REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES AGENCE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES AGENCE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES"

Transcription

1 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES AGENCE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES L élevage d escargots Etude monographique AGRO-SERVICES 4, Rue Hassen Ibn Noomen BP Tunis-Belvédère Tél. (+216) Juillet 2004 Fax. (+216) Rapport final

2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I- ELEMENTS DE BIOLOGIE ET DE ZOOTECHNIE LES PRINCIPALES ESPECES D'ESCARGOTS ANATOMIE ET MORPHOLOGIE DE L'ESCARGOT La coquille Le corps LA REPRODUCTION ASPECT ENVIRONNEMENTAL La faune malacologique de la Tunisie Ecologie LES RYTHMES DE VIE DE L'ESCARGOT Activité journalière Activité saisonnière INFLUENCE DE PARAMETRES EXTERNES SUR LE COMPORTEMENT DES ESCARGOTS La température L humidité L éclairement PREDATEURS, PARASITES ET PATHOLOGIES DES ESCARGOTS Les prédateurs des escargots Les parasites des escargots Les agents pathogènes II - SITUATION ACTUELLE DU SECTEUR EN TUNISIE LE RAMASSAGE Les zones de ramassage Organisation du ramassage Les quantités d escargots ramassés Rentabilité du ramassage Limites du ramassage AGRO-SERVICES / APIA 0

3 III - L'ELEVAGE D'ESCARGOTS LES PRINCIPALES ESPECES ELEVEES LES DIFFERENTES TECHNIQUES D ELEVAGE Elevage en parc en plein air «escargotières» Elevage sous abri Elevage mixte hors sol CONCEPTION ET REALISATION D UN ELEVAGE MIXTE Conception et réalisation de la partie hors sol d un élevage mixte Conception et réalisation des parcs d engraissement LA CONDUITE D UN ELEVAGE MIXTE D ESCARGOTS Conduite de la reproduction Conduite de la nurserie Conduite de l engraissement en parc Le ramassage L entretien des parcs Planning de l élevage mixte AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DIFFERENTES TECHNIQUES D ELEVAGE LES MESURES D HYGIENE Limiter l introduction d agents pathogènes Lutter contre les agents pathogènes LA TRANSFORMATION DE LA PRODUCTION D ESCARGOTS La transformation en produits semi-finis : Les escargots ébouillantés La transformation en produits finis : La préparation IV - ASPECTS ECONOMIQUE ET COMMERCIAL LA DEMANDE D ESCARGOTS La consommation d escargots Le marché national d escargots Les exportations tunisiennes d escargots Le marché mondial AGRO-SERVICES / APIA 1

4 2- L OFFRE D ESCARGOTS Domaine d activité des opérateurs tunisiens Activités non-développées en Tunisie Les prix, la compétitivité et la rentabilité de la filière escargots en Tunisie V - ASPECTS REGLEMENTAIRE ET INSTITUTIONNEL LA REGLEMENTATION DU SECTEUR REGLEMENTATION DE LA COMMERCIALISATION Le transport La présentation REGLEMENTATION DU CONTROLE SANITAIRE L importance de la qualité Les procédures et réglementations actuelles CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES AGRO-SERVICES / APIA 2

5 INTRODUCTION L'élevage d escargots est une pratique relativement récente qui se développe surtout depuis une vingtaine d'années. Toutefois, déjà dans la Rome antique, où les escargots étaient forts appréciés, les Romains évoquaient la création de parcs d'engraissement destinés à conserver les escargots issus du ramassage en attendant leur consommation. Aujourd'hui, les méthodes se sont perfectionnées et permettent aux héliciculteurs de maîtriser les diverses phases de l'élevage allant de la reproduction à l'engraissement. La technique la plus répandue, dite élevage mixte, consiste à séparer les différentes phases d'élevage : la reproduction et le démarrage des jeunes sont réalisés dans un bâtiment dont l'ambiance est contrôlée tandis que l'engraissement est réalisé dans des parcs extérieurs. D'autres techniques proposent de réaliser la totalité de l'élevage à l'intérieur d'un local. L'élevage mixte est actuellement la technique la plus rentable et bénéficie d'une image favorable auprès du public dans la mesure ou une partie de l'élevage se déroule en plein air et se rapproche le plus possible de la vie naturelle de l animal, ce qui permet de conserver ses qualités gustatives et organoleptiques, tout en diminuant les investissements de départ. Aujourd'hui, l'élevage d'escargots, n'est plus une idée farfelue, c'est une pratique qui peut être réalisée avec succès. L'héliciculture permet d'offrir au consommateur des produits dont la qualité organoleptique serait même supérieure aux escargots de ramassage; la croissance des escargots d'élevage est continue et régulière, ils sont bien charnus et peu caoutchouteux. Le développement de l'héliciculture en Tunisie pourrait constituer une stratégie de choix. En effet, l'élevage des escargots permettrait d'une part la conservation des populations naturelles d escargots en diminuant le recours au ramassage et d'autre part d'avoir une production régulière tout au long de l'année. Cette activité peut également contribuer à l effort national en matière de création de l emploi pour les jeunes agriculteurs. En outre, l élevage d escargots pourrait contribuer à la promotion des exportations, surtout que les pays grands consommateurs d escargots tel que la France et l Italie sont voisins et liés à la Tunisie par plusieurs accords commerciaux. AGRO-SERVICES / APIA 3

6 I- ELEMENTS DE BIOLOGIE ET DE ZOOTECHNIE 1 - LES PRINCIPALES ESPECES D'ESCARGOTS Les espèces d escargots sont très nombreuses. Certaines font l objet d une consommation importante surtout en Europe, d autres sont plutôt consommés localement et plusieurs autres n ont jamais entré dans les habitudes gastronomiques humaines. Les principales espèces comestibles donnant lieu à un commerce et à une industrie, appartiennent à deux familles: -Soit à la famille des Helicidae, genre Helix, -Soit à la famille des Achatinidaea, genre Achatina A chaque espèce correspond une dénomination légale de vente : - «Escargots de Bourgogne» pour l'espèce Helix pomatia, - «Escargots Petit-Gris» pour l'espèce Helix aspersa aspersa. - «Escargots Gros-Gris» pour l'espèce Helix aspersa maxima. - «Escargots» pour les autres espèces du genre Helix - «Achatines» pour l'espèce Achatina fulica ( qui n'est pas un escargot ). D autres espèces, plus petites, sont consommées en France et dans les pays méditerranéens, mais sans donner lieu à des transactions commerciales importantes. Il s agit de : - Mourguettes (Eobania vermiculata) - Escargots des jardins ou Demoiselles (Cepaea nemoralis et C. hortensis) - Escargot des dunes (Euparypha pisana) - Escargot Turc (Helix lucorum) - Escargot Terrassier (Helix melanostoma) - Escargot Naticoïde ou tapado ou Attupatelli (Helix Aperta) dit en Tunisie escargot operculé. Cette espèce est très appréciée par les consommateurs italiens qui la payent très cher. C est d ailleurs, l espèce la plus exportée par la Tunisie vers le marché italien. AGRO-SERVICES / APIA 4

7 En raison de leur dénomination et de leurs caractéristiques particulières, les Achatines ne sont pas considérés en tant qu escargots. En effet, leur taille dépasse les 70 mm, leur poids peut atteindre les 500 grammes et leur goût diffère de celui des escargots. Par ailleurs, nous ne nous intéresserons au niveau de cette étude qu aux espèces du genre Helix. En effet, ce genre comprend une cinquantaine d espèces propres au système Européen- Méditerranéen. La distinction de certaines espèces reste difficile sinon impossible car les études taxonomiques restent incomplètes. Les Helix font l objet d une «pression de chasse» assez élevée si bien que certains pays ont pris des mesures de protection et de sauvegarde et ont réglementé le ramassage de certaines espèces. Les principales caractéristiques de ces espèces sont données au niveau du tableau suivant : AGRO-SERVICES / APIA 5

8 Tableau n 1 : Les principales caractéristiques des escargots du genre Helix HELIX POMATIA HELIX ASPERSA HELIX LUCORUM HELIX CINCIA HELIX ADANENSIS escargot de Race aspersa Race maxima Race elata Race major escargot Turc escargot Grec escargot bourgogne escargot petit-gris escargot gros-gris d'adana Taille de la coquille (mm) Poids adulte (g) Aspect de la coquille Globuleuse - Ombilic Ouverture évasée - Péristome réfléchi- Coquille Fortement colorée- Globuleuse- Globuleuses - parfois recouvert- Ombilic presque toujours recouvert - d'aspect Coquille à bandes spirales Pas d'ombilic- Epais - Pas Bandes spirales Coloration variable conique brun foncé pour la variété Bandes d'ombilic - rousses, souvent peu castanea - Coquille ornée marrons bien Bandes "café au indiquées de flammules verticales marquées pour la variété radiae lait" Caractéristique l'appareil génital Répartition géographique de Canal de réceptacle séminal sans diverticule ou pourvu d'un diverticule minuscule de 2 mm -Europe centrale et moyenne -Moitié Est de la France Long et mince diverticule, au moins égal à la longueur du canal, du réceptacle séminal Pays méditerranéens -Europe Atlantique et Occidentale Gros diverticule au canal Glandes Gros diverticule du réceptacle séminal multifides à au canal du cæcum peu réceptacle nombreux - séminal Petit diverticule au canal du réceptacle séminal Algérie Afrique Turquie Turquie-Balkans -Ouest Grèce-Crête Région d'adana du occidentale - de Caucase Chypre - et sud de Nord Afrique du Nord Anatolie Turquie - Grèce occidentale - Liban-N E de l'italie (Source : Mémento de l éleveur d escargots, ITAVI. Réédition 1998, Claude AUBERT) AGRO-SERVICES / APIA 6

9 Il existe une espèce très répandue en Tunisie qui n a pas été décrite par la même source, il s agit de l Helix Aperta, dit Attupatelli ou tapado. C est une espèce de plus petite taille, elle mesure de 22 à 26 mm. Sa carapace est de couleur brune verdâtre avec trois à quatre tours de spirales dont le dernier est énormément ample. Il existe en Tunisie, en Algérie, au Maroc, dans le sud de l Italie, dans la zone côtière de l ex-yougoslavie et en très faibles effectifs au niveau de quelques zones de la France méridionale où il est considéré comme espèce protégée. Helix Aspersa (Petit Gris) Helix Aperta (Tapado ou Attupatelli) Helix Pomatia (Escargot de Bourgogne) Helix Lucorum (Escargot turc) Eobania Vermiculata (Mourguette) Fig. 1 : Les principales espèces comestibles d escargot. AGRO-SERVICES / APIA 7

10 2- ANATOMIE ET MORPHOLOGIE DE L'ESCARGOT Actuellement, l'élevage d escargots à cycle biologique complet n est maîtrisé que pour les escargots des espèces Helix aspersa et Helix pomatia. Par conséquent, les données biologiques qui seront traités au niveau de cette partie concerneront particulièrement ces deux espèces. Toutefois, elles peuvent être valables, dans une certaine mesure, pour les autres espèces de la famille Helix, notamment les espèces Helix aperta et Helix vermiculata ou Eobania vermiculata La coquille La coquille est de forme globuleuse et spiralée. C'est un tube conique calcaire enroulé en spirale autour d un axe. Les tours les plus anciens forment le sommet du cône appelé l apex. Les tours s unissent les uns aux autres en formant un sillon appelé suture. Le dernier tour aboutit à l ouverture de la coquille limitée par le péristome (fig. 1 et 2 ). Fig. 2 : Critères de description et de mensuration d une coquille d escargot du Genre Helix (source : Momento de l éleveur d escargots, Claude AUBERT 1995) AGRO-SERVICES / APIA 8

11 Fig. 2 bis : La coquille de l escargot du Genre Helix (source : Momento de l éleveur d escargots, Claude AUBERT 1995) L axe de la spirale de la coquille, la columelle, se termine à une extrémité par l apex, et à l autre par une petite dépression, parfois recouverte, située sous le rebord du péristome, appelée l ombilic. Les coquilles d'escargots présentent des stries parallèles à l'axe. Ce sont des stries d'accroissement ; Les plus prononcées correspondent à des arrêts de croissance du fait de l'estivation ou de l'hibernation. Elles présentent aussi des bandes colorées qui sont : - soit parallèles à la spire et donc perpendiculaires aux stries d accroissement (bandes spirales ou longitudinales), - soit perpendiculaires à la spire (bandes verticales ou flammules). La coquille, représentant le tiers du poids frais de l'escargot, est constituée d'une partie organique et d'une partie minérale. La partie organique est une trame protéique externe (la conchyoline). La partie minérale représente 98 % de la coquille ; il s'agit de carbonate de calcium sous forme de calcite et d aragonite qui imprègne la trame de conchyoline. La coquille est secrétée par le manteau. Rétracté, le corps de l'escargot est entièrement inclus dans la coquille qui joue un rôle protecteur. En extension, seule la partie postérieure de la masse viscérale se trouve protégée. AGRO-SERVICES / APIA 9

12 2.2 - Le corps Lorsqu'il est en extension, l'escargot repose sur le sol par le pied, masse musculaire large et épaisse, s'étendant en arrière et surtout en avant de la coquille. Cette sole pédieuse recouverte d'un abondant mucus, permet à l'animal de se déplacer par reptation. La partie antérieure du pied se termine par la tête, qui n est d ailleurs pas nettement séparée du reste du corps. La tête présente : - deux grands tentacules, dits tentacules oculaires, portant les yeux à leur extrémité, - deux petits tentacules, appelés tentacules tactiles, - une bouche munie d une mâchoire cornée et d une langue, dite radula, couverte de petites dents. Du côté droit, un peu en arrière de la bouche, s ouvre l orifice génital. a : apex an : anus b : bouche bp : bourrelet palléal. c : coquille og : orifice génital p : pneumostome pe : péristome pi : pied s : stries d accroissement de la coquille to : tentacules oculaires tt : tentacules tactiles Fig. 3 : Morphologie externe de l escargot petit gris (Helix aspersa). (Source : Momento de l éleveur d escargots) AGRO-SERVICES / APIA 10

13 Le reste de la masse viscérale est contenu dans la coquille. On ne voit dépasser que le bord du manteau qui est fortement épaissi à ce niveau, d où son autre nom, le bourrelet palléal. Sur le côté droit, à la base de ce bourrelet, se trouve le pneumostome, orifice qui donne accès dans la cavité palléale où se trouve plaqué le poumon. En dessous du pneumostome est situé l anus, et entre les deux se trouve l orifice urinaire mais il est invisible car il est trop petit. Si l'on retire la coquille, la partie du corps ainsi découverte présente deux zones distinctes : - La zone antérieure, recouverte par le manteau, constituant la cavité palléale, dont le plafond richement vascularisé correspond au poumon. - La zone postérieure enroulée en spirales comprend le rein, l'hépatopancréas, et la glande à albumine (ou glande à albumen). L'appareil génital de l'escargot occupe une partie de la masse viscérale. Il est très complexe du fait de l'hermaphrodisme de l'escargot. Il comprend une partie initiale hermaphrodite, une partie intermédiaire comprenant les voies mâle et femelle et une partie terminale où ces voies se rejoignent pour aboutir à un orifice génital commun. Les différences anatomiques entre les diverses espèces d'escargots, résident essentiellement dans l'appareil génital. 3- LA REPRODUCTION L'escargot est un animal hermaphrodite, c'est à dire mâle et femelle à la fois. Toute fois, pour se reproduire, l'accouplement est obligatoire, l'autofécondation n'étant pas possible.(les escargots sont en phase mâles lorsqu'ils s'accouplent). Le climat, la température ont une grande importance sur l'âge de maturité sexuelle de l'escargot. L'accouplement peut durer plusieurs heures (10 à 12 heures). La ponte aura lieu 15 à 30 jours après l'accouplement. Pour pondre l'escargot creuse un nid dans la terre de 4 à 5 cm de profondeur. La durée de la ponte est comprise entre 12 et 48 heures, elle aboutit à la mise de 80 à 140 œufs pour le petit-gris, parfois plus pour le gros-gris et de 30 à 60 œufs pour le bourgogne. Dans la nature l'hélix aspersa peut pondre de 50 à 200 œufs. AGRO-SERVICES / APIA 11

14 La durée de l'incubation et de l'éclosion est comprise entre 15 et 30 jours, suivant les conditions climatiques, les jeunes vont rester 2 à 5 jours avant de sortir à la surface pour se nourrir. Leur poids est de 0,02 à 0,04 g. Fig. 4 : Accouplement Fig. 5 : Ponte en élevage En élevage, les modalités de la reproduction sont identiques. L'éleveur va jouer sur les conditions de température, d'éclairement et d'humidité de façon à créer artificiellement les conditions qui règnent dans la nature au printemps. Le contrôle rigoureux des paramètres d'ambiance va accélérer un peu le processus à tous les niveaux. Par ailleurs, en élevage on ne garde les reproducteurs que pour la période de ponte, soit 8 à 10 semaines. Cette manière d'agir correspond à l'étalement des pontes au cours d'une saison de reproduction : peu de ponte au début, un pic après 4 à 6 semaines, et un déclin jusqu'à 8-10 semaines. Au cours de cette période les escargots peuvent pondre plusieurs fois. 4- ASPECT ENVIRONNEMENTAL La faune malacologique terrestre est très mal connue contrairement à la forme marine qui a fait l'objet de plusieurs études 4.1- La faune malacologique de la Tunisie La faune malacologique de la Tunisie est encore insuffisamment connue et offre aux naturalistes la possibilité de plusieurs recherches. AGRO-SERVICES / APIA 12

15 Selon une étude faite en 1976 par KTARI et REZIG, les Helicidea sont bien présents dans le Nord-Est du Maghreb. Cette étude a permis de constater que la Tunisie septentrionale comporte une faune riche, étant donné la diversité du relief, et par conséquent des niches écologiques et des variations climatiques. En effet, sur 63 stations étudiées, il existe 8 familles et 27 espèces En outre le travail de KEITA (1997) sur quatre espèces différentes (Eobania vermiculata, Helix aperta, Helix aspersa et Helix melanostoma) montre que dans 14 stations prospectées, il existe une grande différence de l'abondance des espèces. Ainsi, chaque espèce a des préférences spécifiques de la nature du sol et de la niche écologique. Le tableau suivant résume l'abondance de chaque espèce par région Station Espèces Eobania Vermiculata XXX X XXX XXX XX X X XX XX X X X X XX Helix Aperta XX X X XX XX XXX XX X XX X Helix Aspersa XX X XX XXX X XXX X Helix Melanostoma XXX X XXX X KEITA (1997) X : Présence XX : Abondante XXX : Très Abondante 1:Tunis 2:Oued Tinja 3:Oued Joumine 4:Oued Goss (Jalta) 5:Oued Malah (Jefna) 6:Oued Jefna (Aouena) 7:Utique 8:Port de Bizerte 9:Tebourba 10:Oued Meliène 11:Zaghouen 12:Eljem 13:Zriba 14:Kairouan AGRO-SERVICES / APIA 13

16 Fig. 6 : Répartition géographique de quatre espèces d escargot dans différentes stations (KEITA, 1997) AGRO-SERVICES / APIA 14

17 Fig. 7 : Stations prospectées au cours des années 1973 et 1974 (KTARI et REZIG, 1976) 4.2- Ecologie Chaque espèce exige pour sa croissance et sa reproduction, un ensemble de conditions écologiques environnementales soumises aux variations saisonnières. L escargot présente des phases d'activité et d'inactivité saisonnières et journalières, Dans le milieu naturel, l'escargot recherche toujours la fraîcheur et l'humidité et dans la nature on rencontre surtout l'escargot en vie active. par temps humide, le matin à la rosée, à la fraîcheur de la nuit, par pluie légère ou après un orage ou une forte pluie Les lieux favorables à son développement sont constitués par les terrains humides qui s'égouttent facilement, par les terrains frais, meubles, non acides et fissurés, le calcaire remplit ces conditions et joue outre un rôle très important dans l'édification de la coquille et l'opercule. Le territoire de l'escargot s'étend sur un cercle d'une dizaine de mètres pendant les deux premières années de sa vie mais ne dépasse pas 30 à 35 mètres au cours des années suivantes. Dans ce territoire, l'escargot se déplace peu. AGRO-SERVICES / APIA 15

18 L'activité nocturne est déclenchée par le coucher de soleil. trois nuits d'activité sont suivies d'une nuit de repos. L activité de l'escargot débute au printemps entre la mi-mars et la mi-avril; le taux d'activité de la population augmente lentement jusqu'à un maximum en août, puis décroît de septembre à octobre-novembre voir leur entrée en hibernation. 5- LES RYTHMES DE VIE DE L'ESCARGOT Lorsqu'un facteur du milieu est défavorable (sécheresse en été, ou froid pendant l'hiver), la vitesse de croissance devient très faible ou s'annule. L'escargot possède deux rythmes d'activité: L'un journalier, l'autre saisonnier 5.1- Activité journalière L'escargot présente un rythme d'activité journalière en relation étroite avec la photopériode. Cette activité peut être inhibée par des conditions thermiques et hygrométriques défavorables. Dans des conditions optimales (T et H ), l'escargot sort de sa coquille et devient actif dès la tombée de la nuit jusqu'au lever du jour, il en profite pour se nourrir. La phase d'activité débute à la tombée de la nuit et à une durée de 06 heures La phase d'inactivité relative à une durée inférieure à 18 heures, durant cette phase l'escargot est au repos et ne manifeste que peu d'activité locomotrice, sexuelle ou nutritionnelle Activité saisonnière Les escargots harmonisent leurs rythmes biologiques sur le rythme des saisons, ils se règlent sur élément de l'environnement, en l'occurrence la longueur du jour, - Estivation : Un rythme de vie demi-ralentie d'été, On observe ce comportement dans des régions où l'été est particulièrement chaud et sec. L'animal se présente complètement rétracté à l'intérieur de sa coquille (operculé) dont l'ouverture est fermée; par l'intermédiaire des matières muqueuses et calcaires secrétées par le mollusque lui-même. AGRO-SERVICES / APIA 16

19 Durant l'estivation, la respiration et les mouvements cardiaques sont normaux mais il y a diminution rapide des réserves d'eau et des réserves énergétiques. - Hibernation : Un rythme de vie ralentie d'hiver : Durant la période hivernale, l'escargot entre en léthargie. Il secrète devant l'ouverture de sa coquille un rideau de mucus solidifié: l'épiphragme. L'animal vie sur ses réserves, en particulier sur le glycogène emmagasiné. Pendant l'hibernation, tous les métabolismes sont ralentis. Au cours de l'hibernation, un escargot peut perdre jusqu'au 30 % de son poids ( perte en eau ). Au printemps, les réserves perdues seront très rapidement récupérées. 6 - INFLUENCE DE PARAMETRES EXTERNES SUR LE COMPORTEMENT DES ESCARGOTS Un certain nombre de facteurs liés à l'environnement exercent une influence sur les escargots. Les principaux paramètres d'ambiance qui jouent un rôle sur les résultats zootechniques des escargots sont: - La température - L'humidité - L'éclairement 6.1- La température Les escargots ne contrôlent pas leur température corporelle. Leurs fonctions physiologiques sont donc influencées par la température du milieu extérieur. L'activité de l'escargot sera réduite si la température dépasse un certain seuil, dans un sens ou dans un autre. Pour l'escargot petit-gris, une température trop basse (inférieure à 7 C) va entraîner l'hibernation. Pour une température trop élevée, de l'ordre de 28 C, va induire l'estivation qui va se traduire apparemment par les mêmes phénomènes que lors de l'hibernation. La fourchette de températures comprises entre 7 C et 28 C est donc compatible avec la vie active de l'escargot, mais l'observation et l'expérience montrent qu'il existe un optimum se situant autour de 20 C, température à la quelle la reproduction et la croissance des escargots se passent dans les meilleures conditions. AGRO-SERVICES / APIA 17

20 L'escargot ne semble pas trop affecté par la température ( au-dessous de 6 C, son activité se ralentit et il entre en hibernation, au-dessous de -5 C il meurt ) 6.2- L humidité Les escargots se montraient particulièrement actifs en période humide ( pendant et surtout après la pluie, après la rosée ) alors que la sécheresse va provoquer son sommeil. L'humidité relative préférentielle se situe entre 75 et 95 %. L'escargot craint le vent du fait que ce dernier active l'évaporation et déshydrate l'animal. Certains spécialistes de l héliciculture proposent deux solutions pour maintenir ce degré hygrométrique : - Soit humidifier la totalité du bâtiment d'élevage; - Soit maintenir ce taux d'hygrométrie élevé uniquement dans les cages d'élevage, c'est à dire au niveau des escargots L'escargot doit maintenir en permanence un équilibre constant entre la teneur en eau de ses tissus et l'humidité relative du milieu ambiant. 6.3 L éclairement Bien que l'escargot soit un animal dont l'activité se déroule essentiellement au cours de la nuit, la lumière joue un rôle primordial sur les fonctions reproductrices et la croissance, et qui se caractérise par trois paramètres : - Temporel (la durée de l'éclairement) : les photopériodes longues de 16 à 18 heures par jour favorisent la reproduction et les photopériodes moyennes de 12 à 16 heures par jour favorisent la croissance des jeunes. - Quantitatif (la valeur de l'intensité lumineuse) : des intensités de 60 à 100 Lux favorisent la reproduction alors que celles de 60 Lux sont suffisantes pour la croissance des jeunes. - Qualitatif (la longueur d'onde utilisée, la couleur) : la lumière monochromatique rouge stimule les capacités de la reproduction en favorisant la ponte et la fécondité. Pour la croissance, la lumière rouge est la plus favorable au cours des 4 premières semaines, ensuite c'est la lumière blanche. AGRO-SERVICES / APIA 18

21 7- PREDATEURS, PARASITES ET PATHOLOGIES DES ESCARGOTS Les escargots subissent, surtout à jeune âge, les attaques de certains prédateurs. De même, ils peuvent héberger des vers parasites pour lesquels ils se comportent comme des hôtes intermédiaires. Enfin, certains agents pathogènes peuvent provoquer des dégâts plus ou moins importants chez les escargots et compromettre ainsi la réussite de certains élevages. La connaissance des prédateurs, des parasites et des pathologies des escargots, permet de prendre les mesure nécessaires afin de réussir un élevage d escargots dans de bonnes conditions d hygiène Les prédateurs des escargots Les escargots sont la proie de nombreux animaux. Les prédateurs vertébrés sont bien connus. Ce sont des oiseaux, des mammifères et des reptiles insectivores, malacophages ou omnivores : principalement les merles, les grives, les corvidés (pies, corbeaux, corneilles), les rats, les mulots, les souries, les musaraignes, les hérissons et les lézards. Moins connus, car moins identifiables mais dangereux pour l héliciculture, sont les prédateurs invertébrés, principalement certains arthropodes. Beaucoup s attaquent seulement aux très jeunes escargots et aux œufs, mais certains s attaquent même aux escargots adultes. Les grands crabes, les sylphides s attaquent à des escargots de toutes tailles. Le sylphide et sa larve paralysent leur proie en lui injectant par leurs mandibules une salive toxique. On les trouve souvent dans les élevages. Parmi les autres prédateurs, on retrouve également le staphylin, le drille, les milles-pattes, etc Les parasites des escargots Certains parasites vont se développer à l extérieur de l animal, d autres vont utiliser l escargot comme hôte intermédiaire. AGRO-SERVICES / APIA 19

22 Les acariens Un acarien, Riccardoella limacum, a été reconnu depuis longtemps comme parasite des gastropodes terrestres. Il vit à la surface de l escargot et on le rencontre parfois en grand nombre au niveau du pneumostome, à l intérieur du poumon. Les acariens ne semblent pas provoquer une mortalité des individus juvéniles, mais compromettent leur croissance. En effet, c est par leur présence en nombre élevé que les acariens peuvent être considérés comme un danger pour les élevages d escargots Les helminthes Les trématodes et la plupart des nématodes, ne pouvant accomplir un cycle complet chez l escargot, ne se rencontrent que chez les escargots ramassés du milieu naturel. En élevage, seules trois espèces de nématodes peuvent être associées à l escargot et avoir un impact réel sur les performances zootechniques (tableau n 2). Il s agit de l Alloionema appendiculatum, l Angiostoma aspersae et le Nemhelix bakeri. Tableau n 2 : Caractéristiques des principaux nématodes parasites de l escargot Nématodes Alloionema appendiculatum Angiostoma aspersae Nemhelix bakeri Etats associés Juvéniles Adultes Juvéniles Adultes Localisation Impact Mode d infestation Pied (larves) entre cops et coquille (larves) pneumostome (adulte) Mortalité (juvénile) Pas d impact Adultes Appareil génital reproduction par adultes libérés dans le milieu (avec phases de multiplication) par larves libérées dans le milieu lors des accouplements (pas de phases libres) Infection des jeunes éclos Infection des jeunes éclos Non 7.3- Les agents pathogènes Malgré qu ils soient nombreux, seulement quelques agents pathogènes ont été décrits. AGRO-SERVICES / APIA 20

23 La mycose des pontes Les pontes anormales présentent des modifications de couleur et de turgescence ; certains œufs peuvent être de couleur rose, plus ou moins intense, d où le nom de pontes roses, mais aussi jeunes, beiges ou grisâtres. De tels œufs sont de consistance plus faible et n évoluent pas normalement : ils se dessèchent. Des champignons, du genre Fusarium ou Verticilium, pourraient être responsables de ces anomalies. En outre, les champignons peuvent agir sur les pontes par l intermédiaire de mycotoxines ; les genres Fusarium, Aspergillus et Pénicillium possèdent des toxines pouvant entraîner des pathologies et les rares souches de champignons isolées appartiennent à ces genres Les bactérioses Dans les élevages, il arrive que certains symptômes soient observés : l escargot perd ses réflexes, ne se rétracte qu incomplètement dans sa coquille, laisse pendre la région céphalique et le pied. Le pied devient jaunâtre ou verdâtre ; la région céphalique est gonflée et, tandis que les tentacules oculaires ne se rétractent plus, on note souvent une dilatation du pore génital. Un liquide blanc est émis par la bouche, et, lorsque l animal s immobilise, paralysé par la mort, un autre liquide, d abord clair, s épanche à l intérieur de la coquille. Une flore bactérienne abondante colonise ce milieu. Toutefois, le rôle exact des bactéries ne peut être démontré. Des soins plus rigoureux apportés dans la conduite des élevages semblent ralentir et même arrêter ce phénomène. Le seul type d épizootie vraie, entraînant une septicémie bactérienne, est dû à Pseudomonas aeruginosa. Le symptôme le plus apparent est une paralysie progressive des escargots qui restent au fond de leur coquille, sans secréter de voile, et ensuite, la formation d un liquide verdâtre à l intérieur de la coquille. L étude de la maladie montre que l infection primaire est localisée à l intestin où s accumulent les bactéries, mais peu à peu s étend à des tissus variés et à l hémolymphe. Ce Pseudomonas se présente comme un agent pathogène facultatif qui, présent dans le tube digestif des animaux, peut se révéler dans les élevages maintenus dans des conditions défavorables d alimentation ou d ambiance. AGRO-SERVICES / APIA 21

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

CAPTEURS THERMOSOLAIRE

CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CATEGORIE Constructions neuves Les capteurs thermosolaires sont destinés à transformer le rayonnement solaire pour chauffer un fluide caloporteur. La chaleur

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables.

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables. 1 FICHE OX «GESTION DE L AIR PERFORMANTE DANS LES LOCAUX A USAGE INTERMITTENT (NEUF OU EXISTANT) PAR AUTOMATISATION DES DEBITS EN FONCTION DE LA PRESENCE OU DU TAUX DE CO 2» 1/ Contexte et Enjeux De nombreux

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre!

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre! GUIDE 2015 PROFESSIONNELS L ÉTIQUETTE ENERGIE DES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES À ACCUMULATION ET DES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES Les informations clés pour tout comprendre! 1 Dès le 26 septembre 2015, un nouveau

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION Le chauffage et la climatisation peuvent dans bien des cas, être fournis par le même appareil. Il s'agit là d'une solution que les utilisateurs apprécient : elle permet

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel

Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel Après Avant Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel

Plus en détail

Le point en recherche et développement

Le point en recherche et développement Le point en recherche et développement Lenettoyage desconduits 95-205sérietacimique Introduction Les entreprises de nettoyage de conduits soutiennent qu il est souhaitable de faire nettoyer régulièrement

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides

Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Centrale électronique pour le traitement des remontées capillaires des murs humides Notice d utilisation Guide d installation Centrales CT- 5 et CT- 8 Sommaire Composition du kit Description centrales

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

LE CONFORT D UN SOL ISOLE

LE CONFORT D UN SOL ISOLE l isolation de sol la plus mince pour chaque niveau d isolation un format pratique de 1200 x 2500 mm une haute résistance mécanique une pose rapide et efficace LE CONFORT D UN SOL ISOLE Des sols au-dessus

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Conception des bâtiments d élevage de lapins par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Réunion GIPAC Tunis Juin 2009 L élevage rationnel des lapins se fait dans

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Appel à candidature. Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique

Appel à candidature. Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique Ministère de l Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche D.G.A.B. Appel à candidature Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Power over Ethernet Plus James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Livre blanc Nexans Cabling Solutions Mai 2011 Power over Ethernet Plus La promesse de PoE+ pour la gestion des réseaux d entreprise

Plus en détail

Chauffage radiant électrique Heatstrip

Chauffage radiant électrique Heatstrip Chauffage radiant électrique Heatstrip Le Heatstrip Le Heatstrip est un chauffage radiant à forte intensité qui est la solution efficace et rentable pour un chauffage en extérieur tout comme en intérieur.

Plus en détail

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation ACCUTOPSÉRIE 2 Radiateur à accumulation Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE Les commandes et leurs fonctions 2 Le principe de fonctionnement de l Accutop Série 2 3 Mise en marche et utilisation de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

Dans ce chapitre : Sommaire 93

Dans ce chapitre : Sommaire 93 Dans ce chapitre : Les différents types de contractions musculaires 78 Contraction statique 78 Contraction dynamique 80 Contraction isométrique 80 Contraction auxotonique 80 Contraction isotonique 82 Contraction

Plus en détail

Le chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire Avril 2007 (mise à jour 2010) Chambre d Agriculture du Cantal Le chauffe-eau solaire En réponse à la demande d eau chaude nécessaire, le chauffe-eau solaire peut être une solution pertinente puisqu en

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Données Une villa de 140 m2, moyennement isolée 10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Ma maison 100 m2 est de 1966. Montée sur vide sanitaire, le plancher

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011 Les énergies renouvelables Mardi 27 septembre 2011 Introduction La climatisation aujourd hui implique : une surconsommation énergétique des problèmes de production et d acheminement de l énergie électrique

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

BBC*, suivez le guide!

BBC*, suivez le guide! BBC*, suivez le guide! Les bons réflexes à avoir dans un logement performant *Bâtiment Basse Consommation Le BBC, c est quoi? Votre logement se situe dans un Bâtiment Basse Consommation qui consomme peu

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Utilise l énergie extérieure pour moins consommer à l intérieur.

Utilise l énergie extérieure pour moins consommer à l intérieur. La solution pour l eau chaude sanitaire Ballon Thermodynamique Utilise l énergie extérieure pour moins consommer à l intérieur. jusqu à -70% sur la consommation de votre chauffe-eau (1) Chauffage & Climatisation

Plus en détail

En route vers le développement durable

En route vers le développement durable En route vers le développement durable Mars 2010 Une nouvelle majoration pour le NP0% dans le Neuf Le financement des panneaux Photovoltaïques La norme BBC La norme BBC : le principe Principe : le logement

Plus en détail

quand il s agit de ventilation...

quand il s agit de ventilation... quand il s agit de ventilation... Made in Belgium by Sanutal Echangeur de chaleur à haut rendement Système D Ventilation intelligente grâce à la récupération d énergie air Tallinn capitale de l Estonie,

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité argumentaire de ventes introduction Le système RadioSens est né de l effort de notre équipe d ingénieurs experts en télécommunications pour développer

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail