QUALITE ET EFFICACITE DU DIALOGUE SOCIAL : APRES L ECHEC DE LA NEGOCIATION, COMMENT REPRENDRE LA MAIN? INTRODUCTION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUALITE ET EFFICACITE DU DIALOGUE SOCIAL : APRES L ECHEC DE LA NEGOCIATION, COMMENT REPRENDRE LA MAIN? INTRODUCTION"

Transcription

1 QUALITE ET EFFICACITE DU DIALOGUE SOCIAL : APRES L ECHEC DE LA NEGOCIATION, COMMENT REPRENDRE LA MAIN? Par Martin Richer et Antoine Hardy Le 19 février 2015 INTRODUCTION La négociation sur la qualité et l efficacité du dialogue social en entreprise, ouverte le 9 octobre 2014 s est terminée le 22 janvier sans parvenir à un accord. Une négociation non conclusive peut cependant ne pas se révéler improductive : les contours d un accord se dessinaient et auraient pu se concrétiser si le négociateur du Medef avait disposé de la part de son organisation d un mandat moins resserré. Les pouvoirs publics étant amenés à reprendre la main, il est possible de tracer les contours d une loi future à la lumière des trois orientations données à l origine du processus par le «Document d orientation pour la négociation nationale interprofessionnelle relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans les entreprises et à l amélioration de la représentation des salariés», élaboré par le Ministère du Travail à la suite de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet derniers. 1 - AMELIORER LA REPRESENTATION DES SALARIES SOUS DES FORMES ADAPTEES A LA DIVERSITE DES ENTREPRISES, C EST EN PREMIER LIEU NECESSAIREMENT TRAITER LA QUESTION DES ENTREPRISES DEPOURVUES DE REPRESENTANTS DU PERSONNEL, POUR DES RAISONS DE DROIT OU DE FAIT. «Ces situations n appellent pas nécessairement des réponses identiques à toutes les tailles d entreprises et des formes spécifiques de représentation des salariés des petites entreprises doivent être imaginées. Environ les trois quarts des entreprises de 11 à 20 salariés n ont pas de représentants du personnel, malgré le franchissement du seuil prévoyant l élection du délégué du personnel.» 1 1 Document d orientation pour la négociation nationale interprofessionnelle relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans les entreprises et à l amélioration de la représentation des salariés, juillet 2014 Terra Nova Note - 1/8

2 Le premier enjeu qui a entravé la conclusion d un accord est celui du dialogue social dans les TPE. Les représentants patronaux doivent reconnaître la légitimité du dialogue social dans les TPE, ce que rappelait le document de cadrage cité ci-dessus. Or la CGPME et une partie conséquente du Medef (notamment les fédérations du bâtiment, des travaux publics, de la propreté, du conseil et des prestations informatiques) sont restées figées sur une posture d opposition à toute forme de représentation des salariés des TPE, même hors de l entreprise. Dans ce débat qui ne date pas d hier, nous soutenons le modèle créé par l artisanat avec ses 22 commissions paritaires régionales interprofessionnelles de l artisanat (CPRIA) dont l activité démontre l effet bénéfique du dialogue social dans les TPE. Dans sa dernière rédaction, le document proposé par le Medef s inspire fortement de cette option pour le dispositif qu il propose de déployer à compter du 1er juillet C est une évolution significative, qui doit être saluée et qui rompt avec 12 ans de combat juridique contre les CPRIA. Ce document établit également un lien avec la représentativité en acceptant de sortir de l impasse d une «élection sans élus». «Lors du scrutin permettant d évaluer la représentativité des organisations syndicales dans les entreprises de moins de 11 salariés, les organisations ont la possibilité d indiquer, à titre informatif, le nom des représentants des salariés issus des TPE qu elles envisagent de désigner dans les commissions». C est un point positif. En ce qui concerne le déploiement des nouvelles commissions paritaires, nous préconisons, au contraire d un big-bang au 1er juillet 2016, un déploiement progressif calé sur le calendrier de la rationalisation des branches en cours actuellement 2. Ceci permettrait de disposer avant le 1er juillet de quelques expérimentations utiles au déploiement. Nous rappelons également que ces instances n ont pas de prérogatives de négociation, laissées aux branches professionnelles, mais qu elles apportent un soutien à la résolution de problèmes, de conflits et un appui à la mise en œuvre de bonnes pratiques. Le texte du Medef est en phase avec cette approche et indique qu elles n'auraient qu'une mission de «conseil auprès des salariés et des employeurs» et «d'information sur des sujets comme l'emploi, la formation ou la GPEC» mais aussi sur «les conditions de travail». Ces limites nous semblent acceptables pour les organisations syndicales de salariés, qui savent que l établissement du dialogue social est un processus lent et progressif, qui ne peut s imposer d en haut. En revanche, elles ne semblent pas suffisantes pour la CGPME, dont les déclarations laissent supposer que des interactions directes entre le dirigeant d entreprise et ses salariés pourraient être qualifiées de «dialogue social» et sont suffisantes pour en assurer le bon déroulement. A cet égard, nous suggérons d organiser une session de retours d expérience permettant de montrer concrètement aux représentants patronaux encore réticents visà-vis du modèle, les avantages concrets obtenus par les CPRIA sur le terrain. Ce serait une façon pragmatique de dédramatiser un débat qui mérite davantage d échanges. Enfin, nous rappelons que la proposition d installer des commissions régionales paritaires, qui représenteraient les salariés des TPE figure dans la Position commune, signée le 9 avril 2008 par la 2 A la suite du rapport de Jean-Denis Combrexelle sur la représentativité patronale, préconisant une rationalisation du nombre de branches permettant d'en garder entre 100 et 150 d'ici dix ans. Terra Nova Note - 2/8

3 CGT, la CFDT, l UPA mais aussi par le Medef et la CGPME. Il est temps, sept ans plus tard, de mettre enfin ces engagements en pratique. 2 - LES DISPOSITIONS RELATIVES AU DIALOGUE SOCIAL DANS L ENTREPRISE PEUVENT ETRE AMELIOREES DANS UN SENS DOUBLEMENT BENEFIQUE POUR LES EMPLOYEURS ET POUR LES SALARIES. ELLES PEUVENT ETRE SIMPLIFIEES POUR ETRE RENDUES PLUS EFFICACES, AFIN DE GAGNER EN DENSITE ET EN RICHESSE DU DIALOGUE SOCIAL CE QU ELLES PERDRAIENT EN FORMALISME. «Ce formalisme peut être plus particulièrement pénalisant dans les petites et moyennes entreprises, à la fois pour l employeur confronté à des obligations nombreuses lors du franchissement d un seuil social et pour les représentants du personnel, lorsqu ils existent, qui subissent également la complexité des règles applicables lors d exercices de consultation ou de négociation obligatoires souvent juxtaposés.» 3 Le dialogue social «à la française» souffre indéniablement de son formalisme4. France Stratégie le soulignait dans son rapport sur la France dans 10 ans. «À horizon de dix ans, il apparaît nécessaire de rompre avec l excès d institutionnalisation et de formalisme, afin que le dialogue social relève d une dynamique plus autonome, s appuyant sur des acteurs, tant syndicaux que patronaux, à la légitimité et aux compétences renforcées» 5. Les partenaires sociaux font un constat similaire : chacune des strates successives avait sa logique et sa légitimité, leur articulation ne produit pas suffisamment de changements et de progrès. Le second enjeu qui a entravé la conclusion d un accord est celui des conditions du redéploiement des instances représentatives du personnel (IRP). Le texte du Medef, soumis à la négociation, propose la mise en place d un Conseil d entreprise dans les entreprises de onze salariés et plus, qui englobe les prérogatives autrefois attribuées aux délégués du personnel, au Comité d entreprise et au CHSCT. Le Medef a fait une concession intéressante : alors que la première mouture de son texte réservait cette instance aux entreprises de plus de 49 salariés, la nouvelle l ouvre aux entreprises à partir de 11 salariés. L enjeu véritable d un point de sortie équilibré doit être précisé. Selon nous, il est de simplifier et de rationaliser le dialogue. Il n est pas en revanche de diminuer les moyens mis en œuvre et moins encore d affaiblir les représentants du personnel. Cette dernière acceptation se situerait en contradiction 3 art. cit. 4 Voir Luc Pierron et Martin Richer, «Le dialogue social au seuil d un renouveau», Terra Nova, 25 septembre et Martin Richer, «Réussir le pacte de responsabilité : pour une culture du dialogue économique et social», Terra Nova, 14 mars H. Garner et C. Guézennec (dir.) «Quelle France dans dix ans ; Réconcilier l économique et le social», Rapport de France Stratégie, juin 2014 Terra Nova Note - 3/8

4 1) Avec le préambule de l accord qui insiste sur la conviction (que nous partageons) selon laquelle un dialogue social de qualité est un facteur de compétitivité ; 2) Avec la volonté (que nous soutenons) de développer la négociation en entreprises (par rapport à la négociation de branche ou interprofessionnelle). Or, le Medef s est parfois égaré, durant la négociation, entre ces deux objectifs. Ainsi par exemple, la dernière version de son texte (après avoir évolué à plusieurs reprises sur ce point) s obstine à limiter la création de la commission HSCT (qui en quelque sorte, remplace les actuels CHSCT) aux entreprises et établissements de 300 salariés et plus alors que les actuels CHSCT sont créés à partir de 50 salariés. Or les enjeux HSCT aujourd hui (pénibilité, risques psychosociaux, etc.) sont tels que conditionner la création de la commission à un seuil de 300 salariés est une erreur. Il faut rendre celle-ci de fait à compter de 50 salariés, comme c est le cas pour les actuels CHSCT. Il faut également clarifier les attributions respectives du Conseil d entreprise et de la commission HSCT. Elles n ont pas été bien comprises. La presse s est fait l écho d inquiétudes qui soulignaient le danger d une attaque frontale contre les CHSCT ou l effacement des acquis des lois Auroux. Contrairement à ce que beaucoup ont dit ou écrit, le CHSCT n est pas remplacé par la commission HSCT, instance de second rang. Les prérogatives HSCT sont reprises par le Conseil d entreprise, qui peut s appuyer sur la commission HSCT, laquelle est un outil d approfondissement thématique et de préparation des travaux du Conseil (au même titre que le sont déjà la Commission économique, la Commission Formation, etc.). Si effectivement le CHSCT disparaît en tant qu institution spécifique, ses prérogatives sont maintenues. On peut d ailleurs soutenir qu elles se verront renforcées dans les entreprises de 10 à 50 salariés, là où actuellement les CHSCT ne sont pas présents : le Conseil d entreprise y est explicitement chargé (entre autres) de la santé et de la sécurité. Cette rationalisation des instances sera bénéfique à l ensemble des parties : la séparation des attributions entre les délégués du personnel (DP), le CE et le CHSCT n a plus de sens et est un facteur de handicap pour le dialogue social. Ainsi par exemple, lorsque l on traite des questions comme le harcèlement, l incivilité, le stress au travail, on constate concrètement que les problématiques individuelles (DP) et collectives (CHSCT) sont totalement imbriquées. On ne peut pas non plus établir des cloisons étanches entre les sujets pris en charge par le CHSCT et ceux dévolus au CE (comité d entreprise ou d établissement). Ainsi par exemple, la question des risques psychosociaux (CHSCT) soulève un problème de charge de travail lié à la clientèle (traité par le CE) et une meilleure conciliation vie personnelle vie professionnelle (retour au CHSCT), d où la question de l égalité professionnelle (commission du CE) et de la mise en place du télétravail (CE ou CHSCT?) De leur côté, les élus, qui sont conduits à se disperser sur les instances multiples, sont aussi réduits à cumuler les mandats. L enjeu d une fusion des IRP, c est que le travail, l emploi, les compétences et les impacts humains du changement soient envisagés de façon plus stratégique et traités ensemble, en cohérence. De même, le schéma d organisation des instances proposé par le document du Medef soumis à la négociation se distingue du schéma de «l instance unique» (bien que le Medef persiste à utiliser ce Terra Nova Note - 4/8

5 terme impropre). La crainte exprimée par plusieurs syndicats de voir le dialogue social se centraliser au siège est donc infondée. C est un point d importance majeure sur lequel le rapport de Terra Nova présentant le modèle Belem (voir les références ci-dessous) a beaucoup insisté. Le texte proposé à la négociation précise bien que «dans les entreprises de 50 salariés et plus comportant des établissements distincts, des conseils d établissements et un conseil central d entreprise sont constitués». De même une commission chargée de l assister pour l exercice de ses attributions liées aux questions d hygiène, de sécurité et de conditions de travail est créée «au sein du conseil d entreprise ou d établissement». Cependant, les craintes des syndicats de voir les attributions du CHSCT amoindries par sa fusion au sein du Conseil d entreprise sont légitimes et doivent être entendues. Dans sa forme actuelle, le texte ne rassure pas complètement sur le maintien de ces attributions au sein du Conseil. La situation de notre pays au regard de la prévention des risques professionnels et de la santé au travail est loin d être satisfaisante. Il serait inopportun de diminuer nos efforts concernant ces enjeux. Il suffirait d indiquer clairement que toutes les prérogatives actuelles des CHSCT sont reprises par les Conseils d entreprise et d établissement pour convaincre que l objectif n est pas d affaiblir les moyens du dialogue social en entreprise mais bien de redéployer les attributions des instances. D après les déclarations de plusieurs négociateurs, «la partie patronale a assuré que l ensemble des prérogatives, missions et attributions des actuels CE, DP et CHSCT seraient maintenues» 6. Il suffirait donc de l écrire Ce qui a été fait en partie par le second texte remis en séance le vendredi 16 janvier, qui précise que le Conseil d entreprise reprend à son compte «l intégralité des missions et prérogatives des délégués du personnel» pour les entreprises de 11 à 49 salariés et «des délégués du personnel, du comité d entreprise et du CHSCT» pour les entreprises de 50 salariés et plus. Le texte du Medef propose de regrouper les informations-consultations et de permettre aux entreprises de déterminer par accord leur agenda social, c'est-à-dire de décider des thèmes de négociations, de leur agencement et de leur fréquence. La voie était ouverte par l accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail (juin 2013), qui permet d articuler en une seule 6 Voir par exemple : «5ème séance de négociation relative à la qualité et à l'efficacité du dialogue social en entreprise et à l'amélioration de la représentation des salariés», 22 janvier 2015 par sectioncfdtdg.over-blog.com Terra Nova Note - 5/8

6 négociation plusieurs thématiques (égalité professionnelle, mobilité interne, prévention de la pénibilité, etc.). Un progrès sensible a été fait lors des sept séances de négociation et plusieurs syndicats ont formulé des propositions concrètes et intéressantes sur le regroupement de certaines informations-consultations ou négociations obligatoires. Ces avancées vont dans le bon sens, tant le «découpage en fines tranches de dialogue social» menait à une impasse. Elles permettront une approche plus stratégique du dialogue social, mieux articulée à la conduite du changement et à la stratégie des entreprises. La simplification du dialogue, le redéploiement des instances et le cadencement des thématiques de négociation vont dans le sens d une nécessaire agilité : le dialogue social ne doit pas être un frein à la capacité d adaptation des entreprises. La dernière enquête «Conditions de travail» montre l ampleur des changements qui concernent directement une large part des salariés des secteurs privé et public : 21 % d entre eux signalent un changement de l organisation du travail au sein de leur établissement survenu dans les 12 derniers mois, 16 % un changement de poste ou de fonction qui les a personnellement affectés, 14 % une restructuration ou un déménagement de leur établissement, 14% un rachat ou un changement dans l équipe de direction, 4 % un plan de licenciements dans l établissement 7 L enjeu est de trouver des modalités de dialogue social qui puissent à la fois répondre à cette accélération dans la vie des organisations et mieux appréhender les différents moments du changement. Le modèle des trois A en offre une illustration. Anticiper les impacts humains avant le changement ; Associer les représentants du personnel pendant ; Accompagner les hommes et les territoires après. Pour cela, il faut en particulier adapter les délais des procédures d informations / consultations et produire davantage d anticipation. Ici, c est la loi de sécurisation de l emploi qui a ouvert la voie avec les délais préfix, la base de données d informations économiques et sociales et la consultation du CE sur les orientations stratégiques. Un autre changement proposé par le document du Medef est la rationalisation des consultations et des expertises afférentes lorsqu un changement (comme c est le cas de plus en plus fréquemment) touche le siège et les établissements. Ainsi, «lorsqu une consultation est menée au niveau du conseil central sur un projet qui doit être déployé dans plusieurs établissements par les chefs d établissement, les conseils d établissement ne sont pas consultés sur le projet mais sont obligatoirement informés des modalités de déploiement du projet, ainsi que de l avis rendu par le conseil central d entreprise». Cette approche va permettre un gain de temps et une meilleure valeur ajoutée des expertises. Le document propose également de généraliser le cofinancement des expertises, sur le modèle qui a été créé par l expertise sur les orientations stratégiques créée par la loi de sécurisation de l emploi de 7 Thomas Coutrot (DARES) et Emma Davie (DGAFP), «Les conditions de travail des salariés dans le secteur privé et la fonction publique», DARES, décembre 2014 Terra Nova Note - 6/8

7 juin Culturellement difficile à accepter par les organisations syndicales, ce cofinancement aurait l avantage considérable de mieux impliquer les parties prenantes dans le portage et la mise en œuvre des préconisations, point faible de «l expertise à la française» d aujourd hui 8. Il serait utile de considérer non pas seulement un cofinancement de l expert mais une co-construction de sa mission : c est lorsque les parties prenantes s impliquent dans le cahier des charges et dans la réalisation de certaines des tâches que la mission est réellement porteuse de progrès. Ceci aurait également l avantage de répondre à la demande (fondée) de plusieurs syndicats, qui estiment que les missions d expertise devraient contribuer davantage à la formation des élus et au transfert d expertise. Enfin une précision est nécessaire sur les conditions dans lesquelles s exercent les prérogatives du Conseil en matière de négociation d accords d entreprise. C est une chose positive de voir le Conseil se saisir de ces attributions en cas d absence de délégués syndicaux ou sur certaines thématiques qui relèvent directement de sa compétence. Mais la création du Conseil ne doit pas être une voie d affaiblissement des prérogatives des délégués syndicaux. De même, il n est pas facile pour les syndicats d accepter que les délégués syndicaux soient désignés parmi les représentants du personnel élus : on peut y voir comme l a déclaré l un d entre eux une «mise sous tutelle des organisations syndicales par le Conseil d entreprise». Au contraire, on peut aussi y voir, un renforcement des syndicats dans la suite logique de la réforme de la représentativité engagée par la loi d août 2008 (et son pendant avec la loi de juillet 2010 pour les fonctionnaires). Comme l expliquait Jean-Denis Combrexelle, à l époque Directeur général du travail, «la réforme de la représentativité n'est pas une fin en soi. A partir du moment où on laisse plus de place à la négociation collective, les acteurs syndicaux de la négociation se doivent d'être plus légitimes et avoir une représentativité fondée sur l'élection» 9. Il nous semble que ce domaine, celui de la négociation d entreprise, se prête bien aux expérimentations. La loi pourrait innover dans ce sens en laissant une marge d évolution importante aux entreprises qui souhaitent aller plus loin et qui accepteraient de se prêter à une évaluation permettant de juger de l opportunité, dans un second temps, d étendre ces expérimentations. 3 - LE DIALOGUE SOCIAL ET LA REPRESENTATION DES SALARIES REPOSENT SUR DES FEMMES ET DES HOMMES ENGAGES ET IMPLIQUES DANS L EXERCICE DE LEURS MANDATS D ELUS OU DE DELEGUES/DESIGNES SYNDICAUX. «La faiblesse du taux de syndicalisation, aux causes multiples, croise la crise de l engagement, sous toutes ses formes, qui traverse notre société en particulier parmi les nouvelles générations. Elles contribuent à la difficulté de trouver des salariés qui acceptent, parfois au prix d une mise en parenthèse de leur carrière, d exercer ces fonctions de représentants des salariés. Or la qualité et l efficacité du dialogue social en dépend.» 10 8 Voir «Les CE et CHSCT : un véritable contre-pouvoir?» 9 «Jean-Denis Combrexelle, DGT : la régulation doit se faire par le biais de la négociation collective», Metis, 29 août art. cit. Terra Nova Note - 7/8

8 Le TITRE V (Valorisation des parcours des élus et des délégués syndicaux) du texte du Medef propose de réelles avancées pour améliorer l attractivité et l effectivité des parcours syndicaux. Cette troisième partie est plus consensuelle que les deux premiers points, mais elle a été moins travaillée par les négociateurs (en fin de parcours). Formés aux questions relatives au social ou à la sécurité, les membres du Conseil d'entreprise (certes moins nombreux que les élus de l ensemble des instances qu ils remplacent) ont également des heures de délégation supplémentaires. Lorsque les prérogatives du représentant du personnel mobilisent plus de la moitié d'un temps plein, sa hausse de rémunération serait garantie au niveau de celle des autres salariés placés dans des conditions d emploi comparables (classification et ancienneté). Au début de son mandat, il serait reçu par l'employeur pour «organiser son temps au regard des exigences de son engagement». Un autre entretien examinerait ses possibilités d'évolution professionnelle à son issue et permettrait d évoquer «les possibilités d évolution professionnelle et, le cas échéant, la nécessité d un recours à une formation, notamment via un abondement du compte personnel de formation par l employeur». Le document reconnaît que l exercice de la fonction de représentant du personnel est une façon d acquérir des compétences dans plusieurs domaines utiles à la vie de l entreprise : conduite de projet, intermédiation, négociation, animation, formalisation écrite et orale de propositions. En outre, ces compétences peuvent alors être certifiées par le biais d une co-validation par l employeur et l organisation syndicale du représentant. *** Presque tous les interlocuteurs (de tous bords) avec lesquels nous avons pu échanger ont loué la qualité du Préambule du document, c est-à-dire la partie qui expose les intentions. Il n est pas besoin d être démesurément optimiste pour considérer que si les intentions sont partagées, leur traduction législative devrait être possible Martin RICHER, coordonnateur du pôle «Entreprises, Travail & Emploi» de Terra Nova Antoine HARDY, responsable des publications, Terra Nova Pour aller plus loin : «Le dialogue social au seuil d un renouveau» Terra Nova Note - 8/8

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Motion adoptée lors du Bureau national du 26/11/2014 L UNSA, organisation syndicale interprofessionnelle, est un acteur important du

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

FormationS et conseils

FormationS et conseils FormationS et conseils Comité D entreprise Délégués du personnel C.H.S.C.T. Organisme de formation agréé n 93 13 10 35 613 Siret n 437 593 528 00031 Code NAF n 8559A Présentation 01 Pourquoi? - Les élus

Plus en détail

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 1 REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 L OBJECTIF REVENDICATIF POUR LA CFDT : LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Objectifs de la SPP : Sécuriser les mobilités des salariés

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Séance du 21 novembre 2014 Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale DIRECCTE Analyses Pays de la Loire octobre 2014 La négociation collective d entreprise en 2013 dans les Pays de la Loire E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale des entreprises, de

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUIN 2013 VERS UNE POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUIN 2013 VERS UNE POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUIN 2013 VERS UNE POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE La qualité de vie au travail vise d abord le travail,

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

Secrétaire, trésorier : organiser le bureau pour renforcer le CE

Secrétaire, trésorier : organiser le bureau pour renforcer le CE Secrétaire, trésorier : organiser le bureau pour renforcer le CE Conférence de février mars 2012 page 1 Cadre général Le double rôle du comité Rôle dans les activités sociales et culturelles Art L 2323-83

Plus en détail

CHSCT [ ] Les formations. un représentant du personnel averti en vaut deux. Formation initiale et perfectionnement du CHSCT

CHSCT [ ] Les formations. un représentant du personnel averti en vaut deux. Formation initiale et perfectionnement du CHSCT 2015-2016 Les formations CHSCT [ ] un représentant du personnel averti en vaut deux Formation initiale et perfectionnement du CHSCT Le CHSCT : prévenir et intervenir formation initiale Cette formation

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services»

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» Le Comité d Entreprise Européen, réuni en séance extraordinaire le 10 décembre 2008,

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

Le dossier que vous trouverez ci-joint, vous est destiné à vous, militants du Secteur Mutualité en charge d un mandat de délégué syndical CFDT.

Le dossier que vous trouverez ci-joint, vous est destiné à vous, militants du Secteur Mutualité en charge d un mandat de délégué syndical CFDT. MAI 2010 Bonjour, Le dossier que vous trouverez ci-joint, vous est destiné à vous, militants du Secteur Mutualité en charge d un mandat de délégué syndical CFDT. Il concerne les projets de fusions d entreprises

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

3. Les principales réserves sur les trois articles 5, 13 et 14 concernant la question de l égalité professionnelle

3. Les principales réserves sur les trois articles 5, 13 et 14 concernant la question de l égalité professionnelle AVIS du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP) sur le projet de loi relatif au dialogue social et au soutien à l activité des salariés 1. Une question de méthode

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE L essentiel La loi n 2014-288 du 5 mars 2014 est très dense et comporte 3 volets bien distincts : - L un sur la réforme de la formation professionnelle, reprenant

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Elections professionnelles

Elections professionnelles Fiche n 6 Loi portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Elections professionnelles Entrée en vigueur : Ces dispositions entrent en vigueur lors des premières élections

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A.

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A. LE SAVIEZ-VOUS Etre adhérent du Sycaest, c est bien entendu bénéficier de nombreux services et prestations. Mais c est aussi participer au financement de la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances

Plus en détail

Introduction : Une réforme de grande ampleur. Réforme 2014 : Quelle origine? Quel contenu? 12:28:50

Introduction : Une réforme de grande ampleur. Réforme 2014 : Quelle origine? Quel contenu? 12:28:50 Introduction : Une réforme de grande ampleur Réforme 2014 : Quelle origine? Quel contenu? Concertation, négociation et élaboration de la loi Etape 1 : Sécurisation de l emploi ANI du 11 janvier 2013 pour

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Grenelle de l Insertion Feuille de route 27 mai 2008

Grenelle de l Insertion Feuille de route 27 mai 2008 Grenelle de l Insertion Feuille de route 27 mai 2008 Le grenelle de l Insertion doit constituer un tournant des politiques visant à rendre accessible l emploi aux personnes qui en sont le plus éloignées.

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

Gérard Brégier et Valentine Brégier CHSCT EN PRATIQUE. Groupes Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56032-9

Gérard Brégier et Valentine Brégier CHSCT EN PRATIQUE. Groupes Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56032-9 Gérard Brégier et Valentine Brégier LE CHSCT EN PRATIQUE Groupes Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56032-9 Sommaire Avant-propos... 13 CHAPITRE 1 Qu est-ce que le CHSCT?... 15 Du CHS au CHSCT, une rupture

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité du dialogue social, notamment

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale Quelles sont les nouvelles règles pour la CFTC? 1 A RETENIR : Désormais 2 conditions pour rester

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité du dialogue social, notamment

Plus en détail

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 1 PRÉAMBULE La réforme de la formation professionnelle sera effective à compter du 1 er janvier 2015. Elle poursuit l ambition d

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Relevé de conclusions relatif à la rénovation du dialogue social dans la fonction publique

Relevé de conclusions relatif à la rénovation du dialogue social dans la fonction publique Relevé de conclusions relatif à la rénovation du dialogue social dans la fonction publique CONFORTER LA REPRESENTATIVITE DES ORGANISATIONS SYNDICALES La meilleure représentativité et la légitimité des

Plus en détail

La Loi n 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi est parue au journal officiel du 18 août 2015

La Loi n 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi est parue au journal officiel du 18 août 2015 DROIT SOCIAL Le mois d août n a pas été de tout repos pour le droit du travail puisque deux lois ont été publiées : La Loi n 2015-990 du 6 août 2015 dite «Macron» pour la croissance, l'activité et l'égalité

Plus en détail

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008?

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? MANUEL D AIDE COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? Cgt FORCE OUVRIERE - Secteur Conventions Collectives Négociation Collective - Comités d Entreprises - Comités

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE A DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA charte QUALITÉ LABEL SOCIAL Label Sokial an Trañsportoù e Breizh SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE DISPOSITIFS PARTICULIERS TRANSPORTS

Plus en détail

LA MODERNISATION DU DIALOGUE SOCIAL

LA MODERNISATION DU DIALOGUE SOCIAL Note Lasaire n 46 Mars 2015 LA MODERNISATION DU DIALOGUE SOCIAL Jacques FREYSSINET INTRODUCTION Quelles que doivent être son issue et ses conséquences, la négociation sur la modernisation du dialogue social

Plus en détail

Projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi

Projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi Dossier de presse Projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi 22 avril 2015 Contact Presse : cab-ted-presse@cab.travail.gouv.fr 01 49 55 31 02 www.travail-emploi.gouv.fr Sommaire La loi relative

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

BILAN DES CONFÉRENCES SOCIALES

BILAN DES CONFÉRENCES SOCIALES 221 ANNEXE N 8 : BILAN DES CONFÉRENCES SOCIALES ANNEXE 8 BILAN DES CONFÉRENCES SOCIALES D octobre à décembre 2007, la Direction Générale de l Administration et de la Fonction Publique a organisé de nombreux

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

TELETRAVAIL. Gil. Gordon

TELETRAVAIL. Gil. Gordon TELETRAVAIL «Pour la première fois de l histoire, le travail à accomplir n est plus lié à un endroit précis. Le travail est devenu quelque chose que l on accomplit, non un endroit où on se rend...» Gordon

Plus en détail

ComiCE LES FORMATIONS. Séminaire Formation Intra Formation Inter

ComiCE LES FORMATIONS. Séminaire Formation Intra Formation Inter ComiCE LES FORMATIONS Séminaire Formation Intra Formation Inter RÔLE, FONCTIONNEMENT ET ATTRIBUTIONS 1 ou 2 jours Public : premier mandat, nouveaux élus. Existe en perfectionnement. - Connaissance des

Plus en détail

MODALITES PRATIQUES. Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation

MODALITES PRATIQUES. Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation Pourquoi? MODALITES PRATIQUES Les élus et les formations en général Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation - Une formation de 5 jours réalisable tous les 4 ans de

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON

LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques, dite loi Macron, a été promulguée le 7 août 2015. Certaines mesures sont applicables

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance. Club RH 2 février 2012

Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance. Club RH 2 février 2012 Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance Club RH 2 février 2012 Cadre juridique du télétravail Carine NIORT, Avocat associé, Département Droit Social Cabinet FIDAL PLAN Introduction I La

Plus en détail

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales Préambule : quels enjeux? La question des relations élus / agents se pose dans les collectivités locales en raison de la coexistence

Plus en détail

Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE

Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE Préambule Le télétravail est un des axes de la politique de développement

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle 2014 : Une réforme systémique et dynamique. Pourquoi?

Réforme de la formation professionnelle 2014 : Une réforme systémique et dynamique. Pourquoi? Introduction : systémique et dynamique Réforme de la formation professionnelle 2014 : Une réforme systémique et dynamique Pourquoi? Ses origines Son contenu Intervenant : Jean-Philippe Cépède, Directeur

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org Le travail, source

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

CONSOLIDER LE DIALOGUE SOCIAL

CONSOLIDER LE DIALOGUE SOCIAL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS ET RAPPORTS DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL CONSOLIDER LE DIALOGUE SOCIAL 2006 Avis présenté par MM. Paul Aurelli et Jean Gautier Année 2006 - N 23 NOR : C.E.S. X0600123V Lundi

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015

Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015 Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015 Avec le soutien de Prix Chorum «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015-3

Plus en détail

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE Groupe SOFIFRANCE - Carole Reynaud Siège social : Impasse Honoré Daumier, 238 voie privée - 13880 Velaux Téléphone

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires Un dossier de clés du social SOMMAIRE 1/ Présentation 2/ Résultats globaux des comités techniques 3/ Fonction publique

Plus en détail