Planchers en poutrelles béton et entrevous

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planchers en poutrelles béton et entrevous"

Transcription

1 Fiche Prévention - E2 F Planchers en poutrelles béton et entrevous Partie 2 : Approvisionnement et mise en œuvre La réalisation de planchers en poutrelles béton et entrevous est une opération courante sur les petits chantiers de bâtiments neufs (maison individuelle, bureaux inclus dans les bâtiments industriels ) ou sur les chantiers de réhabilitation où l utilisation d un appareil de levage de charge s avère difficile voire impossible. Au cours de cette activité, les compagnons sont fréquemment exposés au risque de chute de hauteur ou d effondrement de tout ou partie de la structure du plancher en construction. Cependant, ces risques immédiats ne doivent pas faire oublier l ensemble des risques à effets différés concernés par ce travail et, particulièrement, les troubles musculo-squelettiques résultant de la manipulation de matériaux lourds, les postures de travail contraintes et la répétition des gestes accomplis. Cette fiche prévention décrit des propositions pour améliorer les conditions de travail des opérateurs lors de la réalisation des planchers en poutrelles et entrevous. Définitions Système de planchers en poutrelles et entrevous Plancher réalisé en combinant des poutrelles parallèles et des entrevous placés entre celles-ci, éventuellement avec une dalle rapportée, coulée en place, qui peut servir ou non de dalle de compression. Fig. 1 Coupe sur plancher avec poutrelles précontraintes et entrevous de coffrage résistant en béton. Dalle béton armé épaisseur minimale de 4 cm sur l entrevous Poutrelle Entrevous dit «de coffrage résistant» Poutrelle en béton Élément porteur de faible section et de grande longueur, constitué de béton armé ou précontraint, entièrement ou partiellement préfabriqué. Entrevous Éléments intercalés entre les poutrelles et s appuyant sur ces dernières sans l intervention d un dispositif de maintien complémentaire. On distingue trois catégories d entrevous : les entrevous de coffrage simples (polystyrène expansé, fibres de bois moulées, matériau de synthèse, béton cellulaire, béton de granulats légers) ; les entrevous de coffrage résistants (béton et terre cuite) ;

2 les entrevous porteurs (béton et terre cuite). Les entrevous de coffrage peuvent être utilisés seulement dans un plancher avec une dalle de répartition. Les entrevous porteurs permettent, par leur forme et leurs caractéristiques mécaniques, de reporter la totalité des charges d exploitation sur les poutrelles et de résister aux actions locales, dispensant de réaliser une dalle de répartition rapportée. Dalle de répartition Dalle en béton armé monolithique coulée en place sur toute la surface du plancher, afin de répartir sur les nervures les charges concentrées ou pour assurer la résistance à la flexion de la dalle entre les nervures. Table de compression Membrure supérieure comprimée d une section de plancher porteur. Il peut s agir d une dalle de répartition liée aux nervures ou de la membrure supérieure des entrevous résistants et de la partie supérieure de la nervure. La table de compression est dite partielle si sa surface n est qu une fraction de la surface totale du plancher. La terminologie «dalle de compression» peut être utilisée en remplacement de «table de compression». Chevêtre Élément de structure horizontal destiné à réunir des éléments porteurs. Dans le cas des planchers en poutrelles béton et entrevous, il sert d appui aux poutrelles interceptées par une trémie. Le chevêtre repose soit sur un mur ou une poutre, soit sur un groupe de poutrelles juxtaposées. Des armatures de chevêtre pré-assemblées et standardisées existent afin d en faciliter la réalisation. Principaux risques Chute de poutrelles et d entrevous lors du levage, notamment pour les causes suivantes : accessoire de levage inadapté ; défaut d élingage de la charge ; palette d entrevous décerclée et/ou mal équilibrée. Absence de protecteur de sécurité équipant la fourche lève-palette. Chute de poutrelles et d entrevous posés, en raison de : profondeurs d appui insuffisantes (tolérances des ouvrages non respectées, implantation non vérifiée, armatures en attente de l élément support gênant la pose des poutrelles ) ; déplacement des appuis dû à un effort parasite (poussée des poutrelles et entrevous, efforts exercés pour la mise en place, ripages, chocs ) ; ruine de l appui (appui épaufré, non conçu ou mal conçu pour la phase transitoire, ou béton trop jeune, poutres non clavetées, absence des lisses d appui prévues à l étude ) ; ruine de poutrelle ou d entrevous (mauvaise qualité du talon de la poutrelle, entrevous fissuré, béton trop jeune, efforts mal répartis sur l appui, points saillants ). Ruine du plancher à poutrelles et entrevous, dû à : Fig. 2 Ruine d un plancher à poutrelles et entrevous lors du bétonnage défaut de l étude d étaiement, oubli ou sous-estimation de certaines hypothèses de charges ; défaut de l exécution de l étaiement (non-respect du plan d étaiement, matériel défectueux, non contreventé ) ; défaut de fabrication de poutrelle ou d entrevous (géométrie non conforme au plan, fissurations ) ; détérioration lors des manutentions, chargement, transport, déchargement, stockage ; surcharges sur l étaiement ou le plancher, notamment pendant les opérations de bétonnage (Fig. 2) ; enlèvement prématuré de l étaiement ; charges de chantier excessives et/ou non compensées par un étaiement adapté. Chute de hauteur du personnel : depuis les engins de transport, en cours de chargement ou de déchargement ; depuis les matériaux stockés ; lors des opérations d étaiement, de pose de poutrelles ou d entrevous en raison d équipements de travail en hauteur et de protections collectives absents ou inadaptés ; suite à la rupture d un entrevous liée à l absence d utilisation de panneaux de répartition de charges sous les pieds de l opérateur ; suite à la chute d entrevous consécutif au ripage de poutrelles mal calées (cas des entrevous en matériaux de synthèse notamment). Coupures ou blessures térébrantes (blessures profondes et creusant les tissus) par les armatures en attente aux extrémités des poutrelles. Affections dorsolombaires liées à la manutention manuelle et répétée de poutrelles en béton et d entrevous en béton ou en terre cuite. Renseignements à fournir par l entreprise Lors de la commande du plancher, l entreprise communique au fournisseur les informations nécessaires à l étude du projet : Photo DR 2

3 Fig. 3 Exemple de plan de pose Chapeaux droits Fig. 4 Protections collectives sur poutres et voiles Zone d entrevous négatifs (entrevous surbaissés) Étai 7 * RS * RS Nombre de poutrelles + type de poutrelles + longueur des poutrelles Illustration réalisée par TooMuch Chevêtre 5 * RS Zone BA à charge client Rectolight * RS * RS Rectolight Étai Chapeaux crossés Type d entrevous + épaisseur d entrevous + épaisseur de la dalle de répartition Charges G et Q reçues par plancher Poutrelles DR situation géographique du chantier (zone de sismicité ) ; situation du plancher dans l ouvrage : vide-sanitaire, plancher haut de sous-sol, plancher d étage intermédiaire, plancher de toiture-terrasse mode d étaiement : pose avec ou sans étai ; surcharges d exploitation à prendre en compte ; plancher neuf ou réhabilitation ; plans, coupes, façades, descriptif des travaux pour la définition des ouvrages d appui du plancher, les chevêtres pour les trémies et les renforts en fonction des charges localisées à supporter (cloisons, escaliers ). Plan de pose Pour chaque chantier, le fabricant du plancher ou le bureau d études de l entreprise fournit un plan de pose (Fig. 3) accompagné des recommandations de mise en œuvre, à partir des documents produits par l entreprise. Si le plan de pose est établi par le fabricant, le bureau d études de l entreprise doit l intégrer dans les plans d exécution du chantier. Le plan de pose est accompagné d un document de synthèse avec nomenclature des poutrelles, des entrevous, des aciers et du volume de béton à mettre en œuvre. Il doit être validé par l entreprise et la maîtrise d œuvre avant la livraison du plancher. périphérie des trémies (escalier ) ou sur les plates-formes de travail qui seront utilisées, par exemple, pour la pose des poutrelles (échafaudages, plates-formes individuelles roulantes ). Le type de protection collective adaptée aux différents ouvrages, ainsi que le choix des différentes plates-formes de travail pouvant être utilisées pour la pose du plancher, font partie des équipements de travail classiques du gros œuvre. La mise en œuvre des protections collectives avant même le début de la pose du plancher est une condition nécessaire à la réalisation du travail en sécurité. Levage et pose des poutrelles Les poutrelles sont posées sur les éléments porteurs, soit sans étais lorsque les poutrelles sont prévues pour cela, soit sur les files d étais indiquées sur le plan de pose. Ce dernier précise le sens d avancement de la pose, la distance de l axe de la première poutrelle par rapport à la rive et la distance entre les axes des poutrelles. Fig. 5 Pose depuis un échafaudage sur tréteaux Fig. 6 Mauvaise pratique d opérateurs en appui sur têtes de murs Protections collectives contre les chutes de hauteur Avant de commencer la pose des poutrelles et des entrevous, il convient de s assurer que l ensemble des protections collectives contre le risque de chute de hauteur a été mis en place tant sur les éléments porteurs du chantier (voiles et poutres en béton Fig. 4, voiles maçonnés ) qu en Photos DR 3

4 Pose de poutrelles à la grue Fig. 8 Fig. 9 Levage de poutrelles BP Fig. 10 Levage de poutrelles BA Entrevous d extrémité borgnes OUI Premier et dernier rangs d entrevous NON DR 60 mini 60 mini Fig. 7 Avant de poser les poutrelles, il convient de réaliser et de maintenir des arases parfaitement propres et à niveau, afin de garantir un bon positionnement des poutrelles et éviter leur pianotage. La pose des poutrelles doit s effectuer impérativement par le dessous, à partir de deux plates-formes de travail en hauteur sécurisées et équipées de garde-corps de résistance appropriée (Fig. 5) ; la pose par des opérateurs positionnés en haut des éléments porteurs (murs et poutres) est à proscrire (Fig. 6). Fig. 12 Fig. 11 Appui sur béton Appui sur maçonnerie Compte tenu du poids important des poutrelles en béton de l ordre de 15 à 30 kg/ml, l utilisation d un appareil de levage de charges est nécessaire, à chaque fois que cela est techniquement possible et plus particulièrement dans les chantiers d ouvrages neufs (Fig. 7). Les poutrelles sont élinguées en deux points proches des extrémités et levées en position horizontale. L élingage des poutrelles en béton précontraint est réalisé en cravate autour de la poutrelle (Fig. 8). Appui minimum de 5 cm Appui minimum de 2 cm Fig. 14 Fig. 13 Lisse de rive le long de l appui Amarrage d étai de rive au mur Pour les poutrelles en béton armé, les crochets de l élingue sont fixés directement sur les nœuds des raidisseurs à treillis proches des extrémités (Fig. 9). Pour obtenir le bon écartement et le calage des poutrelles, il est nécessaire de poser comme gabarits, soit des entrevous d extrémité borgnes (Fig. 10) (entrevous béton ou terre cuite), soit des tympans spécialement conçus pour les entrevous de coffrage simple, notamment ceux en matériau de synthèse. Certains entrevous de coffrage simple (fibres de bois moulées) sont conçus avec des obturateurs intégrés aux extrémités de chaque entrevous. L épaisseur des entrevous en polystyrène expansé est en général suffisante pour assurer l obturation complète de l espace ouvert aux extrémités des poutrelles. Lisse de rive Etai à fourche Fig. 16 Fig. 15 Appui sur poutre noyée Étrier de reprise d une poutrelle trop courte Aciers de chaînage Profondeurs d appuis Le type et la longueur des poutrelles sont renseignés sur une étiquette fixée sur chaque poutrelle. Sur un mur en maçonnerie, l appui minimal de la poutrelle ne doit pas être inférieur à 5 cm (Fig. 11). Sur une poutre béton ou un voile béton, l appui minimal de la poutrelle ne doit pas être inférieur à 2 cm (Fig. 12). 2 cm maxi Etrier de reprise des charges HA 14 minimum 8 cm minimum 4

5 Fig. 17 Pose avec une file centrale d étais (BA et BP) Fig. 18 Pose avec deux files d étais (BP) 1/2 de portée 1/2 de portée 2/5 de portée 1/5 2/5 de portée Fig. 19 Pose avec deux files d étais (BA) Fig. 20 Planche de répartition sous entrevous PSE à languette 1/3 de portée 1/3 de portée 1/3 de portée Planche de répartition Si ces valeurs ne sont pas respectées, il est obligatoire de mettre en place une lisse de rive le long de l appui (Fig. 13). L utilisation de dispositifs d amarrage des étais de rive au mur (Fig. 14) permet d obtenir une parfaite tenue de l appui de rive provisoire. Dans le cas de poutrelles trop courtes, si l extrémité du béton de la poutrelle n est pas à plus de 2 cm de l appui, il est possible de reprendre les efforts transmis par la poutrelle à l aide d un étrier de reprise des charges en ramenant les efforts sur les aciers du chaînage (Fig. 15). Il est également nécessaire d ajouter des armatures longitudinales complémentaires selon les instructions du bureau d études et en fonction du type de poutrelles. Il est également obligatoire de mettre en place une lisse de rive le long de l appui. Dans le cas d un appui des poutrelles sur une poutre noyée dans l épaisseur du plancher, les aciers longitudinaux des poutrelles doivent être ancrés de 8 cm minimum au-delà des aciers de la poutre. Le diamètre des armatures passant sous les fils de précontrainte de la poutrelle ne doit pas être inférieur à 14 mm (Fig. 16). Étaiement Selon les indications notées sur le plan de préconisation de pose du fabricant, les poutrelles avec étaiement peuvent être posées, soit : avec une file centrale d étais (poutrelles BA et BP) (Fig. 17) ; avec deux files d étais situées au 2/5 e et 3/5 e de la portée (poutrelles BP) (Fig. 18) ; avec deux files d étais situées au 1/3 et 2/3 de la portée (poutrelles BA) (Fig. 19). Afin d éviter tout risque d effondrement, les étais doivent être correctement dimensionnés et mis en œuvre par des personnes compétentes. Préférer l utilisation d étais NF et de poutrelles normalisées en aluminium, en bois ou en matériau composite, et respecter la notice de pose du fabricant. Utiliser une plate-forme individuelle roulante légère pour le travail en hauteur (PIRL). Équiper les étais de trépieds et de fourches à poutrelles. Les files d étais doivent être correctement contreventées et reposer sur un support d appui suffisamment résistant. Dans certains cas, la mise en place de semelles de répartition sous les platines d appui des étais peut s avérer nécessaire. La lisse d appui est positionnée de façon à venir en contact avec la sous-face des poutrelles sans les soulever. Une lisse d appui positionnée trop bas peut provoquer des contraintes supplémentaires préjudiciables aux poutrelles. D une façon générale, la mise en place de l étaiement est réalisée après la pose des poutrelles. Cependant, dans le cas particulier de poutrelles BA de grande longueur, l étaiement peut être mis en place avant les poutrelles, selon les instructions du plan de pose. Dans le cas de la pose d entrevous en polystyrène expansé avec languettes passant sous les talons des poutrelles, une planche de répartition doit être posée horizontalement entre 5

6 le dessus des lisses d appui et les languettes polystyrène, afin de limiter l écrasement de la languette lors du coulage de la dalle de répartition. La largeur de la planche doit être comprise entre 20 et 25 cm (Fig. 20). Approvisionnement et pose des entrevous La résistance des entrevous à un essai de poinçonnement-flexion, défini dans leurs normes respectives et les référentiels de certification CSTBat ou NF, est de : 150 dan pour les entrevous de coffrage simples (polystyrène expansé, fibre de bois moulés, matériaux de synthèse) ; 200 dan pour les entrevous de coffrage résistants (béton, terre cuite) ; 250 dan pour les entrevous porteurs (béton, terre cuite). Cependant, cette résistance est calculée pour des efforts statiques ; elle ne tient pas compte des efforts dynamiques amenés par la circulation des opérateurs (flexion des entrevous, efforts horizontaux ). La pose des entrevous, considérés comme des matériaux fragiles, doit donc être réalisée sans prise d appui directe sur ceux-ci. À chaque fois que cela est possible, l approvisionnement des palettes d entrevous au plus près de la zone de pose est à prévoir au moyen d un appareil de levage de charges, afin de diminuer les manutentions manuelles. Grues à tour type GMA (Fig. 21) permettant de surplomber la totalité de la zone de travail et chariots élévateurs de chantier (Fig. 22) sont les plus utilisés. Les accessoires de levage, placés entre le crochet de l appareil de levage et la charge doivent être en bon état et comporter une plaque d identification indiquant la CMU (charge maximale d utilisation). Ils doivent faire l objet d une vérification générale annuelle réalisée par une personne qualifiée. L approvisionnement des palettes d entrevous nécessite l utilisation d une fourche lève-palettes. L utilisation de sangles, chaînes ou câbles passant à l intérieur de la palette en bois est interdite. En cas de levage d une palette déhoussée ou décerclée, l utilisation d une fourche équipée d un protecteur de sécurité périphérique est nécessaire pour supprimer le risque de chute d un entrevous dans le vide pendant la manutention (Fig. 23). Le poids des palettes d entrevous en béton ou en terre cuite étant compris approximativement entre 1000 et 1500 kg, aucune palette ne doit être déposée directement sur les poutrelles, même étayées. Par conséquent, elles sont déposées sur des surfaces adaptées à la réception des matériaux. Le transfert horizontal des palettes d entrevous est assuré par un transpalette (Fig. 24), qui permet d amener les matériaux au plus près du poste de travail. Les transpalettes soulèvent la charge à la hauteur nécessaire et la déplacent en la décollant du sol. Ils ne sont pas considérés comme des appareils de levage. Fig. 21 Levage à la grue à tour Fig. 22 Levage au chariot élévateur de chantier Fig. 23 Fourche équipée d un protecteur de sécurité Fig. 24 Transpalette Fig. 25 Pose d entrevous par le dessous Fig. 26 Pose d entrevous par le dessus sur madriers bois Photos DR 6

7 La pose des entrevous peut se réaliser, soit par le dessous, soit par le dessus des poutrelles. La pose par le dessous, à partir d une plate-forme de travail de hauteur adéquate et équipée de garde-corps périphériques (PIRL, PIR), est adaptée aux entrevous de coffrage simples (polystyrène expansé, fibre de bois moulés, matériaux de synthèse) du fait de leur faible poids. Elle nécessite l intervention de deux opérateurs pour les hauteurs courantes sous plancher ; le premier approvisionne les entrevous au second opérateur qui les pose. Cette méthode présente l avantage de supprimer le risque de chute de hauteur lié à l appui direct de l opérateur sur les entrevous, mais présente l inconvénient, hormis en vide sanitaire, de devoir monter et descendre de la plate-forme de travail un grand nombre de fois (Fig. 25). La pose des derniers entrevous de chaque travée se réalise néanmoins par le dessus. La pose par le dessus convient davantage aux entrevous en béton ou en terre cuite, du fait de leur poids relativement important. Cette méthode, qui expose l opérateur à un risque de chute de hauteur entre deux poutrelles, nécessite, dès que possible, la mise en place de panneaux ou de madriers en bois d une largeur minimale de 50 cm entre l opérateur et les poutrelles ou les entrevous posés, afin de répartir le poids de l opérateur sur plusieurs poutrelles ou sur plusieurs entrevous (Fig. 26). Par ailleurs, la mise en place, au fur et à mesure, du treillis soudé sur l ensemble de la surface d entrevous posée apporte une résistance supplémentaire à la surface de circulation. Dalle béton Poutrelles et entrevous Panneaux de coffrage Chevêtres Fig. 27 Trémie et chevêtres Fig. 28 Protection et coffrage de trémie Les poutrelles et les entrevous sont choisis pour leur adéquation. La propreté et la planéité des appuis sur les poutrelles permettent de poser les entrevous de niveau. L appui des entrevous doit se réaliser sur toute la largeur des feuillures et ne jamais être inférieur à 15 mm. Les entrevous doivent être posés jointifs afin que ne subsiste aucun vide. Les entrevous d extrémité qui nécessitent un ajustement seront découpés avec précision. De même, l ensemble poutrelles et entrevous doit également être serré pour éviter tout jeu entre les composants. p rotection collective contre le risque de chute de hauteur dans la trémie ; support pour la fixation des joues de coffrage des chevêtres et de la rive de dalle en béton. Renforts sous charges linéaires Trémies et chevêtres Certaines charges concentrées nécessitent des dispositions spéciales qui doivent être obligatoirement analysées par le bureau d études de l entreprise. Les chevêtres sont, en général, repris par jumelage ou triplage de poutrelles. Le nombre de poutrelles est donné dans le plan de pose fourni avec le plancher. Reprise d une charge parallèle aux poutrelles La définition des armatures à mettre en place dans le chevêtre est du ressort du bureau d études de l entreprise. Les aciers inférieurs de la poutre-chevêtre sont relevés à 45 près des appuis et leur pliage est réalisé au-delà de l axe de la première poutrelle d appui du chevêtre (Fig. 27). La réalisation et la présence ultérieure des trémies exposent les opérateurs à un risque de chute de hauteur. Pour le supprimer, il est conseillé d obturer totalement la trémie par le dessous au moyen d un panneau équipé d une trappe d accès si nécessaire et reposant sur un matériel d étaiement correctement stabilisé (Fig. 28). Les poutrelles peuvent être jumelées ou triplées sous la charge. Des aciers de répartition sont disposés à intervalles réguliers perpendiculairement aux nervures dans la dalle de compression. Le nombre de poutrelles et la section des aciers de répartition sont déterminés en fonction de la charge ramenée sur le plancher. Reprise d une charge perpendiculaire aux poutrelles Ce panneau pourra servir à la fois de : On utilise, dans ce cas, un ferraillage complémentaire placé sur des entrevous surbaissés. m oyen d accès au plancher par incorporation d une échelle dans la trappe ; La section des armatures à mettre en place est déterminée en fonction de la charge ramenée sur le plancher. 7

8 Mise en œuvre des treillis soudés L enrobage des treillis soudés doit être assuré en garantissant une bonne mise œuvre du béton autour des armatures. Dans le cas des dalles de répartition d épaisseur minimale, le treillis soudé peut être calé à mi-épaisseur. Il existe, sur certains produits du marché, des bossages sur les hauts des entrevous qui constituent un calage pour l enrobage correct du treillis soudé (Fig. 29). Fig. 30 Répartition uniforme du béton DR DR Bétonnage Fig. 29 Bossages sur entrevous en fibres de bois moulées Le coulage de la dalle de répartition est réalisé en une seule opération. Son épaisseur minimale est de 4 cm au-dessus des entrevous de coffrage résistants (béton, terre cuite) et de 5 cm au-dessus des entrevous de coffrage simples, pouvant être ramenée à 4 cm si la surface des entrevous est nervurée transversalement et si l avis technique du procédé l autorise. Le déversement du béton est réalisé de façon uniforme à partir des appuis vers le milieu des travées (Fig. 30). Il est nécessaire d éviter les surcharges ponctuelles de béton qui peuvent produire la rupture des entrevous, la flexion des poutrelles ou le poinçonnement des entrevous PSE sur les poutrelles d étaiement. Enlèvement de l étaiement L enlèvement des étais ne peut avoir lieu qu après respect du délai de durcissement du béton. Il s effectue en commençant par les niveaux supérieurs et en descendant vers les niveaux inférieurs. Le délai de durcissement du béton est de 28 jours ; il peut être ramené à 7 jours en cas d utilisation d un béton spécifique et nécessite la mise en place d étais dits «de séchage», dont la répartition est précisée par le bureau d études. Le chargement des planchers par les matériaux des corps d état secondaires (cloisons, revêtements de sol ) ne peut avoir lieu, au plus tôt, que 28 jours après le coulage de la dalle de répartition du dernier niveau. Documentation Éditions OPPBTP Choix d un équipement de travail en hauteur Plate-forme individuelle roulante/légère (PIR/pirl). Fiche prévention J1 F Choix d un équipement de travail en hauteur Échafaudage roulant. Fiche prévention J1 F Choix d un équipement de travail en hauteur Échafaudage sur tréteaux. Fiche prévention J1 F Planchers en poutrelles béton et entrevous Partie 1 : Caractéristiques, manutention manuelle, livraison. Fiche prévention E2 F Protection de la trémie d escalier en maison individuelle. Fiche prévention B1 F Les garde-corps provisoires de chantier en rive de dalle. Fiche prévention B1 F Les étais simples du bâtiment Caractéristiques normalisées. Fiche prévention E3 F Utilisation du matériel d étaiement Les étais simples. Fiche prévention E3 F Autres Norme française NF P DTU 21. Travaux de bâtiment Exécution des ouvrages en béton. Norme française NF EN Produits préfabriqués en béton Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous Partie 1 : Poutrelles. Norme française NF EN A1. Produits préfabriqués en béton Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous Partie 2 : Entrevous en béton. Norme française NF EN A1. Produits préfabriqués en béton Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous Partie 3 : Entrevous en terre cuite. Norme française NF EN A1. Produits préfabriqués en béton Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous Partie 4 : Entrevous en polystyrène expansé. Norme française NF EN Produits préfabriqués en béton Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous Partie 5 : Entrevous légers de coffrage simple. Norme française NF EN Garde-corps périphériques temporaires Norme française NF X Ergonomie Manutention manuelle de charge pour soulever, déplacer et pousser/tirer Méthodologie d analyse et valeurs seuils. Code du travail : Articles D à D Code du travail : Articles R à R Recommandation R367 de la CNAMTS des 27 mai et 21 octobre 1993 visant à prévenir les risques dus aux moyens de manutention à poussée et/ou à traction manuelle. OPPBTP 25, avenue du Général Leclerc Boulogne-Billancourt Cedex Edition : décembre 2015 Conforme à la réglementation en vigueur à la date de parution. 8

Le Seacisol LE SEACISOL. La Dalle Isolante Sans Etai. Seacisol

Le Seacisol LE SEACISOL. La Dalle Isolante Sans Etai. Seacisol Le LE SEACISOL La Dalle Isolante Sans Etai Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES LES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN ŒUVRE LIMITES DE PORTEE 55 Le C H A

Plus en détail

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON CDC-EPB CAHIER DES CHARGES concernant la fabrication et la mise en oeuvre D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON TABLE DES MATIERES REMARQUE GENERALE--------------------------------------------------------------------------------------------------1

Plus en détail

guide de mise en œuvre L-Ments

guide de mise en œuvre L-Ments guide de mise en œuvre L-Ments 1 Table des matières Généralités 3 Sécurité 3 Domaine d application 3 Stockage 3 Mise en oeuvre 4 Manipulation 4 Pose 4 - Appuis 5 - Portées entre appuis 5 Fixation 6 Fixation

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm 1. Description Elément préfabriqué en béton de type d un voile en béton de 10 cm d épaisseur pour mur intérieurs non porteurs. Les armatures principales nécessaires à la stabilité du voile en béton sont

Plus en détail

Le système NEMO combine l avantage des poutrelles treillis ggi à la légèreté et à la facilité d utilisation du nouvel entrevous en bois composite.

Le système NEMO combine l avantage des poutrelles treillis ggi à la légèreté et à la facilité d utilisation du nouvel entrevous en bois composite. Le système NEMO combine l avantage des poutrelles treillis ggi à la légèreté et à la facilité d utilisation du nouvel entrevous en bois composite. Stockage, manutention et transport facilités. Mise en

Plus en détail

Prévenir. des fiches de postes. les risques mécaniques : pour informer

Prévenir. des fiches de postes. les risques mécaniques : pour informer Prévenir les risques mécaniques : des fiches de postes pour informer Pour la sécurité de vos salariés, adoptez les fiches de postes! Dans le cadre de son obligation générale de sécurité, l employeur doit

Plus en détail

built build to ALUMINIUM S

built build to ALUMINIUM S uilt build to ALUMINIUM TOURS ROULANTS EN ALUMINIUM QS Entreprise Projets Produits Echafaudage SYSTÈME QS POUR TOURS ROULANTES EN ALUMINIUM Le système de tours roulantes QS répond de façon efficace et

Plus en détail

Atelier B : Maintivannes

Atelier B : Maintivannes Atelier B : Maintivannes BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne Page 1 Buts de l exercice : - Elingage et manutention du matériel avec respect des consignes de sécurité

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX

Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX Commune de Chambly CONSTRUCTION D UN QUAI DE DEVERSEMENT EN BLOCS DE BETON PREFABRIQUE AUX SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET

Plus en détail

Ecrasé par un élément préfabriqué en béton cellulaire. Publication 13044.f

Ecrasé par un élément préfabriqué en béton cellulaire. Publication 13044.f Ecrasé par un élément préfabriqué en béton cellulaire Publication 13044.f Ecrasé par un élément préfabriqué en béton cellulaire Choc sur le chantier d un immeuble: Cédric P.* (23 ans) meurt écrasé sous

Plus en détail

Montage levage : protections collectives contre les chutes de hauteur

Montage levage : protections collectives contre les chutes de hauteur Fiche de sécurité D7 F 02 78 Création août 1978 Réédition décembre 1996 (*) Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 03 03 50 50 Fax

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

Restauration de toitures du bâtiment communal de Pont Ravagers

Restauration de toitures du bâtiment communal de Pont Ravagers Restauration de toitures du bâtiment communal de Pont Ravagers Marché à procédure adaptée MAPA Maîtrise d'ouvrage : commune de Sainte-Croix-vallées-françaises Maîtrise d'œuvre : commission travaux de la

Plus en détail

Poutres sous chaussée en béton armé

Poutres sous chaussée en béton armé Poutres sous chaussée en béton armé 1 Morphologie 2 Morphologie Le tablier est constitué d un hourdis reposant sur des poutres à talon ou sans talon avec entretoises intermédiaires et d appui 3 4 Type

Plus en détail

Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité

Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité Escaliers mécaniques et trottoirs roulants Informations et recommandations relatives aux améliorations en matière de sécurité et d accessibilité 8200 escaliers mécaniques et trottoirs roulants (source

Plus en détail

Plancher Portée maxi Epaisseur 1 file d étais du plancher 150+140 dan/m 2 (h+e en cm)

Plancher Portée maxi Epaisseur 1 file d étais du plancher 150+140 dan/m 2 (h+e en cm) TERRASSE ACCESSIBLE. > LES EXIGENCES Mécanique Thermique Sous-face Feu Mise en œuvre charges courantes Up maxi Ψ maxi dan / m W/m.K W/m.K + 10 X X apparente X 1 file d étais manutention en hauteur > LES

Plus en détail

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3.

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3. Epaisseur appliquée (mm) Epaisseur utile après tassement de 20% (mm) Résistance thermique R (m²k/w) Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3 (kg/m2) Nombre minimal

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 12 14 Produits préfabriqués lourds Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros

Plus en détail

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR 1 2 FONCTIONNEMENT DE LA MACHINE AVEC UN CYCLE CLASSIQUE : La charge est déplacée sur le convoyeur par l opérateur. Avec une levier l opérateur bloque les 6 rouleaux centrales. Une cellule de sécurité

Plus en détail

Écrans souples de sous-toiture faisant l objet d un Avis Technique

Écrans souples de sous-toiture faisant l objet d un Avis Technique Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 5 Toitures, couvertures, étanchéités Écrans souples de sous-toiture faisant l objet d un Avis Technique Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

UTILISATION D UNE CHUTE POUR SERRER LES LAMES ENTRE ELLES

UTILISATION D UNE CHUTE POUR SERRER LES LAMES ENTRE ELLES POSE PRÉCONISATIONS DE (LAMBRIS, HABILLAGES INTÉRIEURSLAMES DE PAREMENT) 1. Retirer les lames de leur emballage. Les lames de lambris/parement seront soigneusement empilées à plat sur des cales d aération

Plus en détail

Réception, manutention et entreposage des centres de commande de moteurs CENTERLINE 2500

Réception, manutention et entreposage des centres de commande de moteurs CENTERLINE 2500 Directives Réception, manutention et entreposage des centres de commande de moteurs CENTERLINE 2500 Réception IMPORTANT Toute livraison d équipement de Rockwell Automation au transporteur est considérée

Plus en détail

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant :

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant : 3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : Pare vapeur de permeance inférieure ou égale à : 0,015 g/h.m2.mmhg en zone très froide 0,05 g/h.m2.mmhg hors zone très froide. Les descriptions de pose

Plus en détail

COMMUNE DE HERRLISHEIM-

COMMUNE DE HERRLISHEIM- COMMUNE DE HERRLISHEIM-PRES-COLMAR Cahier des Charges Techniques Particulières Description sommaire / Quantitatif Lot n 01: GROS-OEUVRE MAITRE D OUVRAGE MAITRE D OEUVRE COMMUNE DE HERRLISHEIM- HOFFERT

Plus en détail

Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977

Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977 Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977 LE PREFET DES HAUTS DE SEINE - Chevalier de la Légion d Honneur Vu les articles L 183-1, L 183-2 et L 181-13 du Code des Communes, Vu l ordonnance n 69.15090 du 17

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE 3I SIT SYSTEME D INTEGRATION BAC ACIER. DISTRIBUTEUR DE SYSTEMES PHOTOVOLTAIQUES www.3i-plus.com

NOTICE DE MONTAGE 3I SIT SYSTEME D INTEGRATION BAC ACIER. DISTRIBUTEUR DE SYSTEMES PHOTOVOLTAIQUES www.3i-plus.com www.3i-plus.com NOTICE DE MONTAGE 3I SIT SYSTEME D INTEGRATION BAC ACIER France 20 bis, rue Louis Philippe 92200 Neuilly Sur Seine France Téléphone +33 (8) 70 40 88 99 Télécopie +33 (1) 72 70 36 89 info@3i-plus.com

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN. Document législatif consolidé. 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1

PARLEMENT EUROPÉEN ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN. Document législatif consolidé. 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1 PARLEMENT EUROPÉEN 1999 2004 Document législatif consolidé 21 septembre 2000 1998/0327(COD) PE1 ***I POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN arrêtée en première lecture le 21 septembre 2000 en vue de l adoption

Plus en détail

EXTENSION DE LA MAISON DU TENNIS

EXTENSION DE LA MAISON DU TENNIS EXTENSION DE LA MAISON DU TENNIS C.C.T.P. Lot N 05 ELECTRICITE COURANTS FORTS COURANTS FAIBLES CHAUFFAGE. ARCHITECTE CARTE BLANCHE 32 rue Richelieu 69100 VILLEURBANNE Tel : 04 78 03 82 27 Fax : 04 78 85

Plus en détail

Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes

Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes Modes Opératoires pour les activités à risque dans les travaux sur lignes aériennes 1- Présentation La nécessité d améliorer les méthodes d intervention sur les lignes aériennes de télécommunications s

Plus en détail

Dalles alvéolaires précontraintes

Dalles alvéolaires précontraintes Fiche Prévention - E4 F 09 13 Dalles alvéolaires précontraintes Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les dalles alvéolaires précontraintes (DAP) sont des dalles fabriquées en usine, constituées

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

MODE OPERATOIRE DU TIRAGE DE CABLES POUR LE CHANTIER CERN.PUITS N 5

MODE OPERATOIRE DU TIRAGE DE CABLES POUR LE CHANTIER CERN.PUITS N 5 MODE OPERATOIRE DU TIRAGE DE CABLES POUR LE CHANTIER.PUITS N 5 Pose de câbles 1/13 Phases + descriptif succinct Mise en sécurité de la zone de travail MODE OPERATOIRE TIRAGE DE CABLES Description des mesures

Plus en détail

Service hygiène et sécurité Centre de Gestion de l Orne

Service hygiène et sécurité Centre de Gestion de l Orne Service hygiène et sécurité Centre de Gestion de l Orne Ce guide a pour objectif de vous rappeler les règles générales de sécurité que vos agents doivent respecter lorsqu ils conduisent des engins. A cet

Plus en détail

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre -1- CASSETTE SP Guide de mise en œuvre Edition du 21 Août 2007 PMA by Arval ZA du Pays de Podensac 33720 CERONS - France Tel. +33 (0)5.57.98.14.50 Fax. +33 (0)5.57.98.14.60 commercial@pma.fr www.pma.fr

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements CHAPITRE 3 Terrassements Blindage en palplanches légères 8 Boisage, blindage des parois 7 Conditions générales 2 Décapage de terre végétale 3 Difficultés et travaux accessoires 4 Excavations 2, 4 Fonds

Plus en détail

Insta Stik FICHE TECHNIQUE. Nom du produit. Description du produit. Insta-stik s utilise pour faire adhérer

Insta Stik FICHE TECHNIQUE. Nom du produit. Description du produit. Insta-stik s utilise pour faire adhérer FICHE TECHNIQUE Insta Stik version 11/2015 Nom du produit Adhésif professionnel pour toitures Insta-stik Description du produit Insta-stik est un adhésif professionnel pour toitures monocomposant en polyuréthane

Plus en détail

EAU. Ses avantages. Descriptif. REGARD Compozit

EAU. Ses avantages. Descriptif. REGARD Compozit EAU REGARD L utilisation des matériaux composites permet de proposer une solution de branchement adaptée aux contraintes thermiques, mécaniques et d installation. Le regard enterré pour compteurs en ligne

Plus en détail

Étaiement des balcons

Étaiement des balcons Fiche Prévention - E4 F 07 13 Étaiement des balcons Les étaiements constituent, en général, dans le bâtiment, des opérations essentielles et répétées dont dépendent la stabilité et la solidité des ouvrages

Plus en détail

LOT N 19 - REVETEMENTS DE SOLS ET MURS

LOT N 19 - REVETEMENTS DE SOLS ET MURS LOT N 19 - REVETEMENTS DE SOLS ET MURS 1 - PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 - CONSISTANCE DES TRAVAUX Le présent lot a pour objet l'exécution des travaux suivants : - les revêtements de sols en carrelage et

Plus en détail

NOTICE D INSTRUCTIONS

NOTICE D INSTRUCTIONS Page : 1/12 NOTICE D INSTRUCTIONS FIXAPOUTRE Types 2.S / 3.S / 4.S / 5.S MONTAGE - UTILISATION MAINTENANCE Page : 2/12 SOMMAIRE 1 Description 2 Eléments des Fixapoutre 3 Tableaux de charge 3.1 Tableaux

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Réparation et renforcement des fondations Florian POUGET Cerema DTer Est DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Réparation des fondations des ponts voûtes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TETES GÉNÉRAU MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 avril 2011 modifiant l arrêté du 8 juillet 2008 définissant le modèle

Plus en détail

Les systèmes de planchers Poutre de Sous-Sol (PSS)

Les systèmes de planchers Poutre de Sous-Sol (PSS) Les systèmes de planchers Poutre de Sous-Sol (PSS) La retombée est fonction de la portée de la poutre, de la portée des planchers et des charges à reprendre (voir tableau de prédimensionnement). Définition

Plus en détail

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général page 1 LES DOCUMENTS DE REFERENCE Plan du bureau d études de structures. Plan de préconisation de pose établi par le fabricant, validé par le bureau

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos... 5. Domaine d application du guide... 7

SOMMAIRE. Avant-propos... 5. Domaine d application du guide... 7 SOMMAIRE Avant-propos...................................... 5 Domaine d application du guide...................... 7 Définitions Terminologie du volet roulant...9 La typologie des volets roulants....11

Plus en détail

Cuves à gasoil. Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD. Cuve 420 L

Cuves à gasoil. Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD. Cuve 420 L Cuves à gasoil Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD Cuve 420 L CUVE POUR LE TRANSPORT DE GASOIL TYPE CITGAZPE 2351 Cuve avec son capot ouvert. Vue intérieure du capot (moto pompe, soupape, embout de

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE POSE D'ENSEIGNE

DEMANDE D'AUTORISATION DE POSE D'ENSEIGNE ENSEIGNE PREENSEIGNE PUBLICITE CADRE RESERVE A L'ADMINISTRATION Date de dépôt :... N de dossier :... Dossier transmis à l Architecte des Bâtiments de France Ville de HAGUENAU DIRECTION DE L URBANISME Annexe

Plus en détail

Pollution de nappe par du fuel : recommandations d actions vis-àvis des hydrocarbures flottants Note dans le cadre des Appuis à la Police de l Eau

Pollution de nappe par du fuel : recommandations d actions vis-àvis des hydrocarbures flottants Note dans le cadre des Appuis à la Police de l Eau Pollution de nappe par du fuel : recommandations d actions vis-àvis des hydrocarbures flottants Note dans le cadre des Appuis à la Police de l Eau Rapport final BRGM/RP- 56829 - FR Décembre 2008 Pollution

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 13 septembre 2011 N/Réf. : CODEP-CAE-2011-049391 Monsieur le Directeur de l Aménagement de Flamanville 3 BP 28 50340 FLAMANVILLE OBJET :

Plus en détail

Porte de Garage PORTE DE GARAGE. Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89*

Porte de Garage PORTE DE GARAGE. Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89* Porte de Garage PORTE DE GARAGE Porte Enroulable ARTENS Sur Mesure / Standard Guide d installation 07/2013 600-00025-92-A *NOT89* 1 Consignes d installation Lire attentivement cette consigne d installation

Plus en détail

Le guide de la chape fluide

Le guide de la chape fluide TECHNOLOGIES RÉGLEMENTATION RÉSEAU D'APPLICATEURS AGRÉÉS RÉALISATIONS ACTUALITÉS ENVIRONNEMENT LAFARGE Le guide de la chape fluide Plancher chauffant Isolation phonique Isolation thermique Rénovation des

Plus en détail

NF C 15-100 : amendement A5

NF C 15-100 : amendement A5 Page : 1 sur 6 1. Objet La norme NF C 15-100 dans sa version actuelle date de décembre 2002. Elle a subit quelques amendements qui n apportaient que peu de changements. L amendement A5, applicable à partir

Plus en détail

Clôture en bois composite. Guide technique CLÔTURE MONTRÉAL

Clôture en bois composite. Guide technique CLÔTURE MONTRÉAL Clôture en bois composite Guide technique CLÔTURE MONTRÉAL Guide COMPOSEZ SELON VOS IDÉES 3 9 4 8 6 5 2 7 11 1 3 11 3 4 10 4 LAMES DE REMPLISSAGE Épaisseur 22 mm / Largeur Longueur 1,77 m 1 Brun exotique

Plus en détail

Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex

Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex Bureaux Parc d Ester- Bât Boréal 24 rue Atlantis 87069 Limoges cedex Contact service exploitation Tél. : 05 40 16 12 28 Fax : 05 55 35 32 59 @ : exploitation-limousin@axione.fr www.axione-limousin.fr PRECONISATIONS

Plus en détail

ABYSSE Guide de mise en œuvre

ABYSSE Guide de mise en œuvre -1- -1- ABYSSE Guide de mise en œuvre Edition du 21 Août 2007 PMA by Arval ZA du Pays de Podensac 33720 CERONS - France Tel. +33 (0)5.57.98.14.50 Fax. +33 (0)5.57.98.14.60 commercial@pma.fr www.pma.fr

Plus en détail

Entre prévention et auto-certification. Industrie. actu e n images

Entre prévention et auto-certification. Industrie. actu e n images actu e n images Industrie Entre prévention et auto-certification Les deux sites GE Energy situés sur le Territoire de Belfort sont certifiés par leur groupe pour leur politique en matière de santé et sécurité

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 05 15 Le maçon à son poste de travail Partie 4 : les produits de maçonnerie Fabrication des liants, approvisionnement, mise en œuvre La réalisation de murs en maçonnerie est une

Plus en détail

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges Trafic combiné Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges - 1 - Table des matières 1. Rappel : sollicitations auxquelles sont soumises

Plus en détail

Avis Technique 14/11-1675

Avis Technique 14/11-1675 Avis Technique 14/11-1675 Kit isolé de traversée d'étage ou de paroi Conduit de fumée Chimney Abgasanlagen Système isolé pour traversée de paroi horizontale et verticale Titulaire : ISOTIP-JONCOUX 79,

Plus en détail

PCB 80 Plancher collaborant. Fiche technique Avis Technique CSTB

PCB 80 Plancher collaborant. Fiche technique Avis Technique CSTB PCB 80 Plancher collaborant Fiche technique Avis Technique CSTB V1/2011 caractéristiques du profil 77 54 187,5 750 Détail géométrique de la tôle épaisseur (mm) 0,75 0,88 1 poids (dan/m 2 ) 9,39 11,02 12,53

Plus en détail

Modulation de construction et préfabrication

Modulation de construction et préfabrication Chapitre 5 : LES COMPOSANTS PREFABRIQUES EN BETON POUR LE BATIMENT Les composants préfabriqués pour le bâtiment seront divisés en 2 grandes catégories : Les composants linéaires (pieux, poteaux, poutres

Plus en détail

Manuel d'utilisation Lire attentivement et bien assimiler le manuel d utilisation avant d'utiliser la machine.

Manuel d'utilisation Lire attentivement et bien assimiler le manuel d utilisation avant d'utiliser la machine. GRINDLUX 4000 GRINDL UX 4000 GRINDLUX 40 00 GRINDLUX 4000 GR INDLUX 4000 GRINDLU X 4000 GRINDLUX 400 0 GRINDLUX 4000 GRIN D L U X 4 0 0 0 G R I N D L U X 4 0 0 0 G R I N D L U X 4 0 0 0 GRINDLUX 4000 GRIND

Plus en détail

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution SOMMAIRE 7 Introduction 9 Domaines d application du guide 11 Contexte de l opération 11 1. Intervenants 11 2. Types d opération 12 3. Phasage de l opération 13 4. Interfaces 15 Conception, dimensionnement

Plus en détail

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment Fiche Prévention - E5 F 03 13 Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment La manutention d armatures sur les chantiers du bâtiment est une tâche fréquente, voire quotidienne.

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE Epure

DOSSIER TECHNIQUE Epure DOSSIER TECHNIQUE Epure FDOCDT01FAP001 04/02/2010 1/19 SOMMAIRE 1 COMPOSANTS 1.1 Les plateaux Synoptique Page Matériau Page Les passe-câbles Page 1.2 Les piétements Synoptique Page Composants Page 1.3

Plus en détail

Préfa Béton International

Préfa Béton International Préfa Béton International Édition française Août 20144 NOUVELLE La sécurité qu offrent les dalles alvéolées en cas d incendie TECHNO LOGIE DU BETON Système de bétonnage sur semi-portique permettant une

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

PANISOL. 7 rue Henri MOISSAN ZAE La Trentaine FR-77507 CHELLES. Installations de génie climatique et installations sanitaires

PANISOL. 7 rue Henri MOISSAN ZAE La Trentaine FR-77507 CHELLES. Installations de génie climatique et installations sanitaires Avis Technique 14/14-1983 Annule et remplace l Avis Technique 14/11-1671 Panneau d'isolation pour l'installation d'appareils de chauffage à combustible solide Poêle Fireplaces Kamine PANISOL Titulaire

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de procédé de fabrication» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION RECOMMANDATIONS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION Décision de la Commission Régionale

Plus en détail

mono mur POSE À JOINTS MINCES Pose et mise à niveau des platines

mono mur POSE À JOINTS MINCES Pose et mise à niveau des platines POSE À JOINTS MINCES mono mur La pose du mono mur est facilitée par l utilisation d accessoires pour traiter tous les points singuliers. La rectification en usine des surfaces de pose du mono mur confère

Plus en détail

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 Équipements de travail et de protection individuelle Code du Travail Articles R4323-1 à R4323-28 Code du Travail R4323-91 à R4323-106 Arrêté du 22 octobre 2009

Plus en détail

AMIANTE LANCEMENT DES MARCHÉS DE TRAVAUX RAPPELS

AMIANTE LANCEMENT DES MARCHÉS DE TRAVAUX RAPPELS N 109 - SOCIAL n 55 - MARCHES n 24 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 octobre 2013 ISSN 1769-4000 AMIANTE LANCEMENT DES MARCHÉS DE TRAVAUX RAPPELS L essentiel La question de l amiante est

Plus en détail

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «TMS Pros Action» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition de matériels

Plus en détail

CHAMBRE SYNDICALE DES VERRERIES MECANIQUES DE FRANCE

CHAMBRE SYNDICALE DES VERRERIES MECANIQUES DE FRANCE CHAMBRE SYNDICALE DES VERRERIES MECANIQUES DE FRANCE CAHIER DES CHARGES PALETTES REUTILISABLES 1000 x 1200 Ä A QUATRE ENTREES A SEMELLES ENCADREES Ä TYPE D 3071 RÄfÄrence : VMF PBN/G Ce document comprend

Plus en détail

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes Direction Départementale des Territoires de la Savoie Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes ( Loi du 12 juillet 2010 - Décret du 30 janvier 2012 ) Ce résumé des

Plus en détail

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981

Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981 Note à Mesdames et Messieurs les Fonctionnaires généraux(ales). Votre lettre du Vos références Nos références Annexes DD/DD/SIPPT/201000366RA.9981 Objet : Sécurité: Sécurité lors de charge de batteries.

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 06 01 25

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 06 01 25 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Division Protection Mécanique Laboratoire Mécanique Malveillance Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 63 82

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION Installations de gaz Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz > Arrêté du 2 août 1977 modifié > Normes NF DTU 61.1 - NF DTU 24.1 > Cahier des charges

Plus en détail

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187. MARTEAU ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.1) Les engins seront fournis par le Comité Organisateur. (187.2)

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION DES CABLES CHAUFFANTS ET DES ACCESSOIRES TRASSACOME

INSTRUCTIONS D INSTALLATION DES CABLES CHAUFFANTS ET DES ACCESSOIRES TRASSACOME INSTRUCTIONS D INSTALLATION DES CABLES CHAUFFANTS ET DES ACCESSOIRES TRASSACOME NO201-FR_A00 Instructions d installation -02/2014 SOMMAIRE PREAMBULE... 2 MONTAGE TYPIQUE... 3 A réception du matériel :...

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Propriétés physiques complexes

Propriétés physiques complexes Propriétés physiques complexes Les propriétés physiques complexes (moins bien définies) sont les suivantes : rigidité résistance à la compression de la boîte résistance au déchirement résistance au choc

Plus en détail

SOMMAIRE. Conditions de stockage et de pose sur chantier... 45. Protection d accès... 47

SOMMAIRE. Conditions de stockage et de pose sur chantier... 45. Protection d accès... 47 SOMMAIRE Généralités........................................... 5 Domaine d application du guide............................. 6 Définition de la pose flottante.............................. 7 Parquets

Plus en détail

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications PROTECTION FEU PASSIVE TM ULTIMATE Protect La formule pour une isolation efficace des conduits de ventilation et de désenfumage Manuel d'installation et de spécifications Le Leader Mondial de l'isolation

Plus en détail

ETAT DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES INTERIEURES DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION

ETAT DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES INTERIEURES DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION ETAT DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES INTERIEURES DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION Norme XP C 16 600 N de dossier : 2012-02-011 A / Désignation du ou des immeubles bâti(s) : Localisation du ou des bâtiments

Plus en détail

Installation électrique provisoire intérieure des chantiers de bâtiment

Installation électrique provisoire intérieure des chantiers de bâtiment Fiche Prévention G1 F 03 12 Installation électrique provisoire intérieure des chantiers de bâtiment Cette fiche présente les principes généraux de conception et le schéma guide de l installation électrique

Plus en détail

Le plancher poutrelles hourdis

Le plancher poutrelles hourdis Le plancher poutrelles L E P L A N C H E R POUTRELLES-HOURDIS Chapitre I: Chapître II: Chapitre III: Chapitre IV: Chapitre V: CARACTERISTIQUES GENERALES LES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN ŒUVRE LIMITES

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

PLANCHER HOURDIS: PERFECTIONNEZ-VOUS

PLANCHER HOURDIS: PERFECTIONNEZ-VOUS PLANCHER HOURDIS: PERFECTIONNEZ-VOUS 30/08/2011 Sommaire CHAPITRE I: LECTURE DE PLAN Plan bureau d étude - Plan d architecte Les représentations normalisées Quelques définitions 4 7 8 CHAPITRE II: LES

Plus en détail

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette FIREROCK Panneau rigide mono densité revêtu d une feuille d aluminium. le + produit : protection des murs d adossement, résistance à la température et sécurisation de la cheminée. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Plus en détail

Attestation d essais CER.F.F. d un modèle de cloison

Attestation d essais CER.F.F. d un modèle de cloison Attestation d essais d un modèle de cloison CLOISONS AMOVIBLES CLOISONS DÉMONTABLES Cahier des charges Version 1.3 15 décembre 2008 SOMMAIRE 1 REFERENCES NORMATIVES... 2 2 TERMINOLOGIE DÉFINITIONS... 2

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCE. ATTENTION : Ce dossier ressource est utilisé aux épreuves EP1-A et EP2. Il doit être rendu avec le sujet à chaque fin d épreuve.

DOSSIER RESSOURCE. ATTENTION : Ce dossier ressource est utilisé aux épreuves EP1-A et EP2. Il doit être rendu avec le sujet à chaque fin d épreuve. DOSSIER RESSOURCE Composition du dossier : -Dossier de plans : pages 2 à 6 -Extrait du descriptif : page 7 -Documentation technique : pages 8 à 15 N du candidat : ATTENTION : Ce dossier ressource est utilisé

Plus en détail

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie DESCRIPTIF QUANTITATIF ESTIMATIF : LOT n 1 Terrassement Maçonnerie Adresse des travaux Centre Montée Technique du Docteur Municipal Odin ZI 42330 GavéSaint Galmier 42330Saint Galmier Réf.affaire : 004.12

Plus en détail