Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises"

Transcription

1 Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises Page 1 sur 22

2 TABLE DES MATIERES Cahier de charge base de données... 1 des activités culturelles bruxelloises Introduction La base de données : caractéristiques essentielles Inscription des acteurs culturels dans le système de la base de données : la fiche d enregistrement et l attribution des logins L enregistrement d un organisateur Le cas particulier des lieux d activités Possibilité de synergie entre la base de données des activités culturelles bruxelloises et la cartographie des acteurs culturels Les inputs Les contenus L information objective L information semi objective La structure des contenus dans les formulaires d encodage Structure des données à encoder La méthode d encodage La méthode de validation des informations encodées La question des doublons La question des catégories d activités La question de la hiérarchie des activités La question des activités permanentes (notamment les musées) Les outputs Les aspects de contenu Les aspects financiers Les traitements au sein de la base de donnée La transmission de l information sur les activités Le contrôle de l information La gestion des signaux de modification des données Le formatage de l information transmise aux medias La gestion et la formation des fournisseurs d information La gestion et la formation des destinataires de l information La gestion des interfaces avec les bases de données propres des grands acteurs culturels La question des langues dans la base de données Inputs : qui doit fournir l information dans chacune des langues? Inputs : doit-on fournir l information dans plusieurs langues en cas d activité unilingue (par exemple, une pièce de théâtre en français non sur-titrée)? Inputs et traitement : si les informations ne sont pas fournies dans les 3 langues, la base de données doit-elle procéder à une traduction automatique de celle-ci au moyen d un software de traduction Outputs : si, pour une activité donnée, l acteur culturel n a encodé l information que dans une ou deux langues, dans quel cas le gestionnaire de la base de donnée transmet-il cette information à un destinataire d outputs qui demande de recevoir toute l information sur les activités culturelles en 1 langue? Page 2 sur 22

3 7.5. Outputs : l utilisation des langues sur le site web «généraliste» accolé à la base de données Si une personne est entrée sur le site web via une langue de navigation, quelles sont les activités culturelles qu elle doit y trouver? Dans ce cas, que doit afficher le site pour une activité dont les champs non prédéfinis dans des tables mutilingues (voir 7.1 ci-dessus) n ont été encodés par l acteur culturel que dans 1 ou 2 langues qui ne sont pas la langue de navigation retenue par l utilisateur du site? Une fonction supplémentaire de la base de données : la mise à disposition d une base de données propres pour les acteurs culturels n en disposant pas Evaluation des économies d échelle réalisées par ce projet Economie à la transmission de l information Accroissement des publics grâce au site web «généraliste» Le site web «généraliste» attaché à la base de données Page 3 sur 22

4 1. Introduction Il existe aujourd hui plusieurs bases de données rassemblant tout ou partie des activités culturelles et artistiques à Bruxelles. La base de données la plus complète est probablement celle gérée par la Fondation pour les Arts. Celles-ci rassemble, par an, environ activités culturelles signalées par organisateurs ou lieux d activité. Malheureusement, aucune base de donnée ne répond idéalement ni aux besoins des fournisseurs d information (les acteurs culturels), ni aux besoins des utilisateurs de celle-ci. Les acteurs culturels sont obligés, pour assurer une diffusion suffisante de l information relative à leurs activité de multiplier la transmission de celle-ci vers de nombreux diffuseurs qui ont chacun leur propre système de collecte de celle-ci. En outre, dans le cas des informations transmises à la base de donnée générale gérée par la Fondation, le formulaire d encodage mis à leur disposition ne répond pas aux nombreuses structures différentes d espace-temps qui caractérisent leurs activités (par exemple, un concert et une exposition). Quant aux utilisateurs de la base de données, ils se heurtent souvent à des problèmes de formatage de l information et de mise à jour de celle-ci, ce qui entraine pour eux une lourde charge de travail de vérification et de mise en forme de l information puisée dans la base de données. L objectif est de créer une base de données interactive centralisant les données objectives et certaines données semi objectives sur l ensemble de l offre culturelle (prise au sens large) en Région bruxelloise. Est considérée comme information objective toute information dont le contenu ne peut varier suivant les caractéristiques ou les sensibilités de son émetteur (ceci n exclut évidemment pas les variations de formatage) et notamment: - le titre de l activité ; - l identité de l organisateur ; - le lieu de l activité ; - les dates et heures de celle-ci ; - les données objectives sur le contenu (œuvre, auteur, interprètes, ) ; - les prix ; - Est considérée comme information semi objective, une donnée informative sur l activité, dont le contenu peut varier en fonction des caractéristiques ou des sensibilités de l émetteur, émise par l organisateur clairement identifié comme émetteur de celle-ci, et notamment : - une description du contenu de l activité ; - la catégorie de cette activité (information objective dans la plupart des cas mais parfois semi objective quand l activité est à cheval sur plusieurs disciplines); - le public cible de cette activité ; - les mots clés attachés à cette activité ; Page 4 sur 22

5 - les extraits sur l activité : photos, vidéo, enregistrement, Cahier de charge database v docx Est considérée comme information subjective toute information promotionnelle ou faisant appel au jugement d une personne qui n est pas l organisateur (critique, ). Aujourd hui deux constats peuvent être faits : En l absence d un outil performant de collecte et de traitement de cette information objective et semi objective et de transmission de celle-ci à l ensemble des diffuseurs d information (media papier ou sites web), les acteurs culturels bruxellois consacrent un temps et une énergie considérable à transmettre celle-ci à de multiple destinataires au détriment du temps qu ils pourraient affecter à la transmission des l information subjective (promotion, contact avec les médias, avec certains publics cibles, ). Même si des efforts remarquables ont été accomplis par certains organes de presse et sites web pour transmettre cette information objective et semi objective de la manière la plus large possible, force est de constater qu un large public, et tous particulièrement les visiteurs belges et étrangers, ne disposent pas d un support pratique et performant (papier ou web) mettant cette information à leur disposition de manière efficace et la plus exhaustive possible. L objectif principal est donc de favoriser la diffusion la plus large de l information culturelle. Il vise également à réduire le coût et l effort accomplis par les acteurs culturels dans la communication de leurs informations objectives et semi objectives. Aujourd hui, ils sont obligés de communiquer une même info, sous forme structurée (encodage) ou non structurée (mail, fax, ) à de très nombreux médias différents. L objectif est qu à terme, ces medias puisent cette info dans une même base de données. Un deuxième objectif important est d assurer, dans toute la mesure du possible, le caractère multilingue (FR, NL, ENG) de la transmission de l information. 2. La base de données : caractéristiques essentielles Cette base de données doit être totalement neutre et tendre à l exhaustivité dans la collecte de l information et l insertion de celle-ci dans son site web «généraliste». Outre le travail quotidien de collecte, traitement et transmission de l information, le rôle de ses gestionnaires est de : - fixer les règles d encodage et former les acteurs culturels à cet encodage ; - améliorer constamment les mécanismes de contrôle afin de s assurer de la fiabilité et de la pertinence des informations traitées et faire en sorte que les acteurs culturels euxmêmes assument la plus grande part du contrôle des informations transmises par eux ; - gérer certains outils de cette base de données pour répondre au mieux au besoin des acteurs culturels et des medias (par ex. : liste des catégories d activités, formatage des formulaires d encodage, bibliothèque des mots clés, catalogue d options de formatage à l output, ). Les caractéristiques principales de cette base de données sont : - L information doit pouvoir être introduite au moins en 3 langues. Page 5 sur 22

6 - L information ne peut être introduite que par des opérateurs enregistrés et agréés par le gestionnaire de la base de données. - La quasi totalité des informations doit pouvoir être encodée par les acteurs culturels via deux voies : - pour les grands acteurs culturels disposant d une base de données propre, via un interface entre leur base de données et la base de données centrale à créer ; - pour les autres acteurs culturels, via des formulaires d encodage informatique. - La base de données doit servir à 3 grandes catégories d output : 1. un site internet généraliste de référence reprenant l ensemble de l offre culturelle (cfr. agenda.be) 2. les outputs mis à la disposition de tout média web. 3. les outputs mis à la disposition de tout média papier. - Même si cela n est pas envisagé dans un premier temps, le système doit prévoir une extension possible vers le ticketing. encodage formulaire Website d encodage «généraliste» Acteurs Base de Media culturels données Web database interface Media papier Page 6 sur 22

7 3. Inscription des acteurs culturels dans le système de la base de données : la fiche d enregistrement et l attribution des logins 3.1. L enregistrement d un organisateur Comme indiqué au 2 ci-dessus, seuls des organisateurs enregistrés en agréés par le gestionnaire de la base de données peuvent introduire des activités dans celle-ci. A l occasion de cet enregistrement, l organisateur doit fournir une série de données identifiantes qui sont utiles à plus d un titre : - Elles permettent son enregistrement dans la base de données. - Elles constituent en elles-mêmes une base de données des opérateurs culturels. - Certaines de ces données seront automatiquement reprises dans la database des activités. - La fiche d enregistrement doit reprendre les informations suivantes : * Nom complet * Nom à utiliser dans les outputs de la base de donnée (FR, NL, ENG) Raison sociale Numéro d entreprise * Lieux d activité appartenant à l organisateur : dénomination et adresse : - Lieu 1 - Lieu 2 - (avec indication du lieu qui doit apparaître par défaut quand l organisateur encode une activité) * Tel général (administration) * Tel info ( à faire apparaître dans la base de données activités) * Tel billetterie (à faire apparaître dans la base de données activités) * Mail général (administration) * Mail info ( à faire apparaître dans la base de données activités) * Mail billetterie (à faire apparaître dans la base de données activités) Website (à faire apparaître dans la base de données activités) Adresses réseaux soxiaux (Facebook, Twitter, ) * Personne de contact pour la base de données Identifiant Google Map (les champs marqués d une * sont obligatoires) Case de confirmation de la validité des données et d acceptation des conditions de la base de données. NB. : Le gestionnaire de la base de donnée envoie aux organisateurs enregistrés 1 x par an un de demande de mise à jour de leur fiche d enregistrement Le cas particulier des lieux d activités L enregistrement des lieux d activités est fréquemment une source d erreurs dans les bases de données : adresse incorrecte ou mal traduite, un même lieu est enregistré différemment par des organisateurs différents,. Page 7 sur 22

8 Pour éviter ces erreurs, la base de données doit constituer une liste des lieux d activité, avec leur nom (FR, NL, ENG) et leur adresse (FR, NL, bilingue) tels qu ils doivent apparaître dans une fiche d activité. Quand un acteur culturel remplit une fiche d activité, il ne peut choisir, comme lieu de cette activité, qu un lieu qui a été préalablement enregistré dans la liste. Cette liste des lieux d activité est alimentée par les données introduites par un organisateur lors de son enregistrement ou par l enregistrement spécifique d un lieu par un organisateur (par exemple un lieu qui n appartient à aucun organisateur enregistré). Le système fonctionne donc comme suit : Données d enregistrement organisateur Liste des lieux d activité Fiche d enregistrement d une activité 1 : Quand l organisateur ouvre une nouvelle fiche d encodage d une activité, certains champs de sa fiche d enregistrement organisateur sont repris par défaut dans cette fiche activité : - nom de l organisateur à utiliser dans les outputs de la base de donnée (FR, NL, ENG) ; - dénomination et adresse du lieu d activité par défaut ; - tel info et billetterie ; - mail info et billetterie ; - website ; - adresse réseaux sociaux. 2 : Dès qu une fiche d enregistrement organisateur est acceptée par le gestionnaire de la database, les dénominations et adresses des lieux d activité repris dans celle-ci sont automatiquement transférés dans la liste des lieux d activité. 3 : Lors de l encodage d une fiche d activité, l organisateur garde le lieu d activité repris par défaut ou le remplace par un autre lieu d activité choisi dans la liste des lieux d activité. 4 : L organisateur peut introduire directement un nouveau lieu d activité dans la liste des lieux d activité. L introduction d un nouveau lieu d activité doit être contrôlée et validée par le gestionnaire de la base de données avant que ce lieu ne puisse être sélectionné dans le cadre d une activité. Page 8 sur 22

9 3.3. Possibilité de synergie entre la base de données des activités culturelles bruxelloises et la cartographie des acteurs culturels Les deux applications ont besoin des données d identification très précises des acteurs culturels. En outre, l application cartographie a besoin de données complémentaires permettant le classement de ces acteurs culturels en fonction d une série de paramètres (disciplines, zone d influence, pouvoirs subsidiants, public, accessibilité, ) afin d en tirer des enseignements permettant notamment d éclairer les pouvoirs publics dans certaines de leur décisions de politique culturelle. Pour ne pas alourdir inutilement la tâche des acteurs culturels dans la transmission de ces informations, il pourrait être envisagé que les données complémentaires nécessaires à l application cartographie soient recueillies par le canal de la base de données des activités culturelles. Il s agirait d une extension du formulaire d enregistrement d un organisateur. 4. Les inputs 4.1. Les contenus L information objective Titre de l activité Identité de l organisateur, du producteur, Lien vers le site web de l organisateur, de l artiste, du producteur, Lieu de l activité Date et heure Données objectives sur le contenu (œuvre, auteur, interprètes, ) Prix d entrée Facilités tarifaires : Article 27, cultuurwaardebon, Arsène 50, Accessibilité physique : - personne à mobilité réduite ; - malvoyant ; - malentendant. A ccessibilité linguistique : - totale (pas de langage) ; - langue principale du spectacle ; - langue du sur- ou sous-titrage. Activité faîtière (festival, ) Activités annexes (introduction au spectacle, rencontre, ) Services annexes (bar, catering) L information semi objective Description de l activité (courte et longue) par l acteur culturel Catégorie Public cible Mots clés pour moteur de recherche Photos, vidéo, extraits Un champs libre «Commentaires» Page 9 sur 22

10 Ces différents contenus doivent faire l objet de champs libres ou de listes de choix. Ces listes de choix doivent être établies dans les 3 langues + une version bilingue (FR-NL) pour répondre aux demandes des utilisateurs de la database La structure des contenus dans les formulaires d encodage Structure des données à encoder Les données objectives peuvent avoir des structures très différentes suivant la nature de l activité (par ex. une expo et un concert ont une structure spatiale et temporelle très différente). Il faut donc structurer différemment le formulaire d encodage en fonction des catégories pour faciliter les travaux d encodage par les acteurs culturels. A titre d exemple, un concert et une exposition ont une structure temporelle très différente. Le formulaire d encodage d un concert doit permettre d introduire une ou plusieurs dates avec l heure de début du concert et sa durée. Le formulaire d encodage d une exposition doit permettre d encoder des plages d ouvertures (jours et heures) avec des exceptions (fermeture exceptionnelle ou ouverture exceptionnelle). Les activités multidisciplinaires posent également question, particulièrement en ce qui concerne le contenu de l activité et sa classification dans l une ou l autre catégorie. Le concept serait donc le suivant. L acteur culturel ouvre un formulaire d encodage qui lui demande de choisir, dans une liste, la structure de formulaire qui convient le mieux à son activité. A partir de ce choix, il poursuit l encodage dans cette structure. Le choix d une structure de formulaire ne conditionne en rien la catégorie retenue pour l activité La méthode d encodage a) Niveaux d encodage Compte tenu de la diversité des acteurs culturels et des moyens dont ils disposent, il faut prévoir plusieurs niveaux d encodage, depuis le minimum indispensable dans l info de base jusqu à une info complète et détaillée pour que l acteur culturel puisse choisir le couple niveau d effort d encodage/détail de l info qu il souhaite. Page 10 sur 22

11 Cette déclinaison par niveaux doit s organiser de manière conviviale pour l acteur culturel encodeur de l information : - Il faut clairement indiquer les champs obligatoires et les champs optionnels. - Il faut que l encodeur puisse passer d une fenêtre d encodage simple, reprenant les informations indispensables, à des fenêtres optionnelles lui permettant de compléter l information transmise. b) Encodage d une information préliminaire approximative Il apparaît que, pour certaines catégories d activités (par ex. exposition), une information préliminaire approximative (par exemple une période d expo sans encore connaître les dates précises) intéresse certains destinataires de l information (organisateurs de voyage, de congrès, ). Le groupe de travail a envisagé de traiter cette question dans la base de données. Mais, vu le peu de cas où l utilité d une info préliminaire se présente et le petit nombre d utilisateurs de celle-ci, il semble préférable d utiliser des canaux de transmission de cette information en dehors de la base de données. Les professionnels du tourisme et de l organisation de voyage, congrès estiment cependant que cette question est tellement importante qu elle mériterait d être traitée dans la base de données. Question à approfondir. c) Mises à jour et corrections de données Le système doit prévoir la possibilité, à tout moment, de faire des mises à jour ou des corrections d encodage. C est un point délicat auquel se heurtent les utilisateurs de la base de données et particulièrement les médias papier soumis à des calendriers très stricts de publication de l information : celle-ci a-t-elle été corrigée ou enrichie depuis sa réception et son traitement par le media papier. Certaines bases de données ont rencontré cette difficulté en adressant à leurs utilisateurs des listings structurés d avertissement de corrections et modifications La méthode de validation des informations encodées Les gestionnaires de bases de données existantes se heurtent tous au problème de la qualité de l encodage et de la pertinence des données encodées et doivent consacrer des ressources humaines importantes à la vérification de l exactitude des données encodées. Il faut que cette responsabilité de vérification et de validation des données revienne dans la plupart des cas à l émetteur de l information (l acteur culturel lui-même). Une voie d approche pourrait être, à l instar de ce qui existe dans certains programmes, une distinction entre l encodage d une donnée et la validation de cette donnée dans la base de données : - Un acteur culturel reçoit deux accès à la base de donnée : un accès pour l encodage des données et un accès pour la validation des données. - L accès d encodage est confié à un membre de son équipe qui procède à l encodage de toutes les données (en une ou plusieurs fois pour une même activité). Ces données encodées se retrouvent évidemment stockées dans la base de données mais ne sont Page 11 sur 22

12 accessibles ni pour les utilisateurs de la base de données, ni sur le site web «généraliste». - Une personne (de préférence différente) au sein de l équipe de l acteur culturel est responsable de la validation de ces données et reçoit à ce titre l accès à la base de données. Elle valide les données encodées qui deviennent alors accessibles à tous. Rien n empêche évidemment, même si ce n est pas souhaitable, qu un acteur culturel confie à la même personne la responsabilité de l encodage et de la validation. C est, par analogie, l application du «bon à tirer» du temps ou toute l information était transmise sur papier. Pour éviter un temps de latence exagéré entre encodage et validation, la base de donnée envoie quotidiennement au détenteur du login de validation la liste des activités encodées en attente de validation par lui. L attribution de la validation des données à l émetteur ne fonctionne cependant pas dans tous les cas, notamment en ce qui concerne la vérification et l élimination des doublons, quand deux acteurs ayant accès à la banque de donnée encodent une même activité (voir ci-après). Les gestionnaires de la base de données ne peuvent faire totalement l économie du travail de validation. Pour qu il fonctionne, ce système, qui confie à l émetteur la validation de ses données, demande une information, voire même une formation des différents utilisateurs. En effet aujourd hui, dans la chaine de transmission de l information, chaque maillon a tendance à considérer que le maillon précédent porte la responsabilité du contrôle de l information qu il transmet. Cette manière de faire induit des efforts de validation à plusieurs niveaux qui sont assez coûteux et peu efficaces. Il faut qu il soit clair pour tous les utilisateurs que seul l acteur culturel porte la responsabilité de l information contenue dans la base de données La question des doublons De nombreuses bases de données se heurtent à la question des doublons : une même activité peut être encodée par plusieurs acteurs culturels (le gestionnaire de la salle, l artiste, le producteur, ). La solution de cette question passe par plusieurs actions : - Il faut que, lorsqu on remplit un formulaire d encodage, un signal de doublon apparaisse sur l événement (difficile parce que possibilité de dénomination différente par deux acteurs différents) ou la combinaison lieu/date. - Il faut que l encodeur puisse voir dans ce cas ce qui a été encodé par quelqu un d autre. - Il faut définir, cas par cas, l encodeur prioritaire : pour une même activité, une fois que celui-ci l a encodée, seul lui peut corriger les infos ; s il n a encore rien encodé, les autres peuvent introduire l info mais l encodeur prioritaire pourra ensuite les corriger. La hiérarchie des encodeurs pourrait être la suivante : 1) organisateur de l activité, 2) producteur, 3) artiste, 4) organisateur de l activité faîtière (festival, ). Malgré la mise en place d une pareille procédure, le gestionnaire de la base de données conservera un rôle important dans la détection et l élimination des doublons. Page 12 sur 22

13 4.5. La question des catégories d activités Cahier de charge database v docx Pour de très nombreuses activités culturelles, leur classement dans une catégorie d activité est simple et évident. Mais plusieurs questions peuvent cependant se poser : 1. Jusqu à quel niveau de détail doit-on aller dans l arborescence des catégories? A première vue, une arborescence à deux étages est un maximum. Si l on détaille encore plus, cette arborescence des catégories devient rapidement inutilisables pour les utilisateurs de la base de données (media web et papier). 2. Certaines activités culturelles sont à cheval sur plusieurs catégories. C est parfois un véritable casse-tête car leur affectation à une catégorie particulière peut être très subjective. En outre, certaines catégories d activités ne sont pas reprises par certains media. Une manière indirecte de résoudre partiellement cette question est d assortir l activité d un certain nombre de mots clés (choisis dans une bibliothèque mise au point par le gestionnaire de la base de données) utilisables sur les media web dotés d un moteur de recherche. Ces mots clés permettraient, sur un site internet utilisant la base de données, de trouver l activité à partir de différents angles de vue. Prenons l exemple d une activité qui s inscrit dans un festival : - Il faut prévoir, dans le formulaire d encodage, un champs qui permet de rattacher l activité à une activité faîtière (en l occurrence, le festival) - Il faut prévoir, pour l organisateur du festival, la possibilité de contrôler ce rattachement (éviter des rattachements indus). - Il faut prévoir la possibilité d introduire le festival lui-même comme une activité. Quel que soit le soin apporté par la base de données à la qualification de l activité, par champs structurés (catégorie et sous-catégorie) et par mots clés, on ne peut empêcher le média destinataire de l information d exercer sa propre sélection qui risque d écarter certaines activités ou de les placer dans une catégorie ne correspondant pas à celle retenue par l acteur culturel La question de la hiérarchie des activités De nombreux cas peuvent se présenter : - Un concert (activité principale) précédée d une séance d introduction à celui-ci (activité annexe). - Un festival regroupant de nombreuses activités parfois dans des catégories différentes. Certains programmes de gestion culturelle résolvent cette difficulté en permettant de classer certaines activités dans un organigramme (activité faîtière, activité principale, activité secondaire, ). Ce type de classement reste cependant difficilement exploitable par les medias papier et web. Il est malgré tout très important de prévoir cette structure pour faciliter les opérations d encodage et surtout si la base de donnée peut servir d outil de gestion à certains acteurs culturels (voir 8 ci-dessous) La question des activités permanentes (notamment les musées) Cette base de données doit-elle également reprendre les activités culturelles permanentes (musées, bâtiments à visiter, )? Il pourrait être intéressant de les reprendre sur le site Page 13 sur 22

14 web«généraliste». Par contre, il est plus que probable que les utilisateurs de la base de données (medias web et papier) n en auront pas d utilité. S il était décidé de les reprendre, cela demanderait des formulaires d encodage ad hoc. 5. Les outputs La qualité de la base de données devrait à terme entrainer une multiplication de ses utilisateurs, non seulement les medias web et papier mais également l ensemble des diffuseurs publics ou privés d information culturelle : organismes publics et para-publics de promotion culturelle et touristique, communes, groupements d intérêts autour d une discipline artistique, tour operators, agences de voyage, organisateurs de congrès et d évènements, hôtels, 5.1. Les aspects de contenu Pour les medias papiers, la question du formatage et de la concision des outputs est fondamentale. Il faut donc leur offrir, par type de donnée, une bibliothèque de formats différents dans laquelle ils peuvent faire leur choix ( voir 6.4 ci-dessous). Même si les sites web ont leurs exigences en la matière et pourraient également bénéficier de cette bibliothèque de formats, les questions de contenu et de formatage se posent moins pour les media web que pour les media papier. Il en va de même en ce qui concerne les mises à jour et corrections des informations reçues, un site web pouvant être mis à jour quasi en temps réel Les aspects financiers Tout dépend de l angle de vue que l on prend à l égard de cette base de données. Soit on considère que son rôle principal est d être au service des media et autres diffuseurs privés ou publics d information culturelle pour collecter et leur transmettre l information et, dans ce cas, qu il est normal qu elle soit rémunérée par eux. Soit on considère qu elle rend service aux acteurs culturels en fédérant de manière efficace et à moindre coût leurs efforts de transmission de l information culturelle. Ce travail doit alors être prix en charge par les pouvoirs publics au même titre que les subsides qu ils allouent aux acteurs culturels pour la communication et la promotion de leurs activités. L expérience actuelle semble indiquer que les medias web sont peut disposés à payer l information reçue. Les acteurs culturels sont évidemment intéressés à ce que leur infos se retrouvent dans un media web. Comme celui-ci est moins exigeant qu un média papier quant au formatage de l info qui leur est communiquée et quant à la ponctualité de la communication de cette info (un site pouvant constamment être mis à jour), il souhaite recevoir cette information gratuitement, ce que, dans la plupart des cas l acteur culturel est prêt à faire même si cela représente pour lui un surcroît de travail. C est une simple question de rapport de force. Dans une relation avec chaque acteur culturel, ce rapport s établit quasi toujours à l avantage du média web. Pour que celui-ci accepte que cette info lui soit transmise par une base de données centrale, il faudrait donc idéalement que cette transmission soit gratuite. Les média papier semblent, dans certains cas, plus disposés à payer le gestionnaire de la base de données pour la transmission de l information parce que la base de données leur fournit une Page 14 sur 22

15 valeur ajoutée de centralisation et de formatage de l information. Il convient malgré tout de s interroger sur le bien-fondé de cette rémunération. 6. Les traitements au sein de la base de donnée Le gestionnaire de la base de données assume les fonctions suivantes: - la transmission de l information ; - le contrôle de l information et la gestion des priorités au cas où plusieurs acteurs culturels encodent des données sur un même événement (cfr 4.4 ci-dessus); - la gestion des signaux de modification des données; - le formatage de l information transmise aux medias ; - la gestion des fournisseurs d information (identité, login, mot de passe, des acteurs culturels pouvant introduire des informations dans la base de données) ; - la formation et le coaching des fournisseurs d information et l incitation à l encodage ; - la gestion et la formation des destinataires de l information (les utilisateurs de la base de données); - la gestion des interfaces avec les bases de données propres des grands acteurs culturels ; - le cas échéant, la gestion du programme mis à la disposition des acteurs culturels pour exploiter individuellement leurs données (voir 8 ci-dessous) La transmission de l information sur les activités La base de donnée va recevoir 2 types d information : 1. les données précises sur une activité culturelle ; 2. l information sur les activités permanentes (voir 4.7 ci-dessus) ; Les données doivent être disponibles pour les acteurs culturels eux mêmes, au minimum afin qu ils puissent à tout moment les corriger, et éventuellement dans le cadre d un outil de gestion de leurs activités mis à leur disposition (voir 8 ci-dessous). Les données 1 doivent être mise à la disposition de tous les utilisateurs de la base de données. Les données 1 et 2 doivent apparaître sur le site web «généraliste» Le contrôle de l information Même si l objectif est de confier la responsabilité de la validation de l information aux acteurs culturels, grâce à la séparation des fonctions d encodage et de validation (voir 4.3 ci-dessus), le gestionnaire de la base de données garde une fonction de contrôle général et particulièrement en vue de détecter les doublons (voir 4.4 ci-dessus). Il est difficile d évaluer la charge de travail que cela représente. L expérience de CultuurNetVlaanderen et de la Fondation pour les Arts pourraient être une bonne source d enseignement La gestion des signaux de modification des données Comme indiqué au ci-dessus, il est particulièrement important pour les medias papier utilisateurs de la base de données d être avertis d une modification des données afin de pouvoir, le cas échéant, procéder aux corrections finales avant publication. Page 15 sur 22

16 6.4. Le formatage de l information transmise aux medias Cahier de charge database v docx Les medias papier, vu leurs exigences de concision de l information, consacrent parfois un temps considérable à reformater les informations objectives qui leur sont transmises par une base de données. Pour résoudre cette difficulté, le gestionnaire de la base de données devrait, dans un dialogue avec les utilisateurs de celle-ci, mettre à leur disposition une bibliothèque de formats dans laquelle, pour chaque type de donnée, il peuvent déterminer leur choix. Exemple : pour la donnée de jour «lundi», un utilisateur pourrait déterminer une option de formatage dans la liste suivante : Option Format L L. l l. Lun Lun. lun lun. Lundi lundi Le schéma de traitement et de transmission des données se présente donc comme suit : Page 16 sur 22

17 6.5. La gestion et la formation des fournisseurs d information La formation des fournisseurs d information jouera un rôle crucial dans la réussite du processus. L expérience acquise par CultuurNetVlaanderen pourrait être intéressante à ce propos puisqu ils réussissent, en Flandre, à faire encoder par les acteurs culturels eux-mêmes 90% de l information recueillie La gestion et la formation des destinataires de l information Le dialogue avec les utilisateurs de la base de donnée est une question bien connue des gestionnaires des bases de données actuelles en la matière, et notamment de la Fondation pour les Arts La gestion des interfaces avec les bases de données propres des grands acteurs culturels C est une question cruciale et pas facile à résoudre. Cela demandera, en sus d un dialogue très professionnel avec chaque grand acteur culturel disposant de sa propre base de données, le développement de softwares d interface sur mesure. En outre, cela limite quelque peu la marge de manœuvre de l acteur culturel dans la mesure où toute modification de structure qu il souhaite apporter à sa propre base de données demande une analyse des effets de celle-ci sur le bon fonctionnement de l interface. L importance de cette question et la nécessité d une solution ne fait aucun doute. Aujourd hui, les grands acteurs culturels bruxellois disposant de leur propre base de données représentent, en terme de volume d activités, probablement 90% de la totalité de l offre culturelle sur le territoire de la Région. Le double encodage de leurs données, une fois dans leur propre base de données et une seconde fois dans la base de données générale bruxelloise (Fondation pour les Arts) représente un gaspillage de temps et d énergie considérable et augmente encore les risques d erreurs. 7. La question des langues dans la base de données La base de données a comme objectif de fournir les informations en trois langues : français, néerlandais, anglais. Face à cet objectif, plusieurs questions doivent être tranchées Inputs : qui doit fournir l information dans chacune des langues? 3 systèmes sont théoriquement envisageables : 1. L acteur culturel fournit l information dans les 3 langues. 2. L acteur culturel fournit l information dans 1 ou 2 langues et le gestionnaire de la base de donnée gère la traduction dans la 3 ème. 3. L acteur culturel fournit l information dans 1 ou 2 langues et le système génère une traduction automatique. La règle de principe devrait être la suivante : Page 17 sur 22

18 - L acteur culturel a la responsabilité de fournir, dans les différentes langues, les contenus (voir 4.1 ci-dessus) qui ne peuvent être prédéfinis dans des tables multilingues : - titre de l activité ; - description de l activité ; - données objectives sur le contenu ; - activité faîtière ; - activité annexe ; - service annexe. - Par contre, les autres contenus (voir 4.1 ci-dessus) devraient, dans le processus d encodage, être extraits par l acteur culturel de tables multilingues gérées par le gestionnaire de la base de données Inputs : doit-on fournir l information dans plusieurs langues en cas d activité unilingue (par exemple, une pièce de théâtre en français non sur-titrée)? Ce choix doit revenir à l acteur culturel. C est lui qui doit savoir l effort multilingue d encodage qu il consent à fournir en fonction du public qu il veut toucher pour cette activité ou qu il veut sensibiliser à sa maison. Par contre, dans les champs d information objective, il doit remplir le champ d accessibilité linguistique Inputs et traitement : si les informations ne sont pas fournies dans les 3 langues, la base de données doit-elle procéder à une traduction automatique de celle-ci au moyen d un software de traduction. Vu le caractère approximatif de ces traductions générées par des outils de traduction automatique, il semble préférable que la base de données ne les utilise pas. Il reviendra donc aux utilisateurs de la base de données de procéder à cette traduction s ils le souhaitent. A terme, le gestionnaire de la base de données peut inciter l acteur culturel à procéder lui-même à cette traduction s il constate une demande forte d outputs dans la langue concernée Outputs : si, pour une activité donnée, l acteur culturel n a encodé l information que dans une ou deux langues, dans quel cas le gestionnaire de la base de donnée transmet-il cette information à un destinataire d outputs qui demande de recevoir toute l information sur les activités culturelles en 1 langue? Trois options sont théoriquement possibles : 1. La base de données ne lui envoie que les informations sur les activités dont le titre et/ou le contenu sont encodés dans la langue choisie. 2. La base de données lui envoie les informations sur toutes les activités culturelles dont le champ d accessibilité linguistique (champ structuré) indique l accès pour la langue choisie. 3. La base de données lui envoie l information sur toutes les activités. Parmi ces trois options, l option 2 paraît la meilleure. Page 18 sur 22

19 7.5. Outputs : l utilisation des langues sur le site web «généraliste» accolé à la base de données Le site web doit être accessible dans les 3 langues Si une personne est entrée sur le site web via une langue de navigation, quelles sont les activités culturelles qu elle doit y trouver? Une fois encore, trois options sont possibles : - toutes les activités ; - les activités accessibles dans cette langue ; - les activités dont le titre et le contenu ont été encodés dans cette langue. Il semble primordial que toutes les activités apparaissent Dans ce cas, que doit afficher le site pour une activité dont les champs non prédéfinis dans des tables mutilingues (voir 7.1 ci-dessus) n ont été encodés par l acteur culturel que dans 1 ou 2 langues qui ne sont pas la langue de navigation retenue par l utilisateur du site? Une distinction doit être faite entre le champ «titre de l activité» et les autres champs non prédéfinis. Pour le champ «titre de l activité», lorsque l acteur culturel l encode dans une langue, un contenu identique apparaît dans le champ des 2 autres langues. Il revient alors à l acteur culturel de modifier ceux-ci s il souhaite que son titre soit traduit dans chaque langue. Pour les autres champs non prédéfinis, si ceux-ci ne sont pas encodés dans la langue de navigation choisie par l utilisateur du site, le site indiquera que le contenu de ces champs est disponible dans une autre langue et demandera à l utilisateur s il veut les consulter. 8. Une fonction supplémentaire de la base de données : la mise à disposition d une base de données propres pour les acteurs culturels n en disposant pas. De très nombreux acteurs culturels disposent d un outil informatique assez rudimentaire et d un degré de connaissance de l informatique de gestion assez faible. Dans la plupart des cas, ils ne possèdent pas, au-delà des applications bureautiques classiques, d un programme de gestion de leurs activités dans lequel ils peuvent rassembler et exploiter toutes les informations relatives à celles-ci : - les informations «à usage externe» : toutes celles qui sont transmises directement ou indirectement au public. - les informations «à usage interne» : les informations supplémentaires qui sont nécessaires ou utiles à l équipe de l acteur culturel pour gérer les activités : - une base de données de ses relations professionnelles ; - les informations relatives à l engagement et la gestion des artistes ; - les rider techniques relatifs à la mise en œuvre de l activité (scène, son, lumière, projection,.) ; Page 19 sur 22

20 - Cahier de charge database v docx La taille de leurs équipes et les moyens financiers dont ils disposent ne leur permettent pas, dans la plupart des cas, d investir dans pareil outil. Le gestionnaire de la base de données pourrait, au départ de celle-ci (qui reprend déjà la majeure partie des informations «à usage externe»), mettre à la disposition de chaque acteur culturel qui le souhaite, un programmes de gestion de ses activités. Pareils programmes existent et c est, de toute façon, sur l un d eux qu il faudrait s appuyer pour construire la base de données. Chaque acteur culturel pourrait avoir ainsi accès à «sa» base de données dans laquelle il retrouverait, pour chacune de ses activités, toutes les informations qu il aurait transmise à la base de données et qu il pourrait compléter par toutes les informations «à usage interne», pour constituer ainsi l outil informatique de gestion de ses activités partagé par son équipe. Pareil système représenterait une valeur ajoutée substantielle pour l ensemble du secteur artistique et culturel et offrirait de multiples avantages : - Il permettrait à de nombreux acteurs culturels d accéder à un outil de gestion qu ils ne pourraient acquérir ou développer à titre individuel. - La mise au point de cet outil pourrait s appuyer sur des programmes existants qui ont déjà fait leur preuve auprès de grands acteurs culturels et être menée de manière professionnelle par le gestionnaire de la base de données qui, par définition, dispose de la compétence informatique nécessaire pour assurer le dialogue entre les acteurs culturels et les concepteurs de cet outil. Ceci représenterait une économie d échelle considérable. - Le fait que la base de données puisse déboucher sur un outil de gestion à la disposition des acteurs culturels constituerait, dans leur chef, un puissant incitant à la qualité et la fiabilité des opérations d encodage de leur information «à usage externe» dans la base de données. Page 20 sur 22

Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises

Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises TABLE DES MATIERES Cahier de charge base de données... 1 des activités culturelles bruxelloises... 1 1. Introduction... 3 2. La base

Plus en détail

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels)

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels) Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieu culturels) Page 1 sur 19 TABLE DES MATIERES Cahier de charge application cartographie... 1 (base de données des acteurs

Plus en détail

CERTIBRU-PUBLI. Guide de connexion et d encodage à usage du gestionnaire

CERTIBRU-PUBLI. Guide de connexion et d encodage à usage du gestionnaire CERTIBRU-PUBLI Guide de connexion et d encodage à usage du gestionnaire dans le cadre de la certification PEB du bâtiment public en Région de Bruxelles-Capitale Version octobre 2013 Bruxelles Environnement

Plus en détail

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer Guide d utilisation pour une alerte et information optimale Table des matières BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer 1 1 PREAMBULE 3 2 Un cadre d utilisation précis

Plus en détail

K-d'école 3.4. Guide de prise en main

K-d'école 3.4. Guide de prise en main K-d'école 3.4 Guide de prise en main Novembre 2011 8, rue Kervégan 44000 Nantes t. 02 40 20 47 95 www.kosmos.fr KOSMOS 2011 GUIDE DE PRISE EN MAIN DE K-D'ECOLE 3.4 SOMMAIRE 1. OBJECTIF DU GUIDE... 3 2.

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 SOMMAIRE I. Introduction 02 II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 III. Présentation de l'association 05 a. Présentation juridique et géographique 05 b. Présentation de

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab)

APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) APPLICATION WEB ACHIL (Ambulatory Care Health Information Lab) Manuel d'utilisation Ce document vous est offert gratuitement par INAMI Avenue de Tervuren 211 1150 BRUXELLES HELPDESK : 02/788.51.55 Tout

Plus en détail

FORMATION OPEN ACTIVITE

FORMATION OPEN ACTIVITE 1 FORMATION OPEN ACTIVITE I Présentation Open Activités est un tableau de bord dédié aux prestataires de loisirs dans la gestion et la commercialisation de leurs produits (activités sportives et culturelles,

Plus en détail

L administrateur général

L administrateur général Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles L administrateur général Expéditeur ONAFTS Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles date 16.12.2004 II/A/997/61/agy notre réf. votre réf. contact Annik Garigliany attaché téléphone

Plus en détail

Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Arpaweb 2015

Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Arpaweb 2015 Complaints Manager 4/06/2015 Page 1 Table des matières 1. Description du logiciel... 3 Le chapitre Dossier... 3 Le chapitre Plaignant... 5 Le chapitre Action... 6 Le chapitre Document... 7 La page d accueil...

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

GUIDE DE PUBLICATION AU BALO

GUIDE DE PUBLICATION AU BALO GUIDE DE PUBLICATION AU BALO Le bulletin des annonces légales obligatoires (BALO) est une publication éditée par la Direction de l information légale et administrative, dans le cadre de sa mission de contribuer

Plus en détail

Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.com. Paru le 6 mars 2008

Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.com. Paru le 6 mars 2008 Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Paru le 6 mars 2008 Contact : didierb@akuter.com

Plus en détail

la-cagouille.fr // Offre de refonte de site multilingue (en-fr)

la-cagouille.fr // Offre de refonte de site multilingue (en-fr) hello@marknightingale.net marknightingale.net 22 rue de la Nuée Bleue 67000 STRASBOURG France 06 76 16 38 51 la-cagouille.fr // Offre de refonte de site multilingue (en-fr) 14 octobre 2014 1. Parties ENTRE

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité»

Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité» Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité» 30-05-2012 Bruno Van Zeebroeck 1. Contexte Le législateur impose aux gestionnaires de réseau

Plus en détail

Manuel de l utilisateur Solwatt du service extranet. https://www.e-cwape.be

Manuel de l utilisateur Solwatt du service extranet. https://www.e-cwape.be Manuel de l utilisateur Solwatt du service extranet https://www.e-cwape.be Version du 11/03/2013 Table des matières 1. Connexion au service extranet... 5 1.1. Comment se connecter?... 5 1.2. Vous avez

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI MM/A/42/3 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION PARTICULIÈRE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES (UNION DE MADRID)

Plus en détail

Cahier de charges permettant la création d'un site web.

Cahier de charges permettant la création d'un site web. Cahier de charges permettant la création d'un site web. I. Présentation du projet Contexte : L association «GasZou» est un Groupe d achat Solidaire basé à Ixelles qui rassemble une 40ène de participants

Plus en détail

Outils TVA 1. DLex Outils TVA. Contenu

Outils TVA 1. DLex Outils TVA. Contenu DLex Outils TVA Version 2.14.02.02 20 février 2014 Contenu Encodage des clients et fournisseurs... 1 Blocage des numéros de TVA utilisés par les clients comptables... 3 Recherche avancée contact... 3 Configuration

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Procédure négociée avec publicité - Appel à candidats

Procédure négociée avec publicité - Appel à candidats Note aux candidats BXL 1278 - MARCHÉ PUBLIC RELATIF AU DÉVELOPPEMENT, À L'IMPLÉMENTATION ET À LA MAINTENANCE D'UN LOGICIEL ERP DE GESTION ADMINISTRATIVE, DE PLANIFICATION ET DE SUIVI DES PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Gestion Electronique et Sécurisation du Fret International Multimodal

Gestion Electronique et Sécurisation du Fret International Multimodal Gestion Electronique et Sécurisation du Fret International Multimodal transports et de prise de rendez vous Date du fichier 10/03/2008 Nom du fichier Environnement de gestion ordre de transport.doc Version

Plus en détail

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Janvier 2009 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 ISBN : 978-2-550-59635-6 Table des matières

Plus en détail

«Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.»

«Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Manuel BCE Select 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Table des matières Introduction... 4 1. Demande d accès...

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Gestion commerciale i7 Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Manuel d utilisation

Manuel d utilisation Manuel d utilisation La référence des comptables-fiscalistes Votre login Votre mot de passe Une question Voyez l aide détaillée accessible en ligne ou les questions les plus fréquemment posées par les

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR

NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES (PAR) UNEEM PREMIERE CONNEXION - CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR SOMMAIRE 1 PREMIERE CONNEXION : ACCEDER A LA PAR 2 2- CREER SON

Plus en détail

artographie fédérale Spécifications techniques Manuel

artographie fédérale Spécifications techniques Manuel Spécifications techniques Edition : Août 2015 La c spécifications techniques Document réalisé par l équipe politique de rémunération et de carrière Table des matières 0. Introduction 4 1. Accès à la cartographie

Plus en détail

Diderot Manuel utilisateur

Diderot Manuel utilisateur Diderot Manuel utilisateur LOGIPRO : 2 rue Pierret Cité Négocia 43000 Le Puy Tél. : 04 71 09 15 53 Fax : 04 69 96 06 25 E-mail : logipro@logipro.com Site web :www.logipro.com TABLE DES AUTEURS/LECTEURS

Plus en détail

Refonte du site internet de la Ville d Etrépagny www.etrepagny.fr

Refonte du site internet de la Ville d Etrépagny www.etrepagny.fr Rue Maréchal Foch B.P. 11 27150 ETREPAGNY Refonte du site internet de la Ville d Etrépagny www.etrepagny.fr CAHIER DES CHARGES Marché passé sans formalité préalable selon procédure adaptée. Pouvoir adjudicateur

Plus en détail

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique PaPyRuS Banque Le nouveau reporting bancaire électronique Avec le service «PaPyRuS», Dexia Banque vous propose désormais une alternative électronique vous permettant de remplacer avantageusement le reporting

Plus en détail

Documentation. FREEBOX TEAM Rev. 1.3 (1 er septembre 2008)

Documentation. FREEBOX TEAM Rev. 1.3 (1 er septembre 2008) Documentation FREEBOX TEAM Rev. 1.3 (1 er septembre 2008) c Free 2007-2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Présentation................................ 3 1.2 Interface principale............................

Plus en détail

DESCRIPTION DE SERVICE: FAST2WEB

DESCRIPTION DE SERVICE: FAST2WEB DESCRIPTION DE SERVICE: FAST2WEB Code du service : S167 Fast2web Groupe de services : Applications en ligne Groupe cible : Tous les services publics Version du document : v1.4 Table des matières 1. Le

Plus en détail

Manuel utilisateur Portail SAP

Manuel utilisateur Portail SAP Manuel utilisateur Portail SAP Procédures demande d achats Manuel Utilisateur SmileySup - Portail SAP v1.0 1/31 1. Table des matières 1. Table des matières... 2 2. Introduction... 3 3. Vue processus...

Plus en détail

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique Métier Bureau de Production Domaine Artistique Spécialisation Musique Type Entrepreneur de spectacles vivants ENTREPRISE DE SPECTACLES VIVANTS Est entrepreneur de spectacles vivants toute personne qui

Plus en détail

Notice d utilisation MAJSIT WEB

Notice d utilisation MAJSIT WEB Notice d utilisation MAJSIT WEB Lancez votre navigateur web et connectez-vous à l adresse suivante : www.sitlor.fr Saisissez les identifiants que vous avez reçus par mail. Si vous avez plusieurs fiches

Plus en détail

Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique. Direction générale de l Enseignement obligatoire

Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique. Direction générale de l Enseignement obligatoire Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Direction générale de l Enseignement obligatoire Formulaires électroniques de signalement des absences injustifiées, des exclusions

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Consultation adaptée Cahier des charges

Consultation adaptée Cahier des charges Consultation adaptée Cahier des charges Création de deux mini-sites internet : (conception/graphisme/hébergement et maintenance) «Se signaler dans les Alpilles» «Gérer l eau dans les Alpilles» Maître d

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Prévision et programmation

Prévision et programmation Prévision et programmation Fiche 6 La budgétisation au premier euro (les budgets en base zéro). Remarque liminaire : Les orientations données dans cette fiche ne sauraient préjuger des résultats des travaux

Plus en détail

COMMENTAIRE DES CAHIERS DES CHARGES GAZ

COMMENTAIRE DES CAHIERS DES CHARGES GAZ COMMENTAIRE DES CAHIERS DES CHARGES GAZ I. Introduction L Association de la Ville et des communes de la Région de Bruxelles Capitale a élaboré des cahiers de charges types pour l achat d électricité et

Plus en détail

Conseils cahier des charges

Conseils cahier des charges Conseils cahier des charges Voici quelques conseils pour vous aider dans la rédaction de votre cahier des charges que vous pourrez ensuite nous transmettre. Comment rédiger un cahier des charges? La construction

Plus en détail

10 points clés pour bien démarrer votre projet web

10 points clés pour bien démarrer votre projet web 10 points clés pour bien démarrer votre projet web Un cahier des charges pour cerner votre projet Afin de vous aider dans la réflexion de votre futur site Internet, ADVEO a conçu une check-list avec les

Plus en détail

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter. Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Révisé

Plus en détail

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION SERVICE REGULATION AVIS SR-20041223-32 concernant la reconnaissance des certificats verts wallons en vue de permettre leur comptabilisation pour l obligation de quota de certificats verts mise à charge

Plus en détail

Extraits de comptes codifiés

Extraits de comptes codifiés Extraits de comptes codifiés Ce module permet d injecter dans les journaux financiers de la comptabilité, les extraits de compte électroniques (au format standard interbancaire) récupérés auprès de votre

Plus en détail

Mis à jour le 27.04.2004. Guide d utilisation. Copyright 2004 Auralog S.A. All rights reserved.

Mis à jour le 27.04.2004. Guide d utilisation. Copyright 2004 Auralog S.A. All rights reserved. Mis à jour le 27.04.2004 Guide d utilisation Copyright 2004 Auralog S.A. All rights reserved. Sommaire Introduction... 3 Pour installer l Outil d Administration distant...3 Pour lancer l Outil d Administration...4

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Réseau ISO-Raisin. Surveillance des Infections du Site Opératoire. (Surveillance agrégée)

Réseau ISO-Raisin. Surveillance des Infections du Site Opératoire. (Surveillance agrégée) Réseau ISO-Raisin Surveillance des Infections du Site Opératoire (Surveillance agrégée) Guide d utilisation de l application WEBISO Année 2015 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Connexion et authentification...

Plus en détail

1. Qu est ce que «Parlement»?...2

1. Qu est ce que «Parlement»?...2 1. Qu est ce que «Parlement»?...2 1.1. Définition... 2 1.2. Quel est l état de la base de données?... 2 2. Comment rechercher?... 2 3. Description des rubriques... 5 4. Comment naviguer?... 7 4.1. Comment

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3877 DU 08 FEVRIER 2012

CIRCULAIRE N 3877 DU 08 FEVRIER 2012 CIRCULAIRE N 3877 DU 08 FEVRIER 2012 Objet : Procédure d auto-enregistrement via carte d identité électronique pour accéder aux serveurs de la fédération Wallonie-Bruxelles. Réseaux : Fédération Wallonie-Bruxelles

Plus en détail

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS I - PREAMBULE Jusqu à présent, la majorité des achats d équipements effectués par les services échappaient à la réglementation relative aux marchés

Plus en détail

Notre priorité, votre sécurité!

Notre priorité, votre sécurité! Le règlement sur les alarmes-incendies non fondées : un pas de plus vers la sécurité! Présentation de la nouvelle réglementation aux représentants de l Association des propriétaires et administrateurs

Plus en détail

Parmi ceux-ci, la culture est celle qui concerne directement l Asbl "CentreCulturelauCinémaRoyal".

Parmi ceux-ci, la culture est celle qui concerne directement l Asbl CentreCulturelauCinémaRoyal. Mémorandum Introduction Touslessixans,leshabitantsdeGemblouxetsesvillagessontappelésàdésigner leurs élus, dont la tâche sera de gérer la commune dans tous les secteurs d activités. Parmi ceux-ci, la culture

Plus en détail

La Révision comptable

La Révision comptable Jean-Marc Bénard La Révision comptable Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz AUBONNE MONTHEROD SAINT-OYENS SAUBRAZ PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz Planification financière 2014 2019 Comparaison de 3 variantes de taux d imposition Pierre Busset

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 21 Juillet 2015 SOMMAIRE I. PREAMBULE... 3 II. LES ACTIVITES DE BCEE ASSET MANAGEMENT... 3 III. DEFINITION DU CONFLIT D INTERET... 3 IV. IDENTIFICATION DES

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3952 DU 27/03/2012

CIRCULAIRE N 3952 DU 27/03/2012 CIRCULAIRE N 3952 DU 27/03/2012 Objet : Erratum à la circulaire n 3877 du 08 février 2012 concernant la procédure d autoenregistrement via carte d identité électronique pour accéder aux serveurs de la

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée.

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

REFONTE DU SITE DE LA FEDERATION ALGERIENNE DE FOOTBALL

REFONTE DU SITE DE LA FEDERATION ALGERIENNE DE FOOTBALL REFONTE DU SITE DE LA FEDERATION ALGERIENNE DE FOOTBALL CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE Client Fédération Algérienne de Football (FAF) Chef de projet WEBQAM Marine CHARLES Solution retenue WordPress multilingue

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER LA VISIBILITÉ DE SON SITE WEB?

COMMENT AMÉLIORER LA VISIBILITÉ DE SON SITE WEB? COMMENT AMÉLIORER LA VISIBILITÉ DE SON SITE WEB? Sommaire Le trafic sur son site web Le référencement naturel Comment marche un moteur de recherche? Le positionnement Mise en garde Pour aller plus loin

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA VISIBILITE DE SON SITE WEB?

COMMENT AMELIORER LA VISIBILITE DE SON SITE WEB? Le grand nombre d utilisateurs d Internet, «professionnels», «particuliers», et le développement du haut débit, transforment la vision des sites Internet. De par sa couverture mondiale, de l étendue de

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

Déclaration électronique de votre système d alarme

Déclaration électronique de votre système d alarme Déclaration électronique de votre système d alarme La réglementation dans le secteur de la sécurité a été modifiée par l arrêté royal du 25 avril 2007 fixant les conditions d installation, d entretien

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTALLATION Une équipe d experts informatiques dédiée à votre bien-être numérique. FORMATION MAINTENANCE CATALOGUE DES FORMATIONS Retrouvez tous les avis clients sur bdom.fr B dom est une entreprise de

Plus en détail

Facturation 1. DLex Facturation. DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation.

Facturation 1. DLex Facturation. DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation. DLex Facturation Copyright Pyramiq 27 décembre 2013 DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation. Encodage des factures ligne par ligne: vous permet d encoder vos factures de vente

Plus en détail

Magento. Magento. Réussir son site e-commerce. Réussir son site e-commerce BLANCHARD. Préface de Sébastien L e p e r s

Magento. Magento. Réussir son site e-commerce. Réussir son site e-commerce BLANCHARD. Préface de Sébastien L e p e r s Mickaël Mickaël BLANCHARD BLANCHARD Préface de Sébastien L e p e r s Magento Préface de Sébastien L e p e r s Magento Réussir son site e-commerce Réussir son site e-commerce Groupe Eyrolles, 2010, ISBN

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Règlement «E-réputation : Soyez net sur le net»

Règlement «E-réputation : Soyez net sur le net» Règlement «E-réputation : Soyez net sur le net» ARTICLE 1. Objet La Ville de Paris, représentée par la DICOM (Direction de l information et de la communication) située au 4, rue Lobau, 75004 Paris, ci-après

Plus en détail

NOTE PRECISANT LA PERTINENCE DES DIFFERENTS NIVEAUX DE PROFONDEUR D ENCODAGE

NOTE PRECISANT LA PERTINENCE DES DIFFERENTS NIVEAUX DE PROFONDEUR D ENCODAGE NOTE PRECISANT LA PERTINENCE DES DIFFERENTS NIVEAUX DE PROFONDEUR D ENCODAGE Cadastre du Logement Juin 2012 SA SOCIETE WALLONNE DU LOGEMENT Direction de la Planification, Coordination et Opérations immobilières

Plus en détail

I Open Produit Billetterie. Sommaire :

I Open Produit Billetterie. Sommaire : I Open Produit Billetterie Sommaire : I Open Produit Billetterie... 1 Avertissement... 2 Identification... 2 Le menu... 3 Paramétrage... 3 Création d'une nouvelle fiche organisateur :... 3 Ajout du logo

Plus en détail

Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma

Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma délégation au développement et aux affaires internationales centre national de la cinematographie direction de la création, des territoires

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce

Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce Pour aborder la création de votre site web, vous devez vous posez ces questions qui, en fin de compte, vous permettront de mieux

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Enseignement secondaire technique. Outils de gestion sur poste informatique

Enseignement secondaire technique. Outils de gestion sur poste informatique Enseignement secondaire technique Régime professionnel Professions du commerce Division de l'apprentissage commercial Section des employés administratifs et commerciaux Section des employés administratifs

Plus en détail

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre 2013 Rue Dodonée 113 1180 bruxelles, Belgique +32 2 344 53 70 WWW.PMR-Europe.COM FORMATION complète en Médiation civile et commerciale agréée par la commission fédérale de médiation durée : 14 jours horaire

Plus en détail

OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CREATION D UNE PLACE DE MARCHE

OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CREATION D UNE PLACE DE MARCHE OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CREATION D UNE PLACE DE MARCHE CAHIER DES CHARGES OFFICE DE TOURISME DE LOURDES Place Peyramale 65100 LOURDES Tél. : 00 33 (0)5 62 42 77 40 Fax : 00 33 (0)5 62 94 60 95 E-mail

Plus en détail

L adresse du Site ci-après désigné «le Site» est la suivante : www.service-en-tete.fr

L adresse du Site ci-après désigné «le Site» est la suivante : www.service-en-tete.fr Le Site «Service en Tête», accessible via l adresse, inscrite au registre de la préfecture de Nanterre dont le siège social est situé, Immeuble H20,, 92569 Rueil- Malmaison CEDEX-France. Le Responsable

Plus en détail

CAMPAGNES MARKETING MOBILE LES SMS POUR LES PROFESSIONNELS

CAMPAGNES MARKETING MOBILE LES SMS POUR LES PROFESSIONNELS CAMPAGNES MARKETING MOBILE LES SMS POUR LES PROFESSIONNELS Table des Matières Table des matières 1. DEUX TYPES DE CAMPAGNES SMS... 3 1.1. ALERTE INFORMATIONS SUR LES MANIFESTATIONS... 3 1.2. LE COUPONING...

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural CAHIER DES CHARGES Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural Juillet 2013 Sarah Pecas I - PRESENTATION

Plus en détail

Banque de données d offres & carte web interactive d offres

Banque de données d offres & carte web interactive d offres Réseau des parcs suisses Monbijoustrasse 61, 3007 Bern Tel. +41 31 381 10 71; info@paerke.ch; www.paerke.ch Banque de données d offres: a.jordan@paerke.ch Carte web interactive: t.estermann@paerke.ch Feuille

Plus en détail

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche?

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? ENQUÊTE Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? La stratégie «ambassadeur» de Manche Tourisme La stratégie «ambassadeur»de Manche Tourisme Dans son schéma de

Plus en détail

LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015. Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX. www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon.

LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015. Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX. www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon. LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015 Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon.com Communiqué de presse Les technologies évoluent, les sites

Plus en détail

travaux d Hercule Les de la prochaine législature Dépendance, financement hospitalier, ehealth Dossier

travaux d Hercule Les de la prochaine législature Dépendance, financement hospitalier, ehealth Dossier Septembre 2014 N 19 Le magazine de l Union Nationale des Mutualités Libres trimestriel Ed. resp. : Xavier Brenez - Union Nationale des Mutualités Libres - Rue Saint-Hubert 19 1150 Bruxelles - Health Forum,

Plus en détail

Atelier web le 20 octobre 2011 à BELLIGNAT ------------------------------------ Mieux vendre sa prestation touristique sur Internet

Atelier web le 20 octobre 2011 à BELLIGNAT ------------------------------------ Mieux vendre sa prestation touristique sur Internet Atelier web le 20 octobre 2011 à BELLIGNAT ------------------------------------ Mieux vendre sa prestation touristique sur Internet Programme de 14h30 à 16h15 «Comment faire évoluer votre site internet

Plus en détail

B-8 - Gestion d un espace d enseignement. sur moodle

B-8 - Gestion d un espace d enseignement. sur moodle B-8 - Gestion d un espace d enseignement 1- Qu est-ce que Moodle C est une plateforme d apprentissage en ligne servant à créer des interactions entre enseignants, étudiants ou chercheurs, autour de contenus

Plus en détail