Projet Industriel Interne. Connexion entre un automate et une base de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet Industriel Interne. Connexion entre un automate et une base de données"

Transcription

1 Projet Industriel Interne Connexion entre un automate et une base de données Ronan Martin Enseignant : Jean-Paul CHEMLA Promotion 2008

2

3 Table des matières Introduction Rappels et concepts L'architecture CIM : Computer Integrated Manufacturing Le protocole OPC Les bases de données L'architecture logicielle Définition du projet Analyse de l'existant Contraintes et objectifs Choix des bibliothèques Conception du logiciel Hiérarchisation du projet Analyse de l'interface utilisateur Architecture des données Gestion des enregistrements Utilisation du logiciel Exécution du fichier binaire Connexion à une base de données et à un serveur OPC Déclaration des variables Ajout d'un écouteur Les utilitaires...25 Conclusion...27 Annexes Syntaxe et structure du langage JAVA Les règles de bases Structure d une classe Les structures de contrôles Gestion des erreurs Les modificateurs d'accès La documentation Les bibliothèques Principal abréviations utilisées... 32

4

5 Introduction Les systèmes automatisés se sont largement imposés dans l'industrie depuis les années 70 car ils constituent une manière autonome de créer de la valeur ajoutée, tout en respectant les conditions de productivité, d'adaptabilité et de sécurité. Du fait de leur nombre et de leur complexité, ces systèmes de production automatisés doivent communiquer entre eux et comporter des interfaces hommes machine. Nous nous proposons dans ce projet de récupérer les informations de terrain, issues de la production et d'enregistrer les données nécessaires dans une base de données. Elles pourront être ensuite traitées en fonction des besoins : émettre des statistiques ou tout simplement connaître l'état de l'automate. Dans un premier temps, il est utile de rappeler le contexte et le fonctionnement d'un système de supervision. Nous allons ensuite voir les offres similaires déjà présentes sur le marché, ainsi que les contraintes et objectifs que nous nous imposons. Après avoir effectué les choix technologiques nécessaires, nous allons nous concentrer sur la conception du logiciel puis détailler son fonctionnement. Remarque : les acronymes et abréviations se trouvent en annexe 2. 1

6 1. Rappels et concepts Une multitude de notions sont nécessaires pour aborder ce sujet transverse. Un rappel des technologies existantes et de leurs particularitées est nécessaire pour aborder sereinement ce projet L'architecture CIM : Computer Integrated Manufacturing On considère généralement décomposée en trois niveaux : Niveau 0 Capteurs et actionneurs Sécurité Logique câblée Niveau 1 Postes de travail ou machines automatisées Automate Niveau 2 Ligne de production Supervision d'un ensemble de poste Niveau 3 Gestion de production, ordonnancement Planification On peut considérer que notre projet se trouve au niveau 3 de cette architecture, en effet stocker les informations de l'automate revient à surveiller les éléments clés de la production pour ensuite les traiter et les analyser. Les données stockées sont représentatives de la productivité et de la bonne marche du SAP. Automate schneider Détaillons à présent le fonctionnement de chaque niveau : Niveau 0 L'automate comporte des entrées et sorties Tout Ou Rien fonctionnant sur 24 Volts. Les capteurs et actionneurs adoptent généralement une logique booléenne, cela est du au langage de programmation séquentielle des automates appelé Grafcet. Niveau 1 L'automate effectue des actions préprogrammé en mémoire. En fonction des informations récupérées par les capteurs, le programme de l'automate réagit et alimente les actionneurs nécessaires. Les ports d'entrée sont désignés par une variable de la forme %ix.y, où x est le numéro du port et y le numéro d'entrée. Les actionneurs sont désignés par les variables %qx.y. En fonctionnement, il est souvent nécessaire d'accéder à des emplacements mémoires. Il en existe différents types : Mémoire booléenne (sur 1 bit) définit par %mx avec x numéro de la variable Mémoire mot (sur 8 bit) définit par %mwx 2

7 Mémoire double mot (sur 16 bit) définit par %dwx Mémoire Mémoire système : réservé au système de l'automate Niveau 2 Les automates doivent être capables de coordonner plusieurs tâches simultanément. Pour cela une communication est établie entre eux. Idéalement, ces communications passent par un bus de terrain : les automates discutent entre eux à l'aide d'un protocole qui leur est propre et qui diffère en fonction des constructeurs. Dans notre cas, nous allons utiliser un automate Siemens basé sur un protocole XWAY, FIPWAY ou UnitelWay. Les réseaux d'entreprises sont généralement composés d'ordinateurs personnels et de serveurs, la structure de ces réseaux locaux est similaire de celle d'internet. Elle se base sur un protocole appelé TCP/IP. L'ajout d'un module supplémentaire à l'automate permet de se connecter directement au réseau global de l'entreprise. Il s'agit en fait du protocole XWAY encapsulé dans une couche de communication TCP. N'importe quel ordinateur du réseau est capable de rentrer en communication avec le réseau de terrain XWAY, à condition que ce dernier possède les drivers et logiciels adéquats (XIP). À partir de ce moment on peut commencer à faire de la supervision. Une interface IHM conviviale peut être mise en place, avec à la clé la gestion du parc automatisé de production. Capteurs / Actionneurs / pupitre Module TCP/IP Protocole de terrain Réseau ethernet Supervision??????? Dans notre cas, un seul ordinateur possède les drivers compatibles donnant accès aux informations de l'automate. Une étape supplémentaire est nécessaire pour effectuer de la supervision à grande échelle : il ne suffit pas de transporter le protocole de terrain sur un réseau global car ceux-ci sont incompatibles s'ils sont de constructeurs différents. Niveau 3 Pour standardiser les flux entre appareils communicants, un protocole commun est mis en place en Ce protocole porte le nom d'opc pour Object Linking and Embedding - for 3

8 Process Control. Pour unifier la communication, il faut installer un serveur OPC sur le poste en relation avec les automates Le protocole OPC a) Contexte et historique Nous avons vu précédemment que la standardisation des appareils communicants est un impératif pour aborder un SAP complexe. Mais le protocole OPC a su évoluer et il comporte de nombreux avantages, il permet de : Pérenniser les installations, Donner une indépendance à l'utilisateur et aux éditeurs de logiciel, Éviter la prolifération de protocoles communicants, Accéder aux données depuis n'importe quel point du réseau. La fondation OPC (www.opcfoundation.org) fait régulièrement évoluer ce protocole. Elle regroupe 220 industriels. La spécification comporte : La spécification "OPC Data Access (DA) a " La spécification "OPC Alarm & Event (AE) a " La spécification "OPC Standart Access to historical data (HDA) " La spécification "OPC Batch 1.0" Il faut bien prendre en considération qu'il s'agit d'un protocole universel, les automates sont avant tout concernés par l'opc Data Access. La création d'un tel support de communication demande beaucoup de travail. OPC est une association et malgré le prix de la cotisation de 1200$, elle ne pouvait pas se permettre de développer elle-même une couche logicielle de cette ampleur. A cette époque, une architecture proche et déjà très mature existait : la couche de communication MS Windows (Partage de fichier, travail collaboratif,...). Microsoft propose donc à la fondation de baser le protocole OPC sur la couche COM/DCOM déjà existante et présente sur tous les PC Windows. La société de Bill Gate ne demande aucune compensation, ce qui peut paraître étonnant. Mais avec le temps, on comprend mieux le coup commercial : MS s'assure ainsi de la fidélité de tous les industriels. Le monde de l'automation est alors lié à Microsoft, et tous les logiciels en rapport sont forcément développés sur une plate forme Windows. Depuis quelques années, de nouveaux formats de données sont apparues et OPC cherche une nouvelle voie pour se défaire de la couche COM/DCOM. De nouvelles spécifications sont à l'étude et les premiers logiciels comportant la spécification «OPC XML» viennent de sortir. b) Structure d'un serveur OPC Un serveur s'exécute en tâche de fond (un daemon) sur un PC serveur, dès qu'un client se connecte au serveur, il s'active automatiquement. Il est un relais et ses tâches sont de : Collecter et/ou traiter des données, Assurer la correspondance des données OPC, Répondre aux requêtes des clients, 4

9 Assurer la notification des messages, S'enregistrer dans la base de registre. Nous allons à présent aborder la spécification OPC-DA 1.0 et 2.0. Le client déclare des objets au serveur OPC. Il peut s'agir d'un groupe, d'un item ou d'un callback (cf. Schéma cidessous). Les lectures et écritures peuvent s'effectuer en mode synchrone ou asynchrone. Un serveur OPC est capable de créer, supprimer et énumérer un groupe. Les groupes contiennent des items, qui correspondent aux données dans le serveur. L appellation attribuée aux items est alors propre à chaque type de serveur OPC. Les items sont identifiés sur leur "nom". Le serveur doit donc utiliser une technique pour contrôler la correspondance des noms d items et les données sources qu il fournit. Les items se trouvent dans les groupes OPC. Ils sont caractérisés par des attributs et des propriétés parmi lesquels : Le nom La valeur La qualité Le timestamp c) Les services OPC Structure de données OPC L ensemble des spécifications éditées par la fondation OPC peuvent être implémentées dès aujourd hui. Il est techniquement possible de réaliser des clients et des serveurs supportant les spécifications, OPC-DA, OPCA&E, OPC-HDA et OPC Batch. Mais ce n est pas le cas et il existe une multitude de cas de figure, il est rare que les éditeurs de superviseur soit «FULL OPC» et les principaux fabricants d automatismes travaillent d arrache pied pour fournir des serveurs pour les autres spécifications. Seule la spécification OPC-DA est utilisée d'une manière standard Les bases de données Le stockage et la récupération d informations sont des problèmes récurrents en informatique, avant l apparition des bases de données, chacun créait son propre modèle pour le stockage des données. Il en résultait une incompatibilité systématique entre différents logiciels et un sérieux manque de pérennité de l information. Les bases de données sont arrivées dans les années 80 pour palier à ces problèmes. a) Description d'une BD Pour appréhender correctement la suite du document, il est nécessaire de connaître le vocabulaire relatif au système de gestion de base de données (SGBD). Une base de données possède des tables. Ces tables se construisent avec : 5

10 Un nom de la table Une liste des champs de la table Une clé primaire Chaque table possède des champs, définis par : Un nom Un type de donnée, éventuellement la taille (nombre de caractères) Une valeur par défaut Des contraintes de validité (ex : 0 pour les chiffres) Il existe aussi des contraintes d intégrité entre champs de différentes tables. b) Le langage SQL Le SQL, (Structured Query Language) est un langage informatique destiné à stocker, à manipuler et à retrouver des données enregistrées dans des bases de données relationnelles. Ce langage est normalisé et quasiment tous les types de base de données le prennent en compte. Interroger la base Syntaxe générale : SELECT «nom de colonne» FROM «nom de table» WHERE «conditions» Exemple : Lister les machines de niveau 1 SELECT NOM FROM STD_MACHINES WHERE NIVEAU= 1 Remarques : Les opérateurs sont insensibles à la casse, Les chaînes de caractères sont mis entre guillemets et les chiffres sans, On peut créer une condition plus complexe avec les opérateurs AND et OR, Les parenthèses peuvent nous aider à exprimer des conditions complexes, * permet de sélectionner tous les champs : SELECT * FROM «nom de table», La commande ORDER «nom de colonne» BY ASC ou DESC permet de trier, La commande LIKE permet de faire une reconnaissance de caractère. Mettre à jours la base Insérer des données : INSERT INTO «nom de table» («colonne 1», «colonne 2»,...) VALUES («valeur 1», «valeur 2»,...) Supprimer des données : DELETE FROM «nom de table» WHERE «conditions» Mettre à jour une valeur : UPDATE «nom de table» SET «colonne 1» = [nouvelle valeur] WHERE {condition} Pour plus d information : 6

11 1.4. L'architecture logicielle a) Le système d'exploitation Chaque ordinateur possède des caractéristiques différentes, le rôle du système d'exploitation (OS) est d'uniformiser ces caractéristiques en posant un socle appelé plateforme. Des applications spécifiques viennent s'appuyer sur cette plateforme pour s'exécuter indépendamment des caractéristiques matérielles. b) Qu'est ce qu'un langage? Un micro processeur possède un jeu d instruction, ces instructions gèrent la mémoire, le flux de données et les opérations basiques. Afficher le moindre caractère sur un écran demande plusieurs heures de programmation. Pour améliorer la communication homme machine, des langages de programmation ont été créés. Ce langage est ensuite interprété ou compilé pour qu il soit compréhensible par la machine. Pour chaque langage différent, il y a un compilateur différent. Pour développer des applications complexes rapidement, des bibliothèques (ou API) sont fournies avec le langage. On évite ainsi de tout reprogrammer à chaque fois. Code source JAVA Code source C++, Pascal, VB Compilateurs ByteCode Java JVM spécifique à l'os Langage compilé OS Bibliothèque système Instructions Processeur-Mémoire Légende : Fichier binaire Code compréhensible par l'homme Matériel Prenons à présent le cas particulier du Java : développé pour les applications scientifiques et 7

12 pour l'internet, il a la spécificité d être multiplateforme. Après compilation, le langage n est pas directement compréhensible par un processeur x86 ou mac. Une machine virtuelle (JVM) vient faire la jonction entre le langage compilé (le ByteCode) et les instructions processeurs. Un récapitulatif de la syntaxe et structure du langage Java est mis en annexe 1. En quoi cela nous intéresse? Le choix de la bibliothèque de communication OPC et du langage de programmation conditionne la suite du projet et nous donnera ces caractéristiques. De plus, il est indispensable de connaître les architectures disponibles lorsque l'on voudra faire un choix. 8

13 2. Définition du projet 2.1. Analyse de l'existant a) Description du besoin Le besoin existe sur un marché en pleine croissance. Et cela en particulier avec la généralisation de logiciels de GPAO, car l'automation est déjà présente depuis longtemps dans l'industrie, mais afin de traquer les dépenses inutiles et de connaître les points faibles de l'entreprise, elles n'hésitent plus à réaliser des statistiques. La plupart des facteurs et indices clés de l'entreprise se calculent à l'aide de la GPAO, mais de nombreuses informations relatives au fonctionnement de la chaîne automatisé sont nécessaires pour améliorer la productivité. b) Les offres présentent sur le marché Les logiciels de supervision peuvent donner des informations à un instant donné, mais ils ne possèdent généralement pas de connexion vers la base de données de la GPAO. Il existe seulement deux offres sur le marché, toutes sur plateforme Windows : Le développeur allemand Softing propose une suite logiciel OPC, dont un module appelé «Opc to database» permet de faire la jonction entre l'automation et les bases de données. Un développeur francais RESOluCom propose quant à lui un logiciel indépendant permettant de faire un pont d'accès. Il appelle cette solution «Routeur OPC». Les licences de ces logiciels se vendent entre 400 et 500. Pour les entreprises voulant un produit correspondant parfaitement à leurs besoins, une bibliothèque toute faite est disponible sur Open Automation Software. Il est possible de l'acquérir pour une modique somme allant de US $ 795 à US $ Il n'existe pas d'offre gratuite pour ce type de logiciel, même basé sur un code propriétaire. Il est possible de trouver une multitude de petits programmes de supervision en Visual Basic, Delphi ou C ++, mais aucun d'entre eux n'est abouti et propose une fonction de SGBD. c) Les bibliothèques OPC Les spécifications OPC sont payantes, pour les obtenir il faut être membre de la fondation OPC et payer la cotisation. Néanmoins une bibliothèque est disponible sur internet : OPCDAAuto.dll. Elle ne traite que l'opc-da. Un fichier dll est compilé, il est donc exclu de récupérer la structure du protocole OPC à partir de celle-ci. Les principaux projets disponibles utilisent cette bibliothèque, quelque soit le langage de programmation (C, Delphi, VB, Java,...) Une vue d'ensemble des projets existants est disponible sur et ceci langage par langage. Les projets non payants sont peu nombreux, et certains d'entre eux sont difficilement abordables. 9

14 2.2. Contraintes et objectifs a) Flexibilité Pour trouver son utilité dans le monde de l'industrie, ce logiciel ne doit pas se borner à un type de configuration Automate Base de données très spécifique. Ce type de connexion peut répondre à des problèmes divers et variés, le fonctionnement et l'interface doivent être pensés en amont de manière à ne pas brider les possibilités d'exploitations. Nous pourrions imaginer des applications simples comme la copie de la mémoire de l'automate dans la base de données, mais cette application ne répondrait pas forcément à l'attente du plus grand nombre. Pour répondre à ces exigences, nous allons effectuer une analyse UML et tenter de subvenir au besoin par le biais de menus simples et peu nombreux. L'interface sera la plus intuitive possible. b) Portabilité Il serait imaginable que le logiciel fonctionne sur toutes les plates-formes imaginables. Mais dans la pratique, il est très rare de voir des logiciels fonctionnant sous environnement Unix. Les quelques projets de la sorte sont payants et propriétaires. Cependant, un projet récent a particulièrement retenu mon attention. Nommé «OpenScada», il vise à créer un logiciel de supervision à grande échelle. Il a la particularité d'être gratuit, open source et de fonctionner sur divers systèmes d'exploitation. c) Evolutivité L'écriture d'un logiciel est longue et fastidieuse. Si quelqu'un vient à réaliser un logiciel avec un but et objectif très similaire à ce projet, il serait souhaitable qu'il puisse s'appuyer sur mon code source. Ainsi, le projet initial peut évoluer et de nombreuses heures de programmation sont épargnées. Cette logique est appelée logiciel libre : je laisse n'importe qui accéder à mon code source mais en échange il devra également laisser son code libre de droit Choix des bibliothèques a) Communication OPC Pour répondre aux exigences citées précédemment, une solution 100% Open source et multiplateforme serait parfaite. Seul le projet OpenScada répond à toutes ces contraintes. Bien que très jeune et possédant une base encore fébrile, il suscite intérêt et espoir dans la communauté. Site Web : Cette bibliothèque est en Java et la couche COM/DCOM propre à Windows est entièrement réécrite par le biais d'un autre projet appelé «j-interop», disponible à l'adresse suivante : La version 0.2 est sortie courant 2007, le projet évolue très vite et de nouvelles versions sont à prévoir dans le courant de l'année. Le principal défaut de cette bibliothèque est son manque de clarté. Développer rapidement par une société allemande, elle manque cruellement d'explications et de commentaires. De plus, ces fondements sont très proches de la couche de communication, ce qui rend encore plus incompréhensible certains mécanismes. b) Écriture XML Il existe de multiples bibliothèques permettant de traiter des fichiers XML basé sur la 10

15 normalisation du consortium W3C : DOM et SAX sont les plus connues. Bien souvent ces bibliothèques répondent à des besoins exigeants et très spécifiques. Pour simplifier cela, il existe une bibliothèque appelée «JDOM» : c) Journaux systèmes et notification d'évènements La majorité des applications sont lancées sans console et les erreurs sont indiquées à l'utilisateur sous forme de message. Dans notre cas, il est important de suivre à tout instant le bon déroulement des tâches. De plus, dans le cas où il y aurait une erreur, l'apparition d'une boîte de dialogue masquerait l'activité du processus. Dans le cas d'une mauvaise configuration, des erreurs à répétition peuvent se produire et faire apparaître une série de boîtes de dialogue. Ce genre de notification serait un handicap pour l'utilisateur. J'ai donc choisi de passer par un «logger». Les alertes, erreurs et notification passent par le même système. Ce dernier est ensuite capable de trier les divers messages. La bibliothèque permettant ce type de dispositif est appelée «Log4j». Développé par la communauté Apache, elle est utilisée dans tous les projets complexes où ayant un traitement de l'information conséquent. d) Apparence La bibliothèque des objets graphiques par défaut n'offrent pas un design très évolué. Pour améliorer l'apparence du logiciel, une bibliothèque de «LookAndFeel» nommée «Substance» va être utilisée. Site Web : https://substance.dev.java.net/ Au total, quatre Mega octets de bibliothèque sont nécessaires, alors que le programme en lui même ne pèse que 500Ko. Ce logiciel se base uniquement sur des technologies déjà existantes. C'est le croisement de celles-ci qui en fait toute son originalité. 11

16 3. Conception du logiciel Nous allons à présent parcourir les principales fonctionnalités du programme par le biais de diagramme UML. En fonction de la partie abordée, les attributs et opérations des classes sont réduites au minimum Hiérarchisation du projet Pour des raisons de clarté, le projet est divisé en sous partie appelé «package». Par convention le répertoire de premier niveau doit être la catégorie du projet : com pour commercial org pour les organisations et associations gnu pour du code libre Le code produit sera ouvert et ce projet ne dépend d'aucune organisation, nous nous plaçons dans la catégorie «gnu». Ensuite il faut indiquer le nom du projet : «opctodb» dans notre cas. C'est dans ce package que se trouve la porte d'entrée du programme et la création de la fenêtre principale. Le package «opc» contient les modules de traitements que nous verrons par la suite, Le package «dialog.bean» contient les éléments communs aux boîtes de dialogue tels que les listes contenant des items ou la zone de saisie d'instructions SQL. Le package «save» contient les algorithmes d'enregistrement des données. «img» est utilisé pour les ressources (icônes, images,...). Les ressources sont contenues dans l'arborescence du projet et elles seront intégrées dans l'exécutable Analyse de l'interface utilisateur Nous ne verrons pas la manière de créer l'interface utilisateur mais seulement les interactions qu'il existe entre les fenêtres. Nous aborderons également la disposition et hiérarchisation des ressources et de l'information. On peut différencier deux types d'interface utilisateur : Les boîtes de dialogues : Une fois visible, elles bloquent l'accessibilité au reste du programme, c'est la modalité. Les fenêtres internes : Elles s'ouvrent sur le bureau OpcToDB, elles sont indépendantes entre elles. La fenêtre principale est représentée par la classe «StartGUI». Cette fenêtre comporte une barre de menu composée de JMenuItem mis en attribut. Lorsque l'utilisateur clique sur une de ces étiquettes, il déclenche une action qui ouvre une fenêtre ou une boîte de dialogue (ActionPerformed). La classe «StartGUI» possède en attributs deux objets regroupant l'ensemble des informations nécessaires : «ConnectionInformations» encapsulant toutes les connexions SQL et OPC. Un vecteur contenant des objets de type «MyOpcItem» est déclaré en attribut dans la classe 12

17 «StartGUI». Ce vecteur regroupe tous les objets déclarés sur le serveur. Analysons à présent quelques actions de la classe «StartGUI» : Création d'une fenêtre interne : Déclaration des variables. Dans un premier temps, nous vérifions la présence d'une connexion OPC et nous instancions une nouvelle fenêtre de type «DéclarationVariables». Le constructeur de la classe reçoit en paramètre les informations utiles de la classe «StartGUI». Ces informations ne sont pas recopiées en mémoire, nous donnons en paramètre un pointeur de l'objet. L'objet instancié est ensuite ajoutée sur le bureau de l'application et activé. private void jmenudeclarationactionperformed() { if (infosconnections.getopcserver() == null) { _log.error("attention : pas de connexion OPC"); } DeclarationVariables v = new DeclarationVariables(infosConnections, opcitems); jdesktoppane1.add(v); jdesktoppane1.getdesktopmanager().activateframe(v); } Ouverture d'une boîte de dialogue : Connexion SQL et OPC Les deux méthodes suivantes sont équivalentes mais ne sont pas écrite de la même façon. 13

18 private void ConnecterSQLActionPerformed() { new ConnectionSQL(this).showAndGetInformations(infosConnections); } private void ConnecterOPCActionPerformed() { ConnectionOPC opc = new ConnectionOPC(this); opc.showandgetconnection(infosconnections); } 3.3. Architecture des données a) Définition de l'objet «MyOpcItem» Nous ne pouvons pas utiliser l'objet item tel qu'il est définit par convention sur le serveur OPC car notre variable à bien plus d'informations et de propriétés. Notre nouvel objet contient : Ses paramètres d'identification Sa dernière valeur connue L'item déclaré sur le serveur L'item est d'abord instancié par trois paramètres saisies par l'utilisateur. La méthode createitem(group group) inscrit la variable dans le serveur. C'est à ce moment qu'il peut se produire une erreur. Au niveau du serveur, tous les items sont créés dans le même groupe. Les items déclarés sont stockés dans un vecteur. Lors de la création d'une liste graphique, le vecteur est directement affiché. Étant donné que la méthode tostring() est redéfinie dans les opérations, ce n'est pas l'adresse mémoire qui est affichée mais le nom déclaré de celui-ci. Pour permettre d'insérer l'heure et date comme n'importe quel item, un descendant de l'objet «MyOpcItem» est créé, celui-ci redéfini la plupart des méthodes de son parent. Ainsi, le programme ne fait pas la différence entre ces deux types de variable. 14

19 b) Notification d'une variable surveillée Le cs ur du programme se résume en quelques fichiers et peu de lignes de programmation. Pour en comprendre son fonctionnement, il est important de comparer le diagramme UML avec le code source de la classe «DataCallBackProcessor», littéralement «Processeur du retours des données». Ce contrôle de la validité des données dans le temps fait partie intégrante des spécifications OPC. Cette fonction existe également sur les SGBD les plus complexes (MS SQL Server Pro et Oracle), elles permettent de contrôler la validité des données au cours d'un traitement. La classe mère est définie abstraite à cause de la méthode changed(item item, ItemState state) qui nécessite d'être redéfinie en fonction du type de DataCallBack. Les méthodes communes de traitement et d'exécution des requêtes SQL sont contenues dans la classe mère. Lors d'un changement d'état d'une variable dans le serveur OPC, la méthode changed est appelée et en fonction de la valeur reçue, la méthode executesql() est exécutée. Celle-ci à pour fonction de préparer la requête, en remplaçant les points d'interrogation par la valeur courante de la variable définit dans le vecteur variables. L'ordre des variables dans le vecteur est d'une importance capitale, c'est ce qui détermine la représentation de chaque «?». Dans ce type de formulation SQL, les variables sont indépendantes de l'instruction. Cette méthode est bien connue des programmeurs et est appelée «PreparedStatement». Les fonctions permettant de compléter la phrase sont déjà présentes dans les bibliothèques de la plateforme Java. 15

20 16

21 /** * Extrait du fichier DataCallBackProcessor.java, l'interface implémenté * est native à la bibliothèque OpenScada.org. */ public abstract class DataCallBackProcessor implements DataCallback { Vector<MyOpcItem> variables; String sql=""; ConnectionInformations conn=null; private static Logger _log = Logger.getLogger(DataCallBackProcessor.class); /** * Méthode abstraite, redéfinie en fonction du type de donnée à surveiller * Cette méthode est appelé automatiquement lors qu'un évènement se produit item itemstate */ public abstract void changed(item item, ItemState itemstate); protected void executesql() throws SQLException{ PreparedStatement pstmt= conn.getsqlconnection().preparestatement(sql); _log.debug("préparation de la requête"); int i = 1; for (MyOpcItem useditem : variables) { try{ setparameter(useditem,pstmt,i); } catch (SQLException ex) { _log.error("erreur lors de l'ajout du paramètre",ex); } catch (JIException ex) { _log.error("erreur reconnaissance du type",ex); } i++; } pstmt.execute(); _log.debug("requête de MAJ exécuté"); } /** * Remarque : un preparedstatement demande que le? soit clairement distinct. * <br> On se contente ici de faire JVariant.getObjet() et pstmt.setobject(). Il faut s'assurer * que la colonne de la base soit compatible avec l'information recue. item L'item à mettre en paramètre pstmt preparedstatement index!! Commence à 1 org.jinterop.dcom.common.jiexception java.sql.sqlexception */ protected void setparameter(myopcitem item, PreparedStatement pstmt,int index) throws JIException, SQLException{ JIVariant var = item.getvalue(); int type = var.gettype(); pstmt.setobject(index,var.getobject()); if(type==jivariant.vt_array)_log.warn("tableau en entrée!!"); } 17

22 3.4. Gestion des enregistrements L'enregistrement s'effectue en format XML, Extensible Markup Language. La structure d'un document XML est définissable et validée par un schéma. Cette syntaxe est reconnaissable par son usage des chevrons (< >) et s'applique à de plus en plus de contenus. Ce type de document peut être représentés par un arbre. Chaque branche est appelée un élément et elle peut contenir des attributs. Voici la structure type d'un document enregistrer par OpcToDB : <?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> <OPCtoDB> <connections> <sqlconnection> <drivers>[nom DRIVERS]</drivers> <host>[adresse base de données]</host> <user>[nom utilisateur]</user> <password>[mot de passe]</password> </sqlconnection> <opc> <host>[adresse serveur OPC]</host> <domain /> <-- Si nécessaire --> <user>[nom login Windows]</user> <password>[]mdp Windows</password> <clsid>[numéro Clsid]</clsId> <progid /> </opc> </connections> <variables> <item name="[nom logiciel]" automate=[nom automate] variable="[nom variable]"> <datacallback sql=[instruction a exécuter] <-- Si nécessaire --> class="[nom de la classe]" mode="[dépend de la classe]"> <item>%mw1</item>... </datacallback> </item>... </variables> </OPCtoDB> Le diagramme UML suivant se focalise sur l'enregistrement des données et permet de comprendre les démarches effectuées, de l'action utilisateur à l'inscription sur le disque dur. 18

23 19

24 La racine de l'arbre est générée par la classe «SaveFilter», celle-ci contient les fonctions nécessaires pour atteindre les sous parties de l'arbre XML : SaveItem et SaveConnection. Ces derniers ont une visibilité réduite. L'interface graphique doit obligatoirement passer par la classe SaveFilter. Ainsi pour enregistrer un fichier, l'utilisateur choisi l'emplacement par le biais d'une boîte de dialogue et les instructions sont les suivantes : save.clearall(); save.enregistrerconnections(infosconnections); save.enregistreritems(opcitems); save.enregistrersous(chooser.getselectedfile().tostring()); Et voici la fonction pour ouvrir un fichier, muni de sa documentation : /** * Ouvre le fichier xml de l'emplacement considéré emplacement #jmenuenregistreractionperformed(actionevent) java.io.ioexception Erreur de lecture org.jdom.jdomexception Fichier XML non valide java.sql.sqlexception Erreur base de données */ private void ouvrirfichier(string emplacement) throws IOException, JDOMException, SQLException { save = new SaveFilter(); save.ouvrir(emplacement); infosconnections = save.ouvrirconnections(); opcitems = save.ouvriritems(infosconnections); } Nous ne faisons ici jamais référence directement aux classes analysant le fichier XML. Celles-ci sont relativement complexes et sont composées de multiple structures de contrôle. Il est important de noter qu'il n'y a que deux objets à restaurer : infosconnections et opcitems. Cette partie explique le fonctionnement dans ses grandes lignes. Si vous êtes désireux de comprendre tous les fonctionnements et les subtilités de ce projet, il vous faudra vous en reporter au code source et à la javadoc. 20

25 4. Utilisation du logiciel 4.1. Exécution du fichier binaire Pour exécuter le logiciel, une plateforme Java 5 ou supérieure est indispensable. Si ce n'est pas le cas, la dernière version est disponible sur Dans la plupart des cas, un double clique sur le fichier OpctoDB2.jar suffit pour démarrer le programme. Si cela ne marche pas, faite un clique droit puis «Ouvrir avec...», puis sélectionner «Java Platform Binary Runtime». Pour démarrer à partir d'une ligne de commande (Système Unix ou Windows avec les variables d'environnement correctement configurées) : java -jar [Nom du fichier à exécuter] Il est possible d'y ajouter des paramètres : -nolaf : Pas de skin, utilise le LookAndFeel de java par défaut (plus léger), -laf [ClassPath] : Indique le chemin du skin à charger, -load [Chemin du fichier xml] : Charge automatiquement un fichier de configuration. Démarrage avec options en console sous Windows 4.2. Connexion à une base de données et à un serveur OPC Nous allons voir dans cette partie comment configurer le programme pour qu'il puisse communiquer avec le serveur OPC et la base de données. Nous n'allons pas détailler l'installation de ces derniers, pour cela reportez vous à la documentation fournie par le prestataire. a) La connexion JDBC (Java Data Base Connectivity) La boîte de dialogue permettant de se connecter sur une base de données se trouve dans Fichier Se connecter à une base SQL. Le logiciel propose par défaut trois drivers différents pour se connecter à une base de données. MySQL PostgreeSQL ODBC Boite de dialogue : Connexion SQL 21

26 Les drivers ODBC forment un pont entre le JDBC et les objets ODBC propre à l'os. En fonction de la plateforme d'exécution, les possibilités sont différentes. Sous Windows, il est possible de se connecter sur des bases Access et Excel. Par exemple pour se connecter à un fichier mdb, l'url sera la suivante : jdbc:odbc:driver={microsoft Access Driver (*.mdb)};dbq=[chemin du fichier.mdb] Pour les pilotes MySQL et PostgreeSQL, la syntaxe est la suivante : jdbc:mysql://[adresse machine]:[port]/[nom de la base] b) Connexion à un serveur OPC Pour se connecter au serveur OPC d'une machine, il faut pouvoir accéder au service réseau Windows (SAMBA). Pour cela, le nom utilisateur et mot de passe d'une session Windows existante sur la machine doivent être renseignés. Si l'identificateur du serveur OPC (ClsId) est connu, il est possible de se connecter directement, sinon une reconnaissance automatique des serveurs disponibles peut être lancé : cliquer sur «suivant» en s'assurant d'avoir laissé le champs Clsid vide. Boite de dialogue : Connexion OPC Remarque : Le serveur doit accepter la norme OPC-DA 1.0 ou Déclaration des variables a) Préparation au niveau de l'automate Il n'est pas possible d'accéder directement une variable d'entrée ou d'influencer sur une valeur de sortie directement à partir d'un serveur OPC. Pour pallier à ce problème, nous allons recopier les valeurs d'entrées dans des emplacements mémoires de l'automate. Cette étape peut être un inconvénient si on souhaite recopier toutes les valeurs des capteurs en mémoire, mais elle permet aussi d'obtenir une grande flexibilité. A partir de PL7Pro, sélectionner le ladder «Supervision» comme ci-dessous : 22 PL7Pro : Navigateur Application

27 Nous allons à présent recopier deux valeurs d'entrées et créer un compteur. Cette exemple est seulement à but didactique car il faut généralement filtrer les valeurs entrantes (ex : front montant) ou préparer des valeurs en fonction du grafcet. PL7Pro : Ladder supervision b) Déclaration sur le serveur OPC Une fois les connections initialisées, il reste à déclarer les variables sur le serveur OPC. Ouvrez la fenêtre «Déclaration des variables accessible depuis le menu «Affichage». Elle contient l'ensemble des items déclarés sur le serveur OPC. Il est possible d'importer les variables système ou pré déclaré du serveur en cliquant sur le bouton «Importer». Nous allons commencer par créer une nouvelle variable, pour cela cliquer sur le bouton en bas à gauche de la fenêtre. Vous obtenez alors la fenêtre de saisie suivante : Boite de dialogue : Déclaration d'un item Déclarez un nom explicite qui sera propre à OpcToDB, puis sélectionner un des automates déclarés sur le serveur et vérifiez qu'il soit sous tension. L'adresse mémoire doit exister sur l'automate pour qu'elle puisse être enregistrer par le serveur. Le nombre et les types d'adresses mémoires sont fournies avec la documentation du constructeur. 23

28 Remarques : Deux variables peuvent avoir le même nom ou comporter la même adresse. Cependant, il est déconseiller de mettre deux fois le même nom de variable. Ce serait une source d'erreur pour le logiciel et l'utilisateur. L'item spécial «Heure et date courante» ne peut pas être édité. Il ne correspond à aucune déclaration au niveau du serveur OPC. Après quelques déclarations, vous obtiendrez la fenêtre suivante : Fenêtre "Déclaration des variables" Pour éditer ou modifier un item déjà créé, il suffit de le sélectionner (en bleu) et faire un clique droit Editer Ajout d'un écouteur Dans la fenêtre «Déclaration des variables», en double cliquant sur un item il est possible de lui rajouter un écouteur. En fonction de la nature de l'item, les options proposées sont différentes. Pour une variable booléenne : Boite de dialogue : Ajout d'un écouteur ou DataCallBack La liste supérieure droite affiche les variables déclarées au préalable. 24

29 La liste inférieure droite affiche les variables qui seront utilisées La zone de texte permet de définir l'instruction SQL associé à l'item. Chaque point d'interrogation représente une des variables de la liste inférieure. Faites attention d'espacer les virgules des points d'interrogations pour que l'instruction soit correcte. De plus, n'oubliez pas de prendre en compte l'ordre des items. Un double clique sur une variable permet de l'ajouter ou de la supprimer. Remarques : Les «?» doivent être clairement distinct pour qu'ils puissent être par la suite correctement identifiés lors de l'exécution de la requête. Lorsqu'un écouteur est déclaré sur le serveur OPC, il faut s'assurer que l'automate soit en mode «RUN». Attention aux types de données : le type de l'item et le type de donnée de la base doivent être compatible. L'item spécial «Heure et date courante» peut être mis en paramètre d'une colonne de la base de type DATE, DATETIME, TIME ou INT(année seulement) en fonction de ce que l'on veut enregistrer Les utilitaires a) Visualisation des journaux Les erreurs ne sont pas forcément affichées à l'utilisateur par le biais d'une boite de dialogue. Pour connaître exactement l'état du logiciel et les traitements en cours, il faut regarder dans le visionneur de journaux. Tous les secondes, un processus indépendant chargé de vérifier la présence de nouveaux messages met à jours la liste. Fenêtre : Journaux du logiciel Les informations sont inscrites dans un fichier appelé «opc-client.log». Si ce fichier n'est pas détruit, les informations des sessions précédentes persistent. 25

Mise en œuvre du logiciel de programmation d automates : PL7 Micro v4.4

Mise en œuvre du logiciel de programmation d automates : PL7 Micro v4.4 Mise en œuvre du logiciel de programmation d automates : PL7 Micro v4.4 Sommaire 1. Installation du logiciel PL7...2 2. Présentation du logiciel de programmation PL7...6 2.1. Présentation générale...6

Plus en détail

JAVA PROGRAMMATION. Programme. 1. Java, HTML et World Wide Web

JAVA PROGRAMMATION. Programme. 1. Java, HTML et World Wide Web PROGRAMMATION PUBLIC Professionnels informatiques qui souhaitent développer des applications et «applets» Java DUREE 4 jours 28 heures OBJECTIF Créer divers «applets» à intégrer dans un site Web dynamique,

Plus en détail

FileMaker 12. Guide ODBC et JDBC

FileMaker 12. Guide ODBC et JDBC FileMaker 12 Guide ODBC et JDBC 2004-2012 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054 FileMaker et Bento sont des marques commerciales de

Plus en détail

Fonctionnement du serveur Z39.50

Fonctionnement du serveur Z39.50 Fonctionnement du serveur Z39.50 Table des matières 1 Configuration du serveur...2 1.1 Comportement du serveur...2 1.2 Configuration de la traduction z39.50 -> base de données...2 1.3 Configuration du

Plus en détail

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données JDBC L3 Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay Université Paris Sud le mode programme JDBC JDBC : qu'est ce que c'est? Avantages? devant

Plus en détail

LES ACCES ODBC AVEC LE SYSTEME SAS

LES ACCES ODBC AVEC LE SYSTEME SAS LES ACCES ODBC AVEC LE SYSTEME SAS I. Présentation II. SAS/ACCESS to ODBC III. Driver ODBC SAS IV. Driver ODBC SAS Universel V. Version 8 VI. Références I. Présentation Introduction ODBC, qui signifie

Plus en détail

Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4

Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4 Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4 Copyright 1996-2009 OroLogic Inc. http://www.orologic.com Révision 4.01 Table des matières I Table des matières Introduction à

Plus en détail

Introduction à ADO.NET

Introduction à ADO.NET 1 Introduction à ADO.NET Introduction à ADO.NET Sommaire Introduction à ADO.NET... 1 1 Introduction... 2 1.1 Qu est ce que l ADO.NET?... 2 1.2 Les nouveautés d ADO.NET... 2 1.3 Les avantages d ADO.NET...

Plus en détail

Architectures web/bases de données

Architectures web/bases de données Architectures web/bases de données I - Page web simple : HTML statique Le code HTML est le langage de base pour concevoir des pages destinées à être publiées sur le réseau Internet ou intranet. Ce n'est

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

JDBC. Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1

JDBC. Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1 JDBC Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1 JDBC JDBC est l'acronyme de Java DataBase Connectivity et désigne une API définie par Sun pour permettre un accès aux bases de données avec Java Accès

Plus en détail

S. Laporte C# mode console DAIGL TS1

S. Laporte C# mode console DAIGL TS1 Bases du langage C# I. C# en mode console (mode texte) Avantages par rapport au mode graphique (Application Windows): - C'est un mode plus proche de l'approche algorithmique (pas de notions de composants,

Plus en détail

Gestion du serveur WHS 2011

Gestion du serveur WHS 2011 Chapitre 15 Gestion du serveur WHS 2011 Les principales commandes Windows Home Server 2011 reprend l ergonomie de Windows 7 et intègre les principales commandes de Windows Server 2008 R2. Les commandes

Plus en détail

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines PROGRAMME «DEVELOPPEUR LOGICIEL» Titre professionnel : «Développeur Logiciel» Inscrit au RNCP de niveau III (Bac+2) (JO du 23 Octobre 2007) (32 semaines) Unité de formation 1 : Structurer une application

Plus en détail

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 Stage STT050 - Novembre 2000 Page 1 IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 GENERALITES SUR MS-ACCESS Fonctionnalités de MS-ACCESS Access 97 est un produit Microsoft de type SGBDR (Système

Plus en détail

Configuration DCOM pour OPC Factory Server

Configuration DCOM pour OPC Factory Server Configuration DCOM pour OPC Factory Server Sommaire 1. Présentation de OPC...2 2. Présentation de OLE, COM et DCOM...2 2.1. Qu'est-ce qu'ole?...2 2.2. Qu'est-ce que COM?...3 2.3. Qu'est-ce que DCOM?...3

Plus en détail

Client SQL Server version 3

Client SQL Server version 3 Client SQL Server version 3 Présentation du programme Par Jean-Pierre LEON Mise à jour du 10/06/2014 Page 2 sur 21 Présentation du logiciel Ouvrir, analyser, consulter, modifier une base de données au

Plus en détail

8. Java et les bases de données. Olivier Curé - UMLV [page 206 ]

8. Java et les bases de données. Olivier Curé - UMLV [page 206 ] 8. Java et les bases de données Olivier Curé - UMLV [page 206 ] Java et les BD Plusieurs manières d'écrire du code Java accédant à une BD: Statement Level Interface (SLI) Solutions : SQLJ (SQL92) Call

Plus en détail

Java DataBaseConnectivity

Java DataBaseConnectivity Java DataBaseConnectivity JDBC JDBC est une API Java (ensemble de classes et d interfaces défini par SUN et les acteurs du domaine des SGBD) permettant d accéder aux bases de données à l aide du langage

Plus en détail

SQL Server 2008 Report Builder 2.0

SQL Server 2008 Report Builder 2.0 SQL Server 2008 Report Builder 2.0 Installation et utilisation de Report Builder 2.0 Dans le cadre de la création de rapports pour SQL Server Reporting Services 2008, un outil est disponible, Report Builder

Plus en détail

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable INTRODUCTION A JAVA JAVA est un langage orienté-objet pur. Il ressemble beaucoup à C++ au niveau de la syntaxe. En revanche, ces deux langages sont très différents dans leur structure (organisation du

Plus en détail

Documentation de CMS-gen

Documentation de CMS-gen Table des matières GÉNÉRALITÉ... 1 LA ZONE D'ADMINISTRATION... 2 LOGIN SUR LA ZONE D ADMINISTRATION... 2 EDITION DU CONTENU EN LIGNE... 3 LE MODE EDITION... 3 PUBLICATION... 3 SUPPRIMER DES MODIFICATIONS...

Plus en détail

Annexe : La Programmation Informatique

Annexe : La Programmation Informatique GLOSSAIRE Table des matières La Programmation...2 Les langages de programmation...2 Java...2 La programmation orientée objet...2 Classe et Objet...3 API et Bibliothèque Logicielle...3 Environnement de

Plus en détail

DOSSIER DE GUIDANCE POUR LE LOGICIEL XBT. L1000 V4.20

DOSSIER DE GUIDANCE POUR LE LOGICIEL XBT. L1000 V4.20 DOSSIER DE GUIDANCE POUR LE LOGICIEL XBT. L1000 V4.20 Page 1 SOMMAIRE 1 ) Exemple de mise en œuvre complète d une application sous XBT-L1000 et TSX Micro Page 3 2 ) Application sur un système mécanique

Plus en détail

Création d'un site dynamique en PHP avec Dreamweaver et MySQL

Création d'un site dynamique en PHP avec Dreamweaver et MySQL Création d'un site dynamique en PHP avec Dreamweaver et MySQL 1. Création et configuration du site 1.1. Configuration de Dreamweaver Avant de commencer, il est nécessaire de connaître l'emplacement du

Plus en détail

VBA Access 2013 Programmer sous Access

VBA Access 2013 Programmer sous Access Avant-propos 1. Introduction 15 2. Objectifs du livre 15 Généralités 1. Rappels 19 2. Principes fondamentaux de VBA 20 3. Passage des macros à VBA 21 3.1 Conversion de macros dans un formulaire ou un état

Plus en détail

Gestion d une flotte de robots Configuration et ordre de missions

Gestion d une flotte de robots Configuration et ordre de missions Document Rapport Version Version 1.0 Date 25/03/2008 Auteur Ahmed RADOUA M1 SET Gestion d une flotte de robots Configuration et ordre de missions INSSET UPJV 1 ième année de MASTER Spécialité : (Année

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5 1. Introduction... 2 2. Création d'une macro autonome... 2 3. Exécuter la macro pas à pas... 5 4. Modifier une macro... 5 5. Création d'une macro associée à un formulaire... 6 6. Exécuter des actions en

Plus en détail

FileMaker 11. Guide ODBC et JDBC

FileMaker 11. Guide ODBC et JDBC FileMaker 11 Guide ODBC et JDBC 2004-2010 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054, Etats-Unis FileMaker est une marque de FileMaker,

Plus en détail

Documentation Utilisateur. ADKiosk

Documentation Utilisateur. ADKiosk Documentation Utilisateur ADKiosk DU_ADKioskV36.odt 27/10/11 16:59:29 Page 1/18 Suivi du Document Version Date Auteur Objet 0.1 06/05/2008 O. LAZZAROTTO Rédaction initiale 1.0 02/06/2008 V. MONTAGNON Relecture

Plus en détail

Documentation. Présentation (simplifiée) de PL7 PRO

Documentation. Présentation (simplifiée) de PL7 PRO Documentation Présentation (simplifiée) de PL7 PRO L objectif de cette documentation technique est de présenter le logiciel PL7 Pro distribué par Schneider Automation en vue de la conception et de la réalisation

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX

Plus en détail

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java Introduction à JDBC Accès aux bases de données en Java Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Introduction JDBC : Java Data Base Connectivity

Plus en détail

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique page 1/5 Titre professionnel : Reconnu par l Etat de niveau III (Bac), inscrit au RNCP (arrêté du 12/10/07, J.O. n 246 du 23/10/07) (32 semaines) Unité 1 : Structurer une application 6 semaines Module

Plus en détail

II. EXCEL/QUERY ET SQL

II. EXCEL/QUERY ET SQL I. AU TRAVAIL, SQL! 1. Qu est-ce que SQL?... 19 2. SQL est un indépendant... 19 3. Comment est structuré le SQL?... 20 4. Base, table et champ... 21 5. Quelle est la syntaxe générale des instructions SQL?...

Plus en détail

Introduction à l Interaction Homme-Machine Tutoriel Visual Studio / Visual Basic

Introduction à l Interaction Homme-Machine Tutoriel Visual Studio / Visual Basic IUT d Orsay Première Année Introduction à l Interaction Homme-Machine Février 2014 Introduction à l Interaction Homme-Machine Tutoriel Visual Studio / Visual Basic Cette introduction à Visual Studio est

Plus en détail

FORMATION PcVue. Mise en œuvre de WEBVUE. Journées de formation au logiciel de supervision PcVue 8.1. Lieu : Lycée Pablo Neruda Saint Martin d hères

FORMATION PcVue. Mise en œuvre de WEBVUE. Journées de formation au logiciel de supervision PcVue 8.1. Lieu : Lycée Pablo Neruda Saint Martin d hères FORMATION PcVue Mise en œuvre de WEBVUE Journées de formation au logiciel de supervision PcVue 8.1 Lieu : Lycée Pablo Neruda Saint Martin d hères Centre ressource Génie Electrique Intervenant : Enseignant

Plus en détail

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE Openoffice Base est un SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelle. L un des principaux atouts de ce logiciel est de pouvoir gérer de façon efficace et rapide

Plus en détail

Sélection du contrôleur

Sélection du contrôleur Démo CoDeSys - 1 - 1. Configuration de l environnement de travail : Lancer le logiciel CoDeSys Fichier Nouveau Lors de la première utilisation, une boîte de dialogue apparaît permettant la sélection du

Plus en détail

FileMaker 13. Guide ODBC et JDBC

FileMaker 13. Guide ODBC et JDBC FileMaker 13 Guide ODBC et JDBC 2004-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054 FileMaker et Bento sont des marques commerciales de

Plus en détail

Créer un rapport pour Reporting Services

Créer un rapport pour Reporting Services Créer un rapport pour Reporting Services Comment créer des rapports pour SSRS Maintenant que nous avons vu que la version de SQL Server 2005 Express Edition with Advanced Services intègre SQL Server Reporting

Plus en détail

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines)

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Module 1 : Programmer une application informatique Durée

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

VBA Excel 2010 Programmer sous Excel : Macros et Langage VBA

VBA Excel 2010 Programmer sous Excel : Macros et Langage VBA Editions ENI VBA Excel 2010 Programmer sous Excel : Macros et Langage VBA Collection Ressources Informatiques Table des matières Les exemples cités tout au long de cet ouvrage sont téléchargeables à l'adresse

Plus en détail

Instructions d'installation de IBM SPSS Modeler Server 16 for Windows

Instructions d'installation de IBM SPSS Modeler Server 16 for Windows Instructions d'installation de IBM SPSS Modeler Server 16 for Windows Table des matières Avis aux lecteurs canadiens...... v Instructions d'installation....... 1 Configuration requise........... 1 Installation...............

Plus en détail

Java EE Approfondi - Cours 2. Cours de 2 e année ingénieur Spécialisation «Génie Informatique»

Java EE Approfondi - Cours 2. Cours de 2 e année ingénieur Spécialisation «Génie Informatique» Java EE Approfondi - Cours 2 Cours de 2 e année ingénieur Spécialisation «Génie Informatique» Présentation Lier l'orienté objet et la base de données relationnelle peut être lourd et consommateur en temps.

Plus en détail

La Programmation Web avec PHP

La Programmation Web avec PHP Nouvelle page 1 La Programmation Web avec PHP Qu'est-ce que php? Menu Qu'est ce que php? Les scripts PHP Installation de PHP Configuration d'un serveur IIS Mohamed SIDIR PHP est un langage de script HTML,

Plus en détail

INTERFACE. Supervision / Bases de Données

INTERFACE. Supervision / Bases de Données MASTER ASE SYSTEMES D INFORMATION POUR L INDUSTRIE INTERFACE Supervision / Bases de Données ODBC/ADO Pierre BONNET 2008-2009 Pierre BONNET - Supervision - Liaison ODBC 1 L INTERFACE ODBC Open DataBase

Plus en détail

Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur

Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur Un serveur DHCP permet d'assigner des adresses IP à des ordinateurs clients du réseau. Grâce à un protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol),

Plus en détail

HP Data Protector Express Software - Tutoriel 4. Utilisation de Quick Access Control (Windows uniquement)

HP Data Protector Express Software - Tutoriel 4. Utilisation de Quick Access Control (Windows uniquement) HP Data Protector Express Software - Tutoriel 4 Utilisation de Quick Access Control (Windows uniquement) Que contient ce tutoriel? Quick Access Control est une application qui s'exécute indépendamment

Plus en détail

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Création et utilisation d'un index de jointure LAMBERT VELLER Sylvain M1 STIC Université de Bourgogne 2010-2011 Reponsable : Mr Thierry Grison

Plus en détail

Institut Supérieure Aux Etudes Technologiques De Nabeul. Département Informatique

Institut Supérieure Aux Etudes Technologiques De Nabeul. Département Informatique Institut Supérieure Aux Etudes Technologiques De Nabeul Département Informatique Support de Programmation Java Préparé par Mlle Imene Sghaier 2006-2007 Chapitre 1 Introduction au langage de programmation

Plus en détail

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8 Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant : le cédérom sur lequel

Plus en détail

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique page 1/8 Titre professionnel : Inscrit au RNCP de Niveau III (Bac + 2) (J.O. du 19/02/13) 24 semaines + 8 semaines de stage (uniquement en formation continue) Développer une application orientée objet

Plus en détail

Prise de contrôle à distance de PC

Prise de contrôle à distance de PC Prise de contrôle à distance de PC VNC = Virtual Network Computing Il sagit de prendre très facilement le contrôle d'un PC à distance en utilisant un programme performant. Par exemple, si vous souhaitez

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Entreprise Server Remarques : 1. L'installation de STATISTICA Entreprise Server s'effectue en deux temps : a) l'installation du serveur et

Plus en détail

INTERNET. Accès à une base de données CDS-ISIS sur le Web NOTE TECHNIQUE. Volume 1 : Installation du logiciel serveur Apache.

INTERNET. Accès à une base de données CDS-ISIS sur le Web NOTE TECHNIQUE. Volume 1 : Installation du logiciel serveur Apache. NOTE TECHNIQUE INTERNET Accès à une base de données CDS-ISIS sur le Web Volume 1 : Installation du logiciel serveur Apache Version 3.1.2 Décembre 2004 Développement et assistance technique : Pierre Chabert

Plus en détail

Chapitre 4 La base de données

Chapitre 4 La base de données Chapitre 4 La base de données La Base de données INTRODUCTION 4 La Base de données INTRODUCTION Vectorworks permet de lier les objets du dessin à des formats de base de données (BDD), c'est-à-dire d'associer

Plus en détail

La Gestion Électronique des Documents avec Open ERP

La Gestion Électronique des Documents avec Open ERP La Gestion Électronique des Documents avec Open ERP La Gestion Électronique des Documents avec Open ERP V e r s i o n d u d o c u m e n t V1.0 Introduction...4 I Installer la GED dans Open ERP...5 1 Les

Plus en détail

SAUVEGARDER SES DONNEES PERSONNELLES

SAUVEGARDER SES DONNEES PERSONNELLES SAUVEGARDER SES DONNEES PERSONNELLES Il est important de sauvegarder son environnement système Windows ainsi que ses données personnelles. Nous verrons dans ce tutorial comment créer un point de restauration

Plus en détail

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr)

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Programmer en JAVA par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Plan 1. Présentation de Java 2. Les bases du langage 3. Concepts avancés 4. Documentation 5. Index des mots-clés 6. Les erreurs fréquentes

Plus en détail

Installer et Utiliser MSDE 2000 Utilisation de MS SQL Server 2000 Desktop Engine

Installer et Utiliser MSDE 2000 Utilisation de MS SQL Server 2000 Desktop Engine Installer et Utiliser MSDE 2000 Utilisation de MS SQL Server 2000 Desktop Engine Le produit de développement de Microsoft pour les bases de données le plus proche de SQL Server 2000 est : Microsoft SQL

Plus en détail

FileMaker 8. Installation des pilotes clients ODBC et JDBC pour FileMaker 8

FileMaker 8. Installation des pilotes clients ODBC et JDBC pour FileMaker 8 FileMaker 8 Installation des pilotes clients ODBC et JDBC pour FileMaker 8 2004-2005 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054, Etats-Unis

Plus en détail

LANDPARK HELPDESK GUIDE DE PRISE EN MAIN (VERSION 3.9.2)

LANDPARK HELPDESK GUIDE DE PRISE EN MAIN (VERSION 3.9.2) LANDPARK HELPDESK GUIDE DE PRISE EN MAIN (VERSION 3.9.2) Avril 2014 Installation de l application Pré-requis (page 2) Mise en place de la base de données Base de données SQL Express (page 2) Base de données

Plus en détail

1.Programmation en Java : notions de base, orienté objet et héritage

1.Programmation en Java : notions de base, orienté objet et héritage Travaux pratique de Méthodologie et Langage de Programmation,, TP1 1 1.Programmation en Java : notions de base, orienté objet et héritage Cette séance de TP a pour objectif d'introduire à la programmation

Plus en détail

Génération de codes. à partir d un modèle UML sous PowerAMC. La génération de code, ça n est pas immédiat : processus en 3 étapes

Génération de codes. à partir d un modèle UML sous PowerAMC. La génération de code, ça n est pas immédiat : processus en 3 étapes Génération de codes à partir d un modèle UML sous PowerAMC Véronique Deslandres, IUT, Département Informatique Université de Lyon MàJ: 8/10/2013 Introduction La génération de code, ça n est pas immédiat

Plus en détail

Guide d'installation de Citrix EdgeSight pour test de charge. Citrix EdgeSight pour test de charge 3.8

Guide d'installation de Citrix EdgeSight pour test de charge. Citrix EdgeSight pour test de charge 3.8 Guide d'installation de Citrix EdgeSight pour test de charge Citrix EdgeSight pour test de charge 3.8 Copyright L'utilisation du produit documenté dans ce guide est soumise à l'acceptation préalable du

Plus en détail

Document d'aide phpmyadmin et MySQL

Document d'aide phpmyadmin et MySQL Document d'aide phpmyadmin et MySQL GPA775 Base de données École de Technologie Supérieure 23 juin 2009 Ce document sert de guide de base pour travailler avec l'interface phpmyadmin (interface par un navigateur

Plus en détail

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile Dans ce TP, vous apprendrez à définir le type abstrait Pile, à le programmer en Java à l aide d une interface

Plus en détail

Manuel d utilisation email NETexcom

Manuel d utilisation email NETexcom Manuel d utilisation email NETexcom Table des matières Vos emails avec NETexcom... 3 Présentation... 3 GroupWare... 3 WebMail emails sur internet... 4 Se connecter au Webmail... 4 Menu principal... 5 La

Plus en détail

Unity. du changement pour les projets d automatisme. p.1 Présentation. p.2 L environnement Unity. p.3 Les premiers pas avec Unity Pro

Unity. du changement pour les projets d automatisme. p.1 Présentation. p.2 L environnement Unity. p.3 Les premiers pas avec Unity Pro Le magazine Schneider Electric de l enseignement technologique et professionnel Juin 2006 p.1 Présentation p.2 L environnement Unity p.3 Les premiers pas avec Unity Pro p.4 Un besoin de communication p.5

Plus en détail

Guide d intégration. Protection de classeurs Microsoft EXCEL avec CopyMinder. Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.

Guide d intégration. Protection de classeurs Microsoft EXCEL avec CopyMinder. Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika. Guide d intégration Protection de classeurs Microsoft EXCEL avec CopyMinder Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.fr Contact Technique : Tél. : 02 47 35 53 36 Email : support@aplika.fr

Plus en détail

Manuel de référence de HP Web Jetadmin Database Connector Plug-in

Manuel de référence de HP Web Jetadmin Database Connector Plug-in Manuel de référence de HP Web Jetadmin Database Connector Plug-in Mentions relatives aux droits d auteur 2004 Copyright Hewlett-Packard Development Company, L.P. Il est interdit de reproduire, adapter

Plus en détail

Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial

Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial Présentation Au moyen de ce guide, un utilisateur peut effectuer une mise à jour du micrologiciel sur les SSD Crucial Client

Plus en détail

Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet

Cahier de charges (Source : Java EE - Guide de développement d'applications web en Java par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module Site Web dynamique JSP / Servlet Sujet : betaboutique Soutenance le 04 / 01 /2013 &

Plus en détail

Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien. Tous les articles de cet auteur 40007 47/227

Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien. Tous les articles de cet auteur 40007 47/227 Auteur Serveur Windows 2000 dans un Réseau Macintosh Accueil > Articles > Réseau Guillaume LHOMEL Laboratoire Supinfo des Technologies Microsoft Très Bien Tous les articles de cet auteur 40007 47/227 Présentation

Plus en détail

Reporting Services - Administration

Reporting Services - Administration Reporting Services - Administration Comment administrer SQL Server Reporting Services Cet article a pour but de présenter comment gérer le serveur depuis le "portail" de Reporting Services. Nous verrons

Plus en détail

Premier programme VBA : syntaxe, édition, compilation

Premier programme VBA : syntaxe, édition, compilation 1 Premier programme VBA : syntaxe, édition, compilation Le langage VBA (Visual Basic for Applications) permet de concevoir des programmes selon une syntaxe qui lui est propre, puis d éditer et d exécuter

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Entreprise (Small Business Edition) Remarques 1. L'installation de STATISTICA Entreprise (Small Business Edition) s'effectue en deux temps

Plus en détail

Guide d'installation et de démarrage du Driver X-WAY sur TCP/IP

Guide d'installation et de démarrage du Driver X-WAY sur TCP/IP Guide d'installation et de démarrage du Driver X-WAY sur TCP/IP Sommaire Chapitre Page 1 Mise en oeuvre 1/1 1.1 Généralités 1/1 1.1-1 Architecture documentaire 1/1 1.1-2 Compatibilités 1/1 1.2 Installation

Plus en détail

Terminologie de l'enquête

Terminologie de l'enquête Terminologie de l'enquête 5 octobre 2015 Terme ou abréviation Accès à distance Accès sécurisé, de l'extérieur du parlement, au réseau parlementaire (ou Intranet) Accès ouvert Accès public, immédiat et

Plus en détail

2- Téléchargement et installation version actuelle 6.1

2- Téléchargement et installation version actuelle 6.1 1- EDI NetBeans (Environnement : Microsoft Windows Linux Ubuntu) EDI, Environnement de Développement Intégré Anglais : IDE, Integrated Development Environment Programme regroupant : Un éditeur de texte

Plus en détail

Eléments de syntaxe du langage Java

Eléments de syntaxe du langage Java c jan. 2014, v3.0 Java Eléments de syntaxe du langage Java Sébastien Jean Le but de ce document est de présenter es éléments de syntaxe du langage Java : les types primitifs, les opérateurs arithmétiques

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PROGRAMMATION

INTRODUCTION A LA PROGRAMMATION INTRODUCTION A LA PROGRAMMATION Baccalauréat S - Spécialité Informatique et Sciences du Numérique 4.3 : Langages et programmation Objectifs A la fin de cette séquence l'élève est capable : d'expliquer

Plus en détail

Rapport Gestion de projet

Rapport Gestion de projet IN56 Printemps 2008 Rapport Gestion de projet Binôme : Alexandre HAFFNER Nicolas MONNERET Enseignant : Nathanaël COTTIN Sommaire Description du projet... 2 Fonctionnalités... 2 Navigation... 4 Description

Plus en détail

Chapitre II : Interfaces Interpréteurs de commandes et interfaces graphiques

Chapitre II : Interfaces Interpréteurs de commandes et interfaces graphiques Chapitre II : Interfaces Interpréteurs de commandes et interfaces graphiques Interfaces Un SE a deux fonctions principales : Gestion des ressources matérielles Présentation d'une machine virtuelle à chaque

Plus en détail

Acronis Backup & Recovery 11

Acronis Backup & Recovery 11 Acronis Backup & Recovery 11 Guide de démarrage rapide S'applique aux éditions suivantes : Advanced Server Virtual Edition Advanced Server SBS Edition Advanced Workstation Serveur pour Linux Serveur pour

Plus en détail

Microsoft Windows Server Update Services. Microsoft Internet Information Services (IIS) 6.0. Pour des

Microsoft Windows Server Update Services. Microsoft Internet Information Services (IIS) 6.0. Pour des Microsoft Windows Server Update Services Conditions requises pour l'installation de WSUS Microsoft Internet Information Services (IIS) 6.0. Pour des instructions sur le mode d'installation des services

Plus en détail

Un serveur FTP chez soi Tutoriel pour Filezilla FTP server

Un serveur FTP chez soi Tutoriel pour Filezilla FTP server Space-OperaRécitsLogicielsCréationsBlogForum Un serveur FTP chez soi Tutoriel pour Filezilla FTP server DynDNS : Pourquoi et comment? Téléchargement et installation de Filezilla Server Configuration réseau

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

GastroTime TOC. Nouveau!

GastroTime TOC. Nouveau! Nouveau! Une timbreuse badgeuse GastroTime à un prix particulièrement intéressant! Fabrication suisse 4 langues (F/D/E/I) Dimensions : 21 x 14.5 x 3.5 cm 1 an de garantie Robuste Transfert à l aide d une

Plus en détail

LANDPARK NETWORK IP LANDPARK NETWORK IP VOUS PERMET D'INVENTORIER FACILEMENT VOS POSTES EN RÉSEAU

LANDPARK NETWORK IP LANDPARK NETWORK IP VOUS PERMET D'INVENTORIER FACILEMENT VOS POSTES EN RÉSEAU LANDPARK NETWORK IP Avril 2014 LANDPARK NETWORK IP VOUS PERMET D'INVENTORIER FACILEMENT VOS POSTES EN RÉSEAU Landpark NetworkIP est composé de trois modules : Un module Serveur, que l'on installe sur n'importe

Plus en détail

Microsoft Application Center Test

Microsoft Application Center Test Microsoft Application Center Test L'outil de Test de performance des Sites Web Avec Visual Studio.NET, il est fourni une petite application qui permet de valider la performance de son site Internet ou

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

Guide d'utilisation du Serveur USB

Guide d'utilisation du Serveur USB Guide d'utilisation du Serveur USB Copyright 20-1 - Informations de copyright Copyright 2010. Tous droits réservés. Avis de non responsabilité Incorporated ne peut être tenu responsable des erreurs techniques

Plus en détail

COSWIN MOBILE SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION

COSWIN MOBILE SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION SOMMAIRE I. FONCTION DU SERVEUR DE SYNCHRONISATION...3 II. ELEMENTS DU SERVEUR DE SYNCHRONISATION...3 1. APPLICATION ULSA... 3 2. APPLICATION IDE.... 3 III.

Plus en détail