Université Mohammed V Souissi Faculté des sciences juridiques, économiques Et sociales Salé- Le contrat d'assurance et l'islam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Mohammed V Souissi Faculté des sciences juridiques, économiques Et sociales Salé- Le contrat d'assurance et l'islam"

Transcription

1 Université Mohammed V Souissi Faculté des sciences juridiques, économiques Et sociales Salé- Le contrat d'assurance et l'islam 1

2 TABLE DE MATIERE INTRODUCTION Partie I : Qualification islamique du contrat d assurance Section 1 : les positions des jurisconsultes musulmans A/ les thèses d illicéité du contrat d assurance 1. Le contrat d assurance comporte un pari 2. Le contrat d assurance comporte confrontation du destin divin 3. le contrat d assurance est un contrat aléatoire 4. le contrat d assurance est usuraire B/ Les thèses de licéité du contrat d assurances 1. Le principe de la licéité des contrats 2. le principe d entraide et de l intérêt social Section 2: Le contrat d'assurance par analogie juridique A/ Contrat d'assurance et contrat de louage B/ le contrat d'assurance et contrat de caution Partie II: Takaful alternative islamique à l'assurance commerciale Section 1: Fondements d'assurance TAKAFOUL A/Faire des contrats sous forme de donation pour l intérêt mutuel des participants B/ le statut d assureur est plutôt "Gestionnaire du Risque" C/ Placement dans des fonds acceptés par la Chari a D/La redistribution des bénéfices (répartition). 2

3 Section 2: les critères de l'assurance islamique A/ les critères des compagnies d'assurance islamique Takaful B/ les critères des contrats d'assurance islamique 1. Al Moudarabah 2. Al Wakala CONCLUSION: Comparaison entre assurance traditionnelle et TAKAFOUL INTRODUCTION L'industrie d'assurance a fait son entrée au Maroc avec l'avènement du protectorat, elle est une affaire d'étrangers. Ayant été convoitise des colons, le Maroc a connu la transplantation de ce commerce avec l'afflux massif des Français et des étrangers, qui tenaient aux mains le secteur moderne de l'économie, ainsi la demande croissante d'assurance rendait nécessaire la mise en place d'un équipement institutionnel et d'un dispositif légal. La scène serait donc meublée par des agents généraux et des succursales des compagnies d'assurance étrangères, régis ainsi que leur opérations par des textes légaux qui auront pour une première fois au Maroc "l'assurance " comme sujet et qui constitueront le droit positif marocain de l'assurance se trouve donc sous le protectorat à l'image de celui de la métropole. La société marocaine musulmane devait cependant rester en marge pour des raisons d'une part économiques: les autochtones considéraient que la sécurité est un luxe et non pas un besoin, et d'autre part religieuses: l'opération d'assurance est considérée une innovation "BID'A" inspirée des non musulmans donc Haram. Ainsi le Maroc a connu sa première législation sur les assurances en vertu d'un arrêté viziriel (du 28 novembre 1934) et non pas un Dahir pour ne pas entacher de mal la personne d'amir Al Mouminine, ce qui fait que l'idée d'assurance telle qu'elle 3

4 s'applique dans la vie économique et juridique était rejetée par la communauté musulmane marocaine et pas tellement digérée par l'etat, elle pèse lourdement sur la tranquillité de leur conscience. Cette question de licéité et illicéité de l'opération d'assurance qui puise sa source dans le contrat d'assurance avait requis un débat houleux de la part des jurisconsultes musulmans. L'assurance, en soi, est une réalité humaine et religieuse infiniment respectable voire préconisée, Dieu dit à Sourate Almaîda: " "و تعاونوا على البر و التقوى و ل تعاونوا على الثم و العدوان Ainsi devant les exigences et les aléas de l'existence, devant la maladie et la mort, des hommes se découvrent unis et décident de s entraider. Aux temps heureux chacun versera à une caisse (la compagnie d assurance) une partie de ses gains, pour aider ceux qui connaissent une période de malheur à la traverser, en échange de quoi quand, à son tour, il aura à faire face à l adversité, la caisse l aidera. L opération semble, de prime abord, ne relever que d une prudence assez terre à terre ; en fait pour vaincre l égoïsme, l inertie, l imprévoyance, il faut que le mouvement d assurance mette en cause des sentiments plus nobles, de fraternité, d altruisme, de charité ; ainsi une technique ou même une industrie consacrant de telles valeurs ne peut qu être salutaire du point de vue de l islam, mais le contrat d'assurance faisait toujours objet de question de Halal et Haram pour différentes raisons (que nous développerons dans la 1 ère section du premier chapitre) qui font de ce contrat un contrat à éviter ou au moins à hésiter devant. Toutefois s'il y a eu ou s'il y en a encore- une réticence à l'égard de l'assurance au Maroc, c'est pas toujours à conférer aux convictions religieuses mais également à autres raisons qui sont les plus dominantes, des raisons socio-économiques à savoir l'idée ou le sentiment qu'on est préservé de l'accident qui n'arrive "qu'au voisin", ainsi le produit 4

5 d'assurance est toujours perçu comme un produit de luxe alors que le citoyen marocain cherche d'abord à satisfaire ses besoins urgents, la sécurité est à reporter. Mais il est force de souligner que la question religieuse était la plus marquante, et a préoccupé l'opinion des jurisconsultes musulmans entre pro et contre. Toutefois, en dépit de la minime participation de la conscience religieuse au "boycott" de l'assurance, les jurisconsultes musulmans se sont efforcés pour annihiler cet obstacle de religion, tantôt par réponse aux arguments d'illicéité par des arguments de licéité, tantôt par des essais de rapprocher le contrat d'assurances étant nouveau et sui generis- aux contrats reconnus licites par la loi musulmane, et récemment en instaurant un nouveau régime d'assurance islamique, ayant vocation à être conforme aux préceptes de la Chari'a. Pour aborder ce sujet de "contrat d'assurance et l'islam", nous essayons de répondre à la problématique suivante: - Quelles qualifications requiert le contrat d'assurance de la part des jurisconsultes musulmans? - Quel est la position de l'islam à propos du contrat d'assurance? - Quelle alternative islamique serait apte à pallier à la formule commerciale d'assurance? Pour répondre à cette problématique, nous avons opté pour le plan suivant: Partie I : Qualification islamique du contrat d assurance Section 1 : les positions des jurisconsultes musulmans Section 2: Le contrat d'assurance par analogie juridique Partie II: Takaful alternative islamique à l'assurance commerciale 5

6 Section 1: Fondements d'assurance TAKAFOUL Section 2: les critères de l'assurance islamique Partie I : Qualification islamique du contrat d assurance Etant une nouveauté introduite par des étrangers, le contrat d assurance était pour plusieurs jurisconsultes musulmans une «Bid a» n ayant pas requis l admission de certains d eux, mais pour certains d autres, ils ont pris la peine de chercher la similitude entre ce «nouveau contrat» et les contrats régis par la Chari a pour faire glisser la police d assurance sous cette catégorie légitime de contrats pour qu elle en acquiert sa légitimité. Il est donc opportun de présenter les positions des deux groupes de jurisconsultes musulmans (section 1) ainsi que leurs arguments dont ceux des pro-contrat d assurance à savoir le rapprochement entre ce contrat et les autres contrats admis par la Chari a (section 2). Section 1 : les positions des jurisconsultes musulmans Leurs positions se balancent entre licéité et illicéité, autres admettent la légitimité de certaines formules de contrat d assurance sans autres. A/ les thèses d illicéité du contrat d assurance Les partisans de ce courant font la majorité, ils disent de la prohibition du contrat d assurance pour les raisons suivantes : 1. Le contrat d assurance comporte un pari C est la non proportionnalité entre le montant des primes et la prestation de l assureur qui font comporter le contrat d assurance le pari, ainsi un souscripteur d une police d assurance pour la couverture d un 6

7 risque quelconque s engage de verser des primes, il se peut qu il ne verse qu une annuité, et si le risque survienne l assureur se trouve dans l obligation d assumer la couverture intégrale du risque, ou dans le cas inverse, l assuré peut payer ses primes pour des années, et ne jamais bénéficier de la garantie (compte tenu de l éventualité de survenance du risque) ce qui s avère improportionnel; il y a donc un déséquilibre entre les prestations des parties, c est cette prise de risque rémunérée par le profit qui fait de l opération d assurance un pari, et par conséquent la police d assurance est un contrat non valide du point de vue de cette thèse, que nous croyons puisait sa base dans la Chari a dans le verset 188 de Sourate «AL BAKARA» : و ل تأكلوا أموالكم بينكم بالباطل و تدلوا بها إلى الحكام لتأكلوا فريقا من أموال الناس بالثم و انتم تعلمون Ainsi, l opération d assurance constitue une opération rusée qui aboutit à la spoliation de l argent des autres. Des statistiques précises menées par un expert allemand ont prouvé que le montant des dédommagements payés aux assurés ne représente que 2.9 % des primes payées par les assurés. 2. Le contrat d assurance comporte une confrontation du destin divin Selon cet argument, la souscription d une police d assurance est une brave confrontation de la destination de l assuré ou bénéficiaire, c est comme s il s immunise contre la volonté du Dieu en versant des primes, cet esprit est plus accentué quand il s agit d une assurance vie. Nous trouvons que cette raison n est pas un solide argument pour dire de l illicéité du contrat d assurance, qui n a pas pour vrai objet l immunité contre le risque, puisque l assureur n est pas en mesure d épargner son assuré contre l aléa indomptable, mais plutôt de lui prêter assistance à surmonter et se débarrasser des séquelles négatifs d un 7

8 événement malheureux, ce qui ne se contredit guère avec l esprit de l Islam, mais au contraire il requiert la qualification «MANDOUB» du point de vue de la Chari a, et ce d après Sourate «AL MA IDA» :» و تعاونوا على البر و التقوى ول تعانوا على الثم والعدوان «Voire nous pouvons nous aventurer et affirmer qu un souscripteur d un contrat d assurance est plus pieux que celui qui l évite, car le premier croit vraiment en Dieu et en bon et mauvais destin (les piliers de croyance «AL IMLANE»), ainsi il a respecté une disposition coranique suscitée- en recourant à l entraide pour rétablir son préjudice. Ainsi, un assuré peut être assimilé à un malade poursuivant un traitement médical, peut-on dire que ce patient est entrain de défier le destin divin?! Biensûr que non, vu que les percepts de la Chari a incitent à se guérir (inna allah khala9 adda2a wa khala9a addawa2) ; et concernant le mutisme de la Chari a sur l assurance, il ne peut être interprété par un rejet, voire même on peut énoncer sa licéité par analogie au traitement médical, salutaire du point de vue de chari a. 3. le contrat d assurance est un contrat aléatoire L aléa qui est une condition sine qua non pour l assurabilité d un risque. Cet aléa résulte de différents aspects de l opération d assurance, à savoir : incertitude quant à la survenance du risque, l indéterminabilité de l objet du contrat constitué par la garantie, l assureur n est pas en mesure de définir le montant de sa prestation mise à part des assurances de capitalisation-, imprécision de l étendue de la prestation de l assuré, il est dans l impossibilité de connaître le montant total des primes à verser. L assurance sous toutes ses formes, revient à un jeu de chance. On vous dit : donnez une telle somme. S il vous arrive un sinistre, on vous donnera ceci. Ce qui est le vrai jeu de hasard. L établissement d une différence entre l assurance et le jeu de hasard est un entêtement que 8

9 rejette tout esprit sain, dans la mesure où, même les assureurs, reconnaissent que l assurance implique le jeu de hasard, un aléa. L aléa est un événement futur incertain influant les prestations des cocontractants de telle sorte que ces derniers s engagent en méconnaissance de l importance et de l étendue de leurs prestations, qui peuvent être dérisoire pour une partie et lourde pour l autre. C est ce déséquilibre contractuel éventuel et cette ignorance de son obligation que بيوع aléatoires" la Chari a essaye d éviter en prohibant les contrats يا أيها الذين امنوا إنما الخمر و الميسر و النصاب و الزلم رجس من " عمل الشيطان فاجتنبوه لعلكم تفلحون" سورة البقرة أية 90 "الغرر 4. le contrat d assurance est usuraire Le contrat d assurance stipule la vente d une somme d argent contre une autre somme inférieure ou supérieure avec l ajournement de la remise de l une des deux objets de l échange ; elle implique donc l usure de surplus et l usure d ajournement. En effet, les assureurs encaissent l argent des clients et promettent de leur rembourser une somme supérieure ou inférieure en cas de sinistre couvert par le contrat. Ce qui est la vraie usure interdite par le Coran dans de nombreux versets. L usure se manifeste à doubles reprises : - Dans les assurances de personnes dites de «capitalisation»l usure paraît à travers l anatocisme pratiqué par les compagnies d assurances quant aux assurances vies, appelé communément la technique des intérêts composés consistant à l'ajout à la fin de chaque période (semestre/an) l'intérêt simple de la période au capital, et à la période suivante, l'intérêt simple sera calculé sur le capital augmenté des intérêts de périodes antérieures. - Ainsi le souscripteur d une assurance vie verse des primes qui seront capitalisées et productives d intérêts, ces derniers seront également 9

10 capitalisés et produiront d intérêts. Ce sont ces intérêts indus qui constituent l usure entachant de nullité le contrat d assurance du point de vue islamique. - Dans les assurances dommages dites «d indemnisation», l usure se manifeste à travers le versement de l assureur d une prestation qui peut être largement différente de la somme des primes versées, soit en hausse au détriment de la compagnie, soit en baisse au détriment de l assuré. Cette différence de prestations reste injustifiée et interdite par la Chari a. L usure enveloppe l opération d assurance, depuis la conclusion du contrat jusqu à placement par la compagnie des primes pour les fructifier, ces dernières peuvent être investies dans des placements usuraires ; Toutefois des jurisconsultes musulmans considèrent que ce placement reste indépendant du contrat et ne peut entacher d usure ce dernier. B/ Les thèses de licéité du contrat d assurances : Les partisans de cette thèse soutiennent que l esprit d assurance et sa finalité ne peuvent qu être admis voire préconisés par l Islam ; toutefois une certaine relativité recouvre leur position ; Ainsi ils distinguent entre le système mutuel purement conforme à la Chari a -depuis qu il aide à dédommager une victime d un préjudice, à soutenir un responsable d un dommage, ou à consoler une famille ayant perdu un cher pouvant être son unique source de revenu, une telle mutualité ne fait objet d aucune contestation-, et le système assurantiel commercial procurant d énormes bénéfices pour la compagnie d assurance, ces bénéfices injustifiés par les opposants sont justifiés par les partisans par le fait qu il s agit d une organisation ayant des dépenses et des frais de gestion d un service fourni dans l intérêt de la société, et si jamais il y a des pratiques illicites telles que des placements usuraires ou insertion de clauses comportant usure, seulement ces clauses ou ces placements sont interdits et nuls, le contrat 10

11 d assurance en son entier est valide. Les tenants de la thèse licite renforcent leur position par les arguments suivants : 1. Le principe de la licéité des contrats Cet argument dit que l origine des contrats en Islam est la licéité et la permission, c est dire que la liste des contrats nommés spécifiquement réglementés par la Chari a (vente, dépôt, donation, société ) n est pas limitative, elle est toujours tolérante à l ajout de nouveaux contrats tant que l Islam respecte la volonté contractuelle et sous réserve de la validité de leur fonds et leur conformité aux principes de la théorie générale des contrats en Islam à savoir l intégrité du consentement, la licéité de l objet et de la cause du contrat etc en tenant la disposition du Hadith du prophète salut et prière à son âme : "كل شرط ليس في كتاب الله تعالى فهو باطل " Et ce dans un objectif d être innovant pour accompagner les nouveaux besoins de la vie modern المصالح المرسلة, tout en respectant la Chari a, tel est le cas du contrat d assurance, qui est nouveau et sui generis, ce qui était un motif pour prononcer son illicéité par les tenants de la thèse illicite, ainsi cet argument du principe de licéité des contrats est une riposte audit motif. 2. le principe d entraide et de l intérêt social Ce principe consacré par la Chari a puise son fondement dans و تعاونوا على البر و التقوى ول تعانوا على : Coran plusieurs passages du : Hadith et du الثم والعدوان مثل المؤمنين في توادهم و تراحمهم و تعاطفهم كمثل الجسد إذا " "اشتكى منه عضو تداعى له سائر الجسد بالسهر و الحمى Ainsi, étant fondé sur un principe de mutualité, de prévoyance, de solidarité et d entraide d un groupe menacé de risques (la masse des assurés), le contrat d assurance trouve sa légitimité en ces aspects constituant sa philosophie, l aspect technique (compensation des risques, 11

12 intérêts, statistiques) contesté par les opposants de l assurance- ne fait qu organiser et promouvoir les aspects sociaux. Il est plus opportun selon cette thèse- de concevoir le contrat d assurance de cette façon, en dépassant le rapport assureur/assuré au rapport assuré/ masse d assurés, ou l assureur ne sera qu un intermédiaire organisant cette opération technique et veillant à la protection de leurs fonds, le risque ainsi n est pas supporté par l assureur mais par la masse des assurés. S avère donc d après les partisans de cette thèse- que la noble finalité de l assurance et la tolérance de l Islam de créer de nouveaux contrats (puisque le principe est la licéité), et la conformité du contrat d assurance aux préceptes de la Chari a. Toutefois, les opposants du contrat d assurances apportent une certaine relativité à leur position, du moment qu ils prononcent la licéité de la mutualité, et des assurances obligatoires, ils tombent ainsi dans la contradiction puisque les fondements de ces derniers sont les mêmes que le système assurantiel commercial. Un autre essai pour argumenter la licéité ou l illicéité du contrat d assurance, consistait à établir (par les pro-assurances) ou désétablir (par les opposants) une analogie juridique entre ce contrat nouveau et les contrats nommés de la Chari a. Section 2: Le contrat d'assurance par analogie juridique Convaincus par le fait que le statut licite ou illicite de tout comportement socio-individuel nouveau reste profondément influencé par le raisonnement analogique lié à l'impératif religieux d'éviter le Harâm, les grands docteurs de la loi islamique ont entamé une tentative de confrontation de ce contrat avec des contrats dont la légitimité est établie par la Chari'a. et dont essentiellement: A/ Contrat d'assurance et contrat de louage 12

13 On distingue le louage de choses et le louage de services et de travail, ainsi, s'agissant d'une fourniture de service, il sera principalement question de louage de services et de travail. L'article 723 du DOC définit ce contrat comme étant "un contrat par lequel l'une des parties s'engage, moyennant un prix que l'autre partie s'oblige à lui payer, à fournir à cette dernière ses services personnels pour un certain temps ou à accomplir un fait déterminé". Quand à lui, le contrat d'assurance est défini par l'article 1 er du code des assurances comme étant "la convention passée entre l'assureur et le souscripteur pour la couverture d'un risque et constatant leurs engagements réciproques". Dans cette analogie, l'assureur serait locateur de services, l'assuré locataire de services et la prime serait loyer. Le principe s'avère le même: mettre un service à la disposition de son cocontractant moyennant payement. Mais, la loi musulmane conteste la notion d'objet, remplit-il- les mêmes critères dans les deux contrats? L'assureur loue à l'assuré son ingéniosité, son organisation et sa disponibilité pour faire face, à un risque. Toutefois si l'assuré paie le loyer alors que le préjudice est probable, l'assureur est donc payé sans objet. Les jurisconsultes musulmans contestent l'aléa "gharar" et l'indérminabilité de l'objet de contrat d'assurance, consistant en la réparation du dommage; cette réparation est conditionnée par la survenance d'un dommage, ce dernier est conditionné par l'avènement d'un risque purement aléatoire, ainsi on ne sait ni la valeur ni le moment de réparation-si jamais il en a eu une- étant l'objet du contrat. Par contre, le contrat de louage pour qu'il soit valablement conclu, son objet doit être: existant, possible ou exécutable, déterminé ou déterminable. 13

14 Ils insistent sur l'existence et la déterminabilité de l'objet au moment de la conclusion du contrat, pour des raisons de défense de l'équilibre de prestations entre les parties, d'éviter tout litige provoqué par vice de consentement découlant d'ignorance exagérée; et la connaissance résulte de: la vue, la description ou désignation, ce qui est pas permis en cas d'assurance. Quand à l'aspect aléatoire, les jurisconsultes musulmans partisans de la licéité du contrat d'assurance, il le rejette comme viciant le contrat, aux motifs suivants: - le vrai objet du contrat d'assurance n'est pas tellement ladite réparation, mais plutôt un statut légal (assurance obligatoire) facilitant l'exercice d'une activité, ou encore la dissipation de l'inquiétude: l'assuré achète un sentiment de sécurité. - Le contrat d'assurance comporte une période rigoureusement déterminée, pouvant durer une année ou une vie humaine ou un laps de temps plus ou moins long, mais toujours connu à l'avance. La situation se rapproche beaucoup plus de la notion de condition suspensive. - Il y a des situations juridiques du même genre et qui sont admises par la loi musulmane: la recherche et récupération des chameaux perdus ou errants, moyennant payement. - La définition elle-même de "gharar" dans les dictionnaires de langue arabe, il signifie la tromperie d'une personne par exploitation frauduleuse de son ignorance, son expérience ou sa bonne foi; ce qui n'existe guère en contrat d'assurance, l'assuré est un majeur agissant en pleine capacité, en bonne connaissance de cause; et dans la "Touhfa", Ibn Assim affirme "la vente conventionnelle de ce dont la substance est ignorée, vaut, que le prix en soit dérisoire ou élevé" 14

15 و بيع ما يجهل ذاتا بالرضا بالثمن البخس أو الغالي مضى B/ le contrat d'assurance et contrat de caution En droit musulman la caution recouvre 2 aspects: 1) La KAFALA: qui est l'engagement de présenter le débiteur à l'échéance ou au moment où il est requis par le juge ou le créancier. 2) DAMANE: qui l'engagement du garant à payer la dette. Seule la deuxième application se prête à la comparaison avec le contrat d'assurance, puisque l'assureur s'engage à garantir l'assuré en cas de survenance de risques. Toutefois cette confrontation ne peut aboutir pour deux raisons: - L'engagement à ce qui ne s'impose pas (dette) n'est pas obligatoire. - Le contrat de caution est plutôt un acte de piété envers Dieu, il relève du domaine de Îbadat, et non pas Mouâmalat, ce qui exclut toute idée de rémunération humaine (tout comme l'aumône). Ainsi, étant un contrat, il le contrat d'assurance se base sur le consentement mutuel, et si par analogie ce contrat ce rapprochera du contrat de caution, la caution/ assureur doit échanger le consentement avec le débiteur principal/ responsable de dommage; toutefois, en contrat d'assurance ces deux parties ne se connaissent même pas (à moins qu'il s'agisse d'une assurance RC): la personne qui réalise le risque, et qui doit réparation à la victime, peut se trouver dans une situation d'ignorance de l'assureur, encore plus, elle reste étrangère ou tierce au contrat d'assurance. Le Rite Malékite adopte une position nettement différente: il considère que la validité du contrat de caution est soumise principalement à l'accord du bénéficiaire de la garantie "l'assuré", quand à l'accord du responsable du dommage, il est secondaire. 15

16 Une autre discordance entre les deux contrats est la rémunération: La caution est un acte juridique gratuit, il relève des aspects d'entraide et de solidarité entre les croyants face aux difficultés attaquant autres coreligionnaires, ce qui le fait sortir du cercle des actes lucratifs. Mais quand la caution devient professionnelle, elle entre dans ce cercle, et sa rémunération ne devient plus indécente; puisqu'elle entraînera une organisation et mutation en fonction économique et sociale. On peut solennellement affirmer que tout essai de rapprochement entre le contrat d'assurances et les contrats de louage ou de caution tels que régis par la Chari'a sont en vain, le contrat d'assurance est un contrat nouveau et sui generis ne tolérant aucune insertion sous l'égide d'autres contrats. Reste à ce que ce contrat bâti sur des fondements d'entraide et de solidarité, à ce qu'il soit conforme aux directives de la loi musulmane, ce souci a donné naissance à une formule islamique d'assurance dite TAKAFOUL. Partie II: Takaful alternative islamique à l'assurance commerciale La takaful est née du besoin d'une banque islamique soudanaise d'assurer ses opérations, le tout conformément aux principes de la charia ou loi islamique. La banque a créé à cet effet une compagnie d'assurances islamique en A partir de là, d'autres compagnies ont vu le jour principalement au Moyen-Orient. Ce n'est qu'en 1984 que les Malaisiens vont prendre le relais et lancer la takaful qui va connaitre un certain essor. Les récents développements dans la takaful sont la résultante de plusieurs facteurs: - la hausse vertigineuse et régulière des prix du pétrole qui se traduit par un excédent de liquidités cherchant des opportunités d'investissement. 16

17 Cela a permis le développement de la finance islamique. La takaful intervient comme une activité complémentaire pour l'offre financière islamique ; - révolution sociologique qu'ont connue les pays et les communautés musulmans en Europe et dans les pays d'accueil durant les dernières années avec un retour a plus de pratique religieuse et une volonté de vivre harmonieusement avec ses croyances. Section 1: Fondements d'assurance TAKAFOUL Le terme TAKAFUL est synonyme de garantie mutuelle ou indemnisation entre membres d un groupe. C'est un concept d assurance basé sur la Coopération, la Protection et sur l aide réciproques entre les groupes participants, une alternative islamique à l assurance traditionnelle. Ses principes sont : A/Faire des contrats sous forme de donation pour l intérêt mutuel des participants - Une conception de contractualisation de police d assurance conforme à la charia islamique prévoit que les clauses de police d assurance soient à la fois précises et claires et ne peuvent faire l objet d interprétations fastidieuses. - Les règles de l islam interdisent toute transaction supposant le paiement d intérêt (usure). Ainsi, les contrats commerciaux qui se fondent sur des résultats indéterminés ou incertains, ne sont pas acceptables par l islam. - Cette règle s applique aux contrats d assurances qui sont des arrangements commerciaux. Toutefois, les donations sont jugées acceptables par la plupart des écoles islamiques, même si leurs résultats sont incertains ou indéterminés. Pour être acceptable, le contrat 17

18 d assurance doit être converti en contrat de donation. Pour cela, l assuré déclare clairement son intention de faire don de tout ou partie de la prime qu il a souscrite à l ensemble des assurés. B/ le statut d assureur ou l opérateur est plutôt de celui de ""Gestionnaire du Risque A but non lucratif, l assurance islamique ne poursuit pas un but commercial synonyme d intérêt dans la prestation de service. «Le seul gain réalisé est la différence entre le montant global des souscriptions et celui des dédommagements qui se traduit par une augmentation d actifs et non par un gain effectif». Son objectif premier consiste à donner à ses adhérents le meilleur service d assurance et au meilleur coût..c/ Placement dans des fonds acceptés par la Chari a Les placements se font auprès d institutions financières islamiques, à travers des investissements dans de projets de développement ou des modes de financements islamiques tels : «Musharaka» et «Mudharaba» En prohibant les investissements non éthiques, à savoir : interdiction d investir dans l armement, dans les distilleries (alcool), dans les entreprises productrices de tabac. D/La redistribution des bénéfices (répartition). Les assurés au sein de la compagnie bénéficient en fin d exercice comptable de dividendes sur les opérations exclusives d assurance (taux à distribuer déterminé par un conseil d administration). Toutefois, en cas de résultats négatifs, la compagnie se réserve le droit de demander à ces derniers d effectuer un paiement additionnel afin d équilibrer les comptes. Section 2: les critères de l'assurance islamique A/ les critères des compagnies d'assurance islamique Takaful 18

19 1. Conseil religieux indispensable (minimum 3 membres): Les conseillers religieux doivent avoir des connaissances dans le domaine de la jurisprudence appliquée aux transactions financières. Ils doivent aussi être connus et reconnus par leurs pairs, être flexibles et ouverts d esprit pour proposer des solutions conformes a la Chari a. 2. Sur le plan de l organisation interne, la mutuelle ou «Takaful window» doit avoir une gestion totalement autonome de la société ou du groupe qui en est le promoteur; le souci ici est d éviter la contamination et/ou la banalisation des produits Takaful et leur dissolution au sein de la gamme de produits conventionnels offerts par la société conventionnelle. Une équipe de techniciens et de vendeurs motivés, dynamiques, mais surtout acquis aux principes du Takaful doit être constituée. 3. Dans le cadre d une «Takaful window», il y aura lieu d affecter un capital à l opération. Il sera investi dans des instruments acceptables du point de vue religieux. Si une société nouvelle est constituée, il faudra se conformer au Code en matière d investissement, d où le risque de revenus illicites. La loi s impose, mais il s agira de purifier par la suite ces revenus illicites en les consacrant à des œuvres de charité. 4. Les normes comptables à adopter seront celles de l IFRS et de l Auditing and Accouting Organization of Islamic institutions (AAOIFI). 5. Il y a nécessité impérieuse de séparer les fonds des actionnaires et des sociétaires et de préparer deux bilans et deux comptes de résultat conformément aux normes AAOIFI 6. - Le surplus : la mutuelle doit s engager à distribuer le surplus a ses sociétaires. Il y a deux options acceptables du point de vue de la Shari a : distribuer à tous, sans exception ; ou distribution à ceux qui n ont pas eu de sinistres (bonus payé en numéraire ou par chèque) ; cela sera la meilleure publicité pour le Takaful ; 19

20 Les actionnaires n ont nullement le droit de bénéficier du profit technique (surplus). En cas de perte technique, les actionnaires avancent un prêt sans intérêt au fond des sociétaires, remboursable sur les profits techniques futurs. B/ les critères des contrats d'assurance islamique Comme dans l assurance traditionnelle, il y a deux genres principaux de Takaful: Général (non vie) et Famille (vie), distribués à travers plusieurs modèles, dont les 2 essentiels: 1. Al Moudarabah: Un contrat islamique de participation aux bénéfices, c'est un pourcentage dans les profits repartis entre l opérateur et le fonds des sociétaires, après déduction de toutes les charges techniques, frais de gestion et autres frais généraux 20

21 2. Al Wakala: Un contrat islamique basé sur la cotisation exprimée en pourcentage des primes, décidée annuellement et d avance et rémunérant directement les frais de gestion de l opérateur. Modèle identique de wakala pour tous les plans, groupe ou individuel. Le contrat de wakala est le même pour les opérations de souscription ou d investissement. L idée de base est que l adhérent à un système de solidarité verse par tranches une somme donnée entre 20 et 60 ans. S il décède avant l age de la retraite, les héritiers légitimes reçoivent le montant du principal versé jusqu à la date du décès, les bénéfices accumulés à cette date et la somme que le décédé aurait payé s il avait vécu jusqu à l âge de 60 ans. Ce dernier montant est déduit des bénéfices modaraba de tous les autres participants au système, d où le terme de solidarité. Dans le cas ou il ne décède pas avant l âge de la retraite, le principal et les bénéfices accumulés sont réglés à l adhérent à l âge de 60 ans. 21

22 CONCLUSION Comparaison entre assurance et Takafoul Point Commerciale Mutuelle Takaful Principe d organisation Bénéfices pour les actionnaires/ Mutuelle pour les assurés Mutuelle pour les participants transfert de risque Proposition debénéfices pour les Abordabilité Abordabilité et valeur actionnaires pour les assurés satisfaction spirituelle Lois Séculaires / Séculaires / Sharia plus Règlements Règlements règlements Capital Actionnaires Primes initiales L opérateur fournit le capital de départ. Pas de capital versé pour le fonds TT Propriété Actionnaires Assurés Participants Gestion Gestion par la société Gestion par Opérateur nomination 22

23 Type de Echange Partage Coopératif, contrat commercial / contratmutuel de Contrats de compensation -risques avec desislamiques de Wakala adhésion aspects deou Mudarabah avec principes dedes donations contrat Tabar ru commercial Investissem Fonds propres / Fonds Fonds propres ents emprunt pas depropres / conformes à la restrictions emprunt pas desharia / pas d intérêts restrictions Excédent Compte des Compte descompte des actionnaires assurés participants - frais d exécution pour l opérateur 23

24 BIBLIOGRAPHIE - القران الكريم - محمد مصطفى الزرقاء "نظام التامين حقيقته و الرأي الشرعي فيه" مؤسسة الرسالة د. يوسف عبد الفتاح "عقود التأمينات في الفقه السلمي و القانون" المجلة المغربية لقانون و اقتصاد التنمية قانون و ممارسة التامين - العدد : "موقف فقهاء السلم من عقد التامين التجاري" -- محمد جوهر ص 15 - المجلة المغربية لقانون و اقتصاد التنمية قانون و ممارسة التامين - العدد Essai de définition du contrat d'assurance à la lumière du droit "81 --musulman" Mohammed DRISSI ALAMI 24

25 - Dahir n du 3 Octobre 2002 portant promulgation de la loi n 17/99 portant code des assurances marocain, publié au BO n 5054 du 7 Novembre Romain LAVIELLE "Histoire de la mutualité", Hachette Farid HATIMY " Les assurances de personnes aux Maroc à l'heure de mondialisation" 25

Inspiring a new Islamic Finance generation

Inspiring a new Islamic Finance generation Inspiring a new Islamic Finance generation RENDEZ-VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE Quels relais de croissance pour un développement durable de l assurance? Casablanca, 16 et 17 avril 2014 Panorama des

Plus en détail

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe.

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe. Qu est ce que la finance islamique (FI)? La Finance Islamique est l ensemble des instruments financiers qui ont été adoptés suivant les principes de l islam. La FI généralement réduite à l interdiction

Plus en détail

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Roland Zaatar CHEA 1 Takaful Les Principes de l Assurance Islamique Naissance du Takaful Définition Takaful vs Assurance Modèles et Structures d une

Plus en détail

La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente.

La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente. La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente. Si l'intérêt pour les personnes sous tutelle et surtout ceux sans familles ou dont les parents sont vieillissants est évident,

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie.

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie. - 37 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Article 1 er Article 1 er Code des assurances I.

Plus en détail

Takaful «assurance islamique» Comme alternative à l assurance traditionnelle

Takaful «assurance islamique» Comme alternative à l assurance traditionnelle Takaful «assurance islamique» Comme alternative à l assurance traditionnelle LEZOUL Mohammed Lezoul_med@yahoo.fr Université d Oran Introduction Les assurances ont pris une place importante dans la vie

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales»

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» Juillet 2015 Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» La présente note a pour objet de faire le point sur le cadre juridique applicable à la création de «mutuelles communales»

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

L ASSURANCE TAKAFUL EN FRANÇE ET AU MAROC

L ASSURANCE TAKAFUL EN FRANÇE ET AU MAROC L ASSURANCE TAKAFUL EN FRANÇE ET AU MAROC Hicham EL HABBOULI Doctorant ED SHOS Rennes I Contrat Assurance takaful L adaptation de l assurance conventionnelle à la sharia (droit islamique) fut encouragée

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance?

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? 1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? Parce ce que je suis exposé à des risques dont les causes sont multiples et les conséquences imprévisibles. 2. Que signifie la notion de risque?

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL Approuvés par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements contractuels

Plus en détail

Financement Ijarah Muntahia Bittamleek (Location-Achat)

Financement Ijarah Muntahia Bittamleek (Location-Achat) Financement Ijarah Muntahia Bittamleek (Location-Achat) Introduction Ce document décrit les règles et procédures à suivre pour la gestion des demandes (des clients de la banque) de financement en contrat

Plus en détail

Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam

Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam Groupe Eyrolles, 2004 ISBN 2-7081-3510-4 Comprendre l islam Les banques islamiques La charia (le droit islamique) interdit

Plus en détail

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE PREMIER TRAVAIL (6 points) 1.1- Prise en charge des dommages matériels du véhicule de Nicolas MARTIN Au titre

Plus en détail

Délibération n 2010-80 du 1 er mars 2010

Délibération n 2010-80 du 1 er mars 2010 Délibération n 2010-80 du 1 er mars 2010 Refus d assurance nationalité recommandation Un assureur refuse la souscription d un contrat d assurance-vie à un Iranien, résident de longue durée en France. Il

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte en vigueur. Texte de la proposition de loi. Propositions de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte en vigueur. Texte de la proposition de loi. Propositions de la commission - 37 - TABLEAU COMPARATIF Texte de la proposition de loi Proposition de loi visant à permettre la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance-vie non réclamés et en déshérence Proposition de loi

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE ET ACCIDENTS CORPORELS Contrats La Sauvegarde n Z150235.001P

NOTICE D INFORMATION ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE ET ACCIDENTS CORPORELS Contrats La Sauvegarde n Z150235.001P La Fédération Française EPMM Sports pour Tous a souscrit, à compter du 1 er septembre 2010, un contrat d assurance Responsabilité Civile et Accidents Corporels auprès de la compagnie d assurances La SAUVEGARDE,

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement (EPL)

Encouragement à la propriété du logement (EPL) Encouragement à la propriété du logement (EPL) Guide explicatif concernant la demande d un versement anticipé Objectifs de ce document Ce document, qui complète la formule "Demande de versement anticipé"

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages ASSURANCE ASSURANCE...1 1. Assurances de dommages...1 2. Assurances de personnes...2 3. Coassurance...2 4. Courtier d'assurances...2 5. CRM...3 6. Expertise...3 7. Indemnisation...4 8. Multirisque...4

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Assurance facultative d indemnités journalières Selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA)

Assurance facultative d indemnités journalières Selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Assurance facultative d indemnités journalières Selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DU CONTRAT PLURIO CAPITAL MI-02. document contractuel

NOTICE D INFORMATION DU CONTRAT PLURIO CAPITAL MI-02. document contractuel NOTICE D INFORMATION DU CONTRAT PLURIO CAPITAL MI-02 document contractuel A effet du 1 er janvier 2015 DISPOSITIONS COMMUNES 1. Objet du contrat et définitions 1.1 Objet 1.2 Définitions En application

Plus en détail

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Article juridique publié le 06/01/2013, vu 5101 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Moyens d actions des créanciers

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

I -Assurance de dommage :

I -Assurance de dommage : I -Assurance de dommage : A- Définition : C est l assurance fondée sur le principe indemnitaire qui garantit l'assuré contre les conséquences d'un évènement pouvant causer un dommage à son patrimoine,

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence

Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence Après un bref rappel des faits et de la procédure (I), il sera démontré le droit à participation aux bénéfices générés par le contrat d assurance

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

Conditions générales vente en ligne

Conditions générales vente en ligne Page 1 de 6 Conditions générales vente en ligne Article 1 Introduction 1.1. D une part, les présentes conditions générales règlent l utilisation du site de vente ayant pour url www.jungheinrich.be/webshop

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique II Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

Mohammad Patel MOHAMMAD PATEL. Les règles énoncées dans ce mini-guide sont avant tout conformes à l'approche juridique des savants hanafites

Mohammad Patel MOHAMMAD PATEL. Les règles énoncées dans ce mini-guide sont avant tout conformes à l'approche juridique des savants hanafites Mohammad Patel MOHAMMAD PATEL Les règles énoncées dans ce mini-guide sont avant tout conformes à l'approche juridique des savants hanafites الرحيم الرمحن اهلل بسم QU'EST-CE QUE LA ZAKATE? La zakâte un

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT En principe, l'accord sur la chose et sur le prix vaut vente; mais toutes les conditions d'une vente sont rarement réunies lorsque les parties

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples Attention au piège des contrats d assurance vies multiples décembre 2014 L une des raisons qui rendent attrayants les contrats d assurance-vie détenus par des sociétés, c est la possibilité de produire

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014, 15.04.2014 page 1/14 Sommaire 1.

Plus en détail

L adoption internationale à l épreuve de l immigration : le cas de la kafala islamique au Québec et en France

L adoption internationale à l épreuve de l immigration : le cas de la kafala islamique au Québec et en France L adoption internationale à l épreuve de l immigration : le cas de la kafala islamique au Québec et en France Conférence prononcée à l INRS Montréal, le 14 janvier 2013 Harith AL-DABBAGH Chercheur post-doctoral

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

PROTECTION INVISIBLE.

PROTECTION INVISIBLE. PROTECTION INVISIBLE. Partenaire de votre réussite aujourd hui et demain! BGA GROUPE FINANCIER 1 À PROPOS Depuis maintenant 25 ans, BGA Groupe Financier offre des produits adaptés aux besoins de sa clientèle.

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr PROTEGER LE CONJOINT SURVIVANT Testament complétant la donation entre époux 1 La donation entre époux, associée à un testament, permettra de léguer à titre particulier, et de fait de définir, du vivant,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES CONDITIONS GENERALES DE VENTE ACTIVITE DE COMMERCIALISATION EN LIGNE DE L ASSOCIATION TERRE ET COTE BASQUES 1 S O M M A I R E Article Préliminaire Définitions... 3 Article 1 - Application et Opposabilité

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail