Journée Comptabilité Analytique Hospitalière et Contrôle de Gestion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée Comptabilité Analytique Hospitalière et Contrôle de Gestion"

Transcription

1 1 Accroître l efficience de notre système de santé Journée Comptabilité Analytique Hospitalière et Contrôle de Gestion 19 novembre 2013 Agence Régionale de Santé Midi-Pyrénées 10 chemin du Raisin Toulouse cedex

2 SOMMAIRE La fiabilisation des comptes La certification des comptes L'autorisation d'emprunter Le réseau d'alerte Le comité régional de veille active des situations de trésorerie

3 La fiabilisation des comptes

4 4 LA FIABILISATION DES COMPTES : 1-LE CONTEXTE Articles 13, 14 et 15 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (justification de l'emploi des fonds publics) et article 47-2 de la Constitution dispose que «les comptes des administrations publiques sont réguliers et sincères. Ils donnent une image fidèle du résultat de leur gestion, de leur patrimoine et de leur situation financière» => impératif démocratique : -Information sur la situation patrimoniale et financière de l'établissement -Meilleure utilisation de la comptabilité dans la gestion pour plus d'efficacité (contrôle de gestion, comptabilité analytique, analyse financière prospective, ) -Transparence sur la situation financière (qualité des prévisions budgétaires par une meilleure connaissance de l'obsolescence à venir des actifs, des provisions et engagements, ) -Meilleure connaissance des charges actuelles et futures (charges à payer, provisions pour risques et charges, )

5 5 LA FIABILISATION DES COMPTES : 1-LE CONTEXTE Améliorer la gestion des risques : levier du contrôle interne et démarche qualité pour sécuriser les procédures financières, y compris sur le plan informatique pour répondre aux besoins opérationnels des établissements publics en matière : - de performance des processus de gestion, - de réduction des coûts de non qualité, - d amélioration de la sécurité juridique et financière.

6 6 LA FIABILISATION DES COMPTES : 1-LE CONTEXTE Circulaire interministérielle DGOS-DGFiP du 10 octobre 2011 relative au lancement du projet de fiabilisation des comptes de l ensemble des établissements publics de santé (indépendamment de la certification) Concerne tous les établissements publics de santé : certifiables et non certifiables Applicable depuis sa diffusion POUR LE MILLIER D'EPS AU NIVEAU NATIONAL : FIABILISATION Env. 130 certifiés par Commissaires aux Comptes 3 certifiés par Cour des Comptes Env. 870 sans certification

7 7 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF UN SEUL CADRE COMPTABLE ET FINANCIER NORMÉ : En cours : refonte de l'instruction codificatrice par regroupement des différentes sources déjà diffusées, avec intégration des : travaux menés au plan national, avis du Conseil de Normalisation des Comptes publics (CNoCP), retours d'expériences apportées par les praticiens. À terme : un référentiel comptable et financier unique, opposable aux tiers (= ni contestable, ni sujet à interprétation) : la M21 parution prévue fin 2013 pour application dès l'exercice budgétaire et comptable 2014

8 8 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF QUELQUES RECOMMANDATIONS D'ENSEMBLE : Démarche échelonnée dans le temps : lissage des travaux lissage de leurs impacts organisationnels et financiers intégration durable de la nécessité de conserver des comptes fiables Adéquation des objectifs aux moyens disponibles (arbitrages nécessaires) Pilotage par le chef d'établissement, avec le comptable, partenaire privilégié (implication personnelle des deux acteurs) Traitement prioritaire des : anomalies les plus importantes en enjeux financiers risques majeurs

9 9 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF L'AUTODIAGNOSTIC CONJOINT, PREMIÈRE PHASE ESSENTIELLE : Conjoint : à la fois par l'ordonnateur et le comptable Autodiagnostic conjoint des postes du bilan comportant des montants significatifs et constituant des enjeux pour la sincérité des comptes (essentiellement comptes 10x, 13x, 14x, 15x, 203x, 21x, 238x, 4x) Autodiagnostic conjoint du contrôle interne comptable à partir : des pratiques existantes des cartographies des risques (à adapter aux situations locales) pour l'ensemble des services de l'ordonnateur (pas uniquement la DAF) et du comptable

10 10 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF UN IMPACT LIMITÉ DES CORRECTIONS D'ERREURS CONSTATÉES : Dans une majorité de cas Nouvelle procédure élaborée après avis conforme du Conseil de Normalisation des Comptes publics (CNoCP) Correction des écritures erronées : en "situation nette", c'est à dire par le haut de bilan sans impact sur le résultat de l'exercice (sans comptes de classes 6 ni 7) en balance d'entrée uniquement, les écritures de l'exercice courant étant comptabilisées conformément à la règle de droit commun Correction limitée : pas de possibilité de seconde rectification d'écritures déjà rectifiées attention appelée

11 11 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF LA PROBLÉMATIQUE DU SYSTÈME D'INFORMATION : Souvent externalisé auprès d'éditeurs hospitaliers Généralement diversifié (plusieurs applications non intégrées, y compris bureautique) Multi-utilisateurs (attention appelée sur leurs habilitations pour traçabilité des opérations) Compatibilité avec le système d'information du comptable (HÉLIOS) à obtenir avant le 01/01/2015 (arrêté du 03/08/2011) : "protocole échange standard version 2" (PESV2), nécessitant une fiabilisation des bases actuellement utilisées : tiers clients et débiteurs (DUPONT Serge, DUPOND Serge, M. DUPONT Serge, ) diminuera les coûts de "non-qualité" tiers auxiliarisés (marchés publics, régies d'avances et de recettes, ) attention des ordonnateurs appelée sur le "Guide d'auditabilité des systèmes d'information" (page "Fiabilisation" du site web du Ministère de la Santé, aux 2/3 de la page environ)

12 12 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF Aspects contrôle interne et audit La préparation des hôpitaux : Se reporter au guide d auditabilité des SI Une cartographie des SI avec les interfaces doit être établie, intégrant les risques et les contrôles opérés. L environnement de contrôle global doit être documenté (intégrité des données, sécurité physique, logique et sécurité des accès). Les activités de contrôle doivent être décrites et documentées.

13 13 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS : : Une organisation unilatérale : elle doit au contraire être partagée entre l'ordonnateur et le comptable L absence de suivi de la "campagne budgétaire" : veiller au contraire à la date de mise à disposition de l'eprd et de ses décisions budgétaires infraannuelles, mais aussi à confectionner (et à diffuser largement) un rétro-planning formalisé des opérations de fin d'année à établir pour une confection du compte financiers et de ses annexes plus sereine et moins contrainte en terme de délais (orientation actuelle : premier compte provisoire disponible au 31/01/N+1) Des opérations de cession d'immobilisations non dénouées : liquider au contraire la totalité des opérations à comptabiliser simultanément à l'émission du titre au compte 775

14 14 LA FIABILISATION DES COMPTES : 2-LE DISPOSITIF LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS : UNE ATTENTION ACCRUE SUR CERTAINS DOMAINES : Inventaire Amortissements Dépréciations et provisions Distinction entre charges et immobilisations (exploitation et équipement) Reports de charges (constats fréquents des juridictions financières)

15 15 LA FIABILISATION DES COMPTES : 3-L'ORGANISATION COPIL NATIONAL Orientations DGOS DGFiP Textes, documentation, pilotage, suivi, recours 2nd niv. RÉFÉRENT RÉGIONAL ARS RÉFÉRENT RÉGIONAL DGFiP Animation, suivi, recours 1er niv. => interlocuteurs des 2 réseaux COPIL RÉGIONAL Pilotage régional HÔPITAUX TRÉSORERIES Définition des priorités, pilotage Partenariat privilégié Fiabilisation des comptes

16 16 LA FIABILISATION DES COMPTES : 3-L'ORGANISATION DISPOSITIF DE FORMATION : - formation spécifique "Fiabilisation", commune aux personnels DGFiP et DGOS, organisée en interrégional (Centre interrégional de Formation (CIF) de TOULOUSE à Lardenne) : stage de 2 jours codifié «SPL 216 T» - module conçu par l'école des hautes Études de la Santé publique (EHESP) et l'école nationale des Finances publiques (ENFiP) - inscription : personnels DGFiP : auprès de leur service local de la formation professionnelle, en précisant qu'il s'agit de formations organisées par le CIF personnels hospitaliers : en se connectant avec le lien à (cf message de l'ars en compte-rendu du COPIL régional du 12/06/2013)

17 17 LA FIABILISATION DES COMPTES : 4-LA DOCUMENTATION LE SITE INTERNET DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ : accès par : > DOSSIERS : prendre la lettre "C" > Certification et fiabilisation des comptes accès par : accès par moteur de recherche habituel : taper "fiabilisation comptes" et se laisser guider par les propositions attention appelée sur la documentation du site du Ministère de la Santé, cf diapos suivantes

18 18 LA FIABILISATION DES COMPTES : 4-LA DOCUMENTATION Guide de fiabilisation des comptes des hôpitaux (diffusé par la circulaire interministérielle DGOS-DGFiP du 10 octobre 2011 relative au lancement du projet de fiabilisation des comptes de l ensemble des établissements publics de santé) : - Recommandations générales pour la conduite du projet - Qualité comptable - Fiabilisation des états financiers - Déploiement d'un dispositif de maîtrise des risques comptables et financiers - Certification pour les établissements concernés

19 19 LA FIABILISATION DES COMPTES : 4-LA DOCUMENTATION Fiches comptables : - Fiche n 1 : traitement comptable du risque de non recouvrabilité - Fiche n 2 : compte 144-Provisions réglementées pour propre assureur - Fiche n 3 : ajustement de l'inventaire et de l'actif - Fiche n 4 : corrections d'erreurs commises au cours d'exercices antérieurs - Fiche n 5 : schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et aux baux emphytéotiques

20 20 LA FIABILISATION DES COMPTES : 4-LA DOCUMENTATION - Fiche n 6 : apurement du compte158-autres provisions pour charges - Fiche n 7 : comptes 102 et 13 et l'imputation comptable des financements et dotations - Fiche n 8 : préparer la venue du certificateur => pour les établissements concernés - Fiche n 9 : TVA dans les EPS - Fiche n 10 : suppression de l'amortissement progressif - Fiche n 11 : ressources affectées Cartographies des processus (à adapter au contexte local) Cadre législatif et réglementaire Auditabilité des systèmes d'information : guide méthodologique => attention des ordonnateurs appelée Retours d'expérience (rencontre des référents ARS et DGFiP du 22/03/2013) Foire aux questions => attention appelée : cas concrets

21 21 LA FIABILISATION DES COMPTES : 5-EVOLUTION DE LA M21 Une refonte du compte financier (arrêté du 27 novembre 2012) en 2 parties : - compte de résultat, bilan et annexe certification si établissement dans le périmètre - états relatifs à l exécution budgétaire La publication d un référentiel budgétaire et comptable M21 consolidé et précisé - en consultation sur internet d octobre à décembre une mise à jour de la nomenclature comptable fin 2013 avec effet au 1er janvier publication du texte définitif par arrêté interministériel début 2014

22 22 LA FIABILISATION DES COMPTES : 5-EVOLUTION DE LA M21 Des états financiers rénovés depuis la clôture 2012 Compte financier Etats financiers soumis à certification Eléments non certifiés Bilan (E1) Compte de résultat Annexe (enrichie) Rapport de gestion (nouveau).exécution EPRD (A, B).Résultats (C).Affectation résultats (D).Gestion patrimoniale (E sauf E1)

23 23 Une annexe enrichie Faits caractéristiques de l exercice, principes et méthodes comptables -Principes et méthodes comptables - Faits caractéristiques de l exercice - Circonstances qui empêchent de comparer d un exercice sur l autre certains postes -Méthode utilisée pour la reconnaissance des produits de l activité hospitalière Annexe Note relative aux postes de bilan - Tableau des provisions et des dépréciations (Etat F0) - Tableau des subventions d équipement transférables (Etat F1) - Tableau retraçant les méthodes de calcul des amortissements (Etat F2) - Etat de la dette financière (Etat F3) - Etat des participations au 31/12/N (Etat F5) - Tableau des restes à recouvrer (Etat F8) - Tableau des restes à recouvrer au 31/12 sur hospitalisés et consultants (Etat F9) - Principes et méthodes d évaluation - Mouvements ayant affecté les différents postes de l actif immobilisé - Variation des capitaux propres et des provisions réglementées - Evaluation et comptabilisation des stocks - Détail et évaluation des valeurs mobilières de placement Note relative au compte de résultat - Etat des subventions d exploitation accordées par l établissement (Etat F6) - Etat des charges sur exercices antérieurs (Etat F7) - Détail des recettes - Tout élément significatif explicitant les comptes Autres informations - Etat des engagements hors bilan (Etat F4) - Tableau synthétique des effectifs - Evénements significatifs postérieurs à la clôture - Information sur les aspects environnementaux - Honoraires du commissaire aux comptes

24 24 LA FIABILISATION DES COMPTES : 5-EVOLUTION DE LA M21 Principales actualisations du référentiel M21 Corrections d erreurs Subventions d équipement reçues Provisions Immobilisations Dépenses de personnel Recettes de l activité Ressources affectées

25 25 M21 - Corrections d erreurs Intégration des prescriptions du CNoCP. - objectif : un système qui tient compte des spécificités de la gestion budgétaire des établissements publics de santé (seuil de déficit, exécution d un EPRD avec les flux de l année civile) ; - des corrections d erreur corrigées sur la situation nette (compte 11 ou 106) o compte 11 : opérations non dénouées : provisions, dépréciations o compte 106 : opérations dénouées (par exemple, régularisations patrimoniales)

26 26 M21 - Subventions d équipement reçues Introduction des critères de distinction des comptes : - premier critère : indication du financeur (si apport ou dotation ou financement non susceptible de reprise : compte 102 ; dans le cas contraire : compte 13) - si le bien ou le lot financé est individualisable : compte 13 - si le bien génère des ressources qui justifieraient que le financement demeure durablement au bilan : compte sinon : compte 13

27 27 M21 - Subventions d équipement reçues Complément de dotation Le financement est désigné comme tel par l organisme versant (cf décision attributive ou tout document connexe concernant l opération) Concerne une opération globale sans affectation à un équipement ou un lot d équipements déterminé (corporels ou incorporels) Le financement se rapporte à des opérations d investissement qui génèrent des ressources à l établissement du fait de leur impact sur l activité principale ou les activités annexes Subvention d investissement Le financement est désigné comme tel par l organisme versant (cf décision attributive ou tout document connexe concernant l opération) Sert à l acquisition d un équipement ou d un lot d équipements (corporels ou incorporels) clairement identifié Le financement se rapporte : - soit à des opérations d investissement qui n ont pas d impact direct sur les ressources de l établissement ; - soit à des opérations qui n ont pas vocation à diminuer les coûts spécifiques d une activité de l établissement.

28 28 M21 - Provisions Rappel des notions devant donner lieu à constitution de provisions (clarification avec réserves, report à nouveau, produits constatés d avance notamment) - une provision est un passif (sortie de ressource probable sans contrepartie équivalente au bénéfice d un tiers) dont l échéance et le montant ne sont pas fixés de façon précise - hormis la compensation des surcoûts en fonctionnement des opérations d investissement (compte 142), les financements par anticipation donnent lieu à enregistrement de produits constatés d avance - les techniques de pilotage du résultat au moyen de provisions sont proscrites - cas particulier, à ce stade, des surcoûts de fonctionnement (classés en provisions réglementées)

29 29 M21 - Immobilisations (1) Précision sur les critères d immobilisation, de composants, suppression des amortissements progressifs, durée d amortissement des biens, prise en compte des différents avis du CNoCP (cf. supra) - critères d'immobilisation : la notion de propriété se combine avec la notion de contrôle (ie bénéfice du potentiel de service) déjà mis en œuvre pour les BEH et contrats de partenariat - rappel du principe des composants (déjà prévu en 2006) si les durées de vie des éléments d'un même actif sont significativement différentes caractère significatif du composant durée d'utilisation différente enjeux sur la fiabilité des états financiers

30 30 M21 - Immobilisations (2) Précision sur les critères d immobilisation, de composants, suppression des amortissements progressifs, durée d amortissement des biens, prise en compte des différents avis du CNoCP (cf. supra) - amortissements progressifs : supprimés car ne correspondant pas à une réalité économique - durée d amortissement des biens : n est plus normée mais fixée par l'ordonnateur en fonction de la durée prévisible d'utilisation (dépend des conditions) - seuil d immobilisation porté à rappel des principes relatifs à la première comptabilisation, aux biens historiques et culturels, aux biens concourant à la réalisation d un service public

31 31 M21 - Immobilisations (3) L établissement Dispose de la propriété Ne dispose pas du droit de propriété Dispose du contrôle Ne dispose pas du contrôle Les immobilisations corporelles sont présentes aux comptes 21 et 23. Les immobilisations corporelles sont comptabilisées au compte 24. Les immobilisations corporelles sont présentes aux comptes 22 ou 2314 ou Les immobilisations ne doivent pas apparaître au bilan. Dans le cas contraire, elles doivent être sorties du bilan. Cette situation pourrait, notamment, correspondre à des travaux effectués sur des biens n appartenant pas à l établissement.

32 32 M21 - Dépenses de personnel Comptes épargne temps, provisions et charges à payer, portabilité - le compte épargne temps donne lieu à une provision qui matérialise l engagement de l employeur vis à vis de ses agents (il s'agit d'un passif) - les jours figurant sur le CET à la clôture de l'exercice donnent lieu à constitution d'une provision au compte 153 (à compter du 01/01/14). La liquidation de la provision doit être documentée et respecter le principe d image fidèle. - le CET «suit» l agent muté, il s agit d un droit portable en fonction des affectations (charge pour l EPS de départ et produit pour l EPS d accueil qui reconstitue la provision) - pour les personnels bénéficiant du droit à congés payés (ce qui exclut les agents soumis au statut de la fonction publique) une charge à payer est enregistrée s il y a lieu en fin d exercice - les autres charges de l exercice clos doivent être rattachées à défaut de paiement

33 33 M21 - Recettes de l activité Principe du rattachement à l exercice réaffirmé Les séjours qui couvrent 2 exercices successifs doivent notamment faire l objet de cette procédure quand les titres de recettes correspondants n ont pu être émis au cours de la journée complémentaire. Il appartient à chaque établissement de mettre en œuvre une technique documentée (basée sur les éléments détenus dans le système d information, des données statistiques ) pour rattacher à l exercice qui s achève la part des produits qui le concerne.

34 34 M21 - Ressources affectées Précision du champs Sont considérées comme des ressources affectées les opérations remplissant les caractéristiques suivantes : la recette a une affectation précise, c est à dire que l établissement doit en faire un usage spécifique, défini par le bailleur de fonds ; le montant de la recette est égal au montant de la charge qui incombe à l'établissement public ; la recette n'est définitivement acquise à l'établissement public que lorsque celui ci a effectué la dépense correspondante. 3 critères simultanément remplis : obligations réciproques entre l'eps et le bailleur de fonds (contrat ou convention) ; l'eps doit prouver qu'il respecte ses engagements contractuels (production d'un compte rendu financier, ie relevé des dépenses effectuées dans le cadre de l opération) ; sommes non employées reversées au bailleur de fonds, sauf si celui-ci décide d en laisser la libre disposition à l établissement (les reliquats ne sont plus soumis à affectation).

35 35 LA FIABILISATION DES COMPTES : 6-LES PRIORITÉS INFORMATION DES ÉQUIPES DES DIFFÉRENTS SERVICES EN PRÉALABLE : - information et sensibilisation indispensables (effort pédagogique) - désignation d'un référent "Fiabilisation" au sein de l'établissement et au sein de la Trésorerie - organisation d'ensemble du projet : évaluation des moyens, des possibilités techniques, réservation de plages de temps (par exemple, fixer un jour périodique)

36 36 LA FIABILISATION DES COMPTES : 6-LES PRIORITÉS PREMIÈRES DÉMARCHES CONCRÈTES COMMUNES : => en local : voir questionnaire diffusé en juillet suite à la réunion du Comité de pilotage régional du institution d'un Comité de pilotage local du projet - travaux d'ajustement inventaire - actif (groupe de travail? ) - recensement des subventions d'équipement comptabilisées à tort au compte 102 en lieu et place du compte 13, avec étude des réimputations nécessaires, puis corrections aboutir avant la fin de l'année (groupe de travail? ) - recensement des provisions constatées, avec étude des réimputations nécessaires, puis corrections aboutir avant la fin de l'année (groupe de travail? ) - diagnostic du comptable sur le caractère irrécouvrable des restes, avec proposition d'une méthode pérenne de provisionnement à l'ordonnateur

37 37 LA FIABILISATION DES COMPTES : 7-LA VENUE DU CERTIFICATEUR La mission du CAC Quelques fondamentaux de la mission du commissaire aux comptes Les critères qui conditionnent la régularité, sincérité et image fidèle des comptes : - Exhaustivité, réalité, mesure, séparation des exercices et classification des opérations et évènements Une approche par les risques Le contrôle interne : exister et fonctionner Le respect des principes comptables Le caractère significatif : un facteur commun à tous ces critères

38 38 LA FIABILISATION DES COMPTES : 7-LA VENUE DU CERTIFICATEUR Le calendrier du CAC La mission du CAC est permanente. Il intervient en général plusieurs fois au cours d un exercice Préparation de la mission (entre juillet et octobre) Revue des procédures et du contrôle interne (entre septembre et décembre) Pré-final (entre septembre et décembre) Tests sur le contrôle interne Traitement d opérations intervenues en cours d année Revue des dossiers délicats Final (entre février et mars) Révision des comptes annuels Finalisation (entre avril et mai) Vérification de l annexe et du rapport de gestion. Etablissement des rapports du CAC Premier exercice de certification : audit du bilan d ouverture

39 39 LA FIABILISATION DES COMPTES : 7-LA VENUE DU CERTIFICATEUR Le CAC a besoin de différents types d information, dont le format peut-être dématérialisé la plupart du temps : Des éléments à caractère permanent mais évolutifs (utiles à chaque phase de sa mission et d un exercice à l autre) Descriptifs de l organisation en général Descriptif de l architecture des SI et des principales mesures de maîtrise (contrôle) de ceuxci Présentation des règles et méthodes comptables spécifiques à l établissement Documentation des processus et du contrôle interne, analyse des risques Une justification des comptes qui lui sont présentés, par exemple : Documents justificatifs Tableaux d analyse Relevés d inventaires avec les analyses d écart Dans les services, de la trace des contrôles clé réalisés tout au long de l année D où l importance de la constitution des dossiers préparés par les établissements afin de préparer les interventions du CAC

40 La certification des comptes

41 41 LA CERTIFICATION DES COMPTES 3 établissements par la Cour des Comptes Environ 130 établissements par des Commissaires aux Comptes liste fixée par décret simple durant l'automne 2013 (prévu : établissements de plus de 100 M à leur CRP au cours des 3 exercices 2009 à 2011) en 3 vagues : à partir des comptes 2014, 2015, et 2016 en local : - CHU de TOULOUSE - CH Jacques PUEL à RODEZ - CH de BIGORRE à TARBES - CH de MONTAUBAN critère de certification examiné tous les 6 ans Modalités "concrètes" de certification fixés par décret en Conseil d'état durant le 3ème trim 2013 Un dispositif à destination des ordonnateurs : offre de service de la DGFiP relative au contrôle interne comptable et financier

42 L'autorisation d'emprunter

43 43 L'AUTORISATION D'EMPRUNTER Afin d'améliorer prévention et réactivité, la DGFiP effectue 3 extractions de ratios (comme pour le réseau d'alerte) qu'elle transmet aux DRFiP (possible évolution du dispositif avec l'intégration des 3 ratios regroupés dans le TBF? ) : au 28 février N+1 au 31 mai N+1 au 30 septembre N+1. En l'attente de la clôture de l'exercice N (= date d'approbation par le Conseil de Surveillance, ou de la DGARS en cas d'absence d'approbation dans les délais réglementaires) ce sont les ratios de N-1 ou N-2 qui s'appliquent. => partage d'informations : ordonnateur / comptable - DDFiP - DRFiP31. Données locales

44 L'AUTORISATION D'EMPRUNTER 44 Pour instruction du dossier de demande, le Directeur général de l'ars sollicite l'avis du DRFiP31 ; examen sous quinzaine par ce dernier : - 3 ratios financiers : * indépendance financière * durée apparente de la dette * encours de la dette rapporté au total des produits toutes activités confondues - durée de l'emprunt envisagé - cohérence du volume d'emprunt envisagé avec l'état prévisionnel des recettes et dépenses (EPRD), ou du dernier plan global de financement prévisionnel (PGFP), ou de leurs modifications, ou du plan de retour à l'équilibre (PRE) s'il est mis en œuvre, selon la période à laquelle la demande est effectuée - type de contrat envisagé - indices sous-jacents utilisés et formules d'indexation

45 Le réseau d'alerte

46 46 LE RÉSEAU D'ALERTE Lettre commune DGFiP-GDOS n 2010/01/2637 du Élargi depuis la campagne 2013 sur les comptes 2012 à l'ensemble des établissements quelle que soit leur catégorie (inclus CHS + anciens HL) Score établi sur la base de 4 ratios : - Niveau du déficit d'exploitation - Niveau de la capacité d'autofinancement brute - Niveau de la couverture des remboursements en capital de la dette - Niveau de l'encours de la dette rapportée aux produits d'exploitation sur les budgets principaux uniquement Liste des établissements retenus au titre du réseau d'alerte établie par la DRFiP et l'ars : score inférieur ou égal à 12, ou bien cotation se dégradant fortement (indépendamment du score de l'année) au cours des 3 derniers exercices

47 47 LE RÉSEAU D'ALERTE Afin d'améliorer le caractère préventif et réactif, la DGFiP effectue 3 extractions de ratios (comme pour l'autorisation d'emprunter) qu'elle transmet aux DRFiP : au 28 février N+1 au 31 mai N+1 au 30 septembre N+1. partage d'informations : comptable - DDFiP - DRFiP31 Données locales

48 Le comité régional de veille active des situations de trésorerie

49 49 LE COMITÉ RÉGIONAL DE VEILLE ACTIVE DES SITUATIONS DE TRÉSORERIE Circulaire interministérielle DGOS-PF1-DSS-DGFiP du DRFiP, ARS, Banque de France le cas échéant Réunions trimestrielles Liste des établissements intégrés au dispositif établie par DRFiP et ARS Possibilité d'auditionner les directeurs d'hôpitaux et leurs comptables Confection d'un plan prévisionnel de trésorerie par le directeur de l'établissement (sur 3 mois ou 6 mois), avec la collaboration du comptable => plan examiné par le Comité ; mise à jour du plan : mensuelle pendant toute sa durée.

50 50 LE COMITÉ RÉGIONAL DE VEILLE ACTIVE DES SITUATIONS DE TRÉSORERIE Formation commune par la DRFiP et l'ars des services des affaires financières des établissements concernés sur la nature et les hypothèses retenues pour les données saisies sur les plans (à l'ars le ), afin que le Comité dispose d'éléments les plus factuels possible, harmonisés au niveau régional Points d'attention : - sur les données à demander au comptable (délai global de paiement et restes à recouvrer de plus de 6 mois) - sur l'annexe au plan prévisionnel, qui doit être produite en même temps que le plan et détailler les hypothèses retenues pour toute évaluation partage d'informations : ordonnateur / comptable - DDFiP - DRFiP31

51

52 Merci pour votre attention. 52

Le dispositif de fiabilisationcertification. établissements publics de santé. Mercredi de l INET - 27 mars 2013

Le dispositif de fiabilisationcertification. établissements publics de santé. Mercredi de l INET - 27 mars 2013 Le dispositif de fiabilisationcertification des comptes des établissements publics de santé Mercredi de l INET - 27 mars 2013 LE DISPOSITIF DE FIABILISATION-CERTIFICATION DES COMPTES DES EPS 1. Le dispositif

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Chef du Service des collectivités locales Direction Générale des Finances publiques Conférence Grant Thornton 1 23 janvier

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Version du 26 juin 2015 Ce cahier des spécifications techniques a pour objet de prendre en compte les nouveaux états de comptabilité budgétaire

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Module 1 : Comptabilité Générale

Module 1 : Comptabilité Générale Module 1 : Comptabilité Générale - Découvrir le bilan, le compte de résultat et l'organisation comptable. - Utiliser le plan comptable général et déterminer l'imputation comptable. - Comptabiliser des

Plus en détail

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif Fiche n 5 Schémas comptables applicables aux contrats de et BEH justement inventaire actif Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques SCHÉMAS COMPTABLES APPLICABLES

Plus en détail

contrats de recherche

contrats de recherche Traitement Actualités comptable normativesdes Journée d études - 26 octobre 2012 contrats de recherche 15 novembre 2012 Bureau CE2B Opérateurs de l État SOMMAIRE I. Objectif de la future instruction relative

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Parc immobilier - SPL. Inventaire

Parc immobilier - SPL. Inventaire Parc immobilier - SPL Inventaire Ce document et toutes ses pièces jointes sont confidentiels et établis à l'intention exclusive des acteurs du contrôle interne et de la maîtrise des risques. Toute utilisation

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC 2 rue Scandicci 93691 PANTIN CEDEX RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2012 Philippe PILLOT Commissaire

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : LES PROVISIONS I - DEFINITION...3. On distingue trois catégories de provisions :...3 II - TECHNIQUE COMPTABLE...

FICHE TECHNIQUE : LES PROVISIONS I - DEFINITION...3. On distingue trois catégories de provisions :...3 II - TECHNIQUE COMPTABLE... FICHE TECHNIQUE : LES PROVISIONS Sommaire I - DEFINITION...3 On distingue trois catégories de provisions :...3 II - TECHNIQUE COMPTABLE...3 Principes généraux :...3 1 - Constitution d une provision :...3

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets.

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. STAND 114 SOMMAIRE 1. Rôles et objectifs de la comptabilité analytique a) Rôle b) Objectifs 2. Organisation

Plus en détail

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Trésorerie spécialisée Secteur Public Local. Application informatiques / Profils informatiques. Nom. Processus transverse

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Trésorerie spécialisée Secteur Public Local. Application informatiques / Profils informatiques. Nom. Processus transverse DATE Chef de poste : Adjoint du chef de poste : ORGANIGRAMME FONCTIONNEL Trésorerie spécialisée Secteur Public Local / / Processus transverse Gestion des congés Gestion des horaires variables Gestion des

Plus en détail

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové La règlementation : principes et esprit Le compte financier 2013 : constantes et évolutions L analyse

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE 5 CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE Les règles de comptabilité générale applicables aux établissements publics de santé ne se distinguent de celles applicables aux entités privées soumises à l obligation

Plus en détail

Séminaire sur la certification des comptes

Séminaire sur la certification des comptes Séminaire sur la certification des comptes INET Pantin 27 mars 2013 Séminaire sur la certification des comptes 1 SOMMAIRE 1- Contexte 2- Enjeux et chiffres-clés 3- Autres projets connexes ayant un impact

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Fascicule 6 : Travaux de Fin d'exercice

Fascicule 6 : Travaux de Fin d'exercice MISE EN ŒUVRE DES TITRES I ET III DU DECRET N 2012-1246 RELATIF A LA GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIQUE(GBCP) DANS LES ORGANISMES Dossier de prescriptions générales Fascicule 6 : Travaux de Fin d'exercice

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre :

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : - De détecter les erreurs éventuellement commises au niveau

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS Le 31 mars 2010 le cabinet MAZARS a organisé une rencontre portant sur les premiers retours

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL

ASSOCIATION DU CHEVAL ARABE 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL 83 BOULEVARD VINCENT AURIOL Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2014 au 31/12/2014 Activité principale de l'association : ELEVAGE DE CHEVAUX ET D'AUTRES EQUIDES Nous vous présentons

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER Version consolidée au 9 novembre 2011 Prenant en compte : - Délibération n 2010-021 du 16 décembre 2010 portant règlement comptable et financier de l Hadopi, - Délibération

Plus en détail

Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes

Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes DGFiP / DB Sommaire Objectifs de la réforme du cadre

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

GUIDE DE CONSTRUCTION DES COÛTS DIRECTSS

GUIDE DE CONSTRUCTION DES COÛTS DIRECTSS COMPTABILITE D ANALYSE DES COÛTS dans les rapports annuels de performances GUIDE DE CONSTRUCTION DES COÛTS DIRECTSS FEVRIER 2013 Edition février 2013 guide applicable au RAP2012 - Auteur : DB-2MPAP, Contributeur

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif DGOS / DGFiP Bureau PF1 / CL1B Version Septembre 2013 Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif I. Objet de la fiche Dans

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 AGEFOSPME Guadeloupe EXERCICE 2006 AGEFOSPME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE Un nouveau logiciel comptable a été mis en place en 2006 «Qualiac Fonctionnement»

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2015-01 du 2 avril 2015

RÈGLEMENT. N 2015-01 du 2 avril 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2008-08 DU 3 AVRIL 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2008-08 DU 3 AVRIL 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2008-08 DU 3 AVRIL 2008 relatif à l élaboration du compte d emploi annuel des ressources des associations et fondations faisant appel à

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

GROUPE. Rapport Semestriel

GROUPE. Rapport Semestriel GROUPE Rapport Semestriel Au 30 juin 2015 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE CONSOLIDATION...

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers

Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers - - 800.7 Ordonnance sur la transition comptable et financière entre le Réseau Santé Valais et les établissements hospitaliers du novembre 00 Le Conseil d Etat du canton du Valais vu les dispositions du

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Immobilisations incorporelles et autres immobilisations corporelles - SPL. Réception et détention des biens

Immobilisations incorporelles et autres immobilisations corporelles - SPL. Réception et détention des biens Immobilisations incorporelles et autres immobilisations corporelles - SPL Réception et détention des biens Ce document et toutes ses pièces jointes sont confidentiels et établis à l'intention exclusive

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 UNSA UGAP Adresse 1 SOMMAIRE DES COMPTES ANNUELS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 - Bilan synthétique - Compte de résultat synthétique - Annexe 2 SOMMAIRE - REGLES ET METHODES

Plus en détail

RETOUR SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CERTIFICATION DANS LES UNIVERSITES

RETOUR SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CERTIFICATION DANS LES UNIVERSITES RETOUR SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CERTIFICATION DANS LES UNIVERSITES 1 SOMMAIRE RAPPEL DU CONTEXTE DE LA LOI LRU ÉTENDUE DE LA MISSION DU COMMISSAIRE AUX COMPTES IMPLICATIONS DU PASSAGE AUX RESPONSABILITÉS

Plus en détail

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON 1. Rappeler les règles juridiques applicables lors de la constitution d une société anonyme

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note Méthodologique de Première Application du Système Comptable Financier Table des matières I. INTRODUCTION.... 3 A. S organiser pour mettre en place le SCF.... 3 B. Gestion des changements induits par

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

L audit des établissements publics locaux d enseignement

L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des EPLE 1 ère partie : le déroulement d une mission d audit 2 ème partie : les principaux constats MNA - 06/03/2015 2 L audit des EPLE

Plus en détail

Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93

Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93 Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93 SOMMAIRE 1.Le dispositif de l audit 2. Les principaux constats 1. LE DISPOSITIF D AUDIT 1.1. Les objectifs de l audit Un cadre réglementaire d intervention :

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

Les risques financiers et comptables dans les EPLE. Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit

Les risques financiers et comptables dans les EPLE. Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit Les risques financiers et comptables dans les EPLE Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit Plan de l interventionl 1 L'objectif de qualité comptable

Plus en détail

REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES

REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES ANCIENNE CODIFICATION art. R. 714-3-1 Les établissements de santé publics sont soumis

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 15-0007

Section Gestion comptable publique n 15-0007 DIRECTION GENELE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 15-0007 NOR : FCPE1525868J Instruction du 16 octobre 2015 MODALITES DE RETITEMENT DES CONVENTIONS DE RESSOURCES AFFECTEES. Bureau

Plus en détail

LES RISQUES «MAJEURS» CHEZ LE COMPTABLE

LES RISQUES «MAJEURS» CHEZ LE COMPTABLE LES RISQUES «MAJEURS» CHEZ LE COMPTABLE Ce Référentiel de Contrôle Interne présente les risques majeurs du processus «Parc Immobilier» existant du côté du comptable public. Ils ont été identifiés par des

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS SOMMAIRE NOTES ET COMMENTAIRES Notes et commentaires ------------------------------------------------------------------ 1 à 2 LE BILAN

Plus en détail

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable...

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable... TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 PARTIE 1 - CADRE GÉNÉRAL DU SYSCOHADA... 19 Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21 Section 1 - Définitions, objectifs et champs d application de la comptabilité...

Plus en détail

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 RÈGLEMENT RÈGLEMENT FINANCIER FINANCIER Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 Article 1er- Objet 1.1 Le Règlement Financier est l'outil d'aide à la gestion comptable et financière

Plus en détail

Les nouvelles normes comptables : les actifs

Les nouvelles normes comptables : les actifs Les nouvelles normes comptables : les actifs Les objectifs de la mesure Maintenir la conformité de la comptabilité des SPIC locaux au plan comptable général, prescrite par le CGCT. Affiner la détermination

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION du COMPTE FINANCIER 2014 Conseil d administration du 27 MARS 2015 . SOMMAIRE Pages Exécution du budget 2014 1 Comparaison budget / compte financier 2 Produits 2014

Plus en détail

Fiche n 14 : Le rapport Financier

Fiche n 14 : Le rapport Financier DGOS DGFiP Novembre 2014 Fiche n 14 : Le rapport Financier Objet de la fiche Cette fiche a pour objet de présenter le contenu du rapport financier prévu à l'article R. 6145-44 du Code de la Santé publique

Plus en détail