Lettre de prospective n 44 mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre de prospective n 44 mai 2014"

Transcription

1 FriedlandPapers Lettre de prospective n 44 mai 2014 POUR UN AUTRE USAGE DES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX PAR LA FRANCE Corinne Vadcar économie et commerce international "Classez mon ami, sinon quelqu un classera à votre place!" 1 L es États font aujourd hui un usage sans précédent des classements internationaux, traduisant, par cela, la nécessité de repères immédiats dans un monde où l émergence des BRIC rebat les cartes de la puissance économique et fait craindre un déclassement 2 toujours plus aigu des économies dites matures. Les classements internationaux font aussi écho à la compétition économique auxquels se livrent les nouveaux acteurs de la globalisation, qu il s agisse des entreprises ou bien encore des universités 3. Leur développement est, en outre, facilité par la plus grande accessibilité à l information qu autorise le web. Pour la France, la publication des classements (Global Competitiveness Index, World Competitiveness Yearbook, Doing Business ou Paying Taxes) est souvent un moment douloureux, celle-ci y apparaissant très loin des premières places des benchmarks les plus relayés par les médias. Symptômes ou non de notre époque, ces classements rythment l actualité économique du monde. On doit faire avec. La France, plus encline à les critiquer, pourrait, pourtant, en faire un meilleur usage. I. LA FRANCE, MAL PLACÉE, PRÉFÈRE SOUVENT CRITIQUER LES CLASSEMENTS A.Lesclassementspassent etriennechange Mêmesilesclassementsinternaonauxreposentsouventsuruneméthodologieimparfaiteetdoivent,parailleurs, êtresystémaquementmisenperspecve,iln endemeurepasmoinsquelafranceestplusprompteàlescriquer qu àenfairel aiguillonderéformes.troisclassementsillustrentceeatude: UnpremierexempleestleProgrammeinternaonaldel OCDEpourlesuividesacquisdesélèves(Pisa):en2000, lesrésultatsdupremierclassementpisamesurantleniveaudesélèvesde15ansfaisaient,enfrance,l'eetd'un électrochoc;en2013,lenouveauclassementpisaconþrmaitlesinégalitéssocialesdusystèmescolairefrançais mêmesilesrésultatsdelafranceontprogressé,ceedernièresesituantàla25 ème placesur65pays. UnautreexempleestlerapportDoingBusinessdelaBanquemondiale.En2007,laFranceétaitclassée47 ème dans leclassementdelabanquemondialesurla"facilitédefairedesaaires"contre35 ème dansleclassement2006.en 2014,elleétaitclasséeau38 ème rangmondial,perdanttroispointsparrapportauclassement2012. EnÞn,leclassementde Shanghairelafaux universitésestégalement décriéparlafrancequine comptedans celuicique20universitéscontre149pourlesétatsuniset42pourlachine.lafrancemainent,néanmoins,sa placeparrapportà2012. Cesrapportsinterpellentmais,aulieud êtredeslevierspourl acon,ilssuscitentdesréßexesdéfensifs. 1 Gil Delannoy, "La manie des classements", Commentaire, 35 (139), automne 2012, pp Pierre Martin, "Le risque de déclassement : une explication aux incertitudes du temps présent?", Risques Les Cahiers de l assurance, n 84, décembre Comme le souligne Joël Bourdin, auteur du rapport pour le Sénat Enseignement supérieur : le défi des classements. 1

2 B.LaFrancereprocheauxclassementsinternaonaux uncertainnombred imperfecons La France reproche aux classements internaonaux leur méthodologie inadaptée. C estleprocèsfaitno tamment au classement Pisa mais aussi à celui de Shanghai au mof que dans 40% des cas, la France n est pas comptabilisée dans ce dernier. Ces classe ments prêteraient une aenon plus grande auxcritères quantafs que qualitafs. Pourtant, de plus en plus de benchmarks sont aenfs auxdimensions qualitaves. La France est ainsi bien placéedansdesclassementscommel indicemarque pays"countrybrandindex"(13 ème sur118)oulescri tères culturels de l indice de globalisaon (12 ème de vantl Allemagneetle RoyaumeUni). Demême, cer tainssousindicateursfaisantréférenceàdescritères plusspéciþquesouplusimmatérielsdelacompévi té comme les classements américains sur la liberté économique, il serait, pour la France, ule de les faire ressorr. La France reproche aux classements une approche an glosaxonne prédominante ;c estleprocèsqu ellefait depuislongtempsauclassementdoingbusinessetplus récemment au classement de Shanghai sur lesuniversités 4."LaFranceestlacinquièmepuissance mondiale[entermesdeproduconscienþque],mais notreorganisaonetnosþnancementsnesontpascomparablesàceuxdesaméricainsetdesanglais",esme un Président d université. Pourtant, tous les classe ments anglosaxons sont loin de discriminer la France commeentémoigneletableaucidessousoùunemajo rité d indices d origine anglosaxonne ou d organismes internaonauxdetypeocde,banquemondiale,etc.ont un regard favorable sur la France dans les registres économique,industriel,énergéqueetjuridique. Fig.1 : Classement de la France dans un ensemble d indices internationaux * G Indiceglobaldestalents19 è Indicemarquepays13 è Indiced innovationglobale 20 è P I É L Indicedeglobalisation14 è Indiced attractivitéenénergies renouvelables7 è Indicedel étatdedroit15 è5 /118 Indicedeperformancelogistique 13 è Indicedequalitédessitesde prduction21 è Indexdelibertééconomique70 è Indicedepréparation auxréseaux26 è Indicedecompétitivitéindustrielle25 è Indexdeprospérité20 è Sources:voirAnnexeInfra *L analysedecesclassementsvientmontrerquelacompévitéestaujourd huipluscomplexeetintègredesdimensionsdeplusenplusim matérielles;lecapitalimmatérielestjustementceluiquelespaysétrangersnousreconnaissent 6 ;ellevientaussitordrelecouàuncertain nombred idéesreçuesàproposdelafranceenmontrantquelessituaonssontsouventplusnuancéesselonlesindicateurs. 4 Jean Chambaz, Président de l Université Pierre-et-Marie Curie in : "Le palmarès des universités bousculé par l Asie", Le Monde, 15 août Sur la base de cinq facteurs (équilibre des pouvoirs du gouvernement, absence de corruption, droits fondamentaux, transparence du gouvernement, mise en œuvre réglementaire) sur huit relatifs à l État de droit, The World Justice Project p "La créativité, principal atout de la marque France", Les Échos, 21 novembre

3 EnÞn,certains meent en doute leur valeur quandils posionnent,pourtant,assezbienlafrance;telaétéle cas du classement internaonal de l OMS en 2001 qui plaçait, le système de santé français au premier rang mondial 7.Untelrésultatétait,selonsesdétracteurs, forcémentsujetàcauon! Dèslors,la France est plus tentée par développer ses propres benchmarks. Elle est allée jusqu à mere en placeunefondaonpourledroitconnentalpourque soientmieuxprisesencomptelesspéciþcitésd undroit français éloigné de la Common Law présupposée privilégiéeparlesexpertsdelabanquemondialedans le rapport Doing Business. Elle aend beaucoup du panoramau-mulranksurlesuniversitéseuropéennes qui vient de paraître en mai 2014 et qui inclut 13 critères dont l inseron professionnelle des diplô mésetlelienaveclessuéconomiqueenvironnant. II - POURQUOI LA FRANCE SE CANTONNE-T-ELLE À UNE POSTURE CRITIQUE? PourquoilaFranceestelledavantagetentéeparlacri quedesclassementsinternaonauxqueparl analyse desenseignementsquel onpeutenrer.laconvicon que le modèle français, qu il soit social, éducaf, etc., estbon sicen estlemeilleur apusouventl empor terdansladécisiondesurseoirauxréformesou,àtout le moins, aux ajustements. Partant de là, un certain refus de l homogénéisaon des voies à l échelle mondiale, la défense des spéciþcités historiques, culturelles, locales, etc. voire même l aachement à unetroisièmevoieontsouventcaractériséladémarche française. À cela s ajoute le rapport défavorable à l ouvertureetàlamondialisaonavecceeconvicon renforcée aujourd hui que cee dernière y perd davantage qu elle y gagne : 58 % des Français jugent ainsi la mondialisaon économique comme un danger pourlafrancecontre27%quiyvoientunechance 8. Les classements internaonaux traduisent plus large mentlebesoindesecomparerquandlaconþancen est plus au cœur d une société et d une économie. De ce point de vue, l exemple des pays nordiques est tout à faitédiþant.certes,cespaysþgurentjustemententête desrankingsinternaonaux,quelsqu ilssoient.maisils nerentpasleurþertéetleur"bonheur"despremières placesqu ilsarborent;ilslesrentdeleurfoienleur système:àsavoirlacapacitéàgérerlescrisesparun processconnuderemiseencauseetderéformeetla capacité à s intégrer à la globalisaon par un rapport toujoursfavorableàl ouverture.certes,"lespayslans sontmoinssolublesdanslamondialisaonquelespays nordiques" 9. Mais pour la France, qui nourrit déþance visàvis des mots et des faits de concurrence, de réforme et de mondialisaon,ilyalàderichesenseignementsquant aucaractèrenondéþnifd undéclassement."lesnorvégiensseprojeentdansl'aveniravecunopmismequi sembleplusasiaquequ'occidental,etcela,qu'ilssoient jeunesoumoinsjeunes.ilsn'éprouventpaslesenment qu'hierétaitmieuxqu'aujourd'huietquedemainrisque d'êtreplusdicile". Dès lors, pourquoi ne pas reconnaître que les classementsinternaonaux bienquemarquésparune formederelavisme suggèrentpeutêtreautrechose pourlafrance? III - COMMENT LES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX PEUVENT-ILS SERVIR D AIGUILLON? À l heure où les pays développés regagnent en intérêt aux yeux des invessseurs étrangers, c est probable ment l occasion à ne pas manquer pour mieux vendre l aracvité de la France. Il nous faut regagner en opmisme et en conþance. Dès lors, il convient de voirlesclassementscommedeformidableslevierspour se réformer ou, au moins, s'inspirer des praques étrangères. A.S aardersurlesspéciþcitésdeceuxquisontentête despalmarès La France soure de sa comparaison incessante avec l Allemagne ; elle aurait tout intérêt à sorr de celleci pours intéresseràdespaysaveclesquelselleaaussides points communs 10. L ex Premier ministre, JeanMarc Ayrault, s intéressait ainsi, à l occasion d un déplace ment au Danemark en 2013, aux mérites du modèle scandinave en maère de formaon professionnelle et d économieverte. B.SeÞxerdesobjecfsavecunefeuillederoute Le Ministère français de l enseignement serefusait récemmentàfairedelaremontéedansleclassementde ShanghaiunobjecfpourlaFranceetnourrissaitplutôt ses espoirs dans le panorama européen U-Mulrank. Pourtant, on ne peut échapper au fait que des classements comme Pisa sont devenus aujourd hui la norme mondiale. Les États doivent faire avec et améliorerautantquefairesepeutleurposionnement. 7 Michel Grignon, "Que valent les classements internationaux?", Sociétal, 2 ème trimestre Institut CSA, Étude réalisée du 14 au 21 novembre 2013, auprès de personnes. 9 Dominique Moïsi, "Il existe des Européens heureux", Le Cercle Les Échos, 17 février Pour aller plus loin, voir : Béatrice Richez-Baum, Pays nordiques : une mondialisation réussie? Coll. Prospective et Entreprise, n 23, avril

4 En2000,l enquêtepisameaitégalementàmallesys tème éducaf allemand (20 ème ) en pointant l eet du milieusocioéconomiqued originesurlesrésultatsdes élèves ; depuis, l Allemagne a réformé son système éducaf et est aujourd hui au 16 ème rang mondial, se situantaudessusdelamoyenneocde. C.Fairedesclassementsunlevierderéformes Unpremierpasencesensest,toutefois,àsignalerà travers les procédures d évaluaon. "Une méthode d acon,l «évaluaon»,motjusqu iciinterditdansle système social et administraf français, fait une entréemide" 11.Celaétant,larésistanceàl exercice resteforteetlesréßexesencoreprégnants.onenveut pourpreuvelescraintesquefaitnaîtrelanégociaon d un accord transatlanque d invesssement et departenariat(ttip)surlemodèleéducafeuropéen alorsquelesclassementspisaetdeshanghainesont pasconcluantspourlafrancequantàl adéquaonde sonmodèle. D.Sedonnerunevisiondelongterme Lefaitdepouvoirseprojeterdansl avenirestpourun paysungagedeconþanceetd opmisme.celapasse parladéþniond unevisionàlongterme.siunetelle perspecve est plus évidente pour les économies émergentesautauxdecroissanceélevé(c estlecasde laturquieavecsavisionstratégique"turquie2023" visant à intégrer le club des grandes puissances), l on voitquedespaysindustrialiséssedonnentégalement des visions à long terme ; là encore, c est le cas des paysnordiques.enfrance,onsollicitelesexpertspour connaîtrel avenirmaisonnedéþnitpasuneperspec ve à long terme, un cap vers lequel les décideurs poliquesetéconomiquestravailleraient. IV - METTRE NOS ATOUTS EN PERSPECTIVE Les classements prospecfs ont aujourd hui une per nenceaccruequiestliéeaufaitqu uncertainnombrede paradigmes sont en train de basculer avec l économie numériqueetlanouvellemondialisaon."etcemoteur technologique est tel qu il invalide beaucoup de nos schémas convenonnels sur la saturaon des besoins,surlavitessed obsolescencedesproduits,surles eetsd échelle,surlataillecriqued uneentreprise,sur leprocessusinnovaon,surlefonconnementmêmedes marchés( )" 12. Premierchangementdeparadigme:larévoluondigitale réintroduit la pete entreprise, y compris la TPE arsanale, comme taille crique. Or, la France, long tempscriquéepoursonlargessudepme,apeutêtre l occasion d en rer proþt avec l économie numérique.elleestainsichampionneeuropéennedela créaon d entreprises, même si le statut d auto entrepreneuryestpourbeaucoup.lerapportdel OCDE surl entrepreneuriatclasseaussilafranceàlapremière placedespaysmembrespourlacréaond entreprises. Fig.3 - Nouvelles entreprises (en nombre, ) (2006=base100) Source:OCDE,Entrepreneurshipataglance,2013 Second changement de paradigme : l éclatement des produconsàtraverslemondefaitémergerlanoonde valeurajoutée(chaînede valeurmondialesoucvm)et "transcende"lapartdesservicesdansleséchangesmon diauxparrapportauxdonnéestradionnellesbrutes.or, la base de données OMCOCDE sur les CVM révèle notamment que la France a un bon posionnement en ce qui concerne la valeur ajoutée en services dans les exportaons manufacturières. La valeur créée par les services en tant qu intrants intermédiaires représente, enfrance,38%desexportaonsdebiensmanufacturés, soithuitpointsdeplusquelamoyennedesautrespays (30 %), ce qui place la France au 2 ème rang, derrière l Islandesurles57paysétudiés. 11 Éric Le Boucher, "De Pisa aux autres classements, la France remise à sa place", Les Échos, 6 décembre Olivier Passet, "La France dans 10 ans : l évolution de notre modèle productif", Contribution à Quelle France dans 10 ans? Commissariat général à la stratégie et à la prospective, FriedlandPapers - Lettre de prospective n 44 - mai 2014

5 Fig.4 - Contenu en services des exportations manufacturières ( 1995 et 2009, en % ) Source:OCDE,OECD-WTOTradeinValueAdded(TiVA)May2013 V - SE RÉCONCILIER AVEC LES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX Audelà des éléments objecfs qui parcipent aux classementspays,leposionnementdanscesderniers est aussi le fruit d une image. "Dans la bataille économique mondiale,l imagecompteautantquela réalité,etellebatdel aile" 13.Ilestévidentqu aujour d hui, cee percepon est largement altérée par des déclaraons, des décisions qui ont créé un climat défavorable aux entreprises (non business-friendly environment). Dans le classement de la Heritage Foundaon, le plus mauvais score de la France concerne la liberté d'entreprendre et cela n a rien à voir avec l appartenance libérale de la fondaon. La Francefaitlelitdesesdétracteursdanslespaysanglo saxons souvent tentés par le"francebashing" mais aussi dans les pays émergents en proie à une forme d incompréhension visàvis d un pays qui a nourri leursrêves. A.Mieuxcommuniquer De la praque des classements internaonaux par d autrespaysmaisaussidestémoignagesdespatrons deþliales d entreprises étrangères 14, il ressort bien évidemment la nécessité de savoir mieux communi quersurcesbasespourmodiþerfondamentalementet durablementl imagedelafrance.lenaongoodwill Observer 15 surl imagedes26payslesplusinßuentsdu mondearéaliséuneenquêteauprèsde1000leaders économiques etleaders d opinions internaonaux : il arriveàlaconclusionquelafrancebénéþcied atouts qu ellenesaitpasassezbienmereenavant;celleci n arrive pas à rer susamment proþt de son image faceauxenjeuxdelamondialisaon 16. Il ne faut pas non plus hésiter à mere en avant les progressions("toprisers")mêmemodestes :ainsi, en 2013, la France a gagné quatre points dans leglobal InnovaonIndexparrapportauclassement2012oùelle étaitclassée24 ème ;lafranceestpasséedela8 ème àla 7 ème placedansleclassementrenewableenergycountry AracvenessIndex(RECAI);demême,elleestpassée de la 24 ème à la 20 ème place dans le classementinsead surl innovaon. EnÞn,ilpeutêtreuledemereenavantlesposionne ments dans les classements ancipafs/prospecfs. Montrerlesmargesdeprogressionàtermeestpernent quand on sait que les décisions d invesssement des entreprisesseplacentà35ans.dansleglobaltalents Index,laFrancegagnequatreplacesàl horizon2015,se plaçant au 16 ème rang mondial contre 20 ème en Le travail fait par Paris IledeFrance Capitale Écono miquepourmontrerlesrenversementsdetendancesur laduréedansl aracvitédesmétropolesestillustraf de l intérêt de communiquer sur les évoluons à long terme(voirinfra,fig.5). B. Faire valoir le posionnement de la France à traverssesentreprises Changerl imagedelafrancepasseaussiparlamiseen avantdesperformancesdesesentreprisesd autantque ces dernières veulent être de plus en plus souvent notées,ycomprisauprèsdesagencesdenotaonpour avoir une évaluaon de leur qualité de crédit. Dansle Top 100 des Global Innovators, la France est classée 3 ème sur12paysavec12entreprisesprésentesparmiles 100 premières entreprises innovantes dans le monde ; elle est, en outre, le premier pays européen devant la Suisse(avecquatreentreprises) "Au chevet de la marque France", Le Monde, 18 mai Interview de Clara Gaymard, "Les investisseurs étrangers attendent un message clair de la France", Le Monde, 4 février Nation Goodwill Observer : image de la France face à la globalisation, 2012, réalisée par HEC Paris, Ernst & Young, Havas Design+ et l agence W. 16 Voir AFII, La France, un pays ouvert aux investissements et talents étrangers, janvier 2014 ; la brochure veut restituer l image d une France ouverte, compétitive et innovante au cœur du marché européen. 5

6 Fig. 5- Paris inverse la tendance des dernières années Investissements Greenfield ( , en nombre) Enconclusion,laFranceauraittoutintérêtàseréconci lieraveclesclassementsinternaonauxpourlesappré hender,àtoutlemoins,commeleviersdechangement voire comme ouls d armaon posive de ses diérences,desesspéciþcités. EnÞn, mieux communiquer sur un ensemble d indices internaonauxoùlafranceaunbonposionnementse révèle urgent dans la situaon defrancebashing que l onobserve. Source: "Invesssements internaonaux 2013", Paris Ile de France CapitaleÉconomique KPMG,6février2014 C.Étudierlesmeilleurespraquesenmaèredepromoondel aracvité Une analyse des meilleures praques en maère de promoon mondiale de l invesssement réalisée en fait ressorr un certain nombre d enseigne mentsules: les agences de promoon de l invesssement sans foncon de réglementaon sont meilleures en maère de facilitaon des invesssements; mêmeavecdesressourceslimitées,desamélioraonsmajeures sont possibles ; elles n ont pas besoin d être importantes pour êtreimpressionnantes; lesagencesdespaysdel OCDEsontparmilesmeilleuresmaisles agencesdespaysd Asiedel Estsonttrèsbonnesdanslacompré hensiondesbesoinseninformaonenligne(etdanslaréponseà cesbesoins)delapartdesinvessseursinternaonaux. Source:Banquemondiale,Climatd invesssement,avril2012, hps://www.wbginvestmentclimate.org/advisoryservices/ investmentgeneraon/investmentpolicyandpromoon/gipb/ upload/gipb2012fr.pdf EnÞn, certains organismes accompagnent les entre prisesnaonalessurlesmarchésétrangersetdémar chent, dans le même temps, les entreprises étran gères,lesmeentencontactavecdesentrepriseslo cales (clients comme fournisseurs) et font, ensuite, évaluer les services rendus au niveau des organismes d appui naonaux par des opérateurs externes ; ceci estparculièrementecace;lafrances orientedans cee voie avec le regroupement de l AFII et d Ubifrance. 17 The Top 100 Global Innovators développé par Thomson Reuters recense les 100 entreprises les plus innovantes dans le monde. Une lettre de la Direction générale adjointe chargée des Études et de la Mission Consultative Directeur de la publication : Étienne GUYOT Rédacteur en chef : Jean-Luc BIACABE Conception : Dalloba GUIRASSY Contact : Avertissement : Les opinions exprimées dans le présent document sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les vues de la CCI Paris Ile-de-France. 6

7 Annexe technique Tableau1 LeGlobalizationIndex, degré deconnexionaurestedumonde LeGlobalInnovation Enin,l indiced attractivitéd unpaysenmatièred énergiesrenouvelables Présentationdesclassements The Global Talent Index HeidrickandStruggles,2011 TheCountryBrandIndex Future Brand,2012 The Global Innovation Index The Globalization Index Ernst&Young,2012 TheLogisticsPerformanceIndex WorldBank,2012 TheNetworkedReadinessIndex WorldEconomicForum&Insead,2013 TheRenewableEnergyCountryAttractivenessIndex Ernst&Young,2012 DieindustriellenStandortqualität InstitutderdeutschenWirtschaftKöln,2012 The Global Manufacturing Competitiveness Index Deloitte Touche TohmatsuLtdandtheCouncilonCompetitiveness,2013 TheRuleofLawIndex TheWorldJusticeProject,2012 The Index of Economic Freedom The HeritageFoundation,2013 TheLegatumProsperityIndex (TheLegatumInstitute). Liensutiles 7

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION?

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? W, Havas Design, HEC Paris, Ernst & Young et Cap présentent un classement inédit des pays : (enquête réalisée par l institut Harris Interactive)

Plus en détail

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE!

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE! SOLIDARITE L AVENTURE CONTINUE! ESPRIT D EQUIPE La Fédéraon Terre de Talents (F.T.D.T.) a été créée dans l intenon de permere à chacun de révéler ses talents et de s épanouir dans un projet professionnel

Plus en détail

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS accompagne les entreprises vers la performance durable en combinant 3 dimensions

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves 1ères Rencontres richesses humaines associa1ves Pour les ACTEURS DU DLA et leurs bénéficiaires, les ASSOCIATIONS d ENVIRONNEMENT et d autres secteurs Paris, 2 et 3 décembre 2014 En partenariat avec : Prix

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

Ala suite de la crise financière de 2008-2009, de nombreux pays occidentaux ont été amenés à changer le

Ala suite de la crise financière de 2008-2009, de nombreux pays occidentaux ont été amenés à changer le FriedlandPapers Lettre de prospective n 50 février 2015 QUELLES NOUVELLES POLITIQUES INDUSTRIELLES POUR LE XXI e SIÈCLE? Nadia Caïd Direction des Politiques Économiques Ala suite de la crise financière

Plus en détail

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE EST EN PERTE DE VITESSE La France est la 5 e puissance économique mondiale et la 2 e europé enne en termes de PIB, avec un marché de

Plus en détail

Marketing territorial et veille

Marketing territorial et veille Marketing territorial et veille Sciences-Po Formation continue, 11 juin 2008 David Cousquer Marketing territorial et veille 1. La photo initiale : déterminer le positionnement marketing d une collectivité

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

10 raisons d investir en France Juillet 2012

10 raisons d investir en France Juillet 2012 10 raisons d investir en France Juillet 2012 1 La France : Une puissance économique de rang mondial 2 ème puissance économique de l Union européenne. Source : FMI, 2012 6 ème exportateur mondial de biens

Plus en détail

Depuis 2008, le commerce international connaît un taux de croissance en deçà de la croissance du PIB

Depuis 2008, le commerce international connaît un taux de croissance en deçà de la croissance du PIB FriedlandPapers Lettre de prospective n 51 juillet 2015 Corinne Vadcar Analyse senior Commerce international LES NOUVEAUX VISAGES DU COMMERCE INTERNATIONAL 1 Depuis 2008, le commerce international connaît

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013 Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal Lundi 23 septembre 2013 Rappel : les normes du droit français Primauté des normes supérieures sur les normes inférieures (hiérarchie des normes)

Plus en détail

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE COLLOQUE INTERNATIONAL «LE NUMÉRIQUE POUR ENSEIGNER AUTREMENT» 27 ET 28 JUIN 2014 UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest

Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest February, 22, 2011 Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest Thibaut Lauwerier Université de Genève 1 Plan 1. L éduca*on en Afrique de l Ouest 2. La Banque mondiale

Plus en détail

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises Les Programmes européens 2014-2020 Le contenu des programmes Les axes d interven-on Les chiffres Les nouveautés La méthode de sélec-on Les mesures Une

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Intelligence Inventive

Intelligence Inventive Outils Communs de Diffusion de l'intelligence Economique Intelligence Inventive Evaluez la capacité d innovation de votre entreprise L intelligence inventive L intelligence inventive est la contribution

Plus en détail

Se former aux méthodes et outils

Se former aux méthodes et outils Se former aux méthodes et outils du développement commercial Les ouls concrets du développement commercial La forma!on débute par 4 demi-journées où nous abordons les fondamentaux du développement commercial

Plus en détail

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Les mé+ers du social et des Ressources Humaines Directeur des Ressources humaines, psychologues, éducateur spor7f, assistant familial, conseiller

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues FORUM DES METIERS 2012 Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues Le secteur financier Les mé

Plus en détail

Version Février 2014

Version Février 2014 Version Février 2014 Qui sommes-nous? Un think tank opéra,onnel et pragma,que qui débat et défend ses convic'ons autour des réalités du management des hommes dans l'entreprise. Un réseau ac,vement solidaire

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Carole Tawema Karethic Benin- France. L IG: Quelle stratégie pour un développement durable de l industrie du karité L exemple du Bénin

Carole Tawema Karethic Benin- France. L IG: Quelle stratégie pour un développement durable de l industrie du karité L exemple du Bénin Carole Tawema Karethic Benin- France L IG: Quelle stratégie pour un développement durable de l industrie du karité L exemple du Bénin Le karité(1) L arbre de karité (le karité) mesure en moyenne 25 mètres.

Plus en détail

Portrait du conférencier

Portrait du conférencier Portrait du conférencier Stéphane Paquin est professeur titulaire à l École nationale d administration publique. Il est également le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique

Plus en détail

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile

Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile Baromètre Responsabilité Sociale et Environnementale du Secteur Automobile TNS Automotive PRINCIPAUX RESULTATS Contacts TNS Sofres: Muriel GOFFARD 01 40 92 27 47 muriel.goffard@tns-sofres.com Définir la

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise. Février 2015

La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise. Février 2015 La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise Février 2015 Agenda No Section 1 Introduction 2 L entreprise face aux mutations du travail 3 Les métiers

Plus en détail

FORMATION GOOGLE ANALYTICS

FORMATION GOOGLE ANALYTICS FORMATION GOOGLE ANALYTICS L OBJECTIF DE LA FORMATION : Paramétrer par rapport à ses objec0fs, lire les performances de son site, gérer et op0miser ses sources de trafic Comprendre les fondamentaux de

Plus en détail

QUADMAP LIFE10 ENV/IT/ 407

QUADMAP LIFE10 ENV/IT/ 407 GUIDE POUR L IDENTIFICATION, LA SELECTION, L ANALYSE ET LA GESTION DES ZONES CALMES EN MILIEU URBAIN Le projet européen QUADMAP (Quiet Areas Definition and Management in Action Plans) QUADMAP LIFE10 ENV/IT/

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Le Livre Blanc de l Attractivité de la France

Le Livre Blanc de l Attractivité de la France Compétitivité Innovation et Enseignement supérieur Attractivité Bien-être et qualité de vie Le Livre Blanc de l Attractivité de la France Pour se repérer entre réalités et perceptions Classements économiques

Plus en détail

Choisir son prestataire de services en Outplacement

Choisir son prestataire de services en Outplacement Choisir son prestataire de services en Outplacement Pascal L Favre Eva von Rohr Jacques Bussy Salon RH Genève 30 septembre 2015 ACF Switzerland Fondée en 2004, Associa1on à but non lucra1f inscrite au

Plus en détail

Active Asset Allocation

Active Asset Allocation Active Asset Allocation Designer de Solu.ons d Inves.ssement We protect, You perform www.active-asset-allocation.com Qui sommes- nous? Ac.ve Asset Alloca.on est un concepteur de solu.ons d inves.ssement

Plus en détail

Réunion d orienta.on. II Choisir un domaine. Introduc)on I Choisir une voie I Choisir une voie

Réunion d orienta.on. II Choisir un domaine. Introduc)on I Choisir une voie I Choisir une voie Réunion d orienta.on 3è Introduc)on I Choisir une voie I Choisir une voie II Choisir un domaine III Le II 2de Choisir Générale un et domaine technologique III IV La Le 2de 2de Générale Générale et technologique

Plus en détail

UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS. Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM. www.pme- web.

UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS. Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM. www.pme- web. UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM Table des matières 1. Introduction 2. Les termes financiers 3. Les termes

Plus en détail

Déterminer La Solidité Des Marchés Actuels. À Lire - Très Important

Déterminer La Solidité Des Marchés Actuels. À Lire - Très Important Déterminer La Solidité Des Marchés Actuels!! Transcription Texte! À Lire - Très Important Vous n êtes pas autorisé à partager ce document avec qui que ce soit. Il appartient aux Éditions BLB New Dawn,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES PRIORITÉS DES DIRIGEANTS DE PME

L OBSERVATOIRE DES PRIORITÉS DES DIRIGEANTS DE PME www.prioritespme.com L OBSERVATOIRE DES PRIORITÉS DES DIRIGEANTS DE PME Automne 2005 EN SYNTHÈSE 2005 : DES PME QUI STRUCTURENT LEUR CROISSANCE Fruit d une enquête en ligne menée au printemps auprès de

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Guide pour les entreprises de Home Staging 1 L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est responsable du marke@ng sur internet et fondateur de

Plus en détail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail BURN- OUT Ma+nale RPS 13 mars 2015 Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail SSIRCA SERVICE SOCIAL DU TRAVAIL INTERENTREPRISES REGION CÔTE D'AZUR

Plus en détail

BRAND_ INNOVATION_ AWARDS_

BRAND_ INNOVATION_ AWARDS_ BRAND INNOVATION AWARDS_ le 8 avril 2014 à l Espace Pierre Cardin BRAND INNOVATION AWARDS L ÉVÉNEMENT DES ECHOS QUI RÉCOMPENSE LES MARQUES QUI INNOVENT! «Dans un monde où tout bouge à un rythme accéléré,

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Enjeux de la commande publique durable. le cas des logements sociaux

Enjeux de la commande publique durable. le cas des logements sociaux Enjeux de la commande publique durable le cas des logements sociaux Achat public durable : Défini

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS. www.parlonsentreprise.com

A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS. www.parlonsentreprise.com A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS www.parlonsentreprise.com Sommaire Les pays éemergents au coeur du processus de mondialisation Les PME face aux pays emergents Les contributions specifiques de l Expert-Comptable

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Chambres de Métiers et de l Artisanat

Association des Secrétaires Généraux des Chambres de Métiers et de l Artisanat Page 1 / 5 Association des Secrétaires Généraux des Chambres de Métiers et de l Artisanat Conseil d Administration du 14 janvier 2011 à 9 H 30 à Annecy Les Secrétaires Généraux présents : Anne-Catherine

Plus en détail

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES Positionnement / Stratégie de communication ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES SYNTHÈSE 9 MARS 2013 LE DIAGNOSTIC Les grandes observations La qualité et le travail, des exigences absolues La qualité de la programma;on

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Alain Fernandez 2014, À son compte et 44 Astuces pour démarrer son Business sont des livres publiés aux Edi;ons Eyrolles

Alain Fernandez 2014, À son compte et 44 Astuces pour démarrer son Business sont des livres publiés aux Edi;ons Eyrolles Il n est pas facile, aujourd hui moins que jamais, de construire une solide carrière au sein de l entreprise. Les contraintes de performance et la recherche de compé;;vité relèguent les a>entes des salariés

Plus en détail

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Sites Internet : les tendances pour 2014 Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Inaa$v, une agence de communica$on avec des spécificités CONSEiL EN COMMUNICATION FoRmatiOns WEBMARKETING

Plus en détail

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE EXTRAIT de «Gérard MULLIEZ», les échos 19/08/2009 L homme est le «premier

Plus en détail

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 vision centrée sur la Suisse La transi)on se limite à l électricité La catastrophe de Fukushima (2011)

Plus en détail

Les hommes cadres et l égalité professionnelle

Les hommes cadres et l égalité professionnelle Les hommes cadres et l égalité professionnelle Sondage Ifop pour Mercredi C Papa présenta)on publique Vendredi 12 décembre 2014 Contexte et objec+fs de l étude En Juin 2014, l associa+on mercredi- c- papa

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15

Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15 Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15 1 Méthode pédagogique Session 1 mardi 24 fev 2015 Session 2 - mardi 24 fev 2015 Session 3 Théma&que abordée Analyse des

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

La poli(que municipale sous l emprise de la finance

La poli(que municipale sous l emprise de la finance La poli(que municipale sous l emprise de la finance Louis Gaudreau École de travail social Université du Québec à Montréal Colloque Les conséquences de la crise financière pour les collec3vités territoriales

Plus en détail

Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable. 5 mai 2010

Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable. 5 mai 2010 Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable 5 mai 2010 Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable Un

Plus en détail

2013 Principales Métropoles

2013 Principales Métropoles Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2013 Principales Métropoles Mondiales 2011 Présentation à la Presse 14 avril L édition 2013 de l Observatoire L Edition 2013 est la 4ème édition

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Elie Simon Octobre 2014 Majeure

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Accompagner les généra/ons futures par le coaching Accompagner les généra/ons futures par le coaching Elèves, étudiants, jeunes diplômés : les aider à s orienter, se mo/ver, trouver du sens à ce qu ils font. Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Plus en détail

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 les probléma2ques 2 les jeunes médecins: proposi2on la plus vraie? l intervalle moyen entre thèse et installa2on

Plus en détail

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques Sarah Landry, Ph. D. Professeure- chercheuse Faculté des sciences de l éduca*on Université de Montréal Courriel: sarah.landry@umontreal.ca

Plus en détail

L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde

L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde Promo&on en restaurant 2015 L Allemagne : le plus grand vignoble de riesling au monde L Allemagne est le premier producteur de riesling au monde, avec un encépagement de plus de 20 000 hectares qui compte

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION " MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION 28 janvier - 15 février 2013 Professeurs : Annie Falan*n (annie.falan)n@reims- ms.fr) Diana Mangalagiu (diana.mangalagiu@reims- ms.fr) Dominique

Plus en détail

LES EVENEMENTS DES ECHOS CONFERENCES

LES EVENEMENTS DES ECHOS CONFERENCES LES EVENEMENTS DES ECHOS CONFERENCES SOMMAIRE LES ECHOS CONFERENCES 4 Leader sur le marché des conférences P. 3 LES CONFERENCES BTOB P. 4 4 Description du partenariat P. 5 LES EVENEMENTS SUR-MESURE P.

Plus en détail

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION D ENTREPRISE

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION D ENTREPRISE CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION D ENTREPRISE CAPGEMINI CONSULTING N O 1 EN FRANCE DU CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION 1 2 3 4 Un héritage fort de Bossard Consultants, Ernst & Young et Gemini

Plus en détail

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix?

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix? Comment faire son choix? Document conçu et rédigé par le cabinet de conseil et d études Pierre Audoin Consultants Mars 2014 www.pac-online.com blog.pac-online.com Sommaire Un nouveau paradigme... 3 L'hébergement

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on L ASSIGNATION TEMPORAIRE Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015 Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3 Année universitaire 2014-2015 Intervenants de la présenta3on Responsables de la forma/on Bogdan Cau/s, bogdan.cau/s@u- psud.fr Jean-

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

le 1er Octobre 2015 1

le 1er Octobre 2015 1 le 1 er Octobre 2015 1 Présentation du Cercle Humania Le cercle Humania, sous l égide de l Apec et de Kurt Salmon, propose aux DRH des grandes organisations privées et publiques d'être leur carrefour d'échanges

Plus en détail