ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE"

Transcription

1 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE Michael Michalopoulos, Constantin Zopounidis et Michael Doumpos (Technical University of Crete) Résumé. Les auteurs donnent un très bref aperçu de leur évaluation multicritère de succursales bancaires en Grèce. Ils retiennent 4 critères choisis entre 56. Pour les années 99 et 99, les succursales sont classées en trois groupes: les succursales dynamiques, à dynamisme modéré (ou incertain) et peu dynamiques. La méthode utilisée dite des utilités additives discriminantes (UTADIS) a donné des résultats très satisfaisants car les classements erronés sont peu nombreux pour les deux années d analyse. I. INTRODUCTION L évaluation des succursales bancaires pose un défi intéressant tant au niveau théorique que pratique. Des études récentes révèlent qu il est courant d en évaluer la rentabilité par rapport à un ensemble de succursales de même type ayant, soit de multiples entrées et sorties, comme dans la méthode DEA (Data Envelopment Analysis), soit de multiples entrées et une sortie, comme dans la méthode loglinéaire (Giokas, 99). Le désavantage principal de ces méthodes est qu elles ne comparent pas vraiment les succursales. Elles les catégorisent comme étant relativement rentables et non rentables, sans indiquer lesquelles sont les meilleures, ou lesquelles parmi les non rentables sont les pires. Elles n aident pas les cadres des banques à analyser les dysfonctionnements possibles des succursales et à remédier aux problèmes qui se posent. M. Michalopoulos, C. Zopounidis et M. Doumpos sont professeurs au Department of Production Engineering and Management, Technical University of Crete, 700 Chania, Crete. Pour joindre le professeur Zopounidis: tél ; fax: ). Les auteurs remercient l équipe Finéco pour ses suggestions et son aide éditoriale. Lire Charnes et al. (990), Drake et Howcroft (994), Oral et al. (99), Parcan (987), Sherman et Gold (985). FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

2 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS Quant à l évaluation multicritère, elle introduit une notion générale de dynamisme. Elle permet une comparaison des succursales dynamiques et moins dynamiques (Zopounidis et al., 995), ce qui rend plus efficace son mécanisme d inspection. Elle permet aussi de distinguer entre les succursales d une même catégorie. De plus, les analystes de la Banque sont incités par l approche multicritère à participer au processus de l évaluation des succursales, en tenant compte à la fois de leurs préférences et de la politique de leur organisation. Dans cet article, nous nous contentons de donner un bref aperçu de notre approche agrégation-désagrégation des préférences (Zopounidis, 999) à l évaluation de succursales bancaires. Cette approche passe par l analyse des préférences globales du décideur afin de déterminer l importance de chaque critère de décision. Le décideur-analyste exprime d abord ses préférences en produisant son propre classement. L approche exploite cette information pour cerner à la fois des critères clés de décision et leur importance relative, et du même coup rendre le modèle le plus compatible possible avec les préférences et la politique du décideur. L application de cet outil multicritère d évaluation du dynamisme de 7 succursales bancaires grecques est réalisée, pour la période 99-99, avec la méthode UTADIS issue des travaux de Devaud et al. (980), Jacquet-Lagrèze (995), Jacquet-Lagrèze et Siskos (98) et Zopounidis et Doumpos (998a, 998b). Ci-dessous, à la section II, nous introduisons la méthode UTADIS, les détails étant annexés. Son application bancaire est décrite à la section III. Nous concluons à la section IV. II. LA MÉTHODE UTADIS Partant d un classement préalable des objets de choix, ou actions, envisageables par le décideur, la méthode UTADIS débouche sur la meilleure affectation des actions (donc la moins erronée) dans les classes d appartenance découpées par les divers seuils, ou profils, multicritères retenus. Pour y arriver, UTADIS modélise les préférences du décideur en une fonction d utilité multicritère additive issue de ses utilités unicritères dites partielles. UTADIS prévoit une pondération des critères avant de pouvoir répartir les actions en classes prédéterminées par des seuils d utilité. Comme il y aura des erreurs de classement des actions, UTADIS prévoit les minimiser par programmation linéaire de sorte que l affectation finale des actions en est bonifiée d autant. La méthode est explicitée en annexe. À noter qu UTADIS, et deux de ses variantes, sont incorporées au système de classification financière FINCLAS de Zopounidis et Doumpos (998a). Également, qu une méthode apparentée, UTASTAR, a été décrite par Zopounidis (99, in Finéco) et par Siskos et Yiannakopoulos (985). 4 FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

3 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE III. APPLICATION Description de l échantillon Nous appliquons UTADIS à l évaluation de 7 succursales bancaires de la Banque de Grèce pour les années 99 et 99. Leur degré de dynamisme a été établi selon 56 critères, dont les 4 plus pertinents ont été retenus via une analyse en composantes principales et sur indication d un cadre supérieur de la Banque. Celui-ci a classé les succursales comme suit: - Classe : les plus dynamiques: elles atteignent leurs buts, sont grandement rentables et connaissent une grande activité tout au long de l année; - Classe : celles d un dynamisme modéré ou incertain; et, - Classe : les peu dynamiques. Pour l année 99, l ensemble des 7 succursales se répartit en de classe, 5 de classe et 0 de classe. La répartition correspondante pour 99 est, 7 et 9. Présentation des résultats En utilisant la méthode UTADIS, nous recourons à deux modèles de classement des 7 succursales en classes pour les années 99 et 99. Les utilités globales des succursales et leur classement pour chaque année sont présentées, respectivement, dans les tableaux et (les succursales qui se sont mal classées sont présentées en caractères gras). Nous estimons les résultats plus que satisfaisants puisque succursales sur 7 (85%) sont bien classées en 99 et 4 (89%) le sont en 99. Il convient de souligner l absence d erreurs importantes de classement: aucune succursale dynamique est classée comme non dynamique et vice-versa. Notez les poids des 4 critères d évaluation du dynamisme des succursales au tableau 4. Pour les deux années de l analyse, le critère comptage et tri des billets de banque (g4) s avère le plus important pour le classement dans les trois classes de succursales. D autres critères importants pour l année 99 sont les réceptions d argent par les autres succursales de la Banque (g4), les envois d argent vers d autres succursales (g7) et l émission d ordres en drachmes (g0) tandis que l envoi d argent vers les succursales de la Banque Nationale de Grèce (g8), ainsi que l introduction d ordres en drachmes (g) sont importants en 99. Ces résultats s accordent à la fois aux préférences des cadres supérieurs de la Banque de Grèce et à la politique de celle-ci. FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998 5

4 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS TABLEAU Critères (g) de classement des succursales bancaires g g g g 4 g 5 g 6 g 7 g 8 g 9 g 0 g g g g 4 Encaissements Paiements Réception d argent par l établissement central de la Banque Réception d argent par les autres succursales de la Banque Réception d argent par les succursales de la Banque Nationale de Grèce Envoi d argent vers l établissement central de la Banque Envoi d argent vers les autres succursales de la Banque Envoi d argent vers les succursales de la Banque Nationale de Grèce Émission de chèques en drachmes Émission d ordres en drachmes Introduction d ordres en drachmes Tenue de comptes hors de la comptabilité Dépôts de banques et organismes Comptage et tri des billets de banque TABLEAU Résultats de l application d UTADIS pour l année 99 Succursale Classe initiale Utilité Classe estimée Y6 Y6 Y8 Y Y6 Y7 Y7 Y Y4 Y Seuil d utilité U Y Y9 Y9 Y7 Y0 Y Y Y Y Seuil d utilité U Y Y5 Y4 Y8 Y5 Y Y0 Y FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

5 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE TABLEAU Résultats de l application d UTADIS pour l année 99 Succursale Classe initiale Utilité Classe estimée Y6 Y6 Y6 Y Y7 Y7 Y4 Y8 Y Y Seuil d utilité U Y Y9 Y Y0 Y7 Y9 Y4 Y Y4 Y Seuil d utilité U Y5 Y Y5 Y Y Y8 Y TABLEAU 4 Les poids des 4 critères (g) identifiés au tableau. En 99: g = 0%; g = 8,605%; g = 0,00%; g 4 = 0,94%; g 5 = 6,798%; g 6 = 4,70%; g 7 =,78%; g 8 = 0,00%; g 9 = 0%; g 0 = 0,767%; g =,55%; g = 0%; g = 0%; g 4 = 4,857%.. En 99: g = 0%; g = 8,99%; g = 0%; g 4 = 4,09%; g 5 =,79%; g 6 = 0,007%; g 7 = 4,658%; g 8 =,855%; g 9 = 0%; g 0 = 0%; g = 6,880%; g = 0,0%; g = 0%; g 4 = 8,60% À partir de nos premiers résultats, diverses interactions avec un cadre supérieur de la Banque ont eu lieu au cours desquelles les désaccords observés ont été étudiés. En examinant les résultats de l99, le cadre a jugé que les indications du modèle voulant que les succursales Y0, Y9 et Y soient classées chez les dynamiques modérées étaient justes, tandis qu il était en désaccord avec l appartenance de Y4 à la même classe. En réestimant le modèle conformément aux FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998 7

6 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS réactions du cadre, le classement correct de toutes les succursales a été obtenue. En procédant de même pour 99, le cadre était d accord avec le modèle qui classait les succursales Y et Y9 chez les dynamiques modérées, tandis qu il a jugé que Y4 ne devrait pas quitter la classe peu dynamique. En incorporant les indications du cadre à l analyse du dynamisme des succursales, le nouveau modèle a permis de classer les succursales avec 00% de réussite. Les poids des critères d évaluation des modèles remaniés diffèrent légèrement des poids initiaux. Malgré ces différences, le comptage et le tri des billets de banque (g4) reste le critère essentiel pour le classement des succursales de la Banque en trois classes. IV. CONCLUSION Il s agissait d appliquer la méthode multicritère UTADIS au classement de succursales de la Banque de Grèce. Les résultats obtenus sont considérés fort satisfaisants. Ils montrent que la méthode apporte une aide efficace dans la résolution des problèmes de classement. L application d UTADIS en milieu bancaire donne au décideur des informations utiles sur la répartition des succursales en classes de dynamisme et sur le niveau relatif de dynamisme de chaque succursale à l intérieur d une même classe. Un tel apport permet à la Banque de mieux contrôler le fonctionnement de ses succursales et d éviter des problèmes d inefficacité, de faible compétitivité, de services déficients, etc. L évaluation de l ensemble de ses succursales pourrait lui indiquer comment accroître sa compétitivité dans ce monde bancaire international en évolution accélérée. De plus, comme la méthode fonctionne d une façon interactive avec le décideur, elle laisse entrevoir le rôle essentiel que le décideur joue dans la prise de décision. L interaction du décideur avec la méthode peut facilement se faire en temps réel, via un outil d aide multicritère comme le système FINCLAS (Zopounidis et Doumpos, 998a). Dans une perspective de recherche, il serait très utile de comparer l efficacité de la méthode UTADIS à celle d autres méthodes (de type DEA, loglinéaire ou d analyse discriminante) avec des données relatives au dynamisme et à l efficience opérationnelle des succursales bancaires. 8 FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

7 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE ANNEXE La problématique multicritère de classement selon UTADIS Soit g, g,... g m une famille cohérente de m critères et A = { a, a, a } n l ensemble de choix, n actions possibles réparties dans Q classes (C, C,..., C Q ) qui sont préordonnées de la manière suivante: C PC,..., C Q- PC Q, où P est la relation de préférence stricte entre les classes C,..., C Q (la classe C q est préférable à la classe C q+, q =,,..., Q-). Notre modèle de classement des préférences du décideur se fonde sur l agrégation de m critères par une fonction d utilité de la forme U(g) = Somme des u i (g i ), i =,,...m, où U(g) est l utilité globale d une action possible, et u i (g i ) l utilité partielle selon le critère g i. Pour chaque critère g i, * on définit une valeur extrême g i exprimant la conséquence la plus favorable et une autre, g i*, exprimant la moins favorable. On suppose que ces valeurs extrêmes * sont finies et on découpe l intervalle [ g i*, g i ] en a i - intervalles égaux j j + [ g i, g i ], où a i est choisi par le décideur qui précise ainsi le nombre des points j calculés pour chaque utilité partielle u i*, g i étant donné par g i* + [(j-)/(a i -)] * ( g i g i* ). Quant à l utilité partielle de l action a A, elle est calculée par interpolation: u [ i g ( i a) ] u j i g i b i [u j + i g i u j i g i j j + j = + ] où b i = [ g ( i a) g ]/ i g i g i. Comme les g i sont des critères, les utilités partielles u i (g i ) sont des fonctions monotones (croissantes ou décroissantes), ce qui, vu les hypothèses précédentes, se j + j traduit par u i ( g i ) u i ( g i ) 0, i,j. On peut remplacer ces contraintes par: j + j w ij = u i ( g i ) u i ( g i ) 0, i,j; u i ( g ; et. i* ) = 0 u j j i( g i ) = Σ k = w ik * D après les transformations précédentes, on a que u i ( g i ): = Somme des w ik, k=,..., a i -. Quant à la répartition des actions dans Q classes prédéterminées, elle se fait en comparant leurs utilités globales avec certains seuils d utilité, FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998 9

8 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS soit U q (U >U >...>U Q- ), qui permettent de séparer les classes entre elles. Ainsi: Ua ( ) U a C ; U Ua ( ) < U a C ;...; U q Ua ( ) < U q a C q ;...; Ua ( ) < U Q a C Q. Lors du classement, une erreur de surestimation, σ + (a), se produit là où l action a est affectée à une classe inférieure à sa vraie classe, l inverse tenant pour l erreur de sous-estimation, σ - (a). UTADIS vise à minimiser les erreurs en résolvant le programme linéaire cidessous, lequel estime les utilités globales des actions U(a) (le modèle additif) et les seuils d utilité U q, soit: Min F = σ + ( a) + + [ σ + ( a) + σ - ( a) ] + + σ - ( a) a C a C q a C Q m sous réserve que u i g i a U + σ + ( a) 0 pour a C, i = m i = m u i [ g i ( a) ] U q σ - ( a) δ, u i [ g i ( a) ] U q + σ + ( a) 0 pour i = m a C q, u i [ g i a ] U Q σ - ( a) δ pour a C Q, i = m a i Σ i = Σj = wij =, U q U q s, q =,,, Q, et w ij 0, σ + ( a) 0, σ - ( a) 0 où le seuil δ est un nombre réel positif qui assure l inégalité stricte Ua ( ) < U q ( a C q, q > ), tandis que le seuil s assure la relation de préférence stricte qui existe entre les seuils d utilité séparant deux classes successives. Ensuite, une analyse post-optimale se fait, de telle sorte que l on puisse déterminer l ensemble de fonctions d utilité optimales, ou quasi-optimales, qui donnent des valeurs de F plus petites que la valeur F*+k(F*) où F* est la valeur optimale du programme linéaire précédent et k(f*) une petite valeur po- 0 FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

9 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE sitive ou nulle dépendant de F*. Ainsi, la fonction à minimiser devient une contrainte linéaire exprimant que F est un quasi-critère, de la forme: σ + ( a) + + [ σ + ( a) + σ - ( a) ] + + σ - ( a) F* + kf* ( ). a C a C q a C Q Il en résulte une double fonction à optimiser, soit:: max i a i Q w ij + U q et min j = q = a i Q w i ij + U q j = q = La méthode UTADIS et deux de ses variantes sont incorporées au système FINCLAS de Zopounidis et Doumpos (998a). Le système a déjà servi aux prévisions de faillite (Zopounidis et Doumpos, 997) et à résoudre divers problèmes de classement en finance (Zopounidis et Doumpos, 998b). FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

10 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS BIBLIOGRAPHIE Charnes, A., Cooper, W.W.et Z.M. Huang, 990, Polyhedral Cone-ratio DEA Models with an Illustrative Application to Large Commercial Banks, Journal of Econometrics 46, 7-9. Devaud, J.M., Groussaud, G. et E. Jacquet-Lagrèze, 980, UTADIS: une méthode de construction de fonctions d utilités additives rendant compte de jugements globaux, European Working Group on Multicriteria Decision Aid, Bochum. Drake, I. et B. Howcroft, 994, Relative Efficiency in the Branch Network of a UK Bank: An Empirical Study, OMEGA: International Journal of Management Science, Giokas, D.I., 99, Bank Branch Operation Efficiency: A Comparative Application of DEA and Loglinear Model, OMEGA: International Journal of Management Science 9, Jacquet-Lagrèze, E., 995, An Application of the UTA Discriminant Model for the Evaluation of R & D Projects: in P.M. Pardalos, Y. Siskos et C. Zopounidis (éd.), Advances in Multicriteria Analysis, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 0-. Jacquet-Lagrèze, E. et J. Siskos, 98, Assessing a Set of Additive Utility Functions for Multicriteria Decision Making: The UTA Method, European Journal of Operational Research 0, Oral, M., Kettani, O. et R. Yolalan, 99, An Empirical Study on Analyzing the Productivity of Bank Branches, IIE Transactions 4, Parcan, C., 987, Measuring the Efficiency of Service Operations: An Application to Bank Branches, Engineering Costs and Production Economics, 7-4. Sherman, H.D. et F. Gold, 985, Bank Branch Operating Efficiency: Evaluation with Data Envelopment Analysis, Journal of Banking and Finance 9, Siskos, Y. et D. Yiannakopoulos, 985, UTASTAR: An Ordinal Regression Method for Building Additive Value Functions, Investigaçâo Operacional 5, 9-5. FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

11 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE Zopounidis, C., 99, Le point sur les méthodes d évaluation des projets d investissement en capital de risque, Finéco, 99-. Zopounidis, C., 999, Multicriteria Decision Aid in Financial Management, European Journal of Operational Research 9, Zopounidis, C., Despotis, D.K. et E. Stavropoulou, 995, Multiattribute Evaluation of Greek Banking Performance, Applied Stochastic Models and Data Analysis, Zopounidis, C., et M. Doumpos, 997, Preference Disaggregation Methodology in Segmentation Problems: The Case of Financial Distress in: C. Zopounidis (éd.) New Operational Approaches for Financial Modelling, Springer- Verlag, Berlin-Heidelberg, Zopounidis, C., et M. Doumpos, 998a, Developing a Multicriteria Decision Support System for Financial Classification Problems: The FINCLAS System, Optimization Methods and Software 8, Zopounidis, C., et M. Doumpos, 998b, A Multicriteria Sorting Methodology for Financial Classification Problems, in: C. Zopounidis et I. Papadimitriou (éd.), Abstracts and Papers of the 47 th Meeting of the EURO Working Group Multicriteria Aid for Decisions, Vol. II, Editions of the Technical University of Crete, Chania, FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

12 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS LONG SUMMARY Evaluation of Bank Branches Using a Multicriteria Methodology Michael Michalopoulos, Constantin Zopounidis and Michael Doumpos (Technical University of Crete) In the fully competitive and changing environment of the international banking sector, it is absolutely necessary for each bank to improve its operating and overall efficiency, in order to remain competitive and viable. The overall efficiency of a bank is strictly related to that of each branch. Therefore the top managers in addition to the formulation of a proper business and strategic development plan, should also proceed with the evaluation of the efficiency of each branch. This will enable them to specify the measures that should be taken to overcome actual or potential efficiency problems. Furthermore, the evaluation of bank branches efficiency is essential for the formulation of an overall strategic plan. This significant problem in the field of financial management and banking has already attracted the interest of many financial and operational researchers who have proposed methodologies for modeling and evaluating the efficiency of bank branches. The methodologies are mainly based on the DEA method (Data Envelopment Analysis; Sherman and Gold, 985; Charnes et all., 990; Drake and Howcroft, 994) and the Loglinear method (Giokas, 99). The DEA method identifies the efficient frontier (the maximum output that can be produced for a specific level of input), and defines as efficient, the bank branches that belong to it while those that do not are defined as inefficient. However, in such an efficiency evaluation procedure there is no distinction between the efficient branches (i.e. there is no index to separate the most efficient branches from those that are marginally so), while the notion of efficiency defined as an input-output relationship can be inconsistent with the decision maker s perception of efficiency. In this paper the bank branches efficiency problem is studied from a different point of view. Instead of a relative evaluation, an absolute one is performed involving the sorting of bank branches into predefined homogeneous efficiency classes. This is achieved through the UTADIS preference disaggregation analysis method (Devaud et al., 980; Jacquet-Lagrèze, 995; Zopounidis and Doumpos, 997). The preference disaggregation approach refers to the analysis (disaggregation) of the global preferences (judgment policy) of the decision maker in order to identify the criteria aggregation model that underlies the preference result (sorting). Simi- 4 FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

13 ÉVALUATION DE SUCCURSALES BANCAIRES À L AIDE D UNE MÉTHODE MULTICRITÈRE larly to multiattribute utility theory (MAUT), preference disaggregation analysis uses common utility decomposition forms to model the decision maker s preferences. Nevertheless, instead of employing a direct procedure for estimating the global utility model (MAUT), preference disaggregation analysis uses regressionbased techniques based on linear programming formulations (indirect estimation procedure). More specifically, in preference disaggregation analysis the parameters of the utility decomposition model are estimated through the analysis of the decision maker s overall preference on some reference alternatives. The problem is then to estimate a utility function (usually additive) that is as consistent as possible with the known subjective preferences of the decision maker. In the case of sorting problems, the UTADIS method develops an additive utility function and calculates the appropriate utility thresholds that sort a set of alternatives (bank branches) into predefined homogeneous classes with the minimum classification error. The sorting models that are developed through the UTADIS method have three basic features that are essential in the bank branches efficiency evaluation problem: () in addition to the sorting of the bank branches into efficiency classes they also provide the competitive level between those that belong to the same class (i.e. the global utility can be used as an index to identify the best and the worst branches), () they establish the relative importance of the criteria that are used to measure bank branches efficiency: in this way, the top managers of the bank can develop the most appropriate measures to improve the efficiency of a branch, () they have an extrapolation ability, that is, once a sorting model is developed and validated, it can be easily used in real time to control and monitor the efficiency of any branch. This approach is applied in a case study involving the evaluation of 7 branches of the Bank of Greece. The Bank is a non-profit organization, which has the responsibility for designing and implementing appropriate monetary and fiscal policies in Greece. Despite this non-profit character, its top managers are seeking to improve the operation and efficiency of the Bank, through the development and implementation of the appropriate means for controlling and monitoring the efficiency of its branches. Initially, complete data regarding the activity of the 7 branches have been collected for the years 99 and 99. These data include 56 evaluation criteria regarding the efficiency of the bank branches. Nevertheless, the incorporation of such a large number of evaluation criteria in the analysis would result in the development of a complicated and unrealistic sorting model (additive utility function). Thus, it was decided to consider a reduced set of 4 evaluation criteria regarding the main activities of the bank branches that affect their efficiency. According to FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998 5

14 MICHAEL MICHALOPOULOS, CONSTANTIN ZOPOUNIDIS ET MICHAEL DOUMPOS the performances of the bank branches on these evaluation criteria, a top manager of the bank determined three classes of branches, based on data for the two successive years of the analysis: (i) the efficient, (ii) the moderately efficient, and (iii) the non-efficient bank branches.using this trichotomic classification the UTADIS method was applied twice (once for each year). The results may be considered as satisfactory in terms of the classification accuracy (85% for 99 and 89% for 99) while after a series of interactions with an expert analyst of the bank a 00% classification accuracy was obtained for both years. Furthermore, the results indicate that the sorting and counting of banknotes is the dominant factor that affects the efficiency of the bank branches. Overall, the results of the application of the proposed preference disaggregation approach confirm that besides its three aforementioned theoretical advantages, it is also easily applicable. Furthermore, the approach is decision support oriented so that it can be incorporated into an integrated decision support system specifically designed and developed for bank branches efficiency evaluation problems, such as the Financial Classification system (FINCLAS, Zopounidis and Doumpos, 998). Although the current structure of the FINCLAS system is oriented towards the analysis of corporate performance and viability, its flexibility enables its adoption in the study of other financial classification problems as well, besides the evaluation of bank branches. 6 FINÉCO, vol. 8, N o, e semestre 998

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Presentation and snapshot of achieved work FLEXIPAC meeting Bertrand Cornélusse, University of Liège December 2014 1 P L

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Le projet SOX chez Alcatel

Le projet SOX chez Alcatel Le projet SO chez Alcatel Forum CERT-IST, 08/06/2006 Présentation SO Page 2 Qu est-ce que SO? Le projet SO Le champ d application L organisation Le déroulement La vie après SO La Loi Sarbanes-Oxley Page

Plus en détail

APPLICATION DOMAIN: Choose a domain

APPLICATION DOMAIN: Choose a domain APPLICATION DOMAIN: Choose a domain PERSONAL DATA DONNEES PERSONNELLES 1. SURNAME NOM DE FAMILLE: 2. FORENAME(S) PRENOM(S): 3. PERMANENT ADDRESS RESIDENCE PERMANENTE: 4. EMAIL - MÉL: 5. PRIVATE TELEPHONE

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management l education de management 2010-1-PL1-LEO01-11462 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2010 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Transfert des expérimentales et innovantes

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

SGR Services de gestion des risques

SGR Services de gestion des risques Title: Safety Achievement Financial Incentive System (SAFIS) Titre : Système d incitation financière à la sécurité DIRECTIVE Effective / En vigueur: 01/05/2008 Release / Diffusion No. 003 Page 1 of / de

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD Première édition First edition 1987-12 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section trois Prescriptions

Plus en détail

Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy

Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy THÈSE N O 5124 (2011) PRÉSENTÉE le 22 septembre 2011 À LA FACULTÉ MANAGEMENT

Plus en détail

Probabilistic design of wastewater treatment plants

Probabilistic design of wastewater treatment plants Probabilistic design of wastewater treatment plants Thèse Mansour Talebizadehsardari Doctorat en génie des eaux Philosophiae doctor (Ph.D.) Québec, Canada Mansour Talebizadehsardari, 2015 RÉSUMÉ Dans cette

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Guideline for the Index of the Quality of the Air

Guideline for the Index of the Quality of the Air Guideline for the Index of the Quality of the Air Report EPS 1/AP/3 April 1996 iii Readers Comments Comments regarding the content of this report should be addressed to: Tom Furmanczyk Pollution Data

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Tel. : Fax : e-mail : Je participerai au banquet le jeudi (participation 60 ) 1 I will joint the banquet on Thursday night (participation 60 )

Tel. : Fax : e-mail : Je participerai au banquet le jeudi (participation 60 ) 1 I will joint the banquet on Thursday night (participation 60 ) FORMULAIRE D INSCRIPTION REGISTRATION FORM A renvoyer avant le 27 février à mcda81@univ-savoie.fr To be sent back before 27th February to mcda81@univ-savoie.fr Nous nous permettons de vous rappeler que

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

A Test for the Presence of Central Bank Intervention in the Foreign Exchange Market With an Application to the Bank of Canada

A Test for the Presence of Central Bank Intervention in the Foreign Exchange Market With an Application to the Bank of Canada 2009s-14 A Test for the Presence of Central Bank Intervention in the Foreign Exchange Market With an Application to the Bank of Canada Douglas James Hodgson Série Scientifique Scientific Series Montréal

Plus en détail

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications ANNEX III/ANNEXE III PROPOSALS FOR CHANGES TO THE NINTH EDITION OF THE NICE CLASSIFICATION CONCERNING AMUSEMENT APPARATUS OR APPARATUS FOR GAMES/ PROPOSITIONS DE CHANGEMENTS À APPORTER À LA NEUVIÈME ÉDITION

Plus en détail

Société en commandite Gaz Métro

Société en commandite Gaz Métro RÉPONSE DE SOCIÉTÉ EN COMMANDITE GAZ MÉTRO (GAZ MÉTRO) À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE M. PAUL CHERNICK, EXPERT POUR LE REGROUPEMENT DES ORGANISMES ENVIRONNEMENTAUX EN ÉNERGIE (ROEÉ) ET L UNION

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD 60839-2-5 Première édition First edition 1990-07 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section 5 Détecteurs

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques TR/06/B/P/PP/178009 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2006

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

Résumé. Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé

Résumé. Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé Résumé Création d un fichier d aide pour Système de supervision automatisé Tuteur entreprise Rosaire LAVOIE Tuteur École Bertrand BOYER Nicolas FYOT Spécialité Génie électrique Résumé Summary Soprema est

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN A Professional Growth Plan is a written statement describing a teacher s intended focus for professional

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

AVOB sélectionné par Ovum

AVOB sélectionné par Ovum AVOB sélectionné par Ovum Sources : Ovum ovum.com «Selecting a PC Power Management Solution Vendor» L essentiel sur l étude Ovum AVOB sélectionné par Ovum 1 L entreprise britannique OVUM est un cabinet

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL AN-Conf/12-WP/77 10/10/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 Point 6 : Direction future 6.1 : Plans

Plus en détail

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Cash Management Virtuel d ING Michel Rutte Global Principal Product Manager Paris 15 mars 2016 ING Wholesale Banking Cash management Virtuel: pourquoi? Les

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Fonds disponibles. Critères d'admissibilité Pour être admissible à une subvention aux étudiants du RRPSNB, vous devez répondre aux critères suivants :

Fonds disponibles. Critères d'admissibilité Pour être admissible à une subvention aux étudiants du RRPSNB, vous devez répondre aux critères suivants : Bourse d étude du Réseau de recherche sur les politiques sociales du Nouveau- Brunswick Le RRPSNB reconnait les grandes capacités de recherche des étudiants du Nouveau- Brunswick, tant des cycles supérieurs

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178 Thèse no. 7178 PROBLEMES D'OPTIMISATION DANS LES SYSTEMES DE CHAUFFAGE A DISTANCE présentée à l'ecole POLYTECHNIQUE FEDERALE DE ZURICH pour l'obtention du titre de Docteur es sciences naturelles par Alain

Plus en détail

by Alfred Ainsley Archer Department of Animal Science McGill University, Montreal July, 2000

by Alfred Ainsley Archer Department of Animal Science McGill University, Montreal July, 2000 A FRAMEWORK TO INTEGRATE AND ANALYSE INDUSTRY-WIDE INFORMATION FOR ON-FARM DECISION MAKING IN DAIRY CATTLE BREEDING by Alfred Ainsley Archer Department of Animal Science McGill University, Montreal July,

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/69/20 11 mars 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES?

QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES? QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES? Alain SCHATT Professeur s Universités en Sciences Gestion Directeur l IAE Strasbourg En 5, environ sociétés

Plus en détail

Recherche d images similaires à partir de descripteurs couleurs

Recherche d images similaires à partir de descripteurs couleurs Descripteurs couleurs Recherche d images similaires à partir de descripteurs couleurs Romain Bachy supervisé par Emi Aldea Romain Bachy Master 2 IMA - UPMC 20 janvier 2010 Romain Bachy Master 2 IMA - UPMC

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS Introduction Ce supplément vous informe de l utilisation de la fonction USB qui a été installée sur votre table de mixage. Disponible avec 2 ports USB

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF October 6, 2003 Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF Astroparticle Physics European Coordination between European Funding Agencies: France, Germany, Italy, United Kingdom, The Netherlands, Spain, Greece,

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Hydro-Québec Distribution

Hydro-Québec Distribution Hydro-Québec Distribution 2004 Distribution Tariff Application Demande R-3541-2004 Request No. 1 Reference: HQD-5, Document 3, Page 6 Information Requests HQD says that it will be required to buy energy

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers. Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014

La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers. Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014 La coopération dans un contexte de recherches doctorales Cooperation amongst PhD researchers Josée Charbonneau Anne- Marie Merrien 28 mai 2014 Pourquoi sommes- nous ici? Étudiantes au doctorat, bourse

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM

QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM THESE No 1121 (1993) PRESENTEE AU DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES ECOLE POLYTECHNIQUE FEDERALE DE LAUSANNE POUR

Plus en détail

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS FOCUS GROUPE: Sociétés Privées qui Utilisent Services de Transport Terrestre et/ou PAD Groupe A Routes et Port Les questions de Sections

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in childhood Responsable(s) : De Vathaire Florent, Equipe-3 d'epidémiologie des radiations- CESP- UMR 1018 INSERM Date de modification : 14/08/2013

Plus en détail

Status of PBN Implementation in France

Status of PBN Implementation in France Ministère de l'écologie, Ministère de l'énergie,du de l'écologie, Développement de l'énergie, durable Développement et de l'aménagement durable et du de territoire la Mer ICAO EUR PBN TF/6 (Paris, France

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

Ontotechnology 2013-1-BE3-LEO05-07298. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=11543

Ontotechnology 2013-1-BE3-LEO05-07298. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=11543 Ontotechnology 2013-1-BE3-LEO05-07298 1 Information sur le projet Titre: Ontotechnology Code Projet: 2013-1-BE3-LEO05-07298 Année: 2013 Type de Projet: Projets de transfert d'innovation Statut: En cours

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES :

QUESTIONS / RÉPONSES : Contexte : Conformément à la directive comptable 1, les régimes LUX GAAP et LUX GAAP JV 2 posent comme règle générale, l obligation d établissement de comptes consolidés par toute entreprise mère contrôlant

Plus en détail

Flexible, professionnelle et moderne Une gestion immobilière proche de vous. Flexible, professional and modern A property management close to you

Flexible, professionnelle et moderne Une gestion immobilière proche de vous. Flexible, professional and modern A property management close to you 1 Flexible, professionnelle et moderne Une gestion immobilière proche de vous Flexible, professional and modern A property management close to you Gestion Immobilière Property Management 2 L ENTREPRISE

Plus en détail

Exercices sur SQL server 2000

Exercices sur SQL server 2000 Exercices sur SQL server 2000 La diagramme de classe : Exercices sur SQL server 2000 Le modèle relationnel correspondant : 1 Créer les tables Clic-droit on Tables et choisir «New Table» Créer la table

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * ***

* * * * * * * * * * * * * * * * * *** RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 19 août 2010 Demandeur : Association pétrolière et gazière du Québec Référence : (i) Gaz Métro-1,Document

Plus en détail

Implementation of OECD Guidelines in Canada

Implementation of OECD Guidelines in Canada Implementation of OECD Guidelines in Canada March 1314, 2001 Berlin, Germany 1. 2. 3. 4. Overview Canada s involvement in OECD on Electronic Commerce and Consumer Protection Electronic Commerce in Canada

Plus en détail