Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse"

Transcription

1 Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale suisse Méode e conceps Renseignemens: Pierre Sollberger, OFS, Secion Srucure analyses économiques, él.: N de commande: Espace de l'europe 0 CH-200 Neucâel

2 2/8

3 Table des maières Inroducion 5 2 Définiions 6 2. La recerce e développemen La capialisaion des dépenses de R-D Les sources de données sur la R-D en Suisse 7 3. Processus de relevé en Suisse Les dépenses inérieures brues de R-D Méode d inerpolaion pour les données manquanes 8 4. Inerpolaion de la DIRD Inerpolaion d élémens éroiemen liés à la DIRD Des dépenses de R-D à la VPB de R-D 9 5. La «able de passage» Les composanes de la able de passage La DIRD Consommaion inermédiaire de services de R-D pour la producion de R-D Les dépenses en capial La consommaion de capial fixe e l excéden d exploiaion esimés par les services du capial Aures axes e aures subvenions à la producion De la VPB R-D à la FBCF R-D 2 6. Tableau des ressources e des emplois Les éapes du ableau des ressources e des emplois La problémaique des imporaions e des exporaions de R-D La capialisaion de la FBCF R-D 4 7. Les données nécessaires à la capialisaion La durée de vie de la R-D Les indices de prix Limiaions 6 9 Bibliograpie 7 Lise des abréviaions 8 Lise des Tableaux 3/8

4 Tableau T : Composanes de la VPB R-D aux prix de base e de la DIRD 0 Tableau T2 : Table de passage 0 Tableau T3 : Le ableau des ressources e des emplois 4 Scéma S : La R-D comme consommaion inermédiaire 4/8

5 Inroducion Il es largemen admis par les économises, les poliiciens ou les scienifiques, que la recerce e le développemen (R-D) consiue un élémen décisif de la croissance économique d un pays, conribuan ainsi au mainien e à l amélioraion de sa compéiivié inernaionale e du niveau de vie de ses résidens. Or, jusqu à mainenan, le sysème de compabilié naionale ne permeai noammen pas de mesurer l impac des dépenses de R-D à la croissance du produi inérieur bru (PIB). Afin de palier à cee lacune, il a éé décidé lors de la révision acuelle du sysème des compes naionaux d idenifier e de considérer les dépenses de R-D de manière à refléer leur impac sur l évoluion e le niveau du PIB. Jusqu à présen, les dépenses de R-D éaien considérées dans le sysème de compabilié naionale comme de la consommaion inermédiaire, au même ire que les aures dépenses couranes (elles que l élecricié ou le cauffage). Ces dépenses de R-D son désormais considérées comme des invesissemens. Un el raiemen revien à considérer les dépenses de R-D comme un capial qui paricipe au processus de producion. Une fois les dépenses en R-D capialisées, il es possible de mesurer leur impac sur la valeur de cerains agrégas comme le PIB, le sock de capial e sur leur évoluion. Ce rappor fai un éa des lieux des ravaux menés par l Office fédéral de la saisique (OFS) dans le cadre du processus de capialisaion des dépenses de R-D. Ces ravaux respecen le plus éroiemen possible l ensemble des recommandaions faies au niveau inernaional par les groupes d expers du domaine. Le capire 2 se consacre aux diverses définiions des conceps uilisés. Dans le capire 3, les différens relevés des données sur la R-D en Suisse son présenés ainsi que le principal indicaeur servan aux esimaions, à savoir les dépenses inérieures brues de R-D (DIRD). Ce indicaeur n éan pas disponible annuellemen, le capire 4 se focalise sur les méodes uilisées par l OFS afin de combler le manque de ceraines données. Les capires 5, 6 e 7 développen les éapes méodologiques permean de capialiser les dépenses en R-D, à savoir : l esimaion de la valeur brue de producion de R-D (VPB R-D ) (capire 5), le passage de la VPB R-D à la formaion brue de capial fixe de R-D (FBCF R-D ) (capire 6) e l inroducion de la FBCF R-D dans le sock de capial (processus de capialisaion) (capire 7). Ces rois capires consiuen les élémens cenraux de ce rappor. Enfin, le capire 8 clô ce documen en présenan les limies de ce premier exercice. En effe ces ravaux on un caracère exploraoire e les méodes d esimaion son vouées à se modifier, dans le bu d améliorer encore la qualié des mesures. Parallèlemen à ce rappor de méode, l OFS publie une analyse 2 des résulas de cee première capialisaion des dépenses de R-D au sein de l économie suisse, ainsi que ses impacs sur les principaux agrégas macroéconomiques (PIB e sock de capial). Ce rappor de méode s adresse à un public averi, ayan déjà des noions de compabilié naionale. Par conséquen, cerains conceps propres au sysème des compes naionaux ne seron pas sysémaiquemen expliqués. 3 Le sysème de la compabilié naionale es un recueil de recommandaions don l objecif es de permere une comparaison inernaionale des principaux résulas macroéconomiques des pays. La dernière version de ce recueil de recommandaions a éé édiée en 993 par différenes organisaions inernaionales («Sysème de compabilié naionale 993», Organisaion des Naions Unies (ONU), Banque mondiale, Fond Monéaire Inernaionale (FMI), Bruxelles/Luxembourg, New York, Paris, Wasingon D.C., 993) Afin de enir compe au mieux des cangemens observés de la réalié économique, ce recueil es révisé périodiquemen. L Union européenne a édié une version de ce manuel qui ien mieux compe des spécificiés des économies européennes (cf. Office saisique des communaués européennes (Eurosa), «Sysème européen des compes, SEC 995», Luxembourg, 996). La Suisse me en praique les prescripions du SEC Office fédéral de la saisique (OFS), «L appor à l économie suisse de la recerce e développemen vu par la saisique macro-économique Résulas préliminaires», Acualiés OFS, Neucâel, Pour des renseignemens plus exausifs sur le sysème des CN, le leceur es invié à consuler: «Une inroducion à la éorie e à la praique des Compes naionaux Méodes e conceps du SEC», Publicaion OFS, Neucâel, /8

6 2 Définiions Quelques définiions générales son nécessaires pour mieux comprendre le raiemen apporé aux dépenses de R-D dans ce exercice de capialisaion. Ce capire propose donc de clarifier cerains conceps els que les «domaines» couvers par la R-D (secion 2.) e la noion de capialisaion (secion 2.2). 2. La recerce e développemen La 6 ème édiion du manuel de Frascai (MF) 4, édié par l Organisaion de Coopéraion e de Développemen économiques (OCDE), consiue la référence première pour oue producion e analyse saisiques de la R-D. Le manuel de Frascai défini la R-D comme: «[...] les ravaux de créaion enrepris de façon sysémaique en vue d accroîre la somme des connaissances, y compris la connaissance de l omme, de la culure e de la sociéé, ainsi que l uilisaion de cee somme de connaissances pour de nouvelles applicaions.». Le manuel précise que le erme de R-D recouvre les rois domaines suivans:. la recerce fondamenale, 2. la recerce appliquée, 3. le développemen expérimenal. Ainsi, les dépenses de R-D son composées noammen des dépenses liées à la concepion e à la gesion des projes de recerce, à la fabricaion e aux essais des prooypes, de leur développemen jusqu au sade de leur fabricaion, de même que la consrucion e l exploiaion d insallaion piloes. En règle générale, cela concerne oues les dépenses relaives à la réalisaion de proje don l acèvemen nécessie une connaissance nouvelle, un progrès scienifique e/ou ecnologique e qui a comme bu de dissiper une inceriude. Par conséquen, cee définiion exclu les aciviés qui n on pas comme finalié la recerce ou qui ne son pas liées à un proje de recerce, comme les services de conseil ecniques ou scienifiques, les éudes markeing, les ravaux de normalisaion, ec. 2.2 La capialisaion des dépenses de R-D Cee noion couvre différenes éapes qui permeen de passer des dépenses de R-D enregisrées annuellemen à un sock de capial de R-D. Pour ce faire, 3 éapes son nécessaires 5 :. Le passage des dépenses de R-D à une esimaion de la valeur de producion brue de R-D. Ean donné que la séquence de compe des CN débue avec un agréga exprimé en ermes de valeur de producion brue, il es nécessaire d exprimer les dépenses de R-D de la sore afin de les incorporer dans ce agréga. Cee ransformaion de donnée es réalisée grâce à la «able de passage» (bridge able) présenée au capire Idenifier la par de la VPB R-D à considérer comme des dépenses d invesissemen (soi dans le jargon des CN, de la formaion brue de capial fixe de R-D). Cee esimaion es réalisée grâce au ableau des ressources e des emplois décliné au capire Finalemen, assembler l ensemble des FBCF R-D afin de calculer le sock de capial de R-D e l inégrer au sock de capial de l économie suisse déjà exisan. Cee esimaion du capial es possible grâce à la méode de l invenaire permanen, présenée dans le capire 7. L analyse de l impac de ces calculs peu êre faie à différens niveaux. Ainsi, l inégraion de la R-D dans la FBCF engendre une ausse du PIB. Elle affece égalemen le niveau du sock de capial de l économie 4 Organisaion de coopéraion e de développemen économiques (OCDE), Manuel de Frascai 2002: Méode ype proposée pour les enquêes sur la recerce e le développemen expérimenal, 6 ème édiion, Paris, Ces dernières années, différens ravaux on éé lancés au niveau inernaional pour proposer des soluions permean une inégraion de ce ype dans les CN. Ces ravaux on déboucé sur des recommandaions qui on éé publiées par l Organisaion de coopéraion e le développemen économiques (OCDE) «Handbook on Deriving Capial Measures of Inellecual Propery Producs», Paris, /8

7 suisse e l évoluion de la producivié mulifacorielle. Tous ces impacs son analysés dans l Acualié- OFS consacré à la émaique de la R-D. Ils ne seron pas expliciés plus en avan ici. 3 Les sources de données sur la R-D en Suisse Comme indiqué ci-dessus, les données disponibles sur la R-D en Suisse son collecées selon les prescripions du Manuel Frascai (MF). Ceci garani une comparabilié inernaionale des résulas e une consance dans le emps. Ce capire se propose de donner quelques indicaions sur le processus de relevés des données dans nore pays (cf. secion 3.) e sur le conenu d une imporane saisique (les dépenses inérieures brues de R-D) qui srucure ces données à des fins d analyses (secion 3.2). 3. Processus de relevé en Suisse Les données de base nécessaires à la capialisaion de la R-D exisen déjà en Suisse. La grande majorié de celles-ci proviennen des différens relevés relaifs aux dépenses de recerce e développemen. Le MF préconise de relever des données auprès de 4 seceurs naionaux, à savoir le seceur des enreprises, le seceur de l Ea, le seceur de l enseignemen supérieur e le seceur privé sans bu lucraif (Insiuions privées sans bu lucraif (ISBL)) 6. En Suisse, la collece de données s opère de la manière suivane: Enreprises privées: depuis 992, une enquêe es menée ous les 4 ans. 7 Confédéraion: les données son récolées par le biais de quesionnaires e gérées par ARAMIS, un sysème d informaion sur les projes de recerce réalisés ou financés par l adminisraion fédérale suisse. Ce relevé es réalisé ous les deux ans. Il perme d avoir égalemen accès aux données relaives aux quare insius de recerce du domaine des écoles polyecniques fédérales (EPF). Haues écoles: son concernées les universiés canonales, les EPF e les aues écoles spécialisées. Un relevé condui ous les deux ans perme de récoler les données via le sysème d informaion universiaire suisse (SIUS). ISBL: les données son esimées à l inerne par l OFS, ous les 4 ans. 3.2 Les dépenses inérieures brues de R-D Le principal indicaeur réalisé à parir des différens relevés R-D es un agréga appelé «dépenses inérieures brues de R-D» (DIRD). Cee saisique de synèse es éablie sur la base des dépenses de R-D des 4 seceurs menionnés précédemmen. La DIRD consiue l élémen de dépar de la capialisaion de la R-D. Ce agréga es composé de rois élémens :. les dépenses pour le personnel de R-D, 2. les aures dépenses couranes de R-D, 3. les dépenses en capial de R-D. Les dépenses en personnel engloben les salaires, les raiemens annuels, les frais connexes de personnel de R-D e les avanages divers els que les primes, les indemniés de congés payés, les coisaions aux caisses de reraie, ainsi que les aures versemens de sécurié sociale (monans brus). 6 Les ISBL son noammen les syndicas, les associaions de consommaeurs, les paris poliiques e les églises. 7 Des enquêes sur la R-D on éé conduies avan 992. Touefois, dû à des modificaions concepuelles majeures du camp de recerce avan 992, les données ne son guères exploiables acuellemen. 7/8

8 Les aures dépenses couranes recouvren, à l'exclusion des amorissemens, l'ensemble des frais encourus pour l'aca de maériaux, fourniures, équipemens divers qui ne fon pas parie des dépenses en capial (immeubles, insallaions e équipemens de R-D), les loyers, le leasing, ec. Les dépenses en capial concernen les dépenses occasionnées par l'acquisiion de errains, de bâimens, d'équipemens lourds e de gros maériel uilisés pour les ravaux de R-D. Les invesissemens recouvren égalemen l aca de logiciels séparémen idenifiables permean l exécuion de la R-D. Si ces invesissemens son égalemen uilisés à d'aures fins, on procédera à l'esimaion de la par d'uilisaion revenan à la R-D. 4 Méode d inerpolaion pour les données manquanes Comme menionné dans le capire 3, les relevés de R-D ne son pas réalisés sur une base annuelle. Or, les CN on besoin d informaions annuelles. Pour assurer une coninuié dans les séries de données, il es nécessaire de combler les années manquanes par le biais d un processus d inerpolaion. Ce capire présene la méode uilisée par l OFS pour esimer la DIRD oale pour les années où les informaions fon défau (secion 4.). Ce oal n es ouefois pas suffisan, car il fau égalemen connaîre les élémens consiuifs de la DIRD e leur évoluion dans le emps. Ce pas de calcul es présené dans la secion Inerpolaion de la DIRD La méode uilisée par l OFS afin d esimer la DIRD lors des années non couveres par une enquêe se présene sous la forme suivane: Soi, l année de la ième enquêe R-D. Soi n + = +, le nombre d années enre deux enquêes R-D. Soi Alors, PIB, la variable auxiliaire de l année, définie par le niveau du PIB nominal. i n+ DIRD PIB + + i+ DIRD = + i DIRD, i =,..., n i + + DIRD n PIB + + PIB + PIB + Le coix du PIB nominal comme variable auxiliaire repose sur l ypoèse que la DIRD es liée à l évoluion conjoncurelle. Ainsi, enre 2 bornes délimiées par deux relevés saisiques de la DIRD, l évoluion de cee dernière adope le même profil que l évoluion du PIB nominal, ajusé au aux de croissance annuel moyen enre les 2 bornes. Touefois, un décalage posiif d une année enre l évoluion des dépenses en R-D e l évoluion du PIB nominal es inrodui dans le processus d inerpolaion. Cela signifie que le aux de variaion de la DIRD pour l année es inerpolé à parir du aux d évoluion du PIB nominal de l année +. Cela a pour bu de refléer les décisions prises par les produceurs de R-D d invesir dans les projes de R-D qui se basen sur des prévisions (forecass) de l évoluion conjoncurelle. Une méode d inerpolaion nécessie d avoir 2 bornes. Par conséquen, les années 2005, 2006 e 2007 n on pu êre esimées que lorsque les résulas des dépenses de R-D 2008 on éé disponibles (ainsi que le niveau du PIB 2009). Cee méode génère donc une longue période d aene (maximum 4 ans) pour obenir de nouveaux résulas. 8/8

9 4.2 Inerpolaion d élémens éroiemen liés à la DIRD Les élémens consiuifs de la DIRD, comme par exemple les dépenses en capial (définies sous le poin 3.2), doiven égalemen êre inerpolés afin de procéder aux esimaions de la VPB R-D (Cf. secion suivane). Pour se faire, une méode quelque peu différene de la première es uilisée. Elle se base non seulemen sur l évoluion annuelle de la DIRD (précédemmen inerpolée), mais égalemen sur le cangemen de srucure des dépenses des élémens de la DIRD enre 2 relevés saisiques. La méode reenue par l OFS es la suivane : Soi E, un élémen consiuif de la DIRD l année de la ième enquêe R-D, Soi δ = E DIRD, la par relaive de E dans la DIRD l année de la ième enquêe R-D, Soi n + = +, le nombre d années enre deux enquêes R-D, Sacan que : τ δ δ n + = Alors : E +, l évoluion moyenne de la par relaive de E dans la DIRD enre les années d enquêe e +. ( ) + i = DIRD + i τ i + δ, i =,..., n + Ainsi, τ ien non seulemen compe de la par relaive de E par rappor à la DIRD, mais ien égalemen compe de l évoluion de cee par relaive duran l inervalle de emps délimié par les enquêes ulérieures e anérieures à l année éudiée. 5 Des dépenses de R-D à la VPB de R-D Comme indiqué précédemmen, ce exercice de capialisaion se fai par éapes. La première éape consise à ransformer les données relevées par l OFS en un agréga compaible avec les exigences des CN. Pour ce faire, les dépenses de R-D son paramérées de manière à pouvoir êre finalemen exprimées en ermes de «producion». Ce «paramérage» se fai via une able de passage don la consrucion es décrie dans la secion 5.. Le conenu de la able de passage propremen die es déaillé dans la secion La «able de passage» La able de passage (ou bridge able) consise en une série d opéraions permean de passer du concep des dépenses de R-D au concep de valeur de producion brue de R-D (VPB R-D ). Deux élémens moiven l uilisaion de cee able. Premièremen, la grande majorié des dépenses de R-D éan réalisée pour compe propre, il n es pas possible de mesurer direcemen la valeur de producion de la R-D. Dès lors, afin de valoriser au mieux la VPB R-D, les esimaions se basen sur les coûs de producion de la R-D, à l insar de la valeur de producion de l économie non marcande. Les esimaions se fonden sur les données de base concernan les dépenses en recerce e développemen déjà collecées par le biais d enquêes auprès des enreprises privées e des insiuions publiques. Deuxièmemen, les données récolées par les enquêes relaives à la R-D selon des direcives du Manuel de Frascai ne corresponden pas aux définiions des compes naionaux. En effe, selon le MF les 9/8

10 dépenses de R-D consiuen l élémen principal à relever. A conrario, le manuel de référence des CN préconise de relever la valeur de producion brue, exprimée aux prix de base. 8 Comme le monre le ableau T ci-dessous, si ces deux conceps (DIRD e VPB R-D ) présenen des composanes communes ils présenen ouefois des différences imporanes. Tableau T : Composanes de la VPB R-D aux prix de base e de la DIRD Composanes Valeur de producion brue de R-D aux prix de base Dépenses en personnel de R-D X X Aures dépenses couranes de R-D X X Dépenses en capial de R-D Acquisiion de R-D desinée à êre uilisée comme inpu dans la producion de R-D Consommaion de capial fixe uilisé dans la producion de R-D Excéden d'exploiaion conenu dans la producion de R-D mesurée au prix de base Aures axes moins aures subvenions sur la producion de R-D Dès lors, il es nécessaire de procéder à des ajusemens de la DIRD afin d abouir in fine à la VPB R-D. L ensemble de ces ajusemens consiuen la able de passage propremen die : X X X X DIRD X Tableau T2 : Table de passage DIRD Acquisiion de R-D desinée à êre uilisée comme inpu dans la producion de R-D Dépenses en capial de R-D + Consommaion de capial fixe uilisé dans la producion de R-D + Excéden d'exploiaion conenu dans la producion de R-D mesurée au prix de base + aures axes aures subvenions sur la producion de R-D = Valeur de producion brue de R-D aux prix de base 5.2 Les composanes de la able de passage 5.2. La DIRD La DIRD, présenée dans la secion 3.2, fourni les données de base pour les esimaions de la VBP R-D Consommaion inermédiaire de services de R-D pour la producion de R-D Selon le MF e afin d évier ou double compage dans le cas d une esimaion des ransacions de R-D enre produceurs de R-D, la DIRD es évaluée par la somme des dépenses inra-muros 9 de R-D. Or selon le nouveau sysème de compabilié naionale, oues les dépenses réalisées en R-D doiven dorénavan êre prises en compe. De ce fai se pose la quesion du raiemen des acquisiions de R-D par des 8 Pour mémoire, le prix de base correspond au monan que le produceur reçoi de l aceeur par unié de bien ou de service produie, le cas écéan, diminué des impôs à payer moins les subvenions à recevoir du fai de la producion ou de la vene de cee unié. Le prix de base exclu les évenuels frais de ranspor facurés séparémen par le produceur. Il inclu par conre les évenuelles marges de ranspor apparaissan sur la facure éablie par le produceur, même si c es sous un pose séparé. (SEC95 ; 3.48). 9 Les dépenses de R-D inra-muros son les dépenses de R-D exécuées à l inérieur de l unié saisique (par exemple, l enreprise), indépendammen de leur source de financemen. Par conséquen, les dépenses relaives à la R-D sous-raiée ne fon pas parie des dépenses inra-muros. 0/8

11 enreprises producrices de R-D auprès d aures produceurs de R-D. Le scéma S ci-dessous perme d illusrer la siuaion. Scéma S : La R-D comme consommaion inermédiaire Enreprise B Enreprise A Enreprise C R-D B R-D B R-D A Dépenses exramuros R-D C Soi l enreprise A spécialisée (acivié principale) dans la réalisaion e la commercialisaion de R-D. Soi l enreprise B une enreprise presaaire de service de R-D Soi l enreprise C, une enreprise voulan acquérir de la R-D auprès de l enreprise A (dépenses de R-D exra-muros). Comme relevé jusqu à présen, le bu de ces esimaions es de considérer oues les dépenses de R-D comme des invesissemens. La R-D aceée par les enreprises spécialisées dans la réalisaion e la vene de la R-D au service de iers (dépenses exra-muros des enreprises de la brance «Recerce e développemen», selon la Nomenclaure générale des aciviés économiques) consiue ouefois une excepion à la règle. En effe, il es raisonnable de penser que pour une enreprise commercialisan de la R-D (ci-dessus, l enreprise A) auprès de ses cliens (enreprise C), le recour à la sous-raiance (enreprise B) ne concerne que des projes de R-D bien déerminés. Dès lors, la R-D sous-raiée (R-D B) es réalisée dans le seul bu d êre inégrée dans un proje de R-D plus conséquen (R-D A), réalisée par l enreprise mandarice e vendue au clien (R-D C). La R-D sous-raiée éan incluse dans un proje de R-D de plus grande imporance, le monan de la R-D sous-raiée (dépenses exra-muros de la brance «Recerce e développemen») doi donc êre considéré comme de la consommaion inermédiaire Les dépenses en capial Comme menionné dans la secion 3.2, la DIRD es composée noammen des dépenses de capial relaives à la R-D (comme par exemple des bâimens ou des macines-ouils enièremen voués à la réalisaion de R-D). Or, on consae dans le ableau T2 ci-dessus que les dépenses en capial n enren pas dans la composiion de la VPB R-D. Elles doiven par conséquen êre sousraies de la DIRD. Néanmoins, il paraî éviden que les acifs fixes qui son inclus dans les dépenses de capial paricipen acivemen au processus de producion de la R-D, au même ire que les aures acifs. Dès lors, il fau enir compe des services du capial 0 conribuan à la réalisaion de la VPB R-D. La méode d esimaion es présenée dans la secion suivane. 0 Pour une definiion des services du capial, cf.: OECD Produciviy Manual: A Guide o e Measuremen of Indusry-Level and Aggregae Produciviy Grow, OECD, Paris, Marc 200. /8

12 5.2.4 La consommaion de capial fixe e l excéden d exploiaion esimés par les services du capial L esimaion des services du capial de R-D repose sur l ypoèse que la srucure des dépenses en capial pour les seceurs des enreprises privées, de l adminisraion publique (y compris les aues écoles) e des ISBL, es similaire pour la producion de R-D que pour l ensemble de l acivié économique desdis seceurs. Ainsi, en uilisan les données relaives aux dépenses de capial R-D pour caque seceur, il es possible d esimer leurs services du capial. Ainsi, pour esimer le coû des services du capial uilisés dans la producion de R-D, la srucure des coûs du service du capial de l ensemble de l économie es uilisée de la manière suivane : Soi S le coû oal des services du capial de l année pour l ensemble de l économie suisse ; RD S les coûs des services du capial enran dans la producion de R-D, dep _ les dépenses de R-D en capial de l année (au sens du FM), cap _ RD CH FBCF la formaion brue de capial fixe de l économie naionale l année, e S CH les coûs des services du capial de l ensemble de l économie suisse l année. Alors : S RD dep _ cap _ RD = FBCF CH S CH Aures axes e aures subvenions à la producion Dans le cadre des CN la VPB éan exprimée aux prix de base, il fau enir compe des aures axes à la producion e sousraire les aures subvenions à la producion. Pour mémoire, les aures impôs sur la producion se définissen comme éan ous les impôs que les enreprises supporen du fai de leurs aciviés de producion, indépendammen de la quanié ou de la valeur des biens e des services produis ou vendus. Les aures subvenions à la producion comprennen quan à elles les subvenions aures que sur les produis don peuven bénéficier les uniés producrices résidenes en raison de leurs aciviés de producion. Jusqu à présen, aucune «aure axe à la producion» ou «aure subvenion à la producion» ne vise l ensemble de la producion de R-D en Suisse. Par conséquen, aucune somme n apparaî dans la able de passage de l économie suisse. 6 De la VPB R-D à la FBCF R-D Ce capire expose la seconde éape du processus de capialisaion, à savoir le passage de la VPB RD à la FBCF RD. Cee éape nécessie la réalisaion d un ableau «ressources e emplois» permean d esimer la FBCF RD. 6. Tableau des ressources e des emplois Le ableau T3 «ressources e emplois» ci-dessous par de l équaion d équilibre définie en compabilié naionale selon laquelle les emplois doiven êre égaux aux ressources. Sur la base de ce équilibre offre- 2/8

13 demande, le ableau présene les différens élémens qu il fau considérer pour passer de la VPB R-D, esimée dans le capire précéden, à la FBCF R-D. Tableau T3 : Le ableau des ressources e des emplois. # Ressources Emplois Valeur de producion brue de R-D 2 Imporaions de R-D 3 Toal de l offre de R-D = Toal de la demande de R-D 4 Consommaion inermédiaire de R-D 5 Exporaions de R-D 6 Ajusemens secoriels 7 Variaion de sock de R-D 8 Formaion brue de capial fixe de R-D 6.. Les éapes du ableau des ressources e des emplois Dans un premier emps, il s agi d esimer l offre oale de R-D disponible sur le errioire suisse (les ressources de R-D). Pour ce faire, à la VPB RD (ligne #) s ajouen les imporaions de R-D (ligne #2). En effe, la Suisse éan une économie ouvere, il fau impéraivemen enir compe des écanges inernaionaux. Dès lors, l ensemble des imporaions de R-D réalisées sur le errioire doiven êre considérées dans l esimaion de l offre globale de R-D sur le errioire. La somme de ces 2 premiers élémens aboui à l offre oale de R-D en Suisse (ligne #3). Dans un deuxième emps, il fau esimer les différens emplois de cee R-D sur le errioire suisse. L équilibre macroéconomique fondamenal (emplois = ressources) s applique égalemen à la R-D. En conséquence, la demande de R-D es égale à la somme des emplois R-D. De cee relaion, il es possible de calculer par solde (ligne #8) la formaion brue de capial fixe de R-D. Pour ce faire, cinq éapes de calculs son nécessaires. Tou d abord, l esimaion de la consommaion inermédiaire (ligne #4) correspond aux résulas développés dans le paragrape 5.2.2, à savoir la consommaion des enreprises privées spécialisées dans la réalisaion (à des fins commerciales) de R-D pour des iers. L éape #5 prend en compe les exporaions de R-D. Celles-ci représenen les financemens de la R-D qui son assurés par des non-résidens. On fai ici l ypoèse que les financemens par des érangers équivalen à une vene de R-D à des non-résidens. L éape #6 concerne les ajusemens nécessaires lorsque le ableau des ressources e des emplois es présené de manière secorisée. Il s agi de enir compe des acas nes inersecoriels. Cela perme de prendre en considéraion les écanges au sein de l économie suisse enre les différens seceurs (enreprises privées, adminisraion publique e ISBL). La secion suivane (6..2) discue brièvemen des problèmes méodologiques propres à l imporaion e à l exporaion de R-D. 3/8

14 Finalemen, l éape #7 ien compe des variaions de sock de R-D. Touefois, aucune donnée n éan récolée à ce suje, la variaion de sock de R-D es considérée comme nulle par ypoèse. Cee dernière es communémen praiquée au plan inernaional. Enfin, en dernière ligne du ableau #8 la formaion brue de capial fixe de R-D es esimée par solde (oal de l offre de R-D déducion faie de l ensemble des emplois préciés (éape #4 à #7) La problémaique des imporaions e des exporaions de R-D Les mesures des imporaions e des exporaions de R-D son confronées à des problèmes majeurs de naure praique e concepuelle. Au niveau praique, les esimaions des exporaions e d imporaion de R-D souffren d un manque de données concernan les écanges inernaionaux. Les informaions de la balance des paiemens son insuffisanes. En conséquence, les données uilisées proviennen direcemen des enquêes R-D réalisées auprès des enreprises privées ou le seceur non marcand. Ces enquêes fournissen des données permean d avoir de bonnes bases d esimaions. Sur la base des données relevées, on considère que les imporaions son équivalenes aux mandas de R-D confiés à des non-résidens. Ceraines ypoèses son ouefois faies afin d êre coéren e compaible avec le cadre des CN. Ainsi, on fai l ypoèse que les données à disposiion ne coniennen pas de conribuions ou de licences, don le raiemen serai différen dans les CN. 2 Un deuxième poin oujours d ordre praique concerne les enreprises (ou groupes d enreprises) mulinaionales. Cerains ransfers de connaissances effecués enre les filiales de pays différens ne son pas mesurés, s ils ne génèren aucune ransacion financière. Dès lors, ou un pan des écanges inernaionaux de connaissance écappe au processus de capialisaion de la R-D. Des progrès en la maière doiven encore êre réalisés. Finalemen, d un poin de vue concepuel, il fau encore améliorer le raiemen des exporaions de R-D. En effe, le fai d exporer de la R-D ne signifie pas que les connaissances acquises par la réalisaion de la R-D disparaissen du errioire où elle éé réalisée. Il s agi en quelque sore de problème de «duplicaion de la connaissance» du fai de son exporaion (avec les connaissances liées à la R-D sur le errioire de la réalisaion de la R-D e sur le errioire imporaeur de la R-D). Ce suje es encore débau au sein des discussions de groupes d expers au niveau inernaional sur le raiemen adéqua à appliquer dans ce cas. Il es fai ici l ypoèse que les connaissances liées à la R-D exporée disparaissen au momen où la R-D raverse les fronières (ypoèse communémen reprise sur un plan inernaional). 7 La capialisaion de la FBCF R-D 7. Les données nécessaires à la capialisaion Les résulas de la FBCF R-D éan désormais connus, l objecif suivan consise à calculer un sock de capial ne de R-D (SDCN R-D ). Cee éape perme de procéder à la capialisaion propremen die. Pour ce faire, la méode de l invenaire permanen (MIP) es uilisée. Cee méode es compaible avec celle uilisée par les CN dans le cadre des esimaions du sock de capial non financiers de la Suisse. 3 Pour réaliser ces esimaions, rois élémens son nécessaires, à savoir : 2 D un poin de vue concepuel, ces différens élémens ne couvren pas la même réalié. Ainsi, les mandas se disinguen des conribuions par le fai que le mandaaire es inéressé par le résula des recerces. A conrario, celui qui verse une conribuion le fai sans rien aendre en reour. En ermes de CN, le manda équivau à un aca de services ; ce dernier enre dans la fronière de producion des CN. A l inverse, la conribuion es considérée comme une sore de ransfer unilaéral ; elle n enre pas dans la fronière de producion. 3 Pour des informaions complémenaires sur la méode de l invenaire permanen, Cf. «Sock de capial non financier Rappor méodologique», documen de ravail, Office fédéral de la saisique (OFS), Neucâel, Ce documen es élécargeable sur sous le domaine 4. 4/8

15 . les FBCF R-D, 2. la durée de vie des acifs de R-D, 3. des indices de prix, permean de corriger les données des FBCF de la variaion des prix. Ces deux derniers élémens son raiés dans les secions suivanes (7.2 e 7.3). 7.2 La durée de vie de la R-D A ce jour, quelques éudes piloes on éé réalisées par différens pays de l OCDE pour esimer la durée de vie de la R-D. Après l uilisaion de nombreux modèles économériques, il s es avéré que seules des enquêes auprès des produceurs de R-D pouvaien donner des résulas saisfaisans. Néanmoins, aucune enquêe à grande écelle n a encore éé réalisée pour mesurer concrèemen ces durées de vie. Ce éa de fai s explique noammen par la jeunesse de ce nouveau camp de recerce. Touefois, à la lumière des premiers résulas obenus par les pays pionniers (comme par exemple Israël, l Ialie ou le Royaume-Uni), il apparaî que la durée de vie de la R-D es foncion de deux faceurs majeurs que son:. l imporance du proje de R-D (par exemple une simple modificaion d un processus déjà exisan versus un procédé de fabricaion révoluionnaire) e 2. la brance d acivié économique où se réalise la R-D (par exemple l indusrie des méaux versus l indusrie cimique). En l absence de connaissances plus approfondies e de données disponibles à ce suje, l OFS, paragean les observaions e les avis d expers au sein des différens groupes de ravail inernaionaux éudian cee problémaique, ope, à ce jour, pour une durée de vie moyenne pour la FBCF R-D pour l ensemble de l économie suisse de 0 ans. Ce coix se siue dans la fourcee des différenes durées de vie appliquées par les différens pays pionniers de la capialisaion des dépenses de R-D. Dans un proce avenir, des analyses plus approfondies devron êre menées à l OFS afin de mieux déerminer les durées de vie de la R-D en Suisse e d améliorer la qualié des analyses effecuées. 7.3 Les indices de prix Pour capialiser les FBCF dans le bu d obenir un sock de capial, il es nécessaire d exprimer ces derniers aux prix d une année de base. Pour se faire, il es nécessaire de recourir à des indices de prix permean de corriger les FBCF de la variaion des prix. L idenificaion d indices de prix pour la R-D se eure à deux difficulés. Premièremen, vu l aspec quasimen unique de caque proje de R-D, la producion de R-D es rès éérogène e donc ne connaî pas de processus de producion sandardisé, ce qui ne facilie pas l observaion de l évoluion des prix d un proje de R-D dans le emps. La seconde difficulé vien du fai que la rès grande majorié de la R-D es produie pour compe propre. A ce ire, il n exise pas de marcé de R-D à propremen parler pour ces projes. Pour mémoire, la R-D pour compe propre es esimée par la somme des coûs. Pour ces deux raisons, il es nécessaire d esimer un indice de prix de la R-D en se basan sur les coûs. Auremen di, esimer un déflaeur de R-D en enan compe de la variaion des prix des différens élémens qui la composen. En raison de la jeunesse de ce ème, peu d analyses au niveau inernaional on éé réalisées à ce suje. Une première esimaion d un indice de prix, sur la base des coûs a éé réalisée pour la Suisse. Il s agi d un indicaeur synéique pondéré par la srucure des coûs de la VPB R-D. Néanmoins, faue de données suffisanes, seules les dépenses en personnel de R-D, ainsi que les aures dépenses couranes réalisées dans le cadre de la producion de R-D (ces deux composanes près de 75% des coûs oaux de producion) on éé uilisées pour esimer un indice de prix. Ainsi, l indice 5/8

16 suisse des salaires des brances NOGA (ISS 70-74) 4 es uilisé pour déflaer les «dépenses en personnel de R-D». Le second indice uilisé pour les «aures dépenses couranes» es le déflaeur implicie du PIB. Cee méode es relaivemen rudimenaire, raison pour laquelle, dans un proce avenir, des analyses devron êre effecuées afin d améliorer la qualié de l indice. Ce ype d amélioraion passe par une amélioraion des indices de prix relaifs aux coûs inérens à la fabricaion de la R-D, pouvan ainsi mieux enir compe des différens élémens composan la VPB R-D. 8 Limiaions La capialisaion de la R-D es une émaique qui es encore en pase exploraoire dans la plupar des pays membres de l OCDE. Pour cee raison, le cadre concepuel de la capialisaion de la R-D n es pas encore oalemen maure e es donc voué à se modifier au fil du emps. Cerains problèmes méodologiques doiven encore êre raiés comme par exemple le commerce inernaional de R-D, l esimaion des indices de prix de la R-D ou le double compage enre dépenses de R-D e dépenses en logiciels. Touefois, les premiers résulas monren que l exercice es possible en formulan ceraines ypoèses e que les obsacles inérens aux différenes esimaions ne son pas insurmonables. Il fau préciser égalemen que les esimaions suisses sur la capialisaion des dépenses de R-D suiven l ensemble des recommandaions émises par les groupes d expers inernaionaux e par conséquen, garanissen un niveau de qualié appréciable pour les résulas finaux. Au fil du emps, for des différenes expériences acquises par les différens offices saisiques naionaux, le cadre concepuel e les méodes d esimaions gagneron en maurié, en sabilié e en qualié. 4 L ISS recouvre les brances économiques suivanes : Immobilier; locaion; aciviés informaiques; R + D; aures services aux enreprises. 6/8

17 9 Bibliograpie Economiesuisse Office fédéral de la saisique (OFS), «La recerce e le développemen dans l'économie privée en suisse 2004», Züric, Office fédéral de la saisique (OFS), «Analyse srucurelle de l économie suisse Evoluion du seceur manufacurier de 99 à 2005», Acualiés OFS, Neucâel, Office fédéral de la saisique (OFS), «L appor à l économie suisse de la recerce e développemen vu par la saisique macro-économique Résulas préliminaires», Documen de ravail, Neucâel, 202. Office fédéral de la saisique (OFS), «Le capial, moeur de la croissance de l économie suisse duran les 3 dernières années», Acualiés OFS, Neucâel, Office fédéral de la saisique (OFS), «Sock de capial non financier Rappor méodologique», documen de ravail, Neucâel, Office fédéral de la saisique (OFS), «Une inroducion à la éorie e à la praique des Compes naionaux Méodes e conceps du SEC», Neucâel, Office fédéral de la saisique (OFS), «Producivié du ravail Méodologie e analyse des principaux résulas de 99 à 2006», Neucâel, Office saisique des communaués européennes (Eurosa), «Sysème européen des compes, SEC 995», Luxembourg, 996. Organisaion de coopéraion e de développemen économiques (OCDE), «Handbook on Deriving Capial Measures of Inellecual Propery Producs», Paris, 200. Organisaion de coopéraion e le développemen économiques (OCDE), «Manuel de Frascai Méode ype proposée pour les enquêes sur la recerce e le développemen expérimenal», Paris, Organisaion des naions unies (ONU), Banque mondiale e Fonds monéaire inernaional, «Sysème de compabilié naionale 993», Bruxelles/Luxembourg, New York, Paris, Wasingon D.C., 993. Organisaion for economic co-operaion and developmen (OECD), «Produciviy Manual: A Guide o e Measuremen of Indusry-Level and Aggregae Produciviy Grow», OECD, Paris, /8

18 Lise des abréviaions CCF CI CN DIRD EE Eurosa FBCF FBCF R-D ISBL MF MIP NABS NOGA OCDE OFS ONU OSE PIB PMF R-D SCN SDCN SDCN R-D Consommaion de capial fixe Consommaion inermédiaire Compes naionaux Dépenses inérieures brues de R-D Excéden d exploiaion Office saisique des communaués européennes Formaion brue de capial fixe Formaion brue de capial fixe de R-D Insiuions sans bu lucraif Manuel de Frascai Méode de l invenaire permanen Nomenclaure d analyse des budges scienifiques (nomenclaures des objecifs sociaux économiques) Nomenclaure générale des aciviés économiques Organisaion de coopéraion e le développemen économique Office fédéral de la saisique Organisaion des naions unies Objecif socio-économique Produi inérieur bru Producivié mulifacorielle Recerce e développemen Sysème des compes naionaux Sock de capial ne Sock de capial ne de R-D SEC95 Sysème européen des compes 95 SIUS VPB VPB R-D Sysème d informaion universiaire suisse Valeur de producion brue Valeur de producion brue de R-D 8/8

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

SRE. Construit l'avenir

SRE. Construit l'avenir SRE Consrui l'avenir Le mo du Présiden, Créé en 1944, le Groupe FLORIOT es le 1 er Groupe régional indépendan parimonial de Bâimen, Travaux Publics e Maisons Individuelles en région Rhône-Alpes. La force

Plus en détail

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005 IB réel, RIB réel e gains commerciaux : Canada, 1981-005 Ulrich Kohli 1 Banque naionale suisse RÉSUMÉ Le produi inérieur bru réel (IB) ne rend pas compe des peres e des gains commerciaux qui découlen de

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Rédiger e sécuriser la publicié de vos marchés publics (Ref : 3280) Appréhendez les informaions devan figurer dans les avis de publicié e sécurisez ainsi la procédure de passaion de vos marchés

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS.

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS. Formaion La réglemenaion des déclaraions annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaire e maîriser la norme N4DS e les DADS. OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Connaîre la nouvelle réglemenaion liée

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Formaion : Marchés de maîrise d'oeuvre : le cahier des clauses adminisraives (Ref : 3277) Maîrisez l'environnemen de ce nouveau cahier des clauses adminisraives appliqué

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compte rendu

Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compte rendu Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compe rendu Dae de récepion de la convocaion : 23 mars 2010 Présens : Lionel LECLERC, Pascal VALENCE, Jean-Luc DELAITRE, Caherine HAGNIEL, Marie-Cécile JACQUEMIN,

Plus en détail