Lettre de prospective n 44 mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre de prospective n 44 mai 2014"

Transcription

1 FriedlandPapers Lettre de prospective n 44 mai 2014 POUR UN AUTRE USAGE DES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX PAR LA FRANCE Corinne Vadcar économie et commerce international "Classez mon ami, sinon quelqu un classera à votre place!" 1 L es États font aujourd hui un usage sans précédent des classements internationaux, traduisant, par cela, la nécessité de repères immédiats dans un monde où l émergence des BRIC rebat les cartes de la puissance économique et fait craindre un déclassement 2 toujours plus aigu des économies dites matures. Les classements internationaux font aussi écho à la compétition économique auxquels se livrent les nouveaux acteurs de la globalisation, qu il s agisse des entreprises ou bien encore des universités 3. Leur développement est, en outre, facilité par la plus grande accessibilité à l information qu autorise le web. Pour la France, la publication des classements (Global Competitiveness Index, World Competitiveness Yearbook, Doing Business ou Paying Taxes) est souvent un moment douloureux, celle-ci y apparaissant très loin des premières places des benchmarks les plus relayés par les médias. Symptômes ou non de notre époque, ces classements rythment l actualité économique du monde. On doit faire avec. La France, plus encline à les critiquer, pourrait, pourtant, en faire un meilleur usage. I. LA FRANCE, MAL PLACÉE, PRÉFÈRE SOUVENT CRITIQUER LES CLASSEMENTS A.Lesclassementspassent etriennechange Mêmesilesclassementsinternaonauxreposentsouventsuruneméthodologieimparfaiteetdoivent,parailleurs, êtresystémaquementmisenperspecve,iln endemeurepasmoinsquelafranceestplusprompteàlescriquer qu àenfairel aiguillonderéformes.troisclassementsillustrentceeatude: UnpremierexempleestleProgrammeinternaonaldel OCDEpourlesuividesacquisdesélèves(Pisa):en2000, lesrésultatsdupremierclassementpisamesurantleniveaudesélèvesde15ansfaisaient,enfrance,l'eetd'un électrochoc;en2013,lenouveauclassementpisaconþrmaitlesinégalitéssocialesdusystèmescolairefrançais mêmesilesrésultatsdelafranceontprogressé,ceedernièresesituantàla25 ème placesur65pays. UnautreexempleestlerapportDoingBusinessdelaBanquemondiale.En2007,laFranceétaitclassée47 ème dans leclassementdelabanquemondialesurla"facilitédefairedesaaires"contre35 ème dansleclassement2006.en 2014,elleétaitclasséeau38 ème rangmondial,perdanttroispointsparrapportauclassement2012. EnÞn,leclassementde Shanghairelafaux universitésestégalement décriéparlafrancequine comptedans celuicique20universitéscontre149pourlesétatsuniset42pourlachine.lafrancemainent,néanmoins,sa placeparrapportà2012. Cesrapportsinterpellentmais,aulieud êtredeslevierspourl acon,ilssuscitentdesréßexesdéfensifs. 1 Gil Delannoy, "La manie des classements", Commentaire, 35 (139), automne 2012, pp Pierre Martin, "Le risque de déclassement : une explication aux incertitudes du temps présent?", Risques Les Cahiers de l assurance, n 84, décembre Comme le souligne Joël Bourdin, auteur du rapport pour le Sénat Enseignement supérieur : le défi des classements. 1

2 B.LaFrancereprocheauxclassementsinternaonaux uncertainnombred imperfecons La France reproche aux classements internaonaux leur méthodologie inadaptée. C estleprocèsfaitno tamment au classement Pisa mais aussi à celui de Shanghai au mof que dans 40% des cas, la France n est pas comptabilisée dans ce dernier. Ces classe ments prêteraient une aenon plus grande auxcritères quantafs que qualitafs. Pourtant, de plus en plus de benchmarks sont aenfs auxdimensions qualitaves. La France est ainsi bien placéedansdesclassementscommel indicemarque pays"countrybrandindex"(13 ème sur118)oulescri tères culturels de l indice de globalisaon (12 ème de vantl Allemagneetle RoyaumeUni). Demême, cer tainssousindicateursfaisantréférenceàdescritères plusspéciþquesouplusimmatérielsdelacompévi té comme les classements américains sur la liberté économique, il serait, pour la France, ule de les faire ressorr. La France reproche aux classements une approche an glosaxonne prédominante ;c estleprocèsqu ellefait depuislongtempsauclassementdoingbusinessetplus récemment au classement de Shanghai sur lesuniversités 4."LaFranceestlacinquièmepuissance mondiale[entermesdeproduconscienþque],mais notreorganisaonetnosþnancementsnesontpascomparablesàceuxdesaméricainsetdesanglais",esme un Président d université. Pourtant, tous les classe ments anglosaxons sont loin de discriminer la France commeentémoigneletableaucidessousoùunemajo rité d indices d origine anglosaxonne ou d organismes internaonauxdetypeocde,banquemondiale,etc.ont un regard favorable sur la France dans les registres économique,industriel,énergéqueetjuridique. Fig.1 : Classement de la France dans un ensemble d indices internationaux * G Indiceglobaldestalents19 è Indicemarquepays13 è Indiced innovationglobale 20 è P I É L Indicedeglobalisation14 è Indiced attractivitéenénergies renouvelables7 è Indicedel étatdedroit15 è5 /118 Indicedeperformancelogistique 13 è Indicedequalitédessitesde prduction21 è Indexdelibertééconomique70 è Indicedepréparation auxréseaux26 è Indicedecompétitivitéindustrielle25 è Indexdeprospérité20 è Sources:voirAnnexeInfra *L analysedecesclassementsvientmontrerquelacompévitéestaujourd huipluscomplexeetintègredesdimensionsdeplusenplusim matérielles;lecapitalimmatérielestjustementceluiquelespaysétrangersnousreconnaissent 6 ;ellevientaussitordrelecouàuncertain nombred idéesreçuesàproposdelafranceenmontrantquelessituaonssontsouventplusnuancéesselonlesindicateurs. 4 Jean Chambaz, Président de l Université Pierre-et-Marie Curie in : "Le palmarès des universités bousculé par l Asie", Le Monde, 15 août Sur la base de cinq facteurs (équilibre des pouvoirs du gouvernement, absence de corruption, droits fondamentaux, transparence du gouvernement, mise en œuvre réglementaire) sur huit relatifs à l État de droit, The World Justice Project p "La créativité, principal atout de la marque France", Les Échos, 21 novembre

3 EnÞn,certains meent en doute leur valeur quandils posionnent,pourtant,assezbienlafrance;telaétéle cas du classement internaonal de l OMS en 2001 qui plaçait, le système de santé français au premier rang mondial 7.Untelrésultatétait,selonsesdétracteurs, forcémentsujetàcauon! Dèslors,la France est plus tentée par développer ses propres benchmarks. Elle est allée jusqu à mere en placeunefondaonpourledroitconnentalpourque soientmieuxprisesencomptelesspéciþcitésd undroit français éloigné de la Common Law présupposée privilégiéeparlesexpertsdelabanquemondialedans le rapport Doing Business. Elle aend beaucoup du panoramau-mulranksurlesuniversitéseuropéennes qui vient de paraître en mai 2014 et qui inclut 13 critères dont l inseron professionnelle des diplô mésetlelienaveclessuéconomiqueenvironnant. II - POURQUOI LA FRANCE SE CANTONNE-T-ELLE À UNE POSTURE CRITIQUE? PourquoilaFranceestelledavantagetentéeparlacri quedesclassementsinternaonauxqueparl analyse desenseignementsquel onpeutenrer.laconvicon que le modèle français, qu il soit social, éducaf, etc., estbon sicen estlemeilleur apusouventl empor terdansladécisiondesurseoirauxréformesou,àtout le moins, aux ajustements. Partant de là, un certain refus de l homogénéisaon des voies à l échelle mondiale, la défense des spéciþcités historiques, culturelles, locales, etc. voire même l aachement à unetroisièmevoieontsouventcaractériséladémarche française. À cela s ajoute le rapport défavorable à l ouvertureetàlamondialisaonavecceeconvicon renforcée aujourd hui que cee dernière y perd davantage qu elle y gagne : 58 % des Français jugent ainsi la mondialisaon économique comme un danger pourlafrancecontre27%quiyvoientunechance 8. Les classements internaonaux traduisent plus large mentlebesoindesecomparerquandlaconþancen est plus au cœur d une société et d une économie. De ce point de vue, l exemple des pays nordiques est tout à faitédiþant.certes,cespaysþgurentjustemententête desrankingsinternaonaux,quelsqu ilssoient.maisils nerentpasleurþertéetleur"bonheur"despremières placesqu ilsarborent;ilslesrentdeleurfoienleur système:àsavoirlacapacitéàgérerlescrisesparun processconnuderemiseencauseetderéformeetla capacité à s intégrer à la globalisaon par un rapport toujoursfavorableàl ouverture.certes,"lespayslans sontmoinssolublesdanslamondialisaonquelespays nordiques" 9. Mais pour la France, qui nourrit déþance visàvis des mots et des faits de concurrence, de réforme et de mondialisaon,ilyalàderichesenseignementsquant aucaractèrenondéþnifd undéclassement."lesnorvégiensseprojeentdansl'aveniravecunopmismequi sembleplusasiaquequ'occidental,etcela,qu'ilssoient jeunesoumoinsjeunes.ilsn'éprouventpaslesenment qu'hierétaitmieuxqu'aujourd'huietquedemainrisque d'êtreplusdicile". Dès lors, pourquoi ne pas reconnaître que les classementsinternaonaux bienquemarquésparune formederelavisme suggèrentpeutêtreautrechose pourlafrance? III - COMMENT LES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX PEUVENT-ILS SERVIR D AIGUILLON? À l heure où les pays développés regagnent en intérêt aux yeux des invessseurs étrangers, c est probable ment l occasion à ne pas manquer pour mieux vendre l aracvité de la France. Il nous faut regagner en opmisme et en conþance. Dès lors, il convient de voirlesclassementscommedeformidableslevierspour se réformer ou, au moins, s'inspirer des praques étrangères. A.S aardersurlesspéciþcitésdeceuxquisontentête despalmarès La France soure de sa comparaison incessante avec l Allemagne ; elle aurait tout intérêt à sorr de celleci pours intéresseràdespaysaveclesquelselleaaussides points communs 10. L ex Premier ministre, JeanMarc Ayrault, s intéressait ainsi, à l occasion d un déplace ment au Danemark en 2013, aux mérites du modèle scandinave en maère de formaon professionnelle et d économieverte. B.SeÞxerdesobjecfsavecunefeuillederoute Le Ministère français de l enseignement serefusait récemmentàfairedelaremontéedansleclassementde ShanghaiunobjecfpourlaFranceetnourrissaitplutôt ses espoirs dans le panorama européen U-Mulrank. Pourtant, on ne peut échapper au fait que des classements comme Pisa sont devenus aujourd hui la norme mondiale. Les États doivent faire avec et améliorerautantquefairesepeutleurposionnement. 7 Michel Grignon, "Que valent les classements internationaux?", Sociétal, 2 ème trimestre Institut CSA, Étude réalisée du 14 au 21 novembre 2013, auprès de personnes. 9 Dominique Moïsi, "Il existe des Européens heureux", Le Cercle Les Échos, 17 février Pour aller plus loin, voir : Béatrice Richez-Baum, Pays nordiques : une mondialisation réussie? Coll. Prospective et Entreprise, n 23, avril

4 En2000,l enquêtepisameaitégalementàmallesys tème éducaf allemand (20 ème ) en pointant l eet du milieusocioéconomiqued originesurlesrésultatsdes élèves ; depuis, l Allemagne a réformé son système éducaf et est aujourd hui au 16 ème rang mondial, se situantaudessusdelamoyenneocde. C.Fairedesclassementsunlevierderéformes Unpremierpasencesensest,toutefois,àsignalerà travers les procédures d évaluaon. "Une méthode d acon,l «évaluaon»,motjusqu iciinterditdansle système social et administraf français, fait une entréemide" 11.Celaétant,larésistanceàl exercice resteforteetlesréßexesencoreprégnants.onenveut pourpreuvelescraintesquefaitnaîtrelanégociaon d un accord transatlanque d invesssement et departenariat(ttip)surlemodèleéducafeuropéen alorsquelesclassementspisaetdeshanghainesont pasconcluantspourlafrancequantàl adéquaonde sonmodèle. D.Sedonnerunevisiondelongterme Lefaitdepouvoirseprojeterdansl avenirestpourun paysungagedeconþanceetd opmisme.celapasse parladéþniond unevisionàlongterme.siunetelle perspecve est plus évidente pour les économies émergentesautauxdecroissanceélevé(c estlecasde laturquieavecsavisionstratégique"turquie2023" visant à intégrer le club des grandes puissances), l on voitquedespaysindustrialiséssedonnentégalement des visions à long terme ; là encore, c est le cas des paysnordiques.enfrance,onsollicitelesexpertspour connaîtrel avenirmaisonnedéþnitpasuneperspec ve à long terme, un cap vers lequel les décideurs poliquesetéconomiquestravailleraient. IV - METTRE NOS ATOUTS EN PERSPECTIVE Les classements prospecfs ont aujourd hui une per nenceaccruequiestliéeaufaitqu uncertainnombrede paradigmes sont en train de basculer avec l économie numériqueetlanouvellemondialisaon."etcemoteur technologique est tel qu il invalide beaucoup de nos schémas convenonnels sur la saturaon des besoins,surlavitessed obsolescencedesproduits,surles eetsd échelle,surlataillecriqued uneentreprise,sur leprocessusinnovaon,surlefonconnementmêmedes marchés( )" 12. Premierchangementdeparadigme:larévoluondigitale réintroduit la pete entreprise, y compris la TPE arsanale, comme taille crique. Or, la France, long tempscriquéepoursonlargessudepme,apeutêtre l occasion d en rer proþt avec l économie numérique.elleestainsichampionneeuropéennedela créaon d entreprises, même si le statut d auto entrepreneuryestpourbeaucoup.lerapportdel OCDE surl entrepreneuriatclasseaussilafranceàlapremière placedespaysmembrespourlacréaond entreprises. Fig.3 - Nouvelles entreprises (en nombre, ) (2006=base100) Source:OCDE,Entrepreneurshipataglance,2013 Second changement de paradigme : l éclatement des produconsàtraverslemondefaitémergerlanoonde valeurajoutée(chaînede valeurmondialesoucvm)et "transcende"lapartdesservicesdansleséchangesmon diauxparrapportauxdonnéestradionnellesbrutes.or, la base de données OMCOCDE sur les CVM révèle notamment que la France a un bon posionnement en ce qui concerne la valeur ajoutée en services dans les exportaons manufacturières. La valeur créée par les services en tant qu intrants intermédiaires représente, enfrance,38%desexportaonsdebiensmanufacturés, soithuitpointsdeplusquelamoyennedesautrespays (30 %), ce qui place la France au 2 ème rang, derrière l Islandesurles57paysétudiés. 11 Éric Le Boucher, "De Pisa aux autres classements, la France remise à sa place", Les Échos, 6 décembre Olivier Passet, "La France dans 10 ans : l évolution de notre modèle productif", Contribution à Quelle France dans 10 ans? Commissariat général à la stratégie et à la prospective, FriedlandPapers - Lettre de prospective n 44 - mai 2014

5 Fig.4 - Contenu en services des exportations manufacturières ( 1995 et 2009, en % ) Source:OCDE,OECD-WTOTradeinValueAdded(TiVA)May2013 V - SE RÉCONCILIER AVEC LES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX Audelà des éléments objecfs qui parcipent aux classementspays,leposionnementdanscesderniers est aussi le fruit d une image. "Dans la bataille économique mondiale,l imagecompteautantquela réalité,etellebatdel aile" 13.Ilestévidentqu aujour d hui, cee percepon est largement altérée par des déclaraons, des décisions qui ont créé un climat défavorable aux entreprises (non business-friendly environment). Dans le classement de la Heritage Foundaon, le plus mauvais score de la France concerne la liberté d'entreprendre et cela n a rien à voir avec l appartenance libérale de la fondaon. La Francefaitlelitdesesdétracteursdanslespaysanglo saxons souvent tentés par le"francebashing" mais aussi dans les pays émergents en proie à une forme d incompréhension visàvis d un pays qui a nourri leursrêves. A.Mieuxcommuniquer De la praque des classements internaonaux par d autrespaysmaisaussidestémoignagesdespatrons deþliales d entreprises étrangères 14, il ressort bien évidemment la nécessité de savoir mieux communi quersurcesbasespourmodiþerfondamentalementet durablementl imagedelafrance.lenaongoodwill Observer 15 surl imagedes26payslesplusinßuentsdu mondearéaliséuneenquêteauprèsde1000leaders économiques etleaders d opinions internaonaux : il arriveàlaconclusionquelafrancebénéþcied atouts qu ellenesaitpasassezbienmereenavant;celleci n arrive pas à rer susamment proþt de son image faceauxenjeuxdelamondialisaon 16. Il ne faut pas non plus hésiter à mere en avant les progressions("toprisers")mêmemodestes :ainsi, en 2013, la France a gagné quatre points dans leglobal InnovaonIndexparrapportauclassement2012oùelle étaitclassée24 ème ;lafranceestpasséedela8 ème àla 7 ème placedansleclassementrenewableenergycountry AracvenessIndex(RECAI);demême,elleestpassée de la 24 ème à la 20 ème place dans le classementinsead surl innovaon. EnÞn,ilpeutêtreuledemereenavantlesposionne ments dans les classements ancipafs/prospecfs. Montrerlesmargesdeprogressionàtermeestpernent quand on sait que les décisions d invesssement des entreprisesseplacentà35ans.dansleglobaltalents Index,laFrancegagnequatreplacesàl horizon2015,se plaçant au 16 ème rang mondial contre 20 ème en Le travail fait par Paris IledeFrance Capitale Écono miquepourmontrerlesrenversementsdetendancesur laduréedansl aracvitédesmétropolesestillustraf de l intérêt de communiquer sur les évoluons à long terme(voirinfra,fig.5). B. Faire valoir le posionnement de la France à traverssesentreprises Changerl imagedelafrancepasseaussiparlamiseen avantdesperformancesdesesentreprisesd autantque ces dernières veulent être de plus en plus souvent notées,ycomprisauprèsdesagencesdenotaonpour avoir une évaluaon de leur qualité de crédit. Dansle Top 100 des Global Innovators, la France est classée 3 ème sur12paysavec12entreprisesprésentesparmiles 100 premières entreprises innovantes dans le monde ; elle est, en outre, le premier pays européen devant la Suisse(avecquatreentreprises) "Au chevet de la marque France", Le Monde, 18 mai Interview de Clara Gaymard, "Les investisseurs étrangers attendent un message clair de la France", Le Monde, 4 février Nation Goodwill Observer : image de la France face à la globalisation, 2012, réalisée par HEC Paris, Ernst & Young, Havas Design+ et l agence W. 16 Voir AFII, La France, un pays ouvert aux investissements et talents étrangers, janvier 2014 ; la brochure veut restituer l image d une France ouverte, compétitive et innovante au cœur du marché européen. 5

6 Fig. 5- Paris inverse la tendance des dernières années Investissements Greenfield ( , en nombre) Enconclusion,laFranceauraittoutintérêtàseréconci lieraveclesclassementsinternaonauxpourlesappré hender,àtoutlemoins,commeleviersdechangement voire comme ouls d armaon posive de ses diérences,desesspéciþcités. EnÞn, mieux communiquer sur un ensemble d indices internaonauxoùlafranceaunbonposionnementse révèle urgent dans la situaon defrancebashing que l onobserve. Source: "Invesssements internaonaux 2013", Paris Ile de France CapitaleÉconomique KPMG,6février2014 C.Étudierlesmeilleurespraquesenmaèredepromoondel aracvité Une analyse des meilleures praques en maère de promoon mondiale de l invesssement réalisée en fait ressorr un certain nombre d enseigne mentsules: les agences de promoon de l invesssement sans foncon de réglementaon sont meilleures en maère de facilitaon des invesssements; mêmeavecdesressourceslimitées,desamélioraonsmajeures sont possibles ; elles n ont pas besoin d être importantes pour êtreimpressionnantes; lesagencesdespaysdel OCDEsontparmilesmeilleuresmaisles agencesdespaysd Asiedel Estsonttrèsbonnesdanslacompré hensiondesbesoinseninformaonenligne(etdanslaréponseà cesbesoins)delapartdesinvessseursinternaonaux. Source:Banquemondiale,Climatd invesssement,avril2012, hps://www.wbginvestmentclimate.org/advisoryservices/ investmentgeneraon/investmentpolicyandpromoon/gipb/ upload/gipb2012fr.pdf EnÞn, certains organismes accompagnent les entre prisesnaonalessurlesmarchésétrangersetdémar chent, dans le même temps, les entreprises étran gères,lesmeentencontactavecdesentrepriseslo cales (clients comme fournisseurs) et font, ensuite, évaluer les services rendus au niveau des organismes d appui naonaux par des opérateurs externes ; ceci estparculièrementecace;lafrances orientedans cee voie avec le regroupement de l AFII et d Ubifrance. 17 The Top 100 Global Innovators développé par Thomson Reuters recense les 100 entreprises les plus innovantes dans le monde. Une lettre de la Direction générale adjointe chargée des Études et de la Mission Consultative Directeur de la publication : Étienne GUYOT Rédacteur en chef : Jean-Luc BIACABE Conception : Dalloba GUIRASSY Contact : Avertissement : Les opinions exprimées dans le présent document sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les vues de la CCI Paris Ile-de-France. 6

7 Annexe technique Tableau1 LeGlobalizationIndex, degré deconnexionaurestedumonde LeGlobalInnovation Enin,l indiced attractivitéd unpaysenmatièred énergiesrenouvelables Présentationdesclassements The Global Talent Index HeidrickandStruggles,2011 TheCountryBrandIndex Future Brand,2012 The Global Innovation Index The Globalization Index Ernst&Young,2012 TheLogisticsPerformanceIndex WorldBank,2012 TheNetworkedReadinessIndex WorldEconomicForum&Insead,2013 TheRenewableEnergyCountryAttractivenessIndex Ernst&Young,2012 DieindustriellenStandortqualität InstitutderdeutschenWirtschaftKöln,2012 The Global Manufacturing Competitiveness Index Deloitte Touche TohmatsuLtdandtheCouncilonCompetitiveness,2013 TheRuleofLawIndex TheWorldJusticeProject,2012 The Index of Economic Freedom The HeritageFoundation,2013 TheLegatumProsperityIndex (TheLegatumInstitute). Liensutiles 7

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION?

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? W, Havas Design, HEC Paris, Ernst & Young et Cap présentent un classement inédit des pays : (enquête réalisée par l institut Harris Interactive)

Plus en détail

Lors du récent Forum Global de l OCDE sur le commerce (4 novembre 2014), Richard Baldwin

Lors du récent Forum Global de l OCDE sur le commerce (4 novembre 2014), Richard Baldwin FriedlandPapers Lettre de prospective n 49 2015 LES CHAÎNES DE VALEUR MONDIALES, PARADIGME DU COMMERCE INTERNATIONAL Corinne Vadcar Analyste senior commerce international à la CCI Paris Ile-de-France Lors

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ÉTUDE

PRÉSENTATION DE L ÉTUDE TM PRÉSENTATION DE L ÉTUDE MÉTHODOLOGIE LE NATION GOODWILL OBSERVER A ÉTÉ CONÇU PAR : W, ERNST & YOUNG, HAVAS DESIGN+, HEC PARIS ET CAP RÉALISATION TECHNIQUE DE L ÉTUDE : Enquête réalisée par l Institut

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE!

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE! SOLIDARITE L AVENTURE CONTINUE! ESPRIT D EQUIPE La Fédéraon Terre de Talents (F.T.D.T.) a été créée dans l intenon de permere à chacun de révéler ses talents et de s épanouir dans un projet professionnel

Plus en détail

Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années en matière de compétitivité

Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années en matière de compétitivité COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 septembre 2011 «Global Competitiveness Report 2011-2012» du Forum Economique Mondial Le Luxembourg perd en un an seulement les timides progrès engrangés ces trois dernières années

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Marketing territorial et veille

Marketing territorial et veille Marketing territorial et veille Sciences-Po Formation continue, 11 juin 2008 David Cousquer Marketing territorial et veille 1. La photo initiale : déterminer le positionnement marketing d une collectivité

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude Département d Économie de l École Polytechnique / Club DD AFIC Éditorial Chercheurs ayant

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE EST EN PERTE DE VITESSE La France est la 5 e puissance économique mondiale et la 2 e europé enne en termes de PIB, avec un marché de

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail

Innovation Industrie. Santé. Culture. Développement durable. Energie FRANCE. Agriculture. Haute technologie. Santé. Investissements Education

Innovation Industrie. Santé. Culture. Développement durable. Energie FRANCE. Agriculture. Haute technologie. Santé. Investissements Education DOCUMENT D INFORMATION SUR L ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE ET ÉCONOMIQUE DE LA FRANCE 2015 Innovation Industrie Santé Développement durable Culture FRANCE Energie Haute technologie Santé Agriculture Investissements

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

«Les Relations Publiques»

«Les Relations Publiques» 46 ème session de formation Club de presse Ooredoo «Les Relations Publiques» 27 mars 2014 Présentée par M hamed BITOURI Docteur en psychologie Expert international 1 Les relations publiques (une fonction

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org Compte- rendu de la table

Plus en détail

Bilan Compétitivité 2015: Stabilité dans un environnement à risques

Bilan Compétitivité 2015: Stabilité dans un environnement à risques Présentation du Bilan Compétitivité 2015: Stabilité dans un environnement à risques Ministère de l Economie, 22 octobre 2015 Missions de l ODC Collecter, analyser, comparer les informations existantes

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4 Table des matières Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3 1. Des raisons environnementales poussant à l internationalisation des activités...3 2. Des raisons stratégiques poussant

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Lancement de bpifrance export

Lancement de bpifrance export PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Communiqué de presse www.economie.gouv.fr NICOLE BRICQ MINISTRE DU COMMERCE EXTERIEUR Communiqué de presse www.commerce-exterieur.gouv.fr Soutenir

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine?

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? La Conférence Maghrébine de l'appren)ssage Numérique et l'innova)on dans l'educa)on 08-10 Décembre 2014 Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? Pr. Rachida AJHOUN r.ajhoun@um5s.net.ma

Plus en détail

TESTIMONIAUX INTERVENANTS DESU PRATIQUES DU COACHING, UNIVERSITE PARIS 8

TESTIMONIAUX INTERVENANTS DESU PRATIQUES DU COACHING, UNIVERSITE PARIS 8 TESTIMONIAUX INTERVENANTS DESU PRATIQUES DU COACHING, UNIVERSITE PARIS 8 Execu.ve coach Patrick AMAR Psychologue clinicien Intervenant au sein du DESU L atelier vise à faire comprendre aux par.cipants

Plus en détail

La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore

La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore IMD World Competitiveness Yearbook 2007 La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore Selon le World Competitiveness Yearbook 2007, publié par l institut suisse IMD (International Institute

Plus en détail

UN SOCLE COMMUN DE VALEURS POUR NOTRE ENGAGEMENT DE SERVICE PUBLIC

UN SOCLE COMMUN DE VALEURS POUR NOTRE ENGAGEMENT DE SERVICE PUBLIC UN SOCLE COMMUN DE VALEURS POUR NOTRE ENGAGEMENT DE SERVICE PUBLIC L égalité d accès aux services dans un principe d u5lité sociale Un respect de l individu sans discrimina5on et en toute confiden5alité

Plus en détail

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module Semaine CREDIGE Module d ouverture Objec'fs du module Les projets d équipes Oser Une Idée... l Entreprise L encadrement Programme Jour 1 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi Jour 2 Jour 3 Jour

Plus en détail

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 P.Villard Chargé de mission Usine du Futur Introduction Fabrication Additive un marché en pleine croissance Ces technologies sont partie intégrante

Plus en détail

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies Marketing Territorial & Promotion de l Investissement Introduction Séminaire Offres territoriales Bénédict de Saint-Laurent, AFII Juin 2003 ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements

Plus en détail

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Diane Reinhard, Femmes PME Suisse, 5 décembre 2014, AGC Suisse, Bienne La VAE et Femmes PME Suisse Objec2f général

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013 Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal Lundi 23 septembre 2013 Rappel : les normes du droit français Primauté des normes supérieures sur les normes inférieures (hiérarchie des normes)

Plus en détail

L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde

L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde Promo&on en restaurant 2015 L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde L Allemagne est le premier producteur de riesling au monde, avec un encépagement de plus de 20 000 hectares qui compte

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Maroc Connexion une organisa/on globale pour le Maroc et les marocains du monde

Maroc Connexion une organisa/on globale pour le Maroc et les marocains du monde Maroc Connexion une organisa/on globale pour le Maroc et les marocains du monde Maroc Connexion en quelques mots Qui sommes nous? Maroc Connexion est un réseau d étudiants et de professionnels marocains

Plus en détail

7.95 7.91 7.85 7.62 7.22 7.16 7.09 7.07 6.86 6.64 6.36 6.18 6.00 5.71 5.34 4.67 4.58 3.59. Environnement économique Comparaisons internationales

7.95 7.91 7.85 7.62 7.22 7.16 7.09 7.07 6.86 6.64 6.36 6.18 6.00 5.71 5.34 4.67 4.58 3.59. Environnement économique Comparaisons internationales 2.1 Compétitivité & Efficience 2.1.1 Classement de la compétitivité Le pays est extrêmement compétitif (sur une échelle de 0 à 7, le score le plus élevé étant le meilleur). Classement Score 1 5.7 2 5.6

Plus en détail

CONVERGENCE RH. pourrait-t-il avoir avoir. Pluridisciplinaires des des Services Services

CONVERGENCE RH. pourrait-t-il avoir avoir. Pluridisciplinaires des des Services Services Révélateur compétences Pourquoi Pourquoi un un expert expert en en Management s s Ressources Humaines Humaines pourrait-t-il avoir avoir sa sa place place dans dans les les Equipes Equipes Pluridisciplinaires

Plus en détail

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Résultats du 50 e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI 18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Paris, le 15 octobre 2015 La Banque Palatine, banque des

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves 1ères Rencontres richesses humaines associa1ves Pour les ACTEURS DU DLA et leurs bénéficiaires, les ASSOCIATIONS d ENVIRONNEMENT et d autres secteurs Paris, 2 et 3 décembre 2014 En partenariat avec : Prix

Plus en détail

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Contexte Les enjeux des énergies renouvelables Une transition énergétique nécessaire Les questions énergétiques représentent l un des

Plus en détail

Pa r te n a i r e s pour dév el opper l e n t r e p r enariat art is anal

Pa r te n a i r e s pour dév el opper l e n t r e p r enariat art is anal Pa r te n a i r e s pour dév el opper l e n t r e p r enariat art is anal Sommaire 3 4 5 6 7 9 10 11 12 13 16 Société Générale banque de tous les entrepreneurs Un fonds de commerce équilibré Priorité n

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile TNS Automotive PRINCIPAUX RESULTATS Contacts TNS Sofres: Muriel GOFFARD 01 40 92 27 47 muriel.goffard@tns-sofres.com Définir la

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise Pour un transfert à sa pleine valeur 1 Énoncé d ouverture La vente d une entreprise est un processus complexe et potentiellement rempli d embuches.

Plus en détail

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E

COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS SÉMINAIRES THÉMATIQUES // 13 OCTOBRE I PARIS 2 E SÉMINAIRES THÉMATIQUES // COOPÉRATIVES AGRICOLES ET FINANCEMENTS Quels besoins et moyens pour financer les stratégies de croissance sur les marchés français et internationaux? 13 OCTOBRE I PARIS 2 E INTERVENANTS

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer

numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer S O M M A I R E numéro 218-219 novembre-décembre 2011 LA MARQUE FRANCE Coordonné par Jean-Noël Kapferer 9 Ont contribué à ce numéro 13 France : Pourquoi penser marque? Jean-Noël Kapferer I Réalités de

Plus en détail

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni A propos de Leoni Equipementier automobile de rang 1 -parmi les plus gros et les plus internationalisés-, Leoni est une société allemande

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Hélène Pébarthe-Désiré

Hélène Pébarthe-Désiré Colloque Spécialisation touristique et vulnérabilité : réalités et enjeux pour le développement soutenable des petits territoires insulaires La Réunion 4 au 6 décembre 2014 Hélène Pébarthe-Désiré Le tourisme

Plus en détail

René Duringer. www.smartfutur.fr

René Duringer. www.smartfutur.fr La Veille Stratégique René Duringer www.smartfutur.fr Néo-Économie mondiale sans couture = guerre économique ouverte Compétition mondiale : low cost + déflation + agressivité facteur prix (cf. Chine) Des

Plus en détail

L anticipation au service de l aide à la décision

L anticipation au service de l aide à la décision L anticipation au service de l aide à la décision Jean-Louis TERTIAN Adjoint du Coordonnateur ministériel à l intelligence économique Service de Coordination à l Intelligence Economique 2 octobre 2014

Plus en détail

Observatoire des Investissements Internationaux dans les

Observatoire des Investissements Internationaux dans les Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2014 Principales Métropoles M Mondiales 2011 Présentation à la Presse 14 avril L édition 2014 de l Observatoire L Edition 2014 est la 5ème édition

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Programme ESPACE. Programme SFP: Promouvoir les compétences psychosociales chez les enfants et. les jeunes. Principes et premiers résultats

Programme ESPACE. Programme SFP: Promouvoir les compétences psychosociales chez les enfants et. les jeunes. Principes et premiers résultats Promouvoir les compétences psychosociales chez les enfants et les jeunes Programme ESPACE Principes et premiers résultats Programme SFP: Principes et premiers résultats Corinne ROEHRIG Médecin de santé

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

FOCUS. ALD Automotive France

FOCUS. ALD Automotive France FOCUS ALD Automotive France LA FLOTTE D ALD AUTOMOTIVE FRANCE ENREGISTRE UNE PROGRESSION DE 7 % UN ACTEUR POUR PLUS DE 20 % DU MARCHÉ UN ENGAGEMENT À LA QUALITÉ CERTIFIÉE Sur un marché automobile aux résultats

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE COLLOQUE INTERNATIONAL «LE NUMÉRIQUE POUR ENSEIGNER AUTREMENT» 27 ET 28 JUIN 2014 UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Pérennité et croissance des PME en Alsace

Pérennité et croissance des PME en Alsace Pérennité et croissance des PME en Alsace 1 Introduction Jean-Alain HERAUD BETA, Université Louis Pasteur, CNRS, Strasbourg 2 Commission «pour la libération de la croissance française» 300 décisions pour

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Conseillers en produits et services RH

Conseillers en produits et services RH Conseillers en produits et services RH démarrage mardi 7 avril 2015 Présentation SKEMA BUSINESS SCHOOL SKEMA est une école de management née en 2009 de la fusion du CERAM et du groupe ESC Lille. Une école

Plus en détail

Gestion du cycle de vie du projet

Gestion du cycle de vie du projet Gestion du cycle de vie du projet Prospection, services et suivi Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Cycle de vie du projet d investissement P.Henry, ANIMA, 2011 inmed-anima 2011 2 Plan

Plus en détail

Aide Plan de communication local, Comment le créer?

Aide Plan de communication local, Comment le créer? Aide Plan de communication local, Comment le créer? L objectif de ce document est de vous aider lors de la création et la mise en place de votre plan de communication local. Sommaire Sommaire... 1 1 Quels

Plus en détail

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût Le 05 novembre 2013 Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique LA VEILLE, POURQUOI? 1. Enjeux de la démarche NE PAS PAYER LE COÛT DE L IGNORANCE 2. Intérêts pour

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail