui est du passif, le conseil d administration de l institution de microfinance doit définir ce qui peut être considéré comme un instrument de financement admissible. En général, un responsable de trésorerie n aura d autorité que pour effectuer des emprunts à court terme. Il est aussi possible d établir des lignes directives pour le type de partenaires ou d instruments souhaités, de façon à pouvoir assurer une diversification efficace des sources de financement. GTZ 2

3 Que ce soit pour les instruments relatifs à l actif ou ceux relatifs au passif, la direction générale doit décider si les opérations de trésorerie doivent se limiter qu à la seule monnaie locale ou si les investissements et les emprunts peuvent aussi être effectués en devise étrangère. Dans ce dernier cas, la politique doit examiner quelles sont les devises admissibles et les limites à appliquer. 4) La politique de trésorerie doit expliciter la méthodologie générale de planification de trésorerie. Si une planification de trésorerie dynamique est prévue, il faut en préciser la durée, le niveau de détail des opérations et les périodes au cours desquelles la planification des flux de trésorerie doit être mise à jour. En ce qui concerne la planification des espèces en caisse, la politique doit mentionner si la direction entend adopter un concept de gestion «passive» des espèces en caisse ou si elle entend privilégier un style de gestion «actif» prévisionnel. 5) Le conseil d administration doit adopter un ensemble de paramètres d exploitation qui reflètent le niveau de risques de trésorerie que l institution de microfinance est prête à accepter. Si l institution exerce ses activités en plusieurs devises, un ensemble de règles séparées doit être défini pour chacune d entre elles. Ces différentes règles devraient saisir les diverses tendances et la volatilité des prêts et des dépôts, pour chaque devise. Voici quelques exemples de paramètres courants d exploitation: Définir des limites minimales et maximales concernant la détention des liquidités. Cela pourrait être fait sous la forme d un chiffre absolu ou sous celle de limites variables, en utilisant, par exemple, l indicateur de position de trésorerie. Définir le niveau minimal et maximal des espèces en caisse. Dans ce cas aussi, il est possible de définir un montant absolu ou des limites variables en utilisant, par exemple, le ratio de réserve des espèces en caisse. Fixer un pourcentage minimal des lignes de crédit disponibles que le responsable de trésorerie est autorisé à emprunter dans le cadre des activités courantes. L idée est celle de toujours maintenir la capacité d emprunt légèrement sous son niveau maximal. Définir un plafond pour les financements avec des capitaux volatiles en utilisant le ratio de fonds de rachat. Établir des limites pour l exposition aux risques liés aux opérations de taux de change. Par exemple, il est possible de fixer un pourcentage maximal pour les besoins de liquidités en dollars qui peuvent être couverts par des liquidités en pesos, et vice versa. Besoins supplémentaires de liquidités d exploitation Le responsable de trésorerie peut facilement se retrouver dans une situation dans laquelle aucune solution satisfaisante ne peut être trouvée dans le respect de toutes les règles d exploitation et dans laquelle devoir, cependant, toujours résoudre les besoins de liquidités prévisionnels dont il a été «chargé» par les différentes unités opérationnelles de l institution de microfinance. Avec une limitation des instruments à court terme, il ne faut pas s attendre de la part du responsable de trésorerie et il ne doit pas, lui-même, tenter de le faire de couvrir tous les déséquilibres potentiels rencontrés au sein de l institution. Dans ce cas, la stratégie d ensemble relative aux activités doit être modifiée, en pensant à de possibles limites de croissance du crédit ou à une plus grande mobilisation des dépôts. Sous l angle de l organisation, cela signifie que doivent être mises en place des procédures institutionnelles qui favorisent la circulation des informations entre planification stratégique, gestion de trésorerie et les différentes divisions opérationnelles. GTZ 3

4 6) Des réseaux de communication doivent être créés vers le conseil d administration et entre le service de la trésorerie et les divisions opérationnelles. Définir comment communiquer des décisions stratégiques et des prévisions opérationnelles au responsable de la trésorerie. Ces entrées stratégiques doivent, elles-mêmes, suivre des règles précises. Par exemple, une limite pourrait être fixée pour les besoins cumulatifs de liquidités prévus pour les activités «d exploitation» avant que ne soient ressentis les effets de la mise en œuvre de la gestion de trésorerie. Définir la forme et la fréquence des rapports relatifs aux questions de liquidités à remettre à la direction générale. Fixer un calendrier de révisions régulières des niveaux de liquidités en caisse. Il est important d impliquer les responsables et les caissiers des agences dans le processus afin qu ils fassent profiter la planification de leur expérience. Mettre en place un système d alerte préventif qui demande à toutes les divisions opérationnelles d informer le service de la trésorerie de toute transaction dépassant une certaine somme qui affecte la position de trésorerie. Cela s appliquerait à toutes les entrées et les sorties, sans faire la distinction entre les espèces en caisse ou monnaie scripturale. GTZ 4

5 Questions de compréhension (Voir texte ci-dessus pour les réponses) i. Qui est en général chargé de la gestion de trésorerie dans une institution de microfinance ou toute autre banque? ii. L investissement dans des obligations d État très volatiles à 10 ans entre-t-il dans le cadre de l autorité du responsable de trésorerie? iii. Quels sont les points qu une politique de communication devrait aborder, au regard de la gestion de trésorerie? iv. Étudiez la façon dont un «système d alerte préventif» concernant les entrées et les sorties de liquidités pourrait fonctionner dans votre institution Gestion de trésorerie dans un contexte bancaire de réseau d agences L organisation d une banque devient de toute évidence beaucoup plus complexe si les activités bancaires ne sont pas exercées à partir d un seul bureau mais dans le cadre d un réseau d agences et d antennes. Dans quelle mesure l existence d un tel réseau affecte-telle la gestion de trésorerie? Du point de vue des liquidités, les agences doivent-elles être gérées séparément ou une gestion centralisée serait mieux adaptée? Si l on en croit certaines études menées dans le secteur de la microfinance, il existe de fréquents malentendus concernant la gestion de trésorerie dans le cadre d une organisation bancaire en réseau. Il est souvent rapporté que les agences gèrent séparément leur trésorerie en se basant sur un marché interne de financement entre les différentes agences. Cela n est pas totalement vrai. Avantages liés au regroupement des liquidités Sans aucun doute, une des raisons économiques de créer un réseau d agences bancaires est celle de pouvoir regrouper les comptes d actif et de passif et de pouvoir ainsi réaliser un volume d affaires qui permette de bénéficier de conditions avantageuses d accès aux investissements et aux financements. Le fait de regrouper les liquidités dans un réseau d agences permet aussi de faire une compensation interne entre déficits et excédents de liquidités, avant de devoir s adresser aux marchés financiers externes. Pour une institution de microfinance, il est particulièrement important de centraliser tous les excédents de liquidités car chaque agence prise individuellement est dans l incapacité d atteindre un volume de dépôts qui rapporte des intérêts. En ce qui concerne le passif, il est primordial de nouer des relations professionnelles avec des prêteurs institutionnels. GTZ 5

6 Sans l existence d un bureau central pour les liquidités qui prenne en charge les besoins relatifs aux emprunts et aux garanties à fournir, tout cela peut s avérer plus difficile à concrétiser. La solution logique qui s impose donc à une institution financière de microfinance est celle de centraliser la gestion de trésorerie auprès du siège, pour l ensemble du réseau. Toutefois, la gestion quotidienne des espèces en caisse peut être déléguée aux responsables de chaque branche qui peuvent passer des ordres selon des règles préétablies. Les espèces en caisse ne peuvent faire l objet que de commandes et de transport auprès et vers la caisse centrale de l institution de microfinance. Ce n est que dans les cas d urgence de pénurie qu une agence est autorisée à acheter des liquidités physiques à d autres banques externes. Encadré 10.1: Gestion de trésorerie à la Banco Caja Social (BCS), Colombie La gestion de trésorerie est centralisée au sein du Service financier de la BCS. Un mécanisme interne de compensation des liquidités entre les différentes agences qui, soit détiennent un excédent de liquidités, soit souffre d un déficit, a été mis en place avec succès. Tous les jours, un système de vérification bancaire interne examine les comptes de liquidités pour chaque agence. Les agences qui présentent un déficit peuvent emprunter en interne à un taux de 27.3 pour cent et celles offrant un excédent de liquidités peuvent obtenir un taux de 26.1 pour cent pour des prêts de financement (depuis janvier 1997). Les agences souffrant d une pénurie se voient ainsi appliquer un taux d intérêt très proche de celui moyen interbancaire. Cela incite très fortement les agences à augmenter le nombre de dépôts des clients plutôt que de compter sur des liquidités mobilisées par d autres agences. Source: Sylvia Wisniwski dans: Challenges of Microsavings Mobilization. A.Hannig/S.Wisniwski (éd.), Marché inter-agences des liquidités Dans un système centralisé de liquidités, on peut se demander où se trouve la place pour un marché de liquidités inter-agences, avec des taux d intérêt ou des prix de transfert internes. Et c est là que naît le malentendu. Les bilans des agences et les prix de transferts internes sont intégrés au système comptable qui permet de suivre l évolution économique des divisions opérationnelles générant des bénéfices. Il ne faut pas perdre de vue toutefois, qu il s agit de documents qui ne sont pas «matériellement» de l argent et qui ne constituent que le résultat de calculs internes. Si les documents comptables de votre agence présentent un important bénéfice, le responsable d agence en tirera peut être profit mais l équivalent monétaire du bénéfice n est pas à disposition de l agence. En réalité, ce bénéfice ne figure que dans les livres comptables généraux de la banque et aura été déjà probablement investi par le responsable des liquidités présent au siège. Dans le système comptable interne, l agence «gagne» la marge d intérêt entre l intérêt interne crédité pour les dépôts et l intérêt courant sur les dépôts payé au client. En outre, l agence est débitée des coûts de financement interne pour les prêts qu elle accorde et «récupère» la marge entre les coûts de financement et les intérêts imputés aux clients. Les incitations de gestion inclues dans la structure des prix de transfert a des conséquences sur les liquidités, selon que les activités de prêts ou de dépôts sont perçues comme étant plus rentables. Supposons que la direction générale mette en place des taux d intérêt qui font que les dépôts ne génèrent qu une marge réduite et que les prêts financés par des prêts interbancaires avantageux soient très lucratifs: cela réduirait tous GTZ 6

7 les efforts visant à mobiliser des dépôts, dans la mesure où les responsables se lanceraient plutôt à la recherche de prêts bénéficiant d un financement interne plus avantageux. Il est toutefois important de tenir compte du fait que les prix de transfert liés aux prêts et aux dépôts sont des variables opérationnelles primaires d une agence. Il n existe pas d autres marchés actifs entre les agences. Les liquidités mobilisées à partir des dépôts sont automatiquement absorbées par la banque, tout comme les liquidités utilisées pour les prêts sont accordées immédiatement et payées avec le prix de transfert. Le marché des liquidités entre les agences est implicite: il n y a aucune action indépendante exigée de la part de chaque agence. Cela vaut également pour une agence qui traite avec ses clients exclusivement par le biais d espèces en caisse. Supposons que l agence ne s occupe que de dépôts et qu elle ne consente aucun prêt. Cette agence est une source nette de liquidités; elle ne cède pas activement ses liquidités aux autres agences ou au siège. Les liquidités s accumulent dans les caisses de l agence jusqu à ce qu elles atteignent la limite maximale et sont automatiquement absorbées par la caisse centrale. Encadré 10.2: Prix de transfert à la Grameen Bank au Bangladesh La Bank Rakyat Indonesia (BRI) et la Grameen Bank sont un exemple de deux méthodes de prix de transfert qui peuvent contribuer à influencer la structure de financement et l efficacité opérationnelle d une institution de microfinance. La BRI est capable d ajuster les éventuelles variations du système dans leur ensemble, entre crédit et prêt, par le biais d un mécanisme de prix de transfert. Le prix de transfert est le taux que l agence de la BRI paie aux divisions secondaires pour les dépôts. Il conditionne la rentabilité des divisions en générant de l épargne. Étant donné que les taux d intérêt de crédit de la KUPEDES sont fixes, un ajustement des prix de transfert peut modifier les éventuels développements que les divisions entendent donner à l épargne et au crédit. En 1991, quand le système financier indonésien a connu une crise de liquidités, la BRI a établi un prix de transfert très élevé et le taux reçu pour des placements de fonds internes s est rapproché de celui reçu sur les prêts. Cela a encouragé les divisions à mobiliser l épargne qui était absorbée par les principales agences tandis que l octroi de prêts supplémentaire était freiné. Le prix de transfert pour les divisions pour emprunter auprès des principales agences peut être manipulé de la même façon. Actuellement, le prix de transfert est fixé à un niveau plutôt bas afin d inciter le plus possible à prêter et les niveaux de crédit commencent à augmenter de nouveau. Le concept, central, de rentabilité est aussi mis en œuvre à la Grameen Bank. Les agences de la Grameen reçoivent leur financement pour les prêts en utilisant l épargne obligatoire qu elles détiennent (sur laquelle elles paient un taux de 8,5 pour cent) et en empruntant auprès du siège à un taux de 12 pour cent pour tous les prêts (moins pour les prêts habitat). Le prix est fixé par la Grameen et se base sur les coûts des financements en prenant en considération la couverture des dépenses liées au siège et l encouragement fait aux agences pour maîtriser les coûts et favoriser l épargne. Il faut noter que la rentabilité de chaque division d une institution de microfinance est différente de celle globale dans la mesure où les prix de transfert sont expressément fixés pour donner des indications de politique et ne reflètent pas forcément les véritables coûts directs. Source: Joanna Ledgerwood, Microfinance Handbook. Banque mondiale, Questions de compréhension (Voir texte ci-dessus pour les réponses) i. Quels sont les avantages d une gestion de trésorerie centralisée? GTZ 7

8 ii. Les agences ont-elles leur propre bilan? Et si oui, est-il rattaché à un système comptable financier externe ou à un système central interne? iii. Dans quelle partie du bilan d une agence trouve-t-on les prêts de liquidités qu une agence concède à une autre? iv. Si une agence n est pas satisfaite des prix de transfert internes qu elle reçoit sur les dépôts de ses clients, le responsable de l agence peut-il décider d investir les liquidités auprès d une autre banque locale? GTZ 8

9 Questions à choix multiple (Solutions en fin de leçon) M1 Qui est généralement chargé de la gestion de trésorerie dans une institution de microfinance composée de plusieurs agences? A) les caissiers en chef de chaque agence B) le trésorier ou tout autre cadre de direction C) les membres du Conseil d administration M2 L achat de titres émis par l État pour une somme de dollars dans une institution de microfinance ayant un actif total d environ 1 million de dollars est-il hors du pouvoir du responsable de la trésorerie? A) Oui B) Non M3 Parmi les points suivants, lequel n est-il, en principe, pas abordé dans le cadre d une politique institutionnelle des liquidités? A) nomination du responsable de trésorerie B) étendue du pouvoir du responsable de trésorerie C) instruments de passif admis D) lignes directives pour les dividendes E) méthodologie de gestion de trésorerie M4 Un «système d alerte préventif» pour les entrées ou les sorties d espèces A) prévient les clients d une banque de pénuries prévisibles de trésorerie afin qu ils puissent éviter des déplacements inutiles à la banque B) prévient par avance les autorités de contrôle d une pénurie d espèces C) informe le responsable de trésorerie des flux de trésorerie prévisionnels mis en action par les divisions d exploitation de la banque M5 Comment la gestion de trésorerie devrait-elle être organisée? A) décentralisée auprès des agences B) centralisée auprès du siège C) système alternatif avec partage des responsabilités entre siège et agences GTZ 9

10 M6 Dans quelle partie du bilan d une institution de microfinance qui comprend un important réseau d agences soumis aux autorités de contrôle, un chargé de contrôles peut-il repérer les transferts de liquidités (prêts) effectués entre les différentes agences? A) dans le passif courant B) dans les provisions pour créances douteuses C) les opérations inter agences ne sont jamais mentionnées D) dans les liquidités M7 Quelles sont les conséquences sur l épargne et les prêts commerciaux du versement, par une institution de microfinance, d un taux de 10 pour cent sur les dépôts clients et d un prélèvement de 8 pour cent sur les «prêts» interagences? A) Les activités d épargne et de prêt de l institution de microfinance ne sont pas affectées par la différence entre les taux d intérêt B) Les agences de l institution réduisent leur activité consistant à créer de nouveaux dépôts clients et privilégient les financements inter agences pour les futurs prêts C) Les agences de l institution favorisent activement la création de nouveaux dépôts clients afin de fournir des prêts aux autres agences M8 Une banque locale concurrente offre un intérêt sur les dépôts de 15 pour cent par an, alors que le prix de transfert interne utilisé par une agence de la banque est de 13 pour cent. Comment le responsable de l agence utilise-t-il l excédent de liquidités existant? A) Le responsable de l agence constituera un dépôt avec l excédent des liquidités auprès de la banque locale à un taux de 15 pour cent par an parce que cela est plus rentable que d envoyer ses fonds vers le groupe central de liquidités B) Comme il n appartient pas aux responsables des agences de décider de l usage des excédents de liquidités, l excédent constaté au niveau de l agence est automatiquement absorbé dans le groupement central des liquidités fait par l institution de microfinance GTZ 10

11 Solutions du test préliminaire P1 A) P3 B) P2 B) Solutions des questions à choix multiple M1 B) M5 B) M2 A) M6 C) M3 D) M7 B) M4 C) M8 B) GTZ 11

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 9: Gestion de trésorerie et taux de change multiples Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: définir les besoins

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Planification de trésorerie dynamique

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Planification de trésorerie dynamique Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de base Leçon 4: Planification de trésorerie dynamique Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: pouvoir comprendre les facteurs

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Trésorerie et gestion des risques

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Trésorerie et gestion des risques Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 8: Trésorerie et gestion des risques Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: identifier les principaux types

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Instruments pour une gestion de trésorerie active

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Instruments pour une gestion de trésorerie active Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Leçon 7: Cours complémentaire Instruments pour une gestion de trésorerie active Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez savoir:

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Politiques et procédures en matière de gestion de risques

Politiques et procédures en matière de gestion de risques Introduction Politiques et procédures en matière de gestion de risques La Banque africaine de développement a établi et applique diverses politiques et procédures visant à réduire ou à limiter son exposition

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015)

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) TABLE DES MATIERES 1. OBJET 4 2. ORGANISATION ET PROCESSUS DE L ADMINISTRATION DE LA FORTUNE 4 3. ALLOCATION STRATEGIQUE DES ACTIFS 6 4. RESERVE DE FLUCTUATION

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Cet exercice a pour but d étudier la couverture du besoin de financement à l'aide de ressources financières à court terme et à moyen long terme.

Cet exercice a pour but d étudier la couverture du besoin de financement à l'aide de ressources financières à court terme et à moyen long terme. Exercice 3 du quiz du cours Gestion financière à court terme (0-013 T1) : «Plan de trésorerie et couverture du besoin de financement à court terme» (9 points + bonus) Cet exercice a pour but d étudier

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Gestion de la trésorerie et du financement

Gestion de la trésorerie et du financement Gestion de la trésorerie et du financement GESTION à court terme à long terme Suivre et optimiser la trésorerie Financer le démarrage et la croissance Enregistrer les flux de trésorerie : encaissements

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars)

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars) États financiers consolidés Le 14 mars 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés PricewaterhouseCoopers Place 250 Howe Street, Suite 700 Vancouver, British Columbia Canada V6C

Plus en détail

SG PREMIUM RENDEMENT 6

SG PREMIUM RENDEMENT 6 MAI 2015 WWW.SGBOURSE.FR SG PREMIUM RENDEMENT 6 PÉRIODE DE COMMERCIALISATION DU 30/04/2015 AU 30/06/2015 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Objectif 1 L objectif de la présente norme est d imposer aux entités de fournir des informations dans leurs

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Le financement de l installation

Le financement de l installation Le financement de l installation Les relations bancaires Le budget prévisionnel Les financements 2 ème Edition du Salon Européen de l Ostéopathie 31 mars et 1 er avril 2012 PUBLIC Sommaire 1. Un contexte

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 4 juin 2013 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Gérer la trésorerie et la relation bancaire

Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire finance/gestion comptabilité > Assurer la liquidité > Améliorer le résultat financier > Gérer les risques 6 e édition

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels 1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels L objectif principal de ce premier chapitre est de vous initier à

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Actions Propres et Consolidation

Actions Propres et Consolidation Actions Propres et Consolidation igmaconso Allen White Les actions propres d une société sont des actions émises et ultérieurement détenues par celle ci, en vue soit de les annuler soit de les revendre.

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 à 242-7

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

SG PREMIUM RENDEMENT 4

SG PREMIUM RENDEMENT 4 AOUT 2014 DOCUMENTATION COMMERCIALE SG PREMIUM RENDEMENT 4 - Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance - Durée d investissement conseillée

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur Introduction Contexte Le financement des besoins d investissement de l économie nationale passe par une réelle mobilisation de l épargne. Autant la thésaurisation massive annihile toute velléité de développement

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail